Views
3 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

La plupart des refuges

La plupart des refuges ont aussi une politique interdisant les animaux domestiques, ce quidécourage bien des personnes qui utilisent des drogues et ont des animaux d’y séjourner.« Je ne suis pas d’accord avec le fait qu’à six heures du matin, on nous met dehors, parceque l’hiver, c’est froid dehors. »LES PRÉOCCUPATIONS CONCERNANT L’ANONYMAT ETLA CONFIDENTIALITÉDes personnes restaient à l’écart des haltes-accueils, car elles ne voulaient pas y êtreassociées, surtout si les établissements étaient liés à la lutte contre le VIH/sida.Parfois, les pratiques des centres ont éloigné les gens parce qu’elles n’assuraient pas laconfidentialité.« Je ne vais plus à --- parce qu’il faut aller au bureau en avant et là, on te demande ce quetu veux d’en arrière. Et j’ai dit : “Bien, je veux du matériel.” Et ils m’ont dit : “Bien, quelgenre de matériel?” J’ai dit : “J’ai besoin de seringues.”… Il y a des gens autour de moiet je ne veux pas que tout le monde sache ce qu’il me faut, ce que je fais. »D’AUTRES FACTEURS QUI ÉLOIGNENT LES GENSParfois, les emplacements se révèlent problématiques et éloignent les gens, surtout s’il ya un poste de police à proximité.L’effet des haltes-accueils et des refugesL’ALLÈGEMENT DES ENNUISCertains ont dit qu’aller aux haltes-accueils allégeait leurs ennuis.« Des fois je me sens mal ou j’ai la gueule de bois ou quelque chose et je viens à une placecomme… Sunshine House… et des fois, je me suis senti mieux. Je me suis senti correct. »LA NOURRITURE FOURNIEPour certains, la nourriture fournie dans les haltes-accueils a fait une différence importante.Animatrice : « Tu disais que tu serais bien plus maigre? »Participant : « Ah sûrement. J’ai pris plein de bouffe ici en trois quatre ans, cinq ans. Çafait longtemps. »DÉCOURAGE L’ACTIVITÉ CRIMINELLE46Les services offerts dans les haltes-accueils en ont empêché certains de se livrer à desactivités criminelles.« À place de voler… ils sont là pour nous aider. »Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

UNE FAMILLE DE SUBSTITUTIONTrouver une famille de substitution à divers services est un thème qui ressortait dansbien des groupes de discussion.« Socialement, pour moi, avoir Our Place (Notre endroit) où aller chaque jour… me fait sentirfaire partie d’une famille. Je n’ai pas de famille directe ici en C.-B… et avoir les haltesaccueils…m’est très utile. Chaque jour, j’aime me réveiller et j’ai hâte d’aller prendre uncafé et de parler à mes amis de Notre endroit et aux autres haltes-accueils de la ville. »Les besoins en matière de haltes-accueils et de refugesPLUS DE HALTES-ACCUEILS, ET POUR UNE CLIENTÈLE VARIÉELes gens ont cerné le besoin d’un plus grand nombre de haltes-accueils et d’endroitspositifs où passer du temps. Les centres qui desservent différents groupes de clients,comme des hommes ou des personnes âgées, ont aussi été mentionnés.PLUS D’EMPLOYÉS AUX HALTES-ACCUEILS ET AU SERVICE D’APPROCHELes participants aux groupes de discussion ont aussi identifié le besoin d’un plusgrand nombre d’employés dans les haltes-accueils.DES HALTES-ACCUEILS OÙ LA CONSOMMATION EST PERMISEQuelques participants aimeraient que les haltes-accueils permettent l’utilisation dedrogues, comme un centre d’injection sécuritaire.« Quand j’ai rien à faire,je viens ici parler… etc’est le fun… qu’il y aitdes organismescomme ça et ce seraitle fun qu’il y en aitd’autres… tu pourraisen avoir d’autres pourles personnes plusâgées,… pourceux qui sont plusgravement atteints. »L’AMÉLIORATION DES REFUGESCertains demandaient que les refuges existants soient améliorés, notamment par deslocaux plus spacieux et des commodités additionnelles.DES REFUGES QUI ACCEPTENT LES ANIMAUXLes participants qui ont des animaux aimeraient que plus de refuges acceptent lesanimaux, en plus d’accepter les personnes qui utilisent des drogues.« Je pense qu’il faut plus de places qui acceptent les animaux. C’est vraiment un grosproblème. Il n’y a vraiment pas beaucoup de refuges qui prennent les gens avec desanimaux… Pour bien des gens, les animaux sont leur famille. »47Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Partager nos connaissances - Canadian Harm Reduction Network
Le partage de connaissances pour l'adaptation aux changements ...
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
Télécharger le chapitre : « Partager la connaissance - Loire nature
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Rapport annuel 2010 - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
coûts économiques du VIH/sida au Canada - Canadian AIDS Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Vol Salè - Legal Aid Society
Draft Budget - International AIDS Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Benoît Collins - Canadian Mathematical Society