sommaire, Feuillet 1 - Cellule Économique du Bâtiment et des ...

cebtp.alsace.asso.fr

sommaire, Feuillet 1 - Cellule Économique du Bâtiment et des ...

■ Annexe 5Les matériaux "écologiques" de constructionLa maison en bois :des atouts incontestés sur le plan énergétique■ Le bois répond très bien à l'ensembledes critères de la construction durable.Ses qualités sont connues : une ressourcedont la croissance contribue àla capture du gaz carbonique, uneproduction faiblement consommatriced’énergie, un matériau recyclable facilement(notamment en bois énergie),avec un fort pouvoir isolant (lebois est douze fois plus isolant que lebéton), à la fois doté de résistancemécanique et léger (ex : appropriépour une implantation sur un sol fragile),avec un bon comportement aufeu, et qui se prête bien à des structuresesthétiques et modulables.Ses autres qualités :- il est renouvelable : en France, lesbois utilisés en construction sont pourla plupart originaires de forêts géréesdurablement (grandes forêts d’Europedu Nord ou de l’Est de plus enplus certifiées FSC ou PEFC), sinonils proviennent de forêts françaises,non certifiées mais où la régénérationn’est pas compromise. Il reste quedes essences exotiques provenant deforêts non certifiées sont encore utiliséesen menuiserie, en lames de terrassesou produits d’aménagementextérieurs, mais les négociants enmatériaux se sont engagés à promouvoirle bois issu de forêts géréesdurablement (Point P et Réseau Pronotamment).- il est naturel : il est possible d’utiliserdu bois non traité directement enossature, charpente, bardages et menuiseries.Mais pour cela, selon l’expositionà l’humidité et les usages (intérieur,extérieur vertical ou horizontal),il faut obligatoirement se tournervers certaines essences qui sont naturellementrésistantes aux parasiteset champignons, et qu’elles soientégalement intégralement purgées deleur aubier (ex : chêne, châtaigner,pin Douglas, red cedar, mélèze). EnBretagne, le particulier ou l’artisan quisouhaite utiliser du bois non traité(châtaigner, pin Douglas) pourra facilementen trouver auprès des scieriesou des négociants locaux. Par contre,cette offre locale n’est pas suffisantepour des quantités industrielles (voirplus bas). Pour ce qui est des produitsde finitions, tous les produits ontleur équivalent naturel, à base d’huilede lin par exemple.- un chantier propre : la maison enbois dont les éléments sont pré-fabriquésen atelier ne génère que peu dedéchets sur le chantier, et peu d’allerset venues de véhicules. Cette techniquepermet également un gain detemps de construction (4-5 mois contre7-8 mois pour une maison conventionnelle).■ Si elle contribue efficacement à lamaîtrise de l’énergie, la maison enbois n’est toutefois pas forcément unemaison écologique, pour des raisonsde coût et de disponibilité de la ressource.Le principal atout de la maison enbois est qu’elle permet une économied’au moins 30 % de chauffage. Avecune bonne isolation, la maison enbois répond sans difficulté aux exigencesde la RT 2005 et a une longueurd’avance sur les autres techniquesconstructives sur ce point devue.- La ressource locale limitée entraînecependant un bilan transportnégatif.La forêt bretonne ne permet de couvrirqu’une part réduite des besoinsen bois construction, Elle ne couvreque 12 % du territoire, contre 28 %en moyenne nationale. La ressourcebretonne est limitée en volume et enqualité. Aujourd’hui, 30 % du bois estdirigé vers la construction (le fort morcellementde la propriété forestièrerend peu compétitive l’exploitation dubois). Le bois trouve une valorisationrégionale à hauteur de 70 % vers lesemballages/pallettes et l’énergie.Le bois vient donc en grande partiedes autres régions françaises (Vosges,Jura, Massif Central). L’impactsur l’environnement causé par sontransport est certes limité à l’intérieurde l’hexagone mais est accru avecles importations d'autres pays, Europedu Nord ou de l’Est, seuls aptesà fournir aux professionnels du boisdes matériaux en grande quantitédéjà secs et moins chers par l’effetvolume (20 % des besoins françaissont couverts par l’importation).- Comme l’exige la réglementation,la grande majorité des bois utilisésen construction sont traités contreles dégâts potentiels des insectes etdes champignons. La toxicité des traitementschimiques par imprégnationen autoclave a certes fortement diminué(arsenic, chrome, cuivre interditsen 2003 en France) mais demeurenocive pour les professionnels quil’appliquent.Des techniques alternatives au traitementchimique du bois se développent(comme le bois thermo-chauffé).Le traitement au sel de bore ("100 %naturel") accepté par les éco-constructeurs,reste marginal car il nes’applique que manuellement, et il estréservé aux éléments non soumis àla pluie.Certains bois non traités auront plusde durabilité s’ils ont été coupés àune certaine période. Mais les acheteursde gros volumes ne peuvents’en assurer (seul un artisan peutéventuellement aller à la scierie pourle vérifier lui-même), si bien que cebois est traité même si l’usage nele réclame pas, afin de ne pas"avoir de surprises".Cellule Economique de Bretagne ■ L'activité Construction du Bâtiment et & développement en Bretagne durable - Evolution en Bretagne perspectives - le Le logement à l'horizon neuf ■ 2011 Novembre ■ Juin 2007 124


■ Annexe 5Les matériaux "écologiques" de constructionC’est aussi et surtout une questionde coût :- le traitement haute température quioffre une alternative pour les bardageset les terrasses est 15 à 20 %plus cher,- même traités, les bois courammentemployés (pins, épicéa) sont moinschers que les essences naturellementrésistantes sans traitement, desquelleson ne conserve que le coeur(chêne, châtaigner, red cedar, pinDouglas).Le nombre de maisons en bois où iln’y a pas eu de traitement chimiqueest au final assez faible. Seuls quelquescharpentiers en proposent.- Les vernis, les peintures, et lescolles entrant dans la compositiondes panneaux ont également unimpact sur l’environnement et lasanté. La capacité du bois à être recyclésera réduite si ces produits sonttoxiques ou non biodégradables.Les différentes techniques constructives de la maison en bois• La maison à ossature bois (MOB) est dominante : selon Abi Bois, en Bretagne 98 % des réalisations sont des MOB. Il y a différentstypes de remplissages :- des contreventements par panneaux bois, doublés d’un isolant tel que ouate de cellulose, laine végétale, laine minérale (proscriteen éco-construction). C’est une solution qui se prête à une fabrication industrialisée.- un autre matériau que le bois : monomur, paille, béton de chanvre, terre. On est plus, là, sur une fabrication artisanale et l’autoconstruction.• La structure poteaux-poutres, faisant une large place aux baies vitrées, associée à la "maison d ‘architecte",• Le bois empilé (rondin, madriers) : aspect "chalet", peu fréquent en Bretagne,• Le panneau de bois massif contrecollé : encore rare,• Le colombage traditionnel : pas rencontré dans la construction neuve en Bretagne.La durabilité d’une maison en bois en BretagneDes particuliers et certains professionnels sont réservés sur l’opportunité de construire en bois en Bretagne en raison du climathumide très différent des climats continentaux où ce type de maison est déjà répandu. Une étude réalisée par l’EME de Ker-Lann pour Envirobat conclut, au vu de réalisations déjà effectuées, que le climat et le littoral n’ont pas d’influence sur le bois, etun programme de recherche est en cours à l’école du Bois de Nantes sur l’influence du climat océanique. La durabilité dans letemps d’une construction bois est améliorée par différentes techniques (ex : ossature posée sur des fondations béton/pierre pouréviter les remontées d’humidité, débords de toiture, éventuellement peinture…).Ensuite, le choix de ne pas traiter le bois se révèlera positif seulement si, à la base, la sélection de l’essence et de sa qualité a étéfaite en fonction de l’usage prévu.Cellule Economique de Bretagne ■ L'activité Construction du Bâtiment et & développement en Bretagne durable - Evolution en Bretagne perspectives - le Le logement à l'horizon neuf ■ 2011 Novembre ■ Juin 2007 125

More magazines by this user
Similar magazines