Télécharger le mémoire - FGF

fgf.be
  • No tags were found...

Télécharger le mémoire - FGF

pour vivre, Madame Jakober conçoit que ceux qui ulisent le vélo en villeaujourd’hui, le font plus par défaut de moyens que par convicon. Soutenantque son bâment est conçu pour des personnes pouvant se permerel’achat d’un appartement à Bruxelles, pourquoi mere un local vélo danscet immeuble? Pour répondre aux besoins futurs d’éco-mobilité? L’objecfde ces démarches écologiques est d’assurer la durabilité du bâment maisaussi sa durabilité sur le marché. Vu les poliques actuelles, il sera imposé,de plus en plus dans les années à venir, l’usage d’une mobilité plus douce enville. Le bâment innovant se projee pour durer.Le projet Biplan (7) est encore différent. Malgré une absence deparcipaon des futurs habitants dans la concepon et la réalisaon del’habitat et donc une non adaptaon des techniques et des logements,Bxléco désire un changement de la manière de vivre, une identé collecve,une solidarité et une cohésion entre les individus. Bxléco discerne une forcedynamique pour le projet dans une manière de vivre différente. Commedans les cas d’autopromoon, l’écologie, l’indépendance énergéque etun mode de vie basé sur l’environnement au quodien sont ulisés commemoyens et vecteurs de liens sociaux. Cependant, ce changement de manièrede vivre est-il possible sans une parcipaon dès le départ du projet? Lestémoignages des habitats en autopromoon et la difficulté de constuer ungroupe pour le projet Biplan(7) semble témoigner le contraire.Lors de la réalisaon du projet de Sart Saint Nicolas, l’environnementne prenait pas encore une place majeure comme dans les projets actuels.Les objecfs des habitants étaient de développer une vie sociale dansun cadre sécurisé et agréable (espaces verts calmes, espaces de jeux,etc.). Des volontés économiques étaient également soutenues par uneautoconstrucon, des achats groupés de matériaux, etc. Une fois laconstrucon terminée, cee volonté d’économie s’est traduite par l’entraideentre les habitants. L’environnement n’a donc pas été un objecf ni un réelmoyen pour parvenir aux objecfs sociaux et économiques. Aujourd’hui, lavoiture est toujours présente dans l’habitat, n’ayant pas entrainé une autreforme de consommaon.• Les forces individuelles à disposion du collecfLe groupe permet d’exploiter les forces individuelles de tous lesmembres. Dans tous les projets étudiés, excepté Globe (5) et Biplan (7),mais y compris les quarers durables bruxellois (9), les caractérisqueset les avantages de chacun sont profitables pour tous. Que ce soit pardes connaissances ou des expériences dans la construcon, l’écologie, lesociale ou le milieu culturel, chaque groupe s’élargit. Comme l’expliquentles habitants de Wavreille (1), certains étaient plus doués en négociaon,d’autres en construcon ou encore en écologie. A Virginal (2), certainsétaient plus connaisseurs dans la rénovaon ou dans l’organisaon d’acvitéssocio-culturelles, par exemple. A la rue Fin (3), une pare s’est sene plusintéressée par l’écologie ou une autre par l’organisaon quodienne desfamilles. Chaque projet a pu mere en valeur les avantages personnels etles rendre collecfs. Tous, par l’éducaon collecve, ont découvert d’autresfaçons de faire et d’habiter.• Une force collecve supérieure à l’addion des forces individuellesLe groupe acquiert une force collecve. On peut constater que ladynamique et la puissance d’un groupe sont supérieures à celles des membresaddionnées. Tous les projets dont Mundo-b (8) et les quarers durables(9), mais excepté Globe (5) et Biplan (7), montrent cee caractérisque. ERU(9) vise d’ailleurs cee dynamique de groupe plutôt qu’une idée ponctuellede projet. Si cee dynamique est installée, d’autres projets pourront semulplier. Les habitants de Wavreille (1) parlent d’une force collecve, d’unsepème homme. L’identé est visiblement donnée à ce groupe et rendl’individu plus fort, plus mové pour développer de nouvelles acons. Legroupe, avec des convicons fortes et soutenues, va créer des relaons avecl’extérieur pouvant être aussi bonnes que difficiles. Nous verrons, dans laqueson de l’implantaon, qu’avec l’architecte, le rapport avec ce groupepeut être très différent.4.87

More magazines by this user
Similar magazines