13.07.2015 Views

le journal de Gauthier - Association rêves

le journal de Gauthier - Association rêves

le journal de Gauthier - Association rêves

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Le magazine d’information <strong>de</strong> l’association Rêves //numéro 19 // Décembre 2009REPORTAGEL'engagementresponsab<strong>le</strong><strong>de</strong>s entreprisesTémoignageHistoire <strong>de</strong> parrainsDOSSIERDonner pour la vieRêves PASSIONSToute bel<strong>le</strong> Line !<strong>le</strong> <strong>journal</strong> <strong>de</strong><strong>Gauthier</strong>P. 11 à 15L’ASSOCIATION QUI RÉALISE LES RÊVESDES ENFANTS MALADES


vosquestionsDans <strong>le</strong> cadre d'une actionétudiante, puis-je organiser etaccompagner un rêve ?Emma // Lil<strong>le</strong>Chaque année, <strong>de</strong> nombreux étudiantssouhaitent nous soutenir en organisantune action à notre profit. Ces projets sontmenés dans <strong>le</strong> cadre d’un cursus scolaireet font l’objet d’une convention établie entrel’établissement et l’association. Le plussouvent, <strong>le</strong>s étudiants organisent une col<strong>le</strong>cte<strong>de</strong> fonds ou un événement (spectac<strong>le</strong>,rencontre sportive…) permettant <strong>de</strong> financer <strong>le</strong>rêve d’un enfant et <strong>de</strong> promouvoir l’association.Pour <strong>de</strong>s questions <strong>de</strong> responsabilité, <strong>de</strong>confi<strong>de</strong>ntialité et d’expérience, l’organisation<strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> est toujours gérée par l’association.Pour <strong>le</strong>s mêmes raisons, l’accompagnement<strong>de</strong>s enfants se fait obligatoirement par unbénévo<strong>le</strong> adhérent <strong>de</strong> Rêves. Néanmoins,grâce à l’action que vous choisirez <strong>de</strong> mettreen place, nous vous proposons <strong>de</strong> parrainerfinancièrement <strong>le</strong> rêve d’un enfant. Vouscontribuerez ainsi concrètement à la réalisationd’un rêve et partagerez <strong>le</strong> bonheur d’un enfant.Plus d’informations : www.reves.fr, rubriqueMobilisez-vous !Je tiens à jour un blog personnel.Pour mettre en avant votreassociation, puis-je faire un lienvers votre site ?Léa // ParisAfin <strong>de</strong> sensibiliser <strong>le</strong> plus grand nombre ànotre action auprès <strong>de</strong>s enfants mala<strong>de</strong>s, nousavons en permanence besoin <strong>de</strong> communiquer.Chacun peut nous ai<strong>de</strong>r ! Envoyez-nousl’adresse <strong>de</strong> votre blog à reves@reves.fr : aprèsl’avoir parcouru, nous vous transmettrons unebannière aux cou<strong>le</strong>urs <strong>de</strong> Rêves que vouspourrez intégrer pour faire un lien.Un don à votre associationest-il déductib<strong>le</strong> <strong>de</strong>s impôts ?Ludovic // ChâteaurouxOui. Rêves est une association reconnued’intérêt général. À ce titre, <strong>le</strong>s particuliers et<strong>le</strong>s entreprises qui font un don bénéficient <strong>de</strong>déductions fisca<strong>le</strong>s intéressantes.• Pour un particulier contribuab<strong>le</strong>, laréduction d’impôt est fixée à 66 % dumontant du don (dans la limite <strong>de</strong> 20 % <strong>de</strong>ses revenus). Un don <strong>de</strong> 50 € ne lui coûteréel<strong>le</strong>ment que 17 € !• Pour une entreprise, la déduction fisca<strong>le</strong>s’élève à 60 % du don (dans la limite <strong>de</strong>0,5 % <strong>de</strong> son CA).Le service comptab<strong>le</strong> <strong>de</strong> Rêves envoie audonateur un reçu au titre <strong>de</strong> don à joindre à sadéclaration fisca<strong>le</strong>.Ma fil<strong>le</strong> souhaite faire unbaptême en hélicoptère.L’association finance-t-el<strong>le</strong>son rêve ?Philippe // CaenDès lors que votre enfant s’inscrit dans notrechamp d’action - à savoir qu’il a entre 3 et18 ans et qu’il est atteint d’une pathologiegrave - l’association prend intégra<strong>le</strong>ment encharge l’organisation et <strong>le</strong> financement <strong>de</strong>son rêve. Les déplacements, l’hébergement,la restauration et tous <strong>le</strong>s frais annexes pourl’enfant et ses accompagnateurs sont à lacharge <strong>de</strong> Rêves.Vous souhaitez vous aussinous envoyer vos questions ?• Par mail :courriers<strong>le</strong>cteurs@reves.fr• Par courrier :<strong>Association</strong> RêvesCourrier <strong>de</strong>s <strong>le</strong>cteurs - BP 31201603 TREVOUX Ce<strong>de</strong>xLe saviez-vous ?Rêves compte une trentaine<strong>de</strong> délégations départementa<strong>le</strong>sdans toute la France.Notre association intervient sur <strong>le</strong> terrain grâceau travail <strong>de</strong> proximité <strong>de</strong> 700 bénévo<strong>le</strong>s, répartisdans nos délégations départementa<strong>le</strong>s et antennesloca<strong>le</strong>s. Rêves est éga<strong>le</strong>ment présente en Suisse eten Belgique.Les missions <strong>de</strong>s bénévo<strong>le</strong>s :• Dans <strong>le</strong>ur département, être <strong>le</strong>s interlocuteursprivilégiés <strong>de</strong>s enfants et <strong>le</strong>ur famil<strong>le</strong>• Organiser <strong>de</strong>s événements et <strong>de</strong>s opérations <strong>de</strong>col<strong>le</strong>cte <strong>de</strong> fonds• Organiser <strong>de</strong>s journées récréatives, visant à réunir<strong>le</strong>s enfants autour d’activités ludiques, sportives,culturel<strong>le</strong>s…• Accompagner <strong>le</strong>s enfants lors <strong>de</strong> la réalisation <strong>de</strong><strong>le</strong>ur rêve• Représenter et faire connaître l’association enlocal auprès <strong>de</strong> la presse, <strong>de</strong>s partenaires, <strong>de</strong>sinstitutions.Vous êtes intéressés pour faire du bénévolat dansvotre région ? Retrouvez toutes <strong>le</strong>s coordonnées <strong>de</strong>nos délégations départementa<strong>le</strong>s sur notre sitewww.reves.fr2 au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 2009


Josiane GonnotPrési<strong>de</strong>nte <strong>de</strong> l’<strong>Association</strong> RêvesChers amis,édito2009, une nouvel<strong>le</strong> année qui s’achève aux côtés <strong>de</strong>s enfantsDe nombreux vœux ont été exaucés - près <strong>de</strong> 300 - et autant <strong>de</strong> sourires que nous avons pulire sur <strong>le</strong>urs visages. Nous ne pouvons pas vous raconter tous <strong>le</strong>s <strong>rêves</strong> au fil <strong>de</strong> ces quelquespages, mais ils ont tous <strong>le</strong>ur place particulière dans nos cœurs. Souhaitons que 2010 soit aussiriche et intense pour <strong>le</strong>s enfants !Derrière tous ces moments forts se cache <strong>le</strong> travail <strong>de</strong> centaines <strong>de</strong> bénévo<strong>le</strong>s. Dans toutela France, ainsi qu’en Suisse et en Belgique, ils font don <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur temps - <strong>de</strong>s heures, <strong>de</strong>ssemaines, voire <strong>de</strong>s mois <strong>de</strong> travail - pour permettre à Rêves <strong>de</strong> mener à bien sa mission.Je voudrais saluer <strong>le</strong>ur engagement, <strong>le</strong>ur détermination et <strong>le</strong>ur motivation.6 février 2010 : “Rêves en fête” rend hommage aux enfantsNous organisons à Lyon, berceau <strong>de</strong> l’association, un événement festif qui réunit enfants etsympathisants <strong>de</strong> Rêves, venant <strong>de</strong> toute la France. Cette journée célèbre 15 années passéesensemb<strong>le</strong> à rêver. Quinze années d’émotions <strong>de</strong>puis <strong>le</strong> 1 er rêve <strong>de</strong> l’association réalisé enoctobre 1994, celui <strong>de</strong> Marjorie qui rencontra Patrick Bruel…Cet événement me tient particulièrement à cœur. Il représente symboliquement tous <strong>le</strong>s enfants<strong>de</strong> notre association qui ont vu, un jour, <strong>le</strong>ur rêve <strong>de</strong>venir réalité. C’est notre manière <strong>de</strong> <strong>le</strong>smettre à l’honneur. C’est aussi une façon <strong>de</strong> se remobiliser, tous ensemb<strong>le</strong>, pour continuer à<strong>le</strong>ur offrir <strong>de</strong> nombreuses occasions <strong>de</strong> rêver •sommaire4/56zoom régionIsère, Drôme, Ardèche, Savoie…Construire l’avenirreportageEngagement responsab<strong>le</strong><strong>de</strong>s entreprisestémoignage7 Sur la route <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong>DOSSIER8/9 Donner pour la vie<strong>le</strong>s <strong>rêves</strong>10 Toute bel<strong>le</strong>, Line !<strong>le</strong> <strong>journal</strong>11 <strong>de</strong> <strong>Gauthier</strong>Au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> n° 19 • Dépôt Légal : 4 e trimestre 2009 - N° ISSN : 1772-1040 • Directeur <strong>de</strong> la Publication : Josiane Gonnot• Concepteur : James White • Éditeur : Marie-Chantal Brosse • Rédacteur en Chef : Sophie Gaguin• Rédaction : Catherine Decombe-Joulain, Didier Georges, <strong>Gauthier</strong> Decool • Secrétaire <strong>de</strong> rédaction : Jacqueline Di Mauro •Photographies : <strong>Association</strong> Rêves et Michel Duong - Photo <strong>de</strong> couverture : Christel<strong>le</strong>, Nagui et Kevin sur l'émission “Tout <strong>le</strong> mon<strong>de</strong> veut prendresa place” • Impression : Imprimerie Delta • Tous droits réservés • Reproduction interdite • Cette revue est imprimée gracieusement grâce àl’imprimerie Delta et <strong>le</strong>s Papeteries <strong>de</strong> France • Rêves est une <strong>Association</strong> loi 1901, reconnue œuvre <strong>de</strong> bienfaisance d’intérêt général àcaractère social • Centre National : 333 allée Antoine Millan - BP 312 - 01603 Trévoux Ce<strong>de</strong>xTél. 04 74 08 87 70 • Fax 04 74 00 60 42 • E-mail : reves@reves.fr • www.reves.frau cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 20093


ZOOM RÉGIONLes bénévo<strong>le</strong>s nous montrent l’exemp<strong>le</strong>Isère, Drôme, Ardèche, Savoie…Construire l’avenirÀ la veil<strong>le</strong> <strong>de</strong> célébrer “Rêves en fête”, l’anniversaire <strong>de</strong>s 15 ans <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> <strong>de</strong>s enfants, <strong>de</strong>s pionniers dévoi<strong>le</strong>nt <strong>le</strong>s raisons <strong>de</strong> <strong>le</strong>urengagement. En 1994, une petite équipe se mobilise au service <strong>de</strong>s enfants mala<strong>de</strong>s dans un objectif précis : <strong>le</strong>ur permettre <strong>de</strong>concrétiser <strong>le</strong>urs <strong>rêves</strong>. C’est cette équipe qui va donner naissance à l’association Rêves. Des bénévo<strong>le</strong>s, <strong>de</strong>s ambassa<strong>de</strong>urs, <strong>de</strong>spartenaires et <strong>de</strong>s parents vont alors mettre toute <strong>le</strong>ur énergie à disposition <strong>de</strong>s enfants.Parmi eux, il y a Annick Gambin, lamaman <strong>de</strong> Virginie, qui est confrontéeà la pire <strong>de</strong>s épreuves. “La maladie <strong>de</strong>ma fil<strong>le</strong>, sa souffrance puis son décèssi injuste, m’ont à jamais meurtrie. Virginie adoraitVanessa Paradis. En janvier 1995, el<strong>le</strong> a pu réaliserson rêve en faisant sa connaissance. Cette rencontrelui a redonné l’envie <strong>de</strong> se battre. La souffrance,l’hôpital et même la maladie étaient occultés…El<strong>le</strong>s se téléphonaient chaque semaine et avaientprogrammé <strong>de</strong> se revoir. À chaque rencontre, àchaque appel, Virginie était sur un nuage, radieuse.Et nous aussi, nous étions transformés par sonsourire. C’est à la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong> Virginie que Vanessaa accepté <strong>de</strong> <strong>de</strong>venir la marraine <strong>de</strong> Rêves. Virginienous a quittés <strong>le</strong> 17 août 1995.”C’est ainsi qu’Annick Gambin évoque un passédouloureux à partir duquel el<strong>le</strong> a dû se reconstruire…“J’ai refusé <strong>de</strong> baisser <strong>le</strong>s bras. Je me suis alorsmise à la disposition <strong>de</strong> l’association. Je voulais,comme Virginie, que d’autres enfants connaissentces moments <strong>de</strong> bonheur. En 2001, ChristopheChar<strong>le</strong>t, (à l’origine <strong>de</strong> la création <strong>de</strong> Rêves), m’a<strong>de</strong>mandé <strong>de</strong> créer une délégation en Isère. Je mesuis alors engagée à fond à ses côtés. L’association,maintenant, c’est ma vie. En me battant pour cesenfants, je veux <strong>le</strong>ur donner la possibilité <strong>de</strong> vivre <strong>le</strong>plus beau jour <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur vie, comme Virginie.”Rêves Isère, c’est aujourd’hui une trentaine <strong>de</strong>bénévo<strong>le</strong>s avec <strong>de</strong>ux antennes loca<strong>le</strong>s, Grenob<strong>le</strong> etBourgoin-La Tour du Pin. Forte <strong>de</strong> son dynamismecommunicatif, Annick a aussi impulsé la création<strong>de</strong> trois autres délégations : la Drôme, l’Ardècheet la Savoie. “Au début, on n’avait rien, rien qu’uneénorme motivation. Notre première opération,c’était dans <strong>le</strong> cadre du festival <strong>de</strong> Jazz à Vienne.Nous avions bricolé un stand. C’est là où je me suisrendu compte que pour Rêves, j’étais capab<strong>le</strong> <strong>de</strong>déplacer <strong>de</strong>s montagnes. Moi qui ai toujours eupeur <strong>de</strong> déranger, je n’hésitais plus à al<strong>le</strong>r au <strong>de</strong>vant<strong>de</strong>s gens. En travaillant pour <strong>le</strong>s enfants, je reprenaisconfiance en moi.”Au fil <strong>de</strong>s années, la délégation iséroise s’eststructurée et s’est fait connaître dans la région.Plus <strong>de</strong> 150 <strong>rêves</strong> ont été réalisés <strong>de</strong>puis 2001 ! Lasolidarité, l’engagement, l’amitié qui y règnent sont<strong>le</strong>s raisons <strong>de</strong> son succès, mais pas seu<strong>le</strong>ment.“Nous travaillons tous sans notion <strong>de</strong> hiérarchie. Laclé <strong>de</strong> notre cohésion, c’est <strong>le</strong> respect mutuel et laconscience que nous n’arriverons à rien <strong>le</strong>s uns sans<strong>le</strong>s autres. Chacun exprime ses idées sans censureet c’est ensemb<strong>le</strong> que nous prenons <strong>le</strong>s décisions.Chacun apporte ses compétences, ses relations, etc’est cette complémentarité qui fait notre force.”Annick Gambin (4 e gauche) entourée <strong>de</strong>s bénévo<strong>le</strong>s <strong>de</strong> Rêves IsèreAnnick est maintenant résolument tournée versl’avenir. C’est en pensant à ceux qui, dans <strong>le</strong>urdépartement, vont créer <strong>de</strong> nouvel<strong>le</strong>s délégations,qu’el<strong>le</strong> propose ses conseils et son expérience.C’est ce qui s’est passé en 2007 avec la créationd’une délégation dans la Drôme. Un an plus tôt, suiteau rêve réalisé par son petit frère, Delphine Maret,était <strong>de</strong>venue bénévo<strong>le</strong> <strong>de</strong> Rêves Isère. “L’été 2007j’ai déménagé à Montélimar. Être bénévo<strong>le</strong> pourRêves était important pour moi, et il n’était pas4 au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 2009


Delphine Maret (3 e à droite) et son équipe <strong>de</strong> Rêves Drômequestion que je m’arrête. Mais j’avais peur <strong>de</strong> créerune délégation départementa<strong>le</strong> toute seu<strong>le</strong>. Annickm’a accompagnée dans <strong>le</strong>s premières démarches.El<strong>le</strong> se déplaçait en ren<strong>de</strong>z-vous avec moi, meconseillait sur la façon <strong>de</strong> présenter l’association, <strong>de</strong>trouver <strong>de</strong>s bénévo<strong>le</strong>s… Aujourd’hui, nous sommesune équipe <strong>de</strong> huit bénévo<strong>le</strong>s et nous volons <strong>de</strong> nospropres ai<strong>le</strong>s ! Nous continuons à mener <strong>de</strong>s actionscommunes avec l’Isère et, <strong>de</strong>puis l’an <strong>de</strong>rnier, avecl’Ardèche : en juin 2010, nous organisons unejournée d’initiation au ski nautique avec <strong>le</strong>s enfants<strong>de</strong> nos trois départements.”Tout comme Delphine Maret, Corinne Esclaine,prési<strong>de</strong>nte <strong>de</strong> Rêves Ardèche <strong>de</strong>puis bientôt 2 ans,apprécie <strong>de</strong> pouvoir compter sur ses voisines. “Jeconnais Rêves <strong>de</strong>puis longtemps puisque ma fil<strong>le</strong>,Mathil<strong>de</strong>, a réalisé son rêve à New York en 2006.L’idée <strong>de</strong> <strong>de</strong>venir bénévo<strong>le</strong> me trottait dans la tête.Le déclic ? Quand Delphine a invité Mathil<strong>de</strong> à par<strong>le</strong>r<strong>de</strong> son rêve sur Radio France B<strong>le</strong>u. Je me suis ditqu’il fallait que je me lance. J’apprécie énormémentl’ai<strong>de</strong> et <strong>le</strong>s conseils <strong>de</strong> Rêves Drôme et <strong>de</strong> RêvesIsère. Entre délégations, nous nous donnons <strong>de</strong>scoups <strong>de</strong> main et nous sommes complémentaires.Même si l’on ne fonctionne pas toujours avecla même mécanique, c’est agréab<strong>le</strong> d’organiser<strong>de</strong>s journées communes où tous <strong>le</strong>s enfants sontréunis.”Quinze ans après, Annick Gambin est plus motivéeque jamais. El<strong>le</strong> sait combien un rêve peut toutchanger, combien <strong>le</strong> sourire d’un enfant est précieuxet qu’il peut redonner vie à toute une famil<strong>le</strong>.El<strong>le</strong> sait faire partager cet enthousiasme à sonéquipe <strong>de</strong> bénévo<strong>le</strong>s et aux nouvel<strong>le</strong>s délégationsdans la région. La <strong>de</strong>rnière en date ? Rêves Savoiequi a vu <strong>le</strong> jour en 2009 et qu’el<strong>le</strong> accompagne dansses premiers mois d’action. “Chez Rêves, nous <strong>le</strong>savons bien, c’est cette diversité dans <strong>le</strong>s régionsqui fait toute la richesse <strong>de</strong> notre association. Leseul conseil que je puisse donner aux nouveaux,c’est <strong>de</strong> voir loin, que tout projet s’inscrit dans uneperspective d’avenir. Ne jamais baisser <strong>le</strong>s bras. Aubout du compte, il y a <strong>le</strong> bonheur d’un enfant.”b Rêves IsèreAnnick GAMBIN – 04 74 85 80 92reves38@reves-france.comb Antenne <strong>de</strong> Grenob<strong>le</strong>Nora BEHOUCHE – 06 63 78 39 49revesgrenob<strong>le</strong>@reves-france.comb Rêves DrômeDelphine MARET - 06 26 33 31 69reves26@reves-france.comb Rêves ArdècheCorinne ESCLAINE - 06 42 90 62 91reves07@reves-france.comb Rêves SavoieVéronique PARET - 06 70 12 42 63reves73@reves-france.comCorinne Esclaine et ses fil<strong>le</strong>s, toutes <strong>de</strong>ux bénévo<strong>le</strong>sau cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 20095


REPORTAGEEngagement responsab<strong>le</strong><strong>de</strong>s entreprisesDepuis 20 ans, <strong>le</strong>s entreprisess’engagent dans <strong>de</strong>s actions<strong>de</strong> mécénat et <strong>de</strong> parrainaged’associations. Ces <strong>de</strong>rnières années,<strong>le</strong> phénomène est en p<strong>le</strong>ine expansion : en2008, 2,5 milliards d’euros* étaient consacrésau mécénat par <strong>le</strong>s entreprises françaises,notamment dans <strong>le</strong> domaine <strong>de</strong> la solidarité.Cette démarche citoyenne, plébiscitée par <strong>le</strong>grand public et encouragée par <strong>le</strong>s déductionsfisca<strong>le</strong>s, est une manière pour <strong>le</strong>s entreprisesd’exprimer <strong>le</strong>ur responsabilité sociéta<strong>le</strong>,d’affirmer <strong>le</strong>ur i<strong>de</strong>ntité en communiquant sur<strong>le</strong>urs actions en interne, comme à l'externe.Pourquoi <strong>le</strong>s entreprisess’engagent-el<strong>le</strong>s ?Ce sont aujourd’hui 23 % <strong>de</strong>s sociétés <strong>de</strong> plus<strong>de</strong> 20 salariés, soit plus <strong>de</strong> 30 000* entreprises,qui s’impliquent dans <strong>le</strong> mécénat en France. Si<strong>le</strong>s actions dans <strong>le</strong> domaine <strong>de</strong> la solidarité et <strong>de</strong>l’humanitaire sont en tête, <strong>le</strong>s entreprises affirmentéga<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>ur engagement citoyen dans la culture,<strong>le</strong> sport et la protection <strong>de</strong> l’environnement.Face aux enjeux sociétaux (exclusion, santé,réchauffement climatique…) et à <strong>le</strong>ur poids dansla conscience col<strong>le</strong>ctive, <strong>le</strong>s entreprises ne secontentent plus <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur seu<strong>le</strong> fonction marchan<strong>de</strong>,mais ont véritab<strong>le</strong>ment un rô<strong>le</strong> citoyen à jouer dansla société. Portées par la vague du développementdurab<strong>le</strong>, c’est une façon d’exprimer <strong>le</strong>urs va<strong>le</strong>urset <strong>de</strong> <strong>le</strong>s légitimer en s’engageant dans <strong>de</strong>sactions concrètes. Ce qui peut faire la différenceauprès <strong>de</strong>s consommateurs : en effet, 86 %<strong>de</strong>s citoyens estiment que <strong>le</strong>s entreprises ont laresponsabilité d’agir pour <strong>de</strong>s causes d’intérêtgénéral** et apprécient <strong>le</strong>urs démarches aux côtésd’associations. D’autre part, la loi du 1 er août2003 relative au mécénat offre aux entreprises lapossibilité <strong>de</strong> déduire 60 % du montant <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur don.Enfin, l’engagement citoyen <strong>de</strong> l’entreprise permet<strong>de</strong> fédérer ses salariés autour d’un projet solidaire,voire même <strong>de</strong> <strong>le</strong>s impliquer à travers une nouvel<strong>le</strong>forme <strong>de</strong> bénévolat : <strong>le</strong> mécénat <strong>de</strong> compétence.Comment <strong>le</strong>s entreprisess’engagent-el<strong>le</strong>s ?Les mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> partenariats entre entreprises etassociations se diversifient. Si, pendant longtemps,<strong>le</strong>s partenariats se limitaient au simp<strong>le</strong> don financier,encore <strong>le</strong> plus courant, ils prennent aujourd’huidifférentes formes.De plus en plus, <strong>le</strong>s entreprises apportent <strong>le</strong>ursoutien à travers la mise en place d’opérations <strong>de</strong>solidarité, tel<strong>le</strong>s que <strong>le</strong>s produits-partage ou <strong>le</strong>sévénements caritatifs. Au-<strong>de</strong>là du bénéfice financier,ces opérations sont souvent génératrices <strong>de</strong>communication, améliorant l’image <strong>de</strong> l’entrepriseet la notoriété <strong>de</strong> l’association. Les entreprisespeuvent éga<strong>le</strong>ment offrir <strong>le</strong>ur ai<strong>de</strong> en nature, sousTrois questions à Christel<strong>le</strong> P<strong>le</strong>ynet-Fillol,Responsab<strong>le</strong> du partenariat humanitairechez Air FranceComment s’articu<strong>le</strong> la politique <strong>de</strong>mécénat d’Air France ?“L'engagement humanitaire fait partie <strong>de</strong>la démarche globa<strong>le</strong> d'Air France, en tantqu'entreprise et transporteur. Cet engagementest aujourd'hui une réalité quotidienne au travers<strong>de</strong> 3 axes forts : la Fondation Air Francedont la mission consiste en l'ai<strong>de</strong> à l'enfanceen détresse en France et dans <strong>le</strong> mon<strong>de</strong>, <strong>le</strong>Partenariat Humanitaire dont l'action estprincipa<strong>le</strong>ment dédiée au soutien logistique <strong>de</strong>sassociations à caractère médical, aux enfants enurgence <strong>de</strong> soins et à la recherche. Enfin, Actingfor Life, organisation <strong>de</strong> solidarité internationa<strong>le</strong>qui apporte un soutien financier, humain etlogistique à <strong>de</strong>s ONG dans <strong>le</strong>s pays en voie <strong>de</strong>développement.”Pouvez-vous me donner quelquesexemp<strong>le</strong>s d’actions aux côtés <strong>de</strong>sassociations ?“Depuis bientôt 30 ans, <strong>le</strong> partenariat d'AirFrance avec Aviation sans Frontières permetl'accompagnement <strong>de</strong> nombreux enfantsforme <strong>de</strong> don <strong>de</strong> produits ou <strong>de</strong> technologie. Unenouvel<strong>le</strong> forme fait son apparition : <strong>le</strong> mécénat <strong>de</strong>compétence, qui consiste à mettre ses salariésà disposition <strong>de</strong> l’association durant <strong>le</strong>s heures<strong>de</strong> travail. Char<strong>le</strong>s-Benoit Heidsiek, fondateur <strong>de</strong>l’association Le Rameau (qui vise à renforcer <strong>le</strong>sliens entre associations en entreprises) mise mêmesur <strong>le</strong> mécénat d’expertise partagée. Les entreprisesreconnaissent <strong>le</strong> savoir-faire <strong>de</strong>s associations dans<strong>le</strong>ur domaine <strong>de</strong> prédi<strong>le</strong>ction et considèrent qu’el<strong>le</strong>speuvent être source d’une expertise (pour optimiser<strong>le</strong>ur démarche écologique par exemp<strong>le</strong>).* Chiffres 2008, d’après une enquête <strong>de</strong> l’ADMICAL / CSA** D’après une étu<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’ARPEAmala<strong>de</strong>s et l'envoi <strong>de</strong> médicaments vers <strong>le</strong>spays en voie <strong>de</strong> développement. Air France estéga<strong>le</strong>ment engagée auprès d'ECPAT <strong>de</strong>puis1994, attirant ainsi l'attention <strong>de</strong> ses passagerssur <strong>le</strong> drame du tourisme sexuel impliquant <strong>le</strong>senfants, et <strong>de</strong>puis 1999 aux côtés <strong>de</strong> l’INSERMau profit <strong>de</strong>s enfants atteints <strong>de</strong> maladies rares.Autant d'exemp<strong>le</strong>s d'actions soutenues par AirFrance.”Air France offre chaque année <strong>de</strong>sbil<strong>le</strong>ts d’avion à Rêves : que représentece partenariat ?“Au travers du Partenariat Humanitaire, AirFrance apporte son ai<strong>de</strong> logistique à l'associationRêves, et facilite ainsi la réalisation du rêve <strong>de</strong>senfants gravement mala<strong>de</strong>s. Une façon pournous <strong>de</strong> participer au soutien <strong>de</strong> ces enfantsà travers un sourire et un rayon <strong>de</strong> so<strong>le</strong>il, siimportants au cours <strong>de</strong>s longs traitements qui<strong>le</strong>ur sont imposés.”Yvan s’est envolé à New-York grâce aupartenariat entre Rêves et Air France6au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 2009


Histoire <strong>de</strong> parrains...TÉMOIGNAGESur la route <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong>[ Grâce à notrecamping-car,nous réalisonsnotre rêve…et celui <strong>de</strong>Jérémie ! ]À gauche : Sébastien, Gwenaël<strong>le</strong> et <strong>le</strong>urs <strong>de</strong>ux jeunes enfants. À droite : Jérémie, sa sœur, sa maman et sa cousine.Gwenaël<strong>le</strong>et SébastienGwenaël<strong>le</strong> et Sébastien ont un rêve : celui <strong>de</strong>parcourir <strong>le</strong>s routes d’Amérique du Sud avec<strong>le</strong>ur camping-car. Mais avant <strong>de</strong> <strong>le</strong> réaliser, cejeune coup<strong>le</strong> a décidé d’ai<strong>de</strong>r <strong>le</strong> petit Jérémieà vivre son propre rêve.Histoire d’une rencontre entre petit et grandsrêveurs, racontée par Gwenaël<strong>le</strong>…“Il y a trois ans, en cherchant à faire du bénévolatdans mon département, j’ai découvert l’associationRêves sur internet. Depuis, je suis régulièrementses actions sur son site. Dernièrement, enconsultant la rubrique <strong>de</strong>s “<strong>rêves</strong> en attente”, j’aidécouvert qu’un jeune Jérémie souhaitait voyageren camping-car. Coïnci<strong>de</strong>nce : avec mon mari etmes enfants, nous étions précisément en p<strong>le</strong>inspréparatifs pour concrétiser notre rêve - celui <strong>de</strong>partir un an sur <strong>le</strong>s routes d’Amérique du Sud encamping-car ! Nous avons contacté l’associationpour lui proposer <strong>de</strong> prêter notre véhicu<strong>le</strong>. Nousavons tout <strong>de</strong> suite reçu un retour positif : Rêvesallait proposer à Jérémie et sa famil<strong>le</strong> une semaine<strong>de</strong> vacances dans notre camping-car. Pour al<strong>le</strong>rjusqu’au bout <strong>de</strong> la démarche, nous avons souhaitéfinancer <strong>le</strong> projet <strong>de</strong> Jérémie. Nous avons envoyé<strong>de</strong>s mails à toute notre famil<strong>le</strong> et à notre entouragepour solliciter <strong>le</strong>ur ai<strong>de</strong> : en trois semaines, nousavions réuni la somme nécessaire - et même un peuplus ! Nos proches nous ont avoué qu’ils avaientdéjà souhaité faire <strong>de</strong>s dons caritatifs, mais ils nesavaient pas vers quel<strong>le</strong> association se tourner. Cequi <strong>le</strong>ur a plu, c’est que ce rêve était concret : ilssavaient à quoi allait servir <strong>le</strong>ur don.Nous avons donc rencontré Jérémie et sa famil<strong>le</strong>pour <strong>le</strong>ur remettre <strong>le</strong>s clés du camping-car et <strong>le</strong>urfaire nos recommandations. Ne <strong>le</strong>s connaissantpas, je dois avouer que nous avions quelquesinquiétu<strong>de</strong>s. Mais nous avons rencontré une famil<strong>le</strong>adorab<strong>le</strong> avec qui <strong>le</strong> courant est tout <strong>de</strong> suitepassé.Pour nous, ce n’était pas grand-chose, mais nousavons réel<strong>le</strong>ment eu l’impression d’ai<strong>de</strong>r Jérémie.Si nous avons pu l’éloigner ne serait-ce qu’unesemaine <strong>de</strong> la maladie, c’est déjà ça… Au retour <strong>de</strong>ses vacances, Jérémie nous a raconté son périp<strong>le</strong><strong>le</strong> long <strong>de</strong> la côte atlantique et nous a transmis<strong>de</strong>s photos. C’était la première fois qu’il passait unséjour en camping-car et il a adoré !Dans quelques jours, c’est à notre tour <strong>de</strong> partiren voyage pour l’Amérique du Sud… Nous avonsparlé <strong>de</strong> ce projet à Jérémie et il va nous “suivre”pendant un an à travers notre blog. C’est une façon<strong>de</strong> continuer à <strong>le</strong> faire rêver. Nous avons promis <strong>de</strong>lui envoyer <strong>de</strong>s photos, en particulier cel<strong>le</strong>s <strong>de</strong>sanimaux que nous allons croiser là-bas ! Le ren<strong>de</strong>zvousest déjà pris à notre retour pour lui raconternotre aventure…”Suivez <strong>le</strong> voyage <strong>de</strong> la famil<strong>le</strong> Bellon :www.uneetoi<strong>le</strong>dans<strong>le</strong>coeur.comau cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 20097


DOSSIER[ Les progrès enmatière <strong>de</strong> greffessont prodigieux.Soyez confiants ! ]Pr Olivier BastienDonner pour la vieLe saviez-vous ? En 2009, François Fillon a accordé au “don <strong>de</strong> vie” <strong>le</strong> label Gran<strong>de</strong> Cause Nationa<strong>le</strong>. Avec cette année qui s’achève,nous avons décidé <strong>de</strong> relayer ce message avec la participation du Professeur Olivier Bastien, qui dirige la Commission transplantation<strong>de</strong>s Hospices Civils <strong>de</strong> Lyon.Pourquoi certains enfants ont-ilsbesoin d’être greffés ?Chez l'enfant, plusieurs organes peuvent êtregreffés - foie, rein, cœur, poumon, intestin - pourune infinité <strong>de</strong> raisons. L’organe peut ainsi êtreatteint dès la naissance à cause d’une anomalie<strong>de</strong> développement, d’un défaut congénital, ouplus tard à cause d’une maladie du métabolismeou suite à une infection. Certains enfants, atteints<strong>de</strong> forme sévère <strong>de</strong> mucoviscidose, peuvent avoirbesoin d’une doub<strong>le</strong> greffe <strong>de</strong> poumons et <strong>de</strong> foieen même temps.Les greffes pour <strong>le</strong>s enfants,c’est la même chose que pour<strong>le</strong>s adultes ?En général, l'âge du donneur doit être en rapportavec celui du receveur. La greffe d’organe pour <strong>le</strong>senfants se heurte en effet au souci <strong>de</strong> trouver undonneur compatib<strong>le</strong>, ayant un organe <strong>de</strong> tail<strong>le</strong> àpeu près équiva<strong>le</strong>nte à cel<strong>le</strong> d’un enfant. Un bébé<strong>de</strong> 5 kg ne peut pas recevoir un rein d’adulte maisun enfant plus âgé peut recevoir un organe d’unadulte <strong>de</strong> faib<strong>le</strong> poids et <strong>de</strong> petite tail<strong>le</strong>.Pour <strong>le</strong> cœur, c’est particulier car<strong>le</strong>s morphologies diffèrent selonl’âge. Pour <strong>le</strong>s poumons et<strong>le</strong> foie, il est possib<strong>le</strong><strong>de</strong> transplanter unepartieseu<strong>le</strong>ment <strong>de</strong> l’organe d’un adulte sur un enfant.Ainsi, à Lyon, une équipe est capab<strong>le</strong> <strong>de</strong> partagerun greffon hépatique pour en faire bénéficier <strong>de</strong>uxreceveurs - <strong>le</strong> plus souvent un enfant et un adulte.Le nombre <strong>de</strong> donneursreste inférieur au nombre <strong>de</strong>personnes en attente <strong>de</strong> greffe.Quel<strong>le</strong>s solutions face à cetteréalité ?En 2008, 13 687 personnes ont eu besoin d'unegreffe et 1 563 personnes ont été pré<strong>le</strong>vées <strong>de</strong>quatre organes en moyenne. Longtemps, <strong>le</strong>sacci<strong>de</strong>ntés <strong>de</strong> la route constituaient la majorité <strong>de</strong>sdonneurs d’organes.Ce n’est plus <strong>le</strong> cas aujourd’hui, car <strong>le</strong> nombred’acci<strong>de</strong>nts a chuté - et c’est une excel<strong>le</strong>ntenouvel<strong>le</strong> - et <strong>le</strong>s services d’urgence se sontbien améliorés. Désormais, <strong>le</strong>s donneurs sontprincipa<strong>le</strong>ment <strong>de</strong>s personnes décédées d'unacci<strong>de</strong>nt vasculaire cérébral.Face à la pénurie d’organes, nous cherchonsà améliorer <strong>le</strong>sprélèvements chez <strong>le</strong>s personnes décédées <strong>de</strong>mort cardiaque. Auparavant, c'était impossib<strong>le</strong>,l'arrêt cardiaque provoquait <strong>de</strong>s lésions réna<strong>le</strong>strop importantes.Lyon est pionnière en matière <strong>de</strong> prélèvements <strong>de</strong>reins sur donneur à cœur arrêté, qui augmentent <strong>le</strong>nombre <strong>de</strong> greffons potentiels. La technique <strong>de</strong>vraitprochainement être adaptée et autorisée pour <strong>le</strong>sprélèvements <strong>de</strong> foies.Nous travaillons aussi pour développer <strong>le</strong>s greffesprovenant <strong>de</strong> donneurs vivants. Il est ainsi possib<strong>le</strong><strong>de</strong> greffer un petit enfant en pré<strong>le</strong>vant une partie dufoie d'un <strong>de</strong> ses parents.La greffe <strong>de</strong> cœur artificiel pour <strong>le</strong>s enfantsse développe aussi, mais cela reste encoreexceptionnel.Mais même si <strong>le</strong>s progrès <strong>de</strong> la mé<strong>de</strong>cine ren<strong>de</strong>ntpossib<strong>le</strong> la préservation d’organes provenant<strong>de</strong> donneurs décédés d’un arrêt du cœur et <strong>le</strong>stransplantations à partir <strong>de</strong> donneurs vivants, <strong>le</strong>sdons d’organes restent insuffisants. C’est pourquoiil faudrait que tous ceux qui acceptent d’offrir <strong>le</strong>ursorganes à <strong>le</strong>ur mort n’hésitent pas à en par<strong>le</strong>rautour d’eux. Nous sommes tous concernés,même <strong>le</strong>s plus âgés. Les reins et <strong>le</strong>s poumonssont en parfait état <strong>de</strong> fonctionnement chez unepersonne <strong>de</strong> 70 ans en bonne santé qui n'a jamaisfumé, et ils peuvent être pré<strong>le</strong>vés et greffés.Pour <strong>le</strong>s enfants, j’aimerais ajouter que <strong>le</strong>s progrèsen matière <strong>de</strong> greffes sont aujourd’hui prodigieux.La recherche avance et permettra bientôt d’affinerencore <strong>le</strong>s traitements antirejet, déjà mieux toléréset plus simp<strong>le</strong>s à suivre.Avec l’évolution <strong>de</strong>s bonnes pratiques,l’amélioration <strong>de</strong>s programmes d’entraînementaux gestes chirurgicaux, <strong>le</strong> développement <strong>de</strong>réseaux <strong>de</strong> compétences complémentaires, <strong>le</strong>sperformances <strong>de</strong>s transplantations augmentent.Soyez confiants !8 au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 2009


c Un nouveau cœur, une nouvel<strong>le</strong> vieTout savoirsur <strong>le</strong> Don <strong>de</strong> VieMathil<strong>de</strong> a reçu un cœur en février <strong>de</strong>rnier.Ce qui a changé ? El<strong>le</strong> n’a plus d'épée <strong>de</strong>Damoclès sur sa tête. Mathil<strong>de</strong> est encore uneenfant fragi<strong>le</strong> à cause <strong>de</strong>s risques <strong>de</strong> rejet,mais <strong>le</strong> compte à rebours est terminé. Il a duré20 mois et 20 jours, avant d’obtenir un cœur.Sa maman raconte…“Mathil<strong>de</strong> avait 18 jours quand <strong>le</strong>s mé<strong>de</strong>cins ontdiagnostiqué une cardiomyopathie : une maladiedu musc<strong>le</strong> cardiaque. Lorsqu’el<strong>le</strong> était bébé,el<strong>le</strong> mangeait peu et grandissait moins vite que<strong>le</strong>s autres. El<strong>le</strong> ne pouvait pas vivre comme <strong>le</strong>senfants <strong>de</strong> son âge. El<strong>le</strong> s’essoufflait très vite etportait en permanence son cathéter et sa son<strong>de</strong>.J’ai arrêté <strong>de</strong> travail<strong>le</strong>r pour m’occuper d’el<strong>le</strong> àp<strong>le</strong>in temps. Je l’ai beaucoup stimulé pour lui faireoublier la maladie. Mathil<strong>de</strong> a toujours été viveet p<strong>le</strong>ine d’entrain. Mais parfois, el<strong>le</strong> me disait :“Ce n’est pas une vie d’être branchée toute lajournée !”Nous attendions tous l’appel <strong>de</strong> l’hôpital qui allaitchanger notre vie. Quand nous l’avons reçu,Mathil<strong>de</strong> était très inquiète. El<strong>le</strong> avait peur, peur <strong>de</strong>ne pas se réveil<strong>le</strong>r. Mais je lui ai expliqué tout cequ’el<strong>le</strong> allait pouvoir faire avec ce nouveau cœuret el<strong>le</strong> m’a dit : “Ok, on y va !”Depuis la greffe, el<strong>le</strong> vit norma<strong>le</strong>ment. El<strong>le</strong> supportebien son nouveau cœur. Le plus important cethiver, c’est qu’el<strong>le</strong> n’attrape pas <strong>de</strong> microbescar son système immunitaire est affaibli à cause<strong>de</strong>s traitements antirejet. C’est une enfant encorefragi<strong>le</strong>. Mais el<strong>le</strong> peut al<strong>le</strong>r à l’éco<strong>le</strong> et nous nesommes plus obligés <strong>de</strong> rester à Paris en attendantl’appel <strong>de</strong> l’hôpital Necker. Ses premières paro<strong>le</strong>sau mé<strong>de</strong>cin qui l’a greffée : “Merci. Maintenant, jevais pouvoir partir en vacances !”Nous pouvons <strong>de</strong> nouveau nous ouvrir aux autres.Nous nous étions isolés à cause <strong>de</strong> la maladie.Gérer <strong>le</strong>s déplacements était compliqué avectout <strong>le</strong> matériel médical, <strong>le</strong>s traitements. Depuis lagreffe, el<strong>le</strong> invite tout <strong>le</strong> mon<strong>de</strong> à la maison. C’estmoi qui suis épuisée !Je suis si reconnaissante envers la famil<strong>le</strong> qui aoffert à Mathil<strong>de</strong> <strong>le</strong> cœur <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur enfant disparu.Ce sont <strong>de</strong>s gens p<strong>le</strong>ins d’amour : dans la dou<strong>le</strong>ur<strong>de</strong> la perte <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur enfant, ils ont permis à Mathil<strong>de</strong><strong>de</strong> revivre. Je pense à eux chaque secon<strong>de</strong>,lorsque je vois ma fil<strong>le</strong> vivante et heureuse. Je ne<strong>le</strong>s connaîtrai jamais, mais j’ai envie <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur offrir<strong>le</strong>s éclats <strong>de</strong> rire <strong>de</strong> ma fil<strong>le</strong>. Beaucoup d’enfantsont certainement été sauvés grâce à <strong>le</strong>ur décision,<strong>de</strong>s enfants qui attendaient une greffe <strong>de</strong> foie, <strong>de</strong>reins, <strong>de</strong> poumons… J’espère qu’au ciel, cetenfant qui <strong>le</strong>s a quittés peut voir vivre Mathil<strong>de</strong>. Jefais tout pour qu’el<strong>le</strong> soit heureuse, je suis garante<strong>de</strong> son bonheur, en l’honneur <strong>de</strong> cet enfant.Aujourd’hui, ma seu<strong>le</strong> ambition, c’est d’honorerce petit cœur. ”La Fondation Greffe <strong>de</strong> Vie, créée en 2006, secharge aussi bien d’ai<strong>de</strong> aux mala<strong>de</strong>s, <strong>de</strong> soutienaux activités hospitalières que d’information et <strong>de</strong>sensibilisation.Face à la pénurie <strong>de</strong> dons d’organes, la Fondationvise à ce que tous connaissent, d’ici à 5 ans, la loifrançaise sur <strong>le</strong> don d’organes. Cette loi préciseque <strong>le</strong> don d’organes est gratuit, anonyme etest basé sur <strong>le</strong> droit d’opposition. En clair, toutepersonne qui, <strong>de</strong> son vivant, ne s’est pas déclaréecontre <strong>le</strong> don <strong>de</strong> ses organes, est susceptib<strong>le</strong>d’être pré<strong>le</strong>vée.Dans <strong>le</strong> cadre <strong>de</strong> cette démarche, la FondationGreffe <strong>de</strong> Vie a obtenu <strong>de</strong> faire du Don <strong>de</strong> Vie -un col<strong>le</strong>ctif d’associations œuvrant pour <strong>le</strong> dond’organes, <strong>de</strong> sang, <strong>de</strong> plaquettes, <strong>de</strong> plasma et<strong>de</strong> moel<strong>le</strong> osseuse - une gran<strong>de</strong> cause nationa<strong>le</strong>en 2009.Parmi ces associations, France ADOT est unefédération d'associations qui, dans chaquedépartement, informent et sensibilisent sur lacause du “Don d’organes”, <strong>de</strong> tissus et <strong>de</strong> moel<strong>le</strong>osseuse, pour amener chacun d’entre nous àprendre position pour ou contre <strong>le</strong> don d'organeset <strong>de</strong> tissus, et à se porter volontaire au don <strong>de</strong>moel<strong>le</strong> osseuse.Vous souhaitez être donneur ?Sachez que vous pouvez <strong>de</strong>man<strong>de</strong>r votre carte<strong>de</strong> donneur d’organes auprès <strong>de</strong> la FondationGreffe <strong>de</strong> Vie ou <strong>de</strong> France ADOT notamment.Même si, en France, cette carte n’est pasconsidérée comme un document officiel, el<strong>le</strong>reste un engagement personnel fort. De plus,n’hésitez pas à faire connaître votre position àvos proches.c Chiffres clésEn France, en 2008,• 13 687 personnes ont eu besoin d'une greffe• 4 620 personnes ont été greffées• 4 organes pré<strong>le</strong>vés par donneur, en moyenne• 5 % <strong>de</strong>s greffes ont été réalisées grâceà <strong>de</strong>s donneurs vivantsSource : Agence <strong>de</strong> la Biomé<strong>de</strong>cineRépartition <strong>de</strong>s greffes en 2008Rein 2 937 (64 %)Foie 1 011 (22 %)Cœur 360 (5 %)Poumon 196 (4 %)Pancréas 84 (2 %)Cœur-poumons 19 (< 1 %)Intestin 13 (< 1 %)c Pour en savoir plus, ren<strong>de</strong>z-vous surwww.greffe<strong>de</strong>vie.fr et www.france-adot.orgau cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 20099


LESRÊVES passions“J’ai trouvéce qui va t’al<strong>le</strong>rà ravir !”Max Chaoul.Toute bel<strong>le</strong>, Line !Line ne rêve pas <strong>de</strong> <strong>de</strong>venirmannequin. Si el<strong>le</strong> s’est adresséeà Rêves pour être relookée etréaliser son book, c’est juste pours’accor<strong>de</strong>r un petit plaisir. Se sentirbel<strong>le</strong>, se faire chouchouter, prendresoin d’el<strong>le</strong> : el<strong>le</strong> a envie <strong>de</strong> vivreune expérience épanouissante etunique. El<strong>le</strong> veut l’immortaliserdans un book qu’el<strong>le</strong> gar<strong>de</strong>racomme un précieux souvenir. Maisel<strong>le</strong> ne s’attend pas à tout ce qui valui arriver…Séance d'essayagesLine a ren<strong>de</strong>z-vous dans la boutique du couturierlyonnais Max Chaoul, célèbre entre autres pourses robes <strong>de</strong> mariée. El<strong>le</strong> est accueillie par <strong>le</strong>créateur en personne. Il tient à s’occuper luimême<strong>de</strong> sa gar<strong>de</strong> robe. D’abord, il l’observe, lacontemp<strong>le</strong> sous toutes <strong>le</strong>s coutures, réfléchit…puis s’illumine : “J’ai trouvé ce qui va t’al<strong>le</strong>r à ravir !”Il revient avec une somptueuse robe vio<strong>le</strong>tte qui va lamettre en va<strong>le</strong>ur. Line enfi<strong>le</strong> sa tenue. Tout <strong>le</strong> mon<strong>de</strong>s’affaire autour d’el<strong>le</strong> pour la sublimer. Max Chaoullui trouve <strong>le</strong>s accessoires adéquats : chaussures,bijoux, pochette... Et c’est la métamorphose :d’une ado<strong>le</strong>scente réservée, el<strong>le</strong> se transformeen une magnifique jeune femme. Son papa ne lareconnaît pas ! À l’écoute <strong>de</strong>s conseils du styliste,el<strong>le</strong> prend la pose <strong>de</strong>vant <strong>le</strong> photographe. Lineest littéra<strong>le</strong>ment portée par <strong>le</strong> décor, l’ambiance,l’univers <strong>de</strong> haute couture qu’el<strong>le</strong> découvre. El<strong>le</strong>joue <strong>le</strong> jeu, <strong>le</strong>s flashs crépitent. El<strong>le</strong> se fait plaisir !lyonnais, dédié aux enfants. Line est invitée àdéfi<strong>le</strong>r <strong>de</strong>vant <strong>le</strong> public. Un peu d’appréhension,beaucoup d’adrénaline, mais el<strong>le</strong> est emballéepar l’idée. El<strong>le</strong> se plie aux préparatifs avec grandplaisir : maquillée, coiffée comme une pro, el<strong>le</strong>adore ! El<strong>le</strong> n’en revient pas du résultat : parée d’unchignon banane et maquillée dans <strong>le</strong>s tons prune,el<strong>le</strong> est prête à porter bien haut <strong>le</strong>s cou<strong>le</strong>urs <strong>de</strong> soncouturier désormais fétiche. Perchée sur <strong>de</strong>s hautstalons, el<strong>le</strong> a mal aux pieds. Mais el<strong>le</strong> n’en laisserien paraître, el<strong>le</strong> défi<strong>le</strong> comme un vrai mannequin.Ultime surprise pour Line : cette magnifique robevio<strong>le</strong>tte qu’el<strong>le</strong> porte si bien est désormais lasienne. El<strong>le</strong> emporte ainsi un peu <strong>de</strong> son rêve àla maison...Mannequin d’un jourMax Chaoul a pris son travail très au sérieux etest fier <strong>de</strong> sa jeune protégée. Le rêve n’est pasterminé... Il l’accompagne sur un défilé <strong>de</strong> mo<strong>de</strong>10 au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 2009


<strong>le</strong> <strong>journal</strong> <strong>de</strong><strong>Gauthier</strong>Notre jeune rédacteur en chefÉditoSalut, moi c’est <strong>Gauthier</strong> !J’ai 19 ans et j’habite dans la banlieue rouennaise.Je suis actuel<strong>le</strong>ment étudiant en 2 e année <strong>de</strong> pharmacie. La branche médica<strong>le</strong> m’a toujours attiré car jesais - ô combien ! - la santé est un bien inestimab<strong>le</strong>.La <strong>le</strong>ucémie qui m’a frappé en 2004 a entraîné un bou<strong>le</strong>versement total dans ma vie. Les moments diffici<strong>le</strong>sse sont enchaînés pendant une longue pério<strong>de</strong>… Mais grâce au corps médical, à mes amis et à ma famil<strong>le</strong>- qui ont été exceptionnels - j’ai trouvé la force <strong>de</strong> me battre contre la maladie et je me suis re<strong>le</strong>vé peut-êtreencore plus fort. J’en profite pour remercier mes parents et ma sœur et <strong>le</strong>ur dire que je <strong>le</strong>s aime. Depuis,lorsque j’ai un projet en tête, je ne <strong>le</strong> perds jamais <strong>de</strong> vue et je me donne à fond pour <strong>le</strong> réaliser.C’est d’ail<strong>le</strong>urs aussi <strong>le</strong> cas <strong>de</strong>s bénévo<strong>le</strong>s <strong>de</strong> Rêves. En 2006, lorsque j’ai rencontré Marie-France,prési<strong>de</strong>nte <strong>de</strong> Rêves Seine-Maritime, je lui ai présenté mon rêve. Visiter New York, la Big App<strong>le</strong> ! El<strong>le</strong> s’estdémenée pour que mon projet voit <strong>le</strong> jour. Résultat : en 2008, je suis parti avec Yvan, un autre enfant <strong>de</strong>l’association, et Michel, un bénévo<strong>le</strong> accompagnant, pour une semaine d’évasion à New York. La Statue<strong>de</strong> la Liberté, l’Empire State Building, Time Square, <strong>le</strong> pont <strong>de</strong> Brooklyn, un match <strong>de</strong> NBA et tant d’autresbel<strong>le</strong>s découvertes resteront à jamais gravées dans ma mémoire. Merci encore !Il faut continuer pour <strong>le</strong>s autres enfants ! Je pense à tous ceux qui sont dans la difficulté actuel<strong>le</strong>ment maisj’ai confiance en l’avenir. Ne perdons jamais espoir…<strong>Gauthier</strong>b l’avis <strong>de</strong><strong>Gauthier</strong>Suivez <strong>Gauthier</strong> au fil <strong>de</strong>s pages et découvrez ses avis.au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 200911


LESRÊVES rencontresMargot et Ophélie assistentà la mise en place etaux répétitions.Puis si<strong>le</strong>nce, on tourne !b l’avis <strong>de</strong><strong>Gauthier</strong>“J’ose imaginer l’émerveil<strong>le</strong>ment <strong>de</strong> Margot etd’Ophélie : être <strong>le</strong>s spectatrices privilégiées dutournage d’une série dont el<strong>le</strong>s sont fans et qu’el<strong>le</strong>sregar<strong>de</strong>nt tous <strong>le</strong>s jours ! Quel bonheur <strong>de</strong> pouvoirdiscuter avec <strong>le</strong>urs acteurs préférés ! Ce jour-là, c’estsûr, <strong>le</strong>ur vie était plus bel<strong>le</strong>…”Margot et Ophélie au MistralConnaissez-vous Plus bel<strong>le</strong> la vie,la série phare <strong>de</strong> France 3 quise passe à Marseil<strong>le</strong> ? Margot etOphélie sont incollab<strong>le</strong>s sur <strong>le</strong>saventures <strong>de</strong> Ninon, Rudy, Johanna et <strong>le</strong>sautres personnages culte <strong>de</strong> la série. Alors que<strong>le</strong>s <strong>de</strong>ux ado<strong>le</strong>scentes habitent à l’autre bout<strong>de</strong> la France, à Rennes, el<strong>le</strong>s connaissent lacitée phocéenne sur <strong>le</strong> bout <strong>de</strong>s doigts. El<strong>le</strong>stestent <strong>le</strong>urs connaissances pendant <strong>le</strong> trajetjusqu’à Marseil<strong>le</strong> : Margot n’a pas oubliéd’emmener <strong>le</strong> quiz Plus bel<strong>le</strong> la vie !De rencontres en découvertesToutes <strong>le</strong>s <strong>de</strong>ux bouillonnent d’impatiencelorsqu’el<strong>le</strong>s arrivent aux studios d’enregistrement.Les questions fusent : “Les acteurs sont-ils déjàlà ?”, “Va-t-on assister à un tournage ?”… Et<strong>le</strong>s réponses ne tar<strong>de</strong>nt pas à arriver : Roland etJohanna, <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>s acteurs principaux, viennent<strong>le</strong>s saluer. Roland, <strong>le</strong> propriétaire du célèbre “bardu Mistral”, <strong>le</strong>s accompagnera toute la journée encoulisses, se conduisant en vrai papa pou<strong>le</strong> avecses jeunes invitées !La matinée est consacrée à la découverte <strong>de</strong>sstudios, <strong>de</strong>s décors, <strong>de</strong> la technique. Margot etOphélie sont stupéfaites : la plupart <strong>de</strong>s scènessont tournées en intérieur et el<strong>le</strong>s ont du mal àreconnaître <strong>le</strong>s endroits habituels <strong>de</strong> la série. Unesimp<strong>le</strong> faça<strong>de</strong> crée l’illusion d’un immeub<strong>le</strong>.Une journée toujours plus bel<strong>le</strong>…À l’heure du déjeuner, el<strong>le</strong>s s’instal<strong>le</strong>nt à tab<strong>le</strong>au milieu <strong>de</strong> tous <strong>le</strong>s comédiens. Roland, <strong>le</strong>urcomplice, amorce <strong>le</strong>s discussions et <strong>le</strong>sinvite à poser <strong>le</strong>urs questions. Margotet Ophélie sont en p<strong>le</strong>in rêve…Mais pas question <strong>de</strong> traîner, <strong>le</strong> tournaged’un épiso<strong>de</strong> est programmé l’après-midi.El<strong>le</strong>s assistent à la mise en place et aux répétitions.Puis si<strong>le</strong>nce, on tourne ! El<strong>le</strong>s doivent se fairediscrètes pour suivre <strong>le</strong> tournage. La scène estrejouée <strong>de</strong> nombreuses fois. “Il y avait toujoursquelque chose qui n’allait pas !” commententaprès coup nos <strong>de</strong>ux jeunes fans. Mais cequ’el<strong>le</strong>s n’ont pas <strong>le</strong> droit <strong>de</strong> dire, c’est cequ’el<strong>le</strong>s viennent d’apprendre dans ce nouvelépiso<strong>de</strong>, qui ne sera pas diffusé avant quelquessemaines. Trop contentes <strong>de</strong> connaître la suite <strong>de</strong>la série, <strong>le</strong> secret sera bien gardé, c’est promis !12 au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 2009


Rencontres complicesLa fabu<strong>le</strong>use histoire<strong>de</strong> PaulinePauline ose à peine y croire. Depuisqu’el<strong>le</strong> attend cette journée, el<strong>le</strong> est à lafois impatiente et incrédu<strong>le</strong>. Est-il possib<strong>le</strong> qu’el<strong>le</strong>rencontre enfin cel<strong>le</strong> qu’el<strong>le</strong> admire tant : AudreyTautou ? C’est la question qu’el<strong>le</strong> ne cesse <strong>de</strong> seposer en quittant Bor<strong>de</strong>aux, accompagnée <strong>de</strong>sa mère. À Montpellier, <strong>le</strong> rêve <strong>de</strong>vient réalité et…fiction : Audrey l’attend sur <strong>le</strong> tournage du filmSoins comp<strong>le</strong>ts. Le directeur <strong>de</strong> productionl’accueil<strong>le</strong> cha<strong>le</strong>ureusement et la présente àPierre Salvadori, <strong>le</strong> réalisateur. Pauline découvretoute l’équipe du film et <strong>le</strong>s différentes facettes dutournage : l’image, <strong>le</strong> son, la photo, <strong>le</strong> maquillage…Enfin, voilà Audrey ! Aussi douce, attentive,sensib<strong>le</strong> que Pauline l’avait imaginée. Audreyla prend sous son ai<strong>le</strong> et l’entraîne dans sonsillage pour une journée extraordinaire. Paulinerencontre <strong>le</strong>s autres acteurs, dont Nathalie Bayeà qui Audrey donne la réplique. El<strong>le</strong> profite <strong>de</strong>chaque instant à 100 %. Audrey lui propose mêmeun petit rô<strong>le</strong> <strong>de</strong> figuration ! Pauline oublie tout <strong>le</strong>reste. Sa maman ne la reverra qu’entre <strong>de</strong>ux prisesou au moment <strong>de</strong> déjeuner avec toute l’équipe.Et pour en savoir plus, el<strong>le</strong> <strong>de</strong>vra patienter jusqu’en2010, à la sortie du film…Touché au cœur,bisé sur la joueDe Florence Foresti, Théau a l’impression<strong>de</strong> tout connaître. Il regar<strong>de</strong> sans cesse sesspectac<strong>le</strong>s et ses passages télé, sans jamais selasser. La rencontrer en chair et en os ? Lui par<strong>le</strong>r ?Peut-être même lui faire un bisou ? Un rêve pource jeune admirateur ! Imaginez son impatienceavant son show dans un salon du théâtre où el<strong>le</strong>se produit… Quand el<strong>le</strong> vient <strong>le</strong> retrouver, Théauest impressionné. Mais son naturel spontanéreprend vite <strong>le</strong> <strong>de</strong>ssus. Ce sont trente minutes <strong>de</strong>bavardages, entrecoupées <strong>de</strong> gestes affectifs, <strong>de</strong>rires, <strong>de</strong> bisous que Florence lui a réservées, unpeu surprise d’avoir un si jeune admirateur. MaisThéau, du haut <strong>de</strong> ses 10 ans, est un enfant curieux,qui aime rire. L’humoriste a constitué une sorte <strong>de</strong>thérapie pour lui dans <strong>de</strong>s moments diffici<strong>le</strong>s <strong>de</strong>sa vie. Florence lui fait une confi<strong>de</strong>nce en toutehumilité : el<strong>le</strong> aussi, lorsqu’el<strong>le</strong> n’est pas en forme,regar<strong>de</strong> <strong>le</strong>s DVD <strong>de</strong> ses copains humoristes… Il estdéjà temps pour el<strong>le</strong> <strong>de</strong> monter sur scène. Alors un<strong>de</strong>rnier gros bisou sur la joue droite et c’est partipour <strong>le</strong> spectac<strong>le</strong> : Théau, juché sur son fauteuilsavoure chaque instant, éclate <strong>de</strong> rire à toutmoment, applaudit sans s’arrêter pendant <strong>de</strong>uxheures. Il n’oublie pas pour autant <strong>de</strong> protéger lajoue sur laquel<strong>le</strong> Florence a laissé une trace <strong>de</strong>rouge à lèvres. Il compte bien la gar<strong>de</strong>r <strong>le</strong> pluslongtemps possib<strong>le</strong> !b l’avis <strong>de</strong><strong>Gauthier</strong>“Je pense que Pauline a été surprise <strong>de</strong> l’accueil et <strong>de</strong> toutes <strong>le</strong>s activitésauxquel<strong>le</strong>s el<strong>le</strong> a pu se prêter auprès d’Audrey Tautou. El<strong>le</strong> a vécu sa journée àfond et je ne doute pas qu’el<strong>le</strong> soit impatiente d’al<strong>le</strong>r voir <strong>le</strong> film au cinéma dèsqu’il sortira.Quant à Théau, il a assurément vécu une soirée <strong>de</strong> rêve : l’humour est unethérapie formidab<strong>le</strong> dans <strong>le</strong>s moments diffici<strong>le</strong>s. Florence Foresti est incroyab<strong>le</strong> !Et si cette journée faisait germer dans l’esprit <strong>de</strong> Théau l’idée d'une futurecarrière d’humoriste ?”au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 200913


LESRÊVES passionsMatthieu frappe <strong>le</strong> ballon<strong>le</strong> premier, puis Adrien,puis Joseph. Ils viennent <strong>de</strong>marquer <strong>le</strong> début du match !b l’avis <strong>de</strong><strong>Gauthier</strong>“Quel spectac<strong>le</strong> ! Entre <strong>le</strong>s buts et <strong>le</strong>s ban<strong>de</strong>ro<strong>le</strong>sdéployées par <strong>le</strong>s supporters en l’honneur <strong>de</strong>nos jeunes, j’en suis sûr, <strong>le</strong>s frissons et l’émotionont été au ren<strong>de</strong>z-vous ! Sans aucun doute unsuperbe souvenir gravé pour longtemps dans <strong>le</strong>urmémoire…”Liés par <strong>le</strong> footMatthieu, Joseph et Adrien ont une passion commune :<strong>le</strong> football. Tandis que <strong>le</strong>s <strong>de</strong>ux premiers supportentl’Olympique <strong>de</strong> Marseil<strong>le</strong>, <strong>le</strong> plus jeune, Adrien, est fandu Mans. Il se trouve que ce soir, au Mans, <strong>le</strong>s <strong>de</strong>uxéquipes vont s’affronter. Le fair-play est <strong>de</strong> mise dansl’esprit <strong>de</strong>s jeunes garçons, comme dans celui <strong>de</strong> tous<strong>le</strong>s supporters…Tout juste arrivés <strong>de</strong> Marseil<strong>le</strong>, Matthieuet Joseph ne passent pas inaperçussur <strong>le</strong> quai <strong>de</strong> la gare du Mans. Parés<strong>de</strong>s maillots et casquettes <strong>de</strong> l’OM, ilsportent bien haut <strong>le</strong>s cou<strong>le</strong>urs <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur club préféré.En attendant <strong>le</strong> ren<strong>de</strong>z-vous au sta<strong>de</strong>, <strong>le</strong>s jeunesmarseillais s’en vont découvrir un lieu mythique<strong>de</strong> la vil<strong>le</strong> : <strong>le</strong> circuit <strong>de</strong>s 24 heures du Mans.En fin d’après-midi, au sta<strong>de</strong> Léon Bollée encorevi<strong>de</strong>, ils retrouvent Adrien, <strong>le</strong>ur homologuemançois. Dans quelques heures, tous <strong>le</strong>s troisauront <strong>le</strong> privilège <strong>de</strong> donner <strong>le</strong> coup d’envoidu match MUC 72 - OM. En attendant, au borddu sta<strong>de</strong>, tout près <strong>de</strong> <strong>le</strong>urs équipes favorites,ils assistent à l’échauffement <strong>de</strong>s joueurs. Lavisite se poursuit dans <strong>le</strong>s vestiaires. Adrienreçoit <strong>le</strong> maillot du MUC 72, floqué à son nom etdédicacé par l’ensemb<strong>le</strong> <strong>de</strong> l’équipe. Forcément,il <strong>le</strong> portera pour <strong>le</strong> coup d’envoi ! Matthieu etJoseph, quant à eux, sont interviewés par lachaîne du MUC. “C’est bizarre <strong>de</strong> par<strong>le</strong>r à la télé,on ne sait pas quoi dire !”Mais nos trois supporters ne s’atten<strong>de</strong>nt pasencore à l’immense surprise qui <strong>le</strong>s attend. Dans<strong>le</strong> sta<strong>de</strong>, qui s’est rempli, trônent <strong>de</strong>ux immensesban<strong>de</strong>ro<strong>le</strong>s aux cou<strong>le</strong>urs <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux clubs et <strong>de</strong>l’association Rêves. Sur la première, é<strong>le</strong>véedans <strong>le</strong> virage sud par <strong>le</strong>s supporters du Mans,on peut lire <strong>le</strong>s prénoms d’Adrien et <strong>de</strong> Josephsur <strong>le</strong>s cou<strong>le</strong>urs <strong>de</strong> <strong>le</strong>urs équipes respectives.Sur la secon<strong>de</strong>, affichée par <strong>le</strong>s Yankees <strong>de</strong>Marseil<strong>le</strong>, c’est celui <strong>de</strong> Matthieu qui est inscrit.Les <strong>de</strong>ux clubs <strong>de</strong> supporters se sont en effetunis pour mettre à l’honneur <strong>le</strong>s trois garçons.Une magnifique attention, qui <strong>le</strong>ur fait chaudau cœur ! Mais <strong>le</strong> plus fort, c’est quand on <strong>le</strong>sinvite à rejoindre <strong>le</strong> centre du terrain pour <strong>le</strong> coupd’envoi. Matthieu frappe <strong>le</strong> ballon <strong>le</strong> premier, puisAdrien, puis Joseph. Ils viennent <strong>de</strong> marquer <strong>le</strong>début du match !De retour dans <strong>le</strong>s gradins, ils encouragent<strong>le</strong>urs équipes. Chaque but marqué par l’OMdéc<strong>le</strong>nche l’enthousiasme <strong>de</strong> Matthieu et Josephqui narguent gentiment <strong>le</strong>s Mançois. L’OMl’emportera. Pas <strong>de</strong> regret pour Adrien qui avécu une soirée inoubliab<strong>le</strong>. Les jeunesmarseillais rentreront <strong>le</strong> <strong>le</strong>n<strong>de</strong>main,<strong>le</strong>s bras chargés <strong>de</strong>s ban<strong>de</strong>ro<strong>le</strong>soffertes par <strong>le</strong>s supporters.Un souvenir <strong>de</strong>tail<strong>le</strong>…14 au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 2009


LA PAROLE À...“Ulysse m’apporte beaucoup<strong>de</strong> courage” DylanSi la maladie est aujourd’hui <strong>de</strong>rrière Dylan, el<strong>le</strong> est encoretrès présente dans sa tête. Diffici<strong>le</strong> d’évoquer ce douloureuxpassé… À 16 ans, il a retrouvé une vie d’ado<strong>le</strong>scent presqueordinaire : brillant élève en BEP vente, il vit dans<strong>le</strong> Pas-<strong>de</strong>-Calais avec ses parents. Le début<strong>de</strong> sa guérison coïnci<strong>de</strong> avec la réalisation<strong>de</strong> son rêve. Et ce rêve a un nom :Ulysse. Depuis cinq ans, ce fidè<strong>le</strong> amil’accompagne au quotidien dans <strong>le</strong>s bonscomme <strong>le</strong>s mauvais moments...Je rêvais d’avoir un chien, mais avant tout un westie, car c'est une race qui me plaît <strong>de</strong>puis que je suisenfant. Le westie a plusieurs personnalités et est très intelligent. Il est capab<strong>le</strong> <strong>de</strong> sentir <strong>le</strong>s intentions<strong>de</strong>s personnes en face <strong>de</strong> lui.Lorsque j’ai appris que j’allais enfin avoir mon propre chien, j'étais super content. C'était <strong>le</strong> jour <strong>de</strong> mes11 ans et c'était… une surprise ! Nous sommes allés <strong>le</strong> chercher en train chez <strong>de</strong>s particuliers. Ulysse avaitun an quand je l'ai recueilli. Bien avant <strong>de</strong> <strong>le</strong> rencontrer, j'avais déjà choisi son nom ! Quand je l'ai vu pour lapremière fois, il m'a sauté <strong>de</strong>ssus. Il m’a reconnu…Depuis ce jour-là, il ne me quitte plus. C'est moi qui lui donne à manger, <strong>le</strong> lave, <strong>le</strong> promène. Avant d'avoirUlysse à la maison, je pensais que j’allais mourir. J'ai eu pendant longtemps <strong>de</strong>s traitements pour lutter contrema maladie. Mais dès qu’il est arrivé, j'ai commencé à me sentir mieux. Je pense qu’Ulysse est un peuresponsab<strong>le</strong> car il m’apporte beaucoup <strong>de</strong> bonheur et <strong>de</strong> courage.Mon meil<strong>le</strong>ur souvenir avec lui ? J'en ai tel<strong>le</strong>ment. Il nous fait souvent rigo<strong>le</strong>r ! Il adore par exemp<strong>le</strong> courir<strong>de</strong>rrière <strong>le</strong>s bul<strong>le</strong>s <strong>de</strong> savon. On dirait une danseuse étoi<strong>le</strong> quand il saute pour <strong>le</strong>s attraper. Quel<strong>le</strong> rigola<strong>de</strong> !Mais je me souviens aussi d’un jour beaucoup moins drô<strong>le</strong> où Ulysse s’est enfui <strong>de</strong> la maison. Nous l'avonscherché pendant plusieurs jours. J’ai eu très peur. Une semaine plus tard, il est revenu comme si <strong>de</strong> rienn'était. Je pense que je lui manquais trop !La maman <strong>de</strong> Dylan se souvient <strong>de</strong> l’arrivée d’Ulysse…À partir du jour où Dylan a eu son chien, il s'est métamorphosé. Lui qui ne mangeait plus, qui n’avait plusenvie <strong>de</strong> rien, il a réel<strong>le</strong>ment repris goût à la vie. Je pense qu’avec Ulysse à ses côtés, il s'est senti plus fortpour combattre la maladie. En tant que maman, quel bonheur et quel soulagement <strong>de</strong> voir enfin son filsrevivre ! S'il n'avait pas adopté son chien, je suis persuadée que Dylan ne se serait pas battu si fort et ne seraitpas aussi bien aujourd'hui. Même s’il reste marqué par certaines séquel<strong>le</strong>s physiques et psychologiques liéesà la maladie, la présence d'Ulysse l'ai<strong>de</strong> à affronter <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s. Il a repris confiance en lui et réussit peu àpeu à tourner la page.b l’avis <strong>de</strong><strong>Gauthier</strong>“C’est incroyab<strong>le</strong> <strong>de</strong> voir à quel point l’arrivée <strong>de</strong> ce chien aredonné courage et espoir à Dylan ! J’imagine qu’une trèsgran<strong>de</strong> complicité est née entre eux. Ulysse lui a permis <strong>de</strong>penser à autre chose qu’à sa maladie et <strong>de</strong> vivre <strong>de</strong> nombreuxmoments <strong>de</strong> tendresse et <strong>de</strong> rire. Génial !!”au cœur <strong>de</strong>s <strong>rêves</strong> infos numéro 19 // Décembre 200915


Quoi<strong>de</strong> neuf ?[ Partenariats ]b Sur Pitchounes.fr, partagez <strong>le</strong>s mots rigolos<strong>de</strong> vos enfants.“Si on aimait vraiment <strong>le</strong>s animaux, on <strong>le</strong>smangerait pas” rapporte la maman <strong>de</strong> la petiteCassandre. Sur Pitchounes.fr, partagez <strong>le</strong>sphrases <strong>le</strong>s plus drô<strong>le</strong>s prononcées par vos enfantset votez pour vos témoignages favoris.Dix mil<strong>le</strong> euros seront reversés par TendanceSanté à l’association Rêves et à la Croix Rougefrançaise à la fin <strong>de</strong> l’opération, <strong>le</strong> 31 janvier 2010.Ren<strong>de</strong>z-vous sur http://www.pitchounes.fr etn’hésitez pas à en par<strong>le</strong>r autour <strong>de</strong> vous ![ événement ]b “Rêves en fête” célèbre 15 années d’émotionsUn jour d’octobre 1994… pas tout à fait comme <strong>le</strong>sautres : Marjorie rencontre Patrick Bruel et réaliseainsi <strong>le</strong> premier rêve <strong>de</strong> notre association. C’est<strong>le</strong> début d’une gran<strong>de</strong> histoire qui dure <strong>de</strong>puis 15ans ! Le 6 février 2010, Rêves célèbre cette datesymbolique en organisant l’événement “Rêves enfête”, dédié à tous <strong>le</strong>s enfants qui ont déjà et vontencore rêver. Ce jour là, près <strong>de</strong> 1 000 personnes- enfants, parents, bénévo<strong>le</strong>s, partenaires - seréunissent à Lyon, berceau <strong>de</strong> l’association, pourpartager une journée exceptionnel<strong>le</strong>. Faire voyagerpetits et grands dans l’univers <strong>de</strong>s Contes etLégen<strong>de</strong>s : tel est <strong>le</strong> thème <strong>de</strong> cet événementponctué <strong>de</strong> différentes animations, rencontres etd’un concert final.b Quand la magieopère…Depuis <strong>de</strong>ux ans,Happybox est partenaire<strong>de</strong> l’associationRêves, et participe àl’organisation et aufinancement <strong>de</strong> <strong>rêves</strong>d’enfants mala<strong>de</strong>s.Pour <strong>le</strong>ur permettre <strong>de</strong> s’éva<strong>de</strong>r <strong>de</strong> <strong>le</strong>ur quotidien,Happybox reverse, pour tout coffret Abracada’box,Séjour en Famil<strong>le</strong>, Lol Box et Vive la famil<strong>le</strong> acheté,une partie <strong>de</strong>s ventes à l’association. Mais passeu<strong>le</strong>ment ! Grâce à son réseau <strong>de</strong> partenairesréférencés dans <strong>le</strong>s coffrets ca<strong>de</strong>aux, notrepartenaire s’implique aussi dans la réalisation <strong>de</strong>s<strong>rêves</strong>. Ainsi, Happy Box a permis à Antoine, 8ans, <strong>de</strong> vivre un moment unique. “Vo<strong>le</strong>r au <strong>de</strong>ssus<strong>de</strong>s montagnes” c’était son rêve ! Antoine a prisplace à bord d’un ULM et a survolé la Rhune (64).Retrouvez la col<strong>le</strong>ction <strong>de</strong> coffrets ca<strong>de</strong>aux surwww.happybox.frb Une opération gourman<strong>de</strong>pour un anniversaire solidaireÀ l’occasion <strong>de</strong>s 90 ans <strong>de</strong> sa marque phareProduits Marguerite, BakeMark IngredientsFrance a organisé du 16 mai au 14 juin 2009l’opération Le Mois <strong>de</strong>s P’tits Choux. Encollaboration avec <strong>le</strong>s boulangers-pâtissiers, troisrecettes innovantes <strong>de</strong> choux ont été venduesdans toute la France. Cette opération, menée auprofit <strong>de</strong> Rêves, a permis <strong>de</strong> col<strong>le</strong>cter 15 000 €.b Le “Dream DAYS” chez <strong>le</strong>s opticiens LePetit Salon <strong>de</strong>s CréateursLes opticiens Le Petit Salon <strong>de</strong>s Créateurs ontchoisi l’association Rêves pour mettre en placel’opération “Dream DAYS” dans <strong>le</strong>urs points <strong>de</strong>vente <strong>de</strong> Grenob<strong>le</strong> et <strong>de</strong> Nantes. Du 5 au 17octobre 2009, pour chaque monture vendue <strong>de</strong>la marque l.a.Eyeworks, 75 € ont été reversés àl’association Rêves.b Éditeur au grand cœurDepuis près <strong>de</strong> 9 ans, Bamboo Édition offreun grand nombre <strong>de</strong> ban<strong>de</strong>s <strong>de</strong>ssinées àl’association Rêves. Spécialiste <strong>de</strong> l’humourconnu pour ses célèbres BD tel<strong>le</strong>s que LesFonctionnaires, Les Gendarmes, Les Profs ouencore Les Footmaniacs, Bamboo Edition permetaux enfants <strong>de</strong> s’éva<strong>de</strong>r par <strong>le</strong> rire.b PartyLite : un franc succèspour <strong>le</strong> Mois <strong>de</strong> l’enfance 2009Pour la <strong>de</strong>uxième année consécutive, PartyLite- <strong>le</strong>a<strong>de</strong>r français <strong>de</strong> la vente en réunion <strong>de</strong>bougies, fragrances et accessoires <strong>de</strong> décoration- a mis en place en novembre 2009 une vasteopération <strong>de</strong> récolte <strong>de</strong> dons en faveur <strong>de</strong> Rêves.Grâce à l’enthousiasme et à la mobilisation <strong>de</strong>sconseil<strong>le</strong>rs(ères), l’opération baptisée <strong>le</strong> Mois <strong>de</strong>l’Enfance 2009 a permis <strong>de</strong> col<strong>le</strong>cter près <strong>de</strong>40 000 € pour <strong>le</strong>s enfants mala<strong>de</strong>s. En 2010,<strong>le</strong> partenariat se poursuit : Partylite soutientnotamment l’association dans l’organisation <strong>de</strong>l’anniversaire “Rêves en fête”.Cette revue est imprimée gracieusement grâce à l'imprimerie Delta et <strong>le</strong>s Papeteries <strong>de</strong> FranceL’<strong>Association</strong> qui réalise <strong>le</strong>s <strong>rêves</strong> <strong>de</strong>s enfants mala<strong>de</strong>s.Centre National : 333 allée Antoine Millan • BP 312 • 01603 Trévoux Ce<strong>de</strong>x •Téléphone : 04 74 08 87 70 • Télécopie : 04 74 00 60 42 • Email : reves@reves.frwww.reves.fr

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!