présentation - Les Jeudis de l'Europe

lesjeudisdeleurope.org

présentation - Les Jeudis de l'Europe

Les nouveautés en gastroentérologie- les indications de la coloscopiele cancer colorectal : quelles avancéesMICI : stratégie et suiviHP : quand le chercher et comment traiter ?explorer le grêle : comment et pour qui ?soins palliatifs : quelle coordination ?Rémi SYSTCHENKO1


Les nouveautés en gastroentérologie- les indications de la coloscopiele cancer colorectal : quelles avancéesMICI : stratégie et suiviHP : quand le chercher et comment traiter ?explorer le grêle : comment et pour qui ?soins palliatifs : quelle coordination ?Rémi SYSTCHENKO2


Les indications de la coloscopie1. Nombre de coloscopies réalisées en 2004 ?- 400 000- 700 000- 1 000 0002. Coloscopie dépistage recommandée ?- à 45 ans si ATCD CCR ou polype < 60 ans- à 50 ans si ATCD CCR < 65 ans- à 45 ans si ATCD CCR ou polype < 70 ans3. Coloscopie de surveillance ?- 5 ans après résection polype villeux- 3 ans après résection polype villeux- 1 an après résection CCR3


Les indications de la coloscopie1. Nombre de coloscopies réalisées en 2004 ?- 400 000- 700 000- 1 000 0002. Coloscopie dépistage recommandée ?- à 45 ans si ATCD CCR ou polype < 60 ans- à 50 ans si ATCD CCR < 65 ans- à 45 ans si ATCD CCR ou polype < 70 ans3. Coloscopie de surveillance ?- 5 ans après résection polype villeux- 3 ans après résection polype villeux- 1 an après résection CCR4


Les indications de la coloscopie:quelques chiffres……(www.sfed.org)• 1 million coloscopies totales en 2004 (1,2 million EOGD)• 96% sous anesthésie (60% EOGD )• 95% succès de coloscopie totale• 60% coloscopies avec pathologie• Les indications:- 25% dépistage:* 75% ATCD familiaux 1° degré (50% colo patho)* 12% hémocult + (60% colo patho)* 13% souhait du patient (50% colo patho)- 15,5% surveillance après polypectomie- 6,3% surveillance après CCR5


Recommandations avril 2004(www.has.fr)• Grade A : fort niveau de preuve• Grade B : niveau intermédiaire de preuve• Grade C : faible niveau de preuveaccord professionnel6


patients à risque moyen de CCR(population générale)La coloscopie totale est indiquée en cas de :• TFISi début après 50 ans (C) ou échec ttt avant 50 ans• Rectorragie foncé chronique (C)• Rectorragie rouge chronique après 50 ans (B).Avant 50 ans: RSS ou colo ?• Diverticulose: à distance de la complication (B)• Diarrhée chronique (B)7


patients à risque très élevé de CCR• MICI : (B)après 10 ans d’évolution si pancolite / 15 ans si colite Gtous les 2-3 ans• PAF : (B)RSS détection à partir 12 anssuivi annuel rectum après colectomie• HNPCC (B) à partir de 20-25 ans et tous les 2 ans3 membres même famille: 2 au 1° degré2 générations successives atteintesUn CCR avant 50 ansCancers associés: endomètre, grêle, uretère, reinPhénotype MSI (microsatellite instability)8


patients à risque élevé de CCR• ATCD familiaux 1° degré CCR ou adénome:- avant 60 ans (B) coloscopie à 45 ans ou 5 ans avant l’âge indextous les 5 anssi 3 colo N 10 ans ?Si espérance vie < 10 ans: interrompre surveillance- après 60 ans RR x 2 mais pas de recommandations• ATCD personnel de CCR:(B)contrôle à 6 mois (si colo initiale incomplète) puis à 2-3ans et tous les 5 ans• Acromégalie (C) : coloscopie dès le diagnostic9


Surveillance après exérèse polypes• Polypes hyperplasiques (C)> 1 cm, multiple, colon D contrôle à 5 puis 10 ans.• Polype adénomateux (C) et moins de 3 contrôle à 5 ans, puis tous les 5 ans si colo N.• Polype adénovilleux (B),> 1 cm, > 3 polypes, ATCD familial 1°degré contrôle à 3 puis 5 ans (et 10 ans si 2 colos N)• Polype transformé intra-muqueux (C) contrôle à 3 mois (indigocarmin), puis 3, 5 ans10


Quand la convention médicale s’en mêle ?• Un AcBUSRéduire de 5% les contrôles endoscopiques à 2 ansà suivre………11


Les nouveautés en gastroentérologie- les indications de la coloscopiele cancer colorectal : quelles avancéesMICI : stratégie et suiviHP : quand le chercher et comment traiter ?explorer le grêle : comment et pour qui ?soins palliatifs : quelle coordination ?Rémi SYSTCHENKO12


Le CCR : quelles avancées ?1. Nombre de CCR / an ?- 26 000- 31 000- 36 0002. Survie globale à 5 ans ?- 48%- 53%- 58%3. Standard traitement CCR métastatique 1° ligne ?- FUFOL- LV5FU2- FOLFOX ou FOLFIRI13


Le CCR : quelles avancées ?1. Nombre de CCR / an ?- 26 000- 31 000- 36 0002. Survie globale à 5 ans ?- 48%- 53%- 58%3. Standard traitement CCR métastatique 1° ligne ?- FUFOL- LV5FU2- FOLFOX ou FOLFIRI14


Le CCR : quelles avancées ?Quelques chiffres……• 36 000 cas par an:incidence + 50% (1980-2000), + 17% corrigée âge• 16 000 décès par ansurvie à 5 ans: 58% ( + 16 % en 20 ans)• Risque moyen à 70 ans: 4,5 % H vs 2,5 % F (x2apparenté 1°degré)• Coût CCR dépisté: - 25% / CCR symptomatique(15 000 € vs 21 000 € / cas)• Hémoccult II / 2 ans: - 16 % décès• Récidives: 30-40 %(75% à 3 ans et 90% à 5 ans)stade I: 10%stade II: 20-30%stade III: 40-60 %15


Classification TNM (1997)Tumeur primitive (T)Tis Tumeur in situT1 T envahit sous muqueuseT2 T envahit la musculeuseT3 T envahit la sous séreuseT4 T envahit péritoine viscéral et/ou organes du voisinageGanglions régionaux (N) : au moins 12 ganglions examinésN0 pas de ganglions envahisN1 < 3 ganglions envahisN2 > 3 ganglions envahisMétastases (M)M0 pas de métastasesM1 métastases à distance16


Stadification TNM-AJC 2004TNMTNMSurvie à 5 ansStade IT1-T2N0M095%Stade IIT3-T4N0M082,5%IIaT3N0M084,7%IIbT4N0M072,2%Stade IIITxN1-2M059,4%IIIaT1-T2N1M083,4%IIIbT3-T4N1M064,1%IIIcT3-T4N2M044,1%17


En pratique :traitement adjuvant: cancer colon non métastatique• stade 1 (sous séreuse intacte = T1-T2 N0) : chirurgie seule• stade 2 (sous séreuse atteinte = T3-T4 N0) : essai chimio en cours.• Stade 3 (envahissement ganglionnaire= tous les TN1N2) : (LV5FU2), FOLFOX, FOLFIRI.18


Nouveaux traitements = associations• LV5FU2: toutes les 2 semaines- J1: forte dose AF: 200mg/m 2 en 2 heures- J1J2bolus 5FU (400mg/m 2 ) et perf continue 5FU (600mg/m 2 )• FOLFOX: LV5FU2 + oxaliplatine (Eloxatine ® )neutropénies (44%) et neuropathies (34%)survie à 3 ans 76%• FOLFIRI: LV5FU2 + irinotécan (Campto ® )neutropénies (25%) et alopécies (24%)survie à 3 ans 72%• Anticorps monoclonaux et FOLFOX ou FOLFIRI ?19


Les anticorps monoclonaux:une action cytostatique• Bevacuzimab (AVASTIN ® ) inhibe le VEGF (vascular endothélialgrowth factor)• Cetuximab (ERBITUX ® ) antirécepteur EGF (EGFR: epidermalgrowth factor)• action sur la néo-angiogénèse• positivité de l’expression du récepteur de la tumeur primitive noncorrélée à celle de la métastase: AMM ?• Combinaison au FOLFIRI ou FOLFOX• FOLFIRI + Cetuximab (étude Bond N Engl J Med 2004;351)contrôle maladie 55% et survie 8,6 mois• 2 toxicités spécifiques :- rash cutané acnéiforme: 12,5%- choc anaphylactique 1° injection: 1,5%20


En pratique: le traitement du cancer ducolon métastatique• Standards, Options et Recommandations (SOR) en cancérologie(2003) www.fnlcc.fr et RPC (Gastroenterol Clin Biol 2003;27):• 1° et 2°ligne: FOLFOX, FOLFIRI 12 % métastases hépatiques deviennent résécables• 3° ligne ………1° ligne:- FOLFOXIRI- FOLFOX + Avastin ®- FOLFIRI + Erbitux ®• Autres choix:- Raltitrexed (Tomudex ® ) si CI au 5FU ou refus perfusions- Raltitrexed + Oxaliplatine (TOMOX)- les prodrogues du 5FU: capécitabine (Xéloda ® )et tégafur-uracile(UFT ® )- XELOX (capécitabine + oxaliplatine)• Chirurgie et CT intrapéritonéale +/- hyperthermiesurvie médiane 6 19 mois21


Le cancer du rectum• Non métastatique:Le traitement adjuvant = la radiothérapie préopératoire- survie : 76 % à 5 ans vs 74 % RT postop- récidive LR: 6 % vs 14 %- conservation sphinctérienne: 39 % vs 19%• Métastatique = même ttt que colon métastatique22


En conclusion:• Le choix du traitement doit se faire en réunion deconcertation oncologique pluridisciplinaire (RCP):gastroentérologue, chirurgien, oncologue, radiologue,anapath…..• Information au patient (et/ou personne de confiance) dubénéfice-risque (plan Cancer 2003: 70 mesures) réseau ville-hôpital• Améliorer la résécabilité des cancers métastatiques• Traitement palliatif respect qualité de vie23


Les nouveautés en gastroentérologie- les indications de la coloscopiele cancer colorectal : quelles avancéesMICI : stratégie et suiviHP : quand le chercher et comment traiter ?explorer le grêle : comment et pour qui ?soins palliatifs : quelle coordination ?Rémi SYSTCHENKO24


Soins palliatifs en hépato-gastroentérologie:l’affaire de tous !• Plan Cancer 2003(www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/cancer/plan.htm) Mesure 41 : faciliter chimio à domicile Mesure 42 : accroître soins de support: douleur, psy, social… Mesure 43: soutenir le développement des soins à domicile• Réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP)• Mais le réseau ville – hôpital ?• Quels moyens humains, financiers ?25


État des lieux du réseau ?• Circulaire DHOS/DGS n°2002-98 du 19/02/2002: organisationdes soins palliatifs et de l’accompagnement.• Lits de soins palliatifs: un nouveau concept:Unité de soins palliatifs (USP)Services court séjour (médecine, chirurgie)Soins de suite et réadaptation (SSR)Soins longue durée (SLD)• Quelle articulation avec le domicile ?1. Prise en charge directe à domicile2. Contact régulier avec le service référent3. Hospitalisation à domicile4. Organisation prise en charge par la famille et médecin26


Vos attentes ?• Être associé à la décision du retour à domicile ?• Un compte rendu d’hospitalisation rapide ?• Un projet thérapeutique ?• Un dossier de suivi ?• Une rémunération plus adaptée à ce type de prise en charge:enveloppe globale ?• Une formation sur les bonnes pratiques cliniques ?• Un « staff » régulier avec le service référent: courriel, téléphone…?• L’aide d’un psychologue: patient, les proches, l’équipe soignante ?• Et………27


Les douleursPrise en charge des principaux symptômes(RPC ANAES décembre 2002) nociceptives (70%): antalgiques neurogènes- difficiles à traiter car peu sensible à morphine- imipramiques et/ou antiépileptiques (Rivotril ® , Neurontin ® ) projetée (ex: colique hépatique)• La carcinose péritonéale L’ascite: ponction ascite, restriction sodée, spironolactone (100-150) L’occlusion:* +++ médical 3 produits (SC ou IV au PS):morphine (30mg/j), scopolamine (60mg/j) et halopéridol (5mg/j)* chirurgie si carcinose non connue* nutrition orale possible si occlusion basse: petite quantité* nutrition parentérale si bon EG et survie > 3 mois* SNG inadaptée en fin de vie: échec des traitements en attendantgastrostomie de décharge28


Les nouveautés en gastroentérologie- les indications de la coloscopiele cancer colorectal : quelles avancéesMICI : stratégie et suiviHP : quand le chercher et comment traiter ?explorer le grêle : comment et pour qui ?soins palliatifs : quelle coordination ?Rémi SYSTCHENKO29


MICI: nouveautés du ttt et suivi1. L’Azathioprine (Imurel ® ) est prescrit dans la MC dans- 20%- 30%- 40%2. Les analogues des purines sont contre-indiquéesformellement pendant la grossesse- vrai- faux3. La dose recommandée de 5-ASA en cas de traitementd’entretien de la RCH pendant la grossesse- 1g/j- 2g/j- 3g/j30


MICI: nouveautés du ttt et suivi1. L’Azathioprine (Imurel ® ) est prescrit dans la MC dans- 20%- 30%- 40%2. Les analogues des purines sont contre-indiquéesformellement pendant la grossesse- vrai- faux3. La dose recommandée de 5-ASA en cas de traitementd’entretien de la RCH pendant la grossesse- 1g/j- 2g/j- 3g/J31


MICI: nouveautés du ttt et suivi• Immunosuppresseurs (IS) : toujours plus !• L’infliximab (Remicade ® )• RPC dans le traitement de la RCH (2004)32


Les immunosuppresseurs (IS)• 30% maladie de Crohn (MC) sous IS (et même 75%durant leur vie)• 50-75% réponse favorable• 3 IS : analogues purines: AZA (Imurel ® ), 6-MP (Purinethol ® ) Methotrexate (MTX) Ciclosporine (Csa)33


Indications thérapeutiques des IS• Maladie de Crohn (MC) Analogues des purines :- corticodépendance- poussées rapprochées- corticorésistance- formes fistulisantes• RCHMTX : échec ou intolérance AZA et 6-MPCsa : lésions anopérinéales sévères Analogues des purines :- rectites/sigmoïdites réfractaires- en relais de la CsaCsa : colite aiguë grave corticorésistante34


Métabolisme AZA et 6-MPTPMT6-MMPAZA6-MPXOInhibiteur XO: allopurinolAc-6-thioruniqueTPMT: thiopurine méthyl transféraseXO: xanthine oxydase6-MMP: 6 méthyl mercaptopurine6-TG: 6-thioguanine6-TGPrincipalmétabolite35


Initier le traitement des IS• Analogues des purines AZA (2-2,5 mg/kg/j) et 6-MP (1-1,5mg/kg/j) délai action : 3 à 6 mois déficit génétique en thiopurine-méthyl-transférase (TPMT)déficit complet hématotoxicité (leucopénie)doser le TPMT: avant ou pendant le traitement ? Dosage des métabolites ?- faible taux 6-TG: mauvaise observance traitement ouinefficacité- fort taux 6-TG: risque déficit TPMT et risque myélotoxicité- fort taux 6-MMP: inefficacité traitement et risque hépatotixicité• MTX: contraception dans les 2 sexes20-25mg/semaine IM > per os+ acide folique 5-10mg/j (sauf jour du MTX)• Csa: 3-4 mois avec AZA/6-MP ou MTXIV 2mg/kg/j puis per os 5-8 mg/kg/j en 2 prisescyclosporinémie: 150-300 ng/ml36


• Analogues purines:• MTX:Suivi des patients sous IS 10% intolérance (immuno-allergique) ++++ 1° mois pancréatite aiguë: CI à reprise AZA ou 6-MP NFP:- 1° mois : toutes les semaines chute rapide leucocytes: recherche déficit TPMT. Essai 6-MP.- si stabilité: dosage tous les 3 mois transaminases et GGT : à 1 mois puis tous les 3 mois contre-indication : Allopurinol NFP et bilan hépatique: cf. analogues purines toxicité hépatique cumulée 2-2,5 g ? toux ou dyspnée: pneumopathie d’hypersensibilité interactions : Bactrim37


L’infliximab (INF): un AC anti-TNF• Indications: MC +++/ RCH++ corticorésistance colites graves (RCH) corticodépendance et échec IS fistule symptomatique et gênante: efficacité externe >interne• Initier traitement5mg/kg en perfusion de 2 heuresS0, S2, S6paracétamol et antihistaminiques• Suivi2/3 de réponses en 2 semainestraitement entretien toutes les 8 semaines ?complications infectieuses: tuberculose38


RPC et ttt RCH(Gastroenterol Clin Biol 2004;28)• RPC1: forme distale. 5-ASA lavement ou suppo > per os 14-28 jours (B) Si échec traitement combiné 5-ASA per os (2g/j) + lavement 5-ASA ou corticoïde (C) Si échec : éliminer infection corticoïdes 40 mg/j (C) durée maximum 7 semaines Si échec analogues purines (B)• RPC2: forme étendue (colite grave exclue) 5-ASA 3 à 4 g/j (A) 4 semaines 1° poussée : antibiothérapie : ciprofloxacine +/- métronidazole si échec ou forme très symptomatique : corticothérapie (A) si corticodépendance : analogues purines (B) si échec : chirurgie ? (C)39


RPC et ttt RCH• RPC3 : forme grave corticothérapie en parentérale: 1mg/kg/j prednisolone cyclosporine en 2° intention ou chirurgie (B)• RPC4 : traitement préventif de la rechute Sulfazaline 2g/j, olzalazine 0,5 à 1g/j, mézalazine 0,75 à 1,6g/j- durée minimale ? Plusieurs années- surveillance clairance créatininémie AZA ou 6-MP au moins 4 ans (B) association 5-ASA et analogues purines possible (AP)• RPC5 : prise en charge des opérés40


RPC et ttt RCHRPC6 : situations particulières dysplasie haut grade: proctocolectomie (C) grossesse- 5-ASA 2g/j (B)- sulfazaline: supplémenter en folates si désir grossesse (A)- corticothérapie possible- analogues purines: informer la patiente si décision arrêt: le faire 3 mois avant la conception (AP)- CI absolues: MTX, quinolones (A) allaitement- possible sous 5-ASA et faible dose corticoïdes (C)- évité sous IS (C)41


Les nouveautés en gastroentérologie- les indications de la coloscopiele cancer colorectal : quelles avancéesMICI : stratégie et suiviHP : quand le chercher et comment traiter ?explorer le grêle : comment et pour qui ?soins palliatifs : quelle coordination ?Rémi SYSTCHENKO42


Helicobacter Pylori (HP):quand le chercher et comment le traiter• L’incidence du cancer gastrique entre 1985-1995 a augmenté de 10 % s’est stabilisé a diminué de 25 %• Il est recommandé de rechercher et traiter HP en cas d’antécédentulcéreux duodénal avant introduction AINS ou Aspirine vrai faux• Le test respiratoire à l’urée marqué et la sérologie sontrecommandés comme test de dépistage dans la population saine vrai faux43


Helicobacter Pylori (HP):quand le chercher et comment le traiter• L’incidence du cancer gastrique entre 1985-1995 a augmenté de 10 % s’est stabilisé a diminué de 25 %• Il est recommandé de rechercher et traiter HP en cas d’ATCDulcéreux duodénal avant introduction AINS ou Aspirine vrai faux• Le test respiratoire à l’urée marqué et la sérologie sontrecommandés comme test de dépistage dans la population saine vrai faux44


Helicobacter Pylori (HP):quand le chercher et comment le traiter• prévalence avec l’âge: 20% < 40 ans et 50% > 50 ans• incidence cancer gastrique: - 25% en 10 ans (1985-1995)8 000 cas/an (CCR 36 000/an)• 70% cancer gastrique lié à HP: ++++ADK distal• 1% des gens infectés HP+ feront ADK gastrique• facteurs de virulence : caractères phénotypiques et génotypiques :cagA,vacA, s1m1, babA2 : plus forte prévalence de gastriteatrophique sévère• AINS et HP: risque UGD• taux de récidive ulcère duodénal après éradication: < 2%• RGO et HP controversé45


Quels tests diagnostiques ?• biopsie per-endoscopique culture en cas d’échec de traitementB120 non remboursé• sérologie non recommandée en dépistageB70 remboursé• test respiratoire à l’urée marquée: Héli-kit ®non recommandé en dépistagerecommandé pour contrôle éradicationprix test : 35 euros, remboursé 65%coût prélèvement B20 et de l’analyse B6046


HP et dyspepsie• 15 à 40 % de la population adulte• prévalence HP+ > dyspeptiques vs non dyspeptiques• éradication HP: amélioration douleur• dyspepsie après 45 ans : endoscopie et biopsie avant 45 ans:- tester HP et diagnostiquer ? (anglo-saxons)- tester HP et traiter ? (France)47


Comment traiter ?• 1° ligne : 70% éradication deux prises par jour pendant 7 jours IPP double dose amoxicilline 2g/j (ou métronidazole 1g/j) et clarithromycine 1g/j• 2° ligne : résistance clarithro (60-90%) > métrodi (60-70%) idem 1° ligne mais 14 jours ttt: 10 % restent infectés• 3° ligne : « culture des biopsies » trithérapie: rifabutine (150mg x 2/j) ou levofloxacine (250mg x 2)associé à IPP double dose et amoxi 2g/j 10 à 14 jours quadrithérapie: Bismuth……..pas en France 1 à 2 % restent infectés« L’acharnement thérapeutique » se justifie dans lespopulations à risque48


patients à risque cancer gastrique• Apparentés 1° degré cancer gastrique• ATCD personnel résection endoscopique cancersuperficiel gastrique• ATCD gastrectomie partielle• PAF, HNPCC• Lymphome de MALT• Lésions pré néoplasiques: gastrite atrophique,métaplasie intestinale « au cas par cas »49


L’avenir ?Le vaccin …..Surtout dans les pays en voie dedéveloppement où 80 à 90 % de lapopulation est infectée par HP.50


Les nouveautés en gastroentérologie- les indications de la coloscopiele cancer colorectal : quelles avancéesMICI : stratégie et suiviHP : quand le chercher et comment traiter ?explorer le grêle : comment et pour qui ?soins palliatifs : quelle coordination ?Rémi SYSTCHENKO51


Explorer le grêle: comment et pour qui ?• En cas de saignement digestif inexpliqué, réaliser: transit du grêle puis entéroscanner entéroscanner puis endoscopie par capsule (EC) EC• En cas de diagnostic d’angiodysplasie sans hémorragiesévère: pas d’autres examens après CE si Hb stable sous ttt martial CE puis entéroscopie poussée thérapeutique CE puis entéroscopie per-opératoire52


Explorer le grêle: comment et pour qui ?• En cas de saignement digestif inexpliqué, réaliser: transit du grêle puis entéroscanner entéroscanner puis endoscopie par capsule (EC) EC• En cas de diagnostic d’angiodysplasie sans hémorragiesévère: pas d’autres examens après CE si Hb stable sous ttt martial CE puis entéroscopie poussée thérapeutique CE puis entéroscopie per-opératoire53


Quels examens diagnostiques ?• entero TDM ou IRM en cours évaluationmais examen pénible, explore lésion > 1 cm, nevoit pas angiodysplasie• artériographie : si hémorragie fort débit• saignements digestifs inexpliqués30% lésions « hors grêle » passées initialementinaperçues• vidéocapsule (55-70%) > entéroscopie poussée(30-40%)54


L’endoscopie par capsule (EC)• gélule 26 mm x 12 mm• 2 images secondes : 57 000 images durant un examen• patient à jeun 12h avant l’examen• préparation : 1 ou 2 litres PEG• ambulatoire• coût de la capsule : 600 euros……. T2A et CCAM ???Public privé• contre-indications : grossesse, sténose55


Saignement digestif chronique inexpliqué (SDI)• définition: gastroscopie et coloscopie négatives extériorisation: melena et/ou rectorragie, transfusionsrépétées occulte: hemoccult +, anémie chronique ferriprive• 5 à 10 % des hémorragies extériorisées hautes etbasses• anomalie : 60%• diagnostic: angiodysplasies 40-50 % après 60 ans tumeurs entre 30 et 50 ans lésions dues aux AINS quelque soit l’âge VPN 100% pour lésions du grêle• suivi des angiodysplasies à 12 mois: 80% indemne de récidive saignement significatif sous ttt martial56


Stratégie diagnostique devant un SDI• EC• si EC négative: pas d’autres examens sauf chez sujet jeune et hémorragie extériorisée angioscanner sauf chez sujet jeune entéroscanner: recherche Tumeurs• si récidive hémorragique sévère entéroscopie per-opératoire ou à double ballonnet57


Quelques images….58


Les autres indications• hémorragie aigüe• maladie de Crohn iléale EC > transit grêle et/ou entéroscanner diagnostic lésionnel: 30 à 70% cas lorsque autres examens –• surveillance polypose hamartomateuse héréditaire(Peutz-Jeghers)• maladie coeliaque: en cours d’évaluation• surveillance du Barrett « capsule oesophagienne » 1 dôme optique à chaque extrémité 14 images / seconde59


En conclusion:• EC : méthode diagnostique de référence en casde SDI• entéroscopie à double ballonnet : un avenir pourles gestes thérapeutiques !60


Merci pour votre attention………………en espérant ne pas vous avoir noyés !!!61

More magazines by this user
Similar magazines