QUI - Centre de documentation de l'Ecole Nationale d'Equitation

num.equestre.info
  • No tags were found...

QUI - Centre de documentation de l'Ecole Nationale d'Equitation

QUI - 368 - RAAtre l'autorité militaire et la commissiond'hygiène hippique : « Les vétérinairesmilitaires, dit-il, doivent se taire, calmer« leur amour du travail... ne rien publier...< vivre en ilotes, indifférents à tout,«. excepté à l'art de plaire à leurs chefs« hiérarchiques... »Les vétérinaires militaires, qui apprécientfort bien ta liberté dont ils jouissentpour la publication de leurs travauxscientifiques, n'ont d'ailleurs pas étéravis de l'appui que leur fournissait,sans qu'ils l'eussent demandé, leurfougueux et compromettant défenseur.De la Répression de l'Empirisme-en Médecine vétérinaire. Réponseà M. Garnier, Rédacteur en chefde la Presse Vétérinaire, parF. Quivogne, Rédacteur en chef deYEcho des Sociétés et Associationsvétérinaires de France, (Extrait deYEcho des Sociétés et Associationsvétérinaires de France, n° deMai 1882).Lyon, Imp. Schneiderf rç \Broch. gr. in-8 G de 16 p.Quivogne avait demandé une loi contrel'empirisme et Garnier en proclamaitl'inutilité, estimant que les vétérinairesdevaient conquérir et occuper dans lasociété le rang qui leur est dû, rechercherl'aisance, la considération et lasécurité du lendemain par la dignité deleur vie, par l'instruction et l'honnêteté,sans réclamer la protection d'une loi.Quivogne lui réplique qu'il demandesimplement que l'exercice de la médecinevétérinaire soit interdit à ceux quine possèdent pas de diplôme des Ecolesde l'Etat.Les Vétérinaires militaires et leComité de Cavalerie, par F. Quivogne,Vétérinaire. Extrait deYEcho des Sociétés et Associationsvétérinaires de France, n° deFévrier 1883. Lyon, Imp. Schneiderf e % 1883.Broch. in 8° de 11 p.Le Moniteur de VArmée, dans sonN° du 18 Janvier 1883, avait annoncé laprochaine publication d'un nouveauRèglement sur le Service intérieur, et lesdétails donnés pouvaient laisser croireque le rôle des vétérinaires en seraitamoindri, surtout en ce qui concerne laréception des denrées fourragères et lesmesures d'hygiène générale. Quivogneproteste d'avance, et avec une modérationrelative, « contre l'ingérence d'officiersqui n'ont d'autre mérite scientifique■< que la supériorité du grade dans des« questions techniques qu'ils ne peuventconnaîtreIl faut ajouter que ses craintes n'ontpas été justifiées et que le Règlement surle Service intérieur du 28 Die. 1883consacre en même temps la responsabilitédes vétérinaires mil res et leur initiative.Deux causeries professionnellessur les Associations vétérinaires,par F. Quivogne. Lyon, Schneiderf re % 1889.Broch. in-8° de 26 p.Je ne connais cet opuscule que parson titre.RR*** (G-L. DE), voy. DE QUEL-QUES CONSEILS PRATIQUES.R. D. voy. QUELQUES IDÉESSUR LA CAVALERIE.R. M. (VICOMTE DE) voy. DRES-SAGE DU CHEVAL.RAABE (Charles-Hubert).Officier de cav ie français, 1811-1889.Engagé volontaire en 1830, sous lieut 111en 1840, cap ne en 1848, retraité en 1861.Il avait fait la campagne de Crimée en1854, 55 et 56.Elève de Battcher, dont quelquesnuances le séparèrent plus tard, c'étaitun cavalier remarquable et un espritouvert, vif, assez frondeur. Il a laisséun nom dans l'histoire de l'Equitation,et sa carrière eût été plus brillante sansun incident qui l'entrava et dont le récitne serait pas ici à sa place.Manuel Equestre contenant lesmodifications proposées pourrendredéfinitive la nouvelle Méthode d'Equitationprovisoire, approuvée parle Ministre de la Guerre pour dresserles jeunes Chevaux d'après lesprincipes de M. Baucher, le 17 Décembre1842; par M. Charles Raabe,Lieutenant au 6 e Lanciers.Douai, Adam d'Aubers,iS^.1 vol. in-8° de 150 p. avec 19 fig. sur10 pl. h. t., d'un très médiocre dessin,et qui sont l'œuvre du chirurgien aidemajorPrignet.Pour l'intelligence de cet ouvrage, ilfaut se rappeler que le Ministre avaitrefusé son approbation à la Méthode


RAAd'Equitation de Baucher, mais l'avaitaccordée à sa Méthode de dressage, contradictioncontre laquelle Baucher protestaénergiquement. \Voy. Baucher).Résumé de la nouvelle Ecoled'Equitation, par M. Raabe, Lieutenantau 6 e Lanciers. Met\, Toussaint,S. D. (vers 1847).Broch. in-f° de 32 p. Texte aulographié.L'ouvrage contient une exposition complètede la Méthode Baucher depuis lesdébuts du dressage jusqu'à la hauteEcole inclusivement. Il est divisé en4 parties. Dans la i re , l'auteur démontreque la nouvelle Ecole d'Equitation estfondée sur les lois de la dynamique etde la physiologie. La 2 e résume les principesméthodiques qui doivent dirigerles aides... etc. La 3 e indique les modificationsà faire dans l'emploi des aides,suivant le genre d'Equitation pratiquée.La 4 e contient la progression des assouplissementset de l'éducation du chevald'après la Nouvelle Méthode.Cet opuscule a été peu après impriméet a eu plusieurs éd olls sous forme d'unebrochure in f°. La 4 e a paru chez Camoinfrères, en 1848.Néanmoins Raabe, dans la Post-facequi termine son Examen du Coursd'Equitation du C le d'Aure, se plaint dupeu de succès de cet ouvrage « dont la« 4 e Edition dort encore sur les cartons« de M. Dumaine » (qui n'en était d'ailleursque le dépositaire). Elle n'y dortplus depuis longtemps, car l'ouvrage estdevenu absolument introuvable. Je n'enai jamais rencontré qu'un seul exemplaireautographié et pas un seul imprimé.Examen du Cours d'Equitationde M d'Aure, Ecuyer en chef del'Ecole de Cavalerie (Saumur, 1852),par C. Raabe, Capitaine au 6 e deDragons. Marseille, V ve Marins■ Olive, 1854.1 vol. in-4 0 de 208 p. avec 3 pl. sedépliant et contenant de nombreuses fig.C'est l'un des ouvrages les plus importantsde Raabe. Il avait la dent cruelle,et sa critique du Cours du C" d'Aureest loin d'être anodine. Le C te d'Aurefut furieux et répondit de la bonne encre,mais Raabe montra que cette réponseavait paru avant la publication de sonlivre.Quant au ministre, il soutint le C led'Aure, qualifia de pamphlet le livre deRaabe et mit celui-ci aux arrêts pendantque l'Empereur, auquel Raabe avait— 369 — RAAenvoyé son ouvrage, lui adressait sesremerciements et lui annonçait qu'il enavait ordonné le dépôt dans sa bibliothèqueparticulière!On pense bien que Raabe ne laissapas tomber dans l'eau ce plaisant incidentet il l'a plus d'une fois rappeléensuite.C'est aussi dans ce livre qu'il exécuteCasimir Noël, (voy. ce nom) ses freinsrégulateurs et, du même coup, Montignyqui les avait imprudemment approuvés.Enfin, c'est également là qu'on trouverale début de ses études sur le mécanismedrs allures.Examen du Traité de Locomotiondu Cheval relatif à l'Equitation deM. J. Daudel, Lieutenant au 4 e deChasseurs d'Afrique. (Saumur 1854),par C. Raabe, Capitaine au 6 e deDragons. Marseille, Arnaud et C ie ,1856.Broch. in-4 0 de 74 p. avec 2 pl. h. t.L'ouvrage, écrit au bivouac pendant lacampagne de Crimée, contient, outreune sévère critique du livre de Daudel(voy. ce nom), des observations généralessur l'équitation, l'abrégé d'une nouvelleméthode d'équitation et une notice surles Bachi-Bozouks.Examen du Bauchérisme réduità sa plus simple expression, oul'Art de dresser les Chevaux d'attelage,de dame, de promenade, dechasse, de course, d'escadron, decirque, de tournoi, de carrousel,programme des Cours d'Equitationcivile et militaire professés àBruxelles, Malines, Coblentz, Prague,Vienne, Breslau, Naples, etc.,suivi de notes militaires, etc., etc.,etc. de M. Rul — par C. Raabe,Chevalier de la Légion d'honneur,Capitaine commandant au 6 e Dragons.Paris, J. Dumaine, 1857.Broch. in-4 0 de 5° P- plus 3 f" nonch.Cette critique de l'ouvrage de Rul(voy. ce nom), qui était, comme Raabe.un élève de Baucher et avec lequel ils'accordait sur les points principaux, neporte que sur certains détails et son tontrès modéré contraste avec celui desouvrages précédents.Locomotion du Cheval — Examendes Traités de l'Extérieur duCheval et des principaux Animauxdomestiques de M. F. Lecoq, Direc-Bibliogr. hippique. T. II. — 24


RAA — 37° — RAAteur de l'Ecole vétérinaire de Lyon(1856), et de Physiologie comparéedes Animaux domestiques de M. G.Colin, Chef du Service anatomiqueet de physiologie à l'Ecole impérialevétérinaire d'Alfort, Membre de laSociété centrale dedecine vétérinaireet de la Société anatomique(1854) — par C. Raabe, Chevalierde la Légion d'Honneur, Capitainecommandant au 6 e Régiment deDragons. Paris, J. Dumaine, 1857.Broch. in-4 0 d e 34 p.C'est la suite des études de Raabe surle mécanisme des allures.Locomotion du Cheval — Examendes allures selon M. H. Bouley,Professeur de clinique à l'Ecoleimpériale vétérinaire d'Alfort, Secrétairede la Société impériale etcentrale dedecine vétérinaire,Membre de l'Académie impériale dedecine et de l'Académie royalededecine de Belgique, etc. etc.Extrait du Nouveau Dictionnaireprat ique dedecine, de Chirurgieet d'Hygiène vétérinaires, publiépar MM. H. Bouley et Reynal —£ar C. Raabe, Chevalier de laLégion ^d'honneur, Capitaine commandantau 6 e Régiment de Dragons.Paris, J. Dumaine, 1857.Broch. in-4 0 de 62 p.Suite des études de Raabe sur la locomotionet réfutation de certaines théoriesdes auteurs cités.Examen delà Théorie de la similitudedes angles de Monsieur leGénéral Morris (Janvier 1859), parle Capitaine Raabe. AutographieBaticle-Jouvenel à Beauvais, S. D.(1859)- '1 feuille gr. in-f° comprenant :1° Aperçu de cette théorie extrait deVEssai sur l'extérieur du cnival, 2 e Edition.i8s8.2 0 Aperçu des modifications apportéesau tracé de M. le Général Morris par leCapitafne Raabe.3 0 Tracé de cette méthode selon Morris,Saint-Ange et Raabe, avec 3 figures,4 0 Aperçu explicatif de la Théorie duTracé de Raabe.Hippo-Lasso, appareil compressifservant à maîtriser le Cheval,le Mulet, etc., et généralement lesgrands quadrupèdes domestiquesdifficiles à manier par suite de leurcaractère méchant, rétif ou sauvage,par M. Raabe, Capitaine commandantau 6 e Régiment de Dragons,et M. Lunel Lieutenant au4 e Escadron du Train des Equipagesmilitaires.Paris,J. Dumaine,1859.Broch. in f° de 38 p. avec couvertureillustrée par le portrait du fils de M.Lunel, alors âgé de 11 ans et dressant lajument Reposée, et 12 pl. h. t. représentantl'instrument inventé et ses différentesapplications. L'Hippo-Lasso esttombé dans un oubli mérité.Méthode de Haute Ecole d'Equitationavec Atlas, par C. Raabe,Ecuyer-Professeur, Chevalier de laLégion d'honneur, décoré de laMédaille de la Valeur militaire(Expéditiond'Orient) et de celle deS. M. la Reine d'Angleterre (Sébastopol),Capitaine commandant deCavalerie en retraite — Dessins deM. Ulrick Martinet. Lithographiede M. H te Blanc, à Marseille —Prix, l'ouvrage, un volume et l'Atlas10 francê. Marseille, Camoinf,1863.1 vol. in-4 0 d e 33 1 P-Atlas de la Méthode de HauteEcole d'Equitation par C. Raabe...(etc., comme ci-dessus). Dessinslithographiques de M. Ulrick Martinet,exécutés d'après les croquisdessinés sous la direction de l'Auteur,en 1861, par M. Huchette,Maréchal des Logis au 6 e Régimentde Dragons. Marseille, Camoin f'",.1863.Album in-f° oblong de 19 pl. lithog.et contenant un grand nombre de fig.C'est un ouvrage important et toujoursutile à consulter. La première partie est.entièrement consacrée à l'étude du mécanismedes allures.Le vol. de texte n'est pas très rare,mais l'atlas manque souvent.Théorie raisonnée de l'Ecole duCavalier à Cheval à l'usage de MM.les Instructeurs, indiquant : i° Les(1) Lunel (Adolphe-Jean-Baptiste), officier duTrain, 1821-189.. O'etaitunècuyer remarquabl11 était, en'dernier lieu, Commandant militaidu Palais de Justice de Paris.


RAA - 371 — RACmodifications à faire à l'Ordonnancedu Roi du 6 Décembre 1829 surl'Exercice et les Evolutions de laCavalerie, pour propager le goûtdu cheval et faire progresser l'enseignementde cette arme; 2 0 Lesmoyens de propager le goût desarts et de faire progresser l'enseignementdans les écoles de peinture,de dessin et de sculpture; 3 0 Lamanière d'examiner, d'apprécier etde juger du mérite d'une œuvred'art équestre, laquelle est démontréepar une Revue du Salon de1868. Avec une Planche explicativede la Locomotion représentant27 Chevaux et une Figure, par C.Raabe, Ecuyer-Professeur, Chevalierde la Légion d'honneur. Paris,che\ VAuteur, Rue du Champ deMars, 18, 1870.1 vol. in-18 de 288 p.Raabe avait proposé, en 1868, diversesmodifications à l'Ordonnance de 1829,notamment en ce qui concerne l'emploide l'éperon. Le ministre n'en autorisapas l'application, et Raabe, qui, naturellement, n'accepta pas l'arrêt de bonnegrâce, revient sur la question et développeses propositions en y joignant denouveaux aperçus sur le mécanisme, sesallures et un intéressant chap. sur sareproduction inexacte par les peintres etsculpteurs. Il faisait alors, au ManègePellier, à l'aide d'un cheval vivant, uncours de démonstration de la locomotionà de nombreux peintres français etétrangers.Locomotion du Cheval — Cadranhippique des allures marchées. parle Capitaine Raabe. Paris, Imp.T. Symonds, 1883.Broch. in-8° de 44 p. avec 1 pl. représentantle cadran hippique. La couverturede certains exemplaires porte : s e édition."L'ouvrage est consacré à la descriptiondu Cadran hippique qui permettait, aumoyen de deux disques concentriquesen carton, l'extérieur fixe et l'intérieurmobile, de se rendre compte du « méca-« nisme de l'évolution des membres ».Raabe fut un écuyer de premier ordreet son nom demeurera dans l'Histoirede l'Equitation. Ses travaux sur le mécanismedes allures — mécanisme auquelson maître Baucher attachait d'ailleursbeaucoup moins d'importance que lui aupoint de vue de 'l'enseignement de l'Equitation— ont été poursuivis avec uneténacité et une puissance d'observationrares. Ils l'ont amené aussi près de lavérité qu'il était possible avant l'inventionde la photographie instantanée; etquand celle-ci fit son apparition avec les« stupéfiantes » photographies de l'AméricainMuybridge, elle confirma en grandepartie les théories de Raabe. {Voy., surle même sujet, Duhousset, SalomonReinach. etc.).Le B on de Vaux a consacré à Raabe unart. intéressant dans ses Hommes de Chevaldepuis Baucher, p. 84 et suiv. LaRevue des Haras (livraisons de sept, etoct. 1889) et la Revue de Cavalerie (juin1889) contiennent aussi des articles biographiqueset critiques sur cet éminentécuyer.RABEL (André). .Le Maréchal Bessières duc d'Istrie,par André Rabel — Avec unportrait en héliogravure et dixcartes. Paris, Calmann-Lèvy, S. D.(i9°3)-1 vol. in-8° de 359 p.L'ouvrage donne la biographie d'undes grands cavaliers du premier Empireet apporte une intéressante contributionà l'histoire de la cav ie à la fin de laRépublique et sous l'Empire.. RABUT (François) voy. DES-CRIPTION DES FÊTES DE BRU-GES EN 1468.RACE BIGOURDANE (ETATCIVIL DE LA).Etat civil de la Race Bigourdaneaméliorée; Registre matricule desPoulinières d'élite du Départementdes Hautes-Pyrénées et de leursProduits, publié par ordre du Ministrede l'Agriculture et du Commerce.Paris, Imp: Schneider, 1851.1 vol. gr. in-8° de 110 p.RACES ALLEMANDES D'ANI-MAUX DOMESTIQUES.Animaux domestiques, Races Allemandes— Travail publié par laSociété Allemande d'Agriculture.Berlin, Sw. 11, Deutsche Landwirtschafts-Gesellschaft,DessauerStrasse, 14. 1912.1 vol. gr. in-4 0 de 93 P-i suivies d'unappendice contenant 106 bonnes phototypiesdes représentants des Races chevalines,bovines, ovines et porcines.


RAC — 372 — RAILe cheval occupe les p. 3 à 21, avecquelques fig. d. 1. t., principalementpour les marques des différents haras, et30 phototypies (portraits de chevaux).L'ouvrage, très soigné, est entièrementen français.RACES (LES) ANGLAISES DEBESTIAUX.Ministère de l'Agriculture de laGrande-Bretagne — Les Races Anglaisesde Bestiaux — Cette brochureest en vente au Bureau duMinistère de l'Agriculture 4 WhitehallPlace, Londres S. W. Londres,imprimé pour le GouvernementAnglais par MM. Darling & Son,34-40 Bacon Street, E. 1910.1 vol. in-8° de 145 p. avec nombreusespl. h. t. en phototypie.Les races chevalines occupent les p.il à 29 avec 12 pl. contenant 26 portraitsde chevaux, plus un petit troupeau dechevaux sauvages du désert de Gobi(Asie centrale). L'article est dû à M.Robert Wallace, Professeur d'Agriculture•et d'Economie rurale à l'Université d'Edimbourg.L'ouvrage a été publié enplusieurs langues.RAFFEÏ (D.-A.-G.) voy. FIEF rFÉ (E.-F.).RAFFETOT (LE COMTE BOIS-HÉBERT DE).Mémoire sur les moyens propresà rétablir, dans lé Département dela Seine-Inférieure, l'espèce desChevaux cauchois, par le ComteBois-Hébert de Raffetot. Paris,Madame Hu\ard. .1816.Broch. in-8° de 14 p.RAHDEN (LA BARONNE DE, néeJenny WEISS).Ëcuyère allemande. Elle est devenueaveugle et s'est fixée en France.Le roman de l'Ecuyère, par laBaronne Jenny de Rahden. Paris,Charles Eitel, S. D. (1902).1 vol. in-16 de 225 p. Couverture illustréeet 12 dessins en phototypie (1).RAID (LE) ARLON-OSTENDE.(1) Voy. sur la baronne de Rahden un articlede M. George Vanor dans le journal Je sais toutdu 15 juin 1906.Le Raid Arlon-Ostende (9-11 Octobre1903). Bruxelles, Imp. Industrielleet financière, 1903.Broch. in-8° de 37 p. Extrait de laBelgique militaire du 25 Oct. et du.I er Nov. 1903.Ce raid fut fourni par deux officiersbelges, le Major Dutillœul, du 2^ chass.à cheval, et le Com dt Demuenynck, del'art ie . La broch. est attribuée à ce dernier.RAID (LE) ET LES SAPEURS ACHEVAL voy. CONTE (M.-P.-A.).RAILLIET (Louis-Joseph-Alcide).Vétérinaire français, né en 1852, diplôméd'Alfort et chef de service en 1875,professeur en 1878 ; élu à l'Académie dedecine en 1896.Eléments de Zoologie médicale etagricole, par A. Railliet, Professeurd'Histoire naturelle à l'Ecole vétérinaired'Alfort — Avec 705 figuresintercalées dans le texte — Paris,Asselin et Hou\eau, 1886.1 vol. in-S' de xv-1053 p.Les « jumentés > occupent les p. 896à 921 avec 14 fig.Traité de Zoologie médicale etagricole, par A. Railliet, Professeurd'Histoire naturelle à l'Ecole vétérinaired'Alfort — Deuxième Edition— Avec 892 figures intercaléesdans le texte. Paris, Asselin etHou\eau, 1895.1 vol. gr. in-8° de xv-1303 p.Les équidés occupent les p. 1147 à1173, avec 13 fig. En outre, beaucoup degénéralités leur sont applicables.Histoire de l'Ecole d'Alfort, parMM. A. Railliet, Professeur àl'Ecole, Membre de l'Académie dedecine et de la Société nationaled'Agriculture de France, Secrétairegénéral de la Société centrale dedecine vétérinaire, et L. Moulé(1), Vétérinaire délégué, Contrôleurdu Service d'Inspection vétérinairesanitaire de Paris et duDépartement delà Seine, Archivistede la Société centrale dedecinevétérinaire — Avec 92 figures dans(1) Voy. ce nom.


RAI - 3le texte — Paris, Asselin et Hou-\eau, 1908.1 vol. gr. in-8° de xx 831 p.Important ouvrage, mine inépuisablede renseignements bibliographiques etbiographiques, dans laquelle j'ai abondammentpuisé.RAINARD (Joseph).Vétérinairefrançais 1778-1854. Diplôméde Lyon en 1810. il y devint professeur,puis, en 1840, directeur et prit sa retraiteen 1848.Mémoire sur l'Epizootie des Chevauxqui a régné et qui règne encoreen France et dans divers autresPays de l'Europe, par M. Rainard,Professeur à l'Ecole royale d'Economierurale et vétérinairede Lyon,Membre des Sociétés dedecineet d'Agriculture de la même ville,lu dans la séance de cette dernièreSociété le 3 juin 1825, imprimé parses ordres. Lyon, Imp. J. M. Barret,1825.Broch. in-8° de 44 p.Traité de Pathologie et de Thérapeutiquegénérales vétérinaires,par Rainard, Professeur de Pathologieet dedecine opératoire àl'Ecole royale vétérinaire de Lyon,Membre honoraire de la Société dedecine et Membre de la Sociétéd'Agriculture de la même ville.Paris, Bouchard-Hu\ard; Lyon,Savy j"', 1840.2 vol. in-8° de xn-319 p. plus r f d'errataau T. I et 412 p. au T. II.Outre les généralités applicables aucheval, de nombreux articles de cet ouvragele concernent spécialement,Traité complet de la Parturitiondes principales Femelles domestiques,suivi d'un Traité des Maladiespropres aux Femelles et auxjeunes Animaux, par J. Rainard,Directeur de l'Ecole royale vétérinairede Lyon ; Professeur de Pathologiegénérale et interne; ancienProfesseur de clinique, Chevalierde la Légion d'honneur, Membredes Sociétés d'Agriculture, dedecineet Médicale d'Emulation deLyon; Correspondant de l'Académiededecine, de la SociétéI —RAMcentrale d'Agriculture, des Sociétésvétérinaires du Calvados et de l'Hérault,de celles de Londres et deBelgique. Paris, M"" V e Bouchard-Hu\ard; ibid., Labé; Lyon, Dorier;ibid., l'Auteur, 1845.2 vol. in-8° de vm-512 et 634 p., avec,au T. II, 6 pl. se dépliant et contenant44 "g-Même ouvrage, même titre. Lyon,Charles Savy; Montpellier, Savy;Paris, Montmirel et Lemaire,1850.Sans changement, sauf l'indication deslibraires et le millésime.RAISONNABLE (MONSIEUR) voy.LANDO (H.).RALLIMONT (A.).Manuel d'Art vétérinaire pratiqueà l'usage de tous les propriétairesd'animaux, par A. Rallimont. Paris,Vermot, S. D. (1903).1 vol. in-12 de 415 p. avec 203 fig.d. 1. t.Ouvrage de vulgarisation dans lequelle cheval occupe une place importante.RAMBAUD (Alfred-Nicolas).Professeur, historien, littérateur ethomme politique français, membre del'Institut, 1842-1905. Sorti de l'Ecolenormale et agrégé d'histoire en 1864. ilprofessa l'histoire à Nancy, à Bourges,à Colmar, à l'Ecole des Hautes-Etudeset au lycée Charlemagne. Docteur èslettres en 1870, il fut ensuite chargé demissions en Russie, professa l'histoire àCaen et, de nouveau, à Nancy. En 1879,il fut chef du cabinet de Jules Ferry,puis ministre de l'Instruction publique ;sénateur du Doubs en 1895, il entra, en1897, à l'Académie des Sciences moraleset politiques.De Bysantino Hippodromo etCircensibus Factionibus scripsitAlfred Rambaud, Scholae normalisolim Alumnus, Doctor in Jure civililicenciatus, Universiti Gallicae aggregatus(Répétiteur à l'Ecole desHautes-Etudes). Paris, A Franck,1870.1 vol. in-8° de 114 p., plus 1 f d'emendandaet addenda. Dédicace à WladimirBrunet de Presle.Savant et intéressant ouvrage sur l'hip-


RAM — 374 - RANpodrome et les courses àBysance. C'était pC. La Locomotion — Histoire desla thèse de doctorat de l'auteur (i)Chars, Carrosses, Omnibus et Voi-RAMBOT.turesde tous genres, par D. Ramée.Paris, Amyot, 1856.Officier de cav ie français, commencementdu xrx e siècle.1 vol. in-12 de 216 p. avec 10 pl. h. t.Cet ouvrage curieux est encore recherché.Il traite principalement des voitu-Nouveaux moyens de multiplieret d'améliorer les Races de chevauxindigènes ; dissémination des c'est à ce titre qu'il est cité ici. Il seres, mais un peu aussi des attelages etétalons ; établissement de 7000 poulinières,par M. Rambot, ancientermine par la description d'une RoueNéogyre, qui devait être « une des gloi-« res de la science au xix" siècle », enCapitaine de cavalerie, Chevalier diminuant de moitié le tirage des véhicules,et qui n'en est pas moins tombéede la Légion d'honneur. Aix, Imp.Ponthier, 1837.dans un profond oubli.Broch. in-8° de 39 p.RAMBUTEAU (Claude-PhilibertBARTHELOT COMTE DE).Homme politique et administrateurfrançais 1781-1869. Chambellan del'Empereur en 1809, préfet du Simplonen 1813, de la Loire en 1814, il y organisala résistance contre l'invasion. Aprèsavoir été député pendant les Cent Jours,il rentra dans la vie privée et s'occupad'agriculture. Député de Saône-et-Loireen 1827 et réélu jusqu'en 1831, il devint. Conseiller d'Etat et Préfet de la Seineen 1833 et conserva ces fonctions jusqu'àla Révolution de 1848. La ville de Parislui doit de très importants travaux d'assainissementet d embellissement. En1852, il refusa le Sénatàla suitedu décretconfisquant les biens de la famille d'Orléanset resta depuis étranger aux affairespubliques. Il était, depuis 1843, membrede l'Académie des Beaux-Arts.Discours sur la Loi des Comptes,Haras et Agriculture, par M. le C lede Rambuteau, Député de Saôneet-Loire.— Ministère de l'Intérieur.Agriculture, Haras — Paris, Imp.A. Henry, S. D. (1828).Broch. in-8° de 23 p.L'orateur reconnaît la nécessité del'Admin 0 " des Haras, mais formule descritiques de détail sur sa gestion, sonpersonnel, l'emploi des fonds alloués etsurtout contre le refus qu'elle opposeaux vœux et aux offres matérielles desdépartements.RAMÉE (Daniel).Architecte et littérateur français, :8o6-(1) Voy., dans l'Echo de Paris du 7 oct. 1911,un intéressant article de M. Frédéric Massonqui concerne en grande partie Alfred Rambaud.RAMZEL (André).Médecin suédois, xvm e siècle.Dissertatio medicadeEquitatione,ejusque in Medicina usu, quam,cum consensu Ampliss. Facult.Medicœ in Regia Academia Upsaliensi,sub Praesidio ExperimentissimiViri, Dn. Doct. Nicolai Rosen,Sacr. Majest. Med. Ordin. Publicoeruditorum Examini submittitAlumnus Regius Andréas Ramzelius,Arosia — Westmannus. InAuditorio Gustav. Maj. ad d.8 Aprilis Anni 1738. [H. A. M. S.Upsaliœ, I.iteris Hôjerianis.Broch. in-4 0 de 3 f ls pour le titre, ladédicace d'André Ramzel à GustaveBonde, Sénateur du Royaume de Suède,etc., l'hommage à ses parents, 32 p. poursa thèse et 1 f final contenant une lettreélogieuse de son ami Joh. WestmanJacobson.Curieux et rare opuscule dans lequell'auteur examine successivement : lanécessité de l'exercice — la supérioritéde l'équitation sur les autres exercices— la progression de l'équitation —lesmaladies que l'équitation peut guérir(c'est le chap. le plus important) — lesprécautions à prendre pour pratiquerl'équitation.RANDON (Gilbert).Dessinateur et caricaturiste français.Ancien sous-officier au 7 e Dragons, 1814-1885. Il a publié de nombreux albumsde caricatures, dont quelques-uns surdes sujets militaires et, parmi ceux-ci,presque tous concernent la cav ,e . « Il fut,« pendant 35 ans, un collaborateur assidu« du Journal ponr rire, où il avait la« spécialité des charges de troupier. »La vie du Troupier. Charges et


RAP - 376 — RAQRAPPORT... SUR LES CHE-VAUX MALADES DES AR-MÉES...Convention nationale — Rapportfait par les Comités réunis de laGuerre et de Surveillance des vivres,habillemens et charrois militaires,sur les Chevaux malades & à refairedes Armées de la République —Imprimé par ordre de la Conventionnationale — Paris, Imp. Nationale,S. D. (Fin de l'An II ou commencementde l'An III).Broch. in-12 de 18 p.Ce rapport propose la remise provisoireà des cultivateurs des chevaux maladeset fatigués provenant des troupesà cheval et des charrois, sous la surveillancedes Directoires de Districts. Ilindique les départements où ils devrontêtre conduits, suivant l'armée de laquelleils proviennent. Le rapporteur n'a passigné.Je crois que la proposition a eu uncommencement d'exécution. En tout cas,l'imprudence des Comités était grande,car les « chevaux jeteurs » étaient comprisparmi ceux qui devaient être remisaux cultivateurs et la diffusion de lamorve eût été le résultat le plus claird'une semblable mesure.RAPPORT SUR LES COURSESDE NANTES EN 1846, voy. HER-VOUET DE LA ROBRIE.RAPPORT SUR LES MANŒU-VRES DE LA DIVISION DE CA-VALERIE DU 9 e CORPS EN 1876voy. BARAIL (DU).RAPPORT SUR L'EXPOSI-TION UNIVERSELLE DE 1889.(SELLERIE et BOURRELERIE).Exposition Universelle internationalede 1889 à Paris. Rapportsdu Jury international publiés sousla direction de M. Alfred Picard,Inspecteur général des Ponts etChaussées, Rapporteur général —Classe 60 — Carrosserie et Charronnage,Bourrelerie et Sellerie —Rapport de MM. Quenay, Thibout,Clément, Lasne et Pozzy. — Paris,Imp. Nationale, 1891.Broch. in-8° de 81 p.RAQUET (Hector-Lambert).Vétérinaire et ingénieur agricole belge,né en 1866, a reçu son diplôme d'ingénieuragricole à Gembloux en 1884 etcelui de vétérinaire à Alfort en 1888.Notes résumées du Cours d'Extérieurdu Cheval professé à l'Institutagricole de l'Etat à Gembloux,par Hector Raquet, Assistantchargé de Cours, Ingénieur agricole,Médecin-Vétérinaire de l'Ecoled'Alfort (Paris). Huy, Imp. etLithog. Ad. Colin-Houbeau, 1892.1 vol. gr. in-8" de 406 p. plus 5 f ,spour la table et les errata, avec quelquesfig. au trait d. 1. t. (autographié).Chronique d'Hygiène et de Zootechnie,par H. Raquet, Professeurà l'Institut agricole de Gembloux.Ciney, Latour-Beugnies, 1899.Broch. in-8° de 32 p.Notes du Cours d'Hygiène généraleappliquée à l'Homme et auxAnimaux domestiques, professé àl'Institut agricole de l'Etat, parHector Raquet, Ingénieur agricole,Professeur de Zootechnie et d'Hygiène.Première Partie. Année scolaire1899-1900. Bruxelles, H. Lamertin,1899.1 vol. in-4 0 de 278 p. avec fig. (autog.)Même ouvrage, même titre. DeuxièmePartie. Premier fascicule.Année scolaire 1902-1903. Bruxelles,H. Lamertin, 1903.Broch. in-4 0 de 96 p. (autog.)Même ouvrage, même titre. DeuxièmePartie, Deuxième fascicule.Annéescolaire 1902-1903. Bruxelles,H. Lamertin, 1903.1 vol. in-4 0 de la p. 97 à la p. 192.(autog.)Les Habitations des Animauxdomestiques au point de vue del'Hygiène — Conférence écrite pourles Agriculteurs, par Hector Raquet,Ingénieur agricole — Médecinvétérinaire de l'Ecole d'Alfort,Professeur d'Hygiène et de Zootechnieàl'Institut agricole de l'Etat.Bruxelles, Lamertin, 1899.Broch. pet. in-8° de 32 p.Les Soins de la Peau chez les


RAQAnimaux, par Hector Raquet, Ingénieuragricole, Médecin vétérinairede l'Ecole d'Alfort, Professeurd'Hygiène et de Zootechnie àl'Institut agricole de l'Etat à Gembloux(Belgique) — Prix net : fr.I. 50 — Bruxelles, H. Lamertin ;Paris, Asselin et Hou\eau, 1903.Broch. in-8° de 82 p. La couvertureporte 1905.L'ouvrage est presque entièrement consacréau cheval.RAQUILLIER.Officier de cav ie , probablement étranger.Il dit, dans sa dédicace, qu'il était,sous l'Empire, cap ne de cav le au servicede France et qu'il est « expérimenté par« huit campagnes ». Il n'existe aucundossier sur lui aux Archives de la Guerreet il n'est pas nommé dans l'Histoiredes Chevau-Légers de la Garde de Rembotvski(voy. ce'nom).Stratégie militaire pour l'Infanterieet la Cavalerie; parle CapitaineRaquillier, Réfugié Polonais.Tours, Imp. et Lith. O. Lecesne,1843.Broch. in-8° de 16 p. avec 4 pl. lith.se dépliant. Les 3 premières concernentl'inf ,e ; la 4 e représente une brigade decav' e passant un défilé en présence de lacav ,e ennemie, soutenue par 200 dragonsà pied barricadés. Dédicace a l'Arméefrançaise et à la Garde Nationale.L'invention de l'auteur consiste en unesorte de cheval de frise portatif, aveclequel les troupes peuvent se barricader.Opuscule curieux et rare.RAREY (John S.) et GUAITA(François-Paul DE), traducteur.Rarey, écuyer américain, inventeurd'un procédé de dressage des poulainssauvages et des chevaux devenus méchants,dangereux ou rétifs. Il commençases expériences dans l'état d'Ohio, versle milieu du xix e siècle, visita ensuitel'Angleterre et y devint rapidement trèsconnu par le résultat qu'il obtint sur lefameux étalon Cruiser, sorte de bêteféroce en état de fureur permanente, quepersonne ne pouvait approcher, et quifut paisiblement monté par deux personnesaprès une séance de trois heures.Rarey vint en France à la fin de 1837 ouau commencement de 1858 et y obtintun vif succès, mitigé cependant par sonéchec avec l'étalon Stafford.Il avait d'abord fait payer 10 livres377 — RAR(250 fr.)la communication de sa méthode,en exigeant le secret de la part de sesélèves; mais il avait eu l'imprudence dela résumer dans une petite brochure parueen 1854 ou 1856 à Ohio, et ses élèvesse plaignirent amèrement d'avoir payé250 fr. la connaissance d'une méthodequ'on trouvait expliquée dans une brochurede 13 sous. Ces démêlés donnèrentlieu à une polémique de presse, racontéepar M. F. de Guaita dans la préface desa traduction de l'ouvrage de Rarey, etfurent nuisibles au bon renom de celuiciet de sa méthode.De Guaita, traducteur, ancien sousofficierde spahis, s'était retiré près deNancy, à la campagne, où il s'occupaitde questions agricoles. Il était conseillergénéral de Meurthe-et-Moselle etmembre de l'Académie de Stanislas, àNancy, 1825-1880.L'Art de dompter les Chevaux,par J. S. Rarey, le Dompteur. Traduitet précédé d'une Introductionpar F. de Guaita. Paris, E. Dentu,1858.1 vol. in-18 de 123 p. dont xv pour lapréface du traducteur.Ce petit ouvrage eut un succès considérable,et de nombreuses éd° ns , 8 aumoins, se succédèrent rapidement pendantdeux ans, mais d'ailleurs sans autrechangement que l'addition, dans la préfacequi se trouve ainsi portée à xvi p.,du récit du succès de Rarey avec l'étalonCruiser.Pour apprécier les moyens employéspar Rarey, il faut se rappeler qu'il les aappliqués dans des conditions totalementdifférentes : en Amérique, sur des poulainset des jeunes chevaux sauvages oudemi-sauvages, ignorant l'homme et lesmoyens de contention, puis en Amériqueet en Europe, sur des chevaux d'âgedevenus plus ou moins vicieux, dangereux,méchants, soit par suite d'uncaractère intraitable, soit surtout parsuite de brutalité et de mauvais traitements.Dans le premier cas, il montrebeaucoup de patience et une parfaiteconnaissance du caractère du cheval.Dans le second, ses moyens d'actionsont plus énergiques, mais c'est à tort,à mon avis, qu'on l'a accusé de brutalitéou de cruauté. Je l'ai vu opérer, et ilmontrait toujours une fermeté absolue,une patience remarquable, mais sansaucune violence.Après les éd on! américaines, son livrea eu cinq ou six éd ons anglaises. En 1858,le V" de R. M. (voy. ces initiales), apublié un exposé succinct de la Méthode


RARRarey, avec 5 pl. qui indiquent les différentespositions à faire prendre au cheval,et qui font défaut à la traductionGuaita.Voy. aussi, sur Rarey et sa méthode,Honoré Pinel, Le Dressage des Chevaux,Paris, 1881, cité dans le présent travail.RASPAIL (François-Vincent).Chimiste et homme politique français.1794-1878. Elevé par un savant prêtre,il se destina d'abord à l'état ecclésiastique,mais refusa de s'engager dans lesordres et devint régent de collège. Destituéà la Restauration, il vécut misérablementde quelques leçons, souventcongédié pour ses manifestations révolutionnaireset se voua aux recherchesscientifiques. Il fut l'un des premiers quiappliqua avec succès le microscope àl'étude des êtres organisés, et on nesaurait lui contester d'avoir prévu, vaguementencore sans doute, le rôle des infinimentpetits — qu'on n'appelait pasencore microbes — dans leurs maladies.En 1830, il descendit dans la rue un fusilà la main, fut blessé et refusa la placequ on lui offrait au Muséum. Il subitensuite de nombreuses condamnationspour articles de journaux, complots, injures,exercice illégal de la médecine,etc.A la Révolution de février, il entra lefusil à la main à l'Hôtel de Ville et yproclama la République avant mêmel'installation du Gouvernement provisoire.Il fut nommé représentant en 1848,fut de nouveau condamné par la HauteCour de Bourges en 1849 à six ans dedétention et reprit en prison ses travauxscientifiques. En 1855, il se retira enBelgique, puis l'amnistie de 1859 l u 'permit de rentrer en France et il fut éludéputé de 1869 à 1870 et de 1876 à samort.Le Fermier Vétérinaire ou Méthodeaussi économique que facilede préserver et de guérir les Animauxdomestiques et même lesVégétaux cultivés du plus grandnombre de leurs maladies, parF. V. Raspail. Paris,che^ l'Editeurdes ouvrages de M. Raspail, RueMonsieur le Prince 63, 1854.1 vol. in-18 de vm-288 p. Vignettesur le titre.Cette éd on a eu plusieurs tirages entre1854 et 1858.Même ouvrage. Deuxième Edition.Revue et augmentée. Paris,— 378 — RASche\ l'Editeur des ouvrages deM. Raspail, 14, rue du Temple.Bruxelles à l'Office de publicité,1862.1 vol. in-18 de 282 p.Cette éd°" a eu plusieurs tirages(au moins 10) entre 1862 et 1880.Même ouvrage, même titre (moinsles mots « et même les Végétaux« cultivés », qui sont supprimés)y" Edition, entièrement refondue.Paris, che\ l'Editeur des ouvragesde M. Raspail, 14, Rue du Temple.Bruxelles, à l'Office de publicité,1882.1 vol. in-18 de xn-279 p.Les éd ons du Fermier vétérinaire sesont succédé sans interruption et à peuprès sans changement jusqu'à l'époqueactuelle. Les modifications se bornent àune définition plus claire de la mêmemaladie et à un dosage gradué du médicamentemployé, suivant l'espèce et lataille de l'animal. Il serait donc sansaucun intérêt de décrire en détail toutesces éd ons et leurs nombreux tirages, carles différences sont nulles ou insignifiantes.Il suffira de donner la dernièreà ce jour, pour laquelle l'éditeur Vigota remplacé l'établissement de la rue duTemple.Le Fermier Vétérinaire, ou Méthodeaussi économique que facilede préserver et de guérir les Animauxdomestiques du plus grandnombre de leurs Maladies, parF. V. Raspail. 8 e Edition. Paris,Vigot frères. Bruxelles, à l'Officede Publicité, 1905.1 vol. in-18 de xi-279 P- avec préfacede Xavier Raspail, portrait de F. V. Raspailen frontispice et, sur le titre, la mêmevignette (un cheval) qu'à la i re éd on .On sait que Raspail fut l'apôtre ducamphre, dans lequel il voyait une panacéeuniverselle. C'est dire que le camphrefait presque à lui seul le fond de lamédication qu'il applique aux maladiesles plus variées. Il est d'ailleurs difficilede s'expliquer le succès prodigieux — etqui ne s'est pas affaibli depuis plus decinquante ans — de son ouvrage, dontla valeur scientifique et la valeur pratiquesont également faibles. Peut-être enfaut-il chercher la cause dans la simplicitéet l'économie du traitement que lepremier venu peut appliquer presquesans frais.


RAS_Une grande partie du volume est consacrée aux maladies du cheval.RASQUIN (Max).Agronome belge.La Législation du Commerce desAnimaux domestiques, par MaxRasquin, Ingénieur agricole, Agronomede l'Etat à ïhuin — Prixunique au Concours organisé en1906 par le Comice agricole deLiège. Renaix, Imp. J. Leherte-•Courtin, 1907.Broch. pet. in-8° carré de 52 p.Le Cheval de trait Belge, sonAlimentation rationnelle, par MaxRasquin,... etc. Renaix, Imp.J. Leherte-Courtin, S. D. (1908).r vol. pet. in-8° carré de 106 p.;vignette représentant un cheval de grostrait sur la couverture et sar le titre.RATOUIS (Paul).Erudit et archéologue français, membrede plusieurs Sociétés savantes. A étélongtemps juge de paix à Saumur. 1814-1888.Chroniques saumuroises, parM. Paul Ratouis, Juge de paix,Conseiller d'arrondissement, Conseillermunicipal de la Breille, etc.Saumur, Imp. Paul Godet, 1864.1 vol. in 12 de 144 p. Dédicace auxSuccesseurs des Carabiniers de IJ6J.Quelques pages de ce livre concernentVEcole de Cavalerie.Les Origines de l'Académied'Equitation civile et de l'Ecoled'Equitation militaire de Saumur.1593 à 1830 ; par M. Paul Ratouis,Juge de paix, Administrateur del'Hospice général et du Bureau debienfaisance, Membre de la Société■d'Agriculture, Sciences et Artsd'Angers. Saumur, Imp. PaulGodet, 1879.Broch. in-12 de 87 p. Lettre dédicatoireà M. le Générai L'Hotte, qui commandaitalors l'Ecole (voy. ce nom).Les autres ouvrages d'histoire etd'archéologie locales de cet auteur neconcernent pas l'Ecole de cavalerie.RAUCH (Jean-Baptiste).Vétérinaire militaire français, 1808-1882 ; vétérinaire en I er en 1853, retraité■en 1860.379 — RAVNécessité d'encourager l'établissementdes Vétérinaires dans lesCampagnes. Moyens d'atteindre cebut dans l'intérêt de l'Industrieagricole, par Rauch, Vétérinaireen i er au 4 e d'Artillerie — Extraitdu Journal d'Agriculture pratique— Paris, LiV" agricole de la MaisonRustique, Dusacq. et che\ tousles Libraires de la France et del'Etranger. S. D. (vers 1853).Broch. in-12 de 36 p.RAULET (Lucien).Les Chevaux de Marly de GuillaumeCoustou- (r) aux Champs-Elysées, par Lucien Raulet. Paris,Honoré Champion, 1909.Broch. in-8° de 23 p. Vignette sur letitre.Description détaillée du transport auxChamps-Elysées, en 1794. des Chevauxde Marly qui, commandés en 1739 àCoustou pour orner l'abreuvoir du Château,y avaient été installés en 1743.RAVEL (L.).La Corse — Ressources de sonSol et de son Climat — Le Sol, leClimat, le Paludisme, les Cultures,les Forêts, le Bétail, le Domaine deCasabianda, par L. Ravel, Ingénieuragricole, ancien Régisseurdes cultures du Pénitencier deCasabianda (Corse), chargé desmêmes fonctions à la Colonie pénitentiairedu Val d'Yèvre (Cher).Paris, Charles Amat, 1911.1 vol. in-12 de vni-442 p. avec 10 fig.en phototypie d. 1. t.L'élevage du cheval, de l'âne et dumulet est traité de la p. 348 à 366 avec2 fig.RAVERET (André-Eugène).Vétérinaire mil' e français, 1823-1904.Diplômé d'Alfort et aide-vétérinaire en(1) Coustou (Guillaume) sculpteur français,1678-1746. Il lut pensionnaire du Eoi à Home,déserta l'Ecole, erra sans ' essources pendantquelque temps, puis rencontra Legros, sculpleurde talent, qui le fit travailler. Coustou sefit rapidement connaître par d'importantsouvrages et entra à l'Académie. Les Chevauxde Marly « sont les deux morceaux qui lui« attirèrent le plus de réputation ». Il étaitd'un caractère fier et indépendant qui nuisitpendant quelque temps à ses succès.


RAV — 38o — RAY1846, vét re en I er en 1860, retraité en1881.Petit Cours de Maréchalerie, àl'usage des Maréchaux-Ferrants deRégiments, rédigé par EugèneRaveret, Médecin-Vétérinaire au7 e Chasseurs. Tarascon, Imp.Antoine Aubanel, 185g.Broch. in-16 de iv-36 p.RAVICHIO DE PERETSDORF(Maurice-Joseph-Didier BARON)traducteur.Officier d'art 1 " italien,, né à Turin en^67, naturalisé Français en 1815. Cadetdans l'art ie du roi de Sardaigne en 1781,cap ne en 1792 ; passé au service d'Autricheen 1800, y obtint le grade de majoret le titre de baron de Peretsdorf ; passéau service de France en 1811, chefd'état-major de l'art le de l'armée d'Italieen 1813, colonel du 4 e rég' d'art le à pieden 1814.Il avait été professeur d'art ic à l'Ecolemilitaire d'art ie de Turin et avait fait lescampagnes de 1792; 93, 94, 95, 96 et1800 au service de Sardaigne ; celles de1803 et 1809 à celui d'Autriche et cellesde 1813 et 1814 à celui de France.Retraité comme colonel en 1813, il futarchiviste au ministère de la guerre etnommé mnréchal de camp honoraire en1825.LArtillerie à cheval dans lesCombats de Cavalerie — Opiniond'un Officier de l'Artillerie prussienne(avec Plans) — Traduit del'Allemand par le Général baronRavichio de Peretsdorf. Paris,J. Corrèard, 1840.Broch. in-8° de 43 p. avec 3 pl. sedépliant et contenant 8 plans de bataillesou combats. L'ouvrage est précédéd'un petit avant-propos du traducteur.L'auteur anonyme a pour but de montrerpar des exemples ce que l'art ie àcheval peut réellement faire dans lescombats de cav ie , opposant ainsi la pratiqueà la théorie et réfutant les dangereuses« erreurs de tactique dans lesquel-« les tombent les héros qui prennent le« papier pour champ de bataille ».Malgré les profondes modificationsapportées à cette partie de la tactiquepar l'allongement des portées, ce petitopuscule contient quelques préceptesencore bons à suivre.Voy., pour d'autres traductions deRavichio de Peretsdorf traitant le mêmesujet, Decker (C. D. de) et Monhaupt.RAY DE SAINT-GENIÈS (Jacques-Marie).Tacticien français,, ancien capitained'inf le , 1712-1777.L'Officier partisan, par M. deSaint-Geniès, Chevalier de l'Ordremilitaire de Saint Louis et Commandantde Bataillon — Tome premier— A Paris, che\ les Libraires,i7°3-L'Officier partisan, par M. Rayde Saint-Geniès, Chevalier de S.Louis. A Paris, che\ Delalain;ibid., Crapard, 1766.2 vol. in-12 de x-vi-xux-CLxiv-146 p.au T. I ; x-314 p. au T. II.La pagination de la partie chiffrée enchiffres romains au T. I est irrégulièreet remplie de fautes. Ce vol. a étéréimprimé, en ce qui concerne les piècesliminaires, en 1766 chez Delalain etCrapard. La dédicace de l'auteur au ducde Choiseul, ministre de la guerre, setrouve tantôt au T. I, tantôt au T. II.A la fin du T. II, l'auteur annonceune suite. Elle a paru (d'après Bardinet le Catalogue de la Bib ( {w de la Guerre)sous la forme d'un ouvrage en 4 vol.intitulé : Stratagèmes de Guerre desFrançais ou leurs plus belles actions militairesdepuis le commencement de la Monarchiejusqu'à présent, Paris, Delalain,1769, mais je n'ai pu jusqu'ici en rencontreraucun exemplaire. A la Bib1 ue dela Guerre, dont le Catal. en annonce3 vol. (sur 4), on n'a pu les retrouver,et la Bib1 ue nat le ne les possède pas.Voy. aussi, sur la petite guerre oula guerre de partisans : Traité de la Constitutiondes Troupes légères — Jeney [de)— Davidoff — Wiist (de) — Petit Guidedes Guérillas — Rustow — La Roche {de)— Grandmaison [A.-T. de) — Le Mierede Corvey — Decker [de) — La Roche-Aymon [de) — Létang — Callwell, etc.RAYER (Pierre-François-Olive).Médecin français, 1793-1867. Il futmédecin consultant du Roi Louis-Philippe,entra à l'Institut en 1842 et fut,en 1832, médecin de l'Empereur NapoléonIII. En 1862, il fut nommé à unechaire dedecine comparée^ mais l'oppositionque lui firent les élèves et lecorps enseignant l'obligea à donner sadémission.De la Morve et du Farcin chezl'Homme, par P. Rayer, Membrede l'Académie royale dedecine,


RAY - 381 - RECMédecin de l'hôpital de la Charité,Médecin consultant du Roi (avecdeux Planches gravées et coloriées).Paris, J. B. Baillière, 1837.1 vol. in 4 0 de 231 p.L'ouvrage contient de nombreusesobservations de cas de morve et de far-■cin chez l'homme, produits par infectionou par inoculation. Les sujets sont desvétérinaires ou des palefreniers françaiset étrangers.Considérations sur la transmissionde la Morve du Cheval àl'Homme, lues à l'Académie royalededecine par M. Rayer, dansla séance du 23 Octobre 1838. —Extrait de l'Expérience du I ER Novembre1838 — Paris, Imp. FélixLocquin, 1838.Broch. in-4 0 de 9 p. à 2 col.Suite des observations sur les cas detransmission de la morve du cheval àl'homme et discussion à ce sujet.RAYNAUD (Furcy-Maxime) traducteur.Officier d'inf ie français, 1836-1898.Sous-lieut'" en 1856, cap ne en 1867, démissionnaireen 1872. 3 campagnes d'Afrique,campagne de 1839 en Italie oùil reçut une grave blessure à Magenta,campagne de 1870 contre l'Allemagne.Règlement sur les exercices dela Cavalerie Allemande du 5 Juillet1876 — Traduit par M. F. Raynaud,Officier supérieur de l'Armée territoriale.Paris et Nancy, Berger-Levrault, 1882.1 vol. in-16 de xxxn-380 p. avec 103fig. d. 1. t. et, à la fin, 17 p. de sonneries.Voy., pour d'autres traductions desRèglements de manœuvres de la cav ieallemande : Jung {F.) et Silvestre (P.-J.).• REALS DE MORNAC (René-André-Marie BOSCAL DE).Officier des Haras français, né en1866. directeur du Dépôt d'Etalons deLa Roche-sur-Yon en 1913.Stud-Book Vendéen et Charentais.Classement par famille desEtalons employés dans les Circonscriptionsdes Dépôts d'Etalons deLa Roche et de Saintes — Leuremploi aux diverses époques —Caractères des principaux d'entreeux, par René de Réals, Directeurdu Dépôt d'Etalons de La Rochesur-Yon— Ouvrage orné de 74 photographies.Paris, ouvrage exécutépar E. Laboureyras, Imp', 1913.1 vol. gr. in-4 0 °bl- de 155-xxiv p.Pour cette section, voy. aussi :Stud-Book [chevaux de demi-sang),Section Vendéenne et Charentaise.REBOUL (F.-J.)Vétérinaire français, diplômé de Toulouseen 1832.Mémoire sur le bistournage desSolipèdes — Réponse aux deuxquestions mises au concours parla Société impériale et centrale dedecine vétérinaire, par M. Reboulpère, Vétérinaire à Coursan(Aude), Membre correspondant deladite Société et de plusieurs autresSociétés scientifiques des départements.Paris, Typ. Renou etMaulde, 1858.Broch. in-8° de 39 p.L'ouvrage est rédigé sous forme delettre adressée aux membres de la Sociétécentrale vétérinaire et a pour butde démontrer l'avantage du bistournage,qui peut, dit l'auteur, conserver au chevalsa vigueur tout en lui enlevant lesdésirs génésiques — on sait que cettethèse a été souvent soutenue et nonmoins souvent réfutée — et de préconiserle procédé opératoire d'un bistourneurde profession nommé Turon Soitbervie,dit Lamarche.REBOUL (R.) voy. JAUFFRET(G.-J.-A.-J.).RECHERCHES... SUR L'AN-CIENNE GENDARMERIE, voy.ALÈS DE CORBET (D').RECHERCHES SUR LES CAR-ROUSELS.Recherches sur les Carrouselsanciens et modernes, suivies d'unprojet de Jeux Equestres à l'imitationdes Tournoys de l'ancienneChevalerie. Dans lequel on démontrel'utilité que Ja Noblesse retireroitdu rétablissement de ces Jeux,autrefois l'Ecole de l'adresse & dela valeur. S. L. (Cassel) 1784.1 vol. in-8° de iv-15.5 p., anonyme.


REC — 382Même ouvrage. Paris, Lebrun,1788.C'est la même éd on avec un frontispicenouveau.Petit livre curieux et assez rare dontl'auteur est Adrien-Marie-François deVerdy, chevalier Duvernois (1), brigadierdes Gardes du Corps de Monsieur,Comte d'Artois, Comp ie de Crussol (2),entré à cette comp le en 177?, retiré sanscongé en 1775, et qui semble, ensuiteavoir été accueilli à la Cour de Cassel.J'ignore les dates de sa naissance et desa mort.L'ouvrage contient un court historiquedu Cirque à Rome, une description destournois au xv e siècle, d'après le manuscritde René d'Anjou, roi de Sicile etun « Projet d'Exercices Equestres à« l'imitation des Tournois de l'ancienne« Chevalerie ». Ce Projet commence parune amère et amusante critique descourses anglaises, alors à leur début, etcontient ensuite, dans le style sentimentalde l'époque, la narration d'un carrouselimaginaire donné à Cassel « où« la pompe du Souverain est embellie« des grâces de la beauté... le vain-« queur tombant au pied de la Déesse« qui va le couronner... Les Nymphes«r qui accompagnent leur Souveraine,« parées des mains du goût, tem-« pèrent par leur maintien & l'élégance« de leurs ajustemens ce que le spec-« tacle des troupes dont elles sont en-« tourées peut avoir d'imposant. »Vient ensuite la description d'un carrousel,réel cette fois, qui fut donné àHombourg, peu avant l'impression dulivre.RECORDON (G.).Vétérinaire français, né vers 1843,diplômé d'Alfort en 1863, mort en 1900.Recherches historiques sur leCheval antique et les anciennesCavaleries, par G. Recordon, MédecinVétérinaire. Paris, J. Dumaine; ibid., P. Asselin, 1866.Broch. in-8° de 32 p.De la Respiration cutanée cheznos principaux Animaux domestiques,par G. Recordon, Médecin-(1) Le général allemand Verdy du Vernois(voy. ce nom), bien connu par sa participationà la guerre de 1870 et par ses écrits militaires,appartient certainement à la mêmefamille.(2) Les Gardes du Corps du C te d'Artoiscomprenaient alors 2 Compagnies, Crussol etAlsace.RECVétérinaire. Paris, P. Asselin,1866.Broch. in-8° de 15 p.Concerne en grande partie le chevalet contient plusieurs observations sur lebon résultat du tondage.L'Hippophagie, son histoire, sonavenir, son étude au point de vuede l'hygiène publique, par G. Recordon,Médecin Vétérinaire del'arrondissement de Corbeil, Membredu Conseil d'Hygiène et de Salubrité,Membre de la . Société dedecine vétérinaire pratique,Membre de la Société nationaled'Encouragement à l'Agriculture,Officier d'Académie, etc., etc. Paris,Asselin et Hou\eau, 1885.Broch. in-8° de 32 p.Plaidoyer en faveur de l'hippophagie,sous la condition expresse de prendrecertaines précautions pour éviter les accidentsdus à la consommation deviandes insalubres.RECTIFICATIONS A FAIREDANS LE MANIEMENT DESARMES.Camp de Lunéville — Rectificationsà faire dans le Maniement desArmes à pied et à cheval pour laCavalerie, nécessitées par la nouvelleforme du Mousqueton, Modèle1816 modifié, adoptées provisoirementpar la Division ; suiviesde l'Escrime à Cheval. A Lunéville,che\ Guibal, 1824.Broch. in-12 de 56 p.RECUEIL DE CONSIGNES.Recueil de Consignes pour lesTroupes à Cheval. Paris, Legras etCordier, 1807.Broch. in-16 de 36 p.RECUEIL DE DEUX OUVRA-GES RELATIFS A LA MÉDE-CINE VÉTÉRINAIRE — et —RECUEIL DE DIVERS OU-VRAGES RELATIFS A L'AGRI-CULTURE ET A LA MÉDECINEDOMESTIQUE ET VÉTÉRI-NAIRE, voy. CHALETTE.


1REC — 3 , — RECRECUEIL DE MÉDECINE VÉ-TÉRINAIRE (Périodique).annexé au Recueil et compris dans lemême abonnement.Ce journal a commencé à paraître enActuellement, le Recwil paraît le 151824, sous le titre suivant :de chaque mois et le Bulletin de la Sociétécentrale le 30, par fascicules in-8 0de 64 à 80 p., plus les annonces paginéesà part, et qui comprennent environ16 p.Nouvelle Bibliothèque médicale— II e Série ou Recueil dedecinevétérinaire. i rc Année, Tome I er— Paris, Gabon; ibid., Bèchet ;ibid., Lebas et à Montpellier che\Gabon et C'°, 1824.La publication était mensuelle et comprenaitde 40 à 50 p.Le T. I contient 466 p. in-8°.Le Titre du T. II est un peu différent :Recueil dedecine vétérinairepublié par M. Royer-Collard (1),Professeur à la Faculté dedecinede Paris et par M. Girardfils (2), Professeur à l'Ecole vétérinaired'Alfort — 2° Année. Tomedeuxième. Paris, Gabon ; ibid.,Bèchet; Montpellier, Gabon, 1825.1 vol. in-8° de 540 p.Les 3 dernières p. sont ajoutées. L'éditeury annonce la mort de Girard suiviedeux mois après de celle deRoyer-Collard et ajoute que le journalcontinuera à paraître à partir de Janvier1826, du 20 au 25 de chaque mois,par cahiers de 3 feuilles 1/234 feuillesd'impression.Le T. III porte le titre suivant :Journal dedecine vétérinaireet comparée — IIP Année. TomeTroisième — Paris, Bèchet / ne ;ibid., Baillière, 1826.1 vol. in-8° de 636 p.Le T. IV, 1827, porte le mêmetitre.Le T. V reprend le titre deRecueil dedecine Vétérinaireque les suivants ont conservé, avecquelques modifications, jusqu'à présent.De 183g à 1885, le Recueil a été publiésous la direction d'Henri Bouley(voy. ce nom). En 1886, il est devenul'organe exclusif de l'Ecole d'Alfort, et,en 1876, le Bulletin de la Société centralevétérinaire (voy. ce titre) a été(1) Royer-Collard (Athanase), médecin, frèrede l'homme politique. 1768-1825.(2) Pour sa biographie, voy. Girard (François-Narcisse).Les N os qui contiennent le Recueilportent le titre suivant :Recueil dedecine Vétérinairepublié à l'Ecole d'Alfort le 15 etle 30 de chaque mois. On s'abonneà Paris, au Bureau du Journal,che\ Asselin et Hou\eauCeux qui contiennent le Bulletin dela Société centrale portent le litre suivant:Recueil dedecine Vétérinairepublié à l'Ecole d'Alfort le 15 et le30 de chaque mois — Bulletin etMémoires de la Société centrale dedecine vétérinaire rédigés etpubliés sous la direction de M. A.Railliet, Secrétaire général, parM. G. Petit, Secrétaire des Séances.On s'abonne à Paris, che\Asselin et Hou\eau.RECUEIL DE MÉMOIRES...DE MÉDECINE VÉTÉRINAIREMILITAIRE (Périodique annuel)-Ce Recueil, qu'il ne faut pas confondreavec le Journal dedecine vétérinaireMilitaire (voy. ce titre), a commencéà paraître, sous forme de volumeannuel en 1847. ^ était et est encorerédigé au Ministère de la Guerre et contient,les travaux des vétérinaires militairesqui ont paru dignes d'être publiéset conservés. Naturellement, les questionshippiques y occupent une placeprépondérante.Recueil de Mémoires et Observationssur l'Hygiène et la Médecinevétérinaires militaires, rédigé sousla surveillance de la Commissiond'Hygiène et publié par ordre duMinistre Secrétaire d'Etat au Départementde la Guerre. Paris,J. Dumaine, 1847.1 vol. in-8° de x-260 p.Les événements de 1848 ont suspendula publication de ce Recueil, de sorteque le T. II n'a paru qu'en 1849. Ilcomprend xi-348 p.Depuis, sauf une interruption en 1870-


REC - 384 - RED71, le Recueil a paru à peu près régulièrementà la fin de chaque année et apris une importance croissante. Jusqu'en1895, il a été édité chez Dumaine et sonsuccesseur Baudoin. Depuis 1896, il estédité par Henri Charles-Lavau^elle etporte actuellement le titre suivant :Recueil de Mémoires et Observationssur l'Hygiène et la Médecinevétérinaires Militaires, rédigésous la surveillance des Vétérinairesde la Section technique dela Cavalerie et publié par ordre duMinistre de la Guerre. (X e Série,Tome... ), Parts et Limoges, HenriCharles-Lavau\elle (millésime.).1 vol. in-8° de contenance très variable: 1905 a 801 p., 1906, 550 p.,1908, 915 p. etc.En 1910, le Recueil est devenu trimestrielet a pris le titre de Revue Vétérinairemilitaire. Voy. ce titre.RECUEIL DES CHEVAU-CHÉES DE L'ASNE.Recueil faict au vray, de la Chevauchéede l'Asne, faicte en laVille de Lyon : et commencée lepremier iour du moys de SeptembreMil cinq cens soixante six : Auectout l'Ordre tenu en icelle — Mulierisbonae beatus vir — A Lyon, parGuillaume Teslefort. S. D.Broch. in-8° de 33 p.Recueil de la Chevauchée, faicteen la Ville de Lyon : le dixseptiesmede Xouembre 1578. Auec toutl'Ordre tenu en icelle — Mulierisbonae beatus vir — A Lyon, par lestrois Supposts. S. D.Broch. in-8° de 32 p.Réimpressions faites à Lyon, en 1829,et tirées à 100 exemplaires, par C. Bréjrhotdu Lut, Gratet-Duplessis et AntoinePéricaud, de deux opuscules relatantdes cavalcades burlesques faites àLyon pour ridiculiser les maris qui selaissaient maltraiter par leurs femmes.Plus tard, leur récit fut réuni dansl'ouvrage suivant :Recueil des Chevauchées del'Asne faites à Lyon en 1566 et1578 augmenté d'une Complainteinédite du temps sur les marisbattus par leurs femmes, précédé■d'un avant-propos sur les Fêtespopulaires en France. Lyon, N.Scheuring, 1862.1 vol. pet. in-8" de xix p. pourl'avant-propos signé A. P. (Antoine Péricaud?), 48 p. pour la Chevauchée de1366 et 35 p. pour celle de 1578, chacuneavec le titre complet ci-dessusdécrit et la 2 e suivie de : Chanson nouvellesur te chant Lentin veux-tu savoircomme je vis, en faveur des pauvrespatiens b.ittu^ par leurs femmes, etc.Titre général rouge et noir, frontispicefac-similé d'un dessin de PierreRevoit, Directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon, répété sur la couvertureet jolie vignette sur les deux titres particuliers.Tiré à 200 exemplaires.Sur le même sujet, voy. Durandeauet, pour une fête religieuse, voy. Saint-Germain (S. de).RECUEIL DES ORDONNAN-CES DE LA MAISON DU ROI.Recueil des Ordonnances militairesde la Maison du Roi, concernantle rétablissement des Gardesdu-Corpsde Sa Majesté et deMonsieur, Frère du Roi, des Cent-Suisses, des Chevau-légers, desGardes de la Porte, des Gendarmes,des Grenadiers achevai, des Mousquetaires— Edition officielle d'aprèsle Bulletin des Lois — Paris,Rondonneau et Decle, Place duPalais de Justice, n" 1. 1814.Recueil comprenant 4 brochures sousle même titre et paginées séparément :n, 31, 30, et 7 p.L'opuscule contient, en plus desOrdonnances annoncées au titre, celleconcernant l'organisation des Corpsroyaux de Cuirassiers, Dragons, Chasseursà Cheval et Chevau-légers-ianciersde France, et celle relative à l'organisationdu matériel de Y Artillerie desGardes-du-Corps, qui se composait de7 pièces de six et 7 obusiers de 24.Ouvrage curieux et rare. On sait quela Maison du Roi, rétablie à la i re Restaurationpar les Ordonnances citéesci-dessus, fut supprimée en 1813, saufl*s Gardes du Corps.REDON DE BEAUPRÉAU (LEVICOMTE H.).Ancien Maître des requêtes, d'aprèsLorenz.Considérations sur les Racesd'Animaux domestiques, par le Vi-


RÈG - 388 - RÈGde nombreuses prescriptions sur le travaildes chevaux, leur hygiène, leur ferrure,leur nourriture, les accidents quipeuvent leur survenir, etc., etc.Voy. aussi Règlement h l'usage desConducteurs et Cochers.RÈGLEMENT POUR LESECOLES VÉTÉRINAIRES.Règlement pour les Ecoles Vétérinairesde la République françaiseimprimé par ordre du Ministre del'Intérieur sous la surveillance de la4 e Division, Bureau d'Agriculture.A Paris, de l'Imp. de la République.Thermidor An V.Broch. in-8° de 54 p. A la fin : Vu parle Ministre de l'Intérieur. Béné^cch. LeChef de la 4 0 Division, J. B. Dubois.RÈGLEMENT POUR LESGARDES-DU-CORPS.Règlement pour fixer la Formationdes Escadrons et l'Exercice desGardes-du-Corps du Roi. De Marly,le 20 Juin 1771. A Paris, de l'Imp.■de Moreau, Libraire-Imprimeur'des quatre Compagnies des Gardesdu-Corpsdu Roi, 1771.1 vol. in-8° de vni-69 p. avec 10 pl.se dépliant et contenant de nombreusesfig. de formations.RÈGLEMENT POUR LESGUIDES fSuisses).Règlement de Service pour lesGuides de l'Armée Fédérale. Approuvépar le Conseil fédéral le22 Décembre 1862. Berne, Imp.J. Allemann, 1867.Broch. in-16 de 61 p. avec 3 pl. sedépliant.On sait que les Guides forment unepartie importante de la cav ie suisse.RÈGLEMENT (r) SUR LA FER-RURE.Règlement provisoire — Ferruredes Chevaux. Bruxelles, Guyotf' m ,Broch. in-8° de 72 p. avec quelquesfig. d. 1. t. et 2 pl. h. t. en phototypie.RÈGLEMENT SUR LE SER-VICE DE LA CAVALERIE (russe).tt) Belge.Règlement de Sa Majesté Impérialeconcernant le Service de laCavalerie. Traduit & imprimé parOrdre Suprême. A Saint-Pétersbourg,de VImprimerie du CorpsImpérial Nobles (sic) des Cadets,1798.1 vol. in-8° de 331 p. avec 1 carte et4 f ts de table.Ce curieux et très rare ouvrage estune sorte de petite encyclopédie à l'usagede la cav ie ; on y trouve la compositiondes régiments de cuirassiers et de dragons(1), l'instruction de détail et d'ensemble,les services intérieur, des placeset en campagne, les combats, les camps,la remonte, 1 habillement, le nombre devoitures et de chevaux attribués àchaque grade (2), la table des généraux,etc., etc.D'après la date de cette traduction,il semble probable qu'elle a été faite àl'usage des officiers français émigrés quiservaient alors dans l'armée russe.RÈGLEMENT SUR LE SER-VICE DU TRAIN DES ÉQUI-PAGES.Les Règlements du Train des EquipagesMilitaires qui concernent le Harnachement,Y Attelage, la Conduite desVoitures et celle des Animaux de Bât,intéressent le présent travail, à l'exclusionde ceux sur la Manœuvre, les différentsServices, etc.J'ai donc mentionné les premiers, sans(1) La composition d'un régiment en officiersde l'Etat-major et des escadrons ne présenterien de particulier, mais celle « des grades inférieursde l'Etat-major » est assez curieuse. Ellecomprend : 1 Quartier-Maître — 1 Auditeur —1 Aumônier — 2 Bedeaux ou Sacristains —1 Chirurgien — 1 Ecuyer — 1 Timballier —1 Trompette-Major — 1 Sellier — 1 Armurier —1 Serrurier — 5 Ouvriers charpentiers ou forgerons— 2 Maréchaux ferrants — 1 Maréchalvétérinaire — 1 Prévôt — 5 Barbiers-fraters. Lesescadrons de Hoassards (sic) n'étant pas enrégimentésne figurent pas sur les tableaux de compositiondes régiments, mais le rôle particulieret le service en campagne des détachementsde Houssards et des Houssards isolés est développéavec tous les détails nécessaires.(2) Un G-énéral Peld-Maréchal avait 1 carrosseà 6 chevaux, 2 fourgons, 4 chariots et un nombreillimité de chevaux de selle et de bât. Un.général en chef de cav le avait 1 carrosse à6 chevaux, 1 fourgon, 3 chariots, 12 chevauxou mulets de bât et autant de chevaux de sellequ'il voulait. Le colonel avait 1 carrosse ou1 chaise à -t chevaux, 2 chariots, M chevaux debât et 1 de selle. Pour des renseignements analoguessur l'armée française sous le l et Empire,voy. Décret impérial du 22 février 1813.


REGtoutefois remonter à plus d'une trentained'années, l'intérêt des Règlements antérieursétant moindre.Ministère de la Guerre — Règlementsur la Conduite des Voitureset des Mulets de Bât pour lesTroupes du Train des EquipagesMilitaires, approuvé par le Ministrede la Guerre le 21 Juillet 1883.Paris, Imp. nationale, 1883.1 vol. in-16 de 493 p.Ce Règlement se divise en 3 titres. LeTitre II contient VInstruction sur laConduite des Voitures en selle : le Titre IIIcelle sur la Conduite des Voitures tuguides, le Titre IV celle sur la Conduitedes Mulets de Bât. Les Titres II et IIIcontiennent de nombreuses fig. d. 1. t.,le Titre IV n'en a pas.Ministère de la Guerre — Règlementsur le Service du Train desEquipages Militaires — i re Partie;Conduite des Voitures approuvéepar le Ministre de la Guerre le25 Mars 1891. Paris, Imp. Nationale,1892.r vol. in-12 allongé de 166 p. avecnombreuses fig. d. 1. t.Ce vol. contient le Dressage de l'Attelagemonté et de celui Conduit en Guides ;le Harnachement; VEcole du Cavalierconducteur en Guides et en Selle et VEcolede la Section attelée.Même titre — 2 e Partie ; Conduitedes Mulets de Bât. Paris, Imp.nationale, 1892.Broch. in-12 allongé de 69 p. avec fig.d. 1. t.Ministère de la Guerre — Règlementde Manœuvre du Train desEquipages Militaires, approuvé parle Ministre de la Guerre le 23 Septembre1903. Paris et Limoges,Henri Charles Lavau\elle, 1910.1 vol. in-12 de 232 p.i re Partie, contenant : VEcole du Cavalierà Cheval; VEcole du Cavalier Conducteura Cheval, celle du Cavalier Conducteuren Guides et la Conduite desMulets de Bât.Même ouvrage, même titre, 1910.1 vol. in-12 de 362 p.2 e Partie, contenant : VInstruction àCheval ; le Dressage des Chev aux de irait;le Dressage des Mulet* de Bai; la Description,le Montage, VAjustage et VEntretiendu Harnachement.- 389 - RÈGMinistère de la Guerre — Règlementde Manœuvre du Train desEquipages Militaires, approuvé parle Ministre de la Guerre le 19 Juillet1912 — Titres III, IV et V. Pariset Limoges, Henri Charles-Lavau-\elle, 1913.I vol. in-12 allongé de ix-239 p. avecnombreuses fig. d. 1. t.Le Titre III contient VInstruction àCheval; le Titre IV, Chap. I, la Conduitedes Voitures en Guides; Chap. II,la Conduite des Voitures en Selle ; Chap.III, le Chargement des Voitures ; le TitreV, Chap. I, la Conduite des Animaux deBât; Chap. II. leur Chargement.II y a, de plus, V Annexes; la i re contientdes notions d'Hippologie et de Dressage;^2 edes principes généraux d'Instructionà Cheval ; la 3 e des notions complètessur le Harnachement : la 4 e la descriptiondu Matériel roulant et de celuidu Transport a dos : la 3 el'organisationdes Concours de Conduite des Voitures.Les Titres I, II, VI, VII et VIII n'ontpas de caractère particulièrement hippique,sauf au Titre VI, où se trouventquelques lignes sur le Dépôt de Remontemobile.On voit que ce Règlement est pluscomplet que ceux qui l'ont précédé etque la progression de l'Instruction y estplus rationnelle.RÈGLEMENT SUR LES ECU-RIES IMPÉRIALES.Service du Grand Ecuyer —Règlement sur le Service et l'Administrationintérieure des EcuriesImpériales. Paris, Imp. Impériale,Germinal An XIII .Broch. in-4 0 de 43 p.L'Ecurie était divisée en 2 parties :Selle et Attelage. Un Ecuyer commandantétait à la tète de chaque partie etle tout était sous la direction du GrandEcuyer. Le règlement est très détaillé etcomprend 173 articles.RÈGLEMENT SUR LES SEC-TIONS DE MITRAILLEUSES DECAVALERIE.Ministère de la Guerre — Règlementsur les Sections de Mitrailleusesde Cavalerie, approuvé parle Ministre de la Guerre le 18 Janvier1911 — Mis à jour en Décembre1913. Paris et Limoges, Henri


REGCkarles-Lavau\elle, S. D. (1914?).1 vol. pet. in-16 de 101 p. avec 4 fig.d. 1. t.RÈGLEMENTS D'EXERCICESET DE MANŒUVRES DE LACAVALERIE ALLEMANDE, voy.RAYNAUD (F.-M.), SILVESTRE(P.-].), JUNG (F.), et REGLE-MENT DE LA CAVALERIE AL-LEMANDE.RÈGLEMENTS D'EXERCICESET DE MANŒUVRES DE LACAVALERIE FRANÇAISE (1).Il ne saurait être question de mentionnerici tous les Règlements concernantla Cavalerie : administration, subsistances,recrutement, formations, serviceintérieur, etc., etc. Ce serait une revuegénérale des Actes royaux, des Décretsrévolutionnaires, du Bulletin des Lois etdu Journal Militaire : ce travail rempliraitdix gros volumes. Je me suis doncborné à ceux qui ont un intérêt pourl étude de la Tactique et de VInstructionde la Cav ie , c'est-à-dire aux Règlementsd'Exercices et de Manœuvres.Mais, même ainsi réduite, la Bibliographiedétaillée de ces Règlements est àpeu près impossible à faire ; car, s'ilssont d'abord généralement publiés parlTmp. royale, nationale ou impériale,tous les éditeurs français peuvent obtenirl'autorisation de les publier à leurtour et beaucoup en usent. De plus,pendant que ces Ordonnances restent envigueur — 16 ans pour YOrdonnance de1788, 25 ans pour celle de l'An XIII,47 ans pour celle de 1829 — des réimpressionsou éd ons nouvelles sont nécessaires,soit pour remplacer les exemplairesperdus ou hors d'usage, soit pourleur mise à jour, si des modifications ontété apportées au texte primitif. Il s'ensuitque chaque Règlement est publié etréimprimé chez plusieurs éditeurs différentset sous des formats variables. Aupoint de vue de l'étude qu'on en peutfaire, c'est sans importance, car le texteprimitif est toujours respecté.Autrefois, une i re ed on in-f°, sur beaupapier, avec les pl. en grand format,précédait ordinairement celles plus portativesimprimées ch'ez les éditeurs particuliers,mais cet usage semble avoirdisparu après 1829.(1) Les Règlements d Exercices et de Manœuvresdes cavaleries étrangères sont mentionnésau nom de leurs traducteurs, et, pourles anonymes, par les premiers m|>ts du titre.390 — REGAvant le milieu du xvtn 1 -' siècle, laCavalerie française n'avait d'autre guide,pour son instruction, ses formations etsa tactique, que là tradition, la routine,l'expérience de ses chefs et quelquestraités dus à des auteurs particuliers,militaires ou non, sans caractère officielet dont les doctrines et les préceptesétaient non seulement différents, maisquelquefois contradictoires : Basta,Walihausen, Mel^o, le P. Hugon^le S rde la Fontaine, Birac, Lecoqmaddeine,de Langeais, de la Porterie, La Live deSucy, Delaurens de Beauj'eu, Mottin dela Balme, B-.ussanelle, Bré^é, le M al deSaxe, Drummond de Melfort, Bohan,d' Hauthvitle des Amourettes, Tkirottx deMondésir... etc., etc. pour ne citer queceux dont les ouvrages furent publiés enlatin ou en français. Quelques-uns ontd'ailleurs écrit après l'apparition despremiers Règlements officiels, mais soitpour les commenter et les expliquer,soit pour suppléer à leurs graves lacunes.Tous ces écrivains et leurs successeurssont cités dans la présente Bibliographie.On voit donc que, pendant longtemps,« les bases de la tactique de la Cavalerie« ne se trouvaient établies par aucun« Règlement » (1 ).En fait de document officiel, on netrouve rien d'antérieur aux deux projetssur le service et les évolutions de lacav ie qui devaient être mis en pratiqueau camp de la Meuse, en 1733 (2) (voy.Briquet). Quelques instructions, dues autravail, (resté manuscrit, sauf ce qui ena été publié en 1776), que Drummondde Me,fort (voy. ce nom) présenta auxInspecteurs en 1748, ainsi qu'à l'impressioncausée par les progrès de la cav eprussienne, avaient bien été donnéesen 1733 et 17^2, mais elles étaient restéeséparses, et Y Instruction du 29 Juin1753 (3) qui les réunit et les codifia« peut être considérée comme le premier« pas qui fut fait hors des manuels par-« ticuliers, des méthodes diverses desK régimens &t des colonels ».C'est donc à 1753 que je commencerai(avec les réserves faites ci-dessus) laBibliographie de nos Règlements deCavalerie.(1) Sur la genèse de nos premiers Règlementsd'Exercices et de Manœuvres, voy. d'Aldéguier,E. Humbert, Rocquancourt, Picard.(2) Oe camp ne fut pas assemblé à cause de laguerre de Pologne.(3) Il faut d'ailleurs remarquer que ce n'étaitqu'une Instruction signée du Ministre seul, parlantil est vrai au nom du ïtoi, mais ce n'étaitpas une Ordonnance royale. La l re ne parut,ainsi qu'on va le voir, qu'en 1755.


RÈG - 39 1 — RÈGInstruction sur l'Exercice de laCavalerie du 29 Juin 1753. A Paris,de VImp. Royale, 1753.Broch. in-f° de 68 p., signée M. P. deVoyer d'Argenson.Après l'instruction préliminaire ducavalier, résumée en quelques lignes, etdans laquelle ne figure pas P equitation,-on trouve le maniement des armes à piedet à cheval, tjien détaillé, puis les manœuvrespour une compagnie, pour un régimentet pour une troupe de 50 Maîtres.La cav ie devait être exercée tantôt surdeux rangs, tantôt sur 3, « l'intention duRoi étant qu'elle sache combattre deH* ces deux manières >>. Le passage de l'unede ces formations à l'autre exigeait unemanœuvre compliquée qui est expliquéeen détail.Le préambule indique le caractèreprovisoire de cette Instruction, le Roidevant « fixer irrévocablement par une-8 Ordonnance la forme de ces exercices ».La même année, cette Instruction,suivie de celle sur le service que lesRégiments de Cav ie devront faire dansles camps en 1753, fut publiée à Met^,chez Joseph Collignon, in-12.L'Ordonnance annoncée dans la précédenteInstruction parut 2 ans plus tard,sous la forme suivante : (i)Ordonnance du Roi sur l'Exercicede la Cavalerie, du 22 Juin 1755.A Paris, de l'Imp. Royale, 1755.Broch. in-4 0 de 70 p. signée : Louis,et plus bas M. P. de Voyer d'Argenson.A la fin, ordre de mise en vigueuradressé au M ls de Bétkune, Mestre deCamp g al de la Cav iL ' et signé par lePrince de Turenne, Colonel général dela Cav ie .Cette Ordonnance a été imprimée lamême aunée chez Joseph Collignon àMet$, in-i2. chez la V vs Godart, hAmiens, in-24 : chez Prault, a Paris,-suivie du Règlement sur les Revues desCommissaires des Guerres, en i76o,in-8°,et probablement chez d'autres.Elle contient le maniement des armesà pied et à cheval et les manœuvres,mais il n'y a rien pour l'instructionéquestre du cavalier. Il est prescrit delui apprendre à connaître son cheval etson harnachement, de le faire ensuitemonter à cheval et de l'y placer, etc.,sans toutefois en donner les moyens,'À le tout devant être détaillé dans une(1) A partir de ce moment, jusqu'à l'époqueactuelle, les Règlements de Manœuvres sonttous signés par le Chef de l'Etat, sauf VOrdonnanc'ede 1804, signée par le M al Berthier, Ministrede la Guerre.« instruction particulière que Sa Majesté« se propose de donner incessamment ».Mais cette instruction ne parut que ÏI ansplus tard, ajoutée à YOrdonnance de IJ66mentionnée plus loin.De là les travaux particuliers desColonels et d'autres écuyers, dont plusieursfurent imprimés et nous sont parvenus(r). De là aussi les importantstravaux de Drummond de Melfort.Instruction que le Roi a fait expédierpour régler provisoirementl'Exercice de la • Cavalerie duI er Mai 1765. Paris, de VImp.Royale, 1765.I vol. in-f° de 112 p., signé à la fin :Louis, et plus bas : te Duc d' Choiseul,• avec 8 pl. h. t. se dépliant et contenantde nombreuses fig. de formations etmanœuvres.Ce Règlement est plus détaillé quecelui de 1755 ; il s'en distingue surtoutpar l'addition de pl. explicatives, maisil ne contient encore rien sur l'instructionindividuelle à cheval.II a été publié, sous le format in-12,par plusieurs éditeurs de province.Ordonnance du Roi pour réglerl'Exercice de " la Cavalerie, duI er Juin 1766. A Parts, de VImp.Royale, 1766.1 vol. in-f° de XIÏ p. pour les titres,la table, l'explication des pl. et 144 p.de t., signé à la p. 118 : Louis, et plusbas, le Duc de Choiseul, signaturesrépétées à la p. 144, après Y Instructionsur VEquitation, A la fin, 8 p. de sonneriesnotées et 22 pl. gravées surcuivre, se dépliant.La i re représente le Cavalier dans laposition de l Equitation, le Cavalier dansla position militaire, et le Cavalier allanta la charge; les suivantes contiennentdes plans de formations et manœuvres etla dernière la Course des Têtes, avec 42cavaliers représentés individuellement.Cette Ordonnance est basée sur le travailde 1748 de « M. de Melfort, qui« remit sou manuscrit à celui qui était« chargé de la rédiger » (2). C'est ellequi pose définitivement le principe de laformation sur deux rangs, elle est pluscomplète et mieux ordonnée que lesprécédentes et enfin elle contient, p. 121à 144, Y Instruction que le Roi a fait(1) Voy. Ecole d'Equitation du Régiment dela Reine et id. du Régiment de Penthièvre. Voy.aussi La Live de Sucy, La Porterie, Dupaty deClam, Bohan, Projet d'Instruction relative àVEquitation, etc.(2) d'Aldéguier (voy. ce nom).


RÈG — 392 — RÈGdresser pour régler les principes d'Equitation...qui renferme un traite assezsommaire d'équitation et de dressage,partie ajoutée et entièrement nouvelle'< qui rompait ainsi le silence absolu que« les précédents Règlements avaient con-« servé sur l'Equitation a (1).Les amateurs d'uniformes recherchentcette éd on , à cause de l'exactitude aveclaquelle sont reproduits les détails del'habillement, de l'équipement et duharnachement sur les i re et 22 me pl.Il existe une autre éd on sous le titresuivant :Les Evolutions de la CavalerieFrançoise, suivant l'Ordonnance duI er Juin 1766. A Paris, che\ Lattre,Graveur ordinaire de M Kr le Dauphin,rue S l -Jacques, près la Font.S l -Severin, a la Ville de Bordeaux,1767.I vol. pet. in-8° de 2 f ts pour le titreet l'avertissement, 8 p. de t. et 26 pl.se dépliant, reproduction très réduite etassez médiocre de celles de l'éd°" in-f°,le tout entièrement gravé.Le t. donne seulement l'explicationdes pl. et ne reproduit pas celui de l'éd onin-f°. Dans certains exemplaires, les pl.sont coloriées.II y a aussi une éd on in-18, Paris,Prault, 1768, que je ne connais pas, etprobablement d'autresInstruction que le Roi a fait expédierpour régler provisoirementl'Exercice des Dragons. Du I er Mai1767. A Paris, de VImp. Royale,1767.1 vol. in-f° de 172 p., plus vu p. à lafin pour la table alphab., signé Louis,et plus bas, le Duc de Choiseul.Les p. 151 à 172 contiennent les Principesd'Equitation pour les Dragons.Cette Instruction a été publiée la mêmeannée a Cambray, che^ Samuel Berthotid,en 1 vol. in-12 de 298 p., plus x p. pourla table alphab.Instruction que le Roi a fait expédierpour régler provisoirementl'Exercice des Troupes légères. Dui^r Mai 1769. A Paris, de VImp.Royale, 1769.1 vol. in-f° de vin p. pour la table et239 p. de t.Cette Ordonnance est destinée à l'Instructiondes « Légions de Troupes légè-« res », qui comprenaient de lTnf ie et(1) d'Aldéguier.des Dragons (1). Elle se compose de33 Titres, dont 10 sont spéciaux auxDragons pour lesquels ils forment unethéorie complète, y compris Y Instructiond'Equitation : quelques autres sont communsà l'Inf ie et aux Dragons et le resteest spécial à lTnf ie .Cette Ordonnance a aussi été impriméela même année chez Antoine Ciel auPuy, in-12, 319 p., et sans doute aussiailleurs.%Règlement pour fixer la Formationdes Escadrons et l'Exercice des-Gardes-du-Corps du Roi. De Marly,le 20 Juin 1771. A Paris, de VImp.de Moreau, Lib re -Imp re des quatreCompagnies des Gardes-du-Corpsdu Roi, rue Galande, 1771-1 vol. in-8° de vin-6u, p. avec 10 pl.in-f° obi. se dépliant.Ce Règlement, spécial aux Gardes du.Corps, ainsi que l indique son titre, estdaté de Marly et signé du Roi, mais sanscontre-seing du Ministre. Le préambuleindique qu'il est conforme « à la dernière'< Ordonnance de Cavalerie », c'est-à-direà celle de 1766.Ordonnance du Roi pour réglerl'Exercice de toutes ses Troupes àCheval, du I er Mai 1777. Paris, deVImp. Royale, 1777.1 vol in-f° de iv-136 p., signé : Louis,et plus bas : S^-Germain, avec 1 gr. pl..se dépliant en 9 parties et donnant lesplans de diverses ruptures et formationspour un Régiment de Cav ie , de Hussardsou de Dragons. C'est la pl. 2 de YOrdonnance,de 1766 avec un titre nouveau.Elle n'existe pas dans tous les exemplaires.Cette Ordonnance a aussi été publiéea Met\, che$ J.-B. Collignon, 1 vol.in-12:de iv-152 p. avec 6 pl. dont 4 se dépliant,qui reproduisent les différentes partiesde la pl. in-f"; a Lille, clte^ N.-J.-B.Pe'te'rinck-Cramé, in-12 de vi-192 p. avecla pl. se dépliant à la fin, et sans douteailleurs.L'Ordonnance de 1777 n'est pas en.progrès sur la précédente. Certainesmanœuvressont compliquées, les pl. sontsupprimées. Y Instruction relative à l*Equi~(1) Les Légions, créées en 1745 sous la formecie Volontaires Royaux, furent réformées parOrdonnance du 25 Mars 1776, à l'exception decelle de Confians, qui forma un Rég 1 de Hussards.L'Inf ie fut alors dispersée dans les Bégimentset les Dragons formèrent les Compagniesde Chasseurs dans 4 Bègiments de Dragons.Ces 4 esc ons ont ensuite été réunis en1779 et sont devenus le J er Chasseurs.


RÈGtation est réduite,... etc. « L'énigme, ditK à"*Aldéguier (p. 86) n'est pas difficile« à deviner, au lieu de s'adresser aux« Melfort et aux autres officiers de cette« trempe, les deux Officiers choisis pour« être les rédacteurs de YOrdonnance« furent pris parmi les faiseurs de l'épo-« que... Ils avaient été dominés par la« pensée d'assimiler la cavalerie à l'in-« fanterie.. »Instruction provisoire arrêtée parle Roi concernant l'Exercice & lesManœuvres des Troupes à Cheval.Du 20 Mai 1788. A Paris, de VImp.Royale, 1788.1 vol. in-f° de xn-261 p., avec 1 pl.se dépliant et donnant le plan de la Formationd'un Régiment de 4 Escadrons enOrdre de bataille... L'Ordonnance estsignée : Louis, et plus bas, Le C tu deBrienne.L-i t. renvoie à 89 pl. qui devaientformer un atlas séparé, et qui n'ontjamais été publiées, par suite des événementspolitiques.Mais l'Atlas qui contient les dessinsoriginaux de ces pl. a été conservé à laBib ( l ue de la Guerre. Ce précieux document,peu connu, se compose de pl. in-f°,très finement dessinées et numérotéesjusqu'à 87 ; numérotage irrégulier et visiblementprovisoire, car certains n 0i sontau crayon. Les 2 pl. qui contiennent deschevaux : la pl. xxi Position du Cavaliera cheval avec ses arme< le cheval sellé etbridé, et la pl. xvn (ou xxxiv, le premierchiffre est biffé). Course des Têtes, sontsignées Dantremont. ancien Gendarmedu Roi, fecit, 1788. Il y a aussi une pl.contenant 4 fig. pour les principes dugalop, non signée et copiée sur La Guérinière.(Voy. ce nom.j Une pl. de formationsest signée Daviot.Une douzaine de ces pl. ont été gravéeset figurent dans l'Atlas à côté du dessinoriginal, quelques-unes avec des correctionsmanuscrites qui indiquent qu'ellesont été refusées. Aucune n'a été éditée.Cette Ordonnance a aussi été impriméeà Mft^, par J.-B. Collignon, in-12 de333 p. et a eu plusieurs èd on * successives(1).(1) Je possède un exemplaire de 1792; il estprécédé de la curieuse lettre suivante, adresséele 26 Dec. 1792 aux autorités militaires parPache, alors ministre de la guerre : « J'ai der-« nièrement adressé, Citoyen, aux difïérens« Corps de l'armée, le Règlement du 24 Juin« dernier, concernant la police et la discipline« militaire; plusieurs Commandans en ont sus-« pendu la lecture, par la raison que fait & ar-« rêtè au nom du ci-devant Eoi, ce nom se trou-— 393 —L'Ordonnance deRÉG1788 marque uneépoque dans l'instruction et la tactiquede la Cavalerie. Elle était « le résumé


RÈG — 394Quelques changements ont été apportésà cette Ordonnance en 1789. Ils concernentles formations et l'école d'esc onet ne sont pas très importants :Changemens faits à l'Ordonnanceprovisoire concernant lesManœuvres des Troupes à Cheval.Formation et Ecole d'EscadronParis, ïmp. Royale. 1789.I vol in-f° de'90 p. signé : Le C le dePuységur, le C te de Schonberg,Ce n'est donc pas une Ordonnanceroyale. Puysègur était alors ministre dela guerre et Schonberg yet non Schomberg),président du Comité qui a rédigéXOrdonnance de 1788 et Inspecteur g alde cav lt! .II est probable que des éd ons portatives,contenant YOrdonnance de 1788modifiée d'après ces changements, ontété publiées, mais je ne connais que lasuivante :Ordonnance concernant l'Exerciceet les Manœuvres des Troupesà Cheval, du 20 Mai 1788. Avec lesChangemens faits à ladite Ordonnanceen 178g. Collationnée sur lesMitions originales. A Paris, che\MagimeJ. Libraire pour VArt militaireet les Sciences et Arts, Quaides Augustins près le Pont-Neuf.An six.1 vol. in-12 de Î23 p.Dans cette éd on , F Ordonnance et leschangements sont fondus en un seultexte. A remarquer qu'on a supprimé lesmots « du Roi » après « Ordonnance À>et les honneurs dus au S 1 Sacrement, auRoi et aux Princes, que / -B. Collignonavait imprudemment conservés dansson éd on de 1792. On y a placé ceuxdus aux Lieutenants-G aux et aux Maréchauxde Camp.Une petite éd on portative de l'Ordonnancede 1788 a aussi été imprimée en1793, mais sous un titre différent : il yen a eu sans doute plusieurs du mêmegenre; je ne connais que la suivante :Manuel de la Cavalerie concernantl'exercice et les manœuvresla div on de Er anche-Comté en 1788. Campagnesde 17i8 en Flandre; de 1756 à Minorque, de1757 en Allemagne; de 1758 aux côtes du Languedoc;de 1759, 1760, 1761, 1762 en Allemagne(Guerre de 7 ans).Aucun renseignement sur lui après 1788,autre que sa signature au bas des Changemensfaits en 1789 à VOrdonnance de 1788. Il sembleprobable qu'il est retourné dans son pays à laUévolufcion.RKGdes troupes à cheval au service dela République ; orné de planchesqui représentent les premiers principespour monter à cheval et toutesles évolutions de la cavalerie.A Paris, che\ Lepetit, commissionnaireen lib'°, quai des Augustins,N° 32, 1793.2 vol. in-12 de 144 p. chacun, avec 2pl. se dépliant et contenant 12 fig. pourl'Ecole du Cavalier. Le cavalier qui représentel'allure du trot, quoique en tenuecomplète, fume sa pipe — petit indicedu laisser aller de l'époque. Les pl.pour les évolutions annoncées au titren'existent pas.Enfin, à titre de curiosité, je signaleraiun extrait résumé de l'Ordonnancede 1788 qui fut imprimé à Coblent; en1792, à l'usage de la c4t ,ie de l'Armée desPrinces.Règlement des Princes Frères duRoi, concernant l'Instruction et lesManœuvres à Cheval, pour les Compagniesde Gentilshommes. S. L.[Coblence], 1792.Broch. in-8° de 96 p., la dernière ch.par erreur 94, avec 2 fig. d. 1. t.Dans ce rare opuscule, le mot cavalierest souvent remplacé par celui de Gentilhomme: « le Gentilhomme de l'ailedroite », « deux Gentilshommes à 60pas en avant > etc.L'Ordonnance de IJ88 fut remplacéepar XInstruction de l'An VII, œuvred'officiers restés inconnus et sans missionofficielle, mais qui fut cependantsuivie dans la cav le française. Les rédacteursde cette Instruction s'écartèrent peude l'Ordonnance de 1788, mais ils ajoutèrentà leur travail des pl. que ceux de1788 n'avaient pas eu le temps de fairegraver.Instruction concernant l'Exercieeet les Manœuvres des Troupes àCheval, Rédigée sur les Ordonnancesactuellement en activité, etsuivie de Cent trente sept Planches.A Paris, Che\ Magimel, Lib' e pourl'Art militaire et les Sciences etArts, Quai des Augustins, N° -3,près le Pont-Neuf, et à Strasbourgche\ Levrault, An septième.2 vol. pet. in 8° dont 1 de pl.Le vol. de t. a 329 p.Celui de pl. a pour titre :Planches relatives à l'Instructionconcernant l'Exercice et les Ma-


RÈG— 395 — RÈGnreuvres des Troupes à Cheval. A nance. de 1788 est la substitution desParis che\ Magimel etc. An ruptures, des doublements et de 1 ordreseptième.en colonne par deux et par quatre auxIl contient les 137 pl. annoncées aumêmes mouvements exécutés par trois.titre, la plupart se dépliant.Une nouvelle In.\ t ru et ion. égalementLa même année, les mêmes éditeursanonyme et sans caractère officiel, succédaen l'An X à la précédente; mais,publièrent une éd on spéciale à la cav ielégère.cette fois, on en connaît le principal rédacteur,qui était un officier d'art ,e àcheval nommé Breu (1).Instruction concernant l'Exerciceet les Manœuvres de la Cavalerielégère, Rédigée sur les Ordonnancesactuellement en activité et■suivie de cent trente sept Planches.A Paris, che\ Magimel etc. Anseptième.2 vol. pet. in-8° dont 1 de pl.Le vol. de t. a 329 p., les 5 avant-dernièreschiffrées par erreur 225 à 228.Le vol. de pl. a pour titre :Planches relatives à l'Instruction-concernant l'Exercice et les Manoeuvresde la Cavalerie légère. AParis, che\ Magimel etc. Anseptième.L'Instruction pour les Troupes à chevalen général et celle spéciale à laCav ie légère contiennent le même nombre■de p. et de pl. ainsi que le même t.,mais il y a quelque différence dans lespl. pour la tenue des cavaliers, la descriptionde la selle et celle du harnachement.Un petit volume, contenant seulementl'Ecole du cavalier et extrait de cetteInstruction, fut publié par Magimel, puispar les f r * A Revcends, et probablementpar d'autres.Ecole du Cavalier ou Instructionconcernant les Manœuvres desTroupes à Cheval, contenant lesneuf leçons, depuis la position de.l'homme jusqu'à l'Ecole de l'Escadron(1) suivie de 39 Planches. AParis, che\ Magimel etc. AnVII de la République.1 vol. in-12 de 146 p. avec les 39 premièrespl. de l'ouvrage complet.Même ouvrage, même titre. Turin,che\ les f res Reycends et Comp.An VIII Rép.1 vol. in-12 de 129 p. avec les mêmesPl. „L innovation la plus importante apportéepar cette Instruction à VOrdon-(1) On sait qu'il n'y avait pas alors d'Ecolede Peloton et que les cavaliers passaient directementde VEcole du Cavalier à celle d'Escadron.Instruction concernant les Manœuvresdes Troupes à cheval, rédigéesur les Ordonnances actuellementen activité, et suivie decent-cinquante-deux Planches. AParis, che\ Magimel etc. AnX-1802.2 vol. pet. in-8° dont 1 de pl.1 f l d'er-Le vol. de t. a 450 p.. plusrata.Le vol. de pl. a pour titre :Planches relatives à l'Instructionconcernant l'Exercice et les Manœuvresdes Troupes à Cheval. AParis, che\ Magimel etc. AnX-1801.Il contient les 132 pl. annoncées autitre, la plupart se dépliant.Cette Instruction a aussi pour* basel'Ordonnance de 178$, avec d'assez nombreusesadditions (2).Berthier, alors ministre de la guerre,réunit trois ans plus tard, pour coordonnerces diverses Ordonnances et Instructions,et pour réglementer par un documentofficiel l'instruction de la cav k \ unecommission qui rédigea YOrdonnanceprovisoire du z er Vendémiaire An XIII[1804), et qui était composée des générauxBourcier, d Hautpoul, Klein, Kellermatin,Louis Bonaparte, Canclaux,Nansouty, Ordener, des colonels Marxet Maurice et de l'adjudant-commandantCurto.Cette commission était parfaitementchoisie et chacun de ses membres avaitune compétence indiscutable.Bourcier {François-Antoine-Louis, C te ),1760-1828, était aussi bon organisateurque brillant général de cav ie .D'Hautpoul {Jean-Joseph), 1754-1807.(1) Breu {Jean-Louis), né en 1775, entré auservice en 1792 dans l'A.rt ie départementale;passé au 8 e d'Art le à cheval en 1793; lieut nt en1801; col. en 1814; retraité en 1824 et nomméen 1825 maréchal de camp honoraire. Il avaitfait les campagnes de 1793 à 1800, Rhin, Italie,Alpes, Rhin; 1801 à 1805, Italie; 1812, Russie;1813, Saxe; 1814, France.(2) Pour le détail de ces modifications ou additions,voy. iVAldêf/uier, y. 97.


RÈG — 396 - RÈGdéjà officier occompli sous l'ancien régime,avait mené avec succès, pendantles guerres de la République, d'importantesmasses de cav ilî . Il était Inspecteurg al de cav ie au moment de la rédactionde l'Ordonnance.Klein [Dominique- Louis Antoine, C te ),1761-1845, s'était distingué par sa bravoureet son coup d'œil et avait exercéd'importants commandements de cav le ;ses aptitudes particulières l'avaient faitdésigner eu l'an XI, pour être comman -dant-instructeur dans l'armée italienne.Kellermann [François-Etienne], 1770-1835. Il venait d'entrer dans l'histoirepar sa fameuse charge à Marengo, danslaquelle il avait montré la promptitudede son coup d'œil et de sa décision, qualitésdont il ne cessa de faire preuvejusqu'à la fin de sa carrière. Il était aussiInspecteur de cav ie en l'An XIII.Louis Bonaparte, le futur roi de Hollande,1778-1846. Il avait débuté dansl'art'", avait fait les campagnes d'Italie,puis celle d'Egypte où il passa dans lacav ie comme chef d'esc on au 5 e Dragons.Peu de jours après le 18 Brumaire, il futnommé colonel de ce régiment, fit unecourte campagne en Portugal, et resta àsonrégiment en 1802, 1803 et 1804. Généralde brigade le 10 avril 1804, et dediv°" l'année suivante. C'était un hommebrave, très attaché à ses devoirs militaires,quoique sans ambition et ayantpeu de goût pour le métier des armes.Il avait, paraît-il, mis le Dragons surun très bon pied. Il est cependant permisde penser que son frère a eu unepart directe à sa nomination dans lacommission de l'An XIII.Can. /aux ( Jean-Baptiste-Camille, C le ),.1740-1817. Il . avait fait la Guerre deSept ans comme lieut"' et cap de cav ,e ,et commandait un régiment avant laRévolution ; élève de l'Ecole de Cav" 5 deBesançon, puis maître d'équitation à cetteécole et ensuite dans son régiment. Ils'était toujours fait remarquer par sesqualités d'instructeur et de manœuvrieren paix comme en guerre.Nansouty (Etienne - Antoine - Marie ,Champion, C te de). 1768-1815. Officierdéjà remarqué sous l'ancien régime,avait pris une part glorieuse aux guerresde la Révolution. Il commanda le 9 e Cuirassiersde 1793 à 1799, et « sut y entre-«■ tenir une discipline et une instruction« qui donnèrent à son chef, dans toute« l'armée, la réputation d'un excellent« chef de cavalerieOrdener [Michel, C te ), 1753-1811. Aussiofficier de l'ancien régime, égalementremarquable par la promptitude et lasûreté de sa décision sur le champ debataille que par sa bravoure : de l'an IIà l'an VII, il avait eu 7 chevaux tuéssous lui, avait reçu 8 coups de sabre,3 coups de feu et avait eu un côté de lafigure emporté par un boulet, ce quil'avait rendu sourd.Marx (Daniel, B on ), 1761-1839. Simplehussard en 1778, il était passé par tousles grades et fut nommé colonel du7 e hussards en l'an XI. Il avait faittoutes les campagnes de 1792 à l'an IXet fut retraité pour blessures en 1807. Ilpassait pour un habile manœuvrier et futappelé, aussitôt après sa retraite, par legrand-duc de Berg pour organiser sa cav ic ,ïl publia plus tard, en 1810, un Tableausynoptique des Manœuvres de Cavalerie,d'après cette Ordonnance de Van XIII àlaquelle il avait collaboré. (Voy. son nompour cet ouvrage.)Maurice (Nicolas), 1762-1839. Il étaitmaréchal-des-logis-chef à Colonel-GénéralHussards en 1788 et fut employé àce moment (probablement comme secrétaire)à la rédaction de YOrdonnancede IJ88; il prenait donc part, pour la2 e fois, à un semblable travail. D'aprèsle rapport de la commission de l'an XIII,c'est à lui que sont dues les planches dece Règlement. Il avait fait, comme coloneldu 21 e de cav ie . toutes les campagnesde l'an III à l'an VII. A ce moment, ilfut nommé Commandant en second, puisen l'an X Commandant de l'Ecole d'instructiondes Troupes à Cheval (1) et occupaitcet emploi lors de la rédaction del'Ordonnance de l'an XIII. C'était unhomme brave et modeste : ayant obtenudeux grades en 1792 et 1793, il refusacelui dégénérai de brigade. Il ne retrouvajamais cette occasion perdue, et futretraité en 1815 comme colonel de gendarmerie(2).Curto (lean-Baptiste-Theoiore, B°"),1772-1835. Etait simple cavalier à Bourbon-Dragonsen 1786. En 1803, il futnommé Adjudant-commandant, prit parten cette qualité aux travaux de la Commissionet fut nommé peu après coloneldu 8 e Chasseurs. Curto fit la guerrepresque sans interruption de 1792 à 1814,donnant partout les preuves de la pluséclatante bravoure: cependant, par uneexception presque unique alors, ses étatsde services ne mentionnent aucune blessure.Il apportait à la Commission lefruit de son expérience et. tout sabreur(1) Réorganisée à Versailles par le Directoirele 23 Floréal An VI.(2) d'Aldéguier, qui l'a connu, l'appelle legénéral Maurice. Peut-être, ainsi que cela s'estfait souvent sous la Restauration, avait-il éténommé Maréchal de Camp honoraire?


RÈG — 3 9qu'il était, de ses qualités d'organisateur.(Voy. son nom pour ses ouvrages.)Ces courtes notes n'ont d'autre butque de montrer quelles garanties spécialespour la bonne exécution du travailqu'il leur confiait, Berthier avait trouvéesdans le passé des hommes qu'il avaitchoisis.Il n'en est pas moins vrai que, d'aprèsle Rapport même de la commission, elles'est très peu écartée de YOrdonnancede Ij88 : « Nous avons considéré le tra-« vail dont on nous a chargés, non comme« devant être une Ordonnance nouvelle,« mais simplement comme une nouvelle


RÈG - 398 - RÈGMême ouvrage, même titre —Ecole de l'Escadron et Manœuvres.A Paris, che\ Magimel, etc. 1809.(aussi 1812 et 1813).2 vol. in-12 de xn-324 et 284 p., avec12b pl., la plupart se dépliant.Dans certains exemplaires, les pl. quiconcernent chaque volume sont placéesà~ leur suite, dans d'autres, elles setrouvent toutes à la fin du 2 e ; dansd'autres enfin, elles forment un vol.séparé.Le I er vol. contient les Bases de l'Instruction,les Ecoles du Cavalier à piedet à cheval avec des explications et desdéveloppements dus au Cap ne de Salvain-Lapergue, alors attaché à l'Ecole de Versailles.Le titre du 2 e vol. indique soncontenu.L'Ecole du Cavalier a été impriméeséparément. Je n'en connais que les2 e édit olls suivantes :Ecole du Cavalier, à Pied et àCheval, d'après l'Ordonnance del'An XIII. Précédée de l'Instructionsur le mors de bride, le placementdes effets dans le porte-manteau etson chargement; la platine; la connoissancede l'âge et des differenspoils des chevaux; la place dessous-officiers en bataille et encolonne; suivie de l'Exercice etManœuvre de la Lance, d'après leRèglement du 24 Septembre 1811.Accompagnée de Planches représentantla Platine, la position duCavalier à pied et à cheval, le portd'armes, le temps de la charge, lemaniement des armes, enfin les differensgalops. A Paris, che\ Magimel...1813.1 vol. in-12 de 209 p. avec 11 pl. h. t.,la plupart se dépliant.Ecole du Cavalier, tant à Piedqu'à Cheval, ou Extrait de l'Ordonnancedu i cr Vendémiaire an XIII,sur l'exercice et les manœuvres dela Cavalerie — Orné de 17 figuresgravées — A Lille, che\ Blocquel,Imp'Lib" des corps de toutes Armes,1814.1 vol, in-18 de 180 p., dont vm pourla Table, avec une reproduction sur boisdes pl. 24 à 29, 52, 59 à 62 de l'Ordonnancede l'An XIII. L'ouvrage contientaussi VInstruction sur la Lance.Je ne connais pas de réimpressions deY Ordonnance de l'An XIII publiées sousla Restauration, mais il y en a eu certainementplusieurs entre 1S14 et 1829.En 1816. en 1824 et en 1828, on publiades rectifications sans importance à l'Ordonnancede l'An XIII ; en 1826 parut unLivret provisoire de Commandemens (voy.ce titre p qui laisse prévoir de prochainesréformes; mais, sauf ces légères modifications,elle fut appliquée jusqu'en1829. A ce moment parut l'Ordonnancesuivante :. Ministère de la Guerre — Ordonnancedu Roi du 6 Décembre 1829sur l'Exercice et les Evolutions dela Cavalerie. A Paris, de l'Imp.Royale, 1829.2 vol. in-f" dont 1 de pl.Le vol. de t. contient xxiv-390 p.,plus 2 f" d'errata. Il est signé : Charleset plus bas, le Ministre de la Guerre,C te de Bourmont.Le vol. de pl. en contient rjo, dontbeaucoup se dépliant, et, à la fin,YOrdonnance de Trompette pour tesTroupes à Cheval, par David Buhl, Chefde Musique des Gardes-du-Corps du Roi.soit 16 p. se dépliant de musique gravée.Les pl. qui reproduisent des plans demanœuvres ou d'évolutions sont dues àM. Bavnaguet de ■ Pennautier, lieut ntd'Etat-Major; celles qui représententl'embouchure et des cavaliers à pied età cheval, à M. Fernel, chef de bataillond'Etat-Major. dessinateur de. talent.Ces dernières au nombre de 43 reproduisentfidèlement tous les uniformes dela cav ie à la fin de la Restauration et sontrecherchées par les amateurs de cettespécialité.Les éd ons portatives de l'Ordonnance de1829 sont très nombreuses. La premièrea été publiée en 1830, chez Anselin, en3 vol. in-16 de 268, 296 et 200 p. avecles 130 pl. très réduites et se dépliant,chaque vol. étant suivi de celles qui serapportent à son t. Tous les éditeursmil res en ont ensuite publié sous un petitformat, la plupart complètes, quelquesunesdonnant seulement les Bases del'Instruction et l'Ecole du Cavalier, de1830 à 1870.Plusieurs de ces éd ol1s sont accompagnéesde notes, d'éclaircissements etde commentaires, quelques-unes spécialementà l'usage de l'Ecole de Saumur.Le cap ne Bué (voy. ce nom) a publié uneéd on avec détails applicables aux diversessubdivisions d'armes. Enfin, ces éd onssuccessives ont été tenues au courant deslégères modifications apportées à l'Ordonnancede 1829 pendant ses quaranteseptans d'existence.


RÈG - 3 99— RÈGLe Rapport adressé au Ministre parles membres de la Commission chargéede la rédaction de cette Ordonnanceindique clairement les innovations etmodifications qu'ils ont apportées auxRèglements précédents. La plus heureuseet la plus importante est l'addition d'uneEcole de Peloton. « Les détails d'instruction« applicables au peloton, disent-ils, sont« bien dans l'Ordonnance provisoire (de« l'An XIII), mais ils s'y trouvent épars,« sans connexion entre eux. Les iv e , v e et« VI e leçons de l'Ecole du cavalier en«contiennent une partie; le reste est« fondu dans les articles m, iv. v, vi et« vu de Y Ecole de V escadron.,, à\iEcole de peloton a donc été rédigéeclairement et soigneusement et elle a étéprécédée d'une Ecole du Cavalier trèscomplète. D'ailleurs, dans cette Ordonnance,la progression du travail est bienétablie.Mais, en tète de son Rapport, la Commissionse déclare « éloignée de tout« esprit d'innovation ». C'était coupercourt d'avance à toute tentative de réformegénérale de nos règlements et restreindreà quelques retouches, d'ailleurs heureuses,le travail de la commission. De fait, pour•Y Ecole d'escadron, les Evolutions de régimentet les Evolu tions de Ligne, l'Ordonnancede 182g s'écarte peu de celles de1788 et de l'An XIII. Ce sont toujoursdes mouvements géométriques, manquantde souplesse, dont quelques-uns sontterriblement compliqués, notoirementinapplicables sur le champ de bataille,et qui le seraient bien plus encore avecla portée actuelle des armes à feu. Maisil faut reconnaître qu'au point de vue dela discipline et de la gymnastique duterrain de manœuvres, ces exercices formaient■—- en y joignant le service desept ans — des chefs et des régimentsvéritablement manœuvriers.Il ne leur manquait que d'être plusrapides, plus simples et plus souples. Ona mis quarante-cinq ans à s'en apercevoir.L'Ordonnance de 182c) était une archesainte à laquelle il ne fallait pas touchersous peine d'excommunication et lesquelques tentatives faites pour en améliorercertains détails sont restées infructueuses(Voy. Hier, etc.)Dès 1824, au camp de Lunéville quivenait d'être organisé sous la directiondu g al Mermet, des essais avaient été faitssur le terrain, et, à la fin de la mêmeannée, une commission fut nommée pourtravailler à la révision de YOrdonnancede l'An XIII, en s'appuyant sur lesmanœuvres de Lunéville qu'elle suivitchaque année. La commission primitivesubit de légères modifications vers la finde 1823; puis, en 1827, elle s'adjoignitquelques officiers pour des détails d'instructionet de rédaction et finalementremit son travail au Ministre au mois demai 1829. On voit donc que YOrdonnancede 1829 était le produit d'un travailapprofondi et particulièrement consciencieux.La commission était alors composéedes M aux de camp, M is Oudinot, Duc dePérigord, B" u Du/on. C te Gentil S 1 Alphonse,ites Lieut 1 * garni V te Grouvel, V w 'Covaignac, C te Dejrance et F t0 Mermet,Président.Sans avoir l'éclatante notoriété desrédacteurs de YOrdonnance de l'An XIII,tous avaient l'expérience de la guerre;la plupart avaient manié la cav ie pendantles guerres de la République et de l'Empireet quelques-uns s'étaient déjà, pardes emplois antérieurs, particulièrementpréparés au travail qui leur était confié.Oudinoi {Nicolas-Charles-Victor, M is ),1791-1863, avait été page de l'Empereur,puis avait brillamment commandé quatrerégiments de cav ie et enfin, de 1824 à1830, l'Ecole de Saumur où il laissa lesouvenir d'un organisateur habile et d'unremarquable cavalier.Talleyrand-Pêrigord (Augustih-Marie-Hêlie-Charles, C te de), 1788-1879, n'avaitfait que les campagnes de la fin del'Empire, depuis 1809 ; il avait commandéle i er Cuirassiers de la Garde royale,avait été ensuite Inspecteur de cav ie , etavait suivi chaque année les expériencesde Lunéville.Du/on [Michel-Menou, B on ), 1776-1841. Entré au service en 1792, il avaitfait dans la cav ie toutes les campagnesde la République et de l'Empire. Maréchalde camp en 1815, il commanda le2 e Cuirassiers de la Garde royale, puisla i re brigade de la i re div on de cettegarde. Il avait été inspecteur de cav ie .Gen til-S l -Alphonse ( Alphonse- Louis,C te ), 1777-1837. Simple hussard en 1799,général de brigade en 1813, il avait faitles campagnes de la République et del'Empire, mais principalement dansl'Etat-Major. Il avait commandé l'Ecoled'instruction des Troupes de cav ie en1820, avait été ensuite Inspecteur decav ie , et avait eu, en 1826, le commandementd'une brigade de cav ie au campde Lunéville.Grouvél (François, V te ), 1771-1836.Dragon en 1791, il avait aussi fait lescampagnes de la République et de l'Empire.Général de brigade en 1813, lieut ntg al en 1825, il avait été Inspecteur decav ie de 1814 à 1823, et avait aussi commandéune brigade au camp de Lunéville.


R EG— 400 —Cavaignac [Jacques-Marie, V le ], 1773-1835. Sous-lieut 1 " de chasseurs en 1793,com dI le 10 e Dragons en 1800, généralde brigade en 1806, il était passé auservice de Naples en 1808 et avait étéréadmis à celui de France en 1812 :lient? 1 g al en 1816, il fut inspecteur decav ie jusqu'en 1823. Il avait été, en 1824,membre de la commission d'organisationde l'Ecole d'application de cav ie , et avaitcommandé en 1829 la 2 e Div on au campde Lunéville. C'était un brillant cavalier,souvent blessé au cours de ses campagnes,de 1799 à la fin de l'Empire.Defrance {Jean-Marie-Antoine, C te ),1771- 1835. Sous-lieut" 1 en 1792, il étaitgénéral de brigade en 1805. et fut alorsnommé Ecuyer cavalcadour de l'Empereur.Général de Div 011 en 1811, il avaitreçu, en 1814. le commandement des4 Rég ts de Gardes d'Honneur, et avaitété en campagne, presque sans interruption,de 1792 à la fin de l'Empire. Inspecteurg al sous la Restauration, il fut,en 1824, membre de la Commissiond'organisation de l'Ecole d'applicationde cav ie , et commanda, l'année suivante,une div 0 " au camp de Lunéville.Mermet {Julien-Augustin-Joseph, V te ).1772- 1837. Lieut 111 au 8 e hussards en 1792,général de brigade en 1796, de div 0 " en1805, a eu d'importants commandementsen Espagne et en Portugal. Inspecteurde cav ie sous la Restauration, il avaitcommandé chaque année le camp deLunéville de 1824 à 1829 et avait inspectél'Ecole de cav ie en 1826. Ainsi que lesautres, il avait fait, dans la cav ie , toutesles campagnes de la République et del'Empire.Ce n'était donc, ni les aptitudes spéciales,ni l'expérience de la guerre quimanquaient à ces vaillants soldats, maison ne saurait s'étonner qu'à la fin deleur carrière, ils soient restés attachésaux règlements qui avaient dirigé leursdébuts. Ils ne les avaient pourtant guèreappliqués sur les champs de bataille.A ce moment, cependant, il y avaitdans la cav ie de brillants généraux quiavaient signalé les graves défauts deYOrdonnance de l'An XIII et indiquéles moyens d'y remédier ; mais ils furentexclus de la commission et l'un d'eux,le G al de La Roche-Aymon, jugea sansindulgence son travail sur le terrain àLunéville et son travail sur le papier.« Tous ces mouvements sont lourds et« pesants, disait-il (1) ; ces marches par« grosses colonnes sont peu ou point(1) De la Cavalerie. T. I. Il dédie son ouvrageà 6 Lieuten ti'ts-Généraux dont aucun n> faisaitpartie de la commission. Voy. son nom.RÊG« admissibles à la guerre. » Il est àremarquer, d'ailleurs, qu'il proposait,pour les manœuvres de cav ie , des réformesdont certaines ont été adoptées en1876.Le G al Morand, dans Y Armée selon laCharte, n'est pas moins sévère pour« les manœuvres oiseuses et théâtrales ».Malgré tout, YOrdonnance de 1821)servit de guide à la cav ie française jusqu'en187b.Presque aussitôt après la guerre de1870- 71, le G al de Cissey, alors ministre,forma une commission chargée d'élaborerun Règlement de manœuvres pour laCav ie . Elle était composée des G aux deDiv°" Brahaut, président, Crespin et duBarail, du colonel Guiot de la Rochère,du Lieut l -colonel Grandtn, com 1 la sectionde Cav ,c " à S 1 Cyr, et du chef d'esc onsde Jessé, secrétaire.La commission annonce dans son rapportque son travail est provisoire et qued'importantes modifications sont nécessaires,mais elle n'en propose aucune etse borne à reproduire YOrdonnancede 1829 en y incorporant diverses Instructionsaccessoires : voltige, tir, dressagedes jeunes chevaux, escrime dusabre et de la lance, combat à pied,etc., qui avaient paru successivement de1829 à 1870. Ce travail parut sous laforme suivante : (1)Ministère de la Guerre — Règlementprovisoire sur les Exercicesde la Cavalerie. Paris, J. Dumaine,1871- 1872.3 vol. pet. in-12 de xx-318, 223 et292 p.Le T. I contient les Titres I et II,Bases de VInstruction et Ecoles du Cavalier,avec 5 pl. se dépliant ; le T. IIcontient les Titres III et IV, Ecoles dePeloton et d'Escadron, avec nombreuxcroquis d. 1. t. ; le T. III contient lesTitres V et VI, Ecole de Régiment etEvolutions de Ligne avec 26 pl. sedépliant pour YEcole de Régiment et 15pour les Evolutions, plus 29 p. de musiquenotée pour les sonneries.Le vœu de la commission de 1871 futbientôt réalisé, et une commission composéedes généraux Ameil, président,du Preuil, de Bernis, de lucé, de Vouges,L'Hotte, membres, du L'-CoLGrandtn, puis du duc de Chartres,secrétaires, et du Cap ne Gkis, secré-(1) Peut-être le Règlement de 1872 a-t-il parud'abord à ITmp Nat le , mais ]e n'en ai pas rencontréd'autres exemplaires que ceux publié^par les éditeurs :i:il reB ;■


RÈG — 401 — RÈGtaire adjoint, fit des expériences sur leterrain.par le Ministre de la Guerre, leLe général L'Hotte, auquel de récents 12 juillet 1875. Paris, Imp. Nationale,1875.voyages à l'étranger, et notamment troismissions officielles en Autriche, avaientrendu familières les méthodes d'instructiondes cavaleries étrangères et qui en1 vol. in-16 de 126 p. avec fig. deformations d. 1. t.Le Règlement complet parut peu après :avait fait l'expérience comme colonel du18 e Dragons, en fut l'âme. Dans ses■Questions Equestres, p. 168, il dit : « Je« ne ferai pas d'autres incursions dans« le Règlement de 1876, me réservantHC d'entrer dans ses détails et de faire« l'exposé complet de sa genèse, du« moins en ce qui me concerne... » Il mouruten 1904, avant d'avoir pu réaliser ceprojet ; mais, dans la biographie qui suitses Souvenirs publiés après sa mort, onvoit clairement la part prépondérantequ'il prit à la réforme de nos règlementset on peut dire qu'il fut le père de celuide 1876. Le G al du Barail a eu le mérited'avoir chaleureusement adopté ses idéeset de les avoir imposées d'autorité à lacav ie , malgré les quelques résistancesqu'avait provoquées un changement aussiradical (1).•Après deux ans d'expériences sur leterrain, la commission, qui s'était enpartie modifiée et était alors composéedes gaux Du Barait, président, Thornton,Cornai, de Vouges, L'Hotte, des colonelsSavin de Larclause et Grandin, des lieut ls -colonels de Jessé et duc de Chartres,membres, des cap nes Ghis, membreadjoint et Meynier, secrétaire, (2) présentason rapport et le Règlement qu'elle^vait élaboré au g al de Cissey, alorsministre, et le tout fut approuvé etdécrété par le M al de Mac-Mahon, présidentde la République. C'est le Règlementde I8J6.Mais, dès 1875, on en avait détachéles Ecoles du Peloton et de l'Escadron dcheval, et celle du Régiment qui furentpubliées sous la forme suivante :Ministère de la Guerre. — Règlementsur les Exercices de la Cavalerie— Ecole du Peloton à Cheval.Ecole de l'Escadron à Cheval.— Ecole de Régiment. Approuvé(1) Pour des détails plus complets sur la genèsedu Règlement de 1876, sur les études quil'ont précédé, et sur la part prise par les différentsmembres de la commission à son élaboration,voy. Souvenirs du (? al L'Hotte, Appendice,p. 373 et suiv.(2) Le G al de La Jaille avait, paraît-il, étéaussi désigné pour la première commission,mais il n'assista à aucune séance sur le terrainnon plus que le G al du Preuil. Le g al de Vougesfut le plus assidu. C'était d'ailleurs uu ferventapôtre du nouveau Règlement.Ministère de la Guerre — Décretdu 17 Juillet 1876 portant Règlementsur les Exercices de la Cavalerie.Paris, Imp. Nationale, 1876.1 vol. in-16 de 483 p. avec croquis et1 pl. se dépliant pour les formations.Les sonneries sont à la suite des Basesde l'Instruction, p. 175 à 193.Les éditeurs mil res en ont aussitôtimprimé de nombreuses éd ons , généralementsous le format in-16, avec le mêmet. et les mêmes fig. Celle donnée parJ. Dumaine contient Lxxv-377 P-i pl us ià la fin, 27 p. de sonneries.Le Règlement de 1876 a complètementtransformé, et de la manière la plusheureuse, l'instruction, l'exercice et lesmanœuvres de la cav ie . Le long et intéressantRapport qui le précède indiqueclairement les modifications et innovationsapportées et les motifs sur lesquelselles s'appuient. Sans entrer dans aucundétail, je mentionnerai seulement leprincipe du suivez-moi, l'adoption duguide au centre, celle du chemin le pluscourt, celle des déploiements en éventail,la suppression des inversions, etles nouvelles formations en masses ouen colonnes souples, flexibles, se prêtantà tous les terrains, se resserrant ou s'ouvrantpar des mouvements simples, rapides,aussi applicables en campagne quesur le terrain de manœuvres, et qui rendentaisé le maniement de la cav' e , mêmeen grandes masses.Ce Règlement a été, comme on va levoir, modifié à plusieurs reprises, maisdans quelques détails seulement ; sesgrandes lignes ont été entièrement etheureusement conservées, et il est indiscutablementla base de ceux qui l'ontsuivi. ,Les premières modifications parurentavec le Règlement de 1882 :Ministère de la Guerre — Décretdu 31 Mai 1882 portant Règlementsur les Exercices de la Cavalerie,révisant et complétant le Décret du17 Juillet 1876. Paris, Imp. Nationale,1882,2 vol. in-16 de 307 et 290 p. avec fig.de formations d. 1. t. et 2 pl. h. t. sedépliant.Le T. I contient les Rapports et lesBibliogr. hippique. T. II. — 26


RÈG— 402 —Titres I et II, Bases de VInstruction,y compris l'équitation et le dressage, lesSonneries et VInstruction h pied ; le T. II,les Titres III et IV : Instruction à cheval,Ecoles de Régiment, de Brigade, de-Division, les Manœuvres et le Combat.Le tout est signé du Président de" laRépublique Jutes Grévy et contresigné duMinistre de la guerre le G al Billot.Le Règlement est, suivant l'usage,précédé d'un Rapport signé des membresdu Comité consultatif de la Cav' e : g auxde Galiiffet, président, Thornton, de Vernéville,de Kerhué, Loi^illon, de Contamine,de Jessé, Humann, de Lignières,membres, du T-col. de Salles, adjoint auComité, du L l -Col. Marin et du chefcVesc°" s Donop, secrétaires, dans lequelils expliquent les modifications introduites.Les principales portent sur leTitre IV, et en ont entraîné quelquesautres sur les titres précédents. Commetémoignage de la « haute estime 2> quela commission professe pour le travail de1876, le Rapport qui précède ce dernierest reproduit à la suite de celui de 1882.Ce Règlement a été naturellementreproduit par tous les éditeurs militaires.En 1899 parut un nouveau Règlement.Il est toujours basé sur celui de 1876 ety apporte quelques modifications, soitpour ITnstruction de détail, soit surtoutpour le maniement des brigades et desdivisions. Il est précédé d un Rapportsigné des, membres du Comité de Cav iequi l'ont rédigé : gaux Jacquemin, président;de Kermartin, Faverot de Kerbrech,Florentin., de Beauchesne, Donop,Poultéau, de Lafond, Dosse, membres ;du P-col. de Castetti. secrétaire, et ducap ne de Boisanger^ secrétaire adjoint.Ministère de la Guerre — Décretdu 12 Mai 1899 portant Règlementsur les Exercices et les Manœuvresde la Cavalerie. Paris, R. Chapelot(1), 1899.3 vol. in-12 de 304, 175 et 138 p., avecquelques fig. d. 1. t. aux T. î et II et62 p. de musique notée pour les sonneriesau T. III.Le T. I contient le Rapport, les Basesde VInstruction et YEcole du Cavalier àpied et à cheval; le T. II VInstructiond'ensemble, Peloton, Escadron, Régiment,Brigade, Division et un Appendice ; leT. III les Annexes, Dressage, Natation,Harnachement, Armement et Sonner if s. Letout est signé du Président de la Répu-(1) L'ouvrage a dû être d'abord imprimé àl'Imp. Nationale, maïs je n'ai pu reucontrer unseul exemplaire de cette provenance. A défaut,je décris une éd on due à un éditeur mil re .RÈGblique Emile Loubet et du Ministre de laGuerre C. Krant\.Une décision présidentielle du i er Sept.1904 apporta quelques modifications auRèglement de 1899 qui fut alors réimprimé,mis à jour et approuvé par lePrésident de la République Emile Loubet,sans la signature du Ministre :Ministère de la Guerre — Décretdu 12 Mai 1899 portant Règlementsur les Exercices et les Manœuvresde la Cavalerie, modifié par la DécisionPrésidentielle du 1 er Septembre1904. Parts, Imp, Nationale,1904.3 vol. in-16 de vii-268. 175 et 148 p.avec quelques fig. d. 1. t. aux T. I et IIet les sonneries notées au T. III.La distribution des matières contenuesdans les 3 vol. est la même que dans l'éd ouprécédente, et les modifications sont peuimportantes.Elles ont été détaillées dans la broch.suivante, extraite de la Revue de Cavalerie:Le nouveau Règlement de Cavalerie— Tableau des modificationsapportées par la décision présidentielledu I er Septembre 1904 au Règlementd'exercices du 12 mai 1899.Paris et Nancy, Berger-Levranlt,S. D. (1904).Broch. in-8° de 8 p.Je m'abstiendrai de tout commentairesur les Règlements de 1899 et de 1904,la limite d'âge ne m'ayantpas permis deles appliquer. Ce ne sont d'ailleurs quedes dérivés du Règlement de 1876, dontles bases principales ont été conservéeset sur lequel j'ai donné plus haut lesdétails nécessaires.Quant aux biographies des membresdes diverses commissions réunies depuisla guerre de 1870 pour la refonte de nosrèglements, ie m'en abstiendrai d'autantmieux que, fort heureusement, plusieurssont encore de ce monde (1).Un nouveau Règlement a paru en 1912 :Ministère de la Guerre — Règlementprovisoire sur les Exerciceset les Manœuvres de la Cavalerie.Paris et Nancy, Berger-Levranlt,1912.(1) Les biographies des génaux Du Barail etVHotte sont entièrement contenues dans leursSouvenirs. Voy. leurs noms et celui du g al deGaliiffet pour les ouvrages dont ils sont les auteurs.


RÈG— 4°3 — REG3 vol. pet. in-8° de xxvi-m, 93 etéo p.Règles pour la Confection desLe T. I contient les préliminaires, les Selles des Chasseurs et Hussards,bases de l'instruction et l'école du Cavalierpar A. M. ex-Elève de FEcoleà pied et à cheval : le T. II, l'emploi royale de Cavalerie. Rennes, Imp.de la cav ic dans le combat, l'école du A. Marteville, 1830.Peloton, de l'Escadron et du Régiment, Broch. in-12 de 24 p.ainsi que l'emploi des grandes unités ;le T. III, les annexes, inspections et REGNAUD (P.) voy. GUBERrevues,sonneries, harnachement et armement,Les 3 vol. contiennent des croquisNATIS (A. DE).d. 1. t. et le T. III la musique notée dessonneries.REGNAUD DE SAINT-JEAXLes autres éditeurs mil res parisiens, DANGELY (Michel-Louis-EtienneR. Chapelot et H. Charles-Lovau^elleont aussi édité l'ouvrage dans les mêmesconditions.Dans son Rapport au Ministre, lacommission qui a rédigé ce RèglementCOSITE).Homme politique et administrateurfrançais, 1702-1819. 11 fut chargé de larédaction des cahiers du Tiers-Etat dela Sénéchaussée de St-Jean d'Angély etannonce


REG— tatteints de la maladie dite cornage.Section de l'Intérieur. M. Regnaud(de Saint-Jean-d'Angély), Rapporteur,l re Rédaction. Paris, Imp.Impériale, 18 Novembre 1807.Iri-4 0 de 4 p.Le rapport conclut à l'ajournement dela question « jusqu'au moment où l'on« s'occupera du Code rural ».RÉGNIER (Edme).Célèbre mécanicien français, 17 51-1825. Il inventa une quantité de machineset d'instruments ingénieux, serrureset cadenas à combinaisons, briquetsdéfensifs à pistolet, etc. Vers 1783, Buffonet Guéneau (de Montbéliard) voulantfaire des expériences sur la force deshommes et des animaux, et n'ayant àleur disposition que des instrumentsmassifs et incommodes, lui demandèrentde chercher à construire un dynamomètrepratique. Après de longs essais, sesefforts aboutirent et il construisit ledynamomètre décrit ci-après, qui a servide base à ceux construits depuis. Maisla mort des deux naturalistes le renditinutile pendant plusieurs annnées, et« il ne fut qu'un objet d'amusement< pour des'jeunes gens qui disputaient« entre eux de la supériorité de leurs« forces ». En 1797, le dynamomètresortit de l'oubli, fut l'objet d'expériencesfaites par l'inventeur et par leComité d'Artillerie, expériences'qui donnèrentlieu au mémoire suivant :Description et usage du Dynamomètrepour connaître et comparerla force relative des Hommes, cellesdes Chevaux et de toutes lesBêtes de trait; enfin pour juger larésistance des Machines et estimerles puissances motrices qu'on veuty appliquer, par le C en Régnier.Paris, M°°' Hu\ard, An VI (1798).Broch. in-4 0 de 20 p. avec 1 pl. sedépliant et contenant 10 fig dont l'unereprésente un cheval dont on mesurel'effort de tirage au dynamomètre.Les 5 dernières p. contiennent le rapportélogieux du Comité d'Artilleriesigné : F. M. d'Aboville ; Dulauloy ;d'Henne^el ; Lariboisière. (Extrait duJournal de l'Ecole Polytechnique de PrairialAn VI.)Mémoire sur la manière de connaîtreet de comparer la force desChevaux, par M. Régnier. [Paris,1808 ?)t —REIBroch. in-8° de 13 p. avec 1 pl. sedépliant et contenant 5 fig. dont l'unereprésente un cheval relié par un dynamomètreà ressort à 8 petits traîneaux(le texte en indique 11) attachés les unsaux autres par une corde de 2 m , chargésde poids et se mettant successivement enmouvement sous l'eflort du cheval.Les autres fig. donnent le détail dudynamomètre, perfectionné depuis l'anVI.L'auteur pense que son instrumentserautile pour l'achat et la vente deschevaux de voiture.La brochure (extraite du Journal desMines de Décembre 1807) se terminepar un curieux article sur des expériencesfaites par le naturaliste Peron (1)sur la force comparée des sauvages etdes Européens.REICH (Louis).La Camargue — Extrait du Journald'Agriculture pratique. —Arles, Imp. C.-M. Jouve, 1877.Broch. in-8° de 16 p., signée à la fin.L'opuscule est principalement agricole,mais deux pages sont consacrées au chevalCamargue.REIFFENBERG (Frédéric-Auguste-Ferdinand,BARON DE).Après avoir servi dans l'armée belge,il se voua à la littérature et fui professeurd'humanités à Anvers et à Bruxelles etprofesseur de philosophie à l'Universitéde Louvain. Il fut en dernier lieu, après1830, conservateur à la Bibliothèque deBourgogne à Bruxelles.De quelques Solennités anciennementusitées en Belgique — Tournois,Carrousels, Jubilés, par leBaron de Reilïenberg. Bruxelles, deMal, 1838.Broch. in-8° de 53 p. avec 1 lithog.double représentant le Carrousel du25 septembre 1838 sur la grand'place deBruxelles.REIFFENBERG (Frédéric-Guillaume-Emeric-Cuno-Marsilius,BA-RON DE),Littérateur belge, fils du précédent,né à Louvain en 1830, a abordé les genresles plus variés.Poèmes et poésies militaires, parle Baron Frédéric de Reiffenberg —(1) Péron (François), naturaliste et voyageurfrançais, 1775-1810.


REI — 405I La Plume et l'Epée. II L'Etendarddes Carabiniers — Versailles, Imp.Cerf, 1861.Broch. gr. in-8° de 4 f ,s non pag.Les Régiments de fer, par leBaron Frédéric de Reiffenberg, Chevalierde la Couronne de Chêne —Origine de la grosse Cavalerie enFrance — Cavaliers et Piétons —Le Casque et la Cuirasse — L'Apprentissagedes Armes — L'Emploides Armes à feu dans la Cavalerie— Les Cuirassiers — La journéedu Cavalier — Paris, FerdinandSartorius, 1862.Broch. in-8° de 111-81 p. Dédicace àtous les Officiers de Cuirassiers.Petit historique des cuirassiers avecanecdotes, etc. La Journée du Cavalier,qui termine l'ouvrage, est en vers.La Vie de Garnison, par le BaronFrédéric de Reiffenberg — Demi-Appel — La Vie de Garnison —Au service d'un Cheval — La Camaraderiede l'Absinthe — Garçon,l'Annuaire! — Pourquoi nous portonsdes moustaches — Le Chapitredes Anglais — La Goutte militaire■— Les Buveurs d'encre — De Gardeau Drapeau — A la Cantine — LesLoustics — Les Amphibies — Rimesguerrières — Paris, Ferdinand Sartorius,1863.1 vol. in-12 de 204 p. Portrait de l'auteur,gravé par Leguay, en frontispice.Petit livre fantaisiste, entremêlé devers, où il n'est question que de lacav ie .Les Lanciers, esquisse historique,par le Baron Frédéric de Reiffenberg,Chevalier de l'Ordre de laCouronne de Chêne, etc. Versailles,Imp. Beau jeune, 1866.Broch. in-12 de 36 p. Dédicace au C teLejilleur de La Chapelle et à M. de laNeuville, officiers au I er Lanciers, amisde l'auteur.Etudes sur la Cavalerie française■— Les Dragons, par le Baron Frédéricde Reiffenberg, Chevalier dela Couronne de Chêne, etc. Paris,Ch. Tanera, 1866.Broch. in-8°de 40 p. Dédicace au ColonelMassue, commandant le régiment desDragons de l'Impératrice.REIEtudes sur la Cavalerie française— Les Carabiniers, par le BaronFrédéric de Reiffenberg. Versailles,Imp. Dufaure, 26 Sept. 1870.Broch. in-12 de 44 p., publiée pendantla guerre, mais écrite auparavant. Lettredédicatoire de l'auteur au colonel Faultede Vanteaux, ancien colonel du 1" carabiniers,datée de Versailles, Juin 1870.Le B°" de Reiffenberg est l'auteurd'autres publications sur l'histoire etsurtout sur l'administration militaires.Elles n'intéressent pas la cav ie .REINACH (Salomon).Archéologue français, Membre de l'Institut,né en 1858. Fut conservateur dumusée de S 1 Germain; fit, pendant unséjour en Orient, des fouilles remarquablesprès de Smyrne et fit partied'une mission archéologique en Tunisie^Epona, la Déesse gauloise desChevaux, par Salomon Reinach,Conservateur adjoint des Muséesnationaux. Avec 75 gravures dansle texte. Extrait de la Revue Archéologique(1895'). Paris, Ernest Leroux,1895.Broch. in-8° de 61 p. Les 75 fig.reproduisent des sculptures ou terrescuites représentant la déesse des chevaux.Revue archéologique. Encore'Epona, par Salomon Reinach. Paris,Ernest Leroux, 1898.Broch. in-8° de 14 p. avec 15 fig. d. 1.1.et 2 pl. h. t. représentant divers typeseX Epona.La Représentation du Galop dansl'art ancien et moderne, par SalomonReinach, Membre de l'Institut. Extraitde la Revue Archéologique,1900 et 1901. Paris, Ernest Leroux,1901.1 vol. in-8° de 114 p. avec 150 fig.d. 1. t. et 1 pl. h. t.Cette très intéressante étude est à rapprocherdes travaux du L 1 ColonelDuhousset, d'ailleurs souvent cité parl'auteur, et du capitaine Bousson sur lareprésentation artistique du cheval (voy.ces noms).Revue Archéologique — DivinitésEquestres, par Salomon Reinach.Paris, Ernest Leroux, 1902.Broch. in-8° de 12 p. avec 11 fig. d. 1. t.et 1 pl. h. t.


REILa plupart des fig. représentent ladéesse Epona.Une statuette d'Epona découverteprès de Nevers, par M. SalomonReinach, Membre du Comité desTravaux historiques et scientifiques(Extrait du Bulletin archéologique— 1901). Paris, Imp. Nationale,1902. .Broch. in-8° de 7 p. avec 1 fig. (1). •Pourquoi Vercingétorix a renvoyésa cavalerie d'Alesia, par SalomonReinach. Paris, Honoré Champion,1906.Broch. in 8° de 15 p.L'opuscule traite une curieuse questionhistorique sur l'hippophagie.M. Salomon Reinach est l'auteur d'unimportant article intitulé Mulomedicus,publié dans le Dictionnaire des AntiquitésGrecques et Romaines, de Ch. Daremberg,Edm. Saglio et Edm. Bottier, T. III,2 e Partie, p. |20ii et suiv. Cet article,qui contient 7 fig.. traite de la médecinevétérinaire chez les anciens et spécialementde l'origine de la ferrure.RÉIOVISSANCES (LES) DE LAPAIX voy. MENESTRIER (LE P.).RELATION BRIEVE ETEXACTE DU RANG ET DEL'ÉQUIPAGE... voy. ENTRÉE DELOUIS XIV A PARIS.RELATION DE LA DÉFAITEDE CINQ CENS CHEVAUX...Relation véritable de la Défaitede Cinq cens Cheuaux de l'Arméede Monsieur le Prince (2), luy présent;et de la prise de Tonné-Charente par Monsieur le Comted'Harcourt (3). A Paris, par leslui primeurs & Libraires ordinairesdu Roy, 1651.Broch. in-4 0 de 7 p.(1) Voy. aussi, sur Epona, Courcelle-Seneuil,Espèrandieu, Moulé (L.)(2) Il s'agit de Louis II de Bourbon, princede Condé, dit le grand Condé, 1621-16S6. Il étaitalors gouverneur de Guyenne, mais en négociationsavec l'Espagne et en révolte contrel'autorité royale.(3) Henri de Lorraine, C te d'Harcourl, un desplus habiles capitaines du XVII e siècle. Aprèsavoir pris part au siège de la Eoclielle, il forçale prince de Condé à lever celui de Cognac.— 4c ) — RELCurieuse et rare relation d'un combatde cav ie . Pour d'autres relations dumême genre, voy. Défaite... et Défaite...RELATION DU BANQUET...DE DOLE.Relation du Banquet de la Gardenationale de Dole et du 11 e Régimentde Chasseurs. Dole, Imp. J. B.Joly, 1830.Broch. in-8° de 14 p. avec vignettesur le titre, 1 curieuse pl. lith. formant•frontispice et représentant la décorationde la salle avec emblèmes révolutionnaireset le buste de Louis-Philippe« I er Citoyen », dessinée par Le Pointurier,et 2 p. de musique à la fin.Amusant épisode de la Révolution de1830, dans laquelle, comme on -sait, lesbanquets fraternels entre la garde nationaleet l'armée furent fréquents. Danscelui-ci, d'ailleurs, le rôle du 11 e Chasseurssemble avoir été assez effacé.L'auteur de la brochure est probablementun garde national du nom deFénier aîné, fille est d'ailleurs signée detous les commissaires de la féte, luicompris.RELEVÉ DES YEARLINGS.Chevaux de pur sang Yearlings— Relevé complet de tous lesYearlings de l'année 1907 par originepaternelle avec Pedigrees detous les Etalons producteurs classéspar ordre alphabétique — i re Année— Prix : 10 francs — Paris, Annuairenational des Sports et del'Elevage (1907).1 vol. in-8° de 303 p. plus 3 f 1s d'annonces.RÉLIER (Léonard).Vétérinaire français, né en 1841. Diplôméde Toulouse en 1863, aide-vétérinaireau 2 a Hussards en 1864, puis dansrArt ie ; vèt re en second en 1873 au Traindes Equipages, il a donné sa démissionpour entrer dans l'admin 0 " des Harasen 1874 et a fait sa carrière au Haras dePompadour où il est devenu vét rc principalen 1882. Retraité en 1901.Guide pratique de l'Elevage duCheval, par L. Rélier, Yétérinair^principal au Haras national dePompadour, Membre du Conseild'hygiène publique de la Corrèze,Chevalier du Mérite agricole — Avec


REL - 4' 7 — REM128 figures intercalées dans le texte— Organisation et Fonctions, Extérieur: Régions, Aplombs, Proportions,Mouvements, Allures, Age,Robes, Particularités, Signalements,Examen du Cheval en vente— Hygiène : Différences individuelles,Agents hygiéniques, Maréchalerie— Reproduction et Elevage: Art des accouplements.Paris, J.-B. Baillière et-fils, 1889.1 vol. in-18 de vn-388 p.Guide pratique pour la Connaissanceet l'Elevage du Cheval, parL. Rélier, Vétérinaire principal auHaras National de Pompadour —■Avec figures intercalées dans letexte — Organisation... (etc., commeci-dessus). Paris, J.-B. Baillièreet fils, 1911.1 vol. in-18 de 448 p. avec 206 fig. d. 1.1.Dans cette 2 e éd°", le t. et le nombre■des fig. ont été considérablement augmentés.REMBOWSKI (Alexandre).Auteur polonais, directeur de la Bib f I uedes comtes Krasinski à Varsovie.Sources documentaires concernantl'historique du Régiment desChevau-Légers de la Garde de NapoléonI. D'après des manuscritsoriginaux et des documents édités;publiées et précédées d'une préfacepar Alexandre Rembowski. Préfaceen français par MM. C. Przeclawskiet le Lieut. Colonel Titeux (1). Enrichiesde gravures et de fac-similé.Varsovie, Imp. X. Rubies^ewski etCh. Wroinovski, 1899.En regard de ce titre se trouve le mêmeen polonais.2 vol. in-4 0 dont la pag on se suit, leT. I contenant CLXvm-433 p., et le T. IIde la p. 433 à 830, avec 7 jolies gravuresen couleurs par B. Gembarzewski, 30portraits en noir, des détails d'uniforme,des reproductions de tableaux et scènesde bataille, des fac simile de décrets,lettres, états de services, etc., etc. AuT. II se trouve aussi la reproductioncomplète, t. et pl. de l'Essai sur le maniementde la lance par le Colonel Krasinski(voy. ce nom).Il y a deux préfaces, l'une de l'auteur(1) Voy. ce nom.en polonais et l'autre en français, àlaquelle, comme l'indique le titre, ontcollaboré MM. Przeclawski et le L 1 ColonelTiteux. C'est un bel ouvrage, biendocumenté, peut-être un peu trop détaillé,mais qui renferme un grand nombre derenseignements historiques curieux. Lesnombreuses illustrations et reproductionsqu'il contient en augmentent l'intérêt. Ilest entièrement écrit en français et a étémis en vente à Paris et à Nancy.REMONTE (LA) DES CAPI-TAINES D'INFANTERIE.La Remonte des Capitaines d'Infanterie,par C. R. Paris, R. Chapelet,1905,Broch. in-8° de 14 p.REMONTE DES OFFICIERS.Remontes — Remonte des Officiers— Volume mis à jour à la datedu 30 Septembre 1915. Paris etLimoges, Henri Charles-Lavau-\elle, S. D. (1915).Broch. in-8° de 87 p.REMONTE GÉNÉRALE AL'INTÉRIEUR.Remonte générale à l'Intérieur— Volume mis à jour à la date du2 Août 1915. Paris et Limoges,Henri Charles-Lavau\elle, S. D.(i9i5)-1 vol. in-8° de 347 p. avec nombreuxtableaux.REMONTES (LES).Les Remontes — Réponse àMonsieur Casimir-Périer, Députéde l'Aube, Vice-Président de laChambre. Paris et Limoges, Henri.Charles-Lavau^elle, 1890.Broch. in-12 de 22 p., signée à la fin :Un officier supérieur de Cavalerie.L'auteur approuve les conclusions dela brochure que M. Casimir-Perier(voy. ce nom) venait de faire paraître.REMONTES (LES) FRANÇAI-SES D'APRÈS LE GAL BONIE.Les Remontes françaises d'aprèsM. le Général Bonie. Paris,L- Baudoin, 1890.Broch. in-8° de 12 p., anonyme.Etude et critique des propositions du


REM— 40cG al Bonie (voy. ce nom) dans sa bro- jchure sur les Remontes.REMY (Jean-François-Xavier).Officier de cav ie français, né en 1873,sous-lieut" 1 en 1913.Traité pratique d'Equitation àl'usage des Aspirants d'Infanterieet des Sociétés de PréparationMilitaire, par le Sous-Maître deManège Xavier Remy, de l'EcoleSpéciale Militaire, ancien Sous-Maîtrede l'Ecole de Cavalerie de Saumur.Lyon, Imp. Paul Legendre,TQII.Broch. in-12 de 73 p.RENARD (Bruno-Emile-Constantin).Lieut nt général belge, 1834-1901. Souslieutnt d'Etat-major en 1855, cap" e en1865, professeur à l'Ecole de guerre en1870, chef d'Etat-major de la 2 e div»" decav ie en 1881 ; lieut nt général en 1897 etretraité en 1900. Il était fils du généralRenard, qui suit, et fut son aide de campen 1866.Commentaires sur les Règlementsde la Cavalerie— Tactique élémentairede l'Arme, par B. Renard,Major d'Etat-Major, Chef d'Etat-Major de la 2» Division de Cavalerie— Ouvrage accompagné de4 planches contenant 56 figures —Bruxelles, Muquardt, Mer\bach etFalk. Même maison à Leipzig,1884.1 vol. gr. in-8° de 187 p. avèc 4 pl. sedépliant.Même ouvrage, même titre... parB. Renard, Lieutenant-Coloneld'Etat-Major—2 me Edition — Bruxelles,Muquardt, Mer\bach etFalk. Même maison à Leipzig, 1886.I vol. gr. in-8° de 187 p. avec lesmêmes pl.RENARD (Bruno-Jean-Baptiste-Joseph).Lieutenant-général et homme politiquebelge, 1804-1879. Docteur ès-sciences en1827, puis conducteurdesmines à Luxembourg,il prit une part active à la révolutionde 1830 et entra peu après dansl'armée régulière comme cap ne d'Etatmajor.Colonel en 1848, il devint aidede-campdu Roi en 1854. Lieuf'-général— RENen 1863, ministre de la guerre en 1868,retraité en 1870, fut de nouveau ministrede la guerre en 1878 et mourut l'annéesuivante.De la Cavalerie — Réflexions surles idées émises au sujet de la diminutionet de la transformation decette Arme, par le Général Renard.Bruxelles et Leipzig, Emile Flatau;Paris, J. Dumaine, 1861.1 .vol. in-8° de 167 p.Travail intéressant et bien documenté,publié en réponse aux attaques dont lacav le était alors l'objet.REN AU DE (I.)Rapport fait au nom de laSociété d'Agriculture de Bayeuxsur la situation de l'Industrie chevalinedans le Calvados, par M. I.Renaude, Secrétaire de la Société,Membre de la Commission consultativedes Intérêts hippiques duCalvados. Carentan, Imp. Mouche!,1886.Broch. in-8° de 27 p.C'est une lettre au ministre de l'agriculture,qui traite principalement desmesures à prendre pour faire disparaîtrele cornage répandu en Normandie.RENAULT (Thomas-Eugène-Eloi).Vétérinaire français, 1805-1863. Diplôméd'Alfort en 1825, il y fut nomméprofesseur adjoint en 1828, professeurtitulaire en 1832 et directeur en 1838.Ën 1860, il devint Inspecteur g al desEcoles vétérinaires et mourut en Italie,emporté par la fièvre qu'il avait contractéedans les Marais Pontins, au coursd'une mission pour l'étude de la pestebovine. Il était membre de l'Académiededecine et de nombreuses sociétés,savantes.Renault a puissamment contribué aurelèvement de la situation des vétérinairesmil res en obtenant le rang d'officieraux vétérinaires en I er en 1843 e^ ^ tousles vétérinaires en 1852. Il défendit avecle même succès la cause des vétérinairesdiplômés contre les empiriques.On sait qu'il a nié la contagion de lamorve chronique et que « cette doctrine-« désastreuse », longtemps appliquéepar ses élèves, a eu les plus fâcheuxrésultats.A M. le Rédacteur du Journalpratique dedecine Vétérinaire


REN — 4° ) — REN— Alfort, 23 Mai 1828. (Paris),Imp. Gueffier.Broch. in-8° de 15 p., signée E. Renault.C'est une lettre dans laquelle Renaultdéfend Valet contre les attaques deGodine (voy. ces noms). Il y est questionde maréchalerie.Traité du Javart cartilagineux,par M. Renault, Professeur adjointà l'Ecole vétérinaire d'Alfort. Paris,Bèchet y ne ; Bruxelles, Lib' e médicaleFrançaise ; Londres, A. Alexander,1831.1 vol. in-8° de iv-211 p. avec 1 pl. sedépliant et contenant 3 fig. dessinées 1par Courson.Coup d'œil sur la Législationactuelle, dans ses Rapports avecla Garantie applicable auCommercedes Animaux domestiques, parM. Renault... Paris, 1833.Broch. in-8° de 31 p. (que je ne connaisque par le catal. Huzard).Notices biographiques sur J.-B.Huzard, Membre de l'Institutroyal de France (Académie desSciences), de l'Académie royale dedecine, de la Société royale etcentrale d'Agriculture, Inspecteurgénéral honoraire des Ecoles royalesvétérinaires, Membre du Conseilde Salubrité, Chevalier de l'Ordreroyal de la Légion d'Honneur et decelui de Saint-Michel, Membre duConseil d'Administration et l'undes Fondateurs de la Société d'Encouragementpour l'Industrie nationale,l'un des Vice-Présidents dela Société Philanthropique. Paris,Imp. de M V y ' Huzard (née VallâtLa Chapelle), 1839.Broch. in-8° de 19 p. dont les 5 dernièressont occupées par le discours prononcépar Renault, au nom de l'Ecoled'Alfort, aux funérailles d'Hu^ard.Le commencement contient les noticeslues à la même cérémonie par le B on deSilvestre au nom de l'Académie dessciences et de la Société centrale d'agricultureet par M. F.-V. Me'rat, au nomde l'Académie dedecine.Gangrène traumatique — Mémoireet Observations cliniques surune de ses causes les plus fréquentesdans les Animaux domestiques ;par M. Renault, Directeur de l'EcoledAlfort, Professeur de Clinique etdedecine opératoire. Paris,Bèchet y ne et Labè, 1840.1 vol. in-8° de 196 p. dont vin pourun avant-propos.Presque toutes les observations de cetouvrage concernent le cheval.Quelques considérations à l'appuidu Projet de Loi présenté à laChambre des Pairs sur un changementdans la position des Vétérinairesmilitaires, par M. Renault,Directeur de l'Ecole royale dAlfort.Paris, Félix Locquin, 1842.Broch. in-8° de 43 p.C'est un plaidoyer, éloquent et énergique,en faveur des vétérinaires mili- .taires. Il a puissamment contribué àl'amélioration de leur position.Jurisprudence vétérinaire —Lorsqu'un Animal vendu et nonencore livré vient à périr entre lesmains du Vendeur, au compte dequi, de ce dernier ou de l'Acquéreur,doit rester la perte de cetanimal ? par M. Renault, Directeurde l'Ecole impériale vétérinaired'Alfort — Extrait du Recueil dedecine vétérinaire —■ Paris,Tvp. E. et V. Penaud f", S. D.(1855)-Broch. in-8° de 16 p.Renault met la perte (il s'agissaitd'un cheval) au compte de l'acheteur etle tribunal de commerce lui donna raison.Vices rédhibitoires — Le Tic sansusure des dents — Examen de laquestion suivante : l'habitude demanger de la terre, que contractentcertains Chevaux, est-elle considéréedans la science et dans laprofession vétérinaires, comme unedes espèces du Vice rédhibitoireconnu sous le' nom de Tic sansusure des dents ? — En d'autrestermes et plus spécialement : lelégislateur, dans la Loi du 20 Mai,a-t-il entendu par ces mots « le tic« sans usure des dents » désignerparticulièrement ou comprendreimplicitement l'habitude démangerde la terre qu'on rencontre sur certainsChevaux ? par M. Renault,


REX — 410 — RENDirecteur de l'Ecole impérialevétérinaire d'Alfort — Extrait duRecueil dedecine vétérinaire —Paris, Typ. E. et V. Penaud / res ,S. D. (vers 1855).Broch. in-8° de 36 p.Renault conclût à la négative, maiscette solution ne fut pas adoptée par letribunal de Tonnerre auquel le rapportétait adressé.Académie impériale dedecine-- Résumé de la discussion sur laMorve. Discours prononcé parM. Renault. Paris, J.-B. Baillièreet fils, 1861.Broch. in-8° de 64 p.Renault répond, dans ce discours, auxattaques, trop peu mesurées dans la formeet dans le fond, dont il avait été l'objetde la part de MM. Gitérin et Bouiîlaud.De l'Influence de l'Aération etde la Ventilation sur les Animauxsains et malades, par M. Renault.Paris, Typ- Renou et Maulde,1860 (1).Broch. in-8° de 20 p.C'est un discours prononcé parRenault à l'Académie dedecine danssa séance du 14 Janvier 1862. Il y parlelonguement des réformes de large aérationpratiquées dans les écuries de l'arméeet dont Oger (voy. ce nom) a été leprincipal inspirateur.Renault a en outre publié de nombreuxet importants travaux dans le Recueil dedecine vétérinaire, dans le Bulletinde VAcadémie dedecine, etc.RENIER (P.) voy. GSELL (G.)au Supp 1 .RENNES (F.-J.).Vétérinaire français, diplômé d'Alforten 1898.Guide pratique de Police sanitaireet d'Hygiène vétérinaires, parJ. Rennes,ex-Inspecteur du Servicesanitaire de la Seine, Vétérinairedépartemental de Seine-et-Oise —Préface de M. E. Leclainche (2),Inspecteur général, Chef du Servicesanitaire vétérinaire au Ministèrede l'Agriculture. Paris,Masson, 1913.1 vol. pet. in-8° de viii-24'y p.(1) Faute d'impression ; lisez 1862.(2) Voy. ce nom pour d'autres ouvrages.RENOL, S r(Pierre DE) (I).DE VERTELAMEOfficier français, xvn c siècle. Il sembleavoir servi à l'étranger dans sa jeunesse,puis être rentré au service deFrance et s'être ensuite retiré en Gascogne,son pays natal.La Milice royale de l'Infanterievolante, représentant Cavalerie etInfanterie ensemblement, proprea toutes Factions (2) Militaires, &de tres-grande diligence & redoutableexécution. Au Roy, par leSieur de Renol, de Marmande enGascogne. A Paris, che\ SamuelThiboust, au Palais, en la Galleriedes Prisonniers, 1621 (3).1 vol. in-4 0 de 10 f tfl pour le titre,avec les armes de France et de Navarre,et, au verso, un joli portrait gravé de'Pierre Renol entouré d'attributs militaires,sa dédicace au Roi Louis XIII, salettre au Lecteur, la Table « des Traictezcontenus en cet œuvre », 198 p. et5 f ts pour la table alphabétique et leprivilège. Avec 9 fig. d. 1. t., dont 7 àpleine p., finement gravées et représentantdes formations et des combats.Ainsi que dans tous les ouvrages militairesde cette époque, les pl. sont desvues cavalières, dans lesquelles les personnageset les chevaux sont représentésindividuellement et en perspective.Ouvrage, rarissime et très curieux.L'infanterie volante de Renol n'est autreque l'infanterie montée. Pour lui fournirdes chevaux, il a recours à une singulièreréquisition : il conseille au roi« de prendre, sur les dix mille chevaux« de carrosse qui ne servent à Paris,« chés la pluspart, que pour ayder à la« farce abusive... deux mil très propres^ pour monter promptement son infanteterie voilante », dont il indique le recrutement,les manœuvres et l'équipement.En outre, de nombreux passages concernentla cav ie et les chevau-légerspour lesquels notre Gascon professeune aversion particulière.(1) Sieur de Vertelame, quel joli nom deGascon I C'est d'ailleurs peut-être un surnom,car il ne figure ni sur le titre, ni à ladédicace, mais seulement sur la légende duportrait.(2) Faction, en vieux français, action defaire, exécution; du latin factio. Le mot estsouvent répété au cours de l'ouvrage.(3) Le millésime primitif était 1620; on aimprimé postérieurement un I à la fin.


REN — 4 11 — RÉPVoy., sur l'infanterie montée, Gruys,Beauval, Infanterie montée, Geslin deBourgogne. Conte (M ,-P .-A.), Champeaux,Hélo, Besset, Lassence, Salagnax,Maurel.RENOULT (Jacques-Adrien).Chirurgien- mil re français. 1772-1842.Employé comme chirurgien aux arméesen 1792 ; chirurgien de i re classe enl'An IV, passé à l'armée d'Italie, puisen Egypte. Rentré en France en l'an VIIIet employé à l'hôpital de la Garde desConsuls. A fait toutes les campagnes de1792 à l'an IX, celles de l'An XIV, 1806,1807, 1808 et 1809. Retraité pour infirmitésen 1811.Essai sur les maladies des Gensde Cheval, par Adrien-JacquesRenoult, de S. Arnoult, départementde la Seine-Inférieure, Médecin,Chirurgien-major delà Gendarmeried'Elite, Garde'des Consuls.Paris, Imp. Bossange, Masson etBesson, Xl-1803.Broch. in-8° de 65 p. Dédicace auProfesseur Percy, Inspecteur-généraldes Hôpitaux militaires de France.REPARTITION ET ENTRE-TIEN DES CHEVAUX.De la Répartition et de l'Entretiendes Chevaux dans l'Armée.(Extrait de la Revue de Cavalerie,1886). Paris et Nancy, Berger-Levrault,1886.Broch. gr. in-8° de 32 p., anonyme.RÉPONSE A QUELQUES CRI-TIQUES... voy. LÉTANG.RÉPONSE A QUELQUES OB-SERVATIONS SUR LES HARAS,voy. HOUÈL.RÉPONSE... AU COMICE HIP-PIQUE.Réponse à la Brochure publiéepar le Comice Hippique sur laquestion chevaline. Paris, Imp.Pierre Baudoin, 1843.Broch. in-8° de 26 p.C est la réfutation des principes énoncéspar le Comice hippique. (Voy. Comicehippique et Torcy.)RÉPONSE DES CABRIOLETS.Réponse des Cabriolets à la Requêtedes Fiacres. A Londres,(Paris), 1768.Broch. in-12 de 23 p.Pièce de vers en faveur des cabriolets.Pour l'opuscule auquel répond celui-ci,voy. Requête des Fiacres.RÉPONSES AU DISCOURS DEM. MERCIER.Extrait du Journal des Haras.Livraison d'Août 1837 — Réponsesau Discours de M. Mercier, députéde l'Orne, sur les Haras — Discussiondu Budget des Haras à laChambre des Députés. Paris, Imp.Decourcliant, (1837).Broch. in-8° de 12 p.L'opuscule se compose de 2 notes. Lai re est signée : le B" n de C. (Curnieu /)Critique amusante des députés qui saventtout et dissertent sur tout sans avoir rienappris, de sorte que M. Mercier, fabricantde dentelles à Alençon, a vigoureusementattaqué les Haras sans savoir cequ'il disait. La 2 e est signée : L'Administrateurdu domaine du Haras du Pin,Lefebvre-Sainte-Marie. Sa gestion ayantété vertement critiquée par M. Mercier,cette note est une défense personnelledans laquelle il riposte vigoureusementà son adversaire.Cette réponse a été tirée à part sousla forme suivante :Réponse à M. Mercier, députéde l'Orne. Paris, Imp. AmèdèeSaintin, S. D. (1837 ?).Broch. in-8° de 12 p. signée VAdministrateurdu domaine du Haras du Pin,G.-L. Sainte-Marie.M. Mercier a publié en 1840 une brochuredans laquelle il reproduit et développeses précédentes attaques. Voy.Mercier [Jacques).RÉPONSES AU QUESTION-NAIRE D'ÉQUITATION.Réponses au Questionnaire d'Equitationde l'Ecole d'Applicationde Cavalerie. Saumur, S. Milonjils,1890.1 vol. in-8° de 140 p. avec quelquesfig. d. 1. t. pour la tenue des rênes.La 2 e Ed on a un titre différent :Notes d'Equitation répondant auQuestionnaire de l'Ecole d'Applica-


REP — 4 1 1 — REUtion de Cavalerie — Carrouselsmlitaires et Reprises d'Officiers —Deuxième Edition — Saumur, S.Milon fils, 1898.I vol. in-8° de 164 p. avec fig. d. 1. t.pour la tenue des rênes et pour le carrousel,ajouté dans cette éd 01 '.L'auteur de ce travail est le généralMahot [Louis- Marie-Eu gène-Fernand),alors cap ne écuyer à Saumur.REQUÊTE DES FIACRES.Requête des Fiacres de Pariscontre les Cabriolets, S. L. N. D.(Paris, vers 1768.)Broch. in-8° de 15 p.Pièce de vers contre les cabriolets,l'imprudence de leurs cochers, etc.(adressée au surintendant de Police ?)Les cabriolets firent une réponse à cefactum. Voy. Réponse dts Cabriolets.RÉQUISITIONS MILITAIRES(Chevaux et Mulets).Réquisitions militaires — Recensementet Classement des Animauxet des Voitures — Volume mis àjour à la date du i or août 1914 —Paris et Limoges^ Henri Charles-Lavau\elle, S. D. (1914).i' vol, in-12 de 216 p.RESELLEBECH (LE COMTE DE).Les Courses de Marseille au ChâteauBorély, par le Comte de Resellebech,Gentleman-rider. Ornéd'une vue représentant le Champde Courses. Marseille, M me V" MarinsOlive, 1860.Broch. pet. in-8° de 70 p. avec 1 lith.teintée en frontispice et 1 vignette sur letitre.Après' un historique général des courses,l'auteur donne celui des courses deMarseille et le compte rendu spécial dela journée du 4 nov. 1860. Opusculerare.RESSAYRE (J.-J.-P.-F.), voy.INSTRUCTION SUR L'HY-GIÈNE DES CHEVAUX.RESTONS EN SELLE.Restons en Selle — La CavalerieRusse et la Cavalerie Japonaisedans la Guerre de Mandchourie,par J. P. Paris et Nancy, Berger-Levrault, 1907.Broch. in-8° de ié p.RÉSULTATS DU CONCOURSDE 1900 A VINCENNES.Brochure de propagande gratuite— Résultats du Concours Internationalde 1900 à Vincennes —La Race Boulonnaise — Le Harasd'Eterpigny, par les soins et sousles auspices d'un Eleveur. Boulogne-sur-Mer,Imp. G. Hamain y1900.Broch. pet. in-8° de 26 p. avec 1 pl.en phototypie représentant 3 types d'étalonsboulonnais.Le propriétaire du haras d'Eterpignyest M. le Baron d'Herlincourt.RÉSUMÉ DES RÉPONSES AUQUESTIONNAIRE D'HIPPOLO-GIE... voy. CHAMPION.REUL (Jacques-Adolphe).Vétérinaire belge, professeur de zootechnieà l'Ecole vétérinaire de l'Etat,1849-1906.Etude spéciale du Cheval Brabançon,par Reul, Professeur àl'Ecole dedecine vétérinaire del'Etat. Bruxelles, E. Ramlot, 1885.Broch. in-8° de... p. avec 1 pl.L'élevage du Cheval en Russieet le Haras de Chrenoval, parA. Reul, Professeur à l'Ecole dedecine vétérinaire de l'Etat.Bruxelles, V'anderweghe, 1894.Broch. in-8° de 6 p.Hygiène des Ecuries. Un nouveauet excellent système de Sauterelleautomatique imaginé parF. Dejean, présenté par A. Reul,Professeur à l'Ecole dedecinevétérinaire de l'Etat. Bruxelles^V anderweghe, 1894.Broch. in-8° de 6 p.La Scarlatinoïde du Cheval, parAd. Reul, Professeur à l'Ecole dedecine vétérinaire de Cureghem.Bruxelles, Vanderweghe, 1894.Broch. in-8° de 7 p.Zootechnie, Hygiène et principesgénéraux d'agronomie. Programme


REU — 41.détaillé du Cours professé à l'Ecolededecine vétérinaire de l'Etat àCureghem-Bruxelles, par le ProfesseurAd. Reul. Bruxelles, Vande Weghe, 1895.Broch. in-8° de 82 p.Les unions consanguines en zootechnie.Histoire de la création desRaces célèbres, par le ProfesseurAd. Reul. Bruxelles, Polleunis etCeuterick, 1897.1 vol. in-8° de 120 p. avec gray. h. t.Les Chevaux Royaux « blancs denaissance » du Danemark et duHanovre et les Chevaux Café-au-Lait, aux crins dorés, du Danemark,par le Professeur Ad. Reul. Bruxelles,Polleunis et Ceuterick, 1897.Broch. in-8° de 10 p. avec 1 pl. se■dépliant, dessinée par M. Géo. Bernieret représentant une jument suitée de larace café au lait de Hanovre.Le Foin — Etude agricole et bromatologique— Vade-Mecum del'Acheteur, par le Prof. Ad. Reul.Bruxelles, Polleunis et Ceuterick,1898.Broch. in-8° de 46 p.L'Avoine au point de vue alimentaire...Broch. dont je ne connais que ce titreincomplet.Le Hackney — Origine, conformation,aptitude, par Ad. Reul,Professeur de Zootechnie à Cureghem.Bruxelles, Polleunis et Ceuterick,1898.Broch. in-8° de n p.Bromatologie — Le Son de fromentet ses usages alimentaires,par le Professeur Ad. Reul. Bruxelles,Polleunis et Ceuterick,1899.Broch. in-8° de 24 p.Bromatologie Le Régime duvert, par le Professeur Ad. Reul.Bruxelles, Polleunis et Ceuterick,1899.Broch. in-8° de 15 p.Ethnographie chevaline — LeCheval Finlandais, par le ProfesseurAd. Reul. Bruxelles, Polleuniset Ceuterick, 1901.— REVBroch. in-8° de 14 p. avec 2 pl. h. t.en phototypie contenant 4 fig. représentantdes étalons finlandais.Le Cheval Américain introduiten Belgique. Conférence par leProfesseur Ad. Reul. Bruxelles,Polleunis et Ceuterick, 1901.Broch. in-8° de 15 p.La Télégonie. Imprégnation de lamère. Une expérience par le ProfesseurAd. Reul. Bruxelles, Polleuniset Ceuterick, 1901.Broch. in-8° de 6 p.Congrès national d'agriculture —L'Utilité des phosphates dans l'Elevagedes Animaux domestiques,par Ad. Reul, Professeur de zootechnieà l'Ecole vétérinaire del'Etat. Bruxelles, A. Vromant,1901.Broch. in-8° de 23 p.Ecole dedecine vétérinaire del'Etat — Précis du Cours de Zootechnie,d'Hygiène et d'Agronomie,par le Professeur Ad. Reul — PremièrePartie, Zootechnie générale— Bruxelles, Vanbuggenhoudt,1902.1 vol. in-8° de 115 p.Même ouvrage, même titre —Deuxième Partie. Ethnogenie etEthnographie des Animaux domestiques.Bruxelles, F. Vanbuggenhoudt,1902.1 vol. in-8° de 393 p.Même ouvrage, même titre —Troisième partie, Zootechnie appliquéeaux différentes Espèces animales— Bruxelles, F. Vanbuggenhoudt,1903.1 vol. in-8° de 222 p.Précis du Cours d'Extérieur duCheval, par le Professeur Ad. ReuLBruxelles, F. Vanbuggenhoudt,1902.1 vol. in-8° de 296 p. La couvertureporte 1903.REVERCHON (Jean-Baptiste-Bernard).Vétérinaire français, diplômé d'Alfortcomme maréchal vétérinaire en 1816et comme médecin vétérinaire en 1818.Il est devenu vétérinaire départemental


REV — 4M — REVde la Côte-d'Or à Dijon, sa ville natale.An III-18...Situation des Races d'AnimauxDomestiques dans le départementde la Côte-d'Or au I er Juillet 1845.Dijon, Imp . Simonnot-Carion,1846.Broch. in-4 0 de 17 p., plus 3 f ts contenant6 tableaux, signée à la fin.La statistique chevaline occupe plusde la moitié de l'ouvrage.REVERCHON (Jean-Claude-Hector).Peintre français, 1796-1851. Il a été,de 1819 à 1836, professeur de dessin àl'Ecole vétérinaire de Lyon. L'emploifut supprimé en 1837.Anatomie du Cheval — Ostéologieet Myologie, dessinées et publiéespar Hector Reverchon,Peintre, Maître de dessin à l'Ecoleroyale d'Economie rurale et vétérinairede Lyon ; dédiées à Monseigneurle Dauphin, Fondateur de laChaire de Dessin aux Ecoles Vétérinairesde France. Paris, M me Huzard;Lyon, l'Auteur, à l'Ecoleroyale vétérinaire. Lithographiede H. Brunet ; Imp. Durand etPerrin, à Lyon, 1825.Atlas gr. in-f° de 2 f fs pour le titre etl'Avant-propos, 1 frontispice reproduisant,agrandies et ombrées, les 3 fig. deVincent dans l'Extérieur du Cheval deBourgelât (voy. ces noms), et 17 bellespl. lith. contenant 34 fig. avec 1 f detexte explicatif pour chacune d'elles.Ces pl. existent en noir et coloriées.Anatomie du Cheval — Ostéologieet Myologie, par Hector Reverchon,Peintre, ancien Maître dodessin à l'Ecole vétérinaire deLyon. Huit planches contenant34 Figures litgographiees avec unTexte de nomenclature selonMM. Kigot. Girard et Bourgelat.Deuxième Edition. Lyon, Typ. J.Brunet fils et Fonville. Lithographiede Sénoq, 1849.Album gr. in-f° de 2 f' 3 pour le titreet la nomenclature et 8 pl. lithog. contenantles 34 fig. annoncées au titre,noires ou coloriées, suivant les exemplaires.Dans cette éd on , le frontispice a disparu,les fig. sont en plus grand nombresur chaque pl., certaines d'entre ellessont retournées et il n'y a qu'un seul fde texte explicatif pour toutes les pl.La 1 éd°" est la meilleure et la pluscomplète.RÉVOIL (Bénédict-Henry). ,Romancier et voyageur français, 1816-1882.Coups de fusil. Souvenirs d'unChercheur d'Aventures aux Etats-Unis, par Bénédict-Henry Révoil.Tours, Alfred Marne et fils, 1882.1 vol. in-12 de 195 p. avec nombreusesfig. d. 1. t., la plupart à pleine p.L'ouvrage est cité ici pour le chap. surle Cheval sauvage, p. 39 à 50, avec 3 fig.Voy., pour une traduction du mêmeauteur, Gerstaeker.RÉVOIL (Henry-Antoine).Architecte' et archéologue français,1820-1900.Fouilles archéologiques — N° 4— Vase antique. Prix donné à desBestiaires — Phalères en bronze,objets trouvés dans l'Amphithéâtreromain de Nîmes par Henry Révoil,Architecte du Gouvernement, membrenon-résidant du Comité desSociétés savantes, membre de laSociété centrale des Architectes,membre honoraire et correspondantde l'Institut royal des Architectesbritanniques, membre des AcadémiesduGard,deLyon,deBordeaux,de Rouen; membre des Sociétésdes antiquaires de Normandie, del'Ouest, de Picardie; membre desSociétés archéologiques du midi dela France, de Lorraine, de Montpellier,de Langres, de Béziers, etc.1 Paris, V" Morel; ibid., Didron,S. D. (1871).Broch. in 8" de 8 p. avec 1 pl. se dépliantet contenant 4 fig. dessinées parl'auteur, dont-i quadrige et 2 cavaliers.Extrait des Mémoires de l'Académie duGard.Concerne les courses de chars et dechevaux dans l'antiquité.REVOUY (Joseph-André).Vétérinaire français, diplômé de Lyonen 1875.Notice sur un nouveau Systèmed'Entraves, par M. Revouy, Vété-


REV - 415 — REVrinaire à Vienne (Isère). Langres, pour prendre le suivant, qui devint définitif:Imp. A. Vallot, S. D. (vers 1885?).Broch. in-8° de 10 p. avec 1 pl. contenant10 fig.Revue des Haras, de l'Agricultureet du Commerce. BureauxREVUE DE CAVALERIE (Périodique).Neuilly,provisoires, 13, Route de la Révolte,Le journal, dont Alph. Morin était audébut à peu près Tunique rédacteur, étaitmensuel. La contenance des premiers n osétait variable; elle fut peu après fixée à64 p., plus les annonces. Chaque numéroavait sa pagination, et une partie importanteen était consacrée aux comptesrendus de Courses.En 1880, il prit le titre suivant :Revue de Cavalerie. Paris etNancy, Berger - Levrault, Avril1885.Livraison gr. in-S° de 124 p.C'est la première. La Revue a continuéà paraître par livraisons mensuelles decontenance variable et généralement deplus de 100 p., avec des croquis, descartes, des figures et des portraits d. 1. t.et h. t. 6 livraisons forment un volume :Avril-Septembre et Octobre-Mars. Actuellement,les volumes contiennent environ750 p.La Revue de Cavalerie, dirigée jusqu'en1910 par Charles Malo (1), Test depuisce moment par. le Colonel Fleury (2).REVUE DES HARAS (Périodique).Cette publication a commencé à paraîtreen Juillet 1871, sous la direction deM. Alphonse Marin (3) qui était un ancienéleveur, bon cavalier et habile dresseurde chevaux d'attelage. Il avait été à latête des écuries du Tattersall. Il mouruten 18S6 et M. Gaussen publia sur lui,dans la Revue des Haras de Juin 1886,un article nécrologique.M. Alphonse Morin annonce, dans le1 er qu'il va « faire revivre le Journal« des Haras » et, en effet, les 3 premiersn° 8 portent le titre suivant :Journal des Haras — Haras —Agriculture. Bureaux provisoires,13, Route de la Révolte, Neuilly.Mais le véritable Journal des Haras[voy. ce titre pour l'historique de la publication)venait lui-même de ressusciter,précisément à cette même date de Juillet1871. Aussi, au 4 e N°, Octobre 1S71,le journal d'Alphonse Morin dut abandonnerle titre de Journal des Haras(1) Malo (Charles), écrivain militaire français,rédacteur militaire au Journal des Débats,historien de la plupart des guerres contemporaines; il a aussi publié d'intéressantes critiquesdes armées étrangères et des grandesmanœuvres. Engagé volontaire en 1870, ilavait reçu à 20 ans la médaille militaire. 1851-1912.(2) Fleury (William-Aimable-Emile-Adrien),officier de cav le français, né en 1857, soustjeutnten 1798, colonel en 1907, retraité en1910.(3) -Voy. ce nom.Revue des Haras, de l'Agriculture,du Commerce et des Remontes.Bureaux, 13, Route de laRévolte, Neuilly.En 1882, les bureaux furent transportés5, rue de Sablonville, toujours à Neuilly.En 1886, Alph. Morin mourut etM. Auguste Raux lui succéda. La mêmeannée, la pagination se suivit d'un n° àl'autre pour former un volume annueld'environ 320 p. Plusieurs rédacteurscoopéraient alors au journal qui avaitpris une certaine importance dans lemonde du sport et de l'élevage.Quelque temps après, la Revue contintdes illustrations assez soignées, et lapublication continua sans grand changementjusqu'en 1899. Le directeur étaitalors M. G. Dunel et le rédacteur enchef M. A. Lambelle. Les bureaux étaient17, rue Joubert.Mais le n° d'octobre 1899 annonce quele Capitaine H. Choppin (voy. ce nompour ses ouvrages) prend les fonctionsde directeur et de rédacteur en chef etcelui-ci publie, dans le même n°, unelettre de M. de La Fargue Tau^ia, Inspecteurgénéral honoraire des Haras,l'engageant à donner au journal le titrede Revue hippique, et une note dans,laquelle il annonce qu'il suit ce conseil,et que désormais le journal sera publiésous le titre suivant :Revue Hippique ■— Haras —Remontes — Elevage — Courses— Concours — (Revue des Haraset des Remontes fondée en 1871).Bureaux, IJ, rue Joubert, Paris.Le journal indiqua 30 e année, conservale numérotage de la Revue des Haras,son format et la contenance de chaque n°.Six mois plus tard, il devint bi-mensuel,le n" contint alors 48 p. au lieu de 64,et l'année forma deux volumes.


REV — 41 6 — REYpar ordre du Ministre de la Guerresous la Direction de la Commissionmilitaire dedecine et d'HygièneLe cap ne Choppin sut s'adjoindre debons collaborateurs, joignit au texted'intéressants dessins et publia, à la finde chaque n". une bibliographie hippiquedue à M. Henry Kumps. bibliographebelge érudit (1). La Revue Hippiqueprit, sous sa direction, une placehonorable dans la presse sportive.Elle n'eut cependant qu'une courte•existence, et le n° du i or juillet 1901contenait un avis de l'Administrationannonçant sa disparition et sa fusionavec le Sport Universel Illustré (voy. cetitre) qui, à partir de ce moment, ajoutaà son titre : et Revue Hippique.REVUE DU CHEVAL DESELLE(Périodique), voy. SOCIÉTÉD'ENCOURAGEMENT A L'ELE-VAGE DUCHEVAL DE GUERREFRANÇAIS.REVUE GÉNÉRALE DE MÉ-DECINE VÉTÉRINAIRE (Périodique).Ce Recueil a été fondé en 1903 sousle titre suivant : ,Revue générale dedecine Vétérinaireparaissant le I er et le 15 dechaque mois, publiée par M. Leclainche,Professeur à l'Ecole Vétérinairede Toulouse. Toulouse, Lmp.Lagarde £t Sebille, 1903.Le recueil est bi-mensuel, du formatin-8° ; le n° contient 64 p. et souventdes figures. Chaque semestre forme unvol. d'environ 600 p.REVUE HIPPIQUE voy. RE-VUE DES HARAS.REVUE VÉTÉRINAIRE voy.JOURNAL DES VÉTÉRINAIRESDU MIDI.REVUE VÉTÉRINAIRE MILI-TAIRE (Périodique).Le Recueil de Mémoires et Observationssur VHygiène et la Médecine VétérinairesMilitaires (voy. ce titre) qui formait unvolume publié chaque année'est devenutrimestriel en 1910 et a pris le titre suivant:Revue Vétérinaire Militaire paraissantchaque trimestre, publiée(1) Dont le concours m'a été souvent précieuxpour la rédaction de ma Bibliographie.Vétérinaires. Paris et Limoges,Henri Charles-Lavau\eUe, igio(etannées suivantes).Les fascicules trimestriels, dont lapagination se suit, forment à la fin del'année 1 vol. in-8° de contenance variable,7 à 800 p.REY (Alfred-Augustin).Vétérinaire français, 1813-1890. Diplôméde Lyon en 1834, devint professeurde clinique, de pathologie externe, chirurgieet maréchalerie en 1841 et occupace poste pendant 39 ans, jusqu'à sa miseà la retraite en 1880.Il fut rédacteur en chef du Journal del'Ecole vétérinaire de Lyon et y publiapresque tous ses travaux. Il remplitplusieurs missions officielles et étaitmembre de nombreuses Sociétés savantes.Traité de Maréchalerie vétérinaire,comprenant l'étude de laFerrure du Cheval et des autresanimaux domestiques sous le rapportdes défauts d'aplomb, desdéfectuosités et des maladies dupied, par A. Rey, Professeur deClinique, Pathologie chirurgicale,Jurisprudence et Maréchalerie àl'Ecole vétérinaire de Lyon, Membrede plusieurs Sociétés savantes. Lyon,Savy; Paris, Labè ; Montpellier,Labè, 1852.1 vol. in-8° de ix-498 p. avec nombreusesfig. d. 1. t. Dédicace à M. Rainard,ex-Directeur de l'Ecole vétérinairede Lyon.Même ouvrage, même titre. DeuxièmeEdition, avec 185 Figures.Paris, F. Savy, 1865.1 vol. in-8° de vu-515 p.Cette éd on est sensiblement augmentée,tant pour le t. que pour les fig.De l'Epizootie charbonneuse quia régné dans l'arrondissementd'Embrun, Département des Hautes-Alpes,en 1853, par A. Rey,Professeur de Clinique à l'Ecoleimpériale vétérinaire de Lyon,Membre de plusieurs Sociétés savantes.Avec une Carte de l'arrondissementdans lequel l'épidémie arégné. Lyon, Savy; Paris, Labè,i853-


REY — 417— REYBroch. in-8° de 73 p.Broch. in-8° de 36 p.Cette épidémie avait sévi avec violenceEpisode de la querelle aiguë' survenuesur les ânes, un peu moins sur les muletsentre Rey et Bradai (voy. ce nom) auet les chevaux, et peu sur les animauxsujet de l'épizootie régnante.de l'espèce bovine.Traité de Jurisprudence vétérinaire,contenant la législation surles Vices rédhibitoires et la garantiedans les ventes et échanges d'animauxdomestiques, suivi d'un Traitédedecine légale sur les blessures«t les accidents qui peuvent surveniren Chemin de fer, par A. Rey, Professeurde Jurisprudence, de Cliniqueet de Maréchalerie à l'Ecolevétérinaire de Lyon, etc. Paris,Savy, 1864.1 vol. in-8° de 023 p.Même ouvrage, même titre. DeuxièmeEdition, revue, corrigée etaugmentée. Paris, Savy, 1875.1 vol. in-8° de 776 p.Ce dernier ouvrage n'a plus guère•d'intérêt depuis la refonte de la législationsur les vices rédhibitoires. Lapartie qui concerne les accidents enchemin de fer peut cependant toujoursêtre consultée.Quant au Traite de maréchalerie, trèsapprécié au moment de sa publication,il a été remis au second plan par d'autresouvrages plus récents.REY (Louis-Amable).Vétérinaire à Castres.Considérations sur la Maladie desBestiaux qui règne dans quelquesCommunes du Département duTarn, par le Sieur Rey, Vétérinaireà Castres — Août 1827 — Castres,Imp Vidal f"\Broch. in-8" de 19 p.Concerne en partie les chevaux.Réplique à une Diatribe ayantpour titre : Réponse à l'Ecrit intitulé: Considérations sur la Maladiedes Bestiaux qui règne dansquelques Communes du Départementdu Tarn, par le Sieur Rey,Vétérinaire à Castres, Août 1827,par Amèdèe Bradai (et consorts),ex Répétiteur, Auteur Directeur,Haut Commissaire Vétérinaire àCastres, etc., etc. Par le Sieur Rey,Vétérinaire à Castres. Castres,Vidal f res , 1827.Observations sur la Maladierégnante parmi les Bestiaux del'Arrondissementde Castres, suiviesd'un Mémoire sur l'Amélioration etla Multiplication de la Race desChevaux dans le Département duTarn, par le Sieur Rey, Vétérinaireà Castres. Castres, Vidal, 1832.Broch. in-8° de 48 p.Les Observations sur la Maladie...concernent en partie les chevaux. LeMémoire occupe la 2 e moitié de l'opuscule.•REYBRAB (L.), pseudonyme.Les Plaintes d'un Cheval à MonsieurGailleton (1) sur la Voirie etles Tramways. Satire en vers parL. Reybrab — Prix 20 centimes —Lyon, Imp. Perellon, 1891.Broch. in-8° de 8 p.REYNAL (Jean).Vétérinaire français, 1816-1893. Diplôméd'Alfort en 1838, il fut nommé vétérinaireen sécond au i er Lanciers lamême année et vétérinaire en I er au6 e Lanciers en 1843. En 1844, il fut punide huit jours d arrêts de rigueur pouravoir donné, dans le Recueil dedecinevétérinaire, une appréciation publique desactes de l'autorité supérieure, et avoirprovoqué, parmi les vétérinaires militaires,une souscription qui avait pourbut d'offrir à Renault (voy. ce nomj untémoignage de reconnaissance pour lesdémarches actives qu'il avait faites afind'obtenir des améliorations à la situationdes vétérinaires mil res . Il eut ensuite desdémêlés avec un vétérinaire principal et,désirant quitter l'armée, il obtint en 1847l'autorisation de se présenter à un concourspour l'emploi de chef de service àAlfort. Il y fut nommé et donna sadémission. Pendant qu'il appartenait àl'armée, il avait reçu, pour ses travaux,de nombreuses récompenses de diversessociétés savantes et plusieurs témoignagesde satisfaction du ministre.Reynal fut nommé professeur à Alforten 1861, puis directeur en 1871 et futretraité en 1879. Il était membre del'Académie dedecine et de plusieurssociétés savantes.(1) Alors maire de Lyou.Bibliogr. hippique. T. II. — 27


REY — 41Un mot sur les causes de laMortalité des Chevaux dans laCavalerie française, par M. Reynal,Vétérinaire en 2 e au I er Régimentde Lanciers. Paris, Félix Locquin,1842.Broch. in-8° de 38 p. (Extrait du Recueildedecine vétérinaire, N os de Juilletet Août 1842).Travail assez complet dans lequelReynal rappelle à l'observation des règleshygiéniques applicables dans la cavalerie.Société vétérinaire des départementsdu Calvados et de la Manche— Concours contre l'empirisme— Mémoire qui a remporté le prix,par M. "Reynal, Vétérinaire ensecond au I er Rég' de Lanciers —Rapport fait dans la séance du16 octobre 1842 par une Commissioncomposée de MM. Duverger, Putot,Lair," Caillieux, Lecoq et Lacoste,rapporteur (1). Bayeux, Imp. ClémentGroult, 1842.Broch. in-8° de 65 p.Recherches sur les causes de laCécité suivies de 1-histoire d'uneOphthalmie purulente. Mémoire quia mérité une Médaille d'or au Concoursde la Société royale et centraled'Agriculture, Année 1844,par Reynal, Vétérinaire en 1 er au6 e Lanciers, Membre correspondantde l'Académie royale de Metz, dela Société vétérinaire du Calvadoset de la Manche, de celle desDépartements de l'Ouest, de l'Associationvétérinaire du Nord et duPas-de-Calais et collaborateur duRecueil dedecine vétérinairepratique. Paris, Imp. F. Locquin,1844.Broch. in-8° de 63 p.Les recherches intéressantes dont cettebrochure donne la relation avaient étéfaites par Reynal à Sarreguemines et àS 1 Avold (2) de 1840 à 1842 et ses observationsportent aussi sur une trentainede chevaux de son régiment atteintsd'ophthalmies purulentes.De l'Equarissage sous le rapport(1) Voy. Lacoste pour d'autres ouvrages.(2) A cette époque et longtemps après encore,■presque tous les chevaux de cette partie de laLorraine étaient aveugles. J'ignore quelle est lasituation actuelle.— RHOde l'Hygiène publique et de laPolicesanitaire vétérinaire, par M. Reynal,Chef de service de Clinique àl'Ecole impériale vétérinaire d'Alfort.Paris, Imp. de W. Remquet,1860.Broch. in-8° de 47 p.Concerne entièrement le cheval etcontient aussi des renseignements surl'hippophagie.Traité de la Police sanitaire desAnimaux domestiques, par J. Reynal,Directeur de l'Ecole vétérinaired'Alfort, Professeur de Policesanitaire et de Jurisprudence commercialeà la même Ecole, Membretitulaire de l'Académie dedecine,de la Société centrale d'Agriculturede France, de la Société centrale dedecine vétérinaire, etc. Paris,P. Asselin, 1873.1 vol. in-8° de xx-1012 p. avec unecarte d'Europe se dépliant et indiquantla marche de la peste bovine dans lesEtats de l'Europe centrale en 171L, 1740,1756, 1775, 1815, 1865, 1866 et 1867.En dehors de ces ouvrages. Reynal apublié de très nombreux articles dans leRecueil dedecine vétérinaire et a collaboréavec H. Bouley aux 10 premiersvolumes du Dictionnaire dedecine, deChirurgie et d'Hygiène vétérinaires. (Voy.ces titres.)RHODES (Jean-Baptiste).Vétérinaire français, 1793-1857. Il étaitentré à Alfort en 1811 et y devint répétiteur.En 1814, il fit partie du bataillond'Alfort qui défendit le pont de Charenton;il y fut blessé, fit probablementpartie de la colonne en retraite sur Bloiset fut fait prisonnier. On le conduisitdeux fois sur le terrain pour être fusillé ;« la peur qu'il en a éprouvée, dit une« note du registre de l Ecole, lui a dé-« rangé la tête et il est à craindre qu'il« ne puisse pas exercer l'art vétérinaire ».Il l'exerça longtemps cependant, maison verra, par la suite de cette notice, queson cerveau avait mal repris son aplomb.L'Epigéonosie ou la Peste universellequi règne depuis quelquesannées sur le Globe terrestre,spécialement dans l'Air, l'Eau, laTerre, les Minéraux, les Végétaux,les Animaux, et principalementdans les Fourrages, les Légumes,les Céréales, les Pommes


RHO — 41 ) — RICde terre, les Vignes, les Arbres sont aussi bizarres que le titre, et onfruitiers, les Poules, les Dindons, voit que le bon Rhodes était un originalles Oies, les Porcs, les Brebis, lesVaches, les Juments, les Etalonsde premier ordre. Comme tous les inventeursobstinés et qui se croient méconnus,et les Personnes, mais où sont plus il se plaint amèrement des rois, desgouvernements et du public, que sesparticulièrement traitées la Maladieinventions, destinées à révolutionner ledite Vénérienne des Etalons et des monde, ont laissé profondément indifférents.Juments, la Maladie des Pommesde terre et des Céréales, et surtout Un prospectus répandu dans la Francela Maladie des Vignes depuis sonorigine jusqu'à présent et son avenir,entière et dans lequel il annonçait lapublication d'un ouvrage sur VEpidémomaladie,avec les moyens de la prévenir \ooiie enter ogénitopurulique, nouvelleetc., ne produisit, « à son grandet de la guérir très différents et« étonnement, grâce à la cupide avarice,meilleurs qùe tous ceux qu'on a « ainsi qu'à la grande jalousie des homprônésjusqu'à ce jour, accompagnésd'observations et de, figures pauvre Rhodes ne s'en peut consoler.« mes, qu'une seule souscription... ». Le 'microscopiques ainsi que du portraitde l'Auteur, Jean BaptisteLes maladies épidémiques des chevaux,juments et baudets sont traitées, aprèsRhodes, de Plaisance, Médecin vétérinaireet ex-Répétiteur de l'Ecolequelques observations générales préliminaires,de la p. 58 à la p. 110. L'auteurs'occupe principalement de la dourineou maladie du coït, qui avait fait,impériale d'Economie rurale etvétérinaire d'Alfort; honoré de la peu avant, son apparition dans la' plaineMédaille d'argent et de la Médaille de Tarbes. Les p. 243 et 244 traitent desd'or; auteur de différents Ouvragessur la Nature, les Sciences et lesaltérations des fourrages.Rhodes avait aussi essayé de fonderArts, spécialement du Conservateur un journal, Le Conservateur de la Santé.Il semble, dit M. Neumann, qu'il n'ende la Santé, de la Thèocosmorhodieparut jamais qu'un seul numéro.ou nouveau système de la Nature,de la Paix universelle ou MariageRIBEYRE (F.) voy. VOYAGEphilosophique du Commerce avecl'Agriculture et sa Famille entière, EN LORRAINE DE S. M. L'IMetc.,etc., premier Père de la NouvellePÉRATRICE.Télégraphie ;invente\ir, depuisplus de vingt ans, d'un Nouveau RICARD (L'ABBÉ).Système Locomoteur qui, chargé de Notice historique sur le Saintpersonnesou d'objets matériels, Mors de l'Empereur Constantin,peut parcourir sans danger, nonobstantles côtes et les montagnes, Siffrein à Carpentras, par l'Abbé R...conservé dans l'Eglise de Saintplusde cent lieues par heure, etc., Lyon,]. B. Pêlagaud, Février 1862.etc. Auch, Imp. et Lithog. de J. Foix,I vol. in-12 de 4 f1854.non ch. pour lestitres,l'approbation de l'archevêque1 vol. in-8° de 456 p. avec 2 pl. sur lamême feuille se dépliant. Le portrait del'auteur est découpé dans le titre d'unecantate de sa composition intitulée LeChant Napoléonien ou le Président de laRépublique française, Cantate sur VAirRhodien, en Musique, Air et paroles deVAuteur, etc. Ce titre, fortement rognépour le mettre au format in-8° occupe lerecto du f dont le portrait de Rhodesoccupe le verso. Dédicace « aux Amis« de la Médecine générale, de la Nature,« de l'Agriculture, des Sciences, des Arts,« de la Civilisation et du Bonheur géné-< ral des Peuples de la Terre ».Le style et le fond de cet ouvrage end'Avignon, une déclaration de l'auteuret 262 p. avec 3 pl. lith. h. t. dont 2représentent des mors de cheval.Dissertation historique et religieuseau sujet de clous ayant servi au crucifiementde J.-C, qui auraient été trouvésen 326 par S tt: Hélène, et dont deuxauraient servi, par ses ordres ou ceux deson fils Constantin, à former un morspour le cheval de cet Empereur. Cetterelique est conservée à Carpentras sousle nom de Saint-Clou, et l'auteur a pourbut d'en prouver l'authenticité.II n'est désigné sur le titre que parune initiale, mais son nom est donnépar l'approbation de l'archevêque.


RIC — 420 — RICRICCOBONI voy. SACCUS.RICHARD (Adolphe) et FOU-CHER (E.).Médecins français.Observations sur le Farcin chronique,avec guérison probable, parle D f Adolphe Richard, Prosecteurde la Faculté dedecine de Paris,et E. Foucher,' aide d'Anatomie àla même Faculté, Interne à la Charité— Extrait des Archives généralesdedecine, n° de Déc. 1851.Paris, Rignoux, 1851.Broch. in-8° de 18 p.Il s'agissait d'un palefrenier, visiblementinfecté par un cheval, quoiqu'onn'en ait trouvé aucun farcineux dansl'écurie où il était employé.RICHARD (Antoine) dit RI-CHARD DU CANTAL.Vétérinaire, médecin, agronome, hippologueet homme politique français,1802-1891, Engagé volontaire au I er Cuirassiersdelà Garde royale, il fut envoyécomme élève mil re à l'Ecole d'Alfort etentra comme vétérinaire au I er d'art ieen 1828. En garnison à Strasbourg, ilsuivit les cours de la Faculté dedecinede cette ville et se fit recevoir 7 docteur.Il se rendit ensuite en Algérie, en revinten 1838 pour enseigner l'économie ruraleà Grignon, puis fut nommé, en 1840,professeur à l'Ecole des Haras qui venaitd'être fondée et dont il devint directeuren 1845.Mais ses doctrines scientifiques et sestendances démocratiques l'avaient rendususpect, et il fut destitué en 1847. Il sejeta alors complètement dans le partiavancé et, après la révolution de Février,il fut envoyé à S 1 Flour comme souscommissairedu gouvernement, puis futélu le 23 avril représentant du Cantal àl'assemblée constituante et réélu à lalégislative en 1849. R en -cl u à la vie privéepar le coup d'Etat de 1851,11 se consacraà l'agriculture et aux études agronomiques; fonda, avec Geoffroy S 1 Hilaire,la Société ^oologique d'Acclimatation etlit, en 1869, dans toute la France, avecl'appui du gouvernement qui ne lui tenaitplus rigueur et lui avait même donné letitre d'Inspecteur général des Haras dei re classe, des conférences de vulgarisationagricole, principalement sur les questionsd'élevage. Il adressa aussi, à leursujet, des communications à l'Académiedes sciences et des pétitions au Sénat.Il s'était présenté sans succès à l'Académiedes sciences en 1861 et à la députationen 1863.De la Conformation du Chevalsuivant les lois de la Physiologie etde la Mécanique ; par M. A. Richard,Docteur en médecine, ancien Cultivateur,Directeur de l'Ecole desHaras, Membre de plusieurs Sociétésd'Agriculture, de Sciencesnaturelles, etc. Avec planches.Paris, Imp. Guiraudet et Jouaust,S. D. (1847).1 vol. in-8° de 403 p. avec 2 pl. sedépliant et contenant 27 fig. sur l'âge.De la Conformation du Chevalsuivant les lois de la Physiologie etde la Mécanique — Haras, Courses,Types reproducteurs, Améliorationdes Races, Vices rédhibitoires —Par M. A. Richard, Docteur enmédecine, ancien Cultivateur etElève de l'Ecole d'Economie ruraleet vétérinaire d'Alfort, Directeur del'Ecole des Haras, Membre de plusieursSociétés d'Agriculture, deSciences naturelles, etc. Avec planches.Paris, au Comptoir des Imprimeursunis, 1847.1 vol. in-8° de vi-559 p. avec lesmêmes pl.C'est la même éd on que la précédente,mais avec un titre plus détaillé et l'adjonction: i° d'une dédicace au Pays etaux Chambres; 2 Û d'un avertissement;3° d'une 4 e partie, de la p. 401 à la fin,sur les Haras, les Courses, le Pur-sanget les Vices rédhibitoires. C'est donc lai re éd on complétée.Etude du Cheval de service et deguerre suivant les principes élémentairesdes Sciences naturelles, parA. Richard (du Cantal), Agriculteur,Vice-Président de la Société d'Acclimatation,Membre delà Commissiond'Hygiène hippique au Ministère dela Guerre, ancien Directeur del'Ecole des Haras, ancien Membredes . Assemblées constituante et législative,etc. — Haras, Courses,Types reproducteurs, Améliorationdes Races, Vices rédhibitoires, etc.Deuxième Edition, avec figuresdans le texte. Paris, L. Hachette,


RIC — 421 — RIC1 vol. in-12 de xxiv-476 p. Dédicace l'Armée. Ouvrage indiqué par M. leà la Société Impériale d'Acclimatation.C'est le même ouvrage que le précédent,Ministre de l'Instruction publiqueavec un titre et un format différents. Les au choix des Instituteurs pour lespl. sont supprimées et les fig. sur l'âge élèves des Ecoles, les adultes, lesréparties d. 1. t. Il y a aussi quelques familles et les Bibliothèques scolaires— Historique abrégé desadditions, notamment une note sur larésistance comparative des chevaux anglais Haras, leurs opérations, Typeset des chevaux arabes en Crimée. reproducteurs, Amélioration desMême ouvrage, même titre. TroisièmeEdition, précédée de lettresdu Général Daumas et de l'EmirAbd-el-Kader sur le Cheval arabeet de réflexions à ce sujet. Paris,L. Hachette, 1859.1 vol. in-12 de xi.viii-476 p.Edition semblable à la précédente, saufl'adjonction des lettres et des réflexionssur le cheval arabe annoncées au titre.Etude sur la conformation duCheval, etc. Quatrième Edition.Paris, L. Hachette, T86Q.1 vol. in-12 de XL-382 p. Dédicace auxSociétés d'agriculture et aux Comicesagricoles de France.Pour cette éd on , on a repris le titre dela i re et on a supprimé la 4 E partie :Haras et Courses.Etude du Cheval de service et deguerre, suivant les principes élémentairesdes Sciences naturelles,appliqués à l'agriculture, suivie duRapport présenté en 1849 à l'Assembléenationale constituante aunom des Comités dé l'Agricultureet de la Guerre, réunis pour étudierla question des Haras et des Remontesmilitaires; par A. Richard(du Cantal), Cultivateur. Figuresdans le texte. Cinquième Edition,dédiée à l'Agriculture et à l'Armée— Historique abrégé des Haras,leurs opérations, Types reproducteurs,Amélioration des races, Rapportà l'Académie des Sciences deParis sur les Courses de vitessed'hippodrome au point de vue duperfectionnement du Cheval deguerre, etc. Vices rédhibitoires duCheval, suivant la Loi de i838.Paris, L. Hachette et che\ J. Dumaine,1874.1 vol. in-12 de xxiv-xL-528 p.Même ouvrage, même titre.Sixième Edition, dédiée à l'Instructionpublique, à l'Agriculture et àRaces — Paris, Librairie agricolede la Maison Rustique et che\J. Dumaine, S. D. (1880).1 vol. in-12 de cLxn-xxiv-457 P- avecles mêmes fig. d. 1. t.L'Introduction à cette 6 e éd on a étépubliée à part, avec une couverture aunom de l'imprimeur Champon, S. D., etun titre intérieur semblable au précédenten 1 vol. in-12 de CLXII-XXIV p. Cettepublication a probablement précédé etpréparé celle de la 6 e éd on décrite cidessus,la dernière à ce jour du principalouvrage de Richard, qui a reçu, commeonle voit, deuxtitres différents. La 5°éd on ,de 1874, est la plus complète.Quelques mots sur les Haras duDépartement de l'Aude, et sur lesmoyens dè les améliorer— (Extraitdes Annales des Haras et de l'Agriculture(1) — Paris, Imp. Guiraudetet Jouaust, S. D. (vers 1846 ou 47).Broch. in-8° de 12 p., signée à la finA. R.Des Courses considérées commemoyen de perfectionner le Chevalde Service et de Guerre, par M. A.Richard, Docteur en médecine,ancien Cultivateur etélève de l'Ecoled'Economie rurale et vétérinaired'Alfort, ancien Professeur suppléantà l'Institut national agronomiquede Grignon, Directeur del'Ecole des Haras, Membre deplusieurs Sociétés d'Agriculture,de Sciences naturelles, etc., etc.S 1 Flour, Imp. V ve Viallefont,1848.Broch. in-12 de 24 p.Cet opuscule est antérieur à la Révolutionde février. Richard y poursuit sesarguments contre le cheval anglais et lescourses, déjà développés dans le précédentouvrage.Même ouvrage, autre éd on . Paris,Guiraudet et Jouaust, 1848.Broch. in-12 de 24 p.(1) Voy. ce titre.


RIC — 422 — RICMême ouvrage, autre éd on Paris,i8 53.Broch. in-12 de 24 p.République française — Liberté,Egalité, Fraternité — Assembléenationale — Rapport fait au nomdes Comités de l'Agriculture et dela Guerre sur la proposition duCitoyen Richard (Cantal), relativeà la production des Chevaux aupoint dé vue des besoins de l'Armée— Par le Citoyen Richard (Cantal),Représentant du peuple, Séance du23 mars 1849. Paris, Imp. de l'Assembléenationale, 1849.1 vol. in-8° de 152 p.Ce livre contient deux propositionsdifférentes de Richard et des lettres,rapports, notes ministérielles et documentsdivers sur la question.Simple rectification d'une méprisede M. de Dampierre, Représentantdes Landes, au sujet du Rapportprésenté au nom des Comitésd'Agriculture et de la Guerre àl'Assemblée nationale le 23 Mars,sur les Haras et les Remontes, parA. Richard (du Cantal), Représentantdu Peuple. Paris, Imp.Edouard Proux, 1849.Broch. in-8° de 16 p.C'est une réponse à une critique durapport précédent, faite par M. deDampierre dans une brochure dont jen'ai pu trouver d'autre trace.Proposition relative aux moyensde préserver l'Agriculture des ravagesfaits par les maladies contagieusesdes Animaux domestiqueset les épizooties. Présentée le 13 Mai1850 à l'Assemblée Nationale parM. Richard (du Cantal). Paris, Malteste,1850.Broch. in-8° de 8 p.L'opuscule, après divers considérants,se termine par un projet de loi sur lapolice sanitaire. Il n'intéresse le chevalqu'indirectement.Proposition relative aux Coursesd'hippodrome considérées commemoyen de perfectionner nos Racesde Chevaux de service et de guerre,par A. Richard (du Cantal). Paris,(BaillièreT), 1850.Broch. in-8° de 24 p.Je ne connais cet opuscule que par unancien catalogue de la lib' c Baillière.Principes généraux de l'Améliorationdes Races de Chevaux etautres animaux domestiques, àl'usage des Ecoles d'Agriculture etde l'Armée. Par A. Richard (duCantal), Représentant du peuple,Docteur en médecine, Cultivateur,ancien Elève de l'Ecole d'Economierurale et vétérinaire d'Alfort, ancienDirecteur de l'Ecole des Haras,Membre de plusieurs Sociétés d'Agriculture,de Sciences naturelles, etc.Paris, au Comptoir des Imprimeurs-Unis, 1850.1 vol. in-8°.C'est la publication séparée de la4 e partie {Haras, Courses et Perfectionnement)du Livre sur La Conformationdu Cheval décrit plus haut, de la p. 401à la p. 534, pour laquelle on a impriméun titre particulier, tout en conservant lapagination de l'ouvrage.Principes généraux sur l'Améliorationdes Animaux en général etdu Cheval en particulier, par A. Richard(du Cantal). Saint-Flour',.Imp. Alfred Passenaud, 1875.1 vol. in-8° identique au précédentavec un titre nouveau, l'adjonction d'unepréface de XXVIII p. et celle des p. 535à 556 de La Conformation du Cheval,appendice sur les Vices rédhibitoires.Extrait du Bulletin de la Sociétéloologique d'Acclimatation n° 9,Nov. 1854 — Rapport fait à la Sociétézoologique d'Acclimatation aunom de la Commission nomméepour étudier l'Hémione acclimatéau Muséum d'Histoire naturelle deParis — Commissaires : MM. deBaylem, le prince Marc de Beauveau,le baron de Pontalba, FlorentPrévost et M. Richard (du Cantal),rapporteur. (Séance du 9 Juin 1854.)Paris, Typ. Simon Raçon, (1854).Broch. in-8° de 10 p. avec 3 pl. h. t.par L. Rouyer, représentant un hémionemâle né à la ménagerie du Muséum; unonagre ou âne sauvagei mâle d'Abyssinie ;un mulet d'hémione et d'ânesse né à laménagerie. (Voy. aussi, sur l'Hémione,Geoffroy S : -Hilaire {Ts.) et Guerrier deDumast.)Note sur les moyens d'augmenter


RIC — 423 — RICla production animale de la France,par M. Richard (du Cantal). Extraitdu Bulletin de la Société Impérialed'Acclimatation. Paris, Martinet,. S. D. (1856).Broch. in-8° de 16 p.Société Impériale zoologique


RICdu I er arrond' de Paris, ancien professeursuppléant à l'Institut agronomiquede Grignon, ancien professeurdirecteur de l'Ecole desHaras, Membre de l'Académie dessciences, belles-lettres et arts deClermont-Ferrand et de la Sociétémédicale de la même ville, ancienmembre delaCommission d'hygiènehippique au Ministère de la guerre,Membre fondateur et vice-présidentde la Société d'Acclimatationde Paris, Membre de l'Académieroyale d'agriculture de Turin, Membrehonoraire du Comité d'acclimatationde la Société impérialed'agriculture de Moscou, des Sociétésdes Sciences, agriculture etarts du Bas-Rhin, de Lyon, deCaen, etc., ancien membre desAssemblées constituante et législative.Paris, Imp. Jouaust, 1868.Broch. in-4 0 de 88 p.Cet opuscule, dans lequel Richard estnommé à la 3 e personne, est cependantson œuvre. Il donne un aperçu détailléde ses travaux, notamment sur le cheval,avec de nombreuses citations. Ilsemble avoir été publié en vue d'unecandidature à quelque corps savant —peut-être pour la 2 e fois à l'Académiedes sciences? ■— ou pour l'obtention dequelque emploi public?L'Agriculture et les Haras dansleurs rapports avec la puissancemilitaire de la France et sa richesseagricole. Réflexions, sur ce sujet,soumises à M. le. Président et àMessieurs les Membres du Conseildes Ministres de la République,par M. Richard (du Cantal), Agronome,Docteur en médecine, ancienMembre des Assemblées nationalesde 1848, constituante et législative,Officier d'Académie, ancien Directeurde l'Ecole et Inspecteur généraldes Haras... etc. Paris, J. Dumaine;L. Baudoin, suce', 1881.Broch. in-8° de 28 p.Rapport fait le 23 mars 1849 àl'Assemblée nationale constituante,au nom de ses Comités de l'Agricultureet de la Guerre, réunispour étudier la Production du Chevalau point de vue des besoins del'Armée, par A. Richard (du Can-— 424 —RICtall Cultivateur. Suivi du Rapportfait à l'Académie des Sciences deParis sur le même sujet, le 16 Avril1849. Paris, L. Hachette; ibid.,Lib. de la Maison Rustique, t886.1 vol. in-12 de Lvi-198 p. Dédicace àMM. les Sénateurs, les Députés, à M. lePrésident et à MM. les Membres du Conseildes Ministres. La couverture porte3 e éd on .Ce rapport avait déjà été publié séparémenten 1849 et ensuite joint à la5 e éd on de l'Etude du Cheval de serviceet de guerre, (Voy. ci-dessus.)Note sur l'Agriculture et les Remontesde l'Armée adressée à M. lePrésident et à MM. les Membresde la Commission du Budget pourl'année 1888. Paris, Imp. de la Sociétéde Typographie, Noisette,Directeur, 1887.Broch. in-8° de n p. plus 2 f ts nonch., signée à la fin.Même ouvrage, même titre...adressée à M. le Président et àMM. les Membres du Groupe agricolede la Chambre des Députés.Paris, Imp. V e P. Larousse, 1888.Broch. in-8° de 16 p. signée à la fin.Malgré la similitude du titre, le sujettraité a reçu plus de développements quedans la broch. précédente.Même ouvrage, même titre... etdédiée à Messieurs les Officiers del'armée active et territoriale. Paris,Imp. V e P. Larousse, 1889.Broch. in-8° de 111-16 p. signée à la fin.C'est la même éd on que la précédente,avec un nouveau titre et l'adjonctiond'une lettre « à Messieurs les Rédacteurs« des Journaux et à mes honorés Collè-« gues de la Société des Gens de let-« très ».Malgré quelques erreurs, le nom deRichard (du Cantal) restera estimé deshommes de cheval et des hippologues.Son traité de La Conformation du chevalest un bon livre, rempli de remarquesintéressantes et ingénieuses, et danslequel, à peu près pour la i re fois,furent réfutées '€ les idées arbitraires de« Bourgelat sur les proportions générales« et partielles du corps du cheval (1) ».(1) Neumann, Biographies. Mais voy., pourla défense des proportions de Bourgelat, Lesbre,Etudes hippométriques et Précis d'Extérieur.


RIC — 425 — RICOn doit aussi lui savoir gré de la persévéranceavec laquelle il a réclamé la « rentes Provinces de France. » Richelet« la Médecine des Chevaux dans diffédiffusionde renseignement hippique n'était cependant qu'un empirique et filsparmi les cultivateurs et les petits éleveurs,dont l'ignorance professionnelle doute les seules qu'il ait jamais reçues :d'un empirique dont les leçons sont sansamenait en grande partie les insuccès et ses remèdes sont puérils, quelques-unsle découragement.répugnants (1), en général copiés sur lesMais, dans sa haine tenace contre le vieux livres de maréchalerie, ce qui n'acheval de pur sang anglais et \es courses, pas empêché son ouvrage — commeil a été aveuglé par les fâcheux résultats celui de Beaugrand (voy. ce nom) —qu'avait produits l'introduction hâtive et d'avoir un succès prodigieux et d'innombrablesèd 0lls ; il est certain qu'il enprématurée du sang noble dans les racescommunes et dégénérées, principalement existe d'autres que celles décrites ci-dessous,qui sont les seules que je connaisse.dans les races légères non préparées à lerecevoir. Il n'a pas su, alors, prévoir Mais, chose singulière, malgré les milliersl'avenir et, plus tard, malgré les progrès d'exemplaires qui en ont été répandus,dont il a été témoin pendant les dernièresannées de sa vie, quand ces races, de 60 ans, le Trésor des Laboureurs estprincipalement dans l'Est, pendant plusaméliorées par des croisements sagement devenu introuvable.dosés et alternatifs de sang arabe et desang anglais, ont commencé à produirele merveilleux anglo-arabe dont notrecav ie légère est maintenant dotée, il estresté fidèle à son amour exclusif del'arabe, et à sa haine féroce de l'anglais.Il admirait cependant certains produitsanglais et rendait justice à leurs qualitésquand il disait que « le cheval de chasse€ anglais est un modèle de force et« d'énergie » (1), sans s'être aperçu quecet oiseau rare, réunissant l'étoffe et lesang, n'avait été créé que grâce à unesavante, sage et persévérante infusion depur sang dans des races plus communes,mais aussi grâce à un choix éclairé dansle modèle des mères.Richard (du Cantal) est aussi l'auteurd'un Dictionnaire raisonné d''agricultureet d'économie du bétail, où la questionchevaline est traitée incidemment. Cetouvrage, publié en 1 vol. in-8° a eu3 éd 0,ls , Goin, 1855 ; Lib ie de la Société desGens de lettres, 1873; Hachette, 1884.Enfin, en 1845, ^ a f° n dé un recueilpériodique, les Annales des Haras et del'Agriculture (voy. ce titre) qui n'a duréque 3 ans.RICHARD (Jules) voy. DE-TAILLE et RICHARD.RICHELET (Jacques).Hippiâtre lyonnais, né dans la i re moitiédu XVIII e siècle. Il s'intitule vétérinaire,mais, à en juger par son ouvrage(qu'il dit approuvé par les Ecoles vétérinairesde Paris, Lyon et Rouen?), iln'a pas dû pousser ses études bien loin.Dans l'avant-propos de son petit Traité,il dit : «Je suis arrivé à l'âge de 82 ans,'< et j'en ai passé plus de 60 à pratiquer(1) Rapport sur le Haras de M. de Lesseps.Le Trésor des Laboureurs oul'art de guérir les Chevaux et Bêtesà cornes, par Jacques Richelet, Artistevétérinaire de Lyon. Ouvrageapprouvé des Ecoles vétérinairesde Paris, de Lyon, Rouen, etc., misà la portée de tous les Propriétairesde Chevaux et de Bestiaux et contenantdes Remèdes infaillibles,d'une exécution facile et peu dispendieusepour les Maladies les plusgraves et les plus fréquentes —Nouvelle Edition — A Epinal rche\Pellerin, Imprimeur-Libraire,1811.Broch. in-16 de iv-62 p.Les trois quarts de l'opuscule sontoccupés par les remèdes pour les chevaux.On remarquera que le titre indique :Nouvelle Edition. Il n'en existe cependantaucune antérieure à la Bibï u0 Nat le , etQuérard dit qu'il n'en connaît pas.Hu^ard — qui avait tout —• n'en possédaitpas d'autres que celles de 1819 etcelle de Lons-le-Saulnier, qui est postérieure.L'éd on de 1811 est-elle bienune nouvelle éd on ? Il est difficile de seprononcer.Même ouvrage, même titre. NouvelleEdition — A. Bruyères, deV'Inip. de Vivotj 1811.Broch. in-16 de 68 p.Même ouvrage, même titre. Spinal,Pellerin, 1819.(1) Pour certains emplâtres, il emploie lesexcréments humains, pour certains breuvages,le sang des règles d'une femme ou fille, l'urinede vache, etc.


RIC — 426 — RICSemblable à l'éd"" de 1811 du mêmeéditeur.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desMoutons, Cochons, Chèvres. Boucset Chevreaux, etc.. etc. Montbèliard,Deckherr f r ", 1819.Broch. pet. in-16 de 95 p. avec 1 fig.coloriée formant frontispice et desvignettes d. 1. t.Même ouvrage, même titre. NouvelleEdition à laquelle on a ajoutéun Traité sur la Maladie des Moutons,Cochons, Chèvres, Boucs etChevreaux, etc., etc. Montbèliard,Deckherr, 1822.Broch. in-16 de 64 p. avec frontispiceet vignettes d. 1. t.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desCochons. A Epinal, che\ Pellerin,S. D. (1822).Broch. pet. in-12 de 70 p.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desMoutons, Cochons, Chèvres, Boucset Chevreaux, etc., etc. Neufchâteau,che\ Pétri, 1822.Broch. in-16 de 60 p., avec unevignette au verso du titre.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition, à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desMoutons, Cochons, Chèvres, Boucset Chevreaux, etc. Lons-le-S'aulnier,che\ Delavau Imp' du Roi, S. D.(vers 1823).Broch. in-18 de 90 p. avec frontispice.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition, à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desCochons. Epinal, cht\ Pellerin,S. D. (1824).Broch. pet. in-18 dé 70 p. Fig. sur le2 e plat de la couverture, avec ce quatrain:J'enseigne au laboureur, dans ces Essais[nouveaux,A préserver du mal bœufs, moutons et[chevauxEt par quel art enfin, il peut de ses[établesEcarter à l'instant les fléaux redoutables.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition, à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desMoutons, Cochons, Chèvres, Boucset Chevreaux, etc., etc. Montbèliard,che\ Deckherr, Imp', S. D.(1833)-Broch. in-16 de 64 p. avec frontispiceet vignettes d. 1. t. Semblable à l'éd onde 1822 du même imprimeur, décrite cidessus.Même ouvrage, même titre —Montbèliard, Lib ]e de Deckherrfrères, S. D. (1835).Broch. in-16 identique à la précédente.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desCochons. S' Pol, Imp. Massias,1836.Broch. pet. in-12 de 66 p.Même ouvrage, même titre —A Charmes, che\ L. Buffet, S. D.(vers 1846).Broch. pet. in-12 de 43 p.Cette éd on est mieux imprimée et surdu meilleur papier que les autres.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition, à laquelle on aajouté un Traité sur la Maladie desMoutons, Cochons, Chèvres, Boucs,Chevreaux, Poules, etc., etc. Montbèliard,Henri Barbier, S. D.(vers 1869).r vol. in-16 de 104 p. avec frontispiceet vignettes d. 1. t.Cette éd°" contient la Loi de 1838 surles vices rédhibitoires.Même ouvrage, même titre.Dijon, Imp. Marchand, 1869.1 vol. in 16 de 104 p., semblable auprécédent.Même ouvrage, même titre (maissans les mots : Nouvelle Edition àlaquelle on a ajouté... etc.). Barsur-Seine,Typ. et Lith. Saillard,S. D. (vers 1873).Broch. in-16 de 70 p. Sur le titre setrouve le quatrain reproduit ci-dessus, àl'éd on de Pellerin, 1824.Le Trésor du Laboureur ou l'Art


Cavalerie — Evolutions de Brigade,par le Baron de Riche-RIC — 42/ — RICde guérir les Chevaux et les Bêtes pance, Général de Division, Commandeurdes Ordres de la Légionà cornes. Dijon, Imp. et Litli.F. Carré, S. D. (vers 1873).Broch. in-8° de 54 p.Dans cette éd on , le nom de l'auteur ad'honneur, de S'-Grégoire le Grandet des SS. Maurice et Lazare. —Œuvre posthume — En vente à ladisparu du titre et la préface de Richelet Librairie militaire de Dumaine,a été remplacée par une préface anonyme Paris. (Moulins, Lith. Enault),-dans laquelle le prétendu auteur présente1864.la brochure comme un ouvrage nouveau :« C'est du reste, dit-il, la ligne suivie1 vol. in-f° de v p. pour le titre et la< par un de mes prédécesseurs, Jacques table, 1 f pour une note de l'éditeur,« Richelet, Vétérinaire à Lyon, qui écrivit« un livre... »En réalité, c'est la copie exacte del'opuscule de Richelet, avec l'additiondu Traité sur les maladies des bêtes àlaine et des cochons, mais sans celle desmaladies des chèvres, boucs, chevreaux,poules, ni celle de la loi de 1838.Il est à remarquer que, dans toutes ceséd ons , ni le titre ni le texte de l'ouvragen'ont subi aucune altération, sauf toutefoisles additions signalées au cours decette notice.Ainsi que je l'ai dit plus haut, le Trésordes Laboureurs n'est qu'un simpleouvrage de colportage, sans aucune valeurscientifique ni même pratique. Il fautcependant savoir gré à Richelet de n'yavoir introduit ni charmes, ni sortilèges,ni aucun remède pour la morve dont il46 pl. coloriées et 7 f ,s pour le texte,intercalés dans les pl., soit 53 f ls entout.L'ouvrage est entièrement et très soigneusementautographié. Il reproduit lesévolutions de brigade de l'ordonnancede 1829. Le I er régiment est indiqué parla teinte bleue, et le 2 e par une teinterouge.L'ouvrage n'a plus qu'un intérêt rétrospectif,mais il montre, à ceux qui nel'ont pas connue, combien l'exécutiondes évolutions de l'Ordonnance de 182gétait difficile et compliquée, ce dont onpeut s'étonner en se rappelant qu'elleétait l'œuvre d'hommes qui tous avaientfait la guerre ; il montre aussi quel serviceont rendu à la cav ie les hommesqui, après 1870, ont simplifié ses mouvementset facilité ainsi son maniementne parle même pas. La plupart des et son emploi. (Voy. Règlements d'Exerciceset de Manœuvres de la Cavaleriefrançaise) :empiriques de sa force et de son époquen'ont pas imité sa réserve et ont préconisé,contre la morve, des remèdes< infaillibles » qui ont coûté bien cherà l'agriculture française,RICHEPANCE (Adolphe-AntoineBARON).Général de div on français (cav' e ) 1800-1862. Elève à La Flèche en 1809, souslieutnt à la Légion de l'Aube en 1816 ;passé au corps d'Etat-major en 1819 ;lieut nt en 1821 ; lieut" 1 en 2 e aux Hussardsde la Garde royale en 1826, en i er■en 1828, cap ne au 5 e Hussards en 1830 ;colonel du I er Chasseurs d'Afrique en1845 ; général de brigade en 185 1 et dediv on en 1859. Mis en disponibilité sursur sa demande en 1862, il mourut quelquesmois après.Il était fils du fameux Antoine Richepance,et avait faitla campagne d'Espagneen 1823, celle d'Anvers en 1831 et 1832,9 campagnes en Algérie où il avait reçuune blessure et mérité deux citations,celle de 1851 à l'intérieur et celle de 1859en Italie.RICHER (Paul).Médecin et sculpteur français, membrede l'Académie dedecine et de celledes Beaux-Arts, professeur d'anatomie àl'Ecole des Beaux-Arts, né en 1849.Nouvelle Anatomie artistique —Les Animaux — I — Le Cheval,par le D r Paul Richer, Membre del'Institut et de l'Académie dedecine,Professeur à l'Ecole nationaledes Beaux-Arts. Paris, Plon-Nourrit, IQIO.Broch. in-8° carré de iv-67 p. avec18 pl. à pleine p., contenant de nombreusesfig. et 26 fig. d. 1. t.RICHTER (Karl) — BRÉAL(Auguste) et SCKWOB (Marcel),traducteurs.Les Jeux des Grecs et des Romains,par Richter. Traduit avecl'autorisation de l'Auteur par AugusteBréal et Marcel Schwob.Paris, Emile Bouillon, 1891.


RIC — 428I vol. in-16 de xiv-249 p. avec 31 fig.d. 1. t.Cet ouvrage contient des détails surl'usage du cheval, l'équitation, les coursesde chevaux et de chars en Grèce età Rome, leur organisation, leur exécution,les prix décernés, etc.RIDER (Ç.).Etude médicale sur TEquitation,par le Docteur C. Rider. Paris,f.-B. Baillière et fils, 1870.Broch. in-8° de 36 p.RIDINGER (Jean-Elie).Peintre et graveur allemand, 1695 (ou1698)-!767. Elève de Christophe Kesch,il étudia la peinture à Ulm. sa villenatale, puis s'établit à Augsbourg où ilest mort. Dès sa première jeunesse, ilavait montré le goût le plus vif pour lareprésentation des animaux, et sa réputations'établit de bonne heure; aussi,fut-il appelé à peindre ou à dessiner lesanimaux tués ou pris par les seigneursdu pays dans leurs grandes chasses qu'ilsuivait souvent lui-même. Il devint ainsil'historiographe et le peintre officiel deces nobles veneurs et de leurs exploitscynégétiques qu'il représenta avec véritéet naturel au milieu de beaux paysagesd'une exécution souvent remarquable.II fut donc surtout le peintre des animauxet des épisodes de chasse, maisson œuvre hippique est aussi très importante; c'est la seule qui sera décrite etexaminée ici.Ridinger devint en 1742 directeur del'Académie d'Augsbourg (1) et conservaces fonctions jusqu'à sa mort. Ses deuxfils, Jean-Jacques et Martin-Hélie, tousdeux habiles graveurs, furent souventses collaborateurs. Les tableaux de Ridingersont assez rares, ses dessins lesont moins et ses gravures sont trèsnombreuses et très répandues. Cependantles suites de planches sur le manègeet ses ouvrages sur les chevauxsont rares et recherchés.La plupart de ses gravures et de sesouvrages imprimés ont un titre en françaiset en allemand, et quelquefois aussien latin; le t. de ces derniers est toujourssur deux colonnes, allemand-français.Mais Ridinger connaissait imparfaitementnotre langue, et le t. français estsemé d'expressions et de tournures dephrases si incorrectes, qu'il faut quelquefoisrecourir au t. allemand pour en biensaisir le sens.(1) Il y remplaça Rugendas, également pein- .tre de chevaux. Voy, ce nom.RIDL'Art de monter à cheval, enTailles douces, inventées et dessinéespar Jean-Elie Ridinger. Auxdépens de Jèrèynie V^oljf à Augsbourg,1722.1 frontispice et 22 pl. in-f° oblong (1).Perfaite (sic) & exacte représentationdes divertissemens de GrandsSeigneurs ou Parfaite descriptiondes Chasses de toutes sortes^ deBêtes selon diverses manières deChasses de la nature des Bêtes pourles amateurs de ce noble exercice,les propres termes de la Véneriedont on se sert parmi les chasseursd'un chaque pais — Première PartieInventée, gravée & à trouverche\ Jean-Elias Ridinger, Peintreà Augsbourg. An 1729.Ce titre est précédé du même en allemand.Le recueil se compose de 11 pl.in-f° (d'après l'exemplaire de la Bibliothèquenationale, que je crois complet).Il est précédé d'une lettre au Lecteur, enfrançais et en allemand ; il est cité iciparce qu'il comprend 6 cavaliers : Fauconier— Fauconier feitant le Faucon —Chasseur aux Lévriers —■ Chasseur parforce avec la Meute ■— Valet de Faucontenant le Hibou dess. la main — Valetde Faucon levant le Hibou de la terre.C'est vers cette époque que se placela suite de Chevaux des divers pays,dessinée par Ridinger et gravée, pour laplupart des pièces, par son fils Martin-Elie. Cette suite est pet. in-f° en largeuret se compose (d'après les auteursspéciaux) de 32 pl., mais je crois quel'artiste en a successivement ajouté plusieursautres. Le titre de chaque pl.est en allemand et en français et nousindique de quel pays est le chevalreprésenté. La précaution n'est pas inutile,car ils se ressemblent tous. Lespièces détachées de cette suite se rencontrentsouvent; mais, pour la trouvercomplète, c'est une autre affaire.(1) Je n'ai jamais rencontré cet ouvrage quele Cabinet des Estampes de la Bibliothèquenat le ne possède pas et qui n'est pas cité dansle Manuel de l'Amateur d'Estampes de Ch. LeBlanc. J'en donne la description d'après lecatalogue Huzard et les biographies de Ridingerqui contiennent le catalogue de ses œuvres.Mais je possède une pl. in-f° oblong, numérotée20, signée par Ridinger et publiée chezJérémie Wolff, intitulée Croupade et qui mesemble appartenir à ce recueil. Le titre et l'explicationsont en allemand et en français et envers dans les deux langues.


RID — 42 5 — RIDLe Nouveau Manège représentantun homme de cheval parfaitdans tous ses Exercices. Partiepremier (sic) inventée et exposée deJean-Elie Ridinger à Augsbourg,l'An 1734.Ce beau recueil se compose d'un frontispicereprésentant un cavalier quiamène son cheval par la figure, au basduquel est gravé, en français, en allemandet en latin, le. titre ci-dessus, etde 18 pl. gr. in-f° (y compris le frontispice),dans l'exemplairede la Bibliothèquenat le et dans une collection particulièreque je connais ; de 26 pl. dont 2 en largeur,d'après le catalogue Hu^ard quiannonce 3 parties, 1734-1776 et d'aprèsBrunei qui n'annonce que deux parties ;le Manuel des Amateurs d'Estampes deCh. Le Blanc ne parle que de la i re partieavec 18 pl.En 1754 et 1755, Ridinger publiaà Augsbourg un joli recueil comprenantune suite de 36 pl. in-4 0 , dessinéed'après nature « nach demLeben gezeichnet ». Les 22 premièresreprésentent des Chevauxet les pl. 23 à 36 des Anes et desMulets. Les titres de ces deux partiessont en allemand seulement.Représentation et Description detoutes les leçons des Chevaux deManège et de la Campagne dansquelles occasions on s'en puisseservir. (Par Elias Ridinger, Peintreet Graveur en taille-douce, Directeurde l'Académie des Arts et dePeinture d'Augsbourg). Augsbourg,1760.Ce titre, au milieu duquel se trouveune jolie vignette représentant un chevalavec la devise : « Ad Pugnam Ludumqueparatus », est entièrement gravéet précédé du même en allemand , maisla partie entre parenthèses est en allemandseulement.1 vol. gr. in-4 0 de 36 p. de t. à2 col. allemand-français et 46 pl. représentantles différents exercices du manège.Chacune d'elles a un titre allemandet français.Cet ouvrage est très généralementrelié avec l'opuscule suivant sur les carrousels:Remarques du Carrousel.Broch. in-4 0 de 8 p. de t. à 2 col.allemand-français, signé Jean-Elie Ridinger,Directeur deV Académie de Pein-ture d'Augsbourg. Augsbourg, le 15 marsIj6i, avec 16 pl. dont les 15 premièresreprésentent des cavaliers exécutant lesdiverses fig. du carrousel, et la dernièrele plan de terre du manège et des directionssuivies par les cavaliers.Description du Cheval, selon sespoils principaux, & leurs diversesDivisions, sa Complexion & lesQualités qui en résultent.Ce titre est en tête du texte ; le titrequi le précède sur le 1" feuillet est enallemand seulement, gravé dans un trèsjoli frontispice colorié. En voici la traduction:Ici se voit le Noir, le Bai, r Alezan,l'Isabelle, le Blanc, le Pie, leTigré, et chacun d'après son Espècereprésenté plusieurs fois.Composé par Jean-Elias Ridinger,gravé par Aug. Vindel. S. D. (vers1766).1 vol. in-4 0 d- e 39 P- de t. à 2 col.allemand-français et 50 pl. finementgravées et coloriées.Recueil rare et très recherché.Parmi les très nombreuses scènes dechasse représentées par Ridinger, beaucoupcontiennent des cavaliers, des chevauxet des voitures ; dans la suite desBêtes sauvages se trouve un Cheval sauvage.Enfin, Ch. Le Blanc signale unesuite de Chevaux de trait —■ 6 pl. pet.in-f°, que je ne connais pas. Je possèdeaussi 2 pl. gr. in-f° en largeur quireprésentent chacune 18 cavaliers exécutantdifférentes fig. de manège, avecl'indication du mouvement au-dessous dechaque cavalier, en allemand et en français.Ces cavaliers se meuvent dans untrès joli paysage. Je crois que ces deuxbelles pl., qui sont gravées par son filsMartin Elie, sont isolées et n'appartiennentà aucune suite ; car, avec leurs30 airs de manège difféients, elles sontcomplètes par elles-mêmes, mais jen'ose rien affirmer.Comment Ridinger comprenait-il etdessinait-il le cheval? On ne sauraitfaire à cette question une réponse générale,car si, au point de vue de l'anatomieet de la représentation correcte decet animal, certaines de ses gravures sontpresque irréprochables, d'autres atteignentà la plus haute fantaisie. Un éminentcritique d'art a dit de lui : « Il« dessinait incorrectement les chevaux.« et c'est peut-être le seul animal dont« le caractère lui ait échappé. Ordinai-« rement, il prête à ses chevaux des tètes


RID — 430 — RIG« à la fois pensives et niaises, des formes« boudinées, des corps lourds sur des« jambes grêles et il manque, dans ses« emmanchements, de justesse et de« souplesse ». Ces reproches sont tropgénéralisés, et une bonne partie del'œuvre de Ridinger ne les mérite pas.Ses chevaux sont, au contraire, beaucoupplus légers que ceux de ses prédécesseurs,Crispin de Pas, Van derMeulen, Lebrun et même que ceux deParrocel. Ceux de la Représentation etdescription de toutes les leçons des Chevauxde Manège... de 1760 sont, pour laplupart, de véritables chevaux de selle,montés sur de bons membres, dont lesarticulations et les proportions sontrendues avec vérité, surtout celles dugenou et du paturon. S'il orne encoretrop souvent leurs jarrets d'une joliefarde, du moins, il dessine bien lapointe du calcanéum et n'y place pas unméplat comme à celle du genou, ainsique l'ont fait presque tous les peintresdes xvn e et xvm e siècles, y comprisParrocel. On ne peut pas en dire autantdes chevaux de son recueil colorié Descriptiondu Cheval selon ses poils principaux...qui est cependant postérieur auprécédent. Il a choisi, pour la plupartd'entre eux, des attitudes singulièresqu'il n'est pas arrivé à rendre, et quelques-unssont au-dessous du médiocre,notamment l'alezan brûlé, le souris,fisabe/le dorê %D'autres, du même recueil,sont au contraire d'un bon dessin.Mais, en général, les têtes sont troppetites pour le corps, l'attache de l'encolureà l'épaule mal rendue et celle dela cuisse à la jambe incorrecte.Dans son grand ouvrage Le NouveauManège, de 1734, comme dans celui laReprésentation et description de toutesles leçons des Chevaux de Manège...de 1760, le mouvement ou l'air de manègeexécuté par le cavalier est rendusi exactement et si clairement que l'explicationdonnée au bas du dessin estpresque inutile.Je crois que son ouvrage le plus faibleest sa suite de pl. qui donne la descriptiondes Chevaux de divers pays .*d'abord, ils se ressemblent tous et il n'apu saisir les nuances qui distinguent lesdifférentes races, nuances cependantbien plus accusées alors qu'aujourd'hui.Il a voulu surtout les différencier par leprofil de la tète : beaucoup sont troppetites, toutes sont laides, et quelqueschanfreins sont tellement busqués qu'ondirait que le cheval a la figure casséeen deux.En résumé, on ne saurait porter unjugement d'ensemble sur l'œuvre hippiquede Ridinger en ce qui concernel'exacteet correcte représentation ducheval, le respect de son anatomie etl'aisance de ses mouvements : beaucoupde ses planches ne méritent que deséloges, d'autres ont de visibles défautset quelques-unes sont vraiment trop médiocres.Ses ouvrages, rares à trouver completset en bon état, sont très recherchés.RIES (J.-N.) voy. FRIEDBER-GER.RIFFAULT (Eugène-Henri).Officier de cav ie français, sous-lieut nten 1887, colonel en IQII. Mort au Maroc,en activité de service; 1857-1912.Le Cavalier bon tireur — Etudedu rôle que l'armement actuel assigneraà la Cavalerie, par le CommandantRiffault. Paris et Limog es,Henri Charles-Lavau^elle, S. D.(1902).Broch. in-8° de 43 p.L'Armement défensif individuel— Le Bouclier du fantassin, laCotte de mailles du Cavalier, parle Commandant Riffault. Paris etLimoges, HenriCharles-Lavau\elle,.S. D. (1905).Broch. in-8° de 16 p.Les Leçons de l'expérience surl'Emploi de la Cavalerie au Maroc,par le Colonel Riffault. Paris etLimoges, Henri Charles-Lavau\eller1912.Broch. in-8° de 45 p.RIGAU (Antoine-Edouard).Officier de cav l


RIG — 43 1 — RIGRIGAULT DE ROCHEFORT Broch. in-8° de iv-19 p. avec un(Aimé-Théodore-Marie).appendice d'un f l .Général de Brigade français (cav ie ) Les mouvements concernent les doublements,dédoublements et la formation1797-1868. Sous-lieut'" au 2 e rég 1 de Cuirassiersde la Garde royale en 1815, de la colonne de route.cap ne en 1830, colonel en 1851, général Analyse du Règlement d'Exercicede brigade en 1857, passé dans le cadre de la Cavalerie Suédoise ; parde réserve en 1859. Campagnes de 1823M. Rigault de Rochefort, Capitaineen Espagne et de 1832 en Belgique.Promenades à cheval ou Manueld'Equitation à l'usage des gens duMonde, par M. Rigault de Rochefort,Officier de Cavalerie. Paris,Urbain Canel, 1826.1 vol. in-16 de 207 p. avec vignettes.L'Equitation des gens du Monde,promenades à cheval par M. Rigaultde Rochefort, Officier decavalerie de la Garde. DeuxièmeEdition, revue, corrigée et particulièrementaugmentée de l'Equitationdes Dames. Paris, A. Boulîaud;ibid., Urbain Canel, i83o.1 vol. in-16 de 300 p. Jolie vignettesur le titre et sur la couverture.Cet ouvrage a été contrefait en Belgiquesous le titre suivant :L'Equitation à l'usage des gensdu Monde, par M. R. de Rochefort,suivie d'un Cours d'Hippiatrique àl'usage des Officiers et sous-Officiersde Cavalerie, par Max Jacquemin.Bruxelles Lithographieroyale de Jobard, 1827.1 vol. in-16 de 235 p. Le Cours d'Hippiatriquede Max Jacquemin forme la2 e partie de l'ouvrage, (de la p. 240 à449), avec 5 pl. se dépliant. Cette 2 e partiea été publiée séparément, peu aprèsla i re (Voy. Jacquemin).Ce petit traité contient beaucoup debons principes. L'auteur donne ses leçonsd'équitation et de dressage à l'extérieur,mais il approuve cependant le manègepour les commençants. L'ouvrage se terminepar des notions sur la nourriture,l'hygiène, la ferrure, les accidents etl'examen du cheval en vente.C'est l'éd on de 1830 qui est la meilleureet la plus complète.Mouvemens de Cavalerie —Exposé d'une nouvelle Méthode,par M. Rigault de Rochefort, Capitaineau 7 e Régiment de Chasseurs.Perpignan, Lmp. de M n ° AntoinetteTastu, 1838.au 7 e Régiment de Chasseurs.Paris, Anselin et Gaultier-Laguionie,1840.Broch. in-8° de 59 p.Méthode d'Equitation sur deGrandes Lignes, par le ColonelRigault de Rochefort, du TO c Régimentde Cuirassiers — Publié avecl'autorisation de M. le Ministre dela Guerre — Extrait du SpectateurMilitaire. Cahier de Mars 1853.Paris, Imp. Martinet, 1853.Broch. in-8° de 32 p.Pour son travail sur les grandes lignes,qui a pour but d'initier le cavalier autravail d'ensemble en augmentant progressivementles fronts, l'auteur utiliseles mouvements qu'il a proposés dans sabrochure de 1838.RIGOLE Y DE JU VIGNY voy.MÉMOIRE POUR L'ASNE DEJACQUES FÉRON.RIGOLLAT (Jean-Louis).Vétérinaire mil re français, 1848-1912.Diplômé d'Alfort en 1873, vétérinaireen I ER en 1891, a quitté le service actifen 1898.Ouvrage couronné par le Ministrede la Guerre. Premier Prix :Médaille d'or de 500 fr. — Etudeset recherches sur l'alimentation etle travail du Cheval de troupe parle D r Rigollat, Vétérinaire militaire,ancien Professeur à l'Ecole desHaras, Officier d'Académie, Chevalierdu Mérite agricole. Paris etLimoges, Henri Charles-Lavau-\elle, i8g3.1 vol. in-8° de 192 p.C'est une étude détaillée du rapportde l'alimentation du cheval de troupeavec le travail qu'on exige de lui. L'auteurconclut avec preuves à l'appui — etavec raison d'ailleurs — à l'insuffisancede la ration.RIGOT (Félix-Jean-Jacques).


RIG — 432 — RILVétérinaire français, 1803-1847. Diplôméd'Alfort en 1822, chef du serviced'anatomie à la même école en 1824,professeur adjoint en 1833 et professeurtitulaire en 1838. Atteint de troublescérébraux, il dut quitter l'Ecole en 1845.Outre ses connaissances professionnelles,Rigot possédait un remarquable talentde dessinateur.Traité des Articulations du Cheval,par F. J. J. Rigot, chef destravaux anatomiques à l'Ecoleroyale vétérinaire d'Alfort. Parts,Béchet jeune, 1827.1 vol. in-8° de 1 v-116 p.Dans sa préface, l'auteur nous apprendque son livre est « une narration fidèle« des leçons du savant N. Girard, plu-« tôt que le fruit de ses propres recher-« ches ». Cet ouvrage a été mis à profitet très souvent cité par le C te de Lancosme-Brèves(voy. ce nom), dans sonGuide de l'Ami du Cheval,Anatomie des régions du Corpsdu Cheval considérée spécialementdans ses rapports avec la Chirurgieet la Médecine opératoire, parF. J. J. Rigot, Chef des travauxanatomiques à l'Ecole ro}'ale vétérinaired'Alfort. Planches dessinéeset lithographiées par l'Auteur, sousla direction de N. H. Jacob, professeurde dessin à la même Ecole.Avec un texte explicatif. Ouvragepouvant servir de complément à lapartie chirurgicale des Elémens dePathologie vétérinaire du ProfesseurVatel. Paris et Montpellier,Gabon; Bruxelles, au Dépôt généralde Librairie médicale française,1829.Atlas gr. in-f° de 6 pl. lithog. contenantde nombreuses fig.Cet ouvrage peut être utile, non seulementaux vétérinaires, mais aussi auxpeintres, sculpteurs et dessinateurs hippiques.Les pl. sont d'un dessin trèscorrect.Traité complet de l'Anatomie desAnimaux domestiques, par Rigot,Professeur d'Anatomie et de Physiologieà l'Ecole royale vétérinaired'Alfort, Membre honorairedes Sociétés vétérinaires de Londres,du Finistère et du Calvados.j re Livraison, Syndesmologie ou■description des articulations. Paris,Béchet jeune et Labè, Septembre1840.1 vol. in-8" de vn-224 p.Même ouvrage, même titre. PremièrePartie (2" Livraison) Ostéologieou description des os. Paris,Bechet jeune et Labè, Septembre1841.1 vol. in-8° de 316 p.Même ouvrage, même titre.Troisième Livraison. TroisièmePartie. Myologie ou descriptiondes muscles et de leurs annexes.Paris, Labè, Suce' de Béchet jeuneet Labè, Juillet 1842.1 vol. in-8° de 244 p.Même ouvrage, même titre. Quatrièmelivraison, Quatrième partie.Angéiologie ou description desvaisseaux. Paris, Labè, Avril 1845.1 vol. in-8° de 274 p.L'œuvre de Rigot, qui était déjà frappépar la maladie qui devait l'emporterdeux ans plus tard, s'arrête à ce fascicule,et c'est M. Lavocat qui terminal'ouvrage ; mais pour ne pas en scinderla description sur deux notices différentes,je la donne entièrement ici. En réalité,celle des 5 e et 6 e livraisons appartientà la notice de M. Lavocat. (Voy. cenom).Même ouvrage, même titre. CinquièmeLivraison. Angéiologie(2 e partie) et Neurologie, parA. Lavocat, Professeur d'Anatomieet de Physiologie à l'Ecole nationalevétérinaire de Toulouse. Paris,Labè, Octobre 1848 (sic).1 vol. in-8° de 406 p.Même ouvrage, même titre.Sixième Livraison. Splanchnologie,Appareils des Sens et Ovologie,par A. Nicolas... (etc., comme cidessus).Paris, Labè, Octobre 1847(sic).1 vol. in-8° de 568 p.RILLIET (Frédéric - Jacques-Louis).Officier de cav ie suisse au service deFrance, 1794-1856. Entré à l'Ecole deS 1 Germain en 1810, sous-lieut nt auI er cuirassiers en 1813; en 1814, il rentradans sa famille à Genève, mais laquitta aux Cent-Jours pour reprendreson poste à Gand. Il fut nommé lieut nt


RIL — 4en 1815 et, en 1816, cap' 10 au i er rég 1suisse de la garde royale. Il quitta le servicecomme cap nB en 1823 et rentra enSuisse où il devint colonel inspecteuren chef de la cav k ' suisse.Vues sur la Cavalerie Suisse, parM. Rilliet-Constant, Colonel de Cavalerie.Berne, ]. Dalp, 1851.Broch. in-8° de 56 p. dont iv pourV Avant-Propos.Pour les très intéressants Souvenirsde Rilliet, voy. Soldats Suisses au Serviceétranger.RINGUET (J.-X.).Vétérinaire français, diplômé de Toulouseen 1852. I83O?-I89J.Essai sur les causes et lesmoyens préventifs de l'Avortementchez les Femelles domestiques,par M. Ringuet, Vétérinaire à Belvès(Dordogne) (Concours de 1858).Paris, Typ. Renou et Maulde, 1861.Broch. in-8° de 70 p.Ce mémoire répondait à une questionmise au concours en 1858 par la Sociétécentrale vétérinaire et reproduite inextenso sur le titre de.la brochure.RIO (Auguste).Ancien chirurgien de marine.Anatomie descriptive des formes•du Cheval, à l'usage des Artistespeintres, Sculpteurs , Graveurs ,Elèves et Amateurs, augmentée defigures explicatives reproduisantcomplètement le Système ostéologiqueet le Système myologique,par Auguste Rio, ex-Chirurgien demarine. Paris, Le Bailly, S. D(1886).Broch. in-8° de 55 p. avec 8 pl. contenantplusieurs fig.L'ouvrage fait partie de la Bibliothèqueartistique publiée vers 1880 et annéessuivantes par l'éditeur Le Bailly.RIQUET ( Antoine-Joseph-Augustin).Vétérinaire militaire français. [800-1873. Diplômé d'Alfort en 1823, vétérinaireen 2 e en 1824, en I ER en 1831, principalen 1844, retraité en 1852. Il avait■ servi au 18 e Chasseurs en 1824. aui cr Grenadiers à cheval de la GardeRoyale en 1826, au 7 e Dragons en 1831■et fut, comme vétérinaire principal, se-S -RIQcrétaire de la Commission d'hygiènehippique.Pendant l'insurrection de Lyon, il futdécoré de la Légion d'honneur pour avoirrepris une pièce de canon aux insurgésà l'attaque du faubourg de Vaise, le16 avril 1834.Après sa retraite, il entra à la Compagniegénérale des Omnibus où ildevint directeur de la Cavalerie.Il a donné son nom à une ferrure àfroid exécutée au moyen d'un instrumentde son invention appelé podomètre,et dont il obtint l'adoption réglementairedans l'armée. Mais, malgré les prescriptionsministérielles, elle n'y fut jamaisemployée que fort exceptionnellementet fut rapidement abandonnée.Considérations générales sur laMaréchalerie, suivies d'un Exposéde la Ferrure podométrique à froidet à domicile, par M. Riquet, Vétérinaireen I ER au 7 e Régiment deDragons et Chevalier de la Légiond'honneur. Tours, Imp. A. Marne,1840.Broch. in-8° de 56 p. avec 2 pl. contenant6 fig.Après un historique de la ferrure auxdiverses époques et dans divers pays,l'auteur donne le détail de son podomètreet de son application. Voy., sur le mêmesujet, Dabrigeon.Voyage hippique dans la plupartdes Provinces de l'Europe situéesau Nord et au Nord-Est de laFrance. Documents sur le commercedes Chevaux, des Poulains,les Remontes, l'Education et lesressources chevalines de ces différentescontrées. Par A. Riquet,Chevalier de la Légion d'honneur,Vétérinaire principal, secrétaire dela Commission d'Hygiène au ministèrede la Guerre, Membre titulairede la Société centrale dedecinevétérinaire. Correspondant de laSociété d'Emulation du départementdes Vosges, de la Sociétéroyale d'Agriculture du .départementde Seine-et-Oise, de la Sociétéd'agriculture, de science, d'arts etbelles-lettres du département d'Indre-et-Loire,Lauréat de la Sociétéroyale et centrale d'agriculture etc.,etc. Paris, Imp. Alexandre Bailly,1847.Bibliogr. hippique. T. II. — 28


RIO - 4Broch. in-8° de 96 p.Les pays explorés par Riquet sont laBelgique, la Hollande, le Hanovre, leDanemark, le Mecklembourg, la Prusse,la Saxe, Nassau, la Bavière, Bade et leWurtemberg.Cet ouvrage a été rédigé à l'occasiond'un voyage exécuté par une commissionde remonte dont Riquet faisait partiepour opérer en Danemark l'achat de1.600 chevaux destinés aux troupes àcheval françaises. Il en profita pourétendre ses investigations en dehors del'itinéraire suivi par la commission.Société centrale dedecine vétérinaire— Rapport sur un Mémoirede M. Huré (CommissairesMM. Barthélémy jeune, Petit, Riquet).Paris, Imp. AlexandreBailly, S. D. (vers 1847).Broch, in-8° de 5 p.Huré était un ancien vétérinaire militairequi avait présenté à la Société centraleun Mémoire sur les causes de lamorve dans les régiments de cav ,e —où elle sévissait alors en bien plusgrande proportion que dans les écuriesciviles. Riquet combat ses conclusions,ce qui ne l'empêche pas de conclure àl'envoi du Mémoire à la commission desrécompenses.Mémoire sur l'application du systèmeRarey, par M. Riquet, Chevalierde la Légion d'Honneur,Médecin-Vétérinaire principal retraité; Membre titulaire de la Sociétéimpériale et centrale dedecinevétérinaire; de la Sociétéprotectrice des animaux et de plusieursSociétés scientifiques, etc.,etc. — Prix : 1 fr. 25 c. — Paris,P. Asselin, 1861.Broch. in-8° de 48 p. avec 7 fig. d. 1. t.Intéressant examen de la méthodeRarey (voy. ce nom) et compte rendud'expériences faites sur 80 chevaux méchantsou dangereux de la Comp' e desOmnibus de Paris.RISTE (Jean DE).Le Général Margueritte tué àSedan — Notice par Jean de Riste— Deuxième Edition — Dépôt àVlmp. Saint-Epvre, Nancy, 1883.Broch. pet. in-8° de 54 p.La 1 éd on m'est inconnue.Pour d'autres biographies du g al Margueritte,voy. Despiques, Margueritte(Paul) et Philebert (C.)\ — RIVRITCHIE (Thomas).Vétérinaire écossais.Observations sur les fonctionsdu pied du Cheval, par ThomasRitchie, Chirurgien-Vétérinaire àEdimbourg. Traduit de l'Anglais.Bruxelles, Depre\-Parent, 1838.Broch. in-8° de 11 p.RIVA (Charles-Joseph-Aloïse).Officier de cav ie naturalisé français,,né en Italie et provenant de l'arméesarde après la guerre de 1859. 1831-1909.Entré au service en 1854, sous-lieut m en1859, lieut nt -colonel en 1875, retraité en1885.Publication de la Réunion desOfficiers — Cavalerie, par le CapitaineRiva. Valenciennes, G.Giard, 1874.Broch. in-8° de 55 p.Dans cet opuscule, l'auteur passe enrevue le recrutement, l'organisation, les.cadres, l'armement, l'équipement, le harnachement,la remonte, les exercices et leservice de la cavalerie. Il y fait preuvede jugement et de connaissance du métier.Beaucoup de ses desiderata ontd'ailleurs été appliqués depuis.RIVES (DE).Adresses, a dresser alléger &emboucher Cheuaux. Prinses desmémoires du Sieur de Riues, ensemblequelques remèdes & remarques,dont il a luy-meme faictexpérience. Lyon, par Léon Savine,1621.Broch. pet. in-16 de 84 p.. Avertissement signé A. L. Sieur de laSarra, qui annonce qu'il met au jourl'œuvre de de Rives. Ce petit ouvrageest de la plus grande rareté.RIVET (Achille).Officier de cav le français, né en 1838,.sous-lieut nt en 1860, cap ne en 1870, démissionnairevers 1877.Publication de la Réunion desOfficiers — Guide de l'acheteur dechevaux. Examen détaillé des qualitéset défectuosités du Cheval,suivi de quelques réflexions surl'emploi du Cheval et les soins qu'ilexige. Destiné aux Officiers acheteursà titre temporaire, aux jeunesOfficiers et sous-Officiers de Cava-


RIV —4, ; — RIVlerie, aux Volontaires d'un an etaux Amateurs de Chevaux, parA. Rivet, Capitaine au 11 e Dragons,Officier acheteur au Dépôtde Remonte de Caen. Paris, Ch.Tanera, 1874.Broch. in-16 de 61 p.Publication de la Réunion desOfficiers — 5 e Edition (1). Guidepratique de l'acheteur de chevaux,par A. Rivet, ancien capitaine decavalerie, ancien officier acheteuraux Dépôts de remonte de Saint-Jean-d'Angély, Villers, Bec-Hellouin,Saint-Lô et Caen. — Danssa séance du 21 mai 1877, la Sociétéprotectrice des Animaux a décernéune médaille d'argent à l'auteur decet Ouvrage — Considérations généralessur la production et lesachats — Ce que doit être l'officieracheteur — Echelle des çrix —Examen détaillé du cheval en vente— Système des compensations —Boiteries — Embarquement en cheminde fer des chevaux difficiles —Comment on peut accoupler leschevaux en route — Manière deprésenter et de trotter les chevaux— Vices rédhibitoires — Emploidu cheval ; soins qu'il exige pourêtre bon de service ; ce qu'on peutlui demander de travail, en raisonde la nourriture qu'on lui donne— Denrées de distribution — Devoirset droits de l'officier de visite— Du tondage — Réponse àM. Decroix, sur les moyens d'augmenterla production du cheval deguerre — Amélioration des racesde trait par le pur sang — Commenton peut faire des chevaux deservice — Vocabulaire des expressionstechniques. Che\ l'Auteur, àRenwei (Ardennes) et che\ tous lesLibraires, 1877.T vol. in-12 de 256 p.Ce livre, clair et pratique, est un desmeilleurs traités publiés sur l'achat deschevaux et l'examen du cheval en vente.Le Cheval Ardennais en 1879,(1) Je n'ai trouvé aucune trace d'une 2 e éd° Q .D'ailleurs, la préface de celle-ci porte la mêmedate que l'ouvrage lui-même, et l'auteur n'yrappelle que la V éd


RIV — 4vulgarisation ont été largement mis àcontribution et qui répète bon nombrede leurs dangereuses erreurs.RIVIÈRE (Charles).Directeur du Jardin d'Essai à Alger,voy. BONZOM.RIVIÈRE (Emile).Archéologue français, directeur àl'Ecole des Hautes-Etudes au Collègede France, né en 1835.Sixième Congrès préhistorique deFrance. Session de. Tours — 1910— Folklore. Le Fer du pied desliquidés Porte-Bonheur, Fétiche,Fer totem. Légendes et Superstitions.Origine de la Ferrure desChevaux, par Emile Rivière, ancienInterne en Médecine, Directeur àl'Ecole des Hautes-Etudes au Collègede France, Président-Fondateurde la Société préhistorique deFrance, Président du premier Congrèspréhistorique de France. LeMans, Imp. Monnoyer, 1911.Broch. in-8° de 56 p., non mise dansle commerce.DE).RIVIÈRE (Louis-Alphrin BARONAgronome français, 1790-1871. Il a étémaire de S 1 Gilles (Gard), de 1823 à1830.Mémoire sur la Camargue, parM. de Rivière, Maire de Saint-Gilles,Correspondant de plusieursSociétés savantes. Paris, M m ° Hu-\ard (née V'allât la Chapelle), 1826.I vol. in-8° de 215 p.II est surtout traité dans cet ouvragede la situation agricole et économiquede la Camargue, ainsi que des projetsd'amélioration et de dessèchement ; maisil y a aussi un chap. sur les chevaux,dans lequel sont passés en revue leurorigine, leur état actuel et les causes del'insuccès des tentatives faites jusqu'alorspour leur amélioration.Des Haras en France et particulièrementen Camargue. (Paris),Imp. de J. B. Gros, (1841).Broch. in- 8° de 20 p., signée à la fin,avec 1 croquis d. 1. t.C'est un tirage à part de deux lettresparues dans le Cultivateur, Journal desprogrès agricoles, Juillet et Août 1841.L'auteur, qui était lui-même éleveur— ROBen Camargue, se plaint de la médiocritédes étalons du dépôt d'Arles. Il demandede bons étalons arabes et des travauxd'assainissement destinés à augmenterla production agricole de la Camargue.Travail bien étudié.ROBAUT (Félix) voy. CAVAL-CADES DE DOUAI.ROBERT (Nicolas-Joseph) Voy.'HUGUET (M.-T.)ROBERT (Pierre-Charles).Intendant mil re , archéologue et numismatefrançais, 1812-1887. Sorti de l'Ecolepolytechnique dans l'arme du génie en1834, cap ne en 1840, il entra en 1842dans l'intendance, devint intendantgénéral inspecteur en 1867 et passa aucadre de réserve en 1877. ^ a publié denombreux et importants travaux sur l'archéologie,principalement sur la numismatique,et il était membre de l'Académiedes inscriptions et Belles-Lettres.Le Boutoir romain, par M. P.Charles Robert — Extrait de laRevue archéologique -— Paris,Bureaux de la Revue Archéologique, Lib' e Académique Didier, 1876.Broch. in-8° de 24 p. avec 2 pl. h. t.et 5 fig. d. 1. t.Il s'agit « de l'identification d'un« bronze du musée de Grenoble et« d'antiques analogues avec l'outil de« maréchalerie nommé boutoir ».Formes et Caractères des Médaillonsantiques de bronze relatifs auxJeux, par P. Charles Robert —Extrait des Mélanges d'Archéologieet d'Histoire publiés par l'Ecolefrançaise de Rome, T. VIT Rome,Imp. Philippe Cuggiani, 1887.Broch. in-8° de 16 p. avec 1 pl. h. t.contenant 6 fig.Le t. et les fig. concernent presqueexclusivement les courses de chars etles auriges.ROBIDA (Albert).Dessinateur et littérateur français, néen 1848.L'Ile des Centaures. Texte etDessins de A. Robida. Paris,Henri Laurens, S. D. (1912).1 vol. in-4 0 de 124 p. avec 4 pl. coloriéesh. t. et nombreux dessins d. 1. t.Toutes les illustrations représententdes centaures des deux sexes et de tout


ROB — 437 — ROBâge, se livrant à diverses occupations.Ouvrage pour la jeunesse.ROBIEN (LE COMTE Henri-Auguste-Marie DE).Ancien officier de marine français, néen 1864.Prix agronomique de la Sociétédes Agriculteurs de France en 1907— Le Norfolk-Breton devant l'opinion,par le Comte Henry de Robien— Lettre du Comte René de Beaumont.Paris, Lucien Laveur, 1907.1 vol. in-8° de xvi-87 p. avec vignettesur la couverture et sur le titre, 32 fig.en phototypie représentant des chevauxbretons et une carte hippique de laBretagne.Voy. sur le même sujet Gast (A.).Le Norfolk-Breton — Au Paysde Cornouaille, par le ComteHenry de Robien — Avec 25 illustrations.Paris, Lucien Laveur,S. D. (1908).Broch. in-8° de vn-75 p.Les 25 illustrations sont des portraitsde chevaux. Cet ouvrage est un tirageà part d'articles successifs parus dans leSport Universel Illustré (voy. ce titre).Le Cheval Ardennais — En Lorraine— Au Pays dArdennes, parle Comte Henry de Robien — Avec24 Illustrations — Paris, LucienLaveur, 1909.Broch. in-8° de vm-52 p.Mémoires publiés par la Sociétédes Agriculteurs de France — N° 22— La Production Chevaline —Moyens à prendre, dès le temps depaix, et dans les meilleures conditionspossibles pour assurer laRemonte de la Cavalerie et del'Artillerie le jour de la Mobilisation,par le C le H. de Robien —Mémoire couronné par la Sociétédes Agriculteurs de France (Concoursagronomique de 1914). Paris,au Siège de la Société, 1914.Broch. in-8° de 55 p.Sur le même sujet, voy. Martin duNord(J.-G.-L.)ROBILLARD DE BEAURE-PAIRE (Charles-Marie DE).Archiviste du dép 1 de la Seine-Inf reet de l'Académie de Rouen, correspondantdu Ministère de l'Instruction publique,1828-1908.Notes et documents concernantl'état des campagnes dans laHaute Normandie dans les dernierstemps du Moyen-Age, par M. Ch.de Robillard de Beaurepaire, Archivistede la Seine-Inf, Membre dela Société de l'Eure. Evreux,P. Huet; Rouen, Lebrument, 1865.1 vol. in-8° de 442 p.L'ouvrage contient des détails sur leschevaux : prix, chevaux de guerre, chevauxofferts par les vassaux, chevauxanglais importés par Dieppe, haras, harnaisde chevaux, foires et marchés auxchevaux.Notice sur un Compte de l'Ecuriede la Reine Catherine de Médicisde 1558, par M. Ch. de Beaurepaire.Rouen, Imp. Boissel, S. D.Broch. in-8° de 24 p.Cet opuscule fait connaître les noms,qualités et émoluments des officiers quidépendaient du service de l'écurie, lanianière dont l'établissement se remontaiten chevaux et en mulets, leur nombre,leur prix, etc.ROBILLARD DE BEAURE-PAIRE (Joseph DE).Membre de l'association normande,frère du précédent, 1830-1906.Notes et documents concernantl'ancienne Administration desHaras en Normandie, par M.Josephde Robillard de Beaurepaire, Membrede l'Association Normande — ;Extrait de Y Annuaire Normand,année 1861. Caen, A. Hardel,1860 (1).1 vol. in-8° de vni-232 p.Cet ouvrage a paru au moment où leG al Fleury avait annoncé des mesuresdestinées à remplacer progressivementl'adm on des Haras par l'industrie privée,projet heureusement abandonné peuaprès, mais qui avait reçu un commencementd'exécution. L'auteur craintquecettesubstitution ne fasse disparaître le chevalde guerre au profit du cheval de trait.Il donne ensuite i'historique de l'admin 01 '(1) C'est le millésime porté sur le titre ;mais il semble qu'il est inexact, car ou n'a pufaire, en 1860, un tirage à part d'articlespubliés en 1861 dans l'Annuaire Normand.D'ailleurs, la Bibliographie de la France ne| mentionne l'ouvrage qu'en 1865.


ROBdes Haras en Normandie jusqu'au princede Lambesc. L'ouvrage se termine parun historique du haras du Pin et unenote sur les Académies d'Equitation.Voy., sur le même sujet, Galiier.ROBIN (Albert).Médecin français, né en 1847.Contribution à la Physiologiepathologique de l'Anasarque chez leCheval — Examen des urines —Traitement par le Jaborandi, parM. Albert Robin, Interne et Lauréatdes Hôpitaux de Paris, Lauréatde l'Institut de France. Paris,Typ. de V ves Renou, Maulde etCock, 1876.Broch. in 8° de 12 p.De la Polyurie du Cheval, parM. Albert Robin, Professeur agrégéà la Faculté dedecine, Médecinde l'Hospice des Ménages etM. Henri Benjamin, Vétérinaire àParis. Paris, Imp. V° Renou etMaulde, 1885.Broch. in-8° de 13 p.ROBINEAU DE BOUGON (Joseph-Michel-Félicité-Vincent).Homme politique français, 1773-18...Après avoir été officier, il quitta l'arméeavec le grade de capitaine. Il fut éludéputé de la Loire-Inférieure en 1834 etne se représenta plus aux élections de1837. Il ét^it colonel de la Garde nationalede Nantes.Considérations sur l'améliorationet la propagation des Chevaux dansle département de la Loire-Inférieure,et projet de la création d'uneRace française, par M. Robineaude Bougon, ancien Député de laLoire-Inférieure ; suivies d'un Rapportfait, à ce sujet, à la Sociétéacadémique de Nantes, au nomd'une Commission spéciale, parM. Camille Mellinet. Nantes, Imp.Camille Mellinet, 1838.1 vol. in-8" de 100 p. Les Considérationsde M. Robineau de Bougon occupentles 30 premières. Pour le Rapportde Mellinet qui suit, voy. ce nom.C'est un plaidoyer en faveur de l'établissementd'un dépôt de remonte dansla Loire-Inférieure, suivi d'une discussionsur l'amélioration par l'étalonoriental.— 438 — ROBROBINET (Jean-François-Eugène).Médecin français, ami, disciple etmédecin d'Auguste Comte, le fondateurde l'Ecole positiviste. En 1890, il futnommé sous-conservateur du MuséeCarnavalet. Il est l'auteur de plusieursouvrages historiques et politiques. 1825-1899.Lettres sur l'Hippophagie, parleD 1 Robinet — Prix : 50 centimes— Paris, Louis Leclerc, 1864.Broch. in-12 de 23 p. dans laquellel'auteur combat l'hippophagie.ROBINET (Joseph).Hippiàtre français, élève de Lafossefils (voy. ce nom) ; xvui e siècle.Dictionnaire d'Hippiatrique pra- J-tique, ou Traité complet de la Mé-^decine des Chevaux, contenant uneconnoissance exacte de la manièrede distinguer & de guérir les maladiesdu Cheval; les vertus & lesdoses de Medicamens. tant simplesqu'officinaux, usités dans la pratiqueactuelle de la Médecine Vétérinaire,dont l'efficacité est constatée,faciles à trouver & lesmoins dispendieux ; auxquels on ajoint les termes de l'Art, leur définition& leur explication, avec lesrecettes les plus efficaces, & enfintoutes les instructions nécessairespour être soi-même le Médecin deses Bestiaux : de sorte que cet Ouvrageseul formera une Bibliothèquede Pharmacie, de Chirurgie &dedecine Vétérinaire, dont lesOfficiers, les Ecuyers, les Laboureurs,les Maréchaux, les Marchandsde Chevaux & sur - toutles Maîtres de Poste peuvent êtreassurés de l'utilité par les secoursqu'ils y trouveront & qu'en vain ilschercheraient ailleurs — Orné duCheval & du Squelette dessinésd'après nature & gravés avec soin— Le tout traité d'après les préceptesdes plus grands Maîtres,& les Ouvrages modernes les plusestimés. Par M. Robinet — ABruxelles, Et se trouve à Nancy,Che\ Babin, Marchand-Libraire,rue S. Georges, 1777.Certains exemplaires de la même


ROB — 439 — ROB-éd on portent un titre au nom dulibraire Bîai^ot, à Versailles, 1777.1 vol. in-4 0 de 2 f t5 non ch. pour letitre et la dédicace de l'auteur à M sr Antoinede Chaumont de la Galaizière (1),x-508 p. plus 2 f ts pour les approbationset l'explication de la pl. du squelette,avec 2 pl. se dépliant, gravées parCollùiy Tune pour l'extérieur, l'autrepour le squelette.Cet ouvrage est presque entièrementtiré du Dictionnaire (THippiatrique et duGuide du Maréchal de Lafosse. AussiRobinet, dans sa Préface, et Lafosse,dans son Approbation, « se donnent-ils•« de l'encensoir par le nez >>, comme le■dit La font- Pou loti. (Voy. ces noms.)Tableau démonstratif des Tares■& des Maladies des Chevaux, parM. Robinet, Hippiàtre. A Paris,che\ Deyxuche, S. D. (1779).1 f 1Ie in-plano contenant 3 fig. entouréesde texte, le tout gravé.Tableau indicatif du Traitementdes Chevaux et formules hippiatripratiquespour servir de suite auxClavicules de M. Lafosse. A Paris,çhe\ Débauche, S. D. (1779).1 f lle in-plano contenant un texte■entièrement gravé. Anonyme.ROBINET DE CLÉRY (Gabriel-Adrien).Avocat français, ancien Avocat généralà la Cour de Cassation ; 1836-1914. Safamille était alliée à celle du g aI Lasalle,et il a, à ce titre, accompagné en Autrichele M is de Podenas, arrière-petit-fils(1) La Galaizière (Antoine-Martin Chaumont,ilf is de), administrateur français, 1697-1787.Attaché tout jeune à M. Voysin, Secrétaired'Etat de la Guerre, il mérita et obtint toutesa confiance; devint, en 1731, Intendant de laGénéralité de Soissons et fut nommé, en 1737,■Chancelier de Lorraine, où il ne laissa guèreau bon Roi Stanislas qu'une autorité nominale.Administrateur habile et énergique, il suttriompher des obstacles que l'influence autrichienne,d'une part, et l'opposition des Lorrains,restés très attachés à leurs ducs, del'autre, mirent à la réunion de la Lorraine à laFrance. Quand Stanislas dut se réfugier à Metzdevant l'armée du prince Charles, il organisa ladéfense de Nancy de telle sorte que l'ennemise retira. S'il administra la Lorraine avec unefermeté trop souvent dénuée de ménagements,il contribua beaucoup aux embellissements deNancy et de Lunéville, à l'établissement desYoutes, etc., etc. A la mort de Stanislas, le paysétait devenu bien français et Louis XV put^lors rappeler La Galaizière à Paris, où il entraau Conseil.de Lasalle, lors de la translation de sesrestes de Vienne à Paris, où ils ont étédéposés aux Invalides {Sept.-Oct. 1891).L'exhumation devait avoir lieu sans aucunesolennité extérieure; mais, quandl'Empereur François-Joseph apprit queles restes d'un des héros de Wagramallaient traverser les rues de sa capitalepour être ramenés en France, il donnaspontanément Tordre que les plus grandshonneurs lui fussent rendus. L'ArchiducAlbert, son frère, l'Archiduc Guillaume,se trouvèrent à la gare avec un brillantétat-major et suivirent le cercueil jusqu'aufourgon.M. de Cléry a recueilli la correspondancede Lasalle pendant la dernièrepériode de sa carrière et a publié sur luiles ouvrages suivants :D'Essling" à Wagram —- Lasalle;— Correspondance recueillie parRobinet de Cléry, avec 13 gravureset une carte du cours du Danubede Vienne à Raab, dressée parM. le Capitaine Matuszinski (1).Paris et Nancy, Berger-Levrault,1891.1 vol. in-8° de 222 p. avec les pl.annoncées au titre, parmi lesquellesplusieurs portraits de Lasalle, plus untableau généalogique de sa famille et deses alliances, se dépliant.Un résumé de la carrière militaire deLasalle et des détails sur sa famille,rectifiant la Biographie Michaud, formentle i er Chap. du livre. De plus, leslettres de Lasalle sont accompagnées dedéveloppements historiques qui les complètent,les expliquent et font de cetouvrage une œuvre personnelle.Les Statues décapitées du Pontde la Concorde, par Robinet deCléry. Extrait de la Grande Revuede Paris et de Saint-Pétersbourg.Tours, Imp. E. Arrault. S. D. (1891).Broch. gr. in-8° de 8 p.Opuscule rare, curieux et recherché.Il est cité ici à cause du projet de statuedu G aî Lasalle dont divers modèles enplâtre furent seuls exécutés alors.L'Inauguration de la Statue deLasalle à Lunéville — 29 Octobre1893. Paris et Nancy, Berger-Levrault,1894.Broch. in-8° de 18 p., avec 2 pl. dont(1) MatuszinsH (Jean-Léopold), officier decav ie français, né en 1855, sous-lieut nt en 1876| g al de Brigade en 1914.


ROB — 440 — ROCl'une représente la statue. Anonyme,mais M. de Cléry l'a en grande partierédigée.Lasalle, Général de Cavalerie,par Robinet de Cléry (Extrait deVAustralie. n° 13). Met\, aux Bureauxde V Austrasie, 1910.Broch. gr. in-8°, avec 13 fig., la plupartà pleine p.Le même auteur a publié, dans VEtoilede France, Aîmanack illustré du VraiPatriote pour i8q6, Nancy, Crépin-Leblond,une biographie de Lasalle et lerécit de l'exhumation : puis, dans laRevue de Cavalerie de Février 1900, leprocès-verbal de vente et liquidation deses chevaux, voitures, armes, effets, etc.,vendus à Vienne, les 15, 18 et 25 Juillet1809, quelques jours après sa mort. Cetintéressant document nous renseigne surles chevaux, les équipages, etc. que possédaitalors un général de division encampagne et sur la valeur approximativede tout ce matériel.ROBINSON (H.).Pseudonyme d'un écrivain sportif anglaisou belge.L'âge du Cheval — Descriptiondétaillée des modifications successivesde la denture, suivi d'unExposé des Ruses les plus généralementemployées par les Maquignonset les moyens de les déjouer,par H. Robinson. Avec gravuresintercalées dans le texte. Paris,A. Gain, 1859.Broch. in-12 de 55 p. avec 7 fig. d. 1.1.Chevaux de Selle, de Chasse, deCourse et d'Attelage — Manuelcomplet de l'Eleveur et du Propriétairede Chevaux, par H. Robinson,Auteur de Conseils aux Chasseurs,Le Chien de Chasse, et de plusieursautres ouvrages de Sport. Ouvrageorné de planches gravées. Paris,Auguste Goin ; Bruxelles, V"° Parentet fils; Leipzig, Ch. Muequart,1861.1 vol. in-8° de 244 p. avec 6 pl. h. t.et quelques fig. d. 1. t.Cet ouvrage contient de nombreuxpréceptes et conseils pratiques. Ce n'estpoint une traduction, comme le nom del'auteur le ferait croire ; il n'a été publiéqu'en français.L'une des pl. est signée F. R., et lesautres sont visiblement du même auteur,ainsi que celles de la i re éd on des Conseilsaux Acheteurs de Chevaux de Ste~wart (voy. ce nom), dont une est signéeFélicien Rops, qui devint plus tard célèbredans un genre singulièrement différent.ROCCA (Albert-Jean-Michel DE).Officier de cav ie au service de France.1787 ou 88-1818. Issu d'une anciennefamille d'origine piémontaise qui s'établità Lyon, puis, vers 1580, à Genève,« où elle jouit d'une grande considéra-« tion dès son arrivée », Rocca fit debonnes études à Genève puis entra àl'Ecole Polytechnique, en sortit dans lacav ie et, après quelques campagnes dansle nord de la Prusse, il partit en r8o8-pour l'Espagne avec le 2 e hussards où ilétait lieut" 1 et, sauf un court séjour en1809 à Anvers et à Walcheren où il pritpart à la défense des côtes contre l'expéditionanglaise qui y avait tenté undébarquement, il y resta jusqu'en 1810.Grièvement blessé le 1 er mai en faisantun fourrage près de Ronda et sauvé parle dévouement romanesque d'une jeuneEspagnole, il rentra en France avec unconvoi de blessés qui traversa l'Espagneavec les plus grandes difficultés, puiss'établit à Genève, sa ville natale, en1811.Il épousa alors M me de Staël qui, plus,âgée que lui de 22 ans, avait conçu laplus vive passion pour le beau houzard,qui d'ailleurs, paraît-il, était doué desplus brillantes qualités. Il en eut un filset mourut poitrinaire un an après elle.Rocca est l'auteur de l'ouvrage suivantqui est cité ici parce qu'il contient lerécit de nombreux épisodes et d'actionsde guerre intéressant l'histoire de lacav ie pendant une trop courte périodede la guerre d'Espagne. M nie de Staëlprit certainement une part importante àsa rédaction.Mémoires sur la Guerre desFrançais en Espagne, par M. deRocca, Officier de Hussards etChevalier de la Légion d'Honneur.A Londres, che\ John Murray,1815.1 vol. in-8° de 426 p. (1).(1) J'ai placé cette éd on , quoique datée d&1815, avant celle de Paris, 1814. En effet,l'éditeur de celle-ci, dans un avis préliminaire,dit : « La première édition de cet ouvrage« était sous presse à Londres, avant l'entrée« des puissances coalisées à paris... » L'éd 0 *-de Londres est donc bien la l re et d'ailleurscelle de 1814 porte : 2e Ed on . Il faut remarquerque la note ci-dessus indique que l*éd oa


ROCMême ouvrage, même titre —SecondeEdition — Paris, Gide fils ;ibid., H. Nicolle, 1814.1 vol. in-8° de 384 p. dont les 100 dernières,environ, sont occupées par unAppendix contenant de nombreuses piècesjustificatives.Même ouvrage, même titre —Nouvelle Edition, augmentée, revueet corrigée. Paris, Gide fils ;ibid., H, Nicolle, 1817.1 vol. in-8° de 367 p. dont vi pour lestitres et l'avis de l'éditeur.Dans cette éd°", le t. des mémoires estle même, mais Y Appendix contenant lespièces justificatives a été sensiblementabrégé et on a ajouté le récit de « la« campagne de Walcheren et d'Anvers,« dont l'auteur a été le témoin oculaire »,ainsi d'ailleurs qu'on l'a vu plus haut.Même ouvrage, même titre. —Deuxième Edition (1) — Genève,A. Cherbulie\; Paris. G. Fischbacher,1886.1 vol. m-8° de 404 p. avec un joliportrait de l'auteur en frontispice. Les124 dernières p. contiennent VAppendixen entier et une notice détaillée sur lafamille Rocca, par M. Gustave Revillod.Certains exemplaires portent 1887 et1890 ; c'est la même éd on .ROCH (Eugène).Economiste et statisticien français.Essais sur les Voyages aériensd'Eugène Robertson (2) en Europe,aux Etats-Unis d'Amérique et auxAntilles; suivis d'Observations surles Courses de Chevaux dits Barberi,par E. Roch. Paris, Landoiset Bigot, 1831.Broch. in-8° de iv-91 p. Sur le titre,vignette représentant un ballon.Le compte rendu des ascensions deRobertson occupe les 83 premières p.De la p. 84 à la fin, se trouvent lesde Londres était a sous presse », mais non pasqu'elle ait été publiée, avant l'entrée des alliés.On en peut conclure qu'elle a été datée de 1815,quoique terminée en 1814, ou que quelquesexemplaires — parmi lesquels le seul que j'aierencontré de l'éd 00 de Londres — ont reçu lemillésime 1815.(1) On voit que cette indication est inexacte.C'est en réalité la 4e éd°°.(2) Robertson (Guillaume-Eugène Robert, dit),physicien et aéronaute d'origine belge, mais néà Paris, en 1799, mort vers 1836, fils d'Elienne-Qaspard, également physicien et aéronaute.— 44i - ROCObservations sur les courses de chevauxlibres.Roch dit que la transition entre deuxsujets si différents est due à ce que sonami Robertson se proposait de donnerau Champ de Mars une fête qui devaitréunir une ascension de l'aéronaute etune course de chevaux libres. Dans sesobservations sur cette sorte de courses,l'auteur se livre à un vigoureux éreintementdes courses anglaises, barbares etcruelles, dit-il, et qui ne s'acclimaterontjamais en France. Il est difficiled'être plus mauvais prophète.Opuscule rare, inçonnu au C'° de Contades.Cette course a été reproduite parCarie Vernet (voy. ce nom) dans unebelle lithographie in-f" intitulée : Coursesde Chevaux Français qui ont eu lieuau Champ de Mars, à T'instar de celles desChevaux Romains dits Barbérv (sic).Six chevaux se disputent la course et onvoit, dans le fond, le ballon prêt à s'enlever.ROCHAS voy. SÉON.ROCHAS D'AIGLUN (François-Gabriel-Henri DE).Officier de cav 1 " français, né en 1867,sous-lieut'" en 1893, cap' le en 1909.La Cavalerie dans la Guerre demontagnes — Conférence faite auxOfficiers du 2i° Régiment de Chasseursà cheval par le sous-lieutenantde Rochas. Limoges, 1895.Broch. in-4 0 de 37 p. autographiée etnon mise dans le commerce.Sabre et Sabreurs, par Aiglun.Paris et Limoges, Henri Charles-Lavau^elle, S. D. (1896).Broch. in-16 de 33 p.Concerne l'escrime à cheval.Causeries sur le Cheval — Conférencesfaites aux Cavaliers du21 e Chasseurs par le LieutenantH. de Rochas d'Aiglun. Paris etLimoges, Henri Charles-Lavau-\elle, 1900.Broch. in-16 de 79 p.Esquisse historique sur l'emploidu Sabre dans la Cavalerie. Pariset Nancy, Berger-Levrault, 1901.Broch. gr. in-8° de 37 p., publiée sansnom d'auteur et non mise dans le commerce.Extrait de la Revue de Cavalerie.Adresse, Vigueur et Agilité —


ROC — 44 2 — ROCConférence sur l'Emploi de la Carabine,la Gymnastique et laVoltige,par de Rochas d'Aiglun, Lieutenantau 21 e Rég 1 de Chasseurs. Paris etLimoges, Henri Charles-Lavau-\elle, S. D. (1902).Broch. pet. in-8° de 48 p.Concerne principalement la voltige.ROCHAUf Frédéric-Auguste DE).Officier de cav ie allemand, 1786-18*43.Né à Muskau. dans la H te -Lusace, il•entra au service de Prusse en 1806,-comme cadet au régiment de Prittwitzhussards; sous-lieut ,u en 1808; passécomme cap ne au service de Brunswick en1809 ; chef d'esc on et passé au serviced'Angleterre en 1809; rentré en Allemagne,arrêté à Brunswick en 1812 parles Français et prisonnier à Cassel. oùil fut délivré par les alliés en 1813.Entré la même année au service de Russie,il ' fut commandant de la ville deLœbau, en Saxe, puis major de la placede Paris pendant l'occupation des alliésaprès Waterloo. Il démissionna en1816. Il ne fut jamais lieutenant-général,comme le dit le C te de Contadfs ( 1}.Il avait fait, surtout comme partisan,presque toutes les campagnes de 1806 à1815 et avait été blessé à Thorn, à Zittau.à Leipzig, à Halberstadt et à Culm.En 1816, il fit de pressantes démarchespour entrer au service de France, s'appuyantsur ses campagnes contre « l'usurpateur»; mais, malgré de hautes protections,il ne put y parvenir. Il restanéanmoins en France et y établit unbazar de chevaux. Certains passages deson livre semblent indiquer qu'il s'étaitfait naturaliser.En 1828, il fonda le Journal desHaras (voy. ce titre), en abandonna ladirection au C te de Montendre (voy. cenom) de 1833 à 1842; la reprit en 1842et mourut l'année suivante.De l'Education des Chevaux enFrance, ou causes de l'abâtardissementsuccessif de leurs races, etdes moyens à employer pour lesrégénérer et les améliorer. ParA. de Rochau, ancien Officiersupérieur de cavalerie, et fondateur■d'un Bazar de Chevaux. Paris,Lib'" du Commerce, clte{ Renard etche\ l'Auteur, rue Gaillon, n° 19,1828.1 vol. in-8° de 196 p.(1) Bibliographie sportive, p. G7.Cet ouvrage n'a aucune originalité.C'est une imitation, presque mot pourmot, de VInstritction sur l'Améliorationdes Chevaux en France, publiée parHu^ard, en l'An X. (Voy. Hu^ard père.)Pour un ouvrage en collaboration,voy. Vaulabelle.ROCHE (A. Edouard).Ouvrage couronné par la Sociétéprotectrice des Animaux — Manueldu Charretier et du Cocher. Simplesavis à tous les Propriétaires etConducteurs d'Animaux de trait,par A. Edouard Roche, de Linas— Prix : 50 centimes — Paris,Lib'" de la Maison Rustique ; auSiège de la Société protectrice desAnimaux ; Jnvisy-sur-Orge, l'auteur,1876.1 vol. in-32 de 127 p.Les Martyrs du travail — Manueldu Propriétaire et du Conducteurd'Animaux de trait, par A. EdouardRoche, de Linas. — Le Cheval —Deuxième Edition, revue et augmentée.Ouvrage couronné par laSociété protectrice des Animaux etadopté pour les Bibliothèques scolairesde la Ville de Paris et duDépartement de la Seine. Paris,Ch. Delagrave, 1877.1 vol. in-12 de xi-in p. Dédicace del'auteur à son petit-fils Georges Roche.Cet ouvrage, destiné à inspirer lacompassion et les bons traitementsenvers les animaux de travail, a eu beaucoupde succès et les éd ons se sont rapidementsuccédé. Mais, comme tous ceuxmis entre les mains des enfants et despersonnes exerçant des professionsmanuelles, il est devenu rare et je suissans renseignement sur les 3 e et 4 e éd 0Ils ,qui ne doivent pas, d'ailleurs, différerbeaucoup de la 2*", puisque la 5 e , dontsuit la description, est à peu près semblable.Les Martyrs du travail — Manueldu Propriétaire et du Conducteurd'Animaux de trait, par A. EdouardRoche, de Linas — Le Cheval —Cinquième Edition — Ouvragecouronné par la Société protectricedes Animaux, approuvé par Monseigneurle Cardinal Donnet, Archevêquede Bordeaux, adopté par laCommission supérieure du Minis-


ROC — 443 — ROCtère de l'Instruction publique pourtoutes les Bibliothèques scolairesde la France et recommandé commelivre de lecture et de prix dans toutesles Ecoles. Paris, Ch. Delagrave,1880.1 vol. in-12 de xx p. pour le titre, ladédicace aux petits-fils de l'auteur,Joseph et Maurice Hoche et à son meilleurami Eug. BorJesou/e, les rapportsde la Société protectrice des Animaux,l'approbation du Cardinal Donnet,l'adoption du ministre de l'Instructionpublique, l'avant-propos et 117 p.Les Martyrs du travail — (LeCheval, l'Ane, le Mulet, le Bœuf).Notions dedecine vétérinaire,conseils aux Agriculteurs à proposdes Animaux utiles ou nuisibles,par A. Edouard Roche, de Linas.— Sixième-Edition ornée de 234dessinsde MM. Kauffmann, Mesnel,Rouyer, Traviès, etc., etc. —Ouvrage couronné par la Sociétéprotectrice des Animaux, adoptépar la Commission supérieure duMinistère de l'Instruction publiquepour toutes les Bibliothèques scolairesde la France et recommandécomme livre de lecture et de prixdans toutes les Ecoles. Paris, Ch.Delagrave, 1882.I vol. in-12 de 360 p. dont xiv pourle titre, la dédicace de l'auteur (commeci-dessus), l'extrait du rapport de la Soc.protectrice, la reproduction de la loiCirammont et l'avant-propos.Cette éd on , considérablement augmentée,a donné à l'ouvrage sa forme définitive.Elle comprend, en plus des précédentes,les chapitres relatifs à l'âne etau bœuf, les notions dedecine vétérinaire,les notices sur tous les animaux-*— mammifères, oiseaux, reptiles, insectes— utiles ou nuisibles à l'homme ouà l'agriculture et les nombreuses illustrations.Même ouvrage, même éditeur,1884.Sans changement.Toutes ces éd olls sont épuisées et l'ouvrageest difficile à rencontrer.II a été publié en Belgique, sous letitre suivant :Manuel du Charretier et duCocher. Simples avis à tous Propriétaireset Conducteurs d'Animauxde Trait, par A. EdouardRochej de Linas. Réédité parl'Association professionnelle desConducteurs de Chevaux établiedans l'arrondissement de Verviers.Andrimont, }'. Keyeux, 1901.1 vol. in-16 de 147 p. avec 106 fig.d. 1. t. dont plusieurs sont répétées.ROCHE (Lubin).Vétérinaire français, 1805-1853.Guide pratique du CultivateurAveyronnais sur l'Hygiène et letraitement des Maladies du Bétail,ouvrage couronné par la Sociétécentrale d'Agriculture de l'Aveyron,publié sous ses auspices et orné defigures ; par Roche (Lubin) ancienElève de l'Ecole d'économie ruraleet vétérinaire d'Alfort ; Médecin-Vétérinaire de l'arrondissement deSaint-Affrique ; Secrétaire du Conseild'hygiène publique et desalubrité ; secrétaire du Comiceagricole ; Membre correspondantde la Société nationale et centralededecine vétérinaire ; Membrehonoraire, titulaire et lauréat deplusieurs Sociétés savantes. Rode\,Imp. Carrere aîné, 1850.1 vol. in-8° de 176 p. avec 1 pl. contenant21 fig. relatives à la vache. Dédicaceà M. Fluchaire, Préfet de l'Aveyron.Outre les généralités dont beaucoupsont applicables au cheval, un chap. luiest exclusivement consacré.Cet auteur a publié d'autres ouvragessur les animaux des espèces bovine etovine et de nombreux articles dans lesRecueils spéciaux.ROCHE DU TEILLOY (AlexandreDE).Professeur honoraire du Lycée deNancy, ancien Président de l'Académiede Stanislas, 1835-1915.Les Etapes de Georges Bangofsky,Officier Lorrain — Fragmentsde son Journal de Campagnes(1797-1815) recueillis par sonpetit-neveu Alexandre de Roche duTeilloy. Avec son portrait. Paris etNancy, Berger-Levrault, 1905.1 vol. in-8° de 114 p. avec 1 bon por-,trait en héliogravure.Curieux récit des campagnes d'unbrave officier de cav le du I ER Empire.


ROC — |M. de Roche du Teilloy y a ajouté desnotes et des éclaircissements qui enaugmentent l'intérêt.ROCHEBRUNE (COMTE RaoulDE).Archéologue français.Aventures de deux Etriers Carlovingiensau xx e siècle, par leComte R. de Rochebrune— (Extraitde la Revue du Bas-Poitou) Vannes,Imp. Lafolye / Ve % 1907.Broch. in-8° de 25 p. avec 1 pl. enphototypie contenant 2 fig.ROCHEFORT (Jean - Marie -Antoine-Marguèrite-Camille, COMTEDE).Général de div on français (cav ie ),1799-1863. Garde du Corps en 1817,lieut nt en 1824; cap ,,e en 1830; réformésur sa demande en 1831 ; relevé de laréforme et considéré comme en missionpour le service, en qualité d'inventeurd'un nouveau modèle de selle en 1834 :colonel en 1850 ; général de brigade etcom dt l'Ecole de cavalerie en 1852 ;com dt la brigade de cav ie du 4^ corps del'armée d'Italie en 1859 ' général de div 011en 1859 et com dt la div on de cav ie del'armée d'Italie. Campagnes de 1823 enEspagne où il obtint une citation, de1851 à l'intérieur et de 1859 en Italie.Le général de Rochefort était un véritablehomme de cheval, et le souvenirde son commandement n'est pas encoreeffacé à Saumur. Il mourut en quelquesjours au cours d'une inspection générale.Aperçus sur un nouvel Harna- |chement complet du Cheval, Harnachementégalement propre à laCavalerie légère, à la Cavalerie deligne et à la grosse Cavalerie ; parM. le C le Camille de Rochefort,Capitaine au 2 E de Dragons. Paris,Imp. de M mc V vi Porthmann, S. D.(1831)-Broch. in-8° de 24 p. avec 2 pl. contenant9 fig.Réponse aux observations de-M. le Capitaine Itier sur les Equipagesde la Cavalerie (Extrait duSpectateur Militaire). Paris, Imp.Everat, S. D. (1831).Broch. in-8° de 30 p. signée à la fin.Réponse à une critique des Aperçus...qui précèdent, publiée par Hier (voy. ce 1nom) dans le Spectateur Militaire de j( - ROC183 1. Au lieu d'Equipages, lisez Harnachement.Exposé d'un nouveau système deHarnachement, Selle, Bride etMors. Paris, Froidevaux, i83o,.Broch. in-8° de 59 p. Dédicace au ducde Nemours, signée par l'auteur dont lenom ne figure pas au titre.La selle inventée par le capitaine deRochefort avait été mise en essai dans,plusieurs régiments. La brochure contientdes rapports favorables de quelqueschefs de corps.Cette selle était en visible progrèssur celles de son temps, surtout au pointde vue de la courbure des bandes del'arçon, grâce à laquelle on peut aubesoin supprimer les intermédiaires,entre la selle et le dos du cheval. Laselle dite modèle 184^ en consacra officiellement,avec quelques modifications,,l'adoption dans la cav le .Notice sur un nouveau mode deCollier, accompagnée de quelquesconsidérations sur le trait et sesdivers effets, par M. de Rochefort,Lieutenant-Colonel du I er Régimentde Carabiniers. Paris, Imp. Martinet,1849.Broch. in-8° de 20 p. avec 6 fig.d. 1. t. représentant des chevaux avecla direction à donner aux traits. Extraitdu Spectateur militaire de Juillet 1849.L'auteur forme la base de son collieravec un arçon en bois, modifie la courbureordinaire et le fait ouvrir à volonté.Idées pratiques sur la Cavalerieravec planches et tableaux explicatifs; Ouvrage dédié à ses anciensElèves de l'Ecole de Saumur, parle Général de division Comte deRochefort, Membre du Comité deCavalerie, Inspecteur général, Commandeurde l'Ordre impérial de laLégion d'Honneur, du Christ dePortugal, de la Rose du Brésil, del'Epée de Suède, de l'Ordre Militairede Savoie, de Charles IIId'Espagne, Grand'Croix du Medjidiéde Turquie, Chevalier de Saint-Marin, etc., etc. Saumur, Javaud ;.Paris, ]. Dumaine, 1865.1 vol. in-8° de 336 p. (les 4 dernièresne contiennent que des annonces de lalib ie Javaud) avec quelques croquis d. 1.1.,plusieurs tableaux et 11 pl. h. t. se dépliant.Portrait lithographié de l'auteur,en frontispice.


ROC — 415 — ROCMême ouvrage. Deuxième Edition,Mêmes éditeurs, 1866.Sans changement.Cet ouvrage n'était pas terminé aumoment de la mort du général de Rochefort.Il fut complété et mis en ordre,puis publié par les soins de sa veuve.Au commencement, se trouve unebiographie de l'auteur. Le livre contientdes considérations sur la cav 10 , son instruction,son armement, sa tactique denombreuses propositions de modificationsà l'ordonnance de 1829, surtout pour lesévolutions ; toutes ces parties ont vieilli.Mais la fin, à partir de la p. 245, traitede l'instruction équestre, avec d'intéressantescomparaisons entre les différentesméthodes des principaux écuyers del'époque. Cette partie peut toujours êtreutilement consultée.DE).ROCHEFORT D'ALLY (LE COMTEMémoire adressé à MM. lesMembres des Autorités constituéesdu Département de l'Allier, desConseils de Département et desConseils d'Arrondissemens, surl'organisation des Haras dans ceDépartement, avec les moyensqu'on doit employer pour la régénérationet l'amélioration de la racedes Chevaux. A Riom, de VImp. duPalais, che\ J.-C. Salles, S. D.(vers 1808).Broch. in-4 0 de 40 p. signée de RochefortDaily.C'est une suite d'observations et deconseils sur la production et l'élevagedes chevaux. Opuscule rare.De l'emploi de l'Etalon de pursangdans, la Normandie, spécialementdans la vallée d'Auge, par leC' e de Rochefort "d'Ally, propriétaireà Trousseauville, commune deDives (Calvados). Caen, Imp.Paçny, 1836.Broch. in-8° de 46 p.L'auteur est partisan du pur-sanganglais ét de la création d'une race anglonormande.Observations sur les Courses dechevaux qui ont eu lieu à Caen, les26 et 27 août 18.37, adressées à laSociété royale d'agriculture et decommerce de cette ville, et à laSociété pour l'amélioration desChevaux normands, par M. leBaron Foache et M. le Comte deRochefort d'Ally. Caen, Imp.Pagny, 1837.Broch. in-8° de 12 p.Pour le détail de cette broch.. voy.Foache (C. A.)le ne saurais affirmer que l'auteur dela broch.de 1808 soit le même que celuides deux suivantes.ROCHER (Alfred).Ancien militaire et .éleveur vendéen.Essai sur l'Elevage dans leBocage vendéen. Etude sur lemoyen d'y produire le Cheval desang à l'usage des Cultivateurs ;par Alfred Rocher. Fontenay-le-Comte, Imp. L. P. Gouraud, 1902.1 vol. in-8° de xxxiv-100 p.L'auteur s'occupe non seulement del'élevage, mais de l'enseignement hippologiqueet de celui de l'équitation.Vendée hippique — Le Concoursde poulinières de Fontenay-le-Comte et le Bocage ; par AlfredRocher, Président de la Sociétéhippique de Mouilleron-en-Paredspour l'amélioration du cheval demisangdans le Bocage vendéen —Prix : 75 cent. Fontenay-le-Comte,Imp. L. P. Gouraud, 1902.Broch. in-16 de 20 p.ROCHUT (Louîs).Vétérinaire et homme politique français,né en 1815. Il exerçait sa professionà Nevers quand éclata la Révolution defévrier : il manifesta alors les opinionsles plus avancées et fut élu en 1849représentant de la Nièvre à la Législa rtive. Sous l'Empire, il devint vétérinairedes écuries du prince Napoléon et cessade s'occuper de politique.Aux Propriétaires d'Animauxdomestiques — Du Charlatanismeen Vétérinaire. Nevers, Imp.N. Duclos et Fay. S. D. (1841).Broch. in-8" de 7 p., signée à la fin.Nouvelle ferrure pour le Cheval— FerCharlier, dit périplantaire —Lettres adressées à M. H. Bouley,Inspecteur général des Ecoles vétérinairesde France, Directeur duRecueil dedecine vétérinaire,par L. Rochut, Médecin-Vétérinaire


ROCà Paris. Extrait du Recueil dedecine vétérinaire. Paris, Renouet Maulde, 1867.Broch. in 8° de 70 p.Cet opuscule contient, outre les lettresde M. Rochut, qui combat la violentecritique que U. Leblanc avait adressée àla ferrure Charlier (voy. ces noms), denombreuses lettres et attestations adresséesà Charlier lui-même par des vétérinaires,des maréchaux, des propriétaires,etc., tous favorables à son système deferrure.ROCQUANCOURT (Jean-Thomas).Officier du Génie, puis d'Etat-majoret écrivain militaire français, 1792-1871.Entré à l'Ecole polytechnique en 1810,sous-lieut m du génie en 1812, cap" e en1818, passé la même année dans leCorps d'Etat-major. colonel en 1848,retraité en 1852. Campagnes de 1813et 1814 en Hollande ; siège de Philippevilleen 1815.Cours élémentaire d'Art et d'Histoiremilitaires, à l'usage des Elèvesde l'Ecole royale spéciale militaire.Par J. Rocquancourt, Capitaineau Corps royal d'Etat-Major,sous-Directeur des Etudes à laditeEcole ; ancien Elève de l'Ecole polytechniqueet ancien capitaine duGénie — Premier cahier. Introduction.Art militaire des anciens.Paris, Anselin et Pochard, 1826,1 vol. in-8° de x-255 p. avec 2 cartesse dépliant. Dédicace aux Elèves del'Ecole roy T ale spéciale militaire.Môme ouvrage, même titre —2 e cahier, Clovis — Louis XIV.Paris, Anselin et Pochard, 1827.1 vol. in-8° contenant les p. 257 à 358et dernière avec 1 carte se dépliant.Même ouvrage, même titre —3 e cahier — Louis XIV —Louis XVI. Paris, Anselin et Pochard,1828.1 vol. in-8° de vm-261 p. avec 3 cartesse dépliant et quelques croquis d. 1. t.Même ouvrage, même titre —4 e cahier. République. Paris, Anselin,1829.1 vol. in-8° contenant les p. vm-263 à602 et dernière.Même ouvrage, même titre —— 440 — RODDeuxième Edition, revue et considérablementaugmentée. Paris,Anselin, suce' de Magimel, 183r.2 vol. ih-8° de vm-568 et 592 p. avec6 cartes se dépliant au T. I. et 3 auT. II.Cette éd on se compose de 21 leçons ouchap. La i re n'en contenait que 16. L'ouvrages'arrête à 1800.Une 3 0 (ou 4 e ?) éd°" a paru de1837 à 1841, chez Gaultier-Laguionie,en 4 vol. in-8° de vin-498,584, 704 et 700 p. avec 6 cartes sedépliant au T. I ; 3 au T. II ; 11 auT. III et 3 au T. IV. Les T. I et 11— et peut-être quelques exemplairesdes T. III et IV — portent letitre de Cours complet... au lieude Cours élémentaire...Dans cette éd on , les matières contenuesdans les 2 premiers vol. ont reçu quelquesaugmentations et modifications,Le T. III contient l'histoire militairede Napoléon qui, ainsi qu'on vient de levoir, ne figurait pas dans les précédenteséd° il % rédigées sous la Restauration. Onn'eût sans doute alors pas vu d'un bonœil l'auteur célébrer la gloire de IV usurpateur». Ce vol. comprend les leçons 22à 32.Au T. IV, qui contient les leçons 33.à 55 et dernière, se trouve XOrganisationdes Armées modernes avec des chap. spéciauxsur les différentes armes et des.études sur les marches, batailles, reconnaissances,convois, etc., etc.Les leçons 51 à 55 portent le titregénéral de Littérature militaire et donnentune bonne bibliographie des auteursmilitaires anciens et modernes, jusqu'àl'époque à laquelle écrivait l'auteur.L'histoire, la tactique et l'emploi dele Cavalerie occupent une partie importantede l'ouvrage. Une table détaillée,à la fin de chaque vol., permet de trouverfacilement les passages ou chap.dans lesquels il est traité de cette arme.Cet ouvrage estimable, demeuré classiquependant une trentaine d'années, aeu le plus plus grand succès, bien oubliémaintenant. On y trouve encore cependantd'utiles enseignements,RODET (Henri-Jean-Antoine).Vétérinaire français ; a été professeuraux Ecoles vétérinaires de Toulouse etde Lyon, puis directeur de cette dernière,.1810-1875.Pnéoscope et Pnéographe —Communication faite à la Société


ROD — 447 — RODimpériale dedecine de Lyon le18 Mai 1868 par M. Henri Rodet,Directeur de l'Ecole impériale Vétérinairede la même ville. Lyon,Cet ouvrage est surtout intéressant parles observations que Rodet avait faitespendant ses nombreuses campagnes. Ilest terminé par un éloquent plaidoyeren faveur de l'amélioration de la situationmatérielle et morale des vétérinairesTyp. et Lith. J. Nigon, 1868.Broch in-8° de 24 p. avec 2 pl. contenant7 fig. donnant la description demilitaires.deux appareils inventés par Rodet pour Recherches sur la nature de l'affectionreconnaître l'existence de la pousse.maladive à laquelle on aH. Rodet s'est surtout occupé de botanique,mais il a aussi publié quelquesarticles concernant le cheval dans leJournal dedecine vétérinaire publié àLyon, et qu'il a dirigé pendant 5 ans.donné le nom de Pousse ; parRODET (Jean-Baptiste-Claude).Vétérinaire militaire français, 1785-1849. Entré au service en Prairial an XIIau 28 0 Dragons, sortant de l'Ecole d'Alfortoù il était répétiteur et breveté lamême année, vétérinaire en I er au26 e Chasseurs en l'an XIII et au 4 e Chasseursen 1814, il fut nommé aux Hussardsdelà Garde royale en 1815. Rodetavait fait les campagnes de l'an XIV,1806, 1807, en Autriche, en Prusse et enPologne, de 1808 à 1813 en Espagne oùil avait rempli, pendant deux ans, lesfonctions « d'artiste vétérinaire en chef« au dépôt général de cavalerie de l'Ar-« mée d'Espagne, avec toute la satisf'ac-« tion du général commandant ledit« dépôt 2», en 1813 et 1814 en Saxe eten France.En 1827, il quitta le service pour entrerdans l'enseignement et fut successivementprofésseur adjoint à Alfort, professeurà Toulouse et enfin, en 1838, denouveau à Alfort. Il fut retraité en 1843.Il était membre de plusieurs sociétés savantes.Notions élémentaires dedecineVétérinaire Militaire, ou considérationsgénérales sur le Choixet les différentes qualités des Chevauxde troupe, leur conservation,les causes de leurs Maladies, lesRemontes, les Réformes, le servicedes Vétérinaires militaires, etc.,'etc.,par J. B. C. Rodet, Vétérinaire enchefdes Hussards de la Garde Royale,ancien Répétiteur à l'Ecole d'Alfort; Correspondant de la Sociétéroyale et centrale d'Agriculture etde la Société des Amateurs desSciences, de l'Agriculture et desArts, de Lille. Paris, Madame Hu-\ard, 1825.1 vol. in-12 de vi-325 p.J. B. C. Rodet fils, Vétérinaire enchef des Hussards de la GardeRoyale, Correspondant de la SociétéRoyale et centrale d'Agriculture,etc. Paris, Imp. de M m °Hu\ard [née Vallat-La-Chapelle),novembre 1825.Broch. in-8° de 83 p.Traité analytique dedecinelégale vétérinaire contenant i° Les-Principes généraux de la Médecinelégalevétérinaire ; 2" Un Extrait dela Médecine légale vétérinaire deF. Toggia, traduit de l'Italien avecdes notes du Traducteur ; 3 0 UnSupplément à la Médecine légalevétérinaire de F. Toggia ; 4 0 La-Connaissance des différens genresde Rapports judiciaires applicablesà tous les cas dedecine légalevétérinaire; par J. B. C. Rodet,Vétérinaire en chef des Hussardsde la Garde Royale, ancien Répétiteurà l'Ecole d'Alfort, Membrecorrespondant de la Société Royaleet centrale d'Agriculture, de la Sociétémédicale d'Emulation de Paris,de la Société Royale académiquedes Sciences et de la Sociétédes Amateurs des Sciences, del'Agriculture et des Arts de Lille.Paris, Madame Hu^ard, 1827.1 vol. in-12 de de xir-402 p.Doctrine physiologique appliquéeà la Médecine vétérinaire, ou de lanature et du traitement de différentesMaladies, et en particulierde la Gourme, de la Fourbure, de,la Morve, du Farcin, de la Pousse,des Fièvres gastriques, des Pleuro-Péripneumonies aiguës, etc., etc.,éclairés par de nouvelles observationset par leur étude anatomicopathologique; par J. B. C. Rodet,Professeur-Adjoint à l'Ecole Royale-


RODVétérinaire d'Alfort, ex-Vétérinaireen chef des Hussards de la GardeRoyale... (etc., comme ci-dessus).Paris, L. Cordier ; ibid., JosephJanet ; ibid., Gondar-Roblot, 1828.1 vol. in-8° de vm-460 p.Ce vol. n'est que la réunion de mémoiressur des sujets divers déjà publiéspour la plupart dans des journaux spéciauxou dans les R'ctteils des Sociétés-savantes auxquels ils étaient adressés.Celui sur la pousse, décrit plus haut,y est reproduit et complété. Il y a unchapitre assez curieux sur la folie chezles animaux.Recherches sur la nature, lescauses de la Morve et les moyensà employer pour en diminuer lesravages, suivies d'un Chapitre contenantde nouvelles preuves tiréesde la comparaison des détails complémentairessur les Remontes ;par J. B. C. Rodet. Professeur àl'Ecole Royale Vétérinaire de Toulouse...(etc., comme ci-dessus).Paris, Cordier; ibid., Joseph Janet;ibid., Gondar-Roblot, 1830.1 vol. in-8" de xn-202 p.Rodet pense qu'on doit essayer detraiter la morve à son début, mais qu'àla période avancée elle est incurable. 11énumère les causes évitables de la maladie: mauvaises remontes, achat prématuré,castration dans les corps, mauvaisfourrages, mauvaise hygiène et insuffisancedes casernements, précautionsinsuffisantes pour habituer les jeuneschevaux à la vie militaire, etc. Commeon le voit, l'ouvrage concerne surtout leschevaux de l'armée où alors la morvefaisait de cruels ravages : un tableaunous montre qu'aux Hussards de lagarde, où cependant les remontes devaientêtre d'une qualité supérieure à lamoyenne, le régiment a perdu en 10 ans213 jeunes chevaux morveux.De la ferrure au point de vue del'hygiène, ou de son influence surla conservation tant des animauxque de leur aptitude au travail,suivie des moyens d'agir sur lacorne dans l'intention d'entretenirou de rétablir les bonnes qualitésdes pieds des animaux ; par J. B. C.Rodet, Professeur à l'Ecole royalevétérinaire d'Alfort... (etc., commeci-dessus). Paris, L. Bouchard-Hu-\ard, 1841.- 448 - ROD1 vol. in-8° de ni-143 p. avec 5 pl.contenant de nombreuses fig. de fers etde clous. Extrait des Annales de l'Agriculturefrançaise, 1839-1840.L'ouvrage contient la description desdifférentes ferrures étrangères, leur critiqueet l'historique de la ferrure françaisedepuis Solleysel. La partie didactique,personnelle à Rodet, ' y est doncassez écourtée, mais il y donne en généralde bons principes de ferrure.Rodet a fair aussi un Traité de la médecinedu bœuf.RODIER (Lucien).Essai sur la manière de reconnaîtreles Tares d'un Cheval misan vente, ainsi que la Conformationque doit avoir un Cheval destiné àtel outel service, par Lucien Rodier,Médecin vétérinaire, Elève del'Ecole royale de Lyon, Vétérinairede la Gendarmerie de l'Hérault etde plusieurs Entreprises de Messageries,auteur de plusieurs Mémoiresinsérés dans les Journaux de laSociété d'Agriculture de l'Hérault.Montpellier, Imp. V v0 Ricard, néeGrand, 1843.Broch. in-8° de 48 p. avec 3 pl. dessinéeset lithog. par Donnadieu, représentantun cheval de selle de race allemande,un cheval français de trait et uncheval allemand de trait rapide. Dédicaceà M. Roulleaux-Dugage. Préfet de l'Hérault,et aux Membres du Conseil général.La première partie contient un guideassez complet pour l'achat du cheval; laseconde, qui traite de la conformationpourles différents services, n'a pas grandevaleur. Les pl. sont médiocres.RODOCANACHI (Emmanuel).Historien et archéologue, né à Parisen 1859.Les Statuts de la Corporation desCochers de Rome, d'après un manuscritinédit de la Bibliothèquenationale (communication faite auCongrès des Sociétés savantes deParis, 1891), par M. E. Rodocanachi.Paris, Alph. Picard, 1891.Broch. in-4 0 de 18 p. avec 2 pl. contenant8 fig. en couleurs.Il s'agit d'une corporation de cochersfondée à Rome en 1546 sous le patronagedu pape Paul III.


ROD — 4RODRIGUES 'Edgar).Journaliste, servit pendant la guerrede 1870-71 dans VEscadron Franchetti,né en 1837.Blocus de Paris — Opérationsmilitaires de la 2 e Armée de Pariset marches de l'Escadron Franchetti,publié par Edgar Rodrigues.Paris, E. Dentu, 1872.1 vol. in-12 de 259 p.Les Volontaires de 1870, parEdgar Rodrigues. Paris, MichelLèvy; ibid., Lib ie nouvelle, 1874.1 vol. in-12 de 231 p.Ces deux ouvrages concernent engrande partie VEscadron Franchetti. Voy.aussi, sur le même sujet, Escadron Franchetti.RŒDERER (LE COMTE).Session du Conseil général del'Orne. Séance du 22 Août 1873 —Industrie chevaline. Rapport faitau nom de la 4 e Commission. Alençon,E. de Broise, Août 1873.Broch. in 8° de 15 p. Signée à la fin :le Rapporteur, Comte Rœderer.Mémoire sur la conservation desFourrages verts présenté à la Sociétédes Agriculteurs de Francepar le C 10 Rœderer, Lauréat de laPrime d'honneur dans le Départementde l'Orne en 1873. Alençon,E. de Broise, 1877.Broch. in-8° de 30 p.ROGER (Alfred).Le Livre de l'Equitation desDames et de la Gymnastique, parAlfred Roger. Paris, Ch. Pioche,1852.La couverture porte :Bibliothèque de la Maîtresse deMaison — Le Livre de l'Amazoneet de la Gymnastique.Broch. pet. in-8° de 48 p. dont les21 premières concernent VEquitalion desdames.Ce petit ouvrage fait partie d'une collectionayant pour titre général : Bibliothèquede la Maîtresse de Maison et comprenant50 opuscules sur les sujets lesplus divers : danse, cuisine, lingerie,jeux, soins de ménage, recettes variées,-etc. Tous sont devenus rares.1 — ROHROHR (Michel-Marie).Vétérinaire mil" français, né en 1857,diplômé d'Alfort en 1878, vétérinaireprincipal en 1909.Artério-sclérose généralisée d'origineinfectieuse chez le Cheval, parE. M. Rohr, Vétérinaire en premierau 17 e Régiment d'Artillerie, Chevalierdu Mérite agricole. Paris,Imp. E. Kopp, S. D. (1896).Broch. in-8° de 8 p.Nouveau Scarificateur, par E. M.Rohr, Vétérinaire en 1" au 17 e régimentd'artillerie. Orléans, Imp.Paul Pigelet, 1897.2 f ls in-8° non pag. avec 1 pl. contenant3 fi g-Stomatite érythémateuse et Erysipèlede la face chez le Chevaldéterminés par les Chenilles processionnaires,(Bombyx ou Cnethocampaprocessionnea) — Pasteurelloseéquine accompagnée de troisétapes d'Accidents paralytiques séparéspar des intervalles de Santéapparente — Relation d'un cas deTuberculose abdominale chez leCheval — par M. E. M. Rohr, Vétérinaireen i er au 17 e d'Artillerie,Lauréat du Ministère de la Guerre— Extrait des Comptes rendusde VAssociation Française pourVavancement des Sciences — Congrèsde Paris, 1900. Paris, Secrétariatde VAssociation, 28 Rue Serpente.Broch. in-8° de 8 p.La Production chevaline dansle Département de l'Aisne, parM. Rohr, Vétérinaire en 1" au17 e Régiment d'Artillerie, Lauréatdu Ministère de la Guerre — Extraitdes Comptes rendus de l'AssociationFrançaise pour l'avancementdes Sciences — Congrès de Paris,1900. Paris, Secrétariat de l'Association,28 Rue Serpente.Broch. in-8° de 12 p.Contribution a l'Etude de la PasteurelloseEquine (Groupe des Septicémieshémorrhagiques). (Affectionstyphoïdes, Pneumonies infectieuses,etc., etc.), par E. M.Rohr, Vétérinaire en i er au 17 e d'Ar-BiblioQv. hippique. T. II. — 29


ROH — 45° — ROLtillerie, Chevalier du Mérite agricole— Mémoire récompensé auconcours de 1898 entre les Vétérinairesmilitaires — Orléans, Imp.Paul Pigelet, 1901.Broch. gr. in-8° de 48 p. avec 4 fig.et 11 tracés de température d. 1. t.Tétanos traumatique, par M. E.M. Rohr, Vétérinaire en I er au17 e régiment d'Artillerie à La Fère— Extrait des Comptes rendusde V Association Française pourVAvancement des Sciences — Congrèsd'Ajaccio, 1901. Paris, Secrétariatde V Association, 28 rueSerpente.Broch. in-8° de 6 p.Des localisations abdominales duStreptocoque gourmeux. Abcès desparois intestinales deslymphatiqueset des mésentères, par M. E. M.Rohr, Vétérinaire en i er au 17 e Régimentd'Artillerie à La Fère —Extrait des Comptes rendus del'Association française pour l'avancementdes Sciences — Congrèsd'Ajaccio, 1901. Paris, Secrétariatde l'Association, 28 rue Serpente,S. D. (1902).Broch. in-8° de 9 p.Un cas d'Artério-sclérose chez leCheval — Lipome pédiculé du Mésentère,par M. Rohr, Vétérinaire-Major au 17 e Régiment d'Artillerie— Extrait des Comptes rendusde V'Association française pourV'Avancement des Sciences — Congrèsde Montauban, 1902. Paris,Secrétariat de l'Association, 28rue Serpente.Broch. in-8° de 7 p. C'est une coupuredes Comptes rendus, de la p. 995 à 1001,pour laquelle une couverture spécialea été imprimée.Nouveau Système de deux Manchesaseptiques et démontables,formant la flamme, et sur lesquelss'adaptentleslames des Instrumentscontenus dans une Trousse, parM. Rohr, Vétérinaire en i er au17 e Rég 1 " d'Artillerie à La Fère.Orléans, Imp. Paul Pigelet, 1902.In-8° de 4 p. avec 10 fig.De l'Intoxication par l'Equisetumpalustre (Prêle des marais, queuede cheval), par E. M. Rohr, Vétérinaire-Majorau 17 e d'Artillerie,Chevalier de la Légion d'honneuret du Mérite agricole, Membre correspondantde la Société centralededecine Vétérinaire et de l'AssociationFrançaise pour l'avancementdes Sciences, Lauréat duMinistère de la Guerre et de laSociété centrale dedecine vétérinaire.Orléans, Imp. Paul Pigelet,1903.In-8° de 4 p.Concerne en partie le cheval.ROI (LE) ET LE DIEU DESCOURSES.Le Roi et le Dieu des Courses.Dédié aux Amateurs, par C. B.Bayonne, Imp. A. Lamaignère, 1895.- Broch. in-8° de 15 p.Facétie en vers dans laquelle l'auteur,s'adressant à un âne, compare son sortheureux à celui du cheval et passe enrevue les agréments de Biarritz, notammentles courses de taureaux.ROLAND (L.).Société des Agriculteurs de France— Emploi de la Mélasse dansl'Alimentation du Bétail. Diminutiondu prix de la Ration alimentaire.Paris, au Siège de la Société,190.1.Broch. in-8° de 7 p. signée à la fin :Le Rapporteur de la Commission, L. Roland,Ingénieur agronome.RÔLE DE LA CAVALERIEFRANÇAISE.Rôle de la Cavalerie française àTraktir et à Solférino. Réponse aulivre du Général Lebrun « Souvenirsdes Guerres de Crimée etd'Italie », par le Général X*". Paris,L. Baudoin, 1890.Broch. gr. in-8° de 28 p.L'auteur de cette brochure est le généralBé^iat (1). Elle a pour but de justi-(1) Béziat (Héloi-Thèophile-Urboin-Félix),général de diV" français, (génie), 1823-1902.Entré à l'Ecole polytechnique en 1843; souslieut"1 en 1845 ; colonel en 1872, général de div° uen 1884, retraité en 1888. Campagnes : de Criméeoù il a été blessé d'une balle en 1855; d'Italie'en 1859, de OMne en 1860 et 61; contre-


'ROL— 45i — ROLfier la mémoire du général Morris (voy. Ice nom) des accusations portées contrelui par le général Lebrun dans ses Souvenirs.RÔLE DES DIVISIONS DECAVALERIE ALLEMANDES.Rôle des Divisions de CavalerieAllemandes du 8 Août au I er Septembre1870, par un Officier de Cavalerie.Paris, L. Baudoin, 1894.Broch. in 8° de 40 p.RÔLE (LE) ÉVENTUEL DE LACAVALERIE BELGE.Le rôle éventuel de la CavalerieBelge dans la guerre de demain,par un Cavalier. Ixelles-Bruxelles,Imp. G. J. Huysmans, 1890.Broch. in-8° de 59 p. dont l'auteur estun officier belge.RÔLL (F.-M.) voy. WEHEN-KEL.ROLLAND (Ernest-Marie).Médecin français, professeur de cliniqueophtalmologique à Toulouse, né en1852. Il a été médecin militaire de 1876à 1880, époque à laquelle il a donné sadémission comme aide-major de i ereclasse.Leçons surla nature, l'étiologie, lediagnostic, les suites, le traitementde laFluxion périodique du Cheval,professées à sa clinique des maladiesdes yeux par le Docteur E. Rolland,Professeur libre de Cliniqueophtalmologique à Toulouse, sous-Directeur du Recueil d'Ophtalmologiede Paris. Recueillies par M.Rousseau, Elève de 4 e année à l'Ecolevétérinaire de Toulouse. Editiondes Souscripteurs. Paris, Asselinet Hou\eau, 1891.1 vol. in-8° de 112 p. avec 1 fig.Mêmè ouvrage. Deuxième Edition.Avec une coupe antéro-postérieurede l'Œil. Paris, Asselin etHou\eau, 1891.Broch. in-8° de 88 p.l'Allemagne et prisonnier de guerre eu 1870.Après avoir été commandant supérieur dugénie en Algérie et en Tunisie, puis Inspecteurpermanent des travaux du génie pour la défensedes côtes, i 1 la terminé sa carrière comme CommandantSupérieur de la défense de Lyon.Nouveau Guide pour l'examenpratique de l'œil fluxionnaire —Expertise — Contre-expertise —Achat — Parle Docteur E. Rolland,Médecin oculiste à Toulouse, Professeurlibre de Clinique ophtalmologique,sous-Directeur du Recueild'Ophtalmologie de Paris — Complémentdes Leçons sur la Fluxionpériodique. Avec quatre planches.Paris, Asselin et Hou\eau y1895.Broch. in-8° de 88 p.ROLLAND (Eugène).Erudit et folk-loriste français, 1846-1909. Il a publié de nombreuses et importantesétudes sur les traditions et la littératurepopulaires : 6 vol. de Chansonspopulaires, les T. I à VI delà Faune populaire,plus les T. VII, VIII et XII desSuppléments de la Faune {1), 8 vol. de laFlore populaire, une étude sur le patoisde Remitly [Moselle,) son pays natal, etc.Presque tous ces ouvrages sont restés,comme on le voit, inachevés. Il a été, en1878, avec M. Gaido\, le fondateur de larevue M élu sine, premier organe françaisconsacré à l'étude des traditions et de lalittérature populaires (2).Il ne sera question ici que du T. IVde la Faune, le seul qui ait un caractèrehippique (3}.Faune populaire de la France, parEugène Rolland — Tome IV ■— LesMammifères domestiques — Premièrepartie — Noms vulgaires, Dictons,Proverbes, Légendes. Conteset superstitions. Paris. Maisonneuveet C'°, 1881.1 vol. in-8° de 276 p.Ouvrage curieux, intéressant et devenurare, la Faune populaire ayant été tiréeà 600 exemplaires seulement. L'auteurdonne les noms scientifiques et vulgairesdes animaux, en français, en patois, eten plusieurs langues étrangères, ainsique les dictons, proverbes, légendes, conteset superstitions qui s'y rattachent.Ce T. IV comprend le chien, le chat,le cheval qui occupe les p. 124 à 206,. (1) Les T. IX, X et XI n'ont pas été publiés,non plus que les T. IX et suiv. de la Flore.(2) La collection de Mélusine comprend actuellement(1909) 10 vol. parus de 1878 à 1901.Après une interruption de 8 ans, la publicationdu XI e vol. est annoncée.(3) Voy., sur Eugène Rolland et scn œuvre,un article signé André Nède dans le Figaro du27 Juillet. 1909.


ROL — 45l'âne les p. 206 à 268, et le mulet les p.268 à 275.Voy., sur un sujet analogue, Labat deLdpéyrière et Ro\an.ROLLET.Médecin (militaire?) français.Société royale d'Agriculture etdes Arts de Seine-et-Oise — Mémoiresur un nouveau mode d'alimentationdes Chevaux, par M. Rollet,Docteur en médecine, Médecinadjointà l'Hôpital militaire de Versailles,Membre de la Société, ludans la Séance du 8 Janvier 1836.Versailles, Imp. Marion, (1836).Broch. in-8° de 20 p. avec 1 tableauprésentant l'économie du système d'alimentationproposé.Cet opuscule traite des diverses substitutionspropres à remplacer l'avoine.A remarquer qu'on y mentionne lamélasse, tout récemment employée, surtoutdans les écuries industrielles, maisqu'il n'y est pas parlé du mais qui nesemble avoir été essayé que beaucoupplus tard.ROMAIN (Georges).Journaliste sportif.Le Marquis de Mauléon et sonouvrage sur le Dressage, la Selleet l'Attelage — Extrait de VArméeillustrée — Paris, 41, rue Vivienne,Imp. Paul Dupont, 1899.Broch. in-12 de 19 p. qui contient uneanalyse élogieuse de l'ouvrage du M iS deMauléon, (voy. ce nom), signée à la fin^ROMANET (Henry) et PAS-QUIER (Maxime).Police sanitaire des animaux ; parHenry Romanet, Juge suppléantau Tribunal civil de Romorantin,et Maxime Pasquier, Vétérinairesanitaire, Inspecteur à l'abattoir deRomorantin. Introduction par F. L.Malepeyre, Conseiller à la Cour deCassation. Paris, J.-B. Baillière etfils, 1904.1 vol. in-16 de vm-356 p.ROMANS-FERRARI (LE COMTEErnest-Hippolyte DE).Hippologue et éleveur bressan. Il aété, depuis 1881, Président de la Société— RONhippique de l'Ain (1) qui a rendu degrands services à l'industrie chevalinedans la Bresse et qui fut fondée etprésidée en 1864 par le C te Le Hon,alors député de l'Ain (2). Cette Sociétéfut dissoute en 1892.Société hippique du Départementde l'Ain — Conseils aux Eleveurs,par M. le Comte de Romans-Ferrari,Président de la Société. Bourg,Imp. Villefranche, 1882.Broch. in-16 de 79 p. qui avait d'abordparu dans le journal Le Bressan, en1881 et 1882.Cet opuscule renferme d'excellentsprincipes d'élevage et d'hygiène exposéssous une forme familière qui les rendfaciles à saisir par les plus modestescultivateurs. On peut cependant fairequelques réserves au sujet des procédésde dressage à la voiture.Tirée à trop petit nombre, cette brochureest devenue introuvable.ROND EN.Maréchal et vétérinaire français, attachéà la Grande Ecurie du Roi. XVIII e siècle.Observations sur des Articles concernantla Maréchallerie insérésdans le Dictionnaire Encyclopédique.Par le Sieur Ronden,l'aîné, Maréchal de la grande EeurieduRoi, avec quelques Opérationsparticulières du même Auteur.A Paris, che\ Prault Fils, Libraire,Qiiaide Conti, la seconde Boutiqueaprès la rue de Nevers, 1758.Broch. in-8° de 96 p.Même ouvrage, même titre, mêmeLibraire, 1759.1 vol. in-8° de 110 p.C'est une critique acerbe des articlesde YEncyclopédie sur la ferrure, dus àBourgelat et à Qenson, et un éloge de laferrure Lafosse « ferrer court à éponges« minces ».Dans la 2° éd°", on a supprimé, dansla préface, ce qui concernait Lafosse père(1) Pour l'historique détaillé de cette Société,voy. O'Brien.(2) Le Hon (Louis-Xavier-Léopold, Comte)1832-1879. Il a été Maître des Eequêtes auConseil d'Etat, député de l'Ain de 1857 à1869, Président dn Conseil général de ce dép'de 1862 à 1870. Outre la Société hippique del'Ain, il a organisé le Conyice agricole del'arrond' de Bourg et a rendu des servicessignalés à l'élevage, à l'horticulture, et à l'agriculturedans la Bresse./


RON453 — ROSet on a ajouté 14 p. Le reste est semblable.A la fin, curieux chapitre oùObservations sommaires sur laQuestion des Haras — Lettre àRonden se plaint de voir ses confrères« passer vilement à boire avec les gensMM. les Députés de la Circonscriptiondu Midi, par un Eleveur« d'écurie un temps qu'ils devroient« employer à l'étude de la théorie et de Limousin. Brive, Imp. M.-F. Roche.« la pratique, s'imaginant augmenter Août 1871.« leurs travaux par le moyen de ces Broch. in-8° de 8 p. signée à la fin :« protecteurs bachiques... AGustave Roque, Propriétaire éleveur alabeunie, près Pompadour (Çorrè^e).ROND1ER (P.).L'auteur demande le rétablissement dela jumenterie arabe de Pompadour et leconcours de l'adm des Haras pourrétablir le cheval arabe et fournir ainsiles étalons nécessaires aux races dumidi.Description poétique du Chevalde Guerre... suivie d'un Tableaugraphique des maladies du pied duCheval causées uniquement par laFerrure, par P. Rondier, Vétérinaire.Verdun, Villet-Collignon,1828.Broch. in 8° de 47 p. (que je ne connaisque par le catal. de la Bib


ROS — -154 — ROSMême ouvrage, Troisième Edition,1898.Sans changement, sauf qu'au titre dela 3 e éd on on a ajouté les mots : en campagneà Service de la Cavalerie.Ce livre, composé par l'auteur quandil était colonel des hussards de Zieten,était destiné à servir d'Instruction pratiquepour les officiers et les sous-officiersde son régiment. Il embrasse tout ledétail de l'instruction d'un régiment, maiss'étend surtout sur le travail à l'extérieuret le service en campagne.Cette traduction est due au Colonel,alors capitaine, Sainte-Chapelle. (Voy.ce nom pour d'autres ouvrages.)ROSNY (Lucien-Joseph PRU-NOL DE).Archéologue français ; s'est surtoutadonné à l'étude historique de la Flandreet de la Belgique, 1810-1871.Des nobles Rois de l'Epinette ouTournois de la Capitale de la Flandrefrançaise, par Lucien de Rosny,Membre de la Société des Antiquairesde la Morinie, de l'Instituthistorique, de la Société d'Agriculturede Lyon, de Statis. univ.,&a, &a. Valenciennes, Lemaître;Douai, Obe\ine de Bellierny ;Paris, Techener ; Lille, Leleu —Lille, Typ. Reboux-Leroy, i836.Broch. in-8° de 64 p. Titre gravé etorné, avec 6 pl. se dépliant, dessinéespar l'auteur, d'après deux manuscrits dela Bibine d eLUfe et réprésentant descombats équestres.L'Epervier d'Or ou Descriptionhistorique des Joutes et des Tournoisqui, sous le titre de NoblesRois de l'Epinette, se célébrèrentà Lille au moyen-âge — NouvelleEdition, considérablement augmentée,ornée de plus de 200 blasons,de 16 lithographies calquéessur les manuscrits originaux etenrichie d'une notice inédite sur laFête des Forestiers à. Bruges, parM. Lucien de Rosny. Paris, Techener; ibid. Ed. Pannier; ibid. Deflorenne;Lille, che\ les principauxLibraires, 1839.1 vol. in-8" de 103 p., tiré à 200 exemp.avec frontispice lith., 31 pl. h. t. de blasons,et 16 pl. en partie coloriées, sedépliant, médiocrement dessinées parl'auteur, d'après les mêmes manuscritsque celles de la i re éd°", lithographiéeschez A. Patin.Elles représentent des joutes équestreset des tournois.ROSSET (François DE) voy.CARROUSELS DE 1612.ROSS1GNEUX (André).Les Gardes d'Honneur du Départementde l'Yonne, 1810-1814, parAndré Rossigneux. Auxerre, Lmp.Albert Gallot, 1912.Broch. in-8° de 2 f ls pour le titre etl'Avant-Propos, et 60 p. avec 4 pl. h. t.en phototypie, dont 2 portraits.L'ouvrage traite : i° des gardes d'honneurformées par les villes du dép'- pourle cas où l'Empereur y passerait, et 2 0du contingent fourni par le dép 1 à' la formationdu 2 e R?g' de Gardes d'honneur.Sur le même sujet, voy. Bosq de Beaumont[du), Boymans, Bucquoy IE.-L.),Clément [F.-P.), Cramer, Defontaine,Depréaux,Juster, Ju^ancourt, Massé {A.),Sagot [Fri). Uniformes des Gardes d'honneurde la Hollande, Souancé {de), Benoit,[Arthur).ROSSIGNOL(Joseph-Hypolitte).Vétérinaire français. Professeur à l'Ecoled'agriculture de Melun et vétérinairedépartemental. Né en 1837.Eléments d'Hygiène et de Zootechnieà l'usage des Ecoles pratiquesd'Agriculture, par M.M. H.Rossignol, Vétérinaire, Professeurà l'Ecole d'Agriculture de Melun,et P. Dechambre, Vétérinaire, Répétiteurde Zootechnie à l'Ecole Vétérinaired'Alfort. Paris, Rueff et C",1894.2 vol. pet. in-8° de xxi-386 elxin-323 p.avec' 98 fig. d. 1. t. au T. I et 56 auT. II.L'ouvrage concerne en partie le cheval.La Production chevaline en France.1906.En collaboration. Voy. Dechambre.ROSTÀN (Casimir).Erudit français, sécrétaire perpétuelde la classe de Littérature et d'Histoireet de celle des Beaux-Arts de l'Académiede Marseille.Observations sur les Chevaux etles Haras de la Camargue ; rédigéssur les Mémoires et la Correspon-


ROS — 4dance de l'Académie de Marseille,par M. Casimir Rostan, membre dediverses Sociétés savantes et littéraires.Marseille, Imp. JosephAchard, 180.7.Broch. in-8° de VIII-72 p.Opuscule très intéressant. Il contientdes détails sur l'historique de la RaceCamargue, sur les tentatives faites et lesmoyens employés, avant et après la Révolution,pour l'améliorer ; sur la conformation,l'élevage et les maladies du chevalCamargue, etc.Ce tirage à part est absolument introuvable; mais la Bibq"« nat le posèdède leT. V. des Mémoires de VAcadémie deMarseille]! 28359], desquels il est extrait.KOTH DE SCHRECKENSTEINvoy. FORSANZ (DE).ROUDAUD (Elie).Publiciste, économiste et hippologuefrançais, né en 1830.Etude sur la régénération du Chevallimousin, par Elie Roudaud.Limoges, Imp. H. Ducourtieux,1861.Broch. in-18 de 24 p.L'auteur combat l'amélioration par lepur-sang anglais et conseille l'étalonarabe. Il demande la création d'établissementsspéciaux pour y placer les poulainsde 1 ou 2 ans qu'on achèterait auxéleveurs. Il donne en terminant la descriptionde Pompadour et demande lerétablissement de la jumenterie.Le Limousin. Ce qu'il a été, cequ'il est, ce qu'il doit être. Aperçusgénéraux sur l'antique province duLimousin au point de vue de sonagriculture et de ses ressourcescommerciales, par Elie Roudaud,auteur d'une Etude sur le ChevalLimousin. Limoges, Lmp. de M" 1 "V ve 'Ducourtieux, 1869.1 vol. in-18 de 224 p.Cet ouvrage traite surtout de questionsagricoles et économiques, mais aussi dela question chevaline.Etudes sur le Cheval pur sang etles Courses de notre époque, parElie Roudaud. Paris, André Sagnier.1877.1 vol. in-8° de 227 p.Historique des races, de l'admin 0 " desHaras, des courses, des encouragements,, — ROUetc., propositions d'améliorations et deréformes.ROUEN (Charles-Auguste-Jean-Baptiste).Lieutenant-général belge, né en 1838,lieut nt -général en 1901.L'Armée Belge. Exposé historiquede son Organisation, de ses Costumeset Uniformes, de son Armementet de sa Tactique depuis lestemps primitifs jusqu'à nos jours —Notes et Dessins recueillis par leColonel Rouen, Commandant leRégiment de Grenadiers — Ouvragedédié à S. A. R. M ar le PrinceAlbert de Belgique. Bruxelles, Ed.Lyon-Claesen, S. D. (1896).1 vol. gr. in-4 0 de 2 f" pour le portraitdu Prince Albert et le fac-similé de lalettre par laquelle il accepte la dédicacede l'ouvrage, 784 p. avec 100 pl. coloriées,50 pl. monochromes h. t. et environ 415fig. ou vignettes d. 1. t., ces dernières autrait pour la plupart.Ce bel ouvrage est divisé en 12 périodeschronologiques, et les différentes armessont traitées dans chacune d'elles. Lacav ie y occupe une place importante.Environ 30 pl. coloriées et 7 monochromes,ainsi que de nombreuses vignettesd. 1. I. se rapportent à cette arme. ■ROUHET (Georges).Médecin français.De l'Entraînement complet etexpérimental de l'Homme avecEtude sur la Voix articulée suivi deRecherches physiologiques et pratiquessur le Cheval, par le D r GeorgesRouhet, Docteur en Médecinede la Faculté de Paris Paris,Libraires associés; Bordeaux, Féretet fils, 1902.1 vol. in-8° de 542 p. avec portrait del'auteur et nombreuses fig. d. 1. t.Le Chap. xxi est intitulé De l'Equitation: il traite du dressage, de la locomotion,de la haute école, du dressageen liberté, de l'entraînement, etc. Il contient28 fig en phototypie et occupe lesp. 417 à la fin.De l'Equitation. Recherches physiologiqueset pratiques sur le Cheval,par le D r Georges Rouhet, Docteuren Médecine de la Faculté deParis — (Extrait de l'ouvrage du


ROUmême auteur sur l'Entraînementcomplet de l'homme). Paris, !..Mulo; Bordeaux, Fèret et fils, 1903.1 vol. in-8° de 127 p. avec 28 fig.C'est la reproduction exacte, t. et fig.,du chap. xxi de l'ouvrage précédent, saufque la note finale qui traitait de la chassea été supprimée ainsi que le sonnet signéJean Marguery, et qu'un article de 4 p.sur la reproduction du cheval a été ajouté.ROUS (L'Amiral C).Sportsman et écrivain Sportif anglais.L'amiral Rous était, au milieu duXIX Esiècle, la première autorité anglaiseen matière de courses.Voy. Parent (Ernest).ROUSSEAU (Alexandre;. ,Traitement de la Variole ouGourme du Cheval et autres Maladiescontagieuses des Animaux, parAlexandre Rousseau, Médecin-Vétérinairenon Diplômé, Professeurde Botanique libre à Saint-Justdes-Marais(Oise) — Médaille d'orà l'Exposition universelle de 1889(en collectivité) pour des Piècesanatomiques et des Fers à chevalexposés par l'Auteur — Beauvais,. E. LamiabJe, 1897.Broch. in-8° de 90 p. Portrait de l'auteuren frontispice.Les 56 premières p. sont occupées pardes recettes pour la composition de médicamentsapplicables à diverses maladiesdes animaux et pour différents usagesdomestiques. Les art. sur la gourme, surla gale et la fièvre typhoïde du chevaletc. occupent les p. 57 à 80. La fin contientdes attestations de propriétairesdont les animaux ont été guéris par l'auteur.ROUSSEAU (L.-F.-Emmanuel).Médecin français.Des Châtaignes et Plaques épidermiquesparticulières aux Solipèdeset de quelques Appareilsexternes propres à certains Ruminants,par leJDocteur L. F. EmmanuelRousseau, Chevalier de laLégion d'Honneur, Chef des travauxanatomiques au Muséum d'histoirenaturelle, Membre de diversesSociétés savantes nationales etétrangères. Paris, Imp. Simon-Raçon, 1852.— 456 - ROUBroch. in-8° de 25 p. avec 2 pl.lith. dessinéespar II. Formant et contenant 31 fig.Extrait de la Revue et Magasin de Zoologie,Novembre 1852.ROUSSEAU (Paul) vov. BERN-HEIM (Samuel).ROUSSEAU (Ulysse).Eleveur français.Considérations sur les Harasroyaux et leur influence sur lareproduction en France, par UlysseRousseau, Propriétaire-Eleveur.Paris, Imp. Paul Dupont, 1844.Broch. in-8° de 43 p.L'auteur déplore la profonde ignoranceet la routine de l'éleveur, sauf en Normandieet dans le Perche. Il demandela création de haras d'instruction dansles dépôts d'étalons royaux et que l'industriede l'étalon rouleur ne puisses'exercer que sous le contrôle d'un juryd'examen.ROUSSEL (Jacques DE).Historiographe militaire, 2 e moitié duxvm e siècle. Il s'occupa d'abord de larédaction de VEtat Militaire de la-France, dont il acquit en 1761 le privilègede MM. de Montendre et qui parutpar suite sous les noms de MM. de Montendre(1). Lonchamps, chev er de Montandreet de Roussel. Après 1768, il n'y eutplus que MM. de Monlandre et de Roussel; Fr.-Ed. de Montendre mourut en 1774et de Roussel signe seul à partir de 1776.Le dernier Etat Militaire, précurseur denos Annuaires Militaires actuels, estcelui de 1793. Cette publication, n'ayantrien de spécial à la cav ie , n'est pas décriteici.Mais concurremment à son travail deVEtat Militaire,'TA. de Roussel s'occupaitde recherches historiques et on luidoit ainsi les premiers historiques desrégiments qui commencèrent à paraîtreen 1765 sous le titre de Essais historiquessur les Regimens d'Infanterie, Cavalerieet Dragons, par M. de Roussel. Paris,Guillyn, 1763-1767. Mais 22 régiments (2)(1) L'orthographe du nom varie : Montendreet Montandre.(2) Béarn — Picardie — Piémont — Navarre— Champagne — Royal — Dauphin — Marine— Flandre — Dauphiné — Médoc — Normandie— Bourbonnais — Guyenne — Royal Vaisseaux-— Auvergne — Canibrésis — Foix — Orléans —Gondè — Bourbon — Chartres, tous de l'inf le .Collection rare à trouver complète. Il manque-3 vol. à la Bibque de la Guerre et 1 à la BibqueNat le .


ROU — 457figurent seulement dans ce recueil quidevait comprendre 30 vol. in-12, et dontil ne parut que 10 vol. qui ne contiennent,malgré le titre, aucun historiquedes régiments de cav ie ni de dragons.Ces derniers n'ont jamais paru, l'ouvrageayant été interrompu en 1767 (1).Mais, en 1773, de Roussel publia unimportant ouvrage qui concerne en grandepartie la cav' c et qui, à ce titre, seradécrit en détail ici :Tableau historique et chronologiquedu Militaire, depuis la créationdes Regimens jusqu'à présent,par M. de Roussel. Paris, de Vlmp.Royale, 1778.1 vol. gr. in-f° de iv-800 p.En tête de l'ouvrage, la note suivanteindique son contenu :i° L'origine des Régimens actuelssur pied.2 0 Les Colonels qui les ont commandés,distingués par époques.3 0 Les variations que les Regimensont éprouvées dans ces différentesépoques par incorporations,réformes ou augmentations.4 0 Les mêmes recherches sur lesRégimens, Compagnies franches,Compagnies de volontaires & autresCorps de Troupes-légères incorporésou réformés sous le règne deLouis XV.5 0 Une Table, par ordre alphabétique,des Régimens actuellement 'sur pied, de ceux qui ont été incorporésou réformés, & de ceux quiont été connus sous des noms dePrince ou de Province qu'ils ontquittés depuis longtemps...6° enfin, pareille table de tous lesColonels qui ont commandé cesRégimens, depuis leur créationjusqu'à présent.Les régimens de Cavalerie &d'Hussards occupent les p. 441 à511, ceux de Dragons les p. 561 à595; les incorporations des Régimensde Cavalerie & d'Hussards,c.-à-d. les régimens dont le nom adisparu par suite de leur incorporationdans un autre, les p. 637à 664; la liste des Regimens deCa-(1) Ces détails sont extraits d'une intéressantenotice de M. L. Hennet, publiée dans leCarnet de la Sabretaehe de 1903, p. 223 et 302.ROUvalerie, de Dragons & d'Hussards,les p. 681 et suiv.; enfin à la p. 712commence la table des Régimensde Cavalerie qui font l'objet denotices, avec le renvoi à la p. où ilssont traités, suivie de la table nominativede tous les Colonels.Après chaque subdivision d'arme,on a laissé de nombreuses p. enblanc, mais avec le cadre & lesdivisions des tableaux imprimés,pour y inscrire la suite.Le ministère de la guerre possède deuxexemplaires de ce consciencieux travail,indispensable à consulter pour tous ceuxqui s'occupent de l'historique des régiments.Celui de la Bibliothèque est restésans additions, mais celui des ArchivesAdministratives a été tenu à jour à lamain, d'abord par Roussel lui-même etsur la demande du C le de S' Germain,pour les nouvelles Ordonnances jusqu'en1777, puis par une main inconnue jusqu'àla 2 e Restauration.Cet exemplaire est ainsi doublementprécieux.ROUSSEL (Jules).Le Trotteur aux Etats-Unis, parJules Roussel, (Franco-Américain).Elevage — Dresrage — Entraînement.Paris, che\ A. Desgrais, sellier,(Imp. Ch. Noblet), 1881.1 vol. in-12 de 332 p. avec frontispicereprésentant le trotteur Smuggler etvignette sur le titre.Même ouvrage, même titre,Deuxième Edition, revue et corrigée— Prix : 5 francs — Paris,aux Bureaux du Journal la Francechevaline, 1903.1 vol. in-12 de 221 p. Le frontispice, adisparu.Dans cette éd on . les chap. I. où Fauteurs'explique ; II, Pur-sang et demisang:XIV, h propos d'enrênements; XV,Statistique chevaline et renseignementsdivers; ont été supprimés. La i re éd°",devenue rare, est donc la plus complète.L'ouvrage est bien documenté et contientd'intéressants renseignements quel'auteur a recueillis pendant un séjourde 28 ans aux Etats-Unis.ROUSSELET (Louis).Littérateur et voyageur français, rédacteuren chef du Journal de la Jeunesse.Il a collaboré au Dictionnaire de Céo-


ROU — 4 3 — ROUaraphie de Vivien Saint Martin. Né en1845.Nos grandes Ecoles d'Applicationmilitaires et civiles, Iphigénie —Saumur — Fontainebleau — Barreau— Internat — Ecoles desChartes, des Mines, des Ponts etChaussées, d'Athènes et de Rome— par Louis Rousselet — Ouvrageillustré de 133 vignettes par G.Busson, F. Calmettes, Ch. Desvergnes,A. Lemaistre, Paul Renouard.Paris, Hachette, 1895.1 .vol. gr. in-8° de vi-487 p.Saumur occupe les p. 69 à 140. avec21 fig. dont 10 à pleine p., par GeorgesBusson.Le précédent ouvrage du même auteur■Nos grandes Eco/es militaires et civilesne contient rien qui concerne la cav' e .Sur le même sujet, vov. Montrer (de) etSaillet (de).ROUSSET (Hippolyte-Antonin).Inspecteur des forêts français, né en1829. Garde général, adjoint en 1853,garde général en 1853, sous-inspecteuren 1863, inspecteur en 1876, retraité en'1883,Le Pâturage sur les terrainsgazonnés et boisés — Règles pratiquesdu Parcours, par AntoninRousset, Inspecteur des Forêts —Prix : 1 Franc — Nice, S. Cauvin-Empereur, 1878.Broch. in-8° de 39 p.L'auteur examine les conditions depâturage, les rations, les dégâts, lesqualités des plantes, les modes de parcours,la fixation du nombre d'animaux,etc., en ce qui concerne les animauxdomestiques, y compris les chevaux.ROUSSY (LE BARON DE).De l'Elevage du Cheval de Cavalerielégère en France, par M. leBaron de Roussv. Cahors, Imp.A. Laytou, 1878.Broch. in 16 de 47 p. Vignette sur lacouverture.ROUTLIN DE LA ROY.Sous-officier de ca.v' e français.Les Dragons; résumé d'un Essaisur les Dragons publié en 1808 auHanovre par un officier de l'Etat-Major de la réserve de cavalerie ( 1),par un ancien sous-officier de Hussards.(Routlin de la Roy). Paris,Panera, 1877.Broch. in-16 de 48 p.■ ROUVEZ (A.-Th.j voy. JUBILÉ >(LE) NATIONAL DE 1905.ROUVIÈRE (Joseph-Anselme).Officier de cav ic français, né en 1831.Du Cheval de cavalerie et desRemontes; par M. Rouvière, Lieutenant-Colonelde cavalerie enretraite. Vcsoul, Imp. Suchaux,1890.Broch. in-8° de 23 p.ROUVRAY (LE SIEUR DE) voy.BARET SIEUR DE ROUVRAY(René).. .ROUX (aîné).Architecte français. 'Recueil de Constructions ruraleset communales comprenant : unchoix d'exemples des Bâtimentsnécessaires aux divers degrés del'Exploitation agricole; des motifsou modèles d'Edifices et Etablissementsd'utilité publique, appropriésaux besoins des Communes,suivant leur importance; enfin desexemples de Constructions servantd'Annexés et de complément auxgrandes et moyennes Propriétés.Le tout présenté en plans, coupes,élévations, détails de constructionset gravé en soixante Planches parRoux aîné, Architecte-Ingénieur.Paris, Bance aîné, 1844.Atlas gr. in-f° de 2 f ts pour le titre etl'Avis de l'Editeur. 23 p. de t. à 2 col.et 60 pl. finement gravées.Plusieurs concernent les écuries, maiscette partie est. traitée assez sommairement.ROUX (Charles-Wulfran-Marie-Louis) (2).Officier de cav' e français, né en 1873,sous-lieut" 1 en 1896, chef d'esc"" 8 en1913.(1) Cabanis. Voy. ce nom.(2) Il est présentement (1912) inscrit surl'Annuaire sous le nom de Charles-Roux.


ROU — 459 —Bibliothèque d'Agriculture coloniale— L'Elevage à Madagascar,par le Lieutenant Charles Roux,Directeur de la ferme hippique del'Iboaka — Extrait de l'Agriculturepratique des Pays chauds, Bulletindu Jardin Colonial et des Jardinsd'essai des Colonies. Paris, AugustinChallamel, 1905.Broch. gr. in-8° de 24 p.L'opuscule traite de l'élevage du cheval,de l'âne et du mulet ainsi que de■celui des autres animaux agricoles.ROUX (G.) voy. CAVALCADEDE BERNE.ROUXDEROCHELLE(J -B.-G.),voy. TROIS (LES) AGES.ROY.Sous-officier de cav ie français, fin duxvm e siècle.Elémens d'Equitation militaire;ouvrage utile aux jeunes gens quiveulent cultiver cet art et particulièrementà ceux qui se destinent àremplirles fonctions d'Instructeurs.Par le Citoyen Roy, ancien Adjudantau régiment des Cuirassiers,aujourd'hui 8 e de Cavalerie Paris,Duprat, An VIII.1 vol. in-12 de 322 p., qui comprendun petit traité d'hippologie, des notionsd'équitation et des principes d'école depeloton.tf^Même ouvrage, même titre. NouvelleEdition. Paris, Courcier;ibid., Magimel. Juin 1808.C'est la même éd°" avec un titrenouveau.ROY (Just-Jean-Etienne).Historien, littérateur et professeurfrançais, né en 1793. Il a publié de trèsnombreux ouvrages documentaires ouhistoriques, en partie destinés à lajeunesse.Histoire de la Chevalerie, parJ.-J.-E. Roy, revue et approuvéepar une société d'ecclésiastiques.Lyon et Paris, Lib" d'Education dePérisse /~ rcs — Tours, Ad. Marne,Editeur, 1839.Ce titre imprimé est précédé d'un■autre titre abrégé et gravé.1 vol. in-12 de 308 p. avec vignettesROYsur les 2 titres, frontispice et 2 pl. h. t.,le tout finement gravé.L'ouvrage contient de nombreux détails,puisés à de bonnes sources, sur lesécuyers, les pas d'armes, les tournois,les joutes et combats particuliers àcheval, etc.Il a été réimprimé en 1841, 42 et 44;je ne connais pas ces éd OI,s que je croissans changement.ROYER (Louis DE).Avocat français.Du Jeu et du Pari. Législationancienne —Législation romaine —Législation française — Par Louisde Royer, Docteur en Droit, Avocatà la Cour d'Appel, Secrétairede la Conférence des Avocats.Paris, C. Pion; ibid., Mu\ard etfils, 1878.1 vol. gr. in 8° de 225 p.Les paris de courses occupent lesp. 142 à 152.ROY ÈRE (LE MARQUIS Alexis DE).Officier des Haras français. Etait officierde Dragons avant la Révolution, servitalors à l'étranger, fut ingénieur enEspagne, major de cav ia en Angleterre etenfin, en 1799, écuyer du Roi de Prusse.A la Restauration, il fut employé à l'Ecolede Saumur et eut ensuite la directiond'un haras. Il avait, pendant quatorzeans, élevé des chevaux en Limousin ets'y était ruiné « par la faute du gouvernenement », dit-il dans sa dédicace auduc d'Angoulême.Essai sur les avantages que S.Exc. M gr le Ministre de l'intérieuroffre à l'Alsace par sa circulaire du20 Mars 1820, où elle dit : La Francedoit être divisée en contrées quifont naître les chevaux et en contréesqui doivent les élever. Par leM is de Royère, Chef du Haras royalet de l'Ecole royale d'Equitation deStrasbourg. Première partie. Strasbourg,Imp. F. G. Levrault, 1821.1 vol. in-4 0 de 104 p. avec 2 dédicaces,l'une au Roi et l'autre au duc d'Angoulême.Le système de l'auteur, qui déplorel'achat des chevaux étrangers pour lacav ie , consiste à faire produire par l'Alsacedes poulains qu'on en sortira à6 mois pour les élever en Lorraine et enNormandie. Il préconise l'achat des chevauxpour les remontes à 3 ans 1/2 et


ROY — 460 — ROZexpose un système qui se rapproche desdépôts de transition actuels. Il touche àbeaucoup d'autres sujets, quelquefoisavec un jugement éclairé, mais ses principesd'amélioration sont confus et souventinexécutables. L'échec de son propreélevage, qu'il nous avoue lui-même,prouve que l'application de ses théoriesn'était pas sans danger.La 2 e partie de cet ouvrage n'a jamaisparu.Quelques idées sur les Courses etsur l'éducation des Chevaux enFrance, particulièrement en Limousin.Par M. Alexis de Royère. Paris,Marchands de Nouveautés, (Imp.Le Normant) 1825.Broch. in-8° de 40 p.ROZAN (Charles).Littérateur français, ancien professeuret chef de division au ministère de l'Instructionpublique, 1824-19..Les Animaux dans les Proverbes,par Charles Rozan. Paris, DucrocqS. D. (1902).2 vol. in-12 de 379 et 373 p.L'âne occupe les p. 19 à 43, le chevalles p. 133 à 157 du T. I. Le T. II ne concerneque les oiseaux.Voy., sur un sujet analogue, Labat deLapeyrière et Rolland (Eug.).ROZAÏ DE MANDRES (André-Jules-Octave)..Général de brigade français (cav ie )1840-1899. Sous-lieut"' en 1862, colonelen 1887, général de brigade en 1895, morten activité de service. Campagnes enAfrique de 1864 à 1868 et campagne de1870-71.Les Régiments de la DivisionMargueritteàSedan, parle GénéralRozat de Mandres. Avec Cartes,Portraits et Photogravures. Pariset Nancy, Berger-Levrault, 1908.1 vol. gr. in-8° de xvi-288 p. avec2 portraits de l'auteur et ceux des G auxMargueriiie et Tilliard, des Colonelsde Galliffet, de Bauffremont, Clicquot.du lieut 1 " Revérony, 4 cartes et plusieurscroquis d. 1. t.Ouvrage posthmne rédigé d'après lespapiers de l'auteur.ROZERAY (Alfred-Pierre-François).L'Industrie mulassière dans lePoitou. Communication faite auCongrès international d'Agriculturede Rome, en 1903, par M. A. Rozeray,Professeur départemental d'Agriculture— Prix : p fr. 75 — Niort,L. Clou\ot, 1903.Broch. in 8" de 15 p.ROZIER (François].Prêtre et agronome français, né etmort à Lyon, 1734-1793. Son père, commerçanten galons d or et d'argent, fitdonner une solide instruction à ses neufenfants. François, qui avait montré debonne heure une grande aptitude pourles sciences d'observations, sortit du collègede Villefranche pour compléter soninstructioji au séminaire de S 1 Irénée deLyon. Destiné par sa famille au sacerdoce,il reçut les ordres, puis prit la directiondu domaine de S ,B Colombe sur lesbords du Rhône, appartenant à son frère.L'agriculture fut dès lors son occupationde tous les instants et il étudia les loisde la nature sans s'affranchir des étudespratiques. En 1761, il accourut à l'Ecolevétérinaire de Lyon que Bourgelat venaitde fonder et ne tarda pas à y égaler sonmaître auquel il succéda dans la directionde cette Ecole, quand Bourgelat alla établircelle d'Alfort. Mais Bourgelat, pourdes motifs encore peu connus, parmi lesquelsun sentiment de jalousie inspiréparles succèsde l'enseignement de Roziersemble avoir tenu quelque place, le fitrévoquer. Rozier revint à S ,e Colombeet v poursuivit ses études botaniques,pour lesquelles il eut souvent J.-J. Rousseaupour compagnon.il fitensuite, soitpar ordre de Turgot, soit pour son proprecompte, des voyages scientifiquesimportants, de la Corse à la Hollande.Après un séjour de quelques années dansun domaine qu'il avait acheté près deBéziers, où il commença la rédaction deson Cours d'Agriculture, et où ses innovationslui attirèrent des tracas de toutesorte, il revint à Lyon où il prit ladirection de l'Ecole pratique d'Agriculture.Il adopta avec chaleur les principesrévolutionnaires, sollicita sans succès dugouvernement l'établissement de fermesmodèles dans chacune des 4 grandesrégions de la France et resta à Lyon pendantle siège de cette ville par la Convention,malgré les pressantes instancesde sa famille. Il était alors curé constitutionnelde la paroisse des Feuillants.Dans la nuit du 28 au 29 Sept. 1793,il fut écrasé dans son lit par une bombeet son corps ne fut retiré des décombres,que trois jours après.


jROZ — 461 — ROZIl est l'auteur de plusieurs ouvragesagricoles et botaniques, parmi lesquelsle Cours d'Agriculture, dont suit la description,contient de nombreux passagesqui concernent les sciences hippiques.Dans cet ouvrage, les matières sont traitéespar ordre alphabétique.Cours complet d'Agriculture,Théorique, Pratique, Economiqueet dedecine Rurale et Vétérinaire,suivi d'une Méthode pour étudierl'Agriculture par Principes, ouDictionnaire universel d'Agriculture,par une Société d'Agriculteurs,•& rédigé par M. l'Abbé Rozier,Prieur Commandataire deNanteuille-Haudoin,Seigneur de Chèvreville,Membre de plusieurs Académies,&c . A Paris, Rue et HôtelSerpente, 1781-1805.12 vol. in-4 0 à 2 col. de 500 à 700 p.,avec [nombreuses pl. h. t. et. sur lestitres, une jolie vignette, finement gravée,différente pour chaque vol. Dédicace àS. A. R. Pierre Léopold, Archiduc d'Autriche,Grand-Duc de Toscane, etc.Les 9 premiers vol. ont été rédigés parl'abbé Rozier.Le T. X, qui parut plusieurs annéesaprès sa mort, porte le titre suivant :Cours complet d'Agriculture,Théorique, Pratique, Economique,et dedecine Rurale et Vétérinaire,ou Dictionnaire universeld'Agriculture, par une Société d'Agriculteurset rédigé par Rozier —Tome Dixième rédigé par les CitoyensChaptal, Conseiller d'Etat etMembre de l'Institut national, Dussieux,Lasteyrie et Cadet de Vauxde la Société d'Agriculture de Paris,Parmentier, Gilbert, Rougier-Labergerieet Chambon, de l'Institutnational. A Paris, à la Librairied'Education et des Sciences et Arts,Rue duBacq, n° 264 . An VIII — 1800.1 vol. in-4 0 de xvi-500 p. à 2 col. avecportrait et notice biographique sur l'abbéRozier, par A.-J. Dugour.L'art. Ane est au T. I, avec 1 pl. : Chevalau T. III avec 2 pl. ; Dentition, aumême T. avec 1 pl. ; Mulet au T. VI, tousces art. par Thorel, vét re à Lodève. Enoutre, de nombreux art. séparés se rapportentau cheval, extérieur, membres,maladies, détails divers.Le T. X terminait l'ouvrage. Mais,plustard, quelques-uns de ses auteurs auxquelss'adjoignirent divers collaborateurs,décidèrent de publier un Supplément« qui contiendrait les articles oubliés dans« le corps du dictionnaire et en ajoutant« les connaissances acquises en économie« rurale depuis 1781, époque à laquelle« fut publié le T. I ».Les T. XI et XII forment ce Supplémentpour lequel on a reprisl'ordre alphabétique à l'A. Ils sontrédigés par A. Thoiein, Parmentier,Biot, de Chassiron, Chabert, Lasteyrie,de Perthuis, Cotte, Sonnini,Fromage, Chaumontel, Tollardaîné, Bosc, Curaudau. Ils ont étépubliés en 1805 à Paris, che\ Marchant,Drevet, Crapart, Caille etRavier, et ont Lvi-492 et 668 p.avec pl.Le T. XI est précédé d'un Discourssur l'exposition et la division méthodiquede l'Economie rurale, sur la manière d'étudierVagriculture par principes etc.On a vu plus haut que ce Discours étaitannoncé au titre du T. I comme devantterminer l'ouvrage : la mort de Rozierne lui permit pas de le rédiger etA. Thouin (1) en est l'auteur.Ces 2 vol. de Supplément contiennentplus de 30 articles sur le cheval, quelques-unstrès importants. Ils traitent del'extérieur, des maladies, des écuries, destares, des opérations, de l'alimentation,etc. Ils sont (sauf celui des écuries) rédigéspar Chabert et Fromage et quelquesunsavec la collaboration de Chaumontel(voy. ces noms).Ceux qui concernent le charbon, lefarcin, la fluxion périodique, la morve,la gourme (et peut-être d'autres ?) ontété tirés à part, chez Marchant, sousforme de plaquettes in-4 0 de 4 à 8 p.devenues introuvables.ROZ1ÈRES (Henri DE).Manuel pratique d'éducation desAnimaux domestiques, de chirurgieet dedecine vétérinaires, formantun traité complet de toutes les connaissancesqui se rattachent à l'artd'élever les bestiaux, d'en tirer lemeilleur parti possible, de prévenirles accidents auxquelsils sont sujetset de les soigner dans leurs maladies.Avec 20 planches. Ouvrageindispensable aux Eleveurs, auxFermiers, aux Maréchaux, aux Vé-(1) Pour sa biographie, voy. Tessier.


ROZ — 462 — RUEtérinaires, etc. Par Henri de Rozières,ancien élève de l'Ecole d'Alfort.Paris, Lib ia des Villes et des Campagnes,1857.2 vol. in-8° de 352 et 376 p.Même ouvrage, même titre.Deuxième Edition, revue et corrigée.Paris, Lib" des Villes et desCampagnes, 1858.2 vol. in-8 ù de 332 et 376 p.Même ouvrage, même titre. Paris,Renault, 1862.2 vol. in-8° de 330 et 376 p.La couverture porte un titre un peudifférent : Traité complet de Chirurgieet dedecine vétérinaires... au lieu deManuel... Elle indique aussi 2 e Editionet le millésime 1861.Outre les généralités dont un grandnombre sont applicables au cheval, leChap. i er du Livre II lui est entièrementconsacré, avec 5 pl. 'RUBAY (P.).Vétérinaire belge.Précis d'Anatomie topographiquedu Cheval, par P. Rubay, Professeurà l'Ecole de. Médecine vétérinairede Cureghem (Bruxelles).Bruxelles, H. Lamertin; Paris,Asselin et Hou\eau, 1904.1 vol. in-8° de vi-364 p.RUBENS (P.-P.) voy. ENTRÉESDE FERDINAND...RUDLER (Marie-Joseph-Alphonse-Fernand).Médecin militaire français, né en 1873.Voy. Chomcl.RUDOLF (J.-M.), traducteur,voy. DECKER (C. DE).RU EL, en latin RUELLIUSJean).Hippiàtre et médecin français, né vers1474, mort en 1337. Il fut médecin deFrançois I er et traduisit en latin, d'aprèsles ordres de ce souverain, les manuscritsgrecs dé YHippiatrique. (Voy. cetitre).' Veterinarise Médicinal Libri IIlohanne Rvellio Svessionensi (1)(1) Suessonensis, du Soissonnais.interprète. Parisiis, apud SimonemColinœum (1), 1530.1 vol. in-f° de 10 f IS non ch. pour letitre, la dédicace à François I er , datéede Paris, 1528, suivie delà liste des auteursgrecs et d'une pièce de vers enl'honneur de Ruellius, l'Index des Chapitreset 120 f ts ch. En souscription :Parisiis, ex Chalcographia LudoviciBlaublomiiCiandavi, Impensis Simonis Colinœi,1530. Le texte est suivi de 6 f ls nonch. qui contiennent un glossaire destermes employés, par Pierre Ruellius,probablement frère de l'auteur. Trèsbelles lettres initiales ornées et, sur letitre, grande vignette sur bois représentantun cavalier qui tient un bâton decommandement, peut être François I er ?C'est une réunion de fragments tirésdes anciens hippiàtres grecs dont lesnoms sont donnés à la suite de la dédicace.Les deux livres de VHippiatrique ontété publiés 7 ans plus tard, en grec, parSimon Grynœus, Bâle, Jean Walter,i 557,in-4 0 .Enfin, Jean Massé (voy. ce nom) a partiellementtraduit en français l'ouvragelatin de Ruellius.RUELLENS (Charles-Louis).Conservateur des manuscrits à la Bib f [ ueroyale de Bruxelles, 1820-1890.Le Siège et les Fêtes de Binchc(1543 et 1549). Deux documentspubliés avec traduction liminaire etnotes, par Ch. Ruellens, Conservateurdes manuscrits à la Bibliothèqueroyale de Belgique. Mons,Dequesne-Masquiilier, 1878.1 vol. in-8° de 123 p. avec 3 pl. dont2 se dépliant. Publication de la Sociétédes Bibliophiles belges séant à Mons.L'ouvrage se divise en deux parties;la i re et les 3 pl. concernent le siège deBinche, qui n'a aucun caractère hippique ;mais la 2 0 . de la p. 49 à la fin. donne lerécit des Fêtes de Binche, organiséeshâtivement par la reine Marie de Hongriepour la réception de son neveuPhilippe d'Espagne et dont la partie prin-(1) Simon de Colines, imprimeur français,graveur et fondeur de caractères, vivait dansla l ie moitié du xvie siècle. Il fut d'abordassocié de Henri-Estienne, 1 er du nom. dont ilépousa la veuve. Les nombreux ouvrages qu'ila publiés sont remarquables par la correctiondu texte, l'élégance des caractères et la beautédu papier. Celui cité ci-dessus n'y fait pasexception. Les exemplaires sont sans une tacheet d'une admirable conservation.


RUE — .463 — RUFcipale était un Tournoi mémorable. Lescombattants y mirent tant d'ardeur que,Tannée suivante, deux d'entre euxn'étaient pas rétablis de leurs blessureset ne purent prendre part à celui qui futdonné à Anvers, à l'occasion de l'entréede Philippe dans cette ville. Pour cedernier tournoi, voy. Grapheus.Le Tournoi de Binche a été l'objet deplusieurs narrations dont M. Ruellensnous donne la bibliographie à la p. 59.RUFENER (Frédéric-Alexandre).Vétérinaire suisse.Traité sur l'Art de dompter et dedresser les Chevaux et les Taureauxvicieux et méchants — Enmoins d'une heure on les domptepar ces différentes méthodes — LeCharmeur d'abeilles. La vie duGaoucho, dans l'Amérique du Sud.La Bride Perrare-Michal, sansmors ni gourmette, par J. Rare)',Powell, C. Balassa, Ecuyer impérial,à Vienne en Autriche, et Vigant,etc. — 5 francs au lieu de250 francs — Enrichi de nombreusesgravures. Publié par AlexandreRufener, Médecin-vétérinaire àFribourg.Fribourg, Typ, Marchand,1859.1 vol. pet. in-8° de 128 p. dont xxxpour l'introduction qui se compose d'articlesde divers auteurs dont un cYAnselmePetetin (voy. ce nom) avec frontispicereprésentant Rarey assis sur uncheval couché; 12 pl. h. t., vignettessur les couvertures, le tout du dessin leplus médiocre.C'est une reproduction des méthodesde Rarey, Balassa, Perrare-Michal (voy.ces noms) et autres. Le domptage destaureaux est seul personnel à Rufener.La vie du gaucho, avec quelques détailssur la capture et le dressage sommairedes chevaux sauvages,. est de JacquesArago (1).(1) Arago ('Jacques-Etienne-Victor }, 1790-1855. Littérateur et voyageur ; il commença àcourir le monde, ayant à peine 20 ans. En1817, il fut embarqué comme dessinateur surYUranie qui accomplissait un voyage de circumnavigationet qui fit naufrage aux îlesJlalouines. Arago ne rentra en France qu'en1821, fut successivement journaliste à Bordeauxet à Toulouse, puis directeur du théâtre deRouen en 1835. Devenu aveugle, il dut abandonnerces fonctions, mais continua à publierplusieurs ouvrages et à s'occuper de littérature.Il est mort au Brésil.Nouvelle Bride dite à Voile pourarrêter à volonté les chevaux emportésou qui ont pris le mors auxdents, par Fréd. - Alex. - Rufener,Méd.-Vétérinaire à Fribourg- enSuisse. Fribourg en Suisse, Imp.M a rc h a n d ; Lyo n, Sa vy ; Pa r is,Lacroix et Baudry ; Berne, H. Blom,1860.Broch. pet. in-8° de 52 p. avec grandevignette sur la couverture et sur le titreet 1 pl. gr. in-f° se dépliant et contenant12 ng.Le t. français occupe les 26 premièresp. ; le t. allemand les 26 dernières.Le titre de la couverture est françaisallemand.L'invention consiste à tirer un voileopaque sur les yeux du cheval quis'emporte, ce qui semble le meilleurmoyen pour rendre l'accident irrémédiable,puisqu'on enlève ainsi au cheval,emporté l'instinct de la conservation quipeut provoquer son arrêt devant un murou un précipice, et qui est ainsi la dernièregarantie du cavalier ou du cocher.Pour une invention analogue, voy.Lebrun et Lévéque (Alex.).RUFFUS ouRUFFOouRUSTO(Giordano ou Jordanus) (1) et MO-LIN (Jérôme), traducteur.Ruffus, célèbre écuyer et hippiâtrecalabrais. Il était chef des écuries del'empereur Frédéric II (qui était aussiroi des Deux-Siciles), et vivait par conséquentdans la première moitié duxni e siècle et peut-être plus tard, car ilsemble avoir survécu à son maître, morten 1250.Molin, médecin de Cividale (Frioulitalien) et professeur dedecine vété-.rinaire à l'Université de Padoue, fin duxvni e et commencement du xix e siècle.L'ouvrage de Ruffus sur la Médecinedes Chevaux semble avoir été composéentre 1240 et 1250, en langage siciliend'après plusieurs commentateurs, en latinsuivant d'autres. Il a été pendant longtempsrépandu en manuscrit. Dans sonHistoire de la médecine vétérinaire,M. Moulé (voy. ce nom) cite 17 de cesmanuscrits en latin, 8 en italien, 3 ensicilien, 1 en allemand, 4 en français,1 en provençal et indique les dépôts,bibliothèques ou collections où ils sontconservés.II a été ensuite imprimé, mais enitalien seulement, en 1492, 1543, 1548,(1) Il est aussi appelé Jordanu llussu, JourdainRuf, Jordan Roux ou Rous.


RUF — 464 — RUG1554, 1559, 1561, 1363, à Venise et àBologne, et il n'en avait été publié aucunetraduction avant le commencementdu xïx e siècle, époque à laquelle parutcelle en latin de J. Molin. D'après leplan du présent travail, je ne donne pasla description des éd ons italiennes et meborne à celle de la traduction de Molin.Il n'en a pas été publié en français.Jordani Ruffi Calabriensis Hippiatrianunc primum edente HieronymoMolin, Forojuliensi M.-D. etin Gymnasio Patavino Medicinaeveterinarias Professore. Patavii,typis Seminarii Patavini, 1818.1 vol. in-8° de Lxin-123 p. Sur le titre,vignette finement gravée signée Dolcetiiet représentant l'éducation d'Achille parle centaure Chiron.Les LXTII premières p. contiennent unesavante préface du traducteur danslaquelle il développe une discussion historiqueet bibliographique sur Ruffus etses ouvrages, leurs traductions manuscrites,les auteurs qui l'ont précédé etceux qui l'ont suivi ou imité.L'ouvrage traite de la génération, de lanaissance, du dressage, de l'embouchure,de la ferrure, de l'extérieur et des maladiesavec le remède de chacune d'elles.Ruffus dit lui-même qu'il a été guidépar les conseils de l'Empereur Frédéricson maître, mais il ne semble pas avoirconnu les ouvrages des hippiâtres grecset latins.


RUG— 465 —sont des eaux-fortes, d'autres des aquatintesen manière noire avec des rehautsen blanc. Celles que possède la Bibquenat le sont contenues, en très grandnombre, et à raison de plusieurs surchaque feuille, dans deux gros recueilsin-f°.RUGG1ERI (Claude-Fortuné).Artificier du Roi sous la Restauration.Précis historique sur les Fêtes,les Spectacles et les Réjouissancespubliques, contenant sommairement: L'Institution des Fêtes chezquelques Peuples de l'antiquité —Le Couronnement et le Sacre desSouverains — Les Fêtes en général-et leurs Particularités — Les Jeuxscéniques et les Divertissemensaccessoires — Les descriptions desFêtes et des Réjouissances publiquesles plus remarquables, depuisHenri IV jusqu'au Sacre de CharlesX, par Claude Ruggieri, Artificierdu Roi, auteur des Elémens dePyrotechnie, de la Pyrotechniemilitaire, etc. Paris, l'Auteur;-ibid., Bachelier ; ibid., Delaunay ;ibid., Barba, 1830.1 vol. in-8° de vni-380 p.L'ouvrage contient, outre les généralitésapplicables aux fêtes hippiques,des articles sur — le Cirque royal — LeCirque olympique — les Tournois —■ leCirque et les Courses de Chevaux — lesCourses de Chevaux dites Barberi enItalie — et enfin sur diverses fêtes ouréjouissances publiques qui comportentune partie équestre.RUHL (Jules).Ecrivain belge, docteur ès-sciencesnaturelles, président de la Société Verviétoisecontre la cruauté envers les animaux.La question du Charretier et du•Cheval considérée au point de vuehumanitaire, économique et social.Verviers, Imp. L.-M. Léonard, 1902.Broch. in-12 de 28 p. plus 6 pl. contenant18 fig., charrettes, chevaux attelés,pièces de harnais, etc. Anonyme.Manuel des Sociétés contre la.Cruauté envers les Animaux, parJules Ruhl, Président de la S. P.C. A., à Verviers. Verviers, Lmp.L.-M. Léonard, 1903.RUL1 vol. gr. in-8° de 139 p. avec trèsnombreuses fig. sur bois d. 1. t.Concerne en grande partie le cheval.Le Livre du Cheval. Andrimont,Imp. P. Keyeux, 1904.Broch. in-16 de 111-80 p. avec couvertureillustrée et 27 vignettes d. 1. t. Préfacepar Edward King. Dédicace à l'Associationdes Conducteurs de Chevauxsignée J. R. (Jules Ruhl).RUINI (Carlo).Célèbre hippiàtre italien, sénateur deBologne, mort en 1598.Ruini est l'auteur d'un important ouvragesur le cheval, publié à Bolognel'année même de sa mort :Dell' Anatomia et dell 1 Infermitadel Cavallo : di Carlo Ruini, SenatorBolognense... Bologna, gli lieredidi Gio. Rossi, 1598.2 vol. in-f°. Le i er contientl'anatomie,le 2 e les maladies et les remèdes. A lasuite du T. I se trouvent 64 très bellespl. sur bois d'anatomie et d'écorchés,attribuées au Titien, et dont quelquesunessont supérieurement dessinées.L'ouvrage a été réédité à Venise en1599, 1602, 1618 et 1707. Il a eu la plus 'grande célébrité, et a été souvent mis àcontribution par les hippiâtres du xvn eet même du xviii e siècle. Mais il n'acependant été traduit ni en français, nien latin et c'est pourquoi je n'en donnepas la description détaillée. Toutefois jele signale sommairement parce que lespl. ont été reproduites avec une explicationen français dans La vraye cognoissancedu Cheval de Jean Jourdain (voy.ce nom}.De plus. Horace de Francini, neveude Ruini, a publié en français, en 1607,une Hippiatrique qui s'inspire presqueentièrement du T. II du livre de Ruiniet qu'on peut considérer comme en étantune traduction très rapprochée. (Voy.Francini.)RUL (Louis-Joseph).Ecuyer français, 1811-18.. Il a servidans la cav ie , puis quitta le service etdevint élève de Baucher sous la directionduquel il travailla pendant quatre ans.Il se rendit ensuite en Belgique où ildonna pendant deux ans des leçons auxofficiers, puis en Autriche, en Prusse,dans le Wurtemberg et en Italie où ilrépandit, en apôtre convaincu, la Méthodede son maître. Il fut, pendantquelque temps, vers 1859 et 1860, directeurde l'Ecole d'Equitation de Reims.Bibliogr. hippique. T., II. — 30


RUL — 466 — RUSLe Bauchérisme réduit à sa plussimple expression, ou l'Art de dresserles Chevaux d'attelage, dedame, de promenade, de chasse,de course, d'escadron, de cirque,de tournoi, de carrousel. Programmedes Cours d'Equitationcivile et militaire professés àBruxelles, Malines, Coblentz, Prague,Vienne, Breslau, Naples, etc.Suivi de notes militaires (Organisation,Instruction de l'armée, Académiemilitaire) avec planches représentantle travail de Buridan,Capitaine, Partisan, par M. Rul.Paris, J. Dumaine, 1857.1 vol. gr. in-X" de 4 j" pour les titreset deux lettres de Baucher, 135 p. et2 pl. contenant 12 fig. lithog. non signées.La couverture de certains exemplairesporte 2 e édition.La partie équitation ne comprend quequelques pages. L'ouvrage est surtoutrempli par des récits, des lettres élogieusessur l'auteur, des appréciationssur divers écuyers de l'époque et enfinpar un projet d'organisation militaire.Progression méthodique du Dressageavec un simple filet de tousles Chevaux de la Cavalerie. Paris,J. Dumaine, 1870.Broch. in-16 de 34 p. Le nom de l'auteurne figure pas sur le titre, mais ilsigne les deux dédicaces à son maîtreBaucher et à ses Elèves.RUMPF (H.-F.).Officier prussien, commencement duxix e siècle.Littérature universelle des Sciencesmilitaires. Essai d'un cataloguesystématique et chronologique deslivres militaires qui ont paru depuisl'invention de l'art de l'imprimerie,dans les langues principales del'Europe, par H. F. Rumpf, Lieutenant,Chevalier de la Croix deFer. A Berlin, imprimé et se vendche\ G. Reimer; 1824-1825.A la p. suivante, même titre en allemand.2 vol. in-8° de xxiv-392 et 488 p.Le T. I contient une préface et unetable systématique en français et enallemand, et une liste des principauxsouscripteurs, en allemand seulement ;le T. II contient les errata, une tablesystématique et, à la tin, une tablealphabétique des titres des ouvrages« d'après les différentes langues > —Grecs et Latins —■ Allemands — Français(1) — Anglais—■ Italiens — Espagnols— Portugais — Hollandais —Danois — Suédois, — suivie elle-mêmed'une table alphabétique des noms d'auteurs(près de 3.000) qui termine le vol.Rumpf cite un grand nombre d'ouvragesqui concernent la cav lc , et il y comprendl'équitation, l'hippologie et mêmequelques ouvrages sur l'élevage et lesharas. Sa bibliographie, devenue assezrare, contient donc de nombreux livreshippiques, et j'y ai trouvé plus d'un utilerenseignement.RUSIO (Lorenzoï ou RUSUS(Laurentius) ou RUSIC(Laurent) (2).Célèbre hippiàtre italien. Il étaitmaréchal à Rome (marescal/us de Urbe)et attaché à la maison (familiaris) d'unCardinal Diacre au titre de S t Adrien,Napoléon des Ursins, auquel l'éditeurW echel donne aussi, dans l'éd on de 1531,le prénom de Nicolas.Napoléon des Ursins était patricienromain et neveu du pape Nicolas III;il avait fait ses études à Paris, étaitchanoine de Paris et de Reims et futcréé Cardinal par le Pape Nicolas IV,à la Pentecôte de 1288. Il avait exercédes missions importantes en Italie,pendant que les Papes demeuraient àAvignon où il mourut dans un âge trèsavancé, en 1342. après 54 années decardinalat, pendant lesquelles il avaitassisté à l'élection de y Papes.Rusé était son serviteur et. par conséquent,à peu près son contemporain.Il vivait donc vers la fin du XIII e et auXIV V ' siècles.La lettre de Rusé au Cardinal desUrsins, qui forme la préface de sonouvrage, nous apprend qu'il arriva toutjeune à Rome pour s'instruire dans laconnaissance du cheval et de ses maladies,et qu'il joignit aux leçons deplusieurs maréchaux venus à Rome dediverses parties du monde, celles de sapropre expérience « qui seule permet« d'atteindre toute la vérité(1) A la Préface, p. XII, Rumpf dit « le« français, la langue jusqu'à présent toujours la« plus répandue et la plus connue ». C'est unesupériorité que nous avons bien perdue.(2) Sou nom a subi de nombreuses transformationset il est aussi appelé Ruzzius, Rosso,Rizo, Russone, Rouzino, Roscio, etc. Voy. Moulé,Histoire de la Médecine Vétérinaire.


RUS — 467Son Traité, composé bien avantl'invention de l'imprimerie, fut longtempsrépandu en Italie en manuscrits (1), puisenfin imprimé pour la première foisvers la tin du XV e siècle.Incipit tabula omnium Capitulorumlibri presentis de natura,electione, educatione, gubernatôneac omnium morborum eaui cognitioneet curatône. Laurentii Ruzonism(u)lta experiêtia et solicitudineedocti. Insup. magna diligentiaexaminati de libro Albertimagni de animalibus et ceterisplurib(u)s de natura equorum scribentibusin unum fasciculù collectiféliciter. S. L. N. D.Au commencement du texte, on lit :Incipitliber Marescalcie côpositusa Laurentio dicto Rusio familiariReverendi patris dni Neapoleonissancti Adriani dyaconi CardinalEpistola sive prohemium.Suit une lettre de Rusé au Cardinal.A la fin, se trouve la souscriptionsuivante :Explicit liber Marescalcie Equorumcompositus per Laurentiumdictù Rusium de urbe Marescalcumet famiiiarem Reverendi patris dniNeapoleonis de Ursinis sancti Adrianidiaconi Cardinalis.1 vol. pet. in-4 0 de 4 f ts non ch. pourle titre et la table et 99 f ts ch. au rectoet au verso, mais avec le même chiffrenaturellement. Caractères gothiques.Les lettres initiales de chaque chapitreont été laissées en blanc à l'impressionet sont calligraphiées en rouge à la main[rubriquées), ainsi que cela se faisaitsouvent aux premiers temps de l'imprimerie.Le chap. xxxv : De fermis frenorumutilibus tant pullis quam equis... estsuivi d'un f l au recto duquel se trouvent10 petites fig. de mors. 4 pro pullis,4 pro equis scaîlionatis et 2 pro equisbuccaduris. Ces fig. sont dessinées autrait et ont à peine 3 centim. de haut.Elles n'ont rien de commun avec les(1) M. Moulé en cite 17 en latin et 4 en.italien ou en sicilien, avec l'indication desbibliothèques ou collections où ils se trouvent.J'ai eu entre les mains le manuscrit latin-italiendu XV e siècle provenant de la lîibque Huzard etdésigné au T. III de son Catalogue sous len° 3495. J'ai pu constater que l'éd 00 latine de1531 le reproduit assez fidèîement.RUSgrandes fig. de mors à pleine page deséd 0115 suivantes.Brunei et le catal. Huzard (T. III,n° 3496) citent une éd on qui a le mêmetitre que celui qui se trouve en tète dut. de réd on décrite ci-dessus avec unedifférence de 3 mots. Brunei en donneune description différente, mais sisommaire qu'elle semble lui avoir étédonnée par renseignement. Le catal.Huzard la décrit au contraire commesemblable. Je ne l'ai jamais rencontrée,mais je crois que c'est l'auteur du Catal,Hu\ard qui a raison.Ces deux éd ons auraient été impriméesentre i486 et 1490, Tune à Rome parEucharius Silber. l'autre à Spire parPierre Drach.Hippiatria sive Marescalia LaurentiiRvsii ad Nicolaum sancti Hadrianidiaconum Cardinalem, inquapraster variorum morborum plurima,ac saluberrima remédia, quadragintatrescommodissimas Frenorumforma; excusse sunt vt nullum tamnouo oris vitio laborantem Equuminuenias, cui non hinc occurerepossis. Parisiis, Excudebat ChristianusWeckelus, in via ad diuumlacobum, sub intersignio senti basiliensisAnno 1531.1 vol. in-f° de 4 f ls non ch. pour lutitre,la lettre au cardinal, la lettre aulecteur, la table, et 143 p. avec les43 pl. de mors annoncées au titre.Sur le titre et après la table, setrouvent 3 fig. de chevaux, deux tournés;à droite et un à gauche, avec le mono, .gramme H.-S.-P. (entrelacés), quelquefois ,reproduites dans les éd olls suivantes deRusé et dans certaines éd ons de Fiaschi ;(voy. ce nom) (1).Les fig. de mors sont à pleine p. et 'représentent des instruments de supplicevariés et ingénieux, destinés pour la ,plupart à des chevaux à bouché particulièrementdure; ils ont une liberté delangue très élevée qu'on appelait alorsaussi palette, pas d'âne ou padane» quidevait défoncer le palais des chevaux —et qui le défonçait en effet (2)— et sont(1) Ce monogramme H.-S.-P, est la marquede Hans-Sebald-Beham, graveur allemand, 1500-1550. Il avait aussi adopté le monogrammeH.-S.-B. qui se rapporte plus exactement à sonnom.("2) Voy. sur cet accident les démonstrationset les recommandations de'La Broue aux chap.XVI] et suiv. du 3 e Livre de son Cavalerice, oùil décrit le fameux mors à la Pignatelle « qui ne« peut violenter en aucune sorte le palais ».


RUS — 468 — RUSagrémentés de pointes, de molettesaiguës, de doubles gourmettes, etc. Ons'imagine difficilement qu'un cheval, silourd et si commun soit-il, ait jamais pufaire un pas, ainsi torturé par de semblablesengins, et plus difficilementencore comment les tortionnaires qui lesemployaient, et qui s'intitulaient écuyers,ne s'apercevaient pas que les résistancesdésespérées dont ils nous donnent unecopieuse description n'avaient pas d'autrecause.On sait d'ailleurs que les écuyersitaliens de cette époque arrachaient aujeune chevalses crochets (qu'ils appelaientescalognes (1), afin de pouvoir lui introduiredans la bouche leurs formidablesmors.Cette opération est décrite en détailpar Ruse, au chap. 40: par Naaldwyck(voy. ce nom) et plusieurs autres hippiàtresou écuyers de cette époque.Mais il semble probable que la plupartde ces mors ne peuvent être attribuésà Ruse, car il dit : « pour omettre« les mors horribles et difficiles, lesquels« pour leur rudesse blessent fort la bou-« che des chevaux, ie prendray seule-« ment aucunes sortes de mors... utiles« et délectables aux chevaux ». Dansl'éd on Incipit tabula, il n'y a que dixJ'ai vu d'ailleurs le mors arabe produire aupalais les mêmes blessures graves.Ce pas d'âne a été ressuscité de nos jourspar Howlett (voy. ce nom) sous le nom dégorgede pigeon (p. 24 de ses Leçons de Guides), cequi prouve qu'il n'y a rien de nouveau sous lesoleil, mais ce qui n'est guère à l'honneur de cemaître en l'art de mener. Il y a heureusementd'autres moyens de remettre la bouche d'uncheval « tireur », comme dit Howlett, ou « qui« est oris nimium duri », comme dit Rusé.(I) Scalliones en latin, scaglioni en italien,escalongnes ou escalognes, puis escaillons )écaillonsen français. "Dérivent du latin scala,échelle (qui nous amène au mot français barre'?).Les chevaux écaillons étaient ceux qui avaientla barre longue, ou la scale longue par suite del'arrachage des crochets, d'où probablementescalongne.Mais M. Moulé dans son savant Glossairevétérinaire médiéval, (voy. ce nom et ce titre)donne au mot escalogne une origine toutedifférente : « les escalognes... ou crochets du« cheval... portent encore le nom de scaglione en« italien moderne. Elles le doivent à leur res-« semblance avec une gousse d'ail ou d'échalotte« qui, dans le vieux français médiéval, portait« les noms d'escalongne, eschaloigne. »Voy. Escaillon dans Interprétation de plusieurstermes de cest art, au commencement du 1 erLivre du Cavalerice de La Broue — dans leDictionnaire du Gentilhomme de Guillet — dansle Dictionnaire de Manège qui fait suite à laGonnoissance parfaite des Chevaux de Liger —dans le Dictionnaire d'Hippiatrique de Cardini...etc.petites fig. de mors et, de plus, Ruséétait mort depuis longtemps quand sonouvrage a été imprimé. 11 était d'ailleursmaréchal et non pas écuyer.Il est donc probable que ces mors ontété [décrits et représentés par quelqueécuyer du xvi e siècle dont l'imprimeuraura demandé la collaboration. On verraplus loin, d'ailleurs, qu'aux éd olls suivantes,les fig. de mors ont été portéesau nombre de 64.Hippiatria sive Marescalia LaurentiiRusii ad Nicolaum SanctiHadriani diaconum cardinatem, inqua prseter variorum morborumplurima ac saluberrima remédia,plures quàm in priore editionecomodissima Frenorum formas excusaesunt, ut nullum tam novo orisvitio laborantem equum invenias,cui non hinc occurrere facilimepossis.Lutetiœ, apud Christianum\Vechelu/n ysub Scuto Basiliensi,An. 1552.1 vol. in-f 0 dont la pagination, les pl.et le t. sont identiques à l'éd on de 1531,malgré l'augmentation annoncée autitre.C'est cependant une éd on différente,mais les différences sont insignifiantes :il y a 4 lignes d'errata de moins, lesfautes indiquées à ces 4 lignes ayantété corrigées; les autres subsistent ; auverso de la table, l'une des fig. de chevauxest déplacée et l'autre changée; lenumérotage des lignes par 10 a disparu;le chap. CXII, intitulé De Crepatiis dansl'éd on de 1531, est intitulé De Crepatiisin crUrium functuris dans celle de 1532.Enfin, il y a quelques légères différencestypographiques, quelques abréviations'supprimées et réciproquement, etla marque d'imprimeur au verso de ladernière p. a disparu.La Mareschalerie de Laurent 0(,Rvse translatée de Latin en francoyslaquelle oultre plusieurs salutairesremèdes de diuerses maladiesont esté imprimées maintes figvresde mors par lesquelz on peult secourir,ayder et guarir tous vices debouche que pourroit auoir ungch eu al. Imp r imee a Paris pa rChrestien "Wechel demourant a larue S aine t Jacques a V enseigne deVeseu de Basic, Tan 1533.1 vol. in-f" de 6 f ls non ch. pour letitre, la dédicace de Chrestien Wechelà « tresnoble et magnanime Seigneur


RUS — 469 — RUS« Francoys de Montmorancv, Seigneur« de la Rochepot, Baron de Chasteau-« neuf, Mello, Offémont, Ancre et Bray


RUScipaux préceptes deà"Albert le Grand et il s'est aussi inspiréd'autres hippiàtres dont il a réuniles préceptes « in unum fasciculum ^.Mais, contrairement à l'opinion de plusieurscommentateurs, « dans le travail« de Rusius, on ne trouve aucune trace« des œuvres vétérinaires de l'antiquité» (ij. Il n'a donc pas puisé dansles œuvres des hippiàtres grecs et latins.D'autre part, La font- Pou loti (voy. cenom), dans la bibliographie qui faitsuite à son Nouveau Régime pour lesHaras, dit : « Laurent Rusé, maréchal« de profession, se méfiant de ses con-« noissances sur cet objet, (l'éducation« et la multiplication des chevaux) a« pris le sage parti de s'en rapporter à^ celles de Pierre de Crescens ; il l'a« copié mot à mot sans en changer l'or-« dre et le style »Mais nous savons que Pierre de Crescensa lui-même copié Rufus que Lafont-Pouloti ne cite pas et ne semble pasconnaître (2) {voy. Crescens et Rufus).De fait, ainsi que le fait remarquerM. Moule dans son ouvrage déjà cité,sur les 181 chap. de Rusé, figurent les76 chap. de Rufus, intégralement copiés.Quoi qu'il en soit, le livre de Rusé,comme celui de Rufus, a été imité etplus ou moins copié par les hippiàtreset les maréchaux qui ont écrit sur l'artvétérinaire après eux et pendant plus dedeux cents ans.RUSTOW (Guillaume) et SAVINDE LARCLAUSE (Louis-Charles-Agénor), traducteur.Rustow, écrivain militaire et officierdu génie allemand, 1821-1878. Entra auservice à 17 ans, fut poursuivi et condamnépour un ouvrage sur l'armée allemande,se réfugia en Suisse où il professales sciences militaires, fut nommécitoyen de Bauma, près de Zurich, fitpartie, comme colonel, de l'expédition deGaribaldi en Sicile, après quoi il rentraen Suisse où il ne s'occupa plus que destratégie et d'histoire militaire. Ses nombreuxouvrages ont eu un succès mérité etla plupart ont été traduit en français. Lesuivant intéresse en grande partie la cav ie .Savin de Larclause, général de div oufrançais ; pour sa biographie, voy. Nola?i[LA.) (5).(1) Moulé, Histoire de la Médecine vétérinaire.(2) Ce qui n'a rien d'étonnant, l'ouvrage deRufus n'ayant été publié qu'en italien pendanttrès longtemps et n'ayant été traduit en latinqu'en 1818, plus de 30 ans après la publicationde l'ouvrage de Lafont-Pouloti.(3) Pour d'autres traductions du même, voy.Xolan et Varnhaaen von Ense.— 47° — RYDRusé sont tirésLa petite Guerre, par Rustow —Traduit de l'Allemand avec l'autorisationde l'auteur, par Savin deLarclause, Lieut'-Colonel au i er Lanciers.Paris, J. Dumaine, 1869.1 vol. in-8° de 567 p.Voy. aussi, sur la petite guerre ou laguerre de partisans : Traité de la Constitutiondes Troupes légères — Jeney [de)— Davidoff — Wiist (de) — Ray 'de S 1Génies — Petit Guide des Guérillas —La Roche (de) —Grandmaison (A.-T. de)Le Miere de Corvey — T>ecker (de) —La Roche-Aymon (de) — Létang — Cal-Iwell, etc.RUYSCHTON (j.)Henri; voy. JONS-RYDING (William)Vétérinaire militaire anglais. Fin duXVIII" siècle.Pathologie vétérinaire ou Vademecumdu Cavalier contenant unTraité sur les causes et les progrèsdes Maladies du Cheval ; avec uneExposition des Méthodes les pluspropres à les prévenir et aies traiter.Ouvrage utile non seulement auVétérinaire, mais encore à tout propriétairede Chevaux. Traduit del'Anglais de M. William Ryding,Chirurgien-Vétérinaire du Dix-huitièmeRégiment de Dragons, parF. P. P. d'H. Paris, ïtnp. de Patris,An XII-1804.1 vol. in-12 de 272 p. dont xx pourla Préface et l'Introduction.Manuel des propriétaires de Chevaux,ou Pathologie vétérinaire,contenant un Traité sur les causeset les progrès des Maladies du Cheval; et sur les moyens de les préveniret de les guérir, par WilliamRyding, Chirurgien - Vétérinaire.Traduit de l'Anglais par P. d'H.Paris, Henry Tardieu, 1804.1 vol. in-12 de 272 p. dont xx, commeci-dessus.C'est le même ouvrage que le précédentavec un titre nouveau et la suppressionde l'errata. Petit traité sans valeur.L'original anglais a été publié à Yorken 1801, in-8° et a eu quatre ou cinqéd ol,s .

More magazines by this user
Similar magazines