لق اءات - Église Catholique d'Algérie

eglise.catholique.algerie.org
  • No tags were found...

لق اءات - Église Catholique d'Algérie

Rencontresلق اءاتtimlilitLa Semaine Religieuse d’Alger — avril 2011 - 112 ème année


Des Ténèbres…. vers laLumièreTénèbres …Pourquoi essayez-vous devie sombre ?nous rendre laTénèbres qui drapent, mais sans jamaiscacher l’espérance,Voile éphémère, bataille perdue d’avance.Ténèbres, vous profitez de nos doutes,Vous tentez de semer la déroute,Vous ingéniant á dérober l’essentielA brouiller les couleurs, à couvrir le ciel.Ténèbres, nous cheminons pour sortir devotre univers,Et pour nous réfugier dans votre contraire,Votre contraire... La Lumière !Lumière…C’est Toi que nous cherchons constamment.Tu traces notre route, tu es notre rayonnement.Lumière, rendue á l’aveugle qui voit enfin !Lumière, tu chasses notre peur, et nous ne craignons plus rien.Lumière, Tu es le commencement, et Tu es.... Sans fin !Lumière ! Royaume éternel de notre Père.Lumière ! Esprit Saint qui nous éclaire.Chemin de vie, sens de vie, notre Lumière !« Je suis la lumière du monde.Celui qui vient ã ma suite ne marchera pas dans les ténèbres, il aura lalumière de la vie » Jean 8,12Tilly - Avril 2011


CERNACommuniqué de la CERNA 2Les Evêques d’ Afrique du Nord ( Maroc, Algérie , Tunisie , Libye), tousconfrontés à des évolutions historiques,expriment leur solidarité avecleurs Frères de Libye et tiennent àrépercuter leur pressant appel en vuede trouver à ce douloureux conflit ,unesolution juste et digne pour tous .Comme ils le notaient déjà dans lecompte rendu de leur dernière Assemblée,ils reconnaissent, dans les événementsqui bouleversent actuellementla région, une revendication de liberté,de justice et de dignité, notamment dela part des jeunes générations. Cela setraduit en volonté que tous soient reconnuscomme citoyens, et citoyensresponsables, ayant tous la possibilitéde trouver un travail qui leur permettede vivre décemment, sans nécessité decorruption ou de clientélisme.Aujourd’hui, ce vent de changementtraverse notamment la Libye. Mais ilscroient que la solution de la force, d’oùquelle vienne, ne résoudra jamais lacrise. L’enjeu d’une médiation diplomatiqueserait d’aider les libyens sur unchemin de négociation pour qu’ils trouventeux-mêmes une solution honorableau bénéfice de tous. S’asseoir à unemême table, n’est-il pas l’unique cheminà prendre ensemble pour pouvoirretisser des liens qui ont été rompus.Au cœur du conflit, une mobilisation dela diplomatie et de l’aide humanitairepourrait aider des évolutions qui tiennentcompte des aspirations à la libertéet à la citoyenneté responsable. Toutcela n’est-il pas urgent pour empêcherque des victimes succombent de toutepart, soit à cause de la force, soit dumanque de nourriture et de soins.Ces événements entraînent des déplacementsde populations ; certainesn’hésitant pas à passer les frontièresterrestres ou maritimes, au risque den’être pas accueillies. Mais d’autres, les« pauvres des pauvres » n’ayant mêmepas ce recours à cause de leur pauvretéextrême, sont obligés de subir les événementssans aucune possibilité de sedéfendre. L’Eglise peut-elle seule accueillirtoutes ces détresses ? Comment aider tous les hommes debonne volonté à unir leurs efforts ?Ils souhaitent que dans toutes les partiesdu monde, les hommes puissentsortir de l’enfermement dû à la peurpour rentrer dans une dynamique decette espérance à laquelle tant de personnesaspirent dans ces régions.Vincent LANDELArchevêque de RabatPrésident de la CERNA3


COMECELe printemps arabe : un signe d’espoirLes évêques de la COMECE (Commission des évêques de la Communautéeuropéenne) voient un signe d’espoir dans le printemps arabe.Après des décennies d’impasses diplomatiques et de conflits au MoyenOrient, les évêques de la COMECE voient dans le printemps arabe unclair signe d’espoir. Les soulèvements populaires en Tunisie, en Egypte,en Lybie et dans d’autres pays arabes sont un appel légitime de millionsde personnes à la liberté et à la dignité humaine. C’est le message principalqui ressort de l’Assemblée plénière des évêques de la COMECE, quis’est tenue du 6 au 8 avril 2011 à Bruxelles, avec pour thème principal« Les Eglises chrétiennes au Maghreb et au Machrek ».Les évêques de la COMECE encouragentfortement ces citoyens à poursuivreleur engagement en vue d’obtenirl’avènement des droits fondamentauxet de la démocratie dans leurs pays.Les évêques souhaitent en particulierrendre hommage à la jeune générationqui a joué un rôle moteur danstous ces pays en initiant et organisantces soulèvements de façon courageuse,pacifique et œcuménique.Rappelant les conclusions du Synodesur le Moyen Orient, les évêques de laCOMECE sont convaincus que lesChrétiens dans ces pays partagent lamême citoyenneté avec leurs concitoyensd’autres religions et que chacunconstitue une partie intégrante deleurs sociétés. Les évêques les appellentà contribuer, sur la base de leurfoi, au changement démocratiquedans leurs pays aux côtés de leursconcitoyens.Après avoir eu l’opportunité d’écouterles rapports de différents experts dumonde arabe et des institutions européennes,les évêques de la COMECEadressent les recommandations suivantesà l’UE :· Une solidarité accrue et concrèteentre les Etats membres de l’UE estnécessaire de façon urgente pour aiderà faire face à l’afflux de migrantset de réfugiés venus d’Afrique du Nordet du Moyen-Orient (comme prévupar la Directive 2011/55/CE relative àla protection temporaire)· L’UE doit aider à améliorer la situationdéplorable dans ces pays en développantde nouveaux instruments visantà promouvoir efficacement la4


COMECEmodernisation et la démocratisation· dans le contexte des changementsdans le monde arabe, l’UE devrait soulignerl’importance de garantir desdroit égaux à tous les citoyens de cespays, quelle que soit leur origine éthiqueou religieuse ; y compris chrétienne.Pour leur part, les évêques ont égalementdiscuté d’éventuelles actions àentreprendre :· organiser des échanges réguliersavec les Conférences Episcopales d’Afriquedu Nord et du Moyen-Orientafin de mieux évaluer les attentes deleurs populations locales vis-à-vis del’UE· encourager une réflexion sur « laDémocratie et la Religion » avec lesChrétiens et les Musulmans d’Afriquedu Nord et du Moyen-Orient· promouvoir l’éducation sociale etpolitique des jeunes d’Afrique du Nordet du Moyen-OrientEn outre, ils ont adressé une lettre àleurs frères évêques du Moyen-Orientet d’Afrique du Nord, dans laquelle ilsont exprimé leur solidarité et leurcommunion dans la prière.L’insécurité et les menaces auxquellesfont face de plus en plus fréquemmentles minorités chrétiennes dans le mondearabe sont clairement intolérables.Les Evêques de la COMECE ont aussiexprimé leur profonde préoccupationquant à la manière dont les minoritésreligieuses sont parfois traitées en Europe.Ils ont par conséquent lancé unappel à tous les citoyens, surtout auxChrétiens, et aux dirigeants politiquesen Europe afin qu’ils prennent leursresponsabilités pour promouvoir ledialogue entre les cultures et les civilisationsen Europe comme dans le restedu monde.L’espérance jaillie de la mort« Le Japon a tout ce qu'il faut. Il lui manque seulement "l'Espérance" ». J'ai lucette phrase en 1990 … Il y a quelques temps, j'avais eu le sentiment que dansces ténèbres sans espérance, il y avait comme un vague rayon de lumière quiperçait comme à travers le trou d'une aiguille. Je me disais que c'était peut-êtreun mirage. Mais actuellement, avec le tremblement de terre, le tsunami, leurconséquence nucléaire, les réactions des gens, je pense clairement que cettepetite lueur qui brille à travers le trou d'une aiguille n'est pas une illusion. Cettelueur est encore toute petite mais sa force augmente.Extrait d’une lettre reçue du Japon5


Jeudi SaintHomélie du Jeudi Saint, le 13 avril 1995Il m’a aimé jusqu’à l’extrême, l’extrêmede moi, l’extrême de lui…Il m’a aimé à sa façon qui n’est pas lamienne.Il m’a aimé gracieusement, gratuitement…j’auraispeut-être aimé que çasoit plus discret, moins solennel.Il m’a aimé comme je ne sais pas aimer: cette simplicité, cet oubli de soi,ce service humble et non gratifiant,sans aucun amour propre.Il m’a aimé avec l’autorité bienveillantemais incontournable d’un père, etaussi avec la tendresse indulgente etpas très rassurée d’une mère.J’étais blessé au talon par l’ennemicommun, et le voilà à mes pieds : necrains rien, tout est pur. Comme Pierre,j’ai honte : il m’est arrivé, à moiaussi, de trébucher à sa suite, et mêmede lever le talon contre lui car il y aun peu de Judas en moi, et j’ai bienenvie de chercher refuge dans la nuit,surtout quand la lumière est là, fouillantmes ténèbres. Par bonheur, il neregarde que mes pieds, et mes yeuxpeuvent fuir.L’eau qu’il a versée va-t-elle réussir àme faire pleurer ?Moi qui rêvais de l’amour comme d’unefusion de moi en Lui, c’est unetransfusion qu’il me faut : son sangdans mon sang, sa chair dans ma chair,son Cœur dans le mien, présence réelled’homme marchant en présence duPère. …Hélas ! L’amour se dévoilait, etdéjà il m’échappe. Il était là, à mespieds, tout à moi. Je n’ai pu le retenir.Le voilà qui passe aux pieds du voisinet de Judas lui-même, de tous ceux-làdont on ne sait s’ils sont disciples envérité, et qu’il m’a fallu accepter ; c’étaitle prix à payer pour rester avecLui, et pour avoir droit, ce soir, au painet à la coupe. Il a aimé les siens jusqu’àl’extrême, tous les siens, ils sonttous à lui, chacun comme unique, unemultitude d’uniques.Dieu a tant aimé les hommes qu’il leura donné son Unique : et le Verbe s’estfait FRERE, frère d’Abel et aussi deCaïn , frère d’Isaac et d’Ismaël à la fois,frère de Joseph et des onze autres quile vendirent, frère de la plaine et frèrede la montagne, frère de Pierre, et deJudas et de l’un et l’autre en moi.L’Heure est venue pour Dieu d’apprendrece qu’il en coûte d’entrer en fraternité.Fils unique, il était venu(d’auprès de Dieu). Frère à l’infini deshommes, il s’en retourne auprès deDieu, entraînant la multitude jusqu’àl’extrême de l’Unique.6


Jeudi SaintC’est un exemple que je vous ai donné: la leçon de choses est là, sur latable, avec ce pain et cette coupe àpartager, mais le livre du Maître, c’estce geste de serviteur cœur et corpslivrés, là, de pieds en pieds, de frèreen frère, pour graver la mémoire.« Mon frère et ma sœur, et ma mère,ce sont ceux-là qui feront, aux pluspetits de mes frères, ce que j’ai fait làavec vous ».Rien de plus pur désormais qu’uneassemblée de frères s’aimant de procheen proche jusqu’à l’extrême de lapatience et de la compassion, afinqu’aucun ne se perde de ceux que Jésus,notre frère, offre ce soir à son Père,comme son propre Corps et sonpropre Sang.Christian de Chergé« l’Autre que nous attendons » p. 457Pèlerinage diocésain à Tibhirine« Sur les traces des moines »Le vendredi 20 mai(Départ 8h, retour 19h à la maison diocésaine)Programme de la journée :Matinée : accueil puis parcours spirituel, méditatif et de découverte.Repas et boisson tirés du sac, mis en commun et partagés.Après-midi : temps libre, adoration et prière puis messe.Inscription par mail obligatoire avant le 10 mai : yanheuftdz@yahoo.frTarif : Adultes 1000 DAEnfants 500 DA7


ÉtudiantsJournée diocésaineEnracinés et fondés dans le Christ, affermis dans la foi(Benoît XVI)Non, ce n’est pas un de ces rassemblementsde revendication qui a coursces derniers jours au Maghreb. Ceux-cisont enthousiastes et contents d’êtrelà. Ils parlent de leurs études, de leursfamilles, de leurs projets d’avenir etsurtout de leur foi, de la vie du chrétienen Algérie. Il s’agit de la JournéeDiocésaine de l’Etudiant dont le thèmecette année, tiré du message de PapeBenoit XVI à la jeunesse, s’intitule« Enracinés et fondés dans le Christ,affermis dans la foi ».Plus de 160 étudiants des régions d’Alger,de Boumerdes, de Blida et de TiziOuzou ont répondu à l’invitation pourcette Journée Diocésaine. Les activitésont commencé aux environs de 8h30quand tous les participants ontconvergé vers l’égliseoù une animation musicalea été improviséepour réchauffer les esprits,puis vint le motde bienvenue de l’Archevêqued’Alger,Monseigneur KhaledBader, dans lequel il asouligné que les jeunessont le présent et l’avenirde l’Eglise d’Algérie.Un appel à la responsabilitédes jeunes quil’ont aussitôt manifestéà travers le lancement des différentesactivités de cette journée.Ainsi, nous avons d’abord assisté àune présentation des secteurs parleurs responsables respectifs, soit lessecteurs suivants : Hydra, Bordj El Kiffan,Blida, Boumerdès et Tizi Ouzou.Puis il s’en est suivi la répartition desétudiants suivant les groupes d’atelieren vue de réfléchir sur le message duPape à la Jeunesse, ou du moins, sonrésumé et d’apporter des réponsesaux questions qui en ont été tirées.Après deux heures de réflexion sur cesujet dont les conclusions seront présentéesplus tard lors de l’eucharistie,il est 12h30 quand les couverts sontplacés sur la table en plein air pourouvrir la place au déjeuner..8


ÉtudiantsA peine une heure et demi plus tard,le repas est terminé et tandis qu’ungroupe débarrasse la table, un autreinstalle le nécessaire pour le concertdes différentes chorales qui va commencer: la chorale de chacun des cinqsecteurs suscités assure deux chantsdans un rythme qui associe si harmonieusementlouange à Dieu et ambiancefestive : le public adore et la fêteest belle. Difficile de dire, à l’issue desdifférentes prestations, qui chantemieux que l’autre mais une chose estsûre, tous s’impliquent et le font avecbeaucoup d’amour.C’est sur cette transition musicale quecommence à 15 heures, la messe parlaquelle prendra fin cette journée. L’animationest assurée par les étudiantsinfatigables. Bien au contraire, leschants entonnés sont si émouvantsqu’ils sont repris en chœur par l’assembléeet parfois surun pas de danse. Lesconclusions des atelierssont présentéesen guise d’homélie etle message final queretiendront tous lesparticipants est l’importance,voire la nécessité,d’être fondé etenraciné dans le Christet affermi dans la foi. Ilest 17 heures, c’est lafin des activités et laséance des « au revoir». Tous sontjoyeux et satisfaits de la journée. Maisla nostalgie se lit déjà sur leurs visages.Heureusement, on ne filtre pasdans leurs messages de séparation,l’expression « à l’année prochaine »,mais plutôt « à demain » ou « à la semaineprochaine ». En effet, d’autresoccasions de rencontre et d’approfondissementde leur foi sont prévuesdans les jours à venir. Ce sont la recollectionspirituelle des étudiants et lasemaine de Nazareth organisées à BenSmen : heureusement l’Eglise d’Algérierépond très bien au besoin de recueillementet de ressourcement deces jeunes qui constituent assurémentson présent et son avenir.Christian et quelques autres9


ÉtudiantsRetraite à Ben Smen du 18 au 20 marsPendant mes études à l’étranger, vivre ma vie affective et sexuelle enchrétien.Les récollections à notre sens sont unmoment de recueillement, de ressourcement,de rupture avec la routinequotidienne pour un retour en soi afinde prendre des résolutions dans laprière pour une vie plus transparenteoù Dieu tient une place capitale. Toutcomme dans une promenade où il fautparfois se retourner, voir d’où vient lechemin que l’on est en train de parcouriret où sont les repères; recourirsi nécessaire à une carte, lorsque lepaysage est confus, masqué de buissons,d’ombres et de creux ; il en estde même dans la vie d’un homme etde surcroît de tout chrétien, appelé àêtre « mis à part pour le Christ » commenous l’enjoint St Paul, d’imposer àson esprit un détour spirituel via uneretraite. C’est en cela que celle quis’est déroulée du 18 au 20 Mars dansle centre de Ben Smen prend tout sonsens. Les activités menées dans cettereprise spirituelle sont entre autres lesprières communautaires et personnelles,les entretiens avec un couple chrétienfrançais et avec des étudiantsd’Alger. Toutes ces activités étaientcentrées sur le thème de la sexualitéet de la vie affective en Algérie.Au sens large, la sexualité peut se définircomme étant l’ensemble des caractéristiquesde la différenciationsexuelle chez les êtres vivants. Lasexualité humaine en particulier prenden compte les traits physiques, psychiqueset affectifs se rapportant à l’identitésexuelle humaine. Du point de vuescientifique et philosophique, lasexualité joue un rôle important dansle comportement humain ; elle estnécessaire à la personne humained’autant plus que cette dernière estun être de relation. Cependant est-cebien ou mal de laisser aller son corps àdes pulsions physiques qui mènent àchercher une satisfaction charnelle etphysiologique ? Comment l’Église perçoit-ellecette réalité de l’homme ?Maintes questions religieuses ou éthiquesde ce genre nourrissent nos inquiétudeset marquent indubitablementd’un caractère tabou la sexualité.Les entretiens et la prière personnelledans cette retraite nous ont guidésdans notre réflexion sur cette problématique.Le témoignage du coupleest très vivant : « la prière à deux, lacommunication et la fidélité ont étéles piliers de la réussite de nos quaranteans de mariage. », s’exprimait-il.10


ÉtudiantsDans l’Église, la sexualité et le plaisirsexuel sont d’abord des aspects del’amour conjugal, un moyen de parfairel’union corporelle et spirituelle entrel’homme et la femme. Pour respecterle plan divin et la dignité humaine,la sexualité doit être un don total dansle cadre indissoluble du sacrement demariage et doit notamment rester ouverteà la procréation. Ensuite elle revêtun caractère sacré ; c’est un lieuoù l’homme grandit et se construit àtravers un combat contre les désirs ducorps ; c’est un cadre où il est surtoutappelé à faire un choix libre de marchersous l’impulsion de l’Esprit et derejeter les désirs charnels du corps« car la chair en ses désirs s’oppose àl’Esprit et l’Esprit à la chair ; entre eux,c’est l’antagonisme » Ga 5, 17. Ainsi lanotion même d’interdiction de sexualitéprénuptiale est remise en cause. Lasexualité n’est plus un lieu d’interdictionradicale mais plutôt un lieu oùl’amour est présent, où Dieu lui-mêmeest présent. Il n’est plus question d’interdictionmais question de responsabilité: comment vivre sa sexualitésous le regard de Dieu.Ces approches chrétiennes de lasexualité viennent à point remuer nosmanières et nos habitudes de vivrenotre sexualité en Algérie. Arrivant deloin, les étudiants se trouvent trèssouvent en manque d’affection et sansréférence dans ce pays. Certains s’ouvrentalors à l’amitié et même aux relationsamoureuses qui ont très souventpour but un assouvissement denos besoins physiques, à des finssexuelles ou même pécuniaires. Certainsde nos frères et sœurs se prosti-11


Étudiantstuent pour subvenir à leurs besoins enbafouant inexorablement leur dignitéhumaine. Nous nous demandons certainementcomment ces personnes ensont arrivées là. Est-ce le manque desoutien mutuel entre nous, de sensibilité,de communication appropriéedans des cadres adéquats ? Ces personnessont-elles condamnables ?N’ont- elles pas de remords ? Pourtantelles reflètent chacun de nous caron se demande toujours « pourquoi,après des moments de remords,l’homme retombe-t-il très souventdans les mêmes erreurs ? » Il est ainsitemps que nous, étudiants étrangers,cherchions à savoir ce que nous voulonsfaire de notre vie ; il est tempsque nous prenions aussi notre responsabilité.Il n’est point temps que nousstoppions nos constructions amoureusesmais que nous nous engagionspour une vie de chasteté. Faut-il ledire, la chasteté n’est pas absence desexualité mais plutôt une manière humaineet donc normalement réussie,de réaliser sa sexualité dans le mariageou dans le célibat. L’exigence essentiellede la chasteté tient dans leprincipe de la réciprocité : qu’on neréduise jamais l’autre ni soi-même àservir de moyen pour l’obtention deson seul plaisir. La chasteté n’est doncpas une négation de la sexualité maisle fait d’utiliser cette dernière pour enfaire un chemin de rencontre avec lesautres, avec l’Autre.« L’amour est enfant de Bohême quin’a jamais, jamais connu de loi », dit lachanson. Il n’est donc pas surprenantde le voir bousculer nos barrièresculturelles ou religieuses. Il n’y a pasd’âge non plus pour découvrir l’amour.Notre réalité dans ce pays enest une parfaite illustration. Encorefaut-il que nous apprenions à le reconnaîtreet le vivre non tel que nous levoulons mais tel qu’il est et tel queDieu le veut dans l’Esprit.Nestor Nabonswendé Sawadogo"http://www.ada.asso.dzLe site Internet de l’Eglise d’Algérie est à nouveau opérationnel !Il est mis à jour régulièrement et vous pouvez y trouver les informationsde chaque diocèse, des nouvelles de l’Eglise d’Algérie ainsi que des brèvesde l’actualité en lien avec notre Eglise.N’hésitez pas à envoyer vos suggestions ou remarques et même les articlesou brèves que vous souhaiteriez publier ; le rédacteur en chef, PierreBaaklini, se fera un plaisir d’en étudier la publication.Une seule adresse pour cela : redacteur.asso.dz@gmail.com12


Semaine de NazarethOser la rencontreNous étions 16 participants des quatrediocèses à cette 4 ème semaine de Nazarethtenue en Algérie depuis 2005.Nous avons partagé une semaine devie simple, fraternelle, en essayant devivre l’Evangile et de l’approfondir,aidés par la spiritualité de Charles deFoucauld dans la maison de Ben Smen.Le petit frère de l’Evangile, Henri Chasseriau,venu de Béni Abbès nous a accompagnéstoute la semaine ; le pèreAlbert Gruson a participé pendantquatre jours et a animé la réflexion dusamedi. Le vendredi, nous avons eu lajoie d’accueillir deux petits frères etdeux petites sœurs, la fraternité séculièred’Alger et le père Jean Desforgequi a animé la journée. La sœur Jacquelinea partagé avec nous deux journées.Les neuf étudiants venaient d’El Tarf,Béjaia, Ouargla, Tizi Ouzou et Alger etde trois pays que nous avons appris àconnaître : Burundi, Congo Brazzavilleet Ghana. Le premier jour, nous avonsappris à nous connaître et à découvrirle message de Charles de Foucauld.Le deuxième jour, nous avons partagésur la rencontre de l’autre à partir desrencontres de Jésus enfant dans lafragilité à partir des textes de la visitation,de la naissance de Jésus et de savenue au Temple.Une autre journée nous a permis d’approfondir« comment Jésus a rencontrél’étranger » à partir du texte dela Syro-Phénicienne.Une journée de désert nous a permisde méditer sur la tentation de Jésus audésert.C’est le vendredi où nous étions lesplus nombreux, que nous avonséchangé soit sur l’Evangile du Père etdes deux fils, soit sur l’Evangile d’Emmaüs.Nous avons approfondi le jour suivantla rencontre avec Dieu dans la prièreet l’Adoration.Le dimanche, nous avons partagé, àpartir de l’évangile d’Emmaüs sur larencontre de Dieu dans l’Eucharistie :comment passer de la fraction du painau pain partagé ? Comment Jésus quise donne nous envoie le porter à nosfrères ? Comment son absence nousinvite à faire ce qu’il a fait à Emmaüs13


Semaine de Nazarethpour chacun de nos frères ?Les partages de vie se faisaient parpetites fraternités. Un temps d’Adorationle matin et une Eucharistie le soirpermettaient cette rencontre avecDieu ; les temps de veillée et de servicespermettaient de nous connaîtremieux et de partager le quotidien. Enveillée nous avons visionné le film« Des hommes et des dieux », témoignagede la solidarité des moines avecles habitants de Tibhérine. Lorsqu’ilretrouve la foi, Charles de Foucaulds’était d’abord orienté vers l’ordrecistercien. Nous avons pu emmenerles neuf étudiants à Notre Dame d’Afriqueoù le père Bernard, recteur dela basilique, a animé la visite et laprière.Merci à tous ceux qui ont permis etencouragé cette semaine de Nazarethet à ceux qui nous ont accompagnésde leurs prières.Un groupe de participantsDates à retenir :Conseil pastoral : 15 mai à 15h30avec les prêtres responsables deparoissePèlerinage à Tibhirine : vendredi20 Mai (voir encart page 7)Vous êtes abonnés à Pax et Concordia et vous désirez continuer à lerecevoir. Vous êtes donc invités à consulter l’étiquette de votre abonnementpour vérifier la date d’échéance qui pour beaucoup, est le30/04/2011, afin de renouveler votre abonnement.14


Radameques Ceccaci dos SantosDépartLe diocèse remercie beaucoup Radameques d’avoir ouvert le chemin àla communauté Salam ici, pour les services rendus à l’Eglise et pour sapersévérance à demeurer parmi nous malgré les difficultés qu’il a rencontrées.Normalement, 2 autres membres de cette communauté devraientnous arriver depuis le Brésil s’ils obtiennent leurs visas.Christian MauvaisA l’Eglise d’Algérie.Dieu vous bénisse!"Je suis arrivé en Algérie en 2006 et après presque 5 ans je la quitte.Ces années passées ici ont été pour moi très riches, malgré les défis.Elles ont été riches d’abord parce que j'ai eu l'occasion de faire connaissance degens de "tout type" : des algériens, des français,italiens, libanais, iraquiens, polonais,africains sub-sahariens...J'ai eu l'occasion aussi de fairel ’ e x p é r i e n c e d ' u n e É g l i s equi malgré ses difficultés a toujours le soufflepour continuer à marcher. Une autrerichesse a été d’être pro chedes étudiants sub-sahariens, d'avoir eu l'occasionde prier et discuter avec eux.Enfin, je pourrais écrire une grande liste detoutes les richesses que je porterai dansmon cœur pour de ces années passées icien Algérie. J'aimerais finir en remercianttous ceux qui font partie de cette Eglise, carje pars en étant témoin d'une Eglise de serviceet de courage. Dieu vous bénisse !!"Je pars le 25 avril et j'irai habiter a Avignon.Radameques Ceccaci dos SantosServus Christi per Mariam15


Nouvelles et informationsNous venons d’apprendre le décès du Père Roger Michel le 11 avril à Paris. Il aété enterré à saint Clément son village natal."Par son travail à l'ISTR de Marseille et à la Revue de dialogue interreligieux Cheminsde Dialogue, par ses liens avec le Monastère Notre-Dame d'Aiguebelle et legroupe de travail sur les écrits des moines de Tibhirine, par ses collaborationspour l'animation de retraite dans le diocèse d'Oran, l'Eglise d'Algérie perd un frèreet un ami.Chrsitophe Roucou, responsable du SRI (Secrétariat pour le relations interreligieuses)écrit :« Nous perdons un ami, un homme si fraternel et humain, un homme,un prêtre qui avec le sourire et beaucoup de foi et de persévérance a servi ledialogue entre chrétiens et musulmans non seulement au Niger puis dans le diocèsede Valence mais aussi très largement en France à travers la session d’Orsayet ses multiples conférences dans beaucoup de villes et de diocèses de France.Ces trois dernières années, il avait mis par écrit ce qu’il portait sur ce dialogue etsur sa connaissance de l’islam pour le livrer au grand public à travers trois petitslivres très diffusés ».Le Père Robert Duplan du diocèse de Constantine, nous a quitté le jeudi 24 Mars.Il était originaire de Nîmes. Nous aurons des détails sur sa vie par la suite. Voici lemessage de Mgr Paul Desfarges, annonçant son passage: « Notre Père Robert afait son passage hier en début d'après midi, le jour anniversaire de ses soixanteans de sacerdoce. Il est décédé à Nîmes où il était parti déjà bien fatigué le 8mars. Il a été hospitalisé dès son arrivée à Nîmes. Sa sœur l'a bien accompagné etquelques amis ont pu le visiter. Sa santé s'est très vite dégradée. En plus de sessoixante années de sacerdoce, il aura pu célébrer au Ciel les premières vêpres dela fête de Marie. En communion de prière. »+Paul DesfargesCondoléances d’une amieC’est avec une grande consternation et une profonde tristesse que nous avonsappris ma famille et moi la disparition brutale de feu Père Robert Duplan.En cette douloureuse circonstance, ma famille et moi s’associons à votre chagrinet vous assurons de notre sympathie et de notre soutien dans cette douloureuseépreuve. La disparition de feu Père Duplan n’est pas uniquement une perte pourvous, sa famille et ses amis, elle est celle aussi de toutes les personnes qu’il a côtoyées,aidées, soutenues et aimées où qu’elles se trouvent en Algérie.Nous n’oublierons jamais celui qui vient de nous quitter. Nous garderons son souvenirdans notre cœur dans lequel il sera toujours vivant.Mme Lynda Naili d'Alger.16


Nouvelles et informationsHoraires des Offices de la Semaine Sainte 2011dans le diocèse d’Alger17


Nouvelles et informationsLa messe chrismale est un moment important de la vie de notre Eglise,moment où l’évêque, entouré des prêtres de son diocèse, manifeste laprière et l’unité de son presbyterium avec lui. Cette année nous nousréjouissons avec les prêtres qui fêtent leur jubilé de sacerdoce : les PèresJean DESFORGES (60 ans) le Père Albert GRUSON (50 ans) et le PèreJean TOUSSAINT (30 ans) ; nous nous unirons à leur action de grâcesau cours de cette eucharistie. Nous élargissons notre prière aux PèresFrançois CHAVANNES et Belaid Ould Aoudia qui fêteront eux aussi leur60 ans de sacerdoce en France qu’ils ont rejoint pour raisons de santé.La Caritas se fait connaître dans les paroissesLa Caritas a programmé une visite dans les paroisses afin de resserrer les lienset mieux se connaître. La visite des déléguées diocésaines de la Caritas dans lesparoisses, aura lieu pendant le temps pascal et après selon la disponibilité desdéléguées et des paroisses.Ceci dans un double but :D’une part, que l’ensemble des chrétiens du diocèse les rencontre, fasseconnaissance avec elles et puisse ainsi, si besoin est, les contacter pour telle outelle action, renseignements etc. !D’autre part, elles se feront une joie de présenter les activités dont elles ont lacharge au niveau diocésain et interdiocésain. Il est bon pour chacun de connaitrece qui se vit au sein de l’Eglise comme actions caritatives pour les souteniret devenir pourquoi pas, acteurs sur le terrain selon les possibilités de chacun.Ce sera l’occasion pour les chrétiens de dialoguer avec ces déléguées et de leurposer toutes les questions qu’ils voudront ; occasion de s’enrichir, de se connaitrepour de vrai et d’avancer ensemble comme disciples du Ressuscité.Ce sera aussi l’occasion pour les paroisses, les chrétiens de faire un don poursoutenir, à travers la Caritas, les victimes du séisme au Japon, ceci pour marquer,même petitement, notre solidarité effective !18


Nouvelles et informationsSœur Redina PUCUHUAYLA, péruvienne, des Filles de la Charité, a perdu samère il y a un mois. Elle est partie chez elle auprès de son père pour le soutenir.Nous l'assurons de notre prière. Dieu est le Dieu de la Vie qui ne finit pas.Programme Ben Smen pour mai et juin- Parcours spirituel, le samedi 14 mai de 14h a 17h : « Pour inventer l’avenir denotre Eglise, puisons dans ses racines. »- Week-end de prière, les 3 et 4 juin : « Pour attendre l’Esprit au quotidien, desparaboles de la semence et du levain. »- Retraite du samedi 6 mai (soir) au dimanche 15 mai (matin) : retraite coloréepar la manière dont le ressuscité donne naissance à l’Eglise.- Dessiner ou peindre, le vendredi 29 avril : développer avec d’autres ses capacitésde contemplation, expression, créativité- Art floral, les samedi 30 avril et vendredi 20 mai : goûter la beauté de la création,s’exprimer avec des fleurs du jardin.- Expression théâtrale, le dimanche 1 er mai : quelques technique pour s’exprimeret créer.- Médecins et soignants, le samedi 7 mai : « travailler en équipe pluridisciplinairepour mieux soigner .»SommaireCERNA 3COMECE 4Jeudi Saint 6Étudiants 8Nazareth 13Départ 15Nouvelles 1619


Administration-rédaction : Archevêché d’Alger13 rue Khelifa BOUKHALFA - 16000 AlgerTél: (213)[0] 21 63 35 62 & 63 37 18Fax: (213)[0] 21 63 38 42Pour les abonnements :Courriel : redaction.rencontres11@gmail.comSite Internet de l’Église d’Algérie: www.ada.asso.dzLe gérant : Jean-Pierre Henry (Courriel : pjrhyen@yahoo.fr)Coordinatrice de la rédaction :P.S. Marie-Danièle : (Courriel : marie_danielej@yahoo.fr)Mise en page : Catherine EnjolrasDépôt légal : à date de parutionPour les abonnements et réabonnements, merci de s’adresser à l’Archevêché d’Alger.Les virements effectués à l’A.E.M. ne permettant pas d’identifier leurs auteurs, veuillez envoyer voschèques à l’archevêché.Nouveaux tarifs (à partir du 1 er janvier 2011) : Pays du Maghreb : 300 DA Autres pays : 15 euros ou 1 200 DA. Vente au numéro : 50 DA (20 DA tarif étudiants)Les chèques en euros sont à établir au nom de l’A.E.M « rencontres » et à envoyer à l’archevêchéd’Alger, 13 rue Khalifa Boukhalfa Alger gareLes chèques en dinars sont à établir au nom de l’A.D.A , 13 rue Khalifa Boukhalfa - Alger GarePour une somme supérieure au montant de l’abonnement, précisez si il s’agit d’un abonnement desoutien.

More magazines by this user
Similar magazines