note méthodologique

uwe.be

note méthodologique

NOTE METHODOLOGIQUELe Produit Intérieur BrutCette note méthodologique provient pour partie des « Éléments conceptuels et méthodologiques des comptesrégionaux – Mars 2008 » de la BNBwww.nbb.be1. DéfinitionLe Produit Intérieur Brut nominal (PIB) est un indicateur économique utilisé pour mesurer lesrichesses créées dans un pays ou une région. Il est défini comme la valeur totale de la productioninterne de biens et services, au cours d'une année donnée, par les agents résidant à l’intérieur duterritoire national ou régional.Le Produit intérieur brut réel, ou en volume, est la valeur du PIB nominal corrigée des variations deprix, c'est-à-dire de l’inflation ou de la déflation. En d’autres termes, le PIB réel est une mesure de lacréation de richesses d’une économie en gardant les prix constants d’une année à l’autre. Ceci permetde mesurer de la "vraie" croissance économique.2. ContexteLa Banque Nationale de Belgique publie chaque année les chiffres du produit intérieur brut réel pourla Belgique. Cependant, cet indicateur n’est pas calculé pour les régions. L’UWE a donc décidé d’enfournir une estimation, basée sur la méthodologique développée par la BNB pour établir le PIB réelnational. Commençons par définir les variables qui sont prises en compte dans le calcul.3. La valeur ajoutée brute aux prix de base, aux prix de l’année précédente3.1. DéfinitionLa valeur ajoutée (VA) est une notion d'économie qui permet de mesurer la valeur créée par un agentéconomique. La VA sert également d'assiette à la TVA. Les agents économiques qui créent de lavaleur ajoutée sont nombreux. On citera par exemple les entreprises, les organisations, ou encore lesecteur public.Pour chaque agent économique, la valeur ajoutée représente la différence entre la valeur des produits(le chiffre d'affaires) et la valeur des achats faits pour exercer l'activité (marchandises,consommations intermédiaires : matières premières, services, ... ).1


3.2. La valeur ajoutée en volumeDans les comptes nationaux publiés par la BNB, la conversion des prix courants en prix de l’annéeprécédente 1 est réalisée par branche d’activité. Par branche d’activité, la production et laconsommation intermédiaire sont déflatées à l’aide de l’indice de prix le plus adéquat. La valeurajoutée brute par branche d’activité aux prix de l’année précédente est alors obtenue par différenceentre la production et la consommation intermédiaire, toutes les deux exprimées en prix de l’annéeprécédente.A cette méthode générale, il existe une exception: la production de l’enseignement non marchand estestimée, en volume, à l’aide d’un indicateur direct de volume, c.-à-d. le nombre d’élèves - heure partype d’enseignement et par région.3.3. Passage aux données régionalesAfin de pouvoir étudier l’expansion économique des régions en volume, la valeur ajoutée brute auxprix de l’année précédente par branche d’activité est répartie comme la valeur ajoutée brute aux prixde base à prix courants (méthode générale). Cela signifie qu’un seul indice de prix, c’est-à-dire celuidu Royaume, est utilisé pour une même branche d’activité, quelle que soit la région. En d’autrestermes, il n’est pas tenu compte d’éventuelles différences régionales de prix par branche d’activité(l’information de base n’étant pas, ou pas suffisamment, disponible).3.4. Le secteur publicPour les branches du secteur des administrations publiques, à l’exception de l’enseignement, laméthodologie suivie est différente. La rémunération des salariés est la composante principale de lavaleur ajoutée des administrations publiques. Les négociations salariales ne s’effectuent pas au niveaunational mais bien au niveau des communautés. Utiliser le même déflateur de prix pour toutes lesunités géographiques du pays nie cette réalité. Comme évoqué au point précédant, il n’existe pasaujourd’hui assez d’information pour constituer un déflateur de prix au niveau régional. Alors, pourestimer aux prix de l’année précédente la valeur ajoutée des administrations publiques - à l’exceptionde l’enseignement - la méthode prend pour hypothèse que les variations de volume par unitégéographique ne sont dues qu’aux différences d’évolutions de l’emploi auprès des administrationspubliques par unité géographique. L’inflation n’est donc pas prise en compte.4. Passage de la valeur ajoutée brute aux prix de base au produit intérieur brut (à prixcourants)4.1. DéfinitionLe produit intérieur brut (PIB) est la somme des valeurs ajoutées brutes aux prix de base, augmentéedes impôts sur les produits (taxe sur la valeur ajoutée incluse), diminuée des subventions sur lesproduits.1 Jusqu’à et y compris les comptes nationaux de septembre 2005, les estimations en volume se faisaient en prix d’une année de base fixe(2000). A partir de septembre 2006, les estimations en volume se font en prix de l’année précédente et en euros chaînés.2


4.2. Difficultés méthodologiquesLa répartition régionale porte sur la valeur ajoutée aux prix de base. Pour les autres composantes duPIB, les États membres, qui définissent ensemble les règles applicables aux comptes SEC, ne sont pasparvenus à adopter une position commune, malgré des discussions approfondies. Certains payssouhaitaient ventiler suivant le lieu de production les impôts et subventions sur les produits ainsi queles importations et la TVA, alors que d’autres donnaient la préférence à une répartition basée sur lelieu de consommation. En fin de compte, il a été décidé d’imputer ces autres composantes du PIB auxunités NUTS sur base de la répartition de la valeur ajoutée brute aux prix de base, toutes branchesd’activité confondues.5. Le calcul du PIB réel régionalEn suivant la méthodologie détaillée plus haut, on peut établir une estimation du PIB régional envolume. La formule retenue est la suivante :PIB réel régional= VA aux prix de base de la région+(euroschainés)[ Part régionale dans la valeur ajoutée belge × ( Impôts sur les produits - subvention sur les produits ) ]• La valeur ajoutée aux prix de base régionale (en euros chainés) est directement fournie par laBNB.• Cette série permet également de calculer la part des régions dans la valeur ajoutée belge.• Ce rapport permet d’estimer la part des impôts et des subventions sur les produits à attribueraux différentes régions.• Une estimation du PIB réel régional peut alors être calculée.3

More magazines by this user
Similar magazines