Impact du - Triviatiq

triviatiq.be

Impact du - Triviatiq

2Une étude récente met en évidence l’impact positif du commerce équitablesur les communautés locales. Voilà ce que nous signale Nico Roozen,directeur de Solidaridad et fondateur de Max Havelaar aux Pays-Bas.Les avantages du système FairtradeEn 1998, l’organisation de développement néerlandaise Solidaridad démarrait lepremier système de certification équitable au monde en introduisant du café labelliséMax Havelaar sur le marché des Pays-Bas. Vingt ans plus tard, la Radboud-Universiteit de Nijmegen a mené une étude approfondie sur l’impact du système delabellisation Fairtrade, dont voici les quatre grandes conclusions.Le 1er groupe à tirer avantage du commerce équitable est bien entendu celui desproducteurs eux-mêmes. Bénéficiant de revenus garantis et plus élevés, ils peuventprocéder à davantage d’investissements. Etant plus à même de respecter leurs obligationsfinancières, les coopératives peuvent au final disposer plus facilement decapital et d’emprunts. Dans le passé, ces producteurs vivaient généralement dansla misère alors qu’à présent, ils ont en majorité des revenus comparables à ceux desgros producteurs de leur région.Le 2ème groupe à en tirer avantage se compose des voisins des producteurs sous lesystème Fairtrade. C’est ce qu’on appelle l’effet de débordement, ou « l’effet boule deneige ». Dans les régions où plus de 35% de la production de café ou de bananesest achetée conformément aux critères du commerce équitable, tous les producteurs,même ceux en dehors du système Fairtrade, accèdent à de meilleures conditionscommerciales. Les acheteurs de la région sont contraints d’adapter leurs prixaux niveaux tarifaires du commerce équitable. Un effet comparable se manifestesur le marché du travail : les propriétaires d’entreprises qui ne participent pas ausystème Fairtrade doivent s’aligner sur les conditions de travail plus intéressantesoffertes aux producteurs Fairtrade s’ils ne veulent pas perdre leurs salariés. Ces effetssecondaires favorisent le développement de l’ensemble du marché et non passeulement celle d’une sélection limitée de producteurs et de salariés.Le 3ème groupe qui, selon l’étude, tire avantage du commerce équitable est composédes enfants de cultivateurs. Ces enfants vont plus souvent et plus longtempsà l’école, ils ont également accès à de meilleurs soins de santé. Grâce au niveauplus élevé des prix garantis par le système Fairtrade et à la stabilité que cela génère,les bénéfices peuvent être investis en priorité dans des équipements sociaux. A cetégard aussi, c’est à chaque fois l’entièreté d’un village ou d’une communauté quiest avantagé, et non pas uniquement les membres des coopératives membres dusystème Fairtrade.Le 4ème groupe touché par le commerce équitable est celui des femmes. Cette fois,les résultats en termes d’impact sont moins visibles : l’étude démontre, en effet, queles femmes ne bénéficient pas encore suffisamment du commerce équitable. A quelquesremarquables exceptions près, elles restent encore trop peu impliquées dansles prises de décision au sein des coopératives avec, pour conséquence, un manqued’implication par rapport aux thèmes importants. Toutefois, suite à l’améliorationdes revenus au cours des dernières années, les femmes travaillent moins aux champset se consacrent plus aux tâches ménagères. Cette évolution peut paraître ambigüeselon notre mode de pensée occidental, mais au vu de l’énorme somme de travail quipèse sur les femmes productrices – le cumul des travaux agricoles et ménagers – oncomprend mieux les bénéfices de cette évolution. A sa façon, le commerce équitableaméliore ainsi déjà la vie de nombreuses femmes.Selon l’étude ‘The Impact of Fair Trade’, sous la direction rédactionnelle de Ruerd Ruben, éditépar Wageningen Academic Publishers, Pays-Bas, 20087

More magazines by this user
Similar magazines