LA CIVILISATION FRANÇAISE

tinread.usb.md

LA CIVILISATION FRANÇAISE

sur la terre, de ne pas perdre la tête, de se méfier des flatteurs, d’essayer de ne jamaisdécevoir. Je vis, je m’inquiète, je m’indigne contre la guerre, contre le racisme.J’ai en mémoire une phrase de Pasteur: Je ne te demande pas quelle est tareligion, quelle est la couleur de ta peau, dis-moi ta souffrance».Le plus beau compliment qu’on puisse lui faire est de dire qu’elle est unechanteuse populaire.Juliette GrécoJuliette Gréco - l’éternel féminin « Noire et blanche, c’est la reine de lanuit. Gréco est le chef-d’oeuvre unique de Gréco. Elle ne sera jamais prise pourune autre et aucune autre ne porra jamais l’imiter » (François Maurice).Elle devient un mythe avant même d’avoir accompli son destin; elle entredans la légende des chanteurs français du XX -e siècle à l’âge de 20 ans. Elle chantela fatalité des amours déçues, les nostalgies infinies, les larmes heureuses, la trivialitédes heures déchues. Muse des poètes aujourd’hui disparus, elle incarnel’image indestructible de la jeunesse d’après guerre dans Paris rendu aux Français,meurtri mais revenu à la vie; elle symbolise ce Paris-Canaille, intellectuel et cosmopolite,mais aussi l’insolence de la liberté. Conquérante, fragile, séductrice, rebelle,déchirée, croqueuse d'hommes, secrète, sauvage, drôle, provocante, romantique,sarcastique, voluptueuse, sensuelle, blessée, violente, impudique, éperdue,distante et puis soudain si proche... Et toujours « scandaleuse », car le scandaleétait dans l’air du temps qu’elle symbolise.«Elle incarnait le courage de l’après-guerre. Elle était évidemment Paris,la rive gauche et pour un Américain du Nord qui n’était pas familier de ces choses,il y avait trois êtres connus Sartre, Camus et Gréco.Piaf c’était la rue, le coeur brisé, la romance de Paris; Gréco avait uneposition plus en retenue, plus sévère, elle donnait l’impression d’avoir une viepassionnée, de traverser des désastres sans occulter l’existence. Elle incarnait cettemerveilleuse confusion que les Français ont inventée entre l’intellect et le corps »(Léonard Cohen).En février 2002 elle fête ses 75 ans et ses chansons hantent encore biendes mémoires. Gréco est son mystère, son image de femme fatale, celle qui s’absente,qui pointe à l’horizon, joue de son apparence et s’en sert dangereusement.Vedette, monument, symbole, elle n’est pas oubli, mais mémoire. Elle n’est pasécho du passé, mais résonnance du présent. Que va-t-elle devenir, elle ? Elle n’ensait rien. Elle ignore encore qu’elle va chanter. Partout. Longtemps. Toujours...MistinquetteLa reine du music-hall... Quelle résonnance peuvent avoir ces mots aujourd’hui?Toutes ses chansons: Ça, c’est à Paris, Mon homme, Je cherche unmillionnaire. Ces chansons ont fait le tour du monde, mais ce n’est pas sûr que ceschansons légères n’aient pas pu vivre leur vie en oubliant le nom de celle qui les amises au monde lorsqu’elles entrèrent au royaume du patrimoine quasi-folkloriqueMistinquette, née le 5 avril 1873, s’appelait Jeanne Bourgeois, on comprend pour-- 44 -

More magazines by this user
Similar magazines