Télécharger le mémoire - FGF

fgf.be
  • No tags were found...

Télécharger le mémoire - FGF

82.4(6)).• Un processus démocraqueToute décision se fait par des discussions et des compromis tantdurant la phase de concepon que durant la phase de geson quodienne.L’habitant acquiert une place centrale dans toutes les discussions surl’habitat et la manière de vivre. Par ces décisions, prises par le groupe etpour ce dernier, un processus démocraque est mis en place. La mise enplace d’un système démocraque permet à chaque individu de négocier, dediscuter et d’apprendre à faire des concessions. Collecvement, le groupe,avec ses idées soutenues collecvement, va décider et évoluer par lui etpour lui. Les promoteurs des projets de Globe (5) et Biplan (7) n’appliquentbien sûr pas cee démarche.• La taille du groupeSuite aux discussions avec les habitants, la taille du groupe peutinfluencer les affinités et les conflits. Les groupes rencontrés se nomment,entre eux, des entés. Pour eux, ils ne sont ni des simples voisins, ni desamis, ni de la famille, mais des entés (des ménages) qui toutes formentun groupe et le projet. Les différents projets sont composés d’un nombred’entés varié. Ce nombre va de six entés à Wavreille (1), Bois del terre(4) et le futur groupe de Biplan (7), 14 entés à Virginal (2) et à la rue Fin(3) et 27 entés à Brutopia (6). Le projet Globe (5) est composé de 13appartements. Cependant, dans ce cas, il est difficile de considérer quel’ensemble formera un groupe et donc des entés. Le projet de Mundo-b(8) est composé de plus de 30 associaons et les quarers bruxellois (9)regroupent des dizaines de citoyens. Il semble qu’un grand groupe (par lestémoignages, «grand» signifierait plus de 20 entés) va inévitablement sesubdiviser en plus petes entés. En effet, le projet Brutopia (7), composéde 27 entés, applique cee division par les différents groupes de travail(un groupe «architecture», un groupe «communauté», ou encore un groupe«finance»), chacun créant des affinités parculières.• Le statut juridiqueLes systèmes juridiques ulisés ne sont pas encore totalement adaptéspour des projets d’habitats groupés. On disngue trois grands statutsjuridiques ulisés dans les projets étudiés. Tout d’abord, la copropriétéulisée dans les projets de Wavreille (1), de la rue Fin (3), d’Ognies (4) etde Globe (5). Ce statut est adopté dans les habitats groupés en Belgique à85%. Ensuite, l’ASBL est ulisée pour le projet de Brutopia (6) et dans unemoyenne de 10% en Belgique. Enfin, le troisième statut est la coopérave,ulisée par Virginal (2), Biplan (7) et Mundo-b (8). Ce statut est ulisédans 5% des cas d’habitats groupés en Belgique. Les habitants du projetde Sart Saint-Nicolas se sont également mis sous ce statut de coopéraveen 1976. Une fois la construcon terminée, ils ont modifié ce statut pourse mere en copropriété avec un président élu. La propriété est encorele symbole de la réussite sociale pour beaucoup d’habitants. Le statut decoopérave est différent de celui de la copropriété car il se marque par undroit d’usage et d’occupaon du logement ou de l’acvité et non d’un droitde propriété tradionnel. Dans une copropriété, tous les habitants paientla même chose et dans une coopérave, chacun peut payer différemment.La coopérave appliquée pour le logement est une démarche plus longue àmere en place mais elle ouvre d’autres portes. Certains habitat ont optépour une coopérave et développent du maraîchage ou d’autres acvités(à la Tarlatane, c’est l’organisaon socio-culturelle). Pour les logements encoopérave, ceci signifie qu’ils sont la propriété de la coopérave et non deshabitants. Les habitants versent donc une part, comme un aconnaire, à lacoopérave pour disposer du logement. Dans un système de coopérave,appliqué comme dans une société commerciale car aucune adaptaon n’estprévue pour les habitats, un capital doit cependant être versé au départ. Cestatut ne suit habituellement pas les hausses des prix du marché. Par unecosaon stable, le logement pourrait donc peut-être devenir accessible plusfacilement à des pets revenus. Enfin, les primes possibles pour le logementsont plus difficilement accordées dans ces cas de coopéraon.En Suisse la coopérave d’habitat existe et la France s’y essaie. Les gens

More magazines by this user
Similar magazines