LA CIVILISATION FRANÇAISE

tinread.usb.md

LA CIVILISATION FRANÇAISE

cente photographie. Il s'installe à Lyon comme portraitiste et devient assez rapidementun photographe de renommée régionale, immortalisant sur « plaques sensibles» le monde politique et artistique lyonnais. Les enfants aident souvent leurpère dans l'atelier. À Lyon, Antoine connaît un très grand succès. À la recherched'innovations, ils installent, dès 1880, un éclairage électrique. Ce nouvel éclairageest pratique, car il permet une réduction significative des temps de pose; de plus,cette innovation est également une curiosité qui attire la clientèle. Dès 1851, etpendant une trentaine d'années, les photographes utilisent des plaques qui demandaientdu temps de préparation importants avant et après l'exposition. En effet,la plaque, pour qu'elle conserve toute sa sensibilité, était préparée quelques minutesavant la prise de vue et elle devait être développée immédiatement aprèsl'exposition. Antoine essaie tout d’abord de perfectionner les procédés de développementphotographique et transforme, peu à peu, le sous-sol du magasin enlaboratoire de chimie. Bientôt, en rationalisant les premières études de son père, ilmet au point de nouvelles surfaces sensibles et, à dix-huit ans, se lance dans lafabrication industrielle de plaques sèches. Au début, la production est artisanale,tous les produits chimiques sont achetés chez le pharmacien voisin. Mais le succèsde l'entreprise est pourtant rapide et une usine est installée à la périphérie de Lyon.En 1883, l'« étiquette bleue », produit exclusivement Lumière, connaît ungrand succès auprès des amateurs. Toute la famille s’investit dans cette activité:les sœurs aident à l'usine de fabrication, Mme Lumière excelle dans la retouchedes photographies et Auguste travaille à l'atelier photographique avec son père.L'évolution et la création technologiques sont un souci constant chez les frèresLumière. Ainsi, en 1885, apparaissent les premières pellicules souples, que lesfrères Lumière fabriquent très rapidement.En 1891, la recherche photographique des frères Lumière s'oriente versl'obtention d'images en couleurs. Après deux ans de recherche, cette techniquemontre ses limites: les couleurs ne sont pas toujours reproductibles, et les tempsde pose restent trop longs. Les frères Lumière s'orientent progressivement vers denouveaux procédés photochimiques. En 1900, à l'occasion de l'Exposition universelle,les visiteurs peuvent admirer des épreuves en couleurs d’une assez bonnequalité des frères Lumière. Les problèmes de fabrication et de mise au point sontpeu à peu résolus, et, en 1904, Louis Lumière publie dans un compte rendu àl'Académie des sciences le procédé pour obtenir des photographies en couleurs.Les frères Lumière ne sont pas seulement des inventeurs; ils sont égalementdes pionniers du cinématographe. Le cinéma apparaît comme le résultatd'une lente évolution des techniques. Dès la lanterne magique l'image animéefascine; en fait, les images étaient fixes, mais le démonstrateur pouvait par desmanipulations habiles donner l'illusion du mouvement.Vers le milieu du XIX -e siècle, des appareils plus élaborés permettaient desuggérer l'impression de mouvement qui était conçu sur la base d'une série de dessinsanimés d'un mouvement rotatif. Le Praxinoscope de Reynaud, le Phénakistis-- 211 -

More magazines by this user
Similar magazines