Spécialiste FMH en rhumatologie - Société suisse de rhumatologie

rheuma.net.ch

Spécialiste FMH en rhumatologie - Société suisse de rhumatologie

F O E D E R A T I O M E D I C O R U M H E L V E T I C O R U MSpécialiste enrhumatologieProgramme de formationpostgraduéedu 1 er janvier 2002(Chiffres 3 et 4 révisésle 24 avril 2003)Elfenstrasse 18tél. 031 / 359 11 11awf@hin.ch3000 Berne 16fax 031 / 359 11 12http://www.fmh.ch/awf


2Spécialiste en rhumatologieProgramme de formation postgraduéePar la présente publication, le Comité central de la Fédération desmédecins suisses (FMH) met en vigueur, au 1er janvier 2002, leprogramme de formation postgraduée révisé pour l'obtention dutitre de spécialiste en rhumatologie.1. Généralités1.1 Description de la spécialitéLa rhumatologie est la branche de la médecine qui s'occupe dudiagnostic et du traitement non chirurgical des maladies et des troublesdouloureux et fonctionnels de l'appareil locomoteur. Elle englobe lesmaladies inflammatoires des muscles et du squelette, du tissu conjonctifet des vaisseaux, les affections dégénératives des articulations et de lacolonne vertébrale, les troubles métaboliques ayant des conséquencessur l'appareil locomoteur, les affections des parties molles, les maladiesosseuses ainsi que les maladies des organes internes et du systèmenerveux qui ont un rapport particulier avec les affections rhumatismales.La rhumatologie requiert par conséquent de vastes connaissancesinterdisciplinaires, notamment endecine interne, en orthopédie, enneurologie et en neurochirurgie, endecine physique et réadaptation,endecine psychosomatique, etc.Le rhumatologue doit connaître à fond l'étiologie, la pathogenèse etl'épidémiologie des maladies relevant de sa spécialité. Son activités'appuie principalement sur le diagnostic, avec les méthodes de laclinique et du laboratoire, l'imagerie médicale et les techniquesd'investigation particulières. A cela s'ajoutent le traitement et la «gestion»de la maladie, qui, en plus des méthodes pharmacologiques, englobentles techniques d'injection, les traitements dedecine manuelle, laphysiothérapie et la réadaptation, les mesures technico-orthopédiques,l'ergothérapie, l'ergonomie et l'assistance psychosociale.D'autre part, le rhumatologue doit posséder des connaissances sur lepronostic, la prévention et l'importance médico-sociale des affectionsrhumatismales et avoir de l'expérience dans la pose de l'indication desinterventions chirurgicales sur l'appareil locomoteur.


31.2 Objectifs de la formation postgraduéeLa formation postgraduée en rhumatologie doit permettre au futurspécialiste en rhumatologie d'acquérir les connaissances et lestechniques nécessaires pour exercer, sous sa propre responsabilité, dansl'ensemble de la rhumatologie, ce qui peut comprendre les activitéssuivantes:• gestion d'un cabinet médical de spécialiste;• activité de consultant;• conduite médicale d'un service de rhumatologie (stationnaire etambulatoire d'une clinique ou d'un hôpital, ou rattaché à un cabinetmédical);• travail d'information du public et de prévention des maladiesrhumatismales.2. Durée, structure et dispositions complémentaires2.1 Durée et structure de la formation postgraduéeLa durée totale de la formation postgraduée est de 6 ans, dont• 2 à 3 ans endecine interne (formation non spécifique) et• 3 à 4 ans en rhumatologie (formation spécifique).Au maximum 1 an de la formation postgraduée spécifique peut êtreaccomplie dans l'une des disciplines suivantes:• médecine physique et réadaptation• neurologie• immunologie clinique• médecine du travail• chirurgie orthopédiquePour ces disciplines à option, 2 périodes de 6 mois chacune peuvent êtrereconnues.Formation postgraduée non spécifiqueAu moins une année de formation endecine interne doit être accompliedans un établissement de formation reconnu en catégorie A.


4Formation postgraduée spécifiquea) La formation postgraduée en rhumatologie ne peut commencerqu'après deux ans endecine interne clinique.b) Au moins la moitié de la formation postgraduée en rhumatologie doitêtre accomplie en Suisse, dans un établissement de formationreconnu en catégorie A.c) La formation comprend au moins six mois dans un établissement decatégorie B et 6 mois au maximum dans un établissement decatégorie C.d) La moitié de la formation spécifique peut être acquise à l'étranger sil'établissement choisi correspond à un centre de formation suisse decatégorie A. Il est toutefois recommandé de requérir l'approbationpréalable de la Commission des titres.2.2 Dispositions complémentairesa) Participation à deux congrès annuels de la Société suisse derhumatologie (SSR).b) Participation à deux cours de formation continue de la SSR.c) Acquisition des qualifications techniques requises pour les examensradiologiques à fortes doses, conformément aux directives del'Ordonnance sur la radioprotection (cf. annexe 1).d) Participation en tant qu'auteur ou coauteur à une publication dans ledomaine de la rhumatologie dans une revue médicale avec «peerreview».e) Validation d'une activité à temps partiel pour autant que le tauxd'occupation ne soit pas inférieur à 50% et, le cas échéant, qu'aumoins 1 an des 3 ans de formation spécifique soit accompli à pleintemps.f) Validation de six mois au plus d'assistanat au cabinet médical d'unspécialiste en rhumatologie figurant sur la liste des cabinets médicauxreconnus par la SSR, dans le cadre de la 4 e année de formationspécifique.


53. Contenu de la formation postgraduéeLe contenu de la formation postgraduée consiste principalement en:3.1.1 Connaissances en anatomie, biochimie, physiologie, biomécanique,physiopathologie de la douleur ainsi qu'en biologie cellulaire etmoléculaire et en génétique présentant un rapport avec lesaffections rhumatismales.3.1.2 Connaissances fondamentales concernant les affections rhumatismales,en rapport avec leur épidémiologie, leurs causes, la pathogenèse,la pathologie et l'évolution de la maladie.3.1.3 Connaissances fondamentales concernant l'anamnèserhumatologique, en particulier du point de vue des premièresmanifestations de la maladie, de l'évolution clinique et dudiagnostic des complications.3.1.4 Connaissances fondamentales de l'examen clinique, de ladocumentation et de l'interprétation des symptômes et desrésultats des examens rhumatologiques.§3.1.5 Connaissances fondamentales de l'anamnèse, de l'examenclinique, de l'évaluation et du suivi de patients présentant desmaladies multisystémiques rhumato-inflammatoires.3.1.6 Connaissance de l'anamnèse, de l'examen clinique, del'évaluation et du suivi de patients présentant des affections nonrhumatismales inhérentes aux domaines de la médecine interne,de la neurologie, de la neurochirurgie, de l'orthopédie, de latraumatologie, de l'ophtalmologie et de la dermatologie et jouantun rôle dans le diagnostic différentiel des affections rhumatismales.Reconnaissance des troubles somatiques et compréhension desaspects psychosomatiques.3.1.7 Connaissance des modifications générales et spécifiquesintervenant dans les systèmes hématologiques, immunologiques,biochimiques et histopathologiques, liées aux affectionsrhumatismales et osseuses.3.1.8 Connaissances fondamentales dans l'indication et la valeursignificative des procédés d'imagerie médicale (radiographiesstandard, CT, myélographie, myélo-CT, IRM, techniques radioisotopiques,ultrasons) pour les affections rhumatismales del'appareil locomoteur.


63.1.9 Connaissances fondamentales dans l'indication et l'interprétationde méthodes telles que la mesure de la densité osseuse et lesexamens par ultrasons en cas de maladies osseuses.3.1.10 Connaissances dans l'indication et la valeur significative desinvestigations neurologiques spéciales (EMG, ENG, potentielsévoqués), utiles pour le diagnostic des problèmes rhumatismaux.3.1.11 Connaissances fondamentales concernant les affectionsrhumatismales spécifiques liées à l'âge (enfance, adolescence,âge adulte, après 65 ans), y compris pour le traitement desfemmes enceintes.3.1.12 Connaissances spécifiques et expérience dans les urgencesrhumatologiques et les situations considérées comme urgentespar le patient.3.1.13 Connaissance fondamentale de l'indication, des modes d'action etdes examens de contrôle concernant les médicaments prescritspour des affections rhumatismales.3.1.14 Connaissance fondamentale du rôle des professionsparamédicales et affiliées dans le traitement des affectionsrhumatismales (personnel soignant, physiothérapeutes,ergothérapeutes, psychologues, services sociaux).3.1.15 Connaissance et expérience des concepts dedecine manuelledans le diagnostic et le traitement.3.1.16 Connaissances dans la formation des patients (conseil,prévention), formation de base dans les aspects socioéconomiqueset juridiques des affections rhumatismales, par lebiais d'un contact direct avec des professionnels du domaineparamédical et social ainsi que d'autres groupes travaillant avecles handicapés (Ligue Suisse contre le rhumatisme, ProSenectute, Pro Infirmis). Connaissances fondamentales etexpérience des expertises en matière d'affections rhumatismaleset de séquelles d'accident, et connaissance des bases spécifiqueset légales s'y rapportant (assurance-invalidité, SUVA, assurancemilitaire, assurances privées).3.1.17 Connaissances dans l'utilisation de moyens auxiliaires technicoorthopédiques.3.1.18 Connaissances des mesures chirurgicales pour les affectionsrhumatismales, et particulièrement en ce qui concerne leurindication, le suivi postopératoire ainsi que les principes de base.


7Capacité à effectuer dans ces cas une contre-expertise (secondavis) pour une intervention chirurgicale sur l'appareil locomoteur.3.1.19 Connaissances dedecine complémentaire en ce qui concerneles affections rhumatismales.3.1.20 Connaissance des principes et de la pratique de la rechercheclinique, de l'analyse des données et de la documentation.Participation à des publications sous supervision, travail qui nepeut coïncider avec celui effectué pour l'obtention du doctorat.Preuve de l'aptitude à former du personnel médical etparamédical.3.1.21 Connaissance des médicaments usuels en rhumatologie et dessubstances utilisées à des fins diagnostiques telles que lesproduits de contraste (pharmacocinétique, interactions et effetssecondaires importants, notamment en cas de co-médication etd’automédication, de même que prise en compte de l’âge et del’insuffisance des organes lors du dosage), ainsi que de leur utilitéthérapeutique (relation coût-efficacité).3.1.21 Connaissance des bases juridiques concernant la prescription desmédicaments (loi sur les produits thérapeutiques, loi sur lesstupéfiants, loi sur l’assurance-maladie et principalesordonnances relatives à l’emploi des médicaments, notamment laliste des spécialités).3.1.22 Connaissance du contrôle des médicaments en Suisse ainsi quedes principes éthiques et économiques applicables en la matière.3.2 Exigences pratiques particulières3.2.1 Maîtrise des techniques d'injection (ponction, aspiration,infiltration) intra-articulaires, périarticulaires, ainsi que destechniques d'injection de la colonne vertébrale (bloc sacré,infiltration interépineuse et péridurale) et dans les parties mollesen rapport avec l'exécution d'infiltrations sous contrôleradiologique en cabinet, actes pour lesquels s'applique laréglementation OFSP en vigueur. Analyse du liquide synovial.3.2.2 Connaissance de l'indication des ponctions-biopsies synoviales.3.2.3 Connaissance de la synoviorthèse.3.2.4 Connaissance et expérience de l'application clinique desméthodes physiothérapeutiques suivantes: kinésithérapie active et


8passive, méthodes de traitement neurophysiologiques,gymnastique médicale, relaxation, traitements axés sur lesprocessus d'apprentissage, méthodes passives telles quel'électrothérapie, la mécanothérapie, les massages (y compris lesméthodes spéciales), l'hydrothérapie et la thermothérapie.• aptitude à élaborer et à superviser des programmesdifférenciés et ciblés de traitement physiothérapeutique, ainsiqu'à déterminer l'indication de thérapies spéciales. Aptitude àcontrôler l'efficacité d'un traitement à l'aide d'un bilan standard;• aptitude à effectuer des examens, notamment dans le cadre decontre-expertises (second avis), destinés à déterminer lepotentiel encore inexploité d'un traitement physiothérapeutiqueet à vérifier l'indication d'un programme de suiviphysiothérapeutique;• aptitude à diriger un institut de physiothérapie.3.2.5 Connaissance de la balnéothérapie et des possibilitésthérapeutiques des cliniques rhumatologiques et de réadaptationen Suisse et dans les pays frontaliers. Connaissance etexpérience de l'indication d'un traitement dans ces cliniques.3.2.6 Connaissance et expérience de la réadaptation de longue duréede patients atteints d'affections de l'appareil musculosquelettique.Connaissances fondamentales permettant d'élaborer et desuperviser d'un point de vue interdisciplinaire des programmes deréadaptation, en tenant compte des instruments à disposition, dela planification et de la gestion des séances de réadaptation pourles patients souffrant de troubles de l'appareil locomoteur.Compréhension du rôle des membres de l'équipe chargée deréadaptation. Aptitude à collaborer avec les organisations activesdans la réadaptation et dans l'assistance médico-sociale, tellesque la Société suisse dedecine du travail (SSMT), l'AI, laLigue Suisse contre le rhumatisme, Pro Infirmis, les organisationsd'entraide, notamment sous l'angle de l'assistance professionnelleet du recyclage. Aptitude à diriger un centre ambulatoire deréadaptation pour les troubles de l'appareil locomoteur.3.2.7 Aptitude à conseiller les patients, les proches et le personnelsoignant dans les diverses situations auxquelles ils ont à faireface dans le cadre du traitement des maladies rhumatismales.3.2.8 Aptitude à assurer la fonction de consultant d'un service derhumatologie3.2.9 Connaissances et aptitudes relatives aux méthodes de mesured'efficacité utilisées en rhumatologie (p. ex. SF 36, WOMAC, HAQ).


94. Règlement d'examen4.1 But de l'examenLa réussite de l'examen de spécialiste constitue la preuve que le candidata acquis dans l'ensemble du domaine de la rhumatologie lesconnaissances théoriques et pratiques nécessaires pour traiter sespatients avec compétence.4.2 Matière d'examenLa matière d'examen correspond au point 3 du programme de formationpostgraduée.4.3 Commission d'examenLa commission d'examen se compose d’au minimum dix membres, dont:• au moins quatre représentants des médecins hospitaliers, parmilesquels au moins un représentant des facultés• au moins quatre représentants des rhumatologues en pratique privée.La commission d'examen est nommée par le comité de la Société suissede rhumatologie (SSR), tout comme son président qui est choisi parmi lesmembres de la commission.Pour chaque examen oral, le président de la commission d’examendésigne des examinateurs parmi les membres de la commission et lesrhumatologues en pratique privée. L’équipe des examinateurs, dontl'effectif varie en fonction du nombre de candidats, se compose:• d'au moins 3 membres de la commission d'examen, et• d'au moins 2 représentants des rhumatologues en pratique privée.Selon les besoins, le président peut nommer un remplaçant, former dessous-commissions et confier des tâches spéciales à des institutionsspécialisées.Les détails sont réglés dans le règlement et les dispositions d’applicationde la commission d’examen.4.4 Type d'examenL'examen comprend 2 parties:4.4.1 Examen écrit (1 ère partie)Questions à choix multiple. Durée: 3 heures pour 120 questions.


104.4.2 Examen pratique oral (2 e partie):Le candidat doit répondre à 9 questions sur la base d'un cas clinique oude l'analyse de documents (OSCE). Ces questions portent notammentsur: l'anatomie, la physiopathologie, la clinique, la technique d'examen dupatient, le laboratoire, la radiologie, les moyens thérapeutiques(médicaments, physiothérapie, chirurgie) et la connaissance desstructures sociales, y compris les compétences sociales et decommunication.Durée minimale: 2 heures4.5 Modalités de l'examen4.5.1 Moment de l'examenIl est recommandé de passer l'examen de spécialiste durant la dernièreannée de la formation postgraduée réglementaire. Le candidat doit avoirréussi l’examen écrit (1 ère partie) avant de pouvoir se présenter àl’examen oral (2 e partie).4.5.2 Lieu et date de l'examenL'examen se déroule dans un lieu fixé par la commission d'examen. Lelieu, la date et le délai d’inscription sont annoncés 6 mois à l’avance dansle Bulletin des médecins suisses.4.5.3 Procès-verbalUn procès-verbal est établi pour l'examen écrit et oral.4.5.4 Langue de l'examenL'examen oral peut se dérouler en français, en italien ou en allemand,selon la préférence du candidat.4.5.5 Taxe d'examenLe comité de la SSR fixe le montant de la taxe d'examen, montant qui estpublié avec l'annonce de l'examen dans le BMS.En cas d'annulation de l'inscription pour des raisons majeures jusqu'à unmois avant la date d'examen, la taxe d'examen est remboursée.4.6 Critères d'évaluationLes deux parties de l'examen (examen écrit et examen pratique oral) sontévaluées au moyen de la mention «réussi» ou «non réussi». L'examenest considéré comme réussi lorsque les deux examens ont été passésavec succès.


114.6.1 Examen écritLes formulaires QCM sont transmis à l'IAWF (Institut für Aus-, WeiterundFortbildung) de l'Université de Berne pour dépouillement.4.6.2 Examen oralPour réussir l'examen oral, le candidat doit répondre correctement à aumoins 7 des 9 questions posées.4.7 Répétition de l'examen et recoursLe résultat de l'examen doit être communiqué au candidat par écrit.Les deux parties de l'examen peuvent être répétées séparément etautant de fois que nécessaire.En cas d'échec, le candidat peut contester la décision négative dans undélai de 30 jours auprès de la Commission de recours pour les titres deformation postgraduée (CR TPF).En cas de divergence manifeste entre le résultat de l'examen et lesappréciations des certificats FMH, le candidat peut en plus demander, àl'intention de la CR TPF, les prises de position des responsables desdeux derniers établissements de formation.Demeure réservée, la présentation d'un recours à la Commission fédéralede recours.5. Critères de classification des établissements de formationpostgraduée5.1 Etablissements de formation postgraduéeLes établissements de formation en rhumatologie sont répartis en 3catégories:• catégorie A (2 ans)• catégorie B (1 an)• catégorie C (6 mois)5.1.1 Catégorie A (2 ans)Cliniques universitaires de rhumatologie ou centres comparables qui, enplus de la couverture des besoins de base régionaux en rhumatologie,assurent les fonctions de centre hospitalier, conformément aux critèresde classification du point 5.2.


125.1.2 Catégorie B (1 an)Services de rhumatologie autonomes ou cliniques de grands hôpitauxcantonaux ou régionaux assurant la couverture des besoins de baserégionaux en rhumatologie, conformément aux critères de classificationdu point 5.2.5.1.3 Catégorie C (6 mois)Cabinets médicaux et services hospitaliers spécialisés en rhumatologie etrépondant aux critères de classification du point 5.2.5.2 Critères de classificationRhumatologie clinique A B CCaractéristiques de la cliniqueFonction de centre rhumatologique + - -Couverture des besoins de base en rhumatologie + + +Service hospitalier, nombre minimal330 200 -d'admissions par anPoliclinique/service ambulatoire, nombre minimal 2000 1500 500de consultations par anEquipe médicaleMédecin-chef spécialiste en rhumatologie + + +Médecin-chef à plein temps, chargé+ - -d'enseignement universitaire, spécialiste enrhumatologieRemplaçant avec titre en rhumatologie + + -- chargé d'enseignement universitaire + - -Postes de formation postgraduée réguliers + + +Rapport chefs de clin./assistants: au moins 1:2 + + -InfrastructureService autonome et ambulatoire + + -Disciplines médicales représentées (intégrées):Médecine intensive + - -Médecine interne + + -Orthopédie + + -Neurologie + + -RadiologieRadiographie conventionnelle + + +Scintigraphie, CT, IRM + - -


13Rhumatologie clinique A B CExamens fonctionnels ultrasonographiques de + + -l'appareil locomoteurMédecine psychosomatique/psychiatrie + +Laboratoire général et spécialisé + + -Laboratoire de recherche + - -Physiothérapie + + -Ergothérapie + + -Bibliothèque: documentation générale et+ + +spécialisée, y compris les branches de base,vidéothèque, recherche de documentation enligneFormation postgraduéePossibilité d'atteindre l'ensemble des objectifs de + - -formationCours/sessions de formation postgraduée,4 2 1heures par semainedont formation interne à la clinique/présentation 3 1 1de cas, heures par semaineFormation postgraduée interdisciplinaire, heures 1 1 0par semaineDocumentation et statistique sur les prestations + + +Concept de formation postgraduée structuré etprésentation détaillée de la matière enseignée+ + ++ obligatoire- pas nécessaire6. Dispositions transitoiresTout candidat terminant sa formation postgraduée selon l'ancienprogramme de formation d'ici au 31 décembre 2004 peut demander àrecevoir le titre selon les anciennes prescriptions du 1er janvier 1996.


14Annexe 1Radiologie et radioprotection1. Généralités1.1 L'article 11, alinéa 2, de l'Ordonnance sur la radioprotection prévoitune formation postgraduée pour la pratique des techniquesradiologiques à but diagnostique nécessitant des doses élevées.Les candidats à l'obtention du titre de la spécialité doivent parconséquent savoir:a) pratiquer des radiographies du squelette, bassin inclus;b) utiliser l'amplificateur de brillance.Les examens et les interventions ci-dessous font partie intégrantede la formation:a) radiographies du squelette:• colonne cervicale: clichés de face et de profil, obliques,fonctionnels, transbuccaux, apophyse odontoïde de profil enextension maximale;• colonne dorsale: clichés de face et de profil;• colonne lombaire: clichés de face, de profil, obliques etfonctionnels;• bassin de face (Barsony), hanche (axial, p. ex. Lauenstein,ou «en faux profil» selon Lequesne);• pointage de toutes les vertèbres et de toutes les parties dubassin, notamment de la symphyse;b) travaux à l'amplificateur de brillance: interventions et injectionsà but diagnostique et thérapeutique, plus particulièrement:1) facettes articulairesarticulations sacro-iliaqueslors de:injections épiduralesétudes fonctionnelles2) mesures diagnostiques ou thérapeutiques sur lesarticulations périphériques.


152. Conditions2.1 Posséder une formation reconnue par l'OFSP en radiologie etradioprotection et avoir réussi l'examen (cf. art. 18, al. 2, del'Ordonnance sur la radioprotection).2.2 Justifier chaque examen exigé sous le point 3 dans un journalpersonnel de radiologie.3. Contenu de la formation postgraduée3.1 Comme pour les techniques de radiologie conventionnelle à dosesfaibles, l'enseignement doit tout particulièrement soulignerl'importance de la radioprotection dans l'application des techniquesde radiologie nécessitant des doses élevées. Il convientnotamment:• d'assurer de façon générale une protection optimale de lapersonne (connaissance des principes de base de laradioprotection);• de connaître les risques et les moyens d'optimaliser les dosesdes examens nécessitant des doses élevées;• de connaître la source des rayonnements utilisés;• de connaître la dosimétrie, y compris le produit dose-surface;• de pouvoir justifier l'application des rayons ionisants (indicationsstrictes);• de connaître les valeurs limites des doses;• de disposer de connaissances en anatomie et pathologieradiologiques.3.2 Formation pratiqueLes connaissances d'anatomie radiologique et l'interprétation sonttransmises lors de colloques radiologiques réguliers. Ils font partie del'organisation de base des centres de formation et sont pris en comptelors de l'examen de spécialiste.La pratique individuelle des radiographies du squelette doit être réaliséesous la direction de formateurs (selon l'infrastructure de l'hôpital, il s'agitd'experts de la société de discipline ou de spécialistes en radiologie).Il en va de même pour l'utilisation de l'amplificateur de brillance. Lestechniques ainsi que le nombre d'examens obligatoires pour la formationsont consignés dans un journal.


163.3 Contenu de la formationPour répondre aux exigences de la formation, il faut avoir réalisé50 examens du squelette, dont au moins:• 20 sur la colonne lombaire;• 10 sur le bassin;• 10 sur la colonne cervicale;• 10 sur la colonne dorsale.Le nombre minimal d'examens réalisés au moyen de l'amplificateur debrillance sur la colonne vertébrale doit être de:• 10 sur les facettes articulaires;• 20 sur les articulations périphériques, dont 5 au moins sur lesextrémités inférieures.4. Exigences pratiques4.1 Pendant la période de formation, le candidat pratique, sous lecontrôle d'un formateur, le nombre d'examens exigés sur despatients réels après avoir posé l'indication et rédige un rapport pourchaque cas.4.2 Le candidat tient un journal dans lequel il inscrit tous les examensqu'il a pratiqués personnellement sous le contrôle de sonformateur. Le journal doit contenir dans chaque cas l'indicationexacte pour la radiographie, le réglage technique, les rectificationséventuelles, le rapport radiologique et la signature du formateur.4.3 A la fin de sa formation, le candidat envoie son journal, le certificatattestant la réussite de l'examen, la liste des injections pratiquéeset les autres justificatifs éventuels à la société de disciplinemédicale pour contrôle.4.4 L'examen de rhumatologie peut comporter des questions portantsur la radiologie et la radioprotection.


175. Etablissements de formation / FormateursLa formation est assurée par l'intermédiaire de formateurs.Les formateurs sont des experts des sociétés de discipline concernées.Nommés par le comité de la Société suisse de rhumatologie, ils doivent:• être porteurs du titre de spécialiste en rhumatologie, endecinephysique et réadaptation ou en radiologie;• exercer leur activité dans le cadre d'un établissement reconnu pour laformation en rhumatologie ou endecine physique et réadaptation etdisposer des connaissances et de l'expérience nécessaires;• exercer dans un établissement dont l'infrastructure répond auxexigences techniques actuelles.S'il n'y a pas de formateur reconnu dans l'établissement où travaille lecandidat, celui-ci peut pratiquer les examens à l'amplificateur de brillancedans un autre établissement de formation reconnu.6. Dispositions transitoiresTout candidat terminant sa formation postgraduée pour le titre despécialiste en rhumatologie jusqu'au 31 décembre 2003 sera dispendel'obligation d'acquérir la qualification pour les examens radiologiquesimpliquant de fortes doses.Bern, 10.06.2003/pbWB-Programme/rheumatologie_version_internet_f.doc

More magazines by this user
Similar magazines