Télécharger - Avignon

avignon.fr

Télécharger - Avignon

Le Grand Avignon, acteurmajeur des fêtes de NoëlAprès une première édition qui a tenu toutes ses promesses, le Grand Avignon rééditeson festival des Nuits de l’Avent.Du 19 novembre au 18 décembre 2011, cette 2 e édition de complicité musicale sedéroulera durant la période de l’Avent sur le territoire du Grand Avignon.Les 13 communes accueilleront une grande variété de formations. Toujours placésous le signe de la fête universelle de Noël, ce festival poursuit ses objectifs de qualité,convivialité et découverte afin de vous livrer des spectacles festifs, joyeux dans uneatmosphère poétique.La programmation conjuguera le raffinement des choeurs d’enfants, la poésie de lamusique de chambre, l’éclat des grandes formations symphoniques sans oublier lachaleur et le rythme des soirées corses, russes, occitanes et bretonnes.Laissez vous bercer par ces beautés et venez partager ces instants d’émotions et deconvivialité.Des moments de grâce à partager en famille ou entre amis.


Partie I : Présentationcommuniqué de presse« Les Nuits de l’Avent » 2 e éditionLes 13 concerts du Grand Avignondu 19 novembre au 18 décembre 2011La Communauté d’agglomération du Grand Avignon initie pour la 2 e année en partenariatavec les 13 communes de son territoire, un moment culturel célébrant les fêtesde Noël du 19 novembre au 18 décembre 2011 : « Les Nuits de l’Avent ».C’est un voyage à travers la diversité des styles - musique baroque, chœurs d’enfants,musique tzigane, soirée corse, cuivres et percussion... - que proposent les Nuits del’Avent dont la programmation répond à un souci d’authenticité, de qualité, et d’ouvertureau plus grand nombre.Vous aurez ainsi l’occasion d’y apprécier des œuvres profanes et sacrées interprétéespar des ensembles vocaux et instrumentaux de grand talent.Un concert gratuit sera programmé dans chaque commune, invitant ainsi à un parcourspatrimonial à travers les églises, salles de concerts et lieux insolites de notreterritoire.Cet événement symbolise un moment de paix et de partage, en famille ou entre amis.Tous les concerts sont gratuits. Renseignements et inscriptions sur le site www.lesnuitsdelavent.com.Service communication du Grand Avignon :Ludovic MOREL - Directeur de la communication04 90 84 47 14 - 06 26 95 10 15Email : ludovic.morel@agglo-grandavignon.frEmmanuel WISS - Chargé de communication04 90 84 47 96 – 06 28 46 42 21Email : emmanuel.wiss@agglo-grandavignon.fr


13 communes, 13 concrets,sur 2 régions, 2 départementsCaumont sur Durancesamedi 19 novembre I 20H30 I Eglise de CaumontA Ceremony of CarolsVelleronvendredi 25 novembre I 20H30 I Eglise de VelleronNoël NouveletSaint Saturnin lès Avignonsamedi 26 novembre I 17H I Salle La PastourelleCantem NadalSazesamedi 26 novembre I 20H30 I Salle des Fêtes de SazeCanti di Corsica e fanfare polifonicaJonquerettesdimanche 27 novembre I 17H I Eglise de JonquerettesMusic for a whileAvignon - Montfavetvendredi 2 décembre I 20H30 I Eglise de MontfavetGloriaEntraigues sur la Sorguesamedi 3 décembre I 20H30 I Eglise d’EntraiguesOratorio de NoëlVilleneuve lez Avignondimanche 4 décembre I 17H I Collégiale de VilleneuveOratorio de NoëlVedènesamedi 10 décembre I 20H30 I Espace Bardi VedèneNoël russeRochefort du Gardvendredi 16 décembre I 20H30 I Eglise de RochefortLa Nuit transfiguréeLe Pontetsamedi 17 décembre I 17H I Auditorium du Grand AvignonSymphonie des jouets et autres douceursMorières lès Avignonsamedi 17 décembre I 20H30 I Espace culturel FolardDiagonale des MersLes Anglesdimanche 18 décembre I 17H I Forum des AnglesTransantlantique


Partie II : Les ConcertsCaumontsur DuranceSAMEDI 19 NOVEMBRE 201120H30Eglise Saint SymphorienChoeur d’enfantsde l’Opéra National de ParisDirection : Gaël DarchenA Ceremonyof CarolsA (Christmas) carol est un chant de Noël. Benjamin Britten a ici mis en musiquecinq Noëls médiévaux et quatre poèmes anglais du XVI° siècle. Au début («procession»),et à la fin («récession»), le choeur entre puis sort en chantant l’hymnegrégorien «hodie Christus natus est». La harpe, qui accompagne l’ensembleavec une grande justesse d’expression, intervient seule dans un «interlude»plein de poésie. Britten composa cette oeuvre en mars 1942, à bord ducargo qui le ramenait dans sa patrie après trois ans passés en Amérique.Le dépouillement, la fraîcheur et la simplicité de ces pièces correspondent peutêtreà un besoin de retour aux sources les plus vives qui étreint chaque hommeaux périodes les plus bouleversées de son existence.La Maîtrise des Hauts de SeineChœur d’enfants de l’Opéra National de ParisOfficiellement sacrée Choeur d’Enfants de l’Opéra National de Paris en 1995,cette maîtrise tient désormais le haut du pavé international dans sa discipline.Les petits chanteurs ne comptent plus les étoiles avec lesquelles ils ont eu l’occasionde collaborer ou de partager la scène. Avec une trentaine de pays répartissur les cinq continents à leur tableau de chasse musicale, ils sont égalementdevenus de merveilleux ambassadeurs de la musique vocale française. Lessollicitations de prestige n’ont pas manqué au cours de ces dernières années.Autre témoin de la qualité musicale de la Maîtrise des Hauts-de-Seine, toutautant que de son amour de la découverte, sa discographie chamarrée illustrecôte à côte Mozart et Britten, Pergolèse et Vivaldi, des opéras rock ou desbandes originales pour le grand écran.Gaël DarchenDirecteur de la Maîtrise des Hauts-de-Seine/Choeur d’Enfants de l’Opéra Nationalde Paris depuis 1999, Gaël Darchen se veut avant tout garant de l’espritet de la qualité des choeurs qui la constituent. Dès son arrivée, il développeune pédagogie originale basée sur l’accession à la musique parl’envie et construit une maîtrise à géométrie variable qui a permis à cetensemble de devenir la référence en matière de choeur d’enfants. Chef invitépar les grandes institutions musicales internationales, il est unanimementreconnu comme l’un des meilleurs spécialistes des voix d’enfants.Dossier de Presse : LES CONCERTS5


Partie II : Les ConcertsVelleronVendredi 25 novembre20h30Eglise Saint MichelChoeur de Garçonsde MulhouseNoël NouveletJean-Michel Schmitt dirige le Choeur de Garçons de Mulhouse depuis 1981,après avoir été lui-même petit chanteur puis ténor. Sans sa passion, son dévouementtotal à l’engagement qu’il a pris et sa recherche permanente de laperfection, le choeur cesserait d’exister. Il est en effet nécessaire de former lavoix de chaque enfant, souvent encore imprécise en timbre et limitée en puissance,par des répétitions régulières. C’est ensuite un travail de patience et depersévérance qui permettra la séparation des voix au sein du choeur : sopranoet alto pour les enfants, ténor et basse pour les adolescents et adultes.ProgrammeChants de NoëlChants sacrésSpiritualsChants profanesMendelssohn, Cornélius,Adam, Caccini, StraussLe Chœur de garçonsCrée en 1948, le Chœur de Garçons mulhousien, conduit par Jean-Michel Schmittet accompagné au piano par Luc Marin, est composé d’une quarantaine degarçons, adolescents et adultes. Après leur journée de travail scolaire, ils répètentdeux fois par semaine par pupitre, avant de mettre en commun, avec leurs« grands frères » ténors et basses, le répertoire appris. C’est ainsi que, depuisplus de 60 ans, plusieurs générations de Petits Chanteurs sillonnent les routesd’Alsace, de France et de Navarre. A l’instar de tous les Petits Chanteurs issusde la Fédération Nationale et Internationale des Pueri Cantores dont ils fontpartis, ils n’ont cessé de chanter et d’enchanter aussi bien sur leur bonne terred’Alsace que dans toutes les régions de France, d’Allemagne, de Pologne, deTchéquie, de Norvège, de Hongrie ou du Canada. En août 2004, c’est en Chinequ’ils se sont fait les petits ambassadeurs de France et en août 2008, en Russie,ils ont représenté Mulhouse et la France lors du festival «Singing World» de StPetersbourg. Partout où ils passent, ils suscitent la curiosité, l’émotion et l’admirationde leurs hôtes. Les Petits Chanteurs, qui viennent de sortir leur 5èmealbum, ont brillamment remporté, en mai dernier, le 1er prix au concours internationalde chant scolaire de Mulhouse. Ils ont également été lauréats du Prixde la Chorale européenne décerné par la Fondation Européenne pour la Culture.Dossier de Presse : LES CONCERTS6


Partie II : Les ConcertsSaint-Saturnin-Lès-AvignonSamedi 26 novembre17hSalle La PastourelleUn Noël Baroque OccitanCantem Nadalles artistes :Equidad Bares : chant percussionRenat JURIE : chant percussionGuy BERTRAND : chant, hautbois, flûtes,clarinettes, tambourin béarnaisFlavio LOSCO : violonNirina Bougès : violonEtienne MANGOT : viole de gambe, violoncelleJean-Pierre CANIHAC : cornet à bouquinDaniel LASSALLE : sacquebouteJean-Marc ANDRIEU : chant, flûte, percussionsUn Noël Baroque OccitanLes noëls de langue d’oc constituent sans doute le témoignage le plus précieuxsur la qualité poétique et la justesse descriptive de cette langue, qu’il s’agissedu vocabulaire ou des tournures de langage parlé. Textes plein d’humour etde tendresse, les noëls ont permis depuis le XVIIe siècle, un peu partout enFrance, à des auteurs le plus souvent anonymes de s’exprimer dans la languedu peuple, qu’il s’agisse du breton, du franco-provençal, du français ou commeici de la langue occitane. Le manuscrit 4.485 de la bibliothèque d’Avignon estun recueil de noëls composés entre 1570 et 1610 par le bas personnel du Chapitrede Notre-Dame des Doms en Avignon. Ces noëls en langue provençalesont restés longtemps méconnus, sans doute cachés par l’ombre de l’illustreSaboly (1614-1675), qui exerça ses talents d’organiste et de noëlliste quelquescinquante ans plus tard. Les Noëls de Notre-Dame des Doms sont modestes,issus de cette verve populaire que signale l’origine des auteurs. Sans doutejouent-ils une forme de parodie, où la naïveté affectée de certaines situations estlà pour rappeler le caractère pastoral des personnages.Catem NadalUn ensemble instrumental et vocal constitué de douze musiciens issus des deux mondes(Les Passions et les Sacqueboutiers pour la musique baroque et des instrumentistes etchanteurs traditionnels) parcourt en chants de Noël l’immensité d’un territoire regroupantla Provence, le Languedoc, l’Auvergne, le Limousin, la Gascogne, la Catalogne et l’Aragon.Voyage dans le temps aussi, puisque les sources musicales exploitées dans les arrangementsvont du XVIe au XIXe siècle. Partant de ce constat est née l’idée d’un ConcertImaginaire, réunissant des musiciens baroques et traditionnels, une rencontre, une créationconfrontant, unissant les deux esthétiques : l’une, originale, des musiques traditionnellesvivantes, mémoire de ces chants toujours connus et pratiqués pour la période deNoël, et l’autre, celle des musiques baroques, riche d’une abondante littérature ancienne,de pratiques et d’instruments en pleine réhabilitation. Ce travail suppose une écriture, uneinvention qui soit proche des sources, et en même temps parfaitement appropriée auxesthétiques et aux répertoires qui seront abordés.Dossier de Presse : LES CONCERTS7


Partie II : Les ConcertsSazeSamedi 26 novembre20h30Salle des FêtesSoirée corseCanti dicorsica e fafarepolifonicales artistes :Claude Bellagamba : voix, guitareFrançois-Philippe Barbolosi : voix, violonLaurent Barbolosi : voix, violon, trompette, guitareJérôme Casalonga : voix, clarinette, percussionsUgo Casalonga : ceteraNando Acquaviva : cetera, voixToni Casalonga : pivana, cialamella, ceterina .A CumpagniaCréé en 1978 le groupe A Cumpagnia donne ainsi corps aux travaux de recherchesinitiés par l’association E voce di u Cumune. Chanteurs et musicienss’unissent dans une même envie de préserver le patrimoine musical insulaire. Cesont ces voix, polyphoniques ou monodiques, qui nous restituent un répertoirede chants sacrés (du répertoire populaire aux chants Franciscains) et profanes(de la Paghjella Madrigale e Terzetti au Lamenti e canti d’amore). Le groupenous transmet ces histoires issues de la culture corse, histoires d’amour, devengeance que l’on pouvait entendre dans les différentes pieve de la Corse etdont le groupe perpétue la mémoire. Par la reconstitution d’un instrumentariumpopulaire et grâce au travail du luthier et du facteur de flûtes, les instrumentstraditionnels corses tels a cetera, a pirula, a pivana, a cialembella, a cassella etimpanu (percussions) retrouvent leurs lettres de noblesse. A ces instrumentss’ajoutent ceux dits plus classiques, tels le violon, la clarinette ou la trompetteque leurs musiciens font sonner sur des modes particuliers.Entre tradition et création, le groupe s’exprime dans une parfaite connaissancedes structures poétiques et musicales insulaires.Soirée sous le signe de la tradition et de la modernité des répertoires de l’île de beautéavec deux ensembles prestigieux.Dossier de Presse : LES CONCERTS8


Partie II : Les ConcertsJonquerettesDimanche 27 novembre17hEglise de JonquerettesMusique Renaissanceet BaroqueMusic fora whileles artistes :Béatrice Bourdin : flûteBruno Reinhard : flûteMargaret Lakey Reinhard : orgue , clavecinMarion Déneux : flûteCélia Vakanas : flûteGabriel JUBLIN : contre ténorSam Chapman : luthPrésentationCe concert se donne pour objectif la découverte de répertoire méconnus desmusiques de la renaissance et de l’époque baroque. Il offre à ces deux courantsl’occasion de se raconter, de s’effleurer pour toucher intimement le public.La Musique ElisabéthaineLe règne d’Elisabeth Ière d’Angleterre (1540-1642) fut une période d’une richesseextraordinaire dans le domaine des arts. Cette floraison artistique estdue aux subsides abondants accordés par la reine qui voyait dans le développementde l’art, outre son propre plaisir, une façon de magnifier son image etcelle de son pays. John Dowland fut une figure marquante de cette époque.Sa musique laisse transparaître une personnalité tourmentée et sensible. Soninstrument de prédilection fut le luth pour lequel il écrivit un grand nombre depièces.Programme John Dowland (1563-1626)Henry Purcell (1659-1695)La Musique BaroqueBaroque est un terme venant du portugais barroco signifiant « perle irrégulière ». On peutévoquer le Baroque par quelques mots clés : instabilité, mobilité, métamorphose, prépondérancedu décor et de l’illusion, l’ostentation. Ce style se caractérise par l’emphase, leseffets dramatiques, la tension, l’exubérance et la grandeur.Dossier de Presse : LES CONCERTS9


Partie II : Les ConcertsAvignon-MontfavetVendredi 2 décembre20h30Eglise Notre Damede Bon Repos de MontfavetSoli, chœur et orchestreGloriaDirection : Patrick POUGETDirecteur du Conservatoire du Grand AvignonSollistes :Murielle SOUTY : sopranoLaurence FARICIER : sopranoJacques JARMASSON : trompetteWilliam SAID : trompetteAntonio Vivaldi est ordonné prêtre en 1703. Sa chevelure étant paraît-il d’unroux prononcé (blond….vénitien !) ses contemporains l’affublèrent du sobriquetde « il pretro rosso « (le prêtre roux) Cette même année il est engagé au PioOspedale della Pietà, en qualité de maître de violon. Le Pio Ospedale della Pietàétait une œuvre caritative financée par la Sérénissime République de Venise, etdestinée à venir en aide aux orphelins et orphelines de familles indigentes. Lamusique tenait un rôle de tout premier plan dans l’éducation de ces enfants, etl’institution organisait très souvent des concerts dont le revenu servait à financeren partie les frais de leur éducation. Bien naturellement, Vivaldi comme violonisteet professeur de composition était chargé de l’écriture des œuvres présentées.C’est en 1714 qu’il compose son célèbre Gloria œuvre au style brillantoù alterne joie, émotion et ferveur. Cette pièce est très célèbre dans la musiquesacrée baroque et très représentative de la musique de l’époque.ProgrammeGloria et concertopour deux trompettes de VivaldiNikolaï Rimki-KorsakovMax RegerGuiseppe SammartiniLes artistesOrchestre des CévennesCréé en 1957, l’Orchestre de Chambre des Cévennes est placé depuis 1989 sous la direction artistiquede son violon solo François Gilles. Abordant un très large répertoire (du baroque à nos jours – comprenantplusieurs créations), il se produit dans des lieux réputés (l’Opéra Berlioz, le Corum à Montpellier, laSalle Gaveau ou l’Eglise de la Madeleine à Paris, le Festival du Vigan, le Palais de L’Europe à Menton,le Cratère d’Alès, Le Méjan à Arles…) comme plus intimes.Ensemble vocal CampanaEn 1987, Jean Paul Joly crée le choeur de chambre Campana pour chanteurs et musiciens confirmés; ce choeur se produit seul, ou associé à l’ensemble vocal Olivier Messiaen. Son répertoire est trèsvarié, en musique profane et sacrée, depuis la renaissance jusqu’à un intérêt marqué pour la musiquecontemporaine.Direction : Patrick PougetTitulaire de plusieurs premiers prix du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris),d’un Master de Musicologie et du diplôme supérieur de Direction d’Orchestre de l’Ecole Normalede Paris, Patrick Pouget a dirigé plusieurs ensembles instrumentaux et vocaux en France et en Italie.Il privilégie une approche analytique des oeuvres inspirée du structuralisme, transposable à toutes lesesthétiques. Il est, depuis novembre 2010, directeur du Conservatoire du Grand Avignon.Dossier de Presse : LES CONCERTS10


Partie II : Les ConcertsEntraiguessur la sorgueSamedi 3 décembre20h30Eglise Saint Pierre-aux-LiensMusique BaroqueOratoriode NoëlL’ensemble le Labyrinthe qui s’était illustré dans la première édition avec le Dixitdominus de Haendel revient nous émerveiller dans un programme majestueuxconsacré au Cantor de Leipzig.Wassermusik,de Georg Philip TelemannOuverture pour deux flûtes, deux hautbois, cordes et continuo. Pièce récréative,sans doute écrite pour les concerts publics que Telemann dirigeait régulièrementavec le Collegium musicum pour le très distingué club «GesellschaftFrauenstein» de Römerberg à Frankfurt. Une autre source indique que la suitea été également jouée lors de la célébration des 100 ans de l’Admiralitätskollegiumde Hamburg en 1723. Cette pièce, empreinte d’humour, met quelquespersonnages célèbres de la mythologie dans des situations souvent cocasses,grotesques ou attendrissantes et qui sont autant d’allégories éclairant la viesociale du moment.Le pathos de l’ouverture vient accentuer le trait, opposant une solennité un peudécalée au caractère humoristique du reste de la pièce ; l’ensemble restantd’une rare finesse. Le tout est ponctué d’un passage faisant exploser une joieexubérante. L’Ensemble Baroque du Léman.L’Ensemble Baroque du Léman solistes :Maïlys DE VILLOUTREYS : SopranoBruno LELEVREUR : AltoVincent LIEVRE-PICARD : TénorFrançois BAZOLA :BassePremier violon : Flavio LOSCODirection :Jean-Christophe GAUTHIERWeinachtsoratorium (Oratorio de Noël) BWV 248, de Johann-Sebastian Bach Cantates 1 et 6.Composé assez tardivement (1734), l’Oratorio est en partie fait de reprises de passages de cantatesplus anciennes, notamment les BWW 213, 214 et 215. La structure de chaque cantate, leur agencementdans l’ensemble ainsi que l’excellente adéquation de la musique au texte laisse toutefois penserque Bach a envisagé cette construction dès le départ, composant dans un premier temps une musiquesur des textes profanes avec en arrière-plan ou plutôt en perspective, la mise en musique dutexte sur le temps de Noël.Inspirées du Nouveau Testament, les deux cantates de ce programme, la première et la sixième, rendentcompte respectivement de la naissance de Jésus et du récit des trois rois mages. Ces deuxpassages restent sans aucun doute les moments plus emblématiques de l’œuvre,le caractère jubilatoire et plein de promesse étant largement soutenu par l’emploi des trompettes et destimables. A noter, la dramatisation exemplaire de certains passages, dont Bach restitue là non seulementles faits par le contenu, mais également une idée assez précise de la manière dont les chosesont pu être dites, puis le message intégré reçu par les auditeurs. De ce point de vue, la figure de Marieest d’une rare humanité.Dossier de Presse : LES CONCERTS11


Partie II : Les ConcertsVilleneuvelez avignonDimanche 4 décembre17hCollégiale Notre DameMusique BaroqueOratoriode NoëlL’ensemble le Labyrinthe qui s’était illustré dans la première édition avec le Dixitdominus de Haendel revient nous émerveiller dans un programme majestueuxconsacré au Cantor de Leipzig.Wassermusik,de Georg Philip TelemannOuverture pour deux flûtes, deux hautbois, cordes et continuo. Pièce récréative,sans doute écrite pour les concerts publics que Telemann dirigeait régulièrementavec le Collegium musicum pour le très distingué club «GesellschaftFrauenstein» de Römerberg à Frankfurt. Une autre source indique que la suitea été également jouée lors de la célébration des 100 ans de l’Admiralitätskollegiumde Hamburg en 1723. Cette pièce, empreinte d’humour, met quelquespersonnages célèbres de la mythologie dans des situations souvent cocasses,grotesques ou attendrissantes et qui sont autant d’allégories éclairant la viesociale du moment.Le pathos de l’ouverture vient accentuer le trait, opposant une solennité un peudécalée au caractère humoristique du reste de la pièce ; l’ensemble restantd’une rare finesse. Le tout est ponctué d’un passage faisant exploser une joieexubérante. L’Ensemble Baroque du Léman.L’Ensemble Baroque du Léman solistes :Maïlys DE VILLOUTREYS : SopranoBruno LELEVREUR : AltoVincent LIEVRE-PICARD : TénorFrançois BAZOLA :BassePremier violon : Flavio LOSCODirection :Jean-Christophe GAUTHIERWeinachtsoratorium (Oratorio de Noël) BWV 248, de Johann-Sebastian Bach Cantates 1 et 6.Composé assez tardivement (1734), l’Oratorio est en partie fait de reprises de passages de cantatesplus anciennes, notamment les BWW 213, 214 et 215. La structure de chaque cantate, leur agencementdans l’ensemble ainsi que l’excellente adéquation de la musique au texte laisse toutefois penserque Bach a envisagé cette construction dès le départ, composant dans un premier temps une musiquesur des textes profanes avec en arrière-plan ou plutôt en perspective, la mise en musique dutexte sur le temps de Noël.Inspirées du Nouveau Testament, les deux cantates de ce programme, la première et la sixième, rendentcompte respectivement de la naissance de Jésus et du récit des trois rois mages. Ces deuxpassages restent sans aucun doute les moments plus emblématiques de l’œuvre,le caractère jubilatoire et plein de promesse étant largement soutenu par l’emploi des trompettes et destimables. A noter, la dramatisation exemplaire de certains passages, dont Bach restitue là non seulementles faits par le contenu, mais également une idée assez précise de la manière dont les chosesont pu être dites, puis le message intégré reçu par les auditeurs. De ce point de vue, la figure de Marieest d’une rare humanité.Dossier de Presse : LES CONCERTS12


Partie II : Les ConcertsvedèneSamedi 10 décembre20h30Salle de spectacle BardiMusique traditionnelle ettziganeNoëlRusseHéléna Maniakis : Chant/guitareAbdenor “NoNo” NATOURI : Contrebasse/ChœursAndrei Tasnicenco :AccordéonJérémie Schacre : Guitare soloOlivier Dambezat : Guitare rhytmiqueJean-Philip “Pee-Wee” STEVERLYNCK :Violon/choeursMusique traditionnelle et tziganeC’est autour d’Héléna qu’une guitare manouche, une guitare tzigane, un accordéon,une contrebasse slappée, et un violon, se sont rassemblés afin decélébrer leur passion commune pour cette musique «qui vient du froid», maisqui réchauffe les cœurs et les âmes. Avec une voix chaleureuse, Héléna nousraconte des histoires en musique avec parfois de la mélancolie, souvent de lajoie, à travers les balkans et la Russie du XIXeme. Ces six musiciens issus d’universsi différents (musique classique, jazz, blues & Rock’n’Roll) ont chacun poséjuste ce qu’il faut d’ingrédients afin de tenter d’apporter un peu de leur culturetout en préservant l’essentiel : l’âme de cette musique …Le concert débutera par des chants traditionnels russes en formation réduite,pour se poursuivre par la musique festive et entraînante des Tziganes.Dossier de Presse : LES CONCERTS13


Partie II : Les ConcertsRochefortdu gardVendredi 16 décembre20h30Eglise Saint BardulpheSextuor à cordesLa NuittransfiguréeD’après un poème de Richard Dehmel, cette œuvre fut composée en troissemaines seulement par Arnold Schönberg. Elle relate un dialogue amoureuxentre un homme qui déclare son sentiment et une femme qui avoue attendreun enfant d’un autre homme. L’œuvre s’inspire largement des modes dramatiquesutilisés par Brahms, Wagner ou Richard Strauss. Schonberg démontremagistralement son souci de variation continue avec utilisation de grands sautsd’intervalles et des tournures mélodiques, qu’en son temps les tenants de la« tradition » ne percevaient que comme « extravagances » mais qu’aujourd’huion peut considérer comme le chef d’œuvre de musique de chambre « romantique».On peut considérer le sextuor op 18 de Brahms comme sa première grandepartition de musique de chambre parfaitement maîtrisée. Maîtrise des outils etcomplète assimilation des influences d’un Haydn et d’un Beethoven. Ce sextuorest plein d’une fraîcheur tendrement poétique et son succès fut immédiat.SEXTUOR ARIONYves Chalamon : Médaillé d’or de violon et de musique de chambre en 1979. Il rejointl’Orchestre National de Lyon en 199 après un passage à l’Orchestre de l’Opéra d’Avignon.Il est régulièrement invité à jouer en soliste.Sylvie Négrel : Après avoir décroché le Prix du Ministère de la Culture, Sylvie Négreldevient titulaire en 1986 en qualité de 1er Violon Solo de l’Orchestre Lyrique de RégionAvignon Provence avec lequel elle participe à de nombreux concerts prestigieux.Seungeun Lee : Elle est entrée en 2004 dans la classe d’alto de Tasso Adamopoulos auConservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, où elle obtenu sonpremier prix en juin 2006. Elle affectionne particulièrement les formations de musique dechambre.Corentin Bordelot : Après un premier prix d’alto obtenu à l’unanimité au Conservatoire àRayonnement Régional de Boulogne-Billancourt, il entre la même année au ConservatoireNational Supérieur de Musique et de Danse de Paris obtenant son Prix en mai 2009. Il estmembre de l’Orchestre National de Lyon.Mathieu Chastagnol : Premier prix du Conservatoire de Lyon en juin 2000, en septembre2000, il est nommé co-soliste à l’Orchestre national de Montpellier. Depuis juin2003, il est membre de l’Orchestre National de Lyon.Vincent Falque : Médaille d’or à l’unanimité au Conservatoire de Montpellier. Il rejointl’Orchestre de Bretagne, puis l’Orchestre National de Lyon en 1989. Il se produit régulièrementen formation de musique de chambre.Dossier de Presse : LES CONCERTS14


Partie II : Les ConcertsLe PontetSamedi 17 décembre17hAuditorium du Grand AvignonConcert symphoniqueSymphonie desjouets et autresdouceursDirection : Jérôme PillementMezzo-soprano : Clémentine MargaineViolon : Cordelia PalmLa fin de chaque année se fête en musique … et en amitié. Et l’Orchestre deRégion Avignon Provence s’en voudrait d’oublier cette chaleureuse habitude !Noël sous toutes ses formes : les jouets, un concerto pour la nuit de Noël, deschants populaires profanes, des chants sacrés en latins et… des Christmassongs parmi les plus célèbres !En guides de soirée, les solistes Clémentine Margaine (récente lauréate desVictoires de la Musique) et Cordelia Palm (premier violon de « votre » orchestre),et en Monsieur Loyal, Jérôme Pillement.Programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Camille Saint-Saëns, Jean-JosephCanteloube, Franz Schubert, Charles Gounod, Archangelo CorelliConcert symphoniqueLes jouets : La fameuse « Symphonie des jouets », selon les sources, a une paternitégénéreuse : Wolfgang Amadeus Mozart, Leopold Mozart, Franzjosf Haydn. En fait, sonauteur serait un moine, Edmund Angerer (1740-1794). Quant à l’œuvre, elle est moinsune symphonie qu’un divertissement en trois mouvements où, à côté des instrumentshabituels de l’orchestre, sont employés des jouets musicaux pour enfants : une crécelle,un appeau de coucou, un appeau de rossignol, une trompette et un tambour.La virtuosité pétillante : Introduction et rondo capricioso de Camille Saint-Saëns estune de ces partitions qu’on peut rapprocher du Champagne : effervescent, léger et séduisant! Cordelia Palm, violon solo super-soliste de l’Orchestre Avignon Provence, sera cetarchet pétillant, lyrique dans l’Introduction et joueur dans le Rondo capricioso.Les chants traditionnels et chants sacrés : Le moment de Noël est aussi celui où onse remémore des chansons traditionnelles qui appartiennent à une mémoire collective.Ces Chants d’Auvergne, en langue d’oc, que Jean-Joseph de Canteloube (1879-1957)orchestra, sont de petits bijoux, tantôt sentimentaux tantôt entraînants. Ils figurent aunombre des pages vocales dont toutes les chanteuses se délectent et aiment régalerleurs publics. Ils seront chantés par Clémentine Margaine élu révélation classique ADAMI,le prix spécial du Jury au concours international de Marmande en 2009, révélation Lyriquedes Victoires de la Musique classique 2011 et 6ème prix du Concours international ReineElisabeth 2011.Dossier de Presse : LES CONCERTS15


Partie II : Les ConcertsMorièreslès avignonSamedi 17 décembre20h30Espace culturel FolardMusique Traditionnelled’aujourd’huiDiagonale desMersBruno LE TRON : accordéon diatoniqueEric MONTBEL : cornemuse, flûteFranck FAGON : saxophone, clarinetteLaurent CABANÉ : contrebasse, guitareMichel REY : percussions, vibraphoneMarthe VASSALLO : chant traditionnel bretonA l’origine, Vertigo est un projet instrumental : Eric Montbel, maître des cornemusesfrançaises, et Bruno Le Tron, grand nom de l’accordéon diatonique, souhaitaientconfronter leur duo à des instruments porteurs d’autres évocations etd’autres lectures : jazz, musique bretonne, musique classique et contemporaine…La création en 2008 et l’album en 2009 laissent à tous l’envie d’aller plus loin encore.D’où l’idée de convier à la fête, cette fois, une chanteuse bretonne connueà la fois comme interprète traditionnelle et comme expérimentatrice sans peur.Une voix bretonne et un groupe de traditionnel français : évidence pour certains,hérésie pour d’autres… Et pour Marthe Vassallo comme pour Vertigo,troublante aventure au pays des paradoxes.Répertoire en trois langues (breton, français, occitan) issu de transmission oraleou de collectages rares, compositions… Chacun fait véritablement le cheminvers l’autre, sans craindre de se mettre en danger: pas question de rester sagementcantonné à sa spécialité ! Il s’agit de faire partager en profondeur ce quel’on aime, et de s’essayer à ce que l’on ne connaissait pas : une complaintebéarnaise entre une gwerz et une rimodell ; une gavotte après une bourrée…Diagonale des mersL’occasion de regarder droit dans les yeux bon nombre de préjugés, de savourer les réalitéset de rire des fantasmes. De rapprocher des choses qui ne se ressemblent pas, dejouer de celles qui se ressemblent – sans aller toujours au plus simple: ainsi, c’est la voixdes morts d’un cantique breton que l’on entendra commenter une danse en occitan…Vertigo revisitait déjà en toute liberté les musiques traditionnelles, anciennes et nouvelles,du centre et sud de la France. En invitant une des plus belles voix du chant breton d’aujourd’hui,le groupe prend le pari d’une évolution radicale, toujours plus loin des idéesreçues.L’occasion aussi de plonger tout cela dans un grand bain de plaisir, d’énergie, de libertéartistique, dans un appétit ravageur que réflexions et débats ne font que fortifier. Une forcequi prend sa source dans l’éclectisme de chacun des participants, dont les parcours mêlentoralité, collectage, bel canto, jazz, musique contemporaine et improvisation ; mais quise nourrit aussi de discussions animées autour d’une bonne table, de soirées entières de «tiens, écoute ça, tu vas voir », et de tout un vécu d’amoureux des musiques traditionnelles,de leur plus simple expression à leurs formes les plus expérimentales.Dossier de Presse : LES CONCERTS16


Partie II : Les ConcertsLes AnglesDimanche 18 décembre17hForum des AnglesCuivres et percussionsde l’Orchestre National deLyonTransatlantiqueTransatlantique est une croisière musicale aux influences jazzy. Embarquez pourdes sonorités chatoyantes et de subtiles rythmiques. Cet ensemble de niveauinternational va vous séduire par la pureté de ses timbres, l’élégance de sesnuances, sa cohésion et sa dynamique de groupe portée par un swing inimitable.Trompettes :Arnaud GeffraySylvain KetelsChristian LégerMichel HaffnerTrombones :Frédéric BoulanPhilippe CauchyJean GottholdCors :Joël NicodMichel MolinaroPercussions :Thierry HuteauStéphane PelegriTuba :Guillaume DionnetTransatlantiqueC’est le plaisir de jouer ensemble qui a motivé la création en 1991 de l’Ensemblede cuivres et de percussions de l’Orchestre National de Lyon, par le tubiste Christian Delangeet onze de ses «acolytes» de l’Orchestre.Aujourd’hui, l’Ensemble de cuivres et percussions se produit régulièrement de manièreautonome. En Rhône-Alpes, il s’est illustré à l’Hôtel de ville de Lyon, sur les campusuniversitaires de l’agglomération lyonnaise et dans les principales villes de la région. Àl’étranger, il s’est produit notamment à Stuttgart, Naples, Turin,… Il a été égalementinvité par la Sacem pour ouvrir la cérémonie de remise de ses grands prix en1994. Le répertoire est la priorité des musiciens de l’Ensemble, car peu de musiquesoriginales ont été écrites pour ce genre de formation, à mi-chemin entre le quintettede cuivres et le brass band anglo-saxon. Pour sortir des sentiers battus, il ne faut doncpas hésiter à transcrire, depuis les sonneries de la Renaissance jusqu’aux symphoniesde Mahler, à puiser dans le jazz ou à passer des commandes. Ce concert est un témoinprivilégié de l’aventure commune musicale et humaine qu’ils mènent depuis 20 ans.Dossier de Presse : LES CONCERTS17


Partie III : Infos pratiquesRéservationsLe nombre de places par concert est limité.Pensez à réserver en ligne avant de vous rendre au concert de votre choix :www.lesnuitsdelavent.com.Réservations nominatives.Un formulaire d’inscription à compléter pour chaque concert.• Une seule place de concert attribuée par personne.• Avec une même adresse mail, vous pouvez retenir plusieurs places en changeant le nom et/ou le prénom dans le formulaire.Votre confirmation d’inscription s’affichera et vous pourrez la télécharger. Vous recevrez égalementvotre confirmation d’inscription par mail.Réservations et renseignements :www.lesnuitsdelavent.com ou par téléphone 04 90 84 48 20 (à partir de 14H)Communauté d’agglomération du Grand Avignon320, chemin des MeinajarièsBP 1259 Agroparc84911 Avignon Cedex 9Tél. 04 90 84 47 00 – Fax : 04 90 84 47 01Email : contact@agglo-grandavignon.frwww.grandavignon.frService communication du Grand Avignon :Ludovic MOREL - Directeur de la communication04 90 84 47 14 - 06 26 95 10 15Email : ludovic.morel@agglo-grandavignon.frEmmanuel WISS - Chargé de communication04 90 84 47 96 – 06 28 46 42 21Email : emmanuel.wiss@agglo-grandavignon.fr18

More magazines by this user
Similar magazines