Télécharger le mémoire - FGF

fgf.be
  • No tags were found...

Télécharger le mémoire - FGF

4.3.5 La manière d’habiter projetée ou vécue• L’autogesonLes projets autopromoonnels praquent leur propre gesonquodienne. Que ce soit pour les dépenses énergéques, l’entreen desconstrucons ou le lancement d’acvités, les habitants s’organisent entreeux. En énonçant les règles de départ (part un règlement d’ordre intérieur,une charte, etc.), ils s’obligent mutuellement à assumer leur place dans legroupe et l’habitat. Ils portent tous une responsabilité. Comme nous l’avonsvu dans le chapitre 2 (voir Chapitre 2. Définion et enjeux du caractèresocial dans le concept du développement durable), cee responsabilité estimportante pour l’individu.• Un changement des modes de vieLes cas de promoon et d’autopromoon vont jouer un rôle différentdans l’ulisaon du bâment et dans la manière de vivre dans son logement.On peut voir que les cas de Globe (5) et Biplan (7) doivent compter surun changement réel et instantané des futurs acquéreurs pour adopter lesfoncons et les acvités prévues dans le bâment. Le projet Globe (5),en prévoyant un local vélo et une buanderie commune, suppose que lesfuturs habitants changeront d’eux-mêmes leur quodien et le rendront plusdurbale. Le projet Biplan (7) est différent puisque les promoteurs prévoientd’accompagner et d’apprendre aux futurs acquéreurs groupés d’adopterleur logement et les foncons proposées pour vivre plus durablement.Cependant, les projets en autopromoon le confirment, la parcipaondes futurs usagers permet une meilleure appropriaon et un changementpossible dans l’habitat. Le projet de la rue Fin (3) illustre ce changement quia été possible par les familles, ne sachant pas comment, ni pourquoi, vivred’une manière différente dans un bâment passif. Certains des habitants,par cee parcipaon et consciensaon, ont parcipé à des formaonssur l’énergie et tentent aujourd’hui de faire passer leur apprenssage àd’autres.• Le quodien entre privé et collecfLes espaces intérieurs et extérieurs organisent différemmentles praques sociales dans les projets étudiés. Allant d’une envie plusindividualiste à collecve, l’organisaon et les échanges quodiens différent.Le projet Globe (5) ne souent pas une parcipaon quodienne entre leshabitants. Le projet de la rue Fin (3), alors qu’une grande parcipaon s’estmise en place dès la concepon, ne souent également pas une parcipaonquodienne. Les habitants formant un groupe soudé envisagent cependantplusieurs projets et une geson du bâment collecve. Le projet de Virginal(2) propose une certaine collecvité quodienne. Les habitants ne partagentpas de foncons quodiennes, excepté les couloirs et espaces extérieurs oùils se croisent et s’entraident. Les acons quodiennes, comme conduireles enfants à leurs acvités, se font spontanément ensemble. La geson dubâment est également collecve, par une réunion et un souper mensuel.Les habitants de Wavreille (1) désirent partager beaucoup, meant encritère principal les relaons dans la manière de vivre, mais ne pas êtreétouffés par le groupe. Les projets voulus au quodien vont varier selonl’envie d’individualisme désiré par chacun à un moment précis. Le groupeleur permet d’envisager des acvités sans se senr marginal. Les futurshabitants de Wavreille (1) veulent aller à vélo à l’école ou faire leurs courses.La movaon collecve va permere de porter des projets pour lesquels,seul on se sent dépassé. Leur envie de simplicité volontaire souent cesprojets relaonnels en se laissant vivre comme on le souhaite et non commela société de consommaon l’impose. Ils proposent un changement. Cechangement crée un quodien plus durable, par exemple en diminuantles dépenses matérielles ou énergéques. Il faut souhaiter que les futurshabitants des projets de promoon (Globe (5) et Biplan (7)) suivent cechangement visiblement possible. La solidarité et la collecvité sembleréellement porter de nouvelles iniaves comme consommer moins, mieuxet autrement par et grâce au groupe.4.97

More magazines by this user
Similar magazines