Guide_CETIOM_tournesol_2015

bourgermain

Guide_CETIOM_tournesol_2015

G U I D E D E C U L T U R ETOURNESOL2015Le CETIOM est le centre technique de la filière française des huiles et protéines végétales


Vos contactsArnaud VAN BOXSOMESTREES-MONS (80)vanboxsom@cetiom.frJean LIEVENGRIGNON (78)lieven@cetiom.frLaurent RUCKCHALONS-EN-CHAMPAGNE (51)ruck@cetiom.frJulien CHARBONNAUDARDON (45)charbonnaud@cetiom.frRecrutement en coursRENNES (35)Aurore BAILLETLAXOU (54)baillet@cetiom.frElodie TOURTONST PIERRE D’AMILLY (17)tourton@cetiom.frDelphine DE FORNELDIJON (21)defornel@cetiom.frJean RAIMBAULTAGEN (47)raimbault@cetiom.frDidier CHOLLETETOILE-SUR-RHONE (26)chollet@cetiom.frVincent LECOMTEBAZIEGE (31)lecomte@cetiom.frGilles BEUGNIETMONTPELLIER (34)beugniet@cetiom.frS O M M A I R EVariétés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1Culture intermédiaire . . . . . . . . . . . . . . . . . 6Implantation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8Ravageurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11Fertilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13Désherbage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15Maladies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22Irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25Récolte et conservation . . . . . . . . . . . . . . . 26Double culture (dérobé). . . . . . . . . . . . . . . 27Calendrier de la culture. . . . . . . . . . . . . . . 29La liste des produits phytosanitaires indiqués dans cette brochure n’est pas exhaustive etest mise à jour au 16.01.2015. Les coûts des traitements précisés le sont à titre indicatif etcorrespondent à des tarifs hors taxe revendeurs. Ils ne tiennent pas compte des éventuellespromotions commerciales ou des variations liées aux achats anticipés.Edition : CETIOMAvenue Lucien BrétignièresCampus de Grignon78850 Thiverval-GrignonTél. : 01 30 79 95 00Tél. diffusion des éditions : 01 30 79 95 40www.cetiom.frRédacteur en chef : I. LartigotPhoto de couverture : L. JungMaquette : N. HarelImpression : GRAPH 2000Boulevard de l’Expansion - BP8561203 Argentan cedexDépôt légal : février 2015Membre de


VariétésCETIOM : L. JungCombinez précocité, tolérance aux maladieset rendement• Adaptez la précocité de la variété et la date du semis à votrerégion (voir p. 9), pour limiter le développement des maladies de finde cycle (sclérotinia du capitule et botrytis) et assurer de bonnesconditions de récolte.• Mildiou : diversifiez le profil de résistance des variétés utilisées(voir p. 22).• Phomopsis : proscrivez les variétés sensibles (S) dans toutes lesrégions. A caractéristiques égales, préférez toujours les variétés résistantes(R) ou très peu sensibles (TPS) aux variétés peu sensibles (PS).• Sclérotinia : choisissez des variétés peu sensibles (PS).• Verticillium : dans les zones touchées, évitez les variétés sensibles (S).Si vous avez observé du verticillium dans la parcelle au cours desannées passées, choisissez des variétés très peu sensibles (TPS), voirepeu sensibles (PS).• Orobanche cumana : dans les secteurs concernés, renseignez-vousauprès de votre fournisseur pour cultiver des variétés adaptées àvotre situation (voir p. 21).• Tenez compte de la productivité (niveau, régularité) et de larichesse en huile des variétés.CETIOM : P. JouffretCiblez l’usage des variétés tolérantes auxherbicides• Réservez l’usage des variétés tolérantes aux herbicides de postlevée(CLEARFIELD® et EXPRESS SUN®) aux parcelles présentantdes flores difficilement contrôlables avec les autres herbicides,comme l’ambroisie, le bidens, le chardon (EXPRESS SUN® uniquement),le datura, le liseron des haies, le tournesol sauvage ou lexanthium (voir p. 15-20).• Prenez des précautions pour gérer le risque d’apparition derésistance. Pour vous aider, utilisez l'outil en ligne R-sim : www.r-sim.fr(voir p. 19).• Si vous avez déjà observé de l’orobanche cumana sur la parcelleà implanter ou sur une parcelle contigüe à la vôtre, allongez ledélai de retour du tournesol et choisissez des variétés adaptées, enl’associant ou non à la lutte chimique selon les situations (voir p. 21).Variétés précoces et très précocesobligatoires dans le Nord et le Nord-EstSeules les variétés précoces et très précoces sontadaptées au Nord et au Nord-Est. Si vous utilisez desvariétés plus tardives, vous vous exposez à desrisques de difficulté de récolte, à des frais de séchageélevés et à des pertes de rendement dues aux maladiesde fin de cycle, au climat et aux oiseaux.Il est important de semer tôt dans un sol suffisammentréchauffé, durant la première quinzaine d'avril.En effet, un retard excessif des semis affecte le potentielde rendement et retarde les semis du blé qui suit.Spécificités pour la production oléique• Choisissez d’abord les variétés à haute teneur en acide oléique(supérieure à 82 %), puis tenez compte des mêmes critères dechoix qu’en tournesol linoléique (ou classique).• Si du tournesol linoléique est cultivé à proximité, l’isolement desparcelles oléiques doit être conforme au cahier des charges ducontrat que vous avez souscrit, le plus souvent de 100 à 200 m.1


Caractéristiques des variétés oléiques évaluées par le CETIOM et commercialisées en 2015Précocité àmaturitéVariétéAnnéeet paysd'inscriptionReprésentant en France SensibilitéphomopsisSensibilitéverticilliumSensibilitésclérotiniacapituleSensibilitésclérotiniacolletProfilmildiouTaillede lagraineRichesseen acideoléiqueTMTMPPTPES BALTIC 2012 - UK Euralis Semences PS MS AS S - grosse -AURASOL 2002 - FR Syngenta TPS - PS PS - grosse ES ETHIC 2008 - FR Euralis Semences TPS MS PS AS RM8 moyenne EXTRASOL 2007 - FR Syngenta PS MS PS S - grosse LG 5360 HO 2009 - FR Semences LG TPS - AS PS - grosse LG 5450 HO 2005 - FR Semences LG TPS - PS AS RM8 grosse LG 5474 HO 2009 - FR Semences LG TPS S AS/PS* AS* RM9 petite LLUNA 2012 - FR RAGT Semences PS - AS S - moyenne P64HE01 2011 - SK Pioneer Semences S TPS AS S - grosse PR64 H41 2002 - IT Pioneer Semences PS - PS S - moyenne RAPALA 2010 - FR Jouffray-Drillaud Semences TPS TPS AS AS - moyenne RGT LLUCY 2014 - FR RAGT Semences PS S AS - - moyenne SY VALEO 2011 - FR Syngenta PS PS PS AS - moyenne DKF 2727 2008 - FR Syngenta TPS MS PS AS - grosse ES ATLETIC 2012 - FR Euralis Semences TPS PS PS AS - grosse ES BALISTIC CL 2009 - IT Euralis Semences TPS PS PS AS - grosse ES UNIC 2011 - IT Euralis Semences PS PS AS AS - grosse KERBEL 2010 - FR RAGT Semences PS MS PS AS - moyenne LG5451HO CL 2010 - SK Semences LG TPS PS PS* AS/PS* - grosse MAS 88.OL 2010 - SK Maïsadour Semences TPS PS AS S - grosse MOOGLLI CL 2010 - IT RAGT Semences S/PS* MS PS* S - petite NK FERTI 2006 - FR Syngenta TPS PS AS AS - moyenne NK SINFONI 2008 - FR Syngenta TPS MS AS S - petite PR64 H42 2009 - IT Pioneer Semences PS PS PS S - grosse SOLUSOL 2010 - IT Semences de Provence S S S AS/PS* - petite SY FERTINA 2010 - FR Syngenta PS S PS AS - petite SY LISTEO 2010 - FR Syngenta PS S AS AS - grosse SY REVELIO 2011 - RO Syngenta PS PS AS S/AS* - moyenne SY TALENTO 2013 - PO Syngenta TPS MS* AS - - grosse CLLUB 2012 - IT Semences de France S S PS AS - moyenne DKF 3333 2008 - FR Syngenta TPS PS PS AS RM9 moyenne DKF 3819 2009 - FR Syngenta TPS - PS PS - moyenne ES AKUSTIC 2012 - FR Euralis Semences PS TPS AS AS - moyenne ES TEKTONIC CL 2010 - IT Euralis Semences TPS S PS PS - moyenne LG5656HO 2010 - FR Semences LG R MS PS AS RM8 moyenne LG5687HO 2013 - FR Semences LG PS TPS AS PS RM8 petite NUTRASOL 2006 - FR Syngenta TPS PS PS AS - moyenne SANGRIA CS 2012 - IT Caussade Semences PS TPS AS - - petite TUTTI 2010 - FR Syngenta PS S PS S - petite ES GRAFIC CL 2012 - IT Euralis Semences TPS S AS/PS* PS - grosse SY VIRTUOSO 2014 - FR Syngenta PS MS PS - - moyenne Variété tolérante au PULSAR 40 R Résistante Richesse en acide oléique Précocité à maturité Profil mildiou (source GEVES)Variété tolérante à EXPRESS SX TPS Très peu sensible < 83 TP : très précoce RM9 : variété résistante aux 9PS Peu sensible 83 - 85 P : précoce races officiellement reconnues- : Variété non testéeMS Moyennement sensible 85 - 87 MP : mi-précoce RM8 : RM9 moins la race 334* : Résultat à confirmerAS Assez sensible 87 - 89 MT : mi-tardive (sensible ou non testée)S Sensible > 89 T : tardive - : profil de race incompletmyVar® : pour connaître et choisir vos variétésmyVarL’outil rassemble toutes les données variétésdu CETIOM, avec 4 entrées :- consulter les fiches variétés,- choisir selon ses propres critères,- comparer des variétés,- résultats annuels.www.myvar.frDisponible sur :2


Performance des variétés oléiques testées par le CETIOM en 2013 et 2014Les indices de rendement de chaque variété sont exprimés en pourcentage de la moyenne des essais par série (oléiques etclassiques ensemble). Ils sont comparables entre eux uniquement au sein d'une même série (année et essais communs).Pour connaître les performances des variétés testées avant 2013, consultez www.myvar.fr.Précocité à maturitéPMPRegroupements Centre Ouest Est National réseau complémentaireRégionsBretagne, Centre, Ile-de-France,Limousin, Pays de la Loire,Poitou-Charentes,Alsace, Auvergne, Bourgogne,Champagne-Ardenne,Franche-Comté, Lorraine,ToutesBasse Normandie,Haute NormandieNord-Pas-de-Calais, Picardie,Rhône-AlpesVariétés 2013 2014 2013 2014 2013 2014EXTRASOL RGT LLUCY SY VALEO ES ATLETIC ES BALISTIC CL SY REVELIO SY TALENTORendement moyen q/ha(nb d'essais)38,4 (11) 34,8 (13) 35,0 (9) 32,4 (7) 34,3 (10) 35,1 (12)Regroupements Centre Ouest + Sud National réseau complémentaireT MT MP P Précocité à maturitéRégionsBretagne, Centre, Ile-de-France,Limousin, Pays de la Loire,Poitou-Charentes,Basse Normandie,ToutesHaute Normandie, Aquitaine,Languedoc-Roussillon,Midi-Pyrénées, PACAVariétés 2013 2014 2013 2014EXTRASOL ES UNICCLLUBDKF 3333 ES AKUSTIC ES TEKTONIC CLLG 5656HOLG 5687HO SANGRIA CSSY VIRTUOSORendement moyen q/ha(nb d'essais)35,8 (13) 37,1 (16) 32,9 (6) 38,3 (10)Variété tolérante au PULSAR 40Indice de rendement < 95 95 - 98 98-102 102-105 ≥105Précocité à maturitéP : précoceMP : mi-précoceMT : mi-tardiveT : tardive3


Caractéristiques des variétés linoléiques (classiques) évaluées par le CETIOM et commercialisées en 2015Précocité àmaturitéPMPVariétéAnnéeet paysd'inscriptionReprésentanten FranceSensibilitéphomopsisSensibilitéverticilliumSensibilitésclérotiniacapituleSensibilitésclérotiniacolletProfilmildiouRichesseen huileTaillede lagraineBELINDA CS 2006 - FR Caussade Semences PS - PS - - très élevée moyenneCLLEVER CL 2012 - IT RAGT Semences PS MS AS/PS* AS - moyenne moyenneCODIZOL CL 2010 - IT Codisem PS - AS PS - moyenne petiteCORALIA CS 2005 - FR Caussade Semences PS - AS S - élevée moyenneES BIBA 2006 - FR Euralis Semences PS TPS PS PS RM8 moyenne moyenneES COLUM-France Canada2013 - FRBELLASemencesTPS S AS/PS* AS - moyenne grosseES LUMINA 2013 - FR Euralis Semences TPS S AS AS - moyenne moyenneES MONALISA 2014 - FR Euralis Semences PS/TPS* MS AS - - moyenne moyenneES NOVAMIS CL 2012 - IT Euralis Semences TPS MS PS AS - moyenne grosseESTRELLA CS 2011 - SK Caussade Semences PS MS - - - - -FYDGI 2012 - FR Semences de France TPS S AS/PS* AS - très élevée grosseKENDO 1999 - FR Panam France SARL PS - AS S* - très élevée moyenneLG 5380M 2003 - FR Semences LG TPS - AS PS - moyenne moyenneLG 5377 2012 - FR Semences LG TPS S AS AS RM8 moyenne grosseMAS 83R 2011 - FR Maïsadour Semences PS MS AS AS - moyenne moyenneMELVIL 2014 - FR Semences de France TPS MS AS/PS* - - très élevée grosseNK DELFI 2006 - FR Syngenta TPS - PS - - moyenne moyenneNK DOLBI 2005 - FR Syngenta TPS - PS AS - élevée petiteP63LE10 2011 - SK Pioneer Semences PS MS AS/PS* S - élevée grosseP63LL78 2013 - FR Pioneer Semences TPS TPS - AS/PS* - élevée moyennePEGASOL 2001 - FR Syngenta PS - PS PS - moyenne grosseSPIROU 2004 - FR Maïsadour Semences PS/TPS* - PS* AS - élevée moyenneSY SANBALA 2012 - SK Syngenta TPS MS AS AS - élevée moyenneVELLOX 2008 - FR RAGT Semences TPS MS PS PS - très élevée moyenneBREHA 2012 - FR Semences de France TPS MS PS* AS - élevée moyenneCLLOSER 2013 - FR RAGT Semences TPS MS AS/PS* S - très élevée moyenneCODIWER 2006 - FR Codisem TPS - AS AS - moyenne grosseES AMIS 2011 - IT Euralis Semences TPS MS AS PS - moyenne moyenneES COSTA 2010 - FR Euralis Semences R PS AS S RM9 moyenne moyenneES SHERPA 2009 - HU Euralis Semences PS MS AS AS - moyenne grosseES VIOLETTA 2012 - FR Euralis Semences TPS MS AS AS RM8 moyenne grosseFABIOLA CS 2006 - FR Caussade Semences PS PS AS - - élevée moyenneHELIAGRAS 2008 - FR Semences de France R - PS PS - très élevée moyenneHYSUN 202 CL 2012 - RO Alta Seeds TPS TPS - PS* - moyenne petiteLG 5525 2009 - FR Semences LG TPS - AS PS RM8 élevée grosseLG 5655 2004 - FR Semences LG TPS TPS PS PS - moyenne moyenneLG 5658 CL 2009 - FR Semences LG PS PS PS PS - moyenne petiteLG 5625 2012 - FR Semences LG TPS MS AS AS RM8 moyenne moyenneLG 5679 2014 - FR Semences LG TPS PS AS/PS* - RM9 moyenne moyenneLISBOA 2003 - IT Panam France PS - AS* AS/PS* - élevée moyenneMEDDIA CS 2013 - FR Caussade Semences PS TPS AS/PS* S - élevée petiteMOBILL 2012 - FR RAGT Semences TPS MS PS PS* - élevée grosseNK KONDI 2007 - FR Syngenta R MS AS AS - moyenne moyenneNK NEOMA 2008 - SK Syngenta TPS MS PS* AS - faible petiteOLLEAN 2006 - FR RAGT Semences TPS - PS - - élevée moyenneP64LE25 2011 - RO Pioneer Semences TPS PS PS AS - moyenne moyennePR64 F50 2009 - FR Pioneer Semences TPS TPS PS PS - moyenne moyenneRGT GAZELL 2014 - FR RAGT Semences TPS MS PS - RM9 moyenne grosseSY EXPLORER 2013 - FR Syngenta TPS TPS AS S - moyenne moyenneSY FLAMENCO 2014 - FR Syngenta PS/TPS* MS AS - - moyenne petiteULLYS 2011 - FR Semences de France TPS S AS AS - très élevée petiteVOLLTAGE 2011 - FR RAGT Semences TPS MS PS PS RM9 élevée grosse4


Précocité àmaturitéMTTVariétéAnnée etpaysd'inscriptionReprésentanten FranceSensibilitéphomopsisSensibilitéverticilliumSensibilitésclérotiniacapituleSensibilitésclérotiniacolletProfilmildiouRichesseen huileTaillede lagraineANTALIA 2010 - FR Caussade Semences S - PS PS - moyenne moyenneES FLORIMIS 2008 - IT Euralis Semences PS - PS* S* - faible moyenneES SHAKIRA 2013 - IT Euralis Semences TPS TPS AS/PS* PS* - très élevée moyenneFUSHIA CL 2011 - RO Caussade Semences TPS TPS - - - - -HYSUN 271 2013 - RO Alta Seeds S TPS - S - moyenne petiteIMERIA CS 2009 - IT Caussade Semences TPS - PS* AS* - faible moyenneKAPLLAN 2010 - FR RAGT Semences TPS S PS AS - élevée moyenneLG 5528 2012 - FR Semences LG TPS S AS AS RM9 moyenne moyenneMAS 87IR 2013 - ES Maïsadour Semences TPS MS AS AS - élevée petiteNK ARMONI 2005 - FR Syngenta TPS - PS AS - moyenne moyenneRGT HOLLY 2014 - FR RAGT Semences PS MS AS - - moyenne grosseDOUGLLAS 2012 - FR RAGT Semences PS PS PS PS* - élevée grosseNK ADAGIO 2009 - SK Syngenta TPS PS PS AS - moyenne moyenneSY EDENIS 2011 - SK Syngenta TPS TPS PS PS - moyenne moyenneVariété tolérante au PULSAR 40 R Résistante Précocité à maturité Profil mildiou (source GEVES)Variété tolérante à EXPRESS SX TPS Très peu sensible P : précoce RM9 : variété résistante aux 9 races officiellement reconnuesPS Peu sensible MP : mi-précoce RM8 : RM9 moins la race 334 (sensible ou non testée)- : Variété non testéeMS Moyennement sensible MT : mi-tardive - : profil de race incomplet* : Résultat à confirmerAS Assez sensible T : tardiveS SensiblePerformance des variétés linoléiques (classiques) testées par le CETIOM en 2013 et 2014Les indices de rendement de chaque variété sont exprimés en pourcentage de la moyenne des essais par série (oléiques etclassiques ensemble). Ils sont comparables entre eux uniquement au sein d'une même série (année et essais communs).Pour connaître les performances des variétés testées avant 2013, consultez www.myvar.fr.Précocité à maturitéRegroupementVariété tolérante au PULSAR 40Variété tolérante à EXPRESS SXIndice de rendement < 95 95 - 98 98-102 102-105 ≥105Centre OuestBretagne, Centre, Ile-de-France,Limousin, Pays de la Loire,RégionsPoitou-Charentes, BasseNormandie, Haute NormandieVariétés 2013 2014ES BIBA ES COLUMBELLA ES LUMINA ES MONALISAFYDGILG 5377MAS 83.RMELVILP63LL78SY SANBALA VELLOX ES VIOLETTA RGT GAZELLRendement moyen q/ha(nb d'essais)38,4 (11) 34,8 (13)PMPPrécocité à maturitéP : précoceMP : mi-précoceMT : mi-tardiveT : tardiveRegroupements Centre Ouest + SudNational réseaucomplémentaireRégionsBretagne, Centre, Ile-de-France,Limousin, Pays de la Loire,Poitou-Charentes,Basse Normandie,ToutesHaute Normandie, Aquitaine,Languedoc-Roussillon,Midi-Pyrénées, PACAVariétés 2013 2014 2013CLLOSER HYSUN 202 CLLG 5625 LG 5679MEDDIA CSNK KONDI P64LE25SY EXPLORER SY FLAMENCOES SHAKIRA HYSUN 271KAPLLANLG 5528 MAS 87IR RGT HOLLYDOUGLLASNK ADAGIOSY EDENISRendement moyen q/ha(nb d'essais)35,8 (13) 37,1 (16) 32,9 (6)Précocité à maturitéMPMTT5


CETIOM : J. LievenVariétés proposées à l’inscription en décembre 2014Pour en savoir plus, consultez www.geves.fr.Précocité àmaturitéPrécocité à maturité (classement GEVES) :P : précoce ; MP : mi-précoce ; MT : mi-tardive ; T : tardiveLorsqu’ils sont bien implantés, les mélanges d’espèces incluantune légumineuse (ici vesce velue) présentent un intérêt agronomiqueet environnemental en interculture avant tournesol.6PP/MPMTTPP/MPPMPMTMP/MTDénominationapprouvéeObtenteur TémoinsV.A.T.E.Rendementgraines(indice/% témoins)Teneur enhuile auxnormes (%)Rendementen huile(indice/%témoins)CotationsclérotiniacapitulePas de cotation phomopsis en 2014* par rapport à SANLUCA RMCotationfinaleProfilmildiouPrécocitématurité/Extrasol(écart %H2O)Adaptez la conduite culturale à la parcelleet à vos objectifsTeneuren acideoléique(%)Variétés oléiquesES TWISTIC 1 2 106,1 45,9 103,7 1,0 104,7 - + 1,16* 87,1LG5468HO 2 4 105,0 51,0 111,1 0,0 111,1 RM9 - 0,88 89,5SY RIALTO 7 4 109,0 48,1 108,9 1,5 110,4 RM9 + 0,6 88,8LG5698HO 2 7 103,1 46,7 103,0 0,0 103,0 - + 1,55 89,9MAS 86OL 3 8 110,2 46,2 109,5 1,5 111,0 RM9 + 3,20 83,4Variétés classiquesRGT VOLLUTO 4 1 112,0 51,0 122,2 0,8 123,0 - + 1,06 *RGT FELLINI 5 3 105,0 50,2 109,6 1,5 111,1 RM9 + 0,33TENERIF 4 3 103,9 50,1 108,3 1,5 109,8 RM9 + 0,22ES TRIVIA 1 3 105,8 47,9 105,5 1,3 106,8 RM8 - 1,33LG5499 2 5 104,2 49,5 108,4 0,0 108,4 - - 0,34MAHE 4 6 102,7 50,4 109,0 0,0 109,0 RM9 + 1,95VOUILLAC 6 6 107,9 51,0 115,8 0,9 116,7 RM9 + 1,60MAS 89M 3 5 103,9 47,9 104,5 0,0 104,5 RM9 + 1,02Obtenteur1 - Euralis Semences2 - Limagrain Europe3 - Maïsadour Semences4 - RAGT 2n5 - RAGT Czech s.r.o.6 - RAGT Semences7 - Syngenta Crop Protection AGCulture intermédiaireTémoins V.A.T.E. 1 re année 2 e année1 (AURASOL + SANLUCA RM)/2 (AURASOL + LG 5360 HO)/22 AURASOL (AURASOL + LG 5360 HO)/23 (ES BIBA + EXTRASOL)/2 (ES BIBA + EXTRASOL)/24 (AURASOL + EXTRASOL)/2 (LG 5450 HO + EXTRASOL)/25 (NK KONDI + EXTRASOL)/2 (NK KONDI + EXTRASOL)/26 (NK KONDI + EXTRASOL)/2 (NK KONDI + DKF 3333)/27 (EXTRASOL + NK SINFONI)/2 EXTRASOL + NK COUNTRI)/28 (DKF 3333 + NK SINFONI)/2 (DKF 3333 + NK COUNTRI)/2Pour limiter les fuites de nitrates en période pluvieuse, la couverture dessols à l’automne durant l’interculture est réglementée par le 5 e programmed’actions, actuellement en vigueur dans les zones vulnérables.Des dérogations existent dans certaines conditions particulières*. Lesconseils suivants sont donnés à titre indicatif et ne sauraient remplacerles règles et prescriptions déclinées au niveau national et régional.• Choisissez une espèce ou un mélange de 2-3 espèces en fonction ducontexte parcellaire et des objectifs agronomiques et réglementaires*.• Après la récolte de la céréale :- réalisez un à deux déchaumages superficiels (disques, dents) dès larécolte de la céréale, pour gérer les pailles et préparer le semis de laculture intermédiaire ;- en non-labour, complétez par une fissuration du sol en profondeur(possible en cours d’automne) pour faciliter ultérieurement la croissancedu pivot du tournesol.


CETIOM : G. JollyDestruction du couvert.• Semez entre mi-juillet et mi-septembre* selon l’espèce et le contextepédoclimatique (sol réchauffé, ressuyé, pas trop sec). Dans les régionssèches du Sud, saisissez les opportunités d’orage fin août pour augmenterles chances de germination. Roulez pour maximiser le contact entrela terre et les graines.• Au moment de détruire :- adaptez le type et la période de destruction à l’espèce et à son étatde développement ;- saisissez la bonne occasion (sol gelé ou bien ressuyé) pour éviter lesrisques de lissage ou de tassement de sol ;- privilégiez la destruction mécanique : broyage, déchaumage superficiel,labour. Le gel peut entrer en ligne de compte pour certaines espèces ;- la voie chimique ne doit s’envisager* qu’en cas de nécessité absolue :en système sans labour notamment ou en présence de conditionsdéfavorables à la destruction mécanique ;- en non labour, attachez une importance particulière à la qualité dela destruction et à l’incorporation des résidus végétaux (risque limace).* Informez-vous des règles Directive Nitrates en vigueur dans votre département.Gérez la conduite en fonction du type de couvertDes critères techniques sont à prendre en compte pour réussir la mise en place du couvert et sa destruction et gérer préventivementles risques sanitaires et agronomiques.• Tenez compte des modes de semis et de destruction envisagés dans vos critères de choix d’espèce (voir tableau ci-dessous).• En sol superficiel pauvre en azote, semez un mélange à base de graminées (ex : avoine ou seigle) et de légumineuses (ex : vesceou trèfle) à partir du 10-15 août. En sol profond ou bien pourvu en matières organiques, semez fin août, voire début septembre, uncouvert à installation rapide (ex : moutarde blanche, phacélie).• Proscrivez le nyger et le tournesol dans les rotations à base de tournesol, en raison du risque de mildiou.• Evitez les moutardes et les autres crucifères dans les rotations à retour fréquent de colza, notamment en raison du risque de hernie.• Adaptez la période de destruction au couvert en place :- détruisez les couverts à forte croissance et développement (moutarde, radis, phacélie, avoine) dès la fin novembre ou dès leurentrée en floraison ;- vous pouvez envisagez une destruction plus tardive des couverts en mélange à base de légumineuses, mais dans tous les casavant la mi-février.MoutardeblanchePhacélieSeigleAvoine strigosaou avoine rudeVescesTrèfled’AlexandrieFéverole deprintempsFacilité de destructionPériode desemisrecommandée20 août au05 septembre05 août au05 septembre15 juillet au15 septembre05 août au15 septembre15 juillet au15 août15 juillet au15 août15 juillet au15 aoûtFacilité de destructionGel Roulage sur gel Broyage Labour-5 à -10°C* *< -13°C** *-5 à -10°C* * *très bonne bonne moyenne à bonne moyenne faible* Le couvert est d’autant plus sensible au gel, au roulage ou au broyage qu’il est développé.Si hauteur< 60 cmOutildéchaumeurHerbicidenon sélectifSources : ARVALIS-Institut du végétal, CETIOM, GNIS, ITB, UNILET7


ImplantationAssurez une bonne structure de sol pour permettreune levée rapide et suffisante• Si le sol est tassé ou fragile (faible taux d'argiles ou de matièresorganiques), un labour ou un travail profond à 15-20 cm est indispensable.• Un travail profond ne peut être évité que dans les sols argileux ouriches en matière organique, uniquement si la structure sur 0-30 cm estsatisfaisante (vérifiez avec un profil à la bêche). Dans ce cas, il estpossible de réaliser un travail du sol sur 7-8 cm de profondeur et devérifier la présence de limaces ou de dégâts avant le semis et pendantla levée (voir p. 11).• Semis direct et travail très superficiel (moins de 5 cm) sont déconseilléscar ils ne permettent pas d’obtenir une densité de levée optimale et unequalité d’enracinement suffisante.• Travaillez sur un sol ressuyé quitte à retarder le semis.• Privilégiez les outils à dents non animés pour préparer le lit desemences.• Utilisez les trains d'outils pour limiter le nombre de passages sur laparcelle.• Evitez les tassements en utilisant des équipements de type rouesjumelées ou pneus basse pression.Tout obstacle au développement du pivot peut faire perdre plusde 5 q/ha et dégrader la teneur en huile (exemple de pivotcoudé en médaillon).CETIOM : L. JungEfficacité des techniques de travail du sol en tournesolTravail du solLabourTravail profond(15-20 cm)Travail superficiel(5-15 cm)Travail trèssuperficiel(< 5 cm)Semis directDensité de levée Satisfaisant Satisfaisant Satisfaisant Insuffisant InsuffisantQualitéd’enracinementEvaluation globale dela techniqueGlobalementsatisfaisantGlobalementsatisfaisantVariable Variable VariableSatisfaisant Satisfaisant Moyen Insuffisant Insuffisant* En sols argileux, les résultats ne sont pas encore probants et justifient la poursuite des études.Strip-till(travail localisésur la ligne)*Satisfaisant(à confirmer)En coursd’évaluation1 ers résultatssatisfaisants àconfirmerCETIOM : V. Lecomte8De nouvelles perspectives avec le strip-tillLa technique du strip-till consiste à travailler le sol uniquement sur la future ligne de semis, l’objectifétant de préparer un lit de semences favorable à la levée et fissuré en profondeur pour garantir ledéveloppement racinaire. Cet outil combine plusieurs éléments mécaniques permettant de fissurer puisd’affiner et de rappuyer la zone travaillée : coutre circulaire, chasses débris rotatifs, dent de fissuration,disques pour créer un léger buttage, équipement constitué de bêches roulantes. Largement développéaux Etats-Unis dans des systèmes de culture maïs-soja, le strip-till est en cours d’évaluation sur le tournesolet le colza, mais aussi sur d’autres cultures semées à large écartement (maïs et sorgho). Par rapportaux autres techniques très simplifiées d’implantation, les premiers résultats des essais conduits en striptillpar le CETIOM en partenariat avec des agriculteurs dans le Sud sont intéressants. En sols argileux,les levées de tournesol sont améliorées avec un passage unique de strip-till à 15-20 cm de profondeurdès le début de l’automne précédent en comparaison à d’autres techniques de travail simplifié. L’enracinement est satisfaisant. Lacroissance foliaire est plus modérée qu’en non labour profond. La technique du strip-till peut être associée à l’implantation en find’été de couverts végétaux. En sol à comportement argileux, le passage de strip-till à l’automne peut être renouvelé avant le semis,sur un sol parfaitement ressuyé, soit avec une dent passée de façon plus superficielle, soit à l’aide d’un disque mulcheur. Ce secondpassage a un intérêt si la zone travaillée à l’automne n’est pas assez émiettée et réchauffée au printemps. Dans le cas contraire (solémietté), un passage unique de strip-till à l’automne suffit. En sol à comportement limoneux, le passage de strip-till aura lieu uniquementau printemps, juste avant ou combiné au semis. Par rapport à un travail profond ou un labour, le strip-till augmente le risqued'attaque de limaces. Dans ce cas, l'antilimaces doit être apporté en localisé au semis (dans la ligne de semis) et en plein en surface.


CETIOM : L. JungSemer tôt, c’est mettre toutes les chances de son côtépour ne pas manquer d’eau en floraison et pour pouvoirrécolter dans les meilleures conditions.Semez dès que les conditions s’y prêtent• Attendez que le sol soit suffisamment réchauffé pour semer : 8°C à 5 cmde profondeur. Toutefois, si le sol est bien ressuyé et que vous vous situezdans la période de semis optimale, vous pouvez semer en conditions plusfraîches, si un réchauffement est prévu. Une levée rapide et régulière estmoins exposée aux dégâts d'oiseaux, de limaces et de ravageurs du sol.• Assurez-vous que le lit de semences est bien ressuyé pour éviter lestassements préjudiciables à un bon enracinement.• Respectez la période adaptée à la variété dans votre région (voir cartes).• Si vous cultivez du tournesol oléique, respectez impérativement les datesde semis en évitant les dates tardives. En effet, la teneur en acide oléiqueest réduite sous l’effet des températures basses après la floraison. Respectezla distance d’isolement précisée dans le cahier des charges (100 à 200mètres le plus souvent).Adaptez la période de semis et la précocité à votre régionMoitié SudPériode de semis :••• recommandée•• possible• possible mais non conseillée- déconseilléePrécocité variétale :T : tardive MT : mi-tardive MP : mi-précoceP : précoce TP : très précoce20 au 1 au 16 au 1 au31 mars 15 avril 30 avril 15 maifin maiPériode de semis ••• ••• •• • -Précocité P, MP P, MP P TP, P -Période de semis - •• ••• •• -Précocité - P, MP, MT P, MP TP, P -Tous types de solssauf limons froids Période de semis••• ••• •• • -Limons froids - •• ••• •• •P, MP, P, MP,PrécocitéMT, T MT, TP, MP P TP, PTous types de solssauf limons froids Période de semis••• ••• •• •Limons froids • •• ••• •Précocité P, MP P, MP P, MP TP, PSols séchantsPériode de semis ••• •• •• •Précocité P, MP P, MP P, MP TP, PPériode de semis ••• ••• •• •Sols profondsP, MP, P, MP,PrécocitéMT, T MT, TP, MP, MT P, MPMoitié NordPériode de semis :••• recommandée•• possible• possible mais non conseilléePrécocité variétale :T : tardive MT : mi-tardive MP : mi-précoceP : précoce TP : très précoce21 au 31mars1 au 20avril21 au 30avrilAprès le1er maiPériode de semis •• ••• •• •Précocité P, MP P P P, TPPériode de semis • ••• ••• •Précocité P, MP P P P, TPPériode de semis •• ••• •• •Précocité MP P, MP P, MP P, TPPériode de semis • •• ••• •Précocité P P P P, TPPériode de semis •• ••• •• •Précocité MP, MT, T P, MP, MT, T P, MP P, TPPériode de semis •• ••• •• •Précocité P, TP P, TP P, TP TPPériode de semis • ••• •• •Précocité MP, P MP, P, TP P, TP TPPériode de semis • ••• •• •Précocité MP, P MP, P, TP P, TP TP9


CETIOM : L. JungVisez 50 000 à 60 000 plantes levées/ha• Semez 65 000 à 70 000 graines/ha. En cas de travail du sol superficiel,semez 70 000 à 75 000 graines/ha pour compenser les irrégularités et lespertes à la levée plus fortes.• Préférez un écartement de 40 à 60 cm : selon les régions et le potentiel dela parcelle, c'est 1 à 4 q/ha de gagnés par rapport à un écartement large detype maïs (75 à 80 cm) à densité équivalente.• Semez à une profondeur régulière, entre 2 et 3 cm si le sol est frais et entre4 et 5 cm si le sol est sec en surface.• Semez lentement, au maximum à 5 km/h.• Ne retournez pas un tournesol à la légère : une parcelle de 3 pieds/m²régulièrement répartis peut être maintenue car vous pouvez espérer unrendement de 20 à 25 q/ha (en l'absence de facteurs limitants autres quela densité), générant une marge supérieure à celle d'une culture de remplacement.Pour connaître les cultures de remplacement possibles après un tournesol,voir p. 19.Les semis à densité optimale améliorent rendement, qualité et marge bruteDeux années d’essais du CETIOM dans le sud de la France ont confirmé l’intérêt d’un semis assez dense pour sécuriser l’implantation,le rendement et la marge brute, quel que soit le prix de vente de la graine (de 200 à 500 ¤/t). Cela permet d’obtenir une teneur enhuile plus élevée et des capitules qui se dessèchent mieux, ce qui est particulièrement appréciable dans les zones de culture les plusfraîches ou avec un tournesol en double culture (dérobé), récolté tardivement.Densité desemis(graines/ha)Rendement aux normes (q/ha)Sur le total des16 essais*Sur les 6 essaisavec levéeirrégulière*Teneur en huileaux normes (%)Humidité desgraines à larécolte (%)Gain de marge brute par rapport à unsemis à 50 000 graines/ha**Sans rémunérationde la richesse enhuileAvec rémunérationde la richesse enhuile50 000 27,5 23,1 42,8 9,2 - -65 000 29,1 26 43,7 8,4 + 39 ¤/ha + 52 ¤/ha75 000 29,5 26,6 44,1 7,7 + 41 ¤/ha + 59 ¤/ha* Taux de levée moyen de 71 % sur l’ensemble des 16 essais et de 51 % dans les essais à levées irrégulières.** Exemple avec une dose de 150 0000 graines à 190 ¤ et un prix de la graine de tournesol à 350 ¤/t aux normes.Source : essais densité CETIOM 2011 et 2012 – 16 essais retenus dans le sud de la France – Variété DKF 3333CETIOM : L. Jung10


CETIOMLimaces : protégez à la levéeRavageurs• Evitez les sols creux, motteux, riches en argile, avec des résidus de récolteen surface. Prévoyez une préparation de sol adaptée.• Vérifiez la présence de limaces avant le semis en période de pluies parobservation directe en début de journée ou piégeage.• Si une attaque de limaces est redoutée (présence de limaces, climathumide, antécédents d’attaques sur la parcelle), appliquez les granulés ensurface, au semis ou juste après. Dans tous les cas, intervenez avant lalevée.• Surveillez la levée et renouvelez l’application si nécessaire.Quelques limaces peuvent tout compromettre, en s’attaquantaussi bien aux graines en germination dans le solqu’aux différentes parties de la plantule.Produits utilisables contre les limacesSpécialités commercialesSubstances Coût indicatifToxicitékg/ha (conseil firme) appâts/m²actives (g/ha) (€ HT/ha)Métaldéhyde 3 %DELICIA LENTILLES ANTILIMACES (1) 3 33 Sc 90 19-20METAPADS (2) 4 35 Sc 120 16MOLLUSTOP 3 % (3) 4 30 Sc 120 14-15Métaldéhyde 4 %MAGISEM PROTEC (4) 2 à 4 22-44 Sc 80-160 10-21METAREX INO (5) 2,5 à 5 15-30 Sc 100-200 10-24Métaldéhyde 5 % (6)EXTRALUGEC GRANULÉS TECHN’O 3,75 à 5 27-36 Sc 187-250 16-22GENESIS TECHN’O 3 à 3,75 31-40 Sc 150-187 17 à 21LIMAGRI GR CHAMP 4 37 Sc 200 16LIMATAK B EVOLUTION 5 25 Sc 250 15WARRIOR QDX 5 26 Sc 250 15Phosphate ferriqueSLUXX HP (7) 5-7 47-66 Sc 150-210 22-31Éléments pour un traitement en plein, granulés bien répartis à la surface du sol.La réglementation sur les homologations des antilimaces évolue.Des antilimaces homologués récemment ne sont autorisés que sur certaines cultures avec des stades d’applications, des doses maximales, un nombre de passages, un délaientre deux applications… Lire attentivement les étiquettes et la documentation disponible auprès des distributeurs.Le choix du produit peut être déterminé par le type de matériel d’épandage utilisé. La dose de produit appliqué peut être minimisée, en cas de risque limité. La localisation enbande suffisamment large sur la ligne de semis permet de réduire les quantités.Produits généralement formulés avec des répulsifs et/ou amérisants visant à limiter, entre autres, les risques de consommation par les animaux domestiques.Toxicité de la spécialité commerciale : Xn = nocif ; Sc = sans classification.ZNT (zone non traitée) des spécialités commerciales : 5 m par défaut(1) Autre spécialité forme lentille : METADISQUE(2) Forme coussin(3) Autres spécialités forme cylindre : LIMADISQUE, CONTRE LIMACES 3 %(4) Réservé aux applications au semis avec micro-granulateur ou en mélange avec les semences ; autre spécialité : ELIREX 110(5) Application au plus tard au stade BBCH17 (7 feuilles) ; autres spécialités : AFFUT TECH, HELIMAX PRO, CLARTEX NEO, XENON PRO, ALLOWIN QUATRO, AGRILIMACE EVO(6) Autres spécialités : CARAKOL, COPALIM SR, METALIXON, PRIMEDIC SR, SEMALIM SR, WARRIOR Extra…(7) Produit utilisable en agriculture biologiqueUn antilimaces est un produit phytosanitaire dont l’application doit être gérée avec autant de soins qu’une application par pulvérisation.- L’applicateur doit être sensibilisé à la dangerosité du produit et en tenir compte dans les phases de manutention et manipulation.- Compte tenu de la précision des matériels d’application disponibles en général, soyez très attentif à ne pas appliquer d’antilimaces au-delà des bordures de parcelles (avant labande enherbée) qui jouxtent un cours d’eau afin de ne pas épandre directement des granulés dans l’eau de surface.- De nouveaux distributeurs centrifuges sont disponibles ; ils permettent de réaliser des applications plus précises (dose, répartition) et sont équipés d’un dispositif spécial pourune application en bordure de cours d’eau en toute sécurité.11


Taupins : attention dans les situations àrisque• 5 à 10 % des parcelles de tournesol sont considérées à risque :parcelles avec présence avérée de taupins, antécédents d’attaquesnotamment sur maïs ou précédents favorables (friche, prairie,culture fourragère ou légumineuse).• En situation à risque, favorisez une levée rapide. Semez dansun sol suffisamment réchauffé.• Augmentez légèrement la densité de semis pour compenser lespertes de plantes éventuelles.• Pour les cas les plus exposés, il existe un traitement insecticideau semis : BELEM 0,8 MG à 12 kg/ha (50 €/ha). Le microgranulédoit être dispersé dans la raie de semis, grâce à un diffuseurDXP® spécial à adapter sur l’embout du tube de descentedu microgranulateur.Au stade larvaire, le taupin est un ver qui s’attaque aux graines detournesol en cours de germination.CETIOM : L. JungDégâts d’oiseaux et de gibiers• Les dégâts d’oiseaux sont d’autant plus faibles que la levée estrapide. Semez dans un sol suffisamment réchauffé (8°C à 5 cmde profondeur), si possible en même temps que vos voisins.• Pour les oiseaux, les effaroucheurs (sonores ou visuels) peuventconstituer des méthodes de dissuasion présentant une certaineefficacité s'ils sont mis en œuvre de façon préventive. Attention,un effaroucheur ne protège qu’une surface limitée et il est indispensablede le déplacer régulièrement afin d’éviter l'accoutumancedes oiseaux.• Pour les mammifères, des clôtures électriques adaptées sontefficaces.• Pour une bonne prise en compte des problèmes à l'échelonlocal, voire pour être indemnisé en cas de dégâts de gibier,consultez les sociétés de chasse et remplissez un formulaire dedéclaration de dégâts (disponible auprès des DDT - Directiondépartementale du territoire, chambres d'agriculture, mairies, etc.).• En fin de cycle, les pertes et dégâts sont plus faibles : récoltertôt, dès que la maturité est atteinte, est la seule parade pour limiterles prélèvements de graines par les oiseaux et la casse parles grands animaux (cerfs, sangliers).CETIOMLes semis de tournesol sont souvent affectés par des dégâts d’oiseaux,en particulier de corbeaux et de pigeons. Plus ponctuellement, lapins,lièvres ou chevreuils peuvent occasionner des pertes de plantes.CETIOM : P. JouffretCETIOM : R. SéguraNoctuelles terricoles : observez le pieddes plantes• Surveillez les chenilles de noctuelles terricoles (ou versblancs), dont les morsures détruisent les jeunes plantes, dèsla levée de la culture. Les larves de noctuelles sont actives lanuit et enfouies au pied des plantes le jour. Assurez-vous deleur présence en grattant le sol !• Intervenez rapidement si nécessaire avec une pulvérisationà base de cyperméthrine, autorisée dans le cadre des traitementsgénéraux du sol contre les ravageurs du sol (SHERPA100EW, APHICAR 100EW, CYPERFOR 100EW…).Le volume de la bouillie est d’au moins 200 l/ha.12Les plantes attaquées par les noctuelles terricoles sont sectionnées au collet.A ne pas confondre avec les dégâts de limaces ou de lapins.


CETIOM : L. Jung121 - La présence des puceronsest révélée par unecrispation des feuilles.La nuisibilité en casd’attaque précoce atteint3 à 4 q/ha.2 - Larve de coccinelle,prédatrice des pucerons.Pucerons : surveillez dès la levée• Même si la présence des pucerons est faible,surveillez vos parcelles et consultez le bulletin desanté du végétal (BSV) de votre région pour évaluerle risque.• Intervenez uniquement si plus de 10 % des plantesmontrent des symptômes marqués de crispation, de lalevée à la formation du bouton floral.• De nombreuses espèces d’insectes, dont les plusefficaces sont les coccinelles, les chrysopes, lessyrphes et les parasitoïdes, régulent les populationsde pucerons. Bien que ces auxiliaires arrivent souventen décalé par rapport au développement des pucerons,ils peuvent maintenir ces ravageurs sous le seuilde 10 %. Attendez bien que le seuil soit atteint avantd’intervenir au risque de détruire ces auxiliaires quiauraient pu éviter un traitement.CETIOM : L. JungProduits utilisables pour lutter contre les pucerons (pulvérisation foliaire)Spécialités commercialesSubstances activesCoût indicatifde produit (€ HT/ha)Dose Toxicité Dose d’emploiPyréthrinoïdes de synthèseMAVRIK FLO, TALITA 0,3 l/ha Sc tau-fluvalinate 72 g/ha 16-17Pyréthrinoïdes associésKARATE K, OPEN,OKAPI liquide1,5 l/ha Xnlambda-cyhalothrine +pyrimicarbe7,5 + 150 g/ha 21-22CarbamatesPIRIMOR G 0,5 kg/ha T pyrimicarbe 250 g/ha 31Xn = nocif ; T = toxique ; Sc = sans classementL’usage des insecticides est interdit dans les cultures en présence de fleurs ou d’exsudats. Avec dérogation, l’emploi est autorisé durant la floraison et/ou production d’exsudatsen dehors de la présence d’abeilles. Attention, les abeilles sont susceptibles de visiter le tournesol avant la floraison en quête de nectar extra-floral (exsudat sur feuilles).Lisez attentivement les étiquettes et la documentation disponible pour voir si la dérogation est disponible. Respectez les recommandations d’emploi.FertilisationPhosphore et potasse : attention auximpasses !• Le tournesol est moyennement exigeant en potasse et peuexigeant en phosphore.• Réalisez des analyses de sol pour prendre la bonne décision.Conseils de fumure de fondObjectifde rendementP2O5Les carences phospho-potassiques (ici, carence en potasse) freinent lacroissance végétative de la plante et limitent son potentiel de rendement.Sol pauvre Sol bien pourvuSol très bienpourvuSol pauvre Sol bien pourvu25 q/ha 40 u 30 u 0 u 40 u 30 u 0 u35 q/ha 60 u 40 u 0 u 60 u 40 u 0 uK2OSol très bienpourvuEn l’absence d’apport en année n-1 ou n-2, les quantités peuvent être augmentées de 10 u de P2O5 et de 20 u de K2O.En cas d’exportations des pailles de céréales avant la culture, rajoutez à ces chiffres, et seulement en sols pauvres, 10 à 20 u de P2O5 et 30 à 40 u de K2O.Se référer aux grilles difusées par le COMIFER.13


CETIOM : D. RivaudLe sol est en général en mesure de couvrir les besoins de la plante.Toutefois ici, un apport d’azote s’impose (jaunissement).Azote : raisonnez la dose à apporter• Déterminez la dose d’azote à apporter avec Héliotest ou en estimantles besoins à partir des reliquats et de l’objectif de rendement(voir tableau).En zone vulnérable, le raisonnement de la fertilisation azotée doitêtre conforme aux arrêtés préfectoraux de votre région.• Apportez l’azote de préférence en cours de végétation, entre lesstades 6 et 14 feuilles.• Utilisez une forme solide (ammonitrate ou urée) par temps sec,avant le stade 14 feuilles, et/ou en végétation sèche pour éviter lesbrûlures sur boutons.• Dans le Sud, les apports en végétation sont à éviter pour les semisréalisés après fin avril en raison du risque de sécheresse pouvantlimiter l'absorption de l'azote.Exemple de dose d’azote à apporterReliquat d’azoteminéral dans le solau semis25 q/ha(sol superficiel)Objectif de rendement35 q/ha(sol profond)Faible (30 u) 40 à 80 u 80 à 100 uMoyen (60 u) moins de 40 u 40 à 80 uElevé (90 u) 0 u moins de 40 uSi la minéralisation est forte, choisissez la valeur basse de la fourchette et inversement. Les reliquats d’azote ausemis se mesurent en prélevant des échantillons de sol à différentes profondeurs (0 à 30 cm, 30 à 60 cm, 60 à90 cm, voire 90 à 120 cm pour les sols les plus profonds). Ils peuvent être estimés à partir des résultats mesuréschaque année sur des réseaux de parcelles de référence ou calculés grâce à des logiciels de fertilisation azotée.En zone vulnérable, consultez les arrêtés préfectoraux de votre région.Mise au point par le CETIOM et ses partenaires,la méthode Héliotest est basée surl’observation ou non d’une différencevisuelle entre une bande de la parcellefertilisée au semis et le reste de la parcelle.Commandez Héliotest sur www.cetiom.fr.Bore : un apport préventif dans lessituations à risque• Situations à risque de carence :- parcelles où des carences en bore ont déjà été observées aucours des dernières années,- sols superficiels ou peu profonds : argilo-calcaires, limons peuprofonds, boulbènes, sols filtrants, sols sableux, etc.,- situations à risque de mauvais enracinement suite à un travaildu sol effectué dans de mauvaises conditions,- parcelles en rotation courte : 1 tournesol tous les 2 ou 3 ans.• En situations à risque, réalisez un apport préventif, de préférenceen végétation (meilleure valorisation en cas de stressmarqué) entre le stade 10 feuilles et le stade limite de passagedu tracteur (le tournesol mesure 55 à 60 cm).• Tout apport de bore après l'apparition des symptômes est inutilecar les effets de la carence sont alors déjà irrémédiables.CETIOM : P. Jouffret21 - Grillure sur les feuilles de la moitiésupérieure des plantes.2 - Cassures à la base du capitule.1CETIOM : V. LecomteApports de bore conseillés en cas de risque de carence sur la parcelle14Apport Stade Forme Dose de bore (B)Au solEn applicationfoliaireIncorporez ou pas avant le semis, commeun herbicide (1)Entre les stades 10 feuilles et LPT (1) (2)(1) Peut être réalisé à l’occasion du désherbage ou de l’application du fongicide.(2) LPT : limite de passage du tracteur. Le tournesol mesure 55 à 60 cm.- Solide, incorporez à la fumure classique- Liquide- Liquide : apportez au moins 200 l/ha debouillie1,2 kg/ha (3)300 à 500 g/ha(3) (4)(3) CHÉLAL B : 250 g B/ha au sol - 200 g B/ha en application foliaire(données firme).(4) Soit environ 3 l de produit liquide à 150 g/l de bore.


CETIOM : L-M AllardMolybdène : un apport éventuel en sols battants• En général, les symptômes sont légers et disparaissent rapidement.• En cas de carence grave, pulvérisez une solution à base de molybdèneà 10-20 g/ha.CETIOM : J. RaimbaultDes carences en molybdène sont parfois observées courantjuin, essentiellement dans des parcelles de terres acides.ACTA : A. RodriguezLe faux-semis (ou une préparation précoce du lit de semences) estefficace pour limiter l'enherbement.DésherbageRotation et travail du sol : les opportunitéspour améliorer le contrôle des adventices• Privilégiez les rotations longues et diversifiées, avec alternance decultures d’hiver et de cultures de printemps pour gêner les cycles desmauvaises herbes et profiter d'herbicides à modes d'action variés.• En cas de difficultés majeures liées aux graminées (ray-grass,panics, sétaires, digitaires), labourez tous les 3 à 4 ans pour fairedépérir le stock semencier et limiter les taux de levée en culture.• Réalisez des déchaumages, des faux-semis ou des préparationsprécoces du lit de semences, pour provoquer la levée des adventices endehors de la période de culture : faux-semis en septembre pour leray-grass, le vulpin et le brome, décalage de la date de semis dutournesol pour la renouée liseron, l’ambroisie ou le tournesol sauvage.Le faux-semis, intéressant contre les adventices envahissantesEn sol argileux, effectuezune préparation précoce ;en sol limoneux, réalisezun faux-semis. Ces actionsstimulent la levée des adventices.Puis attendez mi-avrilpour semer.DernièrepréparationsuperficielleSemis sansretoucher le sol+Destruction auglyphosate aumoment du semisMarsLevée des adventices sur le lit de semences préparéAvrilMaiEfficacité des moyens de lutte agronomique sur la floreRay-grassPanic,sétaire,digitaireMorelleChénopodeRenouéedesoiseauxRenouéepersicaireRenouéeliseronAmmimajusAmbroisieXanthiumRotation longue et diversifiéeLabour occasionnelDéchaumageFaux-semis (1)Report date de semis (2)Binage (3)Bonne efficacitéEfficacité moyenne ou irrégulièreEfficacité insuffisante ou très aléatoireEfficacité nulle ou technique non pertinente(1) Si les conditions pédoclimatiques sont favorables(2) Semis à partir du 20-25 avril, idéalement début mai(3) Si les conditions d’intervention sont favorablesD’après www.infloweb.frvoir p. 1615


CETIOM : A. DoumencLe binage est intéressant dans une stratégie de réductiond'herbicides ou pour compléter des programmesherbicides défaillants (flore difficile, conditionssèches après semis).Le binage, complémentaire ou alternatif auxherbicides• Intervenez par temps séchant, sur un sol sec.• Adaptez la profondeur de travail et le choix des dents et socs au comportementdu sol (dureté et présence de cailloux notamment).• Pour les passages à des stades précoces (1 à 2 feuilles du tournesol), binezà 3-4 km/h et utilisez des lames Lelièvre ou, mieux, des disques ou tôles deprotection.• Intervenez sur adventices ne dépassant pas le stade 3-4 feuilles.• A partir de 6 feuilles du tournesol, un léger buttage du rang est possible(socs pattes d’oie, relevage de l’équipement de protection et augmentation dela vitesse de passage à 6-8 km/h).• Guidage de l’outil par caméra, cellules infrarouges ou système GPS augmententla précision du travail et le débit de chantier.CETIOM : L. JungL’herbisemis est la stratégie alternative au «toutchimique» qui offre aujourd'hui les meilleuresperformances technico-économiques.Herbisemis puis binagepour réduire les quantitésd'herbicides• Appliquez l'herbicide de prélevéeuniquement sur le rang, le jour dusemis, grâce à un kit spécifique delocalisation (herbisemis) monté sur lesemoir.• Binez ensuite à une ou deux reprisespour désherber l'inter-rang.Désherbinage : possiblemais contraignantSur variété tolérante, le traitementavec PULSAR 40 ou EXPRESS SXest localisé sur le rang, simultanémentau binage de l’inter-rang.En conditions favorables (météoséchante, stade jeune des adventices),cette technique conduit à debons résultats. Etant donné que lesstades optimaux de l’herbicide etdu binage sont difficiles à réunir, unbinage complémentaire est souventnécessaire.CETIOM : L. JungChardon : luttez dans la rotation et en culture• Céréales d’hiver : au printemps, sur chardons développés, utilisez desherbicides à base d’hormones ou de sulfonylurées.• Sur chaumes : laissez les chardons se développer et utilisez en fin d’été unherbicide de type 2,4D (sauf avant colza) ou glyphosate, en bonnesconditions.• En culture : EXPRESS SX 45 g/ha + TREND 90 (à utiliser sur variététolérante) présente une bonne efficacité.La nuisibilité du chardon et la difficulté de destructionde ses rhizomes doivent inciter à saisir toutes lesopportunités de lutte au cours de la rotation.16Une mine d’informations et de conseils surplus de 40 adventices majeures des grandes culturesLe CETIOM, l’ACTA, AgroSup Dijon, ARVALIS-Institut du végétal, la FNAMS,l’INRA, l’ITAB et l’ITB proposent un site web www.infloweb.fr qui rassemble etsynthétise, de façon pédagogique, des connaissances scientifiques et techniquessur plus de 40 adventices majeures des grandes cultures. Chaque ficheaborde la biologie, l’affinité vis-à-vis des milieux et des cultures, les facteursfavorables, la nuisibilité et les différents moyens de lutte (agronomique,chimique, mécanique, bio).InflowebConnaître et gérer la flore adventice


CETIOM : L. JungRaisonnez la lutte chimique selon la flore• L’efficacité des herbicides de prélevée dépend de l’état du sol lors de l’application(humidité suffisante, structure non motteuse).• En cas de forte pression en graminées et renouées, préférez une association àbase de pendiméthaline (ATIC-AQUA, DAKOTA-P) contre renouées et graminées,MERCANTOR GOLD et DAKOTA-P contre graminées et morelle, etNOVALL contre ammi-majus et graminées. Les associations se feront avec desproduits plus ciblés sur les dicotylédones et les doses modulées sur chénopode,morelle, amarante (NIKEYL 2,8 à 3 l/ha, RACER ME 1,8 l/ha).• Réservez les solutions de post-levée aux flores difficiles.- PULSAR 40 et EXPRESS SX ne s’utilisent que sur des variétés tolérantes.Attention aux confusions de variétés ou aux problèmes de dérives qui endommageraientla culture de variétés sensibles.- Respectez les conditions d’application et agissez tôt : stade 4 feuilles dutournesol (environ 1 mois après le semis) et stade des adventices difficiles(4 feuilles maximum pour l’ambroisie ou le tournesol sauvage, 3-4 feuilles maximum pour les graminées).• Programmes prélevée (MERCANTOR GOLD ou ATIC-AQUA) puis post-levée :- PULSAR 40 : le programme est conseillé en présence de digitaire, de forte pression de panic, d’helminthie, de séneçon,de matricaire, d’anthémis et de renouée liseron (ATIC-AQUA).- EXPRESS SX : le programme est conseillé en présence de graminées et de gaillet. Seul un mélange d’EXPRESS SX avecSTRATOS ULTRA 1,2 l/ha + DASH HC peut convenir pour une action tout en post-levée sur graminées.• Modulez la dose de post-levée uniquement sur flore très sensible.- PULSAR 40 1 l/ha ou 0,8 l/ha + ACTIROB B : après une prélevée ou en présence d’amarante, de morelle, de datura,de renouée persicaire, de crucifères.- EXPRESS SX 30 g/ha + TREND 90 : en présence de chénopode, amarante, datura, renouée persicaire, crucifères, laiteron…• Fractionnez la dose : PULSAR 40 0,6 l/ha + ACTIROB B 1 l/ha (ou équivalent) à 3-4 feuilles du tournesol, renouvelez8-10 jours plus tard. Cette solution est plus efficace sur ammi-majus, laiteron, matricaire, anthémis, voire renouée liseron.• Si la pluviométrie entre l’application de PULSAR 40 et le semis de blé est inférieure à 200 mm, n’effectuez pas de semisdirect et réalisez un travail profond (labour ou outil à dents).Exemples de programmes selon le niveau de pression des graminées estivales et des dicotylédones présentesChénopode, amaranteDicotylédonesRenouée RenouéeRenouéeRenouéeMorelle persicaire des oiseauxliserondes oiseauxGraminées estivales Morelle Morelle MorellePressionmodéréeForte pressionAntigraminéesPROWL 400 ouATIC-AQUA+MERCANTORGOLD+DAKOTA-P+DAKOTA-PATIC-AQUACHALLENGE 600NIKEYLPULSAR 40CHALLENGE 600EXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MECHALLENGE 600EXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MEDAKOTA-P SEULCHALLENGE 600EXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MENIKEYL (2)PULSAR 40EXPRESS SXNIKEYL (2)PULSAR 40RACER MEEXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MEEXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MENIKEYL (2)PULSAR 40EXPRESS SXNIKEYL (1)PULSAR 40EXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MEEXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MENIKEYL (2)PULSAR 40 (2)+ 1 antidicotylédone à choisirEXPRESS SXNIKEYL (1)PULSAR 40RACER MEEXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MEEXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MENIKEYL (2)PULSAR 40 (2)CHALLENGE 600EXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MEEXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER ME (2)CHALLENGE 600EXPRESS SXNIKEYLPULSAR 40RACER MEEXPRESS SXNIKEYL (1)PULSAR 40RACER ME (2)EXPRESS SXPULSAR 40NIKEYL (2)EXPRESS SXNIKEYL (1)PULSAR 40RACER ME (2)RenouéeliseronEXPRESS SXNIKEYL (1)PULSAR 40RACER ME (2)EXPRESS SXPULSAR 40EXPRESS SXNIKEYL (1)PULSAR 40RACER ME (2)Les modulations de dose sont possibles. Exemples : CHALLENGE 600 et NIKEYL 2,5 à3 l/ha ou RACER ME à 1,8 l/ha quand ils sont associés à une base antigraminées ou surflore simple (amarante, chénopode…).(1) Références peu nombreuses.(2) Uniquement en pression faible à modérée (renouée, morelle).17


Postsemis prélevéePostlevée 4 feuillesdu tournesolCoût desproduits(€ HT/ha)GroupeHRACDigitaireFolle avoineGraminéesDAKOTA-P 3,2 l (1) 45 K3 - - - * * * -MERCANTOR GOLD 1,2 à 1,4 l +RACER ME 1,8 à 2 l85-96 K3+F1MERCANTOR GOLD 1,2 à 1,4 l +CHALLENGE 600 3,5 l111-116 K3+F3ATIC-AQUA 2,2 l (2) + RACER ME1,8 à 2 l90-96 K1+F1 - -ATIC-AQUA 2,2 l (2) + CHALLENGE600 3,5 l116 K1+F3 -ATIC-AQUA 2,2 l (2) +K1+F1+117NIKEYL/CLINE 3,5 lF3- - -DAKOTA-P 2 l à 2,5 l (1) + RACERME 1,5 l76-83 K3+F1 - - - * * * * *RACER ME 3 l 96 F1 *CHALLENGE 600 4 l 96 F3NIKEYL/CLINE 4 l 97 F3+F1NOVALL 1,5 à 2 l (3) 54-72 K3+O * * * * *PULSAR 40/LISTEGO1,25 l (4)68 B - - (5)EXPRESS SX 45 g +2 x 3050 BTREND 90 0,1% (4)g/haPanicRay-grassSétaireVulpinAmaranteAmbroisieAmmi élevéArrocheBidens (chanvre d'eau)CapselleChénopodeColza (repousses)CoûtAntigraminées foliairesdesproduits(¤ HT/ha)FOLY R ou NOROIT 1 l 31CENTURION EC ou OGIVE 0,5 l + 1 l huile 33-34FUSILADE MAX 1,2 l 34ETAMINE ou PILOT 1,2 l (avant 6 feuilles) 38-44STRATOS ULTRA 2 l seul ou 1,2 l + DASH HC 1,2 l/ha 34-48LÉOPARD 120 ou TARGA D+ 0,5 l + 1 l huile 29-37VESUVE 0,4 l + 1 l huile 3718Spécialités commercialesDigitaireFolle-avoinePanic piedde coqSur graminées vivaces, augmentez la dose (lire l'étiquette du produit : dose fréquemment double).Respectez les délais avant récolte (DAR).En cas d'accident à la levée, toutes les cultures de remplacement sont possibles sauf les graminées cultivées(délai de 4 semaines).Ray-grassSétaireVulpinMatières actives et concentration(g/l ou %)ATIC-AQUA OU BAROUD SC, PENTIUM FLO pendiméthaline 455 g ou 400 gCENTURION EC, OGIVE OU FOLY R ET NOROIT cléthodime 240 g ou 120 gCHALLENGEaclonifen 600 gDAKOTA-Pdmta-P 212,5 g + pendiméthaline 250 gETAMINE OU PILOTquizalofop-p-éthyl 50 gEXPRESS SX tribénuron-méthyl 50 %FUSILADE MAXfluazifop-p-butyl 125 gMERCANTOR GOLDS-métolachlore 960 gNIKEYL OU CLINEaclonifen 350 g + flurtamone 94 gNOVALLmétazachlore 400 g + quinmérac 100 gPULSAR 40 / LISTEGOimazamox 40 gRACER MEflurochloridone 250 gSTRATOS ULTRAcycloxydime 100gTARGA D+ OU LEOPARD 120quizalofop-p-éthyl 120 gVESUVEquizalofop-p-ethyl 100 g + cléthodime 100 gEfficacité bonne et régulièreEfficacité moyenne ou irrégulièreEfficacité insuffisante- Absence de référence* Références peu nombreuses(1) DAKOTA-P : ne dépassez pas 3,2 l/ha sur solsfiltrants et battants et 2,5 l/ha sur sables. Produitsconseillés en programme pour renforcer l'efficacitésur graminées, morelle et renouées.(2) ATIC-AQUA : autres spécialités = BAROUD SC,PROWL 400, PENTIUM FLO. Pour une meilleurerégularité d'action en conditions sèches, incorporez.(3) NOVALL s'utilise plutôt en association ou en programme.Dose et type de sol : suivez les recommandationsde la firme sur l'étiquette.(4) PULSAR 40 ou EXPRESS SX peuvent s'utiliser enprogramme ou en fractionnement.(5) L'efficacité sera améliorée par le fractionnementde la dose.(6) Efficacité donnée pour un stade jeune del'adventice (2-4 feuilles maximum).(7) En sols sableux, crayeux, à faible teneur enmatières organiques ou en cas de fortes pluies, lerisque est plus élevée. Exemple : soja et maïsdéconseillés, tournesol avec labour.


DaturaEthuseGailletHelminthieDicotylédonesLaiteronLampourde (xanthium)Linaire batardeLiseron des champsLiseron des haiesMatricaireMercurialeMorelleMouron des champsMoutarde des champsRavenelleRenouée liseronRenouée des oiseauxRenouée persicaireSéneçonStellaireVéroniqueCultures de remplacementen cas d’accidentà la levéeTournesol VC*Tournesol VTH*SojaMaïsSorghoPois* * - * * * * --* *-- -- - *- - - - -* * - - * - * * -** - - *(7) (7) (7) - (7)- -(6) (6) (5) (5) (6)(6) (6)Gérez le risque de résistance aux herbicidesRaisonnez les interventions de post-levée dans une optique de durabilité.PULSAR 40 et EXPRESS SX sont des inhibiteurs de l’ALS, au même titre queles sulfonylurées et les triazolopyrimidines (PRIMUS, ABAK, etc.) employées surPour gérer la résistance aux herbicides céréales. Le développement d’adventices résistantes n’étant pas à exclure,l’utilisation de ce mode d’action doit être raisonnée dans la rotation. Pour vous aider à évaluerle risque de développement d'adventices résistantes selon les pratiques herbicides, leCETIOM, ARVALIS-Institut du végétal, l’ITB et l'ACTA mettent à dispositionl'outil en ligne R-sim : www.r-sim.fr. L’OAD propose des stratégies herbicides types basées surl’alternance des modes d’action dans le programme et dans la rotation.La vente de variétés de tournesol tolérantes aux herbicides fait l’objet d’un plan d’accompagnementconcerté (instituts techniques, coopératives, négoces, semenciers, firmes phytosanitaires).Il se traduit par une charte de bonnes pratiques au travers de laquelle le semencier, lafirme détentrice de l’herbicide et le distributeur s’engagent à fournir un conseil adapté, lequel s’appuie notammentsur R-sim.Le ray-grass, l’ammi-majus, l’ambroisie à feuille d’armoise et le tournesol sauvage (voir p. 20)sont particulièrement concernés par le risque de développement de la résistance.Ammi majus et autres ombellifères• Réalisez un faux-semis début septembre (destruction chimique ou mécanique des levéesavant blé) et début avril (ou préparation précoce), puis décalez la date de semis du tournesolvers le 20-25 avril (destruction chimique ou mécanique avant le semis).• Les solutions de prélevée sont efficaces : NOVALL 1 à 1,5 l/ha associé à NIKEYL, RACERME. Adaptez la dose de NOVALL au type de sol : lisez l’étiquette.• PULSAR 40 ou EXPRESS SX doivent être envisagés en programme après NOVALL 1 à 1,5 l/ha :NOVALL présente une bonne action sur graminées, amarante, morelle et renouée persicaire.• Un binage du tournesol peut s’envisager en complément si nécessaire.Ray-grass• Évitez d’utiliser PULSAR 40 seul, préférez un programme avec MERCANTOR GOLD 1,4 l/ha.• Mettez en œuvre tous les moyens nécessaires sur céréales et en interculture céréale-tournesol: faux-semis, décalage de semis, programmes intégrant chlortholuron et/ou DÉFI,FOSBURI (suivez les préconisations d’ARVALIS-Institut du végétal).Culture possible sans restriction quel que soitle travail du sol préalable.Culture possible à condition de faire un labourprofond.Risque de freinage pouvant entraîner despertes de rendement.Culture déconseillée.* VC : variété classiqueVTH : variété tolérante aux herbicidesSi la culture de remplacement est implantée sanslabour, il est généralement inutile d'y appliquer unherbicideRenouéepersicaire.Morelle.Chénopode.CETIOM : L. JungCETIOM : P. JouffretCETIOM : L. Jung19


CETIOM : P. JouffretCETIOM : L. JungAmbroisie : évitez son extension• Mettez en œuvre des mesures agronomiques :- réalisez un faux-semis de printemps (ou une préparation précoce) etdécalez la date de semis vers le 20-25 avril pour permettre une destructionmécanique ou chimique avant le semis,- réalisez un faux-semis après le blé, puis une destruction chimique oumécanique en été.• Les solutions de prélevée sont insuffisantes : RACER ME 2 l/ha + NIKEYL(ou CLINE) 2 l/ha présentent une efficacité légèrement supérieure àNIKEYL (ou CLINE) 4 l/ha.• Si vous utilisez des produits de post-levée avec des variétés tolérantes,respectez impérativement le stade (4 feuilles du tournesol) et la dose :- PULSAR 40 1,25 l/ha,- 2 applications de EXPRESS SX 30 g/ha + TREND 90, la première à2-4 feuilles du tournesol, la deuxième 8 à 10 jours plus tard.• En cas de forte pression d’ambroisie, supérieure à 10-20 plantes/m²,utilisez un programme avec NIKEYL :- NIKEYL 2 l/ha puis PULSAR 40 1,25 l/ha à 4 feuilles du tournesol,- NIKEYL 2 l/ha puis EXPRESS SX 60 g/ha + TREND 90 à 4 feuilles.• Binez si besoin en complément, en veillant à ne pas intervenir trop tard.Tournesol sauvage : éradiquez-le dès son apparition sur la parcelleVous observez pour la première fois quelques pieds de tournesols sauvages sur votre parcelle• Si ces pieds sont sur le rang (semis), contactez au plus vite votre technicien.• Arrachez les pieds de tournesol avant la maturité des premiers capitules, sinon, éliminez-les de la parcelle en évitant queles graines ne tombent au sol.• Appliquez les recommandations suivantes lors du retour de la culture sur la parcelle.Vous avez déjà observé des tournesols sauvages sur votre parcelle• Pratiquez le faux-semis après la récolte du blé ou des autres cultures de la rotation, y compris après tournesol afin de réduirele stock grainier.• Avant implantation du tournesol, favorisez un maximum de levée : effectuez une préparation du sol précoce (ou fauxsemis),décalez la date de semis du tournesol au 20-25 avril, détruisez ces levées (glyphosate ou outil).• Utilisez une variété CLEARFIELD® ou EXPRESS SUN® puis désherbez obligatoirement avec PULSAR 40 ou EXPRESS SX enrespectant la pleine dose et le stade 4 feuilles du tournesol. Ne laissez aucune zone non désherbée dans la parcelle : complétezsi nécessaire par un binage. S’il reste des tournesols sauvages dans des zones non traitées (bordure, pylone, etc.),détruisez-les avant floraison (arrachage, broyage, etc.).• Si après désherbage vous observez des pieds de tournesols sauvages non touchés, il y a peut-être un phénomène dedéveloppement de résistance. Avertissez rapidement votre technicien pour approfondir le diagnostic et détruisez impérativementces plantes.• Dans les autres cultures, utilisez un traitement très efficace contre le tournesol sauvage en évitant si possible les sulfonylurées.Sachez les reconnaître !Plante sur le rang(nouvelle infestation)ou dans l’inter-rangPlante polyflore :nombreux capitulesde petite taillePort buissonnantHauteur :souvent supérieure à 2 met pouvant dépasser 3 mFloraison très échelonnéePigmentation anthocyanée :tige, pétiole et parfois capitulesouvent de couleur violacéeEgrenage marqué descapitules à maturité20


CETIOM : V. LecomteOrobanche : combinez les moyens de lutte pour une protection efficaceVous avez déjà observé de l’orobancheSi vous avez déjà observé de l’orobanche cumana sur la parcelle à implanterou une parcelle contigüe, allongez le délai de retour du tournesol et choisissezdes variétés adaptées, en associant la lutte chimique si la situation l’impose.Suivez les recommandations adaptées à votre secteur• Dans les secteurs à fort risque orobanche, consultez les recommandations présentées dansle schéma ci-dessous : Sud-Ouest [Sud du Tarn-et-Garonne, Gers (triangle Gimont,Mauvezin, L’Isle Jourdain), Lauragais et Ouest-audois], Poitou-Charentes [secteursde Longeville-sur-Mer (Vendée), Tusson (Charente), Merpins (Charente),triangle Cognac-Saintes-Jonzac].Lutte dans les secteurs à fort risque d’orobanche cumanaAllongez les rotations(tournesol tous les 3 à 5 ans en cas de présence moyenne à forte d’orobanche cumana)L’orobanche cumana est une plante parasite desracines du tournesol.Absence ou présence très faibled’orobanche cumana observéeprécédemment sur la parcelleUtilisez une variété au moins résistance à la race ECas particulier : en cas de présence d’adventicesdifficiles à détruire avec des herbicidesclassiques, utilisez une variété de tournesolCLEARFIELD® (avec ou sans génétique toléranteà l’orobanche) accompagnée d’un traitementPULSAR 40 (positionnement classique austade 4 feuilles du tournesol)Quelques foyers à forte présenced’orobanche cumana observésprécédemment sur la parcelle2 solution à utiliser en alternance lorsque le tournesolrevient sur la parcelle• Utilisez une variété CLEARFIELD® au moins résistanteà la race E avec un traitement PULSAR 40 positionnéspécifiquement sur orobanche cumana : soit1,25 l/ha au stade 8-10 feuilles du tournesol,soit 0,625 l/ha + adjuvant au stade 4 feuillesdu tournesol puis renouvelé 8-10 jours plus tard.• Alternez (année n+3 ou n+4) avec une variétéayant une résistance adaptée aux conditions spécifiquesde ce secteur (résistance à la race E 1 ou à la race F), sanstraitement PULSAR 40.1 : Toutes les variétés résistantes à la race E ne montrent pas les mêmes niveaux de résistance dans le secteur à fortrisque d’orobanche cumana. Voyez avec votre technicien pour identifier les variétés les mieux adaptées à votrecontexte.• Dans les autres secteurs du Sud-Ouest, de Poitou-Charentes et de Vendée : cultivez du tournesol tous les 3-4 ans et utilisez des variétésdites au moins résistantes à la race E.• Ailleurs en France : pas de conseil particulier.Attention : quel que soit le type de variété de tournesol choisi, une attaque d’orobanche cumana ne peut être exclue.Il s’agit en effet d’un phénomène émergeant non stabilisé en termes de populations d’orobanche présentes.Observez votre culture à partir du mois de juilletEn cas de présence d’orobanche :• identifiez les parcelles infestées (si possiblegéoréférencez-les) et transmettez vos informationsau bureau régional du CETIOM de votre secteur oudirectement sur http://www.cetiom.fr/orobanche_cumana/ ;• éliminez manuellement les premiers piedsobservés ;• récoltez les parcelles infestées en dernier etcoupez le broyeur de la moissonneuse-batteuse ;• enfouissez dès que possible les cannes aprèsrécolte ;• nettoyez soigneusement le matériel après usage.21


CETIOM : V. LecomteMaladiesMildiou1 2CETIOM : E. Mestries• Reconnaissez le mildiou : le mildiou se caractérise par un nanismedes plantes d’autant plus prononcé que les contaminationssont très précoces. Les feuilles montrent sur leur face supérieuredes taches chlorotiques le long des nervures principales,puis sur l’ensemble du limbe (photo 1). Leur faceinférieure est tapissée d’un feutrage blanc (photo 2). Lesplantes de taille réduite présentent un capitule dressé vers leciel avec peu ou pas de graines.1 - Taches chlorotiques sur la face supérieure des feuilles.2 - Feutrage blanc sur la face inférieure des feuilles.Innovez dans une gestion durable du risque mildiouLe mildiou est capable de se conserver plus de dix ans dans le sol. L’inoculum, produit à la suite des nombreuses attaquesde ces trois dernières années, accroît le risque mildiou pour les deux à trois prochaines années.• Pour gérer au mieux le risque 714, allongez la rotation ou maintenez une rotation longue (> 3 ans) et alternez les variétésavec des profils mildiou adaptés au « passé mildiou » de vos parcelles (tableau). Les profils des variétés face au mildiousont donnés pages 2, 4 et 5 et sur le site www.myvar.fr.Conseil mildiouHistorique de la parcelle sur les10 dernières annéesAttaques de mildiou significatives par le passé(% d’attaque moyen sur la parcelle > 5 %)Pas d’attaque significative demildiou par le passéRotation courte :un tournesol 1 an/2Allongez la rotation : 1 an/3 ou plusRotation longue :un tournesol 1 an/3 ou plusMaintenez la durée de la rotationUtilisez en alternance les variétés* RM8 ou RM9Allongez la rotation : 1 an/3 ou plusMaintenez la durée de la rotationUtilisez des variétés avec des profils de résistance variés et répartissez-les sur votre exploitation :- une partie des surfaces avec des variétés* RM8 ou RM9- une partie avec des variétés présentant d’autres profils de résistance*** Pour les variétés RM8 et RM9, préférez les semences non traitées à l’APRON XL dans un souci de préservation de cette solutionchimique. Cas particulier : en Charente et Charente Maritime, en raison de la présence dans ce secteur de la race 334 (à laquelle lesvariétés RM8 sont sensibles), utilisez des semences traitées l’APRON XL quand vous semez une variété RM8.** Variez les profils : évitez par exemple une forte proportion de variétés RM3 sensibles à la race 304 très présente en Midi-Pyrénées.Attention : quel que soit le type de variété choisi, une attaque de mildiou ne peut être exclue, du fait notamment des conditions climatiques au moment de la levée, ainsi que del’apparition potentielle de nouvelles races.• Semez dans un sol bien ressuyé et réchauffé, et retardez le semis si de fortes pluies sont annoncées les jours suivants, afind’esquiver les conditions favorables aux infections.• Détruisez toutes les espèces pouvant héberger le mildiou : repousses de tournesol (y compris dans les autres cultures) etmauvaises herbes comme l’ambroisie à feuilles d’armoise, le bidens, le xanthium par un désherbage adapté.• Evitez les plantes hôtes du mildiou en interculture, telles que le niger (Guizotia abyssinica), susceptibles de contribuer aucycle de l’agent pathogène.• N’oubliez pas cet ensemble de bonnes pratiques pour le tournesol en dérobé, soumis à la réglementation en vigueur(arrêtés de 2005 et 2011).Actualités mildiouPour la 3 e année consécutive, le mildiou est bien présent, en particulierdans le Sud-Ouest. Cette présence accrue s’explique par la conjonctionde trois éléments : des printemps pluvieux, favorables à la réussite desinfections au moment de la levée du tournesol ; des rotations courtes,avec un retour du tournesol tous les deux ans, favorables à une multiplicationde l’inoculum dans le sol ; l’utilisation fréquente de variétés sensiblesà la race 714.La race 714 est aujourd’hui la race la plus répandue sur le territoire,désormais détectée dans 15 départements (carte) et dans 90 % descas, elle est résistante au traitement de semences (APRON XL).Répartition de la race 714 en 201422


CETIOM : V. LecomteCETIOM : P. JouffretAlbugo : à ne pas confondre avec le mildiouLes symptômes de l’albugo - ou rouille blanche - peuvent êtrespectaculaires mais les pertes sont en général faibles. Cependant,une forte attaque sur feuilles, associée à une pression desautres maladies de fin de cycle, peut interférer avec le bon remplissagedes graines et aller jusqu’à leur avortement.L’albugo sur feuilles se caractérise par des taches boursouffléesvert-jaune, disposées plutôt dans la partie apicale du limbe(photo). Le plus souvent, des pustules (croûtes) blanc crème sontvisibles à la face inférieure de ces boursoufflures.La nuisibilité est en général faible et aucun moyen de lutte n’estaujourd’hui disponible.Sclérotinia : attention aux attaques au collet et sur capituleCETIOM : L. JungCETIOM : L. JungCETIOM : L. JungSclérotinia sur capitule• Privilégiez les variétés peu sensibles.• Visez une récolte début septembre, enadaptant la date de semis et la précocitévariétale à la région. Les attaquesles plus nuisibles sont souvent observéessur les récoltes tardives.• Pour limiter les attaques, évitez l’irrigationen floraison pendant une périodeà risque pluvieux.Sclérotinia du collet• Privilégiez les variétés peu sensiblesau sclérotinia du collet, notamment dansles parcelles où la maladie a déjà étéobservée.• Evitez les peuplements denses et lesfaibles écartements.Sclérotinia sur bouton• Luttez contre les attaques précocesde pucerons : les crispations qu’ilsengendrent sur les feuilles autour dubouton sont autant de sites potentielsde contamination.Un champignon contre le sclérotiniaCONTANS® WG est une préparation à base d'un champignon parasite, Coniothyriumminitans, qui détruit une partie des sclérotes de sclérotinia en quelques semaines.Il peut être appliqué, notamment après une attaque sur capitule :- en présemis avec incorporation superficielle, à 2 kg/ha en première utilisation (efficacitévariable dans nos essais, allant jusqu'à 70 %). La dose peut être ensuite réduite à1 kg/ha lors d'applications ultérieures dans la rotation ;- sur des résidus de récolte contaminés, à la dose de 1 à 2 kg/ha. CONTANS® WGest biocompatible avec certaines spécialités phytosanitaires. Pour tout renseignementcomplémentaire, contactez la société Belchim Crop Protection (Bayer à partir de juin 2015).CETIOM : L. JungBotrytisLes spores du champignon germent sur les fleurons durant la floraison. Le mycélium provoqueune pourriture beige se recouvrant de spores grises qui, suivant sa précocité, peutenvahir l’ensemble du capitule, face fleurie comprise.Récolter tôt est le moyen le plus efficace pour éviter les attaques nuisibles.23


CETIOM : L. Jung10 % de taches encerclantes de phomopsis suffisent à faireperdre 1 à 3 q/ha et 1 point d'huile.CETIOM : R. SéguraPhomopsis : restez vigilant• Dans les régions où de fortes attaques sont régulièrement observées,notamment dans le Sud-Ouest (voir carte), privilégiez des variétésrésistantes ou très peu sensibles. Les variétés peu sensibles sontconseillées uniquement chez les producteurs prêts à traiter si nécessaire.• Veillez, en particulier dans les parcelles à sol profond, à maîtriserau mieux la croissance du tournesol en évitant les semis trop précoceset les densités trop élevées.• Le broyage et l’enfouissement des cannes après la récolte contribuent àbaisser la pression d’inoculum s’ils sont réalisés à l’échelle collective.• La décision de traiter doit tenir compte du risque phomopsis dansla région (voir carte), de la variété choisie, de la situation de la parcelleet des bulletins de santé du végétal (BSV) (voir tableau).Répartition régionale durisque phomopsisComportement de la variété au phomopsisRésistante(R)Très peusensible (TPS)Peu sensible(PS)Risque fort : attaques graves régulièrementobservéesRisque moyen : attaques graves parfoisobservéesRisque faible : attaques graves très raresPhomopsisZone à risquefortZone à risque moyenZone à risque faiblePhomaSituations favorables auphomopsis*Autres situationsSituations avec attaquesmarquées de phomadéjà observéesPotentiel > 20-25 q/ha* Sols profonds (ex : alluvions de vallées, terreforts de basde coteaux, etc.) ou sols moyennement profonds avec aumoins l'un des caractères suivants :- peuplements de plus de 60 000 plantes/ha,- semis avant le 15 avril,- reliquats azotés élevés avant semis, apport régulier de fertilisationorganique.Pasde traitementPasde traitementPasde traitement0 ou 1traitementselon BSV**Pas detraitementPas detraitement1 traitement1 traitementselon BSV**0 ou 1 traitementselon BSV**0 ou 1 traitementselon BSV**Pas de traitement** Stade LPT (stade limite passage tracteur sans automoteur):le traitement phomopsis (s’il est nécessaire) doit êtreréalisé lorsque le tournesol mesure en moyenne 55-60 cm.Au-delà de ce stade, le traitement est inefficace.BSV : Bulletin de santé du végétalCETIOM : A. EstragnatAttaque sur tige.24SpécialitéscommercialesDessèchement précoce desplantes.Produits de traitement contre le phomopsis et le phoma (feuille, tige)MatièresactivesPhoma : les attaques au collet responsables dudessèchement précoce• La lutte fongicide contre le phoma peut se justifier dans les situations oùde fortes attaques ont été observées au cours des années précédentes etdans les parcelles dont le potentiel est supérieur à 20-25 q/ha.• Raisonnez conjointement le traitement phomopsis, si nécessaire, etl’apport de bore.• L’enfouissement des cannes de tournesol (broyage et déchaumage)peut limiter la pression du phoma à condition d’être étendu àl’échelle d’un secteur de production.• Dans les parcelles irrigables où le risque est important, une irrigationfin floraison peut contribuer à limiter le dessèchement précoce.• Le choix variétal ne permet pas à ce jour de lutter contre le phoma.PhomopsisPhoma(feuille, tige)Prix indicatif(€ HT/ha)ORTIVA TOP 0,75 l/ha azoxystrobine + difenoconazole 50FILAN SC/JETSET 0,4 l/ha boscalid + dimoxystrobine 38CETIOM : R. SéguraBonne efficacitéBonne efficacité, parfoisirrégulière


Verticillium : misez sur la tolérance variétaleCETIOM : R. SéguraCETIOM : E. MestriesCETIOM : E. MestriesLes symptômes sur feuilles sont les premiers visibleset se manifestent le plus souvent lors de lafloraison.Au cours du dessèchement, des symptômesapparaissent sur tiges avec la présence debandes longitudinales noires.En fin de cycle, la tige est très fragile et la moelleest recouverte de petits grains, les microsclérotes,à l’origine des prochaines attaques.• Dans les parcelles en zones de production touchées par le verticillium (Sud-Ouest, secteurs du Centre Ouest et du Centre)mais où la maladie n’a pas encore été observée, évitez les variétés sensibles (S).• Si vous avez observé du verticillium dans la parcelle au cours des années passées, choisissez des variétés très peu sensibles(TPS), voire peu sensibles (PS).• Il n’existe à ce jour aucun fongicide pour lutter contre le verticillium.• Attention, ne confondez pas le verticillium avec une carence en magnésium.CETIOM : P. JouffretIrrigationUn réel intérêt avec des quantités d’eau modérées• Démarrez l’irrigation uniquement si le tournesol est peu vigoureux et si le solest sec, impérativement avant la floraison (voir tableau).• N'irriguez jamais un tournesol exubérant avant la floraison.• Arrêtez l'irrigation lorsque le dos du capitule vire au jaune citron.• Afin de ne pas favoriser le sclérotinia du capitule, n'apportez pas d'eau enpleine floraison si les prévisions météo annoncent un temps humide.Par temps sec et sur sol à réserve en eau limitée, 2 apports d’eau de 35 à 40 mmpermettent de gagner 8 à 12 q/ha et 2 à 4 points d’huile.CETIOM : P. FauvinCroissance au stade boutonFaible à modéréeJe dispose de :1 tour d’eau 30/40 mm 2 tours d’eau 60/80 mm 3 tours d’eau 90/120 mmJuste avant la floraison ou plus tôtsi les feuilles de la basejaunissent- Juste avant la floraison ou plustôt si les feuilles de la basejaunissent- Fin floraisonSols superficiels- Bouton étoilé- Début floraison- Fin floraison*Sols profonds- Début floraison- Fin floraison- 10 jours plus tardFin floraison- Fin floraison- 10 jours plus tardNe pas dépasser2 tours d’eauNormale à exubérante* Dans le Sud-Est (vallée du Rhône et bordure méditerranéenne), la forte évapotranspiration et la faible pluviométrie justifient souvent un tour d’eau supplémentaire 10 joursaprès la fin de la floraison.25


Récolte et conservationRécoltez au bon stadeTrop tôtRécolte possibleOptimum(vérifiez l’humidité des graines)Sur-maturité : risquede perte importanteCETIOM : L. Jung30 % d’eau 15 - 20 % d’eau 10 - 15 % d’eau 9 - 11 % d’eau 8 - 10 % d’eau 4 - 8 % d’eauL’observation des plantes, notamment des capitules, doit vous permettre d’identifier le stade optimal de récolte. Les valeurs d’humidité sont indicatives.Elles peuvent varier en fonction des régions, du contexte climatique, du taux d’impuretés, de l’état sanitaire des capitules et de leur taille.• Récoltez lorsque la majorité de la parcelle a atteint le stade optimal,c’est-à-dire lorsque :- le dos du capitule vire du jaune au brun,- les feuilles sont toutes sénescentes,- la tige se dessèche et passe du vert au beige clair,- la graine est entre 9 et 11 % d’humidité.• Il est inutile, voire risqué, d’attendre la surmaturité (plantes entièrementdesséchées, noires) pour récolter car le risque de pertes de graines estimportant (dégâts d’oiseaux, botrytis).• Avant d’entamer le chantier de récolte, il est conseillé de réaliser unemesure d’humidité sur un échantillon récolté mécaniquement. Les prélèvementsmanuels de graines tendent à sous-estimer l’humidité.Adaptez la coupe et réglez le matériel• Adaptez votre barre de coupe à céréales pour la récolte du tournesolavec un dispositif composé de plateaux de 1,4 à 1,7 m de long avecrebords. Des diviseurs hauts évitent les pertes latérales de capitules.Généralement, onretire une rangée de « peignes » sur deux sur les rabatteurs. Des plaquespeuvent être fixées sur les porte-griffes restants. On peut aussi grillager lesrabatteurs. A la récolte, il est recommandé de ne pas trop avancer lesrabatteurs et de réduire leur vitesse de rotation.• Réglez correctement le batteur de la moissonneuse. Les capitules doiventsortir entiers ou en 2-3 morceaux (consultez www.cetiom.fr, rubriquetournesol/récolte/matériel).• Pour récupérer le maximum de capitules au sol en cas de verse importante,retirez les plateaux de récolte tournesol. Les équipements utiliséspour récolter le maïs grain permettent également de récupérer des capitulesinaccessibles à condition d'avoir un écartement similaire à celui dumaïs. A noter qu’il existe désormais des coupes avec becs cueilleurs tournesol,qui conviennent pour tous les types d'écartements.• En cas de fortes infestations des parcelles de tournesol par du datura,effectuez un nettoyage mécanique de la récolte en privilégiant des grillesà trous ronds de 3,5 mm de diamètre (n’utilisez pas les grilles à trousronds de 2,2 mm ou les grilles à fentes rectangulaires de 1,5 x 20 mm).Cette précaution évitera de dépasser la limite maximale réglementaire de0,1 % de graines de datura dans les aliments pour animaux.26Exemple de frais de séchagepour atteindre 7-8 % d’humidité pourle stockageHumiditéFrais de séchage (¤/q*)10 0,6711 1,2912 1,8713 2,3914 2,8715 3,320 5,02* chiffres indicatifs, les barèmes étant négociésde gré à gré.Source : InVivo, CALBarre de coupe équipée pour récolter le tournesol.Après le tournesolLa gestion des résidus de récolte du tournesol(broyage fin des cannes et enfouissement superficielou labour) peut être assimilée à une couvertureautomnale des sols si le tournesol estsuivi d’une culture de printemps. Informez-vousdes règles en vigueur dans votre région selon le5 e programme de la Directive Nitrates.CETIOM : L. Jung


CETIOM : L. JungNe mélangez pas tournesol oléique et tournesol linoléique (classique)• Regroupez les interventions de récolte sur les parcellesoléiques.• A chaque changement de type de tournesol, nettoyez soigneusementla moissonneuse-batteuse, les remorques et lesbennes.CETIOM : C. Vogrincic CETIOM : L. JungLes margariniers recherchent des tournesols dont la teneur enacide linoléique dépasse 60 % (soit 28 à 30 % maximum enoléique), taux qui ne serait pas atteint en cas de mélange avecdes lots oléiques.Adoptez des bonnes pratiques de conservation et de stockage• Nettoyer les locaux de stockage et les circuits de manutention.• Nettoyez les graines : une masse de graines nettoyées est plushomogène, permet un meilleur séchage et un meilleur refroidissementpar ventilation.• Ramenez l’humidité des graines à 7-8 % pour éviter l’acidificationde l’huile des graines, le développement d’insectes et les moisissures.En dessous de 14 % d’humidité des graines, une ventilation séchante(avec un air réchauffé de quelques degrés) peut suffire. Au-dessus de14 %, un séchage à l'air chaud réalisé rapidement est indispensable.Prenez alors les précautions nécessaires pour éviter les incendies deséchoirs (consultez www.cetiom.fr, rubrique tournesol/conservation/sechage-du-tournesol).Normes de commercialisationTeneur en eau : 9 %Impuretés : 2 %Teneur en huile : 44 %Teneur en acide oléique : 2 %Tournesol en double culture (dérobé)La double culture, parfois dénommée dérobée, consiste à implanterun tournesol après une culture d’hiver récoltée suffisamment tôt.Privilégiez les variétés très précoces• La double culture n'est adaptée qu'à certaines régions de la moitiésud de la France : les Charentes et le sud des Deux-Sèvres, mais surtoutle Sud-Ouest, la bordure méditerranéenne et la vallée du Rhône.Les cultures précédentes les plus adaptées sont l’orge, le pois et l’ail.De plus, le dérobé n’est envisageable que si la parcelle est irriguée.• Utilisez des variétés très précoces pour sécuriser la récolte du tournesol,l’implantation de la culture suivante et réduire les frais deséchage.• Commandez vos semences suffisamment tôt.• Eviter le débouché oléique, car les températures nocturnes de postfloraison,plus basses en double culture qu’en culture principale, ontun effet négatif sur la teneur en acide oléique de l'huile.• Evitez les variétés sensibles au sclérotinia du capitule et choisissezdes variétés résistantes, très peu sensibles ou peu sensibles auphomopsis.27


Préparez le sol et semez au plus vite !• Précédent :- dans le Sud-Ouest et le sud de Rhône-Alpes, seuls lesprécédents récoltés tôt (ail, orge, pois) permettent deréussir un tournesol en double culture ;- en Poitou-Charentes, on visera des implantationsderrière l'orge d'hiver, le pois ou le ray-grass ;- orge : hormis dans le cas particulier d’une implantationau strip-till qui permet de dégager les résidus sur lafuture ligne de semis, l’implantation est plus aisée si lespailles sont exportées. Si elles sont restituées, lebroyage avec éparpillage des pailles sur la moissonneuse-batteuseest incontournable.• Soignez la préparation de semis mais limitez-vous à2 passages (semis compris).• Le travail du sol localisé sur la ligne de semis (ou striptill),suivi du semis ou simultané au semis avec un semoir detype « planteur », est intéressant pour implanter rapidementet correctement un tournesol en double culture.Semez tôt, avec une densité de 70 000 graines/haCharentes et Sud-Ouest etSud Deux-Sèvres Sud Rhône-AlpesBordureméditerranéenneSemis conseillés jusqu'au...Variété précoce 20 juin 25 juin 25 juinVariété trèsprécoce25 juin 1 er juillet 1 er juilletSemis possibles jusqu'au...Variété précoce 25 juin 1 er juillet 5 juilletVariété trèsprécoce1 er juillet 5 juillet 10 juilletCETIOM : P. JouffretDésherbage : raisonnez selon leprécédent• Précédent pois : le binage reste la meilleure solutionpour contrôler les repousses.• Précédent orge : le désherbage des repousses estincontournable en rattrapage ou en prélevée.Fertilisation : raisonnez au cas par casIrrigation : un gage essentiel deréussite• Sécurisez la levée par un tour d’eau s’il ne pleut passignificativement (15 mm) dans les trois jours suivant lesemis.• Raisonnez l’irrigation comme pour un tournesol enculture principale, cultivé sur sol superficiel et avec unefaible croissance avant floraison (voir p. 25). Un premiertour d’eau est le plus souvent nécessaire juste avant lafloraison.• Bore : un apport en végétation (300 à 500 g/ha) est conseillé car le risque de carence est accru (coups de chaud avantfloraison).• Azote : l’apport est inutile derrière pois ou ail. Derrière une orge à fort rendement (plus de 75 q/ha), un apport de 30 à40 unités avant un tour d’eau prévu ou une pluie annoncée sera bien valorisé. (Voir p. 14)Récoltez avant la mi-octobreRécoltez à partir de 18 % d’humidité avant la mi-octobre dans de bonnes conditions (sol bien ressuyé). A partir du 15-20octobre, les derniers points d’humidité sont très longs, voire impossibles à perdre. De plus, une récolte trop retardée risquede compromettre la qualité d’implantation de la céréale à paille suivante.28


Calendrier de la cultureGermination-levée Phase végétative Bouton floral Floraison MaturationUn stade est atteintlorsque 50 % des plantessont à ce stade( ) échelle BBCHA1 (09)apparition deshypocotyles encrosseA2 (10)émergence descotylédons -cotylédons étalésB4 (14)4 feuillesE1 (51)bouton étoiléE2 (53)bouton détaché de lacouronne foliaireE4 (57)bouton nettementdégagé des feuillesà l'horizontaleF1 (61)bouton floralinclinéF3.2 (63)début floraisonM0 (73)chute des fleursliguléesM2 (87)dos ducapitulejauneM3 (91)dos du capitulemarbréde brunM4 (92)plante brunfoncéTravail du sol SemismyVarDésherbagePour gérer la résistance aux herbicidesBore BoreFertilisation de fond Azote AzoteLimacesOiseauxPuceronsTaupinsGibiersNoctuellesMildiouAlbugoPhomopsisPhomaSclérotiniaVerticilliumBotrytisIrrigation Récoltewww.cetiom.frL’expertise du CETIOM vousaccompagne tout au long dela campagne.Rubrique tournesolTous les éléments pour décider etcomprendre, à chaque étape dela culture.Rubrique Espaces régionauxDes solutions opérationnellesdiffusées au fil de la campagnepar les équipes régionales duCETIOM.Rubrique PublicationsTéléchargez les brochures cultureset ARVALIS-CETIOM infos etdécouvrez les éditions CETIOM.Outils d’aide à la décisionPour connaître etchoisirvos variétés.myVarEvaluation durisque d’apparitiond’adventicesrésistantes aux herbicides selonles pratiques envisagées sur laparcelle.Pour gérer la résistance aux herbicidesObtenez facilement la doseoptimale d'azote à apporter surchacune de vos parcelles detournesol.29


Sur colza, tournesol, soja, lin, chanvre> Consulter une fiche variété> Choisir selon ses critères> Comparer des variétés> Résultats annuels d’évaluation du CETIOM

More magazines by this user
Similar magazines