Télécharger le pdf - Institut du Monde Arabe

imarabe.org
  • No tags were found...

Télécharger le pdf - Institut du Monde Arabe

L’âge d’ordes sciences arabeslivret JeunesexpositionI


«peu de savoir vaut mieux que beaucoup de culte» Hadith (Dit du prophète)Al-Bîrûnî (m. en 1048) :«J’ai fait ce que chacun devrait faire dans son travail :accueillir les réalisations de ses prédécesseurs avecgratitude et corriger leurs fautes sans appréhension(…). C’est ainsi que la contribution que l’on auraapportée vivra éternellement chez ses successeurset chez les générations à venir »[Al-Bîrûnî : al-Qânûn al-mas’ûdi (Le Canon masudien),Hayderabad.]IIAstrologues déterminant le thème astral à l’occasion d’une naissanceAkbarnameh - miniature Inde, XVIIe siècle, British Library1


L’âge d’or des sciences arabes2de 632 à 750, les Arabes conquièrent un immenseterritoire à travers lequel se diffusent rapidementleur religion et leur langue. De la frontière chinoisejusqu'au nord de l'Espagne, il englobe une mosaïque decontrées, héritières du riche patrimoine scientifique de laGrèce, de la Perse, de l'Égypte et de la Mésopotamie.À partir de cet héritage, des dizaines de foyersscientifiques vont naître et se développer, du VIIIe au XVesiècle, avec leurs établissements d'enseignement, leursbibliothèques, leurs hôpitaux. Outre des disciplinesanciennes (astronomie, médecine, géographie, agronomie,mécanique, etc.) qui seront enrichies, de nouvelles voientle jour, comme l'algèbre, la trigonométrie et la science dutemps. L'impulsion donnée par les Arabes à la fabricationdu papier a rendu plus abordable la copie des livres et acontribué à la diffusion de ces travaux.Entre les IXe et XIe siècles, les activités scientifiquesétaient exprimées en langue arabe et donc les savantsdevaient maîtriser cette langue. À partir de la fin du XIesiècle, avec le renouveau de la culture persane, dessavants persans commencent à écrire dans leur languematernelle. Un phénomène semblable s'observe dansl'Espagne musulmane, où des livres de mathématique etd'astronomie sont rédigés en hébreu. À la même époque,commence à se développer la traduction, de l'arabe vers lelatin, d'ouvrages scientifiques grecs et arabes disponiblesen Espagne et en Sicile. Quelques siècles plus tard, cephénomène se reproduira, mais à une échelle plus réduite,avec la traduction en turc et en berbère de quelquesouvrages scientifiques.Avicenne au chevet d’un patient «malade d’amour» miniature (XVIe siècle)Istanbul, Musée des arts turcs et islamiques.3


Nasir al-Din al-Tusi :Nouvelle rédaction desEléments d’Euclide 1258,Encre sur papier Londres,The Britsh Library,Add. 23387L’héritage scientifiquehormis quelques initiatives isolées, et à l'exception dudomaine de la médecine (dont une pratique « savante »,héritière de la médecine grecque, est attestée dèsl'avènement de l'Islam), les Arabes n'ont commencé àprendre connaissance des héritages scientifiques anciensqu'à partir de la fin du VIIIe siècle. C'est avec lespremiers califes abbassides que la traduction connaîtune véritable impulsion.Al-Mansûr (754-775) est le premier à financer destraductions d'ouvrages scientifiques indiens puis d'écritsphilosophiques grecs. Trois de ses successeurs luiemboîtent le pas : al-Mahdî (775-785), puis Hârûn ar-Rashîd (785-809) et surtout al-Ma'mûn (813-833)auxquels on doit également la fondation de la Maison dela sagesse (Bayt al-hikma), destinée à accueillir lesmeilleurs savants de l'époque. Les mécènes se recrutentparmi les hauts fonctionnaires cultivés, les richesmarchands et les hommes de science fortunés, comme lephilosophe al-Kindî (m. 850) et les frères Banû Mûsâ,trois mathématiciens.Dans la recherche des manuscrits scientifiques anciens,les bibliothèques des particuliers et des monastèresjouèrent un rôle primordial. Certains ouvrages ont mêmeconnu plusieurs traductions, comme l'Almageste dePtolémée (IIe s.), la référence la plus importante del'astronomie antique et médiévale, et les Elémentsd'Euclide (IIIe s. av. J.C.), source presque exclusive de lagéométrie arabe. En médecine, certains ouvrages deGalien ont d'abord été traduits en syriaque avant que,l'ensemble de son œuvre soit traduit en arabe.Parmi la centaine de traducteurs qui ont contribué à cetransfert des sciences anciennes, le plus important estHunayn Ibn Ishâq (m. 873), qui dirigea une véritableéquipe de spécialistes au rang desquels son fils Ishâq etson neveu Hubaysh.Hunayn Ibn Ishaq.Résumé du livre de Galiensur les différentes sortesd’urines (syriaque)Traduction d’un traité de Galien, orné de portraits de savants dont Andromaqueet Galien (première moitié du XIIIe siécle) Vienne Osterreichische Nationalbibliothek.«l’encre du savant est plus sacrée que le sang des martyrs» Hadith (Dit du prophète)4 ~ alambic ~ échec ~ magasin ~ timbale ~ amiral ~ fanfaron ~ guitare ~ hasard ~ matelas ~ gazelle ~ jupe ~5


Abrégé d’un poème sur les fondementsde l’algèbre, Rabat, Bibliothèque Sbihi.AL-KHWÂRIZMÎ (m. 850)Muhammad ibn Mûsâ al-Khwârizmî estné à Bagdad vers 780 d’une familleoriginaire du Khwârizm (Ouzbékistan).En astronomie il a participé auprogramme lancé par le califeal-Ma’mûn (813-833) afin de vérifierles paramètres astronomiques héritésdes Grecs et aboutir à la réalisationd’une nouvelle carte du monde.En mathématique, il est le premierà publier un livre de calcul contenantle système décimal positionnel indien(avec le zéro). Mais il est surtoutresté célèbre comme auteur dupremier livre d’algèbre de l’histoire«Kitab Al-jabr wa-l-muqabala».Les mathématiques et l’algèbredès avant l’islam, les Arabes disposaient de procédésde calcul pour leurs transactions commerciales et d’unsavoir-faire en géométrie auquel ils recouraient pourrésoudre des problèmes d’arpentage, de construction et dedécoration. Mais la traduction des ouvrages indiens,mésopotamiens et surtout grecs va leur permettre d’élargirleurs connaissances et, après une phase d’assimilation, dedonner naissance, à partir du IXe siècle, à une productionoriginale. On doit aussi aux mathématiciens arabes d’avoirinventé de nouvelles disciplines comme la trigonométrie,l’analyse combinatoire et l’algèbre.À partir du XIIe siècle, une partie des ouvragesmathématiques arabes est traduite en latin et en hébreu.C’est par ce biais que se diffusera en Europe la pratique ducalcul avec le système décimal, l’algèbre avec seséquations et la trigonométrie. C’est ainsi que l’Abrégé ducalcul par la restauration et la comparaison, d’Al-Khwârizmî, publié à Bagdad au début du IXe siècle, seratraduit en latin au XIIe siècle, une première fois par Gérardde Crémone puis par Robert de Chester, sous le titre deLiber algebra et muqabala ; les deux mots choisis parl’auteur pour nommer la nouvelle discipline : algèbre(forgé à partir d’al-jabr qui signifie restauration,réparation) et muqabala (comparaison) font donc leurapparition dans la langue latine…Parmi les plus grands mathématiciens arabes,mentionnons, outre al-Khwârizmî (Bagdad, IXe s.) enalgèbre, Ibn al-Haytham (Le Caire, Xe s.) en arithmétique,al-Bîrûnî (Rayy, XIe s.) en trigonométrie, Ibn Mun’im(Marrakech, XIIe s.) en analyse combinatoire , et al-Kâshî(Samarcande, XIVe s.) en science du calcul.Yusuf al-Mu’taman : Traité de géométrie,Encre sur papier. Espagne vers 1080.Leyde, Université Library, Legatum Warnerarium, Or.123a6 ~ algèbre ~ tarif ~ fardeau ~ matraque ~ talisman ~ gabardine ~ mosquée ~ sofa ~ mohair ~ récif ~ raquette7


Numération alphabétique arabeLe calculàl’origine, le zéro était simplement un signe servant àindiquer l’absence de valeur d’une position donnée(celle des dizaines ou des centaines, par exemple) dansl’écriture d’un nombre. Ce principe était connu desBabyloniens, des Grecs et des Indiens. Ces derniersavaient également inventé l’écriture positionnelledes nombres : avec neuf signes seulement, qu’ilscombinaient avec le signe du zéro, ils parvenaient ainsià exprimer n’importe quel nombre, alors que pouratteindre le même but, les Grecs utilisaient 27 signes.À la fin du VIIIe siècle, les calculateurs arabesdisposaient du système alphabétique grec, qu’ils avaientremplacé par leur propre alphabet de 28 lettres pourl’astronomie et l’astrologie; du système digital, quipermettait d’exprimer les résultats du calcul mental;enfin, du système décimal positionnel indien, dont ilsusèrent dans tous les autres domaines de la science.Les calculateurs de l’Occident musulman remplacèrentle point du zéro par un rond, modifièrent la graphie decertains chiffres et échangèrent les valeurs de certaineslettres de la numération alphabétique.Si les mathématiciens arabes n’ont pas inventé le zéro,on leur doit d’en avoir largement diffusé l’usage à partirdu XIIe siècle grâce aux traductions et de lui avoirégalement attribué d’autres rôles (comme celui d’êtremultiplié par un nombre ou ajouté à un autre), il l’ontainsi préparé à devenir un nombre comme les autres.0 9 8 7 6 5 4 3 2 1Le souhait des calculateurs Ibn Ghàzî al-Miknâsî,Rabat, Bibliothèque Sbihi.1- Numération d’origine indienne2- Numération arabe d’Occident3- Numération arabe d’Orient8 ~ chiffre ~ lascar ~ mesquin ~ ambre ~ quintal ~ fakir ~ tamarin ~ tasse ~ girafe ~ perroquet ~ savate ~ zéro9


L’astronomie10Plan d’écliptique. “Traité d’astronomie”, al-Bîrûnî 1237-1238Berlin, coll Landberg, Staatsbibliohtek, Berlinles savants arabes n'ont pas seulement marquél'astronomie de leur empreinte en transmettant à l'Europel'héritage de la Grèce antique, symbolisé par l'Almagestede Ptolémée et en nous léguant beaucoup de nomsd'étoiles comme Aldébaran, Bételgeuse, Rigel ou Véga.En astronomie appliquée, ils passèrent maîtres dansl'usage de l'astrolabe et d’autres instruments plussophistiqués, qui serviront jusqu'au XVIIIe siècle às’orienter, à déterminer le temps, à mesurer les hauteurs.Dans le domaine des modèles planétaires, leurs savants,et tout particulièrement al-Tûsî, critiquèrent lesreprésentations géométriques de Ptolémée et proposèrentde nouveaux modèles. C'est à la précision de leursmesures, permises par le perfectionnement et la créationde nombreux instruments et d'observatoires comme celuide Maragha, qu'ils réalisèrent de telles avancées, maisaussi à l'impulsion qu'ils donnèrent aux mathématiques etnotamment à la trigonométrie, à partir d'Al-Khwarizmi.Il faut encore mentionner l'astrologie qui utilisait lesrésultats de l'astronomie, ce qui lui donnait un caractèrescientifique, qui explique son succès auprès despopulations. Un auteur comme Abu Mashar fut un desmaîtres incontestés de cette discipline.Astrolabe universel d’Ahmad ibn al-Sarraj,1328-29 (H 20cm, D 15,8 cm)Benaki Museum, AthènesL'astrolabe, qui servait à déterminer le temps et à faire desmesures d'arpentage (hauteur d'une montagne ou d'un édifice,profondeur d'un puits), était basé sur le principe d'uneprojection dite stéréographique qui permettait de représentersur un plan les objets célestes et leurs trajectoires lorsqu'ilssont en mouvement. Il a été perfectionné par les astronomesarabes qui ont inventé l'astrolabe universel, l'astrolabelinéaire et l'astrolabe quadrant afin de disposer d'instrumentslégers et plus maniables.11


Onagres , Copie du Livre de l’utilité des animauxd’Ibn Bakhtishu, Iran début XIVe siècle.Koweït, Collection al-Sabah, Dar al-Athar al-islamiyya, LNS 59MS…La Chine est un vaste pays où abondent les ressources, les fruits,les céréales, l’or, l’argent… Elle est traversée par le fleuve Âb al-Hâya, c’est-à-dire «l’eau de la vie», qui est aussi nommé Sarû… Lefleuve coule au centre de la Chine sur une longueur de six mois demarche et se jette à Sîn as-Sîn. Sur ses rives, on trouve des villages,des champs, des vergers, des marchés comme sur les rives duNil en Egypte, à la différence toutefois que la Chine est plus prospère.Sur ce fleuve sont dressées des roues hydrauliques en grandnombre. La Chine produit beaucoup de sucre… meilleur en qualitéque le sucre égyptien, des raisins et des prunes. Je croyais que lesprunes ‘uthmânî de Damas étaient incomparables jusqu’auCarte tirée du Livre des royaumes et des routes. Ibn Hawqal, fin Xesiècle -copie du XVIesiècle - BNFmoment où j’ai goûté les prunes chinoises. La Chine produit aussides melons aussi délicieux que ceux du Kwârizm et d’Ispahan.Tous les fruits que nous trouvons chez nous se trouvent chez eux,en plus succulents.…. La porcelaine en Chine vaut le même prix que la poterie cheznous, ou même meilleur marché. Elle est exportée en Inde etpartout dans le monde, arrivant même jusqu’au Maghreb, notrepays. La porcelaine chinoise est la plus belle poterie qui soit.IBN BATTUTA (1304-1377)« Voyages et périples » Voyageurs arabes, Bibliothèque de la Pléïade,Paris 1995La géographiela géographie arabe couvre deux grands domaines :la géographie humaine et la cartographie. La premièreest née et s’est développée à partir du IXe siècle pourrépondre aux besoins tant politiques que économiques : ils’agissait de rassembler des informations sur les paysnouvellement conquis, sur leurs habitants et leursactivités. La seconde s’est constituée à partir de l’héritagegrec, représenté par les œuvres de Marinus (Ie s.) et dePtolémée (IIe s.). Les ouvrages de géographie humainetraitent de trois grands sujets. Il y a d’abord la descriptiondes terres, des rivières, des mers et des îles. On y trouveaussi des informations sur les itinéraires et les distancesentre les villes, sur les lieux stratégiques et les productionsde chaque région. Un troisième thème rassemble leséléments curieux ou merveilleux qui se rapportent à telou tel endroit. Parmi les livres les plus importants dansce domaine, celui d’Ibn Hawqal, qui vécut en Orient auXe siècle, et celui du Maghrébin al-Idrîssî, qui travailla àPalerme au XIIe siècle. L’Islam a compté en outre nombrede « grands voyageurs » qui ont rapporté, de leursdéplacements à travers les vastes territoires de l’empire etau-delà, des ouvrages d’une grande richesse complétantle travail des géographes comme l’Andalou Ibn Jubayr(XIIe s.) et, surtout, le Maghrébin Ibn Battûta (XIVe s.).Le calife al-Ma’mûn (813-833) est le premier à demanderà des scientifiques de réaliser une carte du monde. Desastronomes se sont chargés de cette tâche, vérifiant etcorrigeant les coordonnées des villes mentionnées dansl’œuvre de Ptolémée avant de calculer celles d’autres villesde l’empire. Après eux, de nombreuses cartes, adaptées àdifférents utilisateurs, seront réalisées : des indicateursde qibla permettant de diriger les prières vers La Mecque,des cartes-plans n’indiquant que les itinéraires pour lesmarchands ou les militaires, des portulans mentionnant lescôtes et les ports pour les navigateurs.12 ~ alezan ~ douane ~ cramoisi ~ aruz ~ zénith ~ mousson ~ rame ~ hashish ~ café ~ artichaud ~ azerole ~Globe céleste,Iran 1418, IMA13


Récipient pour alchimie, verre.Coll. KhaliliChapiteau de distillation, verre,Iran IXe-Xe siècle coll. KhaliliTraité de pharmacopée de Zayn al-Attar, Inde, 1648Londres, Nasser Khalili coll.La chimieaprès avoir puisé aux sources grecques, égyptiennes etmésopotamiennes grâce à la traduction de nombreuxouvrages, réalisée à Bagdad à partir du IXe siècle, leschimistes arabes ont poursuivi les recherches initiées parleurs prédécesseurs. La chimie arabe théorique consistaiten une réflexion philosophique sur la matière, saconstitution et sa transformation. Elle a donné naissanceà de nombreux ouvrages, dont les plus importants sontceux de Jâbir Ibn Hayyân (VIIIe-IXe s.). Certainschimistes tenteront en vain de mettre en pratique deuxaspects de cette théorie : la transmutation, c'est-à-dire latransformation d’un métal quelconque en or, et lafabrication du médicament miracle, l’élixir, sensé guérirtoutes les maladies.La chimie pratique reposait en revanche sur une démarchescientifique et sur l’expérimentation. Elle consistait àanalyser des substances minérales, végétales et animalespour en connaître la constitution et à transformer etcombiner ces substances afin d’en obtenir de nouvelles.Si certaines manipulations, telles que la calcination, lafusion et la sublimation, n’étaient motivées, souvent, quepar la curiosité scientifique, d’autres répondaient à desdemandes de la société. Ainsi, des expériences furentà l’origine d’une véritable production industrielle desavon, d’eau de fleur d’oranger et d’eau de rose (obtenuepar distillation), de vinaigre (obtenu par fermentation) etde produits de beauté. Parmi les grands noms de la chimiearabe, Abû Bakr al-Râzî, qui vécut à Bagdad au Xe siècle.Bol au joueur de luth, Iran,fin du XIIe siècle Céramique à pâtesiliceuse, glaçure opaque, décor lustré.Berlin, Museum für islamische Kunts, I 150614 ~ alchimie ~ camphre ~ cordonnier ~ cithare ~ madras ~ laque ~ massicot ~ matras ~ limon ~ sorbet ~ soude ~15


VIIe-VIIIe siècles :l’ère de l’héritage etde la traduction• Fondation de la premièrebibliothèque par le califeal-Walid 1er.• 773 : traduction en arabe dupremier livre indien d’astronomieà la demande du calife abbasideal-Mansûr (754-775).• 780 : traduction des Topiquesd’Aristote à la demande du califeal-Mahdi (775-785).• 785-809 : mécénat de Hârûnal-Rashîd :- fondation de Bayt al-hikma(Maison de la sagesse), premiercentre scientifique.- traduction par al-Hajjâj desEléments d’Euclide.IXe siècle : émergencede la science arabe• 813-833 : règne du califeal Ma’mun :• al-Khwarizmi publie le premierlivre arabe sur le calcul indienainsi que le premier livred’algèbre.• élaboration de la premièrecarte du monde en arabe.• vérification et correctiondes mesures de Ptolémée.• traité d’optique d’Al Kindî(796-873).• les frères Banû Mûsâ publientle premier livre arabe de mécanique.• 815 : traduction de laMeteorologica d’Aristote parYahyâ al-Batrîq.• 809-877 : traduction desœuvres médicales de Galienet d’Hippocrate par Hunayn Ishaq.• al-Râzî (823-860), médecinet chimiste, identifie et décritla variole.• 851 : première description descôtes indiennes et chinoises parles géographes arabes.Chronologie des sciences arabesXe-XIIIe siècles :apogée de la science arabeXe siècle• livre d’algèbre d’Abû Kâmil(m. 930).• Abd al-Rahmân al-Sûfî établitson catalogue des étoiles.• 972 : fondation au Caire del’université d’al-Azhar et de Daral-hikma.• Traité de chirurgie par lemédecin andalou al-Zahrâwî(m. 1013)• 991 : fondation à Bagdadpar le vizîr Sâbûr b. Ardachîrde Dâr al-‘ilm (Maison du savoir),avec une bibliothèquede 10 000 volumes• Ibn Yunus (m. 1009) établitdes tables astronomiques d’unetrès grande précisionXIe siècle• 980-1037 : Ibn Sînâ(Avicenne), médecin etphilosophe, auteur d’uneencyclopédie, Le Canon de lamédecine, qui restera longtempsle principal ouvrage de référencedes sciences médicales en Orientet en Occident• 973-1048 : al-Bîrûnî,l’un des plus grands savants,mathématicien, astronomeet géographe, est l’auteur d’untraité d’astronomie, Qânûn al-Mas’ûdî.• Ibn al Haytham (m. 1041) :mathématicien et physicien. Sontraité d’optique, Kitâb al-manâzîr,a été enseigné et commenté enEurope jusqu’au XVIIe siècle.• Ibn Khalaf de Tolède inventel’astrolabe universel.• ‘Umar al-Khayyâm (1048-1131) :astronome, mathématicienet poète persan. A élaboré lapremière théorie géométriquedes équations cubiques• Al-Mu’taman (m. 1085) :mathématicien et roi deSaragosse. Son Kitâb al-istikmâl(Livre de la perfection) est unesynthèse des mathématiquesde son époque.• Ibn Mu’âdh (m. 1079) : auteurdu premier livre de trigonométriepublié, en arabe, sur le soleuropéen.• Fin XIe s. : Constantin l’Africaintraduit en latin de nombreuxouvrages de médecine produitsau Maghreb (Kairouan) ou enOrient (Bagdad).XIIe siècle• Al-Idrîssî (1099-1165/1186) :réalise la carte du monde la plusélaborée (dédiée à Roger II deSicile)• Jâbir Ibn Aflah, astronome.Son livre La réforme de l’Almageste,traduit en latin, a fait connaîtrela trigonométrie aux Européens.• 1170 : essor de l’hôpital-écolede médecine de Damas.• Gérard de Crémone (m.1187)chef de file des traducteursen latin des sciences grecqueset arabes.• Ibn Rushd (Averroès) (m. en1198), philosophe et médecinà Cordoue, auteur d’un traité demédecine al-Kulliyyat (le Colliget)• Ibn Mun’im (Marrakech) (m. en1228) : le premier mathématicienà avoir introduit la combinatoirecomme chapitre desmathématiques.XIIIe siècle• Maïmonide (m.1204) :théologien et philosophe juif deCordoue auteur du Guide deségarés (écrit en arabe).• 1228 : Fibonacci publie l’éditiondéfinitive de Liber Abaci, dontle contenu est inspiré de l’algèbreet du calcul arabes appris auMaghreb et en Orient.• 1206 : al-Jazarî publie sontraité de mécanique De la théorieet de la pratique des automates.• Ibn Nafîs (1210-1288), médecinau Caire, fut le premier à décrirela petite circulation du sang.• Nasîr al-Dîn al-Tûsî (m. 1274),mathématicien et astronome,directeur de l’observatoire deMaragha.• 1256-1321 : Ibn al-Banna,un des derniers mathématiciensdu Maghreb, établit des résultatsnouveaux en combinatoire.XIVe-XVe siècles :amorce du déclin del’activité scientifique• Ibn al-Shâtir (m.1375), grandastronome à Damas, a élaboré denouveaux modèles du mouvementdes planètes qui ont inspiré plustard Copernic.• 1421 : fondation del’observatoire de Samarcandefinancé par le prince mongolUlug Beg.• Al-Kâshî (m.1429), un desderniers grands astronomesdes pays d’Islam. Il a calculéla valeur de ϖ avec 16 chiffresaprès la virgule.• 1486 : l’encyclopédie demédecine d’al-Râzî est traduiteen latin.• Mordechaï Finzi traduit,en hébreu, le livre d’algèbred’Abû Kâmil (m. 930).1617


La médecineFemme enceinteTashrih al-Tawsir, Mansur ibnMuhammad, Iran 1672British LibraryLa cour du bimaristan (hôpital)de Nur-ed-Din, XIIe siècle. Damas© Gérard DegeorgesCautérisation de bubons,manuel de chirurgie des Ilkhans,Turquie mss daté de 1466, BNFdès le premier siècle de l’Islam, une médecine savante estenseignée en grec, en syriaque ou en persan. Mais il fautattendre le début du IXe siècle, et l’expansion de l’arabe,pour que des ouvrages de médecine commencent à êtretraduits dans cette langue. À partir d’un riche héritage,pour partie d’origine indienne mais essentiellementconstitué des traités d’Hippocrate (IVe s. av. J.-C.) etsurtout de ceux de Galien (IIe s. ap. J.-C), la médecinearabe va innover dans différents domaines.De nombreuses villes, comme Bagdad, Damas, Rayy,Kairouan, Cordoue, sont le berceau de médecins de trèshaut niveau. Certaines sont dotées d’hôpitaux quidisposent d’une pharmacie, de salles de soins, et assurentl’enseignement de la médecine; ceux du Caire et de Damasfonctionneront du IXe au XVe pour le premier, du XIIe auXIXe pour le second. On y soigne les maladies du corpsmais on y accueille également les malades mentaux.Parmi les grands médecins arabes : al-Râzî (Xe siècle)pour ses contributions dans le domaine du diagnostic etdu traitement de certaines maladies (la variole et l’asthmeallergique) et al-Zahrâwî pour son chapitre original sur lesInstruments de chirugie, cuivre Egypte, VIIIe siècleKoweit, Dar al-athar al-islamiyyah, Coll.sabahinstruments chirurgicaux de son Livre sur la pratique; auXIe siècle, Ibn Sînâ (Avicenne) dont le fameux Canon dela médecine, traduit en latin, fera autorité en Europejusqu’à la fin du XVIIe siècle; au XIIIe, Ibn al-Nafîs,le premier à avoir mis en évidence la circulation du sangvers les poumons (petite circulation). En pharmacopée,les médecins arabes ont d’abord tiré leur savoir du Livredes médicaments simples de Galien et du Traité des plantesde Dioscoride, avant de les enrichir en rédigeant à leurtour une multitude d’ouvrages.Des centaines d’auteurs arabes se sont ainsi penchés surl’étude, la classification et la mise au point demédicaments. L'un des plus importants ouvrages en lamatière est celui de l’Andalou Ibn al-Baytâr (XIIIe s.) quidécrit 1400 médicaments dont 400 étaient inconnus desmédecins grecs.18 ~ alcool ~ sucre ~ talc ~ arsenal ~ jarre ~ masser ~ coton ~ sirop ~ ouate ~ benjoin ~ sacre ~ baldaquin ~19


20IBN SÎNÂ (980 /1037)Abû Ali Ibn Sînâ (Avicenne pour les Latins) est né près de Boukhara en Asie Centrale. Il apprend par cœur tout le Coran lorsqu’il a dixans. A quinze ans il achève sa formation de base en mathématique et commence l’étude de la médecine et de la philosophie qu’iltermine avant d’avoir dix huit ans. A 21 ans, il a déjà rédigé trois ouvrages de philosophie. De 1014 à 1020, il vit dans différentesvilles d'Asie centrale, tout en menant des activités scientifiques et politiques. A partir de 1023, il s'installe à Ispahan où il poursuit larédaction de son grand projet philosophique, le Livre de la guérison. Ibn Sînâ est surtout célèbre pour son Canon de la médecine, unouvrage monumental qui est une synthèse de la médecine grecque enrichie par l’apport arabe des IXe-Xe siècles. Cet ouvrage a circulé,dès le XIIe siècle, en Europe et il y est devenu la référence des médecins jusqu’au XVIIe siècle.Médecin prenant le pouls d’une jeune fille . Miniature, Bagdad, 1343 (Le Caire, BN).21


la science est plus méritoire que la prière. Hadith (Dit du prophète)Al Kindi, le livre des rayonnements embrasés, vers 854,Bagdad, Koweit, Tareq Rajeb Museum.L’arc-en-ciel,«Traité de géodésie - Taqwin»env.1507, Est de la Perse.Coll. Schoenberg.La physiquelaphysique arabe s'inscrit dans le prolongementde l'héritage grec, en particulier des ouvrages d'Euclide(IIIe s. av. J.C.) et d'Archimède (m. 212).Deux de ses trois grands domaines d'élection sont lastatique et l'hydrostatique.On doit aux savants arabes, notamment à al-Khâzinî(XIIe s.), la mise au point d'une théorie du levier, lagénéralisation de la théorie des centres de gravité à desobjets à trois dimensions, le perfectionnement desprocédés permettant de déterminer les poids spécifiqueset l'unification de la statique et de la dynamique en unemême discipline.Le troisième grand domaine de la physique arabe est celuide l'optique, avec trois thèmes essentiels : l'œil et lavision, les propriétés géométriques des rayons lumineux,la réalisation de miroirs ardents destinés à brûler lesbateaux ou les forteresses ennemies. Les recherches enoptique débutent dès le IXe siècle avec al-Kindî etse poursuivent au Xe avec les travaux d'Ibn Sahl surles lentilles et les miroirs ardents. Mais c'est à Ibnal-Haytham (XIe s.) que l'on doit les contributions les plusimportantes, complétées au XIIIe siècle par les travauxd'al-Fârisî. Parmi les résultats obtenus, figurent unenouvelle explication du phénomène de la vision, ledéveloppement de l'étude de la réflexion et de laréfraction de la lumière ainsi que l'explication de laconstitution de l'arc-en-ciel et du halo.On doit à Ibn al-Haytham d'avoir montré que la recherchedoit associer trois démarches : l'observation répétée desphénomènes physiques, la reproduction de ces mêmesphénomènes en laboratoire, enfin la théorisation desrésultats de l'observation par l'élaboration de loisgénérales exprimées avec les outils mathématiques.La traduction en latin de son Traité d'optique, auXIIe siècle, sera riche d'enseignement pour les premiersphysiciens européens, qui adopteront ses démarchesscientifiques.22~ orange ~ pastèque ~ oasis ~ safran ~ baobab ~ nenuphar ~ potiron ~ salicorne ~ épinard ~ sariette ~ carvi ~23


Shéma d’un mécanisme hydraulique, Al-Jazari,Recueil utile de la théorie et de la pratique de l’artdes procédés ingénieux, Syrie, 1315, New-York,The Metropolitain museum og art, Rogers fund,1955,55.121.11Automate du verseur de boisson, Al-Jazari : Recueil utile de la théorieet de la pratique de l’art des procédés ingénieux, Egypte 1354,La mécaniquela mécanique arabe, appelée «science des procédésingénieux», s'est essentiellement nourrie de l'héritagegrec, et plus particulièrement d'Archimède (m.212 av.J.-C.), de Philon de Byzance (vers 250 av. J.-C.) et deHéron d'Alexandrie (Ies.). Son développement a prisdeux directions : la première, théorique, concernait lastatique (chute et équilibre des corps), l'hydrostatique(équilibre des corps dans les liquides) et la dynamique(étude du mouvement des corps). Parmi les savantsqui ont enrichi ce domaine : al-Bîrûnî (m.1048) et al-Khâzinî (XIIes.).La seconde est celle des applications dans trois champsd'activités : la mécanique utilitaire, la technologiemilitaire et la mécanique ludique.La mécanique utilitaire consistait à concevoir dessystèmes complexes pour mesurer le temps (horloges),apporter des réponses à des problèmes divers : captationde l'eau d'une rivière et son acheminement (systèmesfaisant appel à la force hydraulique), levage etdéplacement d'objets lourds (systèmes de poulies et deleviers), etc. L'un des meilleurs spécialistes dans cedomaine a été al-Jazarî (XIIes.), inventeur de nombreuxmécanismes ingénieux. La technologie militaire s'estinspirée des techniques ennemies avant d'innover dansNoria de Hama (Syrie) F. Cateloy ©IMAle domaine des engins de siège, des armes de poing etdes lanceurs de produits inflammables. Des livres ont étéécrits pour enseigner aux officiers l'art de la guerre.Celui d'al-Zaradkâshî (XVes.), le plus connu, s'intitule leLivre élégant sur les catapultes.La mécanique ludique, qui servait à distraire les princeset tous les gens aisés, connut une très grande vogue.Elle consistait en automates très sophistiqués : vasesqui versent des boissons de couleurs différentes, coupesmusicales, jets d'eau automatiques… Parmi les ouvragesdécrivant ces dispositifs, le plus ancien et le pluscélèbre est celui des frères Banû Mûsâ (IXes), le Livredes procédés ingénieux.24 ~ barbacane ~ madrague ~ calibre ~ candi ~ carat ~ goudron ~ laiton ~ assassin ~ satin ~ luth ~ minaret ~ 25


Architecture et arts décoratifsdans les pays d'islam, l'architecture et les arts décoratifssont étroitement liés aux mathématiques et à la chimie :il est indispensable de maîtriser le calcul et la géométriepour réaliser des plans et dessiner des motifs, latrigonométrie pour déterminer les orientations desédifices religieux, la combinaison des couleurs pourreproduire les décors sur des supports en faïence.Si les plans des architectes arabes se sont perdus, desouvrages traitant de la conception des coupoles, desportes et des fenêtres, et de la décoration des murs etdes plafonds, nous sont parvenus. Au Xe siècle, Abû l-Wafâ' publie à Bagdad Ce qui est nécessaire aux artisansen constructions géométriques, dans lequel il expose lesprocédés géométriques pour composer des figures à partirde figures existantes. Au XVe siècle, le mathématicien deSamarcande al-Kâshî consacre un chapitre de son livre, LaClé du calcul, aux procédés de construction des coupoleset aux muqarnas (stalactites), décorations originalesréalisées en trois dimensions.Les décorations sur des surfaces planes recourent à deuxcatégories de motifs : végétaux ou animaux, et motifsgéométriques (arabesques). Ce second thème a permisaux artisans, grâce à leurs connaissances de la géométrieet à leur intuition, de découvrir tous les motifs possiblespour recouvrir une surface plane.La salle de prière de la mosquée de Cordoue, Xe siècleThierry Rambaud ©IMAMosaîque de faïence, zelliges ornant la salle desAmbassadeurs de l’Alhambra de Grenade. ©DR26 27


Entrelacs en écriture kûfî géométriqueCalligraphie et musiquelLes savants arabes, comme leurs prédécesseurs grecs,considéraient la musique comme une branche desmathématiques. Cette perspective a donné lieu àd’importants travaux théoriques, dont ceux d’al-Mawsilî(IXe s.) et d’al-Fârâbî (Xe s.), élaborés à partir des notionsde naghm (note de musique), de bu’d (intervalle) et deleurs combinaisons. La richesse modale de la musiquearabe est pour partie le fruit de ces recherches. Dans ledomaine appliqué, les Arabes ont perfectionné un certainnombre d’instruments de musique, comme le ‘ûd et leqanûn, et ont proposé des classifications des instruments.Le premier de ces classificateurs est Ibn Zayla, qui, au XIe,distingue les instruments à cordes (awtâr) et à vent(nafkh), les percussions étant associées à la rythmique dela poésie. Le premier groupe sera lui-même subdivisé eninstruments «libres» (harpe, cithare…) et «liés» (violon,guitare…).La calligraphie, art de bien former les caractèresd’écriture, n’est pas non plus étrangère à la sphèrescientifique : comme la musique, elle reposait sur lathéorie des rapports d’Euclide, et elle était régie par desrègles de mensurations précises. L’unité de mesure de lalettre calligraphiée est le point. L’alif, première lettre del’alphabet arabe, dont la hauteur varie de trois à douzepoints, sert de module de base, les proportions des autreslettres s’y référant. Les écritures les plus célèbres sont lenaskhî (écriture cursive souple) et le kûfî (raide etanguleuse), en référence à la ville de Kûfa (Irak).Ibn Muqla (Xe s.) fut le premier calligraphe à utiliser desrègles géométriques dans le tracé des lettres. Après lui,toute une tradition s’est développée avec, en particulier,les travaux d’Ibn al-Bawwâb (Xe s.) et de Yâqût (XIIIe s.)Musicienne jouant de la vina, manuscrit Inde,école Bijapur, XVIIe siècle, gouache sur papier,Museum für islamische Kunst, Berlin30Kitâb al-adwar, livre des cycles,Safihad-din al-UrnawiColl. SchoenbergLuth, Rodolphe Hamadi,©IMA31


Complète la figure ci-dessous, après avoir identifié sur le zellige de la page de droite,la partie à laquelle elle correspond. Amuse toi ensuite, sur des feuilles libres, àrecontituer les constructions géométriques des autres parties du zellige.Au début, un simple carré,ensuite, une constructionsimple, constituée de carrésqui se multiplient enchangeant de dimensionet en s'orientant à 45°,jusqu'à ce que la simpliciténourrisse le mystère.>Rosace en zelliges,ancienne résidencedu Glaoui, Télouet, Maroc.C. Tréal, J.M. Ruiz,©IMA32 33


Voici une liste de savants arabes.En te reportant à la chronologie, relie leurnom à la science qu'ils ont fait progresser(attention, certains travaillaient dans plusieurs domaines)Ibn al-Haythamal-Khwarizmial-Birûnial-JazariIbn Sinaal-Idrissial-Mu'tamanal-KhayyàmIbn Hayyànal-Kashîal-Zahrâwial-KindiPrix : Ibn 6 € Rushd• Médecine• Mécanique• Physique• Astronomie• Mathématiques/algèbre• Géographie/cartographie• Poésie• Optique• Chirurgie• Chimie• PhilosophieLes savants arabes ont développéet mis au point les découvertes suivantes :• La boussole oui non• La rotation de la terre oui non• La numération décimale et le zéro oui non• La pénicilline oui non• L'équation du 1er et du 2nd degré oui non• L'opération de la cataracte oui non• La variole oui non• Le vaccin contre la rage oui non• La théorie de la relativité oui non• L'astrolabe oui nonEcris en arabe les trois mots suivants :(l'arabe s'écrit de droite à gauche)BagdadAlgèbreZeroRelie les noms des savants ou centres de savoirsuivants aux villes où ils se trouvaient :Ibn KhalafAl-KhwarizmiIbn al-HaythamEcole de traductionen latin et en hébreuBayt al-hikmaAl-IdrissiIbn Sina (Avicenne)Observatoire d'astronomieHôpitaux—Bagdad—Palerme—Samarkand—Damas—Cordoue—Le Caire—TolèdeFais les opérations suivantes :(les chiffres se lisent de gauche à droite)+ - += = =Écris ces dates en chiffres arabes d’OrientNous sommes enNous sommes en(2005) de l’ère chrétienne(1426) de l’hégire(Sifr, zéro, a donné le mot chiffre en français)3435


Albarelle à pans coupés, Iran,fin XIIIe siècle, céramique ladjvardina,Paris Musée de l’IMA, AI 87-23Tiré du Aja’ïb al- Makhluqât Qazwinî,Shiraz 1ère moitié du XIVe siécleMuseum für islamische Kunst, BerlinConception : F. Langevin, O. OussedikTextes : A. DjebbarConception graphique : F. André et P. FeixImpression, IRO - La RochelleRemerciements : Musée et photothèque de l’IMA,C. Poche, R. Laffitte, C. BrahimiCouverture : Nuzhat al-mushtaq ikhtirat al-afaq » al-Idrissi, env.1300, St Petersbourg, Nal Libraryof Russia. Dos de couverture : Intérieur d’une pharmacie médiévale, traduction arabe de la Materiamedica de Dioscoride. Bagdad, 1224. (New York, Metropolitan Museum of Art). P. 24, Washington,D.C., Arthur M.Sacker gallery, Smithsonian institution ; Purchase-Smithsonian Unrestrited trustfunds, Smithsonian collections acquisition program, and Dr.Arthur M.Sacker. S1986.108a-b36Traité de Chimie, fin XIXe siècle Maroc.Bibliothèque royale de Rabat 1116 ( ?)III

More magazines by this user
Similar magazines