13.07.2015 Views

Evaluation de la gouvernance de l'eau au Bénin • Analyse de la ...

Evaluation de la gouvernance de l'eau au Bénin • Analyse de la ...

Evaluation de la gouvernance de l'eau au Bénin • Analyse de la ...

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesPartenariat Mondial <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> / Afrique <strong>de</strong> l’Ouest (GWP/AO)Programme <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> / Composante Afrique <strong>de</strong> l’Ouest (PfWG-GAO)<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation actuelle• I<strong>de</strong>ntification et analyse <strong>de</strong>s actions prioritairesi


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesAVERTISSEMENTLa terminologie géographique employée dans cet ouvrage, <strong>de</strong> même que sa présentation, ne sont en<strong>au</strong>cune manière l’expression d’une opinion quelconque <strong>de</strong> <strong>la</strong> part du GWP Afrique <strong>de</strong> l’Ouest sur lestatut juridique ou l’<strong>au</strong>torité <strong>de</strong> quelque pays, territoire ou région que ce soit, ou sur <strong>la</strong> délimitation <strong>de</strong>ses frontières.Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles du GWP/AO.Le présent ouvrage a pu être publié grâce <strong>au</strong> soutien financier <strong>la</strong> Commission <strong>de</strong> l’Union Européenne etdu Partenariat Mondial <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> (GWP).Publié par GWP/AO, Ouagadougou, Burkina Faso© 2009 Partenariat ouest Africain <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> (GWP/AO)ISBN 978-2-9533002-6-0La reproduction <strong>de</strong> cette publication à <strong>de</strong>s fins non commerciales, notamment éducatives, est permisesans <strong>au</strong>torisation écrite préa<strong>la</strong>ble du détenteur <strong>de</strong>s droits d’<strong>au</strong>teur à condition que <strong>la</strong> source soit dûmentcitée.La reproduction <strong>de</strong> cette publication à <strong>de</strong>s fins commerciales, notamment en vue <strong>de</strong> <strong>la</strong> vente, estinterdite sans <strong>au</strong>torisation écrite préa<strong>la</strong>ble du détenteur <strong>de</strong>s droits d’<strong>au</strong>teur.Disponible <strong>au</strong>près <strong>de</strong> :Service <strong>de</strong> communication du GWP/AO03 BP 7112 Ouagadougou, 03- Burkina FasoTél. +226 50366212, Télécopie : +226 50366208Email : watac@fasonet.bf; info@gwpao.orgSite Web : www.gwpao.orgii


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesTABLE DES MATIERESAbréviations, sigles et acronymes................................................................................................................................................ ivAvant-propos............................................................................................................................................................................... viI. Introduction .............................................................................................................................................................................II. CADRE JURIDIQUE DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU................................................................................... 2III. CADRE INSTITUTIONNEL DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ...................................................................... 43.1 Ancrage institutionnel............................................................................................................................................................... 43. 2. Rôles <strong>de</strong> quelques institutions-clés ......................................................................................................................................... 63. 2. 1. Principales attributions <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH ............................................................................................................................ 63. 2. 2. Principales attributions <strong>de</strong> <strong>la</strong> SONEB........................................................................................................................ 73. 2. 3. Compétences <strong>de</strong>s communes...................................................................................................................................... 73. 3. <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s capacités institutionnelles .................................................................................................................................... 93. 4. Réformes et développements institutionnels .......................................................................................................................... 10IV. ALLOCATION ET GESTION DES RESSOURCES EN EAU .......................................................................................... 124. 1. Accès <strong>au</strong>x ressources en e<strong>au</strong> en milieux rural et urbain.......................................................................................................... 124. 2. Collecte et gestion <strong>de</strong> l’information....................................................................................................................................... 124. 3. Gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> transfrontalières...................................................................................................................... 13V. SYNTHESE DES PROBLEMES MAJEURS........................................................................................................................... 14VI. IDENTIFICATION ET ANALYSE DES ACTIONS PRIORITAIRES ............................................................................. 156. 1. Quelles actions prioritaires pour le Bénin?............................................................................................................................. 156. 2. Description <strong>de</strong>s différentes actions prioritaires....................................................................................................................... 176. 2. 1. Facilitation du processus d’adoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>....................................................................... 176. 2. 3. Appui <strong>au</strong>x communes en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>................................................................................ 176. 2. 3. Renforcement <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s acteurs du secteur e<strong>au</strong>.............................................................................................. 186. 2. 4. Harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sous-sectorielles avec <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>................................................................... 206. 2. 5. Création et/ou dynamisation <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> concertation............................................................................................. 216. 2. 6. Amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource....................................................................................................... 21VII. IMPACTS ATTENDUS DES ACTIONS PRIORITAIRES ............................................................................................. 23VIII. STRATEGIE DE MOBILISATION DES RESSOURCES FINANCIERES ................................................................... 24IX. CONCLUSION .................................................................................................................................................................... 2ANNEXES.................................................................................................................................................................................. 27Annexe 1 : Bi<strong>la</strong>n synthétique <strong>de</strong> l’état <strong>de</strong>s lieux ............................................................................................................................ 28Annexe 2. Note <strong>de</strong> synthèse sur le déroulement du PfWG (2006) ................................................................................................. 46Annexe 3 : Liste <strong>de</strong>s membres du Groupe d’Experts nation<strong>au</strong>x mis en p<strong>la</strong>ce <strong>au</strong> Bénin ................................................................... 50iii


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMESABNAEPAGREAMMAAUECEBCERPACREPADDMEHDGHDHABFEMGIREGWPIECMAEPMARPMEHUMMEEOC-GIREOMDONGPAGIREPAN/LCDPAZHPNUDSHAutorité du Bassin du NigerAlimentation en E<strong>au</strong> PotableAppui à <strong>la</strong> Gestion <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong><strong>Analyse</strong> Multidisciplinaire <strong>de</strong> <strong>la</strong> Mousson AfricaineAssociation <strong>de</strong>s Usagers d’E<strong>au</strong>Commun<strong>au</strong>té Electrique du BéninCentre Régional <strong>de</strong> Promotion AgricoleCentre Régional pour l’E<strong>au</strong> Potable et l’Assainissement à faible coûtDirection Départementale <strong>de</strong>s Mines, <strong>de</strong> l’Energie et <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>liqueDirection Générale <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>liqueDirection <strong>de</strong> l’Hygiène et <strong>de</strong> l’Assainissement <strong>de</strong> BaseFonds pour l’Environnement MondialGestion Intégrée <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong>Global Water PartnershipInformation Education CommunicationMinistère <strong>de</strong> l’Agriculture, <strong>de</strong> l’Elevage et <strong>de</strong> <strong>la</strong> PêcheMétho<strong>de</strong> Active <strong>de</strong> Recherche et <strong>de</strong> P<strong>la</strong>nification ParticipativeMinistère <strong>de</strong> l’Environnement, <strong>de</strong> l’Habitat et <strong>de</strong> l’UrbanismeMinistère <strong>de</strong>s Mines, <strong>de</strong> l’Energies et <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong>Organe <strong>de</strong> Concertation <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIREObjectifs <strong>de</strong> Millénaire pour le DéveloppementOrganisation Non GouvernementaleP<strong>la</strong>n d’Action National GIREProgramme d’Action National <strong>de</strong> Lutte Contre <strong>la</strong> DésertificationProgramme d’Aménagement <strong>de</strong>s Zones Humi<strong>de</strong>sProgramme <strong>de</strong>s Nations Unies pour le DéveloppementService <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>liqueiv


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesSONEBSociété Nationale <strong>de</strong>s E<strong>au</strong>x du BéninSTPCGIRE Secrétariat Technique pour <strong>la</strong> Promotion et <strong>la</strong> Coordination <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIREUEUnion Européennev


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesPREFACEe<strong>au</strong> est une gran<strong>de</strong> préoccupation dans les pays <strong>de</strong> lAfrique <strong>de</strong> lOuest et plus particulièrement dans les pays sahéliens. Il estvrai que le problème ne se pose pas dans les mêmes termes pour tous les pays et que les effets prévus <strong>de</strong>s changements climatiquesconjugués avec <strong>la</strong> démographie galopante, les phénomènes <strong>de</strong> lurbanisation et <strong>la</strong> boulimie du développement industriel sur lesressources ne vont quaggraver les difficultés. Cependant, on saccor<strong>de</strong> à dire que <strong>la</strong> m<strong>au</strong>vaise <strong>gouvernance</strong> est <strong>la</strong> raisonprincipale <strong>de</strong>s dérives que lon constate sur les ressources en e<strong>au</strong> et <strong>la</strong> nature.Si <strong>la</strong> commun<strong>au</strong>té internationale convient que <strong>la</strong> gestion durable <strong>de</strong>s ressources naturelles, y compris le<strong>au</strong>, passe par unemeilleure p<strong>la</strong>nification dans lesprit <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE avec <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce dun environnement favorable, <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> gestionappropriés et d instruments <strong>de</strong> gestion bien à propos, force est <strong>de</strong> constater que dans <strong>la</strong> pratique ce nest pas gagné davance.existence <strong>de</strong> cadres organisationnels et règlementaires, le nive<strong>au</strong> <strong>de</strong> cohérence entre les compétences <strong>de</strong>s différents acteurs, <strong>la</strong>connaissance <strong>de</strong>s textes en vigueur par les acteurs et leurs attributions, rôles, <strong>de</strong>voir et droit, etc. sont <strong>au</strong>tant <strong>de</strong> choses essentiellespour évaluer une bonne gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>. Cest dans ce cadre que sinscrit ce programme sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> que leGWP a initié dans quatre pays <strong>de</strong> lAfrique <strong>de</strong> lOuest (Bénin, Burkina, Ghana et Niger) en 2006 avec le financement <strong>de</strong> lUnionEuropéenne. Des leçons importantes en ont été tirées et vous sont livrées dans cette série <strong>de</strong> documents <strong>de</strong> capitalisation,notamment dans le document <strong>de</strong> synthèse régionale.La mobilisation <strong>de</strong>s acteurs et leur intérêt pour cette étu<strong>de</strong> sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> ont été manifestes. Loutil <strong>de</strong> synthèseutilisé (scorecard) a permis <strong>de</strong> cerner, <strong>de</strong> manière synthétique, <strong>de</strong>s problématiques complexes. Létroite col<strong>la</strong>boration entre lesdirections en charge <strong>de</strong> lE<strong>au</strong> et les organes <strong>de</strong>s PNE concernés a démontré un esprit <strong>de</strong> complémentarité et dutilité <strong>de</strong>s PNE quilconvient <strong>de</strong> souligner.Le Partenariat Ouest Africain <strong>de</strong> lE<strong>au</strong> (GWP-AO) en coordonnant ce travail en a tiré une légitime fierté.Nous espérons que les expériences présentées dans ces documents permettront à tous ceux qui sintéressent à <strong>la</strong> problématique <strong>de</strong><strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>de</strong> lAfrique <strong>de</strong> lOuest <strong>de</strong>n tirer un bénéfice certain.Hama Arba DIALLOPrési<strong>de</strong>nt du GWP-AOvi


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesREMERCIEMENTSétu<strong>de</strong> sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> a été réalisée par le Cabinet Meta Meta. La coordination du programme a été assurée à léchelleinternationale par M. Frank Van Steenbergen (Société Meta Meta) et à léchelle régionale par A<strong>la</strong>n NICOL pour lAfrique <strong>de</strong> lEstet par Cyriaque G ADJINACOU (MGE Conseils) pour lAfrique <strong>de</strong> lOuest. Dans chaque pays un consultant a été chargé <strong>de</strong> menerétu<strong>de</strong>. Au Bénin, ce fut M. Hubert ONIBON (Afriturible) aidé <strong>de</strong> Mmes Arlette TCHABI et Morènikè FAKOREDE. Au Burkina,M. Athanase COMPAORE (SAWES) et M. Jérôme THIOMBIANO, consultant, <strong>au</strong> Ghana, M. Nii Boi AYIBOTELE (NiiConsulting) et <strong>au</strong> Niger, Mme Mariama GAMATIE . Le secrétariat <strong>de</strong> rédaction <strong>de</strong>s publications a été assuré par Sié Offi SOME.Tous ceux-ci ont travaillé avec <strong>la</strong> coordination du Secrétariat Exécutif du Partenariat Ouest Africain <strong>de</strong> lE<strong>au</strong>. Que tous lesconsultants soient remerciés pour leurs efforts.Nous saisissons loccasion pour remercier sincèrement lensemble <strong>de</strong>s partenaires du secteur <strong>de</strong> le<strong>au</strong> du Bénin, du Burkina, duGhana et du Niger à commencer par les différentes directions nationales en charge <strong>de</strong> le<strong>au</strong> pour leur disponibilité et leurchaleureuse col<strong>la</strong>boration.Que ceux que nous navons pas cités trouvent tous, ici, lexpression <strong>de</strong> notre gratitu<strong>de</strong> et franche col<strong>la</strong>boration.Nous saisissons loccasion pour remercier sincèrement les partenaires financiers, notamment lUnion Européenne et le PartenariatMondial <strong>de</strong> lE<strong>au</strong>, sans qui ce travail n<strong>au</strong>rait pas été possible.vii


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesAVANT-PROPOSLe présent rapport national fait partie d’une série rédigée en 2006 dans le cadre <strong>de</strong>s actionspilotes <strong>de</strong> <strong>la</strong> mise en uvre du Programme <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> initié par le Partenariat Mondial<strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> (GWP) et financé par l’Union Européenne dans sept pays africains : trois en Afrique <strong>de</strong>l’Est (Kenya, Tanzanie et Ouganda) et quatre en Afrique <strong>de</strong> l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Ghanaet Niger).L’objectif <strong>de</strong> ce programme est <strong>de</strong> contribuer à <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong>nive<strong>au</strong> <strong>de</strong> ces pays et <strong>de</strong> définir quelques actions susceptibles <strong>de</strong> <strong>la</strong> renforcer.Les principales activités du programme consistent en :La production d’un rapport d’évaluation <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> et d’i<strong>de</strong>ntification <strong>de</strong>s actions àréaliser ;La tenue d’un atelier national <strong>de</strong> validation <strong>de</strong> l’évaluation et <strong>de</strong>s actions ;La production d’un document final <strong>de</strong> l’évaluation et du détail <strong>de</strong>s actions ;La contribution à l’organisation d’un atelier régional <strong>de</strong> validation.Le présent rapport établit un état <strong>de</strong>s lieux <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> dans les domainessuivants : cadre juridique, cadre organisationnel, instruments <strong>de</strong> réglementation, coordinationintersectorielle, <strong>au</strong>torités locales et d’<strong>au</strong>tres fonctions <strong>de</strong> gestion. Il formule également <strong>de</strong>s actionsprioritaires et <strong>de</strong>s actions pilotes dont <strong>la</strong> mise en uvre contribuera à renforcer <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong>.La coordination du programme est assurée à l’échelle internationale par M. Frank VanSteenbergen (Société Meta Meta) et à l’échelle régionale par A<strong>la</strong>n Nicol pour l’Afrique <strong>de</strong> l’Est etpar Cyriaque G Adjinacou ( MGE Conseils) pour l’Afrique <strong>de</strong> l’Ouest.L’é<strong>la</strong>boration <strong>de</strong>s rapports nation<strong>au</strong>x d’évaluation <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> a été réalisée par uneéquipe <strong>de</strong> consultants recrutée dans chaque pays. Leur travail a été facilitée par plusieursstructures impliquées dans les différents pays qui ont bien voulu leur fournir <strong>de</strong>s documentspertinents sur le sujet. Ainsi, pour l’Afrique <strong>de</strong> l’Ouest, <strong>au</strong> Bénin, <strong>au</strong> Burkina Faso, <strong>au</strong> Ghana et<strong>au</strong> Niger, l’administration <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, en col<strong>la</strong>boration avec le Partenariat National <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong>, a misen p<strong>la</strong>ce un groupe <strong>de</strong> travail pluridisciplinaire en vue d’accompagner techniquement lesconsultants dans <strong>la</strong> réalisation <strong>de</strong> leur tâche..Le présent document est le fruit <strong>de</strong> ce travail collectif réalisé avec <strong>la</strong> contribution <strong>de</strong>s uns et <strong>de</strong>s<strong>au</strong>tres.viii


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesI. INTRODUCTIONL’e<strong>au</strong> est une ressource limitée et vulnérable, indispensable à <strong>la</strong> vie, <strong>au</strong> développement et àl’environnement. Sa rareté et les déficits critiques ne permettent pas toujours <strong>la</strong> couverture et <strong>la</strong>satisfaction équitables <strong>de</strong>s besoins; ils sont parfois à l’origine <strong>de</strong> tragédies. Aussi, <strong>la</strong> pérennisation <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> est-elle <strong>de</strong>venue, <strong>de</strong>puis plusieurs décennies, un sujet d’intérêt prioritaire <strong>de</strong>s politiques<strong>de</strong> développement durable tant <strong>au</strong> p<strong>la</strong>n national qu’international. L’amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> est donc un impératif pour le Bénin qui recherche <strong>de</strong>s solutions durables <strong>au</strong>x problèmes<strong>de</strong> développement.En effet, <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>, dans une optique <strong>de</strong> durabilité, requiert <strong>de</strong>s procéduresd'arbitrage entre <strong>de</strong>s intérêts divergents, <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s conflits et, si possible, <strong>la</strong> prise en comptesimultanée <strong>de</strong> critères multiples pour assurer durablement une "bonne qualité <strong>de</strong> <strong>l'e<strong>au</strong></strong>".Ceci implique d'accor<strong>de</strong>r une attention particulière <strong>au</strong>x tensions qui peuvent exister entre lespréoccupations <strong>de</strong>s générations présentes et futures, entre différents secteurs économiques et les intérêts<strong>de</strong>s sociétés humaines actuelles, ainsi qu'entre les commun<strong>au</strong>tés humaines et non humaines.Pour ce faire, il est nécessaire <strong>de</strong> réexaminer le régime <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> en p<strong>la</strong>ce dans <strong>la</strong> sousrégionouest-africaine en général et <strong>au</strong> Bénin en particulier; il est également nécessaire d’i<strong>de</strong>ntifier lesmesures appropriées qu’il f<strong>au</strong>dra prendre pour une <strong>gouvernance</strong> effective <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> afin d’améliorer <strong>la</strong>gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> et les services attendus <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.La présente étu<strong>de</strong> s’inscrit dans le cadre du Programme Gouvernance <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> pour l’Afrique <strong>de</strong> l’Ouestdont l’objectif central est <strong>de</strong> préparer <strong>de</strong>s actions prioritaires pour une bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>s ressourcesen e<strong>au</strong> dans 4 pays (Ghana, le Bénin, le Niger et le Burkina Faso). Ces actions structurées en un p<strong>la</strong>nd'action <strong>de</strong>vront être déduites d'une analyse conjointe <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation actuelle <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>dans chacun <strong>de</strong> ces quatre pays.Dans une phase liminaire, ce document abor<strong>de</strong> <strong>la</strong> première étape du processus, qui est basée sur l’analyse<strong>de</strong> l’état <strong>de</strong>s lieux <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin.L’approche méthodologique utilisée pour résoudre <strong>la</strong> principale question <strong>de</strong> cette étu<strong>de</strong>, est <strong>la</strong> Métho<strong>de</strong>Active <strong>de</strong> Recherche et <strong>de</strong> P<strong>la</strong>nification Participative (MARP). Ainsi, tout en utilisant cette métho<strong>de</strong>, <strong>la</strong>mission a procédé à une série d’investigations (recherches documentaires, interviews <strong>de</strong> personnesressources)qui a permis <strong>de</strong> remplir et <strong>de</strong> commenter <strong>la</strong> grille d’analyse <strong>de</strong> l’état <strong>de</strong>s lieux (Voir annexe 1)é<strong>la</strong>borée pour l’ensemble <strong>de</strong>s 4 pays par l’équipe <strong>de</strong> consultants (Meta Meta Research).Les résultats obtenus <strong>au</strong> cours <strong>de</strong> cette phase ont ensuite permis <strong>de</strong> regrouper, par catégorie, lesproblèmes majeurs du secteur e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. Ces <strong>de</strong>rniers ont alors été croisés avec les réels besoinsexprimés par les différents acteurs pour proposer et analyser les actions prioritaires à engager par le paysafin d’améliorer <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> ses ressources en e<strong>au</strong>.Compte tenu <strong>de</strong> <strong>la</strong> démarche adoptée, <strong>la</strong> première partie <strong>de</strong> ce rapport présente les résultats <strong>de</strong> l’analysecritique <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation actuelle du Bénin en matière <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> à travers :- les cadres juridique et institutionnel <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>,- l’allocation et <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>.- quant à <strong>la</strong> <strong>de</strong>uxième partie, elle s’articule <strong>au</strong>tour <strong>de</strong> <strong>la</strong> problématique <strong>de</strong>s actions prioritairesdécou<strong>la</strong>nt <strong>de</strong> l’analyse <strong>de</strong>s éléments du diagnostic amélioré en mettant l’accent sur :- l’i<strong>de</strong>ntification et <strong>de</strong>scription <strong>de</strong>s actions prioritaires,- les impacts attendus <strong>de</strong>s activités inhérentes à <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong>s actions prioritaires proposées,- <strong>la</strong> stratégie <strong>de</strong> mobilisation <strong>de</strong>s ressources financières requises pour <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong>s actionsprioritaires.1


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesII. CADRE JURIDIQUE DE GESTION DES RESSOURCES EN EAULa bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> passe <strong>au</strong> préa<strong>la</strong>ble par le développement et <strong>la</strong> mise enapplication d’un cadre juridique adéquat et propice à <strong>la</strong> promotion <strong>de</strong> <strong>la</strong> transparence et <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestionparticipative. Au Bénin, l'arsenal juridique disponible se rapportant à <strong>la</strong> protection et à <strong>la</strong> s<strong>au</strong>vegar<strong>de</strong> <strong>de</strong>sressources naturelles y compris <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> est important et diversifié. Ces instrumentsjuridiques ont été régulièrement renforcés par <strong>de</strong>s dispositions adaptées <strong>au</strong>x engagements internation<strong>au</strong>xpris par le pays et à l’évolution du cadre socio-économique et culturel. Ainsi, plusieurs lois et décrets ontété adoptés ou sont en cours d’é<strong>la</strong>boration ou d’adoption.Sur le p<strong>la</strong>n national, les plus importants sont :- <strong>la</strong> nouvelle loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> : le document <strong>de</strong> l’avant projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong> a été validé et les démarches sont en cours en vue <strong>de</strong> son adoption et <strong>de</strong> sa promulgation ;- <strong>la</strong> loi n°97-029 du 15 Janvier 1999 portant organisation <strong>de</strong>s communes en République du Bénin ;- <strong>la</strong> loi n°97-028 du 15 Janvier 1999 portant organisation <strong>de</strong> l’administration territoriale <strong>de</strong> <strong>la</strong>République du Bénin ;- <strong>la</strong> loi n°98-030 du 12 Février 1998 portant Loi-cadre sur l’environnement en République duBénin ;- <strong>la</strong> loi n° 93-009 du 2 juillet 1993 portant régime <strong>de</strong>s forêts en République du Bénin,- <strong>la</strong> loi n°91-004 du 11 Février 1991 portant réglementation phytosanitaire en République duBénin ;- <strong>la</strong> loi n°87-15 du 21 Septembre 1987 portant Co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’Hygiène Publique ;- <strong>la</strong> loi n°87-013 du 21 Septembre 1987 portant réglementation <strong>de</strong> <strong>la</strong> vaine pâture, <strong>de</strong> <strong>la</strong> gar<strong>de</strong> <strong>de</strong>sanim<strong>au</strong>x domestiques et <strong>de</strong> <strong>la</strong> transhumance ;- le décret n°86-516 du 15 Décembre 1986 portant définition <strong>de</strong>s responsabilités en matière <strong>de</strong>gestion du littoral ;- <strong>la</strong> loi du 14 août 1965 portant régime <strong>de</strong> <strong>la</strong> propriété foncière en République du Bénin; etc.Au p<strong>la</strong>n <strong>de</strong>s accords et conventions internation<strong>au</strong>x ratifiés, on peut citer :- <strong>la</strong> Convention Cadre <strong>de</strong>s Nations Unies sur les Changements Climatiques ;- <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong>s Nations Unies pour <strong>la</strong> Lutte Contre <strong>la</strong> Désertification ;- <strong>la</strong> Convention d’Abidjan re<strong>la</strong>tive à <strong>la</strong> coopération en matière <strong>de</strong> protection et <strong>de</strong> mise en valeur dumilieu marin et <strong>de</strong> <strong>la</strong> zone côtière et marine ;- <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> Ramsar sur <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s zones humi<strong>de</strong>s ;- <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> Bamako sur <strong>la</strong> gestion efficace <strong>de</strong>s déchets dangereux et le contrôle transfrontalier<strong>de</strong> leurs mouvements ;- <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> Viennes sur les gaz à effet <strong>de</strong> serre ;- le Protocole <strong>de</strong> Montréal sur les substances qui app<strong>au</strong>vrissent <strong>la</strong> couche d’ozone ;- <strong>la</strong> Convention sur <strong>la</strong> diversité biologique ;- <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> Stockholm sur les polluants organiques persistants ;2


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires- <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> Rotterdam sur <strong>la</strong> procédure d’information et <strong>de</strong> consentement préa<strong>la</strong>ble enconnaissance <strong>de</strong> c<strong>au</strong>se, applicable à certains produits chimiques et pestici<strong>de</strong>s dangereux qui fontl’objet d’un commerce international ;- <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> Bâle sur le contrôle <strong>de</strong>s mouvements transfrontaliers <strong>de</strong>s déchets dangereux et<strong>au</strong>tres déchets et leur élimination.Lorsque l’on analyse plus en détails ce cadre juridique dont dispose le Bénin, l’on observe, d’une part,qu’il se pose un problème d’harmonisation <strong>de</strong>s textes et, d’<strong>au</strong>tre part, que même si l’arsenal juridique dupays est assez fourni, <strong>de</strong>s problèmes <strong>de</strong> mise en application se posent. Ce<strong>la</strong> se justifie essentiellementpar :Le fait que certaines lois sont présentement inadéquates et méritent d’être révisées ou actualisées. C’est lecas par exemple <strong>de</strong> l’ancien Co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> dont le processus <strong>de</strong> révision est en phase terminale,La lenteur dans les processus d’é<strong>la</strong>boration et d’adoption <strong>de</strong>s textes légis<strong>la</strong>tifs et réglementaires,L’absence parfois, <strong>de</strong> textes d’application <strong>de</strong> lois et/ ou leur non application lorsqu’ils existent,Le non respect <strong>de</strong>s textes juridiques dû à l’absence d’un ensemble <strong>de</strong> mécanismes visant à contraindre lesacteurs du secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> quels qu’ils soient à respecter les prescriptions juridiques,<strong>la</strong> faible vulgarisation <strong>de</strong>s textes juridiques.Par ailleurs, hormis <strong>la</strong> nouvelle loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin en cours d’adoption, <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong>représentation nationale toutes les lois abor<strong>de</strong>nt <strong>la</strong> question <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> <strong>de</strong> manière parcel<strong>la</strong>ire. Cequi est assez gênant lorsque l’on veut évoluer vers une gestion concertée et acceptée <strong>de</strong> tous. C’est ence<strong>la</strong> que <strong>la</strong> nouvelle loi sur l’e<strong>au</strong> doit servir <strong>de</strong> cadre <strong>de</strong> référence pour <strong>la</strong> résolution <strong>de</strong>s problèmesjuridiques et même institutionnels inhérents à <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin.Quant <strong>au</strong>x éléments <strong>de</strong> politiques et <strong>de</strong> stratégies existants dans le pays, signalons que le Bénin nedispose pas encore d’un document <strong>de</strong> politique nationale en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> et<strong>de</strong>s bassins versants. La formu<strong>la</strong>tion <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> s’est achevée fin 2005 et lesdémarches sont en cours pour son adoption par le gouvernement.Cependant, ces politiques et stratégies sectorielles peuvent être fédérées pour constituer une stratégienationale <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>. Ces différentes stratégies et politiques portent principalementsur : i) les zones humi<strong>de</strong>s, ii) les bas-fonds; iii) l’alimentation en e<strong>au</strong> potable, iv) <strong>la</strong> pêche, v)l’hydr<strong>au</strong>lique agricole et pastorale, vi) l’hydroélectricité, vii) l’assainissement. Par ailleurs, une étu<strong>de</strong>visant à définir une stratégie nationale <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> a été réalisée <strong>de</strong> 1996 à 1997 etinternalisée en 1998. La stratégie proposée à l’issue <strong>de</strong> cette étu<strong>de</strong> est basée à l’instar <strong>de</strong> <strong>la</strong> nouvelle loisur l’e<strong>au</strong>, une vision globale et intégrée <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>.3


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesIII. CADRE INSTITUTIONNEL DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU3.1 Ancrage institutionnelLe Bénin se caractérise par l’existence d’un grand nombre d’acteurs qui interviennent directement, ouindirectement sur différents aspects <strong>de</strong> gestion et d’utilisation <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>. On distingue troisprincip<strong>au</strong>x types <strong>de</strong> structures publiques qui ont <strong>de</strong>s rôles importants dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources ene<strong>au</strong> :- les structures publiques à vocation spécifique : ce sont <strong>de</strong>s institutions typiquement orientées versl’e<strong>au</strong>. Plusieurs <strong>de</strong> leurs attributions mentionnent une implication dans le secteur e<strong>au</strong> ;- les structures à responsabilité indirecte dont les activités ont d’une manière ou d’une <strong>au</strong>tre un lienavec <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> ;- les structures <strong>de</strong> contrôle général <strong>de</strong> l’Etat.Le rôle central est joué par quatre ministères-clés à savoir :- 1) le Ministère <strong>de</strong>s Mines <strong>de</strong> l’Energie et <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> (MMEE) / l’ancien ministère <strong>de</strong>s Mines <strong>de</strong>l’Energie et <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>lique (MMEH) à travers :o <strong>la</strong> Direction Générale <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>lique (DGH) et ses directions techniqueso le Secrétariat technique pour <strong>la</strong> promotion et <strong>la</strong> coordination <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion intégrée <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> (STPC-GIRE)o les services déconcentrés du MMEH <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> départemental : Services Hydr<strong>au</strong>lique <strong>de</strong>sDirections Départementales <strong>de</strong>s Mines <strong>de</strong> l’Energie et <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>lique (DDMEH)o <strong>la</strong> tutelle exercée par le MMEH sur <strong>la</strong> Société Nationale <strong>de</strong>s E<strong>au</strong>x du Bénin (SONEB).- 2) le Ministère <strong>de</strong> l’Agriculture <strong>de</strong> l’Elevage et <strong>de</strong> <strong>la</strong> Pêche (MAEP) à travers :o <strong>la</strong> Direction du Génie Rural (DGR) : ses rôles dans le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> sont spécifiquementliés à <strong>la</strong> maîtrise <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, <strong>de</strong>s aménagements hydro agricoles et hydro pastor<strong>au</strong>xo <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>s Pêches (DP) : avec <strong>de</strong>s rôles d’Information d’Education et <strong>de</strong>Communication (IEC) et <strong>de</strong> formation <strong>de</strong>s comités <strong>de</strong> pêcheso <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong> l’Elevage (DE) : intervient dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>o <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>s Forêts et Ressources Naturelles (DFRN) : avec rôles dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>sressources naturelles et également <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>o le Centre Régional <strong>de</strong> Promotion Agricole (CeRPA)/ ex-Centre d’Action Régional pour leDéveloppement Rural (CARDER) : intervient dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> àtravers le Service d’Aménagement et d’Equipement Rural (SAER) <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>l’Aménagement et <strong>de</strong> <strong>la</strong> Gestion <strong>de</strong>s Ressources Naturelles (DAGRN)o le Centre National <strong>de</strong> Gestion <strong>de</strong>s Réserves et <strong>de</strong> <strong>la</strong> F<strong>au</strong>ne (CENAGREF) : intervient dans<strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s ressources naturelles y compris <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> dans les parcs et leur utilisationdurable.- 3) Le ministère <strong>de</strong> l’Environnement et <strong>la</strong> Protection <strong>de</strong> <strong>la</strong> Nature (MEPN)/ Ex-ministère <strong>de</strong>l’Environnement <strong>de</strong> l’Habitat et <strong>de</strong> l’Urbanisme (MEHU) à travers :o <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong> l’Environnement (DE) et l’Agence Béninoise <strong>de</strong> l’Environnement (ABE)pour les aspects directement liés à l’environnement : réglementation, étu<strong>de</strong>s d’impacts,changements climatiques, désertification, biodiversité, Convention <strong>de</strong> Ramsar, policeenvironnementale4


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaireso <strong>la</strong> Délégation à l’Aménagement du Territoire (DAT), <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong> l’Urbanisme et <strong>de</strong>l’Assainissement (DUA), l’Institut Géographique National (IGN) pour les aspects liés àl’occupation <strong>de</strong> l’espace, <strong>au</strong> foncier, à l’é<strong>la</strong>boration et à <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong> schémasd’aménagement. Ces <strong>de</strong>rniers doivent être adaptés <strong>au</strong>x réalités <strong>de</strong> chaque région du pays,- 4) Le ministère <strong>de</strong> <strong>la</strong> Santé publique : à travers <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong> l’Hygiène et <strong>de</strong> l’Assainissement<strong>de</strong> base (DHAB) et <strong>la</strong> Police sanitaire qui assurent l’application <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique sanitaire(promotion <strong>de</strong> l’hygiène et <strong>de</strong> l’assainissement <strong>de</strong> base).Parmi les <strong>au</strong>tres ministères qui sont également impliqués dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin par le biais <strong>de</strong>certaines <strong>de</strong> leurs directions techniques, il y a :- le ministère chargé <strong>de</strong>s transports à travers l’Agence pour <strong>la</strong> Sécurité et <strong>la</strong> Navigation Aérienne(ASECNA) pour <strong>la</strong> collecte <strong>de</strong>s données agrométéorologiques ;- le ministère chargé du tourisme à travers <strong>la</strong> Direction du Tourisme et <strong>de</strong> l’Hôtellerie, joue un rôledans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> à caractère touristique ;- le ministère chargé du p<strong>la</strong>n à travers son rôle <strong>de</strong> fer <strong>de</strong> <strong>la</strong>nce du développement socio-économiquedu pays et <strong>de</strong> centralisation d’analyse perspective ;- le ministère chargé <strong>de</strong> <strong>la</strong> recherche : les Universités <strong>de</strong> Parakou et d’Abomey-Ca<strong>la</strong>vi, lesstructures <strong>de</strong> recherche, et les centres <strong>de</strong> formations.Toutes ces institutions reconnaissent <strong>la</strong> nécessité d’une coordination <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong>s intervenants dans lesecteur E<strong>au</strong>. De même, il convient d’ajouter à ces structures étatiques :- les collectivités locales <strong>au</strong>xquelles les lois sur <strong>la</strong> décentralisation transfèrent un certain nombre <strong>de</strong>compétences liées à <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ;- le secteur privé : il s’agit <strong>de</strong>s bure<strong>au</strong>x d’étu<strong>de</strong> et entreprises qui, à travers leurs différentesprestations <strong>de</strong> service, jouent un rôle d’appui-conseil et d’appui à <strong>la</strong> réalisation et <strong>la</strong> gestiond’infrastructures hydr<strong>au</strong>liques indispensables à l’amélioration <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>spopu<strong>la</strong>tions. Le secteur privé n’est pas encore réellement impliqué dans les aspects liés à <strong>la</strong><strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>. Ce<strong>la</strong> est dû <strong>au</strong> fait que <strong>la</strong> prise <strong>de</strong> conscience et <strong>la</strong> volonté politique pourpromouvoir <strong>la</strong> gestion rationnelle, équitable et acceptée <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> sont assez récentes.L’implication <strong>de</strong> toutes les catégories d’acteurs ne peut donc qu’être progressive ;- les Organisations Non Gouvernementales (ONG) nationales et internationales : elles jouentessentiellement un rôle d’intermédiation sociale : sensibilisation, IEC, formation, appui à <strong>la</strong>recherche <strong>de</strong> financement, etc.- <strong>la</strong> société civile : elle <strong>de</strong>vrait en principe s’affirmer à travers une association <strong>de</strong> consommateursqui n’est pas encore véritablement fonctionnelle.- les partenaires <strong>au</strong> développement : ils appuient le pays pour <strong>la</strong> construction d’infrastructureshydr<strong>au</strong>liques et commencent par s’investir timi<strong>de</strong>ment dans les aspects liés à <strong>la</strong> promotion <strong>de</strong> <strong>la</strong><strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>. Il s’agit principalement <strong>de</strong>s Coopérations danoise, belge, alleman<strong>de</strong>,française, néer<strong>la</strong>ndaise, <strong>de</strong> <strong>la</strong> Banque Mondiale (BM), du Programme <strong>de</strong>s Nations Unies pour leDéveloppement (PNUD), <strong>de</strong> l’Union Européenne, du GWP, etc.- par ailleurs, il f<strong>au</strong>t souligner que pour chacun <strong>de</strong>s sous-secteurs, les directions techniques avecl’appui <strong>de</strong>s projets sectoriels ont contribué <strong>au</strong> développement <strong>de</strong>s structures vil<strong>la</strong>geoises avec <strong>de</strong>sfaîtières. On distingue selon le cas :- les comités <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s points d’e<strong>au</strong> et <strong>de</strong>s AUE (Association <strong>de</strong>s Usagers d’E<strong>au</strong>) dont <strong>la</strong>mission essentielle (Décret n° 96-317 du 02 août 1996) est <strong>de</strong> promouvoir les systèmes5


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairescommun<strong>au</strong>taires d’alimentation en e<strong>au</strong> potable <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions et <strong>de</strong> gérer les équipementsd’approvisionnement en e<strong>au</strong> <strong>de</strong> boisson.- lLes Comités <strong>de</strong> Gestion <strong>de</strong> Point d’E<strong>au</strong> d’Hydr<strong>au</strong>lique Vil<strong>la</strong>geoise et Pastorale (petits barragescollinaires, forages et puits) : leurs membres sont élus par les popu<strong>la</strong>tions bénéficiaires et sontchargés <strong>de</strong> veiller à une bonne gestion (exploitation et entretien) <strong>de</strong> ces équipements etinfrastructures.- les comités <strong>de</strong> pêche qui s’impliquent davantage dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> et <strong>de</strong> <strong>la</strong> pêche <strong>au</strong>nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s pêcheries : le Comité <strong>de</strong> Pêche est créé à l’échelle du vil<strong>la</strong>ge, <strong>de</strong> groupe <strong>de</strong> vil<strong>la</strong>ges, <strong>de</strong>Communes et a pour mission : i) l’information et <strong>la</strong> sensibilisation <strong>de</strong>s riverains <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong>sur les dispositions légales et réglementaires en matière <strong>de</strong> pêche ; ii) l’appui pour <strong>la</strong> mise enuvre <strong>de</strong>s programmes d’aménagement et <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> ; iii) <strong>la</strong> s<strong>au</strong>vegar<strong>de</strong> <strong>de</strong>spratiques traditionnelles visant <strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s ressources et du milieu aquatiques et iv) lesoutien à toute action visant une protection <strong>de</strong>s berges <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong>.- le Conseil <strong>de</strong> Pêche : créé à l’échelle du département lorsque les activités <strong>de</strong> pêche le justifient, ilest chargé <strong>de</strong> : i) veiller à une coordination <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong>s Comités <strong>de</strong> Pêche <strong>au</strong>x fins d’une plusgran<strong>de</strong> efficacité et d’une meilleure synergie; ii) informer et apporter <strong>de</strong>s appuis <strong>au</strong> règlement <strong>de</strong>sproblèmes socio - professionnels liés à l’exploitation <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> à l’échelle du département ;iii) appuyer les comités <strong>de</strong> pêche dans l’exécution <strong>de</strong> leur mission statutaire ; iv) contribuer <strong>au</strong>règlement <strong>de</strong> tout différend entre les commun<strong>au</strong>tés vil<strong>la</strong>geoises et ayant trait à <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong>.3. 2. Rôles <strong>de</strong> quelques institutions-clésLa section précé<strong>de</strong>nte a permis <strong>de</strong> passer en revue les princip<strong>au</strong>x acteurs du secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Béninavec, parfois, une rapi<strong>de</strong> <strong>de</strong>scription du rôle <strong>de</strong> certains. Étant donné que l’objectif central <strong>de</strong> <strong>la</strong> présenteétu<strong>de</strong> n’est pas <strong>de</strong> présenter en détail les attributions dévolues à chaque catégorie d’acteurs, nous nouslimiterons dans ce qui suit, à une présentation plus où moins détaillée <strong>de</strong>s attributions et responsabilités<strong>de</strong>s groupes d’acteurs-clés ayant un rôle capital à jouer dans le cadre <strong>de</strong> <strong>la</strong> promotion <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong><strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin à savoir : <strong>la</strong> DGH, <strong>la</strong> SONEB et les collectivités locales.3. 2. 1. Principales attributions <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGHLa décentralisation est une réalité <strong>au</strong> Bénin <strong>de</strong>puis les élections municipales <strong>de</strong> fin 2002 début 2003 etl’instal<strong>la</strong>tion, en 2003, <strong>de</strong>s conseils municip<strong>au</strong>x.L’arrêté n°2003-01 MMEH/DC/SG/CT/DA/DH du 08 janvier 2003 fixe les attributions, l’organisation etle fonctionnement <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH. Selon cet arrêté, ses principales missions sont <strong>de</strong> :- e<strong>la</strong>borer et proposer les réglementations et normes re<strong>la</strong>tives à <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> et àleur mobilisation puis veiller à leur bonne application,- assurer <strong>la</strong> gestion du domaine public hydr<strong>au</strong>lique,- assurer l’orientation et <strong>la</strong> coordination <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> l’Etat dans le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>,- coordonner les actions relevant <strong>de</strong>s diverses utilisations <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et assurer <strong>la</strong> mise en uvre duprogramme <strong>de</strong> Gestion Intégrée <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong> (GIRE),- assurer <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce et le fonctionnement du système d’information et <strong>la</strong> gestion d’une banque<strong>de</strong> données sur les ressources en e<strong>au</strong> et leur mobilisation,- procé<strong>de</strong>r <strong>au</strong> suivi et à l’évaluation <strong>de</strong>s diverses actions re<strong>la</strong>tives <strong>au</strong> secteur e<strong>au</strong>,- apporter un appui-conseil <strong>au</strong>x communes et <strong>au</strong>x <strong>au</strong>tres intervenants impliqués dans le secteur <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong>.6


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesPar ailleurs, <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> départemental, <strong>la</strong> DGH est représentée par ses structures déconcentrées que sontles Services <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>lique (SH) p<strong>la</strong>cés sous l’<strong>au</strong>torité <strong>de</strong>s Directions Départementales <strong>de</strong>s Mines, <strong>de</strong>l’Énergie et <strong>de</strong> l’Hydr<strong>au</strong>lique. De concert avec les préfets <strong>de</strong> départements et les maires <strong>de</strong>s communes,les SH mènent <strong>de</strong>s activités telles que :- le recensement et l’appui à l’analyse <strong>de</strong>s <strong>de</strong>man<strong>de</strong>s d’infrastructures d’alimentation en e<strong>au</strong> potable(AEP) pour le milieu rural ;- l’appui à <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nification <strong>de</strong>s trav<strong>au</strong>x en ce qui concerne <strong>la</strong> construction d’infrastructures d’AEPpour le milieu rural ;- l’appui <strong>au</strong> suivi <strong>de</strong> l’exécution <strong>de</strong>s trav<strong>au</strong>x et pour les réceptions techniques <strong>de</strong>s ouvrages parl’intermédiaire <strong>de</strong>s bure<strong>au</strong>x d’étu<strong>de</strong>s ;- le suivi <strong>de</strong>s acteurs chargés <strong>de</strong> <strong>la</strong> maintenance <strong>de</strong>s équipements (AUE et Comités <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>spoints d’e<strong>au</strong>) ;- <strong>la</strong> collecte <strong>de</strong>s données pour <strong>la</strong> mise à jour <strong>de</strong> <strong>la</strong> base <strong>de</strong> données ;- le suivi <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique sectorielle ;- l’application du Co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ;- <strong>la</strong> coordination <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong>s acteurs du secteur e<strong>au</strong> <strong>au</strong>x nive<strong>au</strong>x communal et départemental.Afin <strong>de</strong> pouvoir faire face <strong>de</strong> manière efficace et efficiente à ce cahier <strong>de</strong> charges, <strong>la</strong> DGH est dotée <strong>de</strong>Directions techniques appuyées également par le STPC-GIRE dans le cadre <strong>de</strong> <strong>la</strong> promotion <strong>de</strong> <strong>la</strong> bonne<strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> : Direction du développement stratégique, Direction <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> etDirection <strong>de</strong> l’approvisionnement en e<strong>au</strong> potable notamment.3. 2. 2. Principales attributions <strong>de</strong> <strong>la</strong> SONEBÉtant donné que pour <strong>la</strong> fourniture d’e<strong>au</strong> potable, <strong>la</strong> DGH n’est responsabilisée que pour le milieu rural,c’est à <strong>la</strong> Société Nationale <strong>de</strong>s E<strong>au</strong>x du Bénin (SONEB) qu’incombe celle du milieu urbain. C’est ainsique le décret n° 2003-203 du 12 juin 2003 portant création <strong>de</strong> <strong>la</strong> SONEB précise qu’elle a pour attributsle captage, le transfert, le traitement et <strong>la</strong> distribution <strong>de</strong> <strong>l'e<strong>au</strong></strong> potable en milieux urbain et péri-urbainainsi que l'évacuation <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x usées en milieu urbain.3. 2. 3. Compétences <strong>de</strong>s communesTirant leçons <strong>de</strong> l’échec du système centralisé <strong>de</strong> p<strong>la</strong>nification <strong>de</strong> développement, le Bénin a choisid’orienter son développement vers une p<strong>la</strong>nification locale fondée sur <strong>la</strong> promotion <strong>de</strong>s initiatives <strong>de</strong>base. L’un <strong>de</strong>s objectifs poursuivis à cet effet est <strong>de</strong> créer les meilleures conditions pour undéveloppement local pour lequel les popu<strong>la</strong>tions sont à <strong>la</strong> fois les vrais acteurs et bénéficiaires. Pourpromouvoir un tel développement, le cadre institutionnel retenu par <strong>la</strong> Constitution du Bénin (<strong>la</strong> Loifondamentale du Bénin, adoptée en décembre 1990) est <strong>la</strong> décentralisation <strong>de</strong> l’administration.Cette réforme <strong>de</strong> l’administration est une réalité <strong>au</strong> Bénin <strong>de</strong>puis fin 2002 début 2003. Elle implique <strong>la</strong>responsabilisation <strong>de</strong>s collectivités locales représentées par les élus loc<strong>au</strong>x par : le transfert du pouvoir à<strong>la</strong> base, une <strong>la</strong>rge redistribution <strong>de</strong>s fonctions entre les administrations, notamment <strong>au</strong>x nive<strong>au</strong>xdépartemental et communal et le principe <strong>de</strong> subsidiarité qui consiste à ne régler à l’échelon central quece qui s’avère impossible à régler sur p<strong>la</strong>ce et <strong>au</strong> plus bas nive<strong>au</strong>. D’où <strong>de</strong> profonds changements dans lerôle et le positionnement <strong>de</strong>s directions techniques <strong>de</strong> certains ministères et plus particulièrement ceuxconcernés par les questions liées à l’e<strong>au</strong>.En ce qui concerne le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, les nouvelles communes ont <strong>de</strong> très importantes responsabilités(articles 82 à 107 <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi n° 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation <strong>de</strong>s communes enRépublique du Bénin) à savoir :7


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires- <strong>la</strong> réalisation et l’équipement <strong>de</strong>s infrastructures hydr<strong>au</strong>liques ;- <strong>la</strong> fourniture et <strong>la</strong> distribution <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> potable ;- <strong>la</strong> construction d’ouvrages <strong>de</strong> protection contre les inondations ;- l’évacuation <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x pluviales ;- <strong>la</strong> collecte et le traitement <strong>de</strong>s déchets soli<strong>de</strong>s <strong>au</strong>tre que les déchets industriels ;- <strong>la</strong> réalisation et l’entretien <strong>de</strong>s voies urbaines et <strong>de</strong> leurs rése<strong>au</strong>x d’assainissement en zonesagglomérées ;- <strong>la</strong> réalisation, l’entretien et <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s gares routières et <strong>de</strong>s embarcadères ;- <strong>la</strong> préservation <strong>de</strong>s conditions d’hygiène et <strong>de</strong> salubrité publique, notamment en matière <strong>de</strong> :- <strong>la</strong> distribution d’e<strong>au</strong> potable,- <strong>la</strong> protection sanitaire <strong>au</strong>tour <strong>de</strong>s captages d’e<strong>au</strong>, forages et puits,- l’assainissement privé <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x usées,- <strong>la</strong> lutte contre les vecteurs <strong>de</strong>s ma<strong>la</strong>dies transmissibles,- les déchets industriels,- l’é<strong>la</strong>boration <strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementation en matière d’assainissement individuel.D’une manière générale; l’analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> pertinence et <strong>de</strong> l’efficacité <strong>de</strong>s institutions en charge <strong>de</strong> <strong>la</strong>gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> par rapport <strong>au</strong> cadre <strong>de</strong> gestion actuelle (gestion sectorielle) révèle que lecadre institutionnel présente <strong>de</strong>s imperfections et <strong>de</strong>s dysfonctionnements.Par exemple, <strong>la</strong> DGH est à <strong>la</strong> fois chargée <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> et <strong>de</strong> <strong>la</strong> fourniture <strong>de</strong> servicesd’alimentation en e<strong>au</strong> potable. Même si <strong>la</strong> DGH est chargée <strong>de</strong> <strong>la</strong> coordination <strong>de</strong>s actions liées à <strong>la</strong>gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>, force est <strong>de</strong> constatée qu’elle n’est réellement pas impliquée dans :La mise en uvre <strong>de</strong> <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> RAMSAR sur les zones humi<strong>de</strong>s assurée par l’ABE,La mise en uvre <strong>de</strong> <strong>la</strong> Convention Cadre <strong>de</strong>s Nations Unies sur les Changements Climatiquescoordonnée par le Cabinet du Ministère chargé <strong>de</strong> l’environnement,La gestion du bassin du Mono est assurée par le MEPN (Ex MEHU) dont <strong>de</strong>ux structures clés (Direction<strong>de</strong> l’environnement et Délégation à l’aménagement du territoire) se disputent toujours <strong>la</strong> paternité, etc.De même, par rapport <strong>au</strong>x principes <strong>de</strong> gestion intégrée, le cadre institutionnel actuel ne correspond pas<strong>au</strong> mo<strong>de</strong> <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> voulu par le Bénin et c<strong>la</strong>irement affiché dans les diversdocuments <strong>de</strong> politique. Force est <strong>de</strong> reconnaître que <strong>la</strong> distribution <strong>de</strong>s mandats <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> l’Etatressemble plus à une juxtaposition <strong>de</strong> champs <strong>de</strong> compétences concurrents qu’à une répartitionrationnelle <strong>de</strong> missions complémentaires et coordonnées. Ce qui a pour conséquence <strong>la</strong> duplication <strong>de</strong>srôles et interventions ainsi que <strong>de</strong>s conflits d’attribution. A titre illustratif, si l’on prend le cas <strong>de</strong> <strong>la</strong> miseen uvre <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE, l’on se rend compte qu’elle fait partie <strong>de</strong>s attributions <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>l’Environnement à travers le PAN/LCD dont <strong>la</strong> première action prioritaire est intitulée « Développementet gestion rationnelle <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> ».Quant à <strong>la</strong> participation <strong>de</strong>s acteurs, elle se fait <strong>de</strong> façon plus ou moins informelle, il n’existe pasd’instance nationale offrant un cadre formel à <strong>la</strong> participation <strong>de</strong>s parties prenantes <strong>au</strong> processus <strong>de</strong> prise<strong>de</strong> décision.Une réforme en profon<strong>de</strong>ur est donc nécessaire pour mettre le cadre institutionnel en harmonie avec lesprincipes <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE et avec les gran<strong>de</strong>s orientations <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> décentralisation/déconcentration.Une telle réforme permettra <strong>de</strong> c<strong>la</strong>rifier les rôles et d’établir un véritable dialogue entre les différentes8


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesinstitutions intervenant dans le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>. Elle doit bien évi<strong>de</strong>mment se faire en parfaite cohérenceavec <strong>la</strong> révision du cadre juridique actuellement en phase terminale.Toutefois, avant d’abor<strong>de</strong>r <strong>la</strong> question re<strong>la</strong>tive à ces réformes, il est également important d’analyser lescapacités <strong>de</strong>s principales institutions.3. 3. <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s capacités institutionnellesAfin <strong>de</strong> pouvoir assurer une bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, il est très important d’établir une chaîne <strong>de</strong>c<strong>au</strong>salité entre, d’une part, l’amélioration du bien-être <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions et <strong>la</strong> gestion rationnelle <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> et, d’<strong>au</strong>tre part, les arènes d’actions, c’est-à-dire les acteurs et les circuits techniques,administratifs et financiers régissant leur fonctionnement. C’est en ce<strong>la</strong> que nous analysons dans ce quisuit, les capacités <strong>de</strong>s institutions chargées <strong>de</strong> gérer le secteur E<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin.Lorsque l’on se réfère <strong>au</strong>x informations contenues dans le table<strong>au</strong> <strong>de</strong> synthèse présenté en Annexe 1, i<strong>la</strong>pparaît très c<strong>la</strong>irement que les institutions en charge <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin ont <strong>de</strong>scapacités d’action assez limitées et qui se traduisent par :L’insuffisance <strong>de</strong> ressources humaines : les structures sont en général dotées d’un personnel réduit etdont les capacités ont besoin d’être renforcées <strong>au</strong> moyen <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> recyc<strong>la</strong>ge, <strong>de</strong> formationcomplémentaire et <strong>de</strong> recrutement additionnel <strong>de</strong> nouve<strong>au</strong>x cadres qualifiés.L’insuffisance <strong>de</strong> ressources financières et <strong>de</strong> moyens matériels et techniques : hormis les récents appuis<strong>de</strong> certains partenaires <strong>au</strong> développement et plus particulièrement DANIDA dans le cadre <strong>de</strong> l’appuiinstitutionnel à <strong>la</strong> DGH et du programme Appui à <strong>la</strong> Gestion <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong>, l’Etat béninois, entant que dépositaire <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, n’arrive toujours pas à octroyer les moyens requis afinque les structures compétentes puissent jouer pleinement leurs rôlesL’absence <strong>de</strong> col<strong>la</strong>boration entre les institutions : non seulement les institutions impliquées dans <strong>la</strong><strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> sont multiples mais <strong>au</strong>ssi, il n’existe <strong>au</strong>cun cadre <strong>de</strong> concertation formelle entreelles. Ce qui est dommage dans <strong>la</strong> mesure où les échanges d’informations et d’expériences sont toujoursbénéfiques tant en terme <strong>de</strong> capitalisation <strong>de</strong> l’expérience que pour <strong>la</strong> c<strong>la</strong>rification <strong>de</strong>s rôles dansl’optique <strong>de</strong> permettre à chaque acteur <strong>de</strong> jouer réellement celui qui lui est dévolu.La société civile n’a pas encore les capacités requises pour s’approprier, comme ce<strong>la</strong> se doit, lesproblématiques <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et s’affirmer convenablement. Il en est <strong>de</strong> même pour lesecteur privé dont <strong>la</strong> plupart <strong>de</strong>s interventions se concentrent <strong>au</strong>tour <strong>de</strong> <strong>la</strong> construction et parfois <strong>la</strong>gestion <strong>de</strong>s infrastructures ou <strong>de</strong>s projets <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources naturelles dont les impacts sont engénéral <strong>de</strong> courte durée.Les princip<strong>au</strong>x acteurs ont une m<strong>au</strong>vaise connaissance ou une m<strong>au</strong>vaise lecture <strong>de</strong>s cadres juridiques,réglementaires et institutionnels <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>, etc.Ces princip<strong>au</strong>x problèmes <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s acteurs <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin sont bienconnus et l’équipe restreinte du STPCGIRE, <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH et du PNE-Bénin en charge <strong>de</strong> <strong>la</strong> promotion et <strong>de</strong><strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion intégrée <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> (GIRE) dans le pays, en est consciente etest à pied d’uvre pour y rechercher <strong>de</strong>s solutions appropriées.Par contre, un <strong>au</strong>tre type <strong>de</strong> problème assez particulier se pose. Il s’agit <strong>de</strong>s problèmes liés <strong>au</strong>xattributions <strong>de</strong>s communes issues <strong>de</strong> <strong>la</strong> décentralisation. Elles sont dotées, conformément <strong>au</strong>x textesjuridiques les régissant, d’une série <strong>de</strong> compétences à exercer en matière <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.En <strong>de</strong>hors <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion administrative, les <strong>au</strong>torités locales ont <strong>la</strong> lour<strong>de</strong> responsabilité d’assurer ledéveloppement économique durable et équilibré <strong>de</strong> leurs territoires à travers notamment <strong>la</strong> fourniture <strong>de</strong>services d’e<strong>au</strong>, <strong>la</strong> conservation et <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources naturelles y compris <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>.Cependant, force est <strong>de</strong> constater que <strong>la</strong> plupart <strong>de</strong>s communes ne disposent pas encore <strong>de</strong> structurestechniques adéquates et <strong>de</strong>s moyens matériels, financiers et humains requis pour mener, comme ce<strong>la</strong> sedoit, les activités inhérentes <strong>au</strong>x compétences qui leurs sont transférées. A travers ces compétences, les9


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairescollectivités locales doivent i<strong>de</strong>ntifier et conduire les opérations nécessaires à l’amélioration du cadre <strong>de</strong>vie <strong>de</strong> leurs popu<strong>la</strong>tions et à <strong>la</strong> création <strong>de</strong> <strong>la</strong> valeur ajoutée.Par ailleurs, en créant un nouvel acteur dans l’administration territoriale et en lui transférant certainescompétences inhérentes à <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, les lois <strong>de</strong> décentralisation ont suscité <strong>la</strong> nécessitéd’un appui technique <strong>au</strong>x <strong>au</strong>torités locales en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources naturelles pour <strong>la</strong>consolidation <strong>de</strong>s objectifs du développement local. D’où <strong>la</strong> nécessité d’un appui technique considérable<strong>au</strong> profit <strong>de</strong>s <strong>au</strong>torités départementales et communales en vue d’une gestion optimale <strong>de</strong>s activitésre<strong>la</strong>tives <strong>au</strong>x compétences transférées <strong>au</strong>x communes par <strong>la</strong> loi.3. 4. Réformes et développements institutionnelsLes récents développements ont très c<strong>la</strong>irement fait ressortir <strong>de</strong>s problèmes institutionnels qui setraduisent par l’inadéquation du cadre institutionnel par rapport à l’approche <strong>de</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> : i) gestion sectorielle et multiplicité <strong>de</strong>s centres <strong>de</strong> décision, ii) insuffisance <strong>de</strong>col<strong>la</strong>boration et <strong>de</strong> concertation entre les intervenants et, iii) faible capacité <strong>de</strong>s principales institutions.Pour s’affranchir <strong>de</strong> ces problèmes pouvant entraver le bon déroulement du processus d’amélioration <strong>de</strong><strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> dans le pays, <strong>de</strong> profon<strong>de</strong>s réformes institutionnelles sont nécessaires. Une étapefondamentale a été franchie avec <strong>la</strong> formu<strong>la</strong>tion du nouve<strong>au</strong> projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong>Bénin qui ne s’est pas seulement limité <strong>au</strong>x aspects juridiques mais a également abordé en détail lesréformes institutionnelles à envisager dans une optique GIRE du pays. Il met en particulier l’accent sur <strong>la</strong>notion <strong>de</strong> gestion par bassin à travers <strong>la</strong> création d’agences et comités <strong>de</strong> bassins ainsi que d’unobservatoire <strong>de</strong>s bassins versants. Il propose également <strong>la</strong> création du Conseil National <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> commecadre <strong>de</strong> concertation, d’échanges et <strong>de</strong> prise <strong>de</strong> décisions <strong>de</strong>s acteurs-clés <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.Aussi, en prélu<strong>de</strong> à <strong>la</strong> promulgation <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et à l’instal<strong>la</strong>tion <strong>de</strong>s institutionsprévues dans le cadre <strong>de</strong> sa mise en application, il est prévu <strong>de</strong> mettre en p<strong>la</strong>ce le Cadre Transitoire <strong>de</strong>Coordination <strong>de</strong> <strong>la</strong> Gestion Intégrée <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong> (CTC-GIRE) pour servir <strong>de</strong> cadre formel <strong>de</strong>coordination et <strong>de</strong> suivi <strong>de</strong>s activités s’inscrivant dans le cadre du processus national <strong>de</strong> p<strong>la</strong>nification et<strong>de</strong> mise en oeuvre <strong>de</strong> <strong>la</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>. Son secrétariat technique qui lui sert <strong>de</strong> structureopérationnelle sera assuré par le STPC-GIRE chargé d’appuyer l’é<strong>la</strong>boration, et <strong>de</strong> promouvoir <strong>la</strong> miseen oeuvre du P<strong>la</strong>n d’Action National GIRE (PANGIRE).Parallèlement, face à <strong>la</strong> nouvelle donne qu’est <strong>la</strong> décentralisation, plusieurs directions techniques ontconnu <strong>de</strong>s réformes institutionnelles. C’est le cas <strong>de</strong> :- <strong>la</strong> DGH dont l’ancrage institutionnel a connu quelques modifications avec :o <strong>la</strong> création <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction du Développement Stratégique (DDS) ;o <strong>la</strong> revue <strong>de</strong>s attributions <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong> l’Alimentation en E<strong>au</strong> Potable (DAEP) ;o le renforcement du parc informatique dans le cadre du projet AGRE ;o l’introduction du budget programme dans le système <strong>de</strong> p<strong>la</strong>nification <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> <strong>la</strong>DGH ;o l’appui à l’acquisition d’instruments <strong>de</strong> mesures hydrologiques et hydrogéologiques dansle cadre du programme AGRE.- du Ministère chargé <strong>de</strong> l’environnement qui, à <strong>la</strong> faveur d’une étu<strong>de</strong> sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong>environnementale a procédé à une répartition c<strong>la</strong>ire <strong>de</strong>s missions et attributions <strong>de</strong> ses structurestechniques (environnement, urbanisme, aménagement du territoire et habitat) en précisant lesconditions dans lesquelles elles <strong>de</strong>vraient intervenir ainsi que les moyens nécessaires àl’effectivité <strong>de</strong> leurs missions.10


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesQuant <strong>au</strong> renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong>s collectivités locales, hormis les actions d’information et <strong>de</strong>formation <strong>de</strong> faible ampleur menées par le PNE-Bénin, <strong>la</strong> situation n’est guère reluisante et le besoin sefait <strong>de</strong> plus en plus sentir.En dépit <strong>de</strong>s différentes réformes institutionnelles menées ou en cours, le chemin à parcourir pours’engager pleinement dans le processus <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> est encore long. Il s’avère doncindispensable <strong>de</strong> poursuivre ces réformes et <strong>de</strong> veiller à leur application.Par contre, <strong>la</strong> question <strong>de</strong> l’harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sectorielles est une <strong>au</strong>tre paire <strong>de</strong> manche. Lesréflexions en cours <strong>de</strong> gestation ne pourront <strong>de</strong>venir une réalité qu’après l’adoption et <strong>la</strong> mise enapplication <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> suivies <strong>de</strong> l’évolution vers une stratégie univoque <strong>de</strong> gestion<strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>.11


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesIV. ALLOCATION ET GESTION DES RESSOURCES EN EAU4. 1. Accès <strong>au</strong>x ressources en e<strong>au</strong> en milieux rural et urbainL’approvisionnement en e<strong>au</strong> potable <strong>de</strong>s milieux rural et urbain est respectivement assuré par <strong>la</strong> DGH et<strong>la</strong> SONEB qui se partagent également et selon le cas, celui <strong>de</strong>s milieux péri-urbains. Alors que pour lemilieu rural, les infrastructures sont à usage commun<strong>au</strong>taire et <strong>la</strong> stratégie utilisée se base sur l’approchepar <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong>, <strong>la</strong> situation est tout à fait différente pour le milieu urbain. En effet, <strong>la</strong> SONEB ne <strong>de</strong>ssertque <strong>de</strong>s abonnés connectés à <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong> à son rése<strong>au</strong> <strong>de</strong> distribution.Dans les <strong>de</strong>ux cas <strong>de</strong> figure, <strong>de</strong>s efforts considérables restent à déployer. Les t<strong>au</strong>x <strong>de</strong> <strong>de</strong>sserte en milieuxrural et urbain sont respectivement <strong>de</strong> 41% et <strong>de</strong> 56%. Les principales raisons pouvant expliquer cettesituation sont :milieu rural : i) manque <strong>de</strong> ressources financières, ii) faible capacité d’intervention du secteur privé pourfaire face <strong>au</strong>x sollicitations <strong>de</strong> l’Etat en matière <strong>de</strong> construction d’infrastructures, iii) faible capacité <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong>s comités <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s points d’e<strong>au</strong>x et <strong>de</strong>s AUE avec pour conséquence principale <strong>de</strong>souvrages fréquemment en panne,milieu urbain : le principal problème à ce nive<strong>au</strong> est <strong>la</strong> difficulté qu’a <strong>la</strong> SONEB d’étendre son rése<strong>au</strong>d’adduction d’e<strong>au</strong>. Ce<strong>la</strong> est dû, d’une part, <strong>au</strong> manque <strong>de</strong> moyens financiers et techniques et, d’<strong>au</strong>tre part,<strong>au</strong> fait que l’occupation <strong>de</strong> l’espace urbain pour <strong>la</strong> construction n’obéit à <strong>au</strong>cun schéma d’aménagement.Quant <strong>au</strong> mécanisme <strong>de</strong> tarification, il n’est pas le même lorsque l’on passe du milieu rural <strong>au</strong> milieuurbain. En milieu rural, <strong>la</strong> tarification se fait à l’ai<strong>de</strong> <strong>de</strong>s compteurs d’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s bornes-fontainespour les adductions d’e<strong>au</strong> vil<strong>la</strong>geoises et les points d’e<strong>au</strong> <strong>au</strong>tonomes. Une bonne partie <strong>de</strong> <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionpaye <strong>au</strong>ssi l’e<strong>au</strong> par bassine chez les gestionnaires <strong>de</strong> bornes-fontaines et <strong>de</strong>s forages dotés <strong>de</strong> pompe àmotricité humaine. Il existe d’<strong>au</strong>tres types <strong>de</strong> tarification qui consiste à ce que les bénéficiaires soientamenés à payer un montant forfaitaire par foyer et par mois ou à cotiser en cas <strong>de</strong> panne. Dans tous lescas <strong>de</strong> figures, le montant varie d’une région ou localité à l’<strong>au</strong>tre du pays. En milieu urbain, le mo<strong>de</strong> <strong>de</strong>tarification pratiqué par <strong>la</strong> SONEB est tout à fait différent. Au départ, les abonnés sont amenés à payer lesfrais <strong>de</strong> branchement. Ensuite, ils payent leur consommation mensuelle par m 3 et les frais d’entretien durése<strong>au</strong>. Il f<strong>au</strong>t souligner que le système <strong>de</strong> tarification <strong>de</strong> <strong>la</strong> SONEB se fait par c<strong>la</strong>sse <strong>de</strong> consommateurs.On distingue trois c<strong>la</strong>sses : i) faible consommation, ii) moyenne consommation et, iii) forteconsommation. Il est également important <strong>de</strong> souligner que certains abonnés <strong>de</strong> <strong>la</strong> SONEB reven<strong>de</strong>ntl’e<strong>au</strong> <strong>au</strong>x popu<strong>la</strong>tions non abonnées en utilisant une tarification à <strong>la</strong> bassine.Toutefois, il convient <strong>de</strong> préciser que l’allocation <strong>de</strong>s ressources ne se limite pas seulement àl’approvisionnement en e<strong>au</strong> potable. En effet, même si ce n’est pas explicitement analysé ici, comme l’onpeut le voir à <strong>la</strong> lecture <strong>de</strong> <strong>la</strong> grille d’analyse, les popu<strong>la</strong>tions utilisent également <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> poursatisfaire d’<strong>au</strong>tres besoins : production agricole, élevage, pêche, industrie et tourisme.4. 2. Collecte et gestion <strong>de</strong> l’informationLa collecte <strong>de</strong> données est nécessaire pour le suivi <strong>au</strong>ssi bien quantitatif que qualitatif <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>.Au Bénin, plusieurs structures sont impliquées dans les activités <strong>de</strong> collecte et <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> données :Les données climatiques (pluie, température, hygrométrie, ensoleillement, évaporation, vitesse du vent)sont collectées régulièrement par l’ASECNA <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s six (5) stations synoptiques du pays(Cotonou, Bohicon, Savè, Parakou, Kandi et Natitingou) et disponibles sur une longue pério<strong>de</strong>.Les données hydrologiques, hydrogéologiques et celles re<strong>la</strong>tives à <strong>la</strong> qualité sont du ressort <strong>de</strong> <strong>la</strong>Direction <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH (DRE/ DGH). Deux problèmes majeurs se posent à cenive<strong>au</strong> :12


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesLes rése<strong>au</strong>x piézométriques et hydrométriques sont assez épars et difficilement suivis compte tenu <strong>de</strong>smoyens d’action très limités disponibles. Même s’ils ont été renforcés par le biais <strong>de</strong> projets tels queAGRE, PAZH et AMMA, <strong>la</strong> pérennité du suivi après les projets est toujours sujette à c<strong>au</strong>tion,Le contrôle <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ne se fait que lors <strong>de</strong> <strong>la</strong> construction <strong>de</strong>s infrastructures d’AEP, et ondéplore l’absence d’un suivi fréquent <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>Certaines stations pluviométriques sont gérées par un personnel relevant d’<strong>au</strong>tres structures enl’occurrence les CeRPA (ex-CARDER). Ceci amène certains milieux spécialisés à estimer, d’une part,que <strong>la</strong> plupart <strong>de</strong> ces pluviomètres ne sont pas toujours installés dans le respect <strong>de</strong>s normes techniquesrequises et, d’<strong>au</strong>tre part, que les agents ayant à charge <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> ces appareils ne sont pas toujoursbien formés pour accomplir leur mission. D’où leur scepticisme quant à <strong>la</strong> fiabilité <strong>de</strong>s donnéespluviométriques collectées par ces structures.Il est évi<strong>de</strong>nt qu’il y a un réel problème <strong>de</strong> collecte et <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s données sur l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. Pour yremédier, <strong>la</strong> DGH a initié dans le cadre <strong>de</strong> l’appui institutionnel financé par DANIDA, <strong>la</strong> base <strong>de</strong> donnéesintégrées qui, actuellement, n’est alimentée que par <strong>de</strong>s données re<strong>la</strong>tives <strong>au</strong>x infrastructures d’AEP dumilieu rural (type <strong>de</strong> facilité, localisation, fonctionnalité, etc.). Il reste à étendre cette base <strong>de</strong> données <strong>au</strong>xe<strong>au</strong>x <strong>de</strong> surface et souterraines (piézométrie, hydrométrie) et à <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x.En résumé, <strong>la</strong> situation générale se caractérise par une insuffisance <strong>de</strong> connaissances et <strong>de</strong> suivi <strong>de</strong> : i) <strong>la</strong>ressource (disponibilités, utilisations et besoins), ii) l’impact <strong>de</strong> <strong>la</strong> variabilité climatique sur les ressourcesen e<strong>au</strong> et, iii) <strong>la</strong> vulnérabilité <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions et <strong>de</strong>s ressources naturelles y compris <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>. Ce qui estdommage dans <strong>la</strong> mesure où, pour pouvoir p<strong>la</strong>nifier une utilisation durable <strong>de</strong>s ressources naturelles, ilf<strong>au</strong>t connaître en détails ces <strong>de</strong>rnières.L’avant-projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> prévoit <strong>la</strong> création <strong>de</strong> l’Observatoire <strong>de</strong>s bassins versants.Cet observatoire doit pouvoir résoudre le problème <strong>de</strong> connaissance et <strong>de</strong> suivi <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource par <strong>la</strong> miseen p<strong>la</strong>ce d’un at<strong>la</strong>s dynamique <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> du Bénin sous forme électronique, régulièrementmis à jour et accessible à tous.4. 3. Gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> transfrontalièresLes ressources en e<strong>au</strong> que le Bénin partage avec d’<strong>au</strong>tres pays sont gérées par le biais <strong>de</strong> structures misesen p<strong>la</strong>ce dans le cadre <strong>de</strong> coopérations multi<strong>la</strong>térales :Bassin du Niger : il est géré par l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) dont le point focal <strong>au</strong> Bénin estabrité par <strong>la</strong> DRE/ DGH. L’ABN est en train d’initier actuellement un ambitieux programme <strong>de</strong>développement économique dénommé Processus <strong>de</strong> Vision partagée,Bassin <strong>de</strong> <strong>la</strong> Volta : le pays dispose également d’un point focal mais hébergé par le MEHU. Hormis lebarrage d’Akossombo situé <strong>au</strong> Ghana et dont le pays en profite pour <strong>la</strong> production <strong>de</strong> l’énergiehydroélectrique, <strong>au</strong>cune action notable <strong>de</strong> développement et <strong>de</strong> gestion du bassin, surtout à l’échellenationale, ne peut être réellement soulignée,Bassin du Mono : le seul ouvrage construit sur ce bassin est le barrage hydroélectrique <strong>de</strong> Nangbétoutilisé pour fournir <strong>de</strong> l’électricité <strong>au</strong> Bénin et <strong>au</strong> Togo. Le Bénin est impliqué dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> cetouvrage à travers <strong>la</strong> Commun<strong>au</strong>té Electrique du Bénin (CEB), Une initiative <strong>de</strong> projet d’aménagement àfinancer par le Fonds Mondial pour l’Environnement (FEM) est actuellement en cours <strong>de</strong> gestation.Les problèmes <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> transfrontalières se posent be<strong>au</strong>coup plus à l’échelle <strong>de</strong>spays avec lesquels il partage <strong>la</strong> plupart <strong>de</strong> ses bassins. Ce<strong>la</strong> nécessite le développement <strong>de</strong> stratégiesrégionales ou sous-régionales.13


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> le<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesV. SYNTHESE DES PROBLEMES MAJEURSLa présente étu<strong>de</strong> a permis <strong>de</strong> collecter et d’analyser <strong>de</strong>s informations sur l’état <strong>de</strong>s lieux <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion<strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. De l’analyse <strong>de</strong>s résultats <strong>de</strong>s différentes investigations menées, il ressortque <strong>la</strong> problématique <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin s’articule principalement <strong>au</strong>tourd’un certain nombre <strong>de</strong> points clés à savoir :- l’inadéquation du cadre institutionnel par rapport à l’approche <strong>de</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> qui se traduit par une gestion sectorielle : i) multiplicité <strong>de</strong>s centres <strong>de</strong> décision,ii) insuffisance <strong>de</strong> col<strong>la</strong>boration et <strong>de</strong> concertation entre les intervenants et, iii) conflits entre lesdifférents groupes d’acteurs du secteur,- l’inexistence d’une politique et/ou stratégie c<strong>la</strong>ire et bien documentée <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s potentialitésen e<strong>au</strong> (absence d’instruments <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources et d’outils d’ai<strong>de</strong> à <strong>la</strong> décision),- l’inadaptation et difficultés d’application du Co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et <strong>au</strong>tres textes <strong>de</strong> lois y afférents,- Une très faible vulgarisation et diffusion <strong>de</strong>s lois, décrets et <strong>au</strong>tres textes juridiques,- le manque d’information et <strong>de</strong> connaissances sur les principes et orientations sectoriels et <strong>la</strong>protection <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s collectivités locales et <strong>de</strong> <strong>la</strong> société civile,- <strong>la</strong> faible implication <strong>de</strong>s acteurs et <strong>de</strong>s usagers dans les prises <strong>de</strong> décisions,- <strong>la</strong> faible connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>,- <strong>la</strong> faible capacité <strong>de</strong>s structures publiques tant <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> central que décentralisé,- l’accès difficile <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions <strong>au</strong>x infrastructures adéquates d’alimentation en e<strong>au</strong> potable etd’assainissement, à c<strong>au</strong>se <strong>de</strong>s déficits d’investissements, etc.Si les solutions techniques à ces problèmes existent et sont bien connues, les obstacles liés à <strong>la</strong> faiblecapacité <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> persistent toujours. C’est en ce<strong>la</strong> que le Programme pour <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong> du GWP vient à point nommé pour ai<strong>de</strong>r le Bénin à s’affranchir <strong>de</strong> cette faiblesse.Pour y parvenir, les résultats présentés dans <strong>la</strong> grille d’analyse (Annexe 1) ont permis <strong>de</strong> dégager etd’analyser rapi<strong>de</strong>ment dans les sections précé<strong>de</strong>ntes, les éléments du diagnostic amélioré. Ces <strong>de</strong>rniersseront croisés par <strong>la</strong> suite <strong>au</strong>x besoins réels <strong>de</strong>s acteurs pour <strong>la</strong> définition participative <strong>de</strong>s actionsprioritaires accompagnées d’une feuille <strong>de</strong> route réaliste.14


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesVI. IDENTIFICATION ET ANALYSE DES ACTIONS PRIORITAIRES6. 1. Quelles actions prioritaires pour le Bénin?Le développement durable, est un processus qui doit également reposer sur une gestion rationnelle etéquitable <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>. L'analyse <strong>de</strong>s informations collectées sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong>Bénin et présentées en Annexe 1, a permis <strong>de</strong> répertorier un ensemble <strong>de</strong> problèmes qui ont, par <strong>la</strong> suite,été regroupés par catégorie.De même, il s’avère impérieux <strong>de</strong> pouvoir fournir <strong>au</strong>x déci<strong>de</strong>urs, <strong>de</strong>s informations fiables pouvant leurpermettre <strong>de</strong> mieux prendre <strong>la</strong> mesure <strong>de</strong>s enjeux et <strong>de</strong> prendre les décisions stratégiques qui s’imposent.Il s’agira principalement, <strong>de</strong> mettre en p<strong>la</strong>ce un mécanisme cohérent <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> dupays pouvant être inséré dans une stratégie globale <strong>de</strong> développement durable. Ce qui requiert <strong>au</strong> préa<strong>la</strong>blel’i<strong>de</strong>ntification et <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nification d’actions prioritaires pouvant se traduire sous forme d’orientationsstratégiques.En effet, les orientations stratégiques constituent un instrument <strong>de</strong> coordination pour rendre les actionsmenées ou prévues pour le développement du secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin plus efficaces et plus efficientes.Elles doivent présenter une vision c<strong>la</strong>ire et être en harmonie avec les priorités et les objectifs.Les actions prioritaires qui sont proposées ici s’appuient sur les principes <strong>de</strong> base <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE. De même,elles doivent par <strong>la</strong> suite être déclinées en projets et programmes <strong>de</strong> développement dont <strong>la</strong> formu<strong>la</strong>tion et<strong>la</strong> mise en uvre permettront d’améliorer <strong>de</strong> manière notable <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin et <strong>de</strong>contribuer à l’atteinte <strong>de</strong>s Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) notamment dans lesecteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.La synthèse <strong>de</strong>s différentes actions proposées dans <strong>la</strong> grille d’analyse et ce, dans le souci <strong>de</strong> contribuer à <strong>la</strong>résolution <strong>de</strong>s problèmes, conduit à cinq grands ensembles d’actions qui se résument comme suit :Ensemble d’actions 1 : ces actions ont été proposées dans différents cas <strong>de</strong> figures ; elles ont pour talond’Achille <strong>la</strong> problématique <strong>de</strong> l’existence, l’adéquation et l’application <strong>de</strong>s lois :- l’accélération du processus d’adoption et <strong>de</strong> promulgation du projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong><strong>au</strong> Bénin et <strong>la</strong> prise <strong>de</strong> ses décrets d’application ;- <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce progressive (selon les besoins et les moyens) <strong>de</strong>s comités et agences <strong>de</strong> bassins telque prévu par <strong>la</strong> nouvelle loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin ;- les révisions <strong>de</strong>s textes réglementaires et légis<strong>la</strong>tifs ;- l’é<strong>la</strong>boration <strong>de</strong> nouvelles réglementations adaptées <strong>au</strong> contexte actuel <strong>de</strong> <strong>la</strong> décentralisation ;- l’harmonisation <strong>de</strong>s différentes lois ;- <strong>la</strong> vulgarisation <strong>de</strong>s lois et l’application <strong>de</strong> mesures coercitives, etc.Ensemble d’actions 2 : cette série d’actions découle <strong>de</strong>s remarques re<strong>la</strong>tives <strong>au</strong>x difficultés <strong>de</strong>scommunes à assumer les compétences qui leur ont été transférés. Les principales propositions se résumentcomme suit :- l’intégration et le renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong>s collectivités locales ;- l’application du Programme d’appui <strong>au</strong>x communes en matière d’environnement, d’habitat etd’urbanisme (PAC/MEHU) : appui (institutionnel, technique, matériel, financier) <strong>au</strong>xorganisations communales, formation à l’utilisation <strong>de</strong>s gui<strong>de</strong>s <strong>de</strong> maîtrise d’ouvrage, formation àl’é<strong>la</strong>boration et à <strong>la</strong> soumission <strong>de</strong> dossiers <strong>de</strong> projets bancables- le renforcement <strong>de</strong>s capacité <strong>de</strong>s communes et l’initiation à <strong>la</strong> l’instar du PAC/MEHU, <strong>de</strong>s actionsd’appui <strong>au</strong>x communes en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>15


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires- le renforcement <strong>de</strong> l’appui-conseil <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH <strong>au</strong>x communes, etc.Ensemble d’actions 3 : <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s acteurs en raison <strong>de</strong> <strong>la</strong> faiblecapacité d’intervention <strong>de</strong>s acteurs à tous les nive<strong>au</strong>x :- vulgariser les lois et renforcer les capacités <strong>de</strong>s organes d’exécution- e<strong>la</strong>borer et mettre en ouvre <strong>de</strong> projets et/ou programmes <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong>sdifférents acteurs- poursuivre les processus d’intégration <strong>de</strong>s questions liées <strong>au</strong>x ressources en e<strong>au</strong> <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> sousrégional à travers les sensibilisations, les étu<strong>de</strong>s et <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce <strong>de</strong> structures et instruments <strong>de</strong>gestion requis- doter les structures <strong>de</strong> réglementation <strong>de</strong> moyens humains (recrutement, recyc<strong>la</strong>ge et formation <strong>de</strong>sagents), matériels et financiers- définir une stratégie <strong>de</strong> communication <strong>au</strong>x nive<strong>au</strong>x national, régional et local et <strong>de</strong>s can<strong>au</strong>xappropriés <strong>de</strong> sensibilisation- e<strong>la</strong>borer <strong>de</strong>s supports adéquats- initier <strong>de</strong>s campagnes <strong>de</strong> sensibilisation pour l’éveil <strong>de</strong> <strong>la</strong> conscience <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions sur <strong>la</strong> gestiondurable <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>, etc.Ensemble d’actions 4 : les différentes investigations ont également fait ressortir <strong>de</strong>s faiblesses majeuresen ce qui concerne l’existence et l’harmonisation <strong>de</strong>s éléments <strong>de</strong> politique et <strong>de</strong> stratégie. D’où lenécessité <strong>de</strong> procé<strong>de</strong>r à :- une accélération <strong>de</strong> l’adoption du document <strong>de</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>- <strong>la</strong> revalorisation <strong>de</strong>s pratiques traditionnelles <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s conflits- <strong>la</strong> promotion <strong>de</strong>s systèmes traditionnels <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong>- <strong>la</strong> finalisation <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie d’AEP en milieu urbain- <strong>la</strong> mise en uvre et <strong>la</strong> vulgarisation <strong>de</strong> <strong>la</strong> Stratégie Nationale <strong>de</strong> l’AEP en milieu Rural du Bénin(2005-2015)- une profon<strong>de</strong> réforme du cadre institutionnel (éléments <strong>de</strong> politique et <strong>de</strong> stratégie) : harmonisationavec les principes <strong>de</strong> <strong>la</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et avec les gran<strong>de</strong>s orientations <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique<strong>de</strong> décentralisation/déconcentration- l’é<strong>la</strong>boration et <strong>la</strong> mise en uvre d’outils <strong>de</strong> gestion intégrée <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s bassins différentshydrographiques, etc.Ensemble d’actions 5 : il a été également prouvé que le manque et/ou l’absence <strong>de</strong> dynamisation <strong>de</strong>cadres <strong>de</strong> concertations entre les acteurs, constitue un obstacle à <strong>la</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong><strong>au</strong> Bénin. Pour s’en affranchir, il f<strong>au</strong>dra :- créer <strong>de</strong>s mécanismes <strong>de</strong> prévention et <strong>de</strong> règlement dans le cadre d'instances formelles telles quecelles prévues par <strong>la</strong> nouvelle loi sur l’e<strong>au</strong>,- créer et formuler <strong>de</strong>s cadres <strong>de</strong> concertation, <strong>de</strong> col<strong>la</strong>boration et <strong>de</strong> coopération entre les acteursintervenant dans le secteur- promouvoir une col<strong>la</strong>boration entre les <strong>au</strong>torités locales (communes), le secteur public (Ministèresenvironnement, santé, intérieur) et le secteur privé (USV)- établir un véritable dialogue entre les différentes institutions intervenant dans le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.16


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesPar ailleurs, même si ce<strong>la</strong> n’apparaît pas très c<strong>la</strong>irement dans <strong>la</strong> grille d’analyse et ce compte tenu <strong>de</strong>sthématiques qui y ont été inscrites, il f<strong>au</strong>dra quand même souligner <strong>la</strong> difficulté majeure d’accès à <strong>de</strong>sinformations <strong>de</strong> référence re<strong>la</strong>tives à <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource en vue <strong>de</strong> son suivi et <strong>de</strong> prises <strong>de</strong>décisions requises. L’intégration <strong>de</strong>s actions d’amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource dans lespriorités et ce dans <strong>de</strong>s proportions qui seront décrites plus tard, paraît <strong>de</strong> plus en plus incontournable.C’est sur <strong>la</strong> base, d’une part, <strong>de</strong> cette analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> corré<strong>la</strong>tion <strong>de</strong>s éléments du diagnostic amélioré <strong>de</strong> <strong>la</strong><strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin (problèmes et actions préconisées) et, d’<strong>au</strong>tre part, <strong>de</strong>s différents échangesavec les acteurs-clés du secteur que six actions prioritaires ont été i<strong>de</strong>ntifiées (Table<strong>au</strong> 1).Table<strong>au</strong> 1 : Actions prioritaires proposéesACTIONSAction prioritaire 1 :Action prioritaire 2 :Action prioritaire 3 :Action prioritaire 4 :Action prioritaire 5 :Action prioritaire 6 :Définition <strong>de</strong> l’actionFacilitation du processus d’adoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>Appui <strong>au</strong>x communes en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>Renforcement <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s acteurs du secteur e<strong>au</strong>Harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sous-sectorielles avec <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>Création et/ou dynamisation <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> concertationsAmélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource6. 2. Description <strong>de</strong>s différentes actions prioritaires6. 2. 1. Facilitation du processus dadoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> le<strong>au</strong>L’é<strong>la</strong>boration, l’adoption et <strong>la</strong> mise en application d’un cadre juridique adéquat et accepté <strong>de</strong> tous sontincontournables dans le cadre du processus <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>. Les efforts déployés <strong>au</strong> Bénin danscette direction ne doivent pas se limiter à <strong>la</strong> formu<strong>la</strong>tion et <strong>la</strong> validation du projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. Il f<strong>au</strong>dra également mettre en p<strong>la</strong>ce un mécanisme dynamique afin <strong>de</strong> :- faciliter l’adoption et <strong>la</strong> promulgation <strong>de</strong> <strong>la</strong> nouvelle loi- appuyer l’é<strong>la</strong>boration et l’application <strong>de</strong> ses princip<strong>au</strong>x textes d’application (décrets, arrêtés) ;- concevoir une démarche participative <strong>de</strong> mise en p<strong>la</strong>ce <strong>de</strong>s institutions prévues dans <strong>la</strong> nouvelle loisur l’e<strong>au</strong> ;- organiser <strong>de</strong>s ateliers loc<strong>au</strong>x <strong>de</strong> concertation et d’échange sur les institutions prévues dans lenouve<strong>au</strong> cadre juridico institutionnel ;- Mettre en p<strong>la</strong>ce une stratégie d’application <strong>de</strong> mesures coercitives.6. 2. 3. Appui <strong>au</strong>x communes en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>Conformément <strong>au</strong>x textes régissant <strong>la</strong> décentralisation <strong>au</strong> Bénin, les communes se voient désormaisattribuer un certain nombre <strong>de</strong> compétences qui étaient jusqu’alors assurées par l’administration publique.C’est ainsi, qu’en <strong>de</strong>hors <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion administrative, les <strong>au</strong>torités locales ont <strong>la</strong> lour<strong>de</strong> responsabilitéd’assurer le développement économique durable et équilibré <strong>de</strong> leurs territoires à travers notammentl’utilisation et <strong>la</strong> gestion rationnelles <strong>de</strong>s ressources hydriques.17


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesCependant, force est <strong>de</strong> constater que, <strong>la</strong> plupart <strong>de</strong>s communes ne disposent pas encore <strong>de</strong> structurestechniques adéquates pour i<strong>de</strong>ntifier et conduire les opérations nécessaires à l’amélioration du cadre <strong>de</strong> vie<strong>de</strong> leurs popu<strong>la</strong>tions et à <strong>la</strong> création <strong>de</strong> <strong>la</strong> valeur ajoutée. D’où <strong>la</strong> nécessité d’un appui techniqueconsidérable <strong>au</strong> profit <strong>de</strong>s <strong>au</strong>torités communales (services techniques et élus loc<strong>au</strong>x) en vue d’une gestionoptimale <strong>de</strong>s activités re<strong>la</strong>tives <strong>au</strong>x compétences transférées <strong>au</strong>x communes par <strong>la</strong> loi et portant sur <strong>la</strong>ressource e<strong>au</strong>. Plus spécifiquement, dans le cadre du programme <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, il s’agira <strong>de</strong> :- décliner les compétences transférées <strong>au</strong>x communes, en activités à mettre en uvre et en déduireles capacités requises pour les communes ainsi que les besoins d’assistance, et les implicationspour les structures techniques <strong>de</strong> l’Etat et <strong>la</strong> société civile,- apporter un appui à <strong>la</strong> maîtrise par les communes, <strong>de</strong>s compétences transférées,- ai<strong>de</strong>r les communes à tenir compte <strong>de</strong>s principes <strong>de</strong> gestion rationnelle et équitable <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressourcee<strong>au</strong> dans leurs programmes <strong>de</strong> développement communal, etc.6. 2. 3. Renforcement <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s acteurs du secteur e<strong>au</strong>La <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> n’<strong>au</strong>ra d’impacts potentiels sur le développement du pays que si <strong>de</strong>s outils <strong>de</strong>renforcement <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s différents acteurs à sa maîtrise sont d’une part, développés sur <strong>la</strong> base <strong>de</strong>sbesoins <strong>de</strong> chaque groupe d’acteurs et, d’<strong>au</strong>tre part, mis à <strong>la</strong> disposition <strong>de</strong> ces <strong>de</strong>rniers <strong>de</strong> manière à lesai<strong>de</strong>r à s’en approprier. Une telle initiative est d’ailleurs nécessaire pour informer et sensibiliser lesopinions publiques sur l’importance <strong>de</strong> <strong>la</strong> bonne gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> pour affronter les défis dusecteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et faciliter l’atteinte <strong>de</strong>s OMD.Ainsi, ces outils pourront ai<strong>de</strong>r à une réelle prise <strong>de</strong> conscience et susciter en toute connaissance <strong>de</strong> c<strong>au</strong>se,l’adhésion <strong>de</strong> tous <strong>au</strong> mouvement <strong>de</strong> défense <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et <strong>de</strong> s<strong>au</strong>vegar<strong>de</strong> <strong>de</strong>s écosystèmes. Ce<strong>la</strong> suppose <strong>la</strong>diffusion <strong>de</strong> l’information, <strong>la</strong> sensibilisation et <strong>la</strong> participation <strong>de</strong>s acteurs et usagers <strong>au</strong> processus <strong>de</strong>p<strong>la</strong>nification et <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>, et <strong>la</strong> promotion <strong>de</strong>s actions locales <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong>.Dans le cadre spécifique du programme <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, il s’agira <strong>de</strong> :- i<strong>de</strong>ntifier les besoins <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong>s acteurs (plus particulièrement, <strong>au</strong> nive<strong>au</strong><strong>de</strong>s collectivités locales et <strong>de</strong> <strong>la</strong> société civile) en matière <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ;- é<strong>la</strong>borer et mettre en uvre un p<strong>la</strong>n <strong>de</strong> communication et <strong>de</strong> formation à l’endroit <strong>de</strong>s collectivitéslocales et <strong>de</strong> <strong>la</strong> société civile ;- é<strong>la</strong>borer et mettre en uvre <strong>de</strong>s programmes <strong>de</strong> Communication pour un Changement <strong>de</strong>Comportement (CCC) sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s communes et <strong>de</strong> <strong>la</strong> société civile :- éditer et diffuser <strong>de</strong>s éléments <strong>de</strong> politiques et cadres stratégiques (principalement : politiquenationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, stratégie nationale <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, stratégies sous-sectorielles) ;- organiser <strong>de</strong>s ateliers <strong>de</strong> vulgarisation, communication et information sur <strong>la</strong> stratégie nationale <strong>de</strong><strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ;- traduire et diffuser <strong>de</strong>s résumés <strong>de</strong> <strong>la</strong> nouvelle loi sur l’e<strong>au</strong>, <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique nationale et <strong>de</strong> <strong>la</strong>stratégie <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, dans les <strong>la</strong>ngues nationales les plus utilisées afin <strong>de</strong> permettre àtous les groupes d’usagers <strong>de</strong> s’insérer sans difficulté dans <strong>la</strong> nouvelle dynamique ;- préparer et diffuser une p<strong>la</strong>quette faisant <strong>la</strong> synthèse <strong>de</strong> <strong>la</strong> nouvelle loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, <strong>de</strong><strong>la</strong> politique nationale et <strong>de</strong> <strong>la</strong> nouvelle stratégie ;- animer <strong>de</strong>s campagnes <strong>de</strong> dialogues loc<strong>au</strong>x pour limiter les activités qui provoquent <strong>la</strong> dégradation<strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> ;- concevoir et diffuser <strong>de</strong>s émissions télévisées et radiophoniques en français et <strong>la</strong>ngues locales ;18


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires- réaliser <strong>de</strong>s spots télé sur <strong>la</strong> nouvelle loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et <strong>de</strong>s thématiques portant sur <strong>la</strong><strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ;- organiser <strong>de</strong>s festivals région<strong>au</strong>x et <strong>de</strong>s jeux concours <strong>de</strong> poésies, <strong>de</strong> chants et <strong>de</strong> <strong>de</strong>ssin sur <strong>la</strong>problématique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et les enjeux liés à <strong>la</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ;- diffuser et vulgariser les lois et textes réglementaires afin d’ai<strong>de</strong>r les popu<strong>la</strong>tions à mieux lesconnaître et à pouvoir s’en approprier ;- renforcer les capacités <strong>de</strong>s polices sanitaire et environnementale par rapport à <strong>la</strong> GIRE ;- ai<strong>de</strong>r les associations <strong>de</strong> consommateurs à mieux s’affirmer : restructuration, définition <strong>de</strong>s rôles,renforcement <strong>de</strong> capacités surtout en ce qui concerne les droits et <strong>de</strong>voirs <strong>de</strong>s consommateurs ;- introduire formellement <strong>la</strong> problématique <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> dans les programmes sco<strong>la</strong>ires,etc.Par ailleurs, les actions <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong> capacités à envisager ne portent pas uniquement sur ledéveloppement <strong>de</strong> ces différents outils. Elles doivent également permettre <strong>au</strong>x communes d’êtreopérationnelles, à l’administration publique d’être plus efficace dans son rôle régalien et <strong>au</strong> secteur privé<strong>de</strong> contribuer <strong>au</strong> développement du pays tout en ayant à l’esprit l’impérieuse nécessité d’une gestionrationnelle et durable <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>.A travers les actions <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong> capacités ci-<strong>de</strong>ssus énumérées, l’on retrouve aisément le secteurprivé. Il en est <strong>de</strong> même pour les communes dont, une série d’actions additionnelles d’assistance a étéproposée. Quant à l’administration publique, <strong>la</strong> situation est plus délicate.En effet, les actions <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong> capacités requises pour l’administration publique peuvent sedécomposer comme suit :- proposer un p<strong>la</strong>n <strong>de</strong> recyc<strong>la</strong>ge du personnel actuel ;- évaluer les besoins en personnel et faire <strong>de</strong>s propositions quant <strong>au</strong>x profils <strong>de</strong> nouve<strong>au</strong>x cadres àrecruter en vue <strong>de</strong> répondre <strong>au</strong>x besoins ;- établir le catalogue <strong>de</strong>s besoins matériels et financiers <strong>de</strong>s structures clés et voir dans quellesmesures elles pourront les intégrer dans les priorités <strong>de</strong> l’Etat (inscription <strong>au</strong> Budget national ouappui <strong>de</strong>s partenaires <strong>au</strong> développement).Toutefois, dans ce cas <strong>de</strong> figure, l’intervention ne se limitera qu’à <strong>de</strong>s propositions qui seront faites <strong>au</strong>Gouvernement qui pourra par <strong>la</strong> suite prendre les dispositions requises.Par ailleurs, étant donné que <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> porte be<strong>au</strong>coup plus sur les questions juridicoinstitutionnellesque sur les problèmes d’ordre technique, l’on ne s<strong>au</strong>rait passer sous silence <strong>la</strong> nécessitéd’organiser et <strong>de</strong> mener <strong>de</strong>s actions d’information et <strong>de</strong> p<strong>la</strong>idoyer <strong>au</strong>près <strong>de</strong>s déci<strong>de</strong>urs politiques à tousles nive<strong>au</strong>x.Une telle démarche est pertinente et doit à terme permettre d’avoir l’adhésion <strong>de</strong>s déci<strong>de</strong>urs politiques <strong>au</strong>nouve<strong>au</strong> cadre juridique <strong>de</strong>vant régir le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. A cet effet, il f<strong>au</strong>dra notamment :- mettre en p<strong>la</strong>ce une stratégie d’information, <strong>de</strong> communication et <strong>de</strong> p<strong>la</strong>idoyer,- organiser <strong>de</strong>s tournées <strong>de</strong> p<strong>la</strong>idoyer en direction <strong>de</strong>s déci<strong>de</strong>urs nation<strong>au</strong>x (Gouvernement,Assemblée Nationale et <strong>au</strong>tres Institutions <strong>de</strong> l’Etat),- organiser <strong>de</strong>s ateliers département<strong>au</strong>x en direction <strong>de</strong>s membres <strong>de</strong>s Conférences AdministrativesDépartementales.19


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires6. 2. 4. Harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sous-sectorielles avec <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> le<strong>au</strong>L’harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sectorielles avec <strong>la</strong> Politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> tire son importance du faitqu’il s’agit d’une initiative visant à doter le pays d’un cadre <strong>de</strong> référence à partir duquel doit être pensée etexécutée toute action <strong>de</strong> développement impliquant d’une manière ou d’une <strong>au</strong>tre le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.L’atteinte <strong>de</strong> cet objectif passe inexorablement par <strong>la</strong> définition d’une stratégie nationale <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong><strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> avec les phases prioritaires <strong>de</strong>s réformes qui doivent aboutir à un système <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> prenant en compte les principes <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE. On pourrait alors envisager <strong>de</strong>schangements qui touchent le cadre légis<strong>la</strong>tif, les mécanismes <strong>de</strong> financement, le cadre organisationnel etles divers outils <strong>de</strong> gestion.Les princip<strong>au</strong>x ensembles d’activités inhérentes à cette action prioritaire sont :- appui <strong>de</strong> <strong>la</strong> finalisation et <strong>de</strong> l’adoption du document <strong>de</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> : lesprincipales articu<strong>la</strong>tions d’une stratégie univoque <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> doivent découler <strong>de</strong>sorientations <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique nationale en <strong>la</strong> matière. Ce<strong>la</strong> étant, l’adoption d’une politique nationale<strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, dans le contexte actuel du Bénin, est un préa<strong>la</strong>ble à <strong>la</strong> mise en cohérence <strong>de</strong>s stratégiessectorielles existantes.- appui <strong>de</strong> l’é<strong>la</strong>boration d’une stratégie nationale <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> en cohérence avec<strong>la</strong> politique nationale du secteur et, qui constitue <strong>la</strong> base sur <strong>la</strong>quelle seront dégagées <strong>de</strong> façonconsensuelle les réformes principales à envisager :- définition et réalisation <strong>de</strong>s étu<strong>de</strong>s spécifiques et les activités complémentaires liées à <strong>la</strong> conduitedu processus d’é<strong>la</strong>boration d’une stratégie nationale <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>,- organisation <strong>de</strong>s ateliers <strong>de</strong> concertation <strong>de</strong>s acteurs sur le contenu <strong>de</strong>s rapports <strong>de</strong> consultations et<strong>de</strong> l’Avant projet <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie nationale <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>,- organisation <strong>de</strong> <strong>la</strong> validation et appui à l’adoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie nationale <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong>,- contribution à <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie nationale à travers <strong>la</strong> formu<strong>la</strong>tion du P<strong>la</strong>n d’actionnational GIRE, et <strong>la</strong> définition <strong>de</strong>s mécanismes <strong>de</strong> financement adéquat,- appui à l’adoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie sectorielle pour l’alimentation en e<strong>au</strong> potable (AEP) en milieuurbain qui doit à terme permettre d’enclencher <strong>la</strong> réflexion sur <strong>la</strong> combinaison avec l’actuellestratégie d’AEP pour le milieu rural et ceci, dans le souci d’aboutir à un cadre stratégique uniqued’AEP répondant <strong>au</strong>x besoins <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions,Appui à <strong>la</strong> mise en cohérence <strong>de</strong>s stratégies sectorielles avec le document <strong>de</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> :il ne s’agit pas <strong>de</strong> réécrire les stratégies sectorielles; mais plutôt d’enclencher un processus <strong>de</strong> relecture<strong>de</strong>vant à terme déboucher sur un certain nombre d’ajustements indispensables à <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong> <strong>la</strong>stratégie nationale du secteur. Il s’agira <strong>de</strong> :- organisation <strong>de</strong>s séances <strong>de</strong> concertation avec les ministères sectoriels concernés sur <strong>la</strong> nécessitéd’une telle harmonisation,- facilitation <strong>de</strong> <strong>la</strong> relecture <strong>de</strong>s stratégies sectorielles (hydr<strong>au</strong>lique rurale, hydr<strong>au</strong>lique urbaine,énergie, assainissement, agriculture, élevage, pêche, tourisme, etc.),- engagement du processus <strong>de</strong> mise en cohérence <strong>de</strong>s stratégies sectorielles, en particulier cellesportant sur l’AEP en milieu rural et urbain, etc.- animation d’une concertation permanente avec les collectivités locales et <strong>la</strong> société civile, sur leprocessus d’é<strong>la</strong>boration <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie nationale et d’harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sectorielles, etc.20


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires6. 2. 5. Création et/ou dynamisation <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> concertationAvec <strong>la</strong> mise en uvre du programme <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, les différentes actions d’échanges,d’information, <strong>de</strong> formation, <strong>de</strong> communication et <strong>de</strong> mise en cohérence <strong>de</strong>s stratégies sectorielles setraduiront par <strong>de</strong>s changements <strong>de</strong> comportement <strong>de</strong>s services concernés, <strong>de</strong>s intermédiaires et <strong>de</strong>sbénéficiaires fin<strong>au</strong>x. Elles permettront une meilleure adhésion <strong>de</strong>s princip<strong>au</strong>x acteurs pour <strong>la</strong> mise enpratique <strong>de</strong>s principes <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE, et l’accélération <strong>de</strong> l’atteinte <strong>de</strong>s OMD. Ainsi donc, elles contribuerontà <strong>la</strong> réalisation <strong>de</strong>s objectifs <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong> <strong>la</strong> p<strong>au</strong>vreté.Or, il a été c<strong>la</strong>irement prouvé que <strong>la</strong> plupart <strong>de</strong>s problèmes majeurs <strong>de</strong> gestion tirent leur origine du faitque les princip<strong>au</strong>x acteurs n’interagissent pas. La mise en p<strong>la</strong>ce <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> concertations entre acteurss’impose donc <strong>de</strong> fait comme une priorité.Une telle initiative <strong>de</strong>vrait permettre d’entreprendre <strong>de</strong>s séances d’échanges et <strong>de</strong> réflexions entre lesacteurs à différents nive<strong>au</strong>x sur <strong>la</strong> problématique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et les contraintes actuelles, les responsabilités etrôles par groupe d’acteurs du secteur, les conflits d’attribution, les risques encourus par <strong>la</strong> gestionsectorielle du secteur et les exigences <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. Ceci permettra d’avoir uneidée précise <strong>de</strong>s interactions <strong>de</strong>vant exister entre les différents groupes d’acteurs et d’envisager l’ossatureà donner à un futur cadre <strong>de</strong> concertation formel <strong>de</strong>s acteurs.Par le biais d’une telle démarche, l’on pourra mettre en p<strong>la</strong>ce un système <strong>de</strong> circu<strong>la</strong>tion <strong>de</strong> l’informationsur l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin qui sera un cadre <strong>de</strong> référence pour :- renforcer <strong>la</strong> coordination et <strong>la</strong> concertation sur le p<strong>la</strong>n institutionnel, entre partenaires nation<strong>au</strong>x,région<strong>au</strong>x et internation<strong>au</strong>x ;- fournir les éléments essentiels permettant <strong>de</strong> rationaliser l'allocation <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> ;- créer et mettre en p<strong>la</strong>ce <strong>de</strong>s mécanismes <strong>de</strong> prévention et <strong>de</strong> règlement <strong>de</strong>s conflits dans le cadred'instances formelles telles que celles prévues par <strong>la</strong> nouvelle loi sur l’e<strong>au</strong> ;- i<strong>de</strong>ntifier en col<strong>la</strong>boration avec les acteurs impliqués, les <strong>la</strong>cunes dans les domaines juridiques,institutionnels, administratifs et techniques.- <strong>la</strong> gestion d’un tel système se doit d'être souple et mobilisatrice. Elle doit également permettred'assurer <strong>la</strong> cohérence et l'harmonisation <strong>de</strong>s activités menées par les différents opérateurs. C’estune activité prioritaire qui interfère avec l’action prioritaire N° 6 re<strong>la</strong>tive à <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong>ressource.6. 2. 6. Amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressourceL’obtention <strong>de</strong>s résultats attendus <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin est fortement tributaire <strong>de</strong> <strong>la</strong>disponibilité d'informations pertinentes permettant une bonne connaissance <strong>de</strong> l'état <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource, <strong>de</strong> sadynamique et, <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> sa gestion. Elle implique également <strong>la</strong> nécessité <strong>de</strong> faciliter l'accès à cesinformations par les différents groupes d’acteurs et <strong>de</strong> promouvoir l'échange et <strong>la</strong> concertation. C'est <strong>la</strong>raison pour <strong>la</strong>quelle il est important <strong>de</strong> chercher à accompagner le processus <strong>de</strong> p<strong>la</strong>nification <strong>de</strong> <strong>la</strong><strong>gouvernance</strong> du secteur à travers, <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce d'un système <strong>de</strong> communication et d’information surl’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin qui doit à terme permettre d’aboutir à ce que l’on pourra considérer comme étant l’at<strong>la</strong>sdynamique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> du pays.Pour ce<strong>la</strong>, il f<strong>au</strong>dra mettre en p<strong>la</strong>ce un système <strong>de</strong> connaissance et <strong>de</strong> suivi <strong>au</strong>ssi bien quantitatif quequalitatif <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> : <strong>de</strong>nsification <strong>de</strong>s rése<strong>au</strong>x <strong>de</strong> collecte <strong>de</strong> données, outils d’évaluation <strong>de</strong> <strong>la</strong>ressource, outils d’évaluation <strong>de</strong> l’impact sur l’environnement <strong>de</strong>s pressions diverses et variées exercéessur <strong>la</strong> ressource, outils <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> risques tels que les crues et les sécheresses, etc. En terme <strong>de</strong> gain, unetelle initiative ne peut qu’être salutaire. En effet, elle va permettre <strong>de</strong> :21


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires- faciliter sur le p<strong>la</strong>n technique, l'accès, l'échange et <strong>la</strong> circu<strong>la</strong>tion <strong>de</strong> données et d'informationsre<strong>la</strong>tives à <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>, ainsi que les informations concernant les actions encours et l'état d'avancement <strong>de</strong> <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong>s projets et programmes,- améliorer les flux d'informations ainsi que les outils d'ai<strong>de</strong> à <strong>la</strong> prise <strong>de</strong> décisions,- permettre à travers sa fonction d'archivage, une réduction <strong>de</strong>s risques <strong>de</strong> perte et/ou <strong>de</strong> redondance<strong>de</strong>s données,- renforcer <strong>la</strong> coordination et <strong>la</strong> concertation sur le p<strong>la</strong>n institutionnel, entre partenaires nation<strong>au</strong>x,région<strong>au</strong>x et internation<strong>au</strong>x,- développer un dialogue continu avec les utilisateurs en vue d'une adaptation <strong>de</strong>s bases <strong>de</strong> donnéesà leurs besoins.- <strong>de</strong> même, il f<strong>au</strong>dra communiquer régulièrement <strong>au</strong>x intervenants, les résultats sur l’étatd’avancement du processus d’amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. Ce<strong>la</strong> pourra sefaire non seulement à travers les cadres <strong>de</strong> concertation <strong>de</strong>s acteurs mais également, par le biais parexemple <strong>de</strong> : i) l’édition d’un bulletin trimestriel sur le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, ii) l’actualisation régulièredu Site Internet du Partenariat National <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> du Bénin dédié <strong>au</strong> processus <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong>, iii) l’organisation <strong>de</strong> rencontres d’échanges et d’analyse <strong>de</strong>s données collectées.22


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesVII. IMPACTS ATTENDUS DES ACTIONS PRIORITAIRESLes actions prioritaires proposées dans les précé<strong>de</strong>ntes sections doivent être prises en compte dans le cadre<strong>de</strong> <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> l’Etat Béninois en matière <strong>de</strong> lutte contre <strong>la</strong> p<strong>au</strong>vreté et <strong>de</strong> gestion rationnelle <strong>de</strong>sressources naturelles en vue d’une utilisation pérenne. Ces actions doivent à terme permettre d’avoir lesimpacts suivants sur les intervenants, les intermédiaires et les bénéficiaires fin<strong>au</strong>x :Au nive<strong>au</strong> national :- amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong>x nive<strong>au</strong>x national, régional et local selon lesrecommandations du Deuxième Sommet Mondial sur le Développement Durable <strong>de</strong> <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nèteTerre <strong>de</strong> Johannesburg (2002) ;- mise en p<strong>la</strong>ce d’un environnement favorable à l’atteinte <strong>de</strong>s OMD dans les différents secteurs <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong> ;- prise <strong>de</strong> conscience <strong>de</strong> tous les acteurs <strong>de</strong> l’importance <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> pour les générations actuelles etfutures et donc, <strong>de</strong> <strong>la</strong> nécessité <strong>de</strong> <strong>la</strong> gérer rationnellement et équitablement,- connaissance par chaque catégorie d’acteurs <strong>de</strong> son rôle, renforcement <strong>de</strong>s capacités pour assumerses responsabilités et contribuer <strong>au</strong> développement du pays ;- plus gran<strong>de</strong> cohérence <strong>de</strong>s politiques sectorielles, <strong>de</strong>vant se traduire par une utilisation plusrationnelle <strong>de</strong>s ressources humaines et financières.- <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s services et partenaires :- meilleures informations et connaissances sur <strong>la</strong> politique et <strong>la</strong> pratique <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE ;- meilleure concertation entre les intervenants du secteur : les acteurs non gouvernement<strong>au</strong>x etpartenaires <strong>au</strong> développement sont mieux familiarisés avec les orientations <strong>de</strong> <strong>la</strong> politiquenationale, <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie nationale du secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et du Co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’<strong>au</strong>, et ces <strong>de</strong>rniers lesintègrent dans les différentes actions d’appui <strong>au</strong> développement du pays ;- meilleure cohérence <strong>de</strong>s stratégies et donc plus gran<strong>de</strong> efficacité dans l’exécution <strong>de</strong>s projets etprogrammes.- <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> local et <strong>de</strong>s bénéficiaires fin<strong>au</strong>x :- meilleures connaissances et implication <strong>de</strong>s collectivités locales et <strong>de</strong> <strong>la</strong> société civile dans <strong>la</strong>politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et <strong>de</strong>s mécanismes <strong>de</strong> mise en uvre (stratégies), conformes <strong>au</strong>x lois<strong>de</strong> <strong>la</strong> décentralisation ;- intégration <strong>de</strong>s principes GIRE dans les p<strong>la</strong>ns <strong>de</strong> développement commun<strong>au</strong>x ;- meilleure acceptation <strong>de</strong>s mesures <strong>de</strong> protection nécessaires ;- renforcement <strong>de</strong> <strong>la</strong> participation active <strong>de</strong> <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion dans le contexte <strong>de</strong> <strong>la</strong> GIRE ;- amélioration <strong>de</strong>s conditions d’AEP et <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions, à travers une utilisation <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> plus rationnelle et <strong>de</strong>s politiques d’investissements plus efficaces.23


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesVIII. STRATEGIE DE MOBILISATION DES RESSOURCES FINANCIERESLe financement <strong>de</strong>s actions prioritaires i<strong>de</strong>ntifiées dans le cadre <strong>de</strong> <strong>la</strong> présente étu<strong>de</strong> est capital pourl’avenir <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin. C’est pour cette raison que <strong>la</strong> confection d’une feuille <strong>de</strong>route, c'est-à-dire, un p<strong>la</strong>n d’action pour <strong>la</strong> mobilisation <strong>de</strong>s ressources est nécessaire.Pour ce faire, <strong>la</strong> mission propose un p<strong>la</strong>n d’action (feuille <strong>de</strong> route) souple constitué <strong>de</strong> septétapes fondamentales :- formu<strong>la</strong>tion <strong>de</strong> programmes, projets ou micro-projets intégrés et estimation sur <strong>la</strong> base <strong>de</strong>sestimations budgétaires qui en découlent, <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong> globale en financement et ce, suivant unordre <strong>de</strong> priorité <strong>de</strong>s actions.- préparation d’une p<strong>la</strong>quette (d’un dépliant d’information ou d’un document) faisant <strong>la</strong> synthèse <strong>de</strong>l’évaluation <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong> en financement, <strong>de</strong> l’offre, et <strong>de</strong> l’ordre prioritaire d’interventionsouhaité par les princip<strong>au</strong>x acteurs,- venti<strong>la</strong>tion <strong>de</strong> <strong>la</strong> p<strong>la</strong>quette avec les résultats <strong>de</strong> <strong>la</strong> présente étu<strong>de</strong> <strong>au</strong>près <strong>de</strong>s bailleurs <strong>de</strong> fonds,ONG et Associations <strong>de</strong> développement,- préparation d’un cadre d’intervention pour le financement <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin sur<strong>la</strong> base <strong>de</strong>s actions prioritaires (ou p<strong>la</strong>n opérationnel).- introduction en Conseil <strong>de</strong>s Ministres, d’une communication recommandant <strong>au</strong>x ministèressectoriels d’inscrire dans leurs P<strong>la</strong>ns <strong>de</strong> travail annuel, les activités liées à <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>,- opérationnalisation du STPC-GIRE et <strong>de</strong>s structures préconisées par <strong>la</strong> nouvelle loi sur l’e<strong>au</strong> afinqu’ils puissent jouer son rôle <strong>de</strong> mobilisation <strong>de</strong>s ressources financières pour <strong>la</strong> gestion rationnelleet équitable <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin,- organisation d’une rencontre technique préparatoire à une table ron<strong>de</strong> <strong>de</strong>stinée à obtenir l’adhésion<strong>de</strong>s bailleurs <strong>de</strong> fonds, ONG et Associations.ce P<strong>la</strong>n d’action suppose une action persuasive, une argumentation incisive sur <strong>la</strong> nécessité dufinancement <strong>de</strong>s actions prioritaires. Cette vision du financement comme "<strong>la</strong> solution" pour une bonnegestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> doit être partagée par les bailleurs <strong>de</strong> fonds et <strong>la</strong> société civile à travers les ONG etAssociations d’Usagers <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>. L’argument fort à développer peut s’articuler <strong>au</strong>tour <strong>de</strong>s idéesmaîtresses suivantes :- l’impérieuse nécessité d’appliquer un remè<strong>de</strong> adapté <strong>au</strong> mal. Il s’agit d’un remè<strong>de</strong> à <strong>la</strong>rge spectreagissant sur toutes les c<strong>au</strong>ses et les facteurs favorisant <strong>la</strong> m<strong>au</strong>vaise gestion d’une part, et uneposologie à <strong>la</strong> h<strong>au</strong>teur du <strong>de</strong>gré atteint par celle-ci d’<strong>au</strong>tre pArt. En d’<strong>au</strong>tres termes, il f<strong>au</strong>t unecouverture suffisante en terme <strong>de</strong> volume financier, mais également adéquate <strong>au</strong> p<strong>la</strong>n <strong>de</strong> l’étenduethématique et spatiale <strong>de</strong>s besoins d’intervention ;- l’inscription <strong>de</strong> ces actions spécifiques dans le document <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong> <strong>la</strong> p<strong>au</strong>vreté<strong>au</strong> Bénin. Il est impératif que les duplications et les confusions soient évitées. C’est pour cetteraison que le Document <strong>de</strong> Stratégie <strong>de</strong> Réduction <strong>de</strong> <strong>la</strong> P<strong>au</strong>vreté (DSRP) doit être le cadre <strong>de</strong>référence <strong>de</strong> toutes les actions prioritaires à mener.- enfin, le cadre d’intervention pour le financement (outil <strong>de</strong> négociation avec les bailleurs <strong>de</strong>fonds), doit indiquer c<strong>la</strong>irement les grands secteurs et/ou les domaines prioritaires, les actions àmener dans ces secteurs et/ou domaines, le nive<strong>au</strong> <strong>de</strong> financement requis, et les pério<strong>de</strong>sconcernées, <strong>de</strong> manière à faciliter les souscriptions <strong>de</strong>s bailleurs et assurer ainsi une bonnecoordination <strong>de</strong> <strong>la</strong> couverture <strong>de</strong>s besoins en financement du Gouvernement.24


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesLe succès <strong>de</strong> cette approche dépend <strong>de</strong> l’adhésion <strong>de</strong>s bailleurs. A cet effet, il est important d’organiserune rencontre technique en vue d’ap<strong>la</strong>nir les divergences qui pourraient exister ou lever les inquiétu<strong>de</strong>squi pourraient naître <strong>de</strong> l’interprétation d’aspects particuliers. A cet effet une rencontre <strong>de</strong> concertationavec le Ministère chargé <strong>de</strong>s affaires étrangères est <strong>de</strong> mise dans le but, non seulement d’éviter <strong>de</strong> semettre en porte-à-f<strong>au</strong>x par rapport <strong>au</strong> contenu <strong>de</strong>s accords <strong>de</strong> coopération qui lient le Bénin à chacun <strong>de</strong>ses partenaires <strong>au</strong> développement, mais également <strong>de</strong> créer un climat favorable à l’acceptation <strong>de</strong> cettenouvelle approche par les partenaires. Un bailleur tel que le Programme <strong>de</strong>s Nations Unies pour leDéveloppement (PNUD) serait bien indiqué comme chef <strong>de</strong> file chargé d’appuyer le Gouvernement, dans<strong>la</strong> préparation et <strong>la</strong> conduite <strong>de</strong>s trav<strong>au</strong>x <strong>de</strong> <strong>la</strong> table ron<strong>de</strong>.Aussi, pour avoir un appui notable <strong>de</strong>s partenaires <strong>au</strong> développement, il est important <strong>de</strong> mettre undispositif argumentaire prouvant très c<strong>la</strong>irement comment est ce que le Bénin compte contribuerfinancièrement <strong>au</strong>x différentes actions prioritaires i<strong>de</strong>ntifiées. Étant donné que le pays vient <strong>de</strong> bénéficierd’un effacement <strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes considérable <strong>de</strong> <strong>la</strong> part <strong>de</strong>s partenaires <strong>au</strong> développement, il serait souhaitableque l’Etat s’engage à reverser une partie <strong>de</strong>s frais re<strong>la</strong>tifs <strong>au</strong>x remboursements annuels <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes, dans <strong>la</strong>mise en uvre <strong>de</strong>s actions visant à promouvoir <strong>la</strong> gestion rationnelle et durable <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>.25


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesIX. CONCLUSIONLa présente étu<strong>de</strong> est une contribution technique à <strong>la</strong> mise en uvre du programme <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong>Bénin. Au terme <strong>de</strong> cet état <strong>de</strong>s lieux du secteur sur <strong>la</strong> base <strong>de</strong> <strong>la</strong> grille d’analyse adoptée, l’on retiendra que,bien que <strong>de</strong>s progrès significatifs aient été accomplis dans le domaine <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> <strong>au</strong>Bénin, be<strong>au</strong>coup reste encore à faire.Les problèmes majeurs à résoudre impérativement peuvent se résumer comme suit :- inadéquation, difficultés d’application et très faible connaissance <strong>de</strong>s différents textes juridiques,- inadéquation du cadre institutionnel par rapport à l’approche <strong>de</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>s ressources ene<strong>au</strong>: i) multiplicité <strong>de</strong>s centres <strong>de</strong> décision, ii) insuffisance <strong>de</strong> col<strong>la</strong>boration et <strong>de</strong> concertation entre lesintervenants et, iii) conflits entre les différents groupes d’acteurs du secteur,- faible implication <strong>de</strong>s acteurs et <strong>de</strong>s usagers dans les prises <strong>de</strong> décisions,- faibles capacités techniques, humaines et financières <strong>de</strong>s princip<strong>au</strong>x acteurs,- absence d’un document <strong>de</strong> politique et/ou stratégie c<strong>la</strong>ire et bien documentée <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong>ressource e<strong>au</strong>- absence d’instruments <strong>de</strong> gestion et d’outils d’ai<strong>de</strong> à <strong>la</strong> décision et,- m<strong>au</strong>vaise connaissance et faible suivi <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>.Pour faire face à l’éventail <strong>de</strong> contraintes i<strong>de</strong>ntifiées, sur <strong>la</strong> base <strong>de</strong>s éléments du diagnostic amélioré et, suiteà une série <strong>de</strong> concertations avec les acteurs-clés du processus <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin, six actionsprioritaires ont été proposées, dans une optique d’amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressource s en e<strong>au</strong> et <strong>de</strong>sservices fournis <strong>au</strong>x usagers :- facilitation du processus d’adoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin,- appui <strong>au</strong>x communes en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>,- renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong>s acteurs du secteur e<strong>au</strong>,- harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sectorielles avec <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>,- création et/ou dynamisation <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> concertations,- amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource.Par ailleurs, pour faciliter <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong> ces actions prioritaires, elles ont fait l’objet d’une séried’analyses faisant ressortir respectivement : i) les activités à envisager pour assurer une mise en uvreeffective et efficiente <strong>de</strong>sdites actions prioritaires, ii) les impacts potentiels que l’implémentation <strong>de</strong> cesactions pourrait avoir à différents nive<strong>au</strong>x (nive<strong>au</strong> national, nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s services et partenaires, nive<strong>au</strong> local et<strong>de</strong>s bénéficiaires fin<strong>au</strong>x) sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et, iii) <strong>la</strong> démarche à entreprendre pour mobiliser lesressources financières requisesToutefois, le succès <strong>de</strong>s principales recommandations techniques faites dans <strong>la</strong> <strong>de</strong>uxième partie <strong>de</strong> cette étu<strong>de</strong>requiert un engagement <strong>de</strong> <strong>la</strong> part du gouvernement et <strong>de</strong> tous acteurs-clés particulièrement <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> local etcommun<strong>au</strong>taire <strong>au</strong>ssi bien qu’<strong>au</strong> nive<strong>au</strong> du secteur privé.26


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesANNEXES27


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesAnnexe 1 : Bi<strong>la</strong>n synthétique <strong>de</strong> l’état <strong>de</strong>s lieuxCADREJURIDIQUEAllocation <strong>de</strong>sdroits en fonction<strong>de</strong>s usagesDescriptionsuccincte <strong>de</strong> <strong>la</strong>réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances, s’ilen existe (Utiliserune feuillenécessaire)Actions proposéesEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONTrès efficaceLe mécanisme existemais n’est pasappliquéExiste mais pasofficielPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsPersonne nes’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiPeu <strong>de</strong> gens sontinformésNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesEffetsToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion du paysFaible suivi <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong> et <strong>de</strong>s usages.Gestion sectorielle : (Pas <strong>de</strong> centralisation <strong>de</strong>s diverses<strong>de</strong>man<strong>de</strong>s et usages dont les données sont éparpilléesentre les structures sous sectorielles : agriculture,pêche, élevage, industrie, etc.)Gestion peu rationnelleDurée Immédiat Long terme irréversibilitéInexistant Pas encore prêt Coûtestimatif /DommagesLe co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> encore en vigueur prévoit <strong>de</strong> manière diffuse l’allocation <strong>de</strong>s droits, mais pas <strong>de</strong> décret d’applicationLe droit <strong>de</strong> <strong>la</strong> navigation maritime et <strong>de</strong>s pêches maritimes a été codifié par l’ordonnance du 18 juin 1968.Le droit <strong>de</strong> <strong>la</strong> pêche dans les e<strong>au</strong>x continentales : il repose sur l’ordonnance du 25 avril 1966 et s’applique <strong>au</strong>xfleuves, rivières, ruisse<strong>au</strong>x, <strong>la</strong>cs, étangs, marais, can<strong>au</strong>x et <strong>la</strong>gunes. Ce faisant, il pose <strong>de</strong> multiples problèmesjuridiques d’ordre à <strong>la</strong> loi théorique et pratique, liés notamment à l’articu<strong>la</strong>tion <strong>de</strong> ses dispositions spécifiques avec <strong>la</strong>domanialité publique fluviale, le droit coutumier, voire les implications générales ou particulières du droit <strong>de</strong>propriété que proc<strong>la</strong>me par ailleurs l’article 22 <strong>de</strong> <strong>la</strong> Constitution béninoiseLe document <strong>de</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> en son chapitre IV (Allocation et protection <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource pour unemise en valeur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> sur les p<strong>la</strong>ns social et économique à travers <strong>la</strong> conciliation <strong>de</strong>s usages) précise que :L’allocation <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> accor<strong>de</strong>ra <strong>la</strong> priorité à <strong>la</strong> satisfaction <strong>de</strong>s besoins vit<strong>au</strong>x <strong>de</strong> <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion d’unepart, en assurant un accès équitable et durable à l’e<strong>au</strong> potable pour les popu<strong>la</strong>tions urbaines et rurales et, d’<strong>au</strong>tre parten garantissant <strong>la</strong> disponibilité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> en quantité et en qualité pour les activités <strong>de</strong> production (l'élevage,l'agriculture, <strong>la</strong> pêche, l'industrie, l'énergie, l'artisanat, les loisirs, le tourisme et le transport par voie d'e<strong>au</strong>),Les prélèvements sur les ressources en e<strong>au</strong> doivent tenir compte <strong>de</strong> <strong>la</strong> "<strong>de</strong>man<strong>de</strong> en e<strong>au</strong>" <strong>de</strong>s écosystèmes,La satisfaction <strong>de</strong>s différentes <strong>de</strong>man<strong>de</strong>s doit être équilibrée. Il s’agira <strong>de</strong> s’assurer <strong>de</strong> <strong>la</strong> disponibilité permanente etsuffisante <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> pour <strong>la</strong> production industrielle, agropastorale, piscicole et les activités récréatives selon lesprincipes <strong>de</strong> gestion intégrée <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> afin <strong>de</strong> maximiser le bien être <strong>de</strong> <strong>la</strong> collectivité et surtout <strong>la</strong>préservation et <strong>la</strong> conservation <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource. Il s’avère donc indispensable <strong>de</strong> mettre en p<strong>la</strong>ce les dispositifsinstitutionnel, juridique et technique en y incluant <strong>de</strong>s mécanismes financiers incitatifs et dissuasifs (prévus parl’avant-projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, articles 6, 7, 59, 60, 61 à travers les principes <strong>de</strong> « pollueur-payeur » et« utilisateur-payeur ») afin <strong>de</strong> réglementer les usages <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> à travers <strong>la</strong> préservation <strong>de</strong> <strong>la</strong> quantité et <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité.Les procédures d’allocation <strong>de</strong>vront également s’appuyer sur <strong>la</strong> décentralisation et sur <strong>la</strong> déconcentrationadministrative, sur <strong>la</strong> base <strong>de</strong> critères d’arbitrage c<strong>la</strong>irement définis.Le nouve<strong>au</strong> co<strong>de</strong> étant encore à l’étape <strong>de</strong> projet en cours d’adoption, les dispositions re<strong>la</strong>tives à l’allocation <strong>de</strong>sdroits en fonction <strong>de</strong>s usages pourront y être mieux définis.Le document <strong>de</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> est en cours <strong>de</strong> finalisationVeiller à l’accélération du processus d’adoption et <strong>de</strong> promulgation du projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> BéninTenir compte <strong>de</strong>s dispositions re<strong>la</strong>tives à l’allocation dans l’é<strong>la</strong>boration du nouve<strong>au</strong> co<strong>de</strong>.Finaliser le document <strong>de</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>28


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesCADRE JURIDIQUE EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONMécanisme <strong>de</strong>résolution <strong>de</strong>s conflitsentre différents groupesd’usagersTrès efficaceLe mécanismeexiste mais n’estpas appropriéPas d’intégration <strong>de</strong>sdifférents intérêtsPersonne ne s’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesEffetsToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionConflits entre utilisateurs (intra ou interusagers) <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource:Conflits agriculteurs et éleveurs à <strong>la</strong> recherche<strong>de</strong> points d’e<strong>au</strong>Existe mais pasofficielPeu <strong>de</strong> gens sontinformésDurée Immédiat Long terme. IrréversibleDescription succincte<strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances, s’il enexiste (Utiliser unefeuille si nécessaire)Actions proposéesInexistantInexistant pour lemomentCoûtestimatif /DommagesLe mécanisme <strong>de</strong> résolution <strong>de</strong>s conflits entre même groupe d’usagers existe dans certains sous-secteurs àtravers certaines organisations professionnelles reconnues <strong>de</strong> façon officielle par exemple: comités AEV,comités <strong>de</strong> pêches…Existence <strong>de</strong> système traditionnel <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> (non officiel) qui s’enracine profondément dans les valeursculturelles et cultuelles (v<strong>au</strong>dou). Ce système traditionnel <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> a pour rôle entre <strong>au</strong>tre <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>sconflits et le maintien <strong>de</strong> <strong>la</strong> paix sur fond <strong>de</strong> spiritualité.L’ancien co<strong>de</strong> n’a pas prévu <strong>de</strong> mécanisme <strong>de</strong> résolution <strong>de</strong>s conflits entre d’usagers.L’avant-projet du co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> prévoit <strong>de</strong>s instances formelles <strong>de</strong> prévention <strong>de</strong>s conflits.Existence <strong>de</strong> comité chargé du règlement <strong>de</strong>s conflits mais le règlement se fait à l’amiableTrès peu <strong>de</strong> conflits sont résolus par <strong>de</strong>s instances juridiquesInitier une étu<strong>de</strong> pour <strong>la</strong> documentation <strong>de</strong> conflits potentiels ou avérés (nature, localisation, gravité...) et <strong>de</strong>sstratégies utilisées pour les résoudre.Création <strong>de</strong>s mécanismes <strong>de</strong> prévention et <strong>de</strong> règlement dans le cadre d'instances formelles telles que cellesprévues par le nouve<strong>au</strong> Co<strong>de</strong> <strong>de</strong> <strong>l'e<strong>au</strong></strong>,Revalorisation <strong>de</strong>s pratiques traditionnelles <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s conflitsAdoption d’un nouve<strong>au</strong> co<strong>de</strong> et é<strong>la</strong>boration <strong>de</strong> ses décrets d’application.29


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesCADRE JURIDIQUE EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONRéglementation <strong>de</strong> <strong>la</strong>qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.EfficacePas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionLe mécanismeexiste mais n’estpas convenablePersonne nes’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiEffetsConsommation d’e<strong>au</strong> non potable par endroitPollution <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x souterraines et <strong>de</strong> surfaceDescription succincte<strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesExiste mais pasofficielInexistantPeu <strong>de</strong> gens sontinformésInexistant pour lemomentDurée Immédiat Long terme. IrréversibleCoût estimatif/ DommagesLe décret n° 2001- 094 du 20 février 2001 fixant les normes <strong>de</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> potable en République du Bénin.Ces normes sont é<strong>la</strong>borées selon les directives <strong>de</strong> l’OMS.Le règlement général du service public <strong>de</strong> <strong>la</strong> distribution d’e<strong>au</strong> potable et industrielle en zone urbaine du 30octobre 1987 traite <strong>au</strong>ssi <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> distribuée (Art. 15).Le décret n°2001-109 du 4 Avril 2001 fixant les normes <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x résiduaires en République duBénin : il définit les e<strong>au</strong>x usées urbaines comme <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x qui transportent <strong>de</strong>s substances soli<strong>de</strong>s, liqui<strong>de</strong>s ougazeuses provenant d’une habitation ou d’un marché, mais ne donne pas <strong>de</strong> précisions sur les mécanismes <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong> ces <strong>de</strong>rnières.Dans une optique <strong>de</strong> santé publique, l’article 39 <strong>de</strong> l’avant-projet <strong>de</strong> loi portant co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> renvoie <strong>la</strong>protection qualitative <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’hygiène publique.Les normes <strong>de</strong> potabilité sont parfois difficiles à appliquer dans <strong>la</strong> prise <strong>de</strong> décisions re<strong>la</strong>tives <strong>de</strong> mise en service<strong>de</strong> forage dont certains paramètres ne sont pas conformes <strong>au</strong>x directives <strong>de</strong> l'OMS surtout en milieu rural.Les normes pour l’agriculture et l’élevage ne sont pas encore définiesLa question <strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementation <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> est abordée dans plusieurs lois. Par exemple le décret N°2001- 094 du 20 février 2001 fixant les normes <strong>de</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> potable en République du Bénin présente lesdispositions re<strong>la</strong>tives à <strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s captagesDéfinitions <strong>de</strong> normes pour l’agriculture et l’élevageHarmonisation <strong>de</strong>s différentes loisPromotion <strong>de</strong>s systèmes traditionnels <strong>de</strong> Gouvernance30


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesCADRE JURIDIQUE EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONAutres lois importantesre<strong>la</strong>tives à l’e<strong>au</strong>Très efficacePas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionLe mécanismeexiste mais n’est pasappliquéPersonne nes’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiEffetsPollution, ma<strong>la</strong>dies hydriquesExiste mais pasofficielPeu <strong>de</strong> gens sontinformésInexistant Pas encore prêt Coût estimatif /DommagesDurée Immédiat Long terme. IrréversibleDescription succincte <strong>de</strong><strong>la</strong> réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesLa loi n°87-15 du 21 septembre 1987 portant Co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’Hygiène Publique abor<strong>de</strong> le problème <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong> dans une optique <strong>de</strong> santé publique, en fonction <strong>de</strong>s lieux (voies publiques, habitations, p<strong>la</strong>ges, baigna<strong>de</strong>set piscines) et <strong>de</strong>s activités en c<strong>au</strong>se. Toutefois, <strong>la</strong> lutte contre <strong>la</strong> pollution fait <strong>au</strong>ssi l’objet d’un chapitreenglobant « le bruit et <strong>la</strong> pollution du milieu naturel ». Cette <strong>de</strong>rnière étant appréhendée principalement à partir<strong>de</strong> ses c<strong>au</strong>ses : e<strong>au</strong>x résiduaires (Art. 108) ou <strong>de</strong> ruissellement (Art. 115), matières <strong>de</strong> vidange (Art. 116),dépôts et épandages (Art. 117), déversements et immersion <strong>de</strong> déchets industriels et <strong>au</strong>tres substances nocives(Art. 118 à 123), rejets et écoulements susceptibles d’altérer <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> (Art. 124 à 127) ; ou encorehuiles <strong>de</strong> vidange (Art. 139).La loi n°93-009 du 2 juillet 1993 portant régime <strong>de</strong>s forêts en république du bénin abor<strong>de</strong> à plusieurs reprises <strong>la</strong>problématique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.L’ordonnance n°20/PR/MDRC/SP du 25 avril 1966 portant réglementation générale <strong>de</strong> <strong>la</strong> pêche et les e<strong>au</strong>xcontinentales du BéninLes lois n’ont pas été suffisamment vulgarisées et appliquéesE<strong>la</strong>boration, adoption et mise en application <strong>de</strong>s décretsE<strong>la</strong>boration, adoption et mise en application <strong>de</strong> nouvelles lois précisant les institutions en charge <strong>de</strong> <strong>la</strong>vulgarisationVulgarisation <strong>de</strong>s lois et Renforcement <strong>de</strong>s organes d’exécution31


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesInstruments <strong>de</strong> réglementationINSTRUMENTS EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONRéglementation surles e<strong>au</strong>x souterrainesPlusieurs casbien gérésPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesPopu<strong>la</strong>tion urbaine et ruralePlusieurs casconsidérés nonéquitablesPersonne nes’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiEffetsOccupation anarchique <strong>de</strong>s périmètres <strong>de</strong> protectionNon respect <strong>de</strong>s normes d’instal<strong>la</strong>tion <strong>de</strong>s ouvrages(puits, fosses sceptiques et <strong>la</strong>trines principalement)Pollution due <strong>au</strong>x différentes pratiques dont l’usage <strong>de</strong>sengrais chimiques et pestici<strong>de</strong>s à doses excessivesfertilisants d’intrants agricoles (donner <strong>de</strong>s exemplesd’intrants)Intrusion saline dans les aquifères (cas <strong>de</strong> Godomey).Peu <strong>de</strong> cas Peu <strong>de</strong> gens sontinformésDurée Immédiat Long terme irréversibilitéPas <strong>de</strong> cas l’an<strong>de</strong>rnierPas encore prêtCoût estimatif/ DommagesDescription succincte<strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteCertaines dispositions <strong>de</strong> l’avant-projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> prévoit <strong>la</strong> délimitation <strong>au</strong>tour du point <strong>de</strong>prélèvement <strong>de</strong>s aires <strong>de</strong> protection (chap. 9, sect1ere. art 74 à 78)Le co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’hygiène publique prévoit <strong>de</strong>s dispositions particulières en vue d’éviter <strong>de</strong>s contaminations dues à <strong>la</strong>proximité <strong>de</strong>s <strong>la</strong>trines, fosses sceptiques, dépôt <strong>de</strong> fumiers, ordures, etc. (articles 76 et 77)Le règlement général du service public <strong>de</strong> <strong>la</strong> distribution d’e<strong>au</strong> potable et industrielle en zone urbaine du 30 octobre1987 abor<strong>de</strong> <strong>au</strong>ssi <strong>la</strong> question <strong>de</strong> <strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s zones <strong>de</strong> forages et <strong>de</strong> captage (Art. 16 et annexe 1)L’avant-projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> n’est pas encore adopté.Cadre légis<strong>la</strong>tif dispersé (trois différents textes pour réglementer <strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s captages)Le mo<strong>de</strong> <strong>de</strong> prélèvement <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x souterraines <strong>de</strong>vrait s’appliquer à <strong>de</strong>s zones définies par arrêté interministériel quin’a jamais été pris (ancien co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>). L’e<strong>au</strong> est donc prélevée sans contrôle avec pour conséquences lerabattement excessif <strong>de</strong> <strong>la</strong> nappe par endroit accompagné ou non d’intrusion saline.Actions proposées Adoption <strong>de</strong> l’avant-projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, prise et exécution <strong>de</strong> décrets d’applicationRenforcement <strong>de</strong>s polices sanitaire et environnementaleDélimitation systématique <strong>de</strong>s périmètres <strong>de</strong> protection <strong>au</strong>tour <strong>de</strong>s points d’e<strong>au</strong>INSTRUMENTS EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONRéglementation surl’adduction d’e<strong>au</strong>Plusieurs casbien gérésPas d’intégration <strong>de</strong>sdifférents intérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesPlusieurs casconsidérés nonéquitablesPersonne ne s’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiEffetsPeu <strong>de</strong> cas Peu <strong>de</strong> gens sontinformésDurée Immédiat Long terme irréversibilitéDescription succincte<strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementationPas <strong>de</strong> cas l’an<strong>de</strong>rnierPas encore prêtCoûtestimatif /DommagesLe règlement général du service public <strong>de</strong> <strong>la</strong> distribution d’e<strong>au</strong> potable et industrielle en zone urbaine du 30 octobre1987 précise les conditions dans lesquelles <strong>la</strong> gestion du service a été confiée à une société étatique qui se voitreconnaître, dans sa zone d’intervention, « le droit exclusif d’acquérir, construire, réaliser et exploiter les ouvrages <strong>de</strong>captage, production, transport et distribution d’e<strong>au</strong> potable et industrielle <strong>au</strong>x usagers raccordés <strong>au</strong>x instal<strong>la</strong>tionspubliques ». Son objet premier est <strong>de</strong> déterminer les obligations réciproques <strong>de</strong> l’état et <strong>de</strong> <strong>la</strong> société (Art. 3),d’énoncer les dispositions applicables à <strong>la</strong> construction et <strong>au</strong> financement <strong>de</strong>s ouvrages (Art. 4 à 9), <strong>au</strong>x marchés (Art.10 à 14) et <strong>de</strong> définir les modalités d’exploitation du service. Ces <strong>de</strong>rnières concernent en particulier les tarifs (Art. 2232


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaireset annexe 2) et les re<strong>la</strong>tions avec les usagers (annexe 3 portant règlement du service d’e<strong>au</strong> potable).Justification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesAvec le contexte actuel <strong>de</strong> décentralisation, le partenariat pour l’approvisionnement en e<strong>au</strong> potable <strong>de</strong>vra se faireentre les communes et <strong>la</strong> société <strong>de</strong> production/distribution. Ce qui n’est pas encore le casE<strong>la</strong>boration <strong>de</strong> nouvelles réglementations adaptées <strong>au</strong> contexte actuel <strong>de</strong> <strong>la</strong> décentralisationCadre organisationnelINSTITUTIONGESTIONDEEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUEDE GESTIONOrganisationprofessionnelle(Conseil et Comité)Description succincte<strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnesaffectéesGestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence Effets Conflits entre usagers,Malversations financièresM<strong>au</strong>vaise gestion <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns et points d’e<strong>au</strong>,Gestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresDurée Immédiat Long terme irréversibilitéN’existe pas Non opérationnel Coûtestimatif /DommagesLes AUE (Association <strong>de</strong>s Usagers d’E<strong>au</strong>) : <strong>la</strong> mission essentielle <strong>de</strong>s Associations <strong>de</strong>s Usagers <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> (Décret n°96-317 du 2 août 1996) est <strong>de</strong> promouvoir les systèmes commun<strong>au</strong>taires d’alimentation en e<strong>au</strong> potable <strong>de</strong>spopu<strong>la</strong>tions et <strong>de</strong> gérer les infrastructures d’approvisionnement en e<strong>au</strong> <strong>de</strong> boisson.Les Comités <strong>de</strong> Gestion <strong>de</strong> Point d’E<strong>au</strong> (Hydr<strong>au</strong>lique Vil<strong>la</strong>geoise et Pastorale) : les Comités <strong>de</strong> Gestion <strong>de</strong> Pointd’E<strong>au</strong> <strong>de</strong>stiné à l’alimentation en e<strong>au</strong> potable <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions (forages et puits) ou à l’abreuvement du bétail(essentiellement <strong>de</strong> petits barrages collinaires) sont <strong>de</strong>s comités composés <strong>de</strong>s membres élus par les popu<strong>la</strong>tionsbénéficiaires. Leur rôle essentiel est <strong>de</strong> veiller à une bonne gestion (exploitation et entretien) <strong>de</strong>s infrastructures.Le Comité <strong>de</strong> Pêche est créé par arrêté interministériel à l’échelle du vil<strong>la</strong>ge, <strong>de</strong> groupes <strong>de</strong> vil<strong>la</strong>ges, <strong>de</strong> Commune eta pour mission : i) l’information et <strong>la</strong> sensibilisation <strong>de</strong>s riverains <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> sur les dispositions légales etréglementaires en matière <strong>de</strong> pêche ; ii) l’appui pour <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong>s programmes d’aménagement et <strong>de</strong> gestion<strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> ; iii) <strong>la</strong> s<strong>au</strong>vegar<strong>de</strong> <strong>de</strong>s pratiques traditionnelles visant <strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s ressources du milieuaquatiques et iv) le soutien à toute action visant une protection <strong>de</strong>s berges <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong>.Le Conseil <strong>de</strong> Pêche est créé à l’échelle du département lorsque les activités <strong>de</strong> pêche le justifient. Et, est chargé <strong>de</strong> :i) veiller à une coordination <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong>s Comités <strong>de</strong> Pêche <strong>au</strong>x fins d’une plus gran<strong>de</strong> efficacité et d’unemeilleure synergie ; ii) informer et apporter <strong>de</strong>s appuis <strong>au</strong> règlement <strong>de</strong>s problèmes socioprofessionnels liés àl’exploitation <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> à l’échelle du département ; iii) appuyer les comités <strong>de</strong> pêche dans l’exécution <strong>de</strong> leurmission statutaire ; iv) contribuer <strong>au</strong> règlement <strong>de</strong> tout différend entre les commun<strong>au</strong>tés vil<strong>la</strong>geoises et ayant trait à <strong>la</strong>gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>.Insuffisance <strong>de</strong> formation, méconnaissance <strong>de</strong>s textes légis<strong>la</strong>tifs,absence / insuffisance <strong>de</strong> cadre <strong>de</strong> concertation entre différents acteurs (insuffisance <strong>de</strong> dynamisme)Création et formalisation <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> concertationE<strong>la</strong>borer et mettre en ouvre un programme <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong>s capacités33


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesINSTITUTIONGESTIONDEEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONOrganisation <strong>de</strong>sbassins, si supérieur àun (1)NB : Mentionnerlequel : Niger, Mono,Ouémé, Volta,CouffoEfficaceGestion médiocrePasd’intégrationPas <strong>de</strong>compétenceNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesEffetsManque <strong>de</strong> mécanisme <strong>de</strong> coordination et <strong>de</strong>concertation,M<strong>au</strong>vaise gestion <strong>de</strong>s ressourcesPressions anthropiques, Destruction <strong>de</strong>s écosystèmesNon prise compte <strong>de</strong> tous les intérêts <strong>de</strong>s différentsusagersConflits entre usagersGestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresDurée Immédiat Long terme irréversibilitéDescription succincte<strong>de</strong> l’organisation et<strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesN’existe pasNonopérationnelCoût estimatif/ DommagesL’avant projet <strong>de</strong> loi portant co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> en République du Bénin prévoit en son chapitre V (<strong>de</strong>s dispositionsinstitutionnelles), section V (<strong>de</strong>s institutions <strong>de</strong> bassin), articles 46 à 51, <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce <strong>de</strong> comités et d’agences <strong>de</strong>bassin. Le comité <strong>de</strong> bassin qui regroupe <strong>de</strong>s représentants <strong>de</strong>s collectivités territoriales, <strong>de</strong>s représentants <strong>de</strong>sprofessions, activités, intérêts ou associations concernés par <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>l'e<strong>au</strong></strong>, <strong>de</strong>s personnalités qualifiées et <strong>de</strong>sfonctionnaires <strong>de</strong> l'Etat (Art. 49).Les agences <strong>de</strong> bassin sont investies <strong>de</strong> missions scientifiques, techniques et administratives (art 50)L’<strong>au</strong>torité du bassin du Niger : le processus <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> bassins internation<strong>au</strong>x est en cours : plus particulièrementen ce concerne le bassin du Niger (ABN).Le comité <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> volta : ses activités <strong>au</strong> Bénin sont gérées par un point focal.Absence <strong>de</strong> politique nationale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin (en cours <strong>de</strong> finalisation, <strong>de</strong>scription du nive<strong>au</strong> <strong>au</strong>quel il est)Besoins <strong>de</strong> financement non satisfaitsLes textes existants ne prévoient pas <strong>de</strong>s institutions <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x par bassinAbsence d’outils mo<strong>de</strong>rnes <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s bassins hydrographiquesAucune action vraiment significative en ce qui concerne les bassins <strong>de</strong> <strong>la</strong> Volta et du MonoMise en p<strong>la</strong>ce progressive (selon les besoins et les moyens) <strong>de</strong>s comités et agences <strong>de</strong> bassinsE<strong>la</strong>borer et mettre en uvre <strong>de</strong>s outils <strong>de</strong> gestion intégrée <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s bassins différents hydrographiques (schémasdirecteurs)Poursuite <strong>de</strong>s processus d’intégration <strong>de</strong>s questions liées <strong>au</strong>x ressources en e<strong>au</strong> <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> sous régional à travers lessensibilisations, les étu<strong>de</strong>s et <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce <strong>de</strong> structures et instruments <strong>de</strong> gestion requis34


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesINSTITUTION DEGESTIONEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONOrgane <strong>de</strong>réglementationEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnes affectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionGestionmédiocrePas <strong>de</strong> compétence Effets Inapplication <strong>de</strong>s lois,Gestion peu rationnelle <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressourceGestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresDurée Immédiat Long terme irréversibleDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesN’existe pas Non opérationnel Coût estimatif /DommagesLes organes <strong>de</strong> réglementation en occurrence les Services <strong>de</strong> <strong>la</strong> légis<strong>la</strong>tion et <strong>de</strong> <strong>la</strong> Réglementation (SLR) <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH etdu MEHU procè<strong>de</strong>nt actuellement à <strong>la</strong> révision <strong>de</strong> certains textes tels l’avant-projet <strong>de</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et <strong>la</strong>loi cadre sur l’environnement.Touts les ministères ont <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> légis<strong>la</strong>tion <strong>de</strong> réglementation qui uvre à l’édification et à <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong>réglementation, mais les actions sont peu visibles sur le terrain par insuffisance <strong>de</strong>s moyens humains, matériels etfinanciersDoter les structures <strong>de</strong> réglementation <strong>de</strong> moyens humains, matériels et financiersCréer un cadre <strong>de</strong> concertation avec les unités <strong>de</strong> réglementation <strong>de</strong>s différents ministèresINSTITUTIONDE GESTIONOrganed’exécution(Inspection)-Police judiciaire-Police sanitaire-Policeenvironnementale-DFRN-Direction <strong>de</strong>spêches-Agents reconnuspar <strong>de</strong>s loisparticulièresDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeActions proposéesEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionaffectéesGestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence Effets Non application <strong>de</strong> <strong>la</strong> réglementationConflits d’attributionsGestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresN’existe pas Non opérationnel Coût estimatif /DommagesDurée Immédiat Long terme irréversibleL’avant projet <strong>de</strong> loi portant co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> en République du Bénin précise en son chapitre XI (Des dispositionspénales), Section 1 (De <strong>la</strong> recherche et <strong>de</strong> <strong>la</strong> constatation <strong>de</strong>s infractions), Articles 94 et 95, les personnes habilitées àrechercher et constater les infractions prévues par <strong>la</strong> loi et les textes pris pour son application.La surveil<strong>la</strong>nce du domaine public hydr<strong>au</strong>lique relève <strong>de</strong> différents ministères ayant reçu <strong>de</strong>s mandats directs ouindirects <strong>de</strong> constatation, <strong>de</strong> verbalisation et <strong>de</strong> poursuite. Il s’agit <strong>de</strong>s structures suivantes : (i) <strong>la</strong> Direction Générale <strong>de</strong>l’Hydr<strong>au</strong>lique du MMEH ; (ii) <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong> l’Hygiène et <strong>de</strong> l’assainissement à <strong>la</strong> base, du Ministère <strong>de</strong> <strong>la</strong> Santé ; (iii)<strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>s Forêts et Ressources Naturelles ; (iv) <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>s Pêches ; (v) <strong>la</strong> police environnementale duMEHU ; et (vi) les maires qui ont également un pouvoir <strong>de</strong> police sur le territoire <strong>de</strong> leur commune.Multiples institutions avec <strong>de</strong>s mandats complémentaires mais parfois ces mandats se chev<strong>au</strong>chent, entraînant ainsi <strong>de</strong>sconflits d’attribution.Faible capacité <strong>de</strong>s structures mandatées : absence <strong>de</strong> moyens matériels, financiers, humaines et techniquesHarmonisation et c<strong>la</strong>rification <strong>de</strong>s mandats, renforcement <strong>de</strong>s organes.35


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesINSTITUTIONDE GESTIONOrganed’exécution(Inspection)MEHU (Policeenvironnementale)Descriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeActions proposéesEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionaffectéesGestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence Effets Dégradation : environnementPollution chimique et physique <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>xGestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresDurée Immédiat LongtermeirréversibilitéN’existe pas Non opérationnel Coûtestimatif /DommagesLe décret n°2001-096 du 20/02/2001 portant création, Attributions, organisation et fonctionnement <strong>de</strong> <strong>la</strong> policeenvironnementale.L’arrêté n°0045/MEHU/DC/SG/DE/SQEPE/DPE/SA du 23/10/2002 fixant les conditions et modalités d’exercice <strong>de</strong> <strong>la</strong>fonction d’agent <strong>de</strong> <strong>la</strong> police environnementale en son chapitre II, articles 9 et 10.P<strong>la</strong>cée sous <strong>la</strong> tutelle du ministère <strong>de</strong> l’Environnement, elle a pour missions <strong>de</strong> prévenir, <strong>de</strong> rechercher, <strong>de</strong> constater et<strong>de</strong> réprimer les infractions à <strong>la</strong> légis<strong>la</strong>tion environnementale en col<strong>la</strong>boration avec les <strong>au</strong>torités compétentes.La création et le fonctionnement <strong>de</strong> <strong>la</strong> police environnementale crée une confusion avec les compétences <strong>de</strong> contrôles<strong>de</strong> plusieurs <strong>au</strong>tres secteurs dont les activités d’hygiène et d’assainissement <strong>de</strong> base, et <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s forêts.Renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong> <strong>la</strong> police environnementale par rapport à <strong>la</strong> GIREINSTITUTIONDE GESTIONEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONLoi ou cadrejuridique sur lesorganismes <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong>sressourcescommun<strong>au</strong>tairesAssociations :associations <strong>de</strong>sPlusieurs cas biengérésPlusieurs casconsidérés nonéquitablesUtilisé dans peu <strong>de</strong>casPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsPersonne nes’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiPeu <strong>de</strong> gens sontinformésNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesEffetsconsommateurs N’existe pas Pas encore prêts Coût estimatif /DommagesDescriptionsuccincte <strong>de</strong>s loisJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionFaiblesse <strong>de</strong> leur pouvoir et actions sur le terrainDurée Immédiat LongtermeirréversibilitéLa loi 1901 régit en général les institutions <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources commun<strong>au</strong>taires. Plusieurs Décrets et arrêtés <strong>au</strong>nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s ministères, départements et communes y font également mention.Problèmes d’organisation, <strong>de</strong> capacité, <strong>de</strong> compréhension et d’actionActions proposéesAi<strong>de</strong>r les associations <strong>de</strong> consommateurs à mieux s’affirmer : restructuration, définition <strong>de</strong>s rôles, renforcement <strong>de</strong>capacités surtout en ce qui concerne les droits et <strong>de</strong>voirs <strong>de</strong>s consommateursEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTION36


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong>sensibilisationDescriptionsuccincte <strong>de</strong>activitésJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeEfficace Message pas intégré Nombre <strong>de</strong>personnesaffectéesLarge portée maismédiocrePortée limitéeMessage n’a pasd’impactPeu <strong>de</strong> gensinformésEffetsfaible participation <strong>de</strong>s acteurs par manque d’informationet <strong>de</strong> formation,méconnaissance <strong>de</strong>s textesconflits entre usagerstimi<strong>de</strong> changement <strong>de</strong> comportement <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> lespopu<strong>la</strong>tionsDurée Immédiat LongtermeirréversibilitéN’a pas lieuCoûtestimatif /Pas d’effetDommagesFormation <strong>de</strong>s bénéficiaires et usagersSensibilisation grand public, Eveil <strong>de</strong> conscience <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> <strong>de</strong>s écoliersCréation <strong>de</strong> Sites web et <strong>au</strong>tres supportsCol<strong>la</strong>boration avec <strong>de</strong>s ONG (structures d’intermédiation) chargées <strong>de</strong> <strong>la</strong> sensibilisation et l’information <strong>de</strong>scommun<strong>au</strong>tés <strong>de</strong> base.La stratégie <strong>de</strong> sensibilisation est inappropriéeBesoins <strong>de</strong> financement non satisfaitsLa sensibilisation est faite <strong>de</strong> manière sectorielle.Actions proposéesIntroduction formelle <strong>de</strong> <strong>la</strong> problématique <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> dans les programmes sco<strong>la</strong>iresDéfinition d’une stratégie <strong>de</strong> communication <strong>au</strong>x nive<strong>au</strong>x national, régional et local et <strong>de</strong>s can<strong>au</strong>x appropriés <strong>de</strong>sensibilisationE<strong>la</strong>boration <strong>de</strong> supports adéquats.Renforcement <strong>de</strong> capacité <strong>de</strong>s différents acteursEtu<strong>de</strong> sur les impacts <strong>de</strong>s sensibilisations en matière <strong>de</strong> GIREHarmonisation <strong>de</strong> <strong>la</strong> sensibilisation du publicRôle <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> distribution d’e<strong>au</strong> dans <strong>la</strong> gestionSERVICES DEDISTRIBUTIOND’EAU DANS LAGESTIONINTEGREEServicesd’approvisionnement urbainSociété nationale<strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x du Bénin(SONEB)EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONEfficacePas d’intégration(avec MEHU et lesCommunes pour lelotissement)Nombre <strong>de</strong>personnesaffectées44% <strong>de</strong>s ménages du Bénin disposent d’e<strong>au</strong>courante ou s’approvisionnent à un robinet(DHAB, 2003). T<strong>au</strong>x <strong>de</strong> <strong>de</strong>sserte en milieuurbain 68%Gestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence Effets Couverture partielle <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong> en e<strong>au</strong>potableGestion partielle <strong>de</strong>smandatsNon reconnu par les<strong>au</strong>tresDurée Immédiat LongtermeirréversibilitéDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisation et dumandatN’existe pas Non opérationnel Coûtestimatif /DommagesLe décret n°2003-203 du 12 juin 2003 portant création <strong>de</strong> <strong>la</strong> Société nationale <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x du Bénin (SONEB) stipulequ’elle a pour mission le captage, le transfert, le traitement et <strong>la</strong> distribution <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> potable ainsi que l’évacuation <strong>de</strong>se<strong>au</strong>x usées (article 2). Ses activités s’enten<strong>de</strong>nt sur l’ensemble du territoire national et elle intervient en milieu urbain etpéri-urbain. Elle est p<strong>la</strong>cée sous <strong>la</strong> tutelle du ministère chargé <strong>de</strong> l’hydr<strong>au</strong>lique (article 3).La stratégie <strong>de</strong> l’approvisionnement en e<strong>au</strong> potable (AEP) en milieux urbain et périurbain (2005) est en coursd’é<strong>la</strong>boration37


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeActions proposéesSERVICES DEDISTRIBUTIOND’EAU DANS LAGESTIONINTEGREEServicesd’approvisionnement ruralDG (Service <strong>de</strong>l’Hydr<strong>au</strong>lique : SHDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisation et dumandatJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeActions proposéesFaible intégration <strong>de</strong>s structures (SONEB, SBEE, MEHU, Communes) en charge <strong>de</strong> <strong>la</strong> viabilisation <strong>de</strong>s zones urbaineset périurbainesFaible capacité productive <strong>de</strong> <strong>la</strong> SONEB par rapport <strong>au</strong>x besoins <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tionsLe volet évacuation <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x usées n’est toujours pas d’actualitéPerte d’e<strong>au</strong> sur le rése<strong>au</strong>Intrusion saline constatée sur le champ <strong>de</strong> captage <strong>de</strong> GodomeyNon implication <strong>de</strong>s collectivités locales <strong>au</strong>xquelles les lois sur <strong>la</strong> décentralisation transfèrent <strong>de</strong>s compétences en <strong>la</strong>matièreFinalisation <strong>de</strong> <strong>la</strong> stratégie d’AEP en milieu urbainAppui à <strong>la</strong> viabilisation <strong>de</strong>s zones urbaines et périurbainesRenforcement <strong>de</strong> <strong>la</strong> capacité productive <strong>de</strong> <strong>la</strong> SONEBIntégration et renforcement <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s collectivités localesEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUEDE GESTIONEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnesaffectéesGestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence Effets Faible couverture <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong> en e<strong>au</strong> potable (t<strong>au</strong>x <strong>de</strong>couverture:41 % (BDI DGH 2006)Gestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu par les<strong>au</strong>tresDurée Immédiat Long terme irréversibleN’existe pas Non opérationnel Coûtestimatif /DommagesL’arrêté MMEH/DC/SG/CTJ/DA/DGH du 8 janvier 2003 portant attributions, organisation et fonctionnement. La SHveille à l’application <strong>de</strong> <strong>la</strong> légis<strong>la</strong>tion, <strong>au</strong> respect <strong>de</strong>s normes <strong>de</strong> conception, <strong>de</strong> réalisation et d’exploitation <strong>de</strong>souvrages.La stratégie nationale d’alimentation en e<strong>au</strong> potable et d’assainissement en milieu rural a été adoptée en 1992 et réviséeen 2004Couverture partielle <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>de</strong>man<strong>de</strong>Les analyses <strong>de</strong> qualité sont faites lors <strong>de</strong> <strong>la</strong> construction <strong>de</strong>s puits et forages.Pas <strong>de</strong> suivi régulier <strong>de</strong> <strong>la</strong> qualité <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>La durabilité <strong>de</strong>s équipements n’est pas totalement garantieProblème <strong>de</strong> capacités financières, techniques et humainesMise en uvre et vulgarisation <strong>de</strong> <strong>la</strong> Stratégie Nationale <strong>de</strong> l’Approvisionnement en E<strong>au</strong> Potable en milieu Rural duBénin (2005-2015)Renforcement <strong>de</strong> capacité <strong>de</strong>s SH38


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesSERVICES DEDISTRIBUTIOND’EAU DANS LAGESTIONINTEGREEServices d’irrigationet <strong>de</strong> drainageDirection <strong>de</strong> GénieRural (MAEP)EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnesaffectéesGestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence Effets Peu <strong>de</strong> superficies irriguéesConflits d’attributions avec le MEHU et <strong>la</strong> DHGestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresDurée Immédiat Long terme irréversibilitéDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisation et dumandatJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesN’existe pas Non opérationnel Coût estimatif /DommagesDirection du Génie Rural (DGR) : selon le Décret n° 2001-364 du 18 septembre 2001 portant attributions etorganisation du MAEP, elle s’occupe <strong>de</strong> toutes les questions liées à <strong>la</strong> maîtrise <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> à <strong>de</strong>s fins <strong>de</strong> productionagricole, <strong>de</strong> l’élevage, <strong>de</strong> <strong>la</strong> pêche ainsi qu’<strong>au</strong>x infrastructures <strong>de</strong> base <strong>de</strong>s commun<strong>au</strong>tés vil<strong>la</strong>geoises <strong>au</strong> Bénin.Cette direction est un acteur clé du secteur l’hydr<strong>au</strong>lique vil<strong>la</strong>geoise. La col<strong>la</strong>boration avec <strong>la</strong> DGH est indispensablepour <strong>la</strong> coordination et l’harmonisation <strong>de</strong>s actions. Malheureusement les textes ne le prévoient pas. D’où les risque <strong>de</strong>conflits d’attribution et <strong>de</strong> duplication <strong>de</strong>s rôles et interventionsProblèmes <strong>de</strong> capacités techniques, financières et humainesCréation d’un cadre <strong>de</strong> concertation avec <strong>la</strong> DGH. Et le MEHUToilettage <strong>de</strong>s textes réglementairesRenforcement <strong>de</strong>s capacitésSERVICES DEDISTRIBUTIOND’EAU DANS LAGESTIONINTEGREESERVICES DETRAITEMENTDES EAUXPotabilisation:Confère servicesd’approvisionnement rural / UrbainDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisation et dumandatJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnesaffectéesGestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence EffetsGestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresN’existe pas Non opérationnel Coût estimatif/ DommagesDurée Immédiat Long terme irréversibilité39


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesServices <strong>de</strong>traitement <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>xE<strong>au</strong>xusées domestiques:union <strong>de</strong>s structures<strong>de</strong> vidanges (USV)Descriptionsuccincte <strong>de</strong>l’organisation et dumandatJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesEfficace Pas d’intégration Nombre <strong>de</strong>personnesaffectéesCouverture en ouvrage d’évacuation <strong>de</strong>s excrétas :32,1 %Evacuation <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x usées domestiques 0,2 %Gestion médiocre Pas <strong>de</strong> compétence Effets Pas d’épuration <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x évacuées et m<strong>au</strong>vaisecouverture du territoire national : Pollution <strong>de</strong>l’environnementGestion partielle<strong>de</strong>s mandatsNon reconnu parles <strong>au</strong>tresN’existe pas Non opérationnel Coût estimatif/ DommagesDurée Immédiat Long terme irréversibilitéL’arrêté n°65/MISAT/MEHU/MS/DC/DE/DAT/DHAB du 4 avril 1999 portant réglementation <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong>collecte, d’évacuation, <strong>de</strong> traitement et d’élimination <strong>de</strong>s matières <strong>de</strong> vidange en République du Bénin réglementel’activité <strong>de</strong>s structures <strong>de</strong> vidange regroupées en association dénommée « l’union <strong>de</strong>s structures <strong>de</strong> vidanges (USV) »Faible col<strong>la</strong>boration avec les <strong>au</strong>torités locales qui ont en charge <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x uséesLa prestation <strong>de</strong>s USV est onéreuse et le secteur mal organiséAbsence <strong>de</strong> système d’évacuation systématique <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x usées domestiquesSystème d’épuration inefficace et insuffisantPriorité est donnée à <strong>la</strong> fourniture <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> potable en défaveur du traitement <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x uséesInsuffisance <strong>de</strong>s stations <strong>de</strong> boue <strong>de</strong> vidange <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x usées <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> nationalPromotion d’une col<strong>la</strong>boration entre les <strong>au</strong>torités locales (communes), le secteur public (Ministères environnement,santé, intérieur) et le secteur privé (USV)Réalisation <strong>de</strong> rése<strong>au</strong>x d’égoutE<strong>la</strong>rgissement <strong>de</strong> l’activité à toutes les villes du BéninSensibilisation <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions sur <strong>la</strong> nécessité <strong>de</strong> recourir <strong>au</strong> service <strong>de</strong>s USVAppui à <strong>la</strong> SONEB pour une prise en compte <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x usées urbainesExtension <strong>de</strong> <strong>la</strong> construction <strong>de</strong>s <strong>de</strong> boue <strong>de</strong> vidange <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x uséesINSTRUMENTS DEREGLEMENTATIONEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUEDE GESTIONContrôlep<strong>la</strong>nificationterrainset<strong>de</strong>sPlusieurs cas biengérésPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionDescription succincte<strong>de</strong> <strong>la</strong> loi et <strong>de</strong> <strong>la</strong>réglementationPlusieurs casconsidérés nonéquitablesPeu <strong>de</strong> casPas <strong>de</strong> cas l’an<strong>de</strong>rnierPersonne nes’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiPeu <strong>de</strong> gens sontinformésPas encore prêtEffetsOccupation anarchique <strong>de</strong>s terresLotissement <strong>de</strong> zones inappropriées à l’habitation.Durée Immédiat LongtermeCoûtestimatif /DommagesirréversibilitéLa loi n°98-030 du 12 février 1999 portant Loi- cadre sur l’environnement stipule en son Titre III, Chapitre II,Article 61 que les permis <strong>de</strong> construire dans les zones sensibles ou inondables peut-être soumis à <strong>de</strong>s prescriptionsspéciales é<strong>la</strong>borées par le ministre si les constructions envisagées sont <strong>de</strong> nature à avoir <strong>de</strong>s conséquencesdommageables pour l’environnement.L’arrêté n°2/MEHU/DC/DUA du 7/02/1992 définissant les zones impropres à l’habitation, les <strong>au</strong>torisationsd’urbanisme et l’immatricu<strong>la</strong>tion exclut ces zones <strong>de</strong> tout aménagement spatial notamment urbain (Article 3). Ilprécise qu’<strong>au</strong>cun lotissement ne peut être entrepris dans ces zones. Les personnes installées sont déc<strong>la</strong>réesoccupants illég<strong>au</strong>x sur lesquels p<strong>la</strong>ne <strong>la</strong> menace d’un dép<strong>la</strong>cement sans dédommagement (Article 4).Le décret du 29 septembre 1928 définit le domaine public et les servitu<strong>de</strong>s d’utilité publique susceptibles <strong>de</strong> greverses dépendances (Dans le cadre du processus <strong>de</strong> finalisation du « nouve<strong>au</strong> » co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, il conviendrait d’engagerune réflexion approfondie sur le domaine public, son étendue, les modalités <strong>de</strong> son utilisation et <strong>de</strong> sa protection).La loi du 14 août 1965 portant régime <strong>de</strong> <strong>la</strong> propriété foncière en république du bénin institue une propriété privée<strong>de</strong> droit mo<strong>de</strong>rne et met en p<strong>la</strong>ce une procédure d’immatricu<strong>la</strong>tion <strong>de</strong>s immeubles.40


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteLa loi n° 60-20 du 13 juillet 1960 fixe le régime du permis d’habiterLe décret du 24 mars 1989 et l’arrêté interministériel du 30 novembre 1992 qui régissent le permis <strong>de</strong> construire.Textes dépassés et inappliqués, soit par i) l’absence <strong>de</strong> décrets ou arrêtés d’application, ii) <strong>la</strong> méconnaissancegénérale (Ignorances par le public), iii) certaines contradictions et, iv) manque <strong>de</strong> coercition.Les zones <strong>de</strong>vant faire l’objet <strong>de</strong> ces réglementations ne sont pas délimitées et matérialiséesActions proposéesINSTRUMENTS DEREGLEMENTATIONRévision et/ou Vulgarisation <strong>de</strong>s loisApplication <strong>de</strong> mesures coercitives.EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUEDE GESTIONProtection <strong>de</strong> <strong>la</strong> nature(re<strong>la</strong>tive à l’e<strong>au</strong>Plusieurs cas biengérésPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesDescription succincte<strong>de</strong> <strong>la</strong> loi et <strong>de</strong> <strong>la</strong>réglementationJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesPlusieurs casconsidérés nonéquitablesPeu <strong>de</strong> cas bengérésPas <strong>de</strong> cas l’an<strong>de</strong>rnierPersonne nes’efforced’appliquer <strong>la</strong> loiPeu <strong>de</strong> gens sontinformésPas encore prêtEffetsComblement <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong>Baisse <strong>de</strong> ressources halieutiquesPollution chimique et physique <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>xDurée Immédiat Long terme irréversibilitéCoût estimatif/ DommagesLa loi n° 90-030 du 12 février 1999 portant loi-cadre sur l’environnement : Chapitre II (Art. 23-38 : <strong>de</strong>s mesures <strong>de</strong>protection <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x continentales et Art. 39-44 : <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x maritimes) et en son titre III, intitulé « <strong>de</strong> <strong>la</strong> protection et<strong>de</strong> <strong>la</strong> mise en valeur du milieu naturel et <strong>de</strong> l’environnement humain ». De plus, l’étu<strong>de</strong> d’impact (Art. 87-93) estdéfinie comme « <strong>la</strong> procédure qui permet <strong>de</strong> déterminer les effets que <strong>la</strong> réalisation ou l’exécution d’un projet oud’un programme peut avoir sur l’environnement » (Art. 87).L’avant-projet <strong>de</strong> loi portant co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> en son chapitre IX (Des protections particulières), Section II (De <strong>la</strong>protection du patrimoine naturel et culturel aquatique), articles 78-84 impose une gestion rationnelle <strong>de</strong>s zoneshumi<strong>de</strong>s du Bénin inscrites sur <strong>la</strong> liste prévue par <strong>la</strong> Convention <strong>de</strong> Ramsar du 2 février 1971. Les actionssusceptibles <strong>de</strong> porter atteinte à l’équilibre <strong>de</strong>s écosystèmes ou d’affecter leur diversité biologique, sontréglementées et, le cas échéant, interdites. Sont visés notamment les utilisations <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x entraînant unemodification <strong>de</strong> leur régime, l’épandage à quelque fin que ce soit <strong>de</strong> produits chimiques et en particulier <strong>de</strong>pestici<strong>de</strong>s agricoles, les rejets d’effluents ou <strong>de</strong> substances toxiques, le déversement ou l’écoulement d’e<strong>au</strong>x uséeset le dépôt d’immondices ou <strong>de</strong> déchets domestiques ou industriels.pratiques endogènes : i) l’institution <strong>de</strong>s pério<strong>de</strong>s <strong>de</strong> fermeture <strong>de</strong> pêche sur les p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong>, ii) <strong>la</strong> création <strong>de</strong>sfrayères sur les p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong>, iii) <strong>la</strong> sacralisation <strong>de</strong>s p<strong>la</strong>ns d’e<strong>au</strong> naturels,Popu<strong>la</strong>tion peu consciente <strong>de</strong>s impacts <strong>de</strong> leurs activités sur <strong>la</strong> ressourceFaible suivi <strong>de</strong>s impacts environnement<strong>au</strong>x sur <strong>la</strong> ressource car <strong>la</strong> réglementation <strong>de</strong>s EIE ne prévoit pas <strong>de</strong>disposition particulière sur les (ou <strong>au</strong>tour <strong>de</strong>s) zones où <strong>la</strong> ressource <strong>de</strong>vrait être particulièrement protégée (sitesRamsar, zones <strong>de</strong> rechargement <strong>de</strong>s nappes, etc.)L’é<strong>la</strong>boration systématique d’une étu<strong>de</strong> d’impact sur l’environnement avant <strong>la</strong> réalisation <strong>de</strong>s instal<strong>la</strong>tions,ouvrages, trav<strong>au</strong>x et activités soumis à <strong>au</strong>torisation a été introduite récemment.Initiation <strong>de</strong> campagne <strong>de</strong> sensibilisation pour l’éveil <strong>de</strong> <strong>la</strong> conscience <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tions sur <strong>la</strong> gestion durable <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong>.Initiation d’actions pilotes <strong>de</strong> gestion intégrée <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> sur les sites Ramsar.41


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesCOORDINATION EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONCoordinationl’agricultureavecDescriptionsuccincte dumécanismeJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesLe mécanismefonctionne bienLe mécanisme estutilisé mais nonéquitableMécanismepresque pas utiliséPas <strong>de</strong> mécanismeen p<strong>la</strong>ceLes différentsintérêts nonéquilibrésNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionPas <strong>de</strong> suivi Effets Conflits d’attribution,Duplication <strong>de</strong>s rôles,Erosion due <strong>au</strong>x pratiques culturalesPollution chimique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>Nul n’est informé<strong>de</strong> son existencePas encore prêtDurée Immédiat Long terme irréversibilitéCoûtestimatif /DommagesIl n’existe pas <strong>de</strong> structure <strong>de</strong> concertation/coordination.Distribution <strong>de</strong>s mandats <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> l’Etat : ressemb<strong>la</strong>nt plus à une juxtaposition <strong>de</strong> champs <strong>de</strong> compétencesconcurrents qu’à une répartition rationnelle <strong>de</strong> missions complémentaires et coordonnées.Participation <strong>de</strong>s acteurs, se faisant <strong>de</strong> façon plus ou moins informelle : inexistence d’instance nationale offrant uncadre formel à <strong>la</strong> participation <strong>de</strong>s parties prenantes <strong>au</strong> processus <strong>de</strong> prise <strong>de</strong> décision.Politiques agricoles n’intègrent pas suffisamment <strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s ressources hydriquesCréation du cadre <strong>de</strong> concertation <strong>de</strong>s différents acteurs.Profon<strong>de</strong> réforme du cadre institutionnel : harmonisation avec les principes <strong>de</strong> <strong>la</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et avecles gran<strong>de</strong>s orientations <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> décentralisation/déconcentration.Etablissement d’un véritable dialogue entre les différentes institutions intervenant dans le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.COORDINATION EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONCOORDINATIONAVECL’AGRICULTUREDescriptionsuccincte dumécanismeJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteActions proposéesLe mécanismefonctionne bienLe mécanisme estutilisé mais nonéquitableMécanismepresque pas utiliséPas <strong>de</strong> mécanismeen p<strong>la</strong>ceLes différentsintérêts nonéquilibrésNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionPas <strong>de</strong> suivi Effets Conflits d’attribution,Duplication <strong>de</strong>s rôles,Erosion due <strong>au</strong>x pratiques culturalesPollution chimique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>Nul n’est informé<strong>de</strong> son existencePas encore prêtDurée Immédiat Long terme irréversibilitéCoûtestimatif /DommagesIl n’existe pas <strong>de</strong> structure <strong>de</strong> concertation/coordination.Distribution <strong>de</strong>s mandats <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> l’Etat : ressemb<strong>la</strong>nt plus à une juxtaposition <strong>de</strong> champs <strong>de</strong> compétencesconcurrents qu’à une répartition rationnelle <strong>de</strong> missions complémentaires et coordonnées.Participation <strong>de</strong>s acteurs, se faisant <strong>de</strong> façon plus ou moins informelle : inexistence d’instance nationale offrant uncadre formel à <strong>la</strong> participation <strong>de</strong>s parties prenantes <strong>au</strong> processus <strong>de</strong> prise <strong>de</strong> décision.Politiques agricoles n’intègrent pas suffisamment <strong>la</strong> protection <strong>de</strong>s ressources hydriquesCréation du cadre <strong>de</strong> concertation <strong>de</strong>s différents acteurs.Profon<strong>de</strong> réforme du cadre institutionnel : harmonisation avec les principes <strong>de</strong> <strong>la</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et avecles gran<strong>de</strong>s orientations <strong>de</strong> <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> décentralisation/déconcentration.Etablissement d’un véritable dialogue entre les différentes institutions intervenant dans le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.42


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesCOORDINATION EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONCOORDINATIONAVEC LESECTEUR DEL’ENERGIEI<strong>de</strong>m avec lesecteurl’AgricultureDescriptionsuccincte dumécanismeLe mécanismefonctionne bienLe mécanismeest utilisé maisnon équitableMécanismepresque pasutiliséPas <strong>de</strong>mécanisme enp<strong>la</strong>ceLes différentsintérêts nonéquilibrésPas <strong>de</strong> suiviNul n’estinformé <strong>de</strong> sonexistenceNombre <strong>de</strong>personnes affectéesEffetsPas encore prêt Coût estimatif /DommagesDurée Immédiat Long terme irréversibilitéJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeActions proposéesAUTORITESLOCALESServicesd’adduction et <strong>de</strong>drainaged’e<strong>au</strong>/traitement<strong>de</strong> déchetsCes services ontété transférés <strong>au</strong>xcommunes dansle cadre <strong>de</strong> <strong>la</strong>décentralisation,mais ce transfertest effectif danstrès peu <strong>de</strong> cas.EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONTrès efficaceSe gère plus oumoinsMandatpartiellementexécutéPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsPas <strong>de</strong>compétence EN’est pasreconnuNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesEffetsAucune activité Pas d’<strong>au</strong>torité Coût estimatif /DommagesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionPollution <strong>de</strong> l’environnementMa<strong>la</strong>dies hydriquesInondationDurée Immédiat Long terme irréversibilitéDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’institution et dumandatJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’ilen existeAvec <strong>la</strong> loi n° 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation <strong>de</strong>s communes en République du Bénin, certainescompétences ont été transférées <strong>au</strong>x communes : Construction et entretien <strong>de</strong>s rése<strong>au</strong>x <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x pluviales et usées,collecte et traitement <strong>de</strong>s déchets <strong>au</strong>tres que les déchets industriels, préservation <strong>de</strong>s conditions d’hygiène et <strong>de</strong> salubritépublique, collecte et traitement <strong>de</strong>s déchets liqui<strong>de</strong>sL’avant-projet <strong>de</strong> loi portant co<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin en son chapitre V, 1ère section, Art 33 précise les attributions <strong>de</strong>scommunes en matière <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion locale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.Les services d’adduction d’e<strong>au</strong> continuent d’être gérés par <strong>la</strong> DGH.Le traitement <strong>de</strong>s déchets se fait en général par les ONG.Le drainage <strong>de</strong>s e<strong>au</strong>x pluviale : l’entretien du rése<strong>au</strong> par les communes qui n’ont toujours pas les compétences requiseset, <strong>la</strong> réalisation par l’Etat en général.Les communes ne disposent pas encore <strong>de</strong> structures techniques adéquates pour i<strong>de</strong>ntifier et conduire les opérationsnécessaires à l’amélioration du cadre <strong>de</strong> vie <strong>de</strong> leur popu<strong>la</strong>tion et à <strong>la</strong> création <strong>de</strong> <strong>la</strong> valeur ajoutée.43


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesActionsproposéesApplication <strong>de</strong> PAC/MEHU (Programme d’appui <strong>au</strong>x communes en matière d’environnement, d’habitat etd’urbanisme) : appui (institutionnel, technique, matériel, financier) <strong>au</strong>x organisations communales, formation àl’utilisation <strong>de</strong>s gui<strong>de</strong>s <strong>de</strong> maîtrise d’ouvrage, formation à l’é<strong>la</strong>boration et à <strong>la</strong> soumission <strong>de</strong> dossiers <strong>de</strong> projetsbancables’A <strong>la</strong> manière <strong>de</strong> PAC/ MEHU, initier PAC/MMEH, PAC/ MAEP, PAC/ MSP, PAC/MISATPromotion d’une col<strong>la</strong>boration entre les <strong>au</strong>torités locales (communes), le secteur public (Ministères environnement,santé, intérieur) et le secteur privé (USV)AUTORITESLOCALESEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONService <strong>de</strong>réglementation(Adduction etdrainaged’e<strong>au</strong>/Traitements<strong>de</strong> déchets)Très peu <strong>de</strong>communesdisposent <strong>de</strong>services <strong>de</strong>réglementation.Même quand ilsexistent, ilss’occupent très peu<strong>de</strong>s questions liées àl’e<strong>au</strong>Descriptionsuccincte <strong>de</strong>l’institution et dumandatJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il enexisteTrès efficaceSe gère plus oumoinsMandatpartiellementexécutéPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesProportion d’ordures ramassées : 17,4% Source:DHAB, 2003Pas <strong>de</strong> compétence Effets M<strong>au</strong>vais état <strong>de</strong> santé <strong>de</strong>s popu<strong>la</strong>tionsN’est pas reconnu Durée Immédiat Long terme irréversibilitéAucune activité Pas d’<strong>au</strong>torité Coût estimatif/ DommagesFaible capacité <strong>de</strong>s communes nées du processus <strong>de</strong> décentralisation mise en route dans le pays il y a seulement 2 ansDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’institution et dumandatRenforcement <strong>de</strong> capacité <strong>de</strong>s communesAUTORITESLOCALESP<strong>la</strong>nification etcadrage <strong>de</strong>sressourceshydriquesRelève plutôt<strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH <strong>au</strong>BéninDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’institution etdu mandatEFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES DU MANQUE DE GESTIONTrès efficace Pas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsSe gère plus oumoinsMandatpartiellementexécutéNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionPas <strong>de</strong> compétence Effets Gestion peu rationnelleN’est pas reconnu Durée Immédiat Long terme irréversibilitéAucune activité Pas d’<strong>au</strong>torité Coût estimatif/ DommagesL’arrêté n° 2003-01 MMEH/DC/SG/CT/DA/DH du 08 janvier 2003 fixe les attributions, l’organisation et lefonctionnement <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction Générale <strong>de</strong> l’hydr<strong>au</strong>lique (DGH) : elle stipule que, <strong>la</strong> DGH a pour missions <strong>de</strong> : (i) assurer<strong>la</strong> gestion du domaine public hydr<strong>au</strong>lique, (ii) assurer l’orientation et <strong>la</strong> coordination <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> l’Etat dans le secteur <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong>, (iii) assurer <strong>la</strong> mise en p<strong>la</strong>ce et le fonctionnement du système d’information et <strong>la</strong> gestion d’une banque <strong>de</strong> données surles ressources en e<strong>au</strong> et leur mobilisation.44


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesJustification<strong>de</strong>sinsuffisancess’il en existeDescriptionsuccincte <strong>de</strong>l’institution etdu mandatLes <strong>de</strong>ux structures clés <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH en charge <strong>de</strong> <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nification et du cadrage <strong>de</strong>s ressources hydriques sont : Direction <strong>de</strong>sressources en e<strong>au</strong> et <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction du développement stratégiqueLe suivi quantitatif <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource jusqu'à une époque récente était presque inexistant. Hormis <strong>la</strong> collecte <strong>de</strong> donnéeshydrologiques qui se fait dans <strong>de</strong>s conditions assez difficiles, les activités <strong>de</strong> suivi <strong>de</strong>s nappes ont repris timi<strong>de</strong>ment dans lecadre du projet AGRE.Absence <strong>de</strong> col<strong>la</strong>boration entre <strong>la</strong> DGH et les communes pour <strong>la</strong> p<strong>la</strong>nification <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong>.Faibles capacités <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> et <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction du développement stratégique : manque <strong>de</strong>personnel, <strong>de</strong> moyens financiers, logistiques et techniquesRenfoncer les capacités <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> et <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction du développement stratégiqueRenforcement <strong>de</strong> l’appui-conseil <strong>de</strong> <strong>la</strong> DGH <strong>au</strong>x communesAUTORITES OCALES EFFICACITE OBSTACLES CONSEQUENCES D’UN MANQUE DE GESTIONAutres fonctions <strong>de</strong>gestionréalisation et équipement<strong>de</strong>s infrastructureshydr<strong>au</strong>liques,fourniture et distribution<strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> potable,construction d’ouvrages<strong>de</strong> protection contre lesinondations,réalisation, entretien etgestion <strong>de</strong>s embarcadèrespréservation <strong>de</strong>sconditions d’hygiène et <strong>de</strong>salubrité publique.Description succincte <strong>de</strong>l’institution et du mandatJustification <strong>de</strong>sinsuffisances s’il en existeDescription succincte <strong>de</strong>l’institution et du mandatTrès efficaceSe gère plus oumoins bienMandatpartiellementexécutéPas d’intégration<strong>de</strong>s différentsintérêtsNombre <strong>de</strong>personnesaffectéesToute <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tionPas <strong>de</strong> compétence Effets Gestion peu rationnelle <strong>de</strong>s ressources,Non maîtrise <strong>de</strong> : l’inondation, l’érosion, <strong>la</strong>pollutionN’est pas reconnu Durée Immédiat Long terme irréversibilitéAucune activité Pas d’<strong>au</strong>torité Coût estimatif /DommagesEn ce qui concerne le secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> potable et <strong>de</strong> l’assainissement, les communes ont d’importantesresponsabilités (articles 82 à 107 <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi n° 97-029 du 15 Janvier 1999 portant organisation <strong>de</strong>s communes enRépublique du Bénin).Bien que le processus <strong>de</strong> transfert <strong>de</strong> ces compétences soit enclenché, il est important <strong>de</strong> signaler que lescommunes manquent <strong>de</strong> moyens et/ou capacités pour mener les activités inhérentes <strong>au</strong>x compétences qui leurssont transférées.Renforcement <strong>de</strong>s capacités : humaines (dans <strong>de</strong>s domaines tels que : e<strong>au</strong> potable, assainissement et<strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>), financiers et techniques45


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesAnnexe 2. Note <strong>de</strong> synthèse sur le déroulement du PfWG (2006)Princip<strong>au</strong>x résultats obtenusE<strong>la</strong>boration et validation du rapport sur l’état <strong>de</strong>s lieux <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> BéninConformément <strong>au</strong> contenu <strong>de</strong> <strong>la</strong> note méthodologique <strong>de</strong> mise en uvre du PfWG, <strong>la</strong> rédaction <strong>de</strong> l’état <strong>de</strong>s lieux<strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> a démarré <strong>au</strong> Bénin <strong>au</strong> len<strong>de</strong>main <strong>de</strong> l’atelier <strong>de</strong> cadrage méthodologique organisé enmars 2007 à Ouaga. Elle s’est déroulée <strong>de</strong> mars à mai 2007 et a connu les principales étapes ci-après :- discussion entre le consultant national et l’équipe du PNE-Bénin, suivie <strong>de</strong> <strong>la</strong> mise en route du PfWG le15 mars 2007 (Photo 1);- mise en p<strong>la</strong>ce du Groupe d’Experts nation<strong>au</strong>x (Annexe 3) comprenant les représentants <strong>de</strong>s ministèressectoriels impliqués dans <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin et <strong>de</strong>s membres <strong>de</strong> <strong>la</strong> Commission Techniques <strong>de</strong>sExperts du PNE-Bénin, qui a accompagné le Consultant national dans <strong>la</strong> collecte <strong>de</strong>s données, <strong>la</strong>relecture et l’amélioration du rapport provisoire ;- iI<strong>de</strong>ntification <strong>de</strong>s acteurs à rencontrer pour <strong>la</strong> collecter <strong>de</strong>s données ;- discussion entre le Consultant national et les membres du Groupe d’Experts nation<strong>au</strong>x en vue d’uneappropriation du contenu <strong>de</strong> <strong>la</strong> matrice scorecard d’évaluation <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> proposée par lecabinet MetaMeta Research ;- collecte <strong>de</strong>s données et remplissage <strong>de</strong> <strong>la</strong> matrice scorecard par le Consultant national ;- discussion entre le Consultant national et les membres du Groupe d’Experts nation<strong>au</strong>x sur les donnéescollectées, qui ont été enrichies et améliorées par <strong>la</strong> suite ;- rédaction du rapport provisoire par le Consultant national ;Discussion entre le Consultant national et les membres du Groupe d’Experts nation<strong>au</strong>x, sur le contenu du rapportprovisoire, suivie <strong>de</strong> l’i<strong>de</strong>ntification commune <strong>de</strong>s actions prioritaires à mettre en p<strong>la</strong>ce pour améliorer <strong>la</strong><strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.Vues partielles <strong>de</strong> membres du Groupe d’Experts nation<strong>au</strong>xLe rapport issu <strong>de</strong> ce processus a été validé <strong>au</strong> cours d’un atelier national tenu le jeudi 18 mai 2006 à Cotonou,en présence d’une cinquantaine <strong>de</strong> participants provenant <strong>de</strong>s structures publiques, <strong>de</strong>s ONG et <strong>de</strong>s Collectivitéslocales. L’atelier a été reh<strong>au</strong>ssé par <strong>la</strong> participation effective <strong>de</strong> Madame Birguy LAMIZANA, Chargée <strong>de</strong>Programme <strong>au</strong> Partenariat Ouest Africain <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> basé à Ouagadougou.Le rapport a mis l’accent entre <strong>au</strong>tres sur les problèmes majeurs qui constituent <strong>de</strong>s obstacles à <strong>la</strong> bonne<strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin à savoir :- inadéquation, difficultés d’application et très faible connaissance <strong>de</strong>s différents textes juridiques ;- inadéquation du cadre institutionnel par rapport à l’approche <strong>de</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>s ressources ene<strong>au</strong>: i) multiplicité <strong>de</strong>s centres <strong>de</strong> décision, ii) insuffisance <strong>de</strong> col<strong>la</strong>boration et <strong>de</strong> concertation entre lesintervenants et, iii) conflits entre les différents groupes d’acteurs du secteur ;- faible implication <strong>de</strong>s acteurs et <strong>de</strong>s usagers dans les prises <strong>de</strong> décisions ;46


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritaires- faibles capacités techniques, humaines et financières <strong>de</strong>s princip<strong>au</strong>x acteurs ;- absence d’un document <strong>de</strong> politique et/ou stratégie c<strong>la</strong>ire et bien documentée <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressourcee<strong>au</strong> ;- absence d’instruments <strong>de</strong> gestion et d’outils d’ai<strong>de</strong> à <strong>la</strong> décision et ;- m<strong>au</strong>vaise connaissance et faible suivi <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>.Pour faire face <strong>au</strong>x différentes contraintes i<strong>de</strong>ntifiées, et suite à <strong>de</strong>s concertations initiées entre les acteurs clés duprocessus <strong>de</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin sur les éléments du diagnostic <strong>de</strong> base, six actions prioritaires ontété proposées, dans une optique d’amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> et <strong>de</strong>s services qu’elle procure<strong>au</strong>x usagers. Il s’agit :- action 1 : facilitation du processus d’adoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin ;- action 2 : appui à <strong>la</strong> gestion communale : ressources en e<strong>au</strong> et infrastructures ;- action 3 : renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong>s acteurs du secteur e<strong>au</strong> ;- action 4 : harmonisation <strong>de</strong>s stratégies sectorielles avec <strong>la</strong> politique <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> ;- action 5 : création et/ou dynamisation <strong>de</strong> cadres <strong>de</strong> concertation ;- action 6 : amélioration <strong>de</strong> <strong>la</strong> connaissance <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource.Les <strong>de</strong>ux principales actions qui émergent après concertation <strong>de</strong>s différents acteurs sont celles re<strong>la</strong>tives à : i) <strong>la</strong>facilitation du processus d’adoption <strong>de</strong> <strong>la</strong> loi portant gestion <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin et ii) l’appui <strong>au</strong>x communes enmatière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources en e<strong>au</strong> et <strong>de</strong>s infrastructures d’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> regard du cadre légal <strong>de</strong> <strong>la</strong>décentralisation. Le PNE-Bénin s’investira dans <strong>la</strong> mobilisation <strong>de</strong> ressources financières <strong>au</strong>près <strong>de</strong>s partenairesnation<strong>au</strong>x <strong>au</strong> cours <strong>de</strong> l’année 2007, en v,ue d’une mise en effective <strong>de</strong> ces <strong>de</strong>ux actions et par conséquent pourl’atteinte <strong>de</strong>s objectifs visés.E<strong>la</strong>boration et mise en uvre <strong>de</strong>s actions pilotes pour <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> locale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>Le PNE-Bénin a inscrit <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong>s actions pilotes dans une démarche <strong>de</strong> recherche-action en vued’une introduction <strong>de</strong> <strong>la</strong> réflexion sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> à l’échelle locale. Pour y parvenir, le PNE-Bénina, entre <strong>au</strong>tres, :conduit une tournée d’information et <strong>de</strong> promotion <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> dans 7 communes (Lalo, Lokossa,Comè, Grand Popo, Toffo, Zogbodomey, Porto-Novo et So Ava) du pays, avec l’accompagnement <strong>de</strong> ses pointsfoc<strong>au</strong>x ;évalué <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> locale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> à l’échelle <strong>de</strong> sites potentiels pour <strong>la</strong> conduite <strong>de</strong>s actions pilotes à travers<strong>de</strong>s investigations <strong>de</strong> terrain dont les résultats ont fait objet <strong>de</strong> restitution et <strong>de</strong> validation par les acteursconcernés ;dégagé 2 sites pour <strong>la</strong> mise en uvre <strong>de</strong>s actions pilotes dans les vil<strong>la</strong>ges Tinou (Commune <strong>de</strong> Lokossa) et Hessa(Commune <strong>de</strong> Lalo) ;formalisé <strong>au</strong>tour <strong>de</strong> chacun <strong>de</strong> ces 2 sites qui offrent <strong>la</strong> possibilité d’une multiplicité d’usages <strong>de</strong> <strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong>,une Association Interprofessionnelle d’usagers d’e<strong>au</strong> (Annexe 2) ;doté chacune <strong>de</strong> ces 2 AIUE <strong>de</strong> documents statutaires (Annexe 3) et d’un p<strong>la</strong>n d’action <strong>de</strong> renforcement <strong>de</strong>capacités et d’investissement ;enclenché <strong>la</strong> mise en uvre du p<strong>la</strong>n d’action à travers : i) <strong>de</strong>s émissions radio sur les résultats du diagnostic <strong>de</strong>base sur <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> locale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et le contenu du p<strong>la</strong>n d’action ; ii) <strong>de</strong>s formations sur <strong>la</strong> dynamiqueassociative, <strong>la</strong> gestion <strong>de</strong>s conflits, le lea<strong>de</strong>rship, <strong>la</strong> négociation et <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.47


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesVue <strong>de</strong>s membres <strong>de</strong>s AIUE lors <strong>de</strong> <strong>la</strong> formation le lea<strong>de</strong>rship, <strong>la</strong> négociation et <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> (Hessa, le 22 et le 23 décembre2006).Vue partielle <strong>de</strong>s participants <strong>de</strong> Hessa à <strong>la</strong> formation <strong>de</strong>s membres <strong>de</strong> l’AIUE <strong>de</strong> Tinou sur <strong>la</strong> dynamique associative et <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong>l’e<strong>au</strong> (Ahomadégbé, 26 <strong>au</strong> 30 décembre 2006)Les résultats capitalisés dans le cadre <strong>la</strong> mise en uvre du PfWG <strong>au</strong> Bénin, été présentés <strong>au</strong> cours <strong>de</strong> l’atelierrégional qui s’est tenu à Ouagadougou les 14 et 15 décembre 2006.48


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesConclusionLa mise en uvre du Programme pour <strong>la</strong> Gouvernance <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> (PFWG, 2006) <strong>au</strong> Bénin avec comme principa<strong>la</strong>cteur le PNE-Bénin, a permis encore une fois <strong>de</strong> convaincre les acteurs du secteur <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> pertinence <strong>de</strong>l’existence du Partenariat National <strong>de</strong> l’E<strong>au</strong> du Bénin. A travers les actions pilotes, le PNE-Bénin s’est rapprochéun tant soit peu <strong>de</strong>s usagers <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> à <strong>la</strong> base et <strong>de</strong>s communes bénéficiaires. Le programme a, en outre, permis<strong>de</strong> documenter <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> tant <strong>au</strong> nive<strong>au</strong> national que local. Il a <strong>au</strong>ssi permis <strong>de</strong> mettre en p<strong>la</strong>ce 2Associations Interprofessionnelles d’Usagers d’e<strong>au</strong> (AIUE) dont <strong>la</strong> mission principale est <strong>de</strong> veiller à <strong>la</strong>promotion <strong>de</strong> <strong>la</strong> bonne <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> et <strong>au</strong> renforcement <strong>de</strong> capacités <strong>de</strong>s différents groupes d’usagers <strong>de</strong><strong>la</strong> ressource e<strong>au</strong> sur les sites <strong>de</strong> forages artésiens <strong>de</strong>s vil<strong>la</strong>ges Hessa (Lalo) et <strong>de</strong> Tinou-Hounsa (Lokossa). Lespremières activités d’IEC et formation initiées dans le cadre <strong>de</strong> <strong>la</strong> mise en uvre du p<strong>la</strong>n d’action <strong>de</strong> chacune <strong>de</strong>sAIUE ont également permis d’accroître les capacités <strong>de</strong>s acteurs concernés en matière notamment <strong>de</strong><strong>gouvernance</strong> locale <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>.La poursuite du renforcement <strong>de</strong>s capacités <strong>de</strong>s 2 AIUE et l’extension <strong>de</strong> l’action à d’<strong>au</strong>tres sites du pays, sontprises en comptes dans le p<strong>la</strong>n <strong>de</strong> travail annuel 2007 du PNE-Bénin. Pour ce qui concerne les 2 actionsprioritaires dégagées <strong>de</strong> l’état <strong>de</strong>s lieux <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong>, <strong>la</strong> mobilisation <strong>de</strong>s ressources financières sepoursuivra <strong>au</strong> cours <strong>de</strong> l’année 2007 et le PNE-Bénin souhaite bénéficier comme par le passé <strong>de</strong> l’appui duGWP, du WAWP et <strong>de</strong> l’UE pour son aboutissement.49


<strong>Evaluation</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> <strong>gouvernance</strong> <strong>de</strong> l’e<strong>au</strong> <strong>au</strong> Bénin : analyse <strong>de</strong> <strong>la</strong> situation et actions prioritairesAnnexe 3 : Liste <strong>de</strong>s membres du Groupe d’Experts nation<strong>au</strong>x mis en p<strong>la</strong>ce <strong>au</strong> BéninNOM ET PRENOMSSTRUCTURE/ RESPONSABILITEGAUTHE Yvette Direction <strong>de</strong> l’Environnement/ Tél. 21312065 et 97446532Félix AZONSIJean-C<strong>la</strong>u<strong>de</strong> GBODOGBEAntoine Désiré AHOMLANTODirecteur <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong> <strong>de</strong> <strong>la</strong> Direction Générale <strong>de</strong>l'Hydr<strong>au</strong>lique. Tél. 21312634Secrétariat Technique pour <strong>la</strong> Promotion et <strong>la</strong> Coordination <strong>de</strong>Gestion Intégrée <strong>de</strong>s Ressources en E<strong>au</strong> (STPC-GIRE) Tél.21312634Coordonnateur du Projet ‘’Stratégie Nationale <strong>de</strong> Re<strong>la</strong>nce <strong>de</strong>l’Elevage du Porc’’ (SNREP) à <strong>la</strong> Direction <strong>de</strong> l’Elevage/ Direction<strong>de</strong> l’Elevage Tél.21330285/ 97893141TONOUHEWA Albert Comité Technique <strong>de</strong>s Experts/ PNE-Bénin Tél. 2022 46 50 et 97 47 95 16HOUANYE Armand Secrétariat Exécutif du PNE-Bénin Tél.21311093 et 21318262TOUPE AndréVice – Prési<strong>de</strong>nt PNE-BéninTél. 21 33 09 75GBETOHO K. Hippolyte Direction <strong>de</strong>s Pêche Tél. 21 33 15 51AKAMBI LiamidiPersonne Ressource, Membre <strong>de</strong> <strong>la</strong> Commission Technique <strong>de</strong>sExperts du PNE-Bénin Tél. 95 71 20 85DANVI C. Célestin Directeur du Génie Rural Tél.95564273/ 97871299AFOUDA Abel Prési<strong>de</strong>nt du PNE-Bénin Tél. 21361135AGBOTON JoëlDélégation à l’Aménagement du TerritoireTél. 2131206550

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!