Views
3 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

« Je crois que toutes

« Je crois que toutes les personnes… devraient en savoir plus sur la façon dont nousconsommons… parce qu’une fois, je suis allé voir un médecin parce que j’avais respiré duBrillo et j’arrive à l’hôpital et l’infirmière a dit : “Qu’est-ce qui s’est passé?” “J’ai respiré duBrillo dans la gorge.” “Qu’est-ce que c’est du Brillo?”… Ils ne savent même pas. » [Note :la laine d’acier Brillo ou des filtres écrasés servent à la construction de pipes de crack.]LES OBSTACLES À LA COMMUNICATIONParfois, les professionnels de la santé utilisaient un langage que les gens ne comprenaientpas, ce qui créait des peurs, de la confusion et des obstacles à un bon traitement.« Non, ils me lancent leurs grands mots. Je ne sais pas de quoi ils parlent la moitié dutemps. Je me fâche et je sors… Ils devraient prendre des mots simples pour moi, pour queje puisse comprendre de quoi ils parlent. Ils prennent des grands mots longs. Ils devraientme prêter un dictionnaire… Je lui ai parlé de cette hépatite C… Ils me disent ces grandsmots et je me mets à pleurer. Je pense que je vais mourir quand je vais chez le docteur. »« Je connais le Repèresdepuis 91, puis c’est en2002… ils voyaient queje ne filais pas bien,puis ils nous ont forcésà aller à l’hôpital, puistout ça. Puis c’est làqu’on était déclarés,qu’on avait le VIH. Çafait que si ça n’[avait]pas été d’eux autres,nous autres on n’auraitmême pas été àl’hôpital puis on seraitpartis. Parce que luiavait 2 CD4 et moi j’enavais juste 80. Onn’était pas forts. »L’effet des professionnels de la santé et des prestataires de servicesUNE MEILLEURE SANTÉ ET UN MEILLEUR BIEN-ÊTRE DES CLIENTS, YCOMPRIS DES VIES SAUVÉESLes professionnels de la santé qui ont adopté une approche de la réduction des méfaitspour les soins avaient une influence très positive sur certains participants aux groupesde discussion. Offrir des options aux gens et mettre l’accent sur les petites réussitesfaisaient beaucoup pour améliorer leur santé et leur bien-être. Les messages de laréduction des méfaits peuvent prendre du temps pour produire un effet, mais après uncertain temps, ils sont assimilés. Une approche de la réduction des méfaits peut aussiréduire les conséquences néfastes de l’utilisation de drogues, comme la perte d’unlogement. Au bout du compte, certaines interventions des prestataires de services ontmême pu sauver des vies.« [Q]uand je suis arrivé ici, j’étais mal en point. Je pesais 95 livres. Je pouvais presque pasparler. Je marchais tout croche. Et la clinique Crie ici est vraiment bonne… J’ai vu qu’auxmoments importants, ça n’a pas d’importance si je consomme. Ils se concentrent sur lesfois où je ne consomme pas. On arrête de se taper sur la tête et on se remet, et c’était monpremier pas vers la réduction des méfaits. »LES UTILISATEURS DES SERVICES SE SENTENT VALORISÉSLes professionnels de la santé qui ont développé un bon rapport avec leurs clients les fontse sentir valorisés.50« Je pense qu’à cause du rapport, ils croient que personne n’est sous-humain. Aussilongtemps que la société nous tournera le dos, elle fera partie du problème. »Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

LES CLIENTS DÉVELOPPENT UN SENS DE LA FAMILLE ET SE SENTENTSOUTENUSPour certains, les prestataires de services sont devenus leur famille de substitution.« [T]oute ma famille est en dehors puis je ne retourne plus dans ma famille, parce que moi,ma famille me juge parce que je suis un junkie, ils me craignent, tout ça. Puis moi, mafamille c’est ici, à Point de repères. Puis quand que ça va mal, je viens ici puis les fillesprennent le temps de m’écouter. »Les besoins en matière de professionnels de la santé et de prestatairesde servicesPLUS D’ÉDUCATION SUR L’APPROCHE DE LA RÉDUCTION DES MÉFAITSLes participants aux groupes de discussion ont dit que les professionnels de la santé et legrand public ont besoin d’être mieux éduqués sur la réduction des méfaits. Ils croyaientne pas obtenir des soins appropriés parce qu’actuellement, les professionnels de la santéne sont pas suffisamment éduqués sur la façon de traiter des personnes qui utilisent desdrogues illégales. Ils ont aussi indiqué qu’il faut recruter plus de professionnels de lasanté qui comprennent les réalités de leur vie, ainsi que des gens qui ont une vasteexpérience du maintien à la méthadone. Des participants ont dit avoir besoin de plus detemps que les contraintes actuelles ne le permettent pour développer des relations deconfiance avec leur médecin.« Il faut plus de médecins qui comprennent ce que le toxicomane vit, sans s’occuper desmensonges des livres… Comme un docteur qu’on a eu était toxicomane ou l’avait déjà été.Il savait exactement ce que c’était. »« Ce serait le fun si le système de santé se réveillait et éduquait le monde autrement,j’imagine. Je sais pas ce que ça va prendre pour avoir de meilleurs services… Moi en toutcas, je ne peux pas aller voir un médecin et tout lui dire en partant. Ça prend quelquesmois, et pendant ce temps-là, le docteur a déménagé… Alors je n’ai jamais la partie deréduction des méfaits dans les services médicaux que je demande. »7. ÉDUCATION, SENSIBILISATION ET DIFFUSION DE L’INFORMATIONCe qui fonctionne et des solutions originales pour l’éducation, lasensibilisation et la diffusion de l’informationL’AIGUILLAGE FAIT PAR LES SERVICESLes gens ont dit avoir découvert les services qu’il leur fallait par l’aiguillage pendantqu’ils étaient dans des refuges, des haltes-accueils ou des hôpitaux, de même que par lebouche à oreille. Cela dit, ils ont cerné le besoin d’une meilleure diffusion de l’informationsur les services offerts.51Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
Trinite - Canadian Bible Society
2008 - Canadian Sleep Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Vol Salè - Legal Aid Society
Draft Budget - International AIDS Society
Notre Père - Canadian Bible Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Benoît Collins - Canadian Mathematical Society