Dossier de presse - Institut du Monde Arabe

imarabe.org

Dossier de presse - Institut du Monde Arabe

Exposition du 7 décembre 2004 au 31 mars 2005


Tapis de prière de type "Bellini"Turquie, Anatolie de l'ouest, XVI e ou XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsNew York, The Metropolitan Museum of ArtThe James F. Ballard Collection, don de James F. Ballard, 1922


Exposition présentée à l’Institut du monde arabedu 7 décembre 2004 au 31 mars 2005Précisément 56 pièces à point noué, généralement produites dans l’Orient musulman aucours des XVI e et XVII e siècles, ont été choisies pour constituer l’exposition Le Ciel dansun tapis et illustrer la richesse et la diversité extrêmes de ce qui apparaît bien comme unart – au sens plein du terme –, d’une sophistication et d’une profondeur très grandes.Tapis de prière aux grenadesAsie centrale, Béchir, tribu des Ersari, XIX e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcsLisbonne, Museu Calouste GulbenkianLa plupart de ces œuvres sont issues des ateliers de la Turquie ottomane et de la Perse safavide. Elles montrent des décors conçus parles artistes de la cour et sont souvent le reflet d’une rapide évolution des modes, suscitée, à l’occasion, par l’avènement de nouveauxsouverains. Aux tapis à motifs géométriques hérités des cours timourides du XV e siècle, succèdent au tout début du XVI e ,le majestueuxtapis à médaillon central, emblème de souveraineté et dont l’apparition semble aller de pair avec la prise de pouvoir de ChahIsma’îl en Iran, puis les tapis à grands thèmes floraux, dont la mode est lancée en Turquie ottomane, dès le règne de Soliman leMagnifique.En un siècle, le vocabulaire ornemental est ainsi passé du monde de l’intellect à celui des sens par une série de mutations qui a quelquechose d’organique. Cette extraordinaire efflorescence artistique a été préparée en amont par le riche répertoire décoratif élaboré sousle règne de Tamerlan (1405), et de ses héritiers.L’exposition s’est attachée à rendre sensible cette surprenante évolution des styles. Par ailleurs, ces décors de cours ont souvent étérepris, à un degré moindre, dans des tapis destinés au commerce et, ce qui est plus intéressant encore, dans les tapis de villages et detribus, fabriqués à l’écart des centres urbains sur des métiers installés à demeure. A plusieurs occasions, et sans trop se soucier desdistances et des époques, la présentation n’a pas manqué de rapprocher tapis de cours et tapis de village ou de tribu pour montrerla fécondité des images et l’énergie nouvelle que ces transcriptions, guidées par la mémoire ou la tradition, pouvaient communiquerà l’art conceptuel des ornemanistes. Par exemple, les tapis turcs à motifs géométriques (ceux de la première période), ont été mis enrapport avec des sacs turcomans d’Asie centrale, décorés de ces petits médaillons à morphologie abstraite qu’on appelle des güls (des"roses" en persan).


Tapis "Lotto" à effet de grilleTurquie, Anatolie, région d’Ouchak, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsParis, musée Jacquemart-AndréL’écriture décorative du tapis, qui est une écriture à deux dimensions, suscite des effets optiques. Dans bien des cas, la juxtaposition "en blason" des formeset des couleurs ouvre une troisième dimension qui est celle de la profondeur ; les motifs, selon leur valeur chromatique et leur découpe, donnent l’impressionde se situer sur des plans différents, comme les éléments d’un décor sur une scène de théâtre. Par ailleurs, certains tapis combinent de toute évidence desconstructions en plan et des constructions en élévation (ou en coupe), ainsi que procèdent les miniatures orientales. Les curieux tapis de prière turcs "à troude serrure" (keyhole) qui comportent à leur base une petite niche octogonale réentrante sont probablement des tapis funéraires représentant un petit bâtimentà toiture conique (kubba), figuré à la fois en coupe et en plan – la petite niche étant le plan en réduction de l’édifice abritant la tombe en son milieu.Cette verticalité de l’image, amenée par le tissage en hautes lisses, est aussi favorisée mais par certains usages liés à la vie nomade – comme les tapis portièresdes Turcs d’Asie centrale ou les sacs à point noué, suspendus en caparaçons. Elle permet de mieux appréhender certains décors. Et cette magie de l’image,qui passe tout d’abord par une mise à plat des formes et des couleurs, a sûrement beaucoup intéressé les peintres de la Renaissance italienne.Cette attention portée à la construction des images conduit tout naturellement à une réflexion sur leur signification et leur interprétation possibles. La décorationdes tapis de cour, notamment, avait pour origine les milieux cultivés qui entouraient le souverain : philosophes, ornemanistes et artistes de la Maisondu Livre, souvent affiliés à des confréries. La plupart des constructions décoratives employées dans le tapis s’inscrivent dans les traditions de l’art islamique eten explicitent les intentions. Conformément à l’esthétique médiévale, le décor du tapis se présente comme une construction continue ou exponentielle, arbitrairementdécoupée par la bordure d’encadrement, comme le ferait une fenêtre ouverte sur le Ciel des Fixes, ou le miroir d’un plan d’eau entouré de sa margelleet qui reflèterait les figures de la nuit. Partout appliquées dans les arts de l’islam, ces constructions de type continu, quand elles sont jetées sur le territoiredu tapis prennent une portée immédiatement symbolique. Le champ du tapis semble capter ou refléter une infime partie de ces Cieux de lumière quienveloppent de leurs maillages subtils le monde d’ici bas ; ces Cieux qui par toute une série d’hypostases ou de descentes ont permis la formation du mondesensible. Cette pensée, tirée de la philosophie d’Al-Farabi (Les Dix Intelligences), et surtout de celles d’Avicenne et de ses disciples, semble être sous-jacente àla formation des trois styles : le style géométrique, composé de pures figures abstraites à construction continue, celui du médaillon central qui met en imagele plérôme se déployant sur son Ciel, et les grands thèmes végétaux à corolles fantagraphiques est forcément porteur d’un message politico-religieux. À partirde l’avènement, en 1501, de Chah Isma’îl et de l’instauration du culte des Douze Imams, les tapis persans privilégient les constructions en rinceaux et


echerchent des effets de métamorphoses ou d’assomption vers un pôle invisible, car il n’y a pas, pour les penseurs chiites, de séparationentre les substances ; les Turcs ottomans, quant à eux, jouent sur les effets de rupture et d’affrontements, voire d’annulation paraddition des contraires. Un motif s’oppose à distance à un motif de même contour et de même valeur chromatique. Cette théologie desimages culmine dans le tapis à médaillon central créé au tout début du XVI e siècle. Il est conçu par les Persans chiites comme une véritablethéophanie de la Lumière déployée au milieu du champ et rappelant vers elle toutes les formes qu’elle a manifestées ; alors qu’ilest traité chez les Turcs en décor continu et prend l’aspect d’une horloge cosmique dont le mouvement circulaire est associé au Maîtrede l’heure : l’amande centrale,Trône de la Puissance, doit laisser la place à une autre de même contour qui apparaît au bas du champ.Ce dynamisme imprimé à l’image rétablit le principe de la transcendance et le caractère transitoire de toute chose créée.Ces conceptions savantes véhiculées par les tapis de cour sont spontanément, ou intuitivement, relayées par les ouvrages des tisserandsnomades ou villageois lesquels utilisent, pour la plupart, des constructions décoratives de type continu et pour lesquels, le tapis,seul ornement de l’habitat, est une sorte de petit monde, de point fixe, où s’infusent toutes sortes d’énergies.Aussi, le titre de l’expositionne renvoie-t-il pas à un décor particulier (par exemple, celui à médaillon central), mais à cette écriture, capable de suggérer unmonde de "l’entre-deux" où les idées prennent formes et où les formes deviennent plus subtiles. Cette écriture incisive se montre singulièrementapte à composer un territoire aux figures parfaites, un jardin clos de l’âme, propice à l’exercice du pouvoir, à la prière ou àla rêverie.Roland Gilles, commissaire scientifique de l’expositionTapis de type "vase"Perse, région de Kirman, XVII e / XVIII e siècleChaîne en coton, trame 3 passées, 1 et 3 en laine, 2 encoton, velours en laine, nœuds persans,Lisbonne, Museu Calouste Gulbenkian


Tapis à grands caissons de type "Holbein à grands motifs"Turquie,Anatolie de l'ouest, fin du XV e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsSion, musée cantonal de Valère


Gros plan sur un tapispar R.G.,commissaire scientifique de l’expositionCe tapis turc orné de deux grandes roues – ici traduites par des octogones – est marqué par ce style géométriquequi domine la décoration du tapis pendant le XV e siècle. Style de cour, étroitement associé à l’architecture, il s’inspirait,soit des pavements de céramiques, soit, quand, il engageait des figures plus grandes – comme c’est ici lecas –, des coupoles et des lanternons posés sur assises carrées. Il s’agirait donc d’une projection en plan d’une deces structures. On en connaît des versions plus anciennes, conservées notamment au musée d’Art turc et islamiqued’Istanbul et au musée d’Art islamique de Berlin, lesquelles sont probablement plus fidèles aux cartons livrés parles ornemanistes. Dans ces versions, les bordures sont parées de lettres arabes coufiques et la décoration du champest enrichie de petits médaillons octogonaux disposés autour des grandes roues.Notre pièce est fragmentaire. Elle devait comporter à l’origine un troisième caisson, posé en alignement. La simplificationimprimée au dessin indique une œuvre déjà un peu tardive, destinée au commerce, ou réalisée dans unatelier villageois. Si la composition du champ est restée à peu près stable (ainsi des rayons fleuronnés qui relient lepourtour des roues à l’étoile du centre), les bandeaux de séparation entre chaque caisson ne sont plus ornés d’uneguirlande de lotus stylisés, mais d’une frise de pétales en hélice. Quant au thème de bordure, il a délaissé les beauxenchaînements de lettres coufiques pour des maillons quadrangulaires moins complexes.L’écriture décorative du tapis, très vigoureuse, illustre à merveille ce sens de la composition architecturée qui est sivif en Turquie anatolienne. Chaque partie, séparée de la suivante, sauvegarde un fond toujours lisible. Mais cetteécriture joue aussi sur l’ambiguïté, comme il est d’usage dans cet art. Les grandes roues, à contour fleurdelisé, peuventse percevoir comme des güls turcomans, ces médaillons héraldiques dont les tribus turques d’Asie centraleimprimaient la marque sur leurs sacs et leurs tapis et qui régnaient sur leurs ouvrages avec majesté.Ce type de tapis est souvent attribué à la région de Bergama, petite ville de l’Anatolie de l’ouest, sans qu’on puisserien affirmer. Les tisserands de Bergama fabriquaient encore des tapis de facture similaire au XIX e siècle. Notonstoutefois que la région de Konya en Anatolie centrale pourrait être également retenue.Quoi qu’il en soit, ces tapis à grands motifs géométriques, ouvrant plusieurs lectures, ont séduit l’œil des peintres.Un exemplaire apparaît déjà dans Le Livre du cuer d’amour espris, beau manuscrit à peintures exécuté pour le ducd’Anjou, vers 1460 et un autre dans un tableau d’église peint par le Maître de Saint-Gilles, vers 1500. Mais c’estHans Holbein le Jeune qui attachera son nom à ce type de tapis turc en en faisant figurer un exemplaire dans soncélèbre tableau, Les Ambassadeurs (1533). Cette œuvre représente, de chaque côté d’un établi garni d’instrumentsd’astronomie, Jean de Dinteville, seigneur de Polisy et Georges de Selves, évêque de Lavaur, tous deux amateurs desciences ; on peut remarquer les rapports entre la puissante décoration géométrique du tapis qui recouvre la tableet la minutieuse perfection des cadrans solaires qui ont été construits par l’ami du peintre, Nicolas Kratzer.Analyse techniqueChaîne : laine blanche écrue,filée Z2STrame : laine rouge, filée Z,deux passées.Velours : laine, filée Z2 noeudsturcs, 780/dm2Exposition “Carpets inPaintings”, Londres 1983Publication : Marino et ClaraDall’Oglio: A Discovery atSion, in Hali,n°27, 1985, pp.36-39.


Gros plan sur un tapispar Joëlle Lemaistre, commissaire scientifique de l’expositionBien qu’il ne s’agisse ici que d’un fragment, la pièce est toutefois assez remarquable pourmériter une mention toute particulière. En outre, certaines pièces fragmentaires ont, à l’évidence,la capacité de faire apparaître, voire de souligner, les qualités d’une œuvre.L’œil est immédiatement séduit par l’ordonnance et la variété des motifs, la diversité et l’harmoniedes tons.Telle palette de nuances est caractéristique du groupe de tapis proto-safavideset safavides dits "à compartiments" auxquels appartient le fragment en question. Le décoroffre une grande lisibilité : le cartouche à fond blanc, pourvu de quatre angles droits et dequatre excroissances en forme de fleurons, apparaît comme l’élément central. Les autres tracésinternes sont dominés par des palmettes en forme de couronnes terminées par des rinceauxchargés de feuilles bifides. Une rondeau polylobé sur fond bleu clair a subsisté en sonentier, les nuages qui l’ornent sont d’une rare élégance, une autre, sur fond vert foncé, apresque entièrement disparu.Ce fragment, ainsi qu’un second appartenant, semble-t-il, au même tapis, fut acquis àConstantinople par F.R. Martin, visiblement séduit par la pièce ; ce n’est que plus tard qu’ilentra dans les collections du Kunstgewerbemuseum de Berlin, en 1898. Et le fait qu’il aitappartenu à l’un des plus importants précurseurs en matière d’histoire du tapis pourrait, s’ilen était besoin, ajouter encore à l’intérêt qu’il suscite.Fragment de tapis à cartouchesPerse, Kirman, début XVI e siècleDimensions 193 x 59cmMuseum für Islamische Kunst, BerlinLa période safavide (1501-1736) marque certainement l’apogée de la production de tapis enPerse.Toutefois, aucun tapis ne nous est parvenu appartenant à la période "timouride" (1370-1506), à l’exception d’un petit fragment conservé au musée Benaki d’Athènes. Ces tapis setrouvent pourtant abondamment attestés par les miniatures de l’époque ; et il paraît bienqu’un fragment comme celui qui nous occupe à présent, avec ses arabesques et ses motifsvégétaux, montre beaucoup de similitudes avec des pièces figurées dans les manuscrits àpeintures timourides de la fin du XV e siècle. Les modèles sont directement à rechercher dansles œuvres de l’école des miniaturistes de Hérat, dont les plus beaux exemples sont dus aupinceau du peintre Bezhad.


Liste des œuvres1 - Tapis des Beni OuaraynMaroc, Moyen Atlas, début du XX e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds berbères - Fès, musée du Batha2 - Fragment de tissu égyptienÉgypte byzantine ou musulmane, VI e -VII e siècleTaqueté, façonné en laine -Ham, The Keir Collection3 - Petit fragment de tapis turctrouvé à Fostat (Vieux Caire)Turquie, Anatolie de l’Ouest, XV e -XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs (symétriques) -Ham, The Keir Collection4 - Kazak Karachof à grand caissonCaucase, Arménie, XIX e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Paris, musée Jacquemart-André5 - Tapis de type "Ghirlandaio"Turquie,Anatolie de l'ouest, XVII e -XVIII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - New York,The MetropolitanMuseum of Art, legs de Joseph V. McMullan, 19736 - Tapis de type "Ghirlandaio"Turquie, Anatolie de l'ouest, Bergama, XVIII esiècle - Chaîne en laine, trame en laine, veloursen laine, nœuds turcs -New York, The Metropolitan Museum of Art,legs de Joseph McMullan, 19737 - Trois fragments de tapis de type"Holbein à petits motifs"Turquie, Anatolie de l’ouest, seconde moitié duXV e siècle - Chaîne en laine, trame en laine,velours en laine, nœuds turcs Ham,The Keir Collection8 - Fragment de tapis de type "Holbein"Turquie, région d'Ouchak (?), XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst9 - Tapis damascains à effet de mosaïqueSyrie, XVI e siècle - Chaîne en laine, trame enlaine, velours en laine, nœuds persans (asymétriques)- Paris, musée Jacquemart-André10 - Devant de sac chouvalAsie centrale, tribu des Salor, début du XIX esiècle - Chaîne en laine, trame en laine, veloursen laine et soie, nœuds persans -Londres, The Victoria and Albert Museum11 - Décoration de chameau de type kejebeAsie centrale, tribu des Salor, XIX e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en soieet laine, nœuds persans -Londres, The Victoria and Albert Museum12 - Fragment de tapis mameloukÉgypte, Le Caire, XV e -XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds persansLondres, The Victoria and Albert Museum13 - Fragment de tapis mameloukÉgypte, Le Caire, seconde moitié du XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds persans - Ham, The Keir Collection14 - Tapis à grands caissons de type"Holbein à grands motifs"Turquie, Anatolie de l'ouest, fin du XV e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Sion, musée cantonal de Valère15 - Tapis à caissons de type "Holbein àgrands motifs"Turquie de l'ouest, région de Bergama, début duXVI e siècle - Chaîne en laine, trame en laine,velours en laine, nœuds turcs -Berlin, Museum für Islamische Kunst16 - Tapis à caissons de type "Holbein àgrands motifs"Turquie de l'ouest, région de Bergama, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs -Berlin, Museum für Islamische Kunst17 - Tapis de prière à décor funéraireTurquie, Anatolie de l'ouest, début du XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Paris, musée des Arts décoratifs18 - Tapis de prière de type "Bellini"Turquie, Anatolie de l'ouest, XVI e ou XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - New York, The MetropolitanMuseum of Art - The James F. Ballard Collection,don de James F. Ballard, 192219 - Tapis de prière de type "Bellini"Turquie, Anatolie de l'ouest, première moitié duXVI e siècle - Chaîne en laine, trame en laine,velours en laine, nœuds turcs - New York, TheMetropolitan Museum of Art - The James F.Ballard Collection, don de James F. Ballard, 192220 - Tapis de prière à double niche alvéoléeTurquie,Anatolie, fin du XVI e / début du XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Sion, musée cantonal de Valère21 - Tapis à décor de bassin tripartiteTurquie, Anatolie centrale ou orientale, XVII esiècle ou plus tard ( ?) - Chaîne en laine, trameen laine, velours en laine, nœuds turcsParis, musée des Arts décoratifs22 - Tapis à caissons multiplesCaucase, Chirvan, XIX e siècle - Chaîne en laine,trame en coton, velours en laine, nœuds turcsLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian23 - Tapis de RabatMaroc, Rabat, début du XX e siècle - Chaîne enlaine, trame en laine, velours en laine, nœudsturcs - Rabat, musée des Oudayas24 - Fragment de tapis à treillis floral étoiléTurquie, Anatolie de l'ouest, XVI e siècle - Chaîneen laine, trame en laine, velours en laine, nœudsturcs - Sion, musée cantonal de Valère25 - Tapis "Lotto" à effet de grilleTurquie, Anatolie, région d’Ouchak, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Paris, musée Jacquemart-André26 - Tapis à grands fleurons réciproquesTurquie,Anatolie centrale, XVII e siècle ou plus tôt ( ?)Chaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst27 - Tapis de prière à rangée de niches (saf)Turquie, région d’Ouchak (?), XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst28 - Tapis de prière aux grenadesAsie centrale, Béchir, tribu des Ersari, XIX e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Lisbonne, Museu Calouste Gulbenkian29 - Fragment d'un tapis ouchak à quadrilobesTurquie, Ouchak, fin du XV e - Chaîne en laine,trame en laine, velours en laine, nœuds turcsLondres, The Victoria and Albert Museum30 - Fragment d'un tapis ouchak à étoilesTurquie, Ouchak ou sa région, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst31 - Tapis ouchak à étoilesTurquie, Ouchak, XVI e siècle - Chaîne en laine,trame en laine, velours en laine, nœuds turcsNew York, The Metropolitan Museum of Artdon de Joseph V. McMullan, 195832 - Fragment de tapis persan à rinceauxNord-Ouest de la Perse, début du XVI e siècleChaîne en coton, trame en laine, velours enlaine, nœuds persans (asymétriques)Berlin, Museum für Islamische Kunst33 - Fragment d’un tapis à cartouchesPerse, début du XVI e siècleChaîne en coton, trame en coton, velours enlaine, nœuds persans (asymétriques)Berlin, Museum für Islamische Kunst34 - Fragment d’un tapis à médaillon centralPerse du Nord-Ouest, première moitié du XVI e siècleChaîne en coton, trame en coton, velours en laine,nœuds persans (asymétriques)Berlin, Museum für Islamische Kunst35 - Tapis à médaillon proto-safavidePerse, Tabriz, fin du XV e ou début du XVI e siècleChaîne en coton, trame en coton, velours en laine,nœuds persans - Paris, musée des Arts décoratifs36 - Tapis persan à médaillon centralPerse, Tabriz ( ?), première moitié du XVI e siècleChaîne en coton, trame en coton, velours enlaine, nœuds persansLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian37- Tapis à médaillon centralPerse du Nord-Ouest, environ 1700 - Chaîne enlaine, trame en laine, velours en laine, nœudspersans - Ham, The Keir Collection38 - Fragment de tapis à médaillon centralNord-ouest de l’Iran ou Anatolie orientale, fin duXVII e - début du XVIII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Ham, The Keir Collection39 - Tapis à médaillon sur fond bleu(Ouchak-Gillet)Turquie, Anatolie de l'ouest, Ouchak, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Lyon, musée des Tissus40 - Tapis à médaillon et combats d’animauxPerse, Kachan, milieu du XVI e siècleChaîne en soie, trame en soie, velours en soie,nœuds persans - Lisbonne, Museu CalousteGulbenkian41 - Tapis villageois à médaillonAnatolie centrale, XVI e -XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst42 - Tapis à double médaillonTurquie de l'ouest, XVI e - XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst43 - Tapis à médaillonTurquie orientale, XVII e - XVIII e siècle - Chaîne enlaine, trame en laine, velours en laine, nœudsturcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst44 - Fragment d'un tapis de table ottoman du CaireÉgypte, deuxième quart du XVI e siècle - Chaîneen laine, trame en laine, velours en laine, nœudspersans - Berlin, Museum für Islamische Kunst45 - Tapis de table à décor floral ottomanÉgypte, le Caire, fin du XVI e siècle - Chaîne enlaine, trame en laine, velours en laine, nœuds persans- Londres,The Victoria and Albert Museum46 - Fragment de tapis ottoman à décor floralBursa ? (Turquie) ou Le Caire, vers 1600 - Chaîne enlaine, trame en laine, velours en laine, nœuds persans- Berlin, Museum für Islamische Kunst47 - Fragment de tapis ottoman à décor floralBursa ? (Turquie) ou Le Caire, vers 1600 - Chaîne enlaine, trame en laine, velours en laine, nœuds persans- Berlin, Museum für Islamische Kunst48 - Tapis d’Anatolie à rinceaux symétriquesTurquie,Anatolie centrale, XVII e / XVIII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine,nœuds turcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst49 - Tapis à médaillon meublé de fleurs ottomanesTurquie occidentale ( ?), XVI e / XVII e siècle - Chaîneen laine, trame en laine, velours en laine, nœudsturcs - Berlin, Museum für Islamische Kunst50 - Fragment de tapis "vase"Perse, Kirman, fin du XVI e / début du XVII e siècleChaîne en coton, trame 3 passées, 1 et 3 enlaine, 2 en coton, velours en laine, nœuds persans- Lyon, musée des Tissus51 - Fragment de tapis "vase"Perse, Kirman, début du XVII e siècle - Chaîne en coton,trame 3 passées, 1 et 3 en laine, 2 en soie, velours enlaine, nœuds persans - Lyon, musée des Tissus52 - Tapis à "feuilles en forme de faucilles"Perse, Kirman, XVI e / XVII e siècleChaîne en coton, trame 3 passées, 1 et 3 enlaine, 2 en soie, velours en laine, nœuds persansLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian53 - Tapis à décor de vase, à revers nouéPerse, région de Kirman, XVII e siècleChaîne en coton, trame 3 passées,1 et 3 en laine, 2 en soie, velours en laine,nœuds persansBerlin, Museum für Islamische KunstCE TAPIS PRÉSENT AU CATALOGUE NE FIGUREPAS DANS L’EXPOSITION54 - Tapis de type "vase"Perse, région de Kirman, XVII e / XVIII e siècleChaîne en coton, trame 3 passées, 1 et 3 enlaine, 2 en coton, velours en laine, nœuds persans,Lisbonne, Museu Calouste Gulbenkian55 - Fragment de tapis"vase" à treillis en amandesPerse, Kirman, XVII e siècle / Chaîne en laine,trame en laine, velours en laine, nœuds turcsParis, musée des Arts décoratifs56 - Tapis Yomoud à palmettesIran ou Turkménistan, tribu des Yomoud, XVIII esiècle - Chaîne en laine, trame en laine, veloursen laine, nœuds turcs - New York, TheMetropolitan Museum of Art - The James F.Ballard Collection, don de James F. Ballard, 192257 - Tapis Yomoud de type "C'güls"Iran ou Turkménistan, tribu des Yomoud, XIX esiècle - Chaîne en laine, trame en laine, velours enlaine, nœuds turcs - New York,The MetropolitanMuseum of Art, legs de Joseph V. McMullan


Visuels de PressePour tout utilisation des fichiers photo, merci de faire obligatoirement mention des légendes correspondantes.Ces photos ne peuvent être utilisées que dans le cadre de la médiatisation de l’exposition "Le Ciel dans un tapis" qui a lieu à l’Institut du monde arabe du 7 décembre 2004 au 31 mars 2005.Tapis14Tapis à grands caissons de type "Holbein à grands motifs"Turquie,Anatolie de l'ouest, fin du XV e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsSion, musée cantonal de Valère© Photostudio Heinz PreisigTapis16Tapis à caissons de type "Holbein à grands motifs"Turquie de l'àuest, région de Bergama, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsBerlin, Museum für Islamische Kunst© Ph. Georg NiedermeiserTapis18Tapis de prière de type "Bellini"Turquie,Anatolie de l'ouest, XVI e ou XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsNew York,The Metropolitan Museum of ArtThe James F. Ballard Collection, don de James F. Ballard, 1922© 1997 The Metropolitan Museum of ArtTapis20Tapis de prière à double niche alvéoléeTurquie,Anatolie, fin du XVI e / début du XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsSion, musée cantonal de Valère© Photostudio Heinz PreisigTapis22Tapis à caissons multiplesCaucase, Chirvan, XIX e siècleChaîne en laine, trame en coton, velours en laine, nœuds turcsLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian© Fondation Calouste Gulbenkian / Ph. Carlos OssedoTapis25Tapis "Lotto" à effet de grilleTurquie,Anatolie, région d’Ouchak, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsParis, musée Jacquemart-André© Ph. Philippe MaillardTapis28Tapis de prière aux grenadesTurkestan, Béchir, tribu des Ersari, XIX e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian© Fondation Calouste Gulbenkian / Ph. Mario de OliveiraTapis30Fragment d'un tapis ouchak à étoilesTurquie, Ouchak ou sa région, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsBerlin, Museum für Islamische Kunst,© Ph. Iris Papadopoulos Juin 2004Tapis36Tapis persan à médaillon centralPerse,Tabriz ( ?), première moitié du XVI e siècleChaîne en coton, trame en coton, velours en laine, nœuds persansLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian© Fondation Calouste Gulbenkian / Ph. Reinaldo ViegasTapis37Tapis à médaillon centralPerse du Nord-Ouest, vers 1700Chaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds persansHam,The Keir Collection© Ph.A.C. CooperTapis39Tapis à médaillon sur fond bleu (Ouchak-Gillet)Turquie,Anatolie de l'ouest, Ouchak, XVI e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsLyon, musée des Tissus© Musée des Tissus, LyonTapis40Tapis à médaillon et combats d’animauxPerse, Kachan, milieu du XVI e siècleChaîne en soie, trame en soie, velours en soie, nœuds persansLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian© Fondation Calouste Gulbenkian / Studio Mario NovaisTapis42Tapis à double médaillonTurquie de l'ouest, XVI e / XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsBerlin, Museum für Islamische Kunst© Ph. Jürgen LiepeTapis52Tapis à "feuilles en forme de faucilles"Perse, Kirman, XVI e / XVII e siècleChaîne en coton, trame 3 passées, 1 et 3 en laine, 2 en soie,velours en laine, nœuds persansLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian© Fondation Calouste Gulbenkian / Studio Mario NovaisTapis54Tapis de type "vase"Perse, région de Kirman, XVII e / XVIII e siècleChaîne en coton, trame 3 passées, 1 et 3 en laine, 2 en coton,velours en laine, nœuds persans,Lisbonne, Museu Calouste Gulbenkian© Fondation Calouste Gulbenkian / Ph. Mario de OliveiraTapis55Fragment de tapis "vase" à treillis en amandesPerse, Kirman, XVII e siècleChaîne en laine, trame en laine, velours en laine, nœuds turcsParis, musée des Arts décoratifs© Musée des Arts décoratifs, Paris / Ph. Laurent Sully JaulmesLes visuels sont téléchargeables sur Internet à l’adresse suivante :http://www.imarabe.org/temp/expo/tapis/telechargement/index.htmlTapis à caissons multiplesCaucase, Chirvan, XIX e siècleChaîne en laine, trame en coton, velours en laine, nœuds turcsLisbonne, Museu Calouste Gulbenkian


Infos pratiquesExposition présentéedu 7 décembre 2004 au 31 mars 2005Comité d’organisationCette exposition a été rendue possible grâce aupartenariat mis en place avec la FondationCalouste Gulbenkian, LisbonneHoraires :De 10 h à 18 h du mardi au vendredi.De 10 h à 19 h les week-ends et jours fériés.Fermé le lundi.Tarifs :Tarifs 7 € (plein), 5 € (réduit), gratuit pour les moins de 12 ans.IMA PASS (accès au musée de l’IMA, à l’exposition “Pharaon” et àl’exposition “Le Ciel dans un tapis”) : 14 € (plein), 12 € (réduit),gratuit pour les moins de 12 ans.Lieu :Institut du monde arabeSalle d’exposition temporaire1, rue des Fossés-Saint-BernardPlace Mohammed-V – 75005 Paris.S’y rendre :Métros Jussieu, Cardinal-Lemoine, Sully-MorlandBus 24, 63, 67, 86, 87, 89Parking Maubert-Saint-Germain – 39, bd Saint-Germain – 75005 ParisBilletterie :IMA / Fnac, Carrefour, 0 892 684 694 (0.34 €/min) www.fnac.comRenseignements :Tél. 01 40 51 38 38www.imarabe.orgPublicationsCatalogue de l’expositionLe Ciel dans un tapis, ouvrage collectif sous la direction de Roland Gilles© IMA/Fondation Calouste-Gulbenkian /SDZ. Format 23,5 x 30 cm.208 pages. 35 €Version brochée avec rabats et 100 illustrations.Hors-Série L’ŒilLe Ciel dans un tapis.© L’Œil. Format 23 x 30 cm. 36 pages. 5 €.Les Routes du tapisLes Routes du tapis, par Edith et François-Bernard Huyghe.© Gallimard, coll. "Découvertes Gallimard", n° 462, 2004. 160 pages.13,80 €. En librairie depuis le 28 octobre 2004.Contact presse :Presse parisienne : Flora Joly au 01 49 54 16 70 ou flora.joly@gallimard.frPresse province & étranger :Alain Deroudilheau 01 49 54 14 29 ou alain.deroudilhe@gallimard.fr.Institut du monde arabeYves Guéna,présidentNasser El-Ansary,directeur généralFondation Calouste GulbenkianEmílio Rui Vilar,président du Conseild’administrationJoão Castel-Branco Pereira,directeurCommissariat généralBrahim AlaouiDirecteur du Département Musée etExpositions à l’Institut du monde arabeMaria Fernanda Passos LeitéConservateur en chef au musée CalousteGulbenkian à LisbonneCommissariat scientifiqueRoland Gilles,chargé de Collection etd’Expositions à l’Institut du monde arabeJoëlle Lemaistre, consultantCommissariat ImaEric Delpont,chargé de Collection etd’Expositions à l’Institut du monde arabeScénographiePatrick Mauger,architecteMusées prêteursAllemagneBerlin, Museum für Islamische KunstÉtats-UnisNew York, The Metropolitan Museum ofArtFranceLyon, musée des TissusParis, musée des Arts décoratifsParis, musée Jacquemart-AndréMarocRabat, Direction du Patrimoine culturelPortugalLisbonne, Fondation Calouste GulbenkianRoyaume-UniHam (Surrey) : The Keir CollectionLondres, The Victoria & Albert MuseumSuisseSion, Chapitre de la cathédraleCette exposition a bénéficié du soutien deChevalier ConservationCommunicationPhilippe CardinalDirecteur de la communicationAssisté d’Aïcha Idir Ouagouni,tél. 01 40 51 39 01 ouaouagouni@imarabe.orgJosy PercevalResponsable de la presseet des partenariatsTél. 01 40 51 39 56 ou jperceval@imarabe.orgSoufiane BencharifResponsable des relationsavec les publicsAvec Alexandra Bounajem-HattabChargée des relationsavec les publicsTél. 01 40 51 39 60 ouabounajem@imarabe.orgEt avec Olivier HountchegnonTél. 01 40 51 39 10 ouohountchegnon@imarabe.orgContact presseMathilde VoinchetTél. 01 40 51 39 44 oumvoinchet@imarabe.orgPresse arabeSalwa Al NeimiTél. 01 40 51 39 82 ousalneimi@imarabe.orgPresse JeunesseFérial SaadiTél. 01 40 51 34 86 oufsaadi@imarabe.org


Exposition conçue et réalisée en partenariatavec la Fondation Calouse Gulbenkian, LisbonneInstitut du monde arabe 1, rue des Fossés-Saint-Bernard Place Mohammed-V 75005 Paris www.imarabe.org

More magazines by this user
Similar magazines