Fiche pays Finlande 2012 - Veille info tourisme

iledefrance.international.fr
  • No tags were found...

Fiche pays Finlande 2012 - Veille info tourisme

FICHE PAYSSource : «GEOATLAS.com »® 2009 © Graphi-OgreFinlandeDonnées généralesSuperficie : 338 145 km²Capitale : HelsinkiMonnaie : Euro (€)Langue : 2 langues officielles- finnois (90,37% de la population)- suédois (5,42% de la population)Population : 5 375 276Source : «GEOATLAS.com » ® 2009 © Graphi-OgreDémographie :Croissance démographique : 0,44%Age moyen : 41,43 ans (40 pour les hommes et 42,8 pour les femmes)(Répartition : [0-14 ans] : 16,5%, [15-64 ans] : 66%, [65 et plus] : 17,5%)Espérance de vie : 80,01 ansEspérance de vie des hommes : 76,7 ansEspérance de vie des femmes : 83,2 ansTaux de fécondité : 1,87Taux d’alphabétisation : 100%Infrastructures :78 161 km de routes5 919 km de voies ferréesDonnées politiquesType de régimeLa Finlande est une République. La Constitution en vigueur dans le pays est celle de 1919, révisée pour la dernière foisle 1er mars 2000. Le régime politique est semi-présidentiel. Longtemps proche du régime français, la restriction desprérogatives présidentielles lors de la révision constitutionnelle de 2000, l’en a nettement éloigné.Le Président de la République est élu pour six ans au suffrage universel direct selon un mode de scrutin majoritaire àdeux tours. Pour la première fois, le 6 février 2000, les Finlandais ont élu une femme à la Présidence de la République.Il s'agit de Mme Tarja Halonen, social-démocrate, qui a été réélue en 2006. Son second mandat a pris fin en février2012 et c’est le conservateur pro-européen M. Sauli Niinistö qui lui succède.- 1 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSElus pour quatre ans au suffrage universel direct et proportionnel, 200 députés siègent au Parlement finlandais. Le Parlementest monocaméral. Le mode de scrutin est uninominal et se déroule dans 16 circonscriptions électorales.Le Premier ministre appartient traditionnellement au parti ayant obtenu le meilleur résultat relatif aux élections législatives.Du fait du mode de scrutin et du nombre de formations politiques existantes, le gouvernement est presque toujours ungouvernement de coalition, ce qui correspond bien à la culture de consensus très forte en Finlande.Les dernières et prochaines électionsDes élections législatives se sont tenues en Finlande le 17 avril 2011. Même si c’est le Parti Conservateur de Jyrki Katainen quien est sorti vainqueur, ces élections auront surtout été marquées par la forte poussée du parti populiste des « VraisFinlandais ». Alors que les Conservateurs et les Sociaux-Démocrates ont recueilli respectivement 20,4% et 19,1% dessuffrages, les Populistes sont arrivés en troisième position avec 19% des voix, un score en hausse historique de +15% depuisles dernières élections législatives, sur la base d’une campagne hostile à l’Union Européenne et à l’euro. Le grand perdant deces élections fut le Parti du Centre, en baisse de 7,3% par rapport aux élections de 2007, et dont étaient issus MattiVanhanen et Mari Kiviniemi, les deux anciens Premiers ministres. Au terme de deux mois d’âpres négociations marquées parla question de l’aide financière européenne au Portugal, un accord a fini par être trouvé le 20 juin 2011. Le nouveaugouvernement finlandais regroupe six des huit partis représentés au Parlement, résultat du retrait du Parti Populiste le 11mai qui avait obligé le formateur, Jyrki Katainen, à inviter d'autres partis autour de la table. M. Katainen a sous ses ordres dixneufministres : six pour le Parti Conservateur, six également pour les Sociaux-Démocrates, deux pour l’Alliance des Gauches,deux pour les Verts et également deux pour le Parti Suédois, et enfin un pour le Parti Chrétien-Démocrate.Par ailleurs, des élections présidentielles se sont tenues les 22 janvier et 5 février 2012. Le premier tour du scrutin aura étémarqué par le très bon score du Parti Conservateur, représenté par le pro-européen M. Sauli Niinistö (37%), le scorehistorique de M. Pekka Haavisto de la Ligue Verte (18,8%) et les mauvais scores des candidats du parti sortant, M. PaavoVäyrynen du Parti du Centre (17,5%), du parti Social-Démocrate avec M. Paavo Lipponen (6,7%), et du parti des VraisFinlandais représenté par Timo Soini (9,4%). Le vote du second tour a porté au pouvoir M. Sauli Niinistö avec 62,6% des voixcontre 37,4% pour Pekka Haavisto, qui aura tout de même réussi à fédérer en dehors de son parti.Les prochaines élections qui auront lieu dans le pays sont les élections municipales d’octobre 2012 et les électionseuropéennes de juin 2014. Pour les élections municipales, il s’agira de renouveler les élus des 320 communes de Finlandecontinentale (de 17 à 85 élus selon la taille de la commune). Les îles Åland choisissent leurs élus de manière décalée, et ladernière élection date de septembre 2011.Les principaux dirigeantsPrésident : M. Sauli NiinistöPremier ministre : M. Jyrki Katainen (depuis le 20/06/2011)Président du Parlement : M. Eero HeinäluomaMinistre des Finances : Mme Jutta UrpilainenMinistre des Affaires étrangères : M. Erkki TuomiojaMinistre du Travail: M. Lauri IhalainenMinistre des Affaires Économiques : M. Jyri Häkämies- 2 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSDonnées économiquesPrincipaux indicateurs économiques (2011)Indicateurs Pays FrancePIB 191,5 Mds EUR 2028 Mds EURDéficit public en % du PIB 0,5% 5,2%Dette publique en % du PIB 48,6% 85,8%PIB par habitant 35 639 EUR 31 200 EURTaux de croissance 2,9 % 1,7%Taux d’inflation 3,2 % 2,5%Taux de chômage 7,8 % 9,3% (3° trim.)Sources : Commission Européenne, INSEE.Situation économiqueDe 1995 à 2008, la croissance du PIB a approché les 5% par an, permettant à la Finlande de se hisser parmi les plus richespays européens (en termes de PIB par habitant). Ce dynamisme a d’abord bénéficié à la région d’Helsinki, laquelle génèreprès d’un tiers de la valeur ajoutée du pays. Touchée tardivement par la crise financière, l’économie finlandaise a connu unfort ralentissement au dernier trimestre 2008. Malgré une faible exposition du système bancaire et malgré les mesures desoutien à l’économie que le gouvernement a mises en place dès le premier trimestre de 2009, la Finlande n’a pas pu éviter larécession, le recul du PIB atteignant 8,2 % en 2009. Cette même année, la baisse de la demande et des investissements auniveau mondial a eu pour conséquence directe une chute des exportations finlandaises, lesquelles sont depuis quelquesannées le principal moteur de la croissance. Le pays est sorti de la crise au second semestre 2010 et le taux de croissance duPIB sur l’année a atteint 3,1%, puis 2,9% en 2011.Le chiffre d’affaires de la production industrielle finlandaise a augmenté de 6,5% en 2011, pour atteindre 68 Mrds d’EURcontre 82 en 2008. Certains secteurs restent encore affectés par la crise, comme l’industrie électronique, l’énergie, la financeet les assurances, et l’industrie forestière.La situation de l’emploi a vu 2011 confirmer une tendance à la baisse, avec un taux de chômage à 7,8% fin 2011. Cette baisseest en partie accélérée par le vieillissement de la population. Le rebond de la croissance observé en 2011 est surtout le faitde l’activité des 3 premiers trimestres, d’une hausse de la consommation privée et publique (respectivement +3,3% et +0,8%)et d’un reflux du taux d’épargne. La croissance en 2012 sera portée quasi exclusivement par la consommation (+1,3% estimépour 2012, +2% pour 2013), avec une stagnation des exportations et un recul de l’investissement.Situation financièreLe déficit des finances publiques pour l’année 2011 est resté très modéré, s’établissant à 0,5% (stable au niveau des déficitscentraux de l’Etat, des communes et des fonds retraite) grâce à une augmentation des recettes fiscales. La Finlande continuede respecter les directives du pacte de stabilité européen.La dette publique est par ailleurs passée de 87,2 milliards d’euros à 93 milliards d’euros (48,6% du PIB) en 2011. Cette mêmeannée, les caisses du trésor finlandaises ont perçu 13% de revenus supplémentaires par rapport à 2010, grâceprincipalement à la hausse des recettes des taxes directes (impôts sur le revenu et les capitaux, taxes sur l’énergie et TVA), età une hausse de 3,4% des taxes perçues par les municipalités. Ces surplus permettent en partie de faire face aux charges liéesau vieillissement de la population, et les fonds de sécurité sociale sont restés à l’équilibre en 2011.En parallèle, le taux de prélèvements obligatoires a atteint en 2011 un de ses plus bas niveaux depuis 1987 à 42,9% du PIB.Pour la première fois, les recettes fiscales ont dépassé celles de la période d’avant-crise 2008.- 3 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSPolitiques fiscale et économique du paysFace à la détérioration rapide de la situation économique en 2009, le gouvernement a mené une politique de relancebudgétaire mesurée en se limitant à quelques réductions d’impôts, afin de maintenir le déficit budgétaire sous les 2,5 % duPIB. L’objectif a été atteint en 2010 contre toute attente, ainsi que plus aisément en 2011 (0,5%). Les mesures fiscales ont étéprincipalement destinées à soutenir la consommation des ménages tandis que cette dernière était la seule composante duPIB à se maintenir tant bien que mal. En outre, afin de lutter contre la fraude à la TVA, le gouvernement finlandais a décidéd’adopter au 1 er avril 2011 la TVA inversée (qui permet de rétribuer l’acheteur) dans le secteur de la construction, toutcomme l’ont fait la Suède, la Belgique et les Pays-Bas. Au-delà de la politique de court terme de soutien à l’activité, l’énergiea été l’objet de réflexions en 2009 et 2010, alors que les retraites continuent de l’être en 2012.Des réductions d’impôts revues en 2012Le nouveau gouvernement de M. Katainen a annoncé en mars 2012 un vaste programmes d’économies portant sur 2,7 Mrdsd’euros, pour 1,2 Mrd le fait de réduction des dépenses des communes et 1,5 Mrd le fait d’augmentation d’impôts ou denon-ajustement de l’impôt sur le revenu selon les index d’inflation et de salaires.Le gouvernement a annoncé en mars 2012 vouloir faire passer la TVA sur les produits de grande consommation de 23 à 24%,ce qui a provoqué l’ire de la grande distribution. De même, la TVA sur les produits alimentaires et la restauration, qui avaitété abaissée de 17 % à 12 % en octobre 2009, doit être relevée à 14% après une première hausse en 2010. Dans le mêmetemps, la TVA sur les transports, les médicaments, la culture, et les abonnements a été portée de 9 à 10%.Des mesures de soutien à l’activité économiqueAu-delà de la diminution de la pression fiscale, le gouvernement a décidé de mesures de soutien en faveur des entreprises.Face aux difficultés rencontrées par les industries exportatrices, le montant des garanties à l’exportation offertes par lasociété Finnvera s’est maintenu autour de 10 milliards d’euros en 2010.Les horaires d’ouverture des magasins ont aussi été largement libéralisés depuis le 1 er janvier 2010. Les magasins de moinsde 400 m² peuvent désormais librement fixer leurs horaires d’ouverture et les grandes surfaces sont autorisées à ouvrir ledimanche dans les limites fixées par la loi. Les enseignes de distribtion ont ainsi déclaré une hausse de leurs chiffres d’affairesen 2010.La baisse de la TVA dans la restauration et les services a entraîné un fléchissement des prix permettant de compenserl’inflation de 2% au second semestre 2010, notamment dans l’alimentation. Ces mesures coûteuses n’ont cependant paspénalisé outre mesure le déficit public, puisqu’il est resté à son niveau de 2009.Politique énergétique et lutte contre le réchauffement climatiqueLes Finlandais sont les premiers consommateurs d’énergie de l’Union européenne avec une consommation par habitant de6,0 tep. Cette situation s’explique notamment par des industries très consommatrices en énergie, comme celles du boispapierou de la métallurgie, et par les contraintes climatiques et géographiques du pays. Au-delà du respect des objectifs dela directive européenne sur les énergies renouvelables (38% d’énergies renouvelables en 2020), il existe une volontéambitieuse du gouvernement d’augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique (26% en 2009). Unplan d’action a été décidé au printemps 2010 pour atteindre en 2020 les 38 TWh de capacité supplémentaire (soitl’équivalent de la production de trois EPR), répartis notamment à 55% pour le bois, 16% pour les biocarburants et 15% pourl’éolien. Selon ce plan, les subventions annuelles devraient s’élever à 340 M EUR en 2020. Une loi visant à instaurer un tarifde rachat pour l’électricité d’origine éolienne et biogaz a aussi été adoptée par le parlement en décembre 2010 et le tarif derachat sera fixé à 83,5 EUR/MW.La Finlande confirme par ailleurs son engagement dans le nucléaire. Durant l’été 2010, le gouvernement et le parlementfinlandais ont donné leur accord pour la construction de deux réacteurs nucléaires supplémentaires. Les projets serontportés après obtention d’une licence par TVO, avec le réacteur Olkiluoto 4, et par le nouvel entrant Fennovoima pour unréacteur à Pyhäjoki dans la région du Nord Pohjanmaa. Les deux appels d’offres ont été lancés début 2012 et le choix destechnologies devraient intervenir début 2013.- 4 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSAccords politiques, juridiques et multilatérauxL'engagement internationalLa Finlande est membre de l'Organisation des Nations Unies (ONU) depuis 1955. Elle est également membre de l'OCDE et del’OMC, mais ne fait pas partie de l’OTAN. Historiquement, sa non-appartenance s’expliquait par l’influence de l’URSS. Depuis1991, son adhésion est souvent évoquée mais la population et les partis politiques restent divisés sur ce sujet. La Finlandeparticipe cependant à certaines opérations extérieures de l’Organisation depuis 1995, comme au Kosovo et en Afghanistan.L’engagement européenLa Finlande est membre de l'Espace Economique Européen (EEE) depuis sa création en 1994 et du Conseil de l'Europe depuis1989. Elle participe aussi à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) dont l'acte fondateur a étésigné à Helsinki en 1975.A la suite du référendum d'adhésion de 1994, la Finlande est devenue membre à part entière de l'Union Européenne le 1erjanvier 1995, en même temps que la Suède et l'Autriche. Par la suite, satisfaisant aux critères de convergence, le pays aaccepté d'abandonner le mark finlandais (FIM) pour l’Euro. La Suède et le Danemark étant restés hors de l’Union Economiqueet Monétaire (UEM), la Finlande est l'unique pays nordique membre de la zone euro.L'engagement septentrionalLa Dimension Septentrionale (DS) est une évolution récente de la coopération nordique. Lancée en 1997 à l’initiative duPremier ministre finlandais Paavo Lipponen et relayée par l'UE en 2000, elle consiste à renforcer les liens économiques,commerciaux et de coopération entre les pays d’Europe du nord. Proche du Conseil des Etats riverains de la Baltique dans sesambitions, la DS s'en différencie toutefois par le rôle accordé à l'Union Européenne. Plusieurs de ses opérations sontd’ailleurs financées par le biais de programmes européens comme TACIS ou PHARE.Convention franco-finlandaiseDepuis 1970, il existe une convention entre la France et la Finlande tendant à éviter les doubles impositions et à prévenirl'évasion fiscale en matière d'impôts sur les revenus et la fortune.Commerce extérieurImportations en 2011 : 60,3 Mds EUR (+16%)Exportations en 2011 : 56,6 Mds EUR (+8%)Balance commerciale : -3,65 Mds EURPoids de la France dans les importations finlandaises : 3,3 % des importations en 2011Etat des lieux du commerce extérieurPrincipaux clients en 2011: Suède, Allemagne, Russie, Pays-Bas, Royaume-Uni, États-Unis, Chine (France 8 ème )Principaux fournisseurs en 2011: Russie, Allemagne, Suède, Chine, Pays-Bas, États-Unis (France 7 ème )Entre 2000 et 2008, les échanges ont crû de près de 50 %, le pays bénéficiant des bons résultats des entreprises des secteursde la métallurgie, de la mécanique et de l’électronique. A l’échelle internationale, les entreprises industrielles finlandaisessont de taille réduite mais leur forte spécialisation et la technicité de leurs produits sont autant d’avantages concurrentiels.- 5 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSLe commerce extérieur de la Finlande a connu en 2011 une évolution déséquilibrée. Les échanges globaux ont progressé de12%, les importations ont augmenté de 16%, en revanche, les exportations n’ont connu qu’une hausse de 8%. Lesexportations ont porté sur 56,6 Mrds EUR et les importations sur 60,2 Mrds EUR. D’excédentaires en 2010 (539 M EUR), leséchanges sont devenus déficitaires en 2011 (3 645 M EUR). Il s’agit du premier déficit depuis 1990. La forte progression desimportations résulte en grande partie de la hausse des prix du pétrole, des produits pétroliers et des produits chimiques.La position de la France dans ces échanges est restée stable entre 2010 et 2011, même si la part de la France dans lesimportations est passée de 3,9% à 3,3%. Ainsi, selon les douanes finlandaises, les importations finlandaises en 2011 enprovenance de France ont atteint 1 963M EUR (contre 2 012M EUR en 2010) alors que les exportations s’élevaient à 1 755M EUR (contre 1 775M EUR). En 2011, les importations en provenance de France représentaient 10% de toutes lesimportations finlandaises issues de la zone euro, et 6,2% pour l’UE27.Poids de la France dans le commerce extérieur de la FinlandeLa valeur totale des échanges s’établissait à 3,71 milliards d’euros en 2011 (contre 3,79 Mrds en 2010). Ces échanges entre laFrance et la Finlande ont connu, 2009 et 2011 mises à part, une décennie de croissance modérée. Depuis 2009, la balancecommerciale entre les deux pays est à nouveau en faveur de la France, ce qui n’était plus arrivé depuis de nombreusesannées. En termes sectoriels, les échanges franco-finlandais révèlent clairement la spécialisation de l’économie finlandaisedans quelques secteurs industriels spécifiques tels que le bois-papier, tandis que les ventes françaises à la Finlande sont trèsventilées et centrées sur l’industrie manufacturière. Le secteur des matériels de transport, qui comprend l’aéronautique, aconnu deux très bons crus en 2009 et 2010 avec des livraisons d’Airbus avant de revenir à la normale en 2011, tandis queceux des industries métallurgiques, plastiques et agroalimentaires sont revenus à leur niveau d’avant crise.Exportations vers la Finlande (2011)Ventilation des importations finlandaises en provenance de France15.3%5.0% 2.6%28.4%12.7%12.8%14.2%15.2%Equipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatiqueProduits chimiques, parfums et cosmétiquesProduits métallurgiques et produits en métal, plastique et caoutchoucProduits des industries agroalimentaires (IAA)Matériels de transportProduits manufacturés et produits diversProduits pharmaceutiquesTextile, habillement, cuir et chaussuresSource : Douanes françaises- 6 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSImportations depuis la Finlande (2011)Ventilation des exportations finlandaises vers la France11.1%9.4%1.5%5.0%0.3%36.2%11.1%Source : Douanes françaises25.4%Bois, papier et cartonEquipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatiqueProduits métallurgiques et métalliquesProduits manufacturésProduits chimiques, parfums et cosmétiques, pharmaceutiquesProduits pétroliers raffinés et coke, combustibles et électricitéProduits des industries agroalimentaires (IAA)Produits diversQuelques secteurs porteurs de la présence françaiseSecteur*Part de marché de la France1Machines, chaudières,appareils mécaniques (243 M EUR)3,3%2 Automobiles, tracteurs, cycles (222 M EUR) 5%3Appareils, matériels et machines électriques etd’enregistrement (130,3 M EUR)2,1%4 Produits pharmaceutiques (79,8 M EUR) 4,6%5 Ouvrages en fonte, fer et acier (78,3 M EUR) 5,2%6 Amidon et matières albuminoïdes (67,6 M EUR) 35,5%7 Alcools et boissons (64,6 M EUR) 16%8 Navigation aérienne ou spatiale (47,6 M EUR) 24%9 Cosmétiques (42,9MEUR ) 16%10 Dispositifs et appareils médicaux (34 M EUR) 8%Source : GTA, * chiffres 2011Les investissementsEn 2011, la hausse des investissements privés a été de 4,6%, avec notamment +6% dans l’immobilier non résidentielet +12,1% dans les machines, l’équipement et les transports.Les investissements directs étrangersAvant l’adhésion à l’UE, les investissements directs étrangers (IDE) en Finlande demeuraient limités. En 1995, le stockd’IDE était de 6,2 milliards d’euros. 16 ans plus tard, en 2011, le stock d’IDE atteignait 64,1 milliards d’euros (pichistorique). La Suède représente plus 50 % des IDE, suivie par les Pays-Bas (14,4%), l’Allemagne (8,9%) et le Danemark(6,6%). L’année de crise en 2009 a aussi vu une forte émergence des IDE en provenance du Luxembourg qui ont depuiscontinué de progresser (5,1%). La France compte quant à elle pour 2,1% des IDE en Finlande. Le niveau- 7 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSd’investissements étrangers représentait par ailleurs l’équivalent de 33,5 % du PIB en 2011, et il reste en deçà de lamoyenne des pays de l’UE (41%).IDE français en FinlandeIDE finlandais en FranceEn millions EUR2008 1 251 5972009 1 480 4132010 1 235 3512011 1 318 177Source : Banque de Finlande 2012Le stock d’investissements français en Finlande en 2011 est évalué à 1 318 M EUR par la Banque de Finlande. Pourcomparaison, ce chiffre n’était encore que de 132 M EUR en 2000.+73 millions d’euros de flux d’IDE ont été comptabilisés en 2011 en provenance de France, contre -51 millions en2010. On constate en 2011 un fort flux négatif pour les Pays-Bas (-1,1 Mrd EUR), ainsi qu’un tassement des flux enprovenance de Suède, d’Allemagne et du Danemark.Les investissements français passent généralement par des opérations de rachat. Ces opérations impliquent souventd’autres pays nordiques. Cela a par exemple été le cas lorsque Saint-Gobain a pris en 2004 le contrôle de DahlInternational, un distributeur suédois d’articles de plomberie, disposant d’une filiale en Finlande employant 300personnes environ, ou plus récemment en 2011 lorsqu’Ubisoft a racheté l’éditeur RedLynx.La Finlande offre de nombreuses possibilités d’investissement, notamment dans les secteurs des hautes technologies.De nombreuses PME innovantes sont à la recherche de partenaires, soit afin d’assurer leur solidité financière, soit envue d’un développement à l’étranger.Nationalité Nombre de Sociétés C.A en M€ Nombre d’employésSuède 792 16 007 73 633États-Unis 441 9 209 24 371Allemagne 294 7 520 15 174Royaume-Uni 252 7 256 16 768Danemark 174 2 906 10 342France 141 3 764 13 940Pays-Bas 112 2 913 8 228Norvège 111 1 896 4 384Russie 39 3 370 1 114Total 2 939 70 921 214 575Source : Statistics Finland 2011Le chiffre d’affaires des succursales d’entreprises étrangères implantées en Finlande s’est élevé à 71 milliards d’eurosen 2010 (215 000 emplois). Comparés à 2009, le chiffre d’affaires a augmenté de près de 6% et le nombre d’emplois abaissé de 4,5%, principalement à cause de licenciements dans l’industrie, l’immobilier, et dans les services liés auvoyage. Au total, ce montant représentait toutefois près de 19% du chiffre d’affaires de toutes les entreprisesprésentes en Finlande, alors que le pourcentage des emplois atteignait 15%.- 8 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSEnvironnement des affaires et conseils pratiquesFuseau horaireIl y a une heure de décalage par rapport à la France : la Finlande se situe dans le fuseau horaire GMT+2.LangueLa Finlande compte deux langues officielles, le finnois et le suédois. La plupart des administrations fournissent aussides informations en anglais. Si l’apprentissage du finnois est nécessaire à une réelle intégration dans la sociétéfinlandaise, l’anglais suffit largement dans la grande majorité des situations de la vie quotidienne.La langue commerciale est l’anglais. Dans certaines grandes entreprises, l’anglais est aussi la langue de travail.Jours fériésJour de l’An, Epiphanie, Vendredi Saint, Lundi de Pâques, Premier Mai (Vappu), Ascension, Veille de la Saint Jean, SaintJean (Juhannus, toujours célébrée le premier samedi suivant le 21 juin), Toussaint (toujours célébrée le premiersamedi suivant le premier novembre), Jour de l’indépendance (6 décembre), Veille de Noël, Noël, Lendemain de Noël.Horaires d’ouverture des magasins et des bureauxEn règle générale, les administrations sont ouvertes de 9h à 16h15, les magasins et les boutiques de 9h à 17h ou 18h.Les grands magasins et les supermarchés ouvrent jusqu’à 21h en semaine et 18h le samedi. Comme préciséprécédemment, depuis le 1 er janvier 2010, les magasins de moins de 400 m² peuvent désormais librement fixer leurshoraires d’ouverture et les grandes surfaces sont autorisées à ouvrir le dimanche dans les limites fixées par la loi.Les pratiques commercialesLes délais de paiementPar comparaison aux autres pays européens, les délais de paiement en Finlande sont courts. Le délai accordé auconsommateur final est généralement de 21 jours. Les entreprises disposent de 14 jours.Retards de paiement sur les délais prescrits et risques clientsIl est à noter qu’à l’échelle européenne, la Finlande est le pays où le risque client est le moins élevé comme le révèlel’édition 2008 de l’étude intitulée « Analyse des comportements de paiement en Europe », publiée par la société degestion de créances Intrum Justitia. Les entreprises finlandaises honorent donc généralement leurs dettes dans lesdélais impartis. Dans les relations commerciales en Finlande, il est donc fortement recommandé de veiller à respecterles délais. Deux rappels successifs sont envoyés dans les deux semaines suivant l’expiration du délai de paiement.L’envoi des rappels est à la charge du débiteur. De plus des intérêts sont prélevés dès le premier jour de retard. Enfinavec les entreprises comme avec les particuliers, des impayés exposent systématiquement le débiteur à despoursuites judiciaires.Moyens de paiementEn Finlande, les paiements de la vie quotidienne sont majoritairement effectués par cartes bancaires et en monnaiefiduciaire, tandis que les factures sont le plus souvent payées en ligne (transferts de compte à compte). Il faut noterqu’en Finlande, les pièces d’un et deux centimes d’euros ne circulent pas. Pour un règlement en liquide, les prix sontdonc arrondis à cinq centimes d’euros près.Concernant les importations, il est conseillé d’utiliser les virements SWIFT, les chèques sont à proscrire.Règles de communications lors des contacts professionnels et personnelsD’une manière générale, les Finlandais sont calmes et réservés. Privilégiant le fond à la forme, les Finlandais sont d’unnaturel direct et franc, sans rhétorique, ni humour forcé.- 9 - © 2012 – UBIFRANCE


FICHE PAYSHabituellement, les rendez-vous d’affaires se déroulent dans les locaux de l’entreprise concernée. Les déjeunersd’affaires, ou a fortiori les dîners, sont rares. Les Finlandais ont l’habitude de déjeuner rapidement et ne sontgénéralement pas enclins à rallonger leurs journées de travail. Du 21 juin au 21 juillet, la plupart des Finlandais sont envacances et il vaut donc mieux ne pas prévoir de rencontre pendant cette période. Les journées de travail sont aussiraccourcies en été, beaucoup de Finlandais rentrant chez eux plus tôt dans l’après-midi.La ponctualité est très appréciée. D’une manière générale, les Finlandais sont rigoureux et respectent à la lettre ce quia été prévu. Ainsi, au-delà de la nécessité de se présenter à l’heure, si l’entretien est censé durer une heure, il ne seprolongera pas plus longtemps. Un ordre du jour est généralement fixé à l’avance et chacun est supposé s’y tenir. Laplupart du temps, les Finlandais ont aussi préparé la réunion ou l’entretien et attendent la même chose de leurinterlocuteur. Le recours aux présentations multimédia est très répandu.Les entretiens, les réunions et les rendez-vous sont d’abord un lieu d’échange d’informations et non un lieu de débatou de confrontation des points de vue. Ils comportent souvent une présentation suivie, si nécessaire, par desquestions et une discussion. Pour les Finlandais, l’utilité d’une rencontre ne se mesurera pas forcément à l’intensité dela discussion mais plutôt à la qualité des informations transmises.UBIFRANCE vous propose quatre gammes complètes de produits et services d’accompagnement pour vous aider àidentifier les opportunités des marchés et à concrétiser vos projets de développement international.• Gamme Conseil : pour obtenir la bonne information sur les marchés étrangers et bénéficier de l’expertisedes spécialistes d’UBIFRANCE.• Gamme Contact : pour identifier vos contacts d’affaires et vous faire bénéficier de centaines d’actions depromotion à travers le monde.• Gamme Communication : pour communiquer à l’étranger sur votre entreprise, vos produits et votreactualité.• Volontariat International en Entreprise (VIE) : pour optimiser votre budget ressources humaines àl’internationalRetrouver le détail de nos produits sur : www.ubifrance.fr© 2012 – UbifranceToute reproduction, représentation ou diffusion, intégrale ou partielle, par quelqueprocédé que ce soit, sur quelque support que ce soit, papier ou électronique, effectuéesans l’autorisation écrite expresse d’Ubifrance, est interdite et constitue un délit decontrefaçon sanctionné par les articles L.335-2 et L.335-3 du code de la propriétéintellectuelle.Clause de non-responsabilité :Ubifrance ne peut en aucun cas être tenu pour responsable de l’utilisation et del’interprétation de l’information contenue dans cette publication dans un but autre quecelui qui est le sien, à savoir informer et non délivrer des conseils personnalisés.Les coordonnées (nom des organismes, adresses, téléphones, télécopies et adressesélectroniques) indiquées ainsi que les informations et données contenues dans cedocument ont été vérifiées avec le plus grand soin. Toutefois, Ubifrance ne saurait enaucun cas être tenu pour responsable d’éventuels changements.Auteur : UBIFRANCE FINLANDE – Bureau de HelsinkiAdresse :Yrjönkatu 3600100HelsinkiRédigée par : Nicolas RedonRevue par : Yvane Bocchi-WirmanVersion originelle du : 28/04/2010Version mise à jour le : 17/04/2010Prestation réalisée sous système de management de la performance certifiée AFAQ ISO9001 : 2008- 10 - © 2012 – UBIFRANCE

More magazines by this user
Similar magazines