Vox Romana IX - Lycée français de Singapour

lfs.edu.sg

Vox Romana IX - Lycée français de Singapour

Lycée Français de Singapour Numerus IX — MMXIIIVOXROMANALe journal des latinistes du LFSL’art antique


Couverture : détail d’une fresque de la villa des Mystères à Pompéi, crédit WolfgangRieger.EDITORIALCe n’est pas le fait du hasard si le terme « esthétique » estdirectement issu d’un mot grec αἴσθησιs signifiant sensation. L’esthétiquerenvoie à la perception par les sens et à la sensibilité nécessaire pourapprécier la beauté plastique (encore un emprunt au grec…) d’une œuvred’art. La statuaire grecque est à ce titre exemplaire de la maîtrise parfaite desculpteurs comme Phidias ou Praxitèle. Mais les arts dans le monde antique,c’est aussi les fresques romaines, les céramiques grecques, les mosaïques,l’architecture et même l’orfèvrerie. Pour terminer l’année en beauté,Vox Romana dévoile pour vous quelques chefs d’œuvre incontournables del’art gréco-romain, références universelles dans l’histoire des arts. L’équipedes latinistes vous souhaite une belle fin d’année sous le signe de la créationartistique.J.-F.C. L.L.Etymologiepar les latinistes de 4 èmesDétail d’une frise du palais crétois de Knossos,domaine publicArt (n-m) : du latin ars, artis, f,« talent, savoir-faire ; art, science ».1. Ensemble de connaissances et derègles d’action, dans un domaineparticulier. Ex : l’art vétérinaire.2. Expression, par les créations del’homme, d’un idéal esthétique ;ensemble des activités humainescréatrices visant à l’expression duBeau. Ex : œuvre d’art, objet d’art, histoire de l’art… Les beaux-arts (du latinbellae artes) renvoient aux quatre disciplines artistiques enseignées dans lesEcoles des beaux-arts, l’architecture, la peinture, la sculpture et la gravure. Ony ajoute parfois la musique, la danse et la poésie.Plastique (adj. qual.) : du latin plasticus issu du grec ancien πλαστικός « relatifau modelage », dérivé du verbe πλάσσειν « mouler, former » dont dériveaussi le mot « plasma », lapartie liquide du sang. 1. Quia le pouvoir de donner uneforme. Ex : chirurgie plastique.2. Relatif aux arts quiélaborent des formes. Ex :arts plastiques. 3. Flexible,malléable, mou. Ex : l’argileest plastique. 4. Matièreplastique : matière synthétiquequi peut être moulée.Ex : bouteille plastique.Détail d’une céramique grecque, crédit histoiredelantiquite.net


Les fresques par les latinistes de T lesLa fresque est une technique particulière de peinture murale dont laréalisation s'opère sur un enduit appelé intonaco, avant qu'il ne soit sec. Leterme vient de l'italien a fresco qui signifie dans le frais. Le fait de peindre surun enduit qui n'a pas encore séché permet aux pigments dilués à l’eau depénétrer dans la masse, et donc aux couleurs de durer plus longtemps qu'unesimple peinture en surface sur un substrat.Femme assise jouant de la cithare, fresque de la Villa de P. FanniusSynistor à Boscoreale, 40-30 av. J.-C., crédit cosmovisions.com.La fresque est basée sur le principe de la carbonatation, réactionchimique entre la chaux contenue dans l’enduit et le gaz carbonique de l’airconduisant au durcissement de l’enduit et à la fixation de la couche picturale.Une grande habileté est requise de la part du fresquiste entre la pose del'enduit et son séchage complet. Après le tracé des esquisses sur le mur, lapeinture est appliquée avec une brosse douce en poil d’animal à partir depigments mélangés sur une palette. Si les Grecs ont découvert l’usage du blancde céruse, du jaune de Saturne (tous deux à base de plomb) et le sépia extraitde la seiche, les Romains découvrent, eux, le murex, un coquillage produisantun pigment pourpre très à la mode à l’époque. Les peintres étaient des artistesreconnus et les riches Romains les employaient pour décorer leurs demeures defresques splendides. Le terme de fresque est souvent utilisé par métonymiedans le langage courant pour désigner la peinture murale en général.


La sculpture grecquepar les latinistes de 2 ndesL’art de la statuaire grecque est, entre tous, leplus remarquable. Même si nous n’avons conservéqu’une partie de la production antique, il nous restenéanmoins des œuvres exceptionnelles qui exprimentl’idéal grec de la beauté plastique. La plupart dessculptures qui nous restent sont en pierre, le plus souvent en marbre blanc,mais les Grecs utilisaient très fréquemment le bronze, la techniquechryséléphantine (incrustations d'or et ivoire), mais aussi l'argile et le bois.Satyre, copie d’un original de Praxitèle,domaine public.Aurige de Delphes, -V ème , créditblogspot.Progressivement, après la périodearchaïque, les formes des statues évoluent versune représentation humaine de plus en plusréaliste qui atteint son apogée à l’époque de lastatuaire classique à Athènes (V ème - IV ème sièclesav. J.C.) où les sculpteurs privilégient l’expressiondu mouvement et la précision du détailanatomique dans la recherche d’un idéal debeauté et de proportions. Les deux grands nomsdu classicisme grec sont les sculpteurs Phidias(Φειδίας) (- 490 - 430) et Praxitèle (Πραξιτέλης)(vers - 400 - 326). Le savant romain Varron écritainsi : « Praxiteles qui propter artificiumegregium nemini paulum modo humanioriignotus » (« Grâce à l'excellence de son talent, Praxitèle n'est inconnu d'aucunhomme un tant soit peu cultivé ».)Groupe du Laocoon, œuvre des Rhodiens Agésandre, Athénodore et Polydore,II ème ou I er siècle av. J.-C., domaine public.


Détail de Orphéeentouré par desanimaux, créditGiovanni Dall'Orto.La mosaïquepar les latinistes de 3 èmesLa mosaïque est apparue en Mésopotamie vers la fin du IV ème millénaireavant Jésus-Christ, mais c'est seulement en -300 pendant les guerres puniquesque cet art se diffuse à Rome. C’est un assemblage, au moyen d'un mortier depose, de fragments multicolores appelés tesselles. Du temps des Romains, lamosaïque de pavement (sur le sol) connaît un grand succès et est trèsprésente dans les riches villas romaines, surtout dans le triclinium (la salle àmanger), où le décor est souvent plus sophistiqué. Le nom de « mosaïque »dérive du mot grec Μοῦσα qui signifie « muse ». On distingue trois types demosaïques : l'opus sectile, qui consiste à assembler des tesselles de formesirrégulières et variées, l'opus tesselatum, où les tesselles sont cubiques, d'uncentimètre de côté ; et l'opus qui permet des représentations plus précisesavec des tesselles de seulement quelques millimètres de côté.Maison du poète tragique,Pompéi, crédit blog.lefigaro.frDétail d’une mosaïque romaine à Zeugma, Turquie, crédit 123rf.comLes supports les plus utilisés sont les sols, les murs et les plafonds maison peut en trouver aussi sur des meubles, des bijoux, on dit même que HiéronII, tyran de Syracuse, en fit composer une sur le pont d'un navire, César endécorait sa tente.Mosaïque romaine, Pompéi, domaine public.


La céramique grecquepar les latinistes de 5 èmesLes archéologues ont retrouvé de nombreuses céramiques antiques quitémoignent d’un haut niveau de qualité artistique. Le mot céramique vient dugrec ancien κέραμος qui signifie terre à potier, argile. Il a donné son nom àAthènes au quartier des potiers, le Céramique. La technique de la céramiqueévolue pendant l’Antiquité avec l’invention du tour de potier.SkyphosAmphore Hydrie Cratère en caliceCoupeLa fabrication de la céramique comporte de nombreuses opérations.D’abord, on procède à l’extraction de l’argile qui, chez les potiers athéniens,contient du fer donnant à la poterie pendant la cuisson une couleur rougeorangé. Ensuite on pratique le tournage sur un tour à potier, mais lesdifférentes parties des vases (pied, anse, col) sont tournées séparément.Enfin, on sèche la céramique à l’air ambiant et on assemble les différentesparties. On la polit puis un peintre la décore à l’aide de colorants en poudre(pigments). On peut procéder ainsi à la cuisson à haute température (entre800°C et 950°C), opération délicate et compliquée.Vase grec du VI ème siècle : Hercule, Cerbère et Euristhée, crédit histoire-fr,comOn distingue différents styles de peinture à Athènes : de la fin du VII èmesiècle av. J.C. au début du V ème siècle av. J.C., les peintres athéniens utilisent latechnique à figures noires. Les images sur les objets sont peintes en noir surun fond clair et les couleurs naturelles de l’argile sont gardées. Puis apparaîtla technique à figures rouges représentées sur un fond noir.


Les Caryatides sur l’Acropole d’Athènes, Crédit Harrieta171 .L’architecturepar les latinistes de 1 èresL’architecture romaineprend ses racines dans lestechniques de constructiongrecques et étrusques. LesGrecs ont transmis leséléments principaux de lafaçade des temples ainsi queles différents ordres deschapiteaux. Or, les Romains développèrent des techniques remarquables desolidité. Puis vint l’invention de l’arc et de la voûte qui permit aux édifices des’élever vers les cieux. On peut donc apercevoir des bâtiments spécifiques àLes différents ordres architecturaux.l’architecture romaine comme les amphithéâtres, les arènes, les aqueducs,les arcs de triomphes. Elle est un moyen, surtout sous l’Empire, de démontrerla puissance romaine. Nous pouvons retenir les noms de deux théoriciensromains de l’art du bâtiment : Vitruve avec son De architectura et Frontin,curateur des eaux à Rome à la fin du I er siècle, avec son recueil Deaquaeductibus urbis Romae.Fronton Frise Architrave Chapiteau FûtEléments d’une façade de temple, Parthénon de l’Acropole d’Athènes, crédit w:es:Usuario:Barcex.


Lycée Français de SingapourSolution du jeu : c’est l’ancienne cour de justice de Singapour. On reconnaîtun fronton, des chapiteaux corinthiens, une architrave, des fûts, une coupole.Ludite !Reconnaissez-vous ce bâtimentde Singapour ?Retrouvez 4 éléments inspirésde l’Antiquité !Evénement!Les latinistes de premières ont présenté le théâtre antique à leurs camarades pourpréparer le bac de français : architecture, organisation, personnages-types...Les latinistes du lycéeLes secondesLes premièresLes Terminales

More magazines by this user
Similar magazines