La Loupe 03/2010 - Emission juillet 2010Le - La Poste Suisse

poste.ch

La Loupe 03/2010 - Emission juillet 2010Le - La Poste Suisse

Très tôt, Liebermann et Sutermeister

regarderont vers l’étranger et prendront

pour modèle des pays proches, où ils

trouveront leurs premiers champs d’activités:

Liebermann à Budapest et Vienne,

Sutermeister à Paris et Munich. Ces expériences

influenceront leur évo lution

artistique. Si, pour Sutermeister, l’entourage

de Carl Orff et de Werner Egk,

auquel des liens musicaux et amicaux

étroits le lieront bientôt, sera déterminant,

pour Liebermann, il semble que ce soit

son activité de secrétaire personnel du

chef d’orchestre Hermann Scherchen, un

pionnier de la musique nouvelle, qui ait

renforcé son intérêt pour les courants

modernistes. Mais en Suisse aussi, les

deux compositeurs feront tôt partie de la

18

vie musicale, Sutermeister se concentrant

surtout sur Berne (radio, théâtre de la

ville) tandis que Liebermann choisira pour

toile de fond de ses activités variées sa

ville natale de Zurich. Pendant la Seconde

Guerre mondiale, le service militaire

limitera certes leur liberté de mouvement

et le temps disponible, mais ne freinera

aucunement leur évolution en tant que

compositeurs.

C’est justement pendant cette période

qu’ils franchiront des étapes importantes

de leur carrière: appelé à Ascona, Liebermann

prend dès 1940 des cours auprès de

Vladimir Vogel, qui a émigré d’Allemagne.

Durant cette phase importante, le jeune

compositeur découvrira la rigueur de la

musique dodécaphonique. Sans y adhérer

Rolf Liebermann fut

intendant au Palais

Garnier à Paris (à

droite) et à l’Opéra

d’Hambourg (tout

à droite, mise en

scène de «Kyldex I»).

Photos: ImagePoint/

Fritz Peyer

sur le plan de la doctrine, il intégrera

dans ses œuvres des éléments mélodiques

et tonals, les techniques complexes

et les dernières trouvailles de la musique

d’avant-garde ainsi que des rythmes

dansants et du jazz.

L’opéra pour tous

Liebermann composera ainsi un«Concerto

for Jazz Band and Symphony Orchestra»

(1954), qui sera particulièrement populaire.

Ses autres œuvres pour orchestre, musique

de chambre et pièces pour solistes lui

vaudront autant de succès que ses grands

opéras, dont «Pénélope» (1954), «L’Ecole

des Femmes» (1955) et «L’Acquittement

pour Médée» (1995), qui seront joués dans

des théâtres prestigieux. Intendant des

opéras de Hambourg et

de Paris pendant de longues décennies,

Liebermann se fera l’ardent défenseur de

la musique moderne, à qui il s’efforcera

d’offrir une tribune. Fervent adepte d’une

démocratisation de l’opéra, il n’aura de

cesse d’ouvrir ses théâtres à de nouveaux

publics. Il s’attachera, notamment, à

attirer les publics jeunes, souvent rebutés

par un art à première vue trop élitiste.

Pour Heinrich Sutermeister aussi, l’année

1940, si sombre qu’elle ait été pour la

«L’araignée noire» est

considérée comme

l’une des œuvres les

plus marquantes de

Heinrich Sutermeister.

Plus de septante

ans après sa création,

l’opéra est encore

joué, comme en 2007

à St-Gall.

Photo: Keystone

More magazines by this user
Similar magazines