Impact du - Triviatiq

triviatiq.be

Impact du - Triviatiq

0Préface1Vision et missionImpact2Résultats3Table des matièresVision de la labellisation Fairtrade 4Mission de la labellisation Fairtrade 4Nos valeurs de travail 5Les avantages du système Fairtrade 7La crise, une opportunité pour le label Fairtrade 9Max Havelaar franchit le cap des 1.000 produits labellisés 10Les meilleures catégories 11Les catégories à haut potentiel 11Les légères déceptions 11Quelques chiffres sur le commerce équitable 13Lidl, Match et Champion optent pour le commerce équitable 15La marque belge Candico se convertit à l’équitable 15ActivitésStratégie45188 communes s’engagent pour le commerce équitable 17Fairtrade@Work fait découvrir le commerce équitable sur le lieu de travail 18Des critères développés pour le soja 19Semaine du commerce équitable 2008 20Trouvez Max & gagnez un voyage en famille au Costa Rica 21Max Havelaar Belgique récompensé par un ‘Award’ 22Plaidoyer en faveur d’un cadre légal pour le commerce équitable 23Max Havelaar : vu 460 fois dans la presse 24Fairtrade Labelling Organizations, une organisation internationale en plein changement 276Rapport socialet environnementalMax Havelaar, une société socialement responsable ! 29Transport domicile – travail 29Politique d’achat 29Bilan social 29Données sociales 297Rapport financierA. Résultats financiers 2008 MAX HAVELAAR Belgique ASBL 30B. Résultats financiers 2008 MAX HAVELAAR LABEL BELGIUM SCRL-FS 31C. Résultats financiers 2008 consolidés de MAX HAVELAAR Belgique ASBL& MAX HAVELAAR LABEL BELGIUM SCRL-FS 32


0PréfaceLa crise pose des questionsLe commerce équitable apporte des réponsesBonne nouvelle ! Malgré la récession et la crise financière, la croissance du commerceéquitable labellisé s’est poursuivie sans faiblir et ce, à l’échelle mondiale commeen Belgique. Dans notre pays, l’augmentation de la vente de produits labellisés FairtradeMax Havelaar s’est élevée à quelque 31% en 2008. De plus en plus de gensétant amenés à réduire leurs dépenses, une certaine stagnation pourrait être envisagéemais nous pensons que ce ne sera pas le cas pour l’année à venir. Trois bonnesraisons nous permettent, en effet, de supposer que notre croissance se poursuivraégalement en 2009.La 1ère raison, c’est la plus grande disponibilité. Plus de 1.000 produits sont déjà disponibles un peupartout en Belgique, tant en grandes surfaces que dans le marché ‘hors domicile’. Et ce nombre s’accroîtencore de mois en mois. A mesure que le volume augmente, la différence de prix entre les produitsconventionnels et les produits labellisés Fairtrade va davantage s’amenuiser, ce qui stimulera à nouveaula croissance.La 2ème raison, c’est le nombre croissant d’entreprises qui prennent au sérieux la demande des consommateursen faveur de produits éthiqueS et responsables. C’est ainsi que nous assistons à la conversion auFairtrade de grands acteurs du marché un peu partout dans le monde : Candico en Belgique, Verkade auxPays-Bas, Starbucks et Cadbury à l’échelle mondiale. Fin 2008, Max Havelaar comptait 142 marques – dePME ou de grandes entreprises– activement impliquées dans le Fairtrade en Belgique.3ème raison enfin : le consommateur ne décroche pas, bien au contraire. De plus en plus de gens optentpour le commerce équitable, motivés par le désir de faire évoluer le modèle économique. Le succès descampagnes «Communes du Commerce équitable» et «FairTradeGemeenten» a incité 16 autres pays dansle monde à reprendre ce concept. La campagne a fortement été dynamisée en Wallonie en 2008. Quantà l’action Fairtrade@Work, elle a vu le nombre de ses participants quadrupler. Nous devrions profiterpleinement de ces développements en 2009.Nous pourrons continuer de générer de la croissance, en synergie avec les consommateurs,les ONG, les Magasins du monde, les magasins spécialisés, les entreprises,les communes, les provinces, les écoles, la grande distribution… Dès lors qu’augmentela pression sur les prix des matières premières, le commerce équitable estplus que jamais un filet de sécurité crucial pour plus d’1,5 million de producteursmarginalisés. Le commerce équitable l’a largement prouvé au fil des ans : le commerceconstitue un moteur extrêmement puissant pour le développement durabledu Sud.L’année 2008 ne fut pas une année facile pour Max Havelaar Belgique. Afin de préservernotre santé financière, nous avons dû nous réorganiser et opérer des choix difficiles.Nous avons également été dans l’obligation d’augmenter nos droits de licenceannuels minimaux pour les porter à 2000 euros, à l’instar de ce qui est pratiqué dansles pays voisins. Cette augmentation a entraîné le départ de deux détenteurs delicence seulement, mais tout abandon est un abandon de trop.Cependant, les difficultés génèrent également des opportunités et des évolutionspositives. Ainsi, notre approche, essentiellement réactive au départ, devient plusnettement proactive : nous avons déménagé vers Mundo-B, la maison bruxelloise dudéveloppement durable ; nous organisons des speed-dating et des projets-pilotes ;nous lançons un modèle de province Fairtrade adapté à l’intention des provinces deBelgique ; nous proposons également des ‘sessions d’embarquement’ pour répondreà la demande croissante d’information. Le tout dans un contexte porteur : jamais lenombre d’entreprises s’engageant à nos côtés n’a été aussi élevé.Vous l’aurez compris : nous avons entamé 2009 avec enthousiasme ! Avec uneéquipe pleine de fierté et une dynamique qui génère toujours davantage de ventes,grâce à votre collaboration et à celle des entreprises et des organisations impliquées.Générer du volume pour les producteurs du Sud : une phrase de quelques mots àpeine, mais qui englobe notre objectif de base.Lily DeforceDirectrice Max Havelaar Belgiquewww.maxhavelaar.beMax Havelaar Belgiquerue d’Edimbourg 261050 BruxellesBelgiqueTél. 02 894.46.20Fax 02 894.46.213


Vision & mission4Vision de la labellisation FairtradeUn monde dans lequel tous les producteurs jouissent demoyens d’existence dignes et durables, et sont en mesurede développer et renforcer leurs capacités et de prendre leuravenir en main.Mission de la labellisation FairtradeNotre mission consiste à créer des liens entre des producteursmarginalisés du Sud et des consommateurs du Nord,par le biais d’un label garantissant le respect des conditionsdu commerce équitable. Ces conditions permettent aux producteursdéfavorisés de combattre eux-mêmes la pauvreté,de renforcer leur position sur le marché et d’être les acteursde leur propre développement.


1Nos valeurs de travail• La transparence : nous accordons la plus grande importance à laloyauté comme facteur-clé de transparence et de responsabilité dans toute notregestion financière et opérationnelle. Nous diffusons l’information de manièreouverte et responsable, tant en interne qu’en externe. Et nous donnons notreavis de façon directe, aimable et constructive.• L’orientation-client : nous assurons la continuité et la constancede nos services à l’égard de tous nos clients internes et externes.• Le respect : nous offrons respect et attention à tous. Nous reconnaissonsles droits et les responsabilités de toutes les personnes.• La confiance : nous travaillons armés de confiance en nous et en l’organisationtout entière, et notre relation avec toutes les personnes extérieuresconcernées repose également sur la confiance.• Le professionnalisme : nous avons une vision claire du but àatteindre. Et nous nous organisons pour y arriver avec un maximum d’efficienceet d’efficacité. Nous veillons à privilégier une approche créative, innovante etpragmatique dans tout ce que nous entreprenons.• La proactivité : nous essayons de toujours avoir une longueur d’avance.Nous voulons être à l’avant-garde dans notre domaine d’activité.5


6Impact19organisationsau nord746coopérativesde producteurs59paysau sud


2Une étude récente met en évidence l’impact positif du commerce équitablesur les communautés locales. Voilà ce que nous signale Nico Roozen,directeur de Solidaridad et fondateur de Max Havelaar aux Pays-Bas.Les avantages du système FairtradeEn 1998, l’organisation de développement néerlandaise Solidaridad démarrait lepremier système de certification équitable au monde en introduisant du café labelliséMax Havelaar sur le marché des Pays-Bas. Vingt ans plus tard, la Radboud-Universiteit de Nijmegen a mené une étude approfondie sur l’impact du système delabellisation Fairtrade, dont voici les quatre grandes conclusions.Le 1er groupe à tirer avantage du commerce équitable est bien entendu celui desproducteurs eux-mêmes. Bénéficiant de revenus garantis et plus élevés, ils peuventprocéder à davantage d’investissements. Etant plus à même de respecter leurs obligationsfinancières, les coopératives peuvent au final disposer plus facilement decapital et d’emprunts. Dans le passé, ces producteurs vivaient généralement dansla misère alors qu’à présent, ils ont en majorité des revenus comparables à ceux desgros producteurs de leur région.Le 2ème groupe à en tirer avantage se compose des voisins des producteurs sous lesystème Fairtrade. C’est ce qu’on appelle l’effet de débordement, ou « l’effet boule deneige ». Dans les régions où plus de 35% de la production de café ou de bananesest achetée conformément aux critères du commerce équitable, tous les producteurs,même ceux en dehors du système Fairtrade, accèdent à de meilleures conditionscommerciales. Les acheteurs de la région sont contraints d’adapter leurs prixaux niveaux tarifaires du commerce équitable. Un effet comparable se manifestesur le marché du travail : les propriétaires d’entreprises qui ne participent pas ausystème Fairtrade doivent s’aligner sur les conditions de travail plus intéressantesoffertes aux producteurs Fairtrade s’ils ne veulent pas perdre leurs salariés. Ces effetssecondaires favorisent le développement de l’ensemble du marché et non passeulement celle d’une sélection limitée de producteurs et de salariés.Le 3ème groupe qui, selon l’étude, tire avantage du commerce équitable est composédes enfants de cultivateurs. Ces enfants vont plus souvent et plus longtempsà l’école, ils ont également accès à de meilleurs soins de santé. Grâce au niveauplus élevé des prix garantis par le système Fairtrade et à la stabilité que cela génère,les bénéfices peuvent être investis en priorité dans des équipements sociaux. A cetégard aussi, c’est à chaque fois l’entièreté d’un village ou d’une communauté quiest avantagé, et non pas uniquement les membres des coopératives membres dusystème Fairtrade.Le 4ème groupe touché par le commerce équitable est celui des femmes. Cette fois,les résultats en termes d’impact sont moins visibles : l’étude démontre, en effet, queles femmes ne bénéficient pas encore suffisamment du commerce équitable. A quelquesremarquables exceptions près, elles restent encore trop peu impliquées dansles prises de décision au sein des coopératives avec, pour conséquence, un manqued’implication par rapport aux thèmes importants. Toutefois, suite à l’améliorationdes revenus au cours des dernières années, les femmes travaillent moins aux champset se consacrent plus aux tâches ménagères. Cette évolution peut paraître ambigüeselon notre mode de pensée occidental, mais au vu de l’énorme somme de travail quipèse sur les femmes productrices – le cumul des travaux agricoles et ménagers – oncomprend mieux les bénéfices de cette évolution. A sa façon, le commerce équitableaméliore ainsi déjà la vie de nombreuses femmes.Selon l’étude ‘The Impact of Fair Trade’, sous la direction rédactionnelle de Ruerd Ruben, éditépar Wageningen Academic Publishers, Pays-Bas, 20087


8 Les résultatsValeur marchande estimée des produits équitables labellisés par paysPays Unité 2007 2008 Taux de croissanceAustralie / N. Zélande EUR 10.800.000 18.567.280 72%Allemagne EUR 141.686.350 212.798.451 50%Autriche EUR 52.794.306 65.200.000 23%Belgique EUR 35.000.000 45.780.141 31%Canada EUR 79.628.241 128.545.666 61%Danemark EUR 39.559.534 51.220.106 29%Espagne EUR 3.928.213 5.483.106 40%Etats-Unis EUR 730.820.000 757.753.382 4%Finlande EUR 34.643.000 54.445.645 57%France EUR 210.000.000 255.570.000 22%Irlande EUR 23.335.678 30.131.421 29%Italie EUR 39.000.000 41.180.027 6%Japon EUR 6.200.000 9.567.132 54%Luxembourg EUR 3.200.000 4.249.301 33%Norvège EUR 18.069.198 30.961.160 71%Pays-Bas EUR 47.500.000 60.913.968 28%Royaume-Uni EUR 704.314.576 880.620.304 25%Suède EUR 42.546.039 72.830.302 71%Suisse EUR 158.101.911 168.766.526 7%Autres Pays EUR 127.297Classement Produit Unité Equitable Bio&équitable Total1 Café EUR 623,214,076 575,692,964 1,198,907,0402 Bananes EUR 291,251,755 152,678,738 443,930,4943 Thé EUR 95,035,115 103,175,854 198,210,9694 Cacao EUR 95,521,491 89,346,074 184,867,5655 Coton EUR 156,088,851 19,813,249 175,902,1016 Sucre EUR 149,230,082 24,185,026 173,415,1087 Fleurs EUR 169,156,298 2,400,000 171,556,2988 Autres EUR 10,368,491 80,498,977 90,867,4689 Jus de fruits EUR 66,432,894 1,807,865 68,240,75910 Fruits frais EUR 62,469,718 4,013,573 66,483,29111 Vins EUR 41,513,677 5,998,317 47,511,99412 Miel EUR 17,920,285 2,073,991 19,994,27613 Riz EUR 9,485,141 9,225,339 18,710,48014 Huile EUR 10,544,803 3,582,633 14,127,43615 Fruits secs EUR 10,171,223 1,960,595 12,131,81816 Epices EUR 2,253,737 1,867,129 4,120,86617 Ballons de sport EUR 2,784,147 84,000 2,868,14718 Quinoa EUR 648,485 2,216,624 2,865,110Total EUR 1,814,090,270 1,080,620,947 2,894,711,217Total EUR 2,381,127,046 2,894,711,217 22%


3La crise, une opportunité pour le label FairtradeFairtrade Max Havelaar, le label du commerce équitable, a enregistré une croissance soutenueen 2008. Malgré la crise, les ventes de produits labellisés ont poursuivi leur progression,y compris au cours du quatrième trimestre. Les ventes totales de café ont augmentéde 10 % et celles de bananes de 13 %.Des produits plus récents comme le sucre de canne, les fruits séchés et le riz ont vuleurs volumes de vente croître, respectivement, de 121 %, 172 % et 49 %.Cette croissance des volumes de vente est essentielle car elle assureun meilleur revenu aux producteurs et travailleurs agricoles du Sud. Ladisponibilité accrue de produits labellisés est l’une des raisons principalesde cette croissance.9« Nous travaillonsdur pour satisfaireaux exigences élevéesque nous noussommes fixées. Carl’enjeu dépasse laproblématique ducafé. Le commerceéquitable augmentenos revenus et les primes nous permettentd’investir. Il n’y a pas que notre propre viequi s’améliore. Le système Fairtrade a un effet‘boule de neige’. Lorsqu’un paysan toucheun prix équitable, son voisin veut aussiobtenir le même prix et il ne se laisse plusrouler aussi facilement. »Emmanuel Rwakagera, fondateur de la Coopac,Rwanda.


101127648352004 2005 2006 2007 2008140 entreprisesMax Havelaar franchit le cap des1.000 produits labellisésCes deux dernières années, les entreprises ayant commercialisé des produits labellisés Fairtrade sur le marchéont vu leur nombre doubler, de 76 en 2006 à 140 en 2008. Dans le même temps, les produits labellisés sontégalement de plus en plus nombreux en Belgique et sont passés de 895 en 2007 à 1.005 en 2008, soit unbond de 12 % en un an.


Les meilleures catégoriesLes catégories à haut potentielLes légères déceptions3• Bananes : les ventes continuent à croître, grâceà l’élargissement de la distribution via le canal de magasinsde proximité, à l’approche personnalisée desmagasins indépendants et à la forte croissance dansles points de vente spécialisés en produits naturelset biologiques.• Café : les ventes de café labellisé sont en croissancedans un marché global décroissant, et ce, particulièrementen raison des très bonnes performancesdans le canal ‘out-of-home’ (entreprises, horeca,communes, etc.).• Sucre : les ventes dans cette catégorie ont explosé,grâce aux excellents premiers résultats devente de Candico, mais également du fait de la croissanceobservée chez les autres détenteurs de licencedans cette catégorie.• Vins : la catégorie connaît une croissance significative,due en particulier à la labellisation dela majorité des vins d’Oxfam Fairtrade, ainsi qu’à depremières ventes encourageantes chez Delhaize et àla poursuite de la croissance dans le marché « outof-home»• Jus de fruits : parmi les facteurs de croissance,l’apparition des nouveaux acteurs tels que Varesa,Ethiquable et Lidl, a joué un rôle positif sur cette catégorie.• Crème glacée : en croissance constante depuisquelques années, cette catégorie bénéficieratrès prochainement d’une nouvelle référence.• Fruits secs : une autre agréable surprise, avecd’excellents résultats réalisés par les nouvelles référenceschez Delhaize.NOUVEAUXDETENTEURSDE LICENCEEN BELGIQUEOKE KOFFIEDRESSING RIGHTBEFAIRFRIENDLY TRADEFASHIONCHACALLI FINE WINESROYAL BISCUITSBOUCHARD L’ESCAUTEn conclusion,CANDICODOLFINBYTTEBIERNESTLEJARITEXB&CVARESAFAIR CHOICEPORTION PACKTOP COFFEEGIMO KOFFIEKLINGELE CHOCOLADE• Fleurs : cette catégorie n’a pas exprimé tout sonpotentiel cette année. Il faut toutefois préciser quele volume des ventes s’exprime en nombre de tiges.Or, en 2008, des tiges à plusieurs boutons furentcommercialisées, résultant logiquement en bouquetscomportant moins de tiges. Toutes choses égales parailleurs, la catégorie aurait connu des résultats stablespar rapport à 2007.• Cacao : des changements de recette et d’emballageimportants ont induit une longue période d’indisponibilitéde références majeures, ce qui a ralentila croissance de toute la catégorie.• Fruits frais : l’année fut assez agitée maisl’élargissement de l’assortiment et la combinaisonavec le bio s’annoncent prometteurs.la récession actuelle ne semble pas affecter les ventes de produits Fairtrade. Max Havelaar considère mêmeque la crise peut offrir des opportunités pour le commerce équitable. La crise a mis en lumière les limitesde l’économie de marché débridée. Parallèlement, le consommateur exige de plus en plus clairement le retourdes valeurs dans l’économie. Max Havelaar et le système Fairtrade permettent aux entreprises et auxconsommateurs de satisfaire cette demande.11


Max Havelaar Belgique récompensé par un ‘Award’Le jeudi 27 novembre 2008, le magazine StoreCheck a remis, pour la 8ième année,les « Food Retail Personnality of the Year Awards » lors d’un dîner de gala.22StoreCheck, un magazine spécialisé traitant de tout ce qui se passe dans nossupermarchés, décerne chaque année ses récompenses. En 2008, le jury composéde spécialistes du secteur a décidé de récompenser Lily Deforce, directricede Max Havelaar Belgique en lui attribuant le ‘Special Award’, en raison du rôlede précurseur que remplit Max Havelaar en termes de commerce équitable et dedéveloppement de pratiques commerciales durables.


4Plaidoyer en faveur d’un cadre légal pour le commerce équitableMax Havelaar, de commun accord avec Oxfam Magasins du Monde et d’autres acteurs duFairtrade, se prononce en faveur d’un cadre légal pour le commerce équitable. En 2008,nous avons obtenu une majorité parlementaire théorique en faveur du cadre légal. De plus,le commerce équitable a été repris dans la déclaration gouvernementale.Mieux informés, les consommateurs actuels demandent spontanément des produits durableset fabriqués sans retombées néfastes dans le Sud. Cette tendance a suscité l’apparitionde toute une série d’initiatives, et les consommateurs ne s’y retrouvent plus.A l’évidence, les personnes convaincues du bien-fondé du concept ‘trade not aid’, veulentopter pour le commerce équitable, tout comme les entreprises désireuses d’insérer l’équitabledans leurs pratiques commerciales avec le Sud dans une optique durable, ces deuxacteurs ont bien compris leur intérêt à disposer d’un cadre légal clairement défini.Thierry Noesen, directeur général de Belvas, en témoigne : « Nous sommes demandeursd’une définition claire et légale du terme ‘commerce équitable’. Celle-ci est indispensableà la croissance du secteur dans le respect de ses valeurs fondamentales. Sans cadre légal,les intérêts commerciaux et les interprétations minimalistes auront tôt fait de prendre ledessus lorsque le marché du commerce équitable s’élargira. Un tel cadre est égalementnécessaire pour conforter les entreprises, les pouvoirs publics et les particuliers dans leurschoix en matière de projets à soutenir. »23


26Stratégie


5Fairtrade Labelling Organizations, une organisation internationaleen plein changementMax Havelaar Belgique est une des 19 initiatives nationales faisant partie de l’organisation« Fairtrade Labelling Organizations » (FLO).Au niveau international, de beaux progrès ont été réalisés en 2008. Les quatre principauxmobiles justifiant la reconnaissance totale de notre organisation sont :• l’échelle de nos activités : nous travaillons actuellement avec plus d’1,5 millionde producteurs ;• le nombre sans cesse croissant de multinationales optant pour le Fairtrade ;• la collaboration avec d’autres ONG, que nous voulons étendre à l’échelle mondiale;• le fait que le Fairtrade soit le seul à intégrer le pilier économique. De plus en plusde labels apparaissent sur le marché mais aucun d’entre eux n’inclut le conceptde durabilité de façon aussi complète que le Fairtrade.Le système Fairtrade veut maintenir sa position en tant que ‘Golden standard‘ enmatière de développement durable, avec un accent plus marqué encore sur le renforcementde l’organisation. Nous évoluons d’une situation basée sur le contrôle etla certification vers un ‘partenariat pour le développement’. Et nous établissons unedistinction entre les exigences minimales du commerce équitable et les objectifs dedéveloppement établis à long terme pour chaque organisation.Ainsi, nous travaillons à réduire au minimum les doublons avec d’autres labels (parex., Biogarantie, Rainforest Alliance, etc.). En outre, sur base d’une étude de marchécommune réalisée au sein de 15 pays, nous évoluons vers un positionnement uniqueà l’égard des consommateurs, partout dans le monde.Durant 2008, le nouveau modèle organisationnel a été entièrement revu, et ce nouveaumodèle développé a été approuvé par tous les membres de FLO. Les premierspas concrets en ce sens ont déjà été franchis début 2009. Nous avons l’ambition àce que tout soit opérationnel d’ici 2011, de façon à ce que nous puissions, en synergieavec tous les membres de l’organisation, concrétiser nos ambitions pour 2013. Asavoir, notamment :• 1200 organisations de producteurs certifiées ;• 3 millions de producteurs, 15 millions de membres de leurs familles, bénéficiantdes avantages du système Fairtrade ;27« Le commerce équitable ne doit pas être un effetde mode qui s’estompe au bout de quelques annéescar cela briserait les espoirs de beaucoup de producteurs.Un petit pas chez vous constitue un grand paschez nous. »• la certification biologique pour 50% des produits commercialisés dans le système;• le débordement de la niche et l’accès aux marchés de masse, et ce pour tous lesmarchés où nous sommes actifs.Soloba Mady Keita, SecrétaireGénéral de l’Organisation desCoopératives de Producteurs deCoton, Mali.


28Rapport socialet environnemental


Max Havelaar, une société socialement responsable !En 2008, Max Havelaar a obtenu le label « Entreprise écodynamique » qui reconnaitla bonne gestion environnementale de notre société en matière de gestion desdéchets, de consommation d’énergie, de gestion de la mobilité des travailleurs ouencore de l’utilisation rationnelle de matières premières. Début 2009, Max Havelaars’engage encore un peu plus en déménageant ses bureaux dans la Maison du développementdurable communément appelée Mundo-b.Mundo-b se compose de différentes ONG actives dans les secteurs du développementdurable qui se sont associées autour d’un même projet : regrouper leurs activitésdans un même lieu. Ce projet répond concrètement à cinq objectifs : augmenterla visibilité des associations, avoir sous la main des infrastructures performantes,«éco-rénover» un bâtiment, instaurer des synergies entre les associations et mettreen commun le matériel utilisé (plus d’info sur www.mundo-b.org).Transport domicile – travailPolitique d’achatDans la droite lignée des idées défendues par Max Havelaar, nous consommons dèsque possible des produit issus du commerce équitable ou d’agriculture biologiquepour la restauration. En ce qui concerne les fournitures de bureau et les matériels decommunication imprimés, nous privilégions dans la mesure du possible l’utilisationde matériel recyclable et/ou labellisé FSC. Tous les produits d’entretien utilisés sontégalement respectueux de l’environnement. Au niveau de la consommation de gazet d’électricité, nous ne consommons que des énergies vertes.Bilan socialEn 2008, Max Havelaar a décidé de revoir sa politique de formation du personnel. Ila été décidé que chaque membre du personnel disposait d’un budget formation de500 € ainsi que de 10 jours ouvrables pour se rendre aux formations de son choix.Des séances d’information en interne sont également organisées auxquelles toutel’équipe est conviée. Ces sessions en interne permettent :296Max Havelaar, dans sa politique de transport domicile – travail, incite son personnelà se déplacer via des moyens de transport respectueux de l’environnement. MaxHavelaar prend donc à sa charge l’intégralité des transports en commun (STIB &SNCB) et verse une indemnité de 0,15 €/km à tous les collaborateurs qui utilisentle vélo pour venir au travail. Pour les déplacements professionnels, Max Havelaarencourage l’utilisation de Cambio car-sharing (système de voiture partagée). Le tableauci-dessous donne un aperçu des moyens de transport utilisés par le personnelen place au 31/12/2008.Vélo Transports publics Voiture de société Voiture privée2 10 1 0Donnée sociale MHBnombre de travailleurs 13contrats d’employés 13CDI 12CDD 1nombre d’hommes 6nombre de femmes 7tranche d’âge 18-35 7tranche d’âge 36-45 4tranche d’âge 46-55 1tranche d’âge +56 1accident de travail 0• de partager les expériences vécues par des collègues ayant visité des coopérativesde producteurs au Sud,• d’expliquer les nouveaux standards développés par FLO-ev,• d’interroger un producteur d’une coopérative certifiée séjournant en Belgique,• de se questionner sur la mission du commerce équitable.Une fois par an, un séjour de deux jours en extérieur est également organisé en septembrepour planifier l’année suivante, fixer les objectifs et dessiner la stratégie.Données socialesLe tableau ci-contre donne un aperçu de l’état du personnel au 31 décembre 2008


30A. Résultats financiers 2008MAX HAVELAAR Belgique ASBL1. Compte de résultats 20082008 2007Dons 143.425 103.296Subsides 431.755 564.989Activités (271.474) (272.994)Personnel (343.077) (640.579)Amortissement (150)Autres revenus divers – contribution SCRL-FS 130.574 254.381Autres charges diverses (11.680) (1.450)Revenus financiers 1.167 1.321Charges financières (8.615) (7.074)Revenus exceptionnels 0 4.185Charges exceptionnelles (65.682) (651)Impôts (5.521)Après une succession d’années déficitaires de 2003 à 2006, Max Havelaar BelgiqueASBL (MHB) confirme, en clôturant en équilibre, le redressement amorcé en 2007.Quatre événements majeurs ont marqué l’année 2008 :1.2.3.Une recherche de dons fructueuse qui se reflète par l’augmentation de 38 % desdons par rapport à 2007.Une réorganisation du personnel ; au 1er janvier 2008, une partie du personnelemployé par MHB ASBL a été engagée par Max Havelaar Label Belgium SCRL-FS. Ce transfert a conduit à une diminution des frais de personnel dans le chefde l’ASBL ainsi qu’à une baisse de la rubrique « autres revenus divers – contributionSCRL-FS » étant donné que les frais de personnel, qui étaient autrefoisrefacturés à la SCRL-FS, ne le sont plus.Une redéfinition des relations entre MHB ASBL et Max Havelaar Label BelgiumSCRL-FS ; les deux entités ont réaffirmé leur finalité commune de soutenir ledéveloppement durable dans le Sud au travers du commerce équitable. Cetengagement commun et similaire des deux structures se traduit par l’entérinementde la part des conseils d’administration d’un soutien financier permanentde la SCRL-FS à l’ASBL. Cette réflexion a été menée par différents cabinets juridiqueset fiscaux et a été approuvée par la Direction Générale de la Coopérationau Développement (DGCD).Résultat net 722 5.4244.Les charges exceptionnelles concernent les indemnités de préavis de membresdu personnel qui ont quitté l’association en cours d’année.Rapport financier


2. Bilan 20082008 2007PassifCapitaux propres -22.814 -23.536Provision 22.582Capitaux étrangers 304.955 342.945Total 304.723 319.409B. Résultats financiers 2008MAX HAVELAAR LABEL BELGIUM SCRL-FS1. Compte de résultats 20082008 2007Droits de licence 907.583 746.999Subsides 15.76631ActifsActifs fixes 24.592 24.741Actifs circulants 280.131 294.667Total 304.723 319.409Le total du bilan s’élève au 31 décembre 2008 à 304.723 € soit une diminution de4% par rapport à 2007.L’actif immobilisé représente 8 % du bilan total soit une proportion identique à celleprévalant un an plus tôt. Diminution des actifs circulants de 5% par rapport à 2007,la proportion de ces derniers dans le total du bilan est quant à elle identique à 2007et s’élève à 92%. La réception au cours de l’année 2008 de subsides à recevoir pourdes programmes antérieurs explique à elle seule la diminution des actifs circulants.Activités (311.962) (290.915)Personnel (465.868) (271.896)Amortissement (33.996) (41.431)Autres revenus divers 47.006 66.712Autres charges diverses – soutien MHB ASBL (134.406)Autres charges diverses – consultance (165.138)Revenus financiers 7.498 5.515Charges financières (7.379) (6.697)Charges exceptionnelles (18.000) (45.000)7Les capitaux propres négatifs sont, pour la deuxième année consécutive, légèrementassainis. En 2008, une provision a été constituée en prévision de frais qui pourraientêtre rejetés par les différents bailleurs de fonds et pour le paiement des indemnitésde préavis. La baisse des capitaux propres de 11% s’explique en partie par le remboursementde la dette de MHB ASBL vis-à-vis de MHB SCRL-FS.Impôts 81 (2.832)Résultat net 6.324 -4.683Max Havelaar Label Belgium SCRL-FS clôture l’année 2008 à 6.324 €, soit en légerpositif. Les droits de licence perçus sur les produits arborant le label Max Havelaaront progressé de 21% par rapport à 2007. Les droits de licence sur le café (+16% envolume), sur les bananes (+11% en volume) et sur le vin dans une moindre mesure(+420% en volume) tirent la croissance du chiffre d’affaires.


32Le tableau ci-dessous reprend la progression, par rapport à 2007, des 5 catégories deproduits les mieux vendues exprimées en volume de vente.Volume (kg ou l) 2008 2007 %Café 1.217.614 1.098.461 + 11%Bananes 5.926.603 5.094.610 + 16%Vin 564.601 108.052 + 423%Sucre 963.236 434.860 + 122%Jus de fruit 2.008.186 1.762.598 + 14%Au niveau des dépenses, les frais du personnel ont augmenté très nettement (+71%)par rapport à 2007. Cette hausse s’explique par la réorganisation du personnel entreMax Havelaar Belgique ASBL et Max Havelaar Label Belgium SCRL-FS. Au 1er janvier2008, la partie du personnel concernée par les activités commerciales est passée del’ASBL à la SCRL-FS.Les frais liés au financement du système international FLO et à la certification représentent13,5% des dépenses (vs 11,9% en 2007).Une provision de 18.000 € a été constituée pour le montant d’une facture en discussion.2. Bilan 2008Passif2008 2007Capitaux propres 366.735 360,411Provision 18.000Capitaux étrangers 363.632 311,801Total 748.367 672,212ActifsActifs fixes 10.367 42.994Actifs circulants 738.000 629,218Total 748.367 672,212Le total du bilan de Max Havelaar Label Belgium SCRL-FS s’élève au 31/12/2008 à748.367 € soit une augmentation de 11% par rapport à 2007.Au niveau du passif, légère augmentation des capitaux propres (+1%) suite au reportdu résultat 2008 intégralement alloué à la réserve légale. Constitution d’uneprovision en prévention d’un litige probable avec un fournisseur d’une valeur de18.000 €.A l’actif, augmentation des actifs circulants de 17% par rapport à 2007. Cette hausseest due à l’augmentation des créances commerciales qui représentaient 45% desactifs circulants fin décembre 2008. Le montant important des créances commercialess’explique par le système de facturation prévalant chez Max Havelaar LabelBelgium SCRL-FS. Les factures sont établies trimestriellement sur base des chiffresde vente communiqués par les détenteurs de licence. Au 31 décembre 2008, le4ième trimestre 2008, représentent 30% du chiffre d’affaires annuel, n’avait doncpas encore été facturé.C. Résultats financiers 2008 consolidés deMAX HAVELAAR BELGIQUE ASBL& MAX HAVELAAR LABEL BELGIUM SCRL-FS1. Compte de résultats consolidé 2008Au niveau des résultats consolidés, Max Havelaar ASBL et SCRL-FS clôturent l’annéeavec un résultat positif de 7.047 € après impôts.En comparaison par rapport à l’année précédente, le chiffre d’affaires évolue de +6%.L’augmentation des droits de licence 2008 (+21%) et des dons (+41%) compense ladiminution des subsides (-20%). Les droits de licence représentent 60% du chiffred’affaires (vs 53% en 2007) et les subsides 30% (vs 40% en 2007). La part des troisentreprises qui contribuent le plus aux droits de licence a diminué de 6% par rapportà 2007.


En 2008, Max Havelaar SCRL-FS et ASBL ont donc atteint un modèle d’autofinancement: tous les frais de gestion vis-à-vis des subventions publiques sont autofinancésgrâce aux revenus croissants des activités de labellisation et de recherche dedons. La hausse des dons, l’augmentation des droits de licence ainsi que la diversificationdes sources de revenus ont contribué à l’accroissement de l’indépendancefinancière de Max Havelaar SCRL-FS et ASBL.2008 2007Droits de licence 907.583 746.999Dons 143.425 101.174Subsides 447.521 564.9892. Bilan consolidé 20082008 2007ACTIFS IMMOBILISES 16.366 49.143II. Immobilisations incorporelles 0 23.798III. Immobilisations corporelles 10.183 19.162IV. Immobilisations financières 6.183 6.183ACTIFS CIRCULANTS 991.193 858.412VII. Créances à un an au plus 565.276 502.504VIII. Placements de trésorerie 1.730 1.043X. Comptes de régularisation 2.702 3.555TOTAL ACTIF 1.010.262 911.11033Activités (540.014) (493.783)Personnel (808.945) (704.659)Amortissement (34.146) (41.431)Autres revenus divers 11.401 5.801Autres charges diverses (23.180) (127.116)Revenus financiers 8.665 6.836Charges financières (16.144) (13.771)Revenus exceptionnels 0 4.185Charges exceptionnelles (83.682) (45.651)CAPITAUX PROPRES 399.289 392.243I. Capital 237.976 237.976II. Primes d’émission 8.325 8.325IV. Réserves 44.551 37.505V. Bénéfice reporté 108.438 108.438PROVISIONS 40.582DETTES 554.270 450.228VIII. Dettes à plus d’un an 62.286 81.724IX. Dettes à un an au plus 491.984 368.503X. Comptes de régularisation 16.121 68.640TOTAL PASSIF 1.010.262 911.110,34Impôts (5.440) (2.832)Résultat net 7.047 7417


ASBLOrganigramme Max Havelaar BelgiqueGeneral Manager : Lily DeforceSCRL-FS34FTL ProducerFacing ActivitiesProducer Relations SouthJohan DeclercqFTL Consumer Facing Activities• Communication Manager :Dirk Steurs• Communication Officer :Laurent Verheylesonne• Responsible FairTradeGemeente :Karlien WoutersFTL Market Facing Activities• Responsable Communes Du CommerceEquitable : Catherine ClossonFTL Business Facing Activities :Lily Deforce• Market Manager Retail :Frank Vermeersch• Market Manager Retail :Barbara Goffin• Market Manager Out Of Home :Els Claeys(replaced by Mark De Winter)• Marketing Officer :Laurent Verheylesonne• Control and Certification Officer - IT :Ferenc ZichyValue-adding FTL Support Activities• Finance Officer : Florence Pire• Office Management : Isolde Sleeckx


ADMINISTRATEURSMAX HAVELAAR BELGIQUE ASBLDurée des mandats : 3 ansNomFrans De BieEmmanuel HeuseErik DevogelaereFrançois DevenijnKoen Van BockstalWouter VandersypenObservateursLuuk ZonneveldCommissaireChantal JoosOrganisationCDI Bwamanda ASBLFairTrade OriginalBières de Chimay SAOxfam Wereldwinkels VZWHumanitas LeysenVredeseilandenGoossens Gossart Réviseurs d’entreprisesADMINISTRATEURSMAX HAVELAAR LABEL BELGIUM SCRL-FSDurée des mandats : 2 ansNomPascal VermeulenFrans De BieAnne-Marie JorisBenoit DerenneBernard FornovilleElisabetta CallegariObservateursElise SterckHugo Der KinderenCommissaireChantal JoosOrganisationClimactMax Havelaar Belgique ASBLStichting GillesFondation pour les Générations FuturesHefboom CVBADexia Banque SACrédal SCGoossens Gossart Réviseurs d’entreprises« Auparavant, je vendais mesfruits alors qu’ils étaient encoresur l’arbre. L’acheteur envoyaitses ouvriers avec un camion etc’est eux qui cueillaient, lavaientet emballaient les bananes. Maisje n’avais aucune certitude surle montant que j’allais recevoir.L’acheteur payait selon son bonvouloir. Si je n’étais d’accord, lecamion repartait, tout simplement,me laissant avec mes bananesprêtes pour l’exportation.Le commerce équitable nousoffre un meilleur prix et nousemballons nos bananes nousmêmes.»Concepcion Farias, membre de l’Appbosa,une coopérative de bananesau Pérou35Les organisations suivantes ont soutenu Max Havelaar en 2008• Direction Générale de la Coopération au Développement (DGCD)• Gouvernement flamand• Union européenne• Hefboom asbl• Abbaye des Norbertins d’Averbode• Oever asbl - coopération des congrégations religieuses en Flandre• 11.11.11• Leyse Humanitas• Tombolist asblEditeur responsable : Lily Deforce, Max Havelaar Belgiquerue d’Edimbourg 26, 1050 Bruxelles, BelgiqueGraphic Design : www.alternatis.beCrédits photos : Cover: R. Gilling / Pages 2: Agence Vu / 3: D. Mossiat / 4: F. Raevens /5-7-8: Agence Vu / 9 Max Havelaar Nederland (bananes, café, canne à sucre), Eric DeMildt (citrons), Agence Vu (riz) / 10: Fairtrade Foundation / 12: Agence Vu / 13: MaxHavelaar Belgique / 14: F. Raevens, Lidl (produits Lidl), Candico (produits Candico) / 16:Max Havelaar Belgique / 17: IGN (carte de Belgique) / 18-19: Max Havelaar Belgique /20: Agence Vu / 22: Storecheck / 22-23-24-25-26: Agence Vu / 27: D. Gentilhomme /Backcover: Agence VuImprimé sur papier 100% recyclé avec des encres à base végétale chez Druk In De Weerwww.maxhavelaar.beMax Havelaar Belgiquerue d’Edimbourg 261050 BruxellesBelgiqueTél. 02 894.46.20Fax 02 894.46.21


36www.maxhavelaar.beMax Havelaar Belgiquerue d’Edimbourg 261050 BruxellesBelgiqueTél. 02 894.46.20Fax 02 894.46.21

More magazines by this user
Similar magazines