13.07.2015 Views

Téléchargez le guide méthodologique du PDIE au format pdf

Téléchargez le guide méthodologique du PDIE au format pdf

Téléchargez le guide méthodologique du PDIE au format pdf

SHOW MORE
SHOW LESS
  • No tags were found...

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

DOCUMENT ÉLABORÉ À PARTIR D'EXPÉRIENCES MENÉESDANS LE DÉPARTEMENT DU BAS-RHIN / RÉGION ALSACEGuideMéthodologiquedes Plansde DéplacementsInter-Entreprises(PDIE)


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESSommaireUn PDIE : Pour qui ? Pour quoi ? 3Mettre en place un PDIE : avec qui ? 7Les grandes étapes d’un PDIE 12Concrétiser les actions du PDIE 31Informations pratiques 342


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESUn PDIE :Pour qui ?Pour quoi ?- A qui s'adressece guide ?- Un PDIE,c'est quoi ?- Un PDIE, à quoiça sert ?- Les motivations3


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESÀ qui s’adresse ce guide ?Vous êtes...• responsable d’une entreprise ou d’un établissement employant des salariés, dans une zone d’activités,• gestionnaire d’une zone d’activités,• représentant (élu ou technicien) d’une commune ou d’une structure de coopération intercommunale,en charge du développement économique ou de l’aménagement de zones d’activités.Votre site est confronté à des problèmes d’accessibilité, pour les salariés ou les visiteurs, en voiture, en transportspublics ou en modes «doux» (vélo et marche)...Ce guide vous est destiné.Il a été réalisé en tenant compte, entre autres, des retours de trois expériences pilotes actuellement en cours enAlsace, sur les sites du Wacken (Strasbourg), de l’Espace Européen de l’Entreprise et du Mittelfeld (Schiltigheim),et de la zone d’activités d’Erstein.Un PDIE, c’est quoi ?Un Plan de Déplacements d’Entreprise (PDE) consiste à mettre en place un ensemble de solutions visant à rationaliserles déplacements des salairiés au profit des transports collectifs, du covoiturage et des modes doux.Depuis les années 1970 aux Etats-Unis, et le début des années 1980 en Europe et 1990 en France, de grandesentreprises se sont lancées avec succès dans la mise en place de PDE : BASF, Novartis, PSA, Renault, Nokia,Motorola, etc. Un Plan de Déplacements Inter-Entreprises poursuit les mêmes objectifs, à l’échelle d’un site réunissantplusieurs entreprises (généralement, à l‘ échelle d’une zone d’activités).Les solutions mises en place dépassent donc le cadre d’une entreprise seule, et font intervenir des partenariats: avec d’autres entreprises (pour mettre en commun et partager des services liés à la mobilité) et avec lescollectivités locales compétentes (pour coordonner la réalisation d’aménagements de voirie, l’amélioration etl’adaptation de l’offre de transports publics,etc.).4


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESUn PDIE, à quoi ça sert ?Les PDIE sont généralement mis en place pour pallier des problèmes d’accessibilité au site, pour les salariés etles visiteurs, et en particulier des problèmes :• de stationnement automobile sur le site,• de congestion automobile,• de manque d’alternatives performantes à la voiture (temps de parcours, fréquence, horaires, etc.), quisont à la source de demandes de plus en plus fortes de la part des salariés, notamment face au renchérissementdu coût de l’énergie.Les motivationsLes principaux arguments théoriques en faveur d’un PDE ou d’un PDIE sont :• les économies foncières (libérer ou réduire l’espace occupé par le stationnememt des salariés sur le site),• l’élargissement du bassin de recrutement des entreprises,• l’amélioration du confort des salariés dans leur ensemble, la baisse du stress,• la diminution des nuisances et de la congestion routière pour la collectivité, etc.,• la valorisation de l’image de l’entreprise et du site (éventuellement en lien avec des démarches de certificationenvironnementale),• la diminution des coûts de transport pour l’entreprise et les salariés (dans la gestion de la flotte de véhicules,le dimensionnement des parkings, par des déductions de charges patronales au titre des accidents detravail, etc.).Dans la pratique, la motivation d’une entreprise pour réaliser son propre PDE est souvent liée à un problèmeconcret qui appelle une réponse pragmatique. L’insuffisance de places de stationnement est sans doute ledéclancheur le plus important. Le PDE est parfois également initié à l’occasion d’une période de changementdans l’entreprise : déménagement, extension, etc.5


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESÀ l’échelle d’une zone d’activités, les premiers retours d’expériences de PDIE montrent que les motivations desdirigeants d’entreprise relèvent davantage d’une logique d’opportunité, liée à la mise en commun de solutionset de services qu’ils ne pourraient prendre en charge seuls : il est plus facile de renforcer ou d’adapter une offrede transport public ou de créer un service de covoiturage pour un site de 2.000 à 5.000 personnes que pour uneentreprise de 100 salariés.Dans les expériences françaises les plus avancées, les PDIE ont souvent été portés par le gestionnaire de la zoneou une association d’entreprises, ayant déjà pour mission de gérer des services communs (salles de réunions,centrale d’achats, restauration inter-entreprises, etc.). Les mesures du PDIE sont alors tout naturellement venuescompléter le panel des offres aux entreprises sur le site.6


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLes acteurs à associer dès le lancement du PDIEAvant même de se lancer dans l’élaboration du plan proprement dit, il est impératif de réunir le « noyau dur » desacteurs, pour vérifier la pertinence de la démarche compte tenu du contexte local, tester la motivation des partenaires,et dégager les moyens nécessaires à l’élaboration du plan.Lorsqu’il existe un gestionnaire de zone, celui-ci a un rôle de coordination essentiel à jouer, notamment entre lesdifférentes entreprises du site.Dans le cas inverse, les organismes consulaires - la Chambre de Commerce et d’Industrie et/ou la Chambre desMétiers – peuvent jouer un rôle de coordination entre entreprises et collectivités et un rôle d’animation auprèsdes entreprises en phase de lancement du plan et de mise en place des mesures.Les entreprises de la zone doivent naturellement participer activement à la démarche. Tout au long de l’élaborationdu PDIE et de sa mise en oeuvre, elles auront un rôle déterminant à jouer dans :• la transmission des informations permettant de dresser le diagnostic sur la mobilité de leurs salariés,• la participation à l’élaboration des solutions,• la mise en oeuvre des solutions qui relèvent de leur responsabilité et la transmission des informationsà leurs salariés.Aussi est-il essentiel de les réunir et de les associer le plus en amont possible. Sans leur participation active,rien ne pourra se faire…Parmi les acteurs institutionnels, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) peut apporterdes ressources techniques et financières en phase de préparation puis d’élaboration du plan (participation àdes réunions d’information et de sensibilisation, participation financières aux études de PDE ou de PDIE, etc.).8


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESA l’issue de la phase préparatoire, et dès lors que l’opportunité du PDIE est avérée, un bureau d’études spécialisépeut être missionné pour assister le groupe de pilotage ainsi constitué dans l’élaboration du PDIE. L’ADEMEtient à disposition une liste de prestataires qualifiés pour ces missions. L’étendue de la mission confiée au bureaud’études portera sur tout ou partie des éléments suivants :• organisation et réalisation du recueil de données et d’informations auprès des entreprises et des salariés(enquêtes sur les habitudes et besoins des salariés en matière de déplacements), des acteursextérieurs concernés par la question des déplacements (collectivités, exploitants, etc.),• analyse et formalisation des résultats du recueil de données,• animation des groupes de réflexion (entre entreprises, entre entreprises et partenaires extérieurs),pour faire émerger et consolider les propositions d’actions,• assistance au groupe de pilotage pour la communication durant l’élaboration du PDIE, pouvant allerjusqu’à la production de supports de communication (campagnes d’affichage, lettres d’information, siteinternet, etc.),• formalisation du plan d’actions, identification des actions, définition des rôles des différents intervenants,du coût prévisionnel des actions, etc.),• éventuellement des prestations de conseil, d’animation, et de suivi dans la phase de mise en oeuvre.L’ADEME tient à disposition des exemples de cahier des charges pour la réalisation d’une mission d’étude dePDIE, et peut aider à les ajuster aux spécificités d’un site.Dans le cadre d’un PDE, ce travail est parfois réalisé par un conseiller en mobilité interne à l’entreprise, généralementrecruté pour l’occasion. Pour la réalisation de travaux d’enquêtes nécessitant la mobilisation de personnel,il est possible d’avoir recours à des étudiants, qui intégreront la conduite de ce projet dans leur cursus deformation.Dans tous les cas de figure, la valorisation des compétences présentes sur le site, propres à l’une ou l’autre desentreprises, est recommandée.9


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLes acteurs à associer lors de l’élaboration du PDIELes autorités organisatrices de transport public (AOT : Région, Départements, communes ou intercommunalitéscompétentes), et les collectivités compétentes en matière de voirie doivent être associées préalablementau lancement de l’étude du PDIE. La concertation entre les entreprises et les collectivités doit permettre :• d’identifi er les projets en cours, susceptibles d’influencer les conditions d’accès à la zone,• d’inscrire les mesures relevant de leurs domaines de compétences dans leurs budgets respectifs,• de mettre en oeuvre des actions tarifaires ou promotionnelles en collaboration avec les entreprises, etc.Les exploitants de transport concernés (exploitants de transports urbains et/ou interurbains) peuvent fournirdes données utiles à l’établissement du diagnostic : fréquentation des lignes, problèmes de circulation rencontréspar les bus et doivent participer aux propositions techniques d’amélioration de l’offre.Des acteurs associatifs ou coopératifs, comme le Comité d’Action Deux Roues (CADR) à Strasbourg et Colmarou la société d’autopartage Auto’trement peuvent également participer à l’animation du PDIE, à travers desopérations événementielles, la mise en place de partenariats, des actions de sensibilisation et d’information,etc.10


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESL’organisation de la concertation autour du PDIEL’organisation de la concertation sera naturellement fonction du contexte de la zone : taille et nombre d’entreprisesconcernées, nombre de partenaires (selon que l’on est dans le périmètre d’une agglomération ou non), etc.Il y a à priori deux niveaux de concertation à considérer.Un groupe de concertation avec les partenaires institutionnels (collectivités, chambres consulaires, exploitantsde transport, etc.). Il aura pour rôle de participer à l’élaboration des mesures du PDIE, en visant notamment àcoordonner l’action des collectivités locales avec celle des entreprises.Un groupe de travail « intra-zone » avec les représentants des entreprises. Il comportera les représentants desplus grandes entreprises du site et des entreprises les plus motivées.Il participe lui aussi à la définition et à l’élaboration des mesures possibles, en faisant valoir le point de vue des«usagers ». Il doit aussi permettre de « préparer la suite », en définissant les conditions de mise en oeuvre desactions qui relèvent de la responsabilité des entreprises (identifier des « entreprises pilotes », se constituer enassociation ou en Groupement d’Intérêt Economique (GIE) pour mettre en commun des moyens, etc).Des rencontres entre ces deux groupes au cours du projet permettent de croiser les points de vue et facilitent lacompréhension des besoins et contraintes de chacun.Consultation et informationAu-delà de ces groupes de travail, il convient d’associer les salariés de la façon la plus large possible, par le biaisdes enquêtes, la diffusion des résultats de ces enquêtes et des résultats du PDIE.Il s’agit de mettre à profit la phase d’étude pour créer une dynamique auprès des salariés et initier les premièresmesures du PDIE en termes de communication et de sensibilisation.11


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLes grandesétapes d’unPDIE- Déroulement général- Phase préparatoire- Etablir le diagnostic- Recueil des données- Les enquêtes mobilité- Le diagnosticaccessibilité du site- Les propositionsd'actions- Exemples de mesuresconcrêtes12


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESDéroulement généralLa phase préparatoire doit permettre de réunir les partenaires « pilotes » afin de tester la motivation des acteursclés,de trancher sur l’opportunité de réaliser ou non un PDIE et, le cas échéant, de dégager un financement pourl’élaboration du PDIE.La phase d’étude se déroulera sur 6 à 12 mois, en fonction de la complexité de la mission (taille de la zone etnombre d’entreprises, localisation géographique, réalisation ou non d’enquêtes, etc.). Elle comprend classiquement:• une phase diagnostic,• une phase d’élaboration des propositions d’actions.La phase de mise en oeuvre et de suivi doit s’inscrire dans la durée. Les conditions de mise en oeuvre des différentesmesures (qui fait quoi ? avec quels partenaires ? avec quels fi nancements ?) doivent être défi nies lorsde la phase d’étude.Planning indicatif d’un PDIEMois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 … M+1 M+2 M+3 …Phase préparatoirePrédiagnosticFinacement et cahier des chargesConsultation des prestatairesPDIE - Phase 1 : DiagnosticEnquêtes : préparation et envoi des questionnairesTraitement / analyse questionnairesFinalisation diagnosticPDIE - Phase 2 : Plan d'actionsPremier jetMise au point des mesures et d'une charteValidation et mise en œuvre13RéunionsComité de pilotage • • • • • • • • •Groupe de travail entreprises • • •


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESPhase préparatoire• Pré-diagnosticAvant de lancer des investigations lourdes, il est souhaitable de réaliser un « pré-diagnostic ».A partir de données existantes et d’une analyse qualitative sommaire, il s’agit de :• identifi er les enjeux du site en terme d’accessibilité (points noirs et atouts, potentiel de développementde modes de déplacement alternatifs à la voiture en fonction du contexte géographique et urbain, del’importance des effectifs, de la nature des activités),• formuler un avis sur l’opportunité de lancer ou non un PDIE.Etablir le diagnosticLe diagnostic est composé de deux volets :• un volet « accessibilité », qui porte sur l’analyse de l’offre de transport existante (tous modes), de sesforces et de ses faiblesses et qui développe le pré-diagnostic,• un volet « mobilité », qui porte sur l’usage et les comportements des salariés en matière de déplacements.La confrontation entre ces deux volets permettra d’identifi er les potentialités et les marges de manœuvre pouraméliorer la desserte du site.Sans tomber dans le piège des inventaires longs et fastidieux, le diagnostic doit permettre de collecter lesdonnées quantitatives et qualitatives nécessaires pour :• dresser un état des lieux des comportements actuels des salariés : d’où viennent les salariés ? quellessont les parts de marché des différents modes de déplacements ?• dresser un tableau de l’offre de transport existante, pour tous les modes de déplacements,• identifi er et analyser les problèmes qui en découlent : en quoi l’offre de transports collectifs existanteest-elle inadaptée aux besoins des salariés ? en quoi faudrait-il l’améliorer (horaire ou fréquence deslignes TC, correspondances, etc) ?• analyser le « ressenti » des usagers sur l’offre existante, leurs sensibilités à l’usage de solutionsalternatives.14L’importance du recueil de données est naturellement fonction du contexte (situation géographique, nombred’entreprises et taille de la zone, type de desserte existante) et des moyens à disposition.


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESRecueil des données existantes : les principales sources d’informationLes informations existantes, à collecter auprès des acteurs institutionnels ou directement auprès des entreprises(lorsqu’elles sont peu nombreuses ou, à défaut, auprès des plus importantes du site) permettent de dresserun premier tableau du site, en mettant en parallèle l'offre de transport et les données sur les salariés.Diagnostic : les principales sources d'information existantesSources Contenu Utilité pour le diagnostic Précautions d'emploi Fournisseur(s)Fichiersd'entreprisesFichiers salariésdes entreprises• liste des entreprises (requêtepar rue)• adresse, dirigeants• données de base sur leseffectifs• données de base sur le "profilde la zone" (taille desétablissements, domained'activité, etc.)• effectifs salariés de l'entreprise • utile pour organiser lesou à l'adresse de l'établissement enquêtes éventuelles (mailing)(par tranche)• activité de l'entreprise (codeAPE)• liste des adresses des salariés(par rue ou codes postaux)• cartographie des lieux d'originedes salariés (à croiser avecl'offfre de transport existante)• n'intègre pas lesétablissements publicsOrganismesconsulaires• ne pas recueillir d'informations Entreprises du sitenominatives (respect de la loiinformatique et libertés)• structure du personnel (cadres/ non cadre)• analyse sommaire des CSP• travail long s'il y a beaucoupde petites entreprisesFichiers INSEEDomicile-travail• commune de résidence dessalariés travaillant dans lacommune• mode de déplacementdominant• première analyse descomportements actuels, desdistances domicile-travaileffectuées par les salariés• utilisable uniquement pour lessites situés dans de petitescommunes avec peu d'emploihors zoneINSEE ou collectivitéayant acquis lesdonnéesDonnéesexploitants detransportEnquêtesménages• caractéristique des offresexistantes• fréquentation des lignes / desarrêts• "photographie" desdéplacements réalisés par unhabitant d'un périmètre donné,un jour de semaine• analyse de l'offre actuelle et deson usage• pratiques de déplacements etattentes de la population enmatière de transport• sous réserve de la pertinencedu découpage territorialAutoritésorganisatrices ouexploitants (SNCF,Collectivité15nota : Les mises à jour de certaines données auprès des organismes consulaires étant facultatives pour les entreprises,le questionnaire peut très bien être redondant sur certains points clés (effectifs par exemple) de façon à en vérifier l’exactitude.


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLes enquêtes mobilité auprès des salariésLa réalisation d’une enquête auprès des salariés est fortement préconisée. Elle permet de compléter l’analysedes données existantes et d’affiner le diagnostic. C’est aussi une façon concrète d’impliquer les entreprises dusite et leurs salariés dans la réflexion et d’initier le travail de sensibilisation sur la question des transports.Le coût de l’enquête sera fonction des effectifs de la zone, du ou des supports employés (papier et/ou internetou intranet, qui permettent d’automatiser en partie la saisie des données), du nombre de questions posées.16


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESContenu et forme du questionnaireL’ADEME a élaboré un modèle de questionnaire très complet pour les besoins des Plans de Déplacementsd’Entreprise. Il a été utilisé sous cette forme pour le PDIE du site du Wacken (qui concernait un nombreimportant de salariés mais uniquement trois entreprises).Pour les PDIE de la Zone Industrielle d’Erstein et de l’Espace Européen de l’Entreprise, les questionnairessalariés étaient volontairement plus concis, pour des raisons• pratiques (format A4 recto-verso pour faciliter les envois par courrier, et les retours par courrier outélécopie),• stratégiques (maximiser le taux de retour en n’astreignant pas les enquêtés à un questionnairetrop long)• budgétaires (temps de saisie et d’analyse),Les informations devant impérativement figurer dans un questionnaire portent sur :• les comportements modaux actuels,• le lieu de travail (nom de l’entreprise) et le lieu de domicile des salariés (commune ou quartierdans les grandes villes, code postal),• les horaires de travail et/ou le type de poste occupé (horaires fixes / variables / décalés),• la sensibilité au changement (« seriez vous prêts à utiliser ou à utiliser davantage le vélo / les TC /le covoiturage ? » « oui, à condition de ... »).Des informations sur l’utilisation de leur véhicule par les salariés, en journée pour des raisons diversespermettent d’identifier les services à créer sur la zone pour limiter ces trajets (exemples : restauration,garde d’enfants…).Des champs ouverts doivent permettent aux salariés d’effectuer des suggestions, d’apporter des complémentsqualitatifs aux questions posées.17


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESExemples de traitements des résultats d’une enquête salariés« Ouverture » des salariés au changementde mode de déplacementsLocalisation géographique des salariés(et analyse du potentiel du vélo)18


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESQuel mode de diffusion ? Questionnaire papier ? Site intranet ou internet ?Lorsque le «profil de la zone» s’y prête (dominante tertiaire) et que le nombre d’entreprises ou de salariés estconséquent, la mise en ligne du questionnaire sur un site web dédié devient très intéressante, sur le plan budgétaire,technique et stratégique. Cela implique un travail de programmation en amont, mais permet de faciliter letraitement des questionnaires reçus (traitement automatisé).Cela permet aussi de communiquer, à travers le site internet utilisé sur l’avancement de la réflexion et ses résultats,sous une forme relativement ludique.Le site internet ne dispense cependant pas complètement de la mise à disposition d’un questionnaire papier :l’expérience de l’Espace Européen de l’Entreprise montre que, même dans des entreprises très orientées versl’usage de l’informatique au quotidien, certaines catégories d’usagers préfèrent retourner un questionnaire papier,souvent par télécopie.Type de supports utilisés par les usagersdu site de l’Espace Européen de l’Entreprisepour la réponse à l’enquêteOptimiser le taux de retour :importance de la communication et des relancesLa réalisation d’une campagne d’information pour inviter les salariés à donner leur avis est fortement recommandéepour maximiser le taux de retours (affichettes transmises aux entreprises, mailing en interne aux entreprises,etc.)Lors de la période d’enquête, il est souhaitable d’effectuer un suivi régulier des questionnaires reçus, pour effectuerau besoin des relances téléphoniques, au moins auprès des entreprises les plus importantes.Un taux de retour de l’ordre de 20%, qui peut paraître relativement faible est tout à fait suffisant, dès lors que lareprésentativité de l’échantillon (CSP, lieux de résidence...) est satisfaisante.19


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLes enquêtes auprès des dirigeants d’entreprisesCes enquêtes présentent un intérêt lorsqu’il y a beaucoup d’entreprises concernées (environ 300 dans le cas del’Espace Européen de l’Entreprise). Elles permettent de compléter le diagnostic par des données :• quantitatives : effectifs (ce qui permet de confirmer le nombre de salariés réellement basés sur le site),horaires de travail, nombre de places de stationnement automobile et vélos, données sur la structure deseffectifs en catégories socio-professionnelles pour contrôler la représentativité de l’échantillon salariés ,• qualitatives : perception des enjeux et des priorités des dirigeants en matière de transport.Les fichiers consulaires fournissent les coordonnées des dirigeants d’entreprises. Il est toutefois difficile de ciblerles bons interlocuteurs, surtout lorsque les entreprises sont nombreuses : selon les entreprises, le dirigeantn’est pas forcément basé sur le site, et certaines informations seront plus facilement renseignées par des responsablesde DRH ou de la logistique que par les dirigeants eux-même.20


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLe diagnostic accessibilité du siteLe volet « accessibilité » du diagnostic porte sur l’analyse multimodale de l’offre de transport existante et projetée.Il est alimenté par :• le recueil de données auprès des AOT et des gestionnaires de voirie,• le travail de terrain (identification des points noirs pour la sécurité des cyclistes, par exemple).Il donne lieu à des traitements cartographiques et statistiques, par exemple :• carte de synthèse de l’offre TC avec les fréquences, les temps de parcours (courbes isochrones),• carte de synthèse de l’offre d’aménagements cyclables,• nombre de places de stationnement VP, vélos, etc.Le croisement avec les données issues du volet mobilité permet de mettre en évidence, à l’issue du diagnostic,une première liste de points à enjeux, tels que :• quels sont les principaux déficits de l’offre TC au regard de la demande ? (horaires, temps de parcours,nombre de correspondances, etc.),• quels sont les gros pôles de résidence des salariés insuffisamment bien desservis ?21


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLes propositions d’actionsL’élaboration des propositions est naturellement la phase la plus stratégique de la réflexion. Elle sera d’autantplus consommatrice de temps que la concertation avec les entreprises et les partenaires extérieurs sera poussée,ce qui est naturellement souhaitable pour donner aux mesures du PDIE le maximum de chances d’êtreconcrétisées et pérennisées.Rendre l’alternative à la voiture possible pour le plus grand nombre : vers un bouquet de solutions...En matière de transports et de déplacements, il est souvent vain de chercher LA solution « miracle ». La réussitedes plans de mobilité, à l’échelle d’une agglomération, d’une entreprise, comme d’un site, passe par une combinaison,un bouquet de solutions qui vise à rendre possible l’alternative à la voiture pour le plus grand nombre.Il est donc important d’envisager sans a priori toutes les alternatives possibles à la voiture et à l’autosolisme :• les transports en commun (urbains et interurbains, routiers et ferrovaires) et l’intermodalité voiture + TC,• les modes de déplacements doux (vélo et marche à pied),• le covoiturage.Dans ces différents domaines, les actions pourront porter sur des mesures d’aménagement (aménagements devoiries, de trottoirs, de pistes cyclables), d’exploitation (adaptation de l’offre TC existante, navettes bus privées),de communication et d’information (campagnes de communication, centrale d’information sur internet, etc.)..L’évaluation des mesures possibles se fera sur la base :• des données recueillies dans le diagnostic : quel « gisement » de salariés serait potentiellement concernépar la modification d’une ligne TC entre le site et une zone résidentielle ? combien de salariés résident àmoins de trois kilomètres du site, soit dans le « rayon d’action » du vélo ? etc.,• d’une appréciation du coût des mesures, à mettre en perspective avec la clientèle potentielle.22


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESRendre l’alternative à la voiture désirableLa mise en place d’une offre alternative est une condition nécessaire, mais souvent insuffisante pour provoquerles changements de comportements. Pour cela, les modes alternatifs doivent être valorisés, en travaillant parexemple sur :• leur image, par des campagnes de sensibilisation et de communication,• leur confort, par la qualité des aménagements en faveur des piétons et des cyclistes, le renforcement dupersonnel d’accompagnement dans les bus, etc.,• la mise en place d’avantages concrets (en garantissant les meilleures places de stationnement pour lescovoitureurs, les cyclistes, en accordant dans les entreprises une prise en charge de l’abonnement TC,etc.)Des mesures qui relèvent du domaine des collectivités ET des entreprisesPar nature, les PDIE dépassent l’échelle d’une entreprise unique et appellent donc des solutions relevant de laresponsabilité :• des entreprises, qui se coordonnent entre elles pour mettre en commun des moyens d’actions et mettenten place des mesures incitatives,• des collectivités, dans leurs domaines de compétences respectifs (aménagements de voirie, organisationde l’offre TC urbaine ou interurbaine), dès lors que les besoins sont avérés et démontrés.Ces mesures appellent, a minima, un travail de coordination entre les mesures portées par les entreprises etcelles portées par les collectivités (par exemple, une diffusion de l’information par les entreprises en internelors de la mise en place de nouveaux horaires bus).Elles peuvent conduire , selon les cas, à des partenariats financiers entre collectivités d’une part et entreprisesd’autre part (par exemple, co-financement d’une liaison TC directe organisée par l’AOT).23


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESDes mesures à différentes échéancesDes mesures très simples peuvent et doivent être mises en place pour initier le plan de mobilité à court terme. Ils’agit de soutenir la dynamique de changement de comportements chez les salariés, sans attendre les mesuresqui nécessitent des travaux significatifs et des programmations budgétaires de la part des collectivités – maisdont l’intérêt sera d’autant plus évident que les premiers résultats seront tangibles.Les mesures immédiates peuvent par exemple porter sur l’information sur l’offre en transports publics et deservice existantes – surtout s’il apparaît qu’elles sont mal connues ou mal perçues - , la mise en place d’actionsévénementielles (journée découverte à vélo), etc.Le rôle transversal de la communication et de l’informationL’élaboration du PDIE doit s’appuyer sur une démarche active de communication, envers les salariés et les dirigeantsdes entreprises du site. L’expérience montre qu’elle contribue activement au succès de la démarche.Au début de l’élaboration du PDIE, la communication joue un rôle essentiel pour maximiser les retours d’informationde la part des salariés, surtout si l’on prévoit une période d’enquête. Cela peut se traduire par une campagned’affichage dans les entreprises, la réalisation d’un site internet (forum, questionnaire), un mailing auxdirigeants, etc.Pendant l’élaboration du PDIE, tenir informé les salariés de l’avancée et des résultats de la réflexion permet d’enrichirle débat sur les propositions. Cela peut se faire par le biais d’une lettre d’information, d’un site internet, demailings informatiques (pour les personnes ayant laissé une adresse e-mail), etc.A l’issue de l’élaboration du PDIE, les bases de la campagne de communication ainsi établies seront utiles pour :• poursuivre le travail de sensibilisation,• valoriser les actions mises en place,• valoriser les entreprises qui jouent un rôle moteur dans la démarche, en interne et vis-à-vis de l’extérieur(image d’entreprise citoyenne valorisée par un label, par exemple) et l’image du site dans son ensemble.24


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESExemples de mesures concrètes envisageables dans le cadre d’un PDIELes mesures ci-après sont citées à titre indicatif et ne sont naturellement pas adaptées à toutes les situations.Une liste beaucoup plus complète de mesures (centrée davantage sur l’échelle de l’entreprise) est consultableen ligne sur le site belge http://www.taxistop.be/toolbox/francais/index.htm (site de ressources et d’informationsur les plans de mobilités d’entreprise) ou dans le guide des PDE réalisé par l’ADEME.Mesures liées aux transports collectifs• Renforcement de l’information et de la promotion de l’offre TC existanteMesure souvent utile, surtout si les résultats des enquêtes laissent à penser qu’il y a une méconnaissancede l’offre en transports publics.• Adaptation de tracé / renforcement de fréquences de lignes TC existantesMesures à mettre en place lorsque des besoins de mobilité spécifiques sont identifiés (par exemple desbesoins de déplacements en heures creuses en journée) et qu’existe un potentiel suffisant pour justifierde telles évolutions de l’offre• Création / amélioration de services de navettes privéesMesure qui se justifie si elle concerne un nombre significatif de salariés et constitue un véritable apportpar rapport à l’offre urbaine existante (offre un temps de parcours nettement meilleur, suppression desruptures de charges, etc.)Lorsqu’il y a un service existant, il est intéressant de l’ouvrir au maximum à d’autres entreprises du site,quitte à externaliser la gestion du service .Parfois, un co-financement public / privé est mis en place entre l’autorité organisatrice de transport publicet les entreprises du site, comme dans le cas d’Innovallée à Grenoble.• Mesures visant à favoriser l’intermodalité (voiture + TC, TC + vélo)Par exemple, la création ou le développement de stationnements vélos sécurisés dans une gare proche dela zone est une mesure à fort potentiel pour les sites étendus dotés d’une bonne desserte ferroviaire.25


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESMesures liées aux modes douxPour les zones situées en périphérie d’agglomération, le potentiel des modes doux est souvent sous-estimé àtort, la sécurité et le confort des cyclistes ou des piétons ont parfois été négligés lors de la conception de lazone :• Aménagements de voirie dans la zone et à ses abords en faveur des piétons et des cyclistesUn programme d’aménagement mis au point avec les collectivités et l’aménageur, dans la zone et à sesabords (sur les principaux axes entre la zone et les quartiers environnants, autour des arrêts TC), permettrade lever les réticences à l’usage de ces modes.• Développement du stationnement vélo sécurisé dans les entreprisesL’absence de stationnements vélos dans les entreprises – abrités, bien situés, pratiques – est un frein àl’usage de ce mode. A l’échelle d’une zone, des groupements d’achats peuvent permettre de dégager deséconomies d’échelle et de mettre en place un mobilier cohérent. En amont (pour une zone en cours dedéveloppement), l’inscription de normes de stationnement vélos dans le règlement de zone est à prévoir.26Stationnement vélo sécurisé et abrité, à proximitéde l’entrée de l’établissement (Serue Ingénierie,Espace Européen de l’Entreprise)


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISES• Mise à disposition de vélos sur le siteMesure envisageable pour faciliter l’usage du vélo en journée pour les déplacements courts (internes à lazone), en créant un point « vélo service » sur le site ou sur une station TC proche.Opération évènementielle avec mise à disposition devélos pour la desserte de TECHNOLAC à Chambéry(expérimentation)27


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESMesures portant sur les services• Banque du covoiturageMême si le potentiel du covoiturage est, en pratique, souvent limité du fait des conditions à réunir (trouverun covoitureur habitant près de chez soi, ayant les mêmes horaires, pouvoir au besoin adapter ses horaires,etc.) la mise en place d’une « banque du covoiturage » est une mesure relativement peu coûteuse et aun grand intérêt à l’échelle d’une zone d’activités : tous les salariés ont en commun la même destinationet l’on a davantage de chances qu’à l’échelle d’une seule entreprise de trouver un covoitureur.Exemple de mise en place de bourse du covoiturage sur internet (Zone Technolac à Chambéry)28


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISES• Création d’une station d’autopartage sur le siteA ne pas confondre avec le covoiturage, l’autopartage consiste à pouvoir utiliser de façon occasionnelle, viaun système d’abonnement, un véhicule mis à disposition dans une station d’autopartage. L’autopartagen’est pas destiné à remplacer l’usage quotidien et régulier d’une voiture pour les trajets domicile-travail et,à ce titre, peut intéresser les entreprises et les salariés :• pour couvrir un besoin de déplacements professionnels en journée des salariés venus travailler entransports en commun, en vélo, à pied ou en covoiturage,• pour remplacer des véhicules de service (en deçà d’un certain kilométrage, le recours à l’autopartageest financièrement intéressant),• pour assurer le retour au domicile au cas où le covoitureur serait défaillant, etc.En Alsace, la structure Auto’trement s’est donnée pour mission de développer l’autopartage et chercheactivement des entreprises partenaires pour développer des lieux d’implantation de voitures partagées.• Restauration collectiveLes grandes zones d’activités sont parfois « monofonctionnelles » et l’offre en restauration sur le site ouà ses abords immédiats est alors limitée. Pour réduire la nécessité de déplacements en voiture à midi, lePDIE doit être l’occasion :• d’identifier l’offre existante en restauration dans les entreprises et d’identifier celles qui ouvrent la possibilitéde déjeuner aux autres entreprises ou seraient prêtes à le faire,• le cas échéant, d’envisager la mise en place d’un restaurant inter-entreprises.29


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESMesures de promotion et de sensibilisation à l’écomobilitéPour faire vivre le PDIE, un travail de sensibilisation et de promotion du PDIE est à prévoir dans la durée, pourintroduire une prise de conscience et favoriser une dynamique de changement.• Actions évènementiellesAvec le soutien des partenaires concernés et de sponsors, conduire des animations du type : « semaine duvélo » avec lots pour les participants, palmarès des entreprises éco-mobiles au sein de la zone, campagned’information sur les nouveaux services de transport collectifs mis en place, etc.• Site internetLorsque le profil de la zone s’y prête (part de tertiaire significative), un site internet dédié à la zone est unvecteur efficace dans une stratégie de communication sur le PDIE, permettant :• d’informer sur les services existants, surtout s’ilssont sous-utilisés (offre TC,service d’autopartage,restaurants d’entreprises ouverts à tous),• de relayer l’information sur les « nouveautés »et le suivi du PDIE,• d’être le support d’une banque du covoituragepour les salariés du site.30


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESConcrétiserles actionsdu PDIE- Formaliser lesactions dansune charted'engagement- Coordonnerl'action desentreprises31


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESFormaliser les actions dans une charte d’engagementLa logique partenariale qui sous-tend le PDIE, entre les collectivités et les entreprises, peut être formalisée àtravers une charte d’engagement, co-signée par les différents partenaires en présence. Les signataires de lacharte doivent être l’ensemble des parties prenantes (collectivités locales, entreprises – individuellement oureprésentées par une structure de gestion collective, – gestionnaire ou aménageur de la zone, chambres consulaires,ADEME...)Coordonner l’action des entreprises et se donner les moyens d'animer le PDIEdans la duréeUne instance de gestion collectiveIndépendamment de la coordination avec les partenaires extérieurs, une instance doit permettre aux entreprisesprésentes sur le site de mettre en commun des moyens, des expériences, des achats, afin de développer dessolutions de déplacements pour les salariés, tout en en optimisant les coûts (développement du service de navettes,de la banque du covoiturage, d’abris vélos, etc.).Cette fonction peut être jouée par le gestionnaire de la zone, lorsqu’il en existe un. Dans le cas contraire, il peuts’agir d’une association ou d’un Groupement d’Intérêt Economique (GIE) regroupant les entreprises et portantleurs besoins et actions.Des moyens pour agirL’expérience des PDE montre que son succès est facilité (voire conditionné) par la présence d’un conseiller enmobilité désigné dans l’entreprise. Les moyens humains dédiés à l’animation d’un PDE représentent une chargede travail estimée d’environ un mi-temps pour 1.000 salariés (estimation ADEME – Guide des PDE).32


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESPour un PDIE, il en ira sensiblement de même, et un minimum de moyens humains et financiers seront indispensablepour :• préparer et développer des partenariats entre les entreprises de la zone, les autorités organisatrices detransport, les acteurs institutionnels, le milieu associatif pour la réalisation des actions du PDIE,• effectuer des groupements de commande (stationnement vélo),• entretenir et mettre à jour régulièrement le site internet,• effectuer le suivi administratif de certaines actions collectives (mise en place de navettes d’entreprisesmutualisées, etc.),• etLa situation est facilitée lorsqu’il existe un gestionnaire de zone, qui a pour mission de gérer des services communsaux entreprises (restaurant inter-entreprises, centrale d’achats, etc.). C’est le cas par exemple d’INOVAL-LEE, à Meylan (agglomération grenobloise), où l’association d’entreprises créée lors de l’aménagement de lazone a pris en charge la mission d’animation du PDIE.Dans tous les cas, sont à dégager :• des moyens humains, soit par embauche, soit par mise à disposition de personnel en fonction de leurcompétences (par exemple, la programmation du site de covoiturage d’INOVALLEE a été prise en chargepar une entreprise du site),• un budget de fonctionnement.33


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESInformationspratiques- Les enjeux d'un PDEou d'un PDIE pourles entreprises- Le budget et lesaides pour réaliserun PDIE- Pour en savoir plus...34


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESLes enjeux d’un PDE ou d’un PDIE pour les entreprises – quelques chiffres• coût d’une place de stationnement VP (investissement) : de 2.000 euros pour une place en surface (horsfoncier et entretien) à 15.000 euros pour une place en ouvrage• coût d’une place de stationnement vélo sécurisée : 60 à 300 euros selon la configuration (arceau simple,module fermé, etc.)• prise en charge de l’abonnement de transports urbains par l’employeur à hauteur de 50% : environ200 euros / an / salarié• plus de la moitié des accidents de travail mortels sont des accidents de trajet (source : ADEME)• majoration des charges patronales sur les accidents de travail au titre des accidents de trajet : 0,36 % dela masse salariale, avec possibilité de ristourne de 25 à 50 % en cas de mise en place d’un PDE, en fonctiondes mesures retenues.Le budget et les aides pour réaliser un PDIEMission d’étude globale d’un PDE30 à 50.000 euros HT (source ADEME)Mission d’étude globale d’un PDIE30 à 90.000 euros selon l’importance de la zone, le contexte géographique, et l’étendue de la missionen terme de communication (nombre d’entreprises, situation dans un PTU ou hors PTU, etc.)Aides potentielles : l’ADEME est susceptible de financer l’étude d’un PDE ou d’un PDIE à hauteur maximalede 50 %, dans la limite d’une contribution de 37.500 euros par opération.35


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESRéalisation d’une enquête auprès des salariésPréparation des questionnaires, transmission et saisie des résultats, par questionnaires papier et/ou intranetet/ou internet : de l’ordre de 5.000 à 10.000 euros, pour un site de 5.000 salariés.Campagne de communicationLa communication pour une zone de 5.000 salariés, avec réalisation de campagnes d’affichage (définition devisuels, d’une charte graphique), de mailings, etc. représente un budget annuel de base de l’ordre de 5 à 10.000euros par an, hors participation éventuelle de sponsors ou de partenaires institutionnels.Mise en place d’une banque du covoiturage sur internetBudget de création de l’ordre de 10.000 euros HT (graphisme, programmation), entretien : 1.000 euros HT / an.Aides à l’expérimentationOutre les partenariats avec les collectivités, l’ADEME est également susceptible de participer financièrement àdes aides à l’investissement pour la réalisation d’opérations exemplaires. L’assiette des investissements éligiblesporte sur du petit matériel, des logiciels, des dépenses d’assistance extérieure, des dépenses d’animationpour le recrutement de personnel.36


GUIDE DES PLANS DE DÉPLACEMENTS INTER-ENTREPRISESPour en savoir plus…Partenaires référents• Chambre de Commerce et d’Industrie de Strasbourg et du Bas-RhinAdresse : 10 place Gutenberg - 67081 STRASBOURG CedexTél. 03 88 75 25 25Référent : Tania DESFOSSEZMail : amenagementduterritoire@strasbourg.cci.fr• ADEMEAdresse : 8 rue Adolphe Seyboth - 67000 STRASBOURGTél. 03 88 15 46 46Référent : Mikaël LUXMail : mikael.lux@ademe.frDocuments de références sur les PDE et les PDIE• Réaliser un PDE, Guide à destination des chefs de projets, ADEME, 2004, 90p., à commander surhttp://www.ademe.fr• Plans de Mobilité pour les salariés, CERTU – PREDIT, 1999, 120 p.• Site belge d’information et de ressources sur les PDE (exemples, méthodologie, boîte à outils, etc.)http://www.taxistop.be/toolbox/francais/index.htm• Exemples de PDIEInovallée (agglomération grenobloise) http:// ww.inovallee.comSavoie Technolac : http://www.savoie-technolac.comLiens• Comité d’action deux roues (Strasbourg)http:// www.fubicy.org/cadr67/PDE.htm37• Auto’trement, société coopérative d’Autopartage en Alsacehttp://www.autotrement.com

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!