La Lettre - N° spécial Forum 2013 - Cités Unies France

cites.unies.france.org

La Lettre - N° spécial Forum 2013 - Cités Unies France

Evénementfait les conséquences de ces bouleversements.Si la pratique la plus courante est d’analyser ces mouvements en scindant la géographie de cet espace entreAfrique du Nord et Afrique sub-saharienne, il semble aujourd’hui nécessaire et indispensable de comprendre cetespace en l’envisageant dans sa globalité. Connaître les acteurs (Etats, mais aussi mouvements rebelles, acteursétrangers), leurs liens, leurs oppositions dans la zone permet de mieux appréhender les dynamiques en cours et lesenjeux. Mais, la compréhension de cette zone ne saurait se concevoir sans une approche d’ordre sociologique ethistorique. Le Sahel, de par notamment ses conditions écologiques et climatiques, a longtemps fonctionné sur desmodes d’exercices traditionnels du pouvoir que les frontières imposées par les puissances coloniales ont largementperturbé, si ce n’est anéanti, fragilisant de façon structurelle la zone.La conférence permettra de revenir sur ces problématiques afin d’apporter aux collectivités françaises engagéesdans la zone des clés de lecture sur la géopolitique sahélienne.Président de la séance : Etienne Butzbach, maire de Belfort, président de la communauté d’agglomérationBelfortaine• Comment l’action internationale mobilise les autres politiques publiques ?Cet atelier est le fruit d’une collaboration avec l’Association des Professionnels de l’Action Européenne etInternationale (ARRICOD)13Les questions qui se posent : Si l’action extérieure et l’accompagnement des jumelages est l’apanage des servicesrelations internationales et européennes, ceux-ci doivent encore asseoir leur légitimité. Ils sont souvent encoreperçus comme étant faiblement stratégiques au regard des politiques publiques locales.Dans un contexte de crise où l’action extérieure des collectivités peut apparaitre comme « secondaire », Cités uniesFrance et l’ARRICOD contribuent à étoffer l’argumentaire pour la reconnaissance de l’action internationale. Audelà,les services relations internationales doivent valoriser les politiques publiques mises en œuvre sur le territoireet les confronter aux pratiques d’autres territoires. La transversalité entre services et entre élus responsablesapparait également nécessaires pour que la collectivité mette en œuvre une action internationale cohérente.Les objectifs de la réunion : L’objet de cet atelier est de faire état des bonnes pratiques et des collaborationsentre services. Il est aussi d’imaginer l’avenir de ce service au sein de la collectivité. La volonté d’une collectivitéde s’engager dans des actions à l’international peut conduire à la création d’un service même minime. Cependantce service et la volonté politique d’agir sont parfois freinés par un déficit d’information et par un manque dedéfinition claire des rôles de chacun.Ainsi, l’objet de cet atelier est de faire état des bonnes pratiques de collaborations entre services. Il est aussid’imaginer l’avenir d’un tel service au sein d’une collectivité territoriale.- Quelle communication développer en interne autour de l’action internationale ?- Pourquoi d’autres services acceptent-ils de se mobiliser dans des actions à l’international ?- Quelles peuvent être les formes d’une telle mobilisation ?- A l’avenir, quelle peut être la place du service action internationale et européenne au sein d’une collectivitéterritoriale ?

More magazines by this user
Similar magazines