Views
3 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

« Je sais que moi, les

« Je sais que moi, les seringues sont plus accessibles. Avant… j’ai le système immunitaireun peu faible ça fait que je poignais tout le temps des infections. J’utilisais souvent lamême seringue longtemps. J’étais tout le temps à l’hôpital sur des antibiotiques. Ça faitque j’ai décidé de changer plus souvent de seringue puis faire moins d’infections. »« Si j’avais eu un accès rapide à des échanges de seringues gratuits quand je consommaisactivement, juste avant d’attraper le VIH, je ne serais pas séropositif comme je le suismaintenant. Si on m’avait transmis les connaissances plus tôt et qu’on m’avait donné accèsaux stratégies de réduction des méfaits, il y a une bonne chance que je ne serais passéropositif. Et juste mes coûts de système de santé depuis que je suis positif sontprobablement de plusieurs centaines de milliers de dollars, minimum. »L’ACCÈS À LA CONSULTATION ET AU SOUTIEN, À LA NOURRITURE,À UNE ORIENTATION EN SORTANT DE PRISON, ET PLUSLes participants aux groupes de discussion appréciaient les autres services, comme laconsultation et le soutien, la nourriture, et l’orientation, auxquels ils avaient accès grâceaux programmes communautaires de distribution de seringues. C’était particulièrementimportant pour les personnes qui venaient de sortir de prison. Dans cette situation, lepersonnel devenait souvent leur famille de substitution.« Je viens au Point de repères pour avoir des instruments propres. Surtout aussi jeviens… quand j’ai des troubles, quelque chose à parler que j’ai sur le cœur, je viens voirles intervenants. Ils m’aident beaucoup. »« Je me pique puis je viens ici pour l’échange pour des seringues, les kits de seringues, lapharmacie puis pour la bouffe là. »« En tant que junkie, c’est ici que je trouve les meilleurs services puis je trouve ça important…Surtout au niveau de la détention, c’est important qu’ils s’impliquent encore plus. Parce quemoi ça m’a aidé parce que je suis sorti, ils m’ont dirigé puis en tout cas, chapeau! »« Ça soulage de lahonte. Être assis aucoin de la rue àchercher uneseringue. C’est lestigmate. »LES ÉPARGNES POUR LES PERSONNES QUI UTILISENT DES DROGUESOffrir gratuitement du matériel d’injection stérile fait une différence.« Le coût. Croyez-le ou non, les frais. Si vous avez cinq ou quatre dollars, vous achetez unsac de seringues, et vous savez quoi?… ça peut faire la différence entre aller mieux etjuste être là, seulement fonctionner mieux… mais aller mieux, parce que si onfonctionne, on est quand même capable d’aller mieux. »DIMINUE LE NIVEAU DE HONTE40Avoir accès aux services de distribution de seringues élimine la honte pour certainespersonnes.Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Les besoins en matière de distribution de seringues etde distribution par les pairsLES SITES D’INJECTION SÉCURITAIREDans nombre de groupes de discussion, les gens ont identifié le besoin d’un centred’injection sécuritaire (CIS). Ils aimaient l’idée de pouvoir s’injecter dans un endroitsûr, propre et bien éclairé, sans qu’on ne leur pose de questions ni qu’on ne les juge.Ils croyaient que les CIS réduiraient le nombre de surdoses, ainsi que le nombre deseringues jetées sur la place publique. Ils croyaient aussi que les CIS profiteraient à lapolice. Même si une partie du public appuie les CIS, les participants se rendaientcompte qu’il y avait beaucoup de travail à faire pour rallier un plus grand nombre àl’idée. Cela dit, certains tentaient déjà d’obtenir des CIS dans leur ville. Quelques-unsont dit qu’ils n’utiliseraient pas de CIS, parce qu’ils ont besoin d’aide pour s’injecter,et que le CIS de Vancouver ne le permet pas. Cependant, ils croyaient quand mêmeque le CIS serait une source valable de renseignements et de services.« Une maison d’injection sécuritaire, ça serait un rêve. C’est drôle d’avoir un rêve demême mais c’est un rêve. C’est une place que quelqu’un est en sécurité, il n’a pas àavoir peur de faire ce qu’il a à faire puis à pas être jugé. Arrêter de nous juger. Des foison a vraiment besoin de ce qu’on fait. »« Ouais, je pense pas que je m’en servirais… Parce que j’ai trop de misère à me piquermoi-même… J’ai besoin que quelqu’un le fasse pour moi… Je pourrais y aller pourapprendre… »« …C’est parce que moi il faut que j’aille me piquer dans un parc public moi. Puis si jevais dans un parc public je me fais arrêter par la police. Si je vais dans un parkingintérieur je me fais arrêter par la police. Il n’y a aucun endroit où j’ai le droit de mepiquer. Puis je laisse mes seringues à terre parce que je panique. Moi je ne le fais pasmais il en a plein qui vont le faire. Ils vont jeter leur seringue à terre parce qu’eux ilsont peur. Ils paranoïent, ils font leur hit de poudre. Bon bien là ils vont paranoïer, ilsvont crisser leur seringue à terre. S’il y avait une piquerie légale, il n’y en aurait pas deça. On parle de réduction des méfaits, là, à quelque part… »« Personnellement, j’aimerais mieux être à l’intérieur… Honnêtement, je ne le faisjamais tout seul parce que je trouve ça vraiment con. Parce que j’ai sauvé la vie àdeux personnes… »HEURES D’OUVERTURE PROLONGÉES – ET DISTRIBUTION PAR LESPAIRS POUR COMBLER LES ÉCARTSDe nombreux participants ont parlé du besoin d’heures d’ouverture prolongées pourles services de distribution de seringues. Idéalement, ils aimeraient que les servicesfonctionnent 24 heures par jour, sept jours semaine.41Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Partager nos connaissances - Canadian Harm Reduction Network
Le partage de connaissances pour l'adaptation aux changements ...
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
Télécharger le chapitre : « Partager la connaissance - Loire nature
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Rapport annuel 2010 - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
coûts économiques du VIH/sida au Canada - Canadian AIDS Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Vol Salè - Legal Aid Society
Draft Budget - International AIDS Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Benoît Collins - Canadian Mathematical Society