1er logement des jeunes - Bordeaux

bordeaux.fr

1er logement des jeunes - Bordeaux

DG CCAS Date : 22.06.09NV/CSRéunion du 12 juin 2009Objet : PROJET SOCIAL 3 – ATELIER THEMATIQUEGroupe LOGEMENT – sous-groupe « 1 er logement des jeunes »COMPTE RENDUPARTICIPANTS :VILLE/CCASAlexandra SIARRI, Conseillère Municipale Mairie de Bordeaux, déléguée pour le logement, l’énergie etl’éco-habitat (a.siarri@mairie-bordeaux.fr)Arielle PIAZZA, Adjoint au Maire déléguée à la jeunesse, sport et vie étudiante (a.piazza@mairiebordeaux.fr)Yohan DAVID, Conseiller Municipal Mairie de Bordeaux, délégué pour l’économie sociale et solidaire, pourle développement de l’emploi, Administrateur du CCAS (y.david@mairie-bordeaux.fr)Marie-Claude NOEL, Conseillère Municipale Mairie de Bordeaux, Administrateur du CCAS(noel.urbaniste@wanadoo.fr)Christophe SIMON, Directeur Délégué du CCAS de Bordeaux (c.simon@mairie-bordeaux.fr)Eliane RATELET-MONGELLAZ, Responsable du PLAJE au CCAS de Bordeaux(ermongellaz.plaje.di@ccas-bordeaux.fr)Secrétariat de séance : Nadine VIGNEAU, CCAS (dg@ccas-bordeaux.fr)INSTITUTIONS & BAILLEURS SOCIAUXNicolas MARTIN, Conseil Régional de la Gironde (nicolas.martin@aquitaine.fr)Isabelle TOUCHON, Domofrance (isabelle.touchon@domofrance.fr)ASSOCIATIONSClaude ROUSSEAU, CLLAJ (cllajbordeaux@wanadoo.fr)Mme DESGUERS-FRAGNEAU, Habitat Jeune/FJT Rosa-Parks (presidence@hjeveil.org)Marylène COSTA, Mission Locale (m.costa.mlbrdx@orange.fr)EXCUSES :Marie-Ange MARQUES, Chargée de mission Habitat Ville de Bordeaux (ma.marques@mairie-bordeaux.fr)Philippe GRALL, DDE service Habitat (philippe.grall@developpement-durable.gouv.fr)Virginie STORA, DDE service Habitat (virginie.stora@developpement-durable.gouv.fr)Gisèle GIZARD, CAF de la Gironde service des interventions sociales (gisele.gizard@cafbordeauxcnafmail.fr)Jacqueline DESCAZEAUX, CUB (j.descazeaux@cu-bordeaux;fr)Patrice BRETOUT, CROUS (logements.ville@crous-bordeaux.fr)Mme LESTABLE, CAIO (caio.direction@wanadoo.fr)M. BROUSSE, CILG (scastagnet@cilg.tm.fr)M. le Directeur de Gironde Habitat (c.peltier@gironde-habitat.fr)M. le Directeur du CIJA (pascal.jarty@cija.net)PIECE JOINTE : Document du Conseil RégionalDIFFUSION : Présents/excusés/Christophe Darasse/Véronique Fayet/ Nicolas Brugère/Elizabeth Touton/Hervé Carré, Consultant (carreherve@numericable.fr)-o-o-o-o-o-o-o-o-PrésentationAlexandra SIARRI remercie les participants de leur présence et rappelle les principaux objectifs du ProjetSocial 3 : lutter contre la précarité et renforcer le lien social.Les réflexions sur ce thème se déroulent en 3 démarches de concertation :1 – une, transverse et interne à la Mairie, sur la dimension sociale de l’activité des services ;2 – l’autre, territoriale, reposant sur des rencontres avec les habitants dans les quartiers ;3 – la troisième faite de concertations avec les partenaires de la Ville sous forme d’ateliers thématiques.1


L’un de ces ateliers a pour objet « le logement » avec pour angle d’attaque « de l’hébergement aulogement durable ». Le groupe constitué s’est réuni 3 fois depuis avril, avec des invités institutionnels etassociatifs, ainsi que les bailleurs sociaux. La 1 ère rencontre, le 27 avril, a permis un état des lieux avec laprésentation d’une étude du cabinet COMPAS qui travaille sur l’Analyse des Besoins Sociaux ; la 2 èmerencontre, le 18 mai, avait pour but de rechercher des pistes d’amélioration ; la 3 ème rencontre, le 03 juin,a mené la réflexion sur la proposition de fiches-action.Les comptes rendus de ces réunions sont consultables sur Bordeaux.fr. Toutefois, ils seront adressés àchaque membre.A l’issue de ces 3 réunions, des thèmes nécessitant un traitement particulier (sous-groupes) ont étédéfinis : le logement des jeunes et le logement insalubre.Cependant, il s’avère que l’état des lieux met en perspective une insuffisance d’information et donc lanécessité d’une amélioration de la gouvernance.Christophe SIMON précise que le thème « de l’hébergement au logement durable » est vaste, toutefoisun fil conducteur a permis de définir 3 séries de préconisations :- l’amélioration de la gouvernance- la diversification de l’offre (tels que des projets avec Emmaüs, les maisons-relais, le logementintergénérationnel…)- l’accompagnement social des publics (dispositifs à mobiliser, Garantie du Risque Locatif – GRL)Arielle PIAZZA donne des informations sur le travail entrepris par la collectivité pour favoriser l’autonomiedes jeunes, une meilleure estime de soi, notamment en facilitant l’accès au permis de conduire et enaidant à l’accession au logement.Yohan DAVID, qui anime l’atelier emploi du Projet Social, a pu constater que l’accession à un emploi estétroitement liée à l’accession à un logement, ce qui s’avère compliqué pour les personnes rencontrantdes difficultés financières. Certes, diverses structures accompagnent les jeunes, mais il reste beaucoup àfaire.Cette présentation étant faite, un tour de table permet de connaître les réalisations et les attentes dechacun.-o-o-o-o-o-o-o-o-Tour de tableMme DESGUERS-FRAGNEAU évoque le travail effectué par les structures associatives et indique qu’ilexiste des besoins de logement spécifiques concernant les jeunes en apprentissage (qui rejoignent leurcentre d’apprentissage une semaine par mois à Bordeaux) mais qu’il est difficile d’y répondre. La gestionlocative particulière pour une semaine par mois pose problème du taux d’occupation et demande uneorganisation très pointue pour les équipements qui se penchent sur cette question. Elle rappelle que lesrésidences FJT accueillent des jeunes de 16 à 30 ans pour une durée allant de un mois à deux ans avecun accompagnement socioéducatif permettant aux jeunes de se diriger vers les dispositifs de droitcommun.Elle est d’accord avec Mme PIAZZA sur le fait que le permis de conduire a une valeur symbolique pourdes jeunes qui n’ont souvent pas de bagage scolaire. C’est le premier examen pour nombre d’entre eux.Elle donne l’exemple d’une association talençaise qui a conventionné sur ce champ d’action avec leConseil Général : l’association reçoit de la part du Département une subvention lui permettant de nepayer le permis de conduire pour des jeunes en échange de travaux dans le cadre de chantiers qu’elleleur propose.Claude ROUSSEAU indique que le CLLAJ dispose d’une équipe de 10 personnes qui propose dulogement à des jeunes pour les amener à construire un parcours autonome, grâce à un loyer résiduelbas, au soutien du Fonds de Solidarité Logement (FSL) ou en sous-location. Un partenariat avec lesMissions Locales est également engagé.Isabelle TOUCHON, chargée de marketing et clientèle à Domofrance, signale qu’elle est confrontée àdes besoins de plus en plus nombreux. La loi DALO implique une priorité pour les publics jeunes etDomofrance a mis 163 logements à la disposition d’associations. Cependant, le bailleur social reste dansson rôle et délègue la gestion aux personnes morales compétentes. Domofrance a aussi en projet desRésidences Hôtelières à Vocation Sociale (RHVS).2


Marie-Claude NOEL suit les questions de logement et le Programme Local de l’Habitat de la Ville et semontre très intéressée par ces problématiques.Eliane RATELET-MONGELLAZ explique que le Plan Local d’Actions en faveur des Jeunes (PLAJE) duCCAS accueille des jeunes de 18 à 25 ans, souvent en rupture familiale et sans stabilité financière oudont les parents sont défaillants (économiquement ou sur le plan éducatif) et ne peuvent donner desgaranties pour un logement. La problématique est donc importante.Nicolas MARTIN indique qu’une politique de soutien au logement des étudiants a été lancée dès 2005par le Conseil Régional, suite à un diagnostic des besoins.Cette politique comprend des aides aux maîtres d’ouvrage HLM pour la construction de logementssociaux étudiants sur les secteurs déficitaires et des aides à la requalification pour remettre à niveau lescités universitaires anciennes du CROUS sur le campus. Elle apporte en complément des aides à lapersonne pour fluidifier l’accès au parc existant, à travers un dispositif de garantie locative (CléAquitaine) en partenariat avec la Caisse des Dépôts. Le Conseil Régional soutient le financement deslogements en étroite concertation avec la CUB : près de 700 nouvelles places réparties en 4 nouvellesrésidences ont ainsi été accompagnées depuis 2005 sur Bordeaux. Toutefois, l’offre pour les étudiantsest encore insuffisante sur certains quartiers et notamment Carreire / Saint-Augustin où la prospectionfoncière des bailleurs est à renforcer en partenariat avec la CUB et la Ville.Par ailleurs, la politique d’aide au logement s’est élargie depuis 2008 aux jeunes en formation (apprentis,stagiaires, élèves infirmiers, aides soignants) et aux jeunes salariés. Elle vise à accompagner par desaides à la pierre spécifiques la production de nouvelles solutions en résidences sociales. FJT, RHVS enprivilégiant la mixité des publics. Elle apporte également des aides pour développer le parc en souslocationou chez les particuliers (mise en relation inter-générationnel). Sur Bordeaux intra-muros, plus de30 000 jeunes s’inscrivent dans un cursus de formation professionnelle et une étude réalisée l’an dernierpar la Région a mis en relief un fort déficit de logements de courts séjours pour ces publics.Marylène COSTA indique que la Mission Locale reçoit plus de 4000 jeunes par an : 45 % ont unlogement autonome, mais 22 % ont un logement précaire (en foyer ou hébergés chez des amis) et 5 %sont en errance. Il est difficile de répondre à la demande de logement, mais aussi par la suite d’amenerles jeunes vers l’autonomie en les incitant à libérer les logements attribués.-o-o-o-o-o-o-o-o-Le logement intergénérationnelA ce sujet, Arielle PIAZZA note que ce dispositif semble moins bien fonctionner en Aquitaine qu’ailleurset se demande si le système a été bien abordé.Isabelle TOUCHON pense qu’il existe naturellement des barrières et des limites car il s’agit avant toutd’une rencontre entre individus qui ne peut être généralisée facilement.Nicolas MARTIN indique que les binômes constitués ont de toute manière une durée liée à l’état de santédes personnes âgées et que ces dernières sont moins demandeuses que les jeunes.Christophe SIMON pense qu’il faut mobiliser les publics et prévoir un accompagnement adéquat.Alexandra SIARRI suggère d’imaginer une mobilisation dans les clubs séniors.Yohan DAVID estime que le principe a plus de chance de fonctionner si l’appartement est adapté, parexemple avec 2 entrées séparées. Ce système lui paraît de plus pouvoir être une opportunité pour untravail du jeune dans le cadre de l’aide à la personne, à condition bien sûr que la personne âgée ne soitpas trop dépendante.Pour finir, il est évoqué une expérience à Rouen qui a conduit à créer une maison de retraite comportant10 % de logement pour des jeunes.A mettre en œuvre-o-o-o-o-o-o-o-o-Yohan DAVID pense que les points suivants pourraient être envisagés :- revoir l’offre d’urgence pour les jeunes en errance- l’accès au 1 er logement autonome social ou privatif- prévoir dans chaque association accompagnant les jeunes un agent spécialisé dans le logement, oumettre en place une plate forme collaborative.3


Claude ROUSSEAU pense que la mission première est :- donner de l’information,mais également- distinguer les besoins des jeunes, leurs projets et leurs moyens (car ils n’ont pas tous besoin d’unaccompagnement social) afin de développer les outils adéquats.Mme DESGUERS-FRAGNEAU indique qu’une réflexion est en cours pour un développement desactions, mais un travail est à engager :- concernant l’apprentissage de l’autonomie (par exemple, les économies sur les fluides)- pour la réalisation d’un FJT à Bordeaux Nord, il est impératif de prendre tout d’abord les projets encours d’élaboration ou de réalisation ou construction pour Habitat Jeunes Le Levain, projet deconstruction à Talence d’un équipement FJT par l’association Foyer Pour Tous. Les projets dedéveloppement des associations gestionnaires Habitat Jeunes sont structurés à partir des études deterritoire et en partenariat étroit entre les associations réunies en union régionale.Arielle PIAZZA signale que les étudiants étrangers sont de plus en plus nombreux, et qu’il estnécessaire :- d’améliorer l’accueil des étudiants étrangers dans une dimension plus humaine.Isabelle TOUCHON déclare que Domofrance a été sollicité par l’IEP dans le cadre d’Erasmus et que celaa donné de bons résultats. Il faut à son avis :- déterminer l’existant et identifier les besoins et les solutionsNicolas MARTIN indique que conformément à la carte des territoires d’intervention prioritairement durèglement d’intervention logement jeunes, dont fait partie Bordeaux. Le Conseil Régional pourraitaccompagner le développement d’une offre de logement diversifiée en collectif et-ou en diffus encohérence avec les demandes et sous réserve d’un renforcement des liens entre les gestionnaires et lesorganismes de formation.Il a estimé le besoin à environ 250 nouvelles solutions de logements.Une orientation vers les structures est nécessaire.Marylène COSTA pense qu’il importe :- de faire confiance aux travailleurs sociaux lorsqu’ils estiment qu’un jeune est solvable : trop souvent,les bailleurs désirent davantage de garanties et des cautions.Eliane RATELET-MONGELLAZ estime nécessaire d’avoir :- une lisibilité de la difficulté à accéder au logement ainsi qu’au 1 er équipement- une plateforme unique pour faciliter les recherches des jeunes-o-o-o-o-o-o-o-o-En conclusion, Christophe SIMON indique qu’un compte rendu de ces débats sera adressé prochainementà chacun. Les 1 ères conclusions relèvent de préconisations avant d’aborder une phase action. Une nouvelleréunion sera donc proposée, avec d’autres partenaires tels que le PACT ou la CUB.-o-o-o-o-o-o-o-o-4

More magazines by this user
Similar magazines