Afrique orientale - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch

Afrique orientale - Magazine Sports et Loisirs

Grande comme deux fois la France (800 000 km 2 ), l’ancienne « Terra daBoa Gente » (Terre généreuse et accueillante) de Vasco de Gama semble tournerle dos à l’Afrique et regarde vers la mer. En face, Madagascar. AuMozambique, l’Afrique se dévoile sur des accents de saudade : entre hautsplateauxet Océan Indien, bush sauvage et récifs coralliens, plantations de théet archipels azuréens. Avec ses 2500 km de côtes piquées de cocotiers et de filaoset une nature encore préservée de la main de l’homme, le pays a comprisqu’il avait une carte à jouer dans le grand tournoi du tourisme mondial.NATURE & ÉVASIONAFRIQUE ORIENTALEClaire BuartPhotos : Azura Stayet Claire BuartMOZAMBIQUEsportsetloisirs.ch111


Vu du cielAvec ses quelque 20 millions d’habitants, ses11 provinces, le Mozambique s’étire sur uncontraste: au sud, la capitale Maputo, moderne,bouillonnante, concentre l’essentiel des richessesdu pays et des infrastructures en pleine expansion; au nord, moins visité une nature encoresauvage et un niveau de vie très précaire… Au Mozambiqueles canons ne se sont tus qu’en 1990 etle pays a pansé ses plaies. Mais si la guérison esten marche, la population garde des cicatrices. LeMozambique accuse aujourd’hui un virage à 180°et se plie aux directives visant à lui faire libéraliserson économie. C’est là que le pays et les investisseursdoivent négocier la courbe pour ne pas déraper.Les disparités régionales sont évidentes etle Mozambique est confronté à des problèmessociaux qui découlent de l’extrême pauvreté decertains endroits. En frontière à l’Ouest, la Zambie,le Zimbabwe ; au Sud-Ouest, l’Afrique dusud ; au Nord-Ouest, la Tanzanie. A l’Est, l’OcéanIndien et le Canal du Mozambique. Et partout, latrace des voyageurs qui y firent fortune. Du Portugal,d’Inde ou d’Arabie, tous sont venus commercerau Mozambique et d’ailleurs tout semble venirde la mer et y retourner.112


Et pour poser le pied sur la terre africaine, le voyageurdoit se faire « navigateur » des temps modernes: 11 heures de vol jusqu’à Johannesburg, un autrevol pour Vilanculos. Nous sommes dans la provinced’Inhambane destination phare du pays etpremier parc national marin du Mozambique depuis1971. Dernier saut de puce pour rejoindrel’île de Benguera : l’hélicoptère. Oui, le Mozambiquese mérite, mais les derniers kilomètres sont larécompense du voyage. La vue est à couper le souffle.La baie s’étend immense, ambitieuse, sauvage.Hauts-fonds transparents, langues de sable aux airsd’oiseaux. Dans ce tableau naturel d’eaux cristallines,une main céleste a déposé des dhows, miniaturesflottantes. Dédiées au transport ou au cabotage,ces boutres sont aujourd’hui l’embarcationprincipale des pêcheurs mozambicains, héritage defructueux échanges avec les marchands arabes,premiers commerçants à s’intéresser à la province.Nous survolons une partie de l’Archipel de Bazaruto,classé réserve naturelle (1971) et domaineprivé des oiseaux (environ 120 espèces). Quatre îlesse partagent ce paradis aquatique où croisent tortues,raies manta, dauphins, baleines et requins :Bazaruto, Magaruque, Santa Carolina et Benguera.113sportsetloisirs.ch


Avec ses 11 km de long et 5,5 km de large, l’île sembledessinée au compas. Terre sablonneuse, hérisséede cocotiers, l’île regarde sa barrière de corail.Bengueraou les Clés du Paradis114


Vilanculos est à 14 km au Nord-Est. Trois heuresde dhows ou 6 ou plus si les vents sont paresseux…Toute la région maritime autour estplacée sous haute surveillance. Et pour cause.La zone est le dernier refuge des lamantins etde leurs cousins les dugongs deux espècesmenacées de disparition. Il en resterait entre40 et 120 dans tout l’archipel. C’est sur cetteîle lilliputienne que l’Azura Stay a ouvert sesportes à l’automne 2007. Mais pas questionpour ce premier éco-boutique hôtel de luxe dupays de s’implanter en dépit du bon sens. Lebut : intégrer le lodge sur un plan humain etécologique. A l’origine, l’hôtel appartenait àGabriel, véritable figure locale, devenu aujourd’huipartenaire des nouveaux propriétairesbritanniques Chris et Stella Bettany. Entièrementrénové et repensé, le lodge s’inscritdans un esprit : impliquer et s’impliquer.250 locaux ont été employés pour la constructionde l’hôtel et aujourd’hui la moitié dustaff est Mozambicain. Même chose pour lesmatériaux : jekka (chaume local), sable, pierreset arbres viennent de l’île. Energie solairepour l’eau, éco-détergents pour la lessive,traitement des eaux usées, recyclage des eauxgrises pour empêcher les infiltrations dans leszones cultivées et le lagon : l’Azura Stay veutune empreinte écologique minime. L’hôtel aété approuvé par la Carbon Neutral Companyau Royaume-Uni et a fait l’objet d’une observationrigoureuse de ces émissions calculéesà 773 tonnes par an. L’hôtel d’ailleurs compenseses émissions par l’achat de « créditscarbone ». Sur l’île, pas de voitures, seuls les4X4 du lodge pour des game drive à la poursuitedes oiseaux ou pour rencontrer les insulaires.15 villas aux toits frangés scrutent l’horizon quitire son trait aquatique. Piscine privée, paillottesur la plage, jardin tropical… Au restaurant,on goûte les saveurs de la mer ou du bush, lespieds dans le sable ou sous la grosse pagode.L’hôtel est particulièrement impliqué dans laprotection de la faune et de la flore et travailleen collaboration avec le Parc National. La zonedevant l’établissement a été interdite de pêcheen 2006. Du coup les fonds ont retrouvé unedensité qui a fait revenir les dauphins. Des spécialistesont spécifiquement été recrutés pourfaire partager aux touristes leurs connaissanceset les sensibiliser à l’impact de l’hommesur la nature.115sportsetloisirs.ch


Suyado est né sur cette île quicompte environ 1600 résidents.Membre de l’équipe de l’AzuraStay, il joue aussi le rôle de relaiset de médiateur entre la populationlocale et l’hôtel. A la foisprofesseur et chef, il montrel’exemple aux résidents et n’hésitepas à expliquer. Son travailest double : sensibiliser les uns àl’écologie (pas facile quand lespriorités sont boire et manger…);rappeler aux autres que l’écotourismesuppose de respecter une économielocale. « Créer des emploispour les locaux, c’est aussi permettreaux gens de ne plus détruire la nature! ». Du coup Suyado est sur tousles fronts: mer et terre. C’est lui quicontrôle que les mailles des filets nesont pas trop petites pour filtrer desprises suffisamment matures ; lui quiinforme sur le sida, l’alcool ; lui quisensibilise aux déchets et rappelleaux plaisanciers de ne pas gentimentdonner leurs détritus aux enfants quiles jettent faute de savoir où les mettre; contrôle les puits d’eau douce ;116


supervise la construction du dispensaire et de l’école,ciment de la vie communautaire; lutte pour préserverl’identité des communautés locales tentées de déserterl’île pour la Grande-Terre et surtout menacéespar les projets hôteliers peu soucieux de l’avenir deceux qui étaient là, avant eux. Entre « spoliation » deterres, menaces sur le lagon, la faune et la flore, la luttesemble être celle du pot de terre contre le pot de fer.Avec la Fondation Rainbow qui soutient les projetssociaux et son partenariat avec le Parc National,l’Azura Stay a des atouts de poids pour que l’île nedevienne pas un simple ghetto pour touristes en mald’exotisme… Faut-il encore que les deux autres établissementsde l’île soient sur la même longueurd’ondes…Pour l’heure, Benguera coule des jours heureux. Lepassage des baleines sert de calendrier et celui desdauphins donne l’heure… Quand vient le couchant,les martins-pêcheurs cessent leur ballet. Las de torpillerles poissons, ils ont rejoint le centre de l’île. Lefeu improvisé sur la plage craque en écho aux vaguesde la marée qui monte. La nuit drape de milliardsd’étoiles l’encre de l’océan. Demain, quand l’eauaura laissé le sable à son humidité, ce sera au tour descrabes d’investir le terrain. Oui, Benguera a des airsde paradis. A chacun le devoir d’en garder précieusementles clés au risque de le voir disparaître…Renseignements :Vickyh destinations, 92 rue des Eaux-Vives1207 Genève, tél. 0041 22 940 17 47www.vickyh.chAzura StayRéservations : 27 11 258 01 80reservation@azura-retreats.comwww.azura-retreats.com117sportsetloisirs.ch

More magazines by this user
Similar magazines