Analyse de la stratégie de gestion des matières premières critiques ...

bdc.aege.fr
  • No tags were found...

Analyse de la stratégie de gestion des matières premières critiques ...

ANALYSE DE LA STRATEGIE DEGESTION DES MATIERESPREMIERES CRITIQUES DE LAFRANCEEtat des lieux et AnalysePour assurer la production de nombreux produits technologiquement avancés notamment dans le domaine des « green-technologies » et del’armement, les sociétés occidentales, sont de plus en plus dépendantes de matériaux identifiés sous le terme générique de métaux rares.11/12/2010Auteur(s) :Patrick BLANCHARD, Frederico DA SILVA, Jens DUPONT, Gaëlle FAUTRAT, Bruno HALOPEAU,Séverine LESIEUR, Philippe LKHAOUA, Eve PESESSEAvertissement et CopyrightCe document d’analyse, d’opinion, d'étude et/ou de recherche a été réalisé par un (ou des) membre(s) de l’AEGE.Préalablement à leurs publications et/ou diffusions, elles ont été soumises au Conseil scientifique de l'Association. L'analyse,l'opinion et/ou la recherche reposent sur l'utilisation de sources éthiquement fiables mais l'exhaustivité et l'exactitude nepeuvent être garantie. Sauf mention contraire, les projections ou autres informations ne sont valables qu'à la date de lapublication du document, et sont dès lors sujettes à évolution ou amendement dans le temps. Le contenu de ces documentset/ou études n'a, en aucune manière, vocation à indiquer ou garantir des évolutions futures. Le contenu de cet article n’engagela responsabilité que de ses auteurs, il ne reflète pas nécessairement les opinions du(des) employeur(s), la politique oul’opinion d’un organisme quelconque, y compris celui de gouvernements, d’administrations ou de ministères pouvant êtresconcernés par ces informations. Et, les erreurs éventuelles relèvent de l’entière responsabilité des seuls auteurs.Les droits patrimoniaux de ce document et/ou étude appartiennent à l'Association, voire un organisme auquel les sourcesauraient pu être empruntées. Toute utilisation, diffusion, citation ou reproduction, en totalité ou en partie, de ce document et/ouétude ne peut se faire sans la permission expresse du(es) rédacteur(s) et du propriétaire des droits patrimoniaux.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 1Ce document d’analyse, d’opinion, d'étude et/ou de recherche a été réalisé par un (ou des) membre(s) de l’AEGE. Préalablement à leurs publications et/ou diffusions, elles ont été soumises au Conseilscientifique de l'Association. L'analyse, l'opinion et/ou la recherche reposent sur l'utilisation de sources éthiquement fiables mais l'exhaustivité et l'exactitude ne peuvent être garantie. Sauf mentioncontraire, les projections ou autres informations ne sont valables qu'à la date de la publication du document, et sont dès lors sujettes à évolution ou amendement dans le temps.Le contenu de ces documents et/ou études n'a, en aucune manière, vocation à indiquer ou garantir des évolutions futures. Le contenu de cet article n’engage la responsabilité que de ses auteurs, il nereflète pas nécessairement les opinions du (des) employeur(s), la politique ou l’opinion d’un organisme quelconque, y compris celui de gouvernements, d’administrations ou de ministères pouvant êtresconcernés par ces informations. Et, les erreurs éventuelles relèvent de l’entière responsabilité des seuls auteurs.Les droits patrimoniaux de ce document et/ou étude appartiennent à l'Association, voire un organisme auquel les sources auraient pu être empruntées. Toute utilisation, diffusion, citation ou reproduction,en totalité ou en partie, de ce document et/ou étude ne peut se faire sans la permission expresse du(es) rédacteur(s) et du propriétaire des droits patrimoniaux.


Mots-clésCommission européenne, BRGM, Ifremer, COMES, CGIET, François Bersani, MEDD,ADEME, FEDEREC, Eurométaux, Rhodia, ONG, Think Tank, World Economic Forum,Eléments abondants, Eléments rares, Eléments très rares, Réserves, Réserves base,Ressources potentielles, France, Etats-Unis, Japon, Corée du Sud, Chine, Europe,Allemagne, Risques géopolitiques, Approvisionnements stratégiques, Criticité, Dépendance,Stratégie, Défense, Recyclage, Exploration, Gestion des déchets, MPMC, MatièresPremières Minérales Critiques, Matières Premières Minérales, Ressources renouvelables,Ressources non-renouvelables, Minerais, Petits métaux, Métaux high-tech, Métaux rares,Marchés, Stocks, Production, offre/demande, Concentration de minerais, Géologique,Technologique, Economique, Nouvelles technologies, Aéronautique, Automobile,photovoltaïque, Nano-technologies, Electronique, Médecine, Armement, Défense, Financier,Produits blancs, Produits bruns, Wallis et FutunaAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 2CONFIDENTIEL


Executive Summary ............................................................................................................... 5Introduction ............................................................................................................................ 6Les matières premières minérales, des ressources non-renouvelables ............................... 6Des stocks limités .............................................................................................................. 6L’accroissement de la demande ........................................................................................ 7L’exploitation des métaux rares ......................................................................................... 8En résumé : Les métaux rares, un enjeu majeur ............................................................... 8Définition des Matières Premières Minérales Critiques ........................................................ 9La méthodologie ................................................................................................................ 9Liste des Matières Premières Minérales Critiques .......................................................... 11Evaluation de la dépendance de la France des MPMC ..................................................... 12Les inconnues de la situation actuelle de la France ........................................................... 12La définition de la criticité des 14 Matières Premières Critiques – Par métal ..................... 12Antimoine ......................................................................................................................... 12Béryllium .......................................................................................................................... 13Cobalt .............................................................................................................................. 13Fluorine ............................................................................................................................ 13Gallium ............................................................................................................................. 14Germanium ...................................................................................................................... 14Graphite ........................................................................................................................... 14Indium .............................................................................................................................. 15Magnésium ...................................................................................................................... 15Niobium ............................................................................................................................ 16Platinoïdes ....................................................................................................................... 16Terres rares ..................................................................................................................... 16Tantale ............................................................................................................................. 17Tungstène ........................................................................................................................ 17Données d’analyse de la problématique des MPMC en France ......................................... 18Etat des lieux de la production actuelle et des réserves mondiales ................................ 18Un indicateur de risque géopolitique ............................................................................... 21L’évolution de la demande des MPMC à l’horizon 2030 .................................................. 22La volatilité des prix ......................................................................................................... 23Résumé de la dépendance de la France ............................................................................ 24De l’application de la stratégie du fort au faible – le positionnement français ..................... 24AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 3CONFIDENTIEL


Stratégie du Fort .............................................................................................................. 24La stratégie du Faible ...................................................................................................... 25Conclusion ....................................................................................................................... 26Proposition d’outil de monitoring pour le pilotage de la stratégie française des MPMC ..... 26Le cadre ........................................................................................................................... 27Le tableau de bord ........................................................................................................... 28Exposé de la stratégie de la France ................................................................................... 30Exploration .......................................................................................................................... 31Analyse .................................................................................................................................. 36Stratégie / Communication .................................................................................................. 36Etats-Unis ........................................................................................................................ 36La Chine .......................................................................................................................... 39Japon ............................................................................................................................... 42Corée du Sud ................................................................................................................... 44Europe ............................................................................................................................. 45Allemagne ........................................................................................................................ 46Prospective ......................................................................................................................... 49Nouvelles technologies demandant nouvelles MPMC ..................................................... 49Exploration (cas particuliers) ........................................................................................... 60Conclusion ............................................................................................................................ 69AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 4CONFIDENTIEL


Executive SummaryPour assurer la production de nombreux produits technologiquement avancés notammentdans le domaine des « green-technologies » et de l’armement, les sociétés occidentales,sont de plus en plus dépendantes de matériaux identifiés sous le terme générique de métauxrares. Ces derniers, produits en faible quantité dans quelques zones très localisées dans lemonde, sont de par leur rareté, très sensibles à toutes fluctuations. Celle-ci pouvant découlerde phénomène aussi simple et surtout aussi fréquent que la commercialisation d’un nouveauproduit de consommation. Cependant, leur production, en tant que sous-produits d’extractionest localisée dans un nombre restreint de pays, et ne peut répondre à une forte demande. IIen résulte ainsi des épisodes, ponctuels mais récurrents, de déséquilibre offre/demande setraduisant par des fluctuations rapides et importantes, le plus souvent à la hausse, du coursde ces métaux.A ce mouvement spéculatif il faut ajouter le renforcement d’un « nationalisme de laressource » imposé par les quotas d’exportation chinoise pour les métaux rares stratégiques.Afin de répondre à cette nouvelle menace, la plupart des nations présentant des addictionstechnologiques et consuméristes ont été et sont contraintes de mettre en place desstratégies d’anticipation alliant des considérations politiques, économiques, technologiqueset sociétales. La contrainte environnementale s’impose via les thèses écologistes défenduespar d’importants « stakeholders ». La France fortement dépendante des technologies depointes et d’une volonté affichée de développer une posture éco-responsable amanifestement fait le choix d’intégrer certaines de ses mesures anticipatrices dans unedémarche de politique nationale tentée de « vert ».Cette réponse sera-t-elle suffisante pour insuffler une dynamique aux acteurs institutionnelset aux principaux acteurs industriels directement concernés par cette contrainte ? Certainesnations qui ont mis en place une stratégie similaire il y a déjà plusieurs années, sembleaujourd’hui présenter des résultats encourageants tant du point de vu économique quediplomatique ainsi que l’illustre l’accord récemment conclu entre le Japon et les Etats-Unis.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 5CONFIDENTIEL


IntroductionLes matières premières minérales, des ressources non-renouvelablesPar définition, une ressource non-renouvelable est une ressource qui possède un rythme derenouvellement supérieur à un siècle.Les matières premières minérales ont des rythmes de renouvellement très longs, pouvantaller de plusieurs millions à plusieurs milliards d’années. C’est notamment le cas desmétaux.Cette quasi-absence de renouvellement fait des matières premières minérales desressources à stocks limités.Des stocks limitésDe nombreuses recherches et publications traitent du sujet des stocks limités des matièrespremières minérales. Malgré ces nombreuses études, les données sur les quantitésdisponibles ne sont pas arrêtées et font l’objet de révisions permanentes avec des degrés defiabilité et de précisions diverses. Il y a cependant un consensus de la communautéscientifique sur le caractère limité des réserves à l’échelle mondiale.La limite des stocks soulèvent ainsi deux problématiques concomitantes que sont l’existencede réserves des matières premières minérales et l’accroissement de la demande mondiale.Les réservesLorsque l’on étudie la question des réserves de matières premières minérales, il faut prendreen compte trois dimensions distinctes :• Dimension géologique : La présence des ressources dans le sol ;• Dimension technique : La capacité technologique d’extraire les ressources ;• Dimension économique : La rentabilité économique de l’exploitation desressources.Sur cette base, on distinguera trois types de réserves (voir figure 1) :• Une réserve est une ressource identifiée et explorée que l’on peut extrairetechniquement avec une rentabilité économique ;• Une réserve base est également une ressource identifiée et explorée mais encorenon exploitable par défaut de technologie ou de rentabilité économique ;• Les ressources potentielles sont des ressources identifiées mais non explorées, etse basant sur des projections géologiques.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 6CONFIDENTIEL


La concentration des mineraisFigure 1 - Réserves et ressources 1Le traitement de la problématique des réserves des matières premières minérales n’est pasla seule difficulté liée à leur exploitabilité.La croûte terrestre contient 88 éléments différents qui s’allient en environ 1700 types deroches dont on extrait les matières premières minérales. L’abondance de leur présencepotentielle ne suffit cependant pas à en assurer les réserves effectives. Pour rendre laressource exploitable, une concentration minimale du minerai est nécessaire.On classe ainsi les minerais en trois grandes familles, selon leur concentration moyennedans les roches :• Les éléments abondants : présents en concentration moyenne supérieure à 0,1%(ex. : fer, aluminium, silicium, magnésium, manganèse et titane) ;• Les éléments rares : présents en concentration moyenne de 1 à 1000 parties parmillion (ex. : cuivre, nickel,…)• Les éléments très rares : présents en concentration moyenne inférieure à unepartie par million. Se classent dans cette catégorie les petits métaux (métaux rares),et les métaux précieux.Plus la concentration du minerai est faible, plus son coût d’extraction va augmenter entermes économiques, énergétiques mais également en termes d’impact environnemental.L’exploitation des métaux rares se heurte par conséquent à une problématique dedisponibilité forte, indépendamment des réserves mondiales existantes, alors même que lademande mondiale ne cesse de croître.L’accroissement de la demandeAu cours des dernières années, l’importante croissance de certains pays, dont la Chine, aprovoqué une augmentation sans précédent de la demande mondiale en matières premièresminérales.1Philippe Bihouix, Benoît de Guillebon, Quel futur pour les métaux, EDP Sciences, 2010AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 7CONFIDENTIEL


En parallèle, les nombreuses évolutions technologiques, gourmandes en petits métaux, ontengendrés un accroissement important de la consommation des métaux rares ou encoremétaux « high-tech ».Ainsi, le profil de consommation des métaux a fortement changé. En l’espace de 20 à 30ans, nous avons plus que triplé le nombre de métaux différents que nous utilisons pour nosapplications industrielles.Comme nous le verrons plus loin en détail, le développement des secteurs aéronautique,nano technologique et électroniques à moyen et long termes renforceront cette tendance etplacent aujourd’hui les métaux rares au centre de l’attention.L’exploitation des métaux raresComme susmentionné, l’exploitation des métaux rares possède un coût d’exploitation élevé,en termes économiques et énergétiques, car ils sont présents en faible concentration dans lacroûte terrestre.Deux facteurs supplémentaires viennent complexifier davantage leur exploitation ;l’interdépendance des métaux et la question de la pureté des métaux.En effet, les applications de plus en plus pointues d’un point de vue technologique exigentsouvent un degré de pureté supérieur des métaux rares, qui rendent inexploitables unepartie des réserves contenant des traces de métaux indésirables ou encore les métaux issusdu recyclage.L’interdépendance des métauxLes métaux rares sont des coproduits de l’exploitation de grands métaux. Leurs processusde minéralisation au cours des âges et leurs caractéristiques chimiques les ont souvent liésdans les mêmes minerais. Il en résulte une interdépendance physique et économique entreles métaux rares et les grands métaux.Ainsi il est extrêmement coûteux en énergie et peu rentable économiquement d’exploiter lesmétaux rares indépendamment des grands métaux. Ceci explique la concentrationgéographique de la production mondiale des métaux rares actuelle. En effet, l’industrieminière se concentrant dans les pays émergents tels que la Chine, l’identification etl’exploitation des réserves en métaux rares y est systématique.En résumé : Les métaux rares, un enjeu majeurEn conclusion, nous pouvons constater que la problématique des métaux rares constitue unenjeu crucial :1. La demande mondiale a fortement augmentée au cours des 30 dernières années etcette tendance va s’accroître ;2. Ce sont des ressources à réserves limitées avec des zones de production fortementconcentrées géographiquement ;3. Ils possèdent une problématique spécifique d’exploitation par une interdépendancephysique et économique avec de grands métaux et un coût élevé d’extraction enraison de leur faible concentration dans la croûte terrestre.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 8CONFIDENTIEL


Définition des Matières Premières Minérales CritiquesSuite à l’accroissement de la demande en matières premières due à l’expansion deséconomies en développement et des nouvelles technologies, l’Union Européenne a lancé en2008 l’initiative « matières premières ».Consciente en particulier des enjeux économiques et stratégiques liés aux métaux rares, unecommission ad-hoc a été constituée pour traiter spécifiquement du sujet des matièrespremières minérales. Un rapport a été rendu a ce sujet le 17 juin 2010.Sur la base de l’étude de 41 matières premières minérales indispensables audéveloppement économique de l’Union Européenne, 14 ont été qualifiées de MatièresPremières Minérales Critiques.La méthodologieAfin de déterminer la criticité de chacune de 41 matières premières minérales étudiées, legroupe d’experts s’est basé sur la conjonction de deux indicateurs : l’importance économiquede la matière première minérale et son risque d’approvisionnement.L’indicateur « Importance économique »Le poids de l’indicateur « importance économique » d’une matière première minérale estmesuré en circonscrivant ses principales utilisations industrielles et en attribuant à chacun deses usages, la valeur ajoutée du secteur économique qui l’utilise comme ressource.Cette pondération se base sur le concept de chaînes de valeurs. Chaque étape de la chaînede valeur s’appuie sur l’étape précédente et en est dépendante. Par conséquent, si un goulotd’étranglement survient au niveau de l’approvisionnement des matières premières minérales,toute la chaîne de valeur s’en trouvera menacée.L’indicateur « risques d’approvisionnement »Le poids de l’indicateur « risque d’approvisionnement » est mesuré selon plusieurs critères :a. Le niveau de concentration de la production mondiale : Une concentration deproduction mondiale élevée implique une faible capacité de concurrence et unpouvoir de marché fort pour les pays producteurs ;b. Les risques géopolitiques des principaux producteurs mondiaux ;c. La capacité de recyclage : Evaluation de la capacité de recyclage des matièrespremières minérales en fonction des technologies actuelles en conjonction avec lacapacité de réutilisation des matériaux recyclés ;d. La substituabilité : Evaluation de la capacité à remplacer la matière premièreminérale par une autre.Les 14 Matières Premières Minérales Critiques (MPMC) ont été déterminées dans cetteétude par la pondération de ces deux indicateurs.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 9CONFIDENTIEL


Tableau croisement criticité/approvisionnementFigure 2 - Source: Commission ad-hoc de l’Union Européenne, Critical raw materials for the UE – Report of the ad-hoc Working Group on defining critical raw materials, Juin 2010AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 10CONFIDENTIEL


Liste des Matières Premières Minérales CritiquesListe des 14 Matières Premières CritiquesAntimoineFluorineBérylliumCobaltGalliumGermaniumGraphiteIndiumMagnésiumNiobiumPlatinoïdesTerres raresplatine, palladium, iridium, rhodium, ruthénium, osmiumyttrium, scandium, et les lanthanides (lanthane, cérium, praséodyme,néodyme, prométhium, samarium, europium, gadolnium, terbium,dysprosium, holmium, erbium, thulium, ytterbium and lutécium)TantaleTungstèneAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 11CONFIDENTIEL


Evaluation de la dépendance de la France desMPMCLes inconnues de la situation actuelle de la FranceEn 1996, la France a cédé ses réserves stratégiques à de grandes entreprises privéesfrançaises. Depuis, la position Française repose sur une gestion autonome del’approvisionnement directement par les industries concernées.Jusqu’à présent, la politique française, visait à offrir une forte autonomie des industries dansla gestion des matières premières minérales. Il en découle une absence de contrôle et uneabsence de consolidation de données chiffrées sur le sujet.Les données nationales n’étant pas disponibles, nous allons utiliser les données au niveaueuropéen comme ressources d’analyse de la problématique des MPMC en France.La définition de la criticité des 14 Matières Premières Critiques – Par métalSur la base de la pondération des indicateurs «importance économique » et «risquesd’approvisionnement », la liste des 14 Matières Premières Critiques a été établie pourl’Union Européenne.Ci-dessous les raisons principales justifiant leur niveau de criticité, par métal.Antimoine• Absence de substitut efficace pour son application principale qu’est l’ignifugation ;• Production mondiale à 91% dominée par la Chine;• Réserves mondiales concentrées principalement en Chine ;• Faible capacité de recyclage dû à son USAge massif en utilisation dispersive ;• En cas de rupture de la chaîne de valeurs à la suite d’une cessationd’approvisionnement, risque de perte de savoir-faire dans les retardateurs deflamme.Secteurs d’applicationPrincipalNicheAutres• Retardant feu (vêtements, jouets, sièges avions et voitures, composants enfibre de verre pour aviation) ;• Durcissant d'alliages antifriction de plomb/étain (imprimerie, soudure,cartouches chasse).• Semi-conducteurs : détection IR, champs magnétiques ;• Pharmacie : pommades stibiées ;• Réacteurs nucléaires : stabilisation de la chaine de réaction nucléaires.• Pyrotechnique : scintillement, feu-d’artifice, allumettes de sécurité ;• Cosmétologie : mascara ;• Verre blanc opaque.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 12CONFIDENTIEL


Béryllium• Près de 99% de la production mondiale est fournie par les Etats-Unis et la Chine ;• Faible taux de recyclage ;• Peu d’options de substituabilité avec pertes de performances.CobaltSecteurs d’applicationPrincipal• Alliage cuivre : moules pour matières plastiques, anti frottements, clubs de golf,ressorts de montres, gyroscopes ;• Alliage aluminium : applications spatiales et aéronautiques, freins/pistons de F1 ;• Electricité : domaine de la haute-tension ;• Isolation rayons X.Niche• Armes nucléaires : enveloppe matériaux fissibles et source de neutrons ;• ITER : matériaux d'enveloppages ;• Acoustique : enceintes professionnelles.Autres• Explosifs (explosifs non-déflagrants).• 40% de la production mondiale est fournie par la République Démocratique duCongo ;• Non-respect des règles concurrentielles en ce qui concerne la production desminerais primaires dont est issu le cobalt, notamment de la part de la Chine ;• Options de substitution limitées.FluorineSecteurs d’applicationPrincipal• Electrodes batteries (NiCd, NiMH et NiZn, LiCoO2) ;• Alliages : turbines à gaz, résistant corrosion, aciers rapides, prothèses dentaires ;• Aimants et enregistrements magnétiques ;• Catalyseur dans l’industrie chimique et pétrolière ;• Médical : radiothérapies, stérilisation de matériel médical et déchets ;• Alimentation : stérilisation par radiation de la nourriture (pasteurisation à froid),additif alimentaire pour les animaux d'élevage tels bovins, ovins et caprins ;• Industrie : radiographie industrielle et mesure de densité ;• Agent séchant dans les peintures et les encres / Agent colorant et depigmentation.Niche• Armes nucléaires (bombe au cobalt).• Nécessité d’importer 75% du total de consommation européen de Fluorine ;• La Chine, importateur principal de l’Union Européenne, applique des quotas et taxesd’exports ;• Taux de recyclage estimés à moins de 1% en Europe ;• Possibilité de substitutions limitée.Secteurs d’applicationAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 13CONFIDENTIEL


GalliumPrincipal• Composant de l'aluminium ;• Verre opaque ;• Lentilles de télescopes appareils photos. Utilisation pour exposition dans lagamme ultraviolet.Autres• Ustensiles de cuisine.• Le producteur principal est la Chine, à hauteur de 75% ;• L’Afrique du Sud, la Chine et la Russie imposent des restrictions commerciales ;• Pas de recyclage actuellement en raison de la faible teneur de gallium dans sesUSAges ;• Possibilités de substitutions limitées à certains USAges.GermaniumSecteurs d’applicationPrincipal• Semi-conducteurs : LED bleu, circuits intégrés, pré-amplifieur micro-ondespour portables, dopant pour transistors (utilisation très mineure) ;• optoélectronique : IR, diodes laser IR, source de lumière pour le Blu-RayDisc ;• Spatial : cellules multifonctions photovoltaïques ;• Biomédical : solution intraveineuse pour traitement de l'hypercalcemia associéavec des tumeurs métastase de l'os, agent radio pharmaceutique dansl'imagerie nucléaire médicale aussi appelé scan gallium ;• Energie : stockage hydrogène ;• Effet brillant / miroir (verre, porcelaine, ...).Niche• Biomédical : traitement potentiel du cancer, maladies infectieuses et maladiesinflammatoires, traitement potentiel des infections bactériennes despersonnes avec cystic fibrosis.• L'Union Européenne est fortement dépendante des importations en provenance de laChine, qui représente près de 71% de la production mondiale ;• Capacité de recyclage de 30%.GraphiteSecteurs d’applicationPrincipal• Semi-conducteurs ;• Systèmes de fibre optique et infrarouge ;• Polymérisant de catalyse en électronique et électricité solaire.• Dépendance à l’importation à hauteur de 95% de la consommation européenne ;• L’importateur principal de l’Union Européenne est la Chine, avec une productionmondiale de plus de 70% ;• Technologies de recyclage peu développées pour le graphite, dû à ses importantesréserves mondiales.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 14CONFIDENTIEL


IndiumSecteurs d’applicationPrincipal• Construction mécanique : pièces de frottement, joints d'étanchéité, produitslubrifiants ;• Construction électrique : balais de moteurs ;• Industrie :o Réducteur, notamment en sidérurgie (coke des hauts-fourneaux) ;o Electrode, par exemple en sidérurgie (acier électrique) ;o Cathode, par exemple dans l'industrie d'électrolyse de l'aluminium ;o Modérateur dans des réacteurs nucléaires ;o Adsorbant, dans les filtres à « charbon actif » ;o Conducteur électrique.• Médecine : absorbant en cas d'intoxication par voie orale ;• Arts plastiques : crayons ;• Composite d'alliage (Titane / Fibre de verre / Aluminium) dans la fabrication descadres de raquettes de tennis.• 81% des importations d’indium dans l’Union Européenne proviennent de la Chine ;• Pas de recyclage actuellement en raison de la faible teneur de l’indium dans sesUSAges ;• Possibilités de substitutions limitées à certains USAges.Secteurs d’applicationPrincipalMagnésium• Télévisions LCD ;• Ecrans tactiles ;• cellules solaires fines ;• LED et diodes laser.• L’Union Européenne est un gros consommateur de magnésium, près 47% de laproduction mondiale ;• La Chine est le premier producteur mondial à hauteur de 93% ;• La Chine, la Russie et l’Afrique du Sud imposent des restrictions commerciales ;• La capacité de recyclage du magnésium est limitée.Secteurs d’applicationPrincipal• Alliage aluminium-magnésium : canettes de boissons, utilisation principale dansl'aéronautique, petites mallettes résistantes, de boîtiers d'ordinateurs portables oud'appareils photo haut de gamme ;• Réactif dans les industries chimiques et pharmaceutiques ;• Composant de la fonte a graphite sphéroïdal ;• Garnissage de fours (verre, ciment), dans la métallurgie du fer, de l'acier oud'autres métaux non-ferreux ;• Médecine : équilibre ionique du corps humain, utilisé pour soigner dépression etangoisse, diabètes, spasmes musculaires, crampes, troubles cardio-vasculaires,pression artérielle élevée et ostéoporose.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 15CONFIDENTIEL


NiobiumNiche• Automobile (pièces légères pour la réduction de la consommationénergétique).• 92% du niobium est produit au Brésil et 7% au Canada ;• La capacité de recyclage est estimée à 20% ;• Des solutions de substituabilité existent mais induisent des coûts élevés et/ou despertes de performances.PlatinoïdesSecteurs d’applicationPrincipal• Alliage d'acier ;• Aimant supraconducteur ;• Métal d'apport pour la soudure à l'arc ;• Orthopédie ;• Réacteurs nucléaires ;• Filtres à onde de surface ;• Joaillerie.• L’Afrique du Sud est le premier importateur de platinoïdes pour l’Union Européenne àhauteur de 60% ;• La Russie est le second importateur de platinoïdes pour l’Union Européenne àhauteur de 30% ;• Le taux de recyclage dans le domaine des catalyseurs automobiles est en deçà de50% dans l’Union Européenne ;• Le taux de recyclage dans le domaine des applications électroniques n’est qued’environ 10% ;• Les platinoïdes peuvent se substituer les uns aux autres, mais leurs mineraisprincipaux étant communs cela ne résout pas la problématique d’approvisionnement.Terres raresSecteurs d’applicationPrincipal• Bijouterie ;• Equipement de laboratoires ;• Thermomètres ;• Dentiste ;• Convertisseurs catalytiques ;• Appareils électroniques (ordinateurs, téléphones, capacités céramiques multicouches,écrans LCD).• La Chine est le premier producteur mondial à hauteur de 97% ;• La Chine applique des restrictions et quotas d’export ;• Des processus de recyclage pour les terres rares ont été développés, mais ne sontactuellement pas viables d’un point de vue économique ;• Pour la plupart des utilisations de terres rares, des solutions de substitution existent.Néanmoins ces dernières entraînent une perte de performance.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 16CONFIDENTIEL


Secteurs d’applicationPrincipalTantale• Véhicules hybrides ;• Air conditionné ;• Eoliennes ;• Lumières fluorescentes ;• Ecrans plasma,• Ordinateurs et téléphones portables.• Faible capacité de recyclage ;• Peu de solutions de substitution et ces dernières entraînent des pertes deperformance.Secteurs d’applicationPrincipalTungstène• Composants électroniques ;• Outils pour la production de super-alliages pour les composants de moteursd'avion, réacteurs nucléaires, et missiles.• Production mondiale dominée par la Chine à 78% ;• Réserves mondiales concentrées principalement en Chine ;• Possibilités de substitution limitées par le coût des ressources/technologiesalternatives, par la perte de performance et l’augmentation de l’impactenvironnemental ;• En cas de rupture de l’approvisionnement de tungstène, des industries européennesclés telles que l’automobile, l’aéronautique, des technologies médicales et desapplications d’éclairage pourraient être bloquées entraînant une dépendance àl’import sur ces produits.Secteurs d’applicationPrincipal• Industrie : pièces d'usure dans la métallurgie, l'industrie minière et pétrolière,fabrication filaments des ampoules électriques, des postes de télévision etélectrodes ;• Applications spatiales et celles demandant l'utilisation de très hautestempératures ;• Alliages de métaux utilisés dans l'armement, les puits de chaleur, ainsi quecomme poids et contre-poids ;• Utilisation pour collages de verre sur métal ;• Superalliage pour faire des pales de turbine, des outils en acier, ainsi que desplaquages.Niche• Armement: DIME (Dense Inert Metal Explosive), nouvel armement performantpermettant la décimation humaine avec une zone de dégâts matériels réduite.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 17CONFIDENTIEL


Données d’analyse de la problématique des MPMC en FranceEtat des lieux de la production actuelle et des réserves mondialesAfin de réaliser une évaluation stratégique de la France et donc de fournir les élémentspermettant l’élaboration d’un plan visant à assurer à la fois l’autonomie et la souveraineté dupays, une analyse de la situation actuelle en termes de production et de réserves mondialesdes MPMC est essentielle.Ces deux paramètres permettront de définir les forces et faiblesses existantes, mais aussipotentielles, de chaque acteur international.La production actuelleLes zones géographiques de production des MPMC sont fortement concentrées, entraînantdes risques d’approvisionnement pour l’Union Européenne.A titre d’illustration, une carte du monde indiquant les principaux producteurs des 14Matières Premières Critiques Minérales, et leur pourcentage dans la production mondialeactuelle.Figure 3 - Concentration de la production des MPMC.Nous noterons une production européenne quasi-inexistante. En effet, l’Union Européenne,et la France en son sein, semble actuellement en dépendance forte de l’étranger en ce quiconcerne les MPMC. L’Union Européenne importe la quasi-totalité de sa consommationannuelle de MPMC pour ses applications industrielles et technologies.En 2006, 100% des besoins parmi les 14 matières premières minérales critiques listées, ontété importés dans l’UE. A noter 3 exceptions constituées par la Fluorine (5% de productionlocale), le graphite (5% de production locale) et le tungstène (27% de production locale).Situation d’autant plus préoccupante que la Chine détient la place du premier importateur del’Union Européenne sur 7 des 14 matières premières critiques.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 18CONFIDENTIEL


Pour mieux analyser ces données, le tableau suivant met en relief permettant de mesurer lepoids des importateurs de l’Union Européenne en fonction de la matière première minéralecritique concernée (données indisponibles pour le Gallium et le Béryllium):Figure 4 - Histogramme du poids des principaux pays importateurs de l’UE – données 2006Les réserves mondialesL’importance des réserves mondiales est un facteur déterminant des prix de marché maisnon le seul, étant entendu que les politiques des pays influent de même massivement. Sonpendant est constitué par les estimations delais d’épuisement, une donnée à analyser.Outre la quantité des réserves, il est essentiel d’examiner, d’une part, les pays détenteurs decelles-ci et d’autre part, le caractère monopolistique que pourrait prendre un pays détenantune part caractéristique de ces réserves.Afin de donner une photographie de la situation actuelle et des conséquences dedépendance et de risque géostratégique qu’elle entraine, nous nous sommes basés sur lesdonnées des réserves effectives, à savoir les réserves identifiées et exploitablestechniquement et économiquement.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 19CONFIDENTIEL


Figure 5 - Histogramme de l’importance des pays majeurs détenteurs des réserves mondiales de MPMC.Enfin le dernier élément géopolitique et géoéconomique du paramètre « Réserves » est lenombre de catégories de MPMC que possèderait un pays. La politique d’un tel pays seraitdans ce cas, forcément différente d’un autre pays ne possédant qu’un seul de ces métaux.Nous pouvons notamment constater dans le tableau ci-dessous, la large prédominancechinoise :Figure 6 - Tableau récapitulatif par MPMC des 3 premiers pays détenteurs des réserves mondiales.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 20CONFIDENTIEL


Au regard des données présentées, on relève que :La Chine possède les premières réserves mondiales sur 7 des 13 MPMCrépertoriés ;Le Brésil etl’Afrique du Sud sont dans une position similaire, sur 2 MPMC (tantale etniobium pour le Brésil, fluor et platine pour l’Afrique du Sud) ; La République du Congo est première réserve mondiale de Cobalt ;La Russie, l’Australie et les USA jouent les positions d’outsider étant mentionnécomme 2 ème ou 3 ème réserves mondiales sur plusieurs MPMC ;Les USA représentant de plus la 1 ère réserve de Béryllium.Un indicateur de risque géopolitiqueAfin de mieux mesurer les risques géopolitiques liés à la concentration de production dansun nombre limité de zones géographiques, nous avons élaboré un indicateur de risquegéopolitique appliqué à la liste des 14 Matières Premières Minérales Critiques.L’indicateur de risque géopolitique résulte de la pondération de deux dimensions :• Le poids de chacun des pays producteurs en %, dans la production mondiale duMPMC concerné ;• Le niveau de stabilité politique de chacun des pays producteurs mesuré à partir desdonnées du Worldwide Governance Indicator 2009.Si un pays à forte instabilité politique possède un petit pourcentage de la productionmondiale, le niveau de risque moyen sera faible et donc l’indicateur de risque géopolitiquesera bas.A contrario, si un pays à forte instabilité possède un pourcentage élevé de la productionmondiale, le niveau de risque moyen s’en trouvera accru et l’indicateur de risquegéopolitique sera plus élevé.L’indicateur de risque géopolitique se mesure sur une échelle de 0 à 10, allant des MPMC àrisque géopolitique faible aux MPMC à risque élevé.Figure 7 - Indicateur de risque géopolitique.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 21CONFIDENTIEL


Figure 8 - Indice de risque géopolitique par MPMC.Nous notons que l’ensemble des 14 MPMC se trouve dans des zones plus ou moinsexposées aux risques géopolitiques. Le cobalt, les terres rares et l’antimoine sont ainsiexposés à des risques géopolitiques élevés.Pour affiner cet indicateur, on prendra en compte les éventuelles restrictions et quotasd’exportation des principaux producteurs mondiaux pour évaluer le risqued’approvisionnement.L’évolution de la demande des MPMC à l’horizon 2030Dans son rapport de juin 2010, la commission ad-hoc de la commission Européenne prévoitune forte augmentation de la demande mondiale des MPMC par rapport à la productionactuelle. Sur la base des projections des besoins futurs dans les secteurs des technologiesémergentes, ils ont estimé la consommation nécessaire à ces technologies en 2030.Cette estimation a donné lieu à deux indices de mesure :• Indice 2006 : L’indice d’utilisation des MPMC dans les nouvelles technologies en2006 par rapport à la production mondiale actuelle;• Indice 2030 : L’indice de consommation estimée par les nouvelles technologies en2030, par rapport à la production mondiale actuelle.Nous notons que pour 6 des 14 MPMC, la production actuelle mondiale ne suffira pas àcouvrir les besoins globaux à l’horizon 2030, rien que dans le domaine des technologiesémergentes.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 22CONFIDENTIEL


Figure 9 -Indice de consommation des MPMC dans les nouvelles technologies en 2030,en rapport avec la production mondiale actuelle.(Les informations sont indisponibles pour les MPMC suivants : Fluorine, Béryllium, Magnésium et Tungstène.)La volatilité des prixThéoriquement, le prix est un indicateur de la disponibilité ou de la rareté d’une matièrepremière.Sur les marchés actuels, le prix est défini par le croisement de deux facteurs :• La raréfaction physique : La mesure de la raréfaction physique s’articule autour duniveau de contrôle de la disponibilité par les producteurs et la capacité de substitutionde tout ou partie de ses usages.• La dimension financière : La composante financière se base sur les règles de l’offreet de la demande avec sa dimension spéculative.La composante financière a été fortement exacerbée ces dernières années et ont contribuéà l’envolée de prix de bon nombre de matières premières.En ce qui concerne les MPMC, on constate une forte augmentation des prix au cours de cesdernières années. Cette explosion s’explique par plusieurs facteurs:• L’augmentation de la concentration des zones de production réduisant laconcurrence et orientant les prix à la hausse ;• L’accroissement important des besoins en MPMC lié à l’évolution rapide desnouvelles technologies ;• La tendance spéculative sur les MPMC en réaction aux risques d’approvisionnement.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 23CONFIDENTIEL


Résumé de la dépendance de la FranceOn constate une forte dépendance de la France dans le domaine des Matières PremièresMinérales Critiques et l’émergence d’une problématique qui s’articule autour desdimensions suivantes :• Un fort risque d’approvisionnement lié à la forte concentration géographique desMPMC et leur positionnement dans des pays à risques géopolitiques élevés ;• Un besoin accru dans les prochaines décennies de l’utilisation des MPMC pourle développement des technologies émergentes ;• Une position dominante chinoise dans près de la moitié des MPMC difficile àinfléchir en raison de son quasi-monopole de production, voire de réserves ;• Une hausse constante des prix des MPMC qui se poursuivra si la situationmondiale actuelle perdure.Or les MPMC constituent un enjeu majeur dans le développement des industriestechnologiques de pointes de demain.De l’application de la stratégie du fort au faible – le positionnement françaisA l’examen des positions des quelques pays détenteurs des réserves de MPMC, lesrelations géoéconomiques et géopolitiques peuvent positionner les pays dans un schéma dufort au faible et inversement. Selon le pays, la France pourrait être identifiée commeoccupant la position du faible.Stratégie du FortLes besoins du marché en termes de MPMC définissent la capacité d’un pays à faire usagede cette puissance dans ses relations.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 24CONFIDENTIEL


Cette souveraineté de fait, le pays peut l’utiliser naturellement comme avantage déterminantdans les « négociations » par l’utilisation de l’ensemble de la panoplie de moyens qui lui estofferte tel que le dictats, cotas définis unilatéralement, conflits plus créés que subis.Dans un 2ème temps, le pays se doit de préparer, dépendant de son ratio Réserves surExploitation, la phase suivante d’actions visant à maintenir de façon durable cette positiondominante. Ainsi, le pays en puissance rechercha inévitablement un accroissement de son« territoire de réserves » ; terme couvrant à la fois les éléments géographiques du problème(ex. achats de terres dans d’autres pays) et les éléments technologiques (ex. technologie derecherches minières, de recyclage).La capacité d’utiliser les moyens financiers dégagés par la 1ère phase de puissance pourassocier la 2ème situation, définira le paysage à long terme d’approvisionnement des MPMCdans le monde.La stratégie du FaibleLa consommation de MPMC et la capacité de recycler peuvent définir pour le faible, sondegré de dépendance et donc sa capacité de « négociation » en vue de maintenir sesapprovisionnements d’une part durablement, et d’autre part à des conditionséconomiquement raisonnables.Le caractère stratégique de son industrie consommatrice de MPMC détermine le degré réeld’autonomie ou de souveraineté.Les seuls recours pouvant à ce stade être envisagés pour changer cette situation, sont :• soit l’exploitation de territoires géographiques nouveaux obtenus par la négociationou par la contrainte et à même de satisfaire aux besoins en MPMC,• soit la recherche technologique visant à recycler ses propres déchets ou les déchetsd’autres pays acquis à un coût faible ;• soit l’initiation de nouveaux comportements de consommation.Figure 10 - Illustration des mécanismes d’accroissement de puissances en matière de MPMC.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 25CONFIDENTIEL


ConclusionLa situation actuelle des MPMC conduit les acteurs « forts » ou « faibles » vers ladécouverte impérative de nouveaux « territoires » d’approvisionnement dans le but de :• Pour le fort, maintenir une souveraineté sur le long terme,• Pour le faible, dégager des marges de manœuvres indispensables pour reconquérirune autonomie stratégique et une souveraineté et maintenir sa compétitivitééconomique.Proposition d’outil de monitoring pour le pilotage de la stratégie françaisedes MPMCLa situation stratégique d’un pays au regard de la fourniture des MPMC dépend d’un certainnombre de facteurs. Afin de piloter au mieux les actions garantissant l’autonomie du pays,les dirigeants ont besoin d’intégrer l’ensemble de ces paramètres influents et de les suivrede façon dynamique pour ajuster les politiques court, moyen et long termes du pays.« Diriger, c’est prévoir ».Une première série de paramètres décrit ‘la source’ des MPMC :• La quantité des réserves mondiales,• L’année estimée d’épuisement de ces réserves,• Le taux de recyclage des MPMC (permettant de repousser dans le temps le délaid’épuisement).Une 2 ème série établit la position et les besoins du pays, à savoir :• La consommation totale par MPMC,• Le caractère stratégique de l’industrie consommatrice.Enfin une 3 ème série décrit la capacité d’approvisionnement, à savoir :• Les pays détenteurs des réserves,• Le caractère hégémonique de ces pays à la fois en termes de « largeur de gamme »et de situation de monopole sur un ou plusieurs MPMC.Pour faciliter un tel pilotage, il est proposé un tableau de bord incluant tous ces éléments ;tableau offrant une vue synthétique à un instant donné et dont la mise à jour régulièrepermettra une planification stratégique et dynamique des actions à mettre en œuvre.Le tableau de bord est basé sur 5 paramètres:1. Le délai d’épuisement à savoir, la date à laquelle les réserves actuelles sontconsidérées comme épuisées. Pour un Etat, ce paramètre peut guider lesorientations des politiques de recherches d’alternatives au regard du délaid’exploitation2. La dépendance de la France calculée comme le ratio ConsommationFrançaises/Réserves Mondiales et Quantité Recyclée permettant de déterminer ledegré d’urgence des actions à mettre en place.3. L’intérêt stratégique du métal considéré au regard de l’industrie concernéeceparamètre permet de définir les priorités des politiques à mettre en place.4. Les pays détenteurs des réserves afin de définir la stratégie à mettre en œuvre en yincluant le risque diplomatique et le risque des cours de change.5. Le Degré de Recyclage sur le territoire afin de diminuer la dépendance du pays.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 26CONFIDENTIEL


Le cadreEn positionnant la dépendance au regard des années estimées d’épuisement des réserves,une première analyse permet de distinguer l’urgent de l’important et ainsi d’apporter unéclairage pour chacune des filières d’approvisionnement.Figure 11 - Exploitation du cadre du Tableau de Bord des MPMC.Les 3 indicateurs permettent d’évaluer pour chaque MPMC :• Son degré stratégique au regard de son importance dans l’industrie (ex. : intérêt fortpour les industries d’armement et automobiles),• La répartition des réserves mondiales dirige les travaux d’approvisionnement sur labase d’un 1er regard géopolitique,• Les positions hégémoniques, monopolistiques ou d’outsider des/d’un pays enquestion• Le degré français de recyclage de cette MPMC afin de connaître et/ou de développerla filière.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 27CONFIDENTIEL


Figure 12 - Caractérisation des 3 indicateurs applicables à chaque MPMC.Le tableau de bordLe principe du tableau de bord consiste à donner une image à un instant donné de lasituation du pays en matière de MPMC. Cette information n’a de réel intérêt que si elle estsuivie et mise à jour, offrant ainsi une vision dynamique de la situation d’approvisionnementdes MPMC, une base de réflexion pour une prédéfinition d’orientation stratégique industrielleau sein :• Des industries consommatrices pour la recherche de produits de substitution ;• Des industries minières pour la recherche de gisements alternatifs ;• De filière recyclage pour la mise en place des mécanismes de récolte et detraitement, mais aussi pour le développement de technologies nouvellesd’exploitation des produits recyclés.Ces orientations industrielles possèdent des inerties variables et donc l’approche dynamiqued’un tel tableau de bord offre une visibilité dans le temps certes embryonnaire, maissuffisante pour initier des études plus approfondies.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 28CONFIDENTIEL


Figure 13 - Exemple de tableau de bord appliqué à 3 MPMC.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 29CONFIDENTIEL


Exposé de la stratégie de laFranceLa plupart des pays industriels ont développés ces dernières années des stratégies visant àréduire leur dépendance en matière de métaux rares. (Japon, Etats-Unis, Corée du Sud,Allemagne…) La France de par la place qu’elle occupe sur l’échiquier économique mondial,ne semble donc pas pouvoir faire exception à cette réalité. Cependant, si quelques pistesd’actions et de réflexions ont été communiquées ces derniers mois, on ne trouve pas tracede l’annonce d’un corpus de mesures ou d’orientations suffisamment marquées pour pouvoirparler d’une stratégie française en matière de gestion des métaux rares. Mais peut-être laprise de conscience de cette problématique est-elle trop récente, puisqu’il semblerait qu’ellene remonte qu’à l’automne 2009, pour pouvoir y opposer une réponse stratégique ou le sujetest-il considéré comme trop sensible pour faire l’objet d’une communication grand public ?Cette dernière question méritant certainement d’être étudiée à la vue de considérationsnationales, notamment politiques, et de considérations internationales.Présentation du plan d’action français en matière de gestion des métaux rares rendu publicLe 27 avril 2010, le ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, a présenté enconseil des ministres quelques mesures, dénommé « plan d’action », visant essentiellementà approfondir, les connaissances françaises sur la question des métaux rares et à désignerquelques organismes spécialisés ou étatiques comme moteurs d’actions de coordination surle sujet des métaux stratégiques. L’énoncé de la problématique, lors de cette communicationgouvernementale, laisse percevoir que cette question emporte des enjeux nationaux de taillemais apparait en décalage par rapport aux « actions » proposées : « (…) Il s’agit de métauxdont certains, peu connus du grand public, sont porteurs d'enjeux industriels, notammentpour les technologies impliquées dans le domaine de la croissance verte. L'accès à cesmétaux dans de bonnes conditions est nécessaire pour assurer à l'industrie française lesconditions de son développement et lui permettre l'élaboration de produits plus vertueux etplus compétitifs. »Pourtant si l’on s’attarde sur les principales actions proposées par ce plan, quelques viséesstratégiques à court, moyen et long termes semblent se dessiner.Le BRGM en soutien de l’acquisition d’une meilleure connaissance des métauxstratégiques et du niveau de vulnérabilité de la France.Si l’on considère l’accord passé il y a quelques semaines entre le constructeur automobileRenault, fer de lance français de la voiture électrique et le Bureau de recherchesgéologiques et minières (BRGM) cette mesure prend une dimension beaucoup plusambitieuse. D’autant que les objectifs annoncés dans le communiqué de presse, reprennentquasiment à l’identique les termes de la communication du 27 avril, levant tout possibledoute sur son ancrage 2 .2 http://www.renault.com/SiteCollectionDocuments/Communiqu%C3%A9%20de%20presse/fr-FR/Pieces%20jointes/23914_20101028_CP_Accord_BRGM_Renault_FR_8E830E0C.pdfAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 30CONFIDENTIEL


Un observateur attentif pourra certainement d’avantage cerner certains volet de la démarchefrançaise en s’attelant à suivre les accords conclus entre les industriels et le BRGM.L'extension de notre connaissance géologique, par des campagnes d'explorationciblées visant le cas échéant une exploitation raisonnée.ExplorationLes ZEE, Zones Economiques Exclusives françaises, font l’objet d’exploration des fondssous marins au large de Wallis & Futuna et de l’ilot Clipperton dans l’Océan Pacifique. Uneloi du 16/071976 institue autour des côtes du pays cette zone de 200 miles marins. La zonefrançaise représente la seconde au monde avec près de 11 millions de km2.En Décembre 2008, l’Institut Français de la Mer, ancêtre de l’actuel IFREMER écrivait :Ces nodules polymétalliques sont globalement cartographiés tel qu’indiqué ci dessous.Figure 14 - Cartographie des nodules.Cette année, l’IFREMER lance la campagne Futuna 2010 en collaboration avec entre autresle BRGM, AREVA, ERAMET et TECHNIP en vue de localiser, cartographier et prélever deséchantillons de minéraux et de roches dans cette zone. Cette exploitation au bord del’Atalante inclut aussi une étude de la biodiversité des fonds marins dans le cadre de la LoiGrenelle ; étude qui aboutira sur la définition des méthodes d’exploitation minières tout enpréservant la biodiversité du milieu.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 31CONFIDENTIEL


La recherche se concentre sur les nodules polymétalliques renfermant du manganèse, ducuivre, du nickel et du cobalt. En 2008, les études préliminaires ont permis de déterminerdes cadences d’exploitation de l’ordre de 1,5 millions de tonnes par an de nodules pendant20-25 ans. Le taux de récupération étant aux alentours de 90%, les réserves ont étéévaluées à 382.000 tonnes de manganèse et de 3.500 tonnes de cobalt par an.La problématique est essentiellement liée aux technologies de ramassage industriel enmilieu sous-marin profond 3 .Ces données géologiques ainsi que l’intervention conjuguée d’acteurs industriels tels queEramet, AREVA et Technip aux côtés de l’IFREMER lors de la campagne d’exploration àWallis et Futuna, au mois de septembre dernier, semble montrer l’imminence d’uneapproche plus concrète que la simple extension de nos connaissances.Une politique de recyclage des métaux stratégiques dont la coordination est confiée àl’ADEMEIl n’est guère surprenant de constater, si l’on considère le contexte politico-sociétal, postGrenelle de l’Environnement, que cette communication portée par le ministère de l’Ecologiesemble consacrer le recyclage comme solution. Depuis quelques années, la question durecyclage apparaît sous un nouvel éclairage. En effet, lorsque l’on évoque la solution aurecyclage, il ne s’agit plus uniquement de répondre à une préoccupationenvironnementaliste, mais bien de prendre en compte une « solution alternative » pouvantnotamment pallier les problèmes d’approvisionnement et l’épuisement de certainesressources. Dans ce cadre, les produits « usés » de diverses natures ne sont plusuniquement perçus comme des déchets mais comme une réserve quasi-inépuisable, carsans cesse renouvelée, de ressources. Ainsi par exemple, selon les estimations duprofesseur Komei Harada de l’Institut de la science des matériaux au Japon, les centres destockage de déchets contiendraient, via notamment les appareils électroniques mis aurebus, près de 16 % de l’ensemble des réserves d’or exploitables dans le monde et 1 700tonnes d’iridium. Par le biais de cette nouvelle vision les centres de collecte et de traitementdes déchets tendraient ainsi de plus en plus à être assimilés à des « mines urbaines », lieude ressources et de devenir…Le recyclage qui se définit comme un procédé de traitement des déchets qui permet deréintroduire, dans le cycle de production, des matériaux qui composaient un produit arrivé enfin de vie, ou des résidus de fabrication, répond en effet à plusieurs préoccupationsenvironnementalistes : réutilisation des biens de consommations en fin de vie, réduction del’impact écologique lié à l’extraction primaire, gains d’énergie lié à la production initial,…Cependant, le « charme » de cette solution et les nombreux avantages de son approchethéorique ne sauraient faire oublier la somme des écueils techniques et économiques qu’elleemporte.D’après les données rendues publiques par le PNUD récemment, seulement 1 % desmétaux rares est recyclé à la fin de vie des produits qui les contiennent. A l'opposé, le tauxde recyclage atteint 25 % à 75 % pour des métaux courants comme l'acier, l'aluminium et lecuivre 4 .Jusqu’à présent le recyclage des métaux stratégiques contenus dans les produits en fin devie se limite essentiellement à ceux ayant une très forte valeur comme les métaux précieux(or, argent, platine, palladium) et le cobalt.3Source : M. Hoffert. (2008) Les nodules polymétalliques dans les grands fonds océaniques. Société géologique de France /Vuibert.4http://www.unep.fr/scp/rpanel/Metals1.htmAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 32CONFIDENTIEL


Mais ce qu’il a été possible de développer comme solutions de traitement pour quelquesmétaux présents en quantité appréciable dans les produits pourra t-il se dupliquer pour destraces parfois infimes de nombreux métaux ?Ainsi, si l’on considère qu’à chaque catégorie de métal correspond un procédé de traitement(identifié et développé, ou non) et que les quantités de métal pouvant être récupéréesdoivent être suffisamment importante pour que la filière de traitement soit rentable et ce dansun délai relativement court pour ne pas risquer que le fabricant passe entre temps à unproduit de substitution ou que le produit devenu « obsolète » soit remplacé, on commence àentrevoir la complexité de cette solution 5 ...De plus, la solution du recyclage dans nos sociétés occidentales se heurte à l’écueil majeur,car culturel, du tri des déchets, dont on imagine sans mal à quel point il pourra être difficile àsurmonter sur le court terme.Si cette solution est largement prônée par le monde universitaire et institutionnel, elle necorrespond pas aujourd’hui à une réalité industrielle suffisante, telle que le démontred’ailleurs les résultats de l’étude réalisée par l’ADEME en juillet 2010 sur le potentiel derecyclage de certains métaux rares 6 .On notera cependant, que cette étude ne mentionne jamais le critère d’usure de ces métauxrecyclés, c’est-à-dire la perte de leur qualité première à l’usage.En théorie, on ne peut donc exclure que le recyclage puisse dans une vision prospective àlong terme, trouver sa place aux côtés d’autres solutions tout aussi ambitieuses (cf. §prospective) mais il apparaît qu’elle ne serait représenter la solution universelle à laproblématique étudiée, ne serait-ce que parce que certains métaux ne pourront jamaisalimenter suffisamment une filière de traitement.La nomination d’un Haut Fonctionnaire pour l’organisation d’un dialogue entre l’Etatet les industriels sur les questions touchant à la sécurité des approvisionnementsLa nomination effective de François Bersani en tant que Haut Fonctionnaire en charge desmétaux stratégiques au mois de juin 2010 et son rattachement au CGIET participe aufaisceau d’indices sur l’effectivité d’une démarche plus solide que ne pouvait le laisserpenser la communication du 27 avril.Il nous semble également utile de mentionner que suite au remaniement ministériel du moisde novembre, Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé utile de préciser dans l’une de sespremières interventions publiques (30 novembre 2010) aux assisses de l’économie de la meret du littoral que le sujet des métaux rares demeurait dans le portefeuille de son ministère.Le plan d’action ainsi dévoilé par Jean-Louis Borloo, au mois d’avril 2010 répond-il à unecommunication politique opportuniste s’inscrivant dans la nécessité de donner unedimension concrète aux accords de Grenelle ou est-il l’un des volets d’une stratégie plusambitieuse de la France pour réduire sa vulnérabilité face à la problématique del’alimentation en métaux rares ?A première vue, si l’on se livre à une comparaison rapide entre les informationscommuniquées par la France sur cette question et celles données par un pays tel que leJapon force est de constater un criant décalage. Tant sur le panel et la complémentarité dessolutions envisagées que, sur l’effectivité des moyens mis en œuvre.5http://www.pro-environnement.com/environnement/environnement-et-technique/recyclage-des-metaux-rares-contexte-etbesoins-c634002018706349751i1568.htm6http://www.plan-deplacements.net/servlet/getDoc?sort=1&cid=96&m=3&id=73279&ref=14227&nocache=yes&p1=111AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 33CONFIDENTIEL


Cependant, au-dede cette communication, pouvant de prime abord paraître peuambitieuse, plusieurs éléments nous permettent aujourd’hui de penser, qu’au-dede ceplan d’actions, inscrit opportunément dans les mesures du Grenelle de l’Environnement, laFrance a initié des mesures opérationnelles plus stratégiques, répondant davantage à lataille de l’enjeu. Parmi ces éléments, nous pouvons d’ailleurs mentionner la réponse de laFEDEM, la fédération représentant le secteur français des minerais, minéraux industriels etmétaux non ferreux (130 entreprises, 25 000 emplois directs et 14 milliards de chiffred’affaires) à la consultation européenne sur les matières premières «Au niveau français, uneréflexion sur les matières premières non énergétiques a été mise en place en 2009 par leMinistère de l’Environnement (MEEDDM), l’objectif étant l’élaboration d’une stratégiematières premières française engagée pour les métaux et minéraux. Les travauxrassemblent pouvoirs publics, représentants d’industries amont et aval, et établissementspublics spécialisés » 7 .De même, le traitement de la problématique dans le projet de loi de Finance 2011 faitallusion à d’autres pistes de réflexions et d’action que celles mentionnées dans lacommunication ministérielle du 27 avril 2010.Le document le plus récent concernant la stratégie du gouvernement vis-à-vis des métauxrares fait l'objet d'un chapitre dans le projet de la loi de finances pour 2011 (no.2824)émanant de la Commission de la Défense Nationale, présidée par M. François Cornut-Gentille.Dans le chapitre 2, visant la dépendance extérieure, on évoque en préliminaire le rapportdes experts de la Commission Européenne du 17 juin 2010 qui ont examiné 41 minéraux eten ont considéré 14 comme critiques (cf. liste).Face à la volonté de la Chine de renforcer sa maîtrise sur l'exploitation des terres rares, lerapport évoque les mesures prises par les Etats-Unis qui ont commandé une étude sur lerecours aux terres rares dans 24 armements et qui préparent, en liaison avec leurDépartement de l'Energie, une stratégie nationale concernant celles-ci. Dans le même ordred'idée, la relance des gisements du Nevada de Moly Corp pour limiter la dépendance estpréconisée.Un autre exemple mis en avant vient de l'Australie, qui a opposé son veto à la Chine qui, parl'intermédiaire de la Société China Nonferrous Metal Mining (Group) (CNMC), voulait prendrele contrôle de la Société Lynas Corp. exploitant des terres rares de Mount Weld fin 2009.Le ministère français de la Défense veille à entretenir la sécurité de nos approvisionnements.La Commission estime que malgré la tension sur les prix (voir supra) aucune menaceprécise n'amène à prendre de mesures particulières, en dehors de la normale diversification.On ne note pas de trace dans le rapport de constitution de stocks.Cependant, le ministère de la Défense accentue sa veille et entretient le dialogue avec lesacteurs institutionnels ou industriels concernés.Il reste aussi attentif aux travaux issus de la commission européenne, suite à son "initiativedu 4 novembre 2008", qui a mis en place dans le domaine des approvisionnementsstratégiques deux groupes d'experts, dont les propositions devraient être soumises aux Etatsmembres avant la fin 2010. Cette stratégie française s'appuie aussi sur le plan prospectif àtrente ans du Ministère de la Défense, DGA, 2009.7 http://ec.europa.eu/enterprise/policies/raw-materials/files/pc-contributions/org-061-fedem_en.pdfAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 34CONFIDENTIEL


Ce plan, après une analyse de la criticité, fait un certain nombre de préconisations :• Traitement de la criticité des composants et matériaux, en disposant d'unecartographie des risques et des dépendances induites ;• Question de la coordination des approches et nécessité de s'inscrire dans un cadreinter-ministériel ;• Question du déphasage de la politique des états et de la mondialisation des marchés• La constitution de stocks stratégiques ou l'entretien d'un savoir-faire national pourtous les constituants critiques n'est pas possible et l'approche nationale ne peut êtreque limitée.La conclusion indique clairement que, "au plan national, le niveau d'autonomie stratégique àatteindre doit être géré "en temps réel" dans des secteurs d'activité très sensibles etimpliquant de grands groupes désormais souvent transnationaux. Une approchemultinationale, par exemple dans un cadre d'interdépendance au niveau européen, serait leplus souvent nécessaire sous forme de club d'acteurs étatiques et industriels partageant aucas par cas les problématiques spécifiques des dépendances stratégiques et de sécurisationdes approvisionnements".In fine, le rapport évoque le recyclage comme réponse à la dépendance sur certains métauxsous réserve d'une crédibilité économique (cas du titane par exemple).Par ailleurs, le projet de loi évoque aussi les possibilités offertes par les zones polaires,sachant que l'espace maritime des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF)représentent plus de 2,5 millions de km², où l'implantation militaire française a été préciséeau J.O. du 3 août 2010.Fort malheureusement, le Livre Blanc sur la Défense ne couvre pas explicitement l'Arctiqueet l'Antarctique alors que, pour l'Antarctique, le moratoire sur l'exploitation minière s'achèveraen 2048.Il est notamment intéressant de noter que ce document confirme que la stratégie françaiserepose sur une action concertée des acteurs industriels ainsi que cela avait été décidé en1996 lors de la liquidation des stocks stratégiques.De même, il y a quelques jours, le sénateur Jacques Blanc (UMP, Lozère) chargé d'établirun rapport sur la sécurité des approvisionnements stratégiques de la France, a présenté à laCommission des affaires étrangères du Sénat un bilan d'étape de ses travaux dans lequel iltraite « des leviers » activés par la France pour faire l'état des lieux de ses ressources et deces besoins. La version définitive de ce rapport devant être présentée à la commission à lafin du mois de février 2011 on peut penser que ce travail parlementaire permettra d’avoir unemeilleure vision de l’ensemble des mesures mises en œuvre 8 .On peut cependant imaginer que le contexte extrêmement concurrentiel dans lequel évolueles industries françaises n’a rien à gagner à révéler une problématique qui aurait pourconséquence d’afficher, et peut être un peu trop, certains points faibles de nos industries.En ce qui concerne la position de la France dans la réflexion menée au niveau européen, lesréponses de la FEDEM à la consultation lancée par la Commission sur le sujet sontinstructives notamment sur le décalage dénoncé par la Fédération entre la liste des métauxidentifiés comme stratégiques par ladite commission et la réalité des besoins industrielsactuels et à venir. La Fédération ayant également contribué à l’étude réalisée par l’ADEME,serait-il est possible de penser que les métaux étudiés (étude applications/ métaux) sont uneindication des métaux véritablement stratégiques pour la France ?8http://www.lepost.fr/article/2010/12/07/2332469_energie-eau-minerais-l-avenir-des-approvisionnements-strategiquesfrancais.htmlAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 35CONFIDENTIEL


AnalyseStratégie / CommunicationEtats-UnisL’approvisionnement en matières premières critiques est, à l’image de la communautéinternationale, une préoccupation stratégique des Etats-Unis. Cependant, la problématiqueaméricaine semble se concentrer davantage sur les terres rares.Point de situationLe Conseil national de recherche utilise la matrice de criticité pour évaluer le risqued'approvisionnement minérale (National Research Council, 2008). Cet outil est comparable àla pondération des indicateurs « importance économique » et « risquesd’approvisionnement » réalisés par l’Union Européenne pour déterminer la criticité des MPC.La matrice criticité est un graphe qui reflète en ordonnée le risque d'approvisionnement et enabscisse l'effet de la restriction de l'offre. Les auteurs de l'étude ont classé divers métauximportés, sur une échelle de 1 à 4 (faible à élevé). Les éléments de terres rares ont étéclassés au niveau 4 (élevé) pour les risques d'approvisionnement et au niveau 3(modérément élevé) pour un effet de restriction de l'offre. 9Figure 15 - Matrice de criticité des métaux importés (National Research Council 2008).9 The Principal Rare Earth Elements Deposits of the United States—A Summary of Domestic Deposits and a GlobalPerspective. By Keith R. Long, Bradley S. Van Gosen, Nora K. Foley, and Daniel CordierAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 36CONFIDENTIEL


À l'heure actuelle, les États-Unis importent les terres rares quasi exclusivement enprovenance de Chine, qui produit plus de 95% des terres rares mondiales alors qu’euxmêmesdisposent de 36% des réserves mondiales identifiées.Pourtant, l’Amérique en était le premier producteur avant les années 90, elle produisait alorsun bon tiers de l'ensemble de l'offre mondiale de terres rares et satisfaisait sa consommationintérieure. On retiendra entre autres que la mine de Moutain Pass, en Californie, a vu saproduction réduite dès 1998 et fut fermée en 2002 en raison de coûts excessifs et deréglementations environnementales. Elle a rouvert en 2007 et a produit des matériauxdepuis des stocks de terres rares. Mountain Pass a des réserves prouvées de plus de30.000.000 de tonnes, soit 13% des réserves en terres rares connues. Néanmoins, aucunnouveau minerai n’a été exploité.A noter, que les Etats-Unis sont dans une situation comparable à la Chine concernant lebéryllium : Une seule mine fournit 86% de la demande mondiale.La position des politiquesLa première partie du mandat d’Obama avec une majorité démocrate dans les deuxchambres est marquée par une volonté du camp républicain de se saisir de la question desMPMC. Toutefois, à ce jour, aucun texte n’a reçu l’assentiment des deux chambres.Trois tentatives illustres ce constat :• Le projet H.R. 4866, introduit par Mike Coffman, membre du parti républicain (R-Colo.) le 17 mars 2010 inclut une clause appelant à la création d’une réserve desécurité nationale des 11 minéraux qualifiés de stratégiques. Néanmoins, elle n’a pupasser la chambre des représentants. Mike Coffman a été réélu.• Kathleen Dahlkemper, républicaine (D-PA), a rédigé un projet de loi afin de rendre lesEtats-Unis autonomes dans les cinq prochaines années : « nous placerions trèscertainement notre pays dans un grand danger, en termes de sécurité nationale et desécurité économique si nous ne faisons rien afin de nous assurer que nousdisposons bien des réserves adéquates». Le projet H.R. 6160 est ainsi passé devantla chambre des représentants le 19 septembre 2010. Le Sénat n’a pas pris le relais,le projet est resté lettre morte jusqu’à présent.• Le Sénateur Lisa Murkowski, républicaine, (R-Alaska), a introduit en juin 2010 leprojet de loi relatif aux terres rares S. 3521 qui a mené à une audition devant le souscomité à l’énergie le 30 septembre dernier. Soutenue par cinq sénateurs républicains,le groupe pourrait mobiliser leurs efforts afin de gagner d’autres appuis au sein de lachambre haute, toujours contrôlée par les Démocrates.Le changement de majorité à la chambre des représentants est susceptible de faire évoluerles législateurs sur la question des matières premières critiques.La stratégie américaineFaciliter sur le territoire national l’extraction, le raffinage, la transformation et la créationd’approvisionnements alternatifs écologiquesEn mars 2010, David Sandalow, Secrétaire-adjoint pour la politique énergétique et lesaffaires internationales, avait annoncé qu’une stratégie fédérale relative aux métaux raresétait en cours d’étude, déclarant qu’« il était grand temps que l’on développe une réellevision stratégique dans ce domaine ». Deux mois plus tard, le Département américain deAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 37CONFIDENTIEL


l’énergie a publié une requête pour information sur la famille de minéraux utilisés dans lessystèmes militaires de haute-technologie. En septembre, Sandalow déclarait : « afin de gérerla chaine de risque, nous avons besoin de multiples ressources de distribution de matériauxd’énergie propre dans les prochaines années. Cela signifie progresser afin de faciliterl’extraction, le raffinage et la transformation ici, aux Etats-Unis. Aussi, nous devonsencourager nos partenaires de faciliter la création d’approvisionnements alternatifsécologiques ». 10Clarification de la politique d’importationLes Etats-Unis ont demandé à la Chine une clarification de sa politique d’exportation. Le 30octobre, Yang Jiechi, Ministre des affaires étrangères chinois, rassurait Hillary Clinton, sonhomologue américain : la Chine resterait « un fournisseur digne de confiance » des métauxrares à l’industrie de pointe et n’utiliserait pas ses exportations comme un outil diplomatique,politique ou économique dans leurs relations avec les pays tiers.Diversification des sources d’approvisionnementLes ressources disponibles chez les partenaires commerciaux traditionnels (comme leCanada et l'Australie) sont d'un grand intérêt pour la diversification des sourcesd'approvisionnement. Ainsi, les Etats-Unis se tournent notamment vers l’Australie et leCanada. D’autre part, cette diversification d’approvisionnement passera par des accordsavec le Japon 11 .Les débats publicsDébats dans les agences gouvernementalesLe débat sur les MPMC a émergé outre-Atlantique : des agences gouvernementalesn’hésitent pas à publier les données sur les stocks, réserves, consommation et productiondes MPMC. Ainsi, la commission des études géologiques établit chaque année un rapport dela production mondiale et nationale des terres rares et de son commerce dans sapublication, l’Annuaire des minéraux et des produits minéraux 12 .L’article 843 de la loi sur la défense nationale de l’année fiscale 2010, droit public 111-84,demande au contrôleur général d’établir un rapport détaillé sur les terres rares dans lachaine d’approvisionnement pour la défense américaine. Le Département de Défenseexamine ainsi l’impact sur la sécurité nationale de la domination chinoise sur l’offre demétaux rares.Le Bureau de la politique industrielle et l’United States Geological Survey (USGS,Commission des études géologiques américaines) ont établi conjointement un rapport,commandité en 2009, sur l’exploitation et l’approvisionnement en terres rares des USA8.Cette étude évalue l’utilisation faite des terres rares par le Ministère de la Défense ainsi quele statut et la sécurité des chaines d’approvisionnement nationale et mondiale. Elle aégalement pour but d’émettre des recommandations afin d’atténuer les risques en cas derupture de la chaine de valeurs.10 Thehill.com : 30 septembre 201011 Le Parisien, 28 octobre 2010 – Washington et Tokyo vont diversifier les sources de terres rares.12 Minerals Yearbook and Mineral Commodity Summaries, United States Geological Survey.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 38CONFIDENTIEL


L’USGS a dressé un bilan sur les réserves américaines en terres rares et sur les ressourcesmondiales existantes. Les possibilités d'utilisation de ces ressources sont abordées 13 .Débats menés par les Think-TanksCertains think-tanks se sont approprié le sujet, avec des analyses et conclusions plus oumoins pragmatiques selon le bord politique. En octobre 2009, l’Américain Molycorp, l’un desderniers producteurs du pays, a créé la Rare Earth Industry and Technology Association,afin de peser sur le débat national et faire prendre conscience aux politiques de l’intérêtstratégique de favoriser la production américaine (site de Mountain Pass en Californie, ferméen 2002), via des aides financières et des dispositions législatives favorables, en termes deniveaux de pollution autorisés 14 .Le débat dans l’opinion publique américaineDepuis un an, les Etats-Unis ont pris conscience de la dimension stratégique des terresrares. De nombreux arguments d’économistes ou de géopolitologues peuvent ainsi êtrerelevés, de manière non-exhaustive, afin de témoigner de l’ampleur qu’a prise la questiondes terres rares dans le débat américain.Par exemple, en septembre 2009, John Lee, chercheur à l’Hudson Institute, avait souligné lamaîtrise chinoise en matière de terres rares et l’impossibilité de considérer la Chine commeun partenaire commercial de confiance 15 . Remarquant que le prix du travail, l’absence deréglementation environnementale et de standards de qualité peu capricieux permettaient à laChine de produire des métaux rares à un prix dérisoire, chassant du marché sescompétiteurs en une quinzaine d’années.Au contraire, Elisabeth C. Economy, analyste du Council au Foreign Relations, tentait derelativiser la menace pour l’Amérique et de ne pas accuser outrancièrement la Chine, quichercherait avant tout à garantir son approvisionnement pour le futur : « Il est estimé ques’ils n’agissent pas, la Chine n’aura plus de ressources en terres rares d’ici vingt ans » 16 .La ChinePoint de situationLa Chine est aujourd’hui le premier producteur de métaux rares. Une part importante de laproduction dans le monde provient de Chine (antimoine, fluorine, gallium, germanium,graphite, indium, magnésium, terres rares, tungstène).Plus particulièrement dans le cas des terres rares, malgré d’importantes réserves dansd’autres pays (Australie, États-Unis, Brésil, Russie, Canada, Inde, Viêtnam, …). Les mineschinoises fournissent 97% de ces 17 minéraux stratégiques, et la Chine contrôleactuellement 95% du commerce mondial de ces métaux, soit une production de 120.000tonnes par an.13 The Principal Rare Earth Elements Deposits of the United States—A Summary of Domestic Deposits and a GlobalPerspective. By Keith R. Long, Bradley S. Van Gosen, Nora K. Foley, and Daniel Cordier14 http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article375015 China’s Ring of Power, John Lee, Sept. 9, 2009, Foreignpolicy.com.16 China and Rare Earths Metals: The good, the bad and the not as ugly as it seems, Elisabeth C. Economy, Oct 23, 2010,cfr.org.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 39CONFIDENTIEL


Figure 16 - Répartition de la production mondiale en terres rares.Les gisements de terres rares sont concentrés dans les provinces de Guangdong et deJiangxi ainsi qu’en Mongolie-Intérieure. La Mongolie intérieure produit 50 000 tonnesmétriques de terres rares, chaque année dont 6 % est exporté.Au cours des quinze dernières années, l’Occident a fermé tous ses sites deraffinement des terres rares. Le marché mondial, estimé à 1,4 milliard de dollars par an,encore très restreint, est cependant en forte croissance et qui devrait peser 3 milliards en2015 a été cédé à la Chine, pour des nombreuses raisons (économiques, salariales,environnementales, etc.).En effet, les besoins liés aux secteurs gourmands en terres rares restent considérables.Pour les voitures hybride et électrique par exemple, Toyota prévoit de doubler sa productionde Prius à 2 millions d'unités par an ; BYD, un concurrent chinois qui produit 800 000 unitéspar an, ambitionne de dépasser le constructeur Japonais d'ici à 2025...Dans les autres secteurs - lampes basse consommation, écrans plats, industries high techdu verre, industrie pétrochimique, énergies solaire et éolienne - la demande décolleégalement.La demande actuelle encourage la Chine à maintenir sa situation de quasi-monopole, maisaussi à commencer à réduire de 5 % à 10 % ses exportations de terres rares dès 2006 afinde garantir à ses industriels un approvisionnement régulier de ces métaux stratégiques.En septembre 2010, un incident diplomatique entre la Chine et le Japon portant surl'arraisonnement d'un bateau de pêche chinois avait rapidement dérapé sur le sujet desterres rares, Tokyo accUSAnt Pékin d'avoir décrété un embargo sur ses exportations deterres rares.Il existe actuellement 73 entreprises d’exploitations minières et le gouvernement souhaiteraitque ce nombre passe à 20. L’objectif est de pouvoir contrôler la production de métaux rareset l’exportation de métaux rares (éviter que des petites entreprises chinoises ne parasitent lapolitique du gouvernement en acceptant d’exporter à bas prix).AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 40CONFIDENTIEL


Stratégie de puissanceCompte tenu de l’appauvrissement de ses réserves de métaux rares, notamment à caused’une demande mondiale toujours croissante (le Japon à lui seul consomme 28 000 tonnesde ses métaux par an), la Chine a décidé de limiter ses exportations de métaux rares enimposant des quotas, de manière à satisfaire, en priorité, sa demande intérieure qui connaîtelle aussi une forte croissance.Pour limiter ses capacités d’exportation et pour décourager la demande extérieure, la Chinea pris les mesures suivantes :123 mines de métaux rares sont aujourd’hui exploitées en Chine et le gouvernementa décidé faire passer ce nombre à 10 mines ;La Chine cherche à se constituer un stock important de métaux rares. BAOTOURARE EARTH, l’une des principales entreprises exploitantes chinoises a ainsi créésix sites stockant de 5 000 à 6 000 tonnes de métaux rares (BAOTOU RARE EARTHproduit 55 000 tonnes annuellement ce qui représente 44% de la productionmondiale).L’objectif affiché par la Chine est de se constituer dans les années qui viennent uneréserve de métaux rares de 300 000 tonnes.Des droits de douanes ont été mis en place pour décourager l’exportation (allantjusqu’à 25%) ;Des quotas ont également été mis en place pour limiter l’exportation (en 2009, laChine n’a exporté que 25% de sa production annuelle, soit 22 500 tonnes). Cesderniers devraient encore se restreindre d’ici 2011.Notons que les deux dernières mesures ne constituent pas une entorse à la réglementationdu commerce internationale édictée par l’OMC (dont la Chine est membre depuis le11/12/2001). Effectivement les barrières non tarifaires et tarifaires, considérées en tempsnormal comme une forme de protectionnisme, sont applicables dans le cas des ressourcesépuisables.La Chine mène également une politique de croissance de ses réserves externes.Effectivement, de plus en plus d’entreprises chinoises tentent de prendre le contrôle degroupes miniers étrangers, notamment d’origine australienne et ont signé des contratsimportants avec la République Démocratique du Congo.Cependant, la politique menée sur les métaux rares risque de limiter l’offre alors queparallèlement, la demande explosera, ce qui se traduira bien évidemment par une envoléeimpressionnante des cours. Cela risque d’être en partie préjudiciable aux Chinois puisqueces derniers fondent leur avantage concurrentiel sur les prix bas.Néanmoins, les politiques menées par la Chine pour limiter ses exportations de métaux raressemblent cacher une autre stratégie :Laisser s’envoler les cours et laisser les autres réserves mondiales s’épuiser puiss’imposer comme le fournisseur numéro un de ces matières premières ce qui luipermettrai de vendre à terme ces dernières à prix d’or.Via la politique de satisfaction en priorité de la demande intérieure, la Chine peutinciter les entreprises étrangères fortes consommatrices de ces métaux rares à venirs’implanter sur son territoire. Rappelons que la majorité des entreprises, dont laproduction dépend des métaux rares, sont majoritairement des entreprisesspécialisées dans les hautes technologies. Cela pourrait donc faciliter et accélérer letransfert de technologies des entreprises étrangères vers les entreprises chinoises.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 41CONFIDENTIEL


Ainsi d’une stratégie de monopole, la Chine souhaite mettre en place à terme une stratégied’étranglement grâce à la présence de ces industries tout au long de la chaine deproduction: de l’extraction à la distribution des technologies, en passant par latransformation et la fabrication.La Chine et les autres acteurs militaires asiatiquesLes métaux rares ont un vaste champ d’application dans le domaine militaire, des réacteursnucléaires, en passant par les alliages résistants aux hautes températures (tuyères, tètes demissiles), ou encore la spectroscopie (appareils de vision nocturnes, furtivité radar) et lesdifférents types de munitions (bombes aux graphites, munitions hautement pénétrantes).La Chine se trouvant actuellement dans une phase de fort développement et demodernisation de son armée, elle a évidemment un besoin grandissant en métaux rares.Ceux-ci se trouvent être à sa disposition puisque les terres rares sont fournies massivementsur le marché mondial par la Chine. Ce besoin interne n’est pas sans provoquer des frictionsdans les complexes militaro-industriels occidentaux qui en ont également besoin.Les industries militaires occidentales étant les principaux fournisseurs de matériel militaire dehaute technologie auprès des armées asiatiques, ces dernières se retrouvent doncdirectement impactées par les restrictions d’exportation de la Chine, malgré la proximitégéographique de celle-ci. La seule exception notable étant le Japon qui détient sa propreindustrie autonome technologiquement mais dépendante en matières premières.JaponPoint de situationDe par la pauvreté de ses sols et sa spécialisation dans l’industrie de haute technologie, leJapon est un pays fortement demandeur de métaux rares. Il consomme avec la Corée 1/5 èmede la production mondiale.Directement touché par les quotas d’exportations chinois, notamment à cause du différenddiplomatique entre les deux pays suite à l’arraisonnement d’un navire de pêche chinois parla marine japonaise début septembre 2010, le Japon cherche aujourd’hui à diversifier sessources d’approvisionnement.Stratégie de puissanceQue ce soit le lithium pour les batteries, le néodyme pour les aimants des éoliennes ouencore l'indium pour les panneaux solaires, l'utilisation des métaux et terres rares se faitgrandissante avec le développement des nouvelles technologies. Même si ces matériauxsont présents sur l'ensemble du globe, leur extraction n'est économiquement viable quedans un nombre limité de pays. La maitrise des filières d'approvisionnement est doncdevenue un enjeu majeur pour les pays développés et en voie de développement.Le Japon a élaboré depuis plusieurs années une stratégie pour sécuriser sonapprovisionnement en matières premières devenues indispensables au développement deson industrie. Elle se décline en quatre axes : la sécurisation de l'importation des ressources,le recyclage, le développement de matériaux de remplacement, et la constitution de réservesstratégiques.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 42CONFIDENTIEL


Le gouvernement japonais cherche avant tout à diversifier ses fournisseurs. Actuellement, laChine, bien qu'elle ne détienne qu'un tiers des ressources mondiales, représente 95% dumarché des terres rares. Cette situation rend les pays importateurs dépendants des capricesde l'empire du milieu qui a décidé récemment de limiter ses exportations, réservant sesressources aux entreprises présentes sur son sol. Le Japon se tourne donc vers d'autrespays, à qui il peut offrir son savoir-faire technologique et écologique pour la constructiond'infrastructures minières. L'archipel a ainsi signé un partenariat avec le Vietnam en 2009.Cependant, même si le Japon pouvait importer l'intégralité des réserves de ce pays, seul lequart de ses besoins seraient satisfaits. Il a donc chargé des organismes tels que laJOGMEC (Japan Oil, Gas and Metals National Corporation) de prospecter de nouvellesvoies d'importation de manière à diversifier l'origine de ses approvisionnements. Il pourraitégalement mettre en valeur ses fonds sous-marins, tels ceux situés dans sa zoneéconomique exclusive en Mer de Chine Orientale et dans l'Océan Pacifique. Cette zone estcependant contestée par ses voisins.Afin de garantir leur bon approvisionnement le Japon prospecte auprès des pays dont lessols sont riches en métaux rares notamment, comme le Viêtnam, l’Inde et égalementl’Indonésie. Ils usent également de moyens diplomatiques importants. Par exemple, lesJaponais ont consenti à apporter leur soutien logistique, technologique et financier pour ledéveloppement du nucléaire civil indien en échange d’un approvisionnement continu enmétaux rares.Mais c'est surtout sur le thème de l'approvisionnement que la diplomatie nippone a porté sesfruits. En effet, le Premier Ministre japonais Kan Naoto a signé un accord avec sonhomologue Nguyen Tan Dung lors de son déplacement fin octobre 2010 au Vietnam.L'accord officialise la collaboration l'extraction de terres rares dans le nord du pays,deuxième fournisseur du Japon (6%) derrière la Chine (93%). Des discussions avec unedélégation vietnamienne sont en cours pour étendre cette collaboration à une mine situéedans le sud. D'autre part, la compagnie japonaise Sojitz a annoncé avoir signé un accordavec la compagnie minière australienne Lynas Corp. concernant la fourniture prioritaire de9.000 tonnes de terres rares par an, dans le cadre du projet de développement du MontWeld, en Australie de l'Ouest. Enfin, le Président mongol Tsakhia Elbegdorj a appelé, lorsd'un forum à Tokyo sur le commerce entre le Japon et la Mongolie, à un renforcement de lacollaboration entre les deux pays. Il a notamment demandé aux compagnies japonaises departiciper à un développement commun de l'extraction des terres rares dans son pays.La Maison de commerce japonais Toyota Tsusho a conclu un accord stratégique avec l'Indepour sécuriser des terres rares, les minéraux essentiels pour les marchandises de hautetechnologie d'ordinateurs aux voitures électriques, dans un mouvement qui aidera à réduiresa dépendance sur la Chine, le principal producteur au monde.Toyota Tsusho, qui appartient en partie par Toyota Motors, a déclaré qu'il avait conclu uneentente de terres rares avec les Indiens, permettant de construire une usine dans l'est del'état d'Orissa qui devrait assurer au Japon environ 3 000 à 4 000 tonnes par an d'ici 2012.En novembre, le plus gros importateur du Japon, de terres rares, Sojitz a initié un groupe«d’alliance stratégique » avec Lynas, une entreprise australienne pour sécuriser les 9 000tonnes de terres rares par an au cours des 10 prochaines années.Colorado Moly Corp. a signé un contrat afin de vendre des terres rares à Mitsubishi Corp., eta été en pourparlers avec Sumitomo Corp., plus gros importateur du Japon, pour investirdans la production aux États-Unis.L'accord fait suite à un précédent accord signé en octobre entre New Delhi et à Tokyo, decollaborer à l'élaboration et à la réutilisation des matériaux rares au sein de l'Inde. LesAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 43CONFIDENTIEL


décideurs à New Delhi croient que l’assombrissement des relations commerciales entre leJapon et la Chine représentent une occasion pour l'Inde, de développer et d'accroître saproduction de terres rares. Le pays, qui produit 2 700 tonnes de terres rares, espère triplersa production d'ici 2012, selon R.N. Patra, Président de l'Indian Terres Rares, une unité de laCentrale Nucléaire de l'Inde Corp. L’usine d'indienne de Toyota Tsusho commencera àconstruire au début de l'année prochaine, extrait les terres rares par le traitement del'uranium et le thorium au long des rives de la côte orientale de l'Inde. Par ailleurs, ToyotaTsusho élabore une mine de terres rares au Vietnam dans une coentreprise avec plus grosimportateur du Japon, Sojitz de minéraux, qui devrait démarrer la production en 2013 etdevrait pour produire des 7 000 tonnes de terres rares par an.En matière de recherche, l'Organisation pour le Développement des Energies Nouvelles etdes Technologies Industrielles (NEDO) a annoncé le 10 novembre que sera porté 12milliards de yens, soit le double du budget révisé de l'année 2010, à la part consacrée à son« projet de développement de matériaux et remplacement des métaux rares »Le blocage par la Chine de ses exportations au Japon de "terres rares", ces matériaux vitauxpour les industries de haute technologie, pousse Tokyo à redoubler d'efforts afin de trouverun moyen de les recycler pour assurer ses ressources.Pour remédier à la situation, Tokyo a fait appel à ses scientifiques et a des chercheurs del'Institut des Sciences Industrielles de l'université de Tokyo qui ont trouvé un procédépermettant de recycler une terre rare dite "néodyme", contenue dans des aimants utilisésdans des moteurs de voitures hybrides et dans des disques durs. Jusqu'à présent, lesaimants étaient jetés une fois que l'appareil n'était plus opérationnel, et le néodyme étaitperdu. Les chercheurs ont trouvé un moyen pour extraire jusqu'à 80% du métal précieux parun procédé utilisant de hautes températures.Toshiba a développé une nouvelle méthode d'extraction de terres et métaux rares à partird'un rejet liquide issu de l'extraction de l'uranium. La compagnie va tester son procédé dansune mine située au Kazakhstan, en partenariat avec la compagnie nationale kazakheKazatomprom et l'Organisation du Pétrole, du Gaz Naturel et des Ressources MinéralesMétalliques.Cette annonce montre la détermination des acteurs japonais de différents secteurs deréduire leur dépendance aux importations de ces précieux métaux. Car même si le 24novembre, la Chine (qui représente 95% de la production mondiale) a de nouveau autoriséleur exportation vers le Japon (elle avait été suspendue en septembre à la suite d'un conflitterritorial autour des îles Senkaku), celui-ci n'est pas à l'abri d'une nouvelle crise quientraverait le développement de son industrie très consommatrice de ces éléments.Mais si le recyclage permet en partie de s'affranchir de la dépendance vis-à-vis des paysexportateurs de métaux et terres rares, développer des solutions techniques alternatives quin'utilisent pas ou peu de ces matériaux est un moyen tout aussi efficace.Corée du SudGénéralitésAu même titre que le Japon, la Corée du Sud, de par sa spécialisation internationale et ledéveloppement de son industrie éolienne, est un gros consommateur de métaux rares.Néanmoins, la Corée du Sud ne possède aucune réserve naturelle de métaux rares sur sonterritoire.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 44CONFIDENTIEL


La Corée Du Sud ne possède aucune entreprise d’extraction de métaux rares. Néanmoins,certaines entreprises coréennes prennent des participations dans des entreprises chinoisesspécialisées dans les métaux rares. C’est le cas de POSCO (entreprise coréennespécialisée dans l’extraction de l’acier) et de KOREA RESSOURCES CORP qui ont pris lecontrôle de YONGXIN RARE METAL CO à hauteur de 60%.Stratégie de puissanceAu travers des fusions-acquisitions d’entreprises chinoises par les entreprises coréennes, laCorée du Sud a trouvé le moyen de contourner les politiques de restriction chinoises.Bien que la seule possession de YONGXIN RARE METAL ne permette pas de satisfaireentièrement sa demande intérieure, cela peut marquer le début d’une stratégie au sujet desmétaux rares menée par la Corée Du Sud.L’autre éventualité souvent évoquée est la constitution de stocks stratégiques de métauxrares afin d’assurer la pérennité d’approvisionnement dans ces ressources. Encore faut-iltrouver les fournisseurs acceptant de constituer ces stocks.Le recyclage est une des voies alternatives pour moins dépendre des approvisionnementschinois.L’industrie de récupération et de recyclage des terres rares n’est pratiquement pas mise enplace mais commence à évoluer.La Corée du Sud suit de près l’exemple japonais à investir massivement dans ledéveloppement de système de recyclage, afin de mettre en place à des moyens desubstitutions et ainsi assurer son auto-approvisionnement.EuropePoint de situationComme nous l’avons vu au premier chapitre, l'Europe est dans une position particulièrementvulnérable :Dépendance très forte de l’Europe : l'Europe est fortement dépendante desimportations pour la majorité des MPMC qui sont de plus en plus touchés par lapression de la demande croissante des économies émergentes et par un nombrecroissant de mesures de politique nationale qui perturbent le fonctionnement normaldes marchés mondiaux ;Concentration géographiques des zones de production : Les MPMC sont concentrésdans un petit nombre de pays, par exemple, plus de 90 % des terres rares etl'antimoine et plus de 75 % de germanium et de tungstène sont produites en Chine,ou 90 % de niobium au Brésil et 77 % du platine en Afrique du Sud ;L’interdépendance des MPMC : les métaux de haute technologie sont souvent lessous-produits de l'extraction et de traitement des principaux métaux industriels, telsque le cuivre, le zinc et d'aluminium, ce qui signifie que leur disponibilité estlargement déterminée par la disponibilité du produit principal ;Difficultés d’exploitation : en raison de sa faible élasticité (p. ex. il faut 9 à 25 ans pourdévelopper un grand projet de cuivre), la production des mines ne peuvent pass'adapter rapidement pour répondre aux changements structurels dans le modèle dela demande.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 45CONFIDENTIEL


Cela accroît le risque de l'occurrence de crises, comme la ruée de tantale en 2000 en raisonde l'essor des téléphones mobiles.Il apparaît aujourd’hui crucial d’élaborer une stratégie commune qui puisse être mise enœuvre de manière ferme dans l’ensemble de l’Union Européenne.L’Europe doit s’attacher à réduire sa dépendance actuelle à l’égard des MPMC grâce audéveloppement de substituts artificiels et à l’accroissement de l’efficacité de l’utilisation desmatières premiers au moyen de l’innovation chimique et technologique.Stratégie et communication européenneFace à l’augmentation permanente de la demande intérieure et mondiale en matière deproduits technologiques et la prise de conscience des risques liés à la dépendance actuellede l’UE aux MPMC, une initiative «Matières Premières » a été initiée en 2008.Dans le cadre de cette initiative plusieurs groupes de travail ont été constitués, dont unecommission ad-hoc chargés de déterminer la liste des 14 MPMC. Dans la conclusion durapport publié en Juin 2010 par cette commission, les guidelines de la future stratégieeuropéenne sont indiquées :Un monitoring précis des données relatives aux MPMC afin de réévaluerrégulièrement leur niveau de criticité ;La mise en place de mesures politiques permettant l’amélioration des accès auxMPMC ;Des recherches technologiques en vue d’accroître l’efficacité de recyclage desMPMC ;Le développement de la Recherche & Développement sur les produits de substitutiondes MPMC ;Le développement des techniques permettant d’accroître l’efficience d’utilisation desMPMC dans leurs diverses applications.AllemagnePoint de situationEn tant que première puissance économique de l'Union européenne et quatrième mondialedepuis 2008 (derrière les États-Unis, le Japon, et la Chine), de très nombreux secteurs del’économie allemande sont concernés par les matières premières critiques. La constructionautomobile, les télécommunications (produits de NTIC), la sidérurgie, l’industriepharmaceutique, etc., l’Allemagne a énormément basé son industrie sur des produitsrequérant l’utilisation de matières premières minérales critiques. Elle est donc complètementdépendante de ces matières premières.Les matières premières critiques sont présents dans tous les secteurs de l’économieallemande, que ce soit en terme de matériaux de construction (Bauer, Bilfinger Berger,Hochtief, etc.), de la construction mécanique (GEA Group), automobile (Audi, BMW,Mercedes-Benz, Opel, Porsche, Volkswagen pour ne citer que les plus gros), électronique(Bosch, Loewe, Miele, Sennheiser, Siemens, etc.), aéronautique (Dornier Flugzeugwerke,EADS, etc.), ou chimique/pharmaceutique (B. Braun, BASF, Bayer, Boehringer-Ingelheim,Henkel, UHU, etc.).Il faut compter en plus de ces grandes entreprises allemandes l’ensemble des PME, quiconstituent la vraie force de l’économie allemande.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 46CONFIDENTIEL


Comme une bonne représentation du tissu économique allemand, les sociétés minières dematières premières critiques en Allemagne sont à l’échelle des ressources nationales :petites.• Aura Metallurgie GmbH• Gesellschaft für Elektometallurgie mbH• Nickelhütte Aue GmbHL’Allemagne est un pays riche en matériaux de construction, en minéraux industriels, en selsminéraux, en sel de potassium et en lignite. Cependant, l’Allemagne dépend, desimportations à un très haut degré pour son énergie et même à 100% pour les matièrespremières métalliques. L’approvisionnement en matières premières est le talon d’Achille deson économie, notamment à l’égard des technologies clés et de pointe. Avec le progrès –surtout dans les domaines des énergies renouvelables et de l’électromobilité – il fauts’attendre dans les années à venir à une constante augmentation des besoins en matièrespremières métalliques et, plus particulièrement, dans celles qui sont indispensables auxapplications de pointe, telles que terres rares, lithium, tantale, indium, germanium, etc.Cette situation peut perturber, à moyen terme, l’accès aux matières premières desentreprises allemandes comme de celles du reste de l’Europe. La grande majorité desexperts estime qu’il ne sera pas possible de couvrir dans un avenir prévisible l’ensemble dela demande avec des matériaux de recyclage. Dans l’industrie de transformation desmatières premières, l’idée que des marchés frappés de pénurie peuvent contrarier laproduction et faire obstacle à l’innovation est de plus en plus répandue. La hausse des prixdes matières premières et les problèmes que pose leur accessibilité exigent donc une actionpolitique concrète.Actuellement, la consommation de matières premières primaires en Allemagne recule d’unepart grâce au recyclage et aux efforts de la R&D pour mettre au point des méthodes desubstitution et d’amélioration de l’efficience des matériaux.StratégieUne stratégie sur les matières premières, a été élaborée en 2007, par le gouvernementallemand, sous la responsabilité du ministère fédéral de l’économie, et après un intensedialogue entre le monde économique et politique. Cette stratégie s’accorde sur la stratégiede l’Union Européenne.Ainsi, la première réponse de cette stratégie est la formation d’un comité interministériel«Matières Premières». En parallèle, l’UE devrait présenter, avant la fin de 2010, sesconclusions et recommandations dans une nouvelle communication. C’est dans ce cadreque le ministre de l’Economie, Rainer Brüderle, a inauguré le 4 octobre 2010 l’Agenceallemande des matières premières, rattachée à l’Office fédéral des géosciences et desressources naturelles (BGR : Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe). Cetteagence sert d’interface ainsi que de centre d’information et de conseil pour le mondeéconomique et politique.Le but du comité interministériel est d’assurer l’accès aux matières premières sansdiscrimination sur le marché mondial – en faisant surtout appel à des mesures ressortant dela politique commerciale et de celle de la concurrence – et d’accroitre ainsi la part desfournisseurs européens, en effet, en Allemagne, il est conforme aux principes fondamentauxque l’économie assure elle-même son approvisionnement en matières premières. ; l’Etatallemand, en principe, se limite à définir les cadres politique, juridique et institutionnel quipermettent que cela se fasse dans des conditions internationalement compétitives.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 47CONFIDENTIEL


Le principe de cette stratégie est également de coopérer avec des pays tiers riches enmatières premières – essentiellement des pays en développement – afin de les aider àexploiter durablement leur potentiel et à s’intégrer aux marchés internationaux des matièrespremières.En plus, l’Agence servira de conseil économique des secteurs public comme privéconcernant toutes les questions techniques sur les métaux, les minéraux industriels, lesroches et la terre ainsi que les agents énergétiques primaires.Sur le fond, l’agence consacre l’essentiel de ses efforts à l’évaluation des ressourcesmondiales de matières premières et à la sécurité des approvisionnements allemands. Sesautres sujets d’intérêt sont les nouveaux potentiels des matières premières ainsi que leurexploitation efficace et durable.L’agence pose sa stratégie sur une organisation à cinq modules :• Un système d’information sur les matières premières : dans la compétitioninternationale qui fait rage sur ces marchés, l’information est un bien précieux quiaméliore leur transparence et permet de prendre des décisions matériellementfondées en faveur de la sécurité des approvisionnements.• L’agence est exclusivement au service de l’économie allemande : L’agence allemandeest en situation favorable, puisqu’elle peut utiliser tout à la fois le savoir-faire du BGRet son expérience des pays en matière de conseil direct aux entreprises. Lesévaluations personnalisées de la situation du marché des matières premières,l’analyse des risques d’acquisition en fonction des produits et l’accompagnement desmesures visant la sécurité et la diversification des matières premières offrent auxentreprises «clientes» la chance de se positionner individuellement face au marché etde s’engager de façon ciblée dans des projets liés aux matières premières. L’agencea particulièrement pour ambition d’aider les petites et moyennes entreprises (PME).• Un appui technique aux programmes du gouvernement : L’agence veut offrir unaccompagnement d’expertise aux instruments de promotion actuels et futurs dugouvernement visant la prospection et l’extraction, l’utilisation rationnelle desmatières premières et du matériel, etc. Le gouvernement fédéral soutient à l’étrangercertains projets concernant les matières premières à l’aide de garantiesd’investissement, destinées en particulier à des crédits non affectés.• Des travaux exploratoires et des projets impliquant l’industrie : Les travaux derecherche et de développement (R&D) portant sur la prospection de gisements,l’exploration marine et l’industrie minière et des matières premières sont une longuetradition au BGR. On compte leur consacrer davantage d’efforts que par le passédans le cadre de l’Agence des matières premières, avec comme sujets d’intérêtprioritaires :ooles ressources océaniques en matières premièresles concepts innovants portant sur l’exploitation de gisements et les sourcesd’énergie non conventionnelles Une coopération avec les pays producteurs : il s’agit principalement de créer despartenariats en matières premières avec un certain nombre de pays – principalementles pays en développement et les pays émergents –. L’organisation commune deprojets phares en lien étroit avec la coopération au développement ouvrira desperspectives intéressantes à la fois pour l’intégration des pays concernés auxmarchés internationaux des matières premières et pour la durabilité des activitésminières. Le but est d’assurer une situation où tout le monde est gagnant. Le fil rougedes projets communs, auxquels il convient aussi d’associer l’économie, est ledéveloppement durable.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 48CONFIDENTIEL


ProspectiveNouvelles technologies demandant nouvelles MPMCLes états, les industriels et les constructeurs cherchent des solutions.Pour exemple, les besoins en Lithium ou Nickel des véhicules hybrides et électriques sontcapitaux et indispensables pour leur développement.Les métaux rares sont stratégiques à la conception et à la fabrication des batteries nouvellesgénérations tant ventées par les constructeurs. C’est d’ailleurs le point faible dont la R&Ddevra être convaincante pour « booster » l’autonomie des voitures électrique. D’après lecentre de recherche de SAFT–ABB (GV commune en R&D) ces terres rares viendront àmanquer d’ici 2013 sans intervention française ou européen. BASF et Sion Powers’associent pour développer des batteries lithium-soufre pour des voitures hybrides etélectriques. Le principal avantage de cette technologie provient de sa capacité à augmenterl'autonomie des véhicules concernés.Ce sont des ressources naturelles rares et localisées dans certaines régions très éloignéesdu monde. Nous nous interrogeons donc souvent sur la pérennité de ces technologies. Maison oublie en revanche d’autres métaux, tout aussi essentiels pour ces véhicules truffés detechnologies et tout aussi rares.Et en plus d’être rares, ces éléments sont principalement localisés en Chine. On estime que le paysregroupe plus de 95% des ressources mondiales. Récemment, le gouvernement chinois a interditl’exportation de certains « terres rares » et a restreint le volume annuel exporté.Selon certaines sources concordantes, les constructeurs Japonais auraient alors intensifié leursdémarches auprès d’autres fournisseurs secondaires, canadiens et vietnamiens. Mais de touteévidence un problème d’approvisionnement teinté de démêlés géopolitiques se profile, avec uneéchéance bien plus proche que celle de la pénurie de Lithium tant annoncée. 17Figure 17 - Ruée vers les terres rares 1817Source : Article de Benoît Solivellas du 01/09/2009 (http://www.cartech.fr/news/penurie-terre-rare-automobile-hybride-39705564.htm)18Source : Article de Jérémie Marais du 18/11/2010 (http://www.agefi.fr/articles/Ruee-terres-rares-1157919.html)AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 49CONFIDENTIEL


Ces « terres rares » ne sont pas utilisés quedans l’automobile, on les retrouve dans denombreuses autres applications : ampoulesbasse consommation ou turbine électrique parexemple. Mais la concentration de ces métauxdans une voiture hybride comme la ToyotaPrius en fait, selon Jack Liftons, consultant enmétaux rares, le produit de consommationcourante qui en utilise le plus.“La Chine comprend 95 % de la production globale et environ 60 % de la consommation des terresrares, qui inclut de tels minerais, comme le dysprosium, terbium, thulium, lutécium et yttrium, selonl'enquête géologique de l’USGS. La Chine fournit plus de 90 % des matières employées par industriedes USA » ont indiqué Wang Caifeng à la conférence 2009 des mentaux rares et de terres rares,Pékin, Chine, 23 septembre 2009.Technologies issues de l’industrie spatiale vieillissanteVéritable élément de progrès de diffusion technologique les MPMC sont intégrés dans lesbesoins de l’industrie et des Etats consommateurs. Ainsi les technologies issues del’aéronautique des années 1960 sont transférées vers des applications de bien être ou desproblématiques mondiales (gaz a effets de serre, réduction massique des véhicules, etc…).Figure 18 - Technologies vieillissantes des MPMC.Cependant, leurs crises répétées des MPMC révéleront qu’elles s’intègrent dans denouveaux défis technologique pouvant déboucher sur de la dématérialisation des matières(exemple tubes nano-carbone).AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 50CONFIDENTIEL


Technologies innovantesLe développement technologique mondial s’est construit de tout temps avec l’émergence denouvelle technologie associée à des transferts plus ou moins diffus, dans le domaine ducharbon, de l’acier, de la vapeur, de l’électricité et du nucléaire.Figure 19 – Exemples de biens de grande consommation utilisant des MPMC.Il s’en crée chaque jour et aujourd’hui plus de 18.000 désignations sont connues et brevetésau niveau de l’Europe 19 . Issu de produits historiques (le fer, l’aluminium, le manganèse, lezinc) à base d’acier ils subissent sous l’effet de la « Coopetition » de nombreusesinnovations.Au XX° siècle et en ce début de XXI° siècle, les recherches et les innovations donnent desavantages concurrentiels certains aux acteurs qui les maitrisent.Issue de l’industrie Aéronautique/Spatiale puis décliné au secteur de l’Automobile/ Transportpour ensuite s’étendre en masse au secteur de bien de grande consommation (NTIC,Produit Brun, domotique, etc..) les matériaux « métalliques » sont en phase de bouleverserle quotidien des pays les plus riches.Figure 20 - Transfert technologique et innovation.Produit géologique issus de la terre par extraction, les matériaux sont combinés pour donnerdes caractéristiques (Physique, chimique, mécanique, sensoriel, etc…) recherchées pourdes technologies High-tech (Innovantes, composite et hybride) répondant a des besoins del’industrie.19http://www.europa.euAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 51CONFIDENTIEL


Figure 21 - Evolution de la demande suivant le PNB. 20D’abord utilisés en aéronautique pour quelques Happy-few, ils passent directement dansl’automobile puis dans les biens de consommation de la vie courante avec une baisse desprix a chaque stade sous l’effet de la « masse-consommation ».Figure 22 - Prospective de crises potentielles a court, moyen et long termes. 21Employés pour des pièces simples dans le blindage des aciers ou les combustible, ilsdeviennent par assemblage physique ou mécanique des matériaux intelligent et innovantsaussi bien que dans la conception les écrans plats, des téléphones portables ou par exempledes ampoules LED. Les sociologues les nomment par ailleurs les « friendly products » carjouant un rôle dans la maitrise des enjeux mondiaux (réchauffement climatiques, etc..).20Source : BRGM21BRGM – C. Hocquard 2004AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 52CONFIDENTIEL


Figure 23 - Pièces basiques / Produits intelligents et « cooresponsables ».Les nouveaux matériaux combineront légèreté et solidité comme lescomposite MMC (Métaux à Matrice Composite) utilisés dans laconception de l’Airbus A380 ou le futur Boeing Dreamliner contenantplus de 80 % de MMC au détriment de l’Aluminium et les compositesclassiques.Les céramiques, aussi combinées à des métaux rares, excellent dansles nouveaux matériaux nommés les Céramiques à CompositeMétallique (CMC – Composite Metallic Ceramics) pour des enginsspatiaux (résistance thermique élevée pour les rentréesatmosphériques).De nouvelles utilisations sont nées des laboratoires comme lesnanotechnologies hybrides utilisant les métaux rares ou les métauxsensoriels faisant appel au toucher, à l’aspect de surface, latransparence ou même d’effacement de matière.Figure 24 - ONERA:Feuille transparentecomposée de nanotubesde carbone.Ainsi les nanotubes de carbone hybrides (Carbone , Rhénium Tellures) sont incorporés et le serontde plus en plus aux alliages métallique pour donner naissance a des revêtement carbonetransparent, ultra léger ,1000 fois plus résistant a l’acier mais surtout malléable a toute sorte deforme et moule pouvant par exemple servir de combinaison blindée transparente.Historiquement, produit peu élaboré à base d’acier (fer + carbone) les avancéestechnologiques sont associées au transport (automobile, train, aviation) et au bien être desconsommateurs américains, Japonais et européens.Ainsi de la R&D, sont issues les processus d’industrialisation et la consommation jusqu'àl’hyperconsommation des produits issues de cette phase. Mais ils dépendent aussi de l’étatde l’art (sécurité, coûts, gestion environnementale) en matière d’extraction géologique etminière.En effet, les crises passées et les mannes financière dérivées de la flambés des prix(retombées directes des investissements) orientent les acteurs de l’extraction et de laproduction.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 53CONFIDENTIEL


A ce titre Plusieurs « ancienne mines » redémarrent dans le monde du fait de la crise dejuillet 2010.A ce titre, l’exemple des Terres Rares est éloquent :Figure 25 - Processus de production des Terres RaresAnalyse PESTE des technologies-produit famillesPolitique :Les conséquences politiques de l’offre et de la demande des chinois (globalement les« BRIC »), des pays de l’ASEAN constituent une donnée majeure de la politique desgouvernements. Le rôle essentiel des métaux rares dans le développement mondiale estune donnée clé pour la domination technologie et financière du XXI° siècle de certains étatscomme la Chine ou la Corée du sud. La production et le circuit de distribution montrentplusieurs menaces et surtout un déséquilibre pour l’indépendance pour l’Union Européenne,le Japon, les USA et le Brésil.Dans cette guerre « asymétrique » des matières premières minérales, les déséquilibresentre l’offre et la demande et les contraintes environnementales pèsent sur les dirigeantsmondiaux.De ce fait, les métaux high-tech deviennent de plus en plus stratégiques pour les paysdéveloppés. C’est la raison pour laquelle une instance mondiale de gestion de ressourcesrares est fortement soutenue par les diplomaties occidentales et Japonaises.Les crises de l’été 2010 entre le Japon et la Chine ou entre la Russie et le Danemark enArctique révèlent qu’une infime partie de l’iceberg. Ils soulèvent des problèmes quis’intensifieront dans les dix prochaines années. La présidence par la France du G20, sera d’« impacte moindre sur le déséquilibre entre l’hyper puissance chinoise et les pays « useend » ».AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 54CONFIDENTIEL


De fait, les contraintes environnementales impliqueront des politiques drastiques deréductions des addictions énergivores des pays développés. Les consommations d’hier etd’aujourd’hui en matériaux métalliques ne suffiront pas pour les besoins de demain. C’estpourquoi les politiques devront orienter leurs produits « vache à lait » vers non seulementune substitualitée des minéraux primaires tel que l’aluminium, le magnésium, et le Carbonneet les métaux rares en composites ou en alliages. Ils devront aussi mettre en place desrègles pour chaque filière. Ainsi par exemple les alliages MPMC seront privilégiés plutôtpour des éléments d’hélicoptères que des écrans téléviseurs.La miniaturisation des composants électronique et des composites hybrides devraients’appuyer sur des politiques drastiques de recyclages à long terme ceci est d’autant plus vraique l’avènement des nanotechnologies et des alliages risque de se disperser dans la nature.Economique : De l’offre et de la demande des marches mondiauxLa mise en place de fonds mondiaux (ETF/ETC, LFE life stock exchange, outils de tradingde certificats gage sur du métal) résume à elle seul l’aspect spéculatif et opportuniste desmarchés sur cette ressource mondiale.Ainsi, en quatre ans, les prix ont souvent été multiplié par 50 voir 60. Ce facteur spéculatifn’est pas anodin et le sera encore plus sur la détermination des prix sur ces marchés. Ainsile platine et le palladium réunis ont une inflation de 90% sur 2 ans.Ces métaux rares ou critiques sont au centre de spéculation physique (fermeture desexportations chinoise devenant nul pour 2013) mais aussi de spéculations financières (fondsspéculatifs). De plus, le mimétisme des acteurs du marché n’est pas sans conséquence del’inflation économique, politique et technologique pour ces années futures.Habitué à des crises récurrentes depuis plus de trente ans (crise du tantale en 2002) lesnouveaux matériaux devront non seulement se concurrencer entre eux (titane et platine)mais aussi livrer une concurrence féroce avec les matériaux traditionnels commel’aluminium, l’acier, le titane et le magnésium.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 55CONFIDENTIEL


Figure 26 - Tableau produits principaux et produits rares. 22L’aluminium comme l’acier et le magnésium ont vu leur prix baisser au cours des trentedernière années de croissance économique. Ils subissent de plein fouet la concurrence desmétaux rares alliés à l’acier ou à l’aluminium.Certains fournisseurs (aciéristes, fabricants ou producteurs d’aluminium) sont contraints àmettre au point des aciers spécifiques à chaque utilisation (l’automobile ou l’aéronautique).Pour exemple, le titane devrait se développer beaucoup plus qu’aujourd’hui du fait desnouveaux procédés d’extraction.L’automobile mais surtout l’aéronautique devra trouver de nouveaux substitues aux métauxrares utilisés (cobalt, nikel, tantale, niobium, etc…) mais aussi les biens de grandesconsommations tel que les écrans plats utilisant l’indium ou le germanium et galium.De fait, les prix des métaux rares ne tiendront guère longtemps à « l’hyper compétition »actuelle sans l’ingéniosité des chercheurs des laboratoires qui combineront des« coopétitions » et des substitutions entre matériaux.En conclusion, les métaux rares subissent et subiront des crises provoquées (par exemplepar la Chine), structurelles (conso « masse » tion) et conjoncturelles (catastrophe naturelle).Nous devons nous y contraindre et nous y adapter.Les industriels ou les états devront mettre en place des indicateurs avancés de crisespotentiels (tableaux de bords interministériels, indicateurs avancés de la consommation desconcurrents ou firmes, et surveillances drastique des stocks des intermédiaires).La veille économique jouera un rôle important dans ce secteur afin de déterminer les signauxfaibles des crises à venir. Plusieurs acteurs y travaillent comme l’USGS (aux USA) et leBRGM, très précurseur en France.22Source : C. Hocquart, BRGMAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 56CONFIDENTIEL


Figure 27 - Modele de "Early Warning System" proposé par le BRGM."Assiste-t-on à la constitution d’une bulle" ?Jack Lifton 23 : Oui. Les fondamentaux du marché ne justifient pas les niveaux actuels des prix.L’offre et la demande sont faussées par des actions politiques. Les investisseurs, y compris desinstitutionnels, achètent des histoires. Il y a eu plus de 100 introductions en Bourse ces troisdernières années. Molycorp a une capitalisation de 3 milliards de dollars, ce niveau n’est passoutenable. Le jour où Lynas commencera à produire, la bulle éclatera (cette entreprise australienneprévoit de le faire au troisième trimestre 2011, NDLR). Les prix des terres rares s’effondreront ettoutes ces entreprises minières qui arrivent en ce moment sur le marché se rachèteront les unes lesautres ou seront rachetées par des fabricants comme Hitachi ou General Electric, qui voudrontsécuriser leur approvisionnement. Ces entreprises minières ne peuvent pas rester rentables, saufdans les deux prochaines années. D’autant qu’elles produiront des terres rares légères, qui ont moinsde valeur. 24SociétaleLes contraintes de développement économique (300 millions de pauvres en Chine ou enInde), environnementales impliqueront de fait les états sous la double contrainte éthique ettechnologique. Non seulement ils devront les prendre en considération massivement tousministères confondus mais orienteront leur politique territoriale future (investissement,urbanisme, transport et éducation).Ainsi la réduction des GES (gaz à effet de serre) implique l’utilisation massive d’énergiealternative telle que l’énergie solaire photovoltaïque. Cette technologie verte est à base desilicium et de métaux rares (cadmium et de telmium) associé à l’aluminium, indium, celenium23Jack Lifton : Directeur de Technology Metals Research, société de conseil24Extrait interview par Jérémie Marais de Jack Lifton du 18/11/2010 (http://www.agefi.fr/articles/-Le-jour-Lynas-commenceraproduire-bulle-eclatera-1157924.html)AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 57CONFIDENTIEL


et galium) difficilement stockable en très grande quantité dû à la volatilité de leur prix et de lagéolocalisation de production.« Le coût globale en vaut-il la chandelle ? » proclame des ONG telles que T&E(Technology & Environnent).La crise mondiale actuelle en Europe et aux USA sera déterminante pour toute unepopulation qui est et sera obligatoirement hors circuit du marketing des grandes marques.Comment, en période de pénurie énergétique électrique, certains media et l’ensemble desjournalistes ne dénoncent pas cette illusion de voitures électriques ou d’énergiesphotovoltaïque dont l’emprunt carbone est bien supérieure à celles des services et produitstraditionnels (énergie nucléaire et transports).A l’avenir, certains faux pas des « Market Maker » (media, lobbying, agence de pub) sepayeront au prix fort par les générations futures.Technologique & EnvironnementaleLe « time to market » et la pénétration des produits dans les pays développés sont deplus en plus accélérer. Jamais autant de laboratoire (R&D et R&T) n’ont foisonne d’idéepour gagner cette course a l’hyper consommation. Serait-ce cette indépendance(scientifique, technologique) tant mise en œuvre par Charles de Gaulle dans les années1950, ou une volonté addictive aux profits sous couvert d’innovations technologiques.Le Japon s’est engagé dans cette voie des sa défaite contre les alliés mais n’a pastotalement réussi malgré son identité nationaliste exacerbe dans tous les domainestechnologiques (Industrie financière, automobile, nucléaire, médicale, éducation).L’étude de la volonté et des ressorts nationaux nippons montre bien cette dualitédépassée aujourd’hui par des nouveaux entrants et le contexte international.L’innovation engendre une génération de sacrifices (investissement étatique et privé,politique de natalité, emprunts d’état, etc..) avec l’incertitude de bénéficier desretombés. C’est ainsi que les retraites américains ayant investit leur retraite dans lesfonds tel que TCL ou Enron l’ont appris a leur dépend. Ce sont aussi les fonds depensions dans le cadre d’une rentabilité financière extrême de court terme demandantaux entreprises de rationaliser au maximum leurs processus de production par desplans sociaux multiples.Une organisation « para-européen » ou « paraétatique » serait une réponse à lasuprématie de certains laboratoires financer par des fonds belliqueux, ou appartenant àdes agences para-étatiques ou à des actionnaires proche des gouvernants.Du point de vue environnemental, les éléments ou les métaux rares seront décisifs auxinnovations technologiques. Ainsi conformément au tableau ci-joint, les développementstechnologiques participent à tous les stades de l’éco-industrie. Ainsi l’utilisation desmétaux rares combinés aux aciers traditionnels est une réponse concrète aux défis duréchauffement climatique (automobile, énergie solaire et éoliens, batterie, énergiefossile).AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 58CONFIDENTIEL


Figure 28 - Migration technologie vieillisante vers technologie innovante.Industries de niche et matériaux intelligents (smarts-materials) impliqueront uneaccélération des délocalisations des zones traditionnelles de « masse »productions(Europe, USA) vers les zones a faibles coût salariaux ; d’ou une désindustrialisationcontinue depuis 25 ans des pays développés. Véritable paradoxe cettedésindustrialisation est bénéfique pour les laboratoires qui « regorgent » d’idées pourdonner de la valeur ajouté à l’industrie « non- migratrice ».L’autre bénéfice est la mise au point de certains centres de recherches de produitstraditionnels mais devenu très élaborés (les composites a base de céramique CMC et deTerres Rares).Quoi qu’il en soit, l’humanité devra composer avec la stratégie du couple G2 (Chine-USA) pour équilibrer son équation avec la raréfaction des ressources, des besoinsexpansionnistes du marketing et avec le recyclage des matériaux.Cela est et devrait être la préoccupation majeure de tout responsable ou gouvernantsoucieux de l’avenir de millions voir de milliards de personnes.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 59CONFIDENTIEL


ConclusionEn réduisant ses exportations, la Chine exhortes les pays développés a des alternativesporteuses d’espoir pour les nations « used end ». Elle développe aussi les tensionsintra et extra concurrence (au sens de la dynamique Porter) et alimente une bullespéculative sur les marchées actions et obligataire.元 CN.YCriseCriseRPCRUSSIE USA INDE1 yuan =0.150254U.S. dollarsNormes, lois,OMC, WEF,G20; TT,ONG?« UsedEnd »MarketMakerNANO TechInteligent Products,COMPOSITEALLIAGE, Dématérialisation.ACCELATION DE L’INNOVATION & SUBSTITION TECHNOLOGIQUES50 ans 30 ans 10 ansUSAJaponEUPIBFigure 29 - Investissements et innovations mondiaux dictés par la Chine.Protectionnisme, vu du coté des importateurs et simples réajustements des quotas parles autorités chinoises, cette « real » diplomatie alimente les dépêches des agences depresse provoquant la hausse vertigineuse des cours.« Les fondamentaux ne justifient en rien les cours sur les marches ainsi… » il estlégitime de se poser cette question comme Jack Lifton, Directeur Metals Research, USAsociété de conseils.Diversification et sécurité des approvisionnements (production et stockage), achats decouverture de risque, pilotage des déchets, substitutions sont ban des futuresnégociations mondiales et multilatérales.Entendant les mesures européennes de la zone euro en décembre 2010, lesspéculations vont encore alimenter cette bulle menaçant les pays développés.Exploration (cas particuliers)LuneNous assistons depuis quelques années à des déclarations de différentes nations sur lavolonté de retourner sur la Lune. Ainsi les USA, la Chine, l'agence intergouvernementaleESA, le Japon et l'Inde ont depuis 2004 émis à plusieurs reprises l'idée de lancer ou relancerun programme de vols habités vers la Lune pour aboutir à une colonisation à plus longterme. Entre temps, des programmes de dépose de Rover et de rapatriement d'échantillonssont prévu.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 60CONFIDENTIEL


En 2007, la Chine découvre un gaz rare l'hélium-3 qui est vu comme un élément majeur pourla solution de gaz à effets de serre en tant que combustible pour la fusion nucléaire dans descentrales de production d’énergie du type ITER. Nous voyons donc que la Lune commence àavoir un attrait commercial mais est-ce pour autant le début d’une course ?Bien que dans le principe, une exploitation du sol lunaire pourrait justifier un retour surinvestissement, il y a cependant d'énormes défis à relever tels que la colonisation (semipermanenteou permanente), la détection, l'extraction et éventuellement la transformationet/ou le traitement sur place, et enfin le rapatriement des métaux rares intéressants.D’après Carle Pieters, une scientifique au Department of Geological Sciences de la BrownUniversity, et investigateur principal pour le projet Moon Mineralogy Mapper de la NASA, ilest concevable qu’une exploitation minière sur la Lune soit possible des l’horizon 2030-2060.Et toujours selon elle, dans une interview donnée à space.com « Nous savons [d’après deséchantillons lunaire] qu’il y a des concentrations locales de terres-rares sur la Lune » bienqu’il ne soit pas possible actuellement de le mesurer à distance. Reste à savoir en quellequantité et si les concentrations sont supérieures à celle trouvées sur Terre. Donc même sien théorie la perspective d'extraction de métaux rares sur la Lune semble alléchante et estune alternative possible à l'épuisement des ressources sur Terre, il n’en demeure pas moinsque ce sera très difficile à réaliser et que cette stratégie ne peut s'inscrire que dans un futurlointain et en dernier recours. Ce dernier recours crucial arrivera lorsqu’une combinaison desfacteurs seront réunis tel que : l’extinction du métal rare en question, non-existence à courtterme de matériaux de remplacement ou de substitution et que sa présence soit avérée enquantité suffisante sur la Lune pour que ce soit économiquement rentable.Avec une estimation de la NASA de 60 voyages sur la Lune pour l'installation d'une base, lecoût parait donc aujourd'hui exorbitant pour envisager une exploitation.Cependant, pour un Etat, la réflexion et la préparation d'une stratégie à long terme parait êtreun bon raisonnement. Surtout que les coûts du spatial en général devraient baisser de façonsignificatives grâce notamment à des projets privés qui commencent à sortir comme lesvoyages privés en orbite terrestre basse offert par VirginGalatic ou encore le Google Lunar XPrize qui consiste à développer des méthodes économiques d'exploration spatiale robotiséeet a plus long terme de « ramener l'homme à la surface de la Lune et d'explorer cetenvironnement » suivant Peter H. Diamandis, PDG de la Fondation X Prize.La convergence réduction des coûts du spatial et augmentation des courts des MPMC serale point clé du démarrage de l’exploitation lunaire et donc seul les états déjà préparés avecune stratégie définie auront une avance primordiale.Groenland / Océan ArctiqueQuelques éléments historiquesVéritable mer « méditerranée » du Nord (pays riverains : le Canada, le Danemark, laNorvège, la Russie et les États-Unis) et bien que proche de l'Amérique du Nord, leGroenland est rattaché à l'Union européenne (UE) en tant que territoire autonome duDanemark auquel le statut d'autonomie interne de 1979 accordait la gouvernance locale.En 1982, les Groenlandais avaient choisi par référendum de ne plus faire partie de laCommunauté européenne à partir de 1985. Dès 1984, une commission Groenland-danoise aeu pour objectif d’élaborer une proposition de loi sur l’autonomie renforcée débouchant sur leréférendum du 25 novembre 2008 qui a vu la victoire du "Oui" à l'autonomie avec plus de75% des votants.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 61CONFIDENTIEL


Cette autonomie renforcée, effective depuis le 21 juin 2009, peut ouvrir la voie à uneindépendance totale car elle reconnaît au peuple groenlandais le droit à l’autodétermination,conformément au droit international. D'ores et déjà, elle accorde au territoire une trentaine dedomaines de compétences dont la police, la justice, le droit de la famille, et aussi la gestionde ses matières premières et de ses ressources. De plus, l'inuit kalaallisut est devenu lalangue officielle du Groenland.En attendant, le Danemark continue de diriger la politique étrangère du Groenland malgréles revendications des nationalistes. En 2009, Il a verse une subvention annuelle de 457millions d’euros représentant les 2/3 du budget groenlandais. En vertu de l’accord departenariat 2007-2013 avec l’UE, le territoire bénéficie aujourd’hui du statut de "pays etterritoire d’outre-mer" (PTOM) et d’aides s'élevant à environ 25 millions d’euros par an. Bienque formellement exclu de la zone Schengen, le pays y est intégré dans la pratique.Conciliation internationale ou calme avant la tempête?La Déclaration d’Ilulissat, (du 28 mai 2008 au Groenland), stipulent que tous les étatscontinueront à s’y référer pour « les droits et obligations concernant la délimitation deslimites du plateau continental, la protection de l’environnement marin incluant les zonescouvertes de glace, la liberté de navigation, la recherche scientifique et les autres USAgesde l’océan. […] Nous ne voyons donc pas de besoin de développer un nouveau cadrelégislatif international pour gouverner l’océan Arctique. »Les cinq pays réaffirment que lesrevendications concurrentes dans l’Arctiqueseront réglées selon le cadre établi par lestraités internationaux régissant la région.Les commentaires et les communiquesdiplomatiques fonts états de la conférenced'Ilulissat font état « d'un nouveau esprit deconciliation ». Quelques exemples :1. Le litige entre le Danemark et leCanada sur la possession de l’île Hans aumilieu du détroit entre l’île Ellesmere et leGroenland ne semble plus faire obstacle à lacollaboration des deux pays qui entendentfinaliser leurs activités cartographiquesconjointes dans le Nord.2. La Russie aussi a changé d’attitude enrevenant sur la controverse relative au drapeaudéposé à l'aplomb du pôle Nord dans le cadrede l'opération Arktika 2007 : « ce geste n’étaitpas une revendication territoriale mais plutôtune démonstration de notre savoir-fairetechnologique et de notre contribution à larecherche scientifique » a déclaré le ministèreen charge de l’industrie Russe. Figure 30 - Journal La Croix / Avril 2008AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 62CONFIDENTIEL


L’adoption d’un traité international sur l'océan Arctique est peu probable à court terme carLes cinq pays riverains de l’Arctique (Canada, le Danemark, la Norvège, la Russie et lesÉtats-Unis) travaillent sur un projet piloté par la Convention des Nations Unies sur le droit dela mer (élaborée en 1982 à Montego Bay, et entrée en vigueur en 1994, définit les principesgénéraux de l’exploitation des ressources maritimes.).Les cours futurs des matières premières viendront sans aucun doute contredire toutes sesbonnes intentions comme en témoigne la cartographie des conflits.Fonte des glaces, réchauffement climatique, Haut potentiel enhydrocarbure et trafic maritimeLa recherche et l’exploitation des ressourcespétrolières mais aussi minières de l’Arctique,induisent de fait un accroissement du traficmaritime au cours des cinquante prochainesannées. Devant les projets des compagniesminières et pétrolières, les sociétés de navigationenvisagent d’accélérer la construction de navirespouvant assurer le transport des ressourcesnaturelles, puisque les coûts de transport et deconstruction pourront être rentabilisés face à unedemande en expansion et à l’envol des cours desmatières premières.« Le rallongement de la saison moyenne denavigation de 20 à 30 jours en 2005 à 200 jours sil'océan Arctique était libre de glaces en été auxenvirons de 2050.Pour anticiper les investisseurs privés etentreprises de transport construisent déjà desnavires-citernes spéciaux, capables d'atteindre lesfuturs champs pétroliers et gaziers de l'ArctiqueFigure 31 - AMAP 2009, "Update on selectedclimate issues of concern".sans avoir recours aux brise-glaces. Toutefois, les nouvelles technologies de laconstruction navale pourraient réduire la nécessité du recours aux brise-glaces. Le Conseilde l'Arctique a procédé à une "Évaluation de la navigation maritime dans l'Arctique" (ArcticMarine Shipping Assessment, AMSA, 2005-2009) afin d'identifier les facteurs déterminantsde la navigation dans cette zone d'ici 2050.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 63CONFIDENTIEL


La course aux ressources s’accéléra, le réchauffement aussi…Figure 32 - AMAP 2009, "Update on selected climate issues of concern".L’empressement actuel et futur des pays riverains de l’océan Arctique à cartographier lesfonds marins, outre la découverte, possible mais peu probable, de bassins sédimentairesencore inconnus, réside sans doute dans l'anticipation de précautions et des besoins futursen ressources rares ( hydrocarbures, minerais, métaux lourds et rares) , au cas où denouvelles ressources y seraient découvertes, et dans la perspective de l'exploitation futuredes gisements .Or, la plupart de ces gisements se trouveraient au-dede la limite des 200 milles nautiques.Notons que leur exploitation libèrerait de très grandes quantités de méthane, important deGES (gaz à effet de serre).AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 64CONFIDENTIEL


Figure 33 - P. Rekacewicz / Octobre 2007AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 65CONFIDENTIEL


Quid des métaux rares ?On a constaté que les minéralisations sont nombreuses dans les terrains groenlandais datésdu Précambrien (début de la formation de la Terre, il y a 4,5 milliards d’années jusqu’à - 540millions d’années) ainsi que dans des terrains datés du Paléogène (-65 à - 23,5 millionsd’années). Les prix de certains métaux entraînent une prospection intensive dans le mondeentier et un redémarrage de certaines mines fermées depuis des décennies.Le Groenland ne fait pas exception à cette recherche acharnée par les pays « user-end »(USA, Brésil, France, Canada, pays européens). La flambée actuelle des prix de certainsmétaux, en particulier le platine (Pt), le palladium (Pd) et le rhodium (Rh), entraîne uneprospection jamais égale de ces éléments dans le monde entier et en particulier auGroenland sans compter le Caladium et le plutonium pour lesquels les gisements sont déjàacquis au Groenland (carte AMAP, Avril 2008).Cependant les ressources de cette zone, en métaux rares restent très confidentielles et peudocumenté comme en témoignent les experts de l’ONU et l’USGS 25 . La partie sud ouestprésente des concentrations importantes en Pt en Pd et en Rh. Certaines régions possèdentdes roches présentant des réserves pouvant atteindre plusieurs centaines de tonnes de cesmétaux. A l’avenir, le Groenland devrait donc bénéficier de prospections supplémentairesafin de découvrir de nouveaux gisements de ces métaux parmi les plus précieux et devenantstratégique pour la croissance verte.Figure 34 - AMAP: Gisement de plutonium / Gisement en Cd et en Pu (Avril 2008)Contrairement à l’Antarctique, l'Arctique n'est pas protégé par une convention ou un traitéinternational, d’autant que les conflits se sont multiplies et se sont enchaînés depuis 2007témoignant de cette récente course aux territoires et aux ressources de l'océan Arctique.25United States Geological SurveyAEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 66CONFIDENTIEL


1- Le 2 août 2007, dans le cadre d'une expédition russe (Arktika 2007), des submersibles detype MIR ont atteint, pour la première fois, le plancher océanique à la verticale du pôle Nord,sur la dorsale Lomonossov. De manière symbolique et très médiatique, un drapeau russe futplanté et des échantillons du fond sous-marin furent prélevés. En effet, dans le cadre desprocédures internationales suivies par la Commission des limites du plateau continental (voirinfra), il est déterminant de connaître les structures géologiques des plateaux continentauxpour établir leur continuité avec les pays riverains.2- En août 2007, le premier ministre canadien, Stephen Harper, a annoncé l'adoption par songouvernement d'une "stratégie intégrée pour le Nord", stratégie inspirée du principe suivant :l'exploiter ou le perdre (use it or lose it). Le discours du Trône d’octobre 2007 a consacré la"stratégie pour le Nord" à titre de priorité fondamentale du gouvernement. Cette stratégiepasserait par la mise en service d'une patrouille de navires dédiés à l'Arctique (huit naviresextracôtiers de classe polaire 5), par un centre d'entraînement militaire à Resolute Bay(localisé près de l'entrée orientale du passage du Nord-Ouest), par la construction d'un porten eau profonde à Nanisivik, ancien site minier encore utilisé pour des dépôts de matériauxet carburants. La construction du port devrait commencer en 2010 pour s'achever cinq ansplus tard. Par ailleurs, un fond de 100 millions $ à été attribué à la réalisation de cartesgéologiques d'inventaire des ressources énergétiques et minérales de l'arctique canadien.3- En août et septembre 2008, le brise-glace Louis S. Saint-Laurent de la garde côtièrecanadienne et le garde-côte américain Healy ont appareillé pour une mission conjointe decollecte de données géologiques, sédimentologiques et bathymétriques en mer de Beaufort(confins du Yukon et de l'Alaska) afin de délimiter le plateau continental de ce secteur del'Arctique (documents ci-dessous) et de trouver un terrain d'entente pour le partager.Ainsi, les États riverains de l'océan Arctique se sont engagés dans les processus de lajuridiction internationale destinés à faire valoir leurs droits tout en faisant l'inventaire desressources réelles ou potentielles du plateau continental au large de leurs côtes.En 2009, tous, sauf les États-Unis, ont ratifié la Convention des Nations Unies sur le droit dela mer (UNCLOS, entrée en vigueur en 1994). Les États peuvent alors revendiquer, au titrede l’article 76 de la Convention, la souveraineté économique sur les ressources des fondsmarins au-dede la limite initiale des 200 milles nautiques de la Zone économique exclusive(ZEE). Cette extension peut aller jusqu'à 350 milles nautiques des lignes de base ou jusqu'à100 milles de l'isobathe 2 500 mètres.Les États doivent déposer leur revendication, fondée sur un dossier technique (donnéesgéologiques, sédimentologiques et bathymétriques) et juridique, auprès de la Commissiondes limites du plateau continental (CLPC - Commission on the Limits of the Continental Shelf/ CLCS).Composée de 21 membres issus de tous les continents, la Commission compte dans sesrangs sept experts scientifiques (géophysiciens, hydrographes, sédimentologies, géographe,etc.) chargés d’étudier les dossiers déposés et elle se réunit deux fois par an à New Yorkpour examiner et statuer sur les demandes. Les États ayant ratifié la Convention avant 1999devaient avoir déposé leur dossier pour 2009 au plus tard.Avec l’intensification globale des échanges commerciaux présents et futurs les frontièresmaritimes arctiques sont devenues des enjeux géostratégiques.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 67CONFIDENTIEL


Ils seront objets de grandes manœuvres internationales car l'accès facilité (fonte desicebergs, nouvelle route maritime, etc..) aux ressources d’hydrocarbures et métaux raresprobables ou prouvées, attise les convoitises et exacerbe les tensions sur le plan politique,économique, technologique, technologique et environnementale.• Politiquement : cette « terra incognita » symbole d’un bien « commun Humain » estdevenu un enjeu diplomatique stratégique pour les pays riverains.• Economiquement : les prix des matières premières justifieront les coûts exorbitantsd’exploitation facilités par le dégel des routes du Nord.• Sociétale : la population autochtone est favorable a une indépendance souveraine etdiplomatique.• Technologiquement : les « used end » sont plus que jamais décidé à garder lerythme effréné des consommations pour tous les domaines : aéronautique, transport,bien être et NTIC.• Environnemental : la faible densité de population ne peut faire face aux « hyper »diplomaties avec le corolaire de lobbyistes et de parties prenantes. L’éloignement etla méconnaissance de cette région tant étendue participe a cette idée occidentalequ’un accident n’aurait qu’un impact mineur sur nos plages dorées. C’est en tous lescas la vision « off » des diplomates américains aux différentes conférences sur leclimat.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 68CONFIDENTIEL


ConclusionPour assurer la production de nombreux produits technologiquement avancés notammentdans le domaine des green-technologies, les sociétés occidentales sont de plus en plusdépendantes de matériaux identifiés sous le terme générique de métaux rares. Ces derniers,produits en faible quantité, sont de par leur rareté, très sensibles à toute hausse de lademande. Celle-ci pouvant découler de phénomène aussi simple et surtout aussi fréquentque la commercialisation d’un nouveau produit de consommation. Cependant, leurproduction, en tant que sous-produits d’extraction est localisée dans un nombre restreint depays, et ne peut répondre à une forte demande. II en résulte ainsi des épisodes, ponctuelsmais récurrents, de déséquilibre offre/demande se traduisant par des fluctuations rapides etimportantes, le plus souvent à la hausse, du cours de ces métaux. A ce mouvementspéculatif quasi-substantiel, il faut maintenant ajouter la montée d’un « nationalisme de laressource » qui se traduit par exemple par les quotas d’exportation instaurés par la Chinepour quasiment tous les métaux rares, quotas qui de plus sont en diminution régulière (cf.antimoine, tungstène, terres rares…).Ainsi, les grands pays industriels (le Japon, la Chine, les Etats-Unis …) ont été contraintsces dernières années, à une prise de conscience, parfois rapide, de la vulnérabilité de leurtissu industriel notamment « high-tech », face à la faible disponibilité de ces métauxstratégiques, rares. Or, pour nombre de ces pays, leur système économique repose engrande partie sur la capacité de leurs industries à demeurer actives dans la course auxinnovations et à intégrer des technologies plus green-friendly… Ainsi, le « risque métal »,notion évoquée par Christian Hocquard, se situe au niveau économique avec un déséquilibreentre l'offre et la demande et un niveau de prix fréquemment lié au niveau de disponibilité dumétal mais également au niveau environnemental avec les impacts de l’extraction de cesmétaux et la problématique du recyclage de matériaux de plus en plus complexes (produitsminiaturisés, métaux présents en très faibles quantités, etc.).En réaction, la plupart des pays industriels ont développés ces dernières années desstratégies visant à réduire leur dépendance (Japon, Etats-Unis, Corée du Sud, Allemagne…)La France, de par la place qu’elle occupe sur l’échiquier économique mondial, ne sembledonc pas pouvoir faire exception à cette réalité. Cependant, si quelques pistes d’actions etde réflexions ont été communiquées ces derniers mois, on ne trouve pas trace de l’annonced’un corpus de mesures ou d’orientations suffisamment marquées pour pouvoir parler d’unestratégie française en matière de gestion des métaux rares. Mais peut-être la prise deconscience de cette problématique est-elle trop récente, puisqu’il semblerait qu’elle neremonte qu’à l’automne 2009, pour pouvoir y opposer une réponse stratégique ou le sujetest-il considéré comme trop sensible pour faire l’objet d’une communication grand public ?Cette dernière question mériterait certainement d’être étudiée à la vue de considérationsnationales, notamment politiques, et de considérations internationales.A ce titre, le marché des Matières Premières Minérales Critiques (MPMC) obéit aux mêmesrègles de marché que les autres matières premières à savoir :La fixation des prix de marché sur la base de l’offre et de la demande avec lesproblématiques de spéculation inévitables sur un marché dit libre,La raréfaction des matières au fur et à mesure de l’exploitation des gisements ; cetteraréfaction impliquant,Les stratégies industrielles d’exploration de nouveaux gisements impliquantLes enjeux politiques des nations.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 69CONFIDENTIEL


En revanche, ce marché des MPMC possèdent des particularités inhérentes à sonfonctionnement et aux enjeux industrielles ou nationaux. Les éléments particuliers liés à laproblématique des MPMC sont : La dynamique des besoins du marché lié au fait que les MPMC sont plusparticulièrement utilisés au sein des industries de nouvelles technologies dont lesvolumes sont eux-mêmes en forte croissance, La localisation de cette consommation sur des industries a minima stratégiques pourles pays ou en liaison direct avec la souveraineté de ces mêmes pays (industriesd’armement notamment), Un marché encore en devenir de maturité quant à aux volumes de consommationsdans les produits finis, et enfin Un positionnement de la Chine sur une majorité des MPMC ; dans ce cadre, la Chinepar sa puissance économique influe de manière significative sur les relations interétats(ex. : tension sino-japonaise où les MPMC n’étaient pas étrangers à lasituation).Afin d’assurer la souveraineté de leur pays ainsi que la pérennité de son tissu industriel, lesgouvernements ont adoptés des politiques dont les éléments constitutifs peuvent êtresynthétisés de la manière suivent :1. Recherche de sources alternatives par :a. L’exploration de gisements nouveaux via des coopérations inter-états ou vial’exploitation de territoires géographiques anciennement exploités maisabandonnés ou connus mais dont les couts rendaient l’exploitation nonrentableb. La recherche de produits de substitution aux MPMC actuelsc. Le développement du recyclage incluant d’une part la récupération direct desMPMC rejetés et d’autres les travaux concernant d’éventuelles nouvellestechnologies de récupération (ex. : extraction de MPMC dans les aimants)2. La constitution des stocks de réserves stratégiques pour certains pays3. Le développement de partenariat avec le tissu industriel pour l’ensemble deséléments où l’industrie possède le savoir-faire et l’intérêt économique à terme,4. La gestion des relations extérieures de pays à pays soit en direct avec la Chine, soiten alternative à ces relations.Tel qu’indiqué dans le tableau récapitulatif ci-dessous, les pays majeurs incluent tous dansleurs politiques tout ou partie de ces éléments, la France et l’Allemagne incluant de plus deséléments de pilotage affichés.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 70CONFIDENTIEL


PaysExplorationgisementsProduits desubstitutionRecyclage Stocks PartenariatindustrielRelationsExtérieursUSA X X X X XJapon X X X X X XCorée X XAllemagne X X XFrance X X XEn ce qui concerne la France,La partie exploratrice de nouveaux gisements s’oriente vers la recherche desgisements de nodules polymétalliques dans les ZEE de Wallis & Futuna et de l’îlotClipperton,La question du recyclage, même si la problématique est accompagné d’un discoursenvironnementale au sein du Grenelle, ne semble pas représenter un élémentessentiel de cette politique,L’orientation vers des partenariats industriels date des années 70 où la constitutiondes stocks stratégiques a été déléguée au monde industriel et perdure aujourd’huidans les programmes de recherche de gisements notamment,La mise en place d’un pilotage grâce à la création d’un Comité Interministériel et à lanomination d’un haut fonctionnaire en charge du dossier, mais semble-t-il revêtud’une grande discrétion.On peut s’interroger sur la nécessité d’une coopération au sein de l’Union Européenne dansle but d’apporter une plus grande envergure aux projets de recherche sur les produits desubstitution ou sur les technologies liées au recyclage.AEGE - Réseau d’experts en Intelligence Economique© 71CONFIDENTIEL

More magazines by this user
Similar magazines