Rapport Valorisation - Injep

injep.fr

Rapport Valorisation - Injep

Programme Jeunesse en ActionRapport du Séminaire VIVA – Juin 2007INJEP AgencefrançaiseAgence française du PEJARapporteureprincipale AmélieMetaldiOrganisation pédagogiqueAgence française, Agence Luxembourgeoise,Agence Belge francophone & Pascal ChaumetteSéminaire Visibilité/Valorisation Juin2007Au cours des deux dernières années, les notions de diffusion et devalorisation des résultats ont mobilisé une attention croissante au plus hautniveau de décision communautaire : explicitement mentionnée par laCommission Européenne - DG EAC, la référence aux activités devalorisation, de diffusion et d’exploitation est un des éléments d’innovation duprogramme Jeunesse en action.Dans cette perspective, le séminaire VIVA, organisé par l’Agence Françaisedu Programme Jeunesse en Action, en coopération avec les agences duLuxembourg et de la communauté francophone de Belgique 25, 26 et 27 juin2007 (Marly-Le-Roi), a rassemblé les principaux protagonistes – AgencesNationales, Centres de ressources SALTO et porteurs de projets - d’une tellestratégie afin, dans un premier temps, de nourrir la réflexion sur ce que« rendre visible et valoriser » veut dire, dans le cadre de Jeunesse en Action.Puis, à partir de leurs expériences personnelles et des contraintesrencontrées sur le terrain, les participants ont ébauché les grandes lignesd’une stratégie de valorisation, assortie des outils destinés à la rendreopératoire. C’est à une synthèse, la plus fidèle possible, de ces travaux, aussiriches qu’imaginatifs, que les développements suivants seront consacrés.Rédaction A.Métaldi &P.Chaumette


Rapport du Séminaire VIVA1 - VALORISATION1-Aborder la notion de valorisation : les prémices d’une stratégie pour Jeunesse en Action. ............................................ 3Qu’est-ce que la valorisation ? Définition et enjeux. ....................................................................................................................... 3Les objectifs d’une stratégie de valorisation .................................................................................................................................. 3Valorisation et visibilité, deux notions faussement voisines… ................................................................................................. 4Pourquoi s’engager dans une stratégie de valorisation ?........................................................................................................ 4Les étapes-clés d’un plan de valorisation ........................................................................................................................................... 51.Adapter les enjeux de la valorisation aux acteurs qui y participent ................................................................................... 5Quels sont les résultats/expériences à valoriser ?........................................................................................................................ 9Vers quels groupes-cibles adresser ces résultats ?................................................................................................................... 11Comment procéder ?............................................................................................................................................................................ 12Selon quel timing ?............................................................................................................................................................................... 14Rendre compte de ses activités de valorisation ............................................................................................................................. 17E – 1. Le rôle des Agences Nationales ........................................................................................................................................... 252 - VISIBILITE1- Les agences nationales : état des lieux des moyens et actions de visibilité du programme 232- Quel rôle des Agences Nationales pour aider les jeunes à rendre visible leurs projets ? 263- Propositions de trame pour un échange de jeunes 273 – LE SEMINAIREDescriptifProgrammeLes ateliersLe siteLes participantsAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


1.VALORISATION1- Aborder la notion de valorisation : les prémices d’une stratégie pourJeunesse en Action.QU’EST-CE QUE LA VALORISATION ? DÉFINITION ET ENJEUX.Les objectifs d’une stratégie de valorisationLes objectifs d’une stratégie de valorisation sont la diffusion et l’exploitation des résultatsvalorisés.12Toutefois, il importe de distinguer deux dimensions constitutives du concept d’exploitation :Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


- Le « mainstreaming » ou l’exploitation politique de la valorisation : l’exploitation fait alors figure deprocessus planifié de transfert des résultats positifs obtenus via la mobilisation d’une actiondu PEJA aux instances locales, régionales, nationales ou européennes de décision politique.- La « multiplication » ou la dimension pratique de la valorisation : dans ce cas, si l’exploitation consistetoujours en une stratégie structurée, elle vise davantage à convaincre les utilisateurs finaux du PEJAde s’approprier les résultats auxquels sont parvenus les porteurs du projet d’échange de jeunespour les utiliser à leur tour.Avant d’aller plus loin dans la définition d’une stratégie de valorisation, il convient d’aborder clairementce que valoriser n’est pas…Valorisation et visibilité, deux notions faussement voisines…Si valorisation et visibilité emploient généralement des outils communs, en revanche, les deux notionsdiffèrent par bien d’autres aspects, dont les principaux sont résumés dans le tableau suivant :ValorisationVisibilitéDes buts différents… Diffuser et exploiter les résultats du projet Faire connaître l’existence du PEJA, ses objectifs, ses actionset les moyens financiers disponibles à ces finsDes objets différents… Les résultats du projet Le PEJA en tant que telDes temps différents…Lorsque les résultats sont disponibles etévaluésAvant, pendant et après l’exécution du projetPourquoi s’engager dans une stratégie de valorisation ?La réponse a cette interrogation est fort simple : la valorisation des résultats atteints par un projet doitpermettre à d’autres porteurs de projets d’en faire profiter leurs propres bénéficiaires finaux, dans unelogique expansive de cercle vertueux.Bien qu’il soit légitime que la DG EAC se soucie de tirer le meilleur parti possible des réalisationssoutenues, il ne s’agit pas seulement d’obtenir un « retour sur investissement », mais davantagede renforcer les effets des programmes financés par l’UE à travers :La diffusion des résultats, i.e. fournir aux acteurs-clés des informations sur la qualité, la pertinence etl’efficacité du projet réalisé dans le contexte qui était le sien ;Le transfert des résultats ;La pérennisation des résultats, i.e. assurer la poursuite de leur utilisation et de leur existence ;Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


L’intégration des résultats (ou des initiatives qui sont à leur origine) dans les politiques locales, régionales,nationales et transnationales.En définitive, c’est l’intérêt de tous, DG EAC comprise, que les projets, innovants ouparticulièrement riches en impacts, voient leurs approches, idées, produits ou résultats profiter au plusgrand nombre.Par ailleurs, la priorité donnée à la valorisation se traduit, très concrètement, par de nouveaux dispositifsintégrés au PEJA (2007-2013) :- la valorisation et le suivi peuvent désormais faire l’objet d’une activité complémentaire au projet maisdont le financement est additionnel (montant supplémentaire pouvant s’élever jusqu’à 10 % del’ensemble de la subvention) ;- des appels de projets-pilotes (mise en réseau thématique dans l’action 1) ainsi que d’autres appels depropositions spécifiques (coopération avec d’autres pays partenaires dans le monde dans l’action 3.2,projets encourageant l’innovation et la qualité dans le champ de l’éducation non formelle et dutravail auprès de la jeunesse) ont été intégrés au PEJA.Les étapes-clés d’un plan de valorisationLe processus de transfert d’expérience/de résultats fait figured’étape- clé d’une stratégie de valorisation réussie. Introduire unenouvelle idée, un partenariat inédit, une méthode originale ne vapas de soi et implique, de la part de son promoteur, l’adoptiond’une méthodologie structurée et convaincante pour aboutir àl’objectif final d’incitation au changement.Aussi, les pratiques innovantes doivent être étayées par desmanifestations objectives de leur pertinence et de leur valeurajoutée par rapport aux situations qu’elles visent à améliorer ouaux schèmes d’action classiques qu’elles aspirent à renouveler. AIdée à suivre…Dans le cadre de chaque projet, unepersonne/un petit groupe de personnespeut se voir confier la responsabilité dela stratégie de valorisation. C’est à elleque reviendra la conception du plan devalorisation ainsi que sa mise en œuvreet son évaluation.défaut, il est peu probable que s’en saisissent les acteurs auxquels ces résultats pourraient profiter.1. Adapter les enjeux de la valorisation aux acteurs qui y participentS’il importe que tous les acteurs – promoteurs, conseillers techniques, évaluateurs ou encore bénéficiairesfinaux –, gravitant autour du projet, jouent, respectivement, un rôle dans la stratégie de valorisation, encorefaut-il en préciser la nature et la portée exactes.Identifier les cibles d’impactAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Tous n’ont pas la même amplitude de rayonnement ni ne génèrent le même type d’impact et il convientd’identifier, de manière pragmatique, les cibles et objectifs de la valorisation afin d’ajuster les modalités detransmission du message à son destinataire privilégié.Pour tirer le meilleur parti des potentiels de rayonnement de chaque acteur impliqué dans un projet, lesconcepteurs du plan de valorisation pourront s’inspirer de la typologie suivante :Champ derayonnementActeur(s) clé(s) de la stratégiede valorisationPortée del’impactCibles d’impactLocalRégionalNational,transnationall’organisation promotrice et legroupe-cible du projetles Correspondants Régionaux duPEJA, les Acteurs-Relais du PEJA,les cofinanceurs institutionnels etpolitiques des projetsl’Agence Nationale du PEJA, lescentres de ressources SALTOimpactmicrosocialimpactintermédiaire/mésosocialimpactmacrosocialsur son environnement humain etinstitutionnel immédiat – les habitants, lespartenaires ainsi que les élus locaux –sur les partenaires (potentiels ou préexistants)régionaux du promoteur (têtes de réseauassociatives, fédérations régionales, etc.), lesdécideurs politiques régionaux (conseilsrégionaux, )sur les décideurs politiques nationaux des paysdu programme, des pays partenaires etc.À chaque niveau d’impact correspond un plan de valorisation spécifiquement adapté aux enjeux qui letraversent. Ainsi, un même acteur ayant prise sur plusieurs niveaux d’impacts à la fois pourra parfaitements’adresser à chacune de ses cibles pourvu qu’il définisse, pour ce faire, la stratégie de valorisation qui lui estappropriée.Concrètement, les objectifs de diffusion et d’exploitation d’un plan de valorisation impliquent unerépartition des rôles entre les différents acteurs (porteurs de projet, Agence nationale, CommissionEuropéenne) en fonction du niveau auquel chacun opère.Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


À la CE et aux Agences nationales, le rôle de « mainstreamer ». Les organisations promotrices d’échanges,quant à elles, seront les mieux placées pour jouer les « diffuseurs » à l’échelle de leur territoire et auprès deses populations-cibles. La « multiplication » étant aussi une question d’échelle de rayonnementorganisationnel, elle sera d’autant plus efficace que portée par des acteurs bien implantés sur leur terrainassociatif (local, régional, nationale ou transnational). Cependant, plus la densité de leur réseau departenaires est élevée, plus les petites structures pourront se révéler de précieux « multiplicateurs » à leuréchelle locale/départementale/régionale.Identifier les logiques d’impactsAu-delà des niveaux d’impacts, ce sont également des logiques d’impacts différenciées qu’il s’agitd’identifier afin d’y adapter au mieux la stratégie de valorisation :1. La logique descendante ou « top-down » : les acteurs politiques ou institutionnels se saisissent desrésultats du projet pour impulser de nouvelles actions ou prendre des dispositions inspirées desditsrésultats, faisant, par là même, évoluer les pratiques des acteurs de terrain ;2. La logique ascendante ou « bottom-up » : les porteurs de projets font des émules parmi leurspartenaires ou inspirent des expérimentations politiques au niveau local, régional, national et mêmeinternational.Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


À la lumière des résultats escomptés, le tableau ci-dessous permet de clarifier vers quelle logiqued’impact s’orientera la stratégie de valorisation pour, dans un second temps, déterminer quelles en serontles modalités pratiques (cibles, échelle, moyens, etc.).Niveaux d’impactLogiques d’impactMicroMésoMacroTop-down (descendante)Exemple : exploitation des résultatspar les décideurs locaux, dans lecadre de la politique jeunesseExemple : lancement, par lesdécideurs politiques régionaux,d’une expérimentation visant àtester les résultats valorisés àl’échelle régionaleExemple : le Ministère de la SantéJeunesse et Sports décided’octroyer des bourses definancement aux porteurs de projetsouhaitant développer un projetsimilaireBottom-up (ascendante)Exemple : effet de « contagion » sur les organisationslocales partageant les mêmes objectifs et/ou publicsciblesExemple : création d’un groupe de travail régional surl’opportunité de faire profiter les associations duréseau régional des résultats positifs obtenu par l’unde ses membresExemple : diffusion et intégration, à l’échellenationale, des expériences/résultats obtenusUne stratégie de valorisation sur-mesurePour définir la stratégie de valorisation la plus efficace possible, il convient de cerner, avec précision etpragmatisme, le potentiel de valorisation sur lequel reposera le futur plan de valorisation :- Les atouts et les faiblesses identifiables chez le porteur de cette stratégie et qui sont susceptibles,respectivement, d’en faciliter ou d’en freiner le développement ;- Les opportunités et les menaces qui, au sein de l’environnement (partenaires, décideurs politiques,institutionnels, etc.), peuvent influencer positivement ou négativement le processus de valorisation.Une fois ce potentiel éclairé, c’est la matière première de la valorisation, i.e. les résultats du projet, qui vaattirer notre attention.Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Élaborer un plan de valorisation implique de partir duprojet dont les résultats seront valorisés. Rappelons que lastratégie absolue et universelle n’existe pas. Tout auplus, cherchons-nous à identifier une succession d’étapesimportantes qui, appliquées au projet, à sonenvironnement humain, institutionnel et politique et à sesdébouchés, permettent d’optimiser la stratégie devalorisation d’un projet donné.Si les horizons de la valorisation nous apparaissent plusclairement, il reste encore à interroger les résultats(Quoi ?), les cibles (Vers qui ?), les moyens (Comment ?) etles phases temporelles (Quand ?) d’une stratégie devalorisation optimale.Idée à suivre…Pour les projets dont les jeunes promoteurssont aussi les bénéficiaires finaux (Action 1.2Initiatives de groupes), les compétences etl’expérience peuvent manquer pour concevoirune stratégie de valorisation telle que décriteici… D’autant que leurs « résultats » sontindissociables du processus collectif deconduite du projet lui-même..., ce quicomplique la tâche pour ces jeunes novices.Cette difficulté pourrait être surmontée àl’aide :- D’un réseau d’accompagnementdûment formé aux techniques etméthodes de valorisation des projets et àdisposition des jeunes ;- D’un « kit numérique », fournissant lestrames de scenarii et d’outils de diffusion,utiles à l’élaboration d’une stratégie deQuels sont les résultats/expériences à valoriser ?a. Analyser les besoinsPoint de départ fondamental dans le processus de diffusion et d’exploitation des résultats, cette analysevise à définir les besoins d’un groupe-cible (les futurs utilisateurs et bénéficiaires des résultats du projet)afin d’optimiser l’impact du projet en lui-même, dans un premier temps, et d’accroître les chances de levoir servir à d’autres, par la suite.Clarifier les attentes relatives au projet, en termes de résultats/d’impactDeux catégories d’impacts sont repérables :- Les impacts sur l’organisation :• L’approche développée par le porteur de projet peut être innovante dans sa manière de répondre à uneproblématique spécifique ou de satisfaire un besoin.La valorisation visera, dans ce cas, à diffuser ce modèle innovant auprès des utilisateurs potentielsd’un tel modèle qui ont à répondre au même type de problématique/de besoin.Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


• L’organisation peut avoir mis au point un/des outil(s) pratique(s) pour les besoins de son projet (unguide, une méthode d’évaluation, un module de formation, etc. destinés aux acteurs du champconcerné).Une stratégie de valorisation permettra à ces produits d’être portés à la connaissance des partiesprenantes, soit l’ensemble des acteurs – personnes ou institutions – à même d’exercer une influence,directe ou indirecte, positive ou négative, sur un projet, ou, au contraire, de subir une telle influence.• L’organisation peut avoir conduit une réflexion particulière sur la démarche projet qui fut la sienne etsur les facteurs qui en conditionnent la réussite ou entravent son développement : analyse des atoutset faiblesses, opportunités et menaces émaillant l’expérience du promoteur avant, pendant et aprèsson activité, description des stratégies adoptées pour tirer parti des atouts et opportunités et pallierles faiblesses et menaces, identification des raisons du succès/de l’échec d’un projet, etc.Ce retour sur expérience peut évidemment profiter à toute initiative similaire ou proche et fait ainsifigure de résultat fort utile à valoriser dans une perspective de « multiplication ».- Les impacts sur les jeunes bénéficiaires :Comme l’a mis en lumière l’évaluation à moyen terme du Programme Jeunesse [2000-2003], confortéepar l’évaluation finale dudit programme (à paraître), les sources d’enrichissement juvénile, offertes par lePEJA, sont multiples et variées. Ces résultats, le plus souvent intangibles et non immédiatementtransférables, ont trait aux attitudes, compétences, savoir-faire et savoir-être des jeunes participant auprojet.à travers le processus de valorisation, c’est leur dissémination au plus grand nombre possible qui estvisée.- Les impacts sur la communauté/la vie associative ou politique locales :De nombreux projets génèrent des impacts qui dépassent la sphère immédiatement constituée de leursbénéficiaires finaux pour rayonner, plus largement, sur les acteurs locaux (population, acteurs associatifs,politiques, etc.). La dimension européenne des projets Jeunesse en Action ouvre, ainsi, de nouvellesAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


perspectives en termes de coopération et d’échanges de pratiques. Ces impacts peuvent contribuer àrenforcer la stratégie de valorisation dans la mesure où ils éveilleront l’intérêt direct des élus locaux.Cet intérêt doit être utilisé pour faire « boule de neige » et susciter l’attention d’autres décideurs àl’échelle régionale ou nationale.Toutefois, ces impacts sur les groupes-cibles des intervenants de jeunesse ne pourront profiter à d’autresjeunes participants que s’ils ont été mis en lumière par une phase préalable d’évaluation qualitative etquantitative de l’action d’échange réalisée. Ce n’est qu’après avoir été identifiés que ces impacts pourrontêtre diffusés et exploités par d’autres acteurs du même champ au profit de leurs bénéficiaires finauxpotentiels.En règle générale, le porteur de projet va faire porter la valorisation sur un/plusieurs impact(s) qu’il jugepertinent(s) par rapport aux attentes et objectifs des cibles potentiellement intéressées par ces résultats.Au sein de cette première sélection d’impacts à diffuser et exploiter, les résultats innovants ou vecteursd’innovation seront bien entendu considérés comme prioritaires.Vers quels groupes-cibles adresser ces résultats ?b. L’identification des destinatairesLes destinataires du plan de valorisation peuvent être classés dans la typologie suivante :- Les usagers finaux des produits/résultats, qui utiliseront ceux-ci dans leurs pratiques professionnelles etseront les cibles d’une stratégie de multiplication : animateurs, formateurs, travailleurs sociaux, bénévoles,etc. ;- Les décideurs, qui prendront la décision d’inclure les résultats dans leurs activités ( organisations dejeunesse, services jeunesse des collectivités locales, Missions locales, établissements scolaires, etc.) etpolitiques (décideurs politiques de tous niveaux) ;- Les « acteurs-supports » qui, sans être directement impliqués dans le projet, ont intérêt à voir lesrésultats être exploités par les décideurs et peuvent soutenir leur diffusion et influencer leur intégrationau niveau politique.Le choix des destinatairesIl dépendra, bien entendu, des deux étapes précédentes (qui valorise quoi et dans quel but ?).Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Pour chaque acteur-cible potentiel, il s’agit de déterminer en quoi cet acteur permet d’atteindre l’objectifstratégique fixé au plan de valorisation du projet. C’est l’objectif du tableau suivant :Acteur Type de cible Rôle par rapport à la stratégie demultiplication/mainstreamingMinistère de la Jeunesse Décideur Élabore la politique nationale àdestination des jeunes et veille à sonapplicationFédération/UnionDécideurDétermine les orientations générales desNationale d’organisationsorganisations adhérentesde jeunessePetite associationUsagerMet en place des actions en faveur de sons’adressant aux jeunespublicd’un quartierAdjoint au Maire,DécideurFinance les porteurs de projets en faveurresponsable du Servicede son public-cibleJeunesseÉlabore la politique Jeunesse municipaleStratégie devalorisationMainstreamingMainstreamingMultiplicationMultiplicationMainstreamingComme précédemment évoqué, l’échelle à laquelle évolue le porteur de projet influe autant sur ladéfinition de l’objectif stratégique de valorisation(multiplication versus mainstreaming »/intégration)que sur le choix des groupes-cibles « à portée devalorisation »….Comment procéder ?Cette troisième étape de la stratégie de valorisationva consister à choisir, parmi la multitude d’outils à ladisposition du porteur de projet, ceux qui s’adaptent le mieux à ses objectifs de diffusion (atteindre lescibles voulues) et d’exploitation (convaincre de la pertinence de ses résultats).Phase 1 : diffuserLe tableau suivant met en évidence les spécificités en termes d’impacts de six principaux outils dediffusion. Il offre une grille d’analyse utile à la sélection des outils les mieux adaptés aux objectifspoursuivis par la stratégie de valorisation.Idée à suivre…Pour les structures de taille et rayonnementmodeste, « l’union fait la force » … Plus lechangement visé par la stratégie de valorisationest profond, plus son promoteur aura intérêt àmobiliser les porteurs de projets travaillant sur lesmêmes problématiques ou/et forts de résultatssimilaires ou congruents. L’Agence nationalepeut servir de relais, à cette fin.Outils Portée Groupe-cible visé1. Comité d’experts Réduite2. Groupe d’utilisateursPetit nombred’utilisateursfinauxDécideurs politiques etacteurs clés du champconcernéUtilisateurs finaux(organisations,intervenants, etc.)Type de lienétabli*EfficacitéImplication+++Implication +++Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


3. Opportunité d’échange(Ateliers, séminaires)4. Supports écrits(publications, lettresd’information, articlesde presse, etc.)5. Productionsmultimédia (internet,cd-rom, DVD,interventions radio, etc.)6. Évènements(manifestations,conférences,présentations, etc.)PortéeintermédiaireMoyenne à large(selon les moyensconsentis et letype de supportchoisi)Moyenne à largeLargeUtilisateurs finaux« Acteurs-supports »Grand publicTouttype d’acteurs, grandpublic compris(sans plus de précision)ImplicationInformation+++Information +Information ++Information +++* le lien créé entre l’acteur-cible et le projet peut être fort (implication : engagement direct et actif dans le projet et savalorisation) ou faible (information : l’acteur est en position de simple récepteur d’informations liées au projet)Dans un second temps, il convient d’identifier les outils à même de servir l’exploitation des résultatsdu projet, selon la stratégie suivie (multiplication ou mainstreaming).Phase 2 : ConvaincreAux prémices du processus de valorisation, les rôles de chacun des membres de l’équipe ont été définis,ainsi que ceux qu’auraient à jouer les partenaires directs du projet comme ses relais potentiels au niveaulocal/régional/national/européen.Quant aux cibles prioritaires de l’exploitation, elles ont également été identifiées lors de la phase declarification des buts et horizons d’une stratégie de valorisation.À partir de là, l’équipe va chercher à déterminer :- Les moyens les plus efficaces pour convaincre les cibles de la pertinence des résultats du projet ;- Les coûts relatifs aux différentes activités par rapport au budget prévisionnel : il s’agit de s’assurer duréalisme de la stratégie élaborée, afin d’être en mesure de tenir les objectifs affichés.Objectif de Groupes-Cibles Moyens destinés à convaincre Effets recherchésAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


l’exploitationMainstreaming Décideurs Comité scientifique (petit groupe d’experts etreprésentants d’organisations appartenant auchamp vers lequel tendent les résultats etadaptés à l’échelle de la valorisation souhaitée –micro/méso/macro –)Visites sur siteParticipation à une manifestation, si possible, àcaractère européenRencontres-débats impliquant les bénéficiairesfinaux des résultatsSupports écrits et productions multimédia,adaptés aux besoins et intérêts des ciblesMultiplication Utilisateurs Groupe d’usagers (acteurs susceptibles deMainstreaming/multiplication« Acteurssupports»s’approprier les résultats du projet)Organisation d’échanges (Ateliers, rencontresdébats,etc.)Visites sur site et rencontre avec les bénéficiairesfinaux, « ambassadeurs », pour l’occasion, duprojetSupports écrits et productions multimédia,adaptés aux besoins et intérêts des ciblesParticipation à des évènements mobilisateurs(Manifestations, séminaires thématiquesorganisés par l’AN, etc.Supports écrits attractifsSupports multimédias (Internet)Participation à des évènements réunissant lesacteurs du champ concerné (foire, conférence,séminaire, etc.)Crédibilité, légitimitéContacts utilesCrédibilitéMise en avant de la dimensioneuropéenneContacts utilesDémonstration de la pertinencedes résultatsSensibilisationContactsAmélioration des résultats entermes de transférabilité etd’efficacité (conseils et échangesd’expériences)Crédibilité et légitimitéExtension du réseau de diffusiondes résultatsDémonstration « grandeurnature » des résultatsRelais de diffusion efficacesSensibilisationSensibilisationDiscussions informellesSensibilisationSensibilisationPromotion des résultatsCoopération autour d’unestratégie commune devalorisationSelon quel timing ?À l’élaboration d’un plan de valorisation, il convient de distinguer trois phases successives qui s’articulentau cycle de vie du projet :Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Tous les groupes-cibles de la valorisation ne seront pas mobilisés au même moment ni sur la même durée :le tableau suivant tente de rendre compte de ces temporalités spécifiques aux objectifs et aux acteurs visés.PhasesPhase de planificationActeursImplicationType d’activitéInformationmobilisés- Équipe-projet Élaborer la stratégie de valorisation avec les partenaires et bénéficiaires du projet.Si possible, confier cette stratégie à une/plusieurs personnes volontaires de l’équipe-projet- Décideurs Éventuellement, constituer un Comité depilotage composé d’acteurs décisionnels- UtilisateursfinauxstratégiquesSi le projet est d’envergure, réunir unComité scientifique composé despersonnalités influentes du champconcerné.Prendre contact avec les usagerspotentiels des résultats à venirou Former un Groupe d’utilisateurs(retour sur action, partage d’expérience,et optimisation de l’adaptabilité desrésultats…)Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Phase de réalisationPhase d’évaluation- Équipe-projet Sélectionner , concevoir et mettre en œuvre les différents outils de diffusion et d’exploitation,après avis des Comité scientifique et Groupe d’utilisateurs (s’ils existent)Veille informationnelle sur l’actualité de la thématique/du champ concerné par le projet- Décideurs Réunir les groupes et comités pours’assurer de leur implication et en- Utilisateursfinaux- « Acteurssupports»imprégner le travail de conception desoutils de valorisation Recueillir lesconseils/points de vue des organisationsreprésentées au sein du ComitéScientifique sur :- les résultats « bruts » et leurexploitation potentielle ;- les outils les mieux à même de lesvaloriser.Réunir le Groupe d’utilisateurs afin :- d’améliorer la capacité des résultats às’adapter aux différents usages etcontextes ;- d’évaluer l’attractivité des supports decommunication et leur pertinence (vis-àvisdes cibles)Solliciter leur intervention :- en tant que « relais » des résultatsau sein de leur réseau ;et/ouTenir le Comité de pilotage des progrès réalisésEnvoi des différents supports écrits (articles,newsletters,..)Envoi de courriels annonçant la mise en ligne despages web éventuellement créées aux fins deprésenter les résultatsInvitation aux visites sur site/rencontresdébats/ateliers,séminaires/temps deprésentation et d’échanges avec éventuelspartenaires européens et les bénéficiaires finauxjouant, pour l’occasion, les « ambassadeurs » duprojet- en tant que promoteurs de leurintégration au niveau politique.- Équipe-projet Réajuster la stratégie par rapport aux résultats finalement obtenus et mettre en forme de cesderniers, à l’aide des conseils et avis précédemment collectés.- Décideurs- Utilisateursfinaux- « Acteurssupports»Présentation devant les groupes-ciblesde la stratégie :- des rapports d’évaluation,- des témoignages des bénéficiairesfinaux et des partenaires,- des travaux intermédiaires (dugroupe d’utilisateurs et du comitéscientifique, s’ils existent)Conférences, manifestations publiquesthématiques ou à caractère européen,Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Rendre compte de ses activités de valorisationRésultatApprocheinnovanteNouvel outilType derésultatTangiblesDirectementtransférablesCible(s) impactée(s)Les pratiques etcompétences desintervenants du champconcernéGroupes-ciblesde lavalorisationL’ensembledes « partiesprenantes »*Les intervenantsdu champconcernéObjectifs de la valorisation1. Diffusion2. Multiplication/Intégration(selon le groupe-cible)Retour surl’actionmenéeImpacts entermes decompétences,savoir-faireet savoir-êtreIntangibles- Nondirectementtransférables* Par « parties prenantes », nous entendons :- Les orientationsstratégiques desintervenants du champ- Les compétences desacteurs de ce champ(professionnels ou non)Les bénéficiaires finauxLes intervenants du champ(professionnels ou non)L’ensembledes « partiesprenantes »*Lesorganisations duchamp1. Diffusion2. Multiplication1. Diffusion2. Multiplication/Intégration1. Diffusion2. Multiplicationl’ensemble des intervenants du champ de l’éducation non formelle en direction de la jeunesse afinqu’ils les utilisent, les adaptent et/ou les améliorent ;les organisations susceptibles de peser sur l’intégration de ces résultats dans les politiques dejeunesse, notamment ;les décideurs politiques/institutionnels, qui disposent du pouvoir d’initier des expérimentations depratiques nouvelles parmi les acteurs de jeunesse qu’ils soutiennent et/ou de consacrer cesévolutions positives en les intégrant aux politiques mises en œuvre.Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


D- Proposition de Trame pour L’action 1.1 Echanges de jeunesExemple de conseils en direction des porteurs de projetConcrètement, pour le promoteur d’un échange de jeunes, l’objectif principal d’un plan de valorisation sera dediffuser et de mettre en valeur ses impacts sur les jeunes et/ou sur l’organisation elle-même afin d’en permettrel’exploitation (reproduction, adaptation, amélioration, etc.) par d’autres porteurs de projets similaires.Afin d’augmenter systématiquement la visibilité et l’effet des projets à long terme et de conférer une valeur ajoutéeaux ressources utilisées, des activités spécifiques de valorisation et de suivi peuvent être financées : un montantsupplémentaire pouvant s’élever jusqu’à 10 % de l’ensemble de la subvention peut être octroyé pour échanger lesbonnes pratiques et diffuser les résultats des projets.Par ailleurs, même à défaut d’un financement spécifique, il importe d’intégrer cet objectif de « multiplication » dèsles prémices du projet, dans le corps des objectifs généraux de l’échange de jeunes.Cette articulation en amont contribue à la réussite du plan de valorisation dans la mesure où elle en garantitl’adéquation optimale aux spécificités du projet et de son environnement partenarial : la stratégie de valorisationsera définie au regard des objectifs propres à l’organisation promotrice de l’échange et en fonction des acteurs etpartenaires locaux qui interviennent dans son champ d’action.En outre, la conception imbriquée du projet et de sa valorisation permet au porteur de l’échange de jeunes declarifier ses propres attentes et objectifs. Or, comme nous le verrons dans les étapes suivantes, de l’identificationdes objectifs découle l’efficience des stratégies de visibilité et d’évaluation, toutes deux essentielles à la« multiplication » des résultats du projet.Etablir un plan de valorisation pour un échange de jeunes1. Définir les objectifs du plan de valorisation de votre échange de jeunesLa 1 ère question à se poser est : Que veut-on valoriser avec son projet d’échange de jeunes ? Il est évident quevaloriser tous les résultats de votre échange produits par l’évaluation diminuerait l’efficacité du message porté.En définissant les objectifs du plan de valorisation dès la conception du projet vous optimiserez votre démarched’évaluation car celle-ci portera un focus vers la/les thématiques « phare (s) ».Si par exemple votre choix porte sur :- La mobilité des Jeunes avec moins d’opportunités- Le partenariat avec la communeAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Votre évaluation, en plus de son déroulement globale sur le projet d’échange, tentera de montrer les impacts quel’échange a amenés chez les jeunes en termes de compétences, de mobilité, etc… et le rôle moteur de la communepar exemple. Ce ciblage sur 2 thématiques définies donnera plus de force et plus de lisibilité au message qui soustendravotre plan de valorisation.Comment faire le choix de ce que l’on va valoriser?Clarifier ce que l’on attend du projet, en termes de résultats/d’impactsÀ l’échelle de l’organisation d’une action 1.1, deux dimensions d’impacts sont repérables :- Les impacts sur l’organisation :• L’approche développée par le porteur de projet peut être innovante dans sa manière de répondre à uneproblématique spécifique ou de satisfaire un besoin. La valorisation visera, dans ce cas, à diffuser ce modèle innovant auprès des utilisateurs potentiels d’untel modèle qui ont à répondre au même type de problématique/de besoin.• L’organisation peut avoir mis au point un/des outil(s) pratique(s) pour les besoins de son projet d’échange(un module de préparation au départ, un guide destiné aux accompagnateurs d’échanges impliquant despublics spécifiques, une méthode d’évaluation des impacts du projet sur ses bénéficiaires, etc.).Une stratégie de valorisation permettra à ces produits d’être portés à la connaissance de l’ensemble desintervenants du champ de l’éducation non formelle en direction de la jeunesse afin qu’ils les utilisent,les adaptent et/ou les améliorent.• L’organisation peut avoir conduit une réflexion particulière sur l’opportunité et les conditions dedéveloppement d’un projet d’échange : analyse des atouts et faiblesses, opportunités et menaces émaillantl’expérience du promoteur avant, pendant et après son activité, description des stratégies employées pourtirer parti des atouts et opportunités et pallier les faiblesses et menaces, identification des raisons dusuccès/de l’échec d’un projet, etc.Ce retour sur expérience peut évidemment profiter à toute initiative s’en rapprochant et fait ainsi figurede résultat fort utile à valoriser dans une perspective de « multiplication ».- Les impacts sur les jeunes bénéficiaires.Ces expériences de mobilité non formelles ont en effet démontré qu’elles contribuent efficacement à :• développer des aptitudes sociales dans un contexte interculturel (compétences relationnelles, tolérance,sens des responsabilités…),• maîtriser des langues étrangères,Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


• favoriser l’insertion professionnelle,• favoriser l’épanouissement de la personne (ouverture d’esprit, autonomie…).Ces impacts sur les groupes-cibles des intervenants de jeunesse ne pourront profiter à d’autres jeunesparticipants que s’ils ont été mis en lumière par une phase préalable d’évaluation qualitative de l’actiond’échange réalisée. Ce n’est qu’après avoir été identifiés que ces impacts pourront être diffusés, valoriséset, enfin, exploités par d’autres acteurs du même champ au profit de leur public de jeunes bénéficiairespotentiels.En règle générale, le porteur de projet va faire porter la valorisation sur un/plusieurs impact(s) qu’il jugepertinent(s) par rapport aux attentes et objectifs des cibles potentiellement intéressées par ces résultats.Faire une recherche visant à déterminer quels résultats (innovants ou particulièrement impactants) serontvalorisésPour éviter de « réinventer la roue », les porteurs de projets ont intérêt à recenser et étudier les projetsd’échange déjà menés, dans leur champ d’activité et sur leur territoire. Cette phase d’exploration del’existant leur permettra de déterminer ce qui fait la spécificité de leur projet pour concevoir un plan devalorisation faisant la part belle à la dimension innovante de leur action. Nous vous recommandons devisiter le site de la commission européenne EVE (Espace Virtuel d’Echange) , à ce jour non ouvert. (utilisezGoogle pour y accéder)Précision utile : l’innovation est ici prise au sens large du terme ; exemple : atteindre des groupes-ciblesnouveaux, mobiliser un partenaire n’appartenant pas à un réseau pré-constitué, utiliser un outil/uneméthode qui n’a jamais été employé/-e par le promoteur jusqu’alors, etc.Par ailleurs, si l’action n’est pas innovante en elle-même, ses impacts, inattendus ou particulièrement saillants,peuvent l’être. Dans ce cas, il s’agira, d’abord, de repérer les facteurs à l’origine de tels résultats, pour, dansun second temps, mettre l’accent de la stratégie de valorisation sur ces sources d’impacts extraordinaires.Toutefois, pour identifier un impact inattendu, encore faut-il avoir défini les impacts visés par le projet…2. Identifier les publics-cibles de votre plan de valorisationL’organisation porteuse d’un échange de jeunes peut diffuser ses résultats vers :- À ses pairs, organisations/acteurs appartenant au champ de la jeunesse/de l’éducation non formelle et del’éducation formelle ;- Aux élus et décideurs politiques locaux, régionaux, nationaux et internationaux, selon sa taille et sonrayonnement ;- À ses financeurs ;- Aux jeunes publics vers lesquels sa mission d’organisation de jeunesse l’oriente naturellement ;Pour chaque acteur-cible identifié, il peut être utile de collecter des informations sur les réseaux dans lesquels ilsévoluent et auxquels ils sont susceptibles, par là même, de faciliter l’accès. Par exemple, un élu communal,adjoint à l’éducation, à la jeunesse peut utilement jouer le rôle d’interface facilitateur entre l’organisation dejeunesse promotrice d’un échange de jeunes et les établissements scolaires locaux ou d’autres organisations dejeunesse, partenaires potentiels et vecteurs d’information précieux pour toucher certains publics difficilementaccessibles (JAMO, notamment). En somme, un acteur cible peut en cacher un autre….Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


3. Adapter les éléments à valoriser aux cibles identifiées afin d’en permettre l’exploitation et déterminer lestypes de supports appropriés aux résultats à valoriser ainsi qu’aux cibles viséesL’exploitation va bien au-delà de la diffusion des résultats à un public donné et nécessite que les résultatssoient adaptables aux besoins divers des utilisateurs et transférables à de nouveaux domaines. Le choix dessupports est déterminé par le choix des cibles de la stratégie de valorisation, l’essentiel étant d’identifier lequeldes résultats sera le plus utile, motivant/attractif du point de vue de la cible visée :Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Acteurs-ciblesdu plan devalorisationOrganisations/acteurs du champde la JeunesseElus, décideurspolitiquesCo-financeursJeunesbénéficiairespotentielsRésultats/impact à valoriser*-Amélioration de la qualité des services de l’organisation en direction desjeunes grâce à la mise en place d’un échange-Capacité d’innovation du porteur d’une action 1.1 (nouvelle thématiqueabordée, nouveau partenariat…)-Professionnalisme renforcé grâce à la capacité tutorale acquise ;-Acquisition de nouvelles compétences (linguistiques, montage deprojet…)-Rayonnement et influence accrus aux niveaux local, régional, etc.-Développement des compétences sociales et relationnelles des jeunes,facilitant leur insertion sociale et professionnelle future ;-Sensibilisation à la citoyenneté active européenne ;-Mobilisation de partenariats transnationaux, vecteurs potentiels dedéveloppement local et transnational ;-Modernisation de l’image d’une commune/département/région-Renforcement/ développement de la politique de jumelageEtc.-Implication dans un projet à forte plus value éducative-Apport entreprise citoyenneEtc.-Développement des aptitudes sociales dans un contexte interculturel(compétences relationnelles, tolérance, sens des responsabilités,…)-Meilleure maîtrise des langues étrangères,-Prise de conscience citoyenne et ouverture à l’altérité (découverted’autres univers culturels et sociaux, extension du réseau desociabilité,…)-Expérience collective source d’épanouissement personnel et deconfiance en soi (ouverture d’esprit, autonomie,…)Supports de la valorisation1 – diffusion 2 - ExploitationRéunion(s) d’informationConférence(s)Ateliers, portes ouvertes de la structureTémoignage dans des Séminaire(s) de contact,Organisation de session(s) de formation (au montage d’action 1.1,recherche de partenaires, etc.),Témoignages lors de visite d’étude dans la région du porteurInterventions dans les écoles, les centres de formation, lesassociationsSemaine européenne de la jeunesseJournée de l’EuropeGuides pratiques/méthodologiquesSites internetBlog actualiséEvènement artistiqueCréation d’un journalBrochuresvidéosConférences de presseOutils statistiques sur les parcours des jeunesRéunions collectivesAteliers de présentation lors de forum, manifestations locales,régionales, nationales diversesAccompagnement des jeunes vers d’autres actions du programmeYouthpassActivités de mise en réseauou plusieurs de ces activités combinées …En matière de choix des supports de valorisation, toutes les initiatives créatives sont les bienvenues, pourvuqu’elles respectent bien la trame suivante :Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


4. Identifier les ressources/atouts dont dispose le promoteur de l’action et répartir clairement les rôles entreses membresCette phase peut faire appel à l’analyse AFOM (SWOT) qui, appliquée à la structure promotrice et à sonenvironnement, et même aux jeunes participants à l’échange ou du groupe-projet, permet d’identifier :- Les atouts et faiblesses internes à l’acteur/l’organisation porteur(-se) du projet. Exemple : la structure s’estdotée d’un site internet (force) mais elle ne dispose pas, parmi ses salariés, des compétences nécessaires pouren exploiter toutes les possibilités en termes de valorisation (faiblesse) ;- Les opportunités et menaces externes au porteur de l’échange. Exemple : la Commune, principale source definancement de la structure, a développé une activité de jumelage avec plusieurs pays européens(opportunité), mais l’implication des communes jumelées s’érode et certaines sont en passe de se désengager(menace).Sur la base d’une telle analyse, il est ensuite permis de répartir les rôles et tâches entre les salariés de la structure,tout en prenant soin d’impliquer les jeunes participant à l’échange et les partenaires européens. Cela permetd’associer concrètement son partenaire au plan de valorisation et d’identifier où sont les compétences (beaucoupde jeunes ont des compétences de graphisme, multimédias…)…5. Planifier la stratégie de valorisation : « the right thing at the right moment » (La bonne chose au bonmoment)Les étapes de diffusion sont à planifier dans le temps d’éligibilité des dépenses, ce qui donne peu de temps pourobtenir les résultats de l’évaluation. Il est aussi important de connaître les « grands évènements » liés à la jeunessequi ponctuent l’année : Semaine européenne de la jeunesse, fête de l’Europe….6. Évaluer les coûts et adapter la stratégie de valorisation au budget qui lui est attribuéSelon le type d’activités de valorisation prévu, les dépenses liées varieront fortement. Comme vous serontdemandées les copies des justificatifs des dépenses, mieux vaut identifier, très en amont de l’échange, quels typesde supports porteront votre stratégie de valorisation.7. La réglementation autour du droit à l’image et de l’utilisation des produits issus de l’échangeVous devrez impérativement aborder avec votre partenaire et les jeunes du projet les questions de droit à l’imageet vous mettre d’accord sur les questions relatives aux droits d’auteur et à la libre diffusion (ou non) du/desproduits issus de votre échange. (cf suite)8. Argumenter la demande de subvention relative à la valorisation du projetAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Cette étape de rédaction doit permettre au Comité de sélection régional qui traitera votre dossier de demande desubvention d’avoir une vision claire de votre stratégie de valorisation. Si vous avez suivi les huit étapesprécédentes, il s’agira de le montrer à vos interlocuteurs en expliquant, avec clarté et concision, les choix que vousavez faits et les activités relatives à ces choix.Si vous sollicitez un financement spécifique pour ces activités de valorisation, cette étape d’argumentation devrafaire l’objet d’un soin particulier en termes de lisibilité : n’hésitez pas à structurer votre propos à l’aide de ce plan.Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


E – 1. Le rôle des Agences Nationalesc. En tant que prescripteursChargées d’évaluer les activités de valorisation – ex-ante et ex-post – relatives aux projets financés,les Agences nationales sont prescripteurs de critères et de normes qui s’imposent au porteur de projets.Pour les voir respectés, les Agences doivent s’assurer qu’ils soient accessibles à tous. Cela supposed’assurer une communication aussi claire que possible sur les attentes liées à la valorisation, que ce soitdans la demande de subvention ou dans le rapport final.Pour ce faire, les Agences Nationales se proposent :- d’ouvrir un espace (internet, probablement) destiné à informer sur l’art et la manière de valoriser lesrésultats/produits d’un projet. Il permettrait aux porteurs de projets d’avoir accès à :des conseils (guides, rapports, méthodologies, modes d’emploi des outils de diffusion,etc.) ; des exemples dont s’inspirer (compendium, recueil des bonnes pratiques, etc.) ;l’actualité évènementielle (séminaires, rencontres entre porteurs de projets, tool-fairs,manifestations à caractère européen, etc.) ; des outils de valorisation (vidéo de présentation, kit numérique, boîte à outils, etc.) ; des forums d’échanges entre pairs, à l’adresse des porteurs de projet ;des modules de formation aux techniques de valorisation.- de compléter le guide du PEJA avec un guide mémo, plus explicite sur les attentes liées aux activitésde valorisation (rappels sur les enjeux de la valorisation pour le porteur de projets et la pérennité deson projet).En tant que soutiensActrices institutionnelles d’envergure nationale, les Agences sont, la plupart du temps, dans unrapport étroit de proximité avec les instances de décision politique du pays dans lequel ellesinterviennent. S’il n’est pas dans leurs attributions de participer directement à la stratégie de valorisationdes porteurs de projets, elles peuvent, toutefois, organiser les conditions favorables à sa maturation. Danscette perspective, elles peuvent proposer :- l’organisation de journées de réflexion au niveau national, avec les organisations pour définircomment diffuser et exploiter au mieux les projets ;- des visites de présentation des centres de ressources SALTO-YOUTH, œuvrant à la diffusion desbonnes pratiques ;- l’organisation régulière d’évènements de type « Tool fair ».Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


2.VISIBILITE1- Les agences nationales : état des lieux des moyens et actions de visibilité du programmeLe tableau ci-après nous informe sur le contexte de chaque agence (indépendance, portage) et sur lesoutils de communication qu’elles ont développés. Il s’avère, compte tenu de la taille du pays, du contexteorganisationnel de chaque agence… qu’une grande diversité d’actions de communication existerejoignant les objectifs de visibilité de la commission.Si certaines actions n’ont pas de caractère transférable compte tenu des singularités nationales et desimbrications avec les politiques nationales, force est de constater que nombre de procédés decommunication ou d’outils visant à communiquer sur le programme pourraient être réutilisés pard’autres agences.L’atelier réunissant l’ensemble des agences présentes, a aussi permis de prendre conscience qu’uneagence opérant au sein d’un ensemble (Institut ou autre grande organisation) bénéficie d’une part del’expertise communicationnelle de cet ensemble et peut s’appuyer sur les réseaux existants pour fluidifierla communication sur le programme.Il a permis aussi de constater le manque de moyens financiers pour assurer un plan de visibilité dignede ce nom ! Aussi, dans les recommandations à la commission européenne, un certain nombre d’actionsvisent à rationaliser la démarche de communication des agences et de miser sur l’implication desbénéficiaires, porteurs idéals des messages suivants :- Faire connaître à tous les bénéficiaires potentiels l’existence du programme JEA et des moyens d’yaccéder- Assurer la plus grande transparence sur l’utilisation des fonds européens- Promouvoir auprès du grand public l’action menée par l’UE en matière de jeunesse et de développementlocalAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Organisation de la communication dans les Agences présentes au séminaire VIVAAgences Type de portage Service communicationGrèceL’Agence fait partie de l’Institutde la Jeunesse porté par leSecrétariat de la jeunessedédiéPas de service dédié mais 1responsable de la communicationdans l’équipe (aussi en charge deeurodesk)Outils decommunicationPortail internet de l’Institut(version anglaise)Brochures de communicationssur les actions du programmeActions de communication àretenirTous les logos du programme à télécharger àpartir du site internetSuèdeFinlandeBelgiqueFrancophoneBelgiquegermanophoneL’Agence fait partie du BureauNational pour les Jeunes duMinistère de l’IntégrationL’Agence fait partie du CIMO,organisation de + de 100 salariésen charge de divers programmesinternationauxL’Agence fait partie du BureauInternational JeunesseL’Agence fait partie du bureauJeunesse.Le service communication dubureau couvre d’autres types deprogrammes internationauxUne équipe a été formée à lacommunication : les chargés deprojet ont des responsabilitésprécisesService de communicationtransversalLes chargés de projet réalisent lescontenus des brochuresUn chargé de communication pourle BIJ qui connaît le programmePas de service de communication,chacun est responsable de sacommunication. La Directricesupervise et coordonne lacommunication.Site internet au sein du site duBureau nationalNewsletter électroniquemensuelleBrochures, conférences,communication à la presse1 magazine annuel depromotion du programmeSite internet CIMO avec page surJEA et site dédié à la mobilité àl’étrangerMagazine annuelEdition de brochures par action,posters, totems…Site internet du BIJMagazine Fiche attitude sur leprogramme JEASystème de mailing liste etd’appel à candidatures sur lesite,Site internet du Bureau jeunesseBrochure sur le nouveauprogramme avec information debase,Utilisationde la radio et lepresse pour communiquer surdes actionsEdition de brochures pédagogiques à fortpouvoir de communicationEdition d’une brochure sur le nouveauprogramme disponible depuis janvier 2007PPt du programme téléchargeable à partir dusitePromotion du « bouche à oreille » lors desséminairesAppui sur des relais locaux sur tout le payspour véhiculer l’informationDes sessions d’information produites parl’Agence à la demande des porteursPowerpoint de présentation du programmetéléchargeable à partir du site internetStratégie d’atteinte de cible decommunication en s’appuyant sur desdispositifs nationaux pour véhiculer l’info(newsletter carte jeunes ; magazine cartejeunes)Belgique L’Agence fait partie du bureau Un responsable de la 2 sites internet dont un dédiée à Publication ciblée vers les prescripteurs


flamandeFranceLuxembourgjeunesseL’Agence fait partie de l’Institutde la Jeunesse et de l’éducationpopulaire, dépendant duMinistère de la Santé, de laJeunesse et des Sports.L’Agence fait partie de l’unité duService Nationalcommunication (et une personneen charge pour la communicationdestinée au jeunes et une autrepour la communication destinée auprescripteursUn service communication avecune chargée de communicationUne personne ressources pour lacommunication qui travaille au seinde l’unité.JEA, une newsletter mensuelle,publication de brochures sur desthématiques avec des outils deformationSite internet partagé avec unlien direct(Le site de l’agence occupe 40%du site de l’injep)Newsletter « euroflash »mensuelleMagazine papier Europe express(3 fois par an) édité à 6000exemplairesOutils de communication(stylos,clés usb, drapeauxeuropéensSite internetNewsletterL’été,communication ciblant la presselocale : liste des projets d’échanges de jeunesfinancés par le programmeDossier de presse sur le programmetéléchargeable à partir du sitePressbookCommunication « adaptée » selon les relaisdans les régionsSystème de liste de diffusion en direction desporteurs de projets.Mise à disposition de ppt et logos sur le sitede l’AgenceLiens réguliers avec les médiasEvènements médias réguliersInvitation médias aux actions nationalesAccueil de SVE collectif dans le cadre deLuxembourg capital de l’Europe agissantdans le domaine de la communicationTravail étroit avec la TV et la presse nationalepour la promotion du programmeAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


2- Quel rôle des Agences Nationales pour aider les jeunes et/ou les organisations à rendrevisible leurs projet ?Propositions:SupportsObjectifsFormulaire (application)Logos, powerpoint, dossierde presseConventionManuel de visibilitéSéminaires, rencontreseuropéennesBlog, internetexpliciter les attentes en termes de visibilité en étant plus clair dans les propos.Rendre accessible à tous les bénéficiaires les supports clés en créant unespace visibilité sur le site de chaque agence ou un site centralisé géré par lacom multilingueEtre explicite dans la convention en matière de visibilitéEditer un manuel de visibilité avec des bonnes pratiquesRecommander aux jeunes et aux organisations de participer aux séminaireseuropéens organisés par les Agences dans le but de témoigner de leurexpérienceInciter les jeunes et les organisations à créer des blogs et site internet sur leursprojets« Bouche à oreille » Faire campagne pour que les jeunes et les organisations parlent de JEA autourd’euxYoupee KitProduire un kit de communication avec lettre à entête, phrases clés pour desdossiers de presse, visant à faciliter une stratégie de communicationSéminaires « Agences » - Capitaliser et exploiter réellement les séminaires thématiques menéspar les agences en permettant par exemple l’accès aux rapports en leséditant- Instituer dans chaque formation (BTM, SOHO, ATOQ…) des temps« visibilité » pour mieux faire comprendre les enjeux de lacommunication- Dans tous les séminaires de formation consacrer un temps aufonctionnement des institutions communautairesPresse localeElaborer une lettre d’information en direction de la presse locale, en s’appuyantsur les relais locaux du programme


Proposition de Trame pour L’action 1.1 Echanges de jeunesExemple de conseils en direction des porteurs de projetLa visibilité doit faire partie intégrante de votre projet. Son objectif est que les projets financés parl’Union européenne témoignent clairement du soutien reçu. Cette mesure a aussi pour objectif politiquede faire en sorte que tous les bénéficiaires sachent qu’ils participent à un programme européen, et demontrer au grand public que l’Union européenne crée des possibilités d'apprentissage à l'intention desjeunes.Le logo de l’UE et le logo du programme Jeunesse en Action sont les éléments de visibilité parexcellence qui doivent figurer sur tous les documents produits dans le cadre de votre projet financé parl’Union européenne. Quels que soient la taille, l’envergure ou les objectifs de votre échange, ces logosdoivent occuper une place de premier plan sur tous les matériels produits.(en particulier celui de l’UE)Des matrices électroniques ont été élaborées pour chaque outil de communication et peuvent êtretéléchargées à partir du site internet de l’Agence française.Le tableau ci-après liste un certain nombre de possibilités avec lesquelles vous pourrez rendre visiblevotre projet :Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Description Conseils Objet de visibilité PorteursMedias Savoir faire nécessaire* De mise en œuvre Porté par les jeunes ouorganisationsJournaux presse publique etpresse institutionnelleSavoir écrire un communiqué de presse : un boncommuniqué de presse doit tenir sur 1 A4. Il doit reprendreles objectifs de votre projet. Citer les partenaires :noms despays et des organisations, nombre de jeunes etc.Citer l’UE et le programme Jeunesse enActionMettre les logos de l’UE et du programmeen entêteJeunes et/ou organisationsBlog, site internet, mailingliste…Connaissance internet : un site web peut être l’outil decommunication par excellence d’un projet d’échange dejeunes. Idéal pour montrer des photos de l’échange ou pourdiffuser les résultats.Citer l’UE et le programme Jeunesse enActionMettre les logos de l’UE et du programmeen entête. Faire un lien vers le site del’Agence ou le site du programme(europa)Jeunes et organisationsBase de données bonnespratiquesConnaissance internet poussée : peut s’intégrer dans un sitedéjà existant (particulièrement pour les organisationsfédérées). A souvent pour but d’informer les membres d’unréseau.Citer l’UE et le programme Jeunesse enActionMettre les logos du programme et de l’UEen entête. Faire un lien vers le site del’Agence ou le site du programme(europa)OrganisationsCréation émission TV, supportvidéoPrésentation orale, compétences en communication etmontage vidéoCiter l’UE et le programme Jeunesse enActionMettre les logos de l’UE et du programmeà la séquence d’ouverture et à la fin.Jeunes et organisationsSupports de communicationspersonnalisés : stylos, porteclés …Graphisme, PAO : articles promotionnels en direction despartenaires pour un évènement ou pour diffusion grandpublicLes articles doivent être clairementidentifiés par le logo de l’UE et duprogramme et si possible porter les mots :« Jeunesse en Action »Jeunes et organisationsAffichesTracts, programmes, flyers,dépliantsGraphisme, PAO, plan de diffusion : faire une affiche pourune manifestation ou pour communiquer sur le projetGraphisme, PAO, plan de diffusion : moyen simpled’informer le publicEvidemment le logo du programme et /oude l’UE doit figurer sur l’affiche, si possibleen haut à gaucheLogo du programme Jeunesse en ActionJeunes et organisationsJeunes et organisationsSupport photo Photo, organisation exposition Moyen terme Jeunes et organisationsRapport du projet ou de Animation de réunion, comptes rendus : sur tous vos Logo de l’UE et du programme Jeunesse Jeunes et organisations


Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


3. LE SEMINAIRESEMINAIRE « VIVA !»25/27 juin 2007 – Marly le Roi (Fr)L’agence française du programme Européen JEUNESSE EN ACTION en coopération avec les agences duLuxembourg et de la communauté francophone de Belgique sont heureuses de vous convier au séminaire VIVA(visibilité/valorisation) qui aura lieu du 25 au 27 juin 2007 à Marly le Roi - France.Ce séminaire francophone s’adresse aux collègues des agences nationales chargés de la valorisation ainsi qu’àdes porteurs de projet expérimentés qui souhaitent aborder et approfondir leur compréhension des« nouveaux » concepts de visibilité et valorisation dans le cadre du programme JEUNESSE EN ACTION.En rassemblant des agences nationales et des porteurs de projet, ce séminaire sera source et force de propositionainsi que la première étape d’une réflexion collective autour de la valorisation de actions du programme.La valorisation étant une notion récente mais d’importance fondamentale le séminaire se pose comme objectifsde :• Clarifier et préciser termes et enjeux en relation avec valorisation• Analyser la manière (les manières) de la prendre en compte• Expliciter les attentes des agences et des porteurs de projet• Echanger pratiques, idées entre agences et entre porteurs de projet• Réfléchir à comment (in)former les porteurs de projet : via document/formation spécifique• Produire un document méthodologique à l’usage des agences nationales et des porteurs de projet• Produire des recommandations à l’attention de la Commission EuropéenneL’agence française a prévu d’accueillir 36 participants (1/3 agences - 2/3 porteurs de projet) et de couvrir latotalité de frais de transport et d’hébergement.Nous vous sollicitons dès maintenant pour manifester votre intérêt ainsi que pour faire circuler cette invitationauprès de porteurs de projet expérimentés dans ce domaine et parlant français.Les collègues des agences nationales intéressés ainsi que les porteurs de projet peuvent envoyer leur formulairede candidature à l’agence française avant le 23/05/2007 par email à :tcp@injep.frLa sélection finale des participants sera ensuite effectuée par le comité de pilotage du séminaire.Ci-joint :Formulaire de candidature à l’attention des collègues des agences nationales et des porteurs de projet à nousfaire parvenir impérativement avant le 23/05/2007


Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Déroulement de l’atelier :14.00 / 15.301- Tour de table de présentation des participants2- Contexte dans chaque agence : moyens humains, financiers, organisation, stratégie de communication, outils ?...3- Point sur les différences et similitudesNommer un rapporteur pour la plénièrePrise de notes pour le compte rendu final du séminaire : AmélieUn tableau reprendra les réponses des questions ci-dessous pour une vision globaleStructuration de l’échange :Existe-t-il un service communication dédié au sein de l’Agence ? Combien de personnes gèrent « la communication » au sein de l’agence ?Sous-traitez-vous la communication ? Totalement, partiellement ?Connaissez-vous le volume financier que génère la communication de votre agence ? En % par rapport au volume financier des actionsfinancées sur une année ? Cela vous semble-t-il suffisant ?Concernant l’organisation de la communication : quel poids hiérarchique ? Comment est organisée le service notamment en termes decollecte des contenus / supports de la communication (articles des porteurs, achat des supports de la communication…)Existe-t-il une stratégie de communication : y-a-t-il par exemple des plans de communication spécifiques sur des thématiques : évènementiels,brochures dédiées…ou des cibles bien définies : institutions nationales, jeunes, associations & ONG, collectivités territoriales (Mairies, Maisonscommunales, Hôtels de ville…). Quelles sont les cibles privilégiées ?Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Quels sont les outils, supports de la communication de l’Agence Nationale : site internet (statistiques de visite), newsletter, lettres, évènements,émissions de TV, radio, conférences de presse, drapeaux (stock ?), gadgets etc.… quand il y a des séminaires à l’Agence : quel plan de com estorganisé ? (autre que l’information du séminaire ?)… D’autres questions ?Déroulement de l’atelier :16.00/ 18.001 – Définir les principes de base2 –Dans le plan visibilité : Rendre visible quoi ?3 – Quelle (s) cible (s) privilégiée (s) ?4 – Quels outils ? Comment organiser la ressource déjà présente (cf : partie 1) pour optimiser l’action VISIBILITE ?Nommer un rapporteur pour la plénièrePrise de notes pour le compte rendu final du séminaire : AmélieAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Groupes de travail VALORISATIONAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Objectifs des ateliers VALORISATIONDans la perspective de rédiger un recueil d’aide à la Valorisation• Décomposer le processus de valorisation en étapes et en activités pour chaque action du programme en liant ce processus àla planification de l’évaluation. Rédiger quelques objectifs par étapes.Vous pouvez utiliser différentes formes pour décrire le processus : par exemple création d’une chaine de valorisation desrésultats des projets en listant les étapes clés liées à la diffusion et l’exploitation. Même si la réalité d’un projet est beaucoupplus riche et complexe qu’une suite séquentielle et formelle d’étapes, par souci de clarté et de simplification pour lesporteurs de projet l’apport didactique de votre atelier permettra de mieux communiquer sur la Valorisation.• Lister les formes de valorisation possibles en les catégorisant• Pour les Agences : inclure comment évaluer le plan de valorisation d’un projetAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Région NOM Prénom Email Organisation AdresseBelgique KALDENBACH Valérievalerie.kaldenbach@jugendbuero.beJugendburo NA derDeutschsprachigenGemeinschaftQuartum Center Hutte 79/16 4700EupenBelgique PETERS Linda linda.peters@jugendbuero.beVOG Jugend & Animation &Jeunesse LontzenKarolinger platz 31 4711 WalhornBelgique GEUDENS Tony tony@salto-youth.net SALTO Inclusion RC Gretrystraat 26 1000 BrusselBelgique SUEL Sandrine sandrine@salto-youth.net SALTO Participation20-22 rue du Commerce 1000BruxellesBelgique RAYNAUD Magali bij@cfwb.be BIJ NA BEFR20-22 rue du Commerce 1000BruxellesBelgique Van DAELE Sophie sophie.vandaele@jint.be Jint vzw Grétrystraat 26 1000 BrusselBelgique BILLEN Coline colinatou@yahoo.fr Compagnie Transe en Danse 43 avenue Buyl 1050 BrusselsBelgique MOREAU Bernard lhs@skynet.beLogement et HarmonieSocialeRue du Général Tombeur 47 1040EtterbeekAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Belgique RAFIFI Zohra ZRA@assam-sorelo.be AISBL Contact 58 rue montserrat 1000 BruxellesBelgique DEGIAMPIETRO Elisabettaelisabetta.degiampietro@ec.europa.euCommission EuropéenneBelgique MANES Marianne marianne.manes@cfwb.be BIJ NA BEFRRue du commerce 20-22 1000BruxelleFinlande RUOKOLAINEN Hilma hilma.ruokolainen@cimo.fi NA Finland CIMO PO Box343 FI-00531HelsinkiFrance LACHENMAIER Fabrice ine@ideesnouvelles.eu Idées Nouvelles Europe4432 Route des Sausses 06910Le MasFrance CHANTRELLE Brice brice_chantrelle@yahoo.fr DDJS de Guyane7 lot les Becassines 97354REMIRE-MONTJOLY GUYANEFrance CARDOT François 12rue.pasteur@gmail.com Independent trainerFrance GODFROY Adeline adeline.godfroy@wanadoo.fr Independent trainerFrance HAROUTIAN Murièle muriele/haroutian@clamart.frDirection Jeunesse - Mairiede ClamartCentre administratif 1 av JeanJaurès 92140 ClamartFrance HUTIN Caroline caroline.hutin@clamart.frDirection Jeunesse - Mairiede ClamartCentre administratif 1 av JeanJaurès 92140 ClamartAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


France CHAMPIN Hervé veidf@sve-connexion.org VE IDF17 bis avenue René Damous94500 MarneFrance GIRARDAT Catherine Catherine.Girardat@2e2f.fr Agence 2E2F25 quai des Chartons 33080BordeauFrance GINIER-GILLET Anne calliope-interk@wanadoo.fr Association CALIOPE11 rue Amédée morel 38000GrenobleFrance GIOVANELLI-MARIE Flavia giovanelli@injep.fr AN FR Action 111 rue Paul Leplat 78160 Marly leRoiFrance BACCALA Gilles baccala@injep.fr AN FR TCP11 rue Paul Leplat 78160 Marly leRoiFrance SCHMEDER Madeleine schmeder@injep.fr AN FR Deputy Director11 rue Paul Leplat 78160 Marly leRoiFrance PERPIGNAA Emmanuelle perpignaa@injep.fr AN FR Communication11 rue Paul Leplat 78160 Marly leRoiFrance Von JACOBS Astrid vonjacobs@injep.fr AN FR Action 211 rue Paul Leplat 78160 Marly leRoiFrance MAYAUDON Caroline mayaudon@injep.fr SALTO EUROMED11 rue Paul Leplat 78160 Marly leRoiGrèce DIAMANTOPOULOS Martha m.diamantopoulou@neagenia.gr NA Greece 417 Acharnon 11143 AthèneAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Luxembourg GASPERI Charles charles.gasperi@snj.etat.luService National de laJeunesse NA26 place de la Gare L-5380LuxembourgLuxembourg WENDLINGLucLuxembourg@networktogether.euTOGETHER Luxembourg9 rue de Reims LuxembourgLuxembourg BREDIMUSKOHNENJosée josee.bredimus@youth.lu Merite Jeunesse26 place de la Gare L-1616LuxembourgLuxembourg MACHADO Bruno ccpl@ccpl.luConfédération de laCommunauté Portugaise auLuxembourg6 rue René Weimerskirch L-2713LuxembourgLuxembourgCOIMBRA DEMATOSJoséAntonioccpl@ccpl.luConfédération de laCommunauté Portugaise auLuxembourg7 rue René Weimerskirch L-2713LuxembourgSuède ERIKSSON Céciliacecilia.eriksson@ungdomsstyrelsen.seNA SuèdeMagnus Ladulasgatan 63 A, POBox 17801 11894 StockholmFrance CHAUMETTE Pascal coripas@wanadoo.frTrainer – ID6France METALDI Amélie ameliemetaldi@orange.frRapporteuse – ID6Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Agence française – Séminaire VIVA – Juin 200730


Agence française du programmeJeunesse en actionInstitut National de la Jeunesse et de l’Education PopulaireEtablissement public du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports11 rue Paul Leplat - 78160 Marly le Roi – FranceTel + 33(0)1 39 17 27 70 -Fax: + 33(0)1 39 17 27 57 - Web : www.jeunesseenaction.frAgence française – Séminaire VIVA – Juin 200730

More magazines by this user
Similar magazines