Juin - Echo of Cantley / Écho de Cantley

echocantley.ca

Juin - Echo of Cantley / Écho de Cantley

L’ÉCHO de CANTLEY a reçu pourl’année 2005-2006 une subventionde fonctionnement de 5 063 $du ministère de la Culture dans lecadre du programme Soutien auxmédias communautaires et auxradios autochtones.L’ÉCHO de CANTLEY accepte depublier les commentaires de seslecteurs sur l’actualité. Toute lettresera signée par son auteur, quidevra inscrire ses nom, adresse etnuméro de téléphone.2 The ECHO of CANTLEY, June 2006La politique de L’ÉCHO deCANTLEY est de publier toutesles lettres reçues et se réserve ledroit d’abréger certains textes etd’éliminer ceux qui comportentdes injures personnelles.The ECHO of CANTLEY agrees topublish letters from readers onsubjects of concern to them. Lettersmust be signed and includethe writer’s address and phonenumber. Our policy is to publishevery letter received, but we mayedit for length and for libel, etc.Membres du conseil d’administration : Chantal Turcotte,René Bernatchez, Gustaaf Schoovaerts, Kristina Jensen, Isabelle Lessardet Josée Mainville.Rédactrice en chef : Chantal TurcotteCoordonnatrice : Isabelle Lessard tél. : 210-4247Comptabilité : René Bernatchez tél. : 827-1498Publicité et petites annonces : Jocelyne Dumont tél. : 827-1498Mise en page etconception publicitaire : Josée Mainville, Nathalie BlanchardImprimerie :QualimaxArticles : Suzanne Legros, Kristina Jensen, Phillipa Judd, Isabelle Lessard,Collaborateurs (trices) : Gustaaf Schoovaerts, Andrée Gagnon,Huguette Lessard, Robert Mainville, Nathalie Grégoire, Brigitte Soroka,Caroline Lefebvre, Louise Simard, Chantal Turcotte, Louise Laperrière,Wes Darou, Guy Nadeau, Patricia Rheault, Anne-Marie Hébert, AndreaMaitland-Bergeron, Lina Duguay, Marie-Claude Ferland, Andrée Sirois,Céline Côté, Barbara Delisle, David GomesVous avez une nouvelle à nouscommuniquerou vous voulez nous faire part de vos commentaires?HEURE ET DATEDE NOS RÉUNIONSMUNICIPALESLe mardi6 juin 2006à 19 hISSN /08439311L’ÉCHO de CANTLEY188, montée de la SourceBoîte #1, Comp. 9Cantley (Québec) J8V 3J2Courriels (e-mail) :pub@echocantley.caarticles@echocantley.cainfo@echocantley.caAbonnement annuel : 15 $L’ÉCHO de CANTLEYest membre deCommuniquez avec Isabelle Lessardau 663-3498ou par courriel àinfo@echocantley.ca.Nous sommes à l’écoute de nos lecteurs!Salle du Conseil / Board RoomMunicipalité de Cantley / Municipal Building8, chemin River Rd.Fondé en 1989,L’ÉCHO de CANTLEY est unecorporation à but non lucratifqui existe grâce au dévouementde ses bénévoles. Depuis sacréation, nombre de bénévolesont œuvré de diverses façons,et continuent de le faire, afin deproduire un journal à l’image denotre communauté.RecyclableCommunicationspubli-services inc.TIME AND DATESOF OUR MUNICIPALMEETINGTuesdayJune 6, 20067:00 p.m.Tél. / tel : 827-3434Téléc. / fax : 827-4328www.cantley.caDate de tombée : 19 juin / deadline : June, 19L’Écho, plus près de vous!Depuis sa création en 1989, l’équipe debénévoles de l’Écho de Cantley a toujours étéau service de la population. Que ce soit pourla publication d’un article, d’un communiqué,d’une lettre d’opinion, d’un message publicitaireou même pour répondre à vos questions,nous avons toujours été là pour vous aider dansvos démarches.Pour continuer à être aussi proche desCantléens et de nos clients, nous avons mis à votredisposition un nouveau numéro de téléphonequi facilitera la communication. Ce dernier vouspermettra de rejoindre la personne ou le servicedésiré en une seule étape, tous regroupés aumême numéro :827-2828 C’est simple comme bonjour!En téléphonant à ce numéro, il vous est possiblede choisir l’une des six options suivantes :Poste 1 : Salle des nouvellesPoste 2 : PublicitéPoste 3 : Rédactrice en chefPoste 4 : CoordonnatricePoste 5 : InfographistePoste 6 : ComptabilitéAlors, n’oubliez surtout pas d’ajouter cenuméro à votre bottin et n’hésitez pas à vous enservir; nous sommes là pour vous aider!L’équipe de bénévoles de l’ÉchoTHE ECHO, closer to you!Since its creation in 1989, the Echo ofCantley’s team of volunteers has always been atthe community’s service. Whether it be for thepublication of an article, a news release, a letterto the editor, an advertisement or to answer oneof your questions, we have always been availableto help you.To continue to be able to offer a high-qualityof personalized service to Cantleens and toour clients, we have established a new telephonenumber, which is now in place, in order to enhanceour lines of communication. Now, you cancontact the person or service you desire in oneeasy step. Our new access point is your one-stopnumber to call for all your Echo-related needs.Lettres ouvertesPRÉCISIONS SUR LE CHOIXLe conseil municipal désirerépondre à monsieur Claude St-Cyr, ex-conseiller municipal deCantley, relativement à sa lettred’opinion parue dans ces pages enmai dernier.D’abord, nous désirons informernos citoyens que la procéduresuivie par la Municipalité pourchoisir son conseiller juridiquerespecte la réglementation provincialeconcernant l’adjudication decontrats municipaux.C’est donc en toute légalitéque le conseil municipal a résolu,en avril 2006, de mandater MeBy dialing 827-2828, you will beable to select one of the 6 following options:Extension # 1: NewsroomExtension # 2: Advertising DepartmentExtension # 3: Editor-in-ChiefExtension # 4: CoordinatorExtension # 5: LayoutExtension # 6: AccountingRino Soucy du cabinet d’avocatsDunton Rainville s.e.n.c.r.l. àtitre de conseiller juridique de laMunicipalité en remplacement deMe Michel Lafrenière.Préalablement à cette décision,des élus municipaux avaienttout de même rencontré MeLafrenière pour lui permettre defaire valoir son opinion afin quele conseil municipal puisse prendreune décision éclairée.Me Soucy sera accompagnédans ses fonctions par Me Carl-Éric Therrien.So, don’t forget to add this number to yourtelephone book and don’t hesitate to use it. Weare here to help you.The Echo’s Team of Volunteers.DU CONSEILLER JURIDIQUE DE LA MUNICIPALITÉCes deux avocats jouissentd’une solide réputation dans ledomaine du droit municipal etnous sommes convaincus quenotre municipalité recevra desservices professionnels d’unegrande qualité, le tout au bénéficede nos citoyens.Il va sans dire que nousdéplorons que monsieur St-Cyrattaque le conseil municipal relativementà une décision tout à faitlégale et réfléchie.Le conseil municipalde CantleyUne équipe passionnée fait toute la différence!L’automne dernier, nous avons décidé de mettre notre propriété en vente avec l’équipeTrottier-Bonenfant de Royal Lepage La Renaissance. Bien qu’initialement nous désirionstenter l’expérience de la vente sans agent d’immeuble… Marcel Bonenfant et sonépouse/associée Lise Trottier-Bonenfant ont accepté avec plaisir d’évaluer notre maisonl’été dernier sans attente de contrat ni aucune pression à cet égard. L’approche cordiale etrespectueuse nous a incités à les rencontrer de nouveau quelques mois plus tard et faireconfiance à leur service. Du premier contact en août 2005 à la vente de notre maison enmai 2006, ils ont tout mis en place pour bien nous accompagner à travers le processus endémontrant une disponibilité sans précédent et en répondant à toutes nos questions pournous aider et surtout, nous rassurer. Nous pouvons maintenant apprécier à sa juste valeurle travail de l’équipe Trottier-Bonenfant dans la vente de notre demeure et dans l’achatde notre nouvelle propriété. La communauté de Cantley leur tient vraiment à cœur et leurpassion est contagieuse.Pascal et Soniarue Monet, Cantley


Affaires municipalesAu fil des joursPar : Kristina JensenTraduit par : Anne-Marie HébertLa réunion du conseil municipal qui s’est tenue le 2 mai a encore unefois livré à ses auditeurs, dont bon nombre se présentent de manière habituelletous les mois, une performance passionnante dans le cadre de la sériequi rappelle le téléroman « Days of Our Lives » et que j’intitule « Au fildes jours ». Les acteurs de la série sont bien connus. Son honneur SteveHarris joue aisément le rôle principal de maire et un ensemble de personnagesde soutien convivial lui prête assistance. Plusieurs débutants participentau côté de Michel Pélissier, un acteur chevronné. Aimé Sabourin,Suzanne Pilon, Vincent Veilleux, Marc Saumier et René Morin sont desétoiles montantes. J’espère qu’ils ont retenu les services d’un bon agent.L’épisode de ce mois dernier a commencé par la période usuelle dequestions et réponses. (La partie que je préfère personnellement.) Unvéritable pot-pourri de sujets ont été abordés, dont certains sont des cauchemars…euh,c’est-à-dire des thèmes répétitifs.Division ou multiplication ?Il s’avérait difficile de décortiquerla toile complexe de drames et d’intriguesentourant la question controverséeà savoir s’il faut permettre ou non à unpropriétaire de se départir d’une partiede son logement pour en faire une autreunité résidentielle. Le représentant del’association des propriétaires de MontCascades avait un mot, ou 2 000, à direà ce sujet et il semble qu’un schisme sesoit formé entre le leader suprême del’association et des membres rebellesqui refusent de voter avec leur parti.Une pétition présentée par le conseillerPélissier, qui représente le district desMonts, a été mise en question. Était-cedémocratique ou anti démocratique?Peut-être y a-t-il des fascistes qui se cachentdans les montagnes de Cantley ?Les noms recueillis ont-ils été obtenussous la menace d’une arme ? Le drameétait palpable. À la fin, le Conseil aclarifiéla question – Un toit – Une unitésupplémentaire, un point, c’est tout.Un registre a été dressé. C’est alorsqu’on a avancé la théorie du complotqui a fait grossir le drame.MEA CULPAProduits nettoyantsL’ÉCHO, qui connaît une crisede croissance étant donné qu’il s’agitd’une organisation bénévole, a été critiquélorsqu’une nouvelle collaboratricequi travaillait sur la dernière édition aomis par inadvertance d’insérer la versionanglaise de l’avis qui nous a étéenvoyé par la secrétaire, Mme PaulaPagé, informant les résidants du registreà venir. Comme un grand nombrede propriétaires dans le secteur MontCascades sont anglophones unilingues,on a fait mention qu’il s’agissait icid’un oubli délibéré. Les tensions montaient.Malheureusement, ce n’était pasune intrigue ignoble. Nous avons faitune erreur. Nous pouvons seulementvous dire « Nous sommes désolés! »De toute manière, le calme a prévalu etgénéralement, nous avons pris le partid’être en désaccord. Le secteur MontCascades était-il exclu ou inclus dansla nouvelle provision? Tout dépend.Si, au terme de leur propre réunion, ladécision prise par l’association est différentede celle retenue par le Conseil,la porte est laissée grande ouverte auxmouches noires et pour la présence del’association à la prochaine réunion duConseil qui a juré que tout ce qui a étédécidé pourrait être repris en considération.Il faut se poser la question “Quiest donc le responsable?”TA DA DUMP TA DA DUMPSue McClelland a pris le micro pourlancer un vibrant message au maire et àécologiquespour la maisonProduits pour:bain et céramique, lessive, vaisselle etlave-vaisselle, vitres et miroirs, cuisine,tâches tenaces, et beaucoup plus!sa joyeuse bande de conseillers, les suppliantde cesser leurs échanges avec lesmêmes gens sans importance à Québecet d’aller directement auprès de la GrosseTête. Elle a demandé qu’une lettre soitenvoyée au premier ministre Charest,décrivant les bêtises auxquelles se livrentles propriétaires du dépotoir ainsique les inaptitudes de ces deux bouffons(Mulclair et le petit nouveau) avec qui ondoit faire affaire. Une autre citoyenne aensuite porté un coup lorsqu’elle a exigéque nos leaders élus fassent leur travail.Quel concept! Les relevés de CO2 prissur le site démontrent un niveau au-dede la limite, non seulement une fois, maisquelques centaines de fois. Les gens enont assez, ce qui m’amène au point culminantde la soirée...FINI LES DISCOURSLe prix pour la meilleure performancede la soirée est décerné à unacteur chevronné, qu’on ne nommera pasafin de protéger son identité. Ce hérosa plongé dans l’action, déclarant qu’ilétait temps qu’on arrête de discuter etqu’on passe à l’action. Laissez faire leslettres. À moins qu’un fonctionnaire àQuébec ne se coupe le doigt en ouvrantnotre lettre, il est fort probable qu’ellepasse inaperçue. Non merci. Notre hérosne s’arrêtera pas là. La foule s’estdéchaînée. Une bataille s’annonce. Unefois la poussière retombée et notre hérosdisparu, la réunion s’est poursuivie.DUR À SUIVREComme d’habitude, les mille etune demandes de dérogation ont suiviet quoiqu’elles semblent bien peu importantesen comparaison des propos deKemo Sabe, (il était bien dur à suivre,ce gars-là) elles jouent probablementl’un des rôles les plus importants dans lequotidien de bien des gens de notre municipalité.Puis-je construire mon garageou non? Puis-je construire ma maisonavec un toit qui serait accepté partoutau monde sauf ici à Cantley – ou non?La liste est longue. Je lève mon chapeauau maire et à son Conseil. Pas une seulefois ils ne se sont endormis. Au fur et àmesure qu’on répondait aux demandes dedérogation sur la liste, la salle se vidaittranquillement. À la fin, il ne restait plusque quelques braves gens pour prendreconnaissance de la liste des crédits etLA FIN.Si vous désirez exercer votre droitdémocratique en participant aux réunionsdu Conseil et faire une premièreapparition comme figurant dans la sérieAu fil des jours, présentez-vous à la sallemunicipale le premier mardi du mois.Le spectacle commence à 19h. L’entréeest gratuite.P.-S. : Amenez votre popcorn.Efficaces et économiquesLivrés à votre porteSatisfaction garantie à 100%819923-6699L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 3


MissingpersonThe Public Security Service ofthe MRC des Collines-de-l’Outaouaisis asking for the assistance of thepublic and media in order to locate amissing person: Robert McGarry, 58years of age, from Cantley. He waslast seen on Monday, April 17, at hisresidence.Mr. McGarry measures 1.75m,weighs 93 kg, has grey hair and blueeyes, has a beard and wears glasses.The right side of his face is paralysedand he also has a scar on the right sideof his head.According to information gatheredduring the police investigation,Mr. McGarry may be in the Outaouaisarea or in Montreal. Also accordingto information received, he may besuffering from mental health problems,and regularly attends bars inthe area. He also left his vehicle athis residence.If you have seen this individual,please contact Sergeant-DetectiveDominic Lafrenière at 459-2422,extension 234, or call toll free at1-877-459-2422 , extension 234.Dry Material SiteCantley Mayorcalls for ‘zero tolerance’Phillipa JuddApril 14, 2005: “Our patience has just about run out in the caseof the Cantley dump. They have had so many problems recentlythat they will get a very strict order from the Quebec EnvironmentMinistry. Failure to follow the order will result in the closing ofthe dump”-Stated by Mr. Mulcair, then Environment Minister andreported by (among others) Dave Rogers for the Ottawa Citizen,printed April 15 2005.It seems that over 600 infractionsin the past six weeks, violatingthat very “strict order”, are still notenough for the Quebec Ministry ofEnvironment to put it’s foot downand suspend operations at CantleyDry Materials Site (DMS). Levels ofHydrogen Sulphide (H2S) exceed thelimits set in the order, almost daily.Minister Pelletier Deputy ofChapleau and Responsible for theOutaouais, and Leon Martin fromMinistry of Environment, met withCantley Mayor Steve Harris May 15,in a gesture to demonstrate transparencyin the handling of the file.However, having no new developmentsto offer, and refusing to relayany information when questioned bythe media as to what charges havebeen laid against the operator of theDMS, a message of opaqueness wasrelayed rather than one of transparency.“Why are they not adopting zerotolerance?” said Mayor Harris, “Itwas more of the same old stuff.”He added, “We want more thanclose surveillance, they claim theyare working in a system of justice,why are they not enforcing the lawsand rules? We think they should beadopting zero tolerance for everyinfraction.”Three other municipalities haveshown their support for closure ofthe site by recently passing motionsto that effect. L’Ange Gardien, Val-Des-Monts and La Pêche have allrecently ‘jumped on board’. ChelseaMunicipal Council will be bringingthe issue of Cantley’s DMSto the table at their next meeting,June 5. “I am hopeful the motionwill pass,” says Chelsea Mayor JeanPerras. “Even (Gilles) Proulx (DMSOperator) can’t say it’s ‘just Cantley’anymore, it’s not ‘a small gang’ anymore,”says resident and anti-dumpactivist, Serge Galipeau.« Ça m’intéresse »Le CENTRE COMMUNAUTAIRE est devenu réalité !Il faut maintenant en faire un CENTRE de VIE.L’aspect « communautaire et culturel » du Centre sera célébré en grand, le 26 août prochain.Une superbe fête est donc organisée par la communauté de Cantley.Pour être de la fête, il suffit d’appeler au 827-2075 et dire : « Ça m’intéresse »Ça m’intéresse de voir…, d’être là…, de participer…Tout ce qui bouge à Cantley veut prendre part à la fête.Déjà, les organismes culturels, communautaires et sportifspréparent leur contribution à l’événement.Le président sortant de la Corporation, Jacques-Antoine Dubé, nous disait en mai dans l’Écho :« Nous avons enfin notre Centre culturel et communautaire. Il ne nous reste plus qu’à l’animer. »4 The ECHO of CANTLEY, June 2006Or, le mot ANIMER ça veut dire DONNER UNE ÂME.Pendant l’été, on vous invite donc à préparer la fête du 26 août 2006, qui aura lieuà notre nouvelle salle de l’École communautaire de La-Rose-des-Vents.Ça vous intéresse? Dites-le au 827-2075Et passez de belles vacances.Membres du conseil d’administration de laCorporation du Centre culturelet communautaire de Cantley (5C)


Dépôt de matériaux secsLe maire de Cantley réclamela « tolérance zéro »Phillipa Juddtraduit par : Andrée Gagnon« Nous sommes à bout de patience dans le dossier du dépotoirde Cantley. Ils ont eu tellement de problèmes dernièrement qu’ilsdevront faire face à une ordonnance « très stricte » du ministère del’Environnement. La non-conformité à cette ordonnance entraînerala fermeture du dépotoir. » Tels sont les propos tenus par monsieurMulcair le 14 avril 2005 et rapportés le lendemain par Dave Rogers(entre autres) du Ottawa Citizen.Depuis les six dernières semaines,on a enregistré plus de 600 infractions àcette ordonnance « très stricte ». Ainsi,les émissions de sulfure d’hydrogène(H 2S) dépassent presque quotidiennementla limite fixée par l’ordonnance.Cela n’a pourtant pas encore convaincule ministère de l’Environnement duQuébec d’agir avec fermeté et de fermerle site du dépôt de matériaux secsde Cantley (DMS).Afin de faire preuve de transparence,le député de Chapleau etministre responsable de l’Outaouais,Benoit Pelletier, ainsi que Léon Martindu ministère de l’Environnement ontrencontré le maire de Cantley, SteveHarris, le 15 mai dernier. Questionnéspar les journalistes sur de possiblessanctions imposées contre l’exploitantdu DMS, messieurs Pelletier et Martinn’avaient rien de nouveau à annonceret ont refusé de fournir une quelconqueinformation. La transparence a plutôtfait défaut.« Pourquoi ne pratiquent-ils pas latolérance zéro? », a déclaré le maireSteve Harris. « On nous a servi lesmêmes vieilles rengaines ». Il a ajouté :« Nous voulons plus qu’une surveillanceétroite. Ils prétendent qu’ilsvivent dans une société de droits, alorspourquoi n’appliquent-ils pas les loiset les règlements? Nous croyons qu’ilsdevraient appliquer la tolérance zéropour toute infraction ».Trois municipalités ont démontréleur appui à Cantley dans sa luttepour obtenir la fermeture du site dematériaux secs. L’Ange-Gardien, Valdes-Montset La Pêche ont en effetdéposé récemment une motion en cesens. Le conseil municipal de Chelsea,quant à lui, discutera de la questiondu DMS lors de sa prochaine réunionprévue le 5 juin. Le maire de Chelsea,Jean Perras, espère que la motion seraPhotos : Phillipa JuddEntouré des médias à l’extérieurdes bureaux du ministre BenoitPelletier, le maire de Cantley, SteveHarris, s’est dit déçu à l’issuede sa rencontre avec le ministreet les responsables du ministèrede l’Environnement.Surrounded by media outsidethe offices of Minister BenoitPelletier, Mayor Steve Harrisstated he was disappointed aftermeeting with the Minister andofficials from the Ministry ofEnvironment.adoptée. Selon Serge Galipeau, un résidantet opposant au dépotoir, « Même(Gilles) Proulx (l’exploitant du DMS)ne pourra plus dire qu’il ne s’agit “quede Cantley”, ce n’est plus “un petitgroupe” maintenant ».L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 5


Lettres ouvertesQue se passe-t-il au niveau municipal ?Avec la venue du nouveauConseil, les changementsdans l’administration sontnombreux : le service destravaux publics est maintenantamputé de beaucoup degens d’expérience puisque ledirecteur et le contremaîtreont donné leur démission.Le très compétent directeurdes Finances partira en juin,et on a engagé une nouvelledirectrice à l`urbanisme.Donc d`ici quelques semainesCantley se retrouvera avectrois nouveaux directeurs surquatre.On a remercié notreconseiller juridique local eton a embauché un nouveauconseiller de l`extérieur de larégion. Plusieurs citoyens bénévolessiégeant sur le CCUdepuis de nombreuses annéessont remerciés et même lelieutenant responsable despremiers répondants à quiplusieurs doivent la vie aaussi donné sa démission.Il est malheureuxde voir toute cette mémoirecorporative disparaître; onrecule et tout cela parce quele nouveau Conseil manquede reconnaissance envers cesgens qui ont toujours eu uneloyauté à toute épreuve pourCantley.À cause du manque deconfiance et d`harmonie entreles élus et certains employés,des gens d’expérience, ayantl`expertise chacun dans leurdomaine respectif, choisissentde quitter. Alors les nouveauxélus, nouveaux venus auxaffaires municipales, doiventcourir comme des poulessans tête. Les autres employésrestants multiplient les effortspour continuer de donner unbon service aux citoyens.L’affaire Cambertinen est un bel exemple : onchange les règles du jeu sanstenir compte des résolutionsprises antérieurement. Cesont les citoyens qui devronten payer la note. On changepour changer mais on oubliela réalité de tous les jours……des troupes non motivées negagnent pas la coupe.Claude St-Cyr13 mai 2006À Wes Darou,chronique les oiseaux de CantleyDepuis mon arrivée dansla belle nature de Cantley, il ya près de deux ans, je me suismise à nourrir les oiseaux età les observer de façon plusintéressée. J’ai rapidementconstaté que mes nouveauxcompagnons de cour aimaientce qu’ils trouvaient dans mesmangeoires puisqu’ils sont devenusdes « réguliers ».C’est ainsi qu’à tous lesjours, tourterelles tristes, juncosardoisés, pics (maculés,mineurs, chevelus), geaisbleus, mésanges à tête noire,sitelles à poitrine blanche etrousse, merles d’Amérique,bruants familiers et chanteurs,chardonnerets jaunes, sizerinsflammés et roselins pourprésme visitent.Il y a une dizaine de jours,j’ai cependant eu droit à deuxbelles nouveautés : 1- un picflamboyant (forme jaune) s’estattardé à chercher de la nourritureau sol sous les mangeoireset revient régulièrementextirper des fourmis du gazon.2- deux couples de gros-becserrants (ils sont maintenanttrois) sont venus se nourrir demes graines de tournesol etdepuis, ils reviennent plusieursfois par jour.Le grand pic qui, d’habitude,ne se fait voir qu’enhiver, s’est pointé le bout dubec dans notre boisé accompagnéd’une femelle. Pource qui est des colibris, j’ai vumon premier aujourd’hui venirs’abreuver d’eau sucrée.J’attends maintenant leretour des cardinaux à poitrinerose et bien d’autres surprisesj’espère!Bon été et bonnes observations,Julie MartelP.S. J’ai, moi aussi, vu unechouette rayée à la fin de l’hiver,probablement la mêmeque Sylvie a vue! (c.f. votrearticle, l’Écho de Cantley,mai 2006)6 The ECHO of CANTLEY, June 2006


Municipal AffairsDays of our LivesDivision or multiplication?It was difficult to keep tabson the complex web of dramaand intrigue surrounding the hotbuttonissue of whether or not toallow a homeowner to hive off aportion of their dwelling in orderto create another residentialunit The representative from theMont Cascades HomeownersAssociation had a word, or2000, to say about the wholeissue and it seems that a mightyrift has formed between theAssociation’s Supreme Leaderand uncounted renegade BoardMembers who are not towingthe party line. The voracity of apetition presented by CouncillorPélissier, who represents Districtdes Monts, was immediatelycalled into question. Was itdemocratic or not democratic?Could Fascists be lurking inthe hills of Cantley? Were thenames appearing in black andwhite collected at gunpoint? Thedrama was palpable. In the end,Council was crystal clear – OneRoof – One Additional Unit,period. A register was declaredopen. That’s when the dramaKristina JensenThe May 2 nd Municipal Council Meeting provided its audience, many of whom areregulars who tune in faithfully month after month, with yet another riveting instalmentin the ongoing series I like to call “Days of our Lives”. The cast is a stellar one. HisWorship Steve Harris has slipped into the leading role of Mayor with ease and is ably assistedby an ensemble of amiable supporting characters. Michel Pélissier, a veteran actor,is joined by several debutants. Aimé Sabourin, Suzanne Pilon, Vincent Veilleux, MarcSaumier and René Morin collective stars’ are rising. I hope they have a good agent.This month’s episode began with the usual “Q & A” period (my personal favourite segmentof the evening’s entertainment.) A veritable potpourri of issues was raised, some ofwhich are re-occurring nightmares, I mean….themes.mounted with the introduction ofthe conspiracy theory.MEA CULPA.The ECHO, which is experiencinggrowing pains associatedwith being a volunteer-drivenorganization, was drawn intothe fray when a debutante teammember working on the last issueinadvertently forgot to includethe English version of the noticesent to us by the Clerk, MmePaula Pagé, advising residentsof the pending register. As manyof the homeowners in MontCascades are unilingual English,there was some talk that thiswas a deliberate attempt to pull a“fast-one”. Tensions were high.Unfortunately, it was not a nefariousplot twist. We goofed. Whatcan we say except “Sorry!” Inany event, calmer heads prevailedand basically, everybody agreedto disagree. Was Mont Cascadeexcluded or included in the newprovision? That depends. If,following their own meeting, theassociation reaches a decisionthat differs from the one reachedby council, the door was leftCantléen disparuIsabelle Lessardwide open for the black-flies toget in and for them to come backto the next session of Council,who crossed their hearts that theywould reconsider whatever itwas they just decided. This asksthe question, “Who is in chargehere?”TA DA DUMP TA DADUMPMaking a guest appearanceat the open mike was SueMcClelland, who delivered animpassioned plea to the Mayorand his merry band of councilorsimploring them to stop dealingwith the usual bunch of nobodiesat Québec City and go right tothe Great Big Head. She askedthat a letter be sent to PremierCharest, outlining the antics ofthe Beastie Boys who ownthe dump and the ineptitudeof the Two Stooges (Mulclair& The New Kid On theBlock) that we have beenstuck dealing with. This wasfollowed by another citizenwho delivered a slam-dunkwhen she demanded that ourelected leaders lead. WhoaUn homme de 58 ans de Cantley est porté disparu depuis plus d’un mois. RobertMcGarry a été vu pour la dernière fois à son domicile le 17 avril dernier. Selon lesinformations de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, l’homme pourrait avoir des problèmesde santé mentale.Le Service de la sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais demandel’aide de la population et des médias afin de le retracer. Monsieur McGarry mesure 1m75et pèse 93 kg, il a les cheveux gris et les yeux bleus. De plus, celui-ci serait paralysédu côté droit du visage en plus d’arborer une cicatrice sur ce même côté de la tête. Ilporte aussi une barbe et des lunettes.Selon les informations recueillies lors de l’enquête policière, M. McGarry fréquenteraitrégulièrement certains bars de la région et celui-ci pourrait se trouver dansla région de l’Outaouais ou bien de Montréal. De plus, l’homme a quitté sa résidencesans sa voiture.Nelly. What a concept! TheCO 2readings collected at thesite have been over the limit, notonce but a few hundred times.People are getting fed up, whichbrings me to the climax of theevening…THE TIME FORTALKING IS OVERThe award for the bestperformance of the eveninggoes to the veteran actor, whoshall remain nameless in orderto protect his identity. This actionhero, known simply as TheLone Ranger, leaped into action,declaring the time for talking isover. It is time to raise a littlehell. Forget the letter writing.Unless someone fonctionnairein Québec City gets a paper cutopening it, our letter of discontentwill most probably pass unnoticed.No siree Bob. The onlystamping the Lone Ranger is goingto do is on someone’s head.The crowd went wild. Yippeeyi-yay,Cow Patty. There’s goingto be a showdown. After the dustsettled and the Lone Ranger rodeoff into the sunset, decorum wasrestored and the meeting groundon.HARD ACT TO FOLLOWThe usual countless requestsfor derogation L’ÉCHO followed de CANTLEY, and al-juin 2006 7though they paled in comparisonto Kemo Sabe, (hey that guywas a tough act to follow) theyprobably play one of the mostimportant roles in the day today life of a lot of folks livingin our municipality. Can I buildmy garage or not? Can I buildmy house with a roof that isaccepted anywhere in the worldexcept Cantley – or not? The listdrones on and on. My hat goesoff to the Mayor and his Council.Not once did they nod off. Asthe list of derogations wore on,the room quietly emptied. Bythe end, only a handful of bravesouls remained for the rolling ofthe credits and THE END.If you would like to exerciseyour democratic right toparticipate in one of the CouncilMeetings and make your débutas an extra on Days of ourLives, the show airs every firstTuesday of the month at theMunicipal Hall. Start time is 7pm. Admission is free.PS: Bring your own popcorn.La police demande à toute personne qui aurait aperçu l’homme en question de communiquerimmédiatement avec le sergent-détective Dominic Lafrenière au 1-819-459-2422 – poste234 ou au numéro de téléphone sans frais 1-877-459-2422 – poste 234.


Letter to the EditorAnother environmentalproblem for Cantley?Residents in the north end ofCantley have another environmentalthreat to worry about in addition to thedump. DJL Construction is reopeningtheir asphalt plant and quarry besidethe spring on montée de la Source. Itall started with a huge BANG at noonon May 18. Houses shook over 2 kmfrom the quarry. One neighbour near thedump looked out her window to see theentire area shrouded in what she thoughtwas smoke. She feared there had beenan explosion at the dump and called thefire department.Turned out it was not smoke butdust, and when it cleared, residentsdiscovered that DJL had blasted awaya huge portion of the hill.The MRC Police, the Municipalityof Cantley and provincial officialswere kept busy all afternoon fieldingcomplaints from Cantley residentswho were unhappy to see DJL backin town.Residents have good reason to beconcerned. The last time the quarryand asphalt plant operated was not apleasant experience for neighbours.The stone crushers banged away allnight and quit at 6 am. Each morningresidents would awake to a huge cloudof dust which resembled a fog bank asit crept south over Cantley. In additionthere was the heavy smell of oil fromthe paving operation.When my wife complained toDJL, she was told by a foreman thatthe smell was because the Ministry ofTransport required a special recipe fora paving contract. When she talked toan engineer with Transport, he laughedout loud and said “No way.” My wifewas not a happy camper when she realizedthe DJL foreman had figured shewas just a gullible woman he couldstring a line to.Eventually Environment Québecchecked the operation and found thatcontrary to regulations, there wereno dust filters on the stone crusher so100% of the dust was blowing off siteto neighbour’s homes.Picture from the August 1999 edition of the Echo shows asphaltdumped beside the spring on montée de la Source. The asphalt isstill there and the site is about to reopen.So, what kind of neighbour willDJL be this summer? Neighbourswhom I have talked to say that afterthe dump experience, they will bewatching any operations in our part ofCantley very closely. It seems to me acompany the size of DJL should realizethat this is our community, and if youwant to do business here, treat us witha little respect. And if DJL returns totheir mode of operation of past years,well, Cantley residents with the experiencegained from a long dump battle,certainly know which federal, provincial,and municipal officials to call.Bob McClellandUn bégoniacontre un géranium…8 The ECHO of CANTLEY, June 2006Un bégonia contre un géranium…Isabelle LessardLes amants du jardinage sont venuspartager des plantes et des conseilslors de la journée « Fleurir Cantley »,le samedi 27 mai dernier. Plus d’unequarantaine de citoyens ont participéà l’activité organisée par le comité del’environnement de la municipalité à lamaison Hupé.Plusieurs activités avaient lieu afinde réunir les passionnés d’horticulture.La plus populaire étant sans contreditla foire aux plantes où ceux et cellesqui avaient des plantes en trop pouvaientles donner ou les échanger aveccelles des autres participants.Des ateliers sur le compostageétaient également offerts afin d’encouragerles citoyens à recycler leurs restesde table et autres résidus pour réduireles déchets. Plusieurs participants ontpu se régaler en dégustant une multitudede recettes faites à base de pissenlitset autres mauvaises herbes, telsune salade de pissenlits et marguerites,un vin de pissenlits, du miel de trèfle etdes muffins aux bleuets sauvages. Unvrai petit délice!Pour la troisième année consécutive,la MRC des Collines s’est jointeau comité de l’environnement afin dedistribuer de magnifiques pousses d’arbreset de donner des conseils de plantationaux preneurs. Au total, six sortesd’arbres étaient gratuitement offertesaux participants, soit des pins blancs,des ormes, des chênes, des bouleauxjaunes, des frênes et des sapins.Finalement, les organisateurs enont profité pour faire la promotion deleurs concours « Fleurir Cantley » et« Arbres remarquables de Cantley ».Il s’agit de concours où les citoyens,particulièrement fiers de leur aménagementpaysager, sont invités à s’inscriredans une des catégories du premierconcours. Dans le cas du deuxième, lesCantléens doivent mettre en nominationun arbre de la municipalité qu’ilstrouvent remarquable, peu importequ’il soit dans un parc, une forêt, uncimetière, le long d’un chemin, etc.


Montez à bordKristina JensenUne séance d’information publique aeu lieu mercredi soir, 17 mai, à la mairieau sujet de la possibilité d’avoir accès àl’internet à haute vitesse. Cette séancea été animée par M. Stéphane Brochu,accompagné de l’équipe de gestion financièrede la municipalité, de quelquesmembres du conseil municipal, ainsi quede M. Robert Proulx de XITTEL. Unetrentaine de citoyens et citoyennes se sontaussi présentés, curieux de connaître lesrenseignements concernant les trois questionsprincipales : qui, quoi et quand?M. Brochu a souhaité la bienvenueaux invités spéciaux et aux membres dupublic avant de commencer sa présentationPowerPoint. Grâce aux subventionsgouvernementales dans le cadre du programmeVillages branchés, les édificesde la municipalité, c’est-à-dire la mairie,la maison Hupé et les trois casernes, sontsoit branchés ou seront branchés souspeu. La première phase du projet estpresque terminée : câble avec six fils parpaquet – deux pour la commission scolaire,deux pour la municipalité et deuxautres pour l’avenir ont été installés pourconnecter la caserne Chamonix (8 km dela mairie) et la caserne St-Amour.La deuxième phase, menée par laCommission scolaire des Draveurs encollaboration avec la municipalité, apour but de brancher les écoles au nouveauréseau d’ici à Noël. M. Proulx aprésenté ce projet comme une opportunitépour Cantley. XITTEL est une compagniequébécoise qui a été fondée en1987 après avoir gagné le contrat Écolesbranchées. Elle a géré l’installationdes réseaux de fibres optiques pour lesuniversités et pour 20 commissions scolaires.Plus de 100 communautés, jusqu’àprésent, ont choisi XITTEL, bien verséedans les modèles de partenariat. Basé surle principe de partage, le modèle est unréseau collectif. La municipalité a liéepar de nombreuses réglementations maisles membres présents du public étaientfort intéressés à créer une coopérative – àbut non lucratif – pour le projet.Si vous n’étiez pas à la sessiond’information mais êtes intéressé(e) àrecevoir plus d’information, vous pouvezcommuniquer avec M. Brochu pour qu’ilajoute votre nom à la liste des personnesqui ont exprimé un intérêt.All AbordBy Kristina JensenAn information session was held onWednesday, May 17th at the MunicipalHall, outlining the progress that theMunicipality has made in its efforts tomodernize its services by obtaining accessto high-speed internet. The evening’sactivities got underway at 7 pm with Mr.Stéphane Brochu from the Municipality,hosting the event. After welcoming theapproximately three dozen members ofthe public in attendance, as well as severalcouncillors and invited guests, Mr.Brochu began a PowerPoint presentationthat outlined progress the that has beenmade to date.Cantley qualifies under the auspicesof the Villages Branchés initiative, fundedby the government to allow rural communitiesaccess to high-speed serviceby funding the necessary infrastructure.Private companies – namely Bell Canada,have historically shown little or no interestin offering high-speed service to ruralresidents due to the lack of profit potential.Phase 1 of the project, which is just formunicipal buildings, is nearing completion.The Municipal Hall, Hupé House,and the fire stations are now connected.The possibilities are endless. Ourprotective services (fire, ambulance, etc.)will now have access to state-of-the-artequipment which will enable them to bemuch more efficient. This is a good newsstory for Cantleens. The 2nd phase ofthe project begins with more governmentfunding, this time for schools. The desDraveurs school board is taking the leadon that project.The big question mark of the eveningwas Phase 3. This was when the specialguest, Mr. Robert Proulx from XITTEL,a Québec-based private company, madehis “Presentation of an Opportunity”,outlining his company’s business model.XITTEL has been in business since 1987.They were selected to provide service toseveral universities and 20 school boardswith the “Écoles Branchées” program.They have since partnered with 100different communities to date. Theircompetitive pricing model was presented.Nothing in life is free, but their rates arecertainly reasonable given the market.It quickly became apparent that for theproject to advance, interested citizens willhave to step up to the plate and help drivethe initiative. There was talk of creating acooperative to channel energies and thereare models for such a project.If you were unable to attend theinformation session, but are interestedin obtaining more information, I suggestyou contact Mr. Stéphane Brochu at theMunicipality office and ask him to putyour name on the email list. This storywill continue to be covered.• Jardins d’eau• Création artistique• ConsultationEn affaires depuis 1996Ô NATUREL se distingue par son professionnalisme,son intégrité et son style artistique. La clientèle cibléereçoit une qualité de services et de produits en plusd’expertise et de conseils.819 827.5052L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 9


Consultez nos spécialistes en placementset en investissements. Le Groupe Expert,un atout majeur pour vos finances !(819) 568-536810 The ECHO of CANTLEY, June 2006Lettre ouverteCantley, le 13 mai 2006La rédactrice en chefL’Écho de CantleySelon certaines rumeurs, deschercheurs de l’Université d’Ulsterd’Irelande du Nord se cacheraientau Canada en attendant que la fureurà leur regard s’affaisse. J’imaginequ’ils ont dû déguerpir depuis lapublication de leurs recherches, le6 avril 2006, qui révèlent que lesEuropéens les plus intelligents sontles Polonais.Les conclusions de cette étudeinciteront sûrement d’autres paysà vouloir démontrer que leurs citoyensne sont pas seulement aussiintelligents, mais même plus que lesPolonais. Les résultats des blessuresà l’orgueil national se feront sentirdans un avenir rapproché sous formed’« Olympiques intellectuels ».Je suis d’avis que les citoyens deCantley réussiraient sûrement bienau plan national à un concours d’intelligenceet pourraient même figurer,en grand nombre, parmi ceux quireprésentent le Canada sur la scèneinternationale. Je crois que la façond’aborder l’entraînement pour unetelle compétition pourrait reposer surles trois principes du développementde l’intelligence. Premièrement,celui de cultiver la courtoisie.Selon Louis XIV, la courtoisie etla politesse sont les insignes del’intelligence supérieure. Le secondprincipe est d’apprendre à identifierles choses autour de nous. D’aprèsLinné, le botaniste suédois, plus onest apte à identifier les choses, pluson est intelligent. Finalement, selonLetter to the EditorMay 13, 2006The EditorThe ECHO of CantleyResearchers from the Universityof Ulster in northern Ireland arerumored to be hiding somewherein Canada since the publicationon April 6, of their research inwhich they revealed that the mostintelligent people in Europe are thePoles.I imagine it won’t be long beforeother countries such as Canadatry to prove that their citizens arejust as intelligent as the Poles.Perhaps this will lead to some kindof ‘Intellectual Olympic Games’.I’m pretty sure that a lot of peoplein Cantley would do well in nationalcompetitions and could even end uprepresenting Canada internationally.The training for such an event,I imagine, would be centered onthose three faculties connected withthe development of intelligence,namely, courtesy (the surest sign ofintelligence according to Louis XIV)identification (Linné, the Swedishbotanist, claimed that intelligencestems from wanting to identify theflora and fauna that surround us)– and finally, according to the SwissPiaget, le spécialiste en psychologiede l’enfant, critiquer les choses afinde les améliorer serait la clé dudéveloppement intellectuel. Ce quiconstituerait le 3e principe.À première vue, il est évidentque les cyclistes de Cantley sontles seuls citoyens dépourvus decourtoisie. Ils refusent systématiquementdeder la route auxvoitures qui approchent derrière euxsur les chaussées étroites. C’est unepreuve élégante de la désinvoltureet du mépris qui les habitent enversles automobilistes de Cantley. Lemépris de ces derniers, normalementtrès civilisés, envers les cyclistes estdonc justifié, selon les esprits critiquesde Cantely.child-psychologist Piaget, the abilityto criticize what is and the wish toimprove on that which is.Well, first of all, as far as courtesygoes, the only people in Cantleywho seem to be completely unableto demonstrate fundamental courtesyare those cyclists who show norespect for people driving their carson Cantley’s narrow roads. A courteouscyclist would simply get off theroad when hearing a car approaching.Cantley’s critical-thinkersrightly believe that cyclists shouldbe treated with the contempt thatthey deserve. Especially since mostcars in Cantley are carrying so manypassengers, which is, as we all knowone of the best ways to intelligentlyreduce the carbon gas emissions.It is said that the Outaouais is theregion that produces the most atmosphericpollutants than any other inQuébec. Imagine how much worsethe pollution would be if it weren’tfor the heroic car-pooling efforts ofthe people of Cantley, whose specialaffinity with Mother Nature has becomelegendary. The stately lawnsof Cantley, surrounded by a fewsurviving trees, serve as a testamentof the dedication of the people ofCantley towards the environment.La raison pour laquelle les conducteursautomobiles sont si pressésrepose sur le fait qu’ils transportentbeaucoup de passagers, la contributiongalante des Cantléens-nesen vue de réduire les émissionsde gaz à effet de serre. En effet,les Cantléens-nes critiquent si fortla consommation irréfléchie descarburants par les autres citoyensde l’Outaouais qu’ils ont pris leurspropres initiatives. Imaginez-vous àquel point la pollution serait insupportable(la région de l’Outaouaisest parmi les pires du Canada)sans la résolution héroïque de noscitoyens à faire du covoituragemassif. La raison de cette tendresseenvers Dame Nature tient à cetteaffinité qu’ont les Cantléens-nes detenir naturellement à Dame Nature.Bien que les arbres ne soient plusomniprésents, ayant cédé place auxgazons, ces derniers, si verts et parsemésde quelques arbres survivants,contribuent à donner l’impression dese trouver toujours en campagne…L’article de l’Écho de Cantleydu mois de mai 2006 sur les thysbe(sesiidae) et le pékan (les « AVNIde Cantley ») m’a convaincu quel’intellectualisme est bien vivantpar ici. Plus qu’il ne l’était, il y a11 ans, lorsque j’étais entraîneurd’une équipe de soccer des garçonsde Cantley. Je me suis rendu compteque les garçons âgés de onze à treizeans pensaient que les papillons,comme la vanesse amirale et le morio,étaient tous des « Monarques. »J’aimerais bien songer que les coursde botanique que j’ai donnés surle champ de soccer, afin de mieuxidentifier les insectes, les papillons,les fleurs « sauvages », les arbres,ont contribué à la pensée et à lapréparation des futurs athlètes intellectuelsdu Canada.Si le gouvernement conservateurse préoccupe des moyens pourmieux se préparer à la défense intellectuellede la patrie, qu’ils dormenttranquilles… Les citoyens-nes deCantley, grâce à leur penchant pour(1) la courtoisie, (2) la critique visantl’amélioration de l’environnement et(3) l’identification de la flore et dela faune dudit environnement,… s’ypréparent.Brian Jewitt(Note de la rédaction – Il me sembleque nous avons un agent provocateuravec un bon sens de l’humourparmi nous.)Further proof to our affinityto nature was contained in theexcellent article that identified theHummingbird moth and the Muskratin the May edition of the CantleyECHO. In 1995, when I was coachingthe Cantley soccer team for boys(age 12 to 13), I was devastated todiscover that these boys thought thatMourning Cloaks and Red Admiralswere all Monarch butterflies fromLinné! I’d like to think that thecrash botany courses I offered athalf-time, identifying birds, flowers,insects and trees helped to ultimatelyproduce such intelligence, winningfootballers.If the rest of the people ofCanada are feeling vexed about theInternational Intellectual Olympics,which will probably be held inWarsaw, they needn’t worry. Thegood citizens of Cantley, thanks totheir penchant for courtesy, theirability to correctly identify theirflora and fauna and their talent ascritical thinkers, will be ready whencalled upon.Brian Jewitt(Editor’s Note : My tongue wasfirmly planted in my cheek when Iread this delightfully wicked letter)


UN DÉPOTOIR, C’EST ASSEZ!Résidant de Cantley depuis vingtans et coureur passionné, je me promènetrois à quatre fois par semaine le longdes routes de notre municipalité. En général,il s’agit d’une activité relaxante etagréable, car, ici, la nature est vraimentaccueillante.Récolte du Jour de la Terre dans le domaine Chanteclerc.De gauche à droite : René Morin, Andrée Sirois,Arielle Morin-Sirois, Danny Matteau,Sacha Morin-Sirois et Andrée Lesage.Mais ce printemps, après la fontedes neiges, j’ai été plutôt impressionnépar la quantité des déchets qui jonchaientles accotements et fossés de notre municipalité.Je sais que les autorités enplace encouragent les citoyens à chaqueprintemps à participer à une corvée collective.Malgré cette initiative, je redouteque nous soyons en train de perdre cetteguerre qui nous oppose aux ordures.Je vous livre mon expérience. J’aidédié, en avril, dix heures à nettoyer lesfossés de chaque côté le long de la 307sur une distance d’un demi kilomètre.Plusieurs des objets récoltés y habitaientdepuis des années. Voici le sommaire dema découverte :• 1 pare-chocs• 4 pneus• 3 silencieux• 1 moteur d’auto• 7 enjoliveurs de roues• 12 harnais pour attelage de chiens• 1 bombonne de gaz propane• 6 fluorescents de 48 pouces• 1 grande pancarte de maison à vendre• 1 boîte à journal avec poteau de métaltordu• 1 couvercle pour pneu de rechangeRAV 4.J’ai de plus rempli 22 sacs d’orduresgrand format qui contenaient lagrande majorité des rebuts : bouteillesd’eau, cannettes d’aluminium, environ100 bouteilles de bière, tasses de café encarton et leurs couvercles de plastique,emballages de barres de chocolat et sacsde plastique d’épicerie (chacun de nousen utilise 350 par année et en jette…?).Malheureusement, des milliers de mégotsde filtre de cigarettes ont été impossiblesà ramasser.Est-ce que cet aspect négligé denotre environnement mérite qu’on s’yattarde? La solution m’apparaît trèsclaire et très peu coûteuse : utilisons nospoubelles et non nos fossés. N’est-ce pasla responsabilité de chacun? Ne me ditessurtout pas que ce sont les visiteurs àCantley qui en sont les uniques responsables.Nous n’avons qu’à jeter un coupd’œil au sol autour de nos «superboîtes »à lettres pour le constater.Démontrons notre civisme. Je vousencourage à toujours garder la devanturede votre propriété propre. Allez nettoyerl’avant d’un terrain vacant ou le terraind’un voisin négligeant. Vous serez fiersde vous.De tout ce que j’ai ramassé, j’ai étéle plus surpris en voyant un chèque datéde 1997 sur lequel toute l’informationétait encore parfaitement lisible. Doncmême le papier prend beaucoup de tempsà se décomposer.Voici mes humbles conseils :• Jetez vos bouteilles et vos canettesvides dans le fond de votre voiture pourensuite les recycler plutôt que de les lancerpar la fenêtre dans les fossés.• Pour les fumeurs, s’il vous plaîtutilisez le cendrier de votre véhicule entout temps.• Utilisez des poubelles avec couvercle– les corneilles prennent un malinplaisir à éventrer les sacs en plastiqueet le vent répand les ordures dans toutesles directions.• Ramassez immédiatement votrepoubelle à la rue ainsi que les déchetséchappés.• Utilisez en tout temps des sacs entissu naturel, comme le coton, pour vosemplettes ou l’épicerie.• Achetez une tasse à café pour la voiture.C’est indécent de voir le nombre detasses en carton provenant d’un certainrestaurant très populaire au Canada quigisent sur les routes.Chaque fois que vous vous promenezsur le chemin avec vos enfants ouvos chiens, apportez un sac et ramassezquelques déchets.Je vous invite donc à vous joindre àmoi et relever le défi suivant : nettoyonstous les chemins de Cantley d’ici la premièreneige!André SylvestreMot de rédacteur : De la part de vosconcitoyens (nes) on vous salue André.BRAVO!L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 11


If You Are Lucky Enough to Live in Cantley,You Are Lucky Enough!Kristina JensenThe Beast, Smoke, and a Coating of MiseryThe beast did not move, as if frozen in time. Fordecades, she laid in the valley, beside the river, motionless,as if she was waiting for something, somethingthat never came. The smoke emanating from itsenormous flared nostrils drifted upwards towards theSun, creating a venomous cloud, a cloud that woundaround its surroundings like a deadly serpent…The passage you just read is not an extract from thelatest instalment in the Harry Potter series. It is a descriptionof a typical day in “La Cité d’Énergie”, Shawinigan.The beast is not a creation of my overactive imagination,it is the ALCAN refinery, and the smoke billowing out ofits stacks into the atmosphere did not cloud my anger, itonly served to enflame it. Progress perhaps, but at whatprice?As we arrived for the annual AMECQ congress,I noticed a strange odour in the air. The highway thatled to our hotel, which was located in a very nice partof town, did nothing to reveal Shawinigan’s dirty littlesecret. Happily for me, the distance from the parkinglot to the hotel’s main entrance was short and with myexcitement, I quickly forgot about the smell. It was myfirst trip to Shawinigan. Friends, old and new, combinedwith a variety of workshops, a visit to the spa, all servedto dissipate my nagging feeling – a feeling that there wassomething amiss in the Cité d’Energie.Sunday morning the congress was over and my companionsand I decided to tour the region before taking offfor the return trip. First stop, the tower facing the hotel.Not far from that, a lookout complete with a telescope.On the horizon, a pulp and paper mill. You will, no doubtlaugh, when you learn that on the way to the Congress,we took Highway 148 and passed by Thurso, which wenamed “Stinky Town”. Shawinigan, however was far different.We called it “Really Stinky Town.”A little later, quite by accident, we made our gruesomediscovery. We were typical tourists, that is to say – wewere lost. A right turn here, followed by a left, or two, andsuddenly the road turned into a laneway and the housesweren’t cute anymore. They were spartan, built from a redbrick, red like the blood of the workers who lived in them.A grey coating covered their windows, a coat of misery.We had stumbled into a toxic cloud. The source of themysterious odour was revealed. There she was, hiding inthe fog, just on the other side of the laneway. Our littlegroup fell silent. It was the beast.She had been created 100 years earlier, built of brick,the same red brick used in the modest houses – an ironywhich hit me like a brick. The beast had been unveiled. Itwas enormous, hurling puffs of nauseating greyish smokeupwards, the same smoke that encircled us and promptedmy companions to search for the way out of this deadend,ASAP. As we rushed to find an exit route, I noticedtwo chairs and a table sitting on a porch attached to oneof the modest brick houses. “Don’t tell me someone sitsout here, out in the middle of this nauseating cloud – thatis disgusting,” I gasped. One of my friends, wiser thanI, cautioned me. My arrogance was apparent. She gentlyreminded me that, “For these folks, this porch is theirlittle corner of paradise.” She was right. My eyes werestinging. Not just because of the smoke but also becauseof the tears I was fighting back. Imagine for one momentwhat life would be like if that porch was your refuge.A Moment of ReflectionWhat can we do with our problems back home inCantley with our now infamous dry dump? The root of thetwo situations remains the same. Since the advent of theIndustrial Age, the time the Beast was created, those whoexploited (in the real sense of the word) others for theirown financial gain, never lived where they conducted theirdirty deeds. Far from it. Add a wilfully blind governmentand the power of money to the mix and you have a deadlycombination. A beast is terrorizing our village. We thinkthat no one can slay the beast. WRONG. Together, we canact and rid the beast from Cantley forever.Haute merChantal TurcotteJe suis une baleine échouée sur la grève.J’ai le souffle court.Tout mouvement m’est pénible.Il me faut rejoindre les eaux.Mais le temps s’étire.Rien ne bouge.J’attends.Que la marée monte.Que la tempête se lève.Que les vagues secouent mon corps.Qu’elles m’entraînent loin du rivage.Qu’un grand schisme me déchire.Que la mer m’engloutisse.Des profondeurs insondables, nous émergerons,toi et moi.Nous irons vers la lumière.Nous respirerons l’air du large.Mi poisson mi homme,Nous ensorcellerons les morts.De notre chant abyssal.Nous irons sur les rochersFixer l’horizonEt rêver d’infini.12 The ECHO of CANTLEY, June 2006Bientôt, des pieds te pousseront.Et nous rejoindrons les nôtres.Sur la terre ferme.Où tu traceras un chemin de vie.


Si vous êtes assez chanceux de rester à Cantley,vous êtes assez chanceuxKristina JensenLa bête, la boucane,une couche de misèreLa bête ne bouge pas, geléedans le temps. Pendant des décennies,elle reste dans la valléeau bord de la rivière, fixée commesi elle attendait quelque chose,quelque chose qui n’arrive pas. Laboucane, émanant de ses énormesnarines enflées, montant vers le soleilet créant un nuage vénéneux,un nuage qui entoure les environscomme un serpent mortel…Ce dernier n’est pas un extraitd’un tome d’Harry Potter, c’est unejournée typique dans la Cité de l’énergie,Shawinigan. La bête n’est pas unecréation de mon imagination hyperactive,c’est la raffinerie ALCAN. La boucanequ’elle dégage dans l’atmosphèren’embrouille pas ma colère. Le progrèspeut-être, mais à quel prix?En arrivant sur les lieux du congrèsannuel de l’AMECQ, j’ai constaté uneétrange odeur dans l’air. L’approcheroutière de notre hôtel, situé dans unjoli secteur de la ville, ne réussit pas àtrahir le sale petit secret de Shawinigan.Heureusement pour moi, le trajet du stationnementà l’entrée principale de l’hôtelétait court, et avec mon excitation,j’ai rapidement oublié l’odeur. C’étaitmon premier voyage à Shawinigan. Lesamis, les ateliers, un séjour au spa, toutcela a effacé ma méfiance…un sentimentqu’il y avait quelque chose de pas toutà fait correct dans la Cité de l’énergie.Le dimanche matin, une fois lecongrès terminé, mes copines et moiavons décidé de faire une randonnée enville avant de décoller pour le voyage deretour. Le premier arrêt : la tour devantl’hôtel. Pas loin de là : un belvédère avecun télescope. À l’horizon : une usine depâte à papier. Vous rirez sans doute,mais en montant par la route 148, onest passées par Thurso et on l’a surnommée« Stinky Town ». Shawinigan, parcontre, ne sentait pas la même chose.On l’a surnommée la « Véritable StinkyTown ».Peu après, par hasard, nous avonsfait une découverte macabre. Nousétions des touristes typiques, c’est-àdire,perdues. Un virage à droite par ici,une gauche par là et soudainement, larue s’est transformée en ruelle et lesmaisons n’étaient plus jolies. Elles sontconstruites de briques rouges… rougecomme le sang des travailleurs qui leshabitent. Une couche grise salissait lespanneaux des fenêtres, une couche demisère.Tout à coup, nous étions dans unnuage toxique. La source de l’odeur« mystérieuse » était maintenantdévoilée. Elle était là, cachée dans lenuage, juste l’autre côté de la ruelle,devant notre petit groupe bouche béeet silencieux.La bête. Créée 100 ans plus tôt, enbrique, la même brique rouge que nospetites maisons modestes - l’ironie m’afrappée… comme une brique. La bête– qui lançait des bouffées de boucane,la même boucane qui nous entouraitet qui encourageait mes copines àchercher la sortie du cul-de-sac, – labête s’était dévoilée. Pressée, maispas aveugle, j’ai quand même vu deuxchaises et une table installées sur unbalcon modeste. Sidérée et pensantà voix haute, j’ai dit « Dites-moi pasque quelqu’un s’assoit là – en pleinmilieu de ce nuage – dégueulasse! ».Une de mes copines, plus sage quemoi, m’a lancé un mot de caution.Mon arrogance paraissait un peu trop.Avec délicatesse et amitié, elle m’arépondu « Pour ces gens, ce balconest leur petit coin du paradis. » Elleavait raison. Mes yeux brûlaient, nonseulement à cause de la boucane, maisaussi à cause des larmes que j’essayaisde cacher. Imaginez-vous, pour unmoment que ce balcon est votre coinde paradis.Remise en contexte et matière à réflexionQue faire de nos problèmes àCantley avec le fameux dépotoir? Lesracines des deux lieux sont les mêmes.Depuis l’ère industrielle, l’époque où labête est venue au monde, les exploitants(dans le vrai sens du mot) ne restentplus sur les lieux qu’ils ont pollués.Ajoutez un gouvernement aveugle et laPhotos : Kristina Jensenpuissance de l’argent dans ce mélangeet vous avez une combinaison toxique.Une bête terrorise notre village. Onpense que personne ne pourra la tuer.Faux. Ensemble, on peut agir et vaincrela bête de Cantley.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 13


MORALE ETFOI CHRÉTIENNEDes affirmationsCe Samedi Saint, 15 avril2006, le journal La Presseprésente deux pages intéressantessous le titre « Le baptêmeaujourd’hui ». (Cahieractuel, p. 2-3) À la fin de sondeuxième article l’auteure,Marie-Claude Girard, rapportedes explications deMme Ferretti. Il est questionde la foi qui « donne aussi unsens à la vie et fournit un cadreéthique, des valeurs d’amourdes autres, de partage, de pardon,et de justice que tout lemonde trouve importantes. »(p. 19) Ces affirmations méritentréflexion et exigent desnuances et des précisions. Jepropose quelques considérations.La moraleL’individu, l’être humain,la personne qui n’a pas lafoi en Dieu de Jésus-Christne commet pas de péchés,mais il peut faire le mal.Cette affirmation peut être unpeu provocante, mais combienéclairante. Le péché estune notion religieuse, chrétienne,qui nous vient de larévélation. Il existe peut-êtreune confusion. L’opposé demoral est immoral, l’opposédu péché n’est pas le moral,mais bien la foi. Être moral,ne pas être immoral, est uneexigence pour toute personne.C’est notre métier d’humains.Personne n’en est exempté.Le premier principe pratique– « fais le bien, évite la mal »– s’adresse à tout individu,croyant ou incroyant. Lamorale humaine et la moralereligieuse ou chrétienne ne secontredisent pas nécessairement.Elles proposent souventles mêmes normes. Ces moralessont toutefois différenteset exigent qu’on apporte desnuances. Vivre moralement estdonc une mission inhérente ànotre existence.Le bien et le malSi être moral signifie vivrele sens, comme le formuleGuy Durand, (Sexualité et foi.Montréal, Fides, 1977, p. 68)il est permis d’énoncer uneorientation fondamentale quinous permet d’entrevoir le14 The ECHO of CANTLEY, June 2006sens de la vie. On est autoriséà proposer une élaboration denormes, de mesures, de règlesqui, comme des balises, peuventaider, dans la liberté et laresponsabilité personnelle, àadopter un sens à la vie. Quelleest donc cette option ou orientationfondamentale? Le sensde la vie, on le trouvera si onrépond à la question : Qui estl’être humain? L’affirmationsuivante mérite attention :« Envisagé dans l’acte mêmede sa vie, l’homme est aussi lepoint de rencontre d’un nœudde relations qui le façonnent. »(J. M. R. Tillard. Notes decours. Ottawa. Collège dominicain)Est bien ce qui favorise,épanouit ces relations. Estmal ce qui affaiblit, détruit cesrelationsMorale etfoi chrétienneLa morale humaine sefonde uniquement sur la raisonhumaine. La morale religieuses’inspire des principes doctrinauxde sa religion. La moralechrétienne ou la théologiemorale, trouve sa raison d’êtredans la Révélation. La moralechrétienne est un indicatif d’oùdécoule l’impératif. « C’estmoi le Seigneur, ton Dieu quit’ai fait sortir du pays d’Égypte,la maison de servitude : (et ensuiteseulement vient l’impératif)Tu n’auras pas d’autresdieux face à moi.. » Pour leNouveau Testament, écoutonsun discours de l’apôtre Pierre:« Israélites, [...] : Jésus leNazaréen, [...] vous l’avez livréet supprimé en le faisant crucifierpar la main des impies;mais Dieu l’a ressuscité en ledélivrant des douleurs de lamort, car il n’était pas possibleque la mort le retienne en sonpouvoir. » (Acte 2, 22-24 passim)Le salut c’est l’adhésionà cet indicatif, c’est la foi. Unarticle écrit par le professeurYves Cailhier (« La foi impose-t-elleune morale? » dansRéseau, Vol. II, No. 9, p.11)formule ainsi cette vision :« Ce qui fait la nouveauté radicalede l’Évangile, ce n’estpas la morale, mais la BonneNouvelle du salut de Dieuoffert à toute l’humanité enson Fils unique Jésus, Christet Seigneur. Le comportementmoral découle de cette révélationinitiale, primordiale. »En morale chrétienne il y adonc un préalable : Dieu faitle premier geste. L’expériencereligieuse du peuple hébreuconsiste en ce que Dieu, enpremier lieu, se manifestecomme Sauveur. Pour le chrétien,l’adhésion à ce salut enJésus-Christ par une relationinterpersonnelle engendre lafoi qui sauve. Par sa conduitemorale, le croyant chrétienmontre qu’il est sauvé. « Pourexprimer cette vérité, les exégèteset les théologiens dirontque le don précède l’exigence,que le don du salut ou de vienouvelle en Jésus précède etfonde le comportement éthiquequi est appelé à manifesterce don. On dira aussi quel’indicatif précède l’impératif,Chronique d’humeurDavid GomesIl est 22 h 35. J’essaie dedormir, mais il s’agit là d’unetâche très complexe lorsqu’ona le regard fixé au plafond oudu moins ce que j’en vois.J’entends la dernière goutted’eau de la douche qui suitson cours, le bruit infernaldu lave-vaisselle et l’eau quiruisselle dans la gouttière quilonge le mur derrière mon lit,tout pour s’endormir quoi!Heureusement que la main dema belle brune et les quelquessoupirs d’épuisement de mapetite fille âgée d’un an, quia son logis tout près de nous,viennent m’assoupir et merelaxer.Malgré tout, je pleure. Jesouffre. Je pense à tous les papasdu monde qui aimeraientbien que la communicationqu’ils ont avec la mère de leurenfant soit meilleure, voireidéale, pour le bon développementet le bonheur de leurenfant. Je pense donc à moi.Je pleure, je pleure, je pleure.Épuisé, une idée me vient àque ce que Dieu a accompli enJésus en faveur de l’humanitéprécède et fonde l’exigencemorale d’une vie conforme audon reçu dans la foi. » (YvesCailhier, p. 11). « Comme jevous ai aimés, aimez-vous lesuns les autres » (Jn 13, 34).Ainsi, en morale humaine, jefais le bien pour me « sauver», pour me réaliser en tantqu’humain, pour réussir « labonne vie ». En morale chrétienne,ma conduite morale estmanifestation de mon salut enJésus-Christ. Par conséquent,le catholique devrait « aller àla Messe » non pour se sauvermais pour montrer, pour manifesterqu’il est sauvé. « [...] leslois morales surgissent commeune réponse à l’évangile »comme le dit C. H. Dodd.(Morale de l’Évangile. Paris,Plon, 1973, p. 13)Communiquer faitle bonheur de tousl’esprit. Pourquoi ne pas écriremes peurs, mes tristesses, mesangoisses, comme ma mèreme l’a toujours répété : « Tudevrais écrire mon fils, ça teferait du bien. ». Me voilà doncen train d’écrire mes angoissessur le comptoir de la cuisine (àcôté du lave-vaisselle!).Avec ma fille et sa maman,nous formons ce qu’il y a lieud’appeler une famille monoparentale,je crois. J’aime mafille plus que tout au monde.Elle a aussi la meilleure mamanqui soit. Cependant, lacommunication fait défautpour plusieurs raisons qu’ilvaut mieux ne pas élaborer. Jepourrais me dire qu’il n’y arien là et que c’est chose courantepour des familles commenous ou plutôt des parentscomme nous. Mais s’il n’y apas une bonne communicationentre nous, que peut-il bieny avoir? Rien. C’est tout cequi nous reste. C’est le lienqui nous unit. Cette communicationest primordiale. Ellepermet de mieux connaîtreles habitudes de l’enfant, deConclusionLa positon de ceux quiveulent une morale chrétiennesans foi chrétienne suggèreune certaine incohérence. Onpourrait aussi conclure aveccette citation du renomméprofesseur Antoine Vergote :« Le souci de garantir et deprotéger l’éthique sociale parla religion, ou l’intérêt qu’onprend à la religion commesoutien pour la formation de sapropre identité morale, se défont,car on prend consciencede pouvoir se passer de la religionpour réaliser ces buts. »( Religion, foi, incroyance.p. 102).Gustaaf Schoovaerts,Professeur honoraire, UQOmieux s’adapter comme nouveauxparents. Surtout, cettecommunication montre à l’enfantque ses parents existent,qu’ils sont là pour lui, qu’ilssont capables de laisser leurorgueil, leur rancune et leurpeur derrière eux pour le bienêtrede leur enfant. Y a-t-ilplus grand altruisme?Ce soir, je pense à tous cespapas et toutes ces mamansqui sont incapables de biens’entendre, de bien se parler,de se respecter, de respecterles différences de chacun.Je dis à ces parents (moi lepremier!), pensez à votre petitgarçon si doux, votre petitefille si candide, n’est-il paspréférable pour eux que leursparents, bien qu’ils n’habitentplus ensemble, vivent en harmonie?La vie est beaucouptrop courte pour en vouloirtant à l’autre. Le temps nousmanque pour tout aujourd’hui.Cessons de le gaspiller! Sur ce,je retourne au lit retrouver mesdeux amours (le lave-vaissellea terminé son cycle!!).


LACJS EXPRESSESTOUVERTE!!!CJS Express… Une coopérative de services créée pardes adolescents de Cantley!Pour la troisième année consécutive, une coopérative jeunesse de services (CJS)est active à Cantley. Cette entreprise mise sur pied par et pour les adolescents, offriradivers services à la communauté. Elle sera composée de jeunes de Cantley de14 à 17 ans qui vont, à travers la réalisation de contrats, développer des habiletésde travail, un esprit d’entrepreneuriat, une meilleure connaissance du marché del’emploi et autres...Comptant sur le soutiendu Regroupement québécoisdes coopérateurs et coopératricesdu travail (RQCCT),organisme promoteur national,la CJS est le résultatd’un partenariat entre plusieursorganismes locaux,soit : le CLSC, la SADC,la Municipalité, l’Associationdes gens d’affaires deCantley (AGAC), la maisondes jeunes LA BARAQUE etle Service de sécurité de laMRC des Collines.Le projet CJS existe dansplusieurs autres communautésréparties dans différentesrégions du Québec et, à l’origine,fonctionne pendant lapériode estivale. Néanmoinsdevant le succès de ce projetéducatif, le comité local dela CJS (nom du groupe despartenaires locaux) a donné lapossibilité aux jeunes de fairefonctionner la coopérativetout au long de l’année. C’estainsi que vous avez déjà puvoir les coopérants s’activersur différents contrats, telsl’entretien des patinoires de lamunicipalité ou encore le nettoyagede printemps de certainesrésidences de Cantley.Nous vous invitons doncà participer dès maintenantà la réussite de ce projet etdu même fait, à la formationdes jeunes, en leur offrant descontrats qui leur permettrontde travailler et de développerleurs aptitudes. Nous pouvonsvous assurer que l’exécutiondes contrats se fera de manièreprofessionnelle puisqueles jeunes bénéficieront del’appui et de l’encadrementd’intervenants adéquatementpréparés.Les coopérants pourrontvous offrir des services variésIsabelle LessardOUVERTURE OFFICIELLEDE LACJS EXPRESSAfin de mieux vous faire connaître la CJS, les coopérants vous convient àl’ouverture officielle de la CJS EXPRESS de Cantleylesamedi 8 juillet 2006 à 13 hà la maison de jeunes la Baraque(881, montée de la Source Tél. 827-1054)Au programme de cette journée :• Présentation de la CJS par les coopérants• Énumération des services offerts• Mot des partenaires• Discours d’un invité spécial• Période de questions• Goûter et échanges informels, distribution de dépliantsOn vous attend nombreux pour nous soutenir dans notre projet !!!et adaptés à vos demandes,qui pourront comprendre,par exemple : l’entretien extérieur,ménage, jardinage,peinture, défrichage, aidedurant les déménagements,gardiennage, entretien d’animaux,animation et bien plusencore!Camping Cantleyremporte les honneurs !Les propriétaires duCamping Cantley, Mme LiseLefebvre et M. DanielBeauchamp, avaient de quoi seréjouir le 26 mai dernier. C’estque leur entreprise a remportéla deuxième place pour la catégoriedes meilleurs sites decamping, lors de la 21 e éditiondes Grands Prix du tourismequébécois qui avait lieu auPalais des congrès à Montréal.Le terrain de campingn’était pas à sa première ovation.Les quatre dernières années, ilavait été sélectionné parmi leslauréats lors des Grands Prix dutourisme de l’Outaouais, lesquelslui permettaient d’entreren compétition avec tous lesautres terrains situés à traversle Québec. Camping Cantleyn’avait cependant jamais remportéles honneurs au niveauprovincial. La copropriétaire,Mme Lefebvre s’est dite trèshonorée. « Cela nous a surprisun peu parce que la compétitionest forte. Au Québec, ily a de très beaux terrains deCamping », s’est-elle confiée.L’Outaouais sedémarqueL’Outaouais n’est paspassé inaperçu lors de ce 21 egala. La région s’est démarquéeen se classant 2 e derrière lagrande région de Montréal, quin’a remporté que deux prix deplus. Au total, l’Outaouais estreparti avec six prix. AventureSi vous désirez obtenirdes informations ou avezbesoin d’autres services queceux énumérés, contacteznousau : 827-1054. Les coopérantssont disponibles ensoirée de 18 h à 21 h et en casd’absence, ils retournerontvos appels dans les plus brefsdélais.Au plaisir de vous compterparmi la clientèle de nosjeunes,Au nom des jeunes coopérantsles animateursManon et XavierLaflèche, de Val-des-Monts, aterminé en 3 e position dans lacatégorie Attraction touristiquede moins de 100 000 visiteurs,tandis que la compétition deski de fond Keskinada Loppets’est aussi classée troisièmepour le Festival et événementtouristique ayant un budgetd’exploitation de moins de 1million $.Dans la catégorieHébergement, 4 honneursont été décernés àl’Outaouais, soit l’argent àCamping Cantley (Campings),le Gîte Fanny et Maxime(Gîtes) et l’Auberge Viceroy(Hébergement de moins de 50chambres) et finalement, lebronze pour Aventure Joncas(Pourvoiries).Créés en 1985, les GrandsPrix du tourisme québécoispermettent de souligner lesefforts et le dynamisme desentreprises qui oeuvrent dans ledomaine touristique, tout en reconnaissantofficiellement leurcontribution exceptionnelleau positionnement du Québeccomme destination touristiquede qualité. Cette année,216 lauréats régionaux ont étécouronnés.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 15


NOTES DE CONGRÈS25 e AnniversaireLe Congrès de l’Associationdes médias écrits communautairesdu Québec, l’AMECQ, s’esttenu les 28, 29 et 30 avril dernierà Shawinigan. Ce congrèsrevêtait un habit particulier.En effet, on fêtait le 25 e anniversairede sa fondation. Celaméritait une attention spéciale.Comme L’Écho de Cantley estmembre de l’AMECQ, quelquesmembres de notre journalcommunautaire participaientà cet événement. Je résumequelques impressions et constatationsPrésencesde l’allure politique, à certainsmoments, de son discours, ilétait sincère et réaliste. Ses parolescomportaient des bonnesnouvelles. Il y a une attention etun intérêt à son ministère pourles journaux communautaires.Les ateliersJ’ai assisté à un premieratelier: La langue française enmutation. Deux spécialistesNoëlle Guilloton et GéraldPaquette de l’Office québécoisde la langue française animaientcet atelier. J’ai pris consciencede la richesse qui est mise ànotre disposition.de l’AMECQ No 16, 2006,38 p.)Le galaLa remise des prix del’AMECQ à la soirée du Galadu 25 e anniversaire était entrecoupéepar la présentation passionnéeet passionnante de l’histoirede notre Association. Cettefaçon de procéder variait laproclamation des prix. Riche eninformation, la présentation dupremier président de l’AMECQ,M. Jean-Pierre Beauchamp, m’ainspiré de la fierté, de l’admirationpour la lutte de survie etm’a donné le goût de continuerma participation.Il me semblait qu’il y avaitmoins de participant(e)s quelors de mes deux autres participations.Je me suis fait direque plusieurs journaux communautairesvivent des difficultésfinancières.Abitibi-TémiscamingueJ’ai constaté que l’onpouvait noter la présence debeaucoup de personnes del’Abitibi-Témiscamingue. Desource bien informée, j’ai apprisqu’il existe au moins septjournaux communautaires danscette région. Toute proportiongardée, je considère ce coin depays comme le plus riche en cedomaine. Cela indique-t-il unevie communautaire florissante?La ministreLa ministre de la Cultureet des Communications, MmeLine Beauchamp, est venue livrerun encouragement. C’est lapremière fois qu’une personneélue de ce niveau se présente àun congrès de l’AMECQ. C’està souligner. Abstraction faiteHourra!Deux de nos membres ont raflé les honneurs au Congrèsde l’Association des médias écrits communautaires du Québec(AMECQ), qui s’est déroulé à la fin avril. Notre graphistebien-aimée, Josée Mainville, a remporté le 1 er prix dans lacatégorie de la meilleure conception publicitaire pour LeRanch Blackburn. Pour sa part, Isabelle Lessard s’est classéedeuxième dans la catégorie du meilleur article de faits pourson reportage intitulé Dépotoir : des citoyens seront évacués.Étudiante en journalisme à l’Université d’Ottawa, Isabelle assurela coordination du journal et nous prête sa plume.Merci et félicitation à ces deux femmes de talent qui mettentleurs idées et leur vision au service de L’Écho et de toutela population de Cantley!Le deuxième atelier,Français écrit et rédaction, sedéroulait sous la direction deÉdith Madore. J’ai constatéque j’en avais encore beaucoupà apprendre. C’est surtout l’insistancesur l’importance dulead, l’amorce d’une nouvellejournalistique qui a attiré monintérêt. (voir aussi: Yvan NoéGirouard. L’importance dulead. Montréal, Les fasciculesSpectacleLe spectacle-conférencede Christopher Hall était uneagréable et amusante manièrede terminer le brunch du dimancheavant le départ descongressistes.Longue vie à l’AMECQ!Gustaaf SchoovaertsJournaliste recherché(e) :16 The ECHO of CANTLEY, June 2006Vous aimez écrire sur l’actualité et vous êtes intéressé-e par ce qui se passedans notre municipalité? Alors pourquoi ne pas mettre vos talents au servicede la communauté en devenant journaliste pour L’Écho de Cantley. Pour plusd’informations : Isabelle Lessard 663-3498.


CREATECHPour nous joindre : Claude Hébert 827-0171Suzanne LegrosJ’ai rencontré Ghislain Houle, lepropriétaire de CREATECH récemment.Il me dit : « qu’il a complété sesétudes de technicien en génie mécaniqueau CEGEP de l’Outaouais et qu’ila travaillé à l’usinage de pièces aérospatialespendant quatre ans, deux ansdans le ceinturage de tubes aluminiumavant de se lancer en affaires à soncompte ». Il démarre son entreprise enaoût 2005.CREATECH réalise la fabricationd’abris multi-usages, tels que patios,terrasses, spas ou piscines, auventspour portes et fenêtres, modificationet réparation de pièces ou structuressur mesure utilisant la soudure deprécision, soit en aluminium, acierinoxydable, magnésium ou cro-moly.Ces abris permanents sont construitsselon les normes, règlements et permisde votre municipalité. M. Houle créeuniquement des articles courbés surmesure qu’on ne retrouve pas sur lemarché. Les produits sont fabriqués enaluminium. La couleur de votre choixest appliquée par poudre cuite. Lestoitures des abris sont construites avecdes panneaux de poly carbonate.CREATECH se spécialise dansla réparation/modification de pontonset bateaux en aluminium, la fabricationsur mesure de tubes de ponton,vivier, tableau arrière, puits à moteur,la remise à neuf de pied de moteur, lafabrication de quai flottant sur tubesen aluminium. Un des avantages deCREATECH : la fabrication/réparationpeut être faite sur place, par exemple,la réparation d’un pied de moteur debateau se fait sur place, le bateau àl’eau. Il n’est pas nécessaire de le sortirde l’eau; une considération importantepour le propriétaire d’une grosse embarcationqui aurait à couvrir les coûtsde remorquage en plus du montant dela réparation.Le service à domicile est aussidisponible. Pour toute réparation ou sivous planifiez un projet, n’hésitez pasà communiquer avec CREATECHcomme suit :Ghislain HouleCREATECHCellulaire(819) 664-4920Télécopieur(819) 827-6392Originaires de Gatineau, GhislainHoule et sa conjointe, Nancy Cushmanhabitent à Cantley depuis 2004.Suzanne LegrosI met recently with Ghislain Houle,owner of CREATECH. Originallyfrom Gatineau, Ghislain Houle andhis spouse, Nancy Cushman moved toCantley in 2004. Mr. Houle completedhis studies at CEGEP de l’Outaouaisas a technician in mechanical engineering.He worked tooling aerospace partsfor four years, and then spent two yearsworking with aluminium tubes beforedeciding to start his own business inAugust 2005.CREATECH will make multipurposecovers for patios, terraces,spas or pools, awnings for doors andwindows, will modify and repair madeto measure items or structures with precisionwelding in aluminium, stainlesssteel, magnesium or cro-moly. Thesestructures are built in accordance withthe rules and regulations requiredby a municipality in order to issue apermit. Mr. Houle makes only madeto-measure,curved items that are notavailable on the market. The productsare made of aluminium, and a bakedPhoto : Suzanne Legrospowder process is used to apply thecolour of your choice. The roofs aremade of polycarbonate panels.CREATECH specializes in therepair/modification of aluminiumboats and pontoons, made to measurepontoon tubes, fish wells, back panels,motor wells, and can refit a motor foot,and floating aluminium tube docks.One of the advantages of dealing withCREATECH is that construction and/or repairs can be done on site. For example,for repairs to the foot of a craft,there is no need to remove it from thewater - an important financial considerationfor the owner of a large craft whomust have it towed in for repairs.At-home service is also available.If you are planning a projector need repairs, you can contactCREATECH at:Ghislain HouleCREATECHCell: (819) 664-4920Fax: (819) 827-6392L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 17


Thérapie par la voix et le mouvementLibérer la voix, le corps et l’ÊtreUn cheminement thérapeutiquepar la créativité et l’improvisation.Marie-Lynne Sauvé, B.Mus, M.A.Cantley, QC mlsauve@videotron.ca 819-827-2657http://pages.videotron.com/mlsauveÉCOLE DES ROUTIERSPRO-CAMLa seule école recommandéeCAA-Québec en OutaouaisÉcole de conduite d’autos et de camions* Maintenant 2 adresses pour mieux vous servir1187, boul. St-Joseph (sect. Hull)Gatineau J8Z 2C3 Tél : 772-0268815, boul. St-René O. (local 5) Gatineau J8T 8M3 Tél : 561-0777www.pro-cam.caJUMELAGE CANTEY-ORNANSAnnulationPour des raisons hors de soncontrôle, le comité de jumelage deCantley se voit, à regret, obligéd’annuler l’échange d’emploiavec sa ville jumelle Ornans pourcet été. Notez qu’il s’agit d’unreport à l’année prochaine etqu’il n’est pas du tout question del’abolition de cette enrichissanteactivité. Nous regrettons cettesituation, mais nous encourageonsdes étudiantes et des étudiants deCantley à se préparer pour uneprochaine fois. Nous remercionsles personnes qui avaient fait desdémarches pour cette année.BILLET DE RÉFLEXIONTIAGOGustaaf SchoovaertsUQOJe viens de terminer la lecturedu livre de Serge Kokis, Lemaître de jeu, Montréal, XYZ,1999, 259 p. Ce livre soulève desquestions sur l’origine du bien etdu mal. Il touche naturellementau problème moral.Mais je suis perplexe. Ladernière partie, « Le cahier deTiago », p. 253-259, peut s’intituler:« L’éloge du suicide ». Jen’ai peut-être pas bien compris ceAnnulationAssemblée généraleComme prévu par nos règlements,notre assemblée généraleannuelle se tiendra le dimanche 4juin 2006. De plus amples informationsvous parviendront. Tousles postes en titre sont ouverts.Cette rencontre se tiendra à Lasucrerie du terroir, 784, cheminFogarty à Val-des-Monts, aprèsle brunch. Les personnes membresou non-membres qui veulentparticiper sont priées de communiqueravec notre président M.Robert Perreault au 819 827-2761au plus tard le jeudi 1er juin. Coût26 $ par personne, incluant taxeset pourboire. Bienvenue!roman. Ce livre me semble tendrerésolument vers cette conclusion.Les lignes suivantes en exprimentun condensé : « Je n’ai donc plusbesoin de me battre contre deschimères, et je peux enfin finiren beauté. Je sais à nouveau queDieu est bon, et je sais aussi qu’Ilme pardonnera de mourir decette façon. Je Lui dirai que l’eaudu port était la seule route que jepouvais prendre. » (p. 259)Une préoccupation me hante.J’ai toujours prétendu que l’inquisition,les croisades, l’euthanasie,le suicide s’expliquent, se comprennentmais ne se justifient pas.Dernièrement, je me demande sila compréhension n’implique pasun début de justification.Activité de groupeC’est quasiment une tradition.On veut encore organiser un dînerpartage cet été. Mme Louise Dionet M. André Simard nous ont offertl’hospitalité pour cette rencontre. Onpense à la fin juillet ou au début août.Les détails de cette activité vous serontcommuniqués ultérieurement.Visite à OrnansC’est maintenant confirmé. Laville d’Ornans se prépare à recevoircet été le conseiller de Cantley,M. René Morin, et sa famille. Bonvoyage! Merci à Mme Petitet et aucomté de jumelage d’Ornans.Gustaaf Schoovaerts,secrétairePartageant mon inquiétudeavec un ami spécialiste, le professeurretraité de l’Université duQuébec à Montréal, Éric Volant,dont la réédition d’un livre surles suicides, corrigé et augmentéest prévue pour l’automne, mefit parvenir un courriel : « Nouspouvons essayer de comprendrele suicide d’une personne, maisil restera toujours une part demystère. Même si celle-ci donnedes raisons pour justifier son actedans une lettre d’adieu ou si elledemande de l’aide au suicidepour terminer les souffrancesliées à sa grave maladie, les motifsconscients ou inconscients deson acte nous échappent. »Économiser, relaxeret changer l’air… ça vous dit?18 The ECHO of CANTLEY, June 2006Barbara Delislecitoyenne de CantleyDepuis que nous avons établidomicile à Cantley, plusieurs amiset collègues ont fait de même, etd’autres y songent fortement. Lanature tout près de la ville, les arbresverts, la neige blanche, le cielétoilé : de quoi accueillir en grand!Pourtant, il arrive parfois quenous ressentions des légers contrecoupsde la vie en « campagne ».Les allers-retours empêtrés dans lacirculation, et les prix de l’essenceet des stationnements qui n’arrêtentplus de gonfler! À 60 $ le pleind’essence et 150 $ le stationnement,on se demande qui fait les frais dela vie de banlieue!Si je vous disais qu’il existedes solutions ? Simples. Logiques.Écologiques. Et que ces solutionsvous permettraient de tisser desliens avec d’autres Cantléens etCantléennes. Même qu’elles vouspermettraient d’économiser. Je vousparle de transport en commun et decovoiturage.Saviez-vous que la STO a uncircuit qui dessert la municipalitéde Cantley, et qu’on vous embarquedirectement devant chez-vous(si vous demeurez sur le trajet duparcours no 5 – www.sto.ca) ?L’horaire est idéal pour les gens quidoivent se rendre au centre-ville lematin et en revenir le soir. Faitesle calcul : 67 $ par mois, un coupde pouce écolo et fini le stress deconduire.Il se peut que le transport encommun ne réponde pas à vosattentes, alors pourquoi ne pas essayerle covoiturage? Je vous inviteà aller visiter le site de TransportsQuébec et à consulter les offres quis’y trouvent. L’URL est le suivant :http://www1.mtq.gouv.qc.ca/fr/information/covoiturage/covoiturage.asp?region=outaouais . Choisissez« Cantley » dans la liste des lieuxde résidence et voyez si vous trouvezun « voitureur »! Sinon, vouspouvez aussi offrir vos services detransport, adaptés à votre disponibilité.En échangeant des services ouen répartissant les coûts d’essenceet de stationnement, tout le mondey gagne.Alors, que vous soyeztravailleur(se) de jour, de soir oude nuit, ou étudiant(e), rien nevous empêche de voyager l’espriten paix, tout en économisant et enconservant l’air frais!


CahierspécialHORTICULTUREun jeu d’enfant!Lorsqu’on propose à un enfant de jardiner, c’est unpeu l’apprentissage de la démarche scientifique qu’on luisuggère. Observation, comparaison, réflexion, interrogation,expérimentation, telles sont les étapes qu’il devrafranchir pour tirer ses propres conclusions.Comment intéresserles enfants?Partant d’une semence, onpeut lui faire découvrir qu’il yen a des rondes (capucines),des allongées (échinacées),des plates (citrouille). Il y ena aussi de couleur (tournesol,haricot). Certaines peuventêtre mangées, d’autres non.Certaines ont une enveloppeépaisse et dure (noix).Photo: Geneviève Le MayQuelles sont lesexpériences qu’on peuttenter avec les enfants?Une semence, pour germeret devenir une plante, a besoind’une température suffisante,d’eau, d’une bonne aérationet de lumière. Une expériencesimple à réaliser consiste àsemer des haricots dans desbocaux remplis de ouate. Unde ces bocaux peut être placéprès d’une fenêtre, un autreau réfrigérateur, un autre à lanoirceur, etc. L’enfant pourraobserver le phénomène de lagermination et de la croissanceet comparer les résultats obtenus.L’enfant pourrait aussis’amuser à faire germer dessemences de gazon (dans unbout de bas de nylon avec dubran de scie). Les petits kits degermination sont aussi intéressantset utiles puisqu’ils permettentd’avoir de la luzernefraîche et autres pousses.Si on a un jardin potager,on peut intéresser les enfantsen les faisant participer auxsemis et à la préparation dusol. On peut lui expliquerles distances de plantation etl’amener à penser au résultatfinal. Un plant de tomates estplus gros qu’un plant de carottes.Intéressant aussi de penserqu’une semence de carottene donnera qu’un légume.Tout au long de la saison,il s’intéressera aux diversesnuances de vert, au découpagedes feuilles, à leur texture, àl’odeur et par exemple pour lesjardins d’herbes, à leur goût.On pourra faire remarquerà l’enfant que la semencedeviendra un légume dontla partie comestible sera uneracine pour la carotte, desfeuilles pour la laitue, le chou,les épinards. Concombre, tomate,citrouille sont des fruits,mais les petits pois sont desgraines; les haricots verts etjaunes sont des gousses, alorsque l’oignon est un bulbe.Des bourgeons? Le chou deBruxelles. Des inflorescences :le chou-fleur. La pomme deterre : un tubercule.L’enfant, s’il a des outilsadaptés à sa taille, participeravolontiers aux travaux d’entretien.Bon moment pour luiapprendre que le binage estbien utile. Certes, il permetd’éliminer les mauvaises herbes,mais, surtout, il est utilepour briser la croûte sèchequi se forme à la surface dusol et permettre à l’eau des’infiltrer. On peut d’ailleursle démontrer assez facilementà l’enfant en lui demandantde faire l’expérience. Avant etaprès le binage, si on arrose,l’eau ruisselle-t-elle ou pénètre-t-elledans le sol?L’arrosage, et cela est vraipour tous, doit préférablementêtre effectué tôt le matin ouen soirée à cause du soleil.On lui indique alors d’arroserlorsqu’il y a de l’ombre. On enprofite pour lui montrer qu’unepetite goutte d’eau sur unefeuille en plein soleil a l’effetd’une loupe.Les insectes aussi devraientattirer son attention.Bon moment pour lui apprendreles noms et commencerune collection! On en profiterapour lui indiquer le rôle desinsectes au jardin (pollinisation)et leur interaction. Si ona des fourmis, on a certainementdes pucerons pas loin.L’interaction entre ces insectesvaut à bien d’autres niveaux.Puis, et c’est peut-êtrecela le plus important, montrerà l’enfant qu’on peut cultiverdes plantes sans engraischimique et sans pesticides.Surprise! Même sans cesproduits, ça marche. La sensibilisationà l’environnementc’est aussi des petits gestesindividuels et simples.Finalement, on pourraitpeut-être offrir un cadeau àl’enfant entre le premier etle deuxième volet. Ce cadeaupourrait être un petitsac de transport d’outils dejardinage accompagné dequelques outils.jusque dans votre assiettePhoto: Geneviève Le MayDe plus en plus de restaurateursgarnissent leurs platsde fleurs. Peut-être avez-vousdéjà osé y goûter. Qu’en avezvouspensé? Pas grand-chose?L’on ne peut contester cependantque la décoration est plusque jolie et intéressante.S’il existe de nombreusesvariétés de fleurs comestibles,il en est auxquelles il ne fautpas toucher. Afin d’évitertoute confusion, nous vousprésentons celles qui sont leplus souvent consomméesainsi que des pratiques quantà leur culture et préparation.Les fleurs pouvant êtreajoutées à l’assiette sontles suivantes : ciboulette,bourrache, souci, carthame,courgettes, œillet, fuchsia,gardénia, glaïeul, hémérocalles,hibiscus, lavande, lis,monarde, basilic, pavot, fleurde la passion, pélargonium,rose, tagète, capucine, tulipeet violette odorante.Comme vous le savezsans doute, le fait de nommerune fleur ne donne passa spécificité. Ainsi, pour larose, s’agit-il des rosiers hybrides,des rosiers rustiques,des rosiers arbustifs? Bref,il faut faire attention de nepas généraliser et penser quetoutes les fleurs qui appartiennentà une même famillesont comestibles. La prudenceest de rigueur, car certaines,pourtant très belles, peuventse révéler toxiques.Si vous voulez tenter l’expérience,voici des conseilspratiques. Dans un premiertemps, vous ne devriez consommerque des fleurs cultivéesde manière organique.Sont donc éliminées les fleursprovenant des centres jardinset des fleuristes. Ensuite, neconsommez pas de fleurs sivous souffrez d’allergies alimentairesou d’allergies respiratoirescomme l’asthme oule rhume des foins. Seuls lespétales doivent être mangés.Enlevez donc le pistil et lesétamines. Cette opération estdélicate pour ne pas dire quasiimpossible si vous utilisez detrès petites fleurs telles leslilas, le basilic ou le thym. Siune fleur se trouve dans votreassiette, demandez-vous toujourssi elle est effectivementcomestible, elle peut s’y trouveruniquement pour des finsesthétiques. Finalement, lesfleurs doivent toujours avoirété lavées.Il existe des entreprisesspécialisées dans la culture defleurs comestibles ainsi quedes ouvrages de référence surle sujet. Avant de consommerles fleurs de votre jardin, ilserait bon de vous renseigneradéquatement. Rappelez-vousqu’une fleur qui a été cultivéedans un environnement où ily a utilisation de pesticidesdevrait demeurer sur le plantet non dans votre assiette.Si vous avez un doute de latoxicité d’une fleur que vousvoulez ou avez consommée,n’hésitez pas à communiqueravec le centre antipoison devotre région.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 19


HORTICULTUREMoyens de lutteVous trouverez ci-dessous quelques moyens efficacesafin de limiter la présence d’insectes indésirables dans lejardin. Il faut comprendre que la lutte aux insectes indésirablesdoit être faite avec discernement. L’utilisationde pesticides interdite, il existe tout de même certainesméthodes plus douces.Limaces et escargotsIl s’agit de mollusquesavec ou sans coquille. Ils grignotentles feuilles des plantesornementales et y laissent destrous disgracieux. En fait,leurs dégâts ne sont pas beauxà voir, mais le pire c’est quetoutes ces petites ouverturessont autant de portes d’entréepour les bactéries et les champignons.Qu’est-ce qu’ils aiment?Actifs la nuit, ils cherchent letemps doux et humide le jour.Ils se cachent dans les endroitsombragés et humides. Doncsous les débris, les feuillagesbas. Outre les trous qu’ils laissent,on peut reconnaître leurpassage au sillon d’apparencevisqueuse qu’ils laissent derrièreeux.Des prédateurs : certainsoiseaux et les crapauds. Destrucs : prendre une assiette pastrop creuse, pas trop grosse,l’enfouir jusqu’au rebord et ymettre de la bière. Les limacessont attirées par la levurecontenue dans la bière et nonpar l’alcool, donc une bièrenon alcoolisée fait très bienl’affaire. Il faut prévoir unpetit couvercle et visiter lespièges quotidiennement. Onpeut aussi étendre sur le soldes coquilles d’œufs cassésen petits morceaux. Elles vontdéchirer leur enveloppe extérieureet les faire mourir. Unepetite pincée de sel leur estaussi fatale.Perce-oreilles (forficules)On ne les aime pas, maisils sont tout de même utilespour éliminer certains petitsinsectes, tels les pucerons,les mites et les thrips. On lesremarque souvent dans desplantes telles que le dahlia,le chrysanthème, la clématite,la pensée et la rudbeckie. Lesperce-oreilles sont surtoutactifs le soir et la nuit. Lejour, ils se cachent partout oùils peuvent s’infiltrer. Ce quiest intéressant avec les perceoreilles,c’est le soin que lesmères apportent à leur progéniture.C’est d’ailleurs ce quirend l’élimination difficile.Si on trouve un nid, l’arroserd’eau bouillante le détruira.Ici encore, pour les éviter,s’assurer de ne pas leur offrirle gîte et le couvert en laissantdes débris au jardin. Unpiège à utiliser est de placerune boîte de sardines (vousmangez les sardines, maislaissez l’huile dans la boîte)enfouie jusqu’au rebord. Ilsiront se noyer dedans. Prévoirun couvercle, car des animauxrisquent de vouloir se régaleret la pluie pourrait faire déborderle tout. On peut aussirouler un journal et le laisserau sol. Le matin, on secoue lejournal au-dessus d’un seaud’eau savonneuse et cela enest fait d’eux.Vers grisOn se rend compte de leurprésente lorsque l’on trouve latige de nos plants sectionnéeau niveau du sol. Pour trouverle coupable, on gratte le soldans les environs immédiatsà une profondeur d’environ5 cm. On attrape le coupableet on s’en débarrasse en pilantdessus. Pour éviter le sectionnementdes plants, on peutentourer la base d’un papierd’aluminium ou on place unpetit collet qui dépasse le niveaudu sol d’environ 5 cm. Ilsemble aussi que si l’on saupoudrele tour des plants avecde la semoule ou une farinegrossière de maïs ou de son,les vers en consommeront eten mourront.Les vers gris sont deslarves grasses, lisses et doduesqui apparaissent en maiet juin. Elles sont le résultatde la ponte d’œufs pour unpapillon nocturne (Noctuelle).Les œufs sont déposés àl’automne sur les brindilleset à la surface des feuilles.Une fois « éclos », les jeuness’enfoncent dans le sol et hibernent.Devinez la solution!Pas de débris végétal au solà l’automne, collecte des versgris qu’on voit, travail de laterre pour rendre inadéquatleur lieu d’hibernation.Vers blancsOn les reconnaît à leurstrois paires de pattes et à leurtête brunâtre. Lorsqu’on lestrouve, essentiellement dansla pelouse, ils ont une formearquée. Au stade de larves,ils se nourrissent de racineset autres parties souterraines.Comme on ne lève pas sapelouse très souvent pour voirce qui se passe en dessous,l’on ne peut bien souvent queconstater les dégâts. Ils sontactifs durant toute la saisonestivale. Intéressant de noterque leur cycle de vie est detrois ans. Que faire? Un trucécologique est celui de l’utilisationd’un aérateur à pelouse.Ses pics s’enfonceront sansdiscernement dans les larveset les élimineront. Une bonnepartie au moins. À noter, lesmoufettes qui fouillent lespelouses au printemps et àl’automne sont à la recherchedes larves de vers blancs. Unpetit trou ici et là n’affecterapas la pelouse. L’avantage estque vous êtes informés qu’il ya quelque chose dessous!herbesLes fines herbes sont desplantes aux multiples qualités.En plus de rehausser la saveuret l’arôme des plats cuisinés,les fines herbes décorent biennos plates-bandes et nos balcons.Elles sont de plus enplus populaires comme plantesmédicinales. Elles poussentmieux assemblées dans ungrand pot que seules dans unpetit contenant et au jardinelles seront intégrées avec différentessortes de légumes.On les utilise fraîches ousèches et elles deviennent ladernière touche de saveur ànotre recette. Elles apportent lemaximum d’arôme aux mets.Nous devons utiliserun sol léger, fertile et biendrainé. L’emplacement idéalest plein soleil et près de lacuisine pour en faire l’utilisationà tous les jours.Arroser les fines herbesplantées au jardin lorsqu’il ya une sécheresse qui dure plusieursjours. On peut aussi binerle sol le soir, ce qui permetau sol d’aspirer l’humidité. Parcontre en pot, l’arrosage doitse faire régulièrement et avecde l’eau tiède.Le jardinier peut fabriquerplusieurs insecticides. Parexemple : on fait macérer 20 gd’ail haché dans 20 ml d’huilevégétale pendant 24 heures.Il faut ajouter un litre d’eauet 10 ml de savon à vaisselle.On tamise le tout. Avant devaporiser le liquide, on lediluera dans quatre fois sonvolume d’eau. Cet insecticidesera efficace contre les pucerons.Enlevez les bourgeons defleurs et pour avoir des plantesbien fournies, pincez les jeunespousses. Plusieurs variétésont besoin d’une taille pourstimuler la croissance.Il est préférable de récolterles fines herbes tôt lematin avant les fortes chaleurs.Bien laver les herbeset les conserver au réfrigérateurpendant quelques jours.On peut conserver la plupartdans le congélateur. Congelezles feuilles coupées en petitsmorceaux dans un moule àglaçons rempli de bouillon.On utilisera ces cubes dansles potages, sauces et les platscuisinés. Que dire d’une bonnevinaigrette ou même de lacrème sûre aux fines herbes :250 ml de crème sûre, 2 c. àthé de ciboulette hachée, 1 c. àthé de persil haché, sel, poivrede cayenne. Mélanger tous lesingrédients.Il est possible de faire séchervos fines herbes dans lefour micro-ondes ou à l’air libre.Il s’agit de former un bouqueten attachant les tiges etles suspendre dans un endroitchaud et aéré. Les conserverdans des bocaux de verre hermétiques.Nous espérons quevous profiterez bien de cesquelques conseils en cette find’été et bon jardinage!Saviez-vous que…Saviez-vous qu’il est recommandé d’effectuerl’arrosage des plates-bandes le matin? Cela permetd’éviter la propagation de certaines maladieset de fournir à la plante ce dont elle a besoin aumoment où elle en a le plus besoin, c’est-à-dire aumoment de la photosynthèse.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 21


HORTICULTUREmalgré ses allergiesNombreuses sont les personnes qui souffrent d’allergies dues au pollen oud’une manière plus générale, à la végétation. Nous n’avons pas de remèdesmiracles à vous proposer, seulement des trucs, des conseils et certains végétauxconsidérés moins irritants pour vous. Afin de vous permettre d’évaluer votreenvironnement, nous mentionnons sans plus tarder les végétaux considérés lesplus allergènes. (Ces renseignements proviennent d’une compagnie spécialiséedans le soulagement des symptômes reliés aux allergies.)Photo: Geneviève Le MayPlusieurs végétaux sontsusceptibles de vous embarrasser;mentionnons les chênes,les oliviers de Bohème,les frênes, les peupliers, lesornes et les saules. À bannirdes jardins de ceux qui souffrentd’allergies : les genévrierset les cèdres. Sont égalementà éviter les plantes dela famille des amarantes, deschrysanthèmes et marguerites,sans oublier les tournesols.22 The ECHO of CANTLEY, June 2006Que faire? Tout arracherne constitue pas une solution.Après tout, il restera bien dugazon qui, faut-il le rappeler,est une graminée. Pour vousaider, évitez les plants dontla pollinisation s’effectuegrâce au vent. Choisissez desplantes dont la pollinisationrequiert l’intervention desinsectes. Ces plantes sontfaciles à reconnaître. Ellessont parmi les plus colorées.Mentionnons entre autresles pensées, les pavots, lesazalées, les bégonias, les tulipes,les iris et les hibiscus.Méfiez-vous tout de même,car les fragrances peuvent êtreirritantes pour les gens affectés.L’on parle ici des roses,jasmins et gardénias. Si vousaimez les conifères, il sembleque le pin ne cause pas deproblème, notamment parceque le pollen qu’il dégage esttrès résineux.Vous pouvez égalementprendre certaines précautions.Évitez de jardiner tôt le matin,avant 10 h, au moment où leniveau de pollen est le plusélevé dans l’air. Le même phénomènese manifeste en débutde soirée. Donc, le meilleurmoment serait de jardiner endébut d’après-midi. Le niveaude pollen est également plusélevé dans l’air lors des journéeschaudes, ensoleillées,lors des journées venteuses etaprès une pluie.Ces quelques considérationsprises en compte, vouspouvez continuer à développervotre passion pour lejardinage et minimiser lesirritants dans votre environnementimmédiat.ou de courgettes ont-ilsdesvisiteurs?Si oui, il s’agit certainementde chrysomèles. Lachrysomèle est un insecte d’environ5 mm possédant une têtenoire et trois rayures noires surun corps jaune ou orange. Ellepond des œufs ovales, jaunesou orange comme elle, à labase de vos plants.Le jour, vous la voyez peu.Elle se cache sous le feuillageafin de se protéger du soleil.Vous remarquerez toutefoisles dégâts : des trous dans lefeuillage entre les nervures,mais surtout des fleurs qui nedonneront pas de fruit suite àson passage. Les dommagesaux feuilles et aux fleurs sontsuffisants pour affecter le rendementdu plant.Toutes les espèces de cucurbitacéesen sont victimes.Par ordre de préférence, elles’attaque aux courges, auxconcombres, aux citrouilles etaux melons d’eau et cantaloup.Si les adultes s’en prennentaux feuilles et aux fleurs, leslarves s’occupent des racineset du collet de la tige. Lesdeux, adultes et larves, contribuentà transmettre certainesmaladies fongiques aux plantsatteints.Les chrysomèles ont desailes et s’en servent pour sedéplacer. Elles peuvent parcourirplus de 800 mètres encinq jours. L’adulte que voustrouvez sur vos plants aurapassé l’hiver sous des plantes,des débris laissés au jardin ousous terre. Les œufs qu’il pondra,une trentaine, mettront enmoyenne 55 jours à deveniradultes. La chrysomèle accompagneradonc vos plants duranttoute la belle saison.Un des facteurs favorisantle développement de cetinsecte est l’humidité. On recommandesouvent de semerou de planter les concombresou les courges sur unebutte plutôt qu’à plat surle sol. Une butte offrel’avantage de se drainerrapidement et de ne pasfavoriser une humidité desurface. La chrysomèlesurvivra mieux dans unsol lourd et il y en auraplus si le printemps estpluvieux.Pour lutter contre cetinsecte, on peut choisird’utiliser la méthode decompagnonnage. On peutsemer des radis autourdes plants ou cultiver desbrocolis à proximité. Ilsemble que cela limite laponte des femelles. Onpeut également faire sonpropre mélange de pimentsforts et d’ail diluésdans de l’eau.


Oui mais pasn’importe commentLorsque l’on plante un arbre,le problème consiste à faire untrou trop profond et à arrosertrop abondamment. Pauvres racines,elles étouffent sous la terreet tendent à pourrir à cause del‘eau. Les conseils d’usage sontdonc de préparer un trou qui soitde 15 à 20 cm plus profond quela motte de l’arbre à planter et de20 à 30 cm plus grand, La surfacede la motte peut même être dequelques centimètres au-dessusdu sol. Ainsi, si plus tard vous décidezd’installer une plate-bandeautour de l’arbre, les risques queson point de vie soit enterré sontmoins grands. Et, faut-il le rappeler,nous avons un sol passablementargileux, donc un drainagequi laisse à désirer.Saviez-vous que…TondeusepolluanteSaviez-vous que l’utilisation d’une tondeuse à essence est aussipolluante qu’une auto ayant roulé 600 km. J’aimerais savoirpourquoi dès que quelqu’un sort sa tondeuse, il y a un effetd’entraînement immédiat. Tout le monde sort la sienne.N’ATTENDEZ PAS QUE ÇA!!!Une fosse septique utilisée de façonANNUELLE doit être vidangée unefois tous les DEUX ANS afind’éviter le débordement des eauxL’ENTRETIEN, C’ESTNOTRE AFFAIRESAVIEZ -VOUS QUE ?Nous : Vidangeons,Inspections,Réparons,Installonsles systèmes septiques etOffronsla location de toilettes.DON’T WAIT!!!To prevent overflowing,all septic tanks that are usedANNUALLY should be drainedonce every TWO YEARS.MAINTENANCE ISOUR BUSINESSDID YOU KNOW THAT ?We : Drain,Inspect,Repair,Install all kindsof septic systems, andOffer toilet rentals.SAVEZ-VOUS QUI NOUS SOMMES?Nous sommes,We are,GASCON SERVICE SEPTIQUE(819) 827-2772DO YOU KNOW WHO WE ARE?L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 23


HORTICULTUREpour les oiseauxLe nectar des fleurs du chèvrefeuille grimpant, de la gloire du matin et de la bignonedont de ces grimpants un repas de choix pour les colibris. L’installation dans sonjardin de certains arbustes tels que la weigela, l’azalée, le chèvrefeuille, l’hibiscus et lecaragana est un atout. Les annuelles, en plus d’être une explosion de couleurs dans lejardin, offrent gentiment leurs sucs à l’oiseau-mouche. Ses préférés sont les dahlias,fuchsias, géraniums, glaïeuls, lantanas, capucines, nicotines mufliers, œillet de poète etles zinnias. En ce qui concerne les vivaces, la monarde, le cœur saignant, l’ancolie, ladigitale, la rose trémière, le phlox, l’hosta et les échinacées ont sa préférence.Voici une liste d’arbres lesplus fréquentés par les oiseaux :le bouleau à papier, l’amélanchierglabre, le mûrier blanc,l’aubépine, l’érable argenté, lechêne rouge d’Amérique, l’olivierde Bohème, le prunier, lecerisier, le sorbier des oiseaux,le sorbier d’Amérique et lespommetiers décoratifs.Pour les cours de dimensionplus restreintes, lesarbustes les plus aimés sont :l’angélique du Japon, le cotonéasterde Dammer, de Pékin,les framboisiers, le cornouillerstolonifère et à feuilles alternes,le fusain d’Europe, lechèvrefeuille de Tartarie, lebleuet en corymbe, les groseillierset les gadeliers, lessureaux, le raisin d’ours, lesrosiers, le sumac aromatique,le weigela, le vinaigrier et lechou verticillé.Les conifères qui offrentun festin à nos petits amis volatilesfont souvent déjà partiede notre aménagement.On y retrouve le genévriercommun, l’épinette blanche,l’if du Canada, les pins, lapruche de l’Est, le mélèze,le cèdre blanc ou thuya duCanada.Les fruits et graines desannuelles et des vivaces sontun repas de choix pour lesoiseaux. Parmi les plus endemande, chez les annuelles,il y a bien sûr le cosmos, lezinnia, l’amarante et sanscontredit la plus populaire,le tournesol. Le pétunia etle cléome, attirent les insectesqui sont une autresource alimentaire pour lesoiseaux. Chez les vivaces,on retrouve assurément larudbeckie et la rudbeckiepourpre, le chardon bleu,l’orpin d’automne, la verged’or, l’aster, le coréopsis etles pavots.Créer un habitat d’oiseaux,mais pour qui exactement? Lesnouveaux habitants pourraientêtre le bec-croisé, le bruant,le cardinal rouge, le chardonneret,le colibri, le grosbec,le dur-bec, le roselin, le geaibleu, le jaseur, le merle, le moqueur,la mésange, la sitelle, lepic, le sizerin et la tourterelletriste. Mais comme chaque espècea ses préférences, il seranécessaire de consulter pourbien définir le genre d’oiseauxque l’on veut voir dans sonjardin. Les fleurs des cosmosintéressent plus particulièrementles chardonnerets. Lespetits fruits ou baies attirentles merles et les jaseurs.Une fois votre jardin créé,il ne reste plus qu’à vous initierà l’observation des oiseaux, àl’aide de lunettes d’approcheet d’un bon guide.InscriptionCompléter le formulaire d’inscription ci-jointet le poster à l’adresse suivante :Municipalité de CantleyConcours « Fleurir Cantley »8, chemin RiverCantley, QC J8V 2Z9ou déposer au bureau de la Mairie.Date limite d’inscriptionle 7 juillet 2006RegistrationFill out registration form below andmail to the following address:Municipalité de CantleyConcours “Fleurir Cantley”8 chemin RiverCantley, QC, J8V 2Z9or drop it at the Town hall office.Registration DeadlineJuly 7, 2006« FLEURIR CANTLEY »Organisé par le Sous-comité « Fleurir Cantley »Comité de sélection• un membre du Comité de l’environnement• un citoyen• un spécialiste en horticulturePériode de jugementIl y aura une visite de votre propriété entre le19 juillet et le 4 août.Les juges prendront rendez-vous avant leur visite.“CANTLEY IN BLOOM”Organized by the Sub Committee “Cantley in Bloom”.Selection Committee• a member of the Environment Committee• a citizen• a horticulture specialistJudging PeriodThere will be a visit of your property betweenJuly 19 and August 4. The judges will make anappointment before their visit.À gagnerUn premier prix d’une valeur de 100$,un deuxième de 75 $ etun troisième de 50 $seront remis selon les critères suivants :• design• utilisation des plantes• originalitéYou can winA first prize of a $100 value,a second prize of a 75$ value anda third prize of a 50$ valuewill be given to the winners basedon these three criterias:• design• employment of plants• originalityFORMULAIRE D’INSCRIPTION / REGISTRATION FORMNom / Name: ____________________________________________________________________________________________________________________Adresse / Address:________________________________________________________________________________________________________Tél. / Tel. :domicile / home: ____________________________________________ bureau / office: _______________________________________________________24 The ECHO of CANTLEY, June 2006


HORTICULTUREqu’elle nous nourrisse!On nous parle souvent du 15-30-15 et du 20-20-20comme s’il s’agissait de formules magiques. Appliquéshebdomadairement et en alternance, ces quelques chiffresporteraient la promesse de résultats garantis. Qu’enest-il exactement?Il existe diverses façonsde fertiliser le sol dans lequelpoussent nos plantes. La pluspopulaire étant l’utilisation defertilisants dits chimiques tellesles poudres solubles communémentappelées 15-30-15,20-20-20, 10-52-10 pour nenommer que celle-là. Quedésignent ces chiffres? Le premierfait référence à l’azote, ledeuxième au phosphore et letroisième au potassium.Ces trois éléments sont desengrais composés d’origine minéralequi nourrissent la planteet non le sol. Leur action seveut directe, c’est-à-dire qu’onles offre à la plante qui doitles absorber immédiatement.Certes, ils sont importants.L’azote influe sur la croissance,le rendement, la couleur de laplante. Le phosphore assureun bon enracinement et unecertaine résistance à la sécheresse.Il intervient aussi dansla maturation des fruits. Lepotassium agit au niveau de larésistance, fermeté, sucres ettexture de la plante.Ces éléments interviennentdonc dans le développement dela plante et interagissent entreeux. Des applications excessivesauront des conséquencesnéfastes. Même chose pour lesapplications trop parcimonieuses.Par exemple, un excès depotassium réduira l’absorptiondu calcium et du magnésium.Le but étant d’optimiser récolteset floraisons, il est saged’adapter les fertilisations auxbesoins réels des plantes. Pource faire, il est essentiel de connaîtreles composants présentsdans le sol et le rendementpotentiel de la plante. Vousavez des dahlias et vous souhaitezqu’ils fleurissent abondamment.Vos applications de20-20-20 feront en sorte qu’ily aura beaucoup de feuillage,mais peu de fleurs!Photo : Geneviève Le MayLe sol est un milieu vivantqui doit être régénéré. Il contientdes matières organiques,de l’humus et divers élémentstels de l’argile, du sable etbien d’autres. L’eau et l’air ensont aussi des composantes.Chaque sol possède ses proprescaractéristiques physiqueset chimiques qui influeront surla disponibilité des élémentsnutritifs. D’où l’importancede bien le connaître afin de lemaintenir en bon état. Il fauts’assurer de répandre au solles éléments nutritifs prélevéssoit par les cultures, soit parlessivage. Ceci est d’autantplus vrai pour les poudres solublesmentionnées plus haut.Pourquoi faut-il répéter lesapplications toutes les semaines?Tout simplement parceque ces éléments ne demeurentpas sur place s’il pleut ou sivous arrosez. Ils vont plutôtrejoindre la nappe phréatiqueou les cours d’eau.Les matières fertilisantesutilisées comprennent les engrais,mais aussi les amendements.On pourrait dire quetout produit destiné à améliorerla nutrition des plantes etla qualité du sol est une matièrefertilisante. Le terreau, latourbe et tous les produits consacrésà protéger les plantescontre les maladies, parasiteset autres indésirables ne sontpas des fertilisants. Sont desengrais organiques les diversesfarines disponibles telles depoisson, de sang, de plume,d’os et l’émulsion d’alguesou de poissons. En plus d’êtreemployées pour corriger desdéséquilibres nutritionnels,elles auront un effet bénéfiquesur l’activité microbienne dusol et sa structure. Fait nonnégligeable, leur efficacités’étend sur une période quicorrespond plus ou moins à notresaison de jardinage. Donc,une application appropriée auprintemps devrait vous libérerde la corvée de 15-30-15 et du20-20-20. Malheureusement,à cause de l’espace restreintet du lessivage quotidien desplantes placées en jardinière,ces dernières nécessitent desapports d’engrais réguliers.En terminant, quels quesoient la méthode ou lesproduits fertilisants que vousutilisez, vous devez absolumentlire l’étiquette du produitpour connaître les conditionset précautions d’emploi, tenircompte des besoins de laplante et respecter les dosesrecommandées.Le bégoniaBégonia : fleurs simples, doubles, demi-doublesPhoto : Isabelle LessardLe bégonias est uneplante jouissant d’une grandepopularité. Il appartient à lafamille des Bégoniaceae et estle seul membre de la famille.Cependant, il existe un trèsgrand nombre d’espèces debégonia. On en compte plusde 500 espèces. Des variétéspour le balcon, la terrasse,l’appartement et le jardin.Les bégonias à fleurssont très appréciés pour lesformes, coloris et l’abondancede leurs floraisons. Les bégoniasbuissonnants sont desplantes aux pousses ligneuses,à l’aspect plus ou moins épaisou cylindrique.Les bégonias tubéreuxsont les préférés des jardiniers.Les grosses fleursressemblent à des roses. Ilsdemandent un emplacementà la mi-ombre. On peut seprocurer des espèces de hauteursdifférentes, à grosses oupetites fleurs. Il est importantde faire un apport d’engraistoutes les semaines pour quele tubercule puisse se régénérer.À l’automne, entreposezles tubercules au reposdans le noir dans des bacsen bois ou des paniers. Unarrosage quotidien est requispendant les journées chaudes.En septembre il faut réduireles arrosages.La plupart des bégoniasdemandent de la chaleur, de lalumière sans soleil brûlant etde l’humidité, il leur faut aussiun sol meuble et perméablepour une bonne croissance.Éviter l’excès d’humidité,sinon les racines pourrissent.En général, les pluies estivalessont suffisantes pour lebégonia semperflorens plantéen pleine terre. Le bégoniatoujours fleuri (B. semperflorens)se multiplie presquetoujours par semis qu’on doitfaire très tôt, en février. C’estune plante plutôt naine, àfloraison continue et racinesfibreuses, de culture relativementfacile, qui supporte lesoleil et l’ombre.Le bégonia Eliator estoffert en magasin toute l’année.On achète cette variétéen pot, car elle fleurit tout aulong de l’année à l’intérieur.Placez le bégonia dans unendroit clair et durant l’hiverlui procurer un peu plus desoleil. Vous devez arroserabondamment quand la terreest sèche, mais supprimerl’excédent d’eau. Pour assurerune floraison continue,il faut ajouter de l’engrais àvotre eau d’arrosage tous les15 jours.Les bégonias à feuillesse distinguent surtout par labeauté de leurs feuilles; dansla plupart des cas, ils possèdentdes rhizomes. Les couleursvives, les formes et lesdessins de leur feuillage sontremarquables. Les fleurs nesont pas très imposantes. Ilfaut les tenir à l’abri du soleildirect. La terre ne doit être nisèche, ni inondée. Ne jamaisarroser les feuilles et réduirel’apport d’eau en hiver. Lebégonia à feuille demandepeu d’engrais.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 25


d’eauHORTICULTUREQui n’a pas déjà rêvé d’avoir un jardin d’eau, d’entendre le doux murmure de l’eau, d’yvoir évoluer poissons et grenouilles, d’y voir croître des plantes différentes, magnifiques etsomme toute faciles d’entretien. L’aménagement d’un jardin d’eau demande réflexion. Il fautchoisir l’endroit approprié et tenir compte de ce qui existe déjà. La végétation environnante,l’ensoleillement, ainsi que la possibilité d’effectuer un branchement électrique (la pompe àeau) doivent être considérés. De même, l’ampleur que l’on peut y donner et le choix desmatériaux. Optera-t-on pour un bassin pré moulé ou une toile? Dans un cas comme dansl’autre il y a des règles à respecter concernant sa construction. Ce n’est pas compliqué ensoit, il suffit de procéder méthodiquement et minutieusement.Un jardin d’eau est tout simple: un bassin, de l’eau et desplantes. L’entretien, s’il se faitrégulièrement, ne demande pastellement de travail. Il consisteraà prendre soin des plantes, à ôterles feuilles mortes, à contrôler ledéveloppement des algues. Unjardin d’eau est un lieu de vie quidoit être équilibré. Meilleur est cetéquilibre, meilleurs seront les résultatset moins grande sera la tâche.L’eau doit demeurer propre, saine,claire. Certes, il sera nécessaire d’yinstaller une pompe afin d’y assurerla circulation d’eau, mais le restedu travail, vous devrez le confieraux plantes. Ce sont elles qui purifierontet oxygéneront l’eau.Les plantes immergées sontessentielles. Vous ne les verrezpas beaucoup car elles vivent sousl’eau. Elles oxygènent et nettoientsans relâche. À l’achat, vous remarquerezqu’elles ne disposentpas de racines visibles. Elles n’ontpas besoin d’être encrées, sauf sivous ne voulez pas qu’elles se promènentdans le bassin. Aucun pot,aucun terreau n’est requis. Parmices plantes, notons l’orchidée duCanada et le cornifle.Ces plantes à feuilles sontutiles en ce qu’elles fournissentde l’ombre au plan d’eau et à seshabitants. Cependant, souvent, ellespréfèreront les endroits paisibles,c’est-à-dire loin de la fontaineet des cascades d’eau. Parmi cesplantes se trouvent les nympheas.Vous les achèterez en pot. Si votrebassin est petit et peu profond, ilsera préférable de les placer au bassinavec le pot. Sinon, vous pourrezles planter directement à l’endroitapproprié dans un substrat composéde terre argileuse, de tourbe et deterreau. Une vingtaine de centimètresd’épaisseur est requise.Les plantes flottantes offrentles mêmes avantages sauf que leursracines ne s’ancrent dans aucunGeneviève Le Mayterreau. On pense ici aux jacinthesd’eau, aux laitues d’eau, aux lentillesd’eau, aux salvina. Ces plantessont très décoratives, mais nonrustiques. À l’achat, elles ne sontpas vraiment dispendieuses. Ellesse reproduisent facilement, doncen début de saison, il n’est pas nécessaired’en acheter plusieurs pouravoir un bassin bien garni.Les plantes à feuilles émergeantescontribuent au maintien del’équilibre du bassin par le pouvoirfiltrant de leurs racines. Souvent, ils’agira de plantes de milieu humidepour lesquelles la profondeur deplantation est importante. Chacunea ses exigences et il convient debien se renseigner à l’achat. Parmiles plus populaires, notons le joncfleuri qui poussera dans 5 à 30 cmd’eau, le populage des marais quipousse dans moins de 10 cm d’eau,la sagittaire qui pousse dans 10 à30 cm d’eau.Ces plantes ne sont quequelques exemples, il en existebeaucoup d’autres. La clé du succèstient dans l’équilibre que l’onétablit entre chacun de ces groupes.Une fois bien « plantées », il nevous restera qu’à admirer votreœuvre et profiter de son humeurdouce et tranquille.d’écologie de l’OutaouaisVous désirez en apprendre plus sur l’horticulture, le jardinage, les vivaces, le compost etles plantes d’intérieur?Devenez membre de la SHEO!Avantages d’être membre:• Activités mensuelles• Prix de présence lors des activités• Bulletin d’information mensuel• Inscription tout au long de l’année• Accès gratuit à nos conférences (sauf exception)Adhésion: Individuelle 20 $, famille 25 $, aînés 15 $, corporation 50 $Pour nous joindre :Courriel: sheo_1999@hotmail.comSociété d’horticulture et d’écologie de l’Outaouais556, rue Charles-Desnoyers, Gatineau (Québec) J8P 3X3Téléphone: Diane Desnoyers, (819) 663-3498Site web: www.fsheq.com/membres/sheode la Société d’horticulture et d’écologie de l’OutaouaisNom : _______________________________________________________________________________________________Adresse : _____________________________________________________________________________________________Ville : __________________________ Code postal :___________________ Tél. :________________________________15 $ étudiant ** 15 $ aîné (60 ans et plus) 20 $ individuelle 25 $ famille * 50 $ membre d’une corporation**Indiquez le nom des personnes résidant à la même adresse. *La présentation d’une carte d’étudiant sera exigée.Si vous préférez recevoir votre bulletin mensuel par courriel, s.v.p. inscrire votre adresse courriel :______________________________________________________________________________________________________26 The ECHO of CANTLEY, June 2006


L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 27


28 The ECHO of CANTLEY, June 2006


L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 29


30 The ECHO of CANTLEY, June 2006


L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 31


32 The ECHO of CANTLEY, June 2006


Inauguration officielle de l’écolede La Rose-des-VentsIsabelle LessardAlors que certaines écolesferment leurs portes, faute d’élèves,la municipalité de Cantley,elle, inaugurait sa nouvelle écolecommunautaire le 7 mai dernier.Plus d’une centaine d’élèves, deparents, de membres du personnelet de citoyens ont assisté àl’ouverture officielle de l’école deLa Rose-des-Vents.Le maire de Cantley, SteveHarris, le ministre responsable del’Outaouais, Benoît Pelletier etla présidente de la Commissionscolaire des Draveurs, ChristineÉmond-Lapointe, étaient présentspour célébrer l’événement. Ladirection a également profité del’occasion pour dévoiler le logode la nouvelle école.Les quelque 320 élèvesavaient pu intégrer leur nouvelleécole depuis le 7 mars dernier,soit après une attente de 7 mois.En effet, les travaux de constructionavaient débuté en août 2005.En attendant la fin des travaux,les élèves avaient été hébergésà l’édifice Le Progrès afin qu’ilspuissent entamer le début de l’annéescolaire.Une école au service dela communautéL’édifice compte deux étagesqui abritent des classes régulières,des locaux pour la maternelle, deslocaux de services, un service degarde et un gymnase double. Desaménagements particuliers ont étéprévus au gymnase afin de faciliterson utilisation et son accessibilitépar la population, qui rappelons-le,pourra y avoir recoursÉcole de La Rose-des-VentsInvitation à toute la communauté :deux spectacles à ne pas manquer!!!Les talents de CantleyUn groupe d’élèves s’affaireactuellement à préparerquelques numéros de danse,de chant ou de musique, afinde présenter un spectacle devariétés aux élèves de l’école,le 24 mai, et aux parents, le25 mai à 19 h. Nous vous attendonsdonc en grand nombrelors de cette soirée, afin d’encouragernos petits et grandstalentueux qui ont mis beaucoupde cœur à la préparationde leurs numéros respectifs.Choraledes Deux RivesLes gens qui ont assisté àl’inauguration de l’école ontpu entendre les magnifiquesvoix des élèves de notre écolequi font partie de la chorale desDeux Rives, réunissant des jeunesd’ici et du Lycée Claudel.Ces élèves ont enregistré unsuperbe disque compact cetteannée, lors d’une semaine passéedans un camp musical.Nous avons reçu unebonne quantité de ces disquesque vous pouvez vous procurerà l’école au coût de 15 $. Lesprofits générés par la vente desdisques serviront à diminuerles frais de certaines activitéspour les élèves l’an prochain.Je peux vous certifier quemême si vous n’avez pasd’enfant dans la chorale cetteannée, vous vous régalerezà l’écoute de ce disque. Lesenfants ont des petites voixd’anges, et les arrangementsmusicaux sont superbes.De plus, les Cantléenset Cantléennes intéressés àentendre la chorale des DeuxRives, pourront se présenterau gymnase de l’école deLa Rose-des-Vents le vendredi9 juin à 12 h 45. La chorale seproduira pour tous les enfantsde l’école. Les parents et amissont aussi invités à assister àce concert gratuit.Je souligne aussi que lachorale participera au MondialChoral Loto-Québec à Laval,le dimanche 18 juin prochain.Cet événement d’envergure estprésidé par le très populaireGregory Charles.Photos : Commission scolaire des Draveurspour tenir des activités d’ordreculturel et communautaire.Financement etoppositionsMentionnons que la commissionscolaire a consenti lasomme de 5,3 millions $ pourla construction de l’école de LaRose-des-Vents, additionnée à lacontribution de 1,5 million $ dela municipalité de Cantley.Rappelons que ce projet avaitprovoqué tout un tollé à Cantleypuisque le ministère de l’Éducationavait refusé de financer laconstruction de l’établissement.Il soutenait que les écoles deGatineau avaient la capacitéd’accueillir le surplus d’élèvescantléens. La commission scolaireet la municipalité devaientdonc assumer tous les frais, ce quivoulait inévitablement dire unehausse d’impôts fonciers pour lescitoyens.Devant cette situation, certainsCantléens se disaient contrela construction puisque cettedernière allait directement augmenterles taxes des citoyens,alors que d’autres élèves deGatineau, par exemple, allaienteux aussi fréquenter l’écolesans coût. Pour d’autres, parcontre, la nouvelle école étaitla seule solution possibleafin d’éviter le déplacementquotidien Cantley-Gatineau.Les Cantléens et Cantléennesavaient donc été appelés à seprononcer lors d’un référendum,tenu le 14 novembre2004.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 33


ORTHOTHÉRAPIEAïe! Ouille!Mon nerf sciatique! (2 e partie)Dans la première partienous avons vu que le nerfsciatique peut être pincé, compriméentre les vertèbres oupar certains muscles et ainsiprovoquer des douleurs. Nousallons voir dans la 2 e partiede quelles façons les vertèbrespeuvent causer des douleurs aunerf sciatique.Les vertèbres sont les osqui constituent la colonnevertébrale. Ils sont séparés lesuns des autres par des disquesintervertébraux qui serventd’amortisseurs. Entre chaquevertèbre il y a aussi un trou deconjugaison. C’est de ce trouque sortent les nerfs.Une des nombreuses causesde douleurs sciatiques vientde l’hernie discale c’est-à-dired’un déplacement du noyau dudisque vers le nerf. (fig. 1). Ledisque vient alors comprimer laracine nerveuse, ce qui provoqueune inflammation du nerfet de la douleur. Lorsque lenoyau est sorti il faut une interventionmédicale. Mais avantque la situation ne se détérioreil est possible de remédier à lasituation en « détassant » lesvertèbres et ainsi permettre audisque de reprendre sa place.Une deuxième cause dedouleurs sciatiques est le dérangementintervertébral oudéplacement d’une vertèbre. Ense déplaçant, la vertèbre vientfaire une pression sur le nerf(fig. 2). Ici encore en redonnantde l’espace aux vertèbres ellespeuvent se replacer et amenerun soulagement.Dans les prochains articlesnous allons voir d’autres causeset comment on peut remédier àla sciatalgie.Pour commentaires ouquestions vous pouvez me joindreau 790-0190.Françoise LavigneOrthothérapeutewww.francoiselavigne.ca34 The ECHO of CANTLEY, June 2006Tel-aide OutaouaisLes enfants,le stress et les vacancesAvec l’arrivée de l’été,c’est le temps des vacances quicommence pour les enfants etpour plusieurs d’entre nous.Pour nos plus jeunes, cela signifieune période de transition;c’est donc un changement quiamène une période de stresschez certains d’entre eux.En effet, au cours de lapériode estivale, les enfantsvivent plusieurs bouleversements: camp de vacances,nouvelle garderie, deuils decertains liens (professeurs,amis, éducatrices), cours d’été,déménagement, changement deroutine, fatigue des parents etbesoin de vacances, etc. Toutesces sources de stress peuventamener divers symptômes.Selon Nathalie Parent, psychologue(Association canadiennepour la santé mentale), il estdifficile pour les enfants demettre en mots ce qu’ils ressententet c’est pourquoi ils réagissentau stress de différentes façons.Au plan physique on peutremarquer des maux de ventreou de tête, des tics nerveux,des problèmes digestifs et desmaladies de peau, un sommeilperturbé et des cauchemars.Au plan du comportement onpeut retrouver du bégaiement,des pleurs, de l’agressivité etde l’irritabilité, des crises, despeurs excessives, etc.Il existe plusieurs façons degérer le stress; l’important estde trouver ses propres solutions,selon l’enfant et le contexte.Cependant Nathalie Parent ensuggère quelques-unes :• Limiter les sources de stressou de changements en mêmetemps (ex : retarder le déménagementou garder le mêmeservice de garde).• Nommer les inquiétudes et lanouveauté avec l’enfant pourle préparer d’avance.• Offrir des choix à l’enfant,dans les limites établies parle parent, pour lui donner uncertain contrôle sur son quotidien.• Accorder sa présence à l’enfant(ex : lui faire parler desa journée le soir, verbaliserson stress et l’amener à voirle positif).• Protéger l’enfant des émotionstrop intenses (ex : bruits excessifs,conflits entre parents,trop longue période devant lesécrans télés et vidéos).• Faire de l’exercice physique,de la relaxation et introduiredes moments de jeux dans laroutine.• Se donner des moments deplaisir et de rire!Une autre façon de réduirele stress familial relié aux vacancesest d’éviter d’avoir trop« d’objectifs de vacances » ouun emploi du temps surchargé.Ce genre de comportement nefait qu’augmenter le niveau destress que l’on essaie justementde réduire pendant nos vacances.En fait, le lieu de nos vacancesou ce que nous faisonsn’a que peu d’importance; c’estplutôt l’état d’esprit dans lequelnous le ferons et les gens avecqui nous partons qui comptent.Il est donc inutile de dépenserdes fortunes.Tel-Aide-Outaouais vousrappelle qu’il y a quelqu’unpour vous écouter durant la périodeestivale au 741-6433 ouau 1-800-567-9699 ou encorepar courriel au plume@telaide-outaouais.org


L’école Ste-ÉlisabethUN MILIEU DE VIE QUIBOUGE ET QUI APPREND!NA KA NGA YENDO ?www.maisonmag.comMarc-AndréGuertinagent immobilier affilié(613) 868.1230vendredi,Na ka nga yendo ? Cette phrase en wolof,un dialecte africain, signifie : Comment s’estdéroulée votre journée ? Nous, les élèves de4 e année de l’école Ste-Élisabeth, aimerionsvous présenter notre projet d’Afrique.Nous avons exploré l’Afrique Centrale.Saviez-vous qu’il y a seulement deux saisonsen Afrique? Il y a la saison sèche et la saisondes pluies. Certains d’entre nous n’aiment pasla pluie, n’est-ce pas? Mais tous les Africainsla préfèrent car ils peuvent récolter en cettesaison.Nous avons reçu en classe la visite d’uneSénégalaise nommée Rougi. Elle est venuenous visiter habillée d’un vêtement traditionnel,le boubou (chemisier ample), qu’elleporte pour des fêtes ou pour des occasionsspéciales.Rougi nous a appris un jeu africain, leWouré, qui se joue avec des roches et douzetrous creusés dans le sol. On a construit ce jeuavec une boîte d’œufs et des pois chiches secs.Nous nous sommes amusés à transformer cesboîtes d’œufs en animaux africains. Aussi, lorsde la visite de Rougi, nous avons eu la chancede jouer du djembé, un tam-tam africain. Notrenouvelle amie nous a beaucoup surpris lorsqu’ellenous a expliqué que pendant la nuit,elle comme bien d’autres personnes marchaientpour aller chercher de l’eau à un puits souventtrès éloigné de leur maison.Pour les familles en détresse, il existe desmoyens de leur venir en aide. Entre autres, ily a le village S.O.S. qui prend soin des enfantsdont les parents sont dans l’impossibilité des’en occuper. Finalement, nous avons réaliséque nous pouvons aider plusieurs Africains dedifférentes façons. Le parrainage est une démarchequ’un Canadien peut entreprendre pouraider une famille à payer l’éducation de leursenfants, la nourriture et les médicaments. Suiteà notre projet d’Afrique, la famille d’une élèvede notre classe a finalement décidé de parrainerune jeune Sénégalaise. Bravo !Avant de vous quitter, nous vous proposonsdonc quelques sites Internet qui vous informerontdavantage ou vous divertiront.BONNE NAVIGATION !!www.africaquiz.comwww.visionmondiale.cawww.mondami.org/jeunesse/pays/mali.htm« Ce texte a été rédigé par les élèves de 4 e année »PROCHAIN NUMÉRO….NE MANQUEZ PAS LE BILAN DESBONS COUPS DE L’ANNÉE À L’ÉCOLESTE-ELISABETH !L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 35


Les chroniques de CaroVent venteuxComme l’eau qui coule sur le rocher,Le vent venteux fuit et est délaissé.Il file et défile dans le lointain,En emportant tous ses petits chagrins.Déshabillant une à une les dunesEt s’en allant le soir au clair de lune.Enfin il trouve l’amour de sa vie,Mais son aventure est déjà finie.Laissant les enfants dans les bras des mersDe larmes, ne sachant qui est le pèreDe ces tristesses et de tous ces grands flots,Ne se laissant abattre que par l’eau.Marchant tout bonnement sous le soleil,Faisant naître plein de fruits vermeils,Soufflant des pensées tous les souvenirs,Ne se troublant que de son avenir,Le vent venteux passe et ne revient pas,Même pas pour l’amour qu’il a laissé là.Caroline LefebvreObservationsBirds of CantleyWes Darou2006-05-18The spring migration is stillgoing strong. We saw our firstHummingbird on May 9. Brianand Peg have a lovely Orioleat their feeders. Meg counted12 species and has a charminglittle story. When she was intown last week, she saw a catwith a sparrow in its mouth. Shechased down the cat, dislodgedthe sparrow and sent the pussyrunning. She walked a littledistance and entered a nearbygarden. When she opened herhands, the sparrow flew off safeand sound.Our most important activity,however, was a visit toKathryn’s farm on SaturdayMay 13. But I will let a storytellerhave the honours.It was a dark and cloudymorning. Getting the body verticalagain, with head a littleupset, an investigation of theoutside weather brought nothingbut chagrin. It is 6:45 andraining. The decision to goto Cantley was already taken.The monk had to change intothe ornithologist. After a littlebreakfast, the brave soul donnedhis green raincoat and his blackboots. He looks like a deep-seafisherman.The meeting was arrangedfor 8:00 at the Alonzo-WrightBridge. The courageous organisers,Louise and Wes, show upshortly. After the usual greetings,we observe that we willbe making this outing alone.Once in Cantley, we show upat the MacDonald’s farm whereKathryn warmly greets us.She leads us first to a littlefield, excellent habitat for theLoggerhead Shrike: a ploughedfield with little tufts of hawthorns.Crossing the field ina light rain, we see our firstspecies beside a little brook(Redwing Blackbirds, RingbilledGulls, Robins, Crowsand Common Yellowthroat),all swinging on branches to astrong wind. Once in the woods,Hermit Thrushes and Ovenbirdsgreet us with their etherealsongs. After walking for anhour and seeing Black-throatedWarblers, Kathryn decides totake us to a Woodcock’s nest ina nearby meadow. Once there,we see a Palm Warbler bobbingits tail on a pine branch, a deerdisappearing in a little hole inthe mixed forest, two Crowschasing a Sharp-shinned Hawkand a porcupine sitting in apoplar munching bark.Soon we come to theWoodcock site and suddenlyin front of us, a wet-lookingbird lands on a branch and Igo “Wow!” A Gray Jay sittingon a branch in front of us, justlike that. The bird squawked atus and sat on its perch a goodthirty seconds, just time for usto take some photos to convincethe sceptics. [Gérard informedus that the Gray Jay, also knownas the Whiskey Jack, althoughcommon in the north, is seenreported rarely in the south partof our region.]Getting back to the conversationabout our famousWoodcocks, we examined threehatched eggs and one unhatchedone sitting in a little depressionof pine needles, flat onthe ground. Without our trustyguide, it would never have beenpossible to see this nest, wellcamouflaged and tucked amongthe leaves and branches.By 11:15, we are on ourway back. Once at the first field,our attention is drawn to a bandof about 120 American Pipitsthat fly into the air only to landa few feet away several times.Kathryn tells us that it lookslike the shore birds of her nativeNova Scotia. This makes our27 th observation for the day.According to all four of us,this was worth Kathryn’s favouriterubber boots covered inDuct Tape and whose integrity(the boots, not Kathryn’s) wasput to the test on several occasionsduring our outing. In sum,this meeting of an Outaouaisnative, two people from Lac St-Jean and one from Dartmouth onthis colourful morning, enrichedus with a number of anecdoteswell worth telling others on ournext outings.Gérard DesjardinsPresident,Club des Ornithologuesde l’Outaouais.http://www.coo.qc.caThis month, watch for avariety of hawks and perhapsthe waxwings.If you have any interestingsightings, please call Wes at819-827-3076.36 The ECHO of CANTLEY, June 2006


ObservationsLes oiseaux de CantleyWes Darou2006-05-18Il reste encore des oiseaux de passageen migration! Nous avons vu le premierColibri le 9 mai. Un joli Oriole a visitéles mangeoires de Peg et Brian. Meg a 12espèces chez elle ainsi qu’une charmantehistoire à raconter. Alors qu’elle se promenaiten ville la semaine passée, elle avu un chat avec un oiseau dans la bouche.Elle a couru vers le chat, a réussi à délogerl’oiseau et a envoyé promener ce méchantminou. Elle a marché quelques pas et estentrée dans un jardin tout près. Quand ellea ouvert les mains, le petit oiseau est partisain et sauf. Bravo!La plus grande activité du mois a certesété une visite à la ferme de Kathryn, lesamedi 13 mai. Mais je vais laisser la placeau conteur :« C’était une journée maussade. Lalevée du corps difficile, la tête mal enpoint et l’examen du climat extérieur parla fenêtre de la chambre à coucher se faitavec chagrin. À 6 h 45, déjà debout, leréveille-matin se met à sonner. Il pleut. Endépit de cette pluie, la décision d’aller àCantley était malgré tout déjà prise. Un pasà la fois, le moine se change en ornithologue.Après un petit déjeuner, le valeureuxgaillard enfile son imper vert et ses bottesd’eau noires. Il a l’allure d’un pêcheur dehaute mer.Le rendez-vous est fixé pour 8 h aupont Alonzo-Wright. Les animateurs courageux,Louise et Wes, arrivent à leur tour.Après les salutations d’usage, nous constatonsque nous serons les seuls. Rendusà Cantley, nous nous dirigeons vers laferme MacDonald. Rendus sur place, noussommes chaleureusement accueillis parKathryn. Elle est fière de nous accueillirce matin afin de nous guider sur ses terres,principalement forestières. Elle nous montreson petit champ qui vient à peine d’êtrelabouré pour recevoir des plants de tomateset de fraises. Au cours de notre promenade,je constate la présence d’un habitat favorableà la Pie-grièche migratrice (champagricole avec plusieurs touffes d’aubépinesparsemées ici et là).La traversée du champ qui se fait sousune douce pluie nous permet quand mêmed’observer nos premières espèces en bordured’un ruisseau (Carouges à épaulettes,Goélands à bec cerclé, Merles et Corneillesd’Amérique et Paruline masquée) qui sefont allègrement ballotter par un fort vent.Rendues en forêt, les Grives solitaires etles Parulines couronnées nous accueillentau son de la flûte. Après plus d’une heurede marche et l’observation multicolorede deux Parulines à gorge noire, Kathryndécide de nous amener vers un nid deBécasse d’Amérique qu’elle a suivie aucours des dernières semaines. Cheminfaisant, nous observons une Paruline àcouronne rousse qui bougeait sa queueallègrement sur la branche d’un Pin Blanc,un Cerf de Virginie dissimulé dans unepetite ouverture de la forêt mélangée, lapoursuite d’un Épervier brun par deuxCorneilles d’Amérique et la présence d’unporc-épic perché en hauteur qui s’affairaità grignoter l’écorce d’un jeune tremble.Ces observations colorent notre promenadehumide et nous font apprécier notre aventurehasardeuse.Nous voilà donc arrivés au site de laBécasse. Subitement, tout juste en avant denous, un oiseau détrempé se pose sur unebranche. Je signale le «wow!» d’usage quime caractérise et tous restent surpris. UnMésangeai du Canada à plumes humidifiéeset à quelques mètres devant nous, seperche juste comme ça. L’oiseau décide denous piailler dans les oreilles. Il demeurelà, perché à peine trente secondes, assezde temps pour nous permettre de prendrequelques photos pour les sceptiques, et repartsans laisser de trace derrière lui. Nousdemeurons tous très surpris de la chancequi venait de nous sourire. Il fallait être aubon endroit, au bon moment pour rapporterune telle espèce en ce matin de migration.[Gérard nous a indiqué que le Mésangeaidu Canada, aussi connu sous le nom deGeai gris, est rarement rapporté dans laportion sud de notre région.]De retour à notre conversation au sujetde nos fameuses bécasses, nous avons lachance d’examiner trois oeufs éclos et unoeuf non éclos dans un nid fait de brindillesde pin gisant sur le sol. Sans notre guide, ilaurait quasiment été impossible de trouverce nid tant il se trouvait dissimulé parmi uncouvert de branches et de feuilles.Il est 11 h 15 et nous sommes sur lechemin du retour. Rendus dans le petitchamp du départ, nos regards sont attiréspar une bande d’environ 120 Pipits d’Amériquequi se lèvent à plusieurs occasions,par secousses, pour atterrir quelques mètresplus loin. Cette observation constituerala 27 e espèce de notre liste du jour. SelonKathryn, le tout ressemblait à une banded’oiseaux de rivage sur le littoral de laNouvelle-Écosse.Selon les quatre participants, celle-civalait bien les bottes préférées de Kathryn,enrubannées de papier collant de couleurgrise et dont l’étanchéité sera mise endoute à plusieurs occasions au cours de lasortie. Enfin bref, la rencontre entre un natifde l’Outaouais, deux du lac Saint-Jeanet une de Darmouth en ce matin plutôtcoloré nous aura enrichis de plusieursanecdotes à raconter lors de nos futuresdiscussions. »Gérard DesjardinsPrésident du Clubdes ornithologues de l’Outaouaishttp://www.coo.qc.caEn juin, ouvrez l’œil à la variété derapaces et de Jaseurs.Si vous voyez d’autres oiseaux intéressants,n’hésitez pas à me téléphoner au819-827-3076.ErratumMésangeai du CanadaPhotos : Louise LaperrièrePhotos : Kathryn MulvahillColibriUne erreur s’est glissée dans l’article de Wes Darou, « Les oiseaux deCantley », de l’édition du mois de mars. Dans le deuxième paragraphe, onmentionne que « Jacques a photographié une jolie pie-grièche du Nord surDu Rocher ». Or, cet oiseau n’a pas été vu sur la rue Du Rocher, mais biensur la rue du Sommet. Par contre, la chouette rayée a, pour sa part, été observéesur la rue Du Rocher.Partage la bontéKristina JensenLancé en 1986, le programme Unrang pour ceux qui ont faim est fondésur le principe du partage. Le beaugeste de Ron et Unice O’Donovan, deWinnipeg (Manitoba) qui ont donnédes patates supplémentaires de leurjardin à la banque d’alimentation locale,la Winnipeg Harvest, est devenuGrow-A-Row, un exemple tangible dela tradition de longue date des jardiniersayant à cœur de partager leursrécoltes avec les autres. Le programmed’entraide entre citoyens afin d’aiderà nourrir les personnes ayant faim ausein de leurs propres communautés estsimple et efficace.Aujourd’hui, Un rang pour ceuxqui ont faim s’est enraciné dans denombreuses communautés à l’étenduedu Canada et des États-Unis. L’idéedes O’Donovan fut accueillie avec tantd’enthousiasme qu’ils ont décidé d’encouragerleurs amis et leurs voisins àfaire don de leur surplus de production.Depuis sa naissance, plus de 1 millionde kilogrammes de fruits et de légumesfrais ont été remis à la WinnipegHarvest dans le cadre du programmeGrow-A-Row.Ce programme a été repris pard’autres communautés canadiennes tellesqu’Edmonton en Alberta, Londonen Ontario, ainsi que par des régionsdu Québec telles que les Laurentideset des villes qu’on connaît, commeRigaud, Hudson, St-Lazare et Dorion.La campagne est appelée Un rangpour ceux qui ont faim au Québec, eta été lancée par La Presse, l’émissiontélévisée Fleurs et Jardins et l’Associationquébécoise des banques alimentaires.Ce printemps, quand vous êtesen train de créer votre jardin familial,est-ce que vous pouvez trouver un petitcoin pour planter un rang de plus?Ensemble, on peut faire pousser desfruits et des légumes afin d’en fairedon aux banques alimentaires et auxsoupes populaires dans notre région.Si, parmi nous il y est quelqu’un quiaimerait mener un tel projet, il peutinformer les coordonnateurs nationauxde son intention de lancer une campagneUn rang pour ceux qui ontfaim dans notre municipalité. Pour lesjoindre, composez le 1-877-571-4769.Vous pouvez communiquer avec euxrégulièrement au cours de la saison decroissance, leur faire part des problèmesque vous éprouvez et annoncer laquantité totale de dons afin de l’ajouteraux totaux nationaux. Si vous désirezavoir de plus amples renseignements,visitez leur site Web — www.planterunrang.org.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 37


DAGENAIS, LADOUCEUR, LAGACÉ ET FOLEYVAINQUEURS À EDELWEISSAndré AudetteLes tourniquets de l’autodromeEdelweiss se sontfinalement remis à tournervendredi soir après que lesdeux premiers programmes dela saison ont dû être annulés,gracieuseté de Dame Nature.Les gradins étaient assez biengarnis d’amateurs qui piaffaientd’impatience malgréque la température fût encoreincertaine par moments maisl’action s’est finalement miseen branle dans des conditionsacceptables.Pierre Dagenais, le championde la saison dernièredans la catégorie des voituresmodifiées, a repris là où ilavait laissé l’an dernier enremportant la grande finale de50 tours au terme d’une courseâprement disputée entre lui etÉric Gauvreau qui a joué demalchance alors qu’il ne restaitque six tours à faire. Gauvreauet Dagenais qui démarraientpremier et deuxième respectivementsur la grille de départ sesont échangés, plusieurs fois,le poste de commande durantles 44 premiers tours, jusqu’àce que Gauvreau connaisse desINVITATIONAUX « VERTS »DU COMTÉ DE PONTIACÊtes-vous satisfaits desConservateurs et de leur manquede respect pour l’environnement?Ne croyez-vous pas que le futurde tout être vivant dépendra dela protection de notre environnement?Les partis politiques établisne semblent pas comprendre que,comme pour les individus, la richessesans la santé n’est rien etqu’une économie qui ne reposepas sur un développement durableet un environnement sain, estvouée à l’échec. Vous POUVEZfaire quelque chose pour corrigercette tendance!C’est ainsi que le Parti Vertde Pontiac a décidé de se doterd’une association de comté quipermettra une meilleure efficacitéet un plus grand succès aux prochainesélections.La réunion d’inaugurationaura lieu le samedi 10 juin prochainde 11 heures à 13 heuresà l’édifice communautaire deChelsea situé au 220, du VieuxChemin de Chelsea (à côté del’église). Entre autres une constitutionsera adoptée et un conseilexécutif sera formé. M DavidChernushenko, chef adjoint duParti et candidat à la chefferiequi aura lieu en août prochain,sera présent et il prononcera unecourte allocution.Par la suite, les participantsauront la chance d’exprimer leuropinion au sujet du parti et de sesorientations. Ils pourront aussiéchanger leurs idées afin d’aiderl’association à promouvoir etfaire connaître la philosophie duparti dans le comté. Il est bonaussi de rappeler que la datelimite pour devenir membre duparti ($ 10) et avoir droit de votepour élire le prochain chef est le27 juin 2006. Cette inscriptionpourra se faire sur place.Le comité d’organisationinvite donc les membres et sympathisantsdu Parti Vert de tous lessecteurs du comté à venir assisteret participer à la réunion afind’assurer l’avenir du Parti Vert dePontiac. Pour plus d’information,contactez André Sylvestre au 827-3980 (français) ou Moe Garahanau 827-7700Pétanque été 2006Le club « Les Étoiles d’argent de Cantley »Les jeux de la pétanque commencerontle mercredi 24 mai à 18h30.La cotisation est de 10.00 $.Personne ressource :Thérèse Prud’Homme (Tél. :827-8966)Bienvenue à tous!38 The ECHO of CANTLEY, June 2006ennuis, pavant ainsi la voie àLaurent Ladouceur qui a croiséla ligne d’arrivée en deuxièmeposition.C’est le nouveau venu KyleDingwall qui a complété le podiumen terminant troisième.« Je suis satisfait de cettevictoire mais disons que Éricm’a donné amplement de fil àretordre dans cette épreuve. »disait Dagenais lors de l’entrevuede fin de course. Pasmoins de 17 voitures ont pris ledrapeau vert dans cette catégorieet c’est Lee Ladouceur quia terminé quatrième suivi deBrian McDonald en cinquièmeplace. Gauvreau et Dagenaisavaient préalablement remportéles épreuves de qualification.Dans la catégorie ProStock, Joey Ladouceur aremporté la victoire au termed’une randonnée sans histoirede vingt tours en prenant leposte de commande presque àla mi-chemin de l’épreuve pourne plus regarder en arrière parla suite. Le coureur d’Alexandriaqui semblait à l’aise dansson bolide a laissé derrière luiles vétérans Dave Bissonnetede Cornwall et le GatinoisStéphane Lebrun qui ont terminédeuxième et troisièmerespectivement. Louie JacksonD’Akwasasne qui avait préalablementremporté l’épreuvequalificative et Denis Gauvreaud’Aylmer complétaient les cinqpremiers à la ligne d’arrivée.Serge Lagacé a terminéavant tout le monde dans lacatégorie Semi Pro en remportantla première épreuvede la saison. Le coureur deGatineau a pris la mesure deRichard Brady qui s’est assuréla deuxième place et de JocelynDucharme qui a complété le podium.Marc Lalonde et SylvainBrady complétaient vos cinqpremiers à la ligne d’arrivéetandis que Bryan Rochon etLagacé ont remporté les épreuvesde qualification.Dans la catégorie desquatre cylindrées, Jarrid Foleyde Wakefield a remporté lavictoire devançant YanickRaymond et Gabriel Mercierau terme d’une randonnée dedouze tours. Stephan Smith deClarence Creek et Erin Joycede Wakefield terminaient quatrièmeet cinquième respectivement.Foley et Mercier ontremporté des damiers lors desépreuves préliminaires.Le prochain programmede courses à l’autodromeEdelweiss est prévu pour levendredi 2 juin alors que l’ony présentera la soirée autographeset photos ainsi que lapremière tranche de la sérietoitures Marcel Raymond dansla catégorie Semi Pro. Le premierdrapeau vert sera agité dès19 h 45.Modifiées 50 tours : PierreDagenais, Laurent Ladouceur,Kyle Dingwall, Lee Ladouceur,Brian McDonald, Billy Cook,Eric Gauvreau, Denis Larocque,Paul Pekkonen, Robbie Grant,Peter Mantha, Philippe Landry,Joel Doiron, Ryan Foley, YvonMorin, Stephane Lafrance,Chico Dingwall.Pro Stock 20 tours : JoeyLadouceur, Dave Bissonnette,Stephane Lebrun, LouieJackson, Denis Gauvreau,Clayton Benedict, NicholasVaillant, Mitchell Jock, DominicGauvreau, Michel Dupuis.Semi Pros 15 tours : SergeLagace, Richard Brady, JocelynDucharme, Marc Lalonde,Sylvain Brady, Pascal Racette,Nico Leblanc, Brian Rochon,Daniel Guindon, StephaneBussiere, Jason Lamothe,Mark Trudeau, Bruno Boivin,Vincent Michel, John Bernard.4 Cylindres 12 tours: JarridFoley, Yannick Raymond,Gabriel Mercier, StephenSmith, Erin Joyce, DanielleLegault, Tommy Cloutier,Danny Matte, Jordan Fleming,Marc Desjardins, MarcoRaymond, Martin Lagace,Michel Hamelin.INVITATION TO THE ‘GREENS’OF PONTIAC RIDINGHow happy are you with theConservative government andtheir flagrant disregard for theenvironment? Do you believethat the future of all living beingsdepends on the proactivepreservation of our environment?The mainstream political partiesdon’t seem to understandthat, just as for a person, wealthwithout health is nothing; aneconomy that is not based on asustainable, healthy environmentis ultimately doomed. You CANdo something to turn this tide!With this in mind, theGreen Party of the Pontiac hasdecided to form a local ridingassociation. The inauguralmeeting will take place onSaturday, June 10th from 11:00a.m. to 1:00 p.m. at the ChelseaCommunity Centre located at220 Old Chelsea Road, next tothe church. Among other things,the agenda includes the adoptionof a constitution and the formationof an executive committee.Mr. David Chernushenko,deputy leader of the Party andcandidate in the leadership raceto be held at the end of August,will give a short speech.Following a few words byMr. Chernushenko, participantswill have an opportunity toexpress their opinion regardingthe Party and its policyorientation. They will also beinvited to share their ideas onhow to help the Associationraise awareness throughout theriding of the Green Party philosophy.Interested persons arereminded that the deadline tobecome a member of the party,for only $10.00 is the 27th ofJune 2006. Membership givesyou the right to vote for the nextchief. Registration is availableon site.The organization committeeinvites Green Party membersand supporters from all partsof the riding to participate inthe formation of this new ridingassociation. Help build theGreen Party in Pontiac – andchange the future! For moreinformation, please contact MoeGarahan at 827-7700 (English)or André Sylvestre at 827-3980(French).


Les tortues du Québec :rares et menacéesJean-François Desrocheset Isabelle PicardbiologistesSaviez-vous que l’on retrouve auQuébec huit espèces de tortues d’eaudouce dont six sont considérées menacéesou rares? Les tortues sont ici à lalimite nordique de leur répartition et,comme ailleurs dans le monde, elles sontsensibles aux perturbations de leurs habitatset à la mortalité des individus.Pourquoi les tortues sont menacées?Les tortues n’atteignent l’âge de reproductionqu’entre 10 et 20 ans. Les femellesne pondent pas plus d’une fois parannée, et le taux d’éclosion des oeufs estextrêmement faible. Au cours de sa vie(20 à 90 ans selon les espèces) chaquetortue aura réussi au mieux à produirequelques tortues adultes pour la nouvellegénération. On comprend que toutesautres causes de mortalité additionnellesà la mortalité naturelle peuvent nuiregrandement aux tortues.Parmi les menaces à la survie despopulations de tortues on retrouve lamortalité sur les routes, la récolte illégaleet la prédation excessive des nids.Les ratons laveurs et les mouffettessont beaucoup plus communs qu’ils nel’étaient par le passé; ils ont profité dela présence humaine et des sources denourriture associées pour se multiplier.Comme ces bêtes sont friandes d’œufsde tortues, elles ont un impact importantsur la survie des nids. Plusieurs étudesdémontrent que de 80 à 100 % des nidssont ainsi dévorés chaque année surdifférents sites. À ce taux, il est difficiled’avoir une relève suffisante de nouvellestortues dans la population!On estime que quelques centaines detortues meurent écrasées sur les routesdu Québec à chaque année. Ironie dusort, la majorité de ces tortues tuées sontdes femelles portant des œufs, qui sepromènent en quête de sites de ponte etcreusent parfois leur nid sur l’accotementgraveleux ou sablonneux des routes. Lestortues pondent au mois de juin, et c’estsurtout à cette période que l’on doit êtrevigilant à leur présence sur les routes,afin d’éviter de les heurter.Les tortues sont des animaux sympathiquesaux yeux de la plupart des gens,et plusieurs les ramassent pour les garderen captivité. La récolte des tortues ennature est interdite par la loi. Ceci peutcauser un tort important aux populationsen enlevant des individus, surtout desadultes reproducteurs. Les tortues que lesgens relâchent ailleurs que dans leur siteShare the WealthKristina JensenLaunched in 1986, the Grow-A-Rowprogram was founded on the principleof sharing. The generous gesture of twoWinnipegers, Ron and Eunice O’Donovan,who donated extra potatoes grown in theirfamily garden to the Winnipeg Harvest,a local food bank, has blossomed intoa movement that spans North America.The enthusiasm this act generated spreadlike wildfire. Their desire to donate thebounty of their harvest is something thatgardeners have been doing forever, sharingtheir wealth. Grow-A-Row is communitybasedprogram that is as beautiful as it issimple. Gardeners plant an extra row intheir gardens and when harvest-time rollsaround, they deliver the fresh produce tolocal food banks and soup kitchens. Peoplehelping people.The idea has been widely embracedby gardeners of all ages. Today, Grow-A-Row has propagated across Canada and theUnited States. More than a million kilogramsof fresh fruits and vegetables havebeen donated to the Winnipeg Harvest alonesince the programs inception. It can be foundin Edmonton, Alberta, London, Ontario andright here in Quebec. .Un rang pour ceuxqui ont faim, as it is known in French, isflourishing in our neighbouring region, LesLaurentides, Other communities we know,such as Rigaud, Hudson, St.-Lazare andDorion also participate annually. The newspaper,La Presse and the popular televisionprogram, Fleurs et Jardins in collaborationwith l’Association québécoise des banquesalimentaires have played lead roles in establishingthe program in Quebec.Should there be a leader out there in ourmidst, waiting for the right cause to comealong, this might be opportunity knocking.You can call the national headquarters ofGrow-A-Row and advise them of your desire.They will be more than happy to sharetheir expertise with you. Grow-A-Row canbe reached at 1-877-571-4769. You canalso visit their website www.growarow.orgTogether, we can make a difference inthe lives of those who are battling povertyand know what hunger is. By plantingan extra row of the fruit or vegetable ofyour choice in your family garden, anddonating it to one of our local food banksor soup kitchens come harvest time, youwill join the thousands of Canadians whoare sharing their wealth with those lessfortunate than us.d’origine peuvent apporter de nouvellesmaladies aux populations existantes, etont souvent moins de chances de survie.Vous pouvez aidernos tortuesVous pouvez contribuer à aider lestortues de plusieurs façons :en sensibilisant les gens de votreentourage et les organismes locaux à laproblématique de la survie des tortues;en vous abstenant de les récolterdans leur milieu naturel et en dénonçanttout acte de braconnage envers ces animaux(chasse, récolte);en évitant de déranger les femelles entrain de pondre : observez-les à distance,en étant attentif aux endroits où lestortues peuvent traverser la route, et ce,surtout lors de la ponte en juin;en évitant de stationner sur l’accotementgraveleux des routes situéesprès de leur habitat, et ce, afin de ne pasécraser les nids;en évitant la pratique d’activités nautiquesmotorisées dans les secteurs leurservant de sites d’exposition au soleil.FraisièreD. & C. Bélair et filsRéservez maintenantpour lesCHAPONSqui seront prêts en septembreSoyez attentifs à la présence destortues et contribuez à leur sauvegarde!Vous avez observé une tortue rareau Québec ?Contactez-nous! : Jean-FrançoisDesroches et Isabelle Picard, biologistes: tortue@ca.inter.netVous avez connaissance d’actes debraconnage (chasse, récolte) envers lestortues du Québec? Contactez S.O.S.Braconnage : 1-800-463-2191Pour obtenir des informations supplémentairessur les tortues du Québec,consultez le livre « Amphibiens et reptilesdu Québec et des Maritimes » publiéaux Éditions Michel Quintin.Pour obtenir des informations supplémentairessur les espèces menacéesdu Québec : www.fapaq.gouv.qc.ca(onglet « espèces menacées ») et www.especesenperil.gc.caFraises disponibles bientôt(819) 827-0641L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 39


FÊTE DE LAPENTECÔTE (4 juin)L’événement qui fondel’Église, c’est la résurrectionde Jésus. Si le Christ n’est pasressuscité, vaine est notre foi,écrira saint Paul. Or, pour souligner,cet événement qu’onappelle PÂQUES, l’Église yconsacre 50 jours. Du dimanchede Pâques au dimanche dela Pentecôte, 50 jours pour célébrer,méditer, prier ce grandmystère de notre foi.La « fin » de la cinquantainepascale marque ou rappellele commencement historiquede l’Église : l’envoi de l’EspritSaint. La résurrection duVous aimez soulignerles événementsd’une manière personnelleet toute spécialeCréez vos propresCartes de souhaits,Pages de scrapbook,Emballages,Faire-parts,Boîtes-cadeaux,Bonbonnières.Barbara DelisleDémonstratrice Stampin’ Up819.827.5946delthib@videotron.ca40 The ECHO of CANTLEY, June 2006NOUVELLES DES PAROISSESSAINTE-ÉLISABETH DE CANTLEYET ST-PIERRE-DE-WAKEFIELDChrist déclenche l’envoi del’Esprit saint. C’est ainsi quel’Église fête sa naissance.L’Esprit de Jésus, que le Pèrea ressuscité des morts, remplitles disciples et fait advenirl’Église. L’événement dela Pentecôte est une BonneNouvelle, non seulement pourles apôtres d’hier mais pourles témoins que nous sommesaujourd’hui. La venue de l’Espritannoncée par les prophètess’accomplit, les promesses deJésus deviennent réalité. Unecréation nouvelle surgit, unnouveau peuple de Dieu semet en marche. L’Esprit agitau cœur de la communauté eten chacun-e de ses membres.Bonne fête de la Pentecôte àtous ceux et celles qui choisissentde s’exposer au soufflede l’Esprit.Yves Mayer,prêtreL’ARRIVÉE DES VACANCES, ÇA SE FÊTE!Dans nos communautés chrétiennes de Ste-Élisabeth et de St-Pierre-de-Wakefield, l’année a été bien remplie. Nous avons vécu de belles expériences.Nous avons partagé, célébré et approfondi de diverses façons notre foi enJésus Christ.Le début de la saison estivale est maintenant à nos portes et nous voulonssouligner de façon particulière l’arrivée des vacances. C’est pourquoi nousavons préparé :Une célébration remplie de soleil et de couleursSamedi 17 juin, 16 h à St-Pierre-de-WakefieldDimanche 18 juin, 10 h 30 à Ste–ÉlisabethC’est un rendez-vous, on vous y attend!Que la saison estivale soit pour chacun un temps de repos, de ressourcement,de rencontres amicales et fraternelles et de nouvelles expériences de partagede foi! Bonnes vacances!PRÉPARATION AUX SACREMENTSdu Pardon et de l’Eucharistie ou de la ConfirmationPardon et eucharistie :Votre enfant a neuf ans. Il désire vivre les sacrements du pardon et del’eucharistie pour la première fois. Inscrivez-le dès maintenant pour la démarchede préparation 2006-2007. Il suffit de téléphoner au secrétariat de laparoisse Ste-Élisabeth au 827-2004. La démarche débutera en octobre 2006.Date limite d’inscription : 29 septembre 2006Confirmation :Vous avez 15 ans et plus. Vous désirez confirmer votre foi en Jésus Christ.Inscrivez-vous dès maintenant à la session de préparation au sacrement dela confirmation en téléphonant au secrétariat de la paroisse Ste-Élisabeth au827-2004. La session débutera au début de l’année 2007 et la célébrationaura lieu au printemps.Date limite d’inscription : 26 janvier 2007ATTENTION : Pour être parrain ou marraine de baptême et pour se marier en église, il faut avoirvécu le sacrement de confirmation.Lucie Bacon, agente de pastoraleJe scrapbooke, tu scrapbookes,nous scrapbookerons!Barbara DelisleIl y a deux ans, une amiem’a montré son album debébé. C’était un scrapbookde bébé. On pouvait y liredes anecdotes, des histoires,des chansons, et y voir unepanoplie de petites frimoussesheureuses. L’album était unemerveille! Non seulementpouvait-on y apprendre unefoule de petites choses sur sonenfant, mais son enfant allaitavoir des souvenirs détaillésde tout ce qui s’était passé. Ducoup, je suis tombée en amouravec cet art, et j’en ai fait monpasse-temps favori!Pas très créative de nature,j’étais un tantinet inquiète aumoment de me mettre à la tâche.J’avais tort! Simplement àregarder les photos que je conservaisdans un album régulier,je revivais un tas de petits etgrands événements qui ont eutôt fait de m’inspirer!En général, le matérielutilisé est plutôt traditionnel :ciseaux, papiers, cartons, autocollants,étampes, boutons ettout ce que vous avez sousla main! Il existe plusieursboutiques spécialisées où l’ontrouve des décorations raffinéeset même des agencements préfaits.La seule règle est de s’assurerque les papiers, encreset enjolivements qu’on utilisesont sans acide, afin de préserverla qualité de vos photospour les années à venir.Il existe un tas de techniquesde pliage, de collage,de découpage et d’estampagequi permettent de mettre votretouche personnelle à vosalbums. En solo, en familleou en groupe, on bricole, ons’amuse et on revit de beauxmoments. Que ce soit unalbum ancestral, familial, deloisirs, de sports, de voyagesou même un livre de recettespersonnalisé : petits, grandset très grands apprécient cetteforme d’expression artistiqueet créative.Et, dernièrement, j’aimême découvert qu’on peututiliser plusieurs des techniquesde scrapbooking pourfaire ses propres cartes desouhaits, décorer des cadeaux,et même décorer des pièces!Tant de choses à découvrir, àfaire et à inventer!Faites-vous plaisir,scrapbookez!(Merci à Catherine Barilde m’avoir fait découvrir lescrapbooking.)


Graduations au club de KaratéBisson Shotokan de CantleyGraduations au club de KaratéShotokan de Cantley en octobre dernier!Sur la photo, on peut voir nos graduésMaxime et Rosie-Anne Beaupré,ceinture verte barre rouge, accompagnésde Sensei Guy Bisson.Bravo!Bisson Karaté Shotokan deCantley a comme mission l’enseignementdu karaté traditionnel, selon lestyle Shotokan. Le dojo, sous le senseiAndré Bisson, est affilié à l’Associationquébécoise Shotokan Canada (AQSC)dirigée par Kyoshi Gilles Lavigne, 7 edegré, style Shotokan.Pour de plus amples renseignements,veuillez communiquer avecGuy Bisson au 568-6293.Graduation at Bisson KarateShotokan in CantleyLast October, the Karate Shotokanclub of Cantley was pleased to holda graduation ceremony. The pictureshows the new graduates, Maxime andRosie-Anne Beaupré, green belt withred stripe, with Sensei Guy Bisson.Congratulations!!!Bisson Shotokan Karate of Cantleyis dedicated to the teaching of Shotokanphoto : Robert St-Laurentkarate in the traditional way. The dojo,under Sensei André Bisson, is affiliatedwith the Association QuébécoiseShotokan Canada (AQSC), headed byKyoshi Gilles Lavigne, 7th degree,Shotokan style.For more information, please contactGuy Bisson at 568-6293.Marc St-LaurentEncore une fois, cette année, leClub de soccer de Cantley renouvelleson édition du Festival régional de socceroffert aux jeunes joueurs et joueusesde catégorie U7-U8 de l’Outaouaissuite au succès inespéré de 2005.Pour la première fois en régionl’an dernier, 18 équipes et plus de 200joueurs et joueuses âgées de 7 et 8 ansse réunissaient sur un même terrain desoccer avec de vrais partisans, arbitreset un esprit de fête.L’édition 2006 du festival auralieu le samedi 8 juillet aux différentsterrains de soccer de Cantley sous lacoordination de André Pilon, Marc St-Laurent et d’une équipe de bénévoles.Le but ultime de cette activité est defaire sortir les enfants, d’être en familleet d’avoir du plaisir.Différents clubs de l’Associationrégionale de l’Outaouais, soit d’Aylmer,Buckingham, Chelsea, Gatineau,Hull, Masson-Angers, Haute-Gatineau,et Cantley, bien sûr, ont été invités à2 e éditionduFestival régionaldesoccer U7-U8deCantleyparticiper à cette fête unique en région.Les organisateurs prévoient accueillirà Cantley plus de 250 jeunes amateursfervents du ballon rond et plus de 700personnes provenant de l’extérieur.L’édition 2006 revient cette annéeen plus du volet sportif avec les matchsamicaux, de l’animation familiale, unecantine et la présence d’un photographeen collaboration avec différentsorganismes de Cantley. Chaque équipejouera trois parties et chaque joueur etjoueuse se méritera un prix de participation.Tous repartiront gagnants deCantley et auront bien des exploits àraconter au retour à la maison.À nos commanditaires, une invitationvous est lancée afin de rendrepossible cet événement unique àCantley et de faire connaître notremerveilleux coin de pays. Vouspouvez communiquer par courriel à43nicole@videotron.ca ou par téléphoneà André au 457-1196.Et surtout, n’oubliez pas de venirencourager tous nos joueurs et joueusesle samedi 8 juillet!L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 41


Info biblioLa bibliothèque sera fermée lesamedi 24 juin - fête de la St Jean-Baptiste et le samedi 1 juillet - fête dela ConfédérationHoraire du 25 juinà la fête du TravailLundi 16 h 00 à 20 h 30Mardi 12 h 30 à 16 h 00Mercredi 14 h 00 à 20 h 30Jeudi 13 h 00 à 16 h 00Vendredi 13 h 00 à 16 h 00Exposition jusqu’au 29 juin 2006Solange Nourry Boudreault,aquarellisteAprès avoir exploré diverses formesde création artistique, dont letissage haute et basse lisse, la poterie,le vitrail et des variantes du travail duverre, et ayant toujours été attirée parl’aquarelle, elle décide de s’inscrire àdes cours. C’est avec madame GisèleLefebvre Souligny principalementqu’elle apprend à découvrir toute labeauté et la complexité de cet art.Je voudrais remercier mesdamesLise Thérien et France Lalonde quiont assuré le service bibliothèqueaux élèves de l’école Ste-Élisabeth endehors des heures d’ouverture ainsique Colette Loiselle pour avoir sules captiver par son conte chaque semaine.Grâce à elles, nous avons purecevoir les élèves à la bibliothèquetous les mercredis de mars à mai.La chorale les 2 RivesPour ceux et celles qui n’ont pas eula chance de se procurer le CD, celui-ciest disponible à la bibliothèque au coûtde 15 $.Les 2 Rives sont deux groupesd’enfants (élèves de 4 e année de l’écolede la Rose des vents (Cantley) et deCM1 (Lycée Claudel d’Ottawa).NouveautésAccro du shopping a une sœur (L’)4 e guerre mondialePoussière du temps (La) T.01, T.02, T.03Sans pardonJeunesseMa vie de ver de terreMasque de l’Éther (Le) #11 –Amos DaragonLibération de Sia (La) #7 - LéonisVenez nous rendre visite et vousdécouvrirez toute la richesse de votrebibliothèque.Bibiane Rondeau,coordonnatriceHealth NaturallyThink of your Bodyas a ChoirDisease is the absence of health.But health is not merely the absenceof disease. If we are not sick it doesnot necessarily mean that we are trulyhealthy.Sickness is an indication of imbalance(lack of homeostasis) within thebody. When organs and systems arenot able to work together, conflict is theresult and we eventually get sick.If we compare our body to achorus, we are in full health if allthe voices are singing strongly and intune — all our organs and systems areworking efficiently and in harmonywith each other.All the little aches, pains, and inconvenienceswe experience are likenotes out of tune. If we let just one ortwo notes slip by, no-one is likely tonotice and the musical concert will bea success. In our body, if one or twoaches or pains appear, the body is capableof correcting them. The processof balancing all the systems with eachother is a wonderful mechanism thatcan correct little mistakes that our bodymakes, giving us the power of self-healing.But, if we let too many notes slipby, our body will not be able to keepup with the self-correcting process andthe situation will gradually aggravateitself. Musically, the end result will bediscord. In our bodies, the end resultcould manifest itself as disease.In order to live healthy lives, wehave to pay attention to our body andthe signs it is giving us. Like thosenotes out of tune, signs of discord in ourbodies must be corrected early, beforethey reach the point of disease.Diet adjusted to a particular individual’sneeds, herbs, supplements, andthe appropriate level of physical activitywill give the body a hand, helping it toreturn by itself to a state of harmony,keeping us in full health.Kasia Skabas,n.d. B.A827-2836This article is not intended to diagnose disease,nor to provide specific medical advice. Its intentionis solely to inform and educate. Forthe diagnosis of any disease, please consult aphysician.MAISON DE JEUNESLA BARAQUE9 e assemblée générale annuelleLes membres du conseil d’administrationet le personnel invitent toute la populationÀ leur 9 e assemblée générale annuelleDate : Mardi 20 juin 2006Heure : 19 hEndroit : Maison de jeunes881, montée de la SourceCANTLEYCOURS DEGARDIENSAVERTISGardiens avertis enseigne auxjeunes de 12 ans et plus, les notionsélémentaires sur les soins aux enfantset leur sécurité ainsi que les procéduresà suivre en cas d’urgence.Pour recevoir l’attestation, on doitassister à toute la formation et obtenirune note de 75 % à l’examen écrit.Ce programme est offert en collaborationavec la Société de la CroixRouge et accrédité par le ministère del’Éducation.Endroit : Maison de Jeunes La BaraqueInstructeur : Manon Laflèche,Croix RougeDate : Samedi 17 juin 2006Heure : 8 h 30 à 17 hCoût : 50 $Autres : Apporter son lunch et se munird’une poupée ou d’une pelucheLes inscriptions se font les lundiset mercredis à la Maison de Jeunes LaBaraque au 881, montée de la Sourceauprès de Marie-Ève Boucher.Pour plus d’informations :Tél. 827-5826Vous en avez assez dechercher une gardienne?La Baraque tient à annoncer aux citoyens deCantley, qu’elle possède la solution à leur problèmede gardienne! En effet, il est maintenant possible detrouver une personne qui a suivi le cours de gardiensavertis pour prendre soin de vos petits trésors! Ilvous suffit de nous téléphoner et nous pourrons vousmettre en contact avec l’un d’entre eux.42 The ECHO of CANTLEY, June 2006Pour contacter le club des gardiens avertis deLa Baraque, veuillez composer le 827-5826


Petites annonces Want adsÀ VENDREFOR SALEVOITURE À VENDRE!Dodge Colt 1993Prix : 1 399 $ négociableMoteur :1,8 LPortes : 4Transmission : automatiqueCouleur : blanchePour plus d’information,S.V.P., contactez Isabelle au 663-3498Cheval à vendreQuarter Horse enregistré (hongre) de5 ans. 2,000 $ (819) 827-3949Horse for saleRegistered Quarter Horse (gelding) 5years old $2000. (819) 827-3949À vendreTable de travail en mélamine, couleurcerisier, avec plate-formes pour ordinateuret imprimante. Modèle récent60 $. Téléphone 827-3807For sale27 foot above ground pool.Hayward pump, Jacuzzi filter,accessories. No liner. Dismantleand remove yourself. $350.00827-2436À vendreLave-vaisselle Kenmore (9 ans)bonne condition, meilleure offre.827-3949Merci mon Dieu pour faveur obtenueJ. R.EMPLOISEMPLOYMENTFEMME DE MÉNAGEManon, femme de ménage, disponibleen tout temps à la semaine ouaux deux semaines, à votre choix.Polyvalente et possibilité de bonus.Références sur demande. 827-3459ou 762-8314Gardening / yard workGardening, small landscaping.House, garage and yard cleaning.If your grass don’t shine, my heartwon’t shine. Ed does it all! Mypassion is Happy Yards. Do youneed lawns cut regularly? Call827-8164 NOW!English tutoringBerlitz trained. Elementary, highschool or university level. 827-2436GARDERIEDAY CARECamp de jour estivalpour enfants d’âge scolaire, à partirdu 26 juin. Contactez Francine 827-5942Garderie en milieu familial(rue Maricourt) Éducatrice forméeet mère de deux enfants qui garderaitvos petits de 12 mois-cinq ansdans un environnement chaleureux.quatre places disponibles pour septembre.Prix : 25$/jour avec reçu.Du lundi au vendredi, 7 h – 17 h. Auplaisir, Tania (827-2144)Page spéciale pourles jeunes de CantleyAttention à tous les jeunes de Cantley, l’Échovous invite à nous faire parvenir vos articles, vos jeux,vos bonnes blagues etc. Nous pouvons vous donner uncoup de main pour la composition.Bienvenue à tous les jeunes dynamiques,Donnez-nous de vos nouvelles,On a bien hâte de vous lire,Huguette et l’équipe de l’ÉchoAnniversaireAnniversaryHappy 10th Birthday JarredBonne fête cher JarredWe wish you an amazing 10th year.Love from Ma, Dad,Katrina & Jasper30 maiSi un jour je meurs et qu’on ouvremon cœur, il sera écrit en lettres d’orGeorges Groulx, je t’adoreBonne fête, mon bel amour.25 juinAndré Prud’HommeBonne fête oncle André. Passe unebelle journée avec toutes les personnesqui te sont chères.Caro –XxXxXxX-Merci mon Dieu pour faveur obtenueCome join us in the celebration ofMarjorie Burke’s 80 th birthdayOn Saturday, July 8th 2006At St. Elizabeth’s Parish Hall, CantleyFrom 1:30pm – 4 :30pmBest wishes only.Vous êtes cordialement invités à la célébrationDu 80 e anniversaire de naissancede Marjorie BurkeLe samedi 8 juillet 2006À la salle paroissiale Ste-Élisabeth de CantleyÀ partir de 13 h 30 – 16 h 30Nous désirons seulement des vœux.Pour plus d’information contacter :For more information please call :Shirley : 819-827-2391Pasty : 819-827-1581Sandra : 819-827-3998Ann : 613-729-4980St. Andrew’s United ChurchHwy 307Regular Service: every 3 rd Sunday at 10:00Next Service: June 18, 2006Happy Father’s DayContact: Sue McClelland 827-0540Annual Cemetery Service:Sunday, June 25, 2006At 2:00 p.m. at St. Andrew’s United CemeteryIf it is pouring rain go to the Church.Journaliste recherché(e) :Vous aimez écrire sur l’actualité et vous êtes intéressé-e par ce quise passe dans notre municipalité ? Alors pourquoi ne pas mettrevos talents au service de la communauté en devenant journalistepour L’Écho de Cantley. Pour plus d’informations: Isabelle Lessard663-3498.J. R.Célébrez-vousun anniversaire?Si vous avez un anniversaireà fêter durantle mois à venir, que cesoit un anniversaire demariage ou de naissance,ou si vous êtes gagnantsd’un événement sportifpar exemple, L’Écho deCantley se fera un plaisirde passer un message defélicitations gratuitement.Are youcelebratingan anniversary?If you have an anniversaryto celebrateduring the coming month,a birthday or wedding anniversaryor perhaps thewinning of a sports event,the Echo of Cantleywould be happy to offercongratulations in the paperfree of charge.Pour annoncerClassifieds – detailsPrixPersonnel : 5 $Commercial : à partir de 5 $Date de tombée :19 juinPricePersonnal : $ 5. 00Commercial : starting at $ 5. 00Deadline :June, 19Envoyez votre annonce/Send your ad to :L’ÉCHO de CANTLEY188, montée de la SourceBoîte #1, Comp. 9Cantley (Québec) J8V 3J2Information : 827-1498Toutes les petites annoncesdoivent être payées avant laparution.Merci mon Dieu pour faveur obtenueJ. R.All classified ads must be paidfor before publication.L’ÉCHO de CANTLEY, juin 2006 43


Marcel BonenfantAgent immobilier affiliéCell : 665-2345CANTLEY //NOUVEAULise Trottier-BonenfantAgent immobilier affiliéCell : 665-2208VOUS VOULEZ CONNAÎTRE LA VALEUR OPTIMALEDE VOTRE PROPRIÉTÉ ???C’EST GRATUIT ET SANS AUCUN ENGAGEMENT DEVOTRE PART!!! APPELEZ-NOUS!289 000 $209 900 $144 900 $DONNÉES STATISTIQUESVENDUES DEPUIS LE 01/01/2006 :56 MAISONS AU TOTAL17, MONTMAGNY35, BOISÉ-DES-MÛRIERS24, CHEMIN RIVER###14 PAR MARCEL ET LISE ( 25 %)Superbe résidence de +/- 2000 p.c. (bungalow).Quartier de propriétés haut de gamme,cachet unique, pièces spacieuses. Beaucoupde rénovations, plancher pin rustique 1998,toiture 2003, nouvelle ch. des maîtres 2004et beaucoup plus. Voir intérieur sur maison360.comSitué dans le sud de Cantley.VENDUEBungalow situé sur un grand terrain boisé,très privé et aménagé avec goût. Bois franc etcéramique. Concept à aire ouverte. Garçonnièreavec entrée privée. Revenu 440 $/ mois.Toiture 2003. Gouttières 2005, margelles 2005.Quartier recherché. À quelques minutes ducentre ville Gatineau, Hull. Voir maison360.com.VENDUEGrand bungalow de 1542 p.c., 2sb.Garage double et garage simpleattaché. Plafond cathédrale ausalon. Rue paisible près de tousles services. Terrain d’une acrepaysagée et clôturée. Faites vite!VENDUE###28 PAR 28 AGENTS DIFFÉRENTS### LE 2 iéme AGENT QUI EN A VENDULE PLUS EN A VENDU 4300,000 $ ET + = 6250,000 $ ET + = 11200,000 $ ET + = 19200,000 $ ET - = 2087, BOUCHETTEFélicitations et bienvenue à Cantleyà Sylvain Saumure, Dany Côté,Samuel et Savanah qui sejoindront à nous le 15 juillet853, MONTÉE DE LA SOURCEFélicitations et bienvenue à Cantleyà Manon Danis et sa famille qui sejoindront à nous le 2 juillet.7, MONETFélicitations et bienvenue à Cantleyà Carole Malette-Mongeon et àRonald Mongeon qui se joindrontà nous le 1 er juinÀ VENDRE = 104300,000 $ ET + = 27250,000 $ ET + = 28200,000 $ ET + = 27200,000 $ ET - = 22L’esthétiqueune source de beautéA l’achat d’un obtenez lespa pedicurede votre choixvernis tendanceainsi qu’un petitcadeau surprise!Épilation à l’électricité (filaments jetables)Épilation (cire tiède et chaude)FacialMaquillageMassages (relaxation et thérapeutique)Manucure, pédicureSoins du corps (enveloppement, exfoliation, soin du dos)Teinture des cils et sourcilsEsthéticienne, électrolyste ettechnicienne en massothérapieCarine St-AmourPropriétaire(819) 827-0944 41, chemin Groulx, Cantley QC J8V 3M6Certificats cadeauxReçus d’assurance en massothérapieDépositaires des produitsQuincaillerie CantleyMatériaux de construction / Building MaterialsBon choix de :Terre noire, terre à jardin, terre à surface ...Paillis, tout pour le jardinage44 The ECHO of CANTLEY, June 2006Heures d’ouvertureLundi, mardi et mercredi 7 h 30 à 18 h 00Jeudi et vendredi 7 h 30 à 20 h 00Samedi 7 h 30 à 17 h 00Dimanche 9 h 00 à 16 h 00267, montée de la Source, Cantley 827-3778

More magazines by this user
Similar magazines