Urbanisme, Foncier, Patrimoine historique et archéologique ...

angersloiremetropole.fr

Urbanisme, Foncier, Patrimoine historique et archéologique ...

Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant4.4 Urbanisme4.4.1 Schéma de Cohérence TerritorialeLe Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT), introduit par la loi Solidarité et Renouvellement urbain du 13 décembre 2000en remplacement des schémas directeurs, est le nouveau cadre de référence des politiques publiques d’aménagement duterritoire. Il oriente l’évolution du territoire dans la perspective d’un développement durable c’est-à-dire équilibré entredéveloppement économique, cohésion sociale et impératifs environnementaux.La zone d’étudie se situe dans le périmètre des SCoT Pays Loire Angers et Loire Layon Lys Aubance.4.4.1.1 SCoT Pays Loire AngersLes communes du périmètre d’étude concernées par le SCoT Pays Loire Angers sont les suivantes : Angers, Beaucouzé, Bouchemaine, Sainte-Gemmes-sur-Loire, Les Ponts-de-Cé, Mûrs-Erigné, Saint-Jean-de-la-Croix.Le Syndicat Mixte de la Région Angevine a décidé en décembre 2005 d’engager la révision du schéma directeur etd’élaborer un SCoT. Le Syndicat a adopté à l'unanimité l'arrêt de projet du SCoT du Pays Loire Angers le 8 septembre2010.Le PADD s’articule autour de 3 axes principaux : Donner une nouvelle ambition au territoire angevin, Organiser un développement solidaire dans un territoire multipolaire, Préserver et valoriser les richesses naturelles, patrimoniales et paysagères.Les principales orientations d’organisation de l’espace définis dans le Document d’Orientations Générales (DOG) sontrappelées dans la carte en page suivante (extraite du SCOT).AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 80 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantFigure 55: DOG SCoT Pays Loire Angers - Synthèse des orientations générales d'organisation de l'espaceAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 81 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant4.4.3 ServitudesL’aire d’étude est concernée par quelques servitudes d’utilité publique inscrites dans les documents d’urbanisme : I3 – Servitudes relatives à l’établissement des canalisations de distribution et de transport de gazServitudes d'ancrage, d'appui, d'enfouissement, d'abattage et d'élagage d'arbres, de libre passage, non construction, nonplantation. Obligation pour tout propriétaire d’immeubles assujettis aux servitudes de déclarer au Service Responsable toustravaux exécutés à proximité des canalisations de transport de gaz.− Canalisation de transport de gaz de 200 mm de diamètre : Avrillé – Beaucouzé I4 – Servitudes relatives à l’établissement des canalisations électriquesCette servitude permet d’établir des supports et ancrages pour conducteurs aériens d’électricité à l’extérieur des murs etfaçades, au dessus des propriétés, sous terre ainsi que de couper les arbres et les branches. Elle oblige les propriétairesdes terrains de réserver le libre passage et l’accès aux agents de l’entreprise exploitante pour la pose, l’entretien et lasurveillance des installations.− Ligne 90 kV Beaucouzé – Roseraie− Ligne 90 kV La Roseraie - Trélazé− Ligne 2x225 kV Beaucouzé – Corbière− Ligne 90 kV Beaucouzé – Corbière− Ligne 90 kV Beaucouzé – Sermonerie− Ligne 90 kV Beaucouzé – Saint Georges sur Loire− Mozé-sur-Louet : lignes HTA− Les Ponts-de-Cé : lignes HTA− Denée : lignes HTA PT1 – Télécommunications – Servitudes relatives aux transmissions radioélectriquesCette servitude concerne la protection des centres de réception contre les perturbations électromagnétiques.− Zone de protection 1500 m – station de terre d’Angers− Zone de garde de 500 m – centre radioélectrique Angers-Hôpital− Zone de garde de 300 m – centre radioélectrique d’Angers – La Ballue− Zone de protection 1500 m – station de terre Saint-Barthélémy PT2 – Télécommunications -Servitudes relatives aux transmissions radioélectriquesCette servitude concerne la protection contre les obstacles, des centres d’émission et de réception exploités par l’état.− Ligne hertzienne Angers – La Pommeraye− Ligne hertzienne Angers – Chalonnes− Ligne hertzienne Angers – Cholet (La Tourlandry / Saint-Barthélémy-d’Anjou)− Ligne hertzienne Angers – Brissac-Quince− Zone de dégagement Angers-Hôpital− Zone de dégagement Angers-La Ballue− Zone de dégagement de Saint-Barthélémy-d’Anjou PT3 : Télécommunications – Servitudes relatives aux communications téléphoniques ettélégraphiquesCette servitude concerne l’établissement et le fonctionnement des lignes et des installations de télécommunications. Elledonne le droit pour l’Etat d’établir des supports à l’extérieur des murs ou façades donnant sur la voie publique, sur les toitset terrasses des bâtiments si l’on peut y accéder de l’extérieur, dans les parties communes des propriétés bâties à usagecollectif et des conduits et supports sur le sol et le sous-sol des propriétés non bâties et non fermées de murs ou de clôture.− Câble de télécommunication n°245-01 Angers / Cholet− Câble de télécommunication n°529 Angers /Saumur− Câble de télécommunication n°196 Thouars / Angers− Fibre optique n°49.83.FO Angers Maulévries / Mûrs-E rigné AS1 : Conservation des eaux – instauration de périmètres de protection des eaux potables etminérales− Les Ponts-de-Cé : captages d’eau potable situés au lieu-dit « L’île au Bourg » et intégrant le pointde pompage d’eau brute situé en amont et en limite de la commune de La Daguenière,− Les Ponts-de-Cé : réserve d’eau brute de la Fosse de Sorges. EL 2bis : Défense contre les inondations – Servitudes en zones submersibles de la Loire et de sesAffluentsObligation pour tout propriétaire de biens de solliciter l’autorisation préalable du Service Responsable pour touteconstruction, plantation ou travaux divers− Plan de prévention des risques naturels prévisibles inondation liés aux crues de la Loire dans leval d’Authion− Plan de prévention des risques naturels prévisibles inondation liés aux crues de la Loire dans leval du Louet EL3 : Navigation intérieure – Servitudes de halage, de service de navigation ou de libre passage despêcheurs− Bouchemaine : rives de la Loire et de la Maine− Mûrs-Erigné : le long des rives de la Loire− Sainte-Gemmes-sur-Loire : rives de la Maine et de la Loire− Mozé-sur-Louet : le long des rives du Louet− Les Ponts-de-Cé : rives de la Loire, du Louet et de l’Authion− Denée : le long des rives de la Loire EL7 : Alignement – Servitudes relatives à l’alignement des constructions par rapport à la voirie− Les Ponts-de-Cé : rue David d’Angers, rue Halopé Frères, ruelles des Grands Jardins T1 : Voies ferrées – Servitudes relatives aux chemins de ferServitudes d’alignement, non construction, non plantation, de débroussaillement, d’élagage et de libre passage.− Angers− Bouchemaine− Sainte-Gemmes-sur-Loire A2 : Dispositif d’irrigation – Servitudes pour la pose de canalisations souterraines d’irrigationObligation pour les propriétaires et leurs ayants droit de s’abstenir de tout acte de nature à nuire au bon fonctionnement, àl’entretien et à la conservation de l’ouvrage et notamment d’effectuer des plantations d’arbres ou arbustes, et desconstructions.− Sainte-Gemmes-sur-Loire : voir plan des servitudesAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 84 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant A3 : Dispositif d’irrigation – Servitudes pouvant être rendues applicables aux terrains riverains descanaux d’irrigation et émissaires d’assainissement des terresServitude de passage des engins mécaniques d’entretien, de curage et de faucardement, sur une largeur de 4 m le longdes émissaires d’assainissement. Servitudes concernant les constructions, clôture et plantations.− Beaucouzé : Libre passage de 4m sur les rives des ruisseaux et fossés d’assainissement agricole situésdans le périmètre du remembrement partiel intercommunal (date d’établissement : arrêté préfectoral du2 septembre 1985 avec clôture des travaux le 4 mars 1998)− Sainte-Gemmes-sur-Loire : voir plan des servitudes− Denée A4 : Conservation des eaux – Servitudes concernant les terrains riverains des cours d’eau nondomaniaux ou compris dans l’emprise du lit de ces cours d’eauServitude de libre passage des agents et des engins mécaniques pour l’entretien, le curage et l’essartage le long des coursd’eau sur une largeur de 4 m.− Beaucouzé : le long des terrains riverains des ruisseaux non domaniaux suivants : Le Brionneau, LaFarauderie, La Vilnière, La Houaire, La Santé, La Grézille.− Mûrs-Erigné, Mozé-sur-Louet, Denée : le long de la rivière Aubance. AC1 : Monument historiques – Servitudes de protection des monuments historiquesObligation pour tout propriétaire de biens de solliciter l’accord préalable du service responsable pour toute restauration,travaux, destruction, modification ou changement d’affectation.− Voir plan des servitudes et paragraphe 4.6 AC2 : Protection des sites – Servitudes de protection des sites et des monuments naturelsSite inscrit : Obligation pour tout propriétaire de biens immobiliers situés dans le périmètre de protection du site inscrit dedéclarer son intention d’entreprendre des travaux (sauf ceux d’entretien courant) 4 mois à l’avance.Site classé : Obligation pour le propriétaire d’obtenir une autorisation avant l’exécution de tous travaux susceptibles dedétruire ou de modifier l’état ou l’aspect des lieux dans le périmètre de protection du site classé.− Site inscrit : ensemble formé par les rives de la Maine et de la Loire (Bouchemaine, Sainte-Gemmes-surLoire)− Site classé :o site de la confluence Maine-Loire et des Coteaux Angevins (Sainte-Gemmes-sur-Loire,Mûrs-Erigné, Denée, Angers, Saint-Jean de la Croix)o site de la Roche de Mûrs (Mûrs-Erigné) AC4 : Patrimoine architectural, urbain et paysager – Servitudes de protection du patrimoinearchitectural, urbain et paysagerObligation pour tout propriétaire de biens d’obtenir une autorisation spéciale en matière de permis de construire après avisconforme de l’architecte des bâtiments de France, pour les travaux de construction, de démolition, de déboisement, detransformation et de modification de l’aspect extérieur compris dans le périmètre de la zone de protection.− Denée : voir périmètre de la ZPPAUP.Emplacements réservésLe PLU Sud-Ouest prévoit un emplacement réservé pour la « Petite Liaison Sud ».AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 85 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSFigure 59: ServitudesPHASE 2Diagnostic de l'état existantAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 86 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant4.5 FoncierLa carte en page suivante présente les terrains déjà propriété d’une collectivité publique ou en cours d’acquisition..AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 87 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSFigure 60: Parcelles propriétés d'une collectivité publiquePHASE 2Diagnostic de l'état existantAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 88 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant4.6 Patrimoine historique et archéologique4.6.1 Patrimoine historiqueLa liste des Monuments Historiques inscrits et classés sur les neuf communes étudiées (hors commune d’Angers) estprésentée dans le tableau ci-après.4.6.2 Patrimoine archéologiqueUn grand nombre de sites archéologiques sont recensés sur les communes étudiées. Ces sites sont nombreux sur lacommune d’Angers (une cinquantaine), mais aussi à Sainte-Gemmes-sur-Loire (21 sites) et Mûrs-Erigné (20 sites).Les sites identifiés par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) sont présentés sur la figure suivante.Tableau 18 : Liste des Monuments HistoriquesCommune Dénomination Date d’inscription ou de classementBouchemaine Manoir de Louzil Inscrit le 27/08/1975Bouchemaine Eglise Inscrit le 02/11/1972Bouchemaine Château du Petit Serrant Inscrit le 17/02/1989Denée Château de Souvigné Inscrit le 20/08/1976Denée Eglise Inscrit le 26/06/1968Denée Presbytère Inscrit le 08/02/1968DenéeDomaine de la Noue (également sur communeInscrit le 16/02/1995de Mozé-sur-Louet)Denée Château de Mantelon Inscrit le 02/10/2003Sainte-Gemmes-sur-Loire Domaine de Chateaubriant Inscrit le 10/03/1990Sainte-Gemmes-sur-Loire Manoir de Belligan Inscrit le 06/06/1988Sainte-Gemmes-sur-Loire Vestiges archéologiques gallo-romains Classé le 04/11/1975Mozé-sur-Louet Moulin à vent de la Bigottière Inscrit le 28/12/1984Ponts-de-Cé Château Classé en 1862Ponts-de-Cé Château Rivet Inscrit le 09/11/1964Ponts-de-Cé Eglise Saint-Aubin Classé le 16/02/1903Angers Eglise Saint-Augustin lès Angers Classé le 09/05/1960Angers Chapelle de la Barre Classé le 07/06/1930Angers Abbaye Saint-Nicolas Classé le 06/09/1955Angers Prieuré de la Baumette Classé le 04/10/1946Angers Château d'Orgemont Classé le 19/10/1965Angers Hôtel du Roi de Pologne Classé le 23/06/1922Angers Chapelle de la Papillaie Inscrit le 07/12/1970Angers Chapelle funéraire de la famille Thouin Inscrit le 08/04/1992AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 89 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSFigure 61: Monuments historiques et sites archéologiquesPHASE 2Diagnostic de l'état existantAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 90 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant4.7 Tourisme et loisirs4.7.1 Les principaux lieux de visite et de patrimoineLes communes concernées par le périmètre d’études et les communes avoisinantes possèdent de nombreux lieux devisite : châteaux, églises, parcs et jardins, musées…Sur la commune de Beaucouzé : L’église Saint Gilles, La Grange Dîmière, L’Ancien Prieuré, …La richesse de son patrimoine et le soin apporté à sa mise en valeur ont permis à Angers le label « Ville d’art et d’histoire »décerné par la direction de l’architecture et du patrimoine.Les labels environnementaux (Natura 2000, UNESCO…) sont également des atouts pour le tourisme sur la zone d’étude.Les principaux sites et monuments à visiter sont listés ci-dessous :Sur la commune d’Angers : Château d’Angers et tenture de l’Apocalypse, Musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine, Musée des Beaux-arts, Galerie David d’Angers, Muséum des sciences naturelles, Collégiale Saint-Martin, Cathédrale Saint-Maurice, ….Sur la commune de Bouchemaine : L’abbaye de Bouchemaine, Pruniers et son église, Le village de La Pointe, …Sur la commune des Ponts-de-Cé : Le Château et musée des coiffes et des traditions, L’église saint-Maurille, Le couvent des Cordelières, …Sur la commune de Mûrs-Erigné : L’église d’Erigné, Le Manoir de la Garenne, …Sur la commune de Denée : Le Presbytère, L’église, Le Château de Souvigné, Le Château de la Noue, Le site de Mantelon et son château, …Sur la commune de Mozé-sur-Louet : La Chapelle de Montjoie, Le Château de la Cressonnière, Le Château de la Coudre, L’église Saint Samson, Le Moulin de la Bigottière, ….Sur la commune de Savennières : L’église Saint-Pierre, Saint-Romain L’ancien presbytère, L’oratoire Saint-Romain, Le village d’Epiré et son église, ….Sur la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire :Sur la commune de Béhuard (classé au patrimoine mondial de l’UNESCO) :L’église,Châteaubriant,Le Manoir de Belligan,Le Port Thibault et les quais.La Chapelle Notre-dame-de-Béhuard,…AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 91 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantSur la commune de Trélazé : Le musée de l’Ardoise, L’église Saint-Pierre, Le Moulin du poirier, La Chapelle Saint Lézin, ….Sur la commune de Saint Barthélémy d’Anjou :On peut citer notamment : Parc de Loisirs du Lac de Maine : baignade, planche à voile, canoë, …. Navettes fluviales et bateaux promenade,… Bases de canoë kayak,…4.7.2.3 Itinéraires cyclables et circuits de randonnéesDe nombreux itinéraires de randonnées pédestres et cyclables sont présents sur le périmètre d’étude. Ils sont représentéssur la carte en page suivante.Château et musée de la communication,…Le périmètre d’étude est notamment traversé par l’itinéraire « Loire à Vélo ».Les principaux parcs et jardins sont listés ci-dessous et apparaissent également sur la carte en page suivante : Les parcs Saint-Nicolas : parc de la Garenne, parc des Carrières et parc de la Haye sur les communesd’Angers et d’Avrillé, Le parc des Ardoisières sur la commune de Trélazé, Parc du Hutreau sur la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire, Parc de l’Arboretum Gaston Allard sur la commune d’Angers, Le jardin du Mail sur la commune d’Angers, Le jardin des Plantes sur la commune d’Angers, Les jardins du presbytère sur la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire, Le jardin méditerranéen (Clos des vignes) sur la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire,4.7.3 Hébergement et équipementsNe nombreuses possibilités d’hébergements sont présentes sur le secteur d’étude (hôtels, campings, gites et chambresd’hôtes…).A noter également la présence sur Angers d’équipements liés au tourisme d’affaire : Centre des Congrès, Parc des expositions…A signaler également, le vignoble d’Anjou qui constitue également un point d’attrait touristique avec notamment la maisondu Vin à Angers et les visites des caves des environs.4.7.2 Les activités de loisirs4.7.2.1 Les parcs de loisirsPlusieurs parcs de loisirs sont présents concernées par le périmètre d’étude et les communes avoisinantes :Terra Botanica, parc du végétal, à Angers,L’arche, parc d’attractions familial, à La Possonière,Le jardin des kangourous, parc animalier, à La Possonière,…4.7.2.2 Activités nautiquesLes activités nautiques (canoës, promenades en bateaux…) sont très présentes sur la zone d’étude du fait du réseau derivières très développé.AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 92 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSFigure 62: Activités touristiques et loisirsPHASE 2Diagnostic de l'état existantAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 93 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant4.8 Environnement sonoreFigure 63: Cumul des niveaux de bruit4.8.1 Généralités sur le bruitLe bruit, mélange de sons, est un phénomène physique qui consiste en une perturbation (ou variation) de la pressionatmosphérique à laquelle l’oreille est sensible. Cette variation de pression peut être mesurée à l’aide d’un sonomètre.On utilise une échelle de mesure représentative de la sensation subie. C’est le décibel A (le terme A étant une pondérationadaptée à la sensibilité humaine).4.8.1.1 L’indicateur physique : le DécibelLe niveau de bruit s’exprime en décibels (dB) et permet de comparer deux bruits entre eux sur une échelle de mesure quivarie de 0 à 120 dB pour les bruits usuels, sachant par ailleurs que zéro décibel ne signifie pas qu’il y ait absence de bruitet que les décibels ne s’ajoutent pas de façon arithmétique mais logarithmique.10 dB (A)Ainsi, le doublement de l’énergie acoustique (doublement du trafic par exemple) correspond à une augmentation du niveaude bruit de 3 dB(A).Notre oreille joue le rôle de filtre et n’enregistre que des sons compris entre une fréquence de 15 Hz (infrasons) et 16 000Hz (ultrasons). En deçà de cette plage, ce sont des infrasons et, au-delà, des ultrasons.Plus sensible aux fréquences aiguës qu’aux graves, l’oreille ne perçoit pas de la même façon des sons de même niveaumais de fréquence différente. L’audition varie aussi en fonction de l’âge de l’individu, de son état de fatigue,…Le dB(A) est l’unité qui permet de mieux prendre en compte cet effet de filtre.4.8.1.2 Les indicateurs de gêneA côté des décibels, qui servent à mesurer le niveau d’un bruit à un moment donné, un indicateur est utilisé afin dedéterminer un niveau sonore pendant un intervalle de temps donné : il s’agit du niveau acoustique continu équivalent endécibels (A), Level équivalent (Leq) ou LAeq.La réglementation « bruit des infrastructures de transports » fait référence au Leq. (Arrêté du 5 mai 1995).Augmenter le niveau C’est multiplier le niveausonore de : de l’énergie sonore par :C’est faire varier l’impression sonore :3 dB 2 Perceptible5 dB 3Nettement : on ressent une aggravation ou on constate uneamélioration lorsque le bruit augmente ou diminue de 5 dB10 dB 10 Comme si le bruit était 2 fois plus fort20 dB 100Comme si le bruit était 4 fois plus fort. Une variation brutale de20 dB peut réveiller ou distraire l’attention50 dB 100 000Comme si le bruit était 30 fois plus fort. Une variation brutale de50 dB fait sursauterSource : CSTBTableau 19: présentation des principaux LAeqDurée de la mesure Appellation< 1 seconde Niveau instantané1 seconde LAeq court1 heure LAeq horaireDe 6 h à 22 hLAeq jourDe 22 h à 6 hLAeq nuitAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 94 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantFigure 64: Echelle de bruit4.8.2 La réglementation4.8.2.1 Textes réglementairesLes textes relatifs au bruit des infrastructures routières sont les suivants : Code de l’environnement articles L 571-2 et suivants (Loi n° 92-1444 du 31 décembre 1992, dite "Loi Br uit"codifiée), Les articles R571-44 à R571-52 du code de l’environnement relatif à la limitation du bruit desaménagements et infrastructures de transports terrestres, L’arrêté du 5 mai 1995 relatif au bruit des infrastructures routières, La circulaire n°97-110 du 12 décembre 1997 relative à la prise en compte du bruit dans la construction deroutes nouvelles ou l’aménagement de routes existantes du réseau national.4.8.2.2 Principales implicationsLa réglementation introduite par la loi du 31 décembre 1992, complétée par les articles R571-44 à R571-52 du code del’environnement et par l’arrêté du 5 mai 1995 prévoit une période « Diurne » et une période « Nocturne » afin de tenircompte de la gêne ressentie par les riverains des infrastructures durant la phase de sommeil.4.8.1.3 La corrélation gêne-bruitA titre indicatif, on relève environ :- 40 dB(A) en rase campagne en pleine nuit,- 45 dB(A) en rase campagne de jour,- 65 à 70 dB(A) en zone urbaine en centre ville,- 70 à 80 dB(A) sur les grandes artères.La gêne revêt un caractère subjectif ; le tableau qui suit présente l’enquête montrant le pourcentage de personnes gênéesen fonction des niveaux d’exposition.Tableau 20: Pourcentage de personnes gênées en fonction des niveaux d'expositionLdenBruit du trafic routier% gênés % très gênés45 6 150 11 455 18 660 26 1065 35 1670 47 2575 61 37Source : Commission européenne 2002 ‘Position paper on dose response relationships between transportationnoise and annoyance’Les principales implications de ces textes sont : l’indicateur de gêne en période diurne s’étend sur le créneau horaire 6 h - 22 h et est noté LAeq jour ; l’indicateur de gêne en période nocturne s’évalue sur la plage horaire 22 h - 6 h et est noté LAeq nuit ; l’introduction des critères de zone d’ambiance sonore modérée, modérée de nuit et non modérée (article 2de l’arrêté du 5 mai 1995), est définie ci-dessous :Type de zone Bruit ambiant* (toutes sources confondues)LAeq (6h-22h) LAeq (22h-6h)Modérée < 65 < 60Modérée de nuit ≥ 65 < 60Non modérée ≥ 65 ≥ 60* : niveau de bruit mesuré à 2 m en avant des façades, fenêtres fermées, au milieu de ces dernières et fenêtres fermées,conformément à la norme NF-S-31-110 relative à la « caractérisation et mesurage des bruits de l’environnement -Grandeurs fondamentales et méthodes générales d’évaluation »4.8.2.3 Objectifs acoustiquesL’objectif de protection acoustique pour les zones d’habitations dépend du niveau de bruit auquel elles sont soumisesactuellement.La réglementation distingue deux cas : la création de voie nouvelle ; la modification significative d’une infrastructure existante.Lors de la création d’une infrastructure nouvelle, les contributions sonores maximales admissibles prescrites par laréglementation sont les suivantes :AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 95 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantTableau 21: Contributions sonores maximales admissibles prescrites par la réglementation lors de lacréation d'une infrastructure nouvelleTableau 22: Contributions sonores maximales admissibles prescrites par la réglementation lors demodification significative d'une infrastructure existanteUsage et nature desLAeq 6h-22hLAeq 22h-6hlocauxNiveau de bruitambiant (toutessourcesContribution sonoremaximale admissiblede la voie nouvelleNiveau de bruitambiant (toutessourcesContribution sonoremaximale admissiblede la voie nouvelleconfondues)confondues)Logements situés en < 65 dB(A) 60 dB(A) < 60 dB(A) 55 dB(A)zone modéréeLogements situés en ≥ 65 dB(A) 65 dB(A) < 60 dB(A) 55 dB(A)zone modérée denuitLogements situés en ≥ 65 dB(A) 65 dB(A) ≥ 60 dB(A) 60 dB(A)zone non modéréeEtablissements de Quel que soit 60 dB(A) Quel que soit 55 dB(A)santé, de soins etd’action sociale (1)Etablissements Quel que soit 60 dB(A) - -d’enseignementsLocaux à usage de < 65 dB(A) 65 dB(A) - -bureaux en zonemodérée(1) Pour les salles de soins et les salles réservées au séjour des malades, ce niveau est abaissé à 57 dB(A) sur la période(6h-22h)Lors de la modification d’une infrastructure existante, les prescriptions en matière de protection contre le bruit sont lessuivantes (art. 3 – arrêté du 5 mai 1995) :Une modification ou transformation d’une route existante est considérée comme significative si elle respecteconjointement les deux conditions suivantes : Elle résulte de travaux (à l’exclusion des travaux de renforcement de chaussées, des travaux d’entretien,des aménagements ponctuels et des aménagements de carrefours non dénivelés), Elle engendre, à terme, une augmentation de plus de 2 dB(A) de la contribution sonore de la seule route,par rapport à ce que serait cette contribution à terme en l’absence de la modification ou transformation.Cette comparaison doit être réalisée à un horizon de 20 ans après la mise en service du projet.Si la modification n’est pas significative au sens de cette définition, aucune exigence n’est fixée.Si la modification est significative, les contributions sonores maximales admissibles prescrites par la réglementation aprèsmodification devront respecter les seuils suivants :Usage et nature des LAeq 6h-22hLAeq 22h-6hlocauxContribution Contribution sonore Contribution Contribution sonoresonore initiale del’infrastructuremaximale admissibleaprès travauxsonore initiale del’infrastructuremaximale admissibleaprès travauxLogements situés en ≤ 60 dB(A) 60 dB(A) ≤ 55 dB(A) 55 dB(A)zone modérée> 60 dB(A) Contribution initiale > 55 dB(A) Contribution initialeplafonnée à 65 dB(A)plafonnée à 60 dB(A)Logements situés en Quel que soit 65 dB(A) ≤ 55 dB(A) 55 dB(A)zone modérée de nuit> 55 dB(A) Contribution initialeplafonnée à 60 dB(A)Logements situés enzone non modéréeQuel que soit 65 dB(A) Quel que soit 60 dB(A)Etablissements desanté, de soins etd’action sociale (1)Etablissementsd’enseignementsLocaux à usage debureaux en zonemodérée≤ 60 dB(A) 60 dB(A) ≤ 55 dB(A) 55 dB(A)> 60 dB(A) Contribution initiale > 55 dB(A) Contribution initialeplafonnée à 65 dB(A)plafonnée à 60 dB(A)≤ 60 dB(A) 60 dB(A) - -> 60 dB(A) Contribution initiale - -plafonnée à 65 dB(A)- 65 dB(A) - -(1) Pour les salles de soins et les salles réservées au séjour des malades, ce niveau est abaissé à 57 dB(A) sur la période(6h-22h)4.8.2.4 Respects des objectifs acoustiquesL’article R571-48 du code de l’environnement stipule que le respect des niveaux sonores maximaux autorisés est obtenupar un traitement direct de l'infrastructure ou de ses abords immédiats. Toutefois, si cette action à la source ne permet pasd'atteindre les objectifs de la réglementation dans des conditions satisfaisantes d'insertion dans l'environnement ou à descoûts de travaux raisonnables, tout ou une partie des obligations est assuré par un traitement sur le bâti qui tient compte del'usage effectif des pièces exposées au bruit.L'article 4 de l'arrêté du 5 mai 1995 relatif au bruit des infrastructures routières précise que, dans le cas nécessitant untraitement du bâti, l'isolement acoustique contre les bruits extérieurs DnAT vis-à-vis du spectre du bruit routier défini dansles normes en vigueur, exprimé en dB(A), sera tel que :DnAT = LAeq - Obj + 25Où LAeq est la contribution sonore de l'infrastructure routière après travaux et Obj la contribution sonoremaximale admissible.AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 96 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantLe respect des objectifs acoustiques doit se faire sans limite de temps. Les études se basent sur une hypothèse desaturation acoustique de l’infrastructure, c'est-à-dire l’émission sonore maximum de la voie (capacité maxi de la voie etvitesse maxi).4.8.3 Analyse de l’état actuelElle a pour objectif de réaliser des cartes de bruit permettant : d’établir un diagnostic des populations exposées et des établissements de santé et d’enseignement, d’évaluer les surfaces exposées.Le réseau communal de la ville d’Angers n’est pas traité dans cette étude. Cependant, il faut noter que l’ensemble desvoies de l’agglomération angevine fera l’objet d’une cartographie du bruit à l’échéance du 30 juin 2012 (échéance fixée parla directive pour les agglomérations supérieures à 100 000 habitants).La démarche de cette analyse est de pouvoir faire ressortir la sensibilité du secteur d’étude.4.8.3.1.1 Identification des infrastructures routières cartographiées pour l’échéance 2007L’objectif est de déterminer l’ambiance sonore actuelle de la zone d’étude afin de définir, dans un deuxième temps, leniveau d’impact des variantes.Nous utilisons les résultats des études antérieures et de la cartographie du bruit réalisée dans le département du Maine-et-Loire.Cette analyse permettra ensuite d’orienter le choix des variantes en fonction de la sensibilité des sites traversés.Le réseau routier cartographié pour l’échéance de juin 2007 porte sur les différentes routes nationales et départementalesdont le trafic est supérieur à 6 millions de véhicules par an soit un trafic moyen journalier annuel (TMJA) de plus de 16 400véhicules par jour.Les tronçons ont été validés par les gestionnaires respectifs, DIRO pour le réseau national et Conseil Général du Maine-et-Loire pour le réseau départemental.4.8.3.1 Cartographie du bruitCes résultats s’appuient sur l’étude 15 réalisée par le CETE de l’Ouest pour la Direction Générale des RoutesNous faisons ressortir ici uniquement les résultats de la cartographie en Lden, qui est le niveau le plusreprésentatif et le plus pénalisant pour les riverains. Dans l’ensemble sur la zone d’étude la période nocturne (Ln)n’est pas prédominante.Précisions sur les indicateurs retenus pour l’élaboration des cartes : le Lden (addition logarithmique des niveaux jour-soir-nuit) : indicateur énergétique, intégré sur toute lajournée, donnant un poids plus fort au bruit en soirée (+ 5 dB(A)) et durant la nuit (+ 10 dB(A)) et traduisantainsi la gêne accrue ressentie par les personnes exposées durant ces deux périodes, Ln est plus spécifiquement l’indicateur de bruit associé à la gêne pendant la période nocturne.Ces deux indicateurs sont exprimés en décibels pondérés A (dB(A)) correspondant à la sensibilité de perception de l’oreillehumaine.Suite à la transposition de la directive européenne 2002/49/CE relative à l’évaluation et à la gestion du bruit dansl’environnement (articles L.572-1 à L.572-11 et R.572-1 à R.572-11 du code de l’environnement et arrêté du 4 avril 2006),des cartes de bruit doivent être établies pour les grandes infrastructures routières dont le trafic est supérieur à 6 millions devéhicules par an avant le 30 juin 2007 et à 3 millions de véhicules par an avant le 30 juin 2012.Cette étude a été réalisée dans le département de Maine-et-Loire pour les différentes infrastructures routières dont lesniveaux de trafic sont concernés par l’échéance de juin 2007.Tableau 23: Tronçons intéressants la zone d'étudeRoute nationaleLongueur en KmN249 26,43Routes départementales Longueur en KmD106 2,62D260 1,62D323 11,92D347 Angers 9,27D723 10,11D748 10,12TOTAL 45,664.8.3.1.2 Estimation des populations et recensement des bâtiments exposés : méthodologieAprès avoir calculé et tracé les isophones, les zones urbanisées issues de la BD/CARTO®IGN sont superposées.Cependant, du fait de la précision relative de la BD/CARTO®, on doit compléter ces surfaces urbanisées à l’aide de laBD/TOPO®IGN, pour recenser les habitations isolées qui ne sont pas prises en compte dans la BD/CARTO.Pour chaque indicateur, on estime les populations exposées par intervalle de 5dB(A) à l’aide des fonctions de Mapinfo. Estimation de la populationLa méthode est définie dans le guide méthodologique « Production des cartes de bruit stratégiques des grands axesroutiers et ferroviaires » du SETRA. Elle est rappelée ici pour mémoire.15 « Cartes de bruit – Grandes infrastructures de transport terrestre – voies routières nationales et départementales dans le Maine-et-Loire,CETE, 2009AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 97 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantConnaissant la population totale de la commune, les limites géographiques de la commune, les surfaces des zonesurbanisées de l’ensemble de la commune et les superficies des différentes zones exposées dans chaque tranche deniveaux sonores sur le territoire de la commune, on calcule au prorata de la surface bâtie de chaque tranche de niveauxsonores, les populations exposées selon les ratios déterminés.La méthodologie suivante est appliquée : On affine les zones urbanisées en éliminant les zones à l’évidence non habitées (zones industrielles parexemple) La population exposée dans chaque tranche de niveaux sonores est estimée par :Pe = P * Sue/SUOù :P est la population totale de la commune,Sue est la surface urbanisée (source BD/CARTO et BD/TOPO) exposée dans la tranche de niveaux sonores étudiée,SU est la surface urbanisée totale de la commune.Toutefois, cette méthode présente l’inconvénient de ne pas tenir compte de la hauteur des bâtiments, ni de l’affectation desbâtiments.4.8.3.1.3 Carte de type B : secteurs affectés par le bruit (dans la zone d’étude)Les secteurs affectés par le bruit, issus du classement sonore, sont arrêtés par le préfet en application des articles R.571-32 à R.571-43 du code de l’environnement. La circulaire du 25 mai 2004 précise que les basses techniques de ceclassement doivent être réexaminées tous les cinq ans.La largeur du secteur affecté par le bruit de part et d’autre de l’infrastructure est de 300m pour une voie classée encatégorie 1, 250m pour une catégorie 3, 30m pour une catégorie 4 et 10m pour une catégorie 5.4.8.3.1.4 Estimation du nombre de personnes exposées (dans la zone d’étude)Tableau 25: Estimation du nombre de personnes exposées (dans la zone d'étude)Routes Population exposée Total LdenLden Lden Lden Lden Lden Lden 55-75 par55-60 60-65 65-70 70-75 >75 >valeur limite68dB(A)routeD106 500 100 80 30 20 60 730D260 900 300 50 50 20 90 1320D323 8800 2200 800 500 200 1000 12500D347 600 300 200 90 40 200 1230AngersD723 300 200 100 70 30 100 700D748 700 300 200 80 20 200 1300Le classement sonore a fait l’objet de l’arrêté préfectoral du 18 mars 2003 pour les routes nationales et départementales.4.8.3.1.5 Recensement des établissements de santé et d’enseignement (dans la zone d’étude)Tableau 24: Classement sonore des routes nationales et départementales dont le trafic TMJA estsupérieur à 16400 véh/j conformément à l'arrêté préfectoral de 2003Voie Origine Extrémité PRoriginePRextrémitéCatégorieD106 Ech contour nord ZI Beaucouzé 0,000 6,016 2D260 RD160 Orgemont Ech avec la rocade Est 0,00 1,60 2D323 Inter A11 Angers nord Trémie Haute Chaine 34,00 35,02 2Trémie Haute Chaine Sortie d’Angers 35,02 37,00 2Sortie d’Angers Pont sur la Maine 37,00 39,00 1Pont sur la Maine Ech de Belle Beille 39,00 40,00 1Ech de Belle Beille RD723 40,00 43,03 1RD723 Troussebouc 43,03 45,08 2D347 Angers RD4 la Justice Entrée d’Angers 62,07 71,09 3D723 RD323 St Jean de Linières 43,10 44,50 2St Jean de Linières RD961 St Georges/Loire 44,50 53,09 3D748 Erigné Brissac Quincé D761 0,00 10,01 2Les établissements de santé et d’enseignement ont été recensés par l’exploitation de la couche point_activité_intérêt (PAI)de la BD/ TOPO®IGN et la superposition des isophones sur fond SCAN/25®IGN.La couche point_activité_intérêt (PAI) de la BD/ TOPO®IGN, cible les bâtiments qui n’ont pas vocation d’habitat. Ellepermet ainsi une sélection par leur catégorie, en l’occurrence : catégorie = santé et enseignement.Tableau 26: Nombre de bâtiments de santé concernésRoutesNombre de bâtiments de santéLden Lden Lden Lden Lden Lden55-60 60-65 65-70 70-75 >75 >valeur limite68dB(A)D106 - - - - - -D260 - - - - - -D323 1 1 - - - 1D347 Angers - - - - - -D723 - - - - - -D748 - - - - - -AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 98 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantTableau 27: Nombre de bâtiments d'enseignements concernésFigure 66: Cartes d'exposition au bruit en Lden- A87RoutesNombre de bâtiments d’enseignementLden Lden Lden Lden Lden Lden55-60 60-65 65-70 70-75 >75 >valeur limite68dB(A)D106 - - - - - -D260 - 2 1 - - 1D323 16 2 1 - - 1D347 Angers 1 1 - - - -D723 - 3 - - - -D748 1 - - - - -4.8.3.1.6 Cartographie du bruitFigure 65: Carte d'exposition au bruit en Lden4.8.3.2 Carte d’exposition au bruit pour l’A87Source : étude Egis environnement d’août 2008AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 99 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant4.8.3.3 Classement sonore des voiesEn complément de la cartographie du bruit vue précédemment, les voies routières du département dont le trafic moyenannuel est supérieur à 3 500 véhicules par jour et les voies ferroviaires assurant un trafic moyen supérieur à 50 trains parjour sont classées par l’arrêté du 18 mars 2003 par le préfet du Maine-et-Loire. Le classement sonore des voies complèteles résultats de la cartographie qui ne donnent les niveaux de bruit que pour les voies ayant un trafic jour de plus de 16 400véhicules. Cela permet de connaître l’ensemble de la pollution sonore de la zone d’étude, en périphérie de l’agglomérationet au sein de la ville d’ANGERS pour les secteurs intéressant la zone d’étude.Figure 67: Extrait de l'arrêté préfectoral du 18 mars 2003Figure 68: Classement sonore secteur Angers SudAFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 100 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantFigure 69: Classement sonore agglomération4.8.3.4 Campagne de mesuresDes mesures « in situ » ont été réalisées fin 2008 par le bureau INGEROP.Ces mesures permettent de connaître les niveaux de bruit, souvent en façade des habitations, et de façon plus précisequ’avec la cartographie ou le classement sonore. Elles permettent également de connaître l’évolution des niveaux de bruitsur les différentes périodes de la journée.Les mesures sont représentatives de la situation moyenne annuelle en corrélation avec les trafics moyens de 2008.Les mesures se sont déroulées sur deux semaines du 17 au 28 novembre 2008. Deux types de mesures ont été réalisés : 50 points fixes enregistrant l’évolution des niveaux de bruit sur 24 heures. 50 prélèvements d’une heure corrélés aux points fixes correspondants.Les résultats sont donnés pour les périodes diurnes 6h-22h et nocturnes 22h-6h.Les cartes ci-après nous donnent les résultats de ces mesures sur l’ensemble de la zone d’étude, avec une carte (zoneétendue) intéressant plus particulièrement les tracés potentiels des familles Grande Liaison Sud et RD102-112 et une carte(zone restreinte) correspondant à la zone d’étude des familles Boulevards Sud et Petite Liaison Sud avec un zoom sur lavariante « Petites Liaison ».Figure 70: Mesures de bruit zone étendue (source Ingérop)AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 101 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantFigure 71: Mesures de bruit zone restreinte (source Ingérop)La campagne de mesure confirme ces résultats avec des enregistrements proches de 70 dB(A) et plus en période diurne.Là non plus, il n’y a pas de gêne nocturne.Ce secteur est en zone sonore non modérée et avec des bâtiments susceptibles d’être en situation de point noir bruit.4.8.3.6 ConclusionL’analyse de la zone d’étude fait ressortir un environnement sonore de niveau relativement élevé sur l’agglomérationAngevine du fait de la traversée d’axes importants, à l’image de la RD 723 et RD 323, au Nord du site, de la RN 160 à l’Est.On peut citer également la voie SNCF traversant la zone d’étude du Nord au Sud.A l’intérieur de la ville, on relève principalement les Boulevards Sud comme principale source bruyante.La sensibilité des sites provient d’une part de la densité de population affectée par les nuisances sonores( par exemple lelong des Boulevards Sud) et d’autre part, à contrario, de la présence de zones calmes, ou modérées, qu’il convient deprotéger.Les contraintes qui en découlent pour le projet sont, de ce fait, de nature différente : Les zones calmes sont identifiées comme contrainte forte. Les objectifs à respecter pour le projet seront de60 dB(A) en période diurne. Les zones déjà affectées par le bruit représentent une contrainte moins forte pour les aménagementsprojetés. Les objectifs seront de 65 dB(A) pour le projet en période diurne.4.8.3.5 Synthèse des résultatsLe classement sonore des voies et la cartographie montre, dans la zone d’étude, que peu d’infrastructures sont encatégorie 1 (niveaux de bruit supérieur à 81 en période jour). On note seulement la voie SNCF et la RD 323.La majeure partie des infrastructures importantes quadrillant l’agglomération Angevine sont en catégorie 2 (niveaux de bruitentre 76 et 81 en période jour) ce qui est relativement élevé malgré tout. Les secteurs affectés par ses voies sont comprisdans une bande de 250 m de part et d’autre de l’infrastructure. Dans ces conditions, on peut être en présence de zone debruit critique et identifier des bâtiments en situation de points noirs bruit.La RD 112 et la RD 102 sont actuellement classées en catégorie 3 avec des niveaux compris entre 70 et 76 dB(A) enpériode diurne avec une zone d’influence limitée à 100 m de part et d’autre de l’axe.La campagne de mesure donne des résultats plus précis et en façade des habitations. Les niveaux sont, en général,proches ou supérieurs à 65 dB(A) en période diurne. Les écarts jour/nuit sont supérieurs à 5 dB(A), ce qui fait qu’il n’y apas de gêne nocturne.Le secteur est donc en zone d’ambiance sonore non modérée.En ce qui concerne les principales voies « intra muros », les boulevards Sud sont classés en catégorie 2.Le long de cet axe, l’ambiance sonore est très élevée.AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 102 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existant5 Paysage5.1 Les éléments constitutifs du paysageVers Angers, l’utilisation combinée de ces différents matériaux permet de caractériser de manière identitaire le territoireangevin. Le château du roi René constitue l’un des exemples d’association de schistes et de tuffeaux les plusreprésentatifs.Figure 73 : Tuffeau, schiste et utilisation dans l’architecture (ex du château du Roi René à Angers)5.1.1 Géologie et solAu carrefour entre les deux ensembles géologiques que forment le bassin parisien et le massif armoricain, la géologie quimarque le sous-sol angevin a contribué à façonner le paysage caractéristique de l’Anjou, de son relief à l’écoulement desréseaux hydrographiques, de son architecture aux activités d’extraction.Figure 72 : Carte géologique du territoire d’étude(source : Atlas des Paysages de Maine-et-Loire)5.1.2 EauSi la variation du faciès des parties amont et aval de la vallée de la Loire est d’origine géologique, le relief du territoired’étude a été façonné principalement par le réseau hydrographique chevelu qui parcoure le territoire d’étude. En effet, lesprincipales lignes de crêtes sont en réalité des coteaux, dont la formation résulte des cours d’eau qui ont entaillé lesplateaux.Le réseau hydrographique est particulièrement dense sur le territoire d’étude, hérité de la confluence entre plusieursrivières de premier ordre (Mayenne, Sarthe, Loir, Maine et Authion) et la Loire qui constitue le plus long fleuve de France.Plusieurs typologies différentes permettent de le caractériser et contribuent à la diversité des paysages rencontrés.Ainsi, l’Authion présente un visage très anthropique : façonné par la main de l’homme qui l’a enfermé dans un canal, il sejette dans la Loire au niveau des Ponts-de-Cé après avoir traversé la vallée de la Loire sur un bonne part de sa partie enamont.Figure 74 : Caractère rectiligne du canal de l’AuthionLa Maine et la Loire se caractérisent par de grandes plaines alluviales qui entaillent largement les formations calcaires dubassin parisien. Leur réseau se réduit en arrivant sur les couches de schistes et de grès dont les sillons ont été exploitésdes années durant : c’est le cas des ardoisières de Trélazé notamment. Ces formations sont à l’origine de « l’Anjou noir »où les toits d’ardoise et les murs de schistes sont prédominants. Le calcaire est également largement exploité : le tuffeauest essentiellement utilisé comme pierre de taille en encadrement et en décoration, ou en moellons pour les murs, sejoignant aux enduits de chaux pour marquer « l’Anjou blanc ».AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 103 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS


Angers Loire MétropoleLIAISON SUD D'ANGERSPHASE 2Diagnostic de l'état existantLa Loire véhicule une forte image de fleuve sauvage, bien que son utilisation par l’homme au fil du temps soit à l’origine denombreux aménagements. Elle se compose de nombreux bras plus ou moins asséchés selon le tracé et la saison, quidélimitent différentes îles à la superficie parfois conséquente. Les bancs de sable, la végétation découverte, les jeux delumière, les effets de miroir et la diversité des ambiances sont autant d’éléments qui la caractérisent et participent à lapluralité de son image.Figure 77 : Patrimoine de quais et cales à La PointeFigure 75 : L’île aux chevaux séparant deux bras de LoireLes variations du niveau de la Loire et la conformation du terrain ont fortement influencé l’implantation humaine, qui ad’abord privilégié les coteaux à l’abri des inondations avant de redescendre dans le val de Loire, profitant des îlots naturelsqui restaient immergés moyennant quelques aménagements. Néanmoins, les fluctuations de grande ampleur du niveau dela Loire suscitent des contraintes importantes (isolation des habitations, forts courants, grande superficie inondée enpériode hivernale, assèchement et pénurie d’eau en période d’étiage…) et imposent la mise en place de nombreuxaménagements tels que barrages, écluses, levées, systèmes de drainage et d’irrigation…Le fleuve a également été propice au commerce, constituant une voie navigable fortement empruntée. Un grand patrimoinede cales, de quais… témoigne de cette activité passée.Figure 76 : Sentier en bord de Loire et digue maçonnée de protection contre les inondationsL’eau calme est également représentée, le lac de Maine constitue à ce titre un lieu de promenade privilégié del’agglomération angevine. Support d’activités de loisirs (voile, golf…), il accueille également une faune et une florecaractéristiques qui contribuent à lui donner des airs de naturalité.Les vallées humides sont tributaires de la présence de l’eau et créent des paysages particuliers au Nord du territoired’étude.5.1.3 VégétationLa couverture végétale contribue fortement aux ambiances paysagères qui découlent des lieux qu’elle habille. Au sein duterritoire d’étude, une grande diversité des structures végétales est observable, du fait des différentes utilisations duterritoire en matière de production et des aménagements réalisés pour adapter les lieux à la présence humaine.Ainsi, productions horticoles (serres, champs), agricoles (champs, bocage), sylvicoles (peupleraies) et viticoles (vignes) separtagent le territoire et créent des atmosphères spécifiques à chacune d’elles. Ces ambiances « travaillées » contrastentavec les ambiances « urbaines » impulsées par les aménagements plus réguliers retrouvés en milieu urbain, dont lesalignements d’arbres en sont des parfaits représentants, et les ambiances très « naturelles » des fonds de vallées humidespar exemple.AFR-PHA-11002-RPT-B02 du 31/03/2011 Page 104 sur 146Réf Aff. ARCADIS/ 10-002437 10-002437 10-002437-PHA-11002-RPT-B02.doc ARCADIS

More magazines by this user
Similar magazines