INHALT 2F def. neu - FISP

fisp.zh.ch
  • No tags were found...

INHALT 2F def. neu - FISP

Texte relatif au film« SANS LIMITES? GRANDIR DANS LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION »FranzösischGRANDIR DANS LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION Quand les enfants ont-ils besoin d’aide et deconseils pour s’orienter dans le monde dans lequel ils vivent ? Quand faut-il leur imposer des limites ?Quand leur faire confiance pour qu’ils puissent faire librement leurs expériences ? De tout temps et partoutdans le monde les parents doivent se poser de telles questions. Les réponses varient selon l’âge et la personnalitédes enfants, mais aussi selon les époques et la société dans laquelle nous vivons.De nos jours, l’offre dans la consommation est gigantesque et nous sommes libres d’organiser notre viecomme nous le voulons. Les enfants doivent donc apprendre à gérer l’abondance et la diversité des possibilitésqui leur sont offertes. Et pour cela, ils ont besoin d’un soutien.POURQUOI LES ENFANTS ONT-ILS BESOIN DE LIMITES ? Pour les enfants, les limites présentent uneprotection et une orientation. Ils apprennent qu’on ne peut ni tout obtenir ni faire tout ce que l’on veut dans lavie. Les enfants qui n’apprennent pas cela auront plus tard, comme adolescents et comme adultes, de lapeine à prendre des responsabilités envers eux-mêmes et les autres. Ils auront de la peine à vivre avec lesdéceptions et les renoncements et deviendront ainsi plus facilement dépendants de consommation et dedrogues illégales et légales.Les parents qui fixent des limites à leurs enfants ne sont donc pas de mauvais parents, sans amour, maisconscients de leurs responsabilités. Cependant les limites ne doivent pas être trop contraignantes, sinon lesenfants ne peuvent pas faire leurs propres expériences, ce qui entrave leur développement.La règle de base est donc la suivante : aussi peu de limites que possible, mais autant qu’il en est nécessaire.Vivre dans notre société de consommation soulève des questions nouvelles : durant combien de temps unenfant a-t-il la permission de regarder la télévision ? Combien d’argent de poche peut-il recevoir ? Les souliersde sport de marque sont-ils vraiment indispensables ? A partir de quel âge les jeunes peuvent-ils sortirseuls ?Il arrive à tous les parents de ne pas savoir comment répondre à de telles questions. Aucune réponse-typene peut être valable pour chaque enfant. Elle dépend également de l’âge de l’enfant. Mais il y a aussi dansles habitudes de consommation des limites à ne pas franchir : par exemple les enfants ne doivent pas fumerou boire de l’alcool, même quand il s’agit d’alcopops sucrés qui n’ont pas du tout le goût d’alcool. La raisonde cette interdiction est facile à comprendre : fumer et consommer de l’alcool nuisent à la santé et conduisentles enfants plus rapidement que les adultes à la dépendance et à la maladie.COMMENT PEUT-ON FIXER DES LIMITES ? Les règles et les limites doivent être claires et compréhensibles.Si possible elles doivent être discutées et expliquées en toute tranquillité. Et si c’est nécessaire, il faudrales répéter.Des règles peu claires provoquent trop de disputes inutiles au sein de la famille. Il en va de même quand lesparents ne tiennent pas le même langage et ne s’accordent pas quant aux limites qu’ils imposent à leursenfants. De ce fait, ils les insécurisent. Très vite les enfants apprendront à jouer les parents l’un contrel’autre.Les règles et les limites doivent toujours être revues et adaptées, surtout quand les enfants grandissent.Elles devraient pourtant rester valables un certain temps.Souvent les enfants font pression sur leurs parents et prétendent que « tous les autres peuvent le faire ! »S’agissant de règles et de limites, le mot TOUS n’a jamais de sens. Chaque famille doit trouver ses propresrègles. Les enfants le savent d’ailleurs très bien. C’est pourquoi ils ne prennent jamais très au sérieux desphrases telles que : « On fait comme ceci. » ou « On ne doit pas faire cela. » Tout est plus clair quand lepère ou la mère dit : « Je veux ceci. » ou « Dans notre famille, nous faisons comme cela. »NÉGOCIER DES RÈGLES AU SEIN DE LA FAMILLE Il arrive à tous les enfants de s’opposer aux règlesqu’on leur fixe. Les discussions à ce sujet font partie de la vie quotidienne de chaque famille. C’est souventpénible, mais en même temps important pour le développement des enfants. Ils apprennent ainsi à faire étatde leurs besoins et à défendre leurs opinions, tout en comprenant celles des autres. Les parents peuvent,moyennant ces discussions, se rendre compte dans quels domaines leur enfant est assez mûr pour assumerseul ses responsabilités et dans lesquels il a encore besoin d’aide et de limites. Et, en outre, les règlesqui ont été soigneusement discutées et convenues avec les enfants sont bien mieux respectées que cellesfixées uniquement par les parents.© 2004 schulverlag blmv AG, Bern (Kopieren für die kostenlose Abgabe an Eltern erlaubt/ Reproduction autorisée pour la distribution gratuite aux parents)


Mais il n’y a pas que les parents qui peuvent fixer des limites. Les enfants et les adolescents doivent aussiêtre respectés par les adultes. C’est valable pour le petit enfant qui ne veut pas être embrassé par tous sesoncles et tantes, comme pour l’adolescent qui s’est fait une nouvelle coiffure.Les parents doivent aussi être bien conscients que les enfants observent très attentivement leur comportement.Les pères ou les mères qui passent des heures devant la télévision auront de la peine à imposer deslimites à leurs enfants pour les jeux d’ordinateurs.QUE FAIRE QUAND LES ENFANTS N’OBÉISSENT PAS ? Dans toutes les familles, il arrive qu’un enfantn’obéisse pas. Il est bon alors que les parents réagissent. Ils peuvent aussi élever la voix, mais leur réactionne doit pas être excessive. Quoi qu’il ait fait, l’enfant ne doit pas être attaqué dans son intégrité et dévalorisé.Avec des paroles telles que « tu ne vaux vraiment rien du tout » on déstabilise complètement un enfant.Les coups et les menaces gratuites ne sont pas non plus des méthodes éducatives. Les longs discours neservent à rien ; très vite, les enfants ne les écoutent simplement plus. Il en va de même pour des reprochestels que « comment peux-tu nous faire cela, à nous! »Il vaut mieux un avertissement clair – même dit sévèrement : « Je ne veux pas que tu fasses cela ! As-tucompris ? » Cet avertissement est aussi l’occasion de rappeler les règles et de souligner les limites exigées.Dans la mesure du possible, les enfants et les adolescents doivent savoir ce qui les attend lorsqu'ils ne respectentpas ce que l’on a décidé. Par exemple : « Si tu ne rentres pas à l’heure convenue, tu resteras samediprochain à la maison ! » Et là, il convient de se tenir à ce qui a été dit.© 2004 schulverlag blmv AG, Bern (Kopieren für die kostenlose Abgabe an Eltern erlaubt/ Reproduction autorisée pour la distribution gratuite aux parents)PEUT-ON AUSSI FIXER TROP DE LIMITES ? Celui qui constamment bride et brime les enfants les empêchede se développer. Des contraintes trop rigides peuvent devenir un corset qui rend le développementdifficile. Aussi les mises en garde perpétuelles des parents contre tel et tel danger sont contre-productives,et peuvent même éveiller la curiosité des enfants.Nous ne pourrons pas toujours accompagner et protéger nos enfants. Ils doivent apprendre à être autonomes.Pour exercer leur autonomie, ils ont besoin d’espaces de liberté qui peu à peu s'élargissent. C’est ainsi,en réalisant leurs propres expériences, qu’ils prendront conscience de leur force, au besoin par leurserreurs.OÙ METTRE DES LIMITES, OÙ DONNER DES CHAMPS DE LIBERTÉ ? Quand les enfants ne peuventpas évaluer les dangers possibles, il ne reste parfois qu’à leur dire clairement « non ». Par exemple, un petitenfant ne doit pas jouer avec une prise électrique ou monter dans la voiture d’un inconnu.Dans d’autres domaines, les limites que nous leur fixons forment plutôt un cadre à l’intérieur duquel ils peuventexercer leurs responsabilités. Les enfants doivent par exemple apprendre à gérer l'argent. On peut lesaider en les laissant librement disposer d’une somme convenue de leur argent de poche. S’ils dépensenttout dans les premiers jours de la semaine ou du mois, ils doivent en assumer eux-mêmes les conséquences.Petit à petit ils apprendront à mieux gérer leur argent et à réfléchir avec plus de pertinence à ce qui est,pour eux, vraiment utile. Pour ce qui est de l’adolescent qui désire sortir avec ses amis, il s’agira de fixer uncadre : où, avec qui, jusqu’à quelle heure? et de préciser, cas échéant, ce qui n’est pas permis. Dans ceslimites, il peut agir librement et faire ses propres expériences.Les enfants qui ont été habitués de bonne heure à organiser librement, et de façon créative, leurs loisirs,acquièrent courage et confiance en soi. Ils sont par conséquent moins exposés à l'influence des opinionsvenant de l’extérieur ou à devenir dépendant de drogues illégales ou légales.LES ÉTAPES VERS LA RESPONSABILITÉ Donner des libertés et des responsabilités aux enfants ne signifiepas les laisser se débrouiller seuls. Les enfants et les adolescents ont aussi besoin de modèles. Dansles familles où l’on échange beaucoup, où l'on joue ensemble, on cuisine, on se promène dans la nature,chacun y trouve beaucoup plus de plaisir. Et cela donne simultanément un appui précieux aux enfants dansleur cheminement vers l’autonomie.Ce qui est aussi important, c’est un climat familial chaleureux et fait d’estime réciproque, dans lequel onpuisse parler ouvertement de tout ce qu’on vit – même quand quelque chose est pénible ou que tout a étéde travers. Et quand les jeunes font des expériences qui les font progresser dans leur développement, la joieet la fierté des parents est pour eux le meilleur encouragement à poursuivre la bonne voie.Le film « Sans limites? Grandir dans la société de consommation » ainsi que le texte ci-dessus sont disponibles dans les langues suivantes: albanais, allemand, anglais, espagnol, français, italien, portugais, serbo-bosno-croate, somalien, tamoul, thaï, turc.

More magazines by this user
Similar magazines