College-Mieux-apprendre-pour-mieux-reussir_398622

audrey.docjj
  • No tags were found...

College-Mieux-apprendre-pour-mieux-reussir_398622

éditoMIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRAprès des années qui ont vu sa place et son rôle misen cause à mesure que ses moyens s’amoindrissaientet que sa performance se dégradait, l’école est engagéedans une refondation globale qui est au cœur duredressement de notre pays voulu par le Président dela République. L'enjeu de cette refondation tient dansce double défi de rétablir la performance du systèmeéducatif, en assurant la réussite du plus grand nombreet en luttant contre le déterminisme social, et de rendreà l’école sa mission de transmettre et de faire partagerles valeurs de la République.La loi du 8 juillet 2013 a déjà permis d’engager desévolutions positives, concentrées sur le premier degré,là où se forment les premières inégalités d’apprentissage.Aujourd’hui, nous devons prolonger la refondationen imaginant une nouvelle organisation du collège, opérationnelledès la rentrée 2016.Les évaluations nationales et internationales sontsans appel : le collège aggrave la difficulté scolaire,particulièrement dans les disciplines fondamentales.Sans mettre en cause la compétence et l'engagementdes enseignants, force est aujourd’hui de reconnaîtrelucidement que le collège cristallise les défauts denotre système éducatif. Il est profondément inégalitaire,triant les élèves davantage qu’il ne les accompagnedans la réussite. Il est monolithique dansson approche disciplinaire, suscitant parfois l’ennui,voire la perte du goût pour le travail et l’effort.Il est inadapté au développement des compétences indispensablesà la future insertion des collégiens et peu efficacesur l’orientation et la lutte contre le décrochage.En définitive, le collège actuel est souvent peu motivantpour les élèves, anxiogène pour les parentset frustrant pour les professeurs, auxquels il ne laisseque peu d’autonomie.Pour sortir de l’impasse actuelle, qui annihile la promesserépublicaine d’égalité de l’école, et redonnersa pertinence, 40 ans après sa création, à l’ambitionrépublicaine du collège unique, j’ai engagé une démarchepragmatique et globale.Pragmatique, parce que je veux d’abord partir de cequi marche déjà sur le terrain, libérer les capacitésd’initiatives des enseignants et leur traduire cetteconfiance et ce soutien dans une nouvelle organisationplus responsabilisante et collective.Globale, parce que nous devons repenser enmême temps les contenus, les pratiques d'enseignementet l’organisation pédagogique pour répondreaux enjeux du collège de 2016, qui devramieux enseigner les savoirs fondamentaux, former àd'autres compétences et assouplir le fonctionnementquotidien pour sortir de l’uniformité et s’adapter à ladiversité des besoins des élèves.C’est cette réforme que vous présente le dossiersuivant. Une réforme porteuse d’un impératif qui estplus qu’une ambition : assurer un même niveau d’exigencepour que tous les élèves acquièrent le soclecommun de connaissances, de compétences et deculture, par une priorité centrale donnée à la maîtrisedes savoirs fondamentaux.C’est cet impératif qui guide la refonte de l’ensembledes programmes engagée en cohérence avec le nouveausocle commun. Des programmes plus clairs pourdes compétences et des savoirs fondamentaux mieuxidentifiés et mieux enseignés, c’est l’intérêt partagé desprofesseurs et des élèves.C’est ce même impératif qui doit nous conduire à améliorerla façon de transmettre pour les professeurs etd’apprendre pour les élèves, en donnant aux équipes unemarge de manœuvre de 20 % du temps d’enseignement,dans le respect des horaires disciplinaires. Ce tempsdédié à un apprentissage différent des savoirs fondamentaux,par le travail en petits groupes, desenseignements pratiques interdisciplinaires ou unaccompagnement individuel particulièrement renforcéen 6 e , est au cœur de la nouvelle organisationdu collège. Il répond aux défis pédagogiques ducollège de demain, qui nécessitent des apprentissagesen rapport avec les formes simples et coopérativesd’accès aux savoirs de notre société. Dansle même esprit, le développement du numériquedans toutes ses dimensions, l’apprentissage d’unepremière langue vivante dès le CP puis d’une secondelangue vivante dès la 5 e correspondentà leur importance décisive dans la vie sociale et le mondedu travail contemporains.Avec cette réforme qui pour la première fois concernesimultanément les programmes et les méthodes d’apprentissage,je veux que le collège permette à tous lesélèves de « mieux apprendre pour mieux réussir », enmaîtrisant les savoirs fondamentaux et en développantles compétences du monde actuel. Qu’il permette égalementde mieux apprendre avec plus de confiancedans les enseignants, plus d’autonomie pédagogique,plus de capacité d’adaptation aux besoins divers desélèves. Qu’il soit enfin un collège de l’épanouissementet de la citoyenneté, qui crée du commun et fasse vivreles valeurs de la République.La consultation qui s’ouvre doit permettre de rassembleret de mobiliser l’ensemble de la communauté éducativevers ce collège de 2016, plus performant pour la maîtrisedes savoirs fondamentaux, plus stimulant pour les élèvessur la manière d’apprendre, plus confiant dans l’autonomierenforcée des équipes éducatives, plus adapté aux nécessitésdu monde de demain, plus soutenant pour tousles élèves afin d’accompagner la réussite du plus grandnombre.Najat Vallaud-Belkacem,Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignementsupérieur et de la Recherche


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRLe collège en 2016 : faire réussir tous les élèvesConstat 1 • Aujourd’hui, le collège ne garantit pasl’acquisition des connaissances de basepage 51Renforcer l’acquisition des savoirsfondamentaux en combinant des apprentissagesthéoriques et pratiques1.1 Un nouveau socle et des programmes pensés pour garantir la maîtrise du français,des mathématiques et de l’histoire1.2 Une nouvelle pratique pédagogique pour que les élèves s'approprient mieuxles connaissances : les enseignements pratiques interdisciplinaires2Constat 2 • Aujourd’hui, le collège est TROP UNIFORME.IL N’EST PAS ADAPTÉ À LA DIVERSITÉ DES ÉLÈVESTenir compte des spécificités de chaque élèvepour permettre la réussite de tous2.1 Créer des temps d’accompagnement personnalisé pour tous les élèves2.2 Développer les temps d'apprentissage en petits effectifsDonner de nouvelles marges d'initiative AUX ENSEIGNANTS :20 % du temps consacré aux nouvelles modalités d'enseignementpage 113Constat 3 • Aujourd’hui, le collège est inadaptéà l’évolution des élèves et de la sociétéDonner aux collégiens de nouvelles compétencesadaptées au monde actuel3.1 Apprendre le travail en équipe et l’expression orale3.2 Maîtriser deux langues vivantes : la LV1 enseignée dès le CP, la LV2 dès la 5 e3.3 Développer les compétences numériquespage 154Faire du collège un lieu d’épanouissementet de construction de la citoyenneté4.1 Construire l'emploi du temps autour des élèves : 1 h 30 de pause méridienne4.2 Systématiser des moments forts dans l’établissement4.3 Renforcer la démocratie collègienne4.4 Mieux associer les parents4.5 Améliorer le climat scolairepage 18Mettre fin à la ghettoïsation des collègespage 21Annexe • Le calendrier prévisionnelpage 22AnnexeS • Le collégien et l'enseignant demainpage 23


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR1Renforcer l’acquisition des savoirsfondamentaux en combinantdes apprentissages théoriqueset pratiques5


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRConstat 1 • Aujourd’hui, le collège ne garantit pasl’acquisition des connaissances de baseEn 10 ans, les élèves ont régressé en français, en maths, en histoire.En compréhension écritE86%85%84%83%82%81%80%79%78%84,8%80,7%82,3%81,1%PISA 2000 PISA 2012-3,7points+1,6pointsFRANCEÉvolution entre2000 et 2012OCDEÉvolution entre2000 et 2012La proportion d'élèves ne maîtrisant pas les compétences de base en françaisest de 12 % en CM2 et de 25 % en 3 e .(Source OCDE / PISA, nombre d’élèves au-dessus du niveau 2 de compétences - niveau jugé satisfaisant)6En mathématiques83,4%84% FRANCE82%80%78%76%74%En histoire-géographie86%78,5%77,6%77,8%PISA 2003 PISA 2012-5,7points-0,7pointsÉvolution entre2003 et 2012OCDE(Source OCDE / PISA, nombre d’élèves au-dessus du niveau 2 de compétences - niveau jugé satisfaisant)Évolution entre2003 et 2012La proportion d'élèves ne maîtrisant pas les compétences de base en mathématiquesest de 9 % en CM2 et de 13 % en 3 e .84%82%80%78%76%85%78,6%-6,4pointsFRANCEÉvolution entre2006 et 201274%CEDRE 2006 CEDRE 2012(Source CEDRE, nombre d’élèves au niveau de compétences >1*)* Les élèves du groupe 0 ne sont capables que de réponses ponctuelles et dispersées ; ils ont très peu de connaissancesdisciplinaires ; les élèves du groupe 1 ont des connaissances très fragmentaires et restreintes.


1.1UN NOUVEAU SOCLE ET DES PROGRAMMES PENSÉS POUR GARANTIRLA maîtrise DU français, Des mathématiques et DE l’histoireLe nouveau socle commun de connaissanceset de compétences et les nouveaux programmesqui en découleront et entreront en application àla rentrée 2016 ont été entièrement repensés.• Pour la première fois, les 800 000 enseignantsont contribué à l’élaboration de ce nouveausocle et de ces nouveaux programmes.• Ils sont pensés pour l’ensemble de la scolaritéobligatoire, ils sont donc plus progressifset plus cohérents.• Ils sont plus simples et plus lisibles.• Ils mettent les acquis des élèves au cœur dela pratique (désormais, le programme, ce n’estplus ce que l’enseignant doit faire avec lesélèves mais ce que les élèves doivent savoir).• Ils sont moins prescriptifs (ils font davantageconfiance aux enseignants et à leur connaissancedes besoins des élèves).Les programmes ne sont ni allégés, ni alourdis; ils correspondent à une nouvelle logiquequi met les acquis de l’élève au cœur de lapratique des enseignants.Les nouveaux programmes de françaisLes nouveaux programmes de français mettentau centre la maîtrise et l’utilisation de la langue,à l’oral et à l’écrit. Les nouveaux attendusde maîtrise de la langue sont plus exigeants.Par ailleurs, afin de contribuer à améliorer leniveau en français de tous les collégiens, deséléments culturels et linguistiques des languesanciennes seront intégrés dans le programme defrançais. L’excellence sera ainsi mise au servicede la réussite de tous et de la réduction desinégalités de maîtrise de la langue française.Les nouveaux programmesde mathématiquesLes nouveaux programmes de mathématiquesvont construire chez les élèves la culture mathématiquenécessaire à la compréhension dumonde d’aujourd’hui et rendront l’enseignementdes mathématiques plus attractif. L’élève pratiqueratrès régulièrement le calcul, mentalet écrit. Il maîtrisera les ordres de grandeur.Il résoudra des problèmes impliquant desgrandeurs variées (géométriques, physiques,économiques). Il utilisera régulièrement l’informatique.Il connaîtra les principes de base ducodage. Il connaîtra les langages simples deprogrammation informatique. Les liens entre lesmathématiques et les autres matières serontrenforcés : les mathématiques sont un « biencommun » que partagent toutes les matières.Les nouveaux programmes d’histoirePar ses programmes, par ses enseignements,l’histoire-géographie contribue de façon essentielleà la compréhension des enjeux des sociétéscontemporaines. Elle donne les repères spatio-temporels,chronologiques, culturels indispensablesà la culture générale d’un citoyen duxxi e siècle. La connaissance du passé, le travailde mémoire qu’elle alimente sont essentiels àla transmission des valeurs républicaines et desprincipes du vivre-ensemble. Plus simples, pluslisibles, plus progressifs et plus cohérents, lesnouveaux programmes permettront aux élèvesde mieux maîtriser la connaissance du passé.7Socle & programmesLe socle commun de connaissances, de compétences et de culture présente ce que tout élèvedoit savoir et maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire. Il rassemble l'ensemble des connaissanceset des compétences indispensables, qui lui permettra de s’épanouir personnellement, dedévelopper sa sociabilité, de réussir la suite de son parcours scolaire. La maîtrise du socle estattestée par l’obtention du diplôme national du brevet (DNB). Entièrement revu avec la contributiondes 800 000 enseignants, le nouveau socle est soumis au CSE le 12 mars 2015.Les programmes constituent le cadre national au sein duquel les enseignants organisent leursenseignements en prenant en compte les rythmes d'apprentissage de chaque élève. Pour la premièrefois, ces programmes sont repensés en cohérence avec le nouveau socle. Les enseignantsseront consultés du 8 avril au 22 mai 2015 sur le projet proposé par le Conseil supérieur desprogrammes. Tout comme le socle, les programmes de l’école élémentaire et du collège entreronten vigueur à la rentrée 2016.


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR1.2UNE NOUVELLE PRATIQUE PÉDAGOGIQUE POUR QUE LES ÉLÈVESS'APPROPRIENT MIEUX LES CONNAISSANCES : les enseignementspratiques interdisciplinaires8À compter de la rentrée 2016, pour mieux s'approprierdes savoirs abstraits, les élèves bénéficierontd’enseignements pratiques interdisciplinaires.Ils permettront aux élèves de comprendrele sens de leurs apprentissages en les croisant,en les contextualisant et en les utilisant pourréaliser des projets collectifs concrets.• Ces projets s’inscriront dans l’un des huitnouveaux thèmes de travail correspondant auxenjeux du monde actuel : développement durable ;sciences et société ; corps, santé et sécurité ;information, communication, citoyenneté ;culture et création artistiques ; monde économiqueet professionnel ; langues et culturesde l’Antiquité ; langues et cultures régionaleset étrangères.• Ces temps de travail sont des moments privilégiéspour mettre en œuvre de nouvellesfaçons d’apprendre et de travailler pour lesélèves. Ils développeront l'expression orale,l'esprit créatif et la participation.• Les projets sont pris en charge par les enseignantsde toutes les matières qu'ils sollicitent.Ils définissent en équipe les contenus des cours.• Ils concernent les élèves du cycle 4 : 5 e , 4 e ,3 e . Ils travailleront sur au moins deux thèmeschaque année.• Les nouveaux thèmes de travail sont inscritsdans les programmes. Les projets sont évaluéset inclus dans les compétences du diplômenational du brevet.• Les collèges qui proposaient l’option facultativelatin pourront l’inclure dans la matière complémentaireLangues et cultures de l’Antiquité.Les élèves pourront ainsi, s’ils le souhaitent,poursuivre l’apprentissage du latin de la 5 eà la 3 e .• Des exemples de projets concrets seront proposéspar le ministère de l’Éducation nationale,de l'Enseignement supérieur et de laRecherche sur son site eduscol.education.fr.


exemple 1Sciences et société :mathématiques, physiqueet histoireUn magazine consacré à la machineà vapeurNadia, Carole et Jérôme sont en classede 4 e . Ce trimestre, le jeudi après-midide 14 h à 16 h, avec leurs professeursde mathématiques, de physique-chimieet d’histoire, ils mènent un projet sur la machineà vapeur : créer un magazine consacréà cette invention.Du cours de physique, le chapitre sur lapression d’un gaz.Leur professeur de mathématiques leura demandé de prouver qu’il s’agissaitréellement d’une révolution en calculant,à partir de la vitesse d’un cheval et la vitessedes premiers trains, le temps gagné pour rejoindreles villes de Lyon, Marseille, Orléanset Nantes depuis Paris.Nadia, Carole et Jérôme rédigent actuellementleur magazine et seront évalués dansquelques semaines sur ce projet qu’ils présenterontà toute leur classe.Du cours d’histoire, ils utilisent leursconnaissances sur la révolution industrielleau xix e siècle.? !exemple 2Information, communication,citoyenneté :enseignement moralet civique, arts plastiquesLes débats en caricaturesAgnès, Éloïse, Léo, Lorraine, Zinedine et Matteosont élèves en classe de 5 e . Leurs professeursd’arts plastiques et d’enseignementmoral et civique ont décidé deréaliser un travail autour de la libertéde la presse et, plus particulièrementdu dessin de presse.local, qu’il a trouvé dans l’annuaire desréservistes citoyens et qui a accepté d’êtrele grand témoin de ce débat en classe.Agnès et Zinedine sont doués pour le dessin,ils ont donc réalisé chacun une caricaturesur un même sujet qui divise en ce momentles élèves du collège : la propositiondes élus du conseil de la vie collégienned'organiser des Olympiades pour tous lesélèves dont la finale aurait lieu un samediaprès-midi. Agnès a défendu la propositionalors que Louis a proposé une caricaturedans laquelle il critique le fait que cela sefasse en plus des heures de cours.9En enseignement moral et civique, il estdemandé à chaque élève d’être en capacitéd’argumenter et de confronter ses jugementsà ceux d’autrui dans une discussion. Les sixélèves doivent se regrouper pour organiserun débat autour de caricatures qu’ilsdoivent préparer dans le cadre du coursd’arts plastiques.Éloïse et Lorraine ont préparé et animé ledébat dans la classe avec l’aide de leurenseignant et ont pu bénéficier d'un regardextérieur sur le sujet grâce au caricaturiste.Chacun a pu exprimer son point devue. Léo et Matteo ont pris des notes pendantle débat et préparé un article pourle journal du collège.Leur enseignant a choisi de faire venir pendantune heure de cours un caricaturiste du journalLes enseignants les ont évalués sur ce projetcomplet : les caricatures, l’organisation dudébat et l’article de presse.


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRexemple 3Développement durable :physique, sciencesde la vie et de la terre,technologieDes éoliennes en maquetteLucas et Nora sont élèves en classe de 3 eet vont s’intéresser aux éoliennes avecleurs enseignants de physique, de SVT etde technologie.Pour leur projet, Lucas et Nora doivent créerune maquette et faire un reportage vidéosur le blog du collège.Du cours de physique, Lucas et Nora utilisentce qu’ils ont appris sur l’alternateur et lespossibilités de production de l’électricité pourexpliquer comment une éolienne produit del’électricité. Avec quelques recherches personnelles,ils parviennent à aller plus loin etexpliquer pourquoi certaines éoliennes sontplus performantes que d’autres.Du cours de SVT, le chapitre sur les énergiesfossiles et énergies renouvelables qu’ils ontétudié il y a quelques semaines.Leur enseignant de technologie les accompagnedans la création d'une petite maquettereprésentant une éolienne. Ils ont déjà eu l’occasionen 5 e et 4 e d’être initiés aux démarchesde conception et de modélisation numérique ;ils ont vu comment cela pouvait fonctionnersur un pont. À l'aide d'une maquette numérique,ils mettent en application leurs connaissancespour produire un modèle simple quiassocie une hélice, un aimant et une bobinede cuivre qu’ils font tourner grâce à unsèche-cheveux afin d’alimenter une LED.Lucas et Nora ont été évalués sur cettevidéo dans laquelle ils sont parvenusà expliquer de manière simple commentfonctionnaient les éoliennes et pourquoi ellespouvaient représenter une source d’énergied’avenir.10exemple 4Monde économiqueet professionnel : anglais,géographie, mathématiquesC’est quoi un urbaniste ?Les professeurs d’anglais, de géographieet de mathématiques ont décidé de fairedécouvrir un métier aux élèves, celui d’urbaniste.Pour cela, chacun a prévu d’associerla découverte de cette profession à une partiede leur cours. Après avoir fait intervenirun professionnel de l’urbanisme qui a présentéaux élèves son métier, la mise en pratiquea pu commencer.Le professeur de géographie lie le projetau chapitre sur la ville et sur les paysageset territoires pour que les élèves puissentmieux comprendre les problématiques poséesdans ces chapitres à travers le regard d’unprofessionnel.Le professeur de mathématiques a choiside s’appuyer sur l’urbanisme pour aborderle chapitre « Aires et périmètres. »Le professeur d’anglais quant à lui veutdemander aux élèves de produire un exposésimple à l’oral sur ce sujet en expliquantbrièvement ce qu’est le métier d’urbanisteet en prenant un cas très concret d’un quartierdans une ville anglophone.Marie et Mélanie vont donc préparer un exposéet pour répondre à l’énoncé, ont dessiné surune grande affiche le plan d’un quartier deSeattle. Elles ont tout d’abord expliqué commentl’urbaniste travaillait pour définir lescontours d’un nouveau quartier. Puis, à partirdu plan qu’elles ont remis à tous les élèves,elles ont comparé l’utilisation des différentessurfaces : la surface du parc, la surface deshabitations, la surface du nouveau centrecommercial.Tout cela, en anglais !Elles ont ainsi découvert un nouveau métiertout en mettant en œuvre leurs compétences :les concepts simples sur la ville, le calculdes aires et l’anglais.


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR2Tenir compte des spécificitésde chaque élève pour permettrela réussite de tousConstat 2 • Aujourd’hui, le collège est tropuniforme. Il n’est pas adapté à la diversitédes élèves• Les contenus proposés au collégien aujourd’hui sont, quelsque soient ses besoins et quels que soient ses résultats,identiques à ceux proposés à tous ses camarades.• Selon une enquête de l’AFEV, seul 1 collégien sur 3 demandeune explication à son enseignant quand il ne comprend pas(2 sur 3 en primaire).• Aujourd’hui, les collégiens ne se voient proposer que deuxheures d’aide et d’accompagnement au travail personnel,en classe entière et uniquement en classe de 6 e .11


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR2.1Créer des temps d’accompagnement personnalisé pour tousles élèvesAfin de tenir compte des spécificités de chaqueélève, des temps d’accompagnement personnalisévont être mis en place pour s’assurer que chaqueélève maîtrise les savoirs fondamentaux et pourleur permettre d’approfondir leurs apprentissages.Ces temps d’accompagnement personnalisésserviront aussi à apprendre à chaqueélève les méthodes de travail.Des horaires dédiés à l’accompagnement personnalisésont prévus pour tous les élèves afin de s’adapteraux mieux à leurs besoins hétérogènes.Par âge :En 6 e , tous les élèves auront 3 heures d’accompagnementpersonnalisé afin que la transitionécole-collège se fasse dans les meilleuresconditions (voir aussi encadré « Garantir lacontinuité école-collège »). On y fera acquérirplus explicitement les méthodes : prendre desnotes, apprendre une leçon, faire des révisions,comprendre et rédiger un texte écrit, faire unerecherche documentaire…• En 5 e , 4 e et 3 e , les élèves auront au minimum1 heure d’accompagnement personnalisé permettantl'explicitation des attendus, l'approfondissement,l'entraînement, la constructionde l'autonomie ;• Tous les élèves bénéficieront du même nombred’heures d’accompagnement personnalisé.Par besoins :• Les élèves sont regroupés en fonction de leursbesoins et au sein de groupes dont la compositionvarie au long de l’année (c’est-à-direpas toujours dans leur classe) ; cela permetà chaque élève, au plus comme au moinsavancé, de renforcer ou d’approfondirses connaissances dans les différentes matièresen fonction de sa progression.12Garantir la continuité école-collègeLe conseil école-collège, composé des équipes de CM2 et de 6 e , associe un collège et les écolesde son secteur de recrutement afin d’améliorer la continuité pédagogique et éducative entre l’écoleet le collège.Le conseil école-collège a la charge :• de garantir la cohérence de la construction et de la mise en œuvre des programmes de la maternelleà la 3 e . Il s’assure de la prise en compte de la progressivité des apprentissages sur tout letemps de la scolarité obligatoire ;• d’assurer une harmonisation des pratiques éducatives pour garantir la continuité des apprentissagesentre le CM2 et la 6 e ;• d’échanger sur les besoins des élèves en amont de leur entrée au collège ;• de faciliter la mise en commun des ressources éducatives et pédagogiques des enseignants dupremier et du second degré ;• de mettre en place des temps de formation en commun entre les professeurs des écoles et lesprofesseurs du collège, indispensables à l’harmonisation des pratiques éducatives.


exemple 1Pierre, élève de 6 E , a TROISheures d’accompagnementpersonnalisé par semaine.Ce trimestre, une de ces heures a lieuavec l’ensemble de sa classe : suiteà un constat fait par les enseignants, le professeurd’histoire-géographie aide les élèvesà identifier ce qu’ils peuvent améliorer dansleur compréhension des énoncés, en leurproposant d’analyser des sujets de contrôlesdans différentes matières, puis d’en rédigereux-mêmes. Les élèves ne travaillent pas toussur les mêmes énoncés, et, au fil des séances,chacun affine son analyse. Après quelquescours, Pierre n’a déjà plus de difficultéà repérer ce qu’une même demande impliqueselon les différentes matières.Il va maintenant aborder ses difficultésplus particulières face aux énoncés de mathématiquesqui continuent de lui résisterun peu.Pour le prochain trimestre, Pierre a demandéà rejoindre le groupe d’expressionorale, car il a envie de gagner unpeu en aisance lorsqu’il doit parler devantla classe.2.2DÉVELOPPER LES TEMPS D'APPRENTISSAGE EN PETITS EFFECTIFS• Les petits groupes permettront aux enseignantsd’interagir davantage avec les élèves et d’apporterdes réponses à leurs besoins. Dans cespetits groupes, les élèves seront davantagesollicités, questionnés, mis en activité.• Les collèges bénéficieront de nouveaux moyensd’enseignement pour faciliter ces démarches.4 000 ETP accompagnent ainsi la réformedu collège.13


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRDonner de PLUS GRANDESmarges d’initiative AUXENSEIGNANTS : 20 % DU TEMPSCONSACRÉ AUX NOUVELLESMODALITÉS D'ENSEIGNEMENT14La confiance dans la capacité des équipes pédagogiques et éducativesà définir les réponses aux besoins de leurs élèves estune des clés de la réussite de cette réforme. Elles disposerontd’une réelle capacité d’initiative. Au total, les nouvelles modalitésd’enseignement (les enseignements pratiques interdisciplinaires,l’accompagnement personnalisé et le travail en petits groupes)représenteront 20 % du temps des enseignants qu'il leur reviendrad'organiser (en conseil pédagogique) en fonction des besoinsdes élèves ; pour l’apprentissage des élèves, ils représenteront4 à 5 heures chaque semaine :• les équipes pédagogiques choisiront à l’intérieur de leursprogrammes les contenus des nouveaux thèmes de travail desenseignements pratiques interdisciplinaires et leurs modalitésde prise en charge par des enseignants de plusieurs matières ;• elles définiront ce qui sera proposé aux élèves pendant lestemps d’accompagnement pédagogique : travail sur les méthodespour apprendre, approfondissement disciplinaire, etc.• elles choisiront les heures de cours qui seront dispenséesen groupes à effectifs réduits.Au-delà de ces 20 %, le travail en équipe permettra une meilleurecoordination des enseignants et une meilleure détection des difficultésdes élèves, un meilleur montage de projets en commun.Les nouveaux programmes, plus cohérents, laisseront à chaqueenseignant plus de souplesse et de temps pour mettre en œuvredes pédagogies plus actives.Des moyens donnés pour permettre aux équipesde s'approprier ces nouvelles marges d’initiative• Les équipes bénéficieront de formations pour les accompagner dans la mise enœuvre de leurs futurs projets dès l’année 2015-2016.• Le chef d’établissement pourra s’appuyer davantage sur des coordonnateurs dediscipline, de cycle et de niveau ainsi que des référents, dans la mesure où lesmissions de ceux-ci sont désormais reconnues grâce à des indemnités pour missionsparticulières. Ces indemnités de mission particulière peuvent aller jusqu’à3 750 euros par an.• Les nouvelles modalités de constitution du conseil pédagogique, dont les membressont désormais désignés par le chef d’établissement sur proposition des équipespédagogiques, favorisent l’exercice de ses compétences : concertation, réflexion etanimation pédagogiques.• 4 000 postes sont créés pour accompagner la réforme et permettre notamment letravail en petits groupes.


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR3Donner aux collégiens DE NOUVELLESCOMPÉTENCES ADAPTÉES AU MONDEACTUELConstat 3 • Aujourd’hui, le collège est inadaptéà l’évolution des élèves et de la société• Trop de collégiens n’ont aujourd’hui pas suffisammentl’envie d’apprendre et d’aller en classe. Alors qu’ilssont 25 % selon une enquête de l’AFEV à s’ennuyersouvent voire tout le temps à l’école primaire, ilssont 71 % au collège.• Les collégiens sont plus passifs que les élèves d’écoleprimaire : ils ne sont que 15 % à participer régulièrementau collège contre 39 % en moyenne en primaire.• Les élèves ont besoin d’apprendre les nouvellescompétences que la société requiert :apprendre à travailler en équipe, à proposer, à expérimenter,à s’exprimer à l’oral, à conduire un projet.15


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIR3.1 Apprendre le travail en équipe et l’expression oraleAu-delà de donner du sens aux apprentissages,les enseignements pratiques interdisciplinairesont une seconde vertu : ils permettent aux élèvesd’apprendre le travail en équipe, de proposer,de s’exprimer à l’oral, de conduire un projet.Ces compétences, qui sont indispensablespour la poursuite des études, la vie en sociétéet l’insertion sociale et professionnelle, sontaujourd’hui insuffisamment travaillées au collège.Dans les pays où le travail en groupe a étéinstitué à l’école, comme à Singapour, les élèvespensent le plus souvent qu’il est utile de partagerles idées et apprennent plus vite en travaillantà plusieurs. Ils ont par ailleurs tendanceà se sentir mieux à l’école et à avoir une plusgrande confiance dans leurs enseignants. Enfin,leur capacité à coopérer, l’ouverture dont ils fontpreuve face à de nouvelles expériences favorisentleur insertion sociale et professionnelle.163.2Maîtriser deux langues vivantes : la LV1 enseignée dès le CP,la LV2 dès la 5 eL'amélioration des compétences en languesvivantes étrangères des élèves français est unepriorité. Elle passe par l’apprentissage de lapremière langue vivante dès le CP par tous lesélèves à partir de la rentrée 2016 et l’apprentissageprécoce d’une seconde langue vivantedès la classe de 5 e .• L’apprentissage des langues tient une placefondamentale dans la construction de la citoyenneté,dans l’enrichissement de la personnalitéet dans l’ouverture au monde. L’undes rôles de l’éducation est d’ouvrir l’espritdes élèves à la découverte de l’inconnu, del’autre, de l’étranger, de leur faire connaîtrece qui ne leur est pas spontanément familier.Apprendre une langue vivante étrangère, c’estaussi apprendre une culture.• L’apprentissage des langues favorise l’insertionprofessionnelle des jeunes en France età l’étranger. Aujourd’hui, parler une langueétrangère est devenu indispensable pourpermettre aux élèves, plus tard, de trouverleur place dans le monde professionnel. Leslangues étrangères sont utiles au quotidien.• L’apprentissage des langues vivantes commenceraplus tôt pour la première comme pourla seconde langue vivante : dès le CP pourla première langue vivante, dès la 5 e pour laseconde langue vivante.En 2008, lors du TOEFL (Test of English as a Foreign Language), les candidats français (en finde lycée) arrivent tout juste au niveau attendu. La France se classe au 69 e rang du classementmondial (109 pays).3.3 Développer les compétences numériquesLe collège du xxi e siècle doit être en phaseavec les usages du numérique d’aujourd’hui, etapprendre aux collégiens, qui s’en servent parailleurs dans leur vie de tous les jours, à lesutiliser, à les maîtriser et à les comprendre.• Les collégiens acquièrent les valeurs, les repèreset l’esprit critique d’une nouvelle culturenumérique. Dans leurs activités au sein desréseaux sociaux et des espaces collaboratifsen ligne, ils comprennent les enjeux desécurité numérique, de fiabilité des sourceset de l’information, de civilité et de respectvis-à-vis d’autrui.• Les collégiens maîtrisent les outils numériques.Avec les équipements numériquesindividuels mobiles, tels que des tablettes,et les ressources en ligne qui seront mis àleur disposition dans le cadre du grand plannumérique, ils pourront :- accéder à des contenus et à des servicesnumériques innovants et utiles pour leurs


apprentissages (manuels scolaires interactifs,applications dédiées aux apprentissages,exerciseurs, révisions, jeux sérieux,simulations, etc.) ;- utiliser des outils et des contenus embarquéspour travailler au quotidien (agenda,calculatrice, dictionnaires, prise de notes,répertoires, podcasts, etc.) ;- recevoir des informations et des données ducollège (revue de presse du CDI, orientation,événements, activités sportives, cahier detextes, livret scolaire, notes, etc.) ;- communiquer avec les autres élèves, lesenseignants, et tous les membres de lacommunauté éducative (blog de correspondances,réseau social de la classe, ducollège, etc.).• Ces outils faciliteront un apprentissage individualisé,au rythme de chacun. Les enseignantspourront créer des parcours adaptés,notamment pour répondre aux situations particulières,comme le handicap.• Des services d’aide à distance aux élèves endifficulté seront disponibles.• Les enseignants pourront évaluer et suivre lesacquis des élèves durant le cours de manièreplus fréquente et plus automatique, à l’écritcomme à l’oral.• Les collégiens développent leurs connaissanceset leurs compétences en algorithmique et eninformatique. Ces nouveaux savoirs sont intégrésaux programmes.Trois cents collèges inaugurent le plan numérique pour l’éducationà la rentrée 201517• Un appel à projets est lancé pour désigner les trois cents premiers collèges du plan numérique.La qualité du projet pédagogique et du partenariat construit entre l’établissement, le rectoratd’académie et la collectivité territoriale sera le critère essentiel d’évaluation des candidatures.• Chaque projet sélectionné sera soutenu dans l’acquisition de ressources pédagogiques et d’équipementsnumériques. Les équipes enseignantes recevront une formation dédiée.• Les équipes pédagogiques bénéficieront d’un accompagnement tout au long du projet par l’académie.Un référent numérique sera également mis en place dans l’établissement même.


4Faire du collègeun lieu d’épanouissementet de construction de la citoyenneté,UNE COMMUNAUTÉ OÙ L'EXPÉRIENCEINDIVIDUELLE ET L'ACTIVITÉ COLLECTIVESONT PRIVILÉGIÉES


4.1Construire l’emploi du temps autour des élèves : 1 h 30 de pauseméridienne• L’emploi du temps du collège sera désormais construit autour des élèves : une pause méridienned’une heure et demie permettra aux externes comme aux demi-pensionnaires et internes d’avoirun vrai temps de respiration pendant la journée d’école.4.2 Systématiser des moments forts dans l’établissement• Des actions relatives à la formation du futurcitoyen et à la promotion des valeurs de laRépublique et de la laïcité sont inscritessystématiquement dans les projets d’établissement.Ces actions sont particulièrementvalorisées et explicitées auprès des parentsd’élèves. Les projets d’établissement détaillentpar ailleurs les modalités de la participationactive des élèves aux commémorations patriotiqueset aux journées ou semaines spécifiques(la Semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme,la Semaine de l’engagement).Tous les collèges célèbrent une Journée dela laïcité le 9 décembre.• L’organisation d’un temps annuel de rencontreet d’échange avec l’ensemble de la communautééducative (cérémonie de remisede diplômes, valorisation des réussites desélèves, spectacle de fin d’année, etc.) estsystématisée.4.3 Renforcer la démocratie collégienne• Les conseils de délégués pour la vie collégiennesont des lieux d’apprentissage de l’exercicede la démocratie. Ils seront développés danschaque collège.• Indissociable de la transmission d’une culturede la presse et de la liberté d’expression,l’éducation aux médias et à l’information estun enseignement intégré de manière transversaledans les différentes matières. Unmédia – radio, journal, blog ou plateformecollaborative en ligne – est développé danschaque collège.194.4 Mieux associer les parentsL’implication des parents est essentielle dansla réussite scolaire de chaque élève. C’estpourquoi, les accompagner pour mieux lesassocier est un objectif prioritaire du systèmeéducatif. Pour cela de nombreux dispositifssont mis en œuvre.La communication avec les famillesUn outil numérique de communication entrel’élève, les parents d’élève, l’enseignant etl’établissement, d’utilisation facile par tous,est indispensable au suivi des élèves, deleurs apprentissages et de leurs progrès.Un livret scolaire unique numérique va êtremis en place. Il permettra d’appréhendertoutes les formes d’évaluation et d’assurerun suivi des acquis scolaires sans rupture, dupremier au second degré.Le suivi de l'absentéismeLa prévention et la remédiation du décrochageet les sanctions des incivilités associeront plusétroitement les parents (cf. la circulaire du24/12/14 relative à la prévention de l'absentéisme,la stratégie de lutte contre le décrochagescolaire présentée le 21/11/14 et le plan demobilisation de l'école pour les valeurs de laRépublique du 22/1/15.)La mallette des parentsElle permet aux équipes éducatives d’accompagneret de soutenir les parents, en leur rendantplus compréhensibles le sens et les enjeux dela scolarité de leur enfant et le fonctionnementde l’institution. Au collège elle sera étendue àl’ensemble des classes de 6 e et de 3 e .


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRDispositif ouvrir l’école aux parentspour la réussite des enfantsTrois axes d’apprentissage sont développés pour les parents étrangers, primo-arrivants ou non :l’acquisition du français, la connaissance du fonctionnement et des attentes de l’école vis-à-visdes élèves et des parents, la connaissance des valeurs de la République et de leur mise enœuvre dans la société française. Le dispositif donne aux parents les moyens de mieux assurer lesuivi scolaire de leurs enfants et de développer une relation de coopération avec les enseignants.204.5 AMÉLIORER LE CLIMAT SCOLAIREAgir sur le climat scolaire permet de diminuerde façon très importante les phénomènes de violences,améliore la réussite dans les apprentissagesde tous les élèves, contrecarre les inégalitésscolaires.Le travail important pour l’amélioration du climatscolaire entrepris par la délégation ministériellechargée de la prévention et de la lutte contreles violences en milieu scolaire, sera poursuiviautour de trois axes : mesurer, accompagner,former et étayer.Mesurer le climat scolaireLes enquêtes locales de climat scolaire à la demandedes collèges seront généralisées pour développerdes actions locales ciblées, au plus près des personnelset des élèves et restaurer, si besoin, lesentiment d’appartenance et de sécurité.AccompagnerLes collèges qui en ont besoin bénéficient dusoutien, de l’accompagnement et de l’expertisedes proviseurs vie scolaire, des inspecteursétablissements et vie scolaire, et, lorsquenécessaire, des équipes mobiles de sécurité.FORMER ET ÉTAYERUn guide national « Agir sur le climat scolaireau collège » et un site Web national collaboratifwww.reseau-canope.fr/climatscolaire invitentles équipes des établissements, les élèves, lesparents à s’engager comme acteurs du climatscolaire. Le dispositif national de formation degrande ampleur depuis deux ans, décliné dansles projets académiques et dans les plans académiquesde formation qui a permis de toucherplus de 45 000 personnes, sera poursuivi.


Mettre fin à la ghettoïsationdes collègesRAPPELUne allocation progressive des moyens d’enseignementpour plus d’égalitéL’allocation des moyens d’enseignement en fonctiondes difficultés sociales des collèges adoptée parle ministère en décembre 2014 permet d’attribuerles moyens selon un principe fort de solidarité :donner plus à ceux qui ont moins.La prise en compte du travail en éducation prioritairepour accéder aux plus hauts échelons de rémunérationDans le cadre des travaux conduits en 2014 sur les missionsdes personnels enseignants du premier et seconddegré, un grade à accès fonctionnel pour les enseignantsa été décidé. Ce grade sera ouvert principalementaux enseignants ayant exercé au sein des établissementsles plus difficiles de l’éducation prioritaireà partir de la rentrée 2016.21à venirLa création de secteurs communs à plusieurs collègespour favoriser la mixité socialeSur la base d’un diagnostic partagé, réalisé en 2015-2016, de nouveaux secteurs de recrutement des collègesseront définis, avec les conseils départementaux,pour regrouper plusieurs établissements et favoriserainsi une meilleure mixité sociale dans la procédured'affectation.


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRAnnexe • Le calendrier prévisionnelPrintemps 2015 :• « Le collège en 2016 : mieux apprendre pour mieux réussir »• Adoption du socle commun de connaissances, de compétences et de culture• Présentation du nouveau diplôme national du brevet• Remise par le Conseil supérieur des programmes des propositions de programmes de l’écoleélémentaire et du collège• Consultation sur les propositions de programmes de l’école élémentaire et du collège22été 2015 :• Adoption des nouveaux programmes de l’école élémentaire et du collègeRentrée 2015 :• Entrée en vigueur du nouveau programme de l’école maternelle• Entrée en vigueur des programmes d’enseignement moral et civiqueRentrée 2016 :• Entrée en vigueur de la réforme du collège• Entrée en vigueur du socle commun de connaissances, de compétences et de culture• Entrée en vigueur des nouveaux programmes de l’école élémentaire et du collège


Annexe • Le collégienLe collégien aujourd'hui :• Son emploi du temps est identique, quels que soient ses besoins et quels que soient sesrésultats, à celui de tous ses camarades, tant au niveau du rythme que de la répartitiondes contenus.• Il subit une rupture par rapport aux modalités d’apprentissage de l’école et doit rapidement,en manquant parfois de soutien, s’adapter à l’entrée en 6 e .- Or il ne se voit proposer que deux heures d’aide et d’accompagnement au travail personnel,en classe entière, dédiées à la fois à la remédiation, à l’approfondissement, aututorat et à l’aide au travail personnel.• Les enseignements qui lui sont proposés sont organisés de manière « traditionnelle » etavant tout conçus pour les « bons élèves » :- ses apprentissages sont organisés selon une logique presque exclusivement disciplinaire ;- les contenus qui lui sont transmis sont plutôt abstraits et sollicitent trop peu son appétitd’apprendre.• Il attend la 4 e pour apprendre une deuxième langue vivante.» Le collège ne suscite pas pour tous les collégiens l’envie d’apprendre et d’aller en classe.le collégien demain :• En 6 e , le collégien est accompagné selon des modalités adaptées à ses besoins : apprentissagede méthodes, approfondissement, renforcement, entraînement, remise à niveau, etc.» 3 heures d’accompagnement personnalisé permettent à l’élève de 6 e de devenir un collégien :il se voit proposer une démarche d’apprentissage appropriée pour soutenir sa capacité d’apprendreet de progresser, et améliorer ses performances.• En 5 e , 4 e et 3 e , le collégien acquiert de nouvelles compétences (travail en équipe, expressionorale, démarche active dans les apprentissages, etc.) dans le cadre des enseignementspratiques interdisciplinaires, qui le font accéder à :- une approche concrète des savoirs ;- des réalisations concrètes, individuelles ou collectives ;- de nouvelles situations d’apprentissage ;» Ces heures d’enseignements sont prises en charge par les enseignants de toutes les disciplines.• Le collégien acquiert les valeurs, les repères et l’esprit critique d’une nouvelle culturenumérique.• Le collégien maîtrise les outils numériques.• Le collégien développe ses connaissances et ses compétences en algorithmique et eninformatique.• Le collégien apprend deux langues vivantes dès la classe de 5 e . L’apprentissage des languesvivantes se commence désormais plus tôt pour la première comme pour la seconde languevivante : dès le CP pour la première langue, dès la 5 e pour la seconde langue vivante.23


MIEUX APPRENDRE POUR MIEUX RÉUSSIRAnnexe • L'enseignant24L'enseignant aujourd'hui :• Peu d’échanges collectifs sur les pratiques d’enseignement.• Une pratique du métier le plus souvent solitaire avec des temps d’intervention purementdisciplinaires.l'enseignant demain :• Un collectif de travail renforcé à travers la mise en place des enseignements pratiquesinterdisciplinaires et des temps d’accompagnement personnalisé, élaborés de manièrecollective par les équipes pédagogiques .• Des enseignants intervenant seuls ou en co-intervention dans le cadre des enseignementspratiques interdisciplinaires.


www.education.gouv.fr#college2016

More magazines by this user
Similar magazines