YANOMAMI CHRONOLOGIE - Survival International

assets.survivalinternational.org

YANOMAMI CHRONOLOGIE - Survival International

YANOMAMI CHRONOLOGIE1940 - ANNEES 1960Premier contact durable avec le monde extérieur lorsquele Service de Protection des Indiens du Brésil installedes postes dans la région, et que les missionnairescatholiques et protestants s'y établissent. LesYanomami subissent les premières épidémies de grippe,de rougeole et de coqueluche.1968L'anthropologue Kenneth Taylor, futur directeur deSurvival International (USA), mène une recherche sur leterrain chez les Yanomami du groupe Sanuma. Il est plustard le co-auteur du premier projet de Parc Yanomami,qu'il présente au gouvernement brésilien. Celui-cil'ignore.1973 - 1976Le gouvernement militaire brésilien démarre la constructionde la route 'Périmétrale' nord, en pénétrant profondémenten territoire yanomami. Les conséquences sontcatastrophiques : deux communautés yanomami, sur latrajectoire de la route, sont pratiquement décimées parles maladies introduites par les ouvriers. La populationyanomami de cette zone subit une importante chutedémographique. L'autoroute, partiellement construite,est abandonnée en 1976.1974Survival finance un programme d'assistance médicaleaux Yanomami du Venezuela.1975Premières invasions de mineurs à la recherche d'étain.1978Le gouvernement brésilien propose de diviser le territoireyanomami en 12 aires séparées; s'il avait été approuvé,ce projet aurait entraîné la destruction des Yanomami.Sous la pression des ONG de soutien aux Indiens, leprojet est abandonné.L’ONG CCPY (Commission Pro Yanomami) est créée auBrésil pour défendre les droits territoriaux yanomami.1978-1979Un ambitieux programme agricole attire des colons quis'installent près du territoire yanomami.1979Survival publie son premier bulletin d'action urgente (quisera suivi par beaucoup d'autres) dans lequel ildemande à ses sympathisants de faire pression sur legouvernement brésilien en faveur des droits territoriauxyanomami.ANNEES 1980Les informations sur le potentiel minier du territoireyanomami se propagent. Les invasions s’intensifient.Pour la première fois, Survival, ainsi que deux autresorganisations, déposent une plainte officielle contre legouvernement brésilien devant l'Organisation des EtatsAméricains (OEA). En 1985, l'OEA condamne le gouvernementet l’exhorte à créer le Parc Yanomami.1982Survival soumet pour la première fois le cas Yanomamiaux Nations-Unies.1984Survival, à travers sa section française, contribue aufinancement d'une campagne de vaccination menée parMédecins du Monde et la CCPY. Celle-ci durera jusqu'àce que les équipes soient expulsées par le gouvernementen 1985-87.1985Première base militaire construite sur le territoireyanomami. D'autres bases suivront. Les tensionsmontent entre les communautés yanomami et lessoldats qui prostituent les femmes indiennes et répandentdes maladies vénériennes.1986Une nouvelle ruée vers l'or s'engage sérieusement.1987- 199040 000 orpailleurs environ travaillent illégalement sur lesterres yanomami, répandant la malaria et la grippe,contre lesquelles les Indiens ne sont pas immunisés.Jusqu'à 90 pistes d'atterrissage illégales sont construites.L'usage du mercure pour isoler l'or empoisonnemassivement l'eau des rivières et les poissons que lesYanomami consomment.1987 - 1993On estime à 20% le nombre de Yanomami décédés à lasuite d'infections pulmonaires, de malnutrition et demalaria introduites par les chercheurs d'or.1988Le gouvernement décrète que le territoire yanomamisera divisé en 19 aires séparées, une réplique quasiexacte de sa proposition de 1978. 70% du territoireindien sera exclu. En réponse, Survival coordonne desmanifestations devant les ambassades brésiliennes de20 pays. Elles seront largement retransmises à latélévision brésilienne. Des manifestations régulièresauront lieu durant les 3 années suivantes.1989Survival reçoit le Prix Nobel Alternatif (Right LivelihoodAward) et invite le leader yanomami Davi Kopenawa auRoyaume-Uni et en Suède pour recevoir la récompenseen son nom. C'est la première fois qu'un porte-paroleyanomami quitte le Brésil. L'événement crée un vifintérêt auprès des médias et du public.A la demande des Yanomami, Survival crée un fondsd'aide médicale d'urgence pour soutenir le projetd'assistance sanitaire de la CCPY. Durant plusieursmois, ce sera la seule source de financement du projet.1


1990Le gouvernement propose la création de trois zonesminières en plein cœur du territoire yanomami pourpermettre aux mineurs de travailler légalement. Ce plansera abandonné plus tard.ANNEES 1990Sous la croissante pression nationale et internationalede ce que le Prince Charles appelle une “effroyableforme de génocide collectif”, le gouvernement brésilienfait plusieurs tentatives pour expulser les mineursclandestins, mais beaucoup reviennent illégalement.1991Le président Collor annonce que le gouvernement vadélimiter tout le territoire Yanomami (9,6 millionsd'hectares).1992Le territoire Yanomami est délimité juste avant que leBrésil n’accueille le premier Sommet pour la Terredes Nations-Unies, à Rio de Janeiro. Avec plus de9,6 millions d'hectares, c'est le plus vaste territoire d'unpeuple indigène au Brésil. Ajouté à la zone occupée parles Yanomami du Venezuela, c'est le territoire indigèneen forêt tropicale le plus étendu au monde.199316 Yanomami (principalement des personnes âgées etdes enfants) sont massacrés par des chercheurs d'ordans la communauté d'Haximú. 22 mineurs sont arrêtés.1995A la demande de Davi Yanomami, la CCPY démarre unprojet d'éducation bilingue avec les communautésyanomami, soutenu par Survival. Son but est depermettre aux Yanomami de défendre eux-mêmes leursdroits.19965 orpailleurs sont inculpés de génocide et condamnés à19 et 20 ans de réclusion pour le massacre d'Haximú.1999Urihi, une ONG créée par des membres de la CCPY,fournit une assistance médicale aux Yanomami. LesYanomami sont formés aux métiers du secteur médical.Le taux de malaria chute grâce à la présence permanentedes équipes sanitaires dans la région.2000Un tribunal brésilien accorde aux mineurs coupables degénocide le droit de faire appel.2003Expansion de l'installation des colons sur les terresyanomami. Leurs techniques d'abattis et brûlisassèchent la forêt, en causant des incendies dévastateurs.2004Urihi cesse d'exister alors que le gouvernement prenden charge l'assistance médicale. Le chaos s'ensuit. Lamalaria se propage à nouveau.Les Yanomami créent leur propre organisation,Hutukara.2006La Cour Suprême du Brésil maintient sa décision decondamner pour génocide 5 mineurs, pour le massacred'Haximú.2007Des leaders indiens, dont Davi Kopenawa Yanomami,protestent contre la proposition du Congrès d'ouvrir lesterres indigènes à l'exploitation minière.•“POURQUOI JE CONTINUE A ME BATTRE ?PARCE QUE JE SUIS EN VIE. JE CROISEN MON COMBAT. JE ME BATS POUR LESJEUNES, POUR LES ENFANTS... POUR QUEMON PEUPLE NE MEURE PAS.”Davi Kopenawa, Yanomami, Brésil2

More magazines by this user
Similar magazines