Views
3 years ago

En Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie

8InterviewDemain - 28

8InterviewDemain - 28 octobre 2011Propos recueillis par Ali Aït-YahiaCarine MinvielleQuand Mozart s’invite au Camp-EstPassionnée de chant lyrique depuis son enfance, Carine Minvielle est la nouvelle chef de chœur de la chorale Amadeus.Passion qu’elle partage maintenant avec des détenus aux longues peines du Camp-Est qui trouvent là une autre façon des’évader. Carine Minvielle vient, en effet, de créer le premier atelier chorale du centre pénitencier, une initiative soutenuedepuis l’origine par Philippe Pottier, directeur du Service pénitentiaire d’insertion et de probation.DEMAIN : Vous êtes chef de cœurde la chorale Amadeus. Quelle estvotre fonction et à quoi sert unchef de chœur ?Carine Minvielle : Un chef de chœur sertà plusieurs choses. Il choisit les partitionspour une chorale pour la faire travailler. Leschoristes vont devoir apprendre les œuvres,apprendre à les interpréter. Ensuite, pendantles concerts, le chef donne des instructions :des instructions de rythme, de pulsation,mais aussi d’intention. Comment on sentcette musique, comment on a envie de lafaire passer, et comment on a envie que leschoristes chantent cette partition. Je suis unchef de chœur classique.DEMAIN : Il y a quelques mois,vous avez créé le premier atelierchorale du Camp-Est et vous faiteschanter les détenus aux longuespeines. Pourquoi le faites-vous etcomment cela se passe-t-il ?Carine Minvielle : Cela se passe trèsbien. L’atelier chorale a commencé au moisde mars dernier. J’avais une vingtaine dedétenus. Je leur ai présenté l’atelier, et je leurai expliqué ce que je voulais faire, pourquoije voulais qu’ils chantent du classique, à quoiservait la voix, à quoi ça sert de chanter etpourquoi chanter en prison.DEMAIN : Comment faites-vous ?Carine Minvielle : Il a fallu travailler unpeu. Qu’est-ce qu’on peut apporter pendantleur peine, qu’est-ce qu’ils peuvent retenir decette détention ? À quoi ça peut leur servir ?Si c’est juste pour qu’ils soient enfermés etattendre que ça passe sans forme d’espoir,sans travail sur eux, sans aucune réflexionsur leur corps ou sur ce qu’ils ont fait, ladétention ne sert pas à grand-chose. Par lechant, on peut faire passer plein de choses.Notre corps en est l’instrument. Donc déjà,c’est apprendre à connaître son corps. Parexemple, j’avais plein de détenus qui nesavaient pas qu’ils avaient un périnée.Ils croyaient qu’il n’y avait que les fillesqui en avaient. Je leur fais travailler leurdiaphragme, leur périnée, réutiliser desmuscles qu’ils n’utilisent pas parce qu’ils nechantent pas forcément spontanément dansleur cellule ou dans leur cadre de vie. Avoirl’envie de chanter, c’est porteur d’espoir, dejoie, de tristesse, de douleur et de peine. Ily a toute la gamme des sentiments dans lechant. C’est un travail sur le corps.DEMAIN : C’est aussi une libération ?Carine Minvielle : Cela peut être unelibération physique et intellectuelle. Et letravail du chant permet, aussi, d’être avecun autre, de se confronter à l’autre parceque l’on ne chante pas tout seul dans unechorale. Comme on ne doit entendre qu’uneseule voix, ça provoque plein de choses parrapport à leur corps.DEMAIN : Comment se passe uneséance ?Carine Minvielle : Elle dure deux heures,le mercredi, de 9h à 11h. Au début, on nefaisait que des chants classiques. Je ne leurfaisais faire que de la technique vocale pure,des vocalises, un travail sur le corps, desétirements. Je fais beaucoup de relaxation,avec quelques techniques de sophrologie.Donc, déjà, ils redéveloppent leur corpspuisqu’ils sont en position corporelle fermée,introvertie. Même s’ils font du sport, ce n’estpas du tout le même travail. Ensuite, ilsvont réapprendre à respirer, à respirer avecl’autre. Puis, je leur fais faire de la musiqueclassique, mais le problème, c’est que je n’aipas d’instrument, pas forcément d’électricité.J’ai donc du mal à leur apprendre lapolyphonie simple puisqu’ils n’en ont jamaisfait. Pour la plupart, ils n’ont jamais chanté.Donc, je fais une bonne moitié de musiqueclassique et après, ils choisissent des chantspour travailler. Je leur ai aussi demandé,puisqu’ils sont de toutes les tribus et detoutes les ethnies, de me chanter un chantde chez eux pour l’apprendre aux autres.Par exemple, un détenu de Maré vient denous apprendre un chant de chez lui, aprèsce sera un gars de Lifou et ça tourne. C’estimportant pour l’échange culturel.DEMAIN : Vous leur apprenez aussiMozart ?Carine Minvielle : On vient de travaillerdes alléluias allemands. Mais aussi deschants en latin, en français, en anglais. Etmême, pour la partie lyrique, un chantafricain !DEMAIN : Pourquoi avez-vous choisiles longues peines ?Carine Minvielle : Parce que je voulaisfaire un travail au long cours. Je ne voulaispas travailler avec des détenus susceptiblesde sortir dans quelques semaines : on nepeut pas travailler sur son corps si c’est justeponctuel. Ensuite, je préférais des détenusqui en avaient vraiment besoin, soit quiétaient enfermés depuis longtemps, soit quiavaient besoin de moi, de voir autre chose.DEMAIN : Vous ont-ils demandé deschants précis ?Carine Minvielle : Après le lyrique etles chants traditionnels locaux, ils m’ontdemandé de chanter des chants non© Demainclassiques. Et le premier d’entre eux, c’estSantiano d’Hugues Auffray. C’était vraimentleur premier gros vœu. Mais sur cettechanson, nous avons fait un travail lyrique.Du coup, je les ai mis en cercle, pour sentirles vibrations et les harmonies de l’autre, etmonter les accords en mineur, en majeur,juste a capella.DEMAIN : Quelles sont lesdifférences et/ou lesressemblances entres Amadeus etles détenus ?Carine Minvielle : Amadeus est unchœur où tous les participants ont choisid’être là. Ils chantent pour leur plaisir, ilssavent ce que cela leur apporte quandils arrivent. La plupart a déjà chanté et ilsont une connaissance de la polyphonie.Avec eux, on est plus dans le plaisir,l’interprétation, avec l’idée de commentrendre quelque chose au public de propre,de beau et qui fasse passer des émotions.Avec les détenus, j’apporte une culturequ’ils n’auraient pas eue, c’est-à-dire ques’ils n’avaient pas été en prison, je ne pensepas qu’ils auraient fait du chant lyrique etqu’ils auraient travaillé sur leur corps. Ils onttous demandé à participer à cet atelier maisje ne pense pas qu’au départ, ils savaientce qu’ils allaient y faire. Quand je leur ai ditque je n’allais faire que du chant lyrique,ils m’ont dit : « Mais Madame, cela ne vapas être possible, on ne sait pas nous ! »Et bien oui, c’est possible, ils chantent duclassique et ça marche très bien.DEMAIN : Que s’est-il passé, samedidernier, au Camp-Est ?Carine Minvielle : J’ai amené la ChoraleAmadeus en prison pour un concert communavec les gars de mon atelier. Il y avait troisparties. D’abord, Amadeus n’a chanté que dulyrique. Mes gars ont compris ce qu’était unechorale qui travaille depuis longtemps surdes morceaux plus élaborés et compliqués.Ensuite, comme les deux groupes ont apprisles mêmes chants, j’ai mis, sur deux rangset côte à côte, un détenu et un choriste. Et ilsont chanté tous ensemble. Et pour finir, lesdétenus ont chanté leur partition. Je leur aiappris Amstrong de Nougaro, un texte trèssubtil sur la couleur de la peau, le sang, lapeine. Et ils ont, bien sûr, chanté Santiano,un chant en nengone et, pour finir, Oh WhenThe Saints, sous les applaudissementsd’Amadeus, mais aussi de leurs codétenuset des surveillants !DEMAIN : C’était une première pourvous ?Carine Minvielle : Oui ! Et ça a marché !Ce fut une belle rencontre extrêmementémouvante entre deux mondes. Beaucoupd’émotions des deux côtés. Je suis vraimenttrès fière du travail que mes gars ontaccompli cette année !

HWANGI WEN JIEM NALE LOTO,KHÔXOP MEN CAVI MARIM.En voiturE, tout lE mondE doit attachEr sa cEinturE. QuEstion dE viE ou dE mort.SanS ceinture de Sécurité,un choc à 50 km/h équivautà une chute du 4 è étage.

Les récifs de Nouvelle-Calédonie - IFRECOR Nouvelle-Calédonie
L'agriculture en tribu - Chambre d'Agriculture de Nouvelle Calédonie
Télécharger le rapport phase 1 - IFRECOR Nouvelle-Calédonie
Télécharger le rapport - IFRECOR Nouvelle-Calédonie
Manfred Chave - Observatoire Numérique de Nouvelle-Calédonie
Calédonie (Juin – Août 2009)
Ma PLaYLIST BY DoN RIMINI
Fiche produit Prestige classique, plans décalés - Inoutic
Fiche produit Arcade classique, plans décalés - Inoutic
Découverte - Les nageurs calédoniens - Fédération Française de ...
Fiche produit Elite surface décalée - Inoutic
DONNER LE POUVOIR D'AGIR À NOS EMPLOYÉS ... - Iamgold
Pour donner du souffle à vos projets - BLH Consultant.com
Fondation de dons particuliers - TD Waterhouse
Programme de subventions et de dons à visée ... - Bausch + Lomb
1414 Magazine des donateurs de la Garde aérienne suisse ... - Rega
Donner une seconde vie à la terre - Veolia Propreté
Renseignements stratégiques sur le don et le bénévolat en ...
Présentation Don du Sang_FR - Croix-Rouge luxembourgeoise
Don pour la prévention des conflits et l'établissement de la paix