Programme et textes à télécharger - Sciences Po Aix

sciencespo.aix.fr
  • No tags were found...

Programme et textes à télécharger - Sciences Po Aix

Conférenciers invitésChercheurs juniors / Conférences thématiques• Yadh BEN MESSAOUD, Doctorant, Faculté de Droit de l’Université Paris-Est• Maya COLLOMBON, Docteure, Science Po Aix, CHERPA et ATER, ERMES, Université de Nice• Meryll DAVID-ISMAYL, Docteure, CESSP, Université Paris 1• Léa LEMAIRE, Doctorante, CHERPA, Sciences Po Aix• Candice MENAT, Doctorante, CHERPA, Sciences Po Aix• Thimotée MOTTIN, Doctorant, CERI CNRS-Sciences Po Paris• Julien RAJOASON, Doctorant, PACTE UMR CNRS - Université de Grenoble• Thibault RIOUFREYT, Docteur, TRIANGLE UMR CNRS - ENS Lyon• Shahnaz SALAMI, Doctorante, Université Lyon 2, Sciences Po Lyon• Pierre THERME, Doctorant, Université du Québec à Montréal et EHESS, ParisChercheurs juniors / La fabrique des thèses (doctorants CHERPA)• Fathia ABASSI• Wissam AL NASSER• Ece BAYKAL• David BERDAH• Jacques BUDIN• Mounia CHARRIET• Béatrice CHATAIN• Khalila Aude COËFFIC• Sanaa EL AJI• Nadia HACHIMI ALAOUI• Imen HAFSAOUI• Jean-Baptiste LE MOULEC• Liao LIAO• Yann MAHE• Julie RANNOUX• Audrey ROUGER• Isil TURKANNouveautéLe programme «Off»Ateliers ouverts à tous, animés par les doctorantsproposant des temps d’échange sur les questions de méthode propres aux recherches en train de se faireJean-François BAYARTDirecteur de recherche CNRS, CERI, Sciences Po ParisBiographie: Directeur du CERI de 1994 à 2000, co-fondateurde la revue Politique africaine qu’il a dirigé de 1980 à 1982, Jean-François Bayart a égalementfondé la revue Critique Internationale qu’il a dirigé de 1998 à 2003. Depuis 1981, il est membre duconseil scientifique de African Affairs et dirige la collection « Recherches internationales » aux EditionsKarthala qu’il a créée en 1998. Président du Fonds d’analyse des sociétés politiques fondé en 2003(http://www.fasopo.org/), spécialiste de sociologie historique comparée du politique, il travaille sur laformation de l’Etat dans le contexte de la globalisation et sur les pratiques de subjectivation politique,en particulier en Afrique sub-saharienne, en Turquie et en Iran.Conférence: Passage au politique et subjectivationLe politique n’est pas une « essence », atemporelle et identique d’une société ou d’une époque àl’autre, mais un « événement », au sens deleuzien du concept, qui est tributaire du travail énonciatifet contradictoire des acteurs qu’il implique. De ce point de vue, le passage au politique ne peut secomprendre que dans la contingence de son historicité. Il a trait aux grands enjeux classiques dontse préoccupe la sociologie politique – l’accumulation de pouvoir et de richesses, l’engendrement del’inégalité, la formation de l’Etat, la définition de l’espace – mais aussi à la subjectivation des acteurs,entendue comme la « constitution d’un sujet moral », la « production d’un mode d’existence ou stylede vie », dans les mots respectifs de Foucault et de Deleuze (commentant Foucault). En tant que telle,la subjectivation renvoie au concept de gouvernementalité, au point de rencontre des techniques dedomination sur les autres et des techniques de soi. Elle met en jeu la culture matérielle et les techniquesdu corps qui lui sont afférentes, objets à part entière que doit donc considérer l’analyse despratiques et des processus de passage au politique.Références :Jean-François Bayart, Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris,Fayard, 2004, chapitre VIavec Achille Mbembe et Comi Toulabor, Le Politique par le bas en Afrique noire. Contributions à uneproblématique de la démocratie, Paris, Karthala, 1992, (nouvelle édition augmentée, 2008)Béatrice HIBOUDirectrice de recherche CNRS, CERI-Sciences Po ParisBiographie: Diplômée de Sciences Po (1987). Elle a obtenu son doctoraten économie politique à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) en 1995 etson habilitation à diriger des recherches à Sciences Po en 2005. Elle a enseigné à l’IEP de Paris et deBordeaux de 1998 à 2000, à l’EHESS de 2006 à 2010 et à Paris I en 2010/2011. Membre du comitéde rédaction de Politique africaine de 1998 à 2001 et de Critique internationale de 1998 à 2003,elle dirige depuis janvier 2008, la collection «Les Afriques» chez Karthala. Co-fondatrice du FASOPO(Fonds d’analyse des Sociétés Politiques) depuis 2003, elle est également responsable du groupede recherche «Sociologie historique de l’économie» au CERI. Elle développe, dans une conceptionwébérienne, des recherches comparatives en économie politique. Ses travaux portent sur la significationpolitique des réformes économiques et sur l’exercice de la domination, à partir de terrains enAfrique sub-saharienne, au Maghreb et en Europe du Sud.Conférence: La bureaucratisation néolibérale entre production de l’indifférence et nouveaulieu d’énonciation du politiqueLa bureaucratisation néolibérale – autrement dit ce recours systématique aux normes, aux procédures,aux règles, aux catégories et codages, bref à des formalités – est souvent considérée commel’une des expressions de la dépolitisation du monde actuel, du fait de la priorité donnée aux logiquestechnocratiques, de la montée en puissance du marché, des entreprises et de façon plus générale du« privé », du primat de considérations économiques et financières et des principes de concurrence,de rentabilité et d’efficacité. Je voudrais cependant montrer comment ce mouvement peut être analysé,dans une perspective wébérienne de la bureaucratie, comme la poursuite de la rationalisation dugouvernement des hommes, des territoires et de la population, par rencontre avec la dynamique capitaliste.En cela, la bureaucratisation néolibérale s’avère hautement politique. Deux processus simultanésmais non convergents la caractérisent : d’une part elle est productrice d’indifférence, à travers ladistance qu’elle introduit dans la vie en société, procédant ainsi à une forme particulière de politisation,par son affinité avec les processus de normalisation et de recherche de conformité et par son euphémisationdu politique ; d’autre part, elle s’installe comme un nouveau lieu d’énonciation du politique,abritant déclassements et reclassements, opportunités et contraintes, conflits et débats, et offrant unnouvel espace pour le redéploiement de rapports de force et de jeux de pouvoir au sein de la société.


9 h 00 Accueil des participants9 h 30 Allocution de bienvenueChristophe TRAÏNIl u n d i1 7j u i n10 h 00 - 12 h 00CONFÉRENCES THÉMATIQUESPrésident : Christophe TRAÏNI¤ ConférenceLa bureaucratisation néolibérale entre production de l’indifférenceet nouveau lieu d’énonciation du politiqueBéatrice HIBOU¤ CommunicationsDiscutante : Blandine DESTREMAULa fabrique d’un gouvernement transnational.Etude d’un dispositif d’ex-filtrage des migrants sub-sahariens de MalteLéa LEMAIREAnalyse d’une migration internationale Sud-Sud :les nouveaux arrivants chinois d’Antananarivo et de DakarJulien RAJOASON13 h 30 - 15 h 30LA FABRIQUE DES THÈSESPrésidente : Sophie DAVIAUDDoctorant Titre DiscutantImenHAFSAOUILe constitutionnalisme en Tunisie, après le printemps arabe(Dir. M. Tozy)FranckFREGOSIJean-BaptisteLE MOULECSociologie des élites turques impliquées dans la production d’un savoirsur le monde arabe contemporain (Dir. G. Groc)VincentROMANI16 h 00 - 18 h 00 LE PROGRAMME «OFF»Relations enquêteur – enquêtés : de la gestion de l’affect au travail d’objectivationOrganisateurs : Layla BAAMARA, Yves MIRMAN, Marine POIRIERRésumé atelier n° 1:L’objectif de ce premier atelier est de lancer une discussion sur les relations enquêteur - enquêtés, à la fois au cours de larécolte des données et au moment de leur restitution, à partir de témoignages réflexifs de doctorants sur les «difficultés»rencontrées. L’atelier s’articulera d’abord sur la question de la relation de confiance à établir avec les enquêtés. Commentcomposer avec les affects qu’elle peut susciter (colère, dégout, empathie) ? Comment «tenir» son rôle de chercheur au fildu terrain malgré ses multiples expositions ? Ces problématiques se posent par la suite en d’autres termes lorsque l’onmobilise des expériences de terrain, lors de la publication en particulier : Quelles sont les modalités de citation des enquêtés(confidentialité des données, anonymat) ? Comment anticiper les conséquences éventuelles de notre travail ?


10 h 00 - 12 h 00LA FABRIQUE DES THÈSEPrésidente : Céline GIMETDoctorant Titre DiscutantNadiaHACHIMIALAOUILiaoLIAORéformer par le bas : la réforme des transports urbains à Casablancaet Rabat (Dir. B. Hibou, M. Tozy)La déconcentration de l’Etat et le mouvement de décentralisation locale: un nouveau style de gouvernance en Chine ? (Dir. J.-P. Gaudin)m a r d i1 8j u i nMyriamCATUSSEAudeSIGNOLES10 h 00 - 12 h 00 CONFÉRENCES THÉMATIQUESPrésidente : Aude SIGNOLES¤ ConférenceL’enseignement supérieur comme projet politique et comme objet scientifiqueVincent ROMANI¤ CommunicationsDiscutant : David GARIBAYTerrorisme et juridiction d’exceptionYadh BEN MESSAOUDm e r c r e d i1 9j u i nLes limites du droit d’auteur à l’heure de la globalisation en Iran :La politique culturelle iranienne entre contradictions internes et traités internationauxShahnaz SALAMI13 h 30 - 15 h 30LA FABRIQUE DES THÈSESPrésidente : Stéphanie DECHEZELLESDoctorant Titre DiscutantMouniaCHARRIETLa place du français dans les dispositifs d’enseignement et de formationen Algérie : de la décision publique à la décision privée(Dir. F. Lorcerie)PhilippeALDRIN13 h 30 - 15 h 30LA FABRIQUE DES THÈSESPrésidente : Françoise LORCERIEDoctorant Titre DiscutantJulieRANNOUXLes configurations localisées de la prise en charge des populationsmigrantes à Marseille. Une approche par les intermédiaires de l’actionpublique (Dir. S. Dechezelles, C. Traïni)Constancede GOURCYEceBAYKALLes divergences et les convergences d’un débat sur la démocratie:la conception démocratique des journalistes en Turquie (Dir. G. Groc)Jean-PierreGAUDINIsilTURKANUne sociologie relationnelle des élites politiques et journalistiques ducoup d’état de 1980 jusqu’au nos jours (Dir. P. Aldrin)BernardBOTIVEAU16 h 00 - 18 h 00CONFÉRENCES THÉMATIQUESPrésident : Philippe ALDRIN¤ Conférence¤ CommunicationsDiscutante : Sophie DAVIAUDPassage au politique et subjectivationJean-François BAYARTHaïti. De la transition démocratique à la « République des ONG » :rupture ou nouvelle étape dans la recomposition de l’espace politique haïtien ?Pierre THERMEFabrique du transnational et expertise en action. La mise à l’agenda du Plan Puebla Panamaau prisme d’un «renouvellement» des élites du développementMaya COLLOMBON16 h 00 - 18 h 00 LE PROGRAMME «OFF»Comment faire parler les données ?Réflexions sur la production des catégories d’analyseOrganisateurs : Mounira CHARIET, Camille FLODERER, Léa LEMAIRE, Julie RANNOUXRésumé atelier n° 2:L’objectif de ce second atelier est de poursuivre la réflexion autour de la fabrique de la recherche en sciences sociales en sepenchant sur la production des catégories d’analyse.En s’appuyant sur des exemples tirés en grande partie de recherches en cours, il s’agit d’explorer les conditions concrètesde la montée en généralité à partir d’enquêtes de terrain situées : Comment compose-t-on avec les catégorisations dulangage ordinaire ? Comment reconstruit-on d’autres modes d’ordonnancement du social ? Comment mobilise-t-on sur unterrain donné certaines notions ou concepts sociologiques ? Cet atelier sera aussi l’occasion de s’interroger sur les implicationshors du champ universitaire, dans le monde social, des positionnements et choix qu’opère le chercheur.

More magazines by this user
Similar magazines