CAHIER DU PARTICIPANT - Ville de Longueuil

longueuil.ca

CAHIER DU PARTICIPANT - Ville de Longueuil

CAHIER DU PARTICIPANTNom :Prénom :


Les membres du PanelMarie-Josée FilteauDirectrice générale de CertexCréée en 1992, Certex est une entreprise d’économiesociale ayant pour mission de protégerl’environnement par l’opération d’un centre derécupération et de recyclage, tout en favorisantl’intégration socioprofessionnelle de personnesayant des limitations fonctionnelles.Certex est la plus grande installation du genre auQuébec. Elle offre un emploi à 140 personnes, dontplus de 75 % ont des limites fonctionnelles. Certextrie 6 000 tonnes de vêtements, souliers et textiles.75 % de son chiffre d’affaires est constitué de lavente des vêtements aux friperies et aux éco designerspour le réemploi.Stéphane ÉlieFondateur,Président et chef de la directionde Symbiose Centre Contact ClientSymbiose Centre Contact Client fait sa marquecomme entreprise québécoise dans l’industriemondiale des services téléphoniques en sous-traitance.L’entreprise offre des services téléphoniquesen 8 langues et des opérations 24 h sur 24 h et7 jours par semaine. Depuis sa création en janvier2009, le nombre d’employés est passé de 5 à plusde 180.Monsieur Élie a été choisi par la Fondation canadiennedes jeunes entrepreneurs pour représenterle Canada au Sommet des jeunes entrepreneurs duG20 à Nice en octobre 2011 et à Mexico en juin2012.Claude RobertPrésident et chef de la direction,Groupe Robert inc.Fondée en 1946 par Rosario Robert, l’entreprisefamiliale emploie plus de 3 000 personnes dont2 500 au Québec. Transport Robert sillonne leréseau routier nord-américain en déployant ses1 200 camions et 4 000 remorques diversifiées.Une offre de services allant des produits alimentairesau matériel aérospatial, en passant par leverre, les éoliennes et pièces hors normes pourl’industrie manufacturière et minière. Plus de20 centres de distribution totalisant 3 millions depieds carrés complètent son offre de logistique intégréeà la chaîne d’approvisionnement. GroupeRobert fait partie depuis sept ans des 50 entreprisesles mieux gérées au Canada.Les invitésM e Martin Fortier,Président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-SudM e Fortier est associé du Cabinet de Chantal, D’Amour, Fortier, depuis 1997, où il exerce enlitige civil, commercial et fiscal. Impliqué au sein de la communauté d’affaires, M e Fortierest également membre des conseils d’administration de la Fondation de l’Hôpital Pierre-Boucher et de la Fondation Source Bleue. Il a de plus présidé la Coalition Champlain enChantier « QUAND ? » au printemps 2011, visant l’obtention d’une annonce officielle, par legouvernement fédéral, du remplacement de l’actuel pont Champlain.Pierre J. BeauchampFondateur, président et directeur général de Halo ArtFondée en 1990, Halo Art produit des agencements architecturaux, des présentoirs dejoaillerie, du mobilier et des armoires haut de gamme, pour les commerces et résidencesdu Canada, des États-Unis et des Caraïbes. Parmi ses prestigieux clients, l’entreprise compte,entre autres, Rolex, Patek Philippe et Richard Mille. Installée à Brossard, Halo Art emploie52 personnes à la planification, au développement, à la fabrication, à la livraison et àl’installation.Serge BrassetDirecteur général, collège Édouard-MontpetitLe collège Édouard-Montpetit, avec son École nationale d’aérotechnique (ÉNA) et son Centretechnologique en aérospatiale (CTA), génère d’importantes retombées économiques pourl’ensemble de l’agglomération de Longueuil. Le collège, un des principaux employeurs dela région, forme également un nombre important de travailleurs qualifiés au service desentreprises de la région métropolitaine de Montréal. De plus, il soutient le développementtechnologique par la mise en place de projets de recherche structurants.Marc BoucherDirecteur général et artistique, Festival ClassicaLe Festival Classica est le premier festival urbain entièrement dédié à la musique classique ausens large. La première édition du Festival s’est déroulée à Saint-Lambert en juin 2011. Elle aattiré près de 26 000 festivaliers autour d’une programmation d’une vingtaine d’événementsextérieurs et en salle. En 2012, malgré des conditions météorologiques difficiles, le Festivala tenu 32 événements et a plus que doublé ses revenus de billetterie. Entreprise d’économiesociale, le Festival prévoit se déployer dans les autres villes de l’agglomération et entenddevenir un produit d’appel touristique et économique incontournable.Marc BoucherVice-président, unité d’affaires La Pocatière–Plattsburgh,Bombardier Transport Canada inc.Après avoir considéré les États-Unis, l’Ontario et le Mexique, Bombardier Transport a choisiSaint-Bruno pour y établir son nouveau centre de design et de conception des produits oùtravaillent plus de 300 ingénieurs. Leader mondial de la technologie ferroviaire, l’entreprisecompte 62 installations de production et d’ingénierie ainsi que 18 centres de services dans 26pays et plus de 100 000 véhicules en opération.Juan-Carlos QuintanaAgent de développement, Centre de formation professionnelleet d’éducation aux adultes ACCESS, Commission scolaire Riverside,partenaire du Parcours vers l’entrepreneuriatL’objectif premier du Parcours vers l’entrepreneuriat est de sensibiliser les étudiants enformation dans des domaines à fort potentiel entrepreneurial, à considérer l’entrepreneuriatcomme une orientation de carrière passionnante. Les partenaires ont mis sur pied un parcoursavec des activités et des outils stimulants. Les signataires de ce partenariat remarquablesont le Forum Jeunesse Longueuil, la CRÉ de l’agglomération de Longueuil, Emploi-QuébecMontérégie, le CLD de l’agglomération de Longueuil, les cinq Carrefours jeunesse-emploi duterritoire, les commissions scolaires Marie-Victorin et Riverside, le collège Édouard-Montpetitet le collège Champlain.Renée-Claude SurprenantPrésidente de OCI ImportationFondée en 1929, OCI Importation est le leader de la distribution d’articles religieux au Canada.Acquise par madame Surprenant en juin 2010, l’entreprise distribue aujourd’hui plus de 3 500produits acquis partout dans le monde à plus de 3 500 clients. Madame Surprenant est finaliste2012 au Concours annuel présenté par le Réseau des Femmes d’affaires du Québec pour honorerles Québécoises qui s’illustrent dans le monde des affaires.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 5


LE FORUM 2011POUR UNE VISION COMMUNEDE DÉVELOPPEMENTVALEUR DOCUMENTAIRELe Québec, par l’adoption de sa Loi sur ledéveloppement durable, met l’accent sur nosfaçons de faire en insistant sur un facteurde durabilité important : notre capacité àapprécier nos actions de manière globale. Ils’appuie sur une vision à long terme qui prend encompte le caractère indissociable des dimensionsenvironnementale, sociale et économique desactivités de développement.Le développement durable est issu de cetteidée que tout ne peut pas continuer commeavant, qu’il faut remédier aux insuffisancesd’un modèle de développement axé sur la seulecroissance économique en reconsidérant nosfaçons de faire compte tenu de nouvellespriorités. Il faut donc : maintenir l’intégritéde l’environnement pour assurer la santéet la sécurité des communautés humaines etpréserver les écosystèmes qui entretiennent la vie;assurer l’équité sociale pour permettre le pleinépanouissement de toutes les femmes et de tousles hommes, l’essor des communautés et le respectde la diversité; viser l’efficience économiquepour créer une économie innovante etprospère, écologiquement et socialementresponsable.Le 8 septembre 2011 s’est tenu le premier Forum économique de l’agglomérationde Longueuil. Cet événement visait à réunir les élus et les gens d’affaires del’agglomération afin de favoriser une vision commune des enjeux économiquesdu territoire et d’identifier les priorités en terme de stratégie de développement.Une vision commune de développementL’agglomération possède de nombreux avantages et doit relever plusieurs défispour assurer un développement économique durable, soit un développementéconomique qui permet le plein épanouissement des citoyens, l’essor descommunautés ainsi que la croissance des entreprises.Des secteurs d’activité économique à privilégierAux questions visant à identifier les secteurs d’excellence de l’agglomération,ceux qui émergent et ceux qui devraient y être attirés ainsi que les secteurs àprivilégier pour offrir de l’emploi aux citoyens de l’agglomération ou pour attirerde nouveaux résidents, les participants au Forum de 2011 ont répondu :L’aérospatiale, un secteur incontournable;Le transport et la logistique, un secteur qui offre des emplois de qualité pourdiverses compétences;L’économie sociale, incontournable pour les services à la population;L’agroalimentaire, à développer en concertation avec la santé et l’environnement;La grappe de la santé, l’économie du futur qui correspond également auxbesoins de la population;Le tourisme, pour mieux mettre l’agglomération en valeur;L’économie du savoir, par exemple le multimédia qui offre de l’emploi auxjeunes.Et parmi les conditions à réunir pour leur développement, ils ont souligné :L’aéroport de Saint-Hubert, une pièce maîtresse;L’amélioration du transport en commun notamment dans l’axe est-ouest et versles parcs industriels et l’investissement dans les infrastructures de transport;La formation continue, notamment pour la main-d’œuvre n’ayant pas dediplôme qualifiant et connaître les besoins des entrepreneurs;La région administrative, une condition gagnante car l’agglomération est malreprésentée dans la Montérégie;La valorisation de l’agglomération, mettre au rancart l’identité de banlieue etattirer et soutenir l’innovation;Le devoir d’agir, passer de la parole aux actes.6 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


Des projets structurants identifiésÀ propos des projets de développement soutenus par les municipalités, lesparticipants ont identifié les projets suivants pour leur contribution à l’améliorationde la qualité de vie des citoyens, l’occupation rationnelle et optimale du territoire,la croissance des activités économiques durables ainsi que leur impact importantde stimulation et de bonification de l’activité économique de l’agglomération.La Place Charles-Le Moyne, pour son approche d’aménagement, une valeurd’attraction sûreL’aéroport de Saint-Hubert, y développer un projet aussi porteur que celui de laPlace Charles-Le MoyneLa Cité santé universitaire, transformer le boulevard Taschereau ou la 116 enboulevard de la santéLa culture et le tourisme, un carrefour culturel comme moteur de développementL’accès au fleuve, à aménagerLe développement résidentiel, accessibilité, diversité, pour répondre à tous lesbesoins, à proximité des commerces et des transportsLe transport, développer le transport actif et le transport collectif et diversifierles pôles de transitLes critères d’un projet structurant retenus sont :La vision : une vision à moyen et à long terme, une vision globale, une cohérenceL’accessibilité : accessibilité, diversité, promotion, valorisation et implication ducitoyenLes impacts : un projet qui crée de la richesse et de la qualité de vie, unfinancement et un impact majeur sur toute la régionCe sont les discussions du Forum 2011 qui ont guidé le choix des thèmes desateliers auxquels vous êtes conviés, en 2012, afin de discuter des stratégiesde développement économique et des résultats à atteindre pour l’avenir dudéveloppement économique de l’agglomération.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 7


LES ACTEURSDU DÉVELOPPEMENTÉCONOMIQUEVALEUR DOCUMENTAIRELes associations locales de gens d’affairesOn retrouve dans l’agglomération l’Associationdes gens d’affaires de Boucherville, l’Associationdes gens d’affaires de Brossard, l’Association desgens d’affaires de Longueuil, l’Association desgens d’affaires de Saint-Hubert, l’Association desgens d’affaires de Saint-Lambert, la Chambre decommerce Mont-Saint-Bruno, la Corporation dedéveloppement commercial de Saint-Lambert.VALEUR DOCUMENTAIREConseil de développementbioalimentaireIl a pour mission de mettre en valeur le territoireagricole et les entreprises implantées dans lesecteur bioalimentaire. Il facilite la création et ledéveloppement des entreprises de ce secteur, dela production primaire jusqu’à la distribution desproduits, sur le territoire de l’agglomération deLongueuil. Pour en savoir plus : cdbal.orgPôle de l’économie socialeIl a pour mission de promouvoir l’économie socialeet favoriser la concertation et le partenariat entreles intervenants locaux et régionaux en économiesociale afin d’appuyer leur développement,d’assurer la cohérence des actions et d’enmaximiser les retombées. Pour en savoir plus :economiesocialelongueuil.caLes élus, des acteurs stratégiquesEn janvier 2006, le développement économique sur le territoire a été confié, parla Loi sur l’exercice de certaines compétences dans certaines agglomérations, àla compétence de l’agglomération de Longueuil. Ainsi, ce sont tous les élus del’agglomération qui guident son développement économique. Aujourd’hui, lesélus sont appelés à être des acteurs stratégiques, capables de donner une visionet d’assumer un leadership local et régional. Pour exercer leur compétenceen la matière, les élus peuvent s’appuyer sur des acteurs du développementéconomique. Pour créer un contexte favorable, ils doivent tirer le maximum de laconcertation des organisations qui œuvrent au développement économique dansleur territoire pour créer une synergie entre eux.Les acteurs qui contribuent à la vitalité d’une économieIls sont nombreux les acteurs qui contribuent à la vitalité de l’économie del’agglomération. Parmi eux, mentionnons :Les grandes entreprises, pour le maintien de l’emploi, l’effort de recherche etdéveloppement, l’accès aux marchés ou la commercialisation;Les petites et moyennes entreprises, pour le potentiel de croissance;Les nouvelles entreprises technologiques, pour le renouvellement du tissuéconomique;Le capital de risque, pour le financement de l’innovation;Les centres de recherche, pour les découvertes et l’avancement de la science;Les institutions d’enseignement supérieur, pour le développement des compétences;Les organismes de soutien, pour accompagner les entreprises et catalyserl’innovation;Les associations locales de gens d’affaires.Les élus et les entrepreneurs de l’agglomération peuvent compter sur le soutiendes organisations suivantes :Centre local de développement (CLD) de l’agglomération de Longueuil;Conférence régionale des élus (CRÉ) de l’agglomération de Longueuil;Développement économique Longueuil (DEL).Pour sa part, la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS), parson membership et sa portée régionale, est un outil essentiel au développementéconomique de la région.Mentionnons également la présence du Conseil de développement bioalimentairede l’agglomération de Longueuil (CDBAL) et du Pôle de l’économie sociale del’agglomération de Longueuil, organisations reliées pour l’une à la CRÉ et pourl’autre au CLD.C’est donc dans la continuité du Forum 2011 qui, comme le disait alorsJean-Paul Gagné membre du panel, a constitué : « un signal que les organisationspassent de la volonté de travailler ensemble à travailler ensemble » que setient le Forum économique 2012. Visant toujours à mobiliser les élus et lacommunauté d’affaires pour l’essor économique de l’agglomération, sur labase de la vision commune dégagée en 2011, le Forum se veut une rencontred’échanges en ateliers et en plénière permettant de s’approprier et devalider les orientations et les stratégies développées par les organisations dedéveloppement économique et d’identifier des résultats concrets à atteindredans un horizon de 3 à 5 ans.8 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


LES ORIENTATIONS STRATÉGIQUESDES ORGANISMES DE SOUTIENAU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUEMandatsEn bref, les responsabilités de la CRÉ sont :Assumer la planification du développement duterritoire de l’agglomération de Longueuil;Assurer la concertation des intervenantsrégionaux du milieu;Conclure des ententes avec les partenaires dumilieu et les instances gouvernementales envue d’atteindre les objectifs fixés dans le planquinquennal de développement;Coordonner et évaluer les actions desorganismes de planification et de développementde son territoire;Consulter les intervenants afin de s’assurer del’adéquation entre les besoins du milieu et lesactions de développement entreprises.Conseil d’administrationLe conseil d’administration est composé de 25 élusmunicipaux du territoire de l’agglomération deLongueuil. Les députés de l’Assemblée nationaledes circonscriptions sur le territoire de la CRÉont le droit de participer, sans droite de vote, auxdélibérations du conseil d’administration.Conférence régionale des élus (CRÉ)de l’agglomération de LongueuilLa Conférence régionale des élus (CRÉ) est l’interlocuteur privilégié dugouvernement en matière de développement régional pour le territoire formépar les villes de Boucherville, Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Lambertet Longueuil, incluant ses trois arrondissements (Greenfield Park, Saint-Hubert etVieux-Longueuil). Globalement, elle constitue une instance de concertation et deplanification composée des élus municipaux du territoire qu’elle représente.Orientations stratégiquesLa CRÉ élabore actuellement son Plan quinquennal 2013-2018. Pour ce faire, ellea réuni une commission sectorielle en développement économique composéede représentants d’organisations de l’agglomération et de ministères. Parmi lesorientations stratégiques préliminaires retenues, mentionnons :Introduire l’approche du développement durable au sein des secteurs porteursdu développement économique de la région en mettant l’accent sur la mise envaleur de l’économie locale;Réunir les conditions permettant d’améliorer l’adéquation entre les besoins deressources humaines des employeurs et les caractéristiques des bassins de maind’œuvrede l’agglomération;Améliorer la mobilité des personnes et des marchandises, tant au niveauintrarégional, interrégional qu’extrarégional;Accroître la compétitivité et l’attractivité économique du territoire en stimulanttout particulièrement l’innovation de ses entreprises et en appuyant l’émergencede secteurs porteurs;Soutenir le développement de l’entrepreneuriat tant des individus que desentreprises, y compris celles de l’économie sociale et du mouvement coopératif,notamment en valorisant la relève.Le Plan quinquennal précédent (2007-2012) reposait sur la vision de renforcerle positionnement de l’agglomération de Longueuil comme pôle technologiquefondé sur l’innovation, le savoir et la créativité et orienté vers la création derichesse et le mieux-être de sa population dans une perspective de développementdurable. Pour ce faire, dans le domaine de l’économie, innovation et création derichesse, la CRÉ avait retenu comme orientations stratégiques :Créer des conditions régionales favorables au développement économique duterritoire;Développer la base économique dans les secteurs porteurs;Améliorer la compétitivité des entreprises.UN SOUTIEN STRUCTURANT POUR L’AGGLOMÉRATIONAu cours de la période 2007-2012, la CRÉ, grâce au Fonds de développement régional et au Fonds régional d’investissementjeunesse, a investi 3 279 531 $ dans des projets dont le coût total, incluant les contributions du gouvernement québécois et dumilieu, s’est élevé à 12 274 848 $.La CRÉ apporte également son soutien à de nombreuses initiatives de développement économique de ses partenaires del’agglomération, en supportant financièrement la réalisation de projets et d’ententes structurantes pour le territoire. Ainsi, parexemple :La CRÉ a été la première au Québec à conclure une entente spécifique pour le développement de l’économie sociale sur sonterritoire, ceci en 2009;Grâce à l’Entente de partenariat sur le développement d’un parcours vers l’entrepreneuriat, plus de 745 étudiants des centres deformation professionnelle et technique de l’agglomération ont pu participer aux ateliers du Parcours vers l’entrepreneuriat;Via le Fonds de développement régional, la CRÉ a poursuivi son appui à la cellule de mentorat d’affaires de la CCIRS, en réponseà sa préoccupation de formation et de rétention de la relève; et le soutien au Conseil de développement bioalimentaire del’agglomération de Longueuil lui permet de contribuer à la promotion et au financement d’activités de mise en valeur du secteurbioalimentaire, telles que La Route fleurs et saveurs, un circuit de valorisation et de promotion des produits locaux.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 9


Offre de servicesSoutien technique : service d’information, deréférences et d’orientation, ateliers de formation àA 2 O MD (approche d’affaires par opportunité), serviced’accompagnement A 2 O MD au démarrage et à lacroissance.Soutien financier : plusieurs mesures d’aideprovenant de fonds du gouvernement duQuébec et de partenaires du CLD, destinées àsoutenir différentes phases du développement duprojet : Fonds jeunes promoteurs, Fonds relèveentrepreneuriale, Fonds local d’investissement,Fonds Soutien Longueuil, Fonds d’expertise àl’innovation et à l’entrepreneuriat, Fonds dedéveloppement des entreprises en économie sociale,Aide financière au soutien technique des entreprisesd’économie sociale. Sont également offerts via desententes de collaboration, le Service 2 e ligne enéconomie sociale, le Soutien au travail autonomed’Emploi Québec, le Fonds soutien Relève, CRÉAvenir avec Desjardins et le fonds de la Fondationcanadienne des jeunes entrepreneurs.Conseil d’administrationLe conseil d’administration est composé de8 administrateurs provenant de différents milieuxliés à l’entrepreneuriat, de 5 élus municipaux del’agglomération de Longueuil et de9 administrateurs d’office sans droit de vote, soitles 6 députés provinciaux de l’agglomération et ledirecteur d’un Centre local d’emploi de Longueuildésigné par Emploi-Québec, le directeur généraldu ministère des Finances et de l’Économie et ladirectrice générale du CLD.Centre local de développement (CLD)de l’agglomération de LongueuilLe Centre local de développement (CLD) a pour mission de contribuer audéveloppement économique en favorisant l’entrepreneuriat, y comprisl’entrepreneuriat en économie sociale, auprès des porteurs de projets d’affairesde l’agglomération de Longueuil et de contribuer au développement local encollaboration avec les partenaires socioéconomiques.Orientations stratégiquesLors de la mise à jour du Plan d’action local pour l’économie et l’emploi 2008-2012,les partenaires du développement économique ont identifié comme stratégiesl’entrepreneuriat :des individus : offrir des services-conseils adaptés aux différentes clientèles etdes outils financiers qui agissent comme un levier à la création et au maintiend’emplois et à la pérennité des entreprises; encourager la valorisation del’entrepreneuriat;des entreprises : contribuer à assurer la pérennité et le développement desentreprises par une offre de services-conseils complémentaire et d’outilsfinanciers adaptés aux différents cycles de la chaîne de l’entrepreneuriat;valoriser et promouvoir les PME comme acteurs importants du développementéconomique et local; encourager l’essaimage pour favoriser une nouvellegénération d’entrepreneurs et d’entreprises;de l’économie sociale : positionner les entreprises d’économie sociale commeune valeur ajoutée au développement économique et local; contribuer à assurerla pérennité et le développement des entreprises et des projets d’économiesociale par la mise en place d’une stratégie d’investissement judicieuse etinnovatrice; contrer les problématiques liées à la gestion d’entreprise, à lagouvernance des organisations ainsi qu’à la rétention et au développement desressources humaines; accompagner et soutenir les organisations de l’économiesociale en tenant compte de leur double mission; être proactif face aux défislocaux engendrés par les réalités sociodémographiques du territoire;de l’innovation : miser sur l’innovation pour encourager les entreprises à se doterd’une stratégie de création de valeur et ainsi accroître leur compétitivité; valoriserl’innovation en soutenant et renforçant les dispositifs de commercialisation;contribuer à l’accroissement de la productivité des entreprises par l’innovation;du développement durable : valoriser la notion de développement durable dansles pratiques d’affaires ; sensibiliser et promouvoir le développement durableauprès des entrepreneurs et entreprises; faciliter la prise en compte des principesde développement durable auprès des différentes clientèles pour stimuler leurengagement;au développement local : encourager la dynamique économique locale encollaborant à des projets qui répondent aux besoins du milieu; soutenir lesactions structurantes de revitalisation commerciale;de la relève : offrir des services et des outils adaptés à l’acquéreur; sensibiliser etfaire la promotion du modèle d’entrepreneuriat « relève »; joindre et sensibiliserle vendeur potentiel;des partenaires entreprenants : miser sur la mise en place d’une approcheclient innovante et distinctive facilitant la démarche entrepreneuriale desentrepreneurs; guider et informer efficacement les entrepreneurs et lesentreprises dans les cycles de l’entrepreneuriat; renforcer les succès despartenaires et devenir un modèle d’excellence pour les autres régions.QUELQUES RÉSULTATS DES ACTIONS DU CLD EN 2011519 promoteurs ont obtenu un soutien technique ou un appui financier108 entreprises ont reçu une aide financière2 399 000 $ ont été investis dans l’agglomération, générant des retombées économiques de plus de 8 814 374 $529 emplois ont été créés ou maintenus87 % des investissements l’ont été pour des entreprises en démarrageDe plus, le CLD s’est particulièrement engagé dans la tournée de consultation du gouvernement du Québec sur la Stratégiequébécoise en entrepreneuriat. Il a de plus initié et été l’hôte de Capital innovation, une opportunité nouvelle pour lesentrepreneurs ayant un projet innovant de recevoir un accompagnement plus spécialisé ainsi que de rencontrer et d’intéresser àleur projet des investisseurs privés du Québec, de l’Ontario et de la Nouvelle-Angleterre.10 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


Offre de servicesCroissance : améliorer la productivité et lacompétitivité, préparer la relève et le transfert del’entreprise, gérer les difficultés, rechercher dufinancementExpansion et implantation : aider l’entrepriseà se conformer aux lois et règlements en vigueur,rechercher des terrains et des locauxInnovation : soutenir la recherche et ledéveloppement, commercialiser les innovations,gérer l’innovation au sein de l’entreprise, rechercherdu financement spécifique à l’innovation, protégerla propriété intellectuelle, faciliter le maillage avecles centres de recherche et les universitésCommercialisation et marketing :commercialiser les produits et les services del’entreprise, élaborer un plan de marketing,rechercher du financementExportation : expédier des marchandises,rechercher du financement, établir le prix de venteà l’exportation, valider les marchés, assurer laprotection des entrepreneurs sur le plan juridique,trouver des partenaires à l’étranger, familiariser lesentrepreneurs avec les enjeux de l’exportationDéveloppement durable : faire connaître lesressources et les programmes offerts, favoriser lamise sur pied de projets spéciauxRessources humaines : soutenir la gestion desressources humaines, concerter les efforts en faveurde la main-d’œuvreTourisme : assurer le développement de l’offretouristique en proposant des moyens innovateurs,inciter les entreprises touristiques à se mobiliser, àbonifier et à diversifier leur offre, accompagner etsoutenir les entreprises et les organisations dans laréalisation de leurs projetsConseil d’administrationLe conseil d’administration est composé de25 administrateurs de milieux d’affaire etd’institutions d’enseignement et de 3 élusmunicipaux, dont la présidente de l’agglomération.Développement économique Longueuil (DEL)Développement économique Longueuil (DEL) a pour mission d’accroître la richessecollective de l’agglomération de Longueuil tout en renforçant le rôle ainsi quel’importance économique de cette dernière dans la grande région de Montréal.Pour y parvenir, DEL privilégie le maintien, le développement et l’attractiond’entreprises ainsi que la création d’emplois de qualité.Orientations stratégiques 2012-2015En complémentarité avec les autres acteurs économiques de l’agglomération,favoriser la consolidation, l’expansion et la rétention des entreprises etinstitutions établies sur le territoire;Concentrer ses interventions dans les secteurs et projets jugés prioritairespour l’agglomération : l’aérospatiale, les énergies propres, le transport,l’agroalimentaire, le tourisme et la santé;Créer et maintenir des conditions favorables pour stimuler un développementimmobilier adapté aux nouveaux besoins du marché ; les projets prioritairesétant l’Écoparc de Saint-Bruno-de-Montarville, le secteur Panama à Brossard, laPlace Charles-Le Moyne à Longueuil et la zone aéroportuaire de Longueuil;Renforcer son rôle auprès d’organismes régionaux, métropolitains etgouvernementaux. Notamment en ce qui a trait à l’aménagement du territoire,la formation et la mobilité de la main-d’œuvre, le transport des marchandises etla promotion du Grand Montréal à l’étranger.DE 2009 À 2012 À GRANDS TRAITSAu cours des trois dernières années, Développement économique Longueuil acontribué à :Faciliter la consolidation, l’expansion et la rétention des entreprises et desinstitutions de l’agglomération par l’accompagnement et le soutien à plus de1 050 projets d’entreprises ; le soutien à la recherche de financement ayantconduit à l’obtention de 38M $ de subventions; et la réalisation d’études pourtrois projets de développement touristique;Concrétiser le développement du parc technologique et industriel de la zoneaéroportuaire et d’autres secteurs par l’investissement de quelque 160M $ à lasuite du soutien apporté au développement immobilier ; le traitement de 550requêtes de recherche pour des locaux à louer ou à vendre; la promotion desterrains de la zone aéroportuaire; et la publication d’une étude réalisée parSecor sur l’importante des activités aéroportuaires;Aider les entreprises et les institutions à prendre le virage du développementdurable par la sensibilisation des entreprises et des partenariats avec desorganisations qui proposent des solutions écoresponsables; la contribution àl’implantation d’un Écoparc à Saint-Bruno-de-Montarville; et l’institution d’uneniche de marché en énergie propre;Participer aux démarches pour agrandir les limites territoriales des parcsindustriels de l’agglomération;Des collaborations et partenariats comme celui du Réseau de transport deLongueuil pour améliorer les services de transport collectif vers les parcsindustriels; et le soutien aux entreprises du secteur de l’agroalimentaire et destransports ainsi qu’à plusieurs dossiers, dont ceux reliés au boulevard Taschereauet au secteur de l’Hôpital Charles-LeMoyne, au réaménagement du réseauroutier supérieur et à la mise en valeur de la zone aéroportuaire.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 11


Offre de servicesEn plus d’offrir à ses membres des rencontresd’affaires et de présenter de grands événements,tel le concours des Prix Excellence, la CCIRS offredes services diversifiés :Mentorat pour entrepreneurs;Connaître, apprendre, partager (CAP);Aide financière à l’embauche « Ma place sur lemarché de l’emploi »;Prêt à entreprendre;Service de francisation;Boîtes à outils : Répertoire des services auxentreprises et entrepreneurs, Développementdurable, RH Drakkar.Conseil d’administrationLe conseil d’administration est composé dereprésentants de 14 entreprises et organisationsmembres.Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS)Créée en 1959, la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS)est le troisième plus important regroupement d’affaires au Québec avec plus de1 900 gens d’affaires. Elle rassemble et représente les entreprises agissant sur sonterritoire (Brossard, Saint-Lambert, Longueuil, Boucherville, Sainte-Julie, Saint-Amable, Varennes, Verchères, Calixa-Lavallée) en prenant position sur les grandsenjeux, en développant des partenariats et des occasions de maillage et en offrantdes services en lien avec leurs objectifs de réussite.Orientations stratégiquesMain-d’œuvre, considérer le travail comme lieu de croissance des employés :entre autres agir sur sa rareté, le transport collectif, les habitations à prix modique,la formation et l’intégration de la main-d’œuvre immigrante;Entrepreneuriat, garder et développer nos entreprises : entre autres soutenirdavantage nos manufacturiers; supporter les entreprises dans la recherche definancement; faire la promotion de l’entrepreneuriat et de la culture entrepreneuriale,s’occuper du partage du savoir;Rive-Sud : Développer une marque de commerce s’appuyant, entre autres, surl’innovation, le développement de la fierté Rive-Sud, le soutien au secteur aéronautique,le développement du secteur logistique (transport);Transport : être visionnaire, dont, entre autres, prendre soin de notre aéroport,investir massivement dans la réfection du réseau routier, développer le transportcollectif, investir dans le transport vert (non polluant) et la mobilité durable etfavoriser l’unité, parler d’une même voix.DES DÉBATS ENRICHISSANTS SUR DEUX DÉFIS CENTRAUXAu cours des deux dernières années, la CCIRS a réuni les entrepreneurs et les élus de la Rive-Sud pour débattre des problématiquesde main-d’œuvre et du transport.Février 2011 : Consulte/Action, problématique de la main-d’œuvre et solutions gagnantesLa rencontre, qui a réuni 77 participants, a permis de vérifier la véracité des constats suivants :Bien que la rareté de la main-d’œuvre soit un phénomène annoncé depuis longtemps, nos entreprises ne sont pas prêtes à yfaire face;Aujourd’hui, cette pénurie touche autant la main-d’œuvre spécialisée que la non-spécialisée;Les entreprises savent qu’il faut être attrayant pour faciliter l’embauche et la rétention de la main-d’œuvre de qualité, maissont démunies quant aux moyens pour y arriver;Il est important de bien connaître la main-d’œuvre immigrante sur notre territoire, puisqu’elle fait partie de la solution. Nousn’entendons pas assez souvent les entrepreneurs qui ont des expériences positives à partager. Il faut également mentionnerque la main-d’œuvre immigrante représente des tabous, des peurs et des craintes.Avril 2012 : Vision transportEn organisant Vision transport, la CCIRS avait pour objectifs de dresser la situation du transport sur la Rive-Sud, de faire entendreles engagements politiques et de réfléchir ensemble, gens d’affaires et élus municipaux, à des solutions. Cent trente personnesy ont participé.Le bilan de l’événement se conclut ainsi : « Nous sommes conscients du rôle de plus en plus grand que joue la Rive-Sud commepôle logistique de transport, en plus de sa situation géographique privilégiée. Les États-Unis font en sorte qu’il est impératifde se doter d’infrastructures adéquates de manière à ce que nous continuions à entretenir ce rôle de plaque tournante nordaméricaine.Il s’est dégagé également que le transport collectif est un des moyens les plus efficaces pour permettre de retrouverde la fluidité sur nos routes et ainsi permettre aux nombreuses entreprises qui y circulent de le faire sans retard. Il en résultemoins d’attente, moins de pollution et des coûts de marchandise livrée aux consommateurs non augmentés par des pénalités delivraison. (...) Le but final est d’agir ensemble à l’amélioration du transport collectif, pour l’adapter aux besoins de la populationbien sûr, mais au-delà, pour marquer la différence de la Rive-Sud et continuer à améliorer sa compétitivité. »12 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


LES ATELIERS THÈME ASAVIEZ-VOUS QUELes principaux employeurs privés sont Pratt &Whitney Canada, Groupe Jean Coutu, GroupeRobert Transport, Sandoz Canada, ProvigoDistribution, Bombardier Transport, SpectraPremium, Danone et Héroux-Devtek.Les principaux employeurs publics sont les hôpitaux,les commissions scolaires, l’Université de Sherbrooke,le collège Édouard-Montpetit, le Réseau de transportde Longueuil et l’Agence spatiale canadienne.Les principaux employeurs parmi les entreprisesd’économie sociale sont Certex, l’Atelier la flèche defer (AFFI) et les centres de la petite enfance.VALEUR DOCUMENTAIRELes créneaux d’excellence sont un ensembled’organisations aux activités connexes etinterdépendantes, qui collaborent entre elles etse concurrencent, regroupées sur un territoiredéfini, constituant un secteur où la région a suse démarquer grâce à des compétences et à desproduits particuliers, employant des chercheurs etune main-d’œuvre qualifiée.Les grappes industrielles sont des concentrationsgéographiques d’entreprises et d’institutionsinterreliées dans un domaine particulier. Lesgrappes couvrent un ensemble d’industries liées etd’autres entités importantes pour la compétitivité.Elles s’étendent également à des fabricants deproduits complémentaires et à des entreprisesliées par les compétences, la technologie ou desintrants communs et peuvent aussi comprendredes institutions gouvernementales, des universités,des agences, des instituts de formation et desassociations d’affaires.VALEUR DOCUMENTAIREIl existe quatre types d’innovation. L’innovationde produit, soit l’introduction d’un bien ou d’unservice nouveau. L’innovation de procédé, soitla mise en œuvre d’une méthode de productionou de distribution nouvelle ou sensiblementaméliorée. L’innovation de commercialisation,soit la mise en œuvre d’une nouvelle méthodeimpliquant des changements significatifs dela conception ou du conditionnement, duplacement, de la promotion ou de la tarificationd’un produit. Et, finalement, l’innovationd’organisation, la mise en œuvre d’une nouvelleméthode organisationnelle dans les pratiques,l’organisation du lieu de travail ou les relationsextérieures de la firme.Une structure économique diversifiéeL’activité économique dans l’agglomérationLa structure de l’activité économique de l’agglomération de Longueuil est typiquedes régions fortement urbanisées où on observe une forte prépondérance desentreprises et des emplois dans le commerce, la santé, les services d’enseignement,les services professionnels, scientifiques et techniques ainsi que dans l’hébergementet les services de restauration.En 2006, l’agglomération comptait 10 663 entreprises : 82 % dans les services, 10,8 %dans la construction, 6,6 % dans la fabrication et 0,6 % dans le secteur primaire.62,9 % d’entre elles avaient moins de 5 employés. 21 900 personnes tiraient leursrevenus d’une entreprise ou d’un travail autonome, soit 10,4 % de la populationactive.On y compte 104 entreprises d’économie sociale, dont près de 50 centres dela petite enfance. Des entreprises qui réalisent des transactions d’affaires quis’intègrent à la réalité économique de leur milieu. L’amélioration de la qualitéde vie et le bien-être de la population sont au cœur de leur mission et de leursactivités qui s’articulent autour d’une finalité sociale.Des stratégies de développement économiqueStratégie québécoise pour assurer l’occupationet la vitalité des territoires 2011-2016Cette stratégie entend, entre autres, accroître la compétitivité des entreprisesconsidérant qu’il est essentiel que ses entreprises puissent investir dansl’amélioration de leur productivité. Pour ce faire, les entreprises doivent pouvoirmiser sur des technologies de pointe comme les technologies numériques et lestechnologies « vertes » afin de se développer et de faire leur marque. Il importeaussi de miser sur l’innovation en accentuant la complémentarité des réseaux derecherche et d’enseignement.La stratégie s’appuie sur les créneaux d’excellence régionaux et les grappesindustrielles métropolitaines qui constituent toujours, et pour les années à venir,des outils majeurs du développement d’un territoire et de complémentarité entreterritoires. Elle identifie également des secteurs prometteurs qui présentent despossibilités à saisir, entre autres, l’économie du savoir; l’économie numériqueet le commerce électronique; la production d’énergie dans une perspective dedéveloppement durable; l’agriculture et la transformation alimentaire, notammentla production ou la mise en marché de produits à certification environnementale,biologiques ou du terroir ainsi que le développement de circuits courts et d’uneéconomie de proximité pour les marchés; l’industrie touristique; l’écologieindustrielle.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 13


SAVIEZ-VOUS QUELes créneaux d’excellence de la Montérégie sontle bioalimentaire, les matériaux souples avancés,les micro/nanotechnologies pour l’électronique depointe, les technologies avancées de matériel detransport et de logistique et la transformation desmétaux ferreux et nouveaux matériaux.Les grappes industrielles métropolitaines sontl’aérospatiale, les sciences de la vie, les technologiesde l’information et des communications (TIC)ainsi que les textiles et vêtements (grappes decompétition); les technologies environnementales,les matériaux avancés et les nanotechnologies(grappes de pointe); la culture, les servicesfinanciers et le tourisme (grappes de rayonnement);l’énergie, la métallurgie, le papier et les produits dubois, le bioalimentaire ainsi que la pétrochimie et laplasturgie (grappes de production).Mobiliser, innover, prospérerLa Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation 2010-2013 propose unenouvelle approche basée sur quatre grands projets mobilisateurs pour favoriser ledéveloppement d’une économie créative, innovante et verte : l’avion écologique,l’autobus électrique, le bioraffinage forestier et écolo TIC. Des projets composésd’un ensemble d’activités concrètes mises en œuvre par plusieurs partenaires,comportant des effets multiplicateurs sur l’économie québécoise, requérantla collaboration issue des différents secteurs clés du Québec, des milieux de larecherche universitaire et publique ainsi que des organismes d’intermédiation(banques, etc.), s’appuyant, outre la contribution du Québec, sur celle desentreprises, des programmes fédéraux et des organismes internationaux.Plan de développement économiquede la Communauté métropolitaine de MontréalLa mise à jour de ce plan pour 2010-2015 s’articule autour de trois grands axesd’intervention. Dans le contexte de l’économie du savoir, la région métropolitainemise en priorité sur les talents et veut favoriser le développement des compétences.En stimulant l’innovation, la région métropolitaine veut augmenter l’impact desgrappes industrielles et favoriser l’émergence des réseaux métropolitains. Le plancherche aussi à augmenter la capacité d’attraction et de rétention des activitéséconomiques, des entreprises et des personnes.NOTES PERSONNELLES14 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


ATELIER 1VALEUR DOCUMENTAIRECompétitivité d’un territoire : capacité degénérer de façon durable un revenu et un niveaud’emploi relativement élevés, tout en étantexposé à la concurrence internationale. Elle estprincipalement fonction :des coûts de production : coût du capital(c’est-à-dire taux d’intérêt et rendement attendupar le marché boursier) et coût du travail(salaires des mains-d’œuvre qualifiées et nonqualifiées);de la productivité : bonne organisation, maind’œuvrequalifiée, etc.;de l’imposition locale et nationale, et descontraintes administratives;de la présence d’infrastructures : routes,réseau de télécommunications, etc.;de la présence de fournisseurs, d’un réseaudense de PME;de la disponibilité de main-d’œuvre forméerépondant aux besoins des entreprises;des coûts de transport jusqu’à la zone deconsommation;d’une qualité de production adaptée à lademande;de l’adéquation de la production avec lademande intérieure et extérieure;du taux de change par rapport à desproducteurs extérieurs.La compétitivité repose également sur la capacitéd’innovation technique et commerciale.Consolider nos secteurséconomiques structurantsL’industrie aérospatiale est un pôle industriel structurant de l’agglomération,notamment par sa contribution en matière d’emplois, d’exportation et de rechercheet développement. Elle représente 4 emplois sur 100 dans l’agglomération.L’industrie du matériel de transport terrestre et celle de la logistique sont deuxautres secteurs structurants de l’agglomération. Ensemble, elles forment le secteurd’emploi le plus important de l’agglomération avec 8 emplois sur 100.On retrouve dans l’agglomération une expertise qui s’étend à toute la chaînedes opérations de l’agroalimentaire, depuis la production agricole, jusqu’àla distribution en passant par la transformation des aliments et des boissons,l’approvisionnement et les services ainsi que la restauration.Comment tirer partie des transformations importantes que connaîtra le réseauroutier de la grande région métropolitaine avec les chantiers de l’échangeurTurcot, du remplacement du Pont Champlain, du prolongement de l’autoroute30 et du projet de Contrecoeur du Port de Montréal pour développer l’industriedu transport et de la logistique ? Comment assurer des retombées pourl’agglomération de ces grands chantiers ?Comment faire de l’industrie agroalimentaire un véritable pôle structurant del’économie de l’agglomération ? Comment mettre à profit l’accroissement de lademande des consommateurs pour des produits de proximité, de niches et deproduits santé ?Comment renforcer la place concurrentielle de l’agglomération alors que lesecteur de l’aérospatiale est convoité par toute la grande région métropolitainede Montréal ?SAVIEZ-VOUS QUENOTES PERSONNELLESLa première – et jusqu’à maintenant la seule –entente sur l’innovation signée par des ministèresquébécois, des organismes locaux et une CRÉ,assurant une plus grande collaboration entre lesintervenants, dans le but d’accélérer l’innovationdans les entreprises favorisant ainsi une productivitéet une compétitivité accrue a été conclue pourl’agglomération de Longueuil.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 15


ATELIER 2VALEUR DOCUMENTAIREAttractivité d’un territoire : capacité à attireret à retenir les activités, les entreprises et lespopulations. L’attractivité est fonction de :un bon réseau, bien interconnecté (multimodal)de desserte (routes, canaux, voies ferrées, métro,tram, axes piétons, cyclistes, etc.);l’offre d’emploi d’une part, et dans certainscas, la présence d’une main-d’œuvre qualifiée ouau contraire peu qualifiée;la sécurité des biens et personnes;la proximité de ressources naturellesaccessibles;une fiscalité jugée favorable;la présence et l’accessibilité de nombreuxservices sociaux, médicaux, culturels,administratifs;la densité importante d’établissementsd’enseignement supérieur.Développement économique Longueuil a établi lesgrands domaines de développement prioritairessuivants : l’aérospatiale, les énergies propres, letransport, l’agroalimentaire, le tourisme et la santé.Soutenir l’émergence de nouveauxsecteurs économiques structurantsL’économie du savoir désigne la nouvelle phase économique dans laquelle lemonde est entré au tournant du siècle dernier. Dans cette nouvelle économie,les technologies, l’information et le savoir remplacent le capital et l’énergie entant que facteurs clés dans la production et la création de la richesse. Au Québec,l’économie du savoir est généralement associée aux secteurs de l’aéronautique, dupharmaceutique et des technologies de l’information et des communications (TIC).D’autres industries sont également ciblées, comme les matériaux composites, lestechnologies vertes et les nanotechnologies.Comment attirer ces nouvelles entreprises qui seront nos créneaux d’excellencede demain ?À quelles industries l’agglomération sera-t-elle associée dans l’avenir ?Seront-elles composées d’entreprises concurrentielles aux activités connexes ?Fourniront-elles de l’emploi à la population de l’agglomération, attireront-ellesde nouveaux talents ? S’appuieront-elles sur les établissements d’enseignement,les organismes de recherche et de développement et ainsi que les hôpitaux pourse développer ?Quelles industries doivent être attirées en complémentarité avec les entreprisesexistantes ?SAVIEZ-VOUS QUENOTES PERSONNELLESOn retrouve sur le territoire de l’agglomération5 organismes majeurs de recherche et dedéveloppement :l’Institut des matériaux industriels du Conseilnational de recherches du Canada;l’Agence spatiale canadienne;le Centre des technologies du gaz naturel;le Centre de recherche sur les grains;le Centre technologique en aérospatiale.On y compte également un pôle universitaireavec le campus de Longueuil de l’Université deSherbrooke et une offre de programmes diversifiéede 5 autres universités et leurs écoles affiliées, deuxcégeps : Édouard-Montpetit – incluant l’Écolenationale d’aérotechnique – et Champlain.16 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


VALEUR DOCUMENTAIRE« Lorsque nous disons qu’il faut promouvoir l’achatlocal, nous ne voulons pas dire qu’il faut bannirl’achat à l’extérieur, mais bien plus créer un réflexepour stimuler les gens à acheter plus souventlocalement. Tous, que ce soient les entreprises,commerçants, marchands, professionnels ettravailleurs autonomes devraient être conscients quel’achat local est important pour l’économie de notrequartier et pour en assurer son développement. Plusnous réduisons les fuites commerciales, plus nousfavorisons la création d’emploi et l’enrichissement dela collectivité. Il faut sensibiliser les consommateursà développer un réflexe collectif, par un réflexe deconsommation responsable, ce qui enrichit le milieuet tous y sont gagnants. »Argumentaire pour une campagne visant àdévelopper le réflexe de l’achat local de la Chambrede commerce de la Pointe-de-l’îleSAVIEZ-VOUS QUEL’économie sociale dans l’agglomération deLongueuil, c’est :104 entreprises ou organismes;113,2 millions de chiffre d’affaires;3 185 emplois;1 453 bénévoles;Dans les secteurs de l’alimentation, des arts et dela culture, de l’économie, de l’environnement, de lafamille, des services funéraires, de l’hébergement,de l’industrie, de l’informatique, des loisirs, desmédias, de la papeterie-librairie, de la santé et desservices sociaux, des centres de la petite enfance etdes vêtements.ATELIER 3Favoriser l’essorde la consommation localePlus de 80 % des entreprises de l’agglomération sont dans le secteur des services :le commerce de gros et de détail, les finances et les assurances, les servicesprofessionnels scientifiques et techniques; les services d’enseignement, les soinsde santé et d’assistance sociale, l’administration et les services d’utilité publique.C’est dans ces services que l’on retrouve les principaux employeurs (hôpitaux,commissions scolaires, établissements d’enseignement, Réseau de transportde Longueuil). Aux côtés de ces grands employeurs, on retrouve quantité decommerces et de petites entreprises qui comptent moins de 5 employés. C’estégalement dans ce secteur que de nombreux travailleurs autonomes tirent leursrevenus, de même que se sont créées plus de 100 entreprises d’économie socialedans l’agglomération.Quels services favoriser pour répondre aux besoins de la communauté del’agglomération : une population vieillissante, hautement scolarisée, dontl’accroissement repose principalement sur l’immigration internationale ?Comment répondre aux demandes des consommateurs préoccupés de protectionde l’environnement, de proximité et les inciter à consommer localement ?Comment favoriser l’achat local ?Comment démystifier l’économie sociale et encourager son développement ?NOTES PERSONNELLESSAVIEZ-VOUS QUEPlus de trois Canadiens sur quatre (78 %)disent prioriser l’achat local, selon un sondagepancanadien réalisé par Léger Marketing pourle compte d’Équiterre, en 2011. Le sondage« Manger chez soi, pourquoi ? » visait à identifierles motivations et obstacles à l’achat d’alimentslocaux des ménages canadiens. Près de 94 % desrépondants ont dit privilégier l’achat local pourencourager l’économie locale. Le sondage révèleégalement que les consommateurs canadienspréfèrent acheter un produit du pays, même s’ilprovient d’une province éloignée, plutôt qu’unproduit des États-Unis.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 17


LES ATELIERS THÈME BDes ressources adéquatesVALEUR DOCUMENTAIREEn 2011, la population totale du territoire étaitde 406 571 habitants. Hautement scolarisée, elledispose d’un revenu personnel supérieur à celui dela moyenne québécoise et le taux de faible revenuest inférieur à celui de l’ensemble du Québec. Prèsde 3 habitants sur 4 sont actifs; 49,8 % d’entre euxtravaillent sur le territoire et 42,3 % à Montréal(2006).VALEUR DOCUMENTAIREL’agglomération se situe au carrefour denombreux axes de transport donnant accès auxgrandes villes du nord-est américain et de l’Ontario(autoroute 10, 15, 20, 25 et 30). On retrouveégalement une desserte de routes nationales(routes 112, 116, 132, 134). Chaque ville (saufSaint-Bruno-de-Montarville) est à proximité d’unpont permettant un accès direct à Montréal.L’agglomération est à proximité du Port de Montréalpermettant un accès aux marchés du Midwestaméricain et de l’Europe. Le territoire est traversépar un réseau ferroviaire permettant d’accéder auxparcs industriels et de rejoindre les grands pôlesurbains nord-américains et canadiens. On y retrouveaussi l’aéroport de Saint-Hubert, 5 e aéroportcivil au Canada, avec un grand potentiel pour lesdéplacements des personnes et le transport demarchandises.VALEUR DOCUMENTAIREOn retrouve, au plan des transports collectifs,trois gares intermodales pour le service de trainsde banlieue; une station de métro qui occupe lequatrième rang d’achalandage annuel de la Sociétéde transport de Montréal, avec plus de 7,7 millionsde personnes ayant accédé à la station en 2009; unréseau de transport en commun desservant tout leterritoire (RTL), dont l’achalandage quotidien moyenest de 139 374 passagers; un réseau cyclable deprès de 250 km, dont la Riveraine (en bordure dufleuve) et la Montée du chemin de Chambly; troisbateaux passeurs et navettes fluviales et quatremarinas.Des atouts indéniablesL’agglomération de Longueuil offre des avantages indéniables. Développementéconomique Longueuil les résume ainsi : « couvrant un vaste territoire sur la Rive-Sud de Montréal, l’agglomération de Longueuil présente des atouts de taille pourla réussite de tout projet d’affaires. L’emplacement stratégique ainsi que le tissuindustriel diversifié et novateur de l’agglomération, sans oublier la qualité devie offerte à ses résidents, contribuent à assurer la prospérité et la croissance desentreprises qui s’y établissent.De par sa proximité avec les nombreux axes routiers, maritimes, ferroviaires etaériens, l’agglomération procure aux entreprises qui y sont établies un accès facileaux marchés américains et européens : 15 minutes du centre-ville de Montréal; 30minutes de la frontière des États-Unis; 15 minutes du Port de Montréal; 2 heuresd’Ottawa.Grâce à la proximité de nombreux centres de recherche dans l’agglomération, lesentreprises ont accès à des ressources hautement spécialisées pour faire progresserleurs projets. Qui plus est, l’agglomération compte sur son territoire de nombreusesinstitutions d’enseignement de tous les niveaux. Tout cela est sans compter lesnombreux attraits naturels et la multitude d’activités qui rehaussent la qualité devie de ses citoyens. »On pourrait ajouter qu’on retrouve également dans l’agglomération unepopulation hautement scolarisée.Des défis à releverDes défis tout aussi indéniables se posent pour assurer une utilisation maximalede ces avantages. Au plan de la population, en plus de devoir faire face à sonvieillissement, comme dans l’ensemble du Québec, l’agglomération doit relever ledéfi de l’accueil des immigrants.Globalement, l’agglomération est déficitaire en termes d’emploi. Sa vocationrésidentielle est plus importante que sa vocation industrielle ou commerciale. Elledoit faire face au défi de favoriser une plus grande offre d’emploi en adéquationavec les compétences des résidents du territoire ainsi qu’une offre résidentiellepour attirer ceux qui y travaillent.Comme pour l’ensemble du Québec, également, l’agglomération fait face au défide favoriser une culture entrepreneuriale dynamique et responsable, de hausser letaux entrepreneurial et de favoriser le maintien d’entreprises durables. Entreprisespour lesquelles l’accès à des ressources financières est crucial, qu’elles soient àl’étape du démarrage, de la consolidation ou du développement.18 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


Quant aux besoins et à l’état des infrastructures de transport, qu’il s’agisse duréseau routier ou du transport collectif, il est et demeurera encore pour plusieursannées l’objet de préoccupations quotidiennes pour les citoyens, les entrepriseset les élus. Pour sa part, l’aéroport de Saint-Hubert joue aujourd’hui un rôleéconomique significatif sur le territoire, mais son potentiel n’est pas pleinementexploité.Des défis que les participants au Forum 2011 ont également soulignés ainsi :La population : l’intégration des immigrants dans la société et en emploi, particulièrementle défi de l’adaptation de la main-d’œuvre immigrante ; le fort tauxde scolarité et le fort taux de décrochage scolaire;Le transport : vers les parcs industriels; dans l’axe est-ouest; dans l’agglomérationplutôt que vers Montréal; incluant le transport en commun, de nouvellesstations de métro;La main-d’œuvre et la relève : sa formation, notamment la reconnaissance desacquis et des compétences, l’augmentation du taux de diplomation particulièrementdans le secteur professionnel (secondaire et collégial), la formation continue;la relève en entreprise;Le développement durable : développer non seulement les entreprises, maiségalement la qualité de vie;Un plan de développement commun : travailler en consensus, travailler autourde projets rassembleurs; se doter d’un plan de développement, de stratégiesglobales, faire des choix stratégiques, prendre des actions.NOTES PERSONNELLESCahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 19


VALEUR DOCUMENTAIREL’entrepreneuriat désigne l’aptitude d’un individuou d’un groupe d’individus à transformer les idéesen actions. Il suppose de nombreuses qualitésentrepreneuriales, dont la créativité, le leadership,l’esprit d’initiative, d’innovation et d’acceptationdes risques, ainsi que la capacité de planifier et degérer des projets en vue d’atteindre des objectifs dedéveloppement. L’activité entrepreneuriale, quantà elle, désigne une action dynamique qui vise à générerde la valeur par la création ou l’expansion d’activitéséconomiques et par la création et l’exploitation denouveaux produits, processus ou marchés. Les formesles plus évidentes de l’activité entrepreneuriale sontla création d’une entreprise et l’innovation. Le tauxentrepreneurial rend compte, pour une annéedonnée, du pourcentage de propriétaires d’entreprisessur la population de 15 à 79 ans.SAVIEZ-VOUS QUELe mentorat pour entrepreneurs est reconnucomme l’une des mesures les plus efficaces pourassurer le suivi et l’encadrement des entrepreneurs.75 % des entreprises mentorées ont franchi lecap des 5 ans d’existence4 fois plus d’emplois sont créés dans lesentreprises mentorées66 % des entreprises mentorées ont connu unehausse de leur chiffre d’affaires d’au moins 32 %SAVIEZ-VOUS QUEEn 2006, 21 900 résidents de l’agglomérationtiraient leurs revenus d’une entreprise ou d’untravail autonome, soit 10,4 % de la populationactive; 48 % de ces personnes étaient nonincorporées et n’avaient pas d’employé. On enretrouvait 2 940 à Boucherville, 4 680 à Brossard,10 660 à Longueuil, 1 840 à Saint-Bruno-de-Montarville et 1 780 à Saint-Lambert.ATELIER 4Stimuler l’entrepreneuriatFoncez! tout le Québec vous admire, la Stratégie québécoise de l’entrepreneuriatdécrit ainsi les défis que posent l’entrepreneuriat : « des défis qui sans être insurmontablessont néanmoins préoccupants ». Voici quelques indicateurs générauxde l’activité entrepreneuriale au Québec :Le nombre d’entreprises est stable au Québec, mais le taux entrepreneurial des15-79 ans a décru au cours des 20 dernières années;Environ deux fois moins de Québécois que de Canadiens auraient l’intention dese lancer en affaires au cours des prochaines années;Le taux de création d’entreprises a également baissé, et ce, dans des proportionsplus importantes qu’ailleurs au Canada;Le taux de survie des nouvelles entreprises de cinq employés et plus au-dede la première année est plus bas que celui des entreprises canadiennes. Deuxentreprises sur dix meurent après un an, soit deux fois plus qu’au Canada;Même si les possibilités de transmission d’entreprises seront nombreuses dans lesannées à venir, plusieurs analyses laissent présager une pénurie d’entrepreneursprêts à prendre la relève.La Stratégie du gouvernement québécois repose sur cinq axes : valoriser, unereconnaissance collective des entrepreneurs; développer, un système d’éducationpromoteur de qualités entrepreneuriales; soutenir, un appui à la création, à lacroissance et au transfert d’entreprises; optimiser, une simplification et uneréduction des démarches administratives; dynamiser, une action renforcée etconcertée sur le terrain.Quels sont les besoins des entrepreneurs et comment y répondre ?Quels moyens devrait-on utiliser pour s’assurer d’une relève dans les entreprisesexistantes ?Quels outils sont à favoriser pour développer l’entrepreneuriat dans l’agglomération?NOTES PERSONNELLESSAVIEZ-VOUS QUEIl existe plusieurs types et modèles d’affairesde relève, par exemple, la relève familiale, la relèvepar la direction, la relève par les tiers, le modèlehybride ou mixte pour un transfert à un ou plusieursmembres de la famille et des cadres internes ainsique la coopérative de travailleurs actionnaires .Depuis 2009, l’équipe du CLD a entrepris unvirage vers une méthode d’accompagnementinnovante sous forme de coaching : l’approched’affaires par opportunité (A 2 O MD ). Cette méthoded’accompagnement simplifiée a pour but d’amorcerun processus de réflexion pour concrétiser un projetd’affaire; de stimuler des actions stratégiques dansl’entreprise; d’améliorer les délais de validation et deréalisation du projet; et de proposer une approchestructurée pour diminuer les risques reliés au projet.20 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


VALEUR DOCUMENTAIRELes obstacles qui empêchent les personnesimmigrantes de trouver un emploi compatibleavec leurs acquis professionnels sont, entre autres :Le manque d’expérience locale de travail;Le peu de reconnaissance des compétences et del’expérience acquises à l’extérieur du pays;L’absence d’un réseau de contacts, tantprofessionnels que personnels;La maîtrise de la langue;La provenance géographique;Le délai nécessaire à l’obtention de l’autorisationd’exercer une profession (permis, cartesde compétence, appartenance à un ordreprofessionnel, etc.);Le défi pour les employeurs de composer avecl’inconnu que représentent parfois les personnesimmigrantes.VALEUR DOCUMENTAIREDes mesures pourraient améliorer l’adéquationentre la formation et les besoins du marchédu travail, dont :Diffuser davantage d’information sur lesprogrammes de formation disponibles,notamment les formations sur mesure;Adapter l’offre de formation aux employés :diversifier les modes, les milieux et les horairesdes formations afin que celles-ci soient plusaccessibles et permettent la conciliation entre letravail et les études;Bonifier et simplifier le processus dereconnaissance des acquis et des compétencespour améliorer l’employabilité des travailleurs;Favoriser l’intégration des travailleurs de 55 anset plus et établir des mécanismes de transfertdes connaissances et des compétences aux plusjeunes.ATELIER 5S’assurer d’une main-d’œuvreen adéquation avec les emploisdisponibles aujourd’hui et demainEn 2011, la Chambre de commerce et d’industrie organisait « parce que la maind’œuvre,bien qu’elle constitue l’une des principales richesses de nos entreprises,représente également un enjeu majeur, voire leur principale problématique.Que ce soit pour des raisons liées à sa rareté, aux difficultés de la retenir ou toutsimplement, aux défis que représente sa gestion, la main-d’œuvre peut être unfacteur de succès d’une entreprise ou la cause de son échec. »Dans un contexte de mondialisation, de constants changements technologiqueset d’économies axées sur le savoir, le profil des emplois a changé. Il est doncprimordial de mieux arrimer les compétences de la main-d’œuvre avec les besoinsdes entreprises. Néanmoins, plusieurs éléments empêchent une bonne adéquationentre les besoins des entreprises et l’offre de la main-d’œuvre disponible, dontl’intégration de la main-d’œuvre immigrante, la formation continue des employéset le décrochage scolaire. Notons également les préoccupations des citoyens âgésde 55 ans et plus quant à l’allongement de la vie au travail ou leur retour enemploi.Comment aider les entrepreneurs à embaucher la main-d’œuvre immigrante etles aînés ?Comment soutenir les entreprises dans l’attraction des talents ?Comment s’assurer que l’offre de formation professionnelle et de formationcontinue réponde aux besoins de la main-d’œuvre et des entreprises ?NOTES PERSONNELLESSAVIEZ-VOUS QUEEn 2009, la CRÉ, Emploi-Québec, le Conseilrégional des partenaires du marché du travail dela Montérégie, le Forum Jeunesse Longueuil, laTable d’éducation interordres de la Montérégie etRéussite Montérégie se sont réunis autour du projetObjectif conciliation études-travail. Il vise àfavoriser la persévérance scolaire en s’appuyant surdes « employeurs-ambassadeurs » pour sensibiliserd’autres employeurs quant aux rôles qu’ils peuventjouer dans la diplomation et la qualification desjeunes.Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 21


VALEUR DOCUMENTAIRELors de l’événement Vision transport, lesparticipants ont proposé différentes mesures pouraméliorer la mobilité des personnes :Mettre en place des stationnements incitatifspour accroître l’utilisation des transports encommun;Développer le covoiturage;Donner la possibilité d’acheter en ligne les billetsde transport en commun;Développer des taxis bus;Augmenter les trains et travailler à réduire leurpollution;Développer des voies exclusives pour lesautobus;Améliorer le confort et les services proposés parle transport collectif afin d’inciter la population àles utiliser (ex. WiFi);Développer un programme de mobilité pourles entreprises : covoiturage, vélo, autoélectrique, navette, bateau-bus, accès aux zonesindustrielles;Paiement de carte de transport par lesemployeurs;Développer le télé-travail;Mettre en place des périodes à taux réduit.ATELIER 6Améliorer le transport collectif pour uneplus grande mobilité des personnesLe sujet de la mobilité des personnes a figuré en tête de liste parmi les défisidentifiés par les participants au Forum économique 2011 : retards réguliers autravail occasionnés par les bouchons de circulation; manque de réseau de transportparticulièrement dans les parcs industriels; une desserte interurbaine insuffisante,ce qui amène des personnes abonnées au transport collectif à circuler en voiture;peu de communication entre les réseaux de chacune des villes; une configurationdu transport collectif tracée en fonction des entrées et sorties de Montréal et nonde la circulation intra Rive-Sud; une main-d’œuvre qui habite loin du lieu de sonlieu travail, etc.Les solutions sont connues : il faut investir pour prolonger la ligne jaune du métro,construire le SLR dans l’axe du Pont Champlain, déployer des services rapides parbus (SRB) et ajouter des voies réservées sur les autoroutes. Les bienfaits sur la santédes personnes et de l’environnement du transport actif (marche, bicyclette) le sontégalement.Quelles sont les priorités pour améliorer le réseau de transport collectif dansl’agglomération ?Comment rendre les zones d’emploi accessibles à la main-d’œuvre avec lesmoyens de transport collectif d’aujourd’hui ?Quel rôle votre organisation peut-elle jouer pour favoriser le transport collectif ?SAVIEZ-VOUS QUELe Réseau de transport de Longueuil aconnu une année record d’achalandage en 2011,avec 33,8 millions de déplacements effectués entransport régulier. Depuis l’entrée en vigueur dela Politique québécoise du transport collectif en2006, l’achalandage a augmenté de 11,5 % et leRéseau a offert 10,4 % de plus d’heures de servicesur le réseau de transport par autobus tandis quele nombre de kilomètres parcourus a augmenté de12,4 %.NOTES PERSONNELLESSAVIEZ-VOUS QUESoucieux d’offrir une alternative de déplacementefficace aux travailleurs de la Rive-Sud,particulièrement ceux qui se déplacent d’est enouest sur le territoire ou en direction des parcsindustriels, le CLD, la CCIRS et DEL s’associentpour rendre accessible un tout nouveau servicede covoiturage. Offert en collaboration avec leRéseau de Covoiturage. (rive-sud.covoiture.ca/)22 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


VALEUR DOCUMENTAIRELors de l’événement Vision transport, lesparticipants ont proposé différentes mesures pouraméliorer le transport des marchandises, dont :Élargir les autoroutes et en améliorer l’accès;Mettre en place des mesures facilitatrices pour letransport de marchandises;Implanter le péage métropolitain;Maintenir et faire évoluer la taxe sur l’essence;Mettre en place de contraintes tarifaires plusélevées pour les poids lourds durant les heuresde pointe;Créer des entrepôts de nuit;Transporter les marchandises de nuit.SAVIEZ-VOUS QUESelon les prévisions de l’OCDE, les activitésmondiales de transport des marchandisesdevraient doubler, voire tripler, au cours destrente prochaines années.Entre 1998 et 2003, les coûts de congestion ontaugmenté de 65 % et sont estimés à 1,4G $ en2003 pour la CMM.27 % des distances parcourues en véhiculedurant la période de pointe du matin étaientfaites, en 2003, en situation de congestion.ATELIER 7Se doter de réseaux de transportdes marchandises performantsLes réseaux de transport constituent un maillon essentiel du fonctionnementdes régions métropolitaines en assurant des liens entre les différentes parties duterritoire et en permettant les échanges avec l’extérieur. Ils contribuent à la vitalitééconomique, sociale et culturelle d’une région. L’agglomération de Longueuiljouit d’une situation stratégique grâce à ses réseaux routiers et ferroviaires qui lesrelient aux centres économiques importants de l’Amérique du Nord. Toutefois, leréseau routier est saturé et doit être optimisé et complété pour consolider son rôlestratégique pour le transport des marchandises. Ceci sans compter l’état désolantdes infrastructures vieillissantes et les congestions causées par les travaux deréfection, de même que les nombreux chantiers en cours et à venir – dont celui duPont Champlain. Sans compter, également, les opportunités que pourraient créerle déménagement d’une partie des activités du Port de Montréal à Contrecoeur.Le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de Montréala établi l’orientation que le Grand Montréal ait des réseaux et des équipementsde transport performants et structurants. Pour ce faire, le PMAD propose dedévelopper le réseau de transport en commun métropolitain afin de hausser la partmodale du transport en commun, actuellement de 25 % à 30 % de l’achalandageen période de pointe du matin d’ici 2021 et à 35 % d’ici 2031. Le développementde ce réseau, qui nécessite au moins 23 G $ d’investissements, est essentiel pouraugmenter la mobilité durable et favoriser la réduction des émissions de gaz àeffet de serre, dont une grande partie est émise par les véhicules routiers.Le PMAD propose également le parachèvement de certains tronçons duréseau routier et la remise à neuf de composantes majeures afin d’assurer, plusparticulièrement, la mobilité des marchandises et la desserte des principaux pôlesd’emplois métropolitains. Le remplacement du Pont Champlain constitue une deses priorités.Quelles sont les priorités pour améliorer le réseau de transport des marchandises ?Comment rendre le réseau de transport plus performant ?Comment les entreprises peuvent-elles contribuer à une utilisation optimale duréseau de transport ?NOTES PERSONNELLESCahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 23


VALEUR DOCUMENTAIREÉvaluation de la zone aéroportuaire et de sapériphérie selon le Top 10 des facteurs de localisation/investissements des secteurs à haute valeur ajoutéeFacteursÉvaluationde la zoneDisponibilité de main-d’œuvrequalifiéeexcellentStructure fiscalebonEnvironnement d’affaires bonQualité de vieexcellentInfrastructure routièreet transport urbaintrès bonPrésence d’institutions de savoiret de centres de recherchetrès bonAccès au transport aérien bonCoût de la main-d’œuvre bonCoût des espaces/terrains bonCoût des services publics(télécommunications, électricité)bonGrandes tendances en matière de transport aérienet situation actuelle de la zone aéroportuaire :Importance accrue des déplacements aériensd’affaires;Émergence de l’aviation d’affaires et de diversesformules d’utilisation partagée d’aéronefs;Croissance notable des activités de fret aérien.ATELIER 8Profiter stratégiquementde l’infrastructure aéroportuaireLe transport aérien a progressé de manière importante au cours des 20 dernièresannées et le rôle économique de ce mode de transport s’est considérablementaccru. Cette évolution est alimentée autant par les bénéfices provenant desdéplacements d’individus que de ceux liés aux marchandises.L’aéroport de Saint-Hubert se classe au douzième rang des aéroports canadiens,grâce à ses 150 000 mouvements par année et son offre de vols réguliers et nolisés.Il joue aujourd’hui un rôle économique significatif sur le territoire. Son impactéconomique est double : par les activités découlant des dépenses que réalisel’ensemble des entreprises et organisations reliées aux opérations aéroportuaireset par les avantages de localisation que procure sa présence à certaines entrepriseset organisations situées sur le territoire. Il s’agit là d’un potentiel d’attraction fortimportant pour l’établissement de nouvelles entreprises et la rétention de cellesdéjà établies.Comment l’utiliser pour consolider les entreprises existantes et en attirer denouvelles ?Quel rôle doit-il jouer dans le réseau de transport régional ?Quelle importance lui donner dans les projets d’aménagement futurs ?NOTES PERSONNELLESSAVIEZ-VOUS QUEDans un sondage réalisé auprès des membres dela CCIRS, 90 % des répondants ont répondu NONà la question « Peut-on se permettre de perdrel’aéroport de Saint-Hubert ? »24 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


SAVIEZ-VOUS QUEAu cours des années 2007 à 2012, la CRÉ,grâce au Fonds de développement régional etau Fonds régional d’investissement jeunesse,a investi 3 279 531 $ dans des projets dontle coût total, incluant les contributions dugouvernement québécois et du milieu, s’est élevéà 12 274 848 $. Pour la seule année 2011, leCLD a soutenu l’investissement de 2 399 000 $dans l’agglomération, générant des retombéeséconomiques de plus de 8 814 374 $. Pour sa part,DEL a soutenu la recherche de financement ayantconduit à l’obtention de 38M $ de subventions,pour la période de 2009 à 2012.ATELIER 9Utiliser pleinement les ressourcesfinancières disponiblesLes besoins financiers d’une entreprise évoluent en fonction de sa croissance. Unestructure de capital, appropriée à un stade, peut ne pas l’être à un autre. Ce n’estpas un domaine où il y a de « bonnes » réponses. Les PME ont plutôt besoin d’avoiraccès à une gamme d’options pour répondre à leurs besoins financiers.Le seul site Internet de Service Québec entreprises donne accès à desrenseignements sur 270 sources de financement sous forme de prêt ou de capital derisque ainsi que 29 programmes d’aide financière en provenance d’organisationsnon gouvernementales pouvant correspondre à des subventions ou des mesuresfiscales offertes à toutes les étapes de vie d’une entreprise. Sur celui de la Banquede développement du Canada, on retrouve une offre de prêt pour les technologiesde l’information et des communications et d’autres possibilités de financementpour l’immobilier commercial, la marge pour équipement, l’achat d’uneentreprise, le fonds de roulement pour les projets de croissance, le financementau démarrage, la transition d’entreprise, l’expansion vers de nouveaux marchéset les projets sans actifs corporels. Investissement Québec annonce ses solutionsfinancières : Financement UNIQ, Financement Écologique, Financement des créditsd’impôt remboursables, Groupes d’investissement, Mesures fiscales, Immigrantsinvestisseurs, Financement IMPLIQ, Programme de capitalisation, ESSOR et Fondsd’intervention économique régional (FIER).Ceci sans compter l’offre de services du ministère des Finances et de l’Économie(anciennement MDEIE) et celle d’Emploi-Québec, de même que le financementdisponible provenant d’ententes régionales spécifiques. Autant de sources definancement, autant de processus et de formulaires différents !Quels sont les canaux à privilégier pour faire connaître les ressources auxentrepreneurs ?Comment faciliter l’accès aux ressources financières ?Quels sont les besoins des entreprises non répondus en matière de ressourcesfinancières ?Comment s’assurer d’avoir les mêmes leviers financiers que ceux disponiblesdans l’ensemble du Québec?NOTES PERSONNELLESCahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 25


LES ATELIERS THÈME CUne agglomération attrayanteVALEUR DOCUMENTAIRELa qualité de vie couvre des dimensions commel’environnement, le cadre bâti, les équipementsculturels, l’offre de logements et les espacesnaturels. Dans le contexte de la vive compétitionà laquelle se livrent entre elles les régionsmétropolitaines, cette qualité de vie devient mêmeun élément déterminant pour se distinguer de sesconcurrentes; plusieurs travailleurs qualifiés de lanouvelle économie sont, en effet, très mobiles etaccordent une grande importance au cadre de viedans leur choix de localisation.Dans ce contexte, la reconnaissance, la protectionet la mise en valeur du patrimoine, des paysageset des milieux naturels deviennent un facteurd’attraction de talents puisqu’ils contribuentdirectement à la qualité de vie des résidents.Mais, par-dessus tout, ces investissements, quirenforcent la compétitivité et l’attractivité d’unerégion, profitent également à la population quihabite la région. Un environnement préservé etune qualité de vie renforcée constituent donc desfondements importants pour augmenterl’innovation, la productivité et, du mêmecoup, la richesse d’une région.SAVIEZ-VOUS QUELa route Fleurs et saveurs de l’agglomérationde Longueuil offre « du bonheur à proximité! ».Ce réseau de producteurs et transformateursagroalimentaires passionnés vous offre 19 arrêts deroute, autant d’occasions pour croiser des artisans,se procurer leurs produits. Il est possible de suivre leréseau au cours des saisons sur Facebook.(fleursetsaveursagglo.org)Il est nettement établi que l’agglomération de Longueuil occupe une positioncentrale pour jouer un rôle important dans la région métropolitaine de Montréalet en Montérégie par sa situation géographique, ses infrastructures de transportet ses équipements de transports collectifs. Il est aussi possible de parcourir sonterritoire grâce à son réseau cyclable de près de 250 km, dont la Riveraine (enbordure du fleuve) et la Montée du chemin de Chambly et de l’admirer, du fleuveSaint-Laurent, sur l’un ou l’autre de ses trois bateaux passeurs.On y retrouve aussi de nombreuses institutions à vocation régionale : desétablissements d’enseignement, des organismes majeurs de recherche et dedéveloppement, des établissements de santé et le palais de justice. Et la variétédes destinations commerciales et de services permet de satisfaire les besoins de sapopulation et attire des visiteurs.Troisième en importance au Québec, l’agglomération de Longueuil, c’est aussiun endroit où il fait bon vivre. On y retrouve de nombreux attraits : des milieuxnaturels d’attraits potentiels et reconnus, dont 2 des 23 parcs nationaux duQuébec; des parcs régionaux et municipaux fréquentés; un patrimoine riche etfort diversifié composé de noyaux villageois, de paysages naturels et culturels et desites à potentiel archéologique et des équipements récréatifs accessibles. Le réseausocial et communautaire y est bien établi avec 189 organismes communautaires et34 % de la population y pratiquant une forme ou l’autre de bénévolat. Le tauxd’homicide y est faible et l’espérance de vie à la naissance supérieure à celle del’ensemble du Québec.Toutefois, plusieurs défis doivent être relevés pour assurer le développementde l’agglomération. Le développement industriel, institutionnel, commercial etrésidentiel ainsi que le continuum ville-campagne entraînent des préoccupationsquant à leur acceptabilité sociale. Au plan culturel et récréotouristique,l’émergence d’un sentiment d’appartenance spécifique au territoire, la mise envaleur et le positionnement des richesses patrimoniales et paysagères ainsi que ledéveloppement d’une économie touristique à la hauteur de ses capacités restentà concrétiser. De plus, dans le contexte de sa double appartenance, administrativeet géographique, à la fois à la Montérégie et à la grande région de Montréal,l’agglomération de Longueuil cherche à faire valoir sa propre identité.NOTES PERSONNELLESÉgalement, disponible sur le site du CDBAL(cdbal.org), un livret des recettes aux saveurs del’agglomération de Longueuil. « Vous trouverezdans ces pages le résultat de trente-cinq rencontressavoureuses et agréables entre des chefs cuisinierset des produits du Québec d’une qualité supérieurequi sont pour la plupart disponibles chez votremarchand. Autant de rencontres avec des hommeset des femmes de notre région qui, par leur travail,nous permettent de découvrir ou redécouvrir desproduits d’ici ».26 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


VALEUR DOCUMENTAIRELes régions administratives sont les divisionsprincipales du territoire québécois. On en compte17 à la grandeur du Québec. Chaque région estdécoupée de façon à respecter des critères culturels,géographiques, historiques et socio-économiques.Afin d’en assurer la gouvernance, chacune desrégions est dotée d’une Conférence régionaledes élus (CRÉ). Cependant, afin d’être conformeaux plus de critères possibles quant à la divisiondes régions, la Montérégie est composée detrois conférences : Agglomération de Longueuil,Montérégie Est et Vallée-du-Haut-Saint-Laurent.SAVIEZ-VOUS QUEUn sondage mené par la firme Léger Marketingsur le statut de région administrative a permis deconstater que :83 % des répondants souhaitent quel’agglomération soit mieux représentéepolitiquement face à Montréal et Laval;71 % disent qu’une région administrative est unmoyen qui permettrait d’y parvenir;67 % disent que cela aiderait à organiser nosinfrastructures routières et de transport;65 % des répondants se sont dit en faveur dela démarche pour obtenir un statut de régionadministrative.ATELIER 10Affirmer l’identité de l’agglomérationMontréal fait parler d’elle pour son « quartier des spectacles », ses festivals,sa vitalité culturelle. Gatineau invite à la découverte des civilisations, avec sonprojet d’aménagement, dont le cœur est le Musée canadien des civilisations,le musée le plus visité au pays. La richesse patrimoniale de la Ville de Québeca été mise en valeur par l’aménagement de ses berges urbaines, la promenadeSamuel-De Champlain. Et Sherbrooke se positionne comme ville gastronomique.Et l’agglomération de Longueuil ?Les participants au Forum 2011 ont soulevé cette question de l’identité del’agglomération à plusieurs reprises :Le positionnement de l’agglomération est un défi à relever. Il faut développerune identité commune, une vision commune, parler d’une seule voix, développerune image de marque, développer un sentiment d’appartenance. Plus encore, ilfaut faire parler de l’agglomération, mieux promouvoir ses atouts et ses forcespour contrer les images négatives qui circulent, être fiers de notre identité,parler des « bons coups » des entreprises, de l’agglomération et des élus, sefaire le promoteur de nos réussites; contrer le décalage entre la réalité et laperception de l’agglomération.La valorisation de l’agglomération est une condition de réussite. Il faut attireret soutenir les entreprises innovantes dont les projets donnent de la valeurajoutée; attirer des entreprises qui veulent réduire le temps de transport;mettre au rancart l’identité de banlieue pour adopter une identité propre àl’agglomération; relier les pôles d’attraction (Place Charles-Le Moyne, QuartierDIX30, Théâtre de la Ville) pour créer une synergie.Quels sont les particularités, les traits distinctifs de l’agglomération ?Qu’est-ce qui fait votre fierté d’y appartenir ?Comment faire valoir ses avantages dans la grande région de Montréal, dansl’ensemble du Québec ?SAVIEZ-VOUS QUEÀ l’été 2014, l’agglomération de Longueuilaccueillera plus de 3 700 athlètes provenant departout à travers le Québec. En plus d’offrir unevitrine exclusive sur les beautés de la région,de favoriser des retombées profitables pourles villes organisatrices et de promouvoir lesbienfaits du sport auprès des jeunes et des moinsjeunes, la Finale des Jeux du Québec - Été2014 permettra à tous les citoyens d’offrir leurparticipation active à un événement d’envergure.NOTES PERSONNELLESCahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 27


VALEUR DOCUMENTAIRESelon une étude réalisée en 2004, il existe troistypes de lieux où se « produit » le développementrécréotouristique d’intérêt métropolitain : lecentre et sa périphérie qui offre une expériencetouristique de type urbain; les plans d’eauet l’espace riverain qui offrent une gammed’expériences à connotation patrimoniale, tantnaturelle que culturelle; les Montérégiennes,qui offrent notamment un contact privilégié avecl’espace naturel et le paysage métropolitain, demême que le meilleur du produit agrotouristiquerégional (pommiculture, acériculture).VALEUR DOCUMENTAIRELes conditions de succès pour le développementculturel et récréotouristique sont :authenticité et identité;concentration et complémentarité du milieu, deséquipements, des événements et des services;intégration de la récréation;masse critique;intégration en réseaux, en corridors;accessibilité.ATELIER 11Valoriser les attraits de l’agglomérationpar le développement de la cultureet du tourismeLa culture est un levier important de développement économique et de créationde richesse. En 2008, on recensait dans la région métropolitaine de Montréal96 910 emplois directs dans le secteur culturel. De plus, le secteur culturel génèreplus d’emplois indirects que la majorité des entreprises de l’industrie des services.Les retombées économiques annuelles totales (directes et indirectes) du secteur dela culture sont évaluées à 12 milliards $ pour la région métropolitaine de Montréal.Pour l’agglomération de Longueuil, le tourisme d’affaires représente le fer delance de l’industrie touristique. Cependant, depuis quelques années, le tourismed’agrément a connu une certaine croissance, entre autres, avec l’avènement duDIX30, générant un impact favorable sur l’économie du territoire. Il a été estiméque, en 2007, le territoire a accueilli 1,455 million de visiteurs sur les 4 millionsqui ont fréquenté l’ensemble de la Montérégie. Il s’agissait principalementd’excursionnistes (76 %). Plus de 92 % des visiteurs sont issus du marché québécois,dont 49 % dans l’axe Montréal-Laval-Montérégie et 17 % des Cantons-de-l’Est.Et 63 % de ceux-ci ont comme premier but la visite de parents et d’amis, 16 %l’agrément, tandis que le magasinage est l’objectif de 12 % d’entre eux. Cesvisiteurs ont généré plus de 120 millions $ en recettes touristiques.Quels sont les attraits spécifiques qui gagneraient à être mieux valorisés ?Comment se démarquer dans l’offre globale québécoise ?Sur quels projets doit-on miser pour en faire un secteur économique structurant ?NOTES PERSONNELLESSAVIEZ-VOUS QUEOn compte dans l’agglomération desétablissements culturels (6 centres d’artsvisuels, 2 musées, 2 diffuseurs des arts de la scène,15 bibliothèques et près de 70 salles commercialesde cinéma); des organisations diversifiées(orchestre symphonique, compagnies de théâtre,festivals et salons); des centaines d’artistes etauteurs résidents.L’industrie récrétouristique offre 4 255 emplois,à temps complet et à temps partiel, accessibles auxpersonnes de scolarité de niveau secondaire oumoins et collégial, dont les revenus moyens annuelsvarient de 14 396 $ (en restauration) à 44 195 $(en transport).28 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


VALEUR DOCUMENTAIRECertains présentent l’acceptabilité socialecomme « le résultat d’un processus par lequelles parties concernées construisent ensemble lesconditions minimales à mettre en place, pour qu’unprojet, programme ou politique s’intègre de façonharmonieuse, et à un moment donné, dans sonmilieu naturel et humain ».D’autres font plutôt référence à la notion de risqueoù l‘acceptabilité sociale est directement liée à laperception d’une menace qu’un projet peut laisserplaner sur la vie ou la qualité de vie d’un milieu,donc sur l’utilisation des biens et des activitéshumaines de ce milieu. Dans ce cas, l’acceptabilitésociale est « l’acceptation anticipée d’un risqueà court et à long terme qui accompagne, soit unprojet, soit une situation ». Un risque est considéréacceptable par une collectivité lorsque celle-ci peuten accepter les conséquences, les dommages, auregard de sa probabilité d’occurrence.VALEUR DOCUMENTAIRELa Loi sur le développement durable duQuébec s’appuie sur une vision à long terme quiprend en compte le caractère indissociable desdimensions environnementale, sociale etéconomique des activités de développement. Ledéveloppement durable demande de maintenirl’intégrité de l’environnement pour assurer lasanté et la sécurité des communautés humaineset préserver les écosystèmes qui entretiennentla vie; assurer l’équité sociale pour permettre leplein épanouissement de toutes les femmes et detous les hommes, l’essor des communautés et lerespect de la diversité; viser l’efficience économiquepour créer une économie innovante et prospère,écologiquement et socialement responsable.Six principes le régissent :la densité d’occupation du sol;la localisation dans des bâtiments rénovés oude nouvelles constructions qui consolident deszones urbanisées;la mixité des usages;la capacité de supporter une multitude demoyens de transport tant motorisés que nonmotorisés;un accent sur le domaine public et les espacesde convivialité : magasinage le long des ruescommerciales, activités de loisir en bonne partiedans des parcs publics;une planification stratégique mieux coordonnée,engageant une diversité d’acteurs.ATELIER 12Se doter d’une visiond’aménagement cohérenteL’agglomération de Longueuil s’est dotée d’un Schéma d’aménagement et dedéveloppement qui fixe le cadre dans lequel les projets se réalisent. Il prend leparti d’un aménagement prônant le développement durable et s’appuie sur lesprincipes généraux suivants : l’amélioration de la qualité de vie des citoyens,l’occupation rationnelle et optimale du territoire, la croissance des activitéséconomiques durables.Par ce schéma, l’agglomération de Longueuil définit des orientations quisont autant de leviers du développement de l’agglomération. Parmi celles-ci,mentionnons : consolider et densifier le milieu urbain et favoriser la mixité desusages; encourager et soutenir la revalorisation des milieux bâtis sur le territoire;reconnaître le pôle du complexe aéroportuaire comme équipement structurantet favoriser son développement; mettre en valeur le territoire agricole périurbaindans une perspective de développement multifonctionnel, viable et optimal.Il apparaît toutefois que l’acceptabilité sociale des projets de développement sepose de façon de plus en plus courante. L’actualité nous fait prendre conscience del’importance pour les promoteurs – qu’ils soient gouvernementaux, institutionnels,communautaires ou privés – d’obtenir l’appui et la collaboration des communautéslocales pour assurer la réussite de ceux-ci.Comment assurer la cohabitation des différentes zones : quartiers résidentiels,parcs industriels, zone aéroportuaire, artères commerciales, pôles institutionnels ?Comment conjuguer le développement économique et l’acceptabilité sociale ?NOTES PERSONNELLESCahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 29


POUR EN SAVOIR PLUSSur l’édition du Forum économique 2011Forum économique 2011, Agglomération de Longueuil, Cahier du participant(www.longueuil.ca/vw/asp/attachements/MESSAGES-MSG_FICHIER-35825-1.PDF)Bilan de la première édition du Forum économique 2011 de l’agglomérationde Longueuil (www.longueuil.ca/vw/asp/attachements/MESSAGES-MSG_FICHIER-35825-2.PDF)Sur les organismes de soutienau développement économiquewww.credelongueuil.orgwww.cld-longueuil.cawww.del.longueuil.cawww.ccirs.qc.caSur le thème : Une structure économique diversifiéeCommunauté métropolitaine de Montréal, Cap sur le monde : pour une régionmétropolitaine de Montréal compétitive, 2005Communauté métropolitaine de Montréal, Cahiers métropolitains, Portrait duGrand Montréal, édition 2010Communauté métropolitaine de Montréal, Stratégie d’innovationInstitut de la statistique du Québec, Bulletin statistique régional, CRÉ – Longueuil,éditions 2010 et 2012MAMROT, Stratégie pour assurer l’occupation du territoire 2011-2016MDEIE, L’avantage québécois, Stratégie de développement économiqueMDEIE, Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovationPôle d’économie sociale de l’agglomération de Longueuil, www.economiesocialelongueuil.caVille de Montréal, Stratégie de développement économique 2011-2017Atelier 1 : Consolider nos secteurs économiques structurantsCommunauté métropolitaine de Montréal, Plan de développement économique,mise à jour 2010-2015Communauté métropolitaine de Montréal, Stratégie d’innovationDéveloppement économique Longueuil, www.del.longueuil.caInstitut de la statistique du Québec, Profil statistique de l’industrie aérospatiale,Étude comparativeMDEIE, L’avantage québécois, Stratégie de développement économiqueMDEIE, Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovationMDEIE, Stratégie de développement de l’industrie aéronautique au QuébecMDEIE, Industrie de la logistique, Microprofil industrielAtelier 2 : Soutenir l’émergence de nouveaux secteurs économiquesstructurantsCommunauté métropolitaine de Montréal, Cap sur le monde : pour une régionmétropolitaine de Montréal compétitive, 2005Communauté métropolitaine de Montréal, Stratégie d’innovationConseil de développement bioalimentaire de l’agglomération de Longueuil,Portrait, diagnostic, pistes d’action, Filière bioalimentaire de l’agglomération deLongueuil, Institut pour le progrès socio-économique, septembre 2008Développement économique Longueuil, www.del.longueuil.caFédération canadienne de l’entreprise indépendante, Recherche Petiteentreprise, grande valeur, octobre 2007MDEIE, L’économie du savoir au Québec, mai 2005MDEIE, L’avantage québécois, Stratégie de développement économiqueMDEIE, Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovationAtelier 3 : Favoriser l’essor de la consommation localeAssociation des jardins maraîchers du Québec, www.ajmquebec.comAssociation des marchés publics du Québec, http://www.ampq.caCentre local de développement de l’agglomération de Longueuil etEmploi-Québec, Portrait diagnostic des entreprises d’économie socialede l’agglomération de Longueuil et recommandations pour un plan dedéveloppement concerté entre les partenaires de l’économie sociale del’agglomération de LongueuilChambre de commerce de la Pointe-de-l’île, www.ccpdi.comChantier de l’économie sociale, Pour un changement de logique économique,Document d’échange et de discussion, avril 2012Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois,Rapport final, Agriculture et agroalimentaire : assurer et bâtir l’avenirÉquiterre, www.equiterre.orgMAMROT, Économie sociale, Pour des communautés plus solidaires,Plan d’action gouvernementale pour l’entrepreneuriat collectifPôle d’économie sociale de l’agglomération de Longueuil,www.economiesocialelongueuil.caSondage BMO, Les Canadiens sont disposés à payer beaucoup plus pour desaliments locauxSondage RBC/Ipsos Reid, Les Canadiens appuient les petites entreprisesSur le thème : Des ressources adéquatesForum économique 2011, Agglomération de Longueuil, Cahier du participant(www.longueuil.ca/vw/asp/attachements/MESSAGES-MSG_FICHIER-35825-1.PDF)C’est moi le patron.ca Parce que j’ai entrepris un nouveau parcoursChambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, Rapport, Consulte/ActionProblématique de la main-d’œuvre et solutions gagnantesEmploi-Québec, Information sur le marché du travail, Portrait du marché du travail,Agglomération urbaine de Longueuil – CRÉ de LongueuilEmploi-Québec, Le Marché du travail en Montérégie – bilan annuel 2010Emploi-Québec, Synthèse Plan d’action d’Emploi-Québec 2010-2011,CRÉ de LongueuilFondation de l’entrepreneurship, Indice entrepreneurial québécois 2010, Qu’est-ceque les entrepreneurs ont dans le ventre ?, avril 2011Fondation de l’entrepreneurship, Portrait global de l’entrepreneuriat dans la régionde la Montérégie, mars 2010Innovation exportation pour des PME de classe mondiale, Secor, octobre 2011Institution de la statistique du Québec, Bulletin statistique régional, CRÉ –Longueuil, éditions 2010 et 2012MDEIE, Le renouvellement de l’entrepreneuriat au Québec : un regard sur 2013 et2018MDEIE, Foncez tout le Québec vous admire, Stratégie québécoise del’entrepreneuriat, novembre 2011Atelier 4 : Stimuler l’entrepreneuriatC’est moi le patron.ca Parce que j’ai entrepris un nouveau parcoursCentre local de développement de l’agglomération de Longueuil,www.cld-longueuil.caChambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, www.ccirs.qc.caFondation de l’entrepreneurship, Indice entrepreneurial québécois 2010,Qu’est-ce que les entrepreneurs ont dans le ventre ?, avril 2011Fondation de l’entrepreneurship, Portrait global de l’entrepreneuriat dans larégion de la Montérégie, mars 2010MDEIE, Le renouvellement de l’entrepreneuriat au Québec : un regard sur 2013et 2018MDEIE, Foncez tout le Québec vous admire, Stratégie québécoise del’entrepreneuriat, novembre 2011Prêt à entreprendre, pretaentreprendre.com30 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil


Atelier 5 : S’assurer d’une main-d’œuvre en adéquation avec lesemplois disponibles aujourd’hui et demainChambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, Rapport, Consulte/ActionProblématique de la main-d’œuvre et solutions gagnantesConseil emploi métropole, Rendez-vous métropolitain pour l’emploi– Guide du participantEmploi-Québec, Guide pratique de la gestion de la diversité interculturelle enemploiObjectif conciliation études-travail, Agglomération de Longueuil, documentdîner-conférence, 20 octobre 2010www.compétences entreprises.net (de courtes capsules sur la gestion desressources humaines, une initiative d’Emploi-Québec Montérégie)Atelier 6 : Améliorer le transport collectif pour une plus grandemobilité des personnesAgglomération de Longueuil, mémoire, Plan métropolitain d’aménagement etde développementChambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, Vision transport; mémoirePlan métropolitain d’aménagement et de développementComité transport de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud,mémoire Plan métropolitain d’aménagement et de développementComité sur la mobilité, communiqué 28 mai 2012Communauté métropolitaine de Montréal, Plan métropolitain d’aménagementet de développementÉquiterre, « Je m’active dans mon quartier », Guide d’actions – commerces etentreprisesRéseau de transport de Longueuil, www.rtl-longueuil.qc.caAtelier 7 : Se doter de réseaux de transport des marchandisesperformantsAgglomération de Longueuil, mémoire Plan métropolitain d’aménagement etde développementChambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, Vision transport; mémoirePlan métropolitain d’aménagement et de développementComité transport de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud,mémoire Plan métropolitain d’aménagement et de développementComité sur la mobilité, communiqué 28 mai 2012Communauté métropolitaine de Montréal, Plan métropolitain d’aménagementet de développementAtelier 8 : Profiter stratégiquement de l’infrastructure aéroportuaireCAPA-L, mémoire présenté lors de la consultation publique sur laproblématique du bruit de l’aéroport de Saint-Hubert de la Ville de Longueuil,10 mars 2010Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, Mémoire sur le Planmétropolitain d’aménagement et de développementDASH-L, site InternetDeloitte & Touche, Impact stratégique et économique de l’industrie aérospatialecanadienne, octobre 2010Développement économique Longueuil, Étude sur les retombées économiquesdes activités aéroportuaires de la région de Longueuil, Groupe Secor, janvier 2011Rapport d’enquête et d’audiences publiques – Solutions aux problèmes debruit aux abords de l’aéroport de Saint-Hubert, communément appelé RapportFlanagan, avril 2010Rapport Bouchard sur la gouvernance de DASH-L, novembre 2011Position de la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, Pollution sonore engendréepar le trafic aérien de l’aéroport de Saint-Hubert, novembre 2011Atelier 9 : Utiliser pleinement les ressources financières disponiblesBanque de développement du Canada, www.bdc.caConférence régionale des élus de l’agglomération de Longueuil,www.credelongueuil.orgEmploi-Québec, www. emploiquebec.netIndustrie Canada, Le financement des PME au Canada, 2002Investissement Québec, www.investquebec.comMinistère des Finances et de l’Économie, www.finances.gouv.qc.caService Québec Entreprise, www2.gouv.qc.caSur le thème : Une agglomération attrayanteForum économique 2011, Agglomération de Longueuil, Cahier du participant(www.longueuil.ca/vw/asp/attachements/MESSAGES-MSG_FICHIER-35825-1.PDF)Agglomération de Longueuil, Schéma d’aménagement et de développement deLongueuilCommunauté métropolitaine de Montréal, Plan métropolitain d’aménagement etde développementAtelier 10 : Affirmer l’identité de l’agglomérationMAMROT, L’organisation municipale et régionale au Québec en 2012Atelier 11 : Valoriser les attraits de l’agglomération par ledéveloppement de la culture et du tourismeChambre de commerce du Montréal métropolitain, La culture à Montréal :impacts économiques et financement privé, novembre 2009Communauté métropolitaine de Montréal, Plan métropolitain d’aménagementet de développementConférence régionale des élus de l’agglomération de Longueuil, Étude sur ledéveloppement des pôles culturels sur le territoire de la CRÉ de Longueuil,juin 2009Conférence régionale des élus de l’agglomération de Longueuil, Culture,communications et Condition féminine Québec, Conseil montérégien de laculture et des communications, Portrait culturel du territoire de la CRÉ deLongueuil, mai 2008Développement économique Longueuil, Plan d’affaires pour le développementtouristique dans l’agglomération de LongueuilDéveloppement économique Longueuil, Plan stratégique de développementtouristique de Longueuil, 2005-2010Pragma Tourisme conseil, MRC de Champlain et municipalités de Bouchervilleet de Saint-Bruno, Profil excursionnistes et touristes, 2007Réseau de veille en tourisme, Le Saint-Laurent un levier de croissance pour leQuébec, 1 er juillet 2012Tourisme Montérégie, Le portrait de l’industrie touristique régionale 2007Atelier 12 : Se doter d’une vision d’aménagement cohérenteAgglomération de Longueuil, Schéma d’aménagement et de développementCentre d’information sur l’environnement de Longueuil, mémoire Planmétropolitain d’aménagement et de développementCommunauté métropolitaine de Montréal, Plan métropolitain d’aménagementet de développementConseil patronal de l’environnement du Québec, Guide de bonnes pratiquesafin de favoriser l’acceptabilité sociale des projets, avril 2012Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil 31


PROGRAMME DE LA JOURNÉE8 h Ouverture en présence de madame Marie Malavoy,députée de Taillon,Ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sportet ministre responsable de la région de la Montérégie8 h 30 Place aux entrepreneurs10 h Pause10 h 30 Échanges en ateliers12 h Pause repas13 h 15 Conférence de madame Sophie Brochu,présidente et chef de la direction de Gaz Métro13 h 30 Échanges en ateliers14 h 45 Pause15 h 15 Présentation des résultats des débats15 h 45 Panel et discussions16 h 30 Clôture et allocution demadame Caroline St-Hilaire,mairesse et présidente de l’agglomération de LongueuilCoquetelImprimé sur papier recyclé, contenant 100 % de fibres de post-consommation, fabriqué au Québec32 Cahier du participant Forum sur le développement économique de l’agglomération de Longueuil

More magazines by this user
Similar magazines