Views
3 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

« Ouais, des places

« Ouais, des places comme ça et on y va, [elles] peuvent vous soulager de tous vosproblèmes ou s’il y a quelque chose qui vous dérange… à Sunshine House, on peutmanger, relaxer, regarder la télé, n’importe quoi. Il y a environ 20 personnes qui vont làtout le temps. Super place. »« C’est de parler. »« … les gars et les filles qui travaillent à Streetworks savent très bien ce qui se passe avecnous autres et tout. Ils se préoccupent de nous. »LES QUALITÉS DU PERSONNEL DES HALTES-ACCUEILS ET DES REFUGESLes participants appréciaient les employés qui ne jugeaient pas, qui étaient serviables,chaleureux, à l’écoute et aidants. Les employés étaient responsables de créer uneatmosphère accueillante dans les haltes-accueils et les refuges.« Les gens là ont vraiment la foi et ils ne jugent pas qui je suis. Je peux être dans la merdependant cinq jours, puis je reviens et ils ne changent pas… ils sont toujours lesmêmes… C’est un endroit merveilleux. J’adore ça là. »« Elle m’a aidé vous savez. J’ai eu encore des problèmes avec l’alcool et les drogues et elles’occupe de moi. Elle est là. Elle veut savoir comment je vais. Bien souvent, les gens s’en foutent. »« Moi je vais à Blood Ties, je parle aux intervenants ou à quelqu’un qui est là, et je trouvequ’ils m’aident. Ils arrêtent presque ce qu’ils font, si quelque chose vous tracasse et quevous voulez en parler, ils sont très bons, ils sont prêts à vous écouter. »Participante : « Je vais à la halte-accueil Phoenix. Ils m’aident vraiment. C’est du vrai bonmonde… Juste du soutien. Quand j’y vais et que je panique parce que je ne consommepas, ils restent avec moi pendant une heure, jusqu’à ce que je me sente mieux, qu’ilssachent que je suis en meilleur état. J’ai eu de vraies bonnes expériences. »LA DIFFUSION DE L’INFORMATION PAR LE BOUCHE À OREILLE OUL’AIGUILLAGELes gens découvrent souvent les haltes-accueils et les autres services par le bouche àoreille ou l’aiguillage aux refuges.LES REFUGES QUI ACCUEILLENT LES PERSONNES QUI UTILISENT DESDROGUESLe refuge du centre Tommy Sexton Centre, à St. John’s, accueillaient les gens, qu’ils utilisentou non des drogues. Bien qu’ils ne permettent pas l’utilisation de drogues sur les lieux, ilsoffrent du matériel d’injection stérile et ne renvoient pas les personnes qui consomment.44« C’est un refuge super, vous savez? Je peux sortir et me geler, et ne pas m’inquiéter derevenir à la maison. Comme un lit où dormir. Je n’ai pas à rester dans la rue. »Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

L’EXPOSITION DES PROFESSIONNELS AUX CLIENTS DES HALTES-ACCUEILS EST BÉNÉFIQUELes participants croyaient que les professionnels de la santé et autres bénéficiaient deleurs visites aux haltes-accueils et de leurs rencontres avec les clients. Ils avaient ainsil’occasion de comprendre les besoins et les réalités de ces personnes, et d’améliorerleur attitude à leur endroit.« Nous avons aussi un médecin. Elle vient ici… C’est utile d’avoir un médecin qui vient icinous soigner. Elle comprend probablement ce qu’on vit… Elle écoute vraiment les gens. »« Bien… l’attitude des gens qui viennent ici […] quand ils viennent ici, je sais qu’aprèsun bout de temps, disons une semaine ou deux, leur attitude change complètement. »DES SOLUTIONS ORIGINALESLes gens étaient débrouillards pour trouver des moyens de dispenser des services. Unehalte-accueil avait conclu une entente avec un traiteur local afin d’obtenir des restes denourriture à donner. Une personne d’un groupe de discussion travaillait à créer un refugeplus convivial, qui n’obligerait pas les gens à quitter à la première heure et qui offrirait uneformation en connaissances pratiques et du soutien, et qui aiderait les clients à trouver unlogement permanent.Ce qui ne fonctionne pas pour les haltes-accueils et les refugesLA DISCRIMINATION À L’ENDROIT DES PERSONNES QUI UTILISENTDES DROGUESLes haltes-accueils et les refuges n’accueillent pas tous les personnes qui utilisent desdrogues. Les participants aux groupes de discussion ont rapporté des incidents dediscrimination, d’attitudes négatives et de mauvais traitements des employés. Les gensétaient renvoyés ou interdits de séjour dans ces établissements en raison de leur utilisationde drogues. Ces situations dépendaient parfois de l’employé en fonction à ce moment-là.« Il y a beaucoup dejugement encore.Moi je suis barré làbasparce qu’ils onttrouvé des seringuesdans mes affaires. »« Je suis allé dans un tas de haltes-accueils au Canada et aux États-Unis. Ils vousnourrissent, ils vont vous laisser laver votre linge, prendre une douche, mais ils vontvous traiter comme de la merde. »DES POLITIQUES DIFFICILESCertaines politiques des haltes-accueils et des refuges étaient sévères. Les gensperdent leur lit s’ils ne se présentent pas deux soirs de suite. On exige aussi qu’ilsquittent le refuge tôt le matin, quand les haltes-accueils sont encore fermées. Parconséquent, ils n’ont nulle part où aller et traînent dans les rues. Des clients sontmême forcés de recourir à des mesures extrêmes, comme feindre la maladie mentale,pour s’assurer d’avoir une place où rester.45Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Partager nos connaissances - Canadian Harm Reduction Network
Le partage de connaissances pour l'adaptation aux changements ...
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Télécharger le chapitre : « Partager la connaissance - Loire nature
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Rapport annuel 2010 - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
coûts économiques du VIH/sida au Canada - Canadian AIDS Society
Vol Salè - Legal Aid Society
Draft Budget - International AIDS Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Benoît Collins - Canadian Mathematical Society