Atelier 3 - Cités Unies France

cites.unies.france.org

Atelier 3 - Cités Unies France

Restitution de l’atelier 3 : Créer les conditions de lisibilité et de la complémentarité des interventions (outils de lisibilité,de communication, comité de suivi et d’évaluation des actions de coopération décentralisée.)QUESTIONS. REPONSES. RECOMMANDATIONS-ACTIONS.1. Quelle complémentarité entre lesdifférents acteurs ?• Nécessité de prendre encompte les spécificités descontextes :Il s’agit de mettre en place des outilsélargis afin de toucher non seulementles chefs lieux de commune mais aussiles localités environnantes et lesvillages ruraux.Cette prise en compte des contextes nedoit pas seulement se situer au niveaugéographique mais aussi au niveau desmodalités de mise en forme de cescoopérations ( coopérations diffusesqui se caractérisent par des actions trèsciblées), il convient donc d’éviter lestravers de l’institutionnalisation deces coopérations.• Réflexions sur les modalitésde mise en place d’une banquede données portant sur desprojets de coopérationdécentralisée afin de faciliter lalecture des acteurs, des modesd’interventions, des domaines,des financements….dans le butde constituer des sortes defiches techniques des projetsen cours ou déjà réalisés.• Création d’une banque de donnéesrassemblant les acteurs et lesréalisations de la coopérationdécentralisée. Cet outil doit êtresimple, pratique, interactif et sipossible diffusé en temps réel. Cettebanque de données doit à tout prixéviter de revêtir la forme d’un atlasexhaustif. La banque de données sedestine avant tout aux acteurs, auxélus, aux ONG et auxassociations…• Utilisation du support radio dansles zones les plus reculées nebénéficiant pas de nouvellestechnologies. La radio semble êtreun vecteur efficace decommunication et de diffusion del’information auprès despopulations.• Lister et prendre en considération lesprojets de coopérationdécentralisée européennes (nonfrançaises) en matière dedéveloppement.MAITRISED’OUVRAGE.• CUF• AMM• RAME en tant quetrait d’union entre lessociétés civilesmauritaniennes etfrançaises.Restitution de l’atelier 3 .15/01/2008 1


2. Quelle réflexion sur l’évolution dela coopération décentralisée ?2.1 Renforcement de la place desfemmes dans la société.2.2 Prise en compte des jeunes dans ledéveloppement local.2.3 Développer les autres formes de lacoopération décentralisée.2.4 Mieux assurer le secteur privé.Prendre en compte les prioritéssuivantes :La situation et la place des femmesdans la société (représentationéquitable des femmes au sein desdifférentes fonctions d’où des quotassuggérés);Les jeunes doivent être acteurs dudéveloppement local et se fixer sur unterritoire ;Appui à la production agricole etartisanale, développement intégré duterroir, appui au développementdurable respectueux del’environnement,Inciter le secteur privé à participer auxactions de coopération• AMM• Walis• CUF• RAME• Nécessité d’impliquer lesstructures existantes(communes, associations etrégions) afin d’identifier desrôles précis.Réflexions à mener sur les outils, pourune lisibilité et une complémentaritéd’intervention entre ces structures. Ilconviendrait pour les communesd’effectuer en amont un diagnosticrecensant les difficultés vécues et deles soumettre aux partenaires.• Professionnalisation des actions etinstitutionnalisationdesinterventions :- formation des maires et renforcementdes capacités ;- implication des experts locaux- intercommunalité ;- organisation et collaboration des mairesau niveau des régions ;- collaboration plus étroite entre le Waliet l’AMM pour un croisement et unemeilleure diffusion de l’information.Restitution de l’atelier 3 .15/01/2008 2


• Rédaction de Plans deDéveloppement Locaux (PDL)afin de porter la coopérationdécentralisée (outils de référenceau service des acteurs).• Trouver les mécanismesnécessaires pour assurer lapérennité des actions(problèmes liés aux électionsen France et en Mauritanie).• Mise en place de réunionsrégulières avec les élus à la suite dechaque élection mauritanienne etfrançaise.3. Quelles sont les attentes de part etd’autre ?• Nécessité de la mise en placed’un cadre à différenteséchelles pour diffuser lesinformations.Il paraît nécessaire de redynamiser lacharte de Coopération Décentraliséeet de prévoir les organes les plussusceptibles de suivre cette coopérationentre l’AMM et la CUF en créantnotamment des relais aux niveauxrégional et au niveau local.• Mise en place de lieux decoopération (ex : maison de lacoopération dans le Gorgol) oùpourraient se tenir des journées« portes ouvertes » sur lacoopération décentralisée.• AMM• CUFRestitution de l’atelier 3 .15/01/2008 3

More magazines by this user
Similar magazines