Héliski - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch

Héliski - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch103


104


En Suisse, on retiendra trois compagniesde référence :Hélicoptère Service, Air Zermattet Air Glaciers : les compagniestoutes en rapport avec des guideschevronnés et diplômés, invitentà survoler et skier les sommets etles glaciers les plus connus deSuisse à des altitudes qui varienten moyenne de 3300m à3700m. C’est du côté valaisanqu’on a le plus de choix dans lesdéposes en jouant sur les frontièressuisse, française et italienne.CôtéVerbier et Zermatt, ontrouve la concentration la plusélevée de sommets. Verbier al’avantage de proposer troisdéposes assez proches avec unevingtaine de variantes pour chacuned’entre elles. On a le choixentre le massif du Trient, le PetitCombin ou le Pigne d’Arolla.Zermatt laisse le choix entre troisdéposes et l’on s’oriente alorsvers le Mont Rose, l’Alphubeliochou l’Italie à Cervinia. CôtéCrans-Montana, on skie sur leWildhorn. Pas question de consommerles " runs " comme au Canadamais on profite sur une oudeux reprises des domaines grandioses.Même si les vols sont illimitésdans le temps et dans l’année,les guides conseillent cependantde combiner sur une journéeune dépose et une randonnée :comme on ne peut décoller endessousde 1100 mètres, plutôtque de se faire "rapatrier " en taxi,on alterne par exemple une descente,une remontée d’1 heure ouplus en peau de phoque pourrejoindre un autre col et glisser jusqu’àla vallée.Air Glacier varie les plaisirs eneffectuant certaines déposes enavion Pilatus Porter au départ deSion. Sensations garanties.105sportsetloisirs.ch


106


Les moins sportifs et les contemplatifs profiterontde vols panoramiques de 10 à 60minutes dans toutes les Alpes valaisannesavec possibilité de se poser pour boireun verre de fendant.Hélicoptère Service :téléphone : 41 27 327 30 60Air Glaciers : 41 27 329 14 15Air Zermatt : 41 27 966 86 86Bureau des Guides à VerbierLA FANTASTIQUE-Ecole de ski & d’alpinisme-Bureaudes Guides-Verbier :+41 27 771 41 41Si l’héliski reste dans le collimateur desautorités de certains pays, il est un prolongementdes remontées mécaniquesen Italie. Attention aux horaires et auxpériodes dans l’année. On ne peut voleraprès 13 heures et les déposes démarrentaprès le 1er janvier et s’arrêtent le15 mai. Neuf déposes dans la valléed’Aoste sont à couper le souffle : entreCourmayeur, Valgrisenche et Cervinia.Les itinéraires varient en fonction du niveaudes skieurs. Parmi les déposes les plusgrandioses, celle du Mont Fortin dans lavallée de Courmayeur. L’endroit garantitneige poudreuse jusqu’en avril, grâce àson exposition. Le col de Trelate à 3660mètres dans le massif du Mont Blanc estun itinéraire fascinant pour alterner frissonset émotions. Le Dôme du Goûter, lieumythique de haute montagne qui culmineà 3810 mètres d’altitude est une desdescentes les plus vertigineuses.Plusieurs formules de sept à quatre jourssont proposées avec possibilité de choisirune ou plusieurs descentes parmi lesmeilleures du secteur retenu. Le logementse fait à l’hôtel Perret (Fraz. Bonne, 2 Valgrisenche39 01 65 97 107)Héliski Cervinia :39 01 66 949 267 ou39 33 56 948 316Héliski Valgrisenche :39 348 712 19 60,Héliski Courmayeur : 39 01 65 842 064ou 39 0165 842 357Du côté du Mont Rose, 4 atterrissages permettentd’alterner les difficultés : le col deVerra à 3009m, le col de Félik à 4100m,le refuge Sella à 3005m et le col du Lysà 4270m avec la fabuleuse descentesur Zermatt, véritable " vallée blanche "italienne. Chaque atterrissage accèdesur 4 ou 5 lignes de descente et différentsvallons. On passe du facile au très difficileavec des couloirs assez raides du côtéd’Alagna et des accès moins pentus enallant sur Gressonney.L’hébergement se fait à l’Hôtel Dufour,un repère qui ne manque pas de cachet.www.guidemonterosa.com Hôtel DufourFraz–Edelboden 1100 Gressoney La Trinité: 039 0125 36 61 39En France, l’héliski est interdit mais certainescompagnies de guides organisentdes formules au départ de Chamonix engénéral. Évolution 2 a créé un nouveauconcept d’aventure personnalisée. Représentéedans des magasins partenaires, cetteécole de ski originale propose de l’héliskien Suisse, Italie et dans le Caucase.En Italie, les déposes se font sur des sommetsentre 3500 et 3700m en zone glaciaireet entre 2700 et 2800m en zonenon glaciaire. On peut cumuler entre 3et 4 reprises dans la journée. En Suisse,les déposes amènent en général sur ledomaine de Verbier. On peut aussiprendre l’hélicoptère au niveau de d’Orsièresou au-dessus de Martigny : on skiealors sur le glacier du Tour avec possibilitéde redescendre côté glacier d’Orly,rattraper Orsières pour une autre reprisevers le Petit Combin.Evolution 2 : 08 20 82 10 84.107sportsetloisirs.ch


108


Interview Thierry Donnard :Réalisateur du film " La Nuit de la glisse " depuis 1984, Thierry Donnard a construitsa vie autour de la montagne. Ce pionnier de l’héliski a survolé les plus grandssites de la planète et c’est la part de rêve, d’aventure qu’il libère en nous à traversses récits en images. Du 100% fraîcheur, pure blancheur. Sans additifs nicolorants. Immaculée conception…de l’héliski.Claire Buart : Quelle est votre vision de l’héliski ?Thierry Donnard : L’idée selon laquelle l’héliski est un facteur de pollution etdangereux est totalement obsolète. Les arguments écologiques me paraissenthypocrites dans le sens où la pollution à long terme et définitive, ce sont plutôtles constructions immobilières et les remontées mécaniques intempestives.Face à ces enjeux commerciaux inavoués, l’héliski a bon dos. Au contraire, l’héliski,contrôlé bien sûr, préserve des espaces de liberté et limite l’invasion de promoteurspeu scrupuleux. Et aujourd’hui sur les pistes surpeuplées, on a plusde chance de se faire percuter par un skieur qui se prend pour Herman Maier !Quant aux animaux qui vivent en montagne, ils sont moins surpris par le bruitde l’hélicoptère qu’ils entendent de loin, que par certaines manoeuvres mili-109sportsetloisirs.ch


taires aéronautiques ! Je me souviensd’un jour où nous volionsporte ouverte et je revois encore cetaigle, à 30 mètres en parallèle dela machine. Il devait se demanderquel était cet oiseau qui planait simal à côté de lui !Les pilotes d’Europe sont desamoureux de la nature et de lamontagne. Leur métier est physiquementéprouvant et dangereuxet c’est la seule passion qui lesguide dans leur mission. En Suisse,l’hélicoptère fait partie de la viesociale, économique, sans parlerde l’aspect sécuritaire. C’est unvéritable centre de vie et le parcd’appareils est tel, que n’importequel événement peut être couvertpar l’hélico. À la différence degrosses compagnies " charters "américaines par exemple, lesguides sont diplômés, chevronnéset responsables de leur groupeet la compagnie ne joue que lerôle de transporteur. En plus, ilssont libres dans le choix de leuritinéraire ce qui élimine les " autoroutes" surchargées de skieurs.Encore un point important faceaux détracteurs de l’héliski : laprésence obligatoire d’un guide, cequi n’est pas toujours le cas chezcertains randonneurs…En habitantChamonix, j’ai la chance deskier régulièrement en Suisse quireste mon sport favori car c’estun terrain de jeu extraordinairequi offre des déposes de grandesqualités et extrêmement variées.L’héliski doit répondre à l’attentede liberté et de plaisir solitairemême s’il est forcément partagé etdonc solidaire. C’est ce qui fait leparadoxe et la densité de cetteaventure. On monte dans uneespèce de gros insecte qui bourdonneet nous " largue " (le motest fort car l’hélico reste toujoursà portée de talkie-walkie) dans lesilence d’un désert blanc. Impressionnantet magique.C.B : Y-a-t-il un niveau de ski exigéet un équipement particulier ?T.D : Il faut bien entendu, unebonne condition physique car onest en haute montagne avec desconditions atmosphériques unpeu hors norme qui peuvent changerrapidement. Le plaisir et lasécurité passent par un certainniveau technique : une bonneexpérience du hors-piste permetd’appréhender différentes neiges.On peut trouver de la poudreuse,de la neige soufflée, croûtée, transforméeen bas des glaciers oumême mouillée. Il faut donc êtrecapable de maîtriser son ski danstoutes ces conditions. Quant aumatériel, on utilise plutôt des skislarges mais pas trop car en cas dechute, l’inertie est plus forte et cesont alors les genoux qui prennent.D’où l’importance d’unebonne préparation physique etd’une musculature conséquente.C.B : Quelles sont les consignes desécurité ?T.D : Première consigne : écouterle guide. Comme le capitaine estmaître à bord de son bateau, leguide est maître de son groupe.Avant de décoller, il y a un briefingsécurité au cours duquel onvérifie le matériel. Accessoireindispensable et obligatoire pourchaque personne : l’ARVA (Appareilde Recherche de Victimed’Avalanche). On s’assure que lespiles sont neuves, on contrôle sonutilisation, sa maîtrise en cas deproblème, notamment le passagedu mode émission en mode réception.On montre les premiersgestes de survie en cas d’avalanche.Une fois dans l’hélicoptère,le boss, c’est le pilote aidéde son assistant au sol. On enprofite pour rappeler les consignesde sécurité et pour apprécier lepaysage !! Sur le lieu de dépose,c’est le guide qui décharge les skis110


de tout le monde. Les gens descendenten s’éloignant de deuxmètres de la zone de risque (lespales), se mettent à l’abri, accroupis,sans remonter dans la pente,en restant dans le champ de visiondu pilote et en gardant toujours envue l’hélico. Ensuite, c’est le guidequi prend les commandes,sachant que le risque zéro n’existepas !… Il descend toujours lepremier, teste l’endroit, se met àl’abri et fait descendre les gensun par un. Il faut surtout éviterd’exposer le groupe en mêmetemps.C.B : Quels sont les plus beauxsouvenirs de déposes que vousgardez de vos voyages ?T.D : Dans le monde ? Plusieurs !La Cordillère des Andes reste unendroit mythique et mystique…Mais l’Alaska est un de mes souvenirsles plus forts. Le dépaysementest total et l’on trouve unequalité de neige exceptionnelledans des pentes raides à perte devue. Nous avions volé 45 minutesdans un paysage d’une autredimension. 45 minutes au milieude glaciers de 30 kilomètres delong, de sommets à plus de4000mètres d’altitude. Partout à360° la montagne en reine. Quandle bruit de l’hélico a fait place ausilence sur le lieu de dépose, nousavons pris pleinement consciencede la puissance et de la majestédes éléments. Nous avons réaliséque nous vivions une expériencehumaine hors du commun.De notre humilité et de notre solidaritédépendait notre sécurité.L’absence de lien avec le " monde" scellait nos vies et nousdevions avoir une confiance absolueentre nous. Nous étions seulsavec nous-même et seuls avec lesautres. Nous allions faire " notre" trace. L’aventure pouvait commencer.111sportsetloisirs.ch

More magazines by this user
Similar magazines