La Loupe 03/2010 - Emission juillet 2010Le - La Poste Suisse

poste.ch

La Loupe 03/2010 - Emission juillet 2010Le - La Poste Suisse

L’AELE – depuis 50 ans au service

du libre-échange

«Une petite qui a tout d’une grande»:

ce slogan paraît tout à fait approprié pour

l’AELE. L’association ne pèse certes pas

d’un très grand poids à côté de l’Union

européenne ou d’autres instances internationales,

mais son importance n’en reste

pas moins significative, même si elle

ne compte plus que quatre pays membres:

la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège et

l’Islande.

Pour la Suisse en particulier, l’AELE a procuré

des avantages économiques considérables:

une partie importante des

conditions générales pour le commerce

extérieur suisse proviennent des négociations

des pays tiers de l’AELE. Concrète-

22

L’Association européenne de libre-échange, l’AELE, fête cette année ses 50 ans.

Conçue à l’origine comme alternative à l’actuelle Union européenne, l’AELE

a joué un rôle prépondérant dans le développement de la coopération écono -

mique en Europe. Elle a jusqu’à présent toujours été pour la Suisse un instrument

essentiel de politique commerciale. La Poste Suisse a voulu marquer cet anniversaire

par l’émission d’un timbre spécial.

Extrait d’une feuille de timbres AELE

Qu’est-ce que l’AELE

L’Association européenne de libre-échange (AELE)

a été fondée à Stockholm en janvier 1960, dans le

but de favoriser la croissance et le bien-être économiques

des pays membres; l’accord est entré en

vigueur le 3 mai de la même année. Au fil des

années, les pays fondateurs, à savoir le Danemark,

la Norvège, l’Autriche, le Portugal, la Suède, le

Royaume-Uni et la Suisse ont été rejoints, pour

certains temporairement, par l’Islande, la Finlande

et le Liechtenstein. L’AELE a son siège à Genève.

ment, 20 des 23 accords de libre-échange

touchant actuellement la Suisse ont été

signés par l’intermédiaire de l’AELE.

Grâce à ce réseau, notre pays bénéficie de

conditions privilégiées pour les échanges

économiques, et pas seulement intraeuropéens,

mais aussi mondiaux.

Commerce facilité

Pour un pays exportateur comme la Suisse,

qui gagne un franc sur deux à l’étran ger,

pouvoir accéder avec le moins d’entraves

possible aux marchés du monde entier

revêt une importance particulière. Le com -

merce s’en trouve facilité, grâce à la

réduction voire à la suppression des taxes

douanières. Les pays de l’AELE représentent

d’ailleurs ensemble le septième

négociant en marchandises et le cinquième

prestataire de services en importance

au niveau mondial. Leur alliance permet

ainsi à ces quatre petits pays de se positionner

comme un partenaire commercial

attrayant.

Malgré des objectifs relativement analogues,

l’AELE ne se veut pas une concurrente

de l’Organisation mondiale du

commerce, l’OMC, (ni de l’UE), mais

au contraire un complément. Les accords

Timbre-poste spécial 50 ans de l’AELE

négociés par l’AELE se basent sur les règles

de l’OMC, et vont même dans la mesure

du possible au-delà de ces normes.

Une histoire mouvementée

Personne n’aurait pu imaginer, il y a 50 ans,

que l’AELE déploierait ses accords

de libre-échange dans le monde entier.

Lorsqu’en 1960 le Danemark, la Norvège,

l’Autriche, le Portugal, la Suède, le

Royaume-Uni et la Suisse s’étaient rapprochés,

c’était en réaction à la réalisation

trois ans plus tôt de l’union douanière

entre les pays de la Communauté économique

européenne, ancêtre de l’UE.

Une communauté à laquelle les fondateurs

de l’AELE ne pouvaient ou ne voulaient

pas adhérer.

Dans un premier temps, les deux blocs

mirent le libre-échange en place au niveau

More magazines by this user
Similar magazines