Bâle - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch
  • No tags were found...

Bâle - Magazine Sports et Loisirs

BÂLEUNE VILLE SURPRENANTEBâle est vraiment une ville surprenante. Le Rhin y devient un fleuve etla France, l'Allemagne et la Suisse s'y rejoignent.Avec ses 190'000 habitantset ses 2000 ans d'histoire, elle est connue loin à la ronde pour sonzoo, un des plus beaux d'Europe, ainsi que pour la Fondation Beyeler etle Musée Jean Tinguely, construits respectivement par Renzo Piano et MarioBotta, deux des plus grands architectes de notre époque.Mais Bâle a aussiété le berceau d'une des plus célèbres marquesde voitures suisses, Monteverdi, dont oncélèbre cette année le 70 anniversairede Peter Monteverdi. Né à Bâle le 7juin 1934, le créateur des automobilesMonteverdi aurait eneffet bientôt fêté ses 70 ans s'iln'était pas prématurémentdécédé d'un cancer, le 4juillet 1998.201


EVASIONBÂLELaurent MissbauerPhotos : Swiss-ImageBâle by nigth :le Pont-du-milieu etla cathédrale.21sportsetloisirs.ch


22La Fondation Beyeler, ici la salle avec les sculptures d'Alberto Giacometti, vaut à elle seule le voyage.


En tant que ville surprenante,Bâle, on s'en doute, a eu unehistoire hors du commun. LesCeltes, les Romains, les Allamanset les Francs s'y sontsuccédé au fil des siècles, maisl'essor de la ville a essentiellementété dû à la constructiondu premier pont sur leRhin au 13e siècle, à la fondationde la première universitéde Suisse (1460), à laRéforme (1529) et à son entréedans la Confédération helvétique(1501). Du temps d'Erasmede Rotterdam, Bâle devintun foyer d'humanisme ainsiqu'un important centre d'imprimerieet de fabrication dupapier.L'industrie chimique et pharmaceutiquebâloise, aujourd'huimondialement connue,est issue de la rubanerie desoie, née à l'époque de l'industrialisation.C'est ainsiqu'une cité médiévale s'estmuée en un centre culturel,commercial et financier, enune métropole multiculturelleparticulièrement fascinante.La Banquedes règlementsinternationaux(ex-UBS) a étéréalisée parle célèbrearchitectetessinoisMario Botta.Renzo PianoMario Bottaet Frank O. GehryLa vieille-ville de Bâle estplus qu'un charmantdécor. C'est en effet là que batle coeur de la cité. Autant Bâlesoigne ses traditions, autantla ville se montre ouverte etintéressée à toutes les innovations.Bâle a par ailleursbeaucoup à offrir dans ledomaine de l'architecturemoderne. En plus de la FondationBeyeler de l'architecteitalien Renzo Piano et duMusée Tinguely de l'architectetessinois Mario Botta, onrelèvera notamment la Banquedes règlements internationaux(ex-UBS), due également àMario Botta, ou le MuséeVitra-Design qui se trouve àWeil-am-Rhein, en Allemagne,juste de l'autre côté dela frontière. Celui-ci estl'oeuvre du grand architecteaméricain Frank O. Gehry,l'auteur du Musée Guggenheimde Bilbao et du quartiergénéral de la fabrique demeubles Vitra, à Birsfelden,dans le canton de Bâle-Campagne.Evoquer l'architecture moderneà Bâle, c'est également parlerdes deux architectesJacques Herzog et Pierre deMeuron qui ont réalisé le nouveaustade de Saint-Jacques,où brille actuellement le FCBâle et où se dérouleront plusieursrencontres des championnatsd'Europe de footballque la Suisse organisera en2008 avec l'Autriche.23sportsetloisirs.ch


24L'hôtel de ville etla place du marché de Bâle.


Les läckerlis, confiseriestypiquement bâloises, se vendentcomme des petits pains lors dumarché de Noël.La tombed’Erasme deRotterdamSi l'architecture moderne vaut à elleseule le déplacement à Bâle, il enva de même pour l'architecture ancienne.On pense avant tout à la cathédrale,mais aussi à l'hôtel de ville et àla place du marché. Chaque jour, saufle dimanche, on y vend des fruits etdes légumes, ainsi que des fleurs. Enhiver, lors du marché de Noël, ce sontles läckerlis, des confiseries typiquementbâloises, qui s'y vendent commedes petits pains. On relèvera encoreque le premier pont sur le Rhin a étéconstruit à Bâle en 1226.sportsetloisirs.ch25


26Bâle, une ville surprenanteà cheval sur le Rhin.


Le premier pont de Bâle étaitinitialement destiné au traficlocal mais, au 14e siècle, avecle développement de la routedu Gothard, il devint un passagetrès important sur le Rhinpour le commerce international.Lorsque le tram a étéintroduit à Bâle, le vieux ponta dû céder sa place à l'actuelPont-du-milieu en 1905.Enfin, c'est à l'endroit où setrouvait autrefois l'ancienthéâtre de la ville que lecélèbre sculpteur Jean Tinguely,Fribourgeois de naissance,mais Bâlois de coeur, ainstallé en 1977 ses inimitablesmachines-fontaines.Point stratégique de Bâle, lacolline de la cathédrale a étéle berceau de la ville. DesCeltes y ont vécu au 1er siècleavant Jésus Christ et, en l'an 15avant Jésus Christ, des troupesromaines y ont édifié un fortafin de protéger la frontièrecontre les Germains. C'est versla fin de l'époque romaine queBâle a commencé à être christianisée.Les traces de la premièrecathédrale remontent àl'époque carolingienne. Cetteconstruction a cependant étédétruite en 917 par les Hunset une nouvelle cathédrale aété construite au début du 11esiècle. Celle-ci a toutefois étéremplacée à son tour par uneconstruction de style romantardif qui, après le tremblementde terre de 1356, a étérestaurée en style gothique.Avec ses murs roses, ses tuilescolorées et ses deux tours, lacathédrale domine toute lavieille-ville de Bâle. La crypte,le choeur, la tombe d'Erasmede Rotterdam et ses deuxcloîtres témoignent d'une histoiremouvementée à traversles siècles.27sportsetloisirs.ch


28Le Carnaval de Bâle est l’un des plus connus d’Europe avec celui de Venise.


Du MuséeJean Tinguelyau zoo de BâleLe zoo de Bâle abritede très beaux spécimensde pingouins.La Fontainede Jean Tinguely,à proximité duthéâtre de Bâle.Aujourd'hui, ce n'est cependantpas la cathédrale, maisbien l'histoire de l'art qui sembleattirer les touristes à Bâle et dansses environs immédiats, commeà Riehen où se trouve la FondationBeyeler. Inaugurée en1997, elle présente, entre autres,quelques-unes des plus bellesoeuvres de Monet, Cézanne, vanGogh, Picasso, Warhol, Lichtensteinou Giacometti. A Bâle, surles rives du Rhin, on ne manquerapas non plus de visiter leMusée Jean Tinguely. Inauguréen 1996, il présente de nombreusesoeuvres, depuis lesdébuts de l'artiste avec ses reliefsactionnés par des moteurs et sesmachines à dessiner, jusqu'àsa dernière période de créationavec ses machines fantastiques,ses sculptures géantes et, bienentendu, Pit-Stop, une de sesoeuvres les plus connues dans lemonde du sport automobile puisqu'ellea été réalisée à partir d'unemonoplace de formule 1 duchampion français Alain Prost.Enfin, on ne saurait parler deBâle sans évoquer son zoo. Dansson magnifique parc de onzehectares, il regroupe quelque6000 animaux, de 600 espèces.Au cours de ces dernièresannées, de nouvelles installationsont fait leur apparition.C'est ainsi que les singes disposentdésormais d'un terrainsans clôture, avec des arbres, després et leur propre jardind'herbes et de plantes médicinales.Quant aux pélicans, ils nedisposent pas seulement de leurpropre maison avec accès directau lac, mais bénéficient égalementd'un étang qui a été spécialementaménagé à leur attention.La maison Etoscha est unautre point fort du zoo avec seséléphants, ses félins et sesautruches. Il en va de mêmepour le vivarium avec, entreautres, ses oiseaux, ses ânes sauvagesde Somalie et ses surprenantshippopotames nains. Vousl'aurez compris, Bâle n'usurpevraiment pas son qualificatif deville surprenante.29sportsetloisirs.ch


La Monteverdi375 S, telle qu'ellea été présentée en1967 à l'aéroportde Bâle-Mulhouse.(Photo: Monteverdi)Les surprenantesMonteverdibâloisesLe qualificatif surprenants'applique également auxvoitures que le Bâlois PeterMonteverdi a construites àBinningen, dans la prochebanlieue de Bâle, de 1967 jusqu'audébut des années 1990.Ancien importateur Ferrari,Peter Monteverdi a eu une carrièrequi, toutes proportionsgardées, ressemble à celle deFerruccio Lamborghini. Cedernier s'était en effet lancédans la production de voituresde grand tourisme après s'êtrebrouillé avec Enzo Ferrari.C'est également à la suite d'unconflit avec le commendatore,lequel décida de n'avoirplus qu'un seul importateurpour toute la Suisse et non pasplusieurs importateurs disséminésà travers toute l'Helvétie,que Peter Monteverdi s'estlancé à son tour dans la productionde voitures de luxe.La première voiture de grandtourisme à porter le nom deMonteverdi allait être la MonteverdiHigh Speed 375 S,présentée en première mondialeau Salon internationalde l'automobile de Francfortde 1967. Propulsée par unmoteur Chrysler développant380 chevaux SAE, la HighSpeed coupé allait être successivementdéclinée encabriolet et même en berline.Avec cette dernière version àquatre portes, dénommée375/4 et présentée en premièremondiale au Saloninternational de l'automobilede Genève de 1971, PeterMonteverdi a fait preuve d'unvéritable esprit de pionnier,anticipant de près de deuxdécennies la vague des limousinesà hautes performancesde plus de 300 chevaux commela Mercedes 500 E,construite en collaborationavec Porsche.Photo de familleprise en 1975avec les troisMonteverdi 375 :la 375 S Coupé,la 375/4 limousine et,à l'arrière-plan,la 365 S Cabriolet.La plupart desdifférentes Monteverdiconstruites parPeter Monteverdisont aujourd'huiexposées au MuséeMonteverdi.(Il ne peut être visitéque par des groupes etsur demande après avoirpréalablement téléphonéau 061 421 45 45.Pour de plus amplesinformations :www.monteverdi.net.)(Photo: Monteverdi)30


On retrouve le même espritvisionnaire de Peter Monteverdien 1976 lorsqu'il présentela Monteverdi Safari, un puissanttout-terrain de luxe.Le constructeur bâlois s'étaitcertes inspiré du concept dela Range Rover, présentéequelques années plus tôt. Toutefois,dans sa version propulséepar un moteur Chrysler de7,2 litres de cylindrée qui développela bagatelle de 305 chevauxSAE, la Monteverdi Safaria bel et bien anticipé de plusd'un quart de siècle le conceptactuellement en vogue avec lesPorsche Cayenne et autresBMW X5 survitaminées.Un autre aspect, qui démontreque Peter Monteverdi avait untrès fin nez pour les affaires, estconstitué par la MonteverdiSierra. Cette honnête berline,présentée en première mondialeau Salon internationalde l'automobile de Genève en1977, était loin d'être aussirapide que la Monteverdi375/4, elle a néanmoins constituéune très bonne affaire pourPeter Monteverdi. Ce dernieravait en effet protégé le nomSierra avant que Ford ne lancesa propre Sierra. Du coup,le grand constructeur deCologne a été contraint de verserà Peter Monteverdi desroyalties sur chacune des FordSierra vendues. Et comme il ya eu plus d'un million de FordSierra, on vous laisse imaginerle pactole que Peter Monteverdia touché en ayant eu labonne idée de protéger le nomSierra. Ainsi, ce n'est vraimentpas trahir la vérité que de prétendreque Bâle et ses habitantssont véritablement surprenants!La Monteverdi Safari de 1976était en avance sur son temps.Elle a en effet anticipé d'unquart de siècle la tendanceactuellement en vogue avecles Porsche Cayenne et autresBMW X5 survitaminées.A partir de 1978, laMonteverdi Safari pouvaitêtre en effet propulsée parun moteur V8 développant labagatelle de 305 chevaux.(Photo: Monteverdi)Peter Monteverdipose à côté de saMonteverdi Sierrade 1977.En protégeantle nom Sierraavant Ford, PeterMonteverdi touchaun véritable pactoleen royalties.(Photo: Monteverdi)sportsetloisirs.ch31

More magazines by this user
Similar magazines