04.12.2012 Views

fi lms en fabrication - Filmer en Alsace

fi lms en fabrication - Filmer en Alsace

fi lms en fabrication - Filmer en Alsace

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

PRINTEMPS 2008<br />

spécial Grand-Est<br />

Photo MK Krafft/CRI Nancy Lorraine<br />

la lettre<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>


your fast-track<br />

towards a career<br />

in international<br />

digital media<br />

managem<strong>en</strong>t?<br />

de<strong>fi</strong>nitely yes<br />

welcome to the<br />

european<br />

television<br />

managem<strong>en</strong>t<br />

academy<br />

etma will train the television and digital mediamanagers<br />

of tomorrow. Reflecting its particularly<br />

European and universal spirit, etma is located near<br />

Strasbourg. From here it will provide top-level<br />

managem<strong>en</strong>t training for tal<strong>en</strong>ted stud<strong>en</strong>ts of<br />

many origins and nationalities.<br />

By working with the best of the digital media innovators,<br />

through strong links with the pioneers of<br />

the medias of the future and through constant<br />

analysis of the most rec<strong>en</strong>t market innovations,<br />

etma will give its stud<strong>en</strong>ts unique and up-to-date<br />

access to the dynamics of top class media managem<strong>en</strong>t<br />

and innovation.<br />

For those setting out on a career in digital media<br />

managem<strong>en</strong>t, for those on the lookout for that<br />

extra quali<strong>fi</strong>cation for success, for media managers<br />

seeking new compet<strong>en</strong>ces and developing specialised<br />

skills…<br />

… etma is de<strong>fi</strong>nitely for you.<br />

www.etma-academy.eu<br />

22 av<strong>en</strong>ue de l’Europe 67300 Schiltigheim<br />

Tel. +33 (0)3 88 37 26 50 info@etma-academy.eu


éditorial<br />

Mois du docum<strong>en</strong>taire <strong>en</strong> Champagne - Ard<strong>en</strong>ne. PHOTO AUTOUR DE LA TERRE<br />

spécial Grand-Est<br />

L’année 2008 nous a déjà réservé bon nombre de surprises. Nous<br />

sommes dans l’expectative des changem<strong>en</strong>ts que produiront un<br />

certain nombre de décisions politiques concernant les télévisions, leur<br />

<strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>t, et les lignes de crédit, autant pour la création que pour la<br />

diffusion des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>. Même si l’époque peut nous inciter à nous replier<br />

sur nos quant-à-soi, c’est peut-être justem<strong>en</strong>t le mom<strong>en</strong>t de s’ouvrir,<br />

d’interroger nos pratiques et de nous nourrir de nos réfl exions et<br />

expéri<strong>en</strong>ces mutuelles.<br />

Ce numéro de printemps de la Lettre de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> est une<br />

proposition, celle d’imaginer une Lettre commune à plusieurs régions.<br />

Ainsi, ce numéro spécial Grand-Est a été conçu comme un laboratoire.<br />

Il a été réalisé avec des contributions de nos collègues de Lorraine,<br />

Franche-Comté, Bourgogne et Champagne-Ard<strong>en</strong>ne. Lors de la réunion<br />

interprofessionnelle qui s’est t<strong>en</strong>ue à Gérardmer <strong>en</strong> mars dernier, nous<br />

avons égalem<strong>en</strong>t pu véri<strong>fi</strong> er que cette proposition trouvait un écho<br />

largem<strong>en</strong>t positif auprès des professionnels des autres régions.<br />

L’expression “ mutualiser les moy<strong>en</strong>s ” est <strong>en</strong> vogue actuellem<strong>en</strong>t.<br />

Mais il ne s’agit pas de mutualiser uniquem<strong>en</strong>t pour économiser et<br />

pér<strong>en</strong>niser des actions, il s’agit de travailler <strong>en</strong>semble <strong>en</strong> reconnaissant<br />

les domaines d’excell<strong>en</strong>ce des uns et des autres et <strong>en</strong> articulant,<br />

coordonnant nos actions. Ainsi d’aucuns sav<strong>en</strong>t faire des Lettres,<br />

d’autres des sites ou des portails, d’autres des festivals ou d’autres<br />

<strong>en</strong>core inv<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t de nouveaux moy<strong>en</strong>s de diffusion.<br />

Réalisons <strong>en</strong>semble une plate-forme audiovisuelle du Grand-Est, une<br />

plate-forme riche et accueillante, forte de nos diversités et propositions<br />

et <strong>en</strong>richie de nos échanges.<br />

L’équipe de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Merci pour ce numéro à : Didier Asson, Charlotte Béfort, Mathias Berger, François<br />

Caillat, Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé, Nathalie Conq, Sandra Coronello, D<strong>en</strong>is Darroy,<br />

Brigitte Daudé, Michel David, Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, Delphine Didier, Édith Farine, Marie-<br />

Alix Fourqu<strong>en</strong>ay, Dami<strong>en</strong> Fritsch, Estelle Furst<strong>en</strong>berger, Flor<strong>en</strong>ce Gautier, Anne<br />

Hahn, Georges Heck, Églantine Hirsch, Julia Laur<strong>en</strong>ceau, Ermeline Le Mezo, Juli<strong>en</strong><br />

Mathis, Amandine Moulette, Isabelle Pantic Guillet, Paul Pauwels, Marie-Jo Pierron,<br />

Jean-Philippe Rameau, Mathieu Rousseau, Josiane Schauner, Jean-Pierre Stucki,<br />

Christine Torelli, Sa<strong>fi</strong> re Lorraine, Les Yeux de l’ouïe.<br />

la lettre<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

association des professionnels<br />

de l’audiovisuel <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Le conseil d’administration<br />

réunit :<br />

- l’APAA,<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Josiane Schauner<br />

et Yannis Metzinger<br />

- la Sa<strong>fi</strong> re,<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch<br />

et Luis Miranda<br />

- Vidéo Les Beaux Jours,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Georges Heck<br />

- l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>,<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Brigitte Daudé<br />

- iconoval,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé<br />

- Ina Grand-Est,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Isabelle Pantic Guillet<br />

- le master pro<br />

de l’université Marc Bloch,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Jean-François Moris.<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

est sout<strong>en</strong>u par :<br />

- le ministère<br />

de la Culture/DRAC <strong>Alsace</strong><br />

- la Région <strong>Alsace</strong><br />

- le Départem<strong>en</strong>t<br />

du Bas-Rhin<br />

- le Départem<strong>en</strong>t<br />

du Haut-Rhin<br />

- la Ville de Strasbourg.<br />

Contact :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

c/o La Maison de l’image<br />

31 rue Kag<strong>en</strong>eck<br />

67 000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

<strong>Filmer</strong>-<strong>en</strong>-alsace@neuf.fr<br />

www.<strong>fi</strong> lmer<strong>en</strong>alsace.fr.nf<br />

Contact pour La lettre :<br />

la-lettre@laposte.net<br />

SOMMAIRE<br />

Éditorial ............................................ 1<br />

R<strong>en</strong>contres Grand-Est .......... 2<br />

Territoires<br />

Champagne-Ard<strong>en</strong>ne ........... 4<br />

Bourgogne<br />

Franche-Comté .......................... 5<br />

Formations Grand-Est .......... 6<br />

Archives ........................................... 9<br />

Chiffres Grand-Est ................10<br />

Chiffres <strong>Alsace</strong> .........................12<br />

Télévisions ...................................14<br />

Europe ............................................15<br />

Nouvelle technologie .........16<br />

Histoire de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

<strong>Alsace</strong> ..............................................18<br />

Histoire de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

Franche-comté ........................20<br />

Histoire de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

Lorraine .........................................22<br />

Leçon de cinéma ....................24<br />

Chronique ....................................25<br />

Diffusion .......................................26<br />

Retour de .....................................28<br />

Brèves .............................................28<br />

Écrans docum<strong>en</strong>taires ........31<br />

Fi<strong>lms</strong><br />

<strong>en</strong> <strong>fabrication</strong> ..................3 à 21<br />

sortis de fabrique ......27 à 31<br />

primés, sélectionnés ...........33<br />

L’INVITÉ<br />

François<br />

Caillat<br />

<strong>en</strong> cahier c<strong>en</strong>tral<br />

Responsable<br />

de la publication :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Coordination<br />

et secrétariat de rédaction :<br />

Marie Frering<br />

Graphisme :<br />

L’intranquille<br />

Impression :<br />

Gyss imprimeur, Obernai<br />

2e trimestre 2008<br />

ISBN <strong>en</strong> cours<br />

1


2<br />

r<strong>en</strong>contres grand-est<br />

Les invitations mutuelles <strong>en</strong>tre professionnels de l’Est de la France se font de plus <strong>en</strong> plus fréqu<strong>en</strong>tes,<br />

avec une constante commune qui est d’être toujours étroitem<strong>en</strong>t liées à une manifestation ou un festival<br />

public. Il <strong>en</strong> est ainsi des r<strong>en</strong>contres de Belfort, de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> et de Gérardmer. L’intérêt de ces<br />

r<strong>en</strong>dez-vous qui ont pour objectif de mieux nous connaître et de trouver comm<strong>en</strong>t travailler <strong>en</strong>semble<br />

réside fortem<strong>en</strong>t dans la r<strong>en</strong>contre réelle, car, même si nos sites, mails et autres outils de communication<br />

facilit<strong>en</strong>t grandem<strong>en</strong>t les échanges, ri<strong>en</strong> ne vaut le débat réel et les discussions autour d’une table.<br />

Belfort<br />

En novembre 2007, l’Institut régional de l’image<br />

et du multimédia (Irimm), sollicité par Catherine<br />

Bizern, déléguée générale du festival Entrevues,<br />

propose une table ronde sur l’interrégionalité.<br />

S’af<strong>fi</strong> rme une volonté commune de travailler<br />

<strong>en</strong>semble sur des projets et des actions concrètes<br />

dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel<br />

dans le respect des spéci<strong>fi</strong> cités et politiques<br />

individuelles. Concernant la communication<br />

et l’information, même si une Lettre commune<br />

paraît compliquée à mettre <strong>en</strong> œuvre, il faut<br />

<strong>en</strong>visager dans toutes les régions une rubrique<br />

traitant de l’actualité des autres régions. Pour les<br />

aides à la production, à partir du constat qu’un<br />

certain nombre de projets sollicit<strong>en</strong>t des aides<br />

dans plusieurs régions et que certaines procédures<br />

ne permett<strong>en</strong>t pas d’<strong>en</strong>visager un tournage<br />

dans deux régions, il faudrait harmoniser les<br />

procédures pour permettre de partager les lieux<br />

de tournages et les <strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>ts. La formation<br />

pourrait être un axe fort de la coopération<br />

interrégionale. Les besoins sont nombreux et les<br />

offres insuf<strong>fi</strong> santes. Les régions qui mett<strong>en</strong>t <strong>en</strong><br />

place des formations ont du mal à trouver un<br />

nombre suf<strong>fi</strong> sant de participants pour les m<strong>en</strong>er<br />

à bi<strong>en</strong>. Un inv<strong>en</strong>taire des besoins au niveau<br />

Grand-Est serait judicieux.<br />

Le problème de la diffusion des œuvres produites<br />

<strong>en</strong> région est ress<strong>en</strong>ti par les cinq régions. Une<br />

opération pourrait être organisée autour d’une<br />

programmation commune, de même pour le<br />

court, avec la création d’un programme spéci<strong>fi</strong> que<br />

et égalem<strong>en</strong>t pour les longs “ dif<strong>fi</strong> ciles ” qui<br />

pourrai<strong>en</strong>t béné<strong>fi</strong> cier d’un réseau plus ét<strong>en</strong>du de<br />

diffusion. L’établissem<strong>en</strong>t aussi d’un cal<strong>en</strong>drier<br />

des manifestations régionales serait judicieux<br />

pour éviter que les manifestations se fass<strong>en</strong>t aux<br />

mêmes dates.<br />

Strasbourg<br />

Les journées professionnelles de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong><br />

<strong>Alsace</strong> ont donné lieu à divers ateliers qui ont été<br />

élaborés dans le souci de ne pas rester généralistes<br />

mais de pr<strong>en</strong>dre le temps d’approfondir des<br />

points spéci<strong>fi</strong> ques. Ont ainsi été proposés un<br />

atelier sur les nouveaux modes de diffusion<br />

(VoD, réseaux câblés, Doc net), un atelier sur<br />

les droits d’auteur avec Nicolas Mazar, juriste<br />

de la Scam. Plus au cœur du travail d’écriture,<br />

de réalisation et de production, un atelier sur le<br />

scénario dans le docum<strong>en</strong>taire a permis, avec<br />

notre invitée Esther Hoff<strong>en</strong>berg, de pénétrer<br />

dans la “ salle des machines ” de la <strong>fabrication</strong> de<br />

son <strong>fi</strong> lm Les deux vies d’Eva.<br />

Le pitch dating, organisé par l’association des producteurs avait pour<br />

souci la r<strong>en</strong>contre et la circulation de la parole <strong>en</strong>tre réalisateurs et<br />

producteurs, dont on sait combi<strong>en</strong> elle n’est pas toujours facile. En<strong>fi</strong> n, le<br />

débat professionnel proposait comme thème la réalisation et la production<br />

<strong>en</strong> région. Débat parfois houleux, illustrant la dif<strong>fi</strong> culté certaine de faire<br />

<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre les réalités du terrain, avec ses bonheurs et ses malheurs. <strong>Filmer</strong><br />

<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> souhaite permettre aux différ<strong>en</strong>ts acteurs, professionnels et<br />

collectivités de travailler <strong>en</strong>semble, dans la transpar<strong>en</strong>ce et l’échange<br />

pas toujours si faciles. Ce débat aura permis cep<strong>en</strong>dant de souligner la<br />

nécessité de trouver des temps de travail communs plus réguliers.<br />

À saluer aussi durant ces journées, l’inv<strong>en</strong>tivité des Jeunes Tal<strong>en</strong>ts (les prix<br />

ont été attribués à Yakup Girpan et Chloé Mazlo) et la prés<strong>en</strong>ce nombreuse<br />

d’étudiants et de très jeunes réalisateurs aux ateliers et débat.<br />

Géradmer<br />

Les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel d’<strong>Alsace</strong> et de Lorraine<br />

se sont réunis pour la confér<strong>en</strong>ce interprofessionnelle <strong>en</strong> mars 2008,<br />

<strong>en</strong> prés<strong>en</strong>ce des représ<strong>en</strong>tants de l’État (DRAC, CNC) et des collectivités<br />

territoriales des cinq régions du Grand-Est. Au total, une c<strong>en</strong>taine de<br />

participants ont assisté à cette quatrième édition qui s’est inscrite dans la<br />

programmation des douzièmes R<strong>en</strong>contres du cinéma de Gérardmer. La<br />

confér<strong>en</strong>ce a pour fonction de prés<strong>en</strong>ter et expliquer l’action de l’État et<br />

la mise <strong>en</strong> œuvre déconc<strong>en</strong>trée des priorités nationales dans le domaine<br />

du cinéma, de l’audiovisuel, du multimédia et des industries techniques,<br />

dans une volonté de transpar<strong>en</strong>ce des politiques et <strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>ts publics.<br />

Concernant <strong>en</strong> premier chef l’interrégionalité, Thibaut Villemin, viceprésid<strong>en</strong>t<br />

du Conseil régional de Lorraine, informe les participants de la<br />

mise <strong>en</strong> place d’un secrétariat commun ainsi que d’un coordinateur dans<br />

le but de m<strong>en</strong>er des actions communes de coopération interrégionale <strong>en</strong>tre<br />

la Lorraine, l’<strong>Alsace</strong> et la Franche-Comté.<br />

Si ces journées comportai<strong>en</strong>t de nombreux ateliers spéci<strong>fi</strong> ques, nous nous attarderons<br />

surtout sur les questions de la nouvelle politique de l’État et du CNC, dont il a longuem<strong>en</strong>t<br />

été question avec Michel Plazanet et Céline Perrimond (CNC).<br />

24 reconductions de conv<strong>en</strong>tions ont été signées pour la période 2006-<br />

2009 portant sur deux volets : l’aide à la production et à la création (crédits<br />

de souti<strong>en</strong> du CNC) et le <strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>t DRAC et Régions de l’exploitation<br />

cinématographique. Le budget CNC t<strong>en</strong>d à freiner mais est actuellem<strong>en</strong>t<br />

toujours <strong>en</strong>core <strong>en</strong> augm<strong>en</strong>tation par rapport aux années précéd<strong>en</strong>tes. Le<br />

budget des DRAC est de l’ordre de 8 millions d’euros. Concernant le budget<br />

cinéma des DRAC, des négociations m<strong>en</strong>ées par le CNC ont permis de le<br />

préserver. Une baisse, plus ou moins de 15 %, est toutefois constatée sur la<br />

diffusion des festivals (repris par le CNC à la demande du ministère de la<br />

Culture et de la Communication) et sur différ<strong>en</strong>tes activités.<br />

Les services du Premier ministre ont con<strong>fi</strong> rmé que les DRAC resterai<strong>en</strong>t<br />

autonomes et donc non soumis à tutelle et qu’elles serai<strong>en</strong>t constituées de<br />

8 directions par région. Ces nouvelles directives intervi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t alors que le<br />

ministère est <strong>en</strong> pleine remise à plat des dé<strong>fi</strong> nitions des missions. Le CNC<br />

a mis <strong>en</strong> place un groupe de travail pour réfl échir sur l’aspect économique<br />

de la projection numérique et un rapport devrait sortir prochainem<strong>en</strong>t.<br />

Le souhait du CNC est que toutes les salles puiss<strong>en</strong>t avoir accès au<br />

numérique. Concernant les docum<strong>en</strong>taires, les mesures sont drastiques<br />

car le CNC n’arrive plus à suivre, les demandes de subv<strong>en</strong>tion étant trop<br />

importantes. Une nouvelle augm<strong>en</strong>tation des docum<strong>en</strong>taires <strong>en</strong>traînerait<br />

une augm<strong>en</strong>tation des sommes versées par le CNC ce qui représ<strong>en</strong>terait<br />

des sommes considérables. Le CNC rassemble actuellem<strong>en</strong>t l’<strong>en</strong>semble


Des hommes dans le brouillard. PHOTO SEI ITO<br />

des docum<strong>en</strong>taires dans le but d’établir un bilan. Actuellem<strong>en</strong>t, 400<br />

docum<strong>en</strong>taires sont aidés par les collectivités. 90 % sont destinés à<br />

France 3. Aussi, la dép<strong>en</strong>dance face à France 3 existe bi<strong>en</strong>, mais on<br />

peut espérer une évolution vers des chaînes privées.<br />

D<strong>en</strong>is Darroy rappelle le montant des budgets CNC (528 millions<br />

d’euros) et DRAC toutes régions confondues (50 millions d’euros) pour<br />

mettre <strong>en</strong> évid<strong>en</strong>ce le poids que représ<strong>en</strong>te le compte de souti<strong>en</strong>. Les<br />

budgets 2009 et 2010 seront équival<strong>en</strong>ts à ceux de 2008. Pour la VoD,<br />

il y a augm<strong>en</strong>tation de 4,5 %, avec restriction budgétaire sur la dette<br />

globale de l’État et sollicitation du compte de souti<strong>en</strong> : ce sont les<br />

professionnels qui se sont mobilisés (Art et Essai). Une concertation<br />

a eu lieu avec le CNC, mais un décalage s’est produit <strong>en</strong>tre le choix<br />

politique du Ministère et le fonds de souti<strong>en</strong>. D<strong>en</strong>is Darroy évoque<br />

la règle du compte de souti<strong>en</strong> (100 euros la minute). La Région<br />

Lorraine indique l’exist<strong>en</strong>ce d’un nouveau mode de diffusion qui ne<br />

correspond pas à la réalité des choses, car une partie du souti<strong>en</strong> est<br />

hors conv<strong>en</strong>tionnem<strong>en</strong>t.<br />

Thibaut Villemin s’interroge sur l’aspect culturel et pas seulem<strong>en</strong>t<br />

économique et indique qu’il s’agit d’un vrai débat public. Pour le<br />

souti<strong>en</strong> d’investissem<strong>en</strong>t dans les salles de cinéma, la Région Lorraine<br />

est très <strong>en</strong> retrait. Elle est favorable au développem<strong>en</strong>t des télévisions<br />

par câble, d’internet, de la téléphonie mobile.<br />

Le CNC rappelle qu’il a émis un appel à projets d’œuvres susceptibles<br />

d’être exploitées sur les nouveaux supports et qu’un nombre considérable<br />

de projets a été réceptionné. Le CNC souhaite d’abord dresser<br />

un bilan par rapport à ce premier appel à projets.<br />

L’Association des régions<br />

françaises du Grand-Est<br />

Depuis plus de 20 ans, l’Association des régions françaises du Grand-<br />

Est (ARFGE) impulse et souti<strong>en</strong>t des projets intéressant les cinq régions<br />

de l’Est de la France : Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, Lorraine, <strong>Alsace</strong>, Franche-<br />

Comté et Bourgogne. Ses domaines de compét<strong>en</strong>ces sont multiples :<br />

culture, santé, économie, <strong>en</strong>vironnem<strong>en</strong>t… A<strong>fi</strong> n de donner une réelle<br />

valeur interrégionale à l’association, la présid<strong>en</strong>ce est acquise par l’une<br />

des cinq régions pour une durée de deux ans.<br />

Succédant à la Région <strong>Alsace</strong> depuis juin 2007, la Région Lorraine<br />

représ<strong>en</strong>tée par Jean-Pierre Masseret assure actuellem<strong>en</strong>t la présid<strong>en</strong>ce<br />

de l’ARFGE. L’un des objectifs majeurs de l’association est de favoriser<br />

les échanges et les concertations sur l’<strong>en</strong>semble du territoire à travers<br />

des r<strong>en</strong>contres <strong>en</strong>tre élus, technici<strong>en</strong>s et experts du Grand Est. Il s’agit<br />

de mettre <strong>en</strong> œuvre des actions d’intérêt régional pouvant avoir une<br />

incid<strong>en</strong>ce interrégionale. En ce s<strong>en</strong>s, l’ARFGE salue la possibilité de<br />

voir émerger une revue spécialisée dans le cinéma et l’audiovisuel <strong>en</strong><br />

région construite et diffusée par et sur le territoire du Grand-Est.<br />

Contact : Delphine Didier, animatrice de l’ARFGE,<br />

mission du li<strong>en</strong> social, Conseil régional de Lorraine<br />

téléphone 03 87 33 61 16, télécopie 03 87 33 61 89, delphine.didier@cr-lorraine.fr<br />

http://www.lorraine.eu<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Méthode Coué :<br />

plongée <strong>en</strong> p<strong>en</strong>sée positive<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Alain Chréti<strong>en</strong> (Beta numérique)<br />

La célèbre méthode Coué est souv<strong>en</strong>t raillée. Pourtant,<br />

nombreux sont ceux qui pratiqu<strong>en</strong>t la p<strong>en</strong>sée positive,<br />

directe héritière d’Émile Coué. L’apnée utilise ces principes.<br />

Plus que des muscles, ce sport nécessite une préparation<br />

m<strong>en</strong>tale que Pascal et Antoine utilis<strong>en</strong>t aussi dans<br />

leur vie quotidi<strong>en</strong>ne. Si cette méthode réussit à Pascal,<br />

chef d’<strong>en</strong>treprise suisse, comm<strong>en</strong>t Antoine arrive-t-il à<br />

partager sa passion avec les jeunes <strong>en</strong> dif<strong>fi</strong> culté qu’il accompagne<br />

de Reims au bord de la Méditerranée ?<br />

Coproduction Prodaction,<br />

France 3 Lorraine Champagne - Ard<strong>en</strong>ne<br />

À pied, à cheval et <strong>en</strong> vidéo<br />

Docum<strong>en</strong>taire de Laur<strong>en</strong>t Hasse (DV)<br />

Ce <strong>fi</strong> lm traite d’une quête : la recherche du bonheur.<br />

Si ce questionnem<strong>en</strong>t peut paraître commun, l’approche<br />

est des plus pertin<strong>en</strong>tes. Le réalisateur effectue une<br />

traversée de la France, seul et à pied, avec pour tout<br />

bagage une caméra et <strong>en</strong> tête cette perpétuelle quête<br />

du bonheur, suivant le tracé de la célèbre méridi<strong>en</strong>ne<br />

verte, ligne imaginaire et symbolique qui traverse toute<br />

la France. Il s’intéressera à la vision du bonheur des g<strong>en</strong>s<br />

qu’il r<strong>en</strong>contrera et ce dans autant de villages, villes,<br />

départem<strong>en</strong>ts et régions. Autant de portraits, d’att<strong>en</strong>tes,<br />

de désirs de bonheur d’une population <strong>en</strong> mutation. Ce<br />

n’est pas la Terre vue du ciel, mais la France vue du cœur,<br />

ces cœurs qui batt<strong>en</strong>t pour le bonheur.<br />

La Bascule<br />

Harki, la faute<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Rabbah Zannoun<br />

Le 13 juillet 1959, dans le XIX e arrondissem<strong>en</strong>t de Paris,<br />

<strong>en</strong> pleine guerre d’Algérie, un sympathisant du Front de<br />

libération nationale (FLN) refuse d’assassiner un membre<br />

du Mouvem<strong>en</strong>t national algéri<strong>en</strong> (MNA), mouvem<strong>en</strong>t<br />

rival. Par peur de représailles et se sachant condamné à<br />

mort par le FLN, cet homme trouve protection auprès des<br />

autorités françaises et s’<strong>en</strong>gage of<strong>fi</strong> ciellem<strong>en</strong>t comme<br />

harki le 2 janvier 1960. Ce n’est pas le début d’une <strong>fi</strong> ction,<br />

mais l’histoire de mon père. Ce jour-là, son destin bascule.<br />

De simple immigré algéri<strong>en</strong>, mon père devi<strong>en</strong>t Harki.<br />

Aujourd’hui, je veux recueillir sa parole et retourner sur<br />

son passé de Harki.<br />

Coproduction Ere production,<br />

France 3 Lorraine Champagne - Ard<strong>en</strong>ne<br />

3


4<br />

champagne-ard<strong>en</strong>ne<br />

Voici deux expéri<strong>en</strong>ces originales et inv<strong>en</strong>tives <strong>en</strong> Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, la Caravane <strong>en</strong>sorcelée à Charleville-Mézières, qui promène<br />

son cinéma, et le C<strong>en</strong>tres des rives, laboratoire pour l’art contemporain et docum<strong>en</strong>taire <strong>en</strong> milieu rural, qui, v<strong>en</strong>u de Paris <strong>en</strong> 2003,<br />

s’installe à Auberive (4 habitants au km 2 ) et y développe avec les artistes de Autour de la terre des dispositifs aussi expérim<strong>en</strong>taux<br />

que conviviaux. Des invitations à la taille de l’homme et au rythme de l’école buissonnière.<br />

Le C<strong>en</strong>tre des rives,<br />

une <strong>fi</strong> ction bi<strong>en</strong> réelle <strong>en</strong> Haute-Marne<br />

Avec des dispositifs expérim<strong>en</strong>taux comme par exemple le Porte-à-Porte, inspiré de<br />

l’épicier ambulant et de sa relation avec les habitants, on y produit des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, des œuvres<br />

plastiques, des performances, des projections. Créer des rituels, pousser des portes,<br />

croiser des domaines, aller à la r<strong>en</strong>contre. Ici, on voit qu’il y a un besoin de débat. Qu’un<br />

public nombreux et varié est prêt à voir des choses “ dif<strong>fi</strong> ciles ”. Qu’avec une once de<br />

résistance, le désert, fut-il vert, recule et que de s’ancrer là n’est pas une idée de doux<br />

rêveurs.<br />

Et il y a des saisons dans ce désert. Un été qui comm<strong>en</strong>ce avec Passeurs d’images, et,<br />

vu les faibles moy<strong>en</strong>s, c’est <strong>en</strong> vidéo qu’on projette des docum<strong>en</strong>taires aux pieds d’un<br />

anci<strong>en</strong> haut-fourneau. En septembre, on investit le hangar du jardin d’insertion pour<br />

projeter des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> à la fête de la Patate. Un poète ou des agrobiologistes y retrouv<strong>en</strong>t le<br />

public. Et toujours, patates sautées, interv<strong>en</strong>tions d’artistes, débats… L’hiver v<strong>en</strong>u, on y<br />

fera aussi un <strong>fi</strong> lm dans un atelier pratique avec des personnes <strong>en</strong> insertion.<br />

L’hiver, c’est le temps des Projections privées, initiées par les artistes Zoé Chantre et<br />

Alexandra Pianelli, qui chamboul<strong>en</strong>t l’espace de l’habitant, pour recevoir les voisins<br />

et amis. Plus que spectateurs prolonge cette démarche par des projections publiques<br />

avec des habitants (une maison de retraite de religieuses très curieuses, un groupe<br />

d’agriculteurs…). À eux de choisir le <strong>fi</strong> lm parmi plusieurs propositions, pr<strong>en</strong>dre <strong>en</strong> charge<br />

l’appel au public et l’int<strong>en</strong>dance pour la convivialité.<br />

Au printemps, avec un stage de botanique et dans le jardin d’un couv<strong>en</strong>t, on déguste<br />

un repas de plantes sauvages et des courts métrages. C’est une des projections<br />

thématiques de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> d’artistes qui ont fait notre réputation de fêtes gastronomiques<br />

et audiovisuelles…<br />

Longtemps sous l’étiquette “art”, l’action a été id<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> ée récemm<strong>en</strong>t dans le champ<br />

audiovisuel. Nous interv<strong>en</strong>ons maint<strong>en</strong>ant pour Lycé<strong>en</strong>s au cinéma, et développons<br />

des actions pédagogiques (avec le CDDP, et l’Inspection académique, pour un cycle<br />

éducation à l’image/éducation au développem<strong>en</strong>t durable, à partir de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> d’auteur<br />

achetés pour être disponibles <strong>en</strong> classe).<br />

En novembre, c’est le Mois du <strong>fi</strong> lm docum<strong>en</strong>taire. En Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, il n’y eut<br />

longtemps que trois points (Troyes, Reims, et Auberive). Autour de la Terre, dev<strong>en</strong>u<br />

coordinateur régional <strong>en</strong> 2007, souhaite contribuer à ét<strong>en</strong>dre l’opération avec de<br />

nouveaux complices et part<strong>en</strong>aires. Pour 2008, une thématique, Le travail, concoctée<br />

avec le lycée de Bar-sur-Aube, permettra de relier des part<strong>en</strong>aires.<br />

Toute l’année, un de nos belles histoires se prépare avec un fringant ancêtre, le Cinéma<br />

familial de Chalindrey, vibrant de l’énergie de tous ceux qui se relai<strong>en</strong>t pour le faire<br />

vivre, depuis 50 ans, sous forme associative. Nous y coordonnons une démarche art et<br />

essai, avec des cycles (docum<strong>en</strong>taire, ciné-musique, ciné-train…).<br />

À 10 km de la Bourgogne, 40 km de la Franche-Comté, des pieds fréqu<strong>en</strong>ts <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>,<br />

des part<strong>en</strong>aires <strong>en</strong> Lorraine… Nous accueillons l’idée de Grand-Est comme une bouffée<br />

d’air créatif et solidaire. Nous avons constaté l’ef<strong>fi</strong> cacité du Grand-Est dans le réseau des<br />

plastici<strong>en</strong>s. Nous espérons voir surgir aussi dans notre région des outils de connaissance<br />

et de r<strong>en</strong>forcem<strong>en</strong>t du tissu audiovisuel, des temps d’échanges et de r<strong>en</strong>contres <strong>en</strong>tre<br />

professionnels, associations régionales… Création de réseaux et mutualisation…<br />

Ermeline Le Mezo<br />

site c<strong>en</strong>tredesrives.over-blog.org<br />

PHOTOS AUTOUR DE LA TERRE<br />

La Caravane <strong>en</strong>sorcelée,<br />

des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> courts<br />

sur les routes<br />

La Caravane <strong>en</strong>sorcelée a été inaugurée au printemps<br />

2007, c’est une petite salle de projection ambulante<br />

qui permet de diffuser du cinéma d’art et d’essai dans<br />

les villages, les écoles, les c<strong>en</strong>tres aérés, les festivals…<br />

Cette caravane sillonne les routes de Champagne-<br />

Ard<strong>en</strong>ne, mais aussi des régions voisines, <strong>en</strong> emportant<br />

avec elle des courts-métrages, de 1 à 15’ de tous g<strong>en</strong>res<br />

(<strong>fi</strong> ction, animation, docum<strong>en</strong>taire et expérim<strong>en</strong>tation).<br />

Elle accueille pour chaque séance une dizaine de<br />

spectateurs.<br />

La Caravane <strong>en</strong>sorcelée projette des séances de type<br />

Panorama du <strong>fi</strong> lm court ou répond à des demandes<br />

spéci<strong>fi</strong> ques sur des thèmes (danse, développem<strong>en</strong>t<br />

durable…). Cette offre de cinéma ravit tous les publics,<br />

les spectateurs sont d’abord amusés par la fantaisie de<br />

l’objet Caravane puis conquis par la large sélection des<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong>. Fidèle au projet de départ, la caravane s’arrête<br />

dans des cours d’écoles, aux pieds d’immeubles, sur des<br />

marchés… pour aller à la r<strong>en</strong>contre de tous les publics<br />

<strong>en</strong> leur montrant ce qu’ils n’att<strong>en</strong>d<strong>en</strong>t pas, <strong>en</strong> proposant<br />

une image plus décontractée du cinéma d’art et essai et<br />

surtout, <strong>en</strong> leur montrant la diversité du cinéma, sans<br />

cloisonnem<strong>en</strong>t. De manière générale, le public se prête<br />

au jeu et s’ouvre à des univers cinématographiques<br />

nouveaux, souv<strong>en</strong>t méconnus et vers lesquels il ne va pas<br />

naturellem<strong>en</strong>t.<br />

La v<strong>en</strong>ue de la Caravane <strong>en</strong>sorcelée est aussi l’occasion<br />

d’organiser, parallèlem<strong>en</strong>t aux projections, des séances<br />

d’éducation à l’image, des ateliers de pratique ainsi que<br />

des r<strong>en</strong>contres avec des professionnels du cinéma. La<br />

petite cinémathèque ambulante s’adapte facilem<strong>en</strong>t à<br />

tous les projets et évolue au gré des r<strong>en</strong>contres et des<br />

découvertes cinématographiques. Ce projet, initié par<br />

l’association La Pellicule <strong>en</strong>sorcelée, est le prolongem<strong>en</strong>t<br />

de ses activités m<strong>en</strong>suelles, une salle de projection<br />

ambulante avec un cœur de cinéma !<br />

Responsable de la caravane<br />

david.seurin@club-internet.fr<br />

www.lapellicule<strong>en</strong>sorcelee.org<br />

PHOTO DR


ourgogne franche-comté<br />

Un portail du cinéma et de l’audiovisuel <strong>en</strong> Bourgogne et Franche-<br />

Comté, l’idée est née au sein de la commission régionale des professions<br />

du spectacle (COREPS). Après deux ans de r<strong>en</strong>contres, de réfl exions et<br />

d’analyses, il est apparu qu’il fallait donner à la <strong>fi</strong> lière un instrum<strong>en</strong>t pour<br />

sortir du cloisonnem<strong>en</strong>t qui bloque les initiatives et les projets, et pour<br />

faire connaître les réalisations et les tal<strong>en</strong>ts. Créer un portail sur internet<br />

s’est imposé comme une réponse à cette att<strong>en</strong>te.<br />

Portail internet<br />

Les deux conseils régionaux et les deux DRAC se sont <strong>en</strong>gagés à<br />

sout<strong>en</strong>ir <strong>fi</strong> nancièrem<strong>en</strong>t le lancem<strong>en</strong>t et la première année de son<br />

fonctionnem<strong>en</strong>t. La COREPS a con<strong>fi</strong> é à l’APARR, l’association des<br />

producteurs audiovisuels Rhin-Rhône, le pilotage du projet. En<br />

organisant depuis 2006 le Mois du docum<strong>en</strong>taire <strong>en</strong> Bourgogne et<br />

<strong>en</strong> Franche-Comté, et <strong>en</strong> réussissant à développer son audi<strong>en</strong>ce et sa<br />

cohér<strong>en</strong>ce, l’association a prouvé son dynamisme et sa <strong>fi</strong> abilité.<br />

Le portail audiovisuel veut être un outil d’échanges pour que chacun<br />

soit <strong>en</strong> perman<strong>en</strong>ce informé des actions des autres, pour créer des<br />

synergies, susciter des actions communes, r<strong>en</strong>dre visibles les réussites.<br />

Le portail sera aussi un outil de travail pour que tout professionnel à la<br />

recherche d’une information sur le secteur soit sûr de la trouver <strong>en</strong> un<br />

ou deux clics. En<strong>fi</strong> n, il sera un outil de promotion auprès du public non<br />

spécialisé pour que tout un chacun ait accès aux rouages de ce secteur<br />

d’activité régional. Et cela, sans se substituer aux sites déjà existants<br />

des membres de la <strong>fi</strong> lière, mais au contraire <strong>en</strong> les démultipliant par<br />

les li<strong>en</strong>s qu’il créera <strong>en</strong>tre eux. Pour ne donner qu’un exemple, la<br />

Commission du <strong>fi</strong> lm, qui accueille les tournages de longs métrages,<br />

disposera d’un espace sur le portail qu’elle gérera à sa guise. Le portail<br />

n’est donc pas un site rival, mais un ampli<strong>fi</strong> cateur de consultation, une<br />

caisse de résonance. Pour cela, il se doublera d’une lettre d’information<br />

électronique <strong>en</strong>voyée périodiquem<strong>en</strong>t à toute personne intéressée.<br />

Le portail est un dispositif techniquem<strong>en</strong>t complexe. Un part<strong>en</strong>ariat<br />

a été établi avec l’Ag<strong>en</strong>ce de développem<strong>en</strong>t et d’urbanisme du Pays<br />

de Montbéliard qui a mis à notre disposition deux chargés de mission<br />

de sa structure Numerica. Le premier pour nous aider à élaborer le<br />

cahier des charges ; le second pour animer, d’octobre à décembre 2007,<br />

la <strong>fi</strong> lière audiovisuelle Rhin-Rhône à l’aide d’un blog et d’une lettre<br />

de discussion. À l’arrivée de ce vaste brain-storming interrégional,<br />

l’architecture générale prévoit plusieurs grandes rubriques. Un <strong>en</strong> semble<br />

de catalogues des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> produits et réalisés <strong>en</strong> Bourgogne et Franche-<br />

Comté. Et nous étudions la possibilité de donner accès à ces <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong><br />

streaming, ou <strong>en</strong> VoD. On trouvera un espace réservé aux fonds d’aide à<br />

la production, prés<strong>en</strong>tant les politiques régionales, le détail des aides, le<br />

résultat des commissions, les dates de dépôts de dossiers et de réunion<br />

et le fonctionnem<strong>en</strong>t des commissions d’accueil des tournages.<br />

Égalem<strong>en</strong>t un annuaire des personnes (comédi<strong>en</strong>s, technici<strong>en</strong>s,<br />

réalisateurs…) et un annuaire des structures (production, prestation,<br />

diffusion…). Toujours dans cette partie, une rubrique sera consacrée<br />

aux différ<strong>en</strong>tes <strong>fi</strong> lières de formation et de s<strong>en</strong>sibilisation aux domaines<br />

audiovisuel et cinéma. Le fonctionnem<strong>en</strong>t donnera son plein s<strong>en</strong>s au<br />

mot “ portail ”, <strong>en</strong> mettant <strong>en</strong> responsabilité tous les acteurs concernés<br />

par les rubriques. Chaque producteur annoncera lui-même ses avantpremières<br />

ou ses sorties de DVD à l’aide d’un accès “ administrateur ”.<br />

Chaque comédi<strong>en</strong> ou technici<strong>en</strong> aura la maîtrise des informations qui<br />

le concern<strong>en</strong>t. Tout cela se fera à l’aide de mots de passe sécurisés.<br />

L’animation quotidi<strong>en</strong>ne sera con<strong>fi</strong> ée à un animateur-journaliste qui<br />

aura pour tâches d’assurer la médiatisation de toute la <strong>fi</strong> lière à travers<br />

le portail et de publier la lettre électronique. Pour la mise <strong>en</strong> œuvre<br />

technique du portail, un prestataire de service régional a été ret<strong>en</strong>u<br />

à l’issue d’une large consultation. Il s’agit de la société Big Bang de<br />

Besançon. Le lancem<strong>en</strong>t of<strong>fi</strong> ciel est prévu <strong>en</strong> mai 2008.<br />

Jean-Pierre Stucki<br />

www.reseau-farr.net<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

La magie Novi<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Philippe Thomine (DV)<br />

C’est le portrait de Nathalie Novi, peintre et illustratrice.<br />

Au début du <strong>fi</strong> lm, elle comm<strong>en</strong>ce les illustrations d’un<br />

nouvel album de littérature jeunesse. On suit cette<br />

av<strong>en</strong>ture <strong>en</strong> temps réel, chaque jour apportant un<br />

nouveau dessin. Au <strong>fi</strong> l du récit, on découvre une artiste<br />

instinctive et pourtant imprégnée de l’histoire de la<br />

peinture, vivant un pied dans la réalité et l’autre dans<br />

l’univers poétique qu’elle a créé. Pourquoi, comm<strong>en</strong>t<br />

vit-elle sur cette frontière ?<br />

Coproduction Ere production,<br />

France 3 Lorraine Champagne - Ard<strong>en</strong>ne<br />

Mai 68 <strong>en</strong> Lorraine,<br />

Champagne - Ard<strong>en</strong>ne<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Jean-Luc Marino et Nicolas Poinsignon (DV)<br />

Nous verrons qu’<strong>en</strong> Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne il<br />

existe bi<strong>en</strong> des particularismes propres aux différ<strong>en</strong>ts<br />

villes et villages… Des situations singulières, liées à une<br />

géographie, un territoire, un contexte social et/ou culturel,<br />

qui vont nous donner une vision assez générale d’une<br />

histoire toujours <strong>en</strong> marche. En faisant varier les échelles,<br />

<strong>en</strong> proposant des scènes inédites avec des acteurs locaux<br />

connus mais aussi méconnus, <strong>en</strong> confrontant passé et<br />

prés<strong>en</strong>t, nous pourrons dépasser certaines idées reçues<br />

et sans doute mieux appréh<strong>en</strong>der ce qu’il demeure de<br />

l’esprit de mai 68 aujourd’hui.<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 Lorraine Champagne - Ard<strong>en</strong>ne<br />

Mai 68 <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Hubert Schilling et Arnaud Gobin (DV)<br />

En <strong>Alsace</strong>, tout a comm<strong>en</strong>cé avant mai 68. Pour une fois,<br />

l’<strong>Alsace</strong> est <strong>en</strong> avance. Lors de la r<strong>en</strong>trée universitaire<br />

de 1966, un pamphlet fait s<strong>en</strong>sation. Les situationnistes<br />

seront, à Strasbourg, les premiers à évoquer la « misère <strong>en</strong><br />

milieu étudiant ». 40 ans après, que reste-t-il de mai 68<br />

<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> ? Que reste-t-il de ce printemps d’espoirs et<br />

d’affrontem<strong>en</strong>ts vécus dans cette région ? Qu’<strong>en</strong> p<strong>en</strong>s<strong>en</strong>t,<br />

aujourd’hui, ces acteurs et ces témoins qui ont animé<br />

ces semaines scellées par des <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>ts idéologiques<br />

et quelques errem<strong>en</strong>ts surréalistes ? Qu’ont donc à dire<br />

<strong>en</strong>core, <strong>en</strong> 2008, ces « anci<strong>en</strong>s combattants », ceux qui<br />

y croyai<strong>en</strong>t, ceux aussi qui n’y ont jamais cru, mais qui,<br />

tous, se souvi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t d’une époque tellem<strong>en</strong>t révolue…<br />

Coproduction Ere production, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

5


6<br />

formations grand-est<br />

Nous n’avons pas souhaité dresser un catalogue exhaustif des formations<br />

existantes mais plutôt <strong>en</strong> prés<strong>en</strong>ter certaines, et rappeler aussi l’action de<br />

l’Afdas, un acteur ess<strong>en</strong>tiel de la formation professionnelle.<br />

Franche-Comté<br />

Le lycée Viette à Montbéliard prépare au brevet de technici<strong>en</strong> supérieur aux<br />

métiers de l’audiovisuel avec quatre options : gestion de production, techniques d’ingénierie<br />

et exploitation des équipem<strong>en</strong>ts, montage et postproduction, métiers du son.<br />

www.agglo-montbeliard.fr<br />

Un projet intéressant est <strong>en</strong> train de se monter avec le lycée Pasteur Mont<br />

Roland à Dole. En collaboration avec l’IRIMM, pôle régional d’éducation et de formation<br />

au cinéma et à l’audiovisuel, se met <strong>en</strong> place une formation post-bac, techniques et<br />

culture de l’image et du son. Cette formation est <strong>en</strong> cours d’homologation, elle devrait<br />

voir le jour à la r<strong>en</strong>trée 2008. Le programme de cette formation comporte des modules<br />

professionnels : techniques de l’image et du son, scénario, analyse de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, histoire des<br />

médias et sémiologie. Ainsi que des modules généraux : sci<strong>en</strong>ces appliquées et anglais.<br />

Cette formation se déroulera sur un an : six mois <strong>en</strong> c<strong>en</strong>tre de formation et cinq mois<br />

<strong>en</strong> <strong>en</strong>treprise.<br />

www.l3pmres.info<br />

Lorraine<br />

Dans le cadre de l’Institut europé<strong>en</strong> de cinéma et d’audiovisuel (IECA),<br />

l’université de Nancy 2 propose un <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t généraliste spécialisé <strong>en</strong> cinéma et<br />

audiovisuel. Cette formation diplômante de type universitaire s’adresse aux personnes<br />

passionnées par l’image et qui se destin<strong>en</strong>t aux métiers de l’audiovisuel. Fondé <strong>en</strong> 1984<br />

par Roger Viry-Babel (professeur d’histoire du cinéma et réalisateur de nombreux <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>),<br />

l’IECA est l’une des rares structures universitaires et publiques <strong>en</strong> France qui disp<strong>en</strong>se<br />

un cursus complet allant de la lic<strong>en</strong>ce (bac + 3) au doctorat (bac + 8), <strong>en</strong> passant par le<br />

master (bac + 5) <strong>en</strong> études cinématographiques et audiovisuelles.<br />

Cette formation a pour vocation d’ouvrir les portes de l’expression audiovisuelle. Un<br />

<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> histoire, esthétique, narratologie mais aussi sociologie du cinéma ou<br />

de la télévision permet aux étudiants d’acquérir un regard critique sur les images et<br />

de découvrir les outils nécessaires à cette expression audiovisuelle. La force de cette<br />

formation réside dans le fait que l’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t, à la fois théorique et pratique, est<br />

assuré par des <strong>en</strong>seignants de l’université mais égalem<strong>en</strong>t par des professionnels de<br />

l’audiovisuel, et complété par des stages <strong>en</strong> <strong>en</strong>treprise. Outre l’obt<strong>en</strong>tion d’un diplôme<br />

national, l’IECA permet aux étudiants de r<strong>en</strong>trer <strong>en</strong> contact direct avec un grand nombre<br />

de professionnels. Ainsi ils se confront<strong>en</strong>t, dès la lic<strong>en</strong>ce, à la réalité du terrain et à<br />

l’appréh<strong>en</strong>sion d’un métier.<br />

La lic<strong>en</strong>ce (L3) se déroule <strong>en</strong> un an, on y <strong>en</strong>tre après l’obt<strong>en</strong>tion d’une lic<strong>en</strong>ce 2 ou<br />

d’un diplôme équival<strong>en</strong>t (BTS par exemple). Il est important de noter qu’une lic<strong>en</strong>ce<br />

professionnelle, consacrée aux nouvelles technologies de l’audiovisuel, est égalem<strong>en</strong>t<br />

<strong>en</strong> cours d’habilitation. Le master se déroule <strong>en</strong> deux ans, une première année (M1)<br />

est consacrée à un <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t général, puis la seconde année permet à l’étudiant<br />

de choisir une spécialité parmi trois possibilités : un master 2, recherche <strong>en</strong> sci<strong>en</strong>ces de<br />

l’information et de la communication qui permet d’accéder au doctorat ; un master 2<br />

professionnel, axé sur la conception et la production de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> docum<strong>en</strong>taires, accessible<br />

à une vingtaine d’étudiants par an de niveau M1 ou <strong>en</strong> formation continue ; et <strong>en</strong><strong>fi</strong> n<br />

un master 2 professionnel, spécialisé <strong>en</strong> images numériques, intitulé interactivité et<br />

nouvelles images, dont l’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t a lieu à Épinal.<br />

Les étudiants issus de l’IECA possèd<strong>en</strong>t une formation théorique et pratique<br />

suf<strong>fi</strong> samm<strong>en</strong>t riche et large pour leur permettre de trouver du travail dans tous les<br />

secteurs du domaine cinématographique et audiovisuel voire même, pour certains<br />

d’<strong>en</strong>tre eux, dans les domaines de la culture et du patrimoine. Outre les <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>ts,<br />

l’IECA offre égalem<strong>en</strong>t un certain nombre d’activités complém<strong>en</strong>taires et parallèles<br />

telles que des confér<strong>en</strong>ces, des expositions, des participations à des festivals ainsi qu’à<br />

des manifestations culturelles, artistiques et universitaires.<br />

Nathalie Conq<br />

ieca@univ-nancy2.fr<br />

www.univ-nancy2.fr<br />

Afdas<br />

Formation professionnelle continue, des dispositifs<br />

et des <strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>ts exist<strong>en</strong>t, oui, mais comm<strong>en</strong>t<br />

sont-ils utilisés ? Il semblerait qu’<strong>en</strong> matière de formation<br />

continue, le Grand-Est pourrait… mieux faire. Petit rappel<br />

sur l’Afdas et retour sur quelques chiffres… à méditer.<br />

L’Afdas est le fonds d’assurance formation agréé qui<br />

gère, sur le plan national, l’<strong>en</strong>semble du dispositif de<br />

la formation professionnelle des secteurs du spectacle<br />

vivant, du cinéma, de l’audiovisuel, de la publicité et<br />

des loisirs. Dans ce cadre, l’Afdas assure la collecte<br />

des contributions des <strong>en</strong>treprises de son champ d’application,<br />

la recherche de ressources complém<strong>en</strong>taires<br />

auprès de part<strong>en</strong>aires institutionnels, la participation<br />

au <strong>fi</strong> nan ce m<strong>en</strong>t des actions de formation destinées aux<br />

inter mitt<strong>en</strong>ts du spectacle, aux salariés ou demandeurs<br />

d’emploi qui béné<strong>fi</strong> ci<strong>en</strong>t d’un congé individuel de<br />

formation, ou aux salariés dans le cadre du plan de<br />

formation de leur <strong>en</strong>treprise.<br />

La délégation Est est située à Strasbourg, elle assure<br />

chaque année des réunions d’information à destination<br />

des professionnels pour informer des dispositifs existants,<br />

et travaille <strong>en</strong> étroite relation avec les collectivités et<br />

l’Anpe spectacle.<br />

Elle nous a communiqué quelques données chiffrées :<br />

<strong>en</strong> 2006, sur une population recevable de 54 650 professionnels,<br />

près de 12 000 intermitt<strong>en</strong>ts (toutes catégories<br />

professionnelles confondues) ont eu accès à la formation<br />

professionnelle à travers un <strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>t de l’Afdas, soit<br />

un taux d’accès de 22 %. Concernant les technici<strong>en</strong>s<br />

(secteur audiovisuel et spectacle vivant), le taux d’accès<br />

est de 24 %, avec 5 821 stagiaires sur 23 960 professionnels<br />

recevables, et comparable au taux d’accès à<br />

la formation des salariés perman<strong>en</strong>ts des <strong>en</strong>treprises<br />

de ce secteur (25 %). Or, sur plus de 600 professionnels<br />

del’audiovisuel rec<strong>en</strong>sés sur les territoires alsaci<strong>en</strong> et<br />

lorrain, seuls 45 d’<strong>en</strong>tre eux ont <strong>en</strong>trepris une démarche<br />

formation auprès de l’Afdas <strong>en</strong> 2007, soit moins de 10 %.<br />

Pour la branche audiovisuelle, le recours à la formation<br />

rapporté au nombre d’ayants droit pot<strong>en</strong>tiels reste faible.<br />

Un des freins semble être le manque de retour sur les<br />

besoins de formation et, de ce point de vue, des actions<br />

de type Grand-Est peuv<strong>en</strong>t faciliter l’organisation de<br />

formations. Mais l’étape préalable et indisp<strong>en</strong>sable reste<br />

le recueil des besoins et, concernant les intermitt<strong>en</strong>ts,<br />

l’expression des besoins reste incontournable.<br />

Virginie Delacour, responsable de la délégation Est de<br />

l’Afdas, explique : « La formation est une démarche<br />

person nelle, volontaire ; le temps de formation doit être<br />

considéré comme un investissem<strong>en</strong>t, un levier. »<br />

Pour pouvoir organiser des actions de formation <strong>en</strong><br />

adéquation avec les besoins réels du secteur, il faut que<br />

les besoins <strong>en</strong> formation soi<strong>en</strong>t id<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> és et exprimés,<br />

il n’est cep<strong>en</strong>dant pas toujours aisé d’analyser seul ses<br />

besoins et le recours à un professionnel, par exemple de<br />

l’Anpe spectacle, est vivem<strong>en</strong>t conseillé.<br />

Voir aussi l’analyse de Virginie Delacour<br />

dans la newsletter 8 de l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>,<br />

avril 2008 (www.culture-alsace.org/newsletter).<br />

Délégation Est de l’Afdas 9 rue du Marais Vert 67000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 94 70 www.afdas.com<br />

VISUELS DR


<strong>Alsace</strong><br />

Depuis 2004, la Femis, la Région <strong>Alsace</strong> et l’Afdas collabor<strong>en</strong>t pour une<br />

formation qui s’intitule l’atelier docum<strong>en</strong>taire. Elle s’adresse à tous les réalisateurs<br />

désirant s’ouvrir sur une autre façon de “ voir ” les choses, acquérir de nouvelles bases<br />

de travail, r<strong>en</strong>contrer d’autres professionnels et pouvoir <strong>en</strong>semble faire émerger<br />

les projets des uns et des autres.<br />

Le dispositif pédagogique tourne autour de trois grandes phases sur une durée<br />

totale de huit mois : la théorie, les exercices, et la réalisation et le montage d’un<br />

<strong>fi</strong> lm esquisse d’un projet personnel. Il s’agit d’acquérir à la fois des bases, de se les<br />

approprier et de les appliquer dans son propre parcours, dans son propre projet. Ce<br />

dispositif est ouvert à plusieurs régions pour une plus grande proximité des professionnels<br />

et une plus large ouverture sur les spéci<strong>fi</strong> cités de chacun.<br />

Pour la Région <strong>Alsace</strong> et pour l’Afdas, il semblait primordial d’offrir cette formation<br />

aux réalisateurs alsaci<strong>en</strong>s. Tous les ans, ce sont deux réalisateurs sur dix stagiaires<br />

qui particip<strong>en</strong>t à cette av<strong>en</strong>ture. Pour cette année, les sélections ne sont pas <strong>en</strong>core<br />

terminées ; quatre dossiers sont <strong>en</strong> cours d’instruction.<br />

www.lafemis.fr<br />

Ouverture de l’etma<br />

À la <strong>fi</strong> n du mois de janvier 2008, l’european television managem<strong>en</strong>t<br />

academy a déménagé dans de nouveaux locaux à Schiltigheim. Elle partage<br />

actuellem<strong>en</strong>t ses bureaux avec ceux d’iconoval, mais devrait s’installer dans ses<br />

propres bureaux d’ici quelques mois. Cette situation sera appréciable, car l’équipe<br />

s’agrandit. Récemm<strong>en</strong>t, Églantine Hirsch a rejoint l’etma <strong>en</strong> tant qu’adjointe du<br />

directeur, de même que Jörg Winkelmann <strong>en</strong> tant que directeur pédagogique.<br />

La structure légale de l’etma a égalem<strong>en</strong>t été <strong>fi</strong> nalisée. Il a été décidé que l’école serait<br />

une association de droit local. Les sept membres fondateurs de cette association<br />

sont Alain Tubiana, Guy-R<strong>en</strong>é Perrin, Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé, Olaf Grunert, Tony<br />

Mary, Josiane Schauner, et Paul Pauwels, qui est égalem<strong>en</strong>t le directeur de l’etma.<br />

En<strong>fi</strong> n, dès la mi-avril, le site internet de l’etma, www.etma-academy.eu, sera lancé.<br />

Les dernières évolutions relatives à l’école pourront y être consultées, et les premières<br />

inscriptions pourront être <strong>en</strong>registrées ! Ouverture de l’école : octobre 2008.<br />

Si certaines questions restai<strong>en</strong>t sans réponse,<br />

vous êtes invités à contacter l’etma à info@etma-academy.eu<br />

ou au 03 88 37 26 50.<br />

www.etma-academy.eu<br />

Ina’Sup, nouvelle école de l’audiovisuel<br />

Quatre jeunes diplômés des universités de Haute-<strong>Alsace</strong>, de Nancy 2<br />

et de l’IUT de Belfort-Montbéliard ont intégré la première promotion d’Ina’Sup,<br />

l’école supérieure de l’audiovisuel et du numérique, qui a ouvert ses portes <strong>en</strong><br />

octobre 2007. Répartis selon deux spécialités, production audiovisuelle et numérique<br />

et patrimoines audiovisuels et numériques, les étudiants d’Ina’Sup suiv<strong>en</strong>t une<br />

formation d’une durée totale de deux ans sur le campus de l’Ina à Bry-sur-Marne.<br />

Issus de disciplines diverses (cinéma et audiovisuel, histoire, lettres, langues, droit,<br />

commerce…), ils ont été sélectionnés sur dossier, épreuve écrite et <strong>en</strong>treti<strong>en</strong>.<br />

Ces étudiants se destin<strong>en</strong>t aux métiers de producteur, conseiller de programmes,<br />

gestionnaire de collections audiovisuelles ou chef de projet de valorisation<br />

d’archives. Ils reçoiv<strong>en</strong>t un <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t original de haut niveau, alliant culture,<br />

technique, droit et économie. À l’issue de leur stage <strong>en</strong> <strong>en</strong>treprise, ils obti<strong>en</strong>dront<br />

un diplôme de niveau master (bac + 5), reconnu par le ministère de la Culture et<br />

de la Communication. Béné<strong>fi</strong> ciant du réseau de l’Ina, ces étudiants pro<strong>fi</strong> t<strong>en</strong>t de<br />

nombreuses opportunités d’insertion dans les milieux professionnels. Plusieurs fois<br />

par mois ils reçoiv<strong>en</strong>t la visite de personnalités du monde de l’audiovisuel pour des<br />

master class. En<strong>fi</strong> n, ils ont un accès privilégié aux fonds d’archives de la télévision<br />

et de la radio dét<strong>en</strong>us par l’Ina.<br />

www.ina.fr<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Trou de mémoires<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Régis Caël (DV)<br />

Traversant les Vosges de part <strong>en</strong> part, le tunnel Maurice<br />

Lemaire relie l’<strong>Alsace</strong> à la Lorraine depuis 1937. Fermé<br />

au tra<strong>fi</strong> c <strong>en</strong> 2004 suite à l’accid<strong>en</strong>t du Mont-Blanc, il est<br />

l’objet depuis 3 ans d’énormes travaux de réhabilitation<br />

et de sécurisation. C’est au travers du suivi de ce chantier<br />

pharaonique que nous plongerons dans l’imaginaire des<br />

deux régions. Au gré des r<strong>en</strong>contres ou symboles souterrains,<br />

nous déterrerons le passé, nous conterons un<br />

prés<strong>en</strong>t, un av<strong>en</strong>ir, étroitem<strong>en</strong>t liés aux racines et aux<br />

cultures de ces territoires…<br />

Coproduction Ere production, Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, TLVA,<br />

France 3 Lorraine Champagne - Ard<strong>en</strong>ne, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Le temps des maternelles<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Marc Grün (DV)<br />

Ils s’appell<strong>en</strong>t Coralie, Antoine, Maud, Camel, ils ont<br />

<strong>en</strong>tre 5 ans et demi et 6 ans et viv<strong>en</strong>t dans un autre<br />

univers que nous, même s’ils sont parmi nous et au milieu<br />

de nous. S’ils nous apparaiss<strong>en</strong>t souv<strong>en</strong>t charmants ou<br />

exaspérants, ils sont avant tout étranges. S’il y a bi<strong>en</strong><br />

une chose qui différ<strong>en</strong>cie les adultes des <strong>en</strong>fants, c’est<br />

leur rapport au temps. Les <strong>en</strong>fants sont avant tout dans<br />

le prés<strong>en</strong>t, les adultes sont peu dans le prés<strong>en</strong>t, plus<br />

souv<strong>en</strong>t dans le passé ou le futur. Nous partons à la<br />

découverte de leur monde temporel, dans le cadre d’une<br />

grande section de maternelle.<br />

Coproduction Ere production,<br />

France 3 Lorraine Champagne - Ard<strong>en</strong>ne<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Yangzi, la révolution bleue<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ de Baudoin Ko<strong>en</strong>ig (HDCam/HDV)<br />

Dans le pays le plus peuplé de la planète, un tiers de<br />

la population n’a pas accès à l’eau potable et les deux<br />

tiers des rivières sont gravem<strong>en</strong>t polluées par les rejets<br />

industriels et agricoles. Le Yangzi, le plus grand fl euve<br />

d’Asie, a payé un lourd tribut au miracle chinois. Pollution,<br />

pénurie d’eau potable, migrations massives… m<strong>en</strong>ac<strong>en</strong>t<br />

le dev<strong>en</strong>ir de la superpuissance économique. À l’intérieur<br />

de la Chine qui n’admet pourtant aucune contestation,<br />

les consci<strong>en</strong>ces s’éveill<strong>en</strong>t, des voix se font <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre<br />

pour remettre <strong>en</strong> cause un développem<strong>en</strong>t débridé qui<br />

sacri<strong>fi</strong> e la nature sur l’autel de la croissance.<br />

Coproduction Seppia, Arte<br />

État de droit. Les grands procès<br />

qui ont fait bouger la France<br />

Collection docum<strong>en</strong>taire<br />

de 8 x 52’ de Laur<strong>en</strong>t Lutaud (Beta numérique)<br />

Procès du sang contaminé, des sectes, des réseaux<br />

pédophiles, des faucheurs d’OGM, de l’euthanasie,<br />

autant de grandes affaires judiciaires qui ont passionné<br />

les Français. Leur <strong>en</strong>jeu dépasse celui de la justice pour<br />

concerner la société française dans son <strong>en</strong>tier. Cette<br />

collection docum<strong>en</strong>taire propose de faire un tour de<br />

France des grands procès de ces dernières années qui<br />

ont infl u<strong>en</strong>cé la société française pour les réinterroger<br />

aujourd’hui : quelles conséqu<strong>en</strong>ces ont-ils eu sur la<br />

législation ? Comm<strong>en</strong>t ont-ils infl u<strong>en</strong>cé nos modes de<br />

p<strong>en</strong>sée ? Notre vie quotidi<strong>en</strong>ne ?<br />

Coproduction Seppia, Atlantis, France 3 national et régional<br />

7


8<br />

formations grand-est (suite)<br />

Depuis 1998, le master 2 professionnel, réalisation docum<strong>en</strong>taire Écrire le réel (anci<strong>en</strong> DESS) de l’Université Marc Bloch de Strasbourg,<br />

a permis à quelque deux c<strong>en</strong>ts étudiants de se former à la pratique du cinéma docum<strong>en</strong>taire d’auteur, <strong>en</strong> assurant, chaque année,<br />

deux périodes d’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t par l’<strong>en</strong>tremise de professeurs, de professionnels (réalisateurs, producteurs, diffuseurs, responsables<br />

de structures régionales comme Vidéo Les Beaux Jours ou l’Ogaca) et de passeurs de cinéma. Trois étudiants analys<strong>en</strong>t ce cursus et<br />

l’incertitude qui pèse sur son av<strong>en</strong>ir.<br />

Le master a 10 ans d’exist<strong>en</strong>ce,<br />

un anniversaire… amer<br />

La première période du master pro est judicieusem<strong>en</strong>t consacrée à des<br />

<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>ts théoriques : des cours sur la production et ses contraintes<br />

(découverte douloureuse : « Ah bon, hormis le droit moral, tous nos<br />

droits sur nos <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> apparti<strong>en</strong>dront aux producteurs ? »), sur l’histoire<br />

du cinéma (cours de Michel Cieutat consacré à l’école française du <strong>fi</strong> lm<br />

court des années 50 ou de Jean-François Moris sur le cinéma direct, de<br />

l’école canadi<strong>en</strong>ne au groupe Medvedkine) ; des projections des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

des réalisateurs qui seront <strong>en</strong>gagés dans les projets docum<strong>en</strong>taires des<br />

étudiants ; des séminaires (tel celui de Jean-Louis Comolli explorant les<br />

relations <strong>en</strong>tre <strong>fi</strong> lmeur, <strong>fi</strong> lmé et spectateur, <strong>fi</strong> ction et docum<strong>en</strong>taire, pulsion<br />

scopique et cinéma spectaculaire).<br />

La seconde période est dédiée à la pratique : cours sur la prise de vue<br />

et les pratiques d’<strong>en</strong>treti<strong>en</strong> assurés par des réalisateurs professionnels<br />

(Daniel Coche et Dami<strong>en</strong> Fritsch, dont, pour le dernier, tous les étudiants<br />

se souvi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t de son regard atterré devant nos premiers élans façon<br />

reportage) ; découverte de l’imm<strong>en</strong>se champ des possibles du son (grâce à<br />

Georges Bloch et cette année Daniel Deshays) ; stages qui peuv<strong>en</strong>t dev<strong>en</strong>ir<br />

une passerelle vers l’embauche (les équipes des télés locales alsaci<strong>en</strong>nes<br />

peuv<strong>en</strong>t <strong>en</strong> témoigner) et surtout la <strong>fabrication</strong> d’un premier <strong>fi</strong> lm, de<br />

l’écriture à la projection, donnant à chacun la possibilité précieuse d’un<br />

temps consacré à déterminer son regard.<br />

Cette formation complète a été pour beaucoup d’<strong>en</strong>tre nous un tournant,<br />

un pied à l’étrier dans le monde professionnel et l’aboutissem<strong>en</strong>t d’un<br />

cursus universitaire, où se crois<strong>en</strong>t des étudiants de différ<strong>en</strong>ts horizons :<br />

arts, ethnologie, lettre, droit, journalisme, communication, langues, mais<br />

aussi physique… Cette “ école dans l’école ” a été l’occasion de réaliser un<br />

désir profond, celui de faire du cinéma. Mais l’exist<strong>en</strong>ce de cette formation<br />

a été secouée juste après le début de l’année universitaire 2007-2008 par le<br />

recours juridique du syndicat étudiant l’Unef contre les frais d’inscription<br />

dérogatoires de plusieurs masters, dont le master pro docum<strong>en</strong>taire<br />

(1 300 euros) ; un recours que l’Unef effectuait depuis plusieurs années<br />

mais sans succès. Or, curieusem<strong>en</strong>t, cette année, la plainte a été prise<br />

<strong>en</strong> considération et le master a été déclaré illégal. Les étudiants ont été<br />

remboursés et le cont<strong>en</strong>u du master remis <strong>en</strong> cause (on parle de « refonte<br />

des <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>ts » pour l’année prochaine). Or (« Mais comme c’est<br />

bizarre… ») cette année, une certaine réforme de l’université a été lancée<br />

(la loi LRU dite loi Pécresse). Son but ? Il est de calquer le « fonctionnem<strong>en</strong>t<br />

de l’université sur celui de l’<strong>en</strong>treprise », selon les mots mêmes de la lettre<br />

de mission <strong>en</strong>voyée par notre Présid<strong>en</strong>t de la République à la ministre de<br />

l’Enseignem<strong>en</strong>t supérieure, Valérie Pécresse.<br />

Nous ne remettons pas <strong>en</strong> cause la légitimité de la plainte de l’Unef. Le<br />

principe de libre accès à l’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t supérieur (grand principe républicain<br />

s’il <strong>en</strong> est) nous est cher. Le problème ? Il est de plus <strong>en</strong> plus<br />

caduc. La majorité des formations <strong>en</strong> cinéma sont privées et donc exorbitantes<br />

; les bourses allouées dans les disciplines des sci<strong>en</strong>ces humaines<br />

et des arts du spectacle sont <strong>en</strong> baisse drastique… C’est pourquoi, payer<br />

les 1 300 euros était un investissem<strong>en</strong>t conséqu<strong>en</strong>t, mais bi<strong>en</strong> moindre<br />

comparé à d’autres formations, qui ne sont pas nécessairem<strong>en</strong>t meilleures.<br />

Il était <strong>en</strong> outre justi<strong>fi</strong> é par l’investissem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> matériel et la qualité des<br />

interv<strong>en</strong>ants. Autant dire que les futurs étudiants risqu<strong>en</strong>t de payer un<br />

prix symbolique (l’abs<strong>en</strong>ce d’accès à un <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t artistique) bi<strong>en</strong> plus<br />

fort. Nous sommes inquiets car il est légitime, vu le contexte, de p<strong>en</strong>ser<br />

que « refonte des <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>ts » pourrait vouloir dire r<strong>en</strong>tabilité et<br />

compétitivité. Or, les temps de l’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t,<br />

de la formation d’un regard et de la création sont<br />

peu compatibles avec ces impératifs relativem<strong>en</strong>t<br />

jeunes historiquem<strong>en</strong>t, comparés à l’histoire de<br />

la p<strong>en</strong>sée et de l’art. Faut-il rappeler ce qu’est<br />

une société sans p<strong>en</strong>sée libre et critique, sans<br />

expression artistique ? Les projections, ce mois<br />

de février à Strasbourg, des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> du réalisateur<br />

Dušan Hanák réalisés durant l’ère soviétique,<br />

devrai<strong>en</strong>t suf<strong>fi</strong> re.<br />

À l’heure où les universités fusionn<strong>en</strong>t et les<br />

écrans assomm<strong>en</strong>t, cette formation, et derrière<br />

elle l’université, doit être davantage qu’un lieu<br />

de professionnalisation (dont la dé<strong>fi</strong> nition varie<br />

selon les périodes gouvernem<strong>en</strong>tales) : elle doit<br />

être un lieu de recherche, de questionnem<strong>en</strong>ts<br />

et de débats ouverts sur le monde. Plutôt que de<br />

s’<strong>en</strong>fermer dans le compétitif, l’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t<br />

du cinéma à l’université pourrait reconstruire<br />

des ponts originels avec les sci<strong>en</strong>ces humaines,<br />

ouvrir de nouveaux champs d’application sur ce<br />

réel qui nous échappe, continuer de favoriser la<br />

construction de nouveaux récits et de nouvelles<br />

formes d’écriture pour contribuer à r<strong>en</strong>dre<br />

ce réel dialectique et non à s<strong>en</strong>s unique. Car<br />

l’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t est une amorce : ce qui est nous a<br />

été am<strong>en</strong>é par l’université, nous voulons le faire<br />

perdurer et le faire <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre hors de ces murs,<br />

avec lucidité, critique et inv<strong>en</strong>tion.<br />

Ne nous parlez donc pas de r<strong>en</strong>tabilité. La<br />

question aujourd’hui pour l’étudiant comme<br />

pour le travailleur, c’est la question de la<br />

précarité ; une précarité que nous subissons,<br />

qui ne nous nourrit pas comme voudrait le<br />

faire croire l’image romantique (ou libérale ?) de<br />

l’artiste vivant d’amour et d’eau fraîche. Mais<br />

nous sommes prêts à continuer à monnayer avec<br />

elle, plutôt qu’à faire un <strong>fi</strong> lm <strong>en</strong> quinze jours ou à<br />

sout<strong>en</strong>ir un master parlant de “ communication ”<br />

plutôt que de cinéma docum<strong>en</strong>taire.<br />

L’heure est à la résistance, et pour l’université à<br />

nous répondre.<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau, promo 2005-2006<br />

Juli<strong>en</strong> Mathis, promo 2006-2007<br />

Matthias Berger, promo 2007-2008<br />

PHOTOS DR


archives<br />

Voyage au cœur des volcans avec le site du Conservatoire régional de l’image<br />

(Nancy, Lorraine), dédié aux images du couple de sci<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> ques alsaci<strong>en</strong>s,<br />

Maurice et Katia Krafft, décédés lors d’une éruption au Japon <strong>en</strong> 1991.<br />

Collection Maurice et Katia Krafft<br />

« Parmi les phénomènes que la nature offre à nos regards, il n’<strong>en</strong> est de plus<br />

grandiose, de plus merveilleux, de plus mystérieux, de plus terri<strong>fi</strong> ant qu’un volcan <strong>en</strong><br />

activité. Il tremble, gronde, craque, s’év<strong>en</strong>tre, mugit, explose, fume, jaillit, coule… »<br />

Ces quelques mots de Maurice et Katia Krafft décriv<strong>en</strong>t parfaitem<strong>en</strong>t la relation<br />

viscérale qu’<strong>en</strong>tret<strong>en</strong>ait le couple avec les volcans. Maurice et Katia Krafft ont<br />

consacré leur vie <strong>en</strong>tière à leur passion : des années passées à collectionner tous<br />

les livres, docum<strong>en</strong>ts, peintures, gravures et dessins sur les volcans, à les <strong>fi</strong> lmer, à<br />

les photographier. Ils auront ainsi rassemblé une des plus grandes collections du<br />

monde dédiée à la volcanologie, dont une partie (800 heures de séqu<strong>en</strong>ces <strong>fi</strong> lmées<br />

et 300 000 photographies) a été déposée au Conservatoire régional de l’image de<br />

Lorraine. Depuis 2005, un site internet, www.imagesdevolcans.fr, r<strong>en</strong>d accessible à<br />

tous ce patrimoine iconographique.<br />

Le couple de sci<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> ques, originaire d’<strong>Alsace</strong>, a été systématiquem<strong>en</strong>t prés<strong>en</strong>t sur<br />

les grandes éruptions du monde <strong>en</strong>tier. En un peu plus de vingt ans, ils ont vu près<br />

de c<strong>en</strong>t cinquante éruptions volcaniques et les images qu’ils <strong>en</strong> ont rapportées sont<br />

une source de docum<strong>en</strong>tation unique. De 1970 à 1991, Maurice et Katia Krafft<br />

ont réalisé cinq <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> : Volcans d’Europe, Volcans d’Asie, Volcans d’Afrique, Les plus<br />

beaux volcans du monde et L’homme face aux volcans. Ceux-ci ont servi de base<br />

à un <strong>fi</strong> lm pédagogique sur les risques volcaniques qui a permis à près de 200 000<br />

personnes d’être évacuées avant l’éruption du volcan Pinatubo, aux Philippines, <strong>en</strong><br />

juin 1991.<br />

André Demaison, un ami du couple, dira de Maurice et Katia Krafft : « Libres de leurs<br />

mouvem<strong>en</strong>ts et libres p<strong>en</strong>seurs, indép<strong>en</strong>dants <strong>fi</strong> nancièrem<strong>en</strong>t, ils s’inscriv<strong>en</strong>t dans la<br />

grande épopée des curieux, des savants, des sci<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> ques qui se sont attachés de tout<br />

temps à aimer, à compr<strong>en</strong>dre, à transmettre leur passion. […] Depuis leur disparition,<br />

personne n’a repris le fl ambeau avec autant de compét<strong>en</strong>ce, de charisme, de courage<br />

mais aussi d’humilité, d’amour et de volonté, dans l’étude, la compréh<strong>en</strong>sion et la<br />

transmission des connaissances de ces phénomènes qui dépass<strong>en</strong>t l’<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dem<strong>en</strong>t<br />

humain. » Reconnus, admirés et aimés autant par le grand public que par la<br />

communauté sci<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> que internationale, Maurice et Katia Krafft ont su saisir,<br />

à travers leurs images, le paradoxe de la relation <strong>en</strong>tre l’homme et la nature, la<br />

puissance des forces naturelles r<strong>en</strong>voyant l’être humain à sa propre impuissance :<br />

coulées de lave, éruptions, rideaux de feu face auxquels, bi<strong>en</strong> souv<strong>en</strong>t, nous ne<br />

pouvons rester que spectateurs.<br />

Mathieu Rousseau<br />

Pour découvrir la collection Maurice et Katia Krafft<br />

www.imagesdevolcans.fr<br />

PHOTOS MK Krafft/CRI Nancy Lorraine<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Paroles de sourds<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Laur<strong>en</strong>t Lutaud (DVCam)<br />

En suivant la vie quotidi<strong>en</strong>ne de jeunes sourds <strong>en</strong><br />

situation d’intégration grâce à de nouvelles techniques<br />

de communication, ce <strong>fi</strong> lm docum<strong>en</strong>taire veut montrer<br />

que l’isolem<strong>en</strong>t des sourds n’est pas une fatalité, qu’il<br />

existe d’autres voies que le communautarisme, souv<strong>en</strong>t<br />

synonyme d’exclusion.<br />

Coproduction Seppia, CRDP de Lyon<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Bucarest allers-retours<br />

Film expérim<strong>en</strong>tal de 40’ de Ramona Po<strong>en</strong>aru (35 mm)<br />

Le tournage du <strong>fi</strong> lm puzzle de Ramona Po<strong>en</strong>aru s’est<br />

achevé le 15 mars <strong>en</strong> Roumanie. Tourné <strong>en</strong> 16 mm couleur<br />

à Roubaix, Londres, Cologne, Fribourg, Strasbourg, Bucarest<br />

et Cluj, Bucarest allers-retours proposera l’adaptation<br />

d’un conte cruel, <strong>en</strong>tre rêve et réalité.<br />

Coproduction Le Deuxième Souffl e<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés, Le Fresnoy<br />

La bête des Vosges<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Robin Hunzinger<br />

En 1977 dans les Vosges, une bête non id<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> ée s’attaque<br />

aux troupeaux et les massacre. La peur, la rumeur, la<br />

presse s’empar<strong>en</strong>t de cet événem<strong>en</strong>t. Puis la bête dispa rut<br />

subitem<strong>en</strong>t et personne n’<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dit plus parler d’elle.<br />

Pourquoi et comm<strong>en</strong>t un fait divers banal est-il dev<strong>en</strong>u par<br />

sa médiatisation un grand fait de société ? Le narrateur<br />

revi<strong>en</strong>t sur les lieux, parcourt la région à la recherche<br />

des traces laissées, consultant les médias de l’époque et<br />

interrogeant les témoins <strong>en</strong>core vivants. Chacun relate à<br />

sa manière l’événem<strong>en</strong>t auquel il a été confronté.<br />

Coproduction Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, Real production, Ina,<br />

France 3 Lorraine Champagne - Ard<strong>en</strong>ne, <strong>Alsace</strong> et national<br />

Le chat, miroir de l’homme<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ de Myriam Tonelotto<br />

Le chat, miroir de l’homme est un conte philosophique<br />

qui adopte la démarche légère d’un chat, nous prom<strong>en</strong>ant<br />

d’épisodes heureux <strong>en</strong> relations attristantes<br />

ou surpr<strong>en</strong>antes au gré des diverses péripéties de nos<br />

compagnons. Pro<strong>fi</strong> tant de la richesse narrative d’av<strong>en</strong>tures<br />

inédites de chats à travers le monde, ce <strong>fi</strong> lm a<br />

pour ambition de tracer un parallèle <strong>en</strong>tre l’évolution<br />

des chats et de leurs maîtres à travers le temps. C’est un<br />

chat, animé parfois, <strong>en</strong> prises de vue réelles ailleurs, qui<br />

sera le narrateur du <strong>fi</strong> lm.<br />

Coproduction La Bascule, Ana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>,<br />

ZDF/Arte Deutschland<br />

9


10<br />

chiffres grand-est 2007<br />

En <strong>Alsace</strong><br />

Un fonds de souti<strong>en</strong> est abondé par la Région et le CNC. Il a été créé <strong>en</strong> 1994 et a augm<strong>en</strong>té de 1 724 %. Les aides sont versées sous forme de subv<strong>en</strong>tions, et<br />

d’avances remboursables pour les projets cinématographiques. L’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong> (ACA) est chargée de certaines lignes d’aides. Les commissions sont au<br />

nombre de 3 par an. Des personnes adhér<strong>en</strong>tes à une association professionnelle peuv<strong>en</strong>t être membres de la commission. Elles sont cep<strong>en</strong>dant nommées intuitu<br />

personae et non <strong>en</strong> qualité d’adhér<strong>en</strong>t. Elles sont, à l’instar de l’<strong>en</strong>semble des membres, soumises à une totale discrétion sur les dossiers et/ou débats. Un bureau<br />

d’accueil des tournages existe depuis 1998 et est basé à l’ACA à Sélestat.<br />

L’autre fonds de souti<strong>en</strong> est abondé par la Communauté urbaine de Strasbourg et le CNC. Il a été créé <strong>en</strong> 1992 et est passé de 300 000 à 836 250 euros <strong>en</strong> 2008. Les<br />

aides sont versées sous forme d’achat de droits audiovisuels, suite à la signature d’une conv<strong>en</strong>tion <strong>en</strong>tre la société de production et la collectivité. Les commissions<br />

sont au nombre de 3 par an. Les associations de réalisateurs et de producteurs ne particip<strong>en</strong>t pas aux commissions. Un bureau d’accueil des tournages existe depuis<br />

1997 et est basé au c<strong>en</strong>tre administratif de la Communauté urbaine de Strasbourg.<br />

Fonds Type d’aide dossiers prés<strong>en</strong>tés dossiers aidés montant<br />

Région <strong>Alsace</strong><br />

+ CNC<br />

Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

Région <strong>Alsace</strong><br />

Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

Région <strong>Alsace</strong><br />

+ CNC<br />

Aides a la première œuvre<br />

Aides à l’écriture<br />

Aides à la réécriture<br />

Aides au développem<strong>en</strong>t<br />

Aides <strong>en</strong> industrie<br />

Aides à la production<br />

3 docum<strong>en</strong>taires de 52’ 2 docum<strong>en</strong>taires de 52’ 15 300 €<br />

1 docum<strong>en</strong>taire de 26’ - -<br />

4 courts métrages 1 court métrage 7 650 €<br />

14 docum<strong>en</strong>taires 8 docum<strong>en</strong>taires 9 720 €<br />

2 <strong>fi</strong> ctions 2 <strong>fi</strong> ctions 1 433 €<br />

1 long métrage Fiction - -<br />

1 court métrage <strong>fi</strong> ction 1 court métrage <strong>fi</strong> ction 1 500 €<br />

16 docum<strong>en</strong>taires 8 docum<strong>en</strong>taires 28500€<br />

2 <strong>fi</strong> ctions 1 <strong>fi</strong> ction 4 000 €<br />

1 long métrage <strong>fi</strong> ction 1 long métrage <strong>fi</strong> ction 735 €<br />

1 court métrage <strong>fi</strong> ction 1 court métrage <strong>fi</strong> ction 180 €<br />

26 docum<strong>en</strong>taires de 52’ 14 docum<strong>en</strong>taires de 52’ 211 000 €<br />

10 docum<strong>en</strong>taires de 26’ 7 docum<strong>en</strong>taires de 26’ 58 000 €<br />

40 courts métrages 10 courts métrages 135 000 €<br />

3 télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 2 télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 106 000 €<br />

1 long métrage docum<strong>en</strong>taire 1 long métrage docum<strong>en</strong>taire 30 000 €<br />

8 longs métrages <strong>fi</strong> ction 4 longs métrages <strong>fi</strong> ction 435 000 €<br />

2 docu-<strong>fi</strong> ctions 1 docu-<strong>fi</strong> ction 150 000 €<br />

Région <strong>Alsace</strong> Aides au pilote 10 pilotes 5 pilotes 21 000 €<br />

Communauté urbaine<br />

de Strasbourg<br />

+ CNC<br />

En Franche-Comté<br />

Aides à la production<br />

22 docum<strong>en</strong>taires de 52’ 13 docum<strong>en</strong>taires de 52’ 154 200 €<br />

10 docum<strong>en</strong>taires de 26’ 7 docum<strong>en</strong>taires de 26’ 48 000 €<br />

16 courts métrages 5 courts métrages 63 500 €<br />

3 télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 2 télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 120 000 €<br />

1 long métrage docum<strong>en</strong>taire 1 long métrage docum<strong>en</strong>taire 15 000 €<br />

8 longs métrages <strong>fi</strong> ction 4 longs métrages <strong>fi</strong> ction 150 000 €<br />

1 docu-<strong>fi</strong> ction 1 docu-<strong>fi</strong> ction 95 000 €<br />

montant total 2007 1 860 719 €<br />

Le fonds de souti<strong>en</strong> est abondé par la Région et le CNC. Il a été créé <strong>en</strong> 1994 et est <strong>en</strong> augm<strong>en</strong>tation, mais il est dif<strong>fi</strong> cile de mesurer l’évolution. Les aides sont<br />

versées <strong>en</strong> 2 ou 3 fois sous forme de subv<strong>en</strong>tions non révisables à la hausse. Quatre sessions de comités de lecture sont organisées annuellem<strong>en</strong>t. Deux ont lieu<br />

au printemps pour, d’une part, la commission d’attribution d’aides à l’écriture et à la production de longs métrages, télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> et docs TV et, d’autre part, pour la<br />

commission d’attribution d’aides à la production de courts métrages et docum<strong>en</strong>taires sans diffuseur. Deux autres sessions ont lieu à l’automne. La commission longs<br />

métrages est composée de 8 professionnels (producteurs, réalisateurs, exploitants) et d’un élu du Conseil régional. La commission courts métrages est composée de<br />

3 professionnels (producteurs et réalisateurs). Le conseiller cinéma de la DRAC est prés<strong>en</strong>t pour les 2 commissions. Le bureau d’accueil de tournages est externalisé<br />

depuis janvier 2007 auprès de l’Institut régional de l’image et du multimédia (Irimm), situé à Dole.<br />

Fonds Type d’aide dossiers prés<strong>en</strong>tés dossiers aidés montant<br />

Région Franche-Comté<br />

+ CNC<br />

Aides à l’écriture 7 longs métrages <strong>fi</strong> ction de 90 et 120’ 3 longs métrages <strong>fi</strong> ction de 90 et 120’ 22 800 €<br />

Aides à la production<br />

13 docum<strong>en</strong>taires de 52 et 90’ 6 docum<strong>en</strong>taires de 52 et 90’ 146 000 €<br />

36 courts métrages 5 courts métrages 85 000 €<br />

6 longs métrages <strong>fi</strong> ction de 90 et 120’ 2 longs métrages <strong>fi</strong> ction de 90 et 120’ 250 000 €<br />

1 long métrage docu de 90’ 1 long métrage docu de 90’ 50 000 €<br />

7 <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> associatifs 2 <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> associatifs 20 000 €<br />

montant total 2007 573 800 €


En Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Le fonds de souti<strong>en</strong> est abondé par la Région et le CNC. Il a été créé <strong>en</strong> 2003. Le plafond du fonds d’aide est passé de 21 500 à 30 000 euros depuis sa création.<br />

Les fonds sont versés <strong>en</strong> 3 fois sous forme de subv<strong>en</strong>tions. Les dossiers du fonds d’aide à la création cinématographique et audiovisuelle sont instruits par l’Of<strong>fi</strong> ce<br />

régional culturel de Champagne-Ard<strong>en</strong>ne (Orcca). Les commissions sont de 3 par an, <strong>en</strong> janvier, avril et septembre pour des votes <strong>en</strong> mars, juin et novembre. Il<br />

n’existe pas d’associations de réalisateurs et de producteurs <strong>en</strong> Champagne-Ard<strong>en</strong>ne. Les projets prés<strong>en</strong>tés font l’objet d’une présélection par un comité de lecture<br />

et sont <strong>en</strong>suite transmis à un comité de professionnels du cinéma et de l’audiovisuel chargé, après audition des réalisateurs et de leur producteur, de ret<strong>en</strong>ir les<br />

projets susceptibles d’être sout<strong>en</strong>us et de faire proposition au Conseil régional du montant de l’aide correspondante. Le bureau d’accueil de tournages a été créé<br />

<strong>en</strong> Champagne-Ard<strong>en</strong>ne <strong>en</strong> octobre 2002, c’est un service de l’Orcca, basé à Epernay.<br />

A<strong>fi</strong> n de r<strong>en</strong>forcer sa politique d’aide à la création, la Région Champagne-Ard<strong>en</strong>ne a souhaité créer <strong>en</strong> 2006, <strong>en</strong> plus du fonds d’aide existant, un autre fonds d’aide<br />

(exclusivem<strong>en</strong>t <strong>fi</strong> nancé par la région Champagne-Ard<strong>en</strong>ne) consacré aux réalisateurs, producteurs et sociétés de production implantés <strong>en</strong> région Champagne-<br />

Ard<strong>en</strong>ne a<strong>fi</strong> n de sout<strong>en</strong>ir l’émerg<strong>en</strong>ce d’œuvres audiovisuelles de ce secteur considéré comme <strong>en</strong>core un peu fragile. Ce dispositif a été égalem<strong>en</strong>t conçu dans l’idée<br />

de permettre à un producteur ou à une société de production régionale de développer une collection.<br />

Fonds Type d’aide dossiers prés<strong>en</strong>tés dossiers aidés montant<br />

Région Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

+ CNC<br />

En Lorraine<br />

Aides à la production<br />

non communiqué 1 docum<strong>en</strong>taire de 52’ 20 000 €<br />

non communiqué 1 docum<strong>en</strong>taire de 59’ 21 500 €<br />

non communiqué 1 docum<strong>en</strong>taire de 90’ 21 500 €<br />

non communiqué 5 courts métrages <strong>fi</strong> ction 129 500 €<br />

montant total 2007 192 500 €<br />

Le fonds de souti<strong>en</strong> est abondé par la Région et le CNC. Il a été créé <strong>en</strong> 2003 et les crédits ont été multipliés par 5,2 <strong>en</strong>tre 2003 et 2007. Les aides sont versées <strong>en</strong><br />

2 fois sous forme de subv<strong>en</strong>tions. Les commissions sont de 2 par an, <strong>en</strong> mai et <strong>en</strong> octobre, pour des votes <strong>en</strong> juin et décembre. Depuis l’année 2008, le règlem<strong>en</strong>t<br />

intérieur du fonds de souti<strong>en</strong> ne prévoit plus de prés<strong>en</strong>ce obligatoire des associations professionnelles, mais ri<strong>en</strong> ne l’interdit. Par exemple pour 2008, le réalisateur<br />

est membre de la Sa<strong>fi</strong> re mais le producteur n’est pas de la région. Le bureau d’accueil de tournages a été créé <strong>en</strong> Lorraine <strong>en</strong> mai 2007 et il fait partie de la direction<br />

des affaires culturelles du Conseil régional.<br />

Fonds Type d’aide dossiers prés<strong>en</strong>tés dossiers aidés montant<br />

Région Lorraine<br />

+ CNC<br />

En Bourgogne<br />

Aides à l’écriture 23 dossiers 9 dossiers 15 500 €<br />

Aides au développem<strong>en</strong>t 17 dossiers 6 dossiers 22 000 €<br />

Aides à la production<br />

28 docum<strong>en</strong>taires de 52’ et 90’ 13 docum<strong>en</strong>taires 338 000 €<br />

3 docum<strong>en</strong>taires de 26’ 3 docum<strong>en</strong>taires de 26’ 32 000 €<br />

9 courts métrages 5 courts métrages 90 000 €<br />

2 télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> de 90’ 1 télé<strong>fi</strong> lm 75 000 €<br />

1 long métrage <strong>fi</strong> ction de 90 et 120’ 1 long métrage <strong>fi</strong> ction 200 000 €<br />

montant total 2007 772 500 €<br />

Le fonds de souti<strong>en</strong> est abondé par la Région et le CNC. Il a été créé <strong>en</strong> 2005 (signature de la première conv<strong>en</strong>tion avec le CNC <strong>en</strong> décembre 2004). Le fonds a<br />

augm<strong>en</strong>té de 40 % depuis sa création. Les aides sont versées sous forme de subv<strong>en</strong>tions uniquem<strong>en</strong>t. Pour l’aide à l’écriture, il peut s’agir d’une aide directe à<br />

l’auteur ou au producteur ou du paiem<strong>en</strong>t des frais d’interv<strong>en</strong>tion d’un scénariste pour la réécriture du scénario. Les commissions sont de 2 par an pour les longs<br />

métrages, télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, docum<strong>en</strong>taires et séries d’animation et de 1 pour les courts métrages, aide à l’écriture, aide à l’<strong>en</strong>registrem<strong>en</strong>t de la musique de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>. Les<br />

associations de réalisateurs et de producteurs ne particip<strong>en</strong>t pas aux commissions. Le bureau d’accueil de tournages a été créé <strong>en</strong> 1997 et il est basé à Avallon.<br />

La région Bourgogne a mis <strong>en</strong> place <strong>en</strong> 2008 une nouvelle aide destinée à l’<strong>en</strong>registrem<strong>en</strong>t et l’interprétation de musique de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> Bourgogne. Les béné<strong>fi</strong> ciaires<br />

sont les producteurs de longs métrages (docum<strong>en</strong>taires et <strong>fi</strong> ctions).<br />

Fonds Type d’aide dossiers prés<strong>en</strong>tés dossiers aidés montant<br />

Région Bourgogne<br />

+ CNC<br />

Aides à l’écriture 21 dossiers 6 dossiers 30 030 €<br />

Aides à la production<br />

8 docum<strong>en</strong>taires 4 docum<strong>en</strong>taires 141 000 €<br />

29 courts métrages 4 courts métrages 90 000 €<br />

8 longs métrages 3 longs métrages 450 000 €<br />

5 <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> à caractère expérim<strong>en</strong>tal 3 <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> à caractère expérim<strong>en</strong>tal 10 000 €<br />

5 télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 1 télé<strong>fi</strong> lm 100 000 €<br />

1 série d’animation - -<br />

montant total 2007 821 030 €<br />

11


12<br />

chiffres alsace<br />

Les Nomades du cercle polaire de Andreas Voigt.<br />

Les aides de la Communauté urbaine de Strasbourg et de la Région <strong>Alsace</strong><br />

lors de la dernière session 2007 et de la première session 2008<br />

Hors le dispositif Souti<strong>en</strong> à l’accès diffuseur (aide au pilote) propre à la Région <strong>Alsace</strong>, les autres aides béné<strong>fi</strong> ci<strong>en</strong>t du dispositif du 1 € pour 2 € du CNC.<br />

Prochaines dates de dépôts des dossiers : à l’ACA les 22 juillet et 22 novembre, à la Région et à la CUS les 22 août et 14 novembre 2008.<br />

Projets CUS Région <strong>Alsace</strong><br />

DOCUMENTAIRES<br />

demandé obt<strong>en</strong>u demandé obt<strong>en</strong>u<br />

L’énergie de l’espoir, 52’ RÉALISATION Jean-Marie Fawer PRODUCTEUR Ana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 15 825 € 10 000 € 20 000 € 20 000 €<br />

Un moteur pour ma vie, 52’ RÉALISATION Patrick Koestler PRODUCTEUR Ana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 9 495 € 0 € 12 000 € 0 €<br />

Deuxième chance, 52’ RÉALISATION Éric Sandrin PRODUCTEUR Beka - 20 000 € 0 €<br />

La bête des Vosges, 52’ RÉALISATION Robin Huntzinger PRODUCTEUR Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 22 000 € 15 000 €<br />

Valérie et les pati<strong>en</strong>ts, 52’ RÉALISATION Sophie Desgeorge PRODUCTEUR Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 10 000 € 10 000 € 12 000 € 12 000 €<br />

Yougostar, 52’ RÉALISATION Amélie Deymier PRODUCTEUR Cerigo <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 17 935 € 15 000 € 22 000 € 0 €<br />

Charles de Foucauld, chemin d’humanité, 26’ RÉALISATION Daniel Ziegler PRODUCTEUR Clap production - 13 000 € AJOURNEMENT<br />

L’île aux artistes, 52’ RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Froehly PRODUCTEUR Ere production 16 880 € 0 € 16 000 € AJOURNEMENT<br />

Jean, Moussa et le <strong>fi</strong> l de l’eau, 26’ RÉALISATION Guy Wach PRODUCTEUR Faites un vœu 11 065 € 10 000 € 16 000 € 12 000 €<br />

Les fondeurs de cloches, 52’ RÉALISATION Jean-Claude Poirson PRODUCTEUR Human Doors <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 15 825 € 8 000 € 15 000 € 15 000 €<br />

Salsa ! Ensemble le temps d’une chanson, 52’ RÉALISATION S. Balay et J. Rabines PRODUCTEUR Le Deuxième Souffl e 17 408 € AJOURNEMENT 15 000 € AJOURNEMENT<br />

La ligne blanche des Vosges, 40 x 2’ RÉALISATION Christian Klein PRODUCTEUR Pictural - 7 000 € 0 €<br />

La place du beau, 52’ RÉALISATION Philippe Crnogorac PRODUCTEUR Pyramide production - 30 000 € 0 €<br />

Paroles de sourds, 52’ RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Lutaud PRODUCTEUR Seppia 4 220 € 4 220 € 8 000 € 8 000 €<br />

Un médecin dans la brousse, 26’ RÉALISATION R. Letzgus et B. Tournois PRODUCTEUR Star production 10 500 € 0 € 15 000 € 0 €<br />

Les bretzels de Kaboul, 26’ et 52’ RÉALISATION Thomas Risch PRODUCTEUR Zoulou compagnie 10 032 € 10 000 € 12 000 € 12 000 €<br />

Les portes du monde, 52’ RÉALISATION Marc Jonas PRODUCTEUR Ana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 16 880 € 15 000 € 21 000 € 0 €<br />

Le chat, miroir de l’homme, 90’ RÉALISATION Myriam Tonelotto PRODUCTEUR Ana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 26 375 € 0 € 25 000 € 15 000 €<br />

L’héritage de l’Art nouveau, 40 x 2’ RÉALISATION Mélissa Décaire Hertzog PRODUCTEUR Faites un vœu RETIRÉ 75 000 € 30 000 €<br />

Aysh, 52’ RÉALISATION Fitouri Belhiba PRODUCTEUR Fil<strong>fi</strong> l <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 15 825 € 0 € 15 000 € 0 €<br />

Affaires à suivre, 52’ RÉALISATION Pierre Toussaint PRODUCTEUR Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 11 000 € 0 € 14 000 € 0 €<br />

Trou de mémoires, 52’ RÉALISATION Régis Cael PRODUCTEUR Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 16 000 € 15 000 € 20 000 € 15 000 €<br />

Vi<strong>en</strong>ni nel mare, 52’ RÉALISATION Serge Fretto PRODUCTEUR Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 18 000 € 15 000 € -<br />

Sous l’eau les pieds sur terre, 52’ RÉALISATION B<strong>en</strong>oît Lichté PRODUCTEUR Seppia 12 000 € 12 000 € 23 000 € 15 000 €<br />

Les nouveaux corps de la chirurgie, 26’ RÉALISATION Solène Doerfl inger PRODUCTEUR East Wise <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 11 605 € 6 000 € 14 000 € 0 €<br />

Une vie de Max’s, 26’ RÉALISATION Christian Hugel PRODUCTEUR Odysseus <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> productions - 5 000 € 0 €<br />

Je fl otterai sans <strong>en</strong>vie, 75’ RÉALISATION Franck Beauvais PRODUCTEUR Les Fi<strong>lms</strong> du bélier - 20 000 € 15 000 €


Projets CUS Région <strong>Alsace</strong><br />

COURTS MÉTRAGES<br />

demandé obt<strong>en</strong>u demandé obt<strong>en</strong>u<br />

La courte histoire de Samuel H, 15’ RÉALISATION Téona et Thierry Gr<strong>en</strong>ade PRODUCTEUR Abog production 25 011 € 0 € 23 707 € 0 €<br />

La dernière fois, 6’ RÉALISATION O. Dutaillis et J. Seranne PRODUCTEUR Ki<strong>en</strong> productions - 1 800 € 0 €<br />

Reichshoff<strong>en</strong>, 40’ RÉALISATION Gareguin Zakoyan PRODUCTEUR Le Deuxième Souffl e <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés 21 100 € 0 € 20 000 € 15 000 €<br />

Y’a pas de loup, 15’ RÉALISATION Anne Burban PRODUCTEUR Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> du cygne - 25 000 € 0 €<br />

La lég<strong>en</strong>de du chou, 8’ RÉALISATION Pascale Hecquet PRODUCTEUR Les médias associés/Els’anime 21 100 € 15 000 € 20 000 € 12 500 €<br />

Le frère, 47’ RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Darras PRODUCTEUR Pale <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 42 200 € AJOURNEMENT 50 000 € 0 €<br />

Schéma directeur, 20’ RÉALISATION Bernard Tanguy PRODUCTEUR Rezina productions - 45 000 € 0 €<br />

Les Apaches, 20’ RÉALISATION Stéphane Aicardi PRODUCTEUR Sedna <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 20 000 € 0 €<br />

Les espérologues, 10’ RÉALISATION Pascal Cling PRODUCTEUR Xbo <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 16 000 € 0 €<br />

La passagère, 20’ RÉALISATION Flor<strong>en</strong>t Darmon PRODUCTEUR Le Deuxième Souffl e <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés 15 000 € 0 € 15 000 € 15 000 €<br />

Bucarest allers-retours, 40’ RÉALISATION Ramona Po<strong>en</strong>aru PRODUCTEUR Le Deuxième Souffl e <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés 15 000 € 15 000 € -<br />

Le père Noël a les yeux bleus, 14’ RÉALISATION Mikael et Sébasti<strong>en</strong> Thomaoglou PRODUCTEUR Tro4 productions 21 000 € 0 € 25 000 € 0 €<br />

Ici Dieu est introuvable, 20’ RÉALISATION Dami<strong>en</strong> Guerchois PRODUCTEUR 1/33 productions 13 715 € 10 000 € 27 000 € 0 €<br />

L’instinct d’après, 12’ RÉALISATION Ida Techer PRODUCTEUR Le Bureau <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 21 490 € 15 000 € 27 160 € 0 €<br />

Manu, 22’ RÉALISATION Jérémie Elkaïm PRODUCTEUR La Vie est belle <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> retiré -<br />

Face à la nuit, 18’ RÉALISATION Paviel Raymont PRODUCTEUR Carlito <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 26 375 € 0 € 30 000 € 15 000 €<br />

La <strong>fi</strong> lle de la pluie, 18’30 RÉALISATION Sarit Intaraprapong PRODUCTEUR Unik production 26 375 € 0 € 25 000 € 0 €<br />

Il était une fois la mayonnaise, 18’ RÉALISATION Sylvain Bressollette PRODUCTEUR Alcaline productions - 30 000 € 0 €<br />

Jacques et Juliette, 10’ RÉALISATION Lee Sullivan PRODUCTEUR Butterfl y productions - 19 000 € 0 €<br />

Kantkant, 15’ RÉALISATION François Grandjacques PRODUCTEUR Cocktail productions - 30 000 € 0 €<br />

Cathy, 30’ RÉALISATION Elsa Barrère PRODUCTEUR Lionceau <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 34 800 € 20 000 €<br />

La truite au bleu, 10’ RÉALISATION Catherine Meyer-Baud PRODUCTEUR S<strong>en</strong>sito <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 25 000 € 0 €<br />

AIDES AU PILOTE<br />

Salamatou fait son cinéma, docum<strong>en</strong>taire, 10’ RÉALISATION Daniel Coche PRODUCTEUR Dora <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 7 000 € 3 000 €<br />

Tout est affaire de goûts, animation, 3’ RÉALISATION Olivier Lelong PRODUCTEUR Les médias associés/Els’anime - 7 000 € 3 000 €<br />

Capitalisme à l’Est, la recette secrète, docum<strong>en</strong>taire, 5 à 7’ RÉALISATION Alexandru Solomon PRODUCTEUR Seppia - 7 000 € 5 000 €<br />

Dans la peau de Jean-Michel C et…, docum<strong>en</strong>taire, 7 à 10’ RÉALISATION Sophie-Charlotte Gautier PRODUCTEUR Ana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 7 000 € 2 000 €<br />

À l’assaut du Moy<strong>en</strong>-Âge, docum<strong>en</strong>taire, 6’ RÉALISATION Alexis Metzinger PRODUCTEUR Cerigo <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> - 7 000 € 4 000 €<br />

Mission paradis, docum<strong>en</strong>taire, 5 à 7’ RÉALISATION A. Knechtel et J. Maigne PRODUCTEUR Seppia - 3 000 € 2 000 €<br />

TÉLÉFILMS<br />

Le Père Noël est occupé, 90’ réalisation R. Kahane, P. Volson et A. Robillard PRODUCTEUR VAB 100 000 € 50 000 € 75 000 € 31 000 €<br />

LONGS MÉTRAGES FICTION<br />

Les Nomades du cercle polaire de Andreas Voigt.<br />

La chèvre stérile, 90’ réalisation Murali Nair PRODUCTEUR Unlimited 60 000 € 0 € 60 000 € 30 000 €<br />

Es kommt der Tag, 90’ réalisation Susanne Schneider PRODUCTEUR Unlimited 75 000 € 40 000 € 75 000 € 75 000 €<br />

Dans tes bras, 90’ réalisation Hubert Gillet PRODUCTEUR Sombrero prod RETIRÉ 100 000 € 0 €<br />

Les g<strong>en</strong>s ne sav<strong>en</strong>t pas peut-être…, 100’ réalisation Roland Edzard PRODUCTEUR Unlimited 100 000 € AJOURNEMENT 100 000 € 100 000 €<br />

Robert Mitchum est mort, 100’ réalisation Olivier Babinet et Fred Kihn PRODUCTEUR Ferris & Brokmann 105 500 € 0 € -<br />

La grande vie, 90’ réalisation Emmanuel Salinger PRODUCTEUR Les Fi<strong>lms</strong> du poisson 105 500 € 0 € 100 000 € 0 €<br />

Dans ton sommeil, 90’ réalisation Caroline et Éric Du Potet PRODUCTEUR Delante <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> 105 500 € 100 000 € 100 000 € 100 000 €<br />

13


14<br />

Dans les années 80, nous nous insurgions contre<br />

la privatisation de la télévision avec ce slogan La<br />

télé est à nous. Force est de constater quelques<br />

déc<strong>en</strong>nies plus tard, qu’elle l’est de moins <strong>en</strong> moins.<br />

Que signi<strong>fi</strong> <strong>en</strong>t les nouvelles décisions politiques et<br />

quels <strong>en</strong> seront les effets ?<br />

Photo DR télévisions<br />

Que vive la télé publique<br />

Une foucade, ou l’<strong>en</strong>vie, une nouvelle fois, de<br />

faire un coup politici<strong>en</strong> <strong>en</strong> chipant une “ idée<br />

de gauche ” va <strong>en</strong>traîner un bouleversem<strong>en</strong>t<br />

de tout un secteur d’activités, et même de<br />

plusieurs – audiovisuel, publicité, presse. La<br />

décision politique correspondrait à une att<strong>en</strong>te<br />

supposée du public. Ce dernier serait s<strong>en</strong>sible<br />

au manichéisme de l’argum<strong>en</strong>taire télévision<br />

privée, ressources privées, jouissant sans <strong>en</strong>traves<br />

ni contraintes, ou si peu, et à l’opposé une<br />

télévision publique, avec une redevance impopulaire<br />

et des taxes qui ne le seront pas moins.<br />

Une glose abondante a déjà été faite sur les<br />

mécanismes comp<strong>en</strong>sateurs de la perte de<br />

ressources du service public, sur le périmètre<br />

de ce “ nouveau service public ”. Insistons donc<br />

sur trois points : l’<strong>en</strong>semble du secteur audiovisuel<br />

public/privé, déjà <strong>en</strong> sous-<strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>t,<br />

le sera <strong>en</strong>core plus, les ressources à v<strong>en</strong>ir seront<br />

moins sûres que les ressources actuelles, et les<br />

investissem<strong>en</strong>ts des chaînes privées dans les<br />

œuvres patrimoniales risqu<strong>en</strong>t, pour tout ou<br />

partie, tout simplem<strong>en</strong>t de passer à la trappe…<br />

malgré un vote à l’unanimité du Parlem<strong>en</strong>t.<br />

Constatons aussi le risque qu’il y aurait à une<br />

étrange alliance objective, contestant que le<br />

service public puisse faire des émissions de<br />

divertissem<strong>en</strong>t, des jeux, ou concourir à l’achat<br />

de droits sportifs. L’heure est grave, parce que<br />

nous savons bi<strong>en</strong> que nous sommes pris dans<br />

une contradiction : nous, producteurs de cinéma<br />

et de télévision, nous sommes des <strong>en</strong>trepr<strong>en</strong>eurs,<br />

favorables à la concurr<strong>en</strong>ce, à l’initiative, à<br />

la liberté. Nous sommes depuis longtemps<br />

pratiquants, malgré toutes nos dif<strong>fi</strong> cultés<br />

quotidi<strong>en</strong>nes, d’une politique de l’offre. Et nous<br />

risquons une mort subite et/ou d’être traités de<br />

corporatistes et d’assistés.<br />

Nous sommes producteurs d’œuvres de l’esprit<br />

(et nous ne nous excuserons pas de ces grands<br />

mots), de programmes patrimoniaux destinés à<br />

une large diffusion.<br />

Comme tout “ objet culturel ”, nos productions (nos <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, nos œuvres, pour<br />

repr<strong>en</strong>dre des quali<strong>fi</strong> catifs juridiques qui ont leur importance, plus que<br />

jamais) ont des spéci<strong>fi</strong> cités d’écriture, de production et de diffusion qui ne<br />

peuv<strong>en</strong>t <strong>en</strong> aucun cas les réduire aux modèles économiques classiques des<br />

autres secteurs. Nulle part dans le monde, notre secteur économique ne<br />

fonctionne à l’image d’autres, où les sous-traitants serai<strong>en</strong>t <strong>en</strong>traînés par<br />

des grands groupes industriels.<br />

Sans même parler des conv<strong>en</strong>tions internationales sur la diversité culturelle<br />

(le rapport de force du génie français serait-il suf<strong>fi</strong> sant pour avoir fait<br />

accepter ces règles dérogatoires ?) ou sans même oser avancer le concept<br />

d’exception culturelle, il suf<strong>fi</strong> t de regarder le principal pays producteur<br />

au monde, les États-Unis. De tout temps, Hollywood a su protéger son<br />

industrie de programmes et ses producteurs, <strong>en</strong> valorisant ses productions<br />

au mieux, <strong>en</strong> créant les conditions d’une force d’exportation avec des<br />

outils politiques, économiques, <strong>fi</strong> nanciers et douaniers adéquats.<br />

C’est une très grave illusion de croire que, autour de grands groupes<br />

industriels puissants – TF1 et Canal + aujourd’hui, un opérateur de réseau<br />

demain – pourrait se bâtir, grâce à la libéralisation du marché, une fl ottille<br />

de producteurs sous-traitants. Si on analyse de près les modèles allemand<br />

et anglais (dont il faut rappeler au passage – et ce n’est pas négligeable !!!<br />

– qu’ils béné<strong>fi</strong> ci<strong>en</strong>t d’une redevance sans commune mesure avec la<br />

redevance malthusi<strong>en</strong>ne française), on voit bi<strong>en</strong> qu’une large liberté<br />

d’initiative est laissée, aussi bi<strong>en</strong> aux diffuseurs qui accept<strong>en</strong>t les projets,<br />

qu’aux producteurs (avec parfois de très petites <strong>en</strong>treprises, seules capables<br />

de la réactivité nécessaire) qui propos<strong>en</strong>t.<br />

Il est frappant de constater que, malgré la diversité des modèles, le mode de<br />

relation contractualisé de facto <strong>en</strong>tre diffuseur(s) et producteur(s), laissant<br />

l’initiative à ceux-ci, est à la base du métier (et, a contrario, là où cela n’est<br />

pas, l’industrie s’est littéralem<strong>en</strong>t effondrée : Italie, Espagne, Portugal).<br />

Il est donc urg<strong>en</strong>t, au-delà des réfl exions immédiates sur les ressources du<br />

service public (où l’on peut espérer que le débat idéologique cesse et que<br />

la redevance s’impose comme le moy<strong>en</strong> le plus opérant de <strong>fi</strong> nancem<strong>en</strong>t),<br />

de tout rep<strong>en</strong>ser :<br />

- les voies et moy<strong>en</strong>s qui vont faire que ce “ nouveau” service public ait la<br />

ténacité et le courage de proposer une refonte de ses grilles et de ses<br />

programmes et propose, avec producteurs et auteurs, une “ nouvelle télé ” ;<br />

- à court et moy<strong>en</strong> terme (avec l’arrêt de la diffusion analogique, l’arrivée<br />

de nouveaux opérateurs et la transformation radicale de la consommation<br />

d’images), les voies et moy<strong>en</strong>s qui vont permettre aux auteurs de faire<br />

preuve d’inv<strong>en</strong>tivité, aux producteurs qui porteront ces projets de<br />

pouvoir résister à la loi des plus forts, avec des mastodontes-opérateurs<br />

tels qu’ils pèseront d’un poids si lourd que l’indép<strong>en</strong>dance serait de fait<br />

réduite à néant.<br />

Dans les circonstances prés<strong>en</strong>tes, le débat doit être élevé, ne pas rester<br />

(même si c’est important) sur les conséqu<strong>en</strong>ces immédiates de l’arrêt de<br />

la publicité et des transferts de ressources, mais porter sur les vertus<br />

cardinales dont tout procédera : la création qui est le cœur de nos métiers,<br />

la diversité des auteurs et de leurs écritures, la diversité des producteurs,<br />

seuls avec les auteurs capables d’imaginer de nouvelles formes et de<br />

couvrir tous les champs possibles du spectre pour une offre la plus large<br />

possible pour tous les publics, l’indép<strong>en</strong>dance absolue des producteurs<br />

vis-à-vis de tous les pouvoirs, de tous les diffuseurs et de tous les groupes<br />

mêlant capitalistiquem<strong>en</strong>t des intérêts de production et de diffusion.<br />

Michel David,<br />

producteur, présid<strong>en</strong>t télévision<br />

du Syndicat des producteurs indép<strong>en</strong>dants


europe<br />

La première édition de European Media Ev<strong>en</strong>t s’est t<strong>en</strong>ue à Bruxelles du<br />

3 au 5 mars 2008. Elle a été co-organisée par Paul Pauwels, directeur de<br />

l’etma, (european television managem<strong>en</strong>t academy) à Strasbourg et Inge<br />

Rochette, productrice de la société Injoy Productions à Bruxelles.<br />

European Media Ev<strong>en</strong>t<br />

L’événem<strong>en</strong>t était organisé autour du docum<strong>en</strong>taire et des nouveaux<br />

médias : The Second Wave, piloté par Franz Grabner (ORF, Autriche)<br />

avec un appel à projets pour les producteurs et les auteurs-réalisateurs,<br />

et Meet the Players, une journée consacrée aux r<strong>en</strong>dez-vous avec des<br />

chargés de programmes TV et des experts <strong>en</strong> multimédia. Un appel à<br />

projets intitulé The Second Wave avait été lancé pour participer aux<br />

deux premières journées. Producteurs et<br />

auteurs-réalisateurs pouvai<strong>en</strong>t proposer<br />

à un groupe d’experts des projets docum<strong>en</strong>taires<br />

t<strong>en</strong>ant compte des nouveaux<br />

médias tant dans leur nature que dans leurs<br />

formats. Trois sociétés, deux producteurs<br />

et quatre auteurs-réalisateurs alsaci<strong>en</strong>s ont<br />

Yannis et Alexis Metzinger.<br />

PHOTO ÉDOUARD SMEKENS<br />

ainsi pu prés<strong>en</strong>ter leurs projets dans les<br />

tables rondes animées par des experts<br />

v<strong>en</strong>us des États-Unis, du Canada, des<br />

Pays-Bas, d’Autriche et du Royaume-Uni.<br />

iconoval, le pôle image <strong>Alsace</strong>, était prés<strong>en</strong>t comme observateur actif<br />

p<strong>en</strong>dant les différ<strong>en</strong>tes sessions de travail. Meet the Players a permis<br />

aux producteurs d’avoir une série de r<strong>en</strong>dez-vous avec des experts<br />

dans les nouveaux médias et des responsables de programmes TV. La<br />

BBC fait appel à des experts extérieurs pour développer des nouvelles<br />

productions incluant dès l’origine les nouveaux médias. Il semblerait<br />

que peu de chaînes de télévision ai<strong>en</strong>t <strong>en</strong>gagé un travail de réfl exion<br />

<strong>en</strong> interne sur les nouveaux supports, lié peut-être au clivage <strong>en</strong>tre<br />

les départem<strong>en</strong>ts du multimédia et des programmes. L’etma proposera<br />

d’ailleurs à Strasbourg dès la r<strong>en</strong>trée 2008, des formations aux<br />

managers de demain dans le domaine des compét<strong>en</strong>ces-clés de la<br />

télévision et des médias numériques.<br />

Deux nouveaux dispositifs du CNC<br />

Le CNC avait lancé <strong>en</strong> 2007 un appel à projets qui est une aide au<br />

développem<strong>en</strong>t de projets pour les nouveaux médias, le cinéma et<br />

la télévision. À l’att<strong>en</strong>tion des auteurs ou des producteurs avec leur<br />

accord, cette aide devait favoriser le développem<strong>en</strong>t de projets de<br />

cont<strong>en</strong>us culturels, linéaires ou interactifs. Les projets devai<strong>en</strong>t intégrer<br />

dès l’origine, des écritures spéci<strong>fi</strong> ques pour trois médias minimum, au<br />

choix, téléphonie mobile, internet, jeu vidéo, cinéma ou télévision. 24<br />

projets ont été aidés sur les 142 éligibles. Preuve de la pertin<strong>en</strong>ce de<br />

cet appel, les auteurs et les professionnels y ont largem<strong>en</strong>t répondu. Le<br />

CNC propose, pour 2008, <strong>en</strong> concertation avec les professionnels, deux<br />

dispositifs de souti<strong>en</strong> à la VoD et aux nouveaux médias.<br />

Le premier aura pour vocation à favoriser l’exploitation des œuvres<br />

cinématographiques et audiovisuelles françaises et europé<strong>en</strong>nes <strong>en</strong><br />

vidéo à la demande et la diversité de l’offre sur les services de VoD.<br />

Le second appel, destiné à développer la création pour les nouveaux<br />

supports de diffusion, élargira l’appel à projets multisupports lancé <strong>en</strong><br />

2007. Ces dispositifs traduis<strong>en</strong>t une volonté du CNC « d’accompagner<br />

les mutations dans la création et la diffusion des images et de mettre<br />

<strong>en</strong> place une nouvelle régulation adaptée au monde numérique »<br />

avec des mécanismes d’aides qui « ti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t compte de la spéci<strong>fi</strong> cité<br />

de ces nouvelles plates-formes et qui soi<strong>en</strong>t aptes à garantir la<br />

diversité culturelle ».<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Chi<strong>en</strong> noir, chi<strong>en</strong> blanc<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Vinc<strong>en</strong>t Schmitt (DV)<br />

En France, Andrée, petite mamie, reporte toute son<br />

affection sur Noé son caniche. Au Burkina Faso, Christian<br />

ramasse les chi<strong>en</strong>s et les cuisine pour les v<strong>en</strong>dre sur le<br />

marché où la viande canine est très prisée. À partir de<br />

ces deux situations, qui peuv<strong>en</strong>t l’une comme l’autre<br />

sembler extrêmes de prime abord, ce sont à la fois des<br />

personnages très simples et humains, et certains traits de<br />

ces deux sociétés, éloignées tant géographiquem<strong>en</strong>t que<br />

culturellem<strong>en</strong>t, qui transparaiss<strong>en</strong>t. Un <strong>fi</strong> lm qui choisit<br />

de pr<strong>en</strong>dre à contre-pied les stéréotypes pour mieux nous<br />

interroger sur l’autre, noir ou blanc.<br />

Supermouche productions<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Affaires à suivre<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Pierre Toussaint (DV)<br />

Ils sont chômeurs, salariés précaires ou RMIstes et ont<br />

décidé de s’<strong>en</strong> sortir <strong>en</strong> créant leur propre <strong>en</strong>treprise<br />

de m<strong>en</strong>uiserie, maçonnerie, restauration, leur salon<br />

d’esthé tici<strong>en</strong>ne ou <strong>en</strong>core un commerce ambulant… À la<br />

r<strong>en</strong>contre de créateurs d’<strong>en</strong>treprises que ri<strong>en</strong> ne prédestinait<br />

à dev<strong>en</strong>ir patrons. Un <strong>fi</strong> lm loin des idées reçues<br />

libérales.<br />

Coproduction Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, télé<strong>Alsace</strong><br />

Matières à danser<br />

Série de 12 x 1’ 20 de Jean-Michel Plouchard (DV)<br />

Au C<strong>en</strong>tre chorégraphique national de Franche-Comté à<br />

Belfort, un groupe de danseurs, où se mêl<strong>en</strong>t amateurs<br />

et professionnels, travaille les fondam<strong>en</strong>taux de la<br />

danse de Odile Duboc : les appuis, le toucher, le regard,<br />

la musicalité… La voix off d’Odile les accompagne au<br />

montage, dans des séqu<strong>en</strong>ces étrangem<strong>en</strong>t oniriques.<br />

CRDP de Franche-Comté<br />

Sous l’eau, les pieds sur terre<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de B<strong>en</strong>oît Lichte et Serge Dumont (HDCam/HDV)<br />

À travers une dizaine d’histoires au <strong>fi</strong> l des quatre saisons,<br />

ce <strong>fi</strong> lm propose de faire découvrir, sur les pas du plongeur<br />

Serge Dumont, un monde jusque-là méconnu : les milieux<br />

subaquatiques du Rhin et de ses affl u<strong>en</strong>ts. Au-delà de la<br />

beauté des images qu’il ramène de ces écosystèmes <strong>en</strong><br />

eau douce, ce <strong>fi</strong> lm pose un regard sur un homme <strong>en</strong>gagé<br />

qui s’interroge : « Combi<strong>en</strong> de temps <strong>en</strong>core pourrais-je<br />

<strong>fi</strong> lmer cet éd<strong>en</strong> à l’équilibre si fragile ? »<br />

Coproduction Seppia, Zinnober <strong>fi</strong> lm (Aix-la-Chapelle),<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

15


16<br />

nouvelle technologie<br />

Une des caractéristiques de la haute dé<strong>fi</strong> nition dont on sait la rapide avancée,<br />

concerne le point. Le point partout, une image dont la netteté, le piqué et la<br />

<strong>fi</strong> nesse étalés dans le plan pos<strong>en</strong>t de passionnantes questions au cinéma. La<br />

journée professionnelle du mardi 11 mars au Cinéma du réel a été l’occasion<br />

d’un riche débat sur le sujet. Extraits sur le vif.<br />

Haute dé<strong>fi</strong> nition,<br />

vers un réel virtuel ?<br />

Jacques Bouquin (chef opérateur) : <strong>Filmer</strong> sans manipulation comme souv<strong>en</strong>t<br />

dans le docum<strong>en</strong>taire, dans l’instant qui semble être le bon, dans la bonne<br />

lumière, se retrouver tout à coup avec un objet qui n’est pas le même<br />

que celui lorsqu’on va relire les images, est pour moi la grande dif<strong>fi</strong> culté<br />

actuellem<strong>en</strong>t de la haute dé<strong>fi</strong> nition. Ce n’est pas l’outil que je remets <strong>en</strong><br />

cause ou les technologies qui vont se développer, ce que je remets <strong>en</strong> cause<br />

<strong>en</strong> tant qu’opérateur, c’est qu’il n’y a plus de frontière <strong>en</strong>tre le devant et<br />

le derrière. La profondeur de champ devi<strong>en</strong>t improbable, elle est partout.<br />

Les opérateurs sont un peu des g<strong>en</strong>s instinctifs et tout à coup on est pris<br />

à contre-pied de ce qu’on p<strong>en</strong>sait être de l’ordre du s<strong>en</strong>sible. C’est une<br />

question de r<strong>en</strong>du. Les caméras DvHD ne sont pas très différ<strong>en</strong>tes des<br />

caméras DvCam, mais le r<strong>en</strong>du n’est pas le même et ce nouveau r<strong>en</strong>du<br />

fait un peu peur. Il r<strong>en</strong>d mal à l’aise sur le terrain, et il fait peur parce que<br />

tout le monde va dans la même direction. Il y a, dirait-on, une volonté de<br />

regrouper tout sous un même label que ça soit au niveau des chaînes de<br />

télé ou des salles de cinéma.<br />

Sabine Lancelin (chef opérateur) : Mon expéri<strong>en</strong>ce n’est pas exactem<strong>en</strong>t la même,<br />

et elle est très réc<strong>en</strong>te. Le premier <strong>fi</strong> lm que j’ai fait <strong>en</strong> numérique c’est un<br />

<strong>fi</strong> lm de Manoel de Oliviera, qui, a priori, est la personne la plus éloignée de<br />

ces techniques. Le choix du numérique a été fait ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t pour des<br />

raisons économiques. Nous avons fait des essais et il n’aimait pas beaucoup<br />

l’objet <strong>en</strong> plastique, mais il était cont<strong>en</strong>t parce qu’il avait un moniteur HD.<br />

Il m’a demandé si j’avais con<strong>fi</strong> ance dans cette technique. Je lui ai dit que la<br />

chaîne HD était <strong>fi</strong> able et Oliviera a fait le même <strong>fi</strong> lm qu’il fait d’habitude,<br />

j’ai éclairé pareil, il a cadré pareil et fondam<strong>en</strong>talem<strong>en</strong>t ça n’a ri<strong>en</strong> changé.<br />

Un format c’est un format, et, à partir du mom<strong>en</strong>t où il y a un metteur <strong>en</strong><br />

scène qui p<strong>en</strong>se, un opérateur qui réfl échit, un ingénieur du son, que tous<br />

t<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t d’aller au plus loin dans la collaboration sur un <strong>fi</strong> lm, je p<strong>en</strong>se que<br />

la question du support n’est pas un problème. Pour moi, un <strong>fi</strong> lm <strong>en</strong> super<br />

8, <strong>en</strong> 35 mm ou <strong>en</strong> HD, la question est la même, celle de la rigueur qu’on<br />

amène et de l’objet cinématographique qu’on veut produire.<br />

Parler du numérique regroupe énormém<strong>en</strong>t de choses. Tourner avec<br />

une PD 150 – caméra numérique DvCam – ou tourner avec une Génésis<br />

– caméra HD professionnelle – ce n’est absolum<strong>en</strong>t pas la même chose. Les<br />

distinctions se font du point de vue économique.<br />

Jacques Deschamps (réalisateur) : On est très embêté parce que la machine est<br />

très performante. Elle nous <strong>en</strong> met plein la vue et elle est très brillante.<br />

Moi, ce n’est pas la profondeur de champ qui me pose problème, c’est son<br />

éclat. C’est ce point de luminosité qui nous sidère et nous affole tous. Et<br />

plus c’est brillant, plus on a <strong>en</strong>vie de regarder. Quand on veut faire un <strong>fi</strong> lm<br />

aujourd’hui, on peut parler avec l’un ou l’autre des opérateurs, on <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dra<br />

des choses différ<strong>en</strong>tes et, suivant le travail qui sera fait <strong>en</strong> labo, on aura<br />

une belle copie 35 mm et on peut trouver la HD magni<strong>fi</strong> que. Mais il faut<br />

des moy<strong>en</strong>s considérables pour que l’image HD trouve sa résolution et sa<br />

matité. Donc, si on n’a pas de copie 35 mm, on cherche le bon projecteur<br />

numérique, sinon ça ne marche pas.<br />

Les constructeurs de HD sont dev<strong>en</strong>us les maîtres, c’est-à-dire qu’ils<br />

décid<strong>en</strong>t de ce qu’ils fabriqu<strong>en</strong>t et mett<strong>en</strong>t au point des machines derrière<br />

lesquels les opérateurs cour<strong>en</strong>t. Ensuite les opérateurs doiv<strong>en</strong>t r<strong>en</strong>trer<br />

dans les programmes, c’est-à-dire compr<strong>en</strong>dre comm<strong>en</strong>t ces machines<br />

fonctionn<strong>en</strong>t, c’est un travail énorme et les ingénieurs de ces <strong>fi</strong> rmes ne<br />

transmett<strong>en</strong>t pas tout. Donc on se trouve avec un mot magique : HD. La<br />

politique de ces <strong>fi</strong> rmes est basée sur l’économique <strong>en</strong> disant le 35 mm<br />

est trop cher. C’est vrai qu’aujourd’hui le DV a<br />

remplacé le 16 mm pour les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> qui ont peu<br />

de moy<strong>en</strong>s. Donc aujourd’hui la HD, c’est bi<strong>en</strong><br />

meilleur mais très dif<strong>fi</strong> cile à maîtriser. J’ai<br />

r<strong>en</strong>contré un vrai problème sur un <strong>fi</strong> lm que<br />

j’ai tourné <strong>en</strong> HD. J’étais avec la personne qui<br />

supervise les copies et il m’a demandé : « Est-ce<br />

que tu peux m’expliquer comm<strong>en</strong>t ce <strong>fi</strong> lm a été<br />

fait, parce qu’il y a des trous dans l’image ? »<br />

Les brillances et les contrastes <strong>en</strong> HD sont très<br />

dif<strong>fi</strong> ciles à maîtriser. Alors soit on les contrôle<br />

à la prise de vue et on a un ingénieur de la<br />

vision qui sait r<strong>en</strong>trer dans la machine comme<br />

un opérateur, soit on fait comme les Américains,<br />

on tourne avec les automatismes de la caméra.<br />

Et après, on étalonne p<strong>en</strong>dant six mois pour<br />

maîtriser toutes ces questions. Quand vous<br />

regardez les télé<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> qui pass<strong>en</strong>t sur les chaînes<br />

de télés françaises, vous remarquerez qu’il y a<br />

souv<strong>en</strong>t un effet de désaturation, pour faire un<br />

peu “ cinéma ”, on <strong>en</strong>lève les couleurs. Je crois<br />

que suivant le <strong>fi</strong> lm qu’on fait, les moy<strong>en</strong>s qu’on<br />

a et le choix esthétique qu’on pr<strong>en</strong>d, il faut tout<br />

<strong>en</strong>visager et ne pas se jeter sur la HD comme seul<br />

moy<strong>en</strong> de tourner.<br />

Jacques Bouquin : Moi je suis att<strong>en</strong>tif à quelque<br />

chose quand je fais mon image et, quand je relis<br />

l’image après, je me r<strong>en</strong>ds compte que cette<br />

image n’est pas aussi att<strong>en</strong>tive, <strong>en</strong> HD elle est<br />

distraite. La profondeur de champ à l’in<strong>fi</strong> ni<br />

nous brouille le regard. Lorsqu’on regardait à<br />

travers un dépoli, le dépoli donnait exactem<strong>en</strong>t<br />

le r<strong>en</strong>du de ce que sera la projection et on avait<br />

un vrai bonheur à être le premier spectateur de<br />

son travail. Il y avait une grâce esthétique, une<br />

qualité de peau, etc. Maint<strong>en</strong>ant je travaille <strong>en</strong><br />

aveugle. Je parle du docum<strong>en</strong>taire, parce qu’<strong>en</strong><br />

<strong>fi</strong> ction on peut tout maîtriser. En docum<strong>en</strong>taire,<br />

on est face à des g<strong>en</strong>s, face à des paysages et le<br />

retour n’est pas <strong>en</strong> HD alors que le côté imparfait<br />

du DvCam faisait à la limite qu’on lui pardonnait<br />

quelque chose.<br />

Sabine Lancelin : Aujourd’hui il n’y a plus aucun<br />

laboratoire qui est capable de traiter du 16 mm.<br />

Avec l’arrivée des étalonneurs qui vi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t du<br />

numérique, il y a un savoir-faire chimique de la<br />

photo qui est <strong>en</strong> train de se perdre. On ne sait<br />

plus faire de tirage et on ne sait même plus faire<br />

de collures. Il faut ici faire un petit rappel pour<br />

dire que toute la technique numérique vi<strong>en</strong>t<br />

de la télévision et on est dans une esthétique<br />

télévisuelle qui devi<strong>en</strong>t <strong>en</strong>vahissante dans le tout<br />

voir, le tout net. Il faut donc que les technici<strong>en</strong>s<br />

et les réalisateurs se saisiss<strong>en</strong>t de cette technique<br />

pour ram<strong>en</strong>er de la rigueur <strong>en</strong> ce qui concerne le<br />

pas tout voir, le pas tout montrer. À terme, ces<br />

caméras HD seront équipées d’objectifs 35 mm


Photo DR<br />

et les questions de profondeur de champ seront réglées. Mais il y a un<br />

vrai clivage <strong>en</strong>tre des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> fait avec des caméras avec des capteurs<br />

super 35 et d’autres d’un tiers de pouce. Alors tout le monde se saisit<br />

de cette nouvelle technologie mais ça ne veut pas dire pour autant que<br />

tout le monde va dev<strong>en</strong>ir cinéaste.<br />

Jacques Deschamps : Où est-ce qu’on regarde ? Moi j’aime beaucoup être<br />

assis à côté de la caméra et voir ce qui se joue devant moi. Avec la<br />

HD, plus personne ne regarde ce qui se passe devant. On regarde un<br />

moniteur qui est souv<strong>en</strong>t inadapté ou mal réglé pour la HD, on croit<br />

donc voir ce que c’est. Ça, c’est vrai depuis qu’existe la vidéo.<br />

Sabine Lancelin : Je p<strong>en</strong>se que l’arrivée de la HD est une bonne chose<br />

parce qu’il va falloir qu’on se repose les bonnes questions : à quelle<br />

place on est, quels <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> on veut déf<strong>en</strong>dre et on veut faire.<br />

Marie-Pierre Duhamel-Muller (directrice du Cinéma du réel) : Ce qui est <strong>en</strong> jeu,<br />

c’est une relation à l’imaginaire du cinéma. L’arrivée de la HD remet <strong>en</strong><br />

jeu la nature de la projection et donc de la relation du spectateur à ce<br />

qu’il voit.<br />

Sabine Lancelin : Les machines ne m’intéress<strong>en</strong>t que moy<strong>en</strong>nem<strong>en</strong>t et je<br />

p<strong>en</strong>se qu’à terme on va savoir se servir de ce dont on a besoin.<br />

Jacques Deschamps : Moi je ne suis pas d ‘accord avec ça, je p<strong>en</strong>se qu’il<br />

y a un fantasme de la part des constructeurs de créer le monde, d’où<br />

le slogan publicitaire Vous <strong>en</strong> avez rêvé, Sony l’a fait. Ces machines<br />

fabriqu<strong>en</strong>t des images dont on n’arrête pas de nous dire que c’est<br />

l’image du monde, mais moi je dis que c’est le monde vu par cette<br />

machine qui brille. Il y a cette mise <strong>en</strong> brillance du monde qui ne sert<br />

à ri<strong>en</strong>. Elle ne sert qu’à nous attacher à elle et à créer un circuit qui<br />

diffuse <strong>en</strong> perman<strong>en</strong>ce quelque chose.<br />

Sabine Lancelin : Moi je suis très énervée contre les producteurs. Ce qu’a<br />

produit l’arrivée de la HD pour nous chefs opérateurs, c’est que quand il<br />

n’y a pas d’arg<strong>en</strong>t pour faire un <strong>fi</strong> lm, la tarte à la crème c’est la HD et ça<br />

permet d’<strong>en</strong>tamer des projets qui sont <strong>en</strong>suite avortés ou abandonnés.<br />

Le numérique nous force à poser tous les problèmes <strong>en</strong> amont et a<br />

priori c’est une façon de p<strong>en</strong>ser qui est intéressante, comm<strong>en</strong>t on va<br />

post-produire, comm<strong>en</strong>t on va pr<strong>en</strong>dre le son, etc. Je trouve qu’il y a<br />

un manque de réfl exion dans les bureaux de production, sans doute de<br />

notre part aussi (les opérateurs) mais nous, c’est notre outil de travail,<br />

donc on est obligé de s’y confronter. La seule réponse c’est que si on ne<br />

peut pas tourner <strong>en</strong> 16 mm ou <strong>en</strong> 35 mm, eh bi<strong>en</strong> achetons une caméra<br />

numérique ! Ce que produit l’arrivée de la HD, c’est qu’on arrête de<br />

réféchir <strong>en</strong> terme d’image, de son, mais aussi <strong>en</strong> terme de production et<br />

les metteurs <strong>en</strong> scène font gravem<strong>en</strong>t les frais de ça.<br />

Qu’est-ce que c’est d’avoir une petite caméra ? Moi je fais les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

de <strong>fi</strong> ction de Chantal Akerman, qui, par ailleurs, a tout un travail de<br />

docum<strong>en</strong>tariste et elle est très cont<strong>en</strong>te d’avoir une petite caméra parce<br />

qu’elle s’est <strong>en</strong><strong>fi</strong> n débarrassée de l’ingénieur du son et de moi, elle peut<br />

rester à Tel Aviv comme elle veut, à regarder par sa f<strong>en</strong>être et elle trouve<br />

que c’est un instrum<strong>en</strong>t très intéressant pour sa liberté de cinéaste.<br />

Marie-Pierre Duhamel-Muller : Alain Cavalier dit volontiers qu’il a recomm<strong>en</strong>cé<br />

à faire plus joyeusem<strong>en</strong>t des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> que quand il <strong>fi</strong> lmait <strong>en</strong><br />

35 mm. Mais la petite caméra, à mon s<strong>en</strong>s, n’a ri<strong>en</strong> démocratisé du tout,<br />

elle a fait qu’il y a plus de g<strong>en</strong>s qui sav<strong>en</strong>t tourner comme MTV que de<br />

g<strong>en</strong>s qui sont dev<strong>en</strong>us cinéastes. Donc, qu’est-ce qui se démocratise et<br />

se répand, si ce n’est les codes d’images dominants ?<br />

Journée professionnelle du mardi 11 mars 2008 au Cinéma du réel,<br />

débat retranscrit par Dami<strong>en</strong> Fritsch<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

L’affaire du faux poisson<br />

Docu-<strong>fi</strong> ction de 52’ de Vinc<strong>en</strong>t Gérard (HDCam)<br />

Le <strong>fi</strong> lm est une <strong>en</strong>quête sur l’imaginaire, m<strong>en</strong>ée au début<br />

du XXI e siècle par un célèbre explorateur. L’histoire<br />

comm<strong>en</strong>ce par un <strong>fi</strong> lm sous-marin, réalisé par notre explorateur<br />

dans des abysses… peuplés de poissons de verre !<br />

A<strong>fi</strong> n de percer le secret de cette découverte, l’explorateur<br />

s’<strong>en</strong> va r<strong>en</strong>dre visite à Yves Chaudouët, créateur de ce<br />

monde merveilleux et effrayant, et Anne Giersch, une<br />

neurosci<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> que spécialiste de la perception.<br />

Coproduction Seppia, Lamplighter <strong>fi</strong> lm<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Reichshoff<strong>en</strong><br />

Film expérim<strong>en</strong>tal de 45’ de Gareguin Zakoyan (35 mm)<br />

En <strong>Alsace</strong>, Reichshoff<strong>en</strong>, petite ville de 5 500 habitants…<br />

Comme par stances, l’instantanéité du quotidi<strong>en</strong> exhale<br />

la mémoire des temps passés… Parce que l’id<strong>en</strong>tité est<br />

faite par l’histoire, la vie, les émotions et les espoirs.<br />

Le Deuxième Souffl e <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés<br />

Mission paradis<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ de Albert Knechtel<br />

et Jacques Maigne (HDCam)<br />

Ce docum<strong>en</strong>taire pr<strong>en</strong>dra la forme d’une quête fantaisiste,<br />

incongrue, celle du jardin des Origines, d’un év<strong>en</strong>tuel<br />

paradis terrestre… Mais dans ce <strong>fi</strong> lm il s’agit aussi de<br />

repr<strong>en</strong>dre l’<strong>en</strong>quête à sa source pour compr<strong>en</strong>dre à la fois<br />

la force de ce mythe universel, ses représ<strong>en</strong>tations dans<br />

les différ<strong>en</strong>tes civilisations du monde, et sa perman<strong>en</strong>ce.<br />

Coproduction Seppia, Rilana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> (Allemagne)<br />

Mes yeux de dinosaure<br />

(du cinéma)<br />

Docum<strong>en</strong>taire de création de 52’ et 75’<br />

de Luis Miranda (DVCam)<br />

Luis Miranda vi<strong>en</strong>t de r<strong>en</strong>trer d’Arg<strong>en</strong>tine où s’est<br />

effectuée une partie du voyage avec Ricardo Aronovich,<br />

le célèbre chef opérateur sud-américain… Les prochains<br />

voyages de Luis seront à destination du Brésil, et de la<br />

Basse-Normandie (Trouville).<br />

Coproduction Le Deuxième Souffl e <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés,<br />

Cerigo <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, Kiron <strong>fi</strong> lmes (Brésil)<br />

17


18<br />

histoire de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> (alsace)<br />

C’est un jeune homme comme on ne les fait plus trop de nos jours, il a l’allure d’un acteur de la nouvelle vague, et on dirait qu’il<br />

n’a jamais connu la télévision ni les jeux informatiques. Dans Chroniques, son premier <strong>fi</strong> lm après la <strong>fi</strong> n de ses études, se révèle une<br />

indiscutable esthétique ; un s<strong>en</strong>s de la lumière, du rythme, qui va de l’extrême l<strong>en</strong>teur à l’affolem<strong>en</strong>t d’un papillon, un choix de<br />

narration libre qui n’est pas pris dans les rets du vouloir dire. De <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> installations vidéo, cet artiste invite à chaque fois à de<br />

surpr<strong>en</strong>ants voyages. Visite donc à Clém<strong>en</strong>t Cogitore.<br />

Visités de Clém<strong>en</strong>t Cogitore.<br />

Je voudrais avoir un jour ce courage…<br />

Peinture et cinéma<br />

Si je résume brièvem<strong>en</strong>t mon parcours, j’ai fait mes études à l’école<br />

supérieure des arts décoratifs de Strasbourg et c’est au cours de ces études<br />

que je me suis tourné vers la vidéo, l’installation et le <strong>fi</strong> lm. Alors que je<br />

me destinais à l’origine plutôt à la peinture. Quelques r<strong>en</strong>contres avec des<br />

professeurs/artistes de l’école sont à l’origine du virage, ainsi que plusieurs<br />

chocs esthétiques : la découverte <strong>en</strong> première année de l’œuvre d’Andreï<br />

Tarkovski et de Robert Bresson. Je réalise alors, dans une salle de cinéma,<br />

que ce que je cherchais à faire avec les moy<strong>en</strong>s de la peinture avait depuis<br />

longtemps déjà été magistralem<strong>en</strong>t accompli par ceux du cinéma. J’ai<br />

adopté alors la caméra. Ont suivi plusieurs vidéos et installations vidéos,<br />

deux <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> 35 mm (Chroniques et Visités) et un post-diplôme au Fresnoy<br />

Studio national des arts contemporains sous l’œil de André S. Labarthe et<br />

Chantal Akerman.<br />

En parallèle, pour payer le loyer et les factures, je fais de la réalisation pour<br />

Arte et maint<strong>en</strong>ant pour RTL.<br />

La transdisciplinarité<br />

Je garde de mes études d’art un attachem<strong>en</strong>t profond à la transdisciplinarité.<br />

Je passe sans arrêt d’un projet de <strong>fi</strong> lm à un projet d’exposition et inversem<strong>en</strong>t,<br />

cherchant à ce que les choses se répond<strong>en</strong>t et résonn<strong>en</strong>t <strong>en</strong> perman<strong>en</strong>ce. Je<br />

cherche constamm<strong>en</strong>t à trouver la forme la plus juste par rapport au projet<br />

que je mets <strong>en</strong> œuvre. Et ne faire ainsi <strong>en</strong> cinéma que ce qu’il n’est possible<br />

de faire qu’avec les moy<strong>en</strong>s du cinéma. Lorsque Rilke écrivit <strong>en</strong> 1926<br />

ses premiers poèmes français, il se réjouit de trouver dans cette langue<br />

nouvelle des mots comme paume, lorsque l’allemand ne lui offrait jusquelà<br />

que intérieur-de-main. J’ai une s<strong>en</strong>sation similaire lorsque je mets <strong>en</strong><br />

espace une installation vidéo après avoir monté un <strong>fi</strong> lm : d’autres mots<br />

apparaiss<strong>en</strong>t, la langue s’<strong>en</strong>richit et le poème se précise. Plusieurs langues<br />

pour une seule parole <strong>en</strong> quelque sorte.<br />

Je garde aussi de mon parcours une certaine décomplexion vis-à-vis de<br />

la narration, je refuse l’a priori <strong>en</strong> vigueur un peu partout qui considère<br />

le scénario comme une valeur sûre, garante de la réussite et de la t<strong>en</strong>ue<br />

d’un <strong>fi</strong> lm. Au cinéma, je crois au metteur <strong>en</strong> scène avant de croire au<br />

raconteur d’histoires. La plupart des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> qui m’ont accompagné ou qui<br />

m’accompagn<strong>en</strong>t (au hasard et <strong>en</strong> vrac Le Miroir d’Andreï Tarkovski, Last<br />

Days de Gus Van Sant, ou le réc<strong>en</strong>t et plus proche de ma génération Honor<br />

de Cavalleria de Albert Serra) se révèl<strong>en</strong>t la plupart du temps irracontables<br />

ou perd<strong>en</strong>t toute consistance sur le papier car, à l’évid<strong>en</strong>ce, le propos<br />

fondateur du <strong>fi</strong> lm est indissociable de sa forme même, de la mise <strong>en</strong> scène.<br />

L’impact du <strong>fi</strong> lm s’<strong>en</strong> trouve décuplé et l’on est<br />

alors, face à l’écran, devant une puissante et<br />

bouleversante proposition de cinéma. Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

qui résist<strong>en</strong>t au récit sont ceux aussi qui résist<strong>en</strong>t<br />

à l’analyse, à la paraphrase, ce sont des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> qui<br />

refus<strong>en</strong>t de se laisser <strong>en</strong>tièrem<strong>en</strong>t résoudre. Voilà<br />

les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> que j’aime : tous les irrésolus.<br />

Voyager à l’intérieur<br />

Je me s<strong>en</strong>s proche de propositions souv<strong>en</strong>t<br />

minimales, radicales, que ce soit <strong>en</strong> cinéma ou<br />

<strong>en</strong> art contemporain. Je crois aux propositions<br />

offrant un large espace de liberté au spectateur.<br />

J’ai personnellem<strong>en</strong>t besoin de pouvoir respirer,<br />

voyager à l’intérieur même d’un <strong>fi</strong> lm, ri<strong>en</strong> ne<br />

m’insupporte plus que d’être t<strong>en</strong>u par la main<br />

par un réalisateur effrayé à l’idée que je me<br />

perde dans son <strong>fi</strong> lm. Je préfère toujours risquer<br />

de m’égarer <strong>en</strong> chemin que d’arriver à bon port<br />

sans surprise. Voilà pourquoi le travail de g<strong>en</strong>s<br />

comme aujourd’hui Abbas Kiarostami, Eugène<br />

Gre<strong>en</strong>, Apichatpong Weerasetakul, Arnaud des<br />

Paillières, me transporte et me bouleverse.<br />

Porter un chant<br />

Je garde au chaud près de moi l’idée que le<br />

cinéma serait, à la manière de la sculpture, un art<br />

et un processus de l’élimination, c’est-à-dire que<br />

poser un cadre serait avant de décider de ce qui<br />

sera à l’intérieur du cadre, de décider de ce qui<br />

n’y sera pas, que monter un <strong>fi</strong> lm est avant tout<br />

trouver son rythme intime, évacuer sans regrets<br />

tout ce qui lui est superfl u, anecdotique. Aller<br />

au plus simple pour aller au plus juste. Ne plus<br />

s’<strong>en</strong>combrer d’effets, se débarrasser de la peur,<br />

cette vieille peur de ne pas <strong>en</strong> avoir fait assez,<br />

de ne pas avoir assez raconté. Refuser de devoir<br />

convaincre pour être <strong>en</strong>t<strong>en</strong>du, refuser d’avoir<br />

quelque chose à v<strong>en</strong>dre. Mais faire <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre une<br />

voix, porter un chant.<br />

J’aimerais pouvoir avoir un jour le courage de<br />

Alain Cavalier qui, <strong>en</strong> tournant Thérèse quasim<strong>en</strong>t<br />

sans décors ni costumes, construit<br />

1 h 30 de <strong>fi</strong> lm uniquem<strong>en</strong>t sur le visage d’une<br />

comédi<strong>en</strong>ne inconnue et inexpérim<strong>en</strong>tée.<br />

Je voudrais avoir un jour ce courage de t<strong>en</strong>ir le<br />

simple émerveillem<strong>en</strong>t face à un visage humain<br />

comme suf<strong>fi</strong> sant pour bâtir une épopée. Et<br />

derrière une caméra, parv<strong>en</strong>ir <strong>en</strong><strong>fi</strong> n pleinem<strong>en</strong>t<br />

et sereinem<strong>en</strong>t à me réjouir du cadeau que<br />

m’adresse un corps vivant <strong>en</strong> me découvrant<br />

l<strong>en</strong>tem<strong>en</strong>t son visage. Le considérer à sa juste<br />

valeur : comme un événem<strong>en</strong>t magique et sacré.<br />

L’inestimable don d’une <strong>fi</strong> gure humaine.<br />

Propos recueillis<br />

par Brigitte Daudé


Chroniques de Clém<strong>en</strong>t Cogitore.<br />

actualités<br />

Visités<br />

<strong>fi</strong> lm 35 mm, 18’<br />

production Le Deuxième<br />

Souffl e <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés,<br />

Le Fresnoy-Studio national<br />

des arts contemporains<br />

Première au soixantième<br />

festival international<br />

du <strong>fi</strong> lm de Locarno,<br />

bi<strong>en</strong>tôt <strong>en</strong> festivals.<br />

Angelu(x)s<br />

installation vidéo,<br />

production Seppia<br />

Musée de l’œuvre Notre-<br />

Dame, pour l’exposition<br />

Strasbourg 1400, commande<br />

des Musées de Strasbourg,<br />

jusqu’au 3 juillet 2008.<br />

écriture<br />

Parmi nous<br />

<strong>fi</strong> lm 35 mm, 50’<br />

production Le Deuxième<br />

Souffl e <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> & associés,<br />

Kazakh <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

En résid<strong>en</strong>ce au<br />

C<strong>en</strong>tre des écritures<br />

cinématographiques.<br />

PHOTO DR<br />

tournage<br />

Cohabitations<br />

installation vidéo-tryptique<br />

production<br />

Le Fresnoy-Studio national<br />

des arts contemporains<br />

À l’occasion de<br />

l’exposition Panorama 10,<br />

commissariat<br />

Bernard Blistène<br />

installation vidéo<br />

Paysage reconstitué<br />

galerie Enrico Fornello<br />

à Flor<strong>en</strong>ce<br />

création vidéo<br />

Mille anonymes<br />

pour la pièce<br />

de Daniel Danis<br />

Compagnie Daniel Danis,<br />

Scène nationale du Québec,<br />

C<strong>en</strong>tre des écritures<br />

numériques de Mons<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Un bout d’chemin<br />

Court métrage <strong>fi</strong> ction de 15’<br />

de Cyril Sobaszek et Emmanuel Georges (16 mm)<br />

Michel a tr<strong>en</strong>te ans et aujourd’hui on <strong>en</strong>terre son père.<br />

Michel est anéanti, lui qui aurait souhaité <strong>en</strong><strong>fi</strong> n exprimer<br />

son amour à son père, un désir toujours repoussé, dé<strong>fi</strong> nitivem<strong>en</strong>t<br />

aujourd’hui… Son père était supporter du club<br />

de foot de Thaon, à la vie, à la mort. Ce soir, événem<strong>en</strong>t…<br />

Le petit club de province est <strong>en</strong> <strong>fi</strong> nale de la coupe de<br />

France, pour la première fois de son histoire. Alors Michel<br />

pr<strong>en</strong>d le volant du corbillard, direction le stade de France…<br />

Un road-movie <strong>fi</strong> lial sur fond d’amour du ballon rond.<br />

Supermouche productions<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Jean, Moussa et le <strong>fi</strong> l de l’eau<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Guy Wach (Beta numérique)<br />

Mise <strong>en</strong> lumière d’une coopération exceptionnelle <strong>en</strong>tre<br />

deux personnalités attachantes : Jean Vogel, agriculteur<br />

et maire de Saales, <strong>en</strong>gagé dans le développem<strong>en</strong>t durable<br />

et Moussa Para Diallo, agronome guiné<strong>en</strong>. Ils collabor<strong>en</strong>t<br />

depuis des années, avec succès, pour le développem<strong>en</strong>t<br />

de la plaine du Fatou Djalon (nord de la Guinée). Histoire<br />

d’une amitié, mais plus largem<strong>en</strong>t récit d’une coopération<br />

réussie, d’une émancipation économique et politique, vers<br />

un av<strong>en</strong>ir qui, sans être candide, se veut optimiste.<br />

Coproduction Faites un vœu, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

L’homme des orages<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Loïc Mahe (HD)<br />

Il scrute l’éclair, le tonnerre, l’odeur de la pluie. Nicolas<br />

Gascard a la tête dans les nuages. Dans son village, on<br />

le surnomme l’Homme des orages. De mai à septembre,<br />

des vallées vosgi<strong>en</strong>nes aux déserts américains du Kansas,<br />

il poursuit sa quête : rapporter la plus belle image de la<br />

foudre. Aujourd’hui, à bi<strong>en</strong>tôt tr<strong>en</strong>te ans, il vit sa passion.<br />

Il parcourt le monde, appareil photo <strong>en</strong> main, et raconte<br />

sa vision de la foudre. L’homme des orages est l’histoire<br />

de ce curieux bonhomme.<br />

Coproduction Faites un vœu<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

19


20<br />

histoire de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> (franche-comté)<br />

Dominique Garing est un homme des terrains. Réalisateur, producteur, militant pour de libres et inv<strong>en</strong>tives télés locales. Nous lui<br />

devons, avec ses compagnons, l’idée formidable de Télé brouette qui a fait des émules à partir de la première expéri<strong>en</strong>ce née dans le<br />

Haut-Doubs, Télé Saugeais, télévision sise à Montb<strong>en</strong>oît, capitale de la folklorique République libre du Saugeais. Mais ce printemps,<br />

ce qui occupe Dominique Garing, c’est le tournage de son long métrage docum<strong>en</strong>taire La vie sauvage des animaux domestiques.<br />

Les stars de la ferme<br />

Le tournage aura lieu du 21 avril au 11 juillet<br />

à Dampierre-<strong>en</strong>-Bresse (Bourgogne). La particularité<br />

de ce projet est qu’il est aidé par les<br />

conseils régionaux de Bourgogne et de Franche-<br />

Comté dans le cadre des fonds d’aide régionaux.<br />

Les deux commissions du <strong>fi</strong> lm (Bourgogne et<br />

Franche-Comté) coopèr<strong>en</strong>t égalem<strong>en</strong>t. Ce <strong>fi</strong> lm<br />

est produit par Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> d’ici (Serge Lalou), <strong>en</strong><br />

coproduction avec Vie des Hauts productions, la<br />

société de Dominique Garing, et Look <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> pour<br />

l’Allemagne.<br />

L’équipe artistique et technique est composée<br />

de nombreux professionnels franc-comtois et<br />

bourguignons. Outre l’auteur, réalisateur et coproducteur,<br />

le régisseur général, Éric Philippe et<br />

son adjoint Juli<strong>en</strong> Guiol, un cadreur et conseiller<br />

faune sauvage, Jean-Philippe Macchioni (qui a<br />

participé récemm<strong>en</strong>t au <strong>fi</strong> lm de Laur<strong>en</strong>t Charbonnier,<br />

Les animaux amoureux), des constructeurs,<br />

peintres, stagiaires décoration, assistant<br />

réalisateur, assistant son…<br />

« Dans une ferme, les animaux domestiques sembl<strong>en</strong>t vivre <strong>en</strong> harmonie,<br />

mais que se cache-t-il réellem<strong>en</strong>t derrière cette paisible appar<strong>en</strong>ce ? » Dans<br />

cette ferme ordinaire, <strong>en</strong>tre premiers bourgeons du printemps et canicule<br />

d’été, les animaux domestiques sembl<strong>en</strong>t vivre <strong>en</strong> parfaire harmonie.<br />

Et pourtant, à y regarder de plus près et tout domestiques qu’ils sont,<br />

l’immersion dans leur vie quotidi<strong>en</strong>ne révélera une réalité complexe,<br />

inatt<strong>en</strong>due, parfois tragique mais souv<strong>en</strong>t drôle.<br />

Parmi les dindons, pintades, canards, lapins, oies, chevaux, vaches, rats et<br />

autres animaux “ stars ” de la ferme, une poulette noire, trois petits cochons,<br />

un chat gris, deux génisses et le fermier lui-même nous <strong>en</strong>traînerons dans<br />

les péripéties de ce monde qui, bi<strong>en</strong> qu’imprégné par l’homme, n’<strong>en</strong> a pas<br />

moins conservé sa part sauvage. Tout cela sur fonds d’épizootie, dispositifs<br />

sanitaires, évacuations et con<strong>fi</strong> nem<strong>en</strong>ts.<br />

Ce long métrage animalier trouvera le rythme et les rebondissem<strong>en</strong>ts<br />

dramatiques de la <strong>fi</strong> ction (évacuation de la ferme pour raisons sanitaires,<br />

puis le retour, à la <strong>fi</strong> n de l’alerte du paysan) dans la vie même de ses<br />

personnages, leurs av<strong>en</strong>tures alternativem<strong>en</strong>t maîtrisées ou imprévisibles.<br />

Le décor est situé <strong>en</strong> Bresse bourguignonne, à quelques kilomètres de<br />

Pierre de Bresse. C’est une ferme construite dans les années 30 avec la<br />

maison du fermier, une grange, un poulailler, une mare, des dép<strong>en</strong>dances…<br />

une prairie, des champs, un étang, une forêt. Des travaux importants<br />

(terrassem<strong>en</strong>t, rénovation des bâtim<strong>en</strong>ts, constructions d’une<br />

éoli<strong>en</strong>ne, d’un poulailler, d’un clapier, d’un pigeonnier…) ont<br />

été nécessaires pour préparer le décor à recevoir ses acteurs.


Le casting est composé des animaux domestiques<br />

: vaches, taureaux, génisses, chevaux,<br />

porcs, poules, pintades, dindes, oies, canards, le<br />

chi<strong>en</strong> Fidèle et le chat Félix Parmi les animaux<br />

sauvages, les “ victimes ” : souris, campagnols,<br />

musaraignes, lézards, orvets, couleuvres et vers<br />

de terre ; les “ prédateurs ” et les “ perturbateurs” :<br />

sangliers, autour, fouine, corbeaux, pies, r<strong>en</strong>ard,<br />

taons et mouches, hérisson, rats, chouettes,<br />

blaireau… Les “ g<strong>en</strong>tils ” : crapaud, bergeronnettes,<br />

hirondelles, perdrix, héron, abeille, huppe,<br />

étourneaux et le poisson rouge qui s’<strong>en</strong>nuie dans<br />

son bocal…<br />

Pour le réalisateur, c’est l’aboutissem<strong>en</strong>t d’un<br />

travail démarré avec ses premiers <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sur les<br />

animaux de la ferme. Le passage au long métrage<br />

avec une société de production r<strong>en</strong>ommée tout<br />

<strong>en</strong> permettant de bonnes conditions de tournage,<br />

impose égalem<strong>en</strong>t des contraintes inévitables<br />

quand on <strong>en</strong>visage ce g<strong>en</strong>re de projet.<br />

Jean-Philippe Rameau<br />

Télé Saugeais,<br />

télé brouette <strong>en</strong> noir et blanc<br />

docum<strong>en</strong>taire de 26’<br />

Dominique Garing et Guy Pineau (2005)<br />

En 1978, dans le Jura, naît Télé Saugeais, une<br />

initiative originale combinant vidéos d’informations<br />

locales et ciné-clubs : chaque mois, les habitants<br />

du canton de Montb<strong>en</strong>oît se voi<strong>en</strong>t offrir, avant le<br />

“ grand <strong>fi</strong> lm ”, un magazine de reportages tournés<br />

avec leur collaboration. En 2004, son créateur<br />

Dominique Garing, vidéaste et animateur, réunit ses<br />

amis du canton pour évoquer les étapes de cette<br />

av<strong>en</strong>ture à la fois culturelle, sociale et politique.<br />

Autour d’une table de ferme se retrouv<strong>en</strong>t une<br />

douzaine de paysans ayant collaboré 25 ans plus<br />

tôt à la création d’un nouveau média de proximité,<br />

économique et interactif, qui devait pr<strong>en</strong>dre le<br />

nom de Télé Saugeais ; il s’agissait de programmes<br />

de télévision diffusés uniquem<strong>en</strong>t dans de petites<br />

salles rurales, faits par et pour les habitants. Cette<br />

réunion commémorative donne l’occasion de revoir<br />

des reportages de la période pionnière, <strong>en</strong> noir et<br />

blanc, caractéristiques du style de cette télévision<br />

rurale très démocratique. Certains ont un intérêt<br />

ethnographique, comme ce portrait d’un fabricant<br />

de skis “à l’anci<strong>en</strong>ne”, montrant <strong>en</strong> détail les<br />

techniques de son artisanat traditionnel. D’autres<br />

représ<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t des mom<strong>en</strong>ts d’histoire sociale, comme<br />

ce reportage sur la v<strong>en</strong>te aux <strong>en</strong>chères des meubles<br />

d’un fermier ruiné, ou cet autre sur la célébration<br />

de la Sainte Catherine.<br />

À gauche : Dominique Garing et le chef déco<br />

sur le tournage de La vie sauvage des animaux domestiques.<br />

PHOTO DR<br />

Filmographie<br />

La nuit tous les chats…<br />

coréalisé avec<br />

Laur<strong>en</strong>t Charbonnier,<br />

coproduction Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

d’ici, Vie des Hauts<br />

productions<br />

Dans le sillage<br />

de la lamproie<br />

coproduction Zangra,<br />

Vie des Hauts<br />

productions<br />

La télé brouette<br />

4 docum<strong>en</strong>taires de 26’<br />

Vie des Hauts<br />

productions<br />

Przewalski le retour<br />

coréalisé avec<br />

Laur<strong>en</strong>t Charbonnier,<br />

coproduction Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

d’ici, Vie des Hauts<br />

productions<br />

Quand le chat<br />

n’est pas là<br />

coréalisé avec<br />

Laur<strong>en</strong>t Charbonnier,<br />

Vie des Hauts<br />

productions<br />

Juliette à la campagne<br />

série pour <strong>en</strong>fants<br />

12 x 7’, Vie des Hauts<br />

productions<br />

Chroniques du Jura<br />

série 8 x 26’, Vie des<br />

Hauts productions<br />

Veaux vaches<br />

cochons couvées<br />

coréalisé avec<br />

Laur<strong>en</strong>t Charbonnier<br />

Vie des Hauts<br />

productions<br />

Tapage dans<br />

la basse-cour<br />

coréalisé avec<br />

Laur<strong>en</strong>t Charbonnier,<br />

Vie des Hauts<br />

productions<br />

Juli<strong>en</strong> à la mer<br />

série pour <strong>en</strong>fants<br />

12 x 5’, coproduction<br />

Vie des Hauts<br />

productions, Aster<br />

Pauline à la ferme<br />

série pour <strong>en</strong>fants<br />

12 x 5’, coproduction<br />

Vie des Hauts<br />

productions, Aster<br />

Au temps de la fée verte<br />

docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

Télé Saugeais<br />

La vie des hauts<br />

50 x 13’, Télé Saugeais<br />

Les montagnons<br />

série 6 x 26’,<br />

coproduction<br />

Télé Saugeais,<br />

La mission câble<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

Capitalisme à l’Est :<br />

la recette secrète<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ et 90’<br />

de Alexandru Solomon<br />

Imaginez que Ceausescu ressuscite et revi<strong>en</strong>ne dans son<br />

propre pays 20 ans après sa mort ! Il comm<strong>en</strong>cerait par<br />

r<strong>en</strong>contrer ses ex-généraux, membres du parti et leurs<br />

<strong>en</strong>fants, qui sont aujourd’hui les <strong>en</strong>trepr<strong>en</strong>eurs de la<br />

Roumanie. Il compr<strong>en</strong>drait alors que ses “desc<strong>en</strong>dants”<br />

ont rapporté le capitalisme, développé le business avec<br />

l’Union europé<strong>en</strong>ne et préparé l’admission de 2007 !<br />

Ce <strong>fi</strong> lm t<strong>en</strong>tera de montrer, à travers les investigations<br />

insolites d’un journaliste politique roumain dans la peau<br />

de Ceaucescu, quelle est la réalité que les citoy<strong>en</strong>s<br />

d’Europe de l’Est viv<strong>en</strong>t dans leurs pays.<br />

Coproduction Seppia, Hi<strong>fi</strong> lm (Bucarest),<br />

Cosmo Doc (Cop<strong>en</strong>hague), Néon rouge (Bruxelles)<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> <strong>fabrication</strong><br />

D’imaginer,<br />

la vie nous surpr<strong>en</strong>d<br />

Fiction expérim<strong>en</strong>tale de 19’<br />

de Sébasti<strong>en</strong> Bretagne (HD)<br />

À Paris, un chantier gigantesque redessine tout un<br />

quartier. Çà et là, des habitations sont achevées et déjà<br />

occupées. À la tombée de la nuit, un couple <strong>en</strong>tre <strong>en</strong><br />

prom<strong>en</strong>eur sur ce territoire hybride. Cette architecture<br />

<strong>en</strong> dev<strong>en</strong>ir, cet <strong>en</strong>droit où vivre peut-être, les r<strong>en</strong>voie à<br />

leur av<strong>en</strong>ir, à leur chantier intime…<br />

Les Fi<strong>lms</strong> de l’avalée (Bourgogne)<br />

Avallon/Paris<br />

deux lignes/deux voies<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 45’<br />

de Anne Faisandier (DVCam)<br />

Depuis 18 ans, je pr<strong>en</strong>ds le train pour me r<strong>en</strong>dre d’Avallon<br />

à Paris. Je l’ai fait à toutes les heures de la journée et<br />

à toutes les saisons. Oui mais voilà, <strong>en</strong> fait, il y a deux<br />

façons de se r<strong>en</strong>dre à Paris : <strong>en</strong> TGV, <strong>en</strong> pr<strong>en</strong>ant tout<br />

d’abord un car SNCF jusqu’à Montbard (2 heures), ou<br />

<strong>en</strong> TER, <strong>en</strong> passant par La Roche-Mig<strong>en</strong>ne, Joigny, S<strong>en</strong>s<br />

(3 heures). C’est le train, mais deux trains totalem<strong>en</strong>t<br />

différ<strong>en</strong>ts, deux univers, deux vitesses, deux musiques.<br />

Dans les deux, j’écris mon journal.<br />

Coproduction Les Fi<strong>lms</strong> de l’avalée (Bourgogne),<br />

Essa(i)mage (Nièvre)<br />

21


22<br />

histoire de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> (lorraine)<br />

Dans Le Mur des oubliés, le réalisateur lorrain Joseph Gordillo se laisse guider par son histoire personnelle : la mort de son grandpère,<br />

assassiné par la garde civile espagnole <strong>en</strong> 1946. Mais ce qui avait débuté comme une démarche singulière devi<strong>en</strong>t vite une lutte<br />

collective. Quand le poids du passé s’impose à un pays tout <strong>en</strong>tier : l’Espagne <strong>en</strong> quête d’id<strong>en</strong>tité.<br />

Nous sommes les <strong>en</strong>fants du sil<strong>en</strong>ce<br />

On dîne <strong>en</strong> famille ce soir-là chez Francisco Gordillo Alba. « C’était dans<br />

cette maison-là. […] Nous mangions des pâtes… Et je me souvi<strong>en</strong>s que<br />

nous étions <strong>en</strong> train de rire parce que mon frère, qui n’avait que cinq mois,<br />

comm<strong>en</strong>çait à manger tout seul… Tout à coup, deux gardes civils ont fait<br />

irruption dans la maison, revolver au poing. » L’homme qui s’exprime est<br />

le père du réalisateur : il raconte avec précision et pour la première fois les<br />

derniers instants de son propre père. « Ils lui pass<strong>en</strong>t les m<strong>en</strong>ottes et ils<br />

lui fout<strong>en</strong>t un coup de pied au cul. Les gardes civils nous dis<strong>en</strong>t de ne pas<br />

bouger, ils l’emmèn<strong>en</strong>t plus loin dans une autre rue et puis… deux coups<br />

de feu… J’ai compris ce qui v<strong>en</strong>ait de se passer. » Les quatre <strong>en</strong>fants de<br />

Francisco Gordillo Alba veilleront leur père p<strong>en</strong>dant deux jours – mais<br />

sans le corps – avec l’interdiction de parler et de pleurer. Ils ne sauront<br />

plus jamais ri<strong>en</strong> de lui. C’était le 6 décembre 1946, sept ans après la <strong>fi</strong> n de<br />

la guerre d’Espagne.<br />

Été 2005, dans un petit village d’Andalousie,<br />

c’est jour de procession. On chante sa <strong>fi</strong> erté<br />

d’appart<strong>en</strong>ir au village, avec la voix gitane, haute<br />

et vibrante. Ici, si l’on chante, c’est peut-être<br />

parce que l’on ne parle pas. Ici, c’est le sil<strong>en</strong>ce<br />

qui s’est transmis de génération <strong>en</strong> génération.<br />

Soixante-dix ans après la <strong>fi</strong> n de la guerre<br />

d’Espagne, les corps des Républicains fusillés<br />

gis<strong>en</strong>t toujours dans des charniers, sans épi taphes,<br />

sans id<strong>en</strong>tité. Joseph Gordillo est jour naliste<br />

grand reporter ; il a couvert les événem<strong>en</strong>ts du<br />

Rwanda, de l’Irak ou <strong>en</strong>core du Pakistan. Il a<br />

travaillé pour RTL, Arte, et TF1 p<strong>en</strong>dant dix ans,<br />

qu’il vi<strong>en</strong>t de quitter il y a quelques mois pour<br />

s’associer avec son frère avec qui il a monté une<br />

ag<strong>en</strong>ce de presse à Madrid.<br />

Tout serait donc une histoire de famille, chez<br />

les Gordillo ? En réalité, Le Mur des oubliés est<br />

avant tout le parcours d’un homme curieux<br />

qui observe le monde, qui lutte contre le sil<strong>en</strong>ce<br />

<strong>en</strong> questionnant et <strong>en</strong> informant, qui a le<br />

souci de transmettre ses impressions comme par<br />

devoir, à la manière d’un Albert Londres dont<br />

il avoue se s<strong>en</strong>tir proche.<br />

CRI : Le Mur des oubliés a été diffusé <strong>en</strong> salle pour la<br />

première fois à Marly (Moselle, Lorraine), <strong>en</strong> novembre<br />

dernier, dans le cadre de la quinzaine du <strong>fi</strong> lm lorrain.<br />

Quel souv<strong>en</strong>ir <strong>en</strong> gardez-vous ?<br />

Joseph Gordillo : C’est mon premier <strong>fi</strong> lm. Ma famille<br />

l’a découvert <strong>en</strong> même temps ce soir-là, avec le<br />

public. Mettre <strong>en</strong> scène cette histoire de famille,<br />

c’était forcém<strong>en</strong>t remuer un passé douloureux.<br />

Mon <strong>fi</strong> lm est écrit à la première personne car je<br />

suis personnellem<strong>en</strong>t impliqué : mon grand-père<br />

gît dans un des charniers du village. Mais cette<br />

exploration ne se résume pas à un simple fait de<br />

famille, elle concerne tout un village et même<br />

l’Espagne <strong>en</strong>tière.<br />

Nos pères se sont tus par peur puis par habitude.<br />

Et nous sommes les <strong>en</strong>fants de leur sil<strong>en</strong>ce.<br />

Aujourd’hui, il faut délier les langues. Ce <strong>fi</strong> lm<br />

est aussi dédié au grand nombre de citoy<strong>en</strong>s<br />

<strong>en</strong>gagés, de tous horizons, qui demand<strong>en</strong>t une<br />

reconnaissance sans réclamer justice, à ceux qui<br />

voudrai<strong>en</strong>t transmettre aux jeunes générations la<br />

vraie version de l’histoire d’Espagne.<br />

Le <strong>fi</strong> lm a été diffusé sur France 3 et j’<strong>en</strong> suis<br />

heureux. Mais je me réjouis <strong>en</strong>core davantage<br />

de sa projection <strong>en</strong> salle. Mon travail sur ce<br />

<strong>fi</strong> lm aurait moins de s<strong>en</strong>s sans cela. Le Mur<br />

des oubliés a été sélectionné et diffusé au Figra<br />

2008 (festival international du grand reportage<br />

d’actualité et du docum<strong>en</strong>taire de société). Il a<br />

été prés<strong>en</strong>té <strong>en</strong> mars dernier <strong>en</strong> ouverture de la<br />

semaine du <strong>fi</strong> lm espagnol à Nancy et à Metz. Et<br />

une projection est prévue <strong>en</strong> mai prochain, dans<br />

le village de mon grand-père.


CRI : Lors du tournage, vous étiez uniquem<strong>en</strong>t accompagné de Laetitia Giroux, qui a<br />

fait les images. Vous avez choisi égalem<strong>en</strong>t de travailler avec un producteur lorrain.<br />

Or, avec un sujet aussi fort et résolum<strong>en</strong>t d’actualité, vous auriez pu être t<strong>en</strong>té de vous<br />

rapprocher d’un producteur parisi<strong>en</strong>…<br />

J.G. : Il était important pour moi de travailler comme cela. J’ai aimé chez<br />

Laetitia Giroux sa jeunesse et sa discrétion. Quant au choix du producteur,<br />

c’est Stéphane Bubel (La Bascule production) qui m’a contacté. J’ai<br />

béné<strong>fi</strong> cié pour ce <strong>fi</strong> lm, <strong>en</strong> 2004, de l’aide à l’écriture du Conseil régional<br />

de Lorraine, et c’est lors de la réunion de la commission d’attribution des<br />

aides que Stéphane Bubel a repéré le scénario. Il s’est battu pour donner<br />

du temps au <strong>fi</strong> lm : un temps si précieux pour un sujet aussi délicat. Ma<br />

r<strong>en</strong>contre avec Marina Ziggiotti de France 3 Lorraine aura égalem<strong>en</strong>t été<br />

déterminante. Elle déf<strong>en</strong>d ardemm<strong>en</strong>t la production lorraine et continue à<br />

sout<strong>en</strong>ir Le Mur des oubliés de manière indéfectible.<br />

CRI : Les témoins sont nombreux dans le <strong>fi</strong> lm : tous ont dans leur main un portrait de<br />

leur proche disparu…<br />

J. G. : En effet. La seule chose qui leur reste est une photo. C’est un objet<br />

de mémoire et de recueillem<strong>en</strong>t pour les proches. Petit, je me souvi<strong>en</strong>s<br />

du portrait de mon grand-père trônant sur le mur <strong>en</strong> haut des escaliers.<br />

Chaque famille conserve religieusem<strong>en</strong>t un portrait du disparu. La<br />

photo reste l’unique témoin, la dernière trace de leur passage sur terre.<br />

Véritables objets de culte, ces visages <strong>en</strong> noir et blanc sont vénérés comme<br />

des reliques. Dans le <strong>fi</strong> lm on voit Paco, un vieux monsieur, qui serre dans<br />

ses bras le portrait de sa mère. Il avait trois ans quand « les salauds »,<br />

comme il dit, l’ont tuée. Tout au long de l’<strong>en</strong>treti<strong>en</strong>, Paco jurait sans jamais<br />

ravaler sa colère. Sa rancœur était si vive que j’avais l’impression que sa<br />

mère avait été emm<strong>en</strong>ée la veille au cimetière pour y être exécutée. Elle<br />

était couturière ; elle a été fusillée parce qu’elle brodait le drapeau de la<br />

République espagnole. Ce qui m’intéressait dans ce travail, c’était aussi de<br />

montrer ce que peut transmettre un être qui a vécu une telle souffrance.<br />

On est tous le produit de notre histoire. Mais l’histoire de ces g<strong>en</strong>s a été<br />

mutilée, coupée net.<br />

CRI : Le <strong>fi</strong> lm suit égalem<strong>en</strong>t le travail de l’Association pour la récupération de la mémoire<br />

historique (ARMH). Comm<strong>en</strong>t s’est établi le contact <strong>en</strong>tre vous ?<br />

J. G. : Cette association a des réseaux dans chaque région et sillonne le<br />

territoire depuis quelques années maint<strong>en</strong>ant. Mais il se trouve que pour<br />

des raisons géographiques, le village de mon grand-père, qui se trouve à la<br />

limite <strong>en</strong>tre deux régions, avait été oublié. C’est moi qui ai pris contact avec<br />

les responsables de cette association, mais nos recherches, nos <strong>en</strong>quêtes,<br />

notre travail ont été m<strong>en</strong>és de manière parallèle. Les familles de victimes<br />

regroupées au sein de l’ARMH demand<strong>en</strong>t que l’État espagnol ordonne<br />

l’exhumation des corps, leur id<strong>en</strong>ti<strong>fi</strong> cation par des expertises ADN et la<br />

création de sépultures collectives signalées par un monum<strong>en</strong>t. Un rapport<br />

très réc<strong>en</strong>t d’Amnesty international pointe du doigt les gouvernem<strong>en</strong>ts<br />

successifs d’Espagne, qui ont laissé « dans l’oubli le plus absolu les<br />

victimes de la guerre civile et du franquisme ». Les plus grandes fosses<br />

communes se trouv<strong>en</strong>t à Malaga (3 500 morts), Merida (3 500), Oviedo<br />

(2 000) ou <strong>en</strong>core Séville (2 500). Le travail de l’ARMH est un vrai parcours<br />

du combattant comme l’explique Rafaela Torres que l’on voit dans le <strong>fi</strong> lm.<br />

Ses recherches sont loin d’arranger tout le monde. J’<strong>en</strong> veux pour preuve,<br />

dans le <strong>fi</strong> lm, le comportem<strong>en</strong>t du maire du village qui refuse de répondre<br />

à mes questions et même de me recevoir.<br />

CRI : Au-delà de votre histoire personnelle, le thème dominant du <strong>fi</strong> lm est le devoir de<br />

mémoire.<br />

J. G. : En tant que petit-<strong>fi</strong> ls de républicain, j’<strong>en</strong>t<strong>en</strong>ds récupérer la mémoire<br />

de mon grand-père, ceci est mon choix, mon droit légitime. En tant que<br />

citoy<strong>en</strong> d’une démocratie, réhabiliter la mémoire de tous ceux qui sont<br />

oubliés de l’Histoire est un devoir. L’Espagne a<br />

fait le choix de déchirer une page de son histoire<br />

au lieu de la tourner. La fameuse transition<br />

démocratique espagnole, que tout le monde cite<br />

<strong>en</strong> modèle, est <strong>en</strong> réalité un pacte pour effacer<br />

les responsabilités. En plus d’amnistie, il y a eu<br />

amnésie. Après la mort paisible de Franco – il<br />

est mort dans son lit – aucun responsable ou<br />

tortionnaire de l’anci<strong>en</strong> régime n’a été ni jugé<br />

ni inquiété, aucune commission de vérité n’a<br />

été mise <strong>en</strong> place. Accord tacite et certainem<strong>en</strong>t<br />

nécessaire. Les vaincus ont r<strong>en</strong>oncé à demander<br />

des comptes, <strong>en</strong> échange de quoi les héritiers<br />

du franquisme ont joué le jeu de la démocratie.<br />

Mais la responsabilité de notre génération est de<br />

repêcher les histoires tues. Il faut aujourd’hui<br />

que les choses sort<strong>en</strong>t, après il sera trop tard, le<br />

<strong>fi</strong> l de l’Histoire risque de se rompre.<br />

La dictature franquiste est restée taboue jusqu’à<br />

récemm<strong>en</strong>t. Mais après soixante-dix ans de<br />

sil<strong>en</strong>ce, des milliers d’Espagnols sont, comme<br />

moi, à la recherche de leurs disparus. 35 000 à<br />

50 000 Républicains aurai<strong>en</strong>t été fusillés durant<br />

la terrible répression qui a suivi le confl it.<br />

Comme le dit mon père dans le <strong>fi</strong> lm, « les<br />

cimetières nous montr<strong>en</strong>t deux Espagne ». Le<br />

quotidi<strong>en</strong> Libération titrait récemm<strong>en</strong>t : « Deux<br />

Espagne dans l’arène électorale ». Je p<strong>en</strong>se<br />

exactem<strong>en</strong>t la même chose. Il faut bi<strong>en</strong> se r<strong>en</strong>dre<br />

compte que ce n’est qu’<strong>en</strong> octobre dernier qu’a<br />

été votée la loi de réhabilitation des victimes du<br />

franquisme par les députés espagnols. Ce pays<br />

n’<strong>en</strong> a pas <strong>fi</strong> ni avec sa guerre fratricide. Son<br />

travail de deuil vi<strong>en</strong>t à peine de comm<strong>en</strong>cer.<br />

Christine Torelli<br />

La Quinzaine du <strong>fi</strong> lm lorrain<br />

est organisée<br />

par le Conservatoire<br />

régional de l’image,<br />

l’APAL et la Sa<strong>fi</strong> re Lorraine.<br />

Durant quinze jours,<br />

<strong>en</strong> novembre, sont<br />

diffusés sur grand écran,<br />

dans les salles de cinéma<br />

de la région, les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

qui ont béné<strong>fi</strong> cié du fonds<br />

de souti<strong>en</strong> d’aide à la<br />

production du Conseil<br />

régional de Lorraine,<br />

de la DRAC de Lorraine<br />

et du CNC.<br />

Le blog du <strong>fi</strong> lm<br />

le-mur-des-oublies.<br />

blogspot.com<br />

Pour obt<strong>en</strong>ir<br />

le DVD, s’adresser<br />

à La Bascule production,<br />

www.labascule.tv<br />

PHOTO LAETITIA GIROUX<br />

23


24<br />

leçon de cinéma<br />

Les Leçons de cinéma : un r<strong>en</strong>dez-vous m<strong>en</strong>suel dev<strong>en</strong>u désormais<br />

incontournable <strong>en</strong> Lorraine pour les passionnés de l’image. En janvier<br />

dernier, le Conservatoire régional de l’image recevait Marie-Jo Pierron,<br />

maître de confér<strong>en</strong>ces à l’Institut europé<strong>en</strong> de cinéma et d’audiovisuel<br />

(Université de Nancy 2), pour une leçon consacrée à l’œuvre du cinéaste,<br />

photographe, critique et écrivain néerlandais Johan Van der Keuk<strong>en</strong>.<br />

L’essai <strong>fi</strong> lmique<br />

Conservatoire régional de l’image : N’est-il pas paradoxal<br />

de consacrer une leçon de cinéma à la question de l’essai<br />

<strong>fi</strong> lmique, lequel, si l’on devait le dé<strong>fi</strong> nir, montrerait<br />

rapidem<strong>en</strong>t sa résistance à l’exercice ?<br />

Marie-Jo Pierron : L’essai <strong>fi</strong> lmique est <strong>en</strong> effet une<br />

forme libre qui résiste à tout cadrage. C’est parce<br />

qu’il est fondé sur la subjectivité qu’il ne supporte<br />

pas la réduction à une dé<strong>fi</strong> nition générale, c’està-dire<br />

à une forme <strong>fi</strong> gée et globalisante de savoir.<br />

Dans les essais <strong>fi</strong> lmiques, je suis face à un regard<br />

subjectif qui me convainc ou non, mais qui est<br />

rev<strong>en</strong>diqué comme tel. La subjectivité de l’essai<br />

vi<strong>en</strong>t remplacer le caractère masqué et <strong>fi</strong> ctif<br />

de l’énonciateur du <strong>fi</strong> lm de <strong>fi</strong> ction. Pourtant,<br />

comme dans la <strong>fi</strong> ction, l’énonciateur peut avoir<br />

des visées esthétiques et c’est <strong>en</strong> cinéaste qu’il<br />

agit, non pas <strong>en</strong> tant qu’amateur ou reporter.<br />

CRI : L’essai <strong>fi</strong> lmique pourrait appart<strong>en</strong>ir à la non-<strong>fi</strong> ction ?<br />

M.-J. P. : Non plus. L’énonciateur de l’essai rev<strong>en</strong>dique<br />

une vérité, subjective et toujours partielle,<br />

car fondée sur son expéri<strong>en</strong>ce, alors que dans<br />

les docum<strong>en</strong>taires traditionnels, le spectateur<br />

att<strong>en</strong>d de l’énonciateur des énoncés vrais et véri<strong>fi</strong><br />

ables, fondés sur une observation du réel et<br />

sur un savoir de type <strong>en</strong>cyclopédique. En réalité,<br />

c’est <strong>en</strong> montrant ce qu’il n’est pas et de quelles<br />

formes voisines il se distingue que l’on peut le<br />

mieux approcher l’essai <strong>fi</strong> lmique.<br />

CRI : Chez Van der Keuk<strong>en</strong>, l’essai <strong>fi</strong> lmique semble jouer<br />

et se jouer de toutes les ressources du langage ciné matographique.<br />

Néanmoins, n’y a-t-il pas une méthode ?<br />

M.-J. P. : Pour Van der Keuk<strong>en</strong>, l’essai pourrait se<br />

quali<strong>fi</strong> er par sa méthode qui consiste à porter un<br />

regard subjectif sur le réel, tout <strong>en</strong> réfl échissant<br />

à l’acte de <strong>fi</strong> lmage et de perception qu’il est <strong>en</strong><br />

train d’effectuer. Il s’agit donc de <strong>fi</strong> lmer la situation<br />

dans laquelle il est mais <strong>en</strong> partant d’une<br />

forme préalable. Ainsi Amsterdam global village<br />

(1995) adopte une forme c<strong>en</strong>trifuge qui part de<br />

la ville et de ses canaux conc<strong>en</strong>triques pour<br />

s’<strong>en</strong> éloigner progressivem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> accompagnant<br />

quelques immigrés dans leurs pays d’origine.<br />

Face value (1990), quant à lui, pr<strong>en</strong>dra la forme<br />

d’une mosaïque pour représ<strong>en</strong>ter l’Europe. Chez<br />

Van der Keuk<strong>en</strong>, vie privée, voyages et <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sont<br />

toujours étroitem<strong>en</strong>t liés. Chacun de ses <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

sera l’objet d’un voyage, mais toujours la maison<br />

ou la ville natale apparaiss<strong>en</strong>t comme points de<br />

départ ou d’arrivée : on sait toujours d’où l’on<br />

part et où l’on revi<strong>en</strong>t. Le voyage n’est jamais<br />

une errance, il pr<strong>en</strong>d plutôt la forme d’une quête<br />

exist<strong>en</strong>tielle à la recherche du s<strong>en</strong>tim<strong>en</strong>t du<br />

vécu au travers de nouvelles s<strong>en</strong>sations. <strong>Filmer</strong>,<br />

vivre et voyager sont les trois pôles imbriqués<br />

de son exist<strong>en</strong>ce.<br />

CRI : Chez Van der Keuk<strong>en</strong>, à quoi sert l’essai <strong>fi</strong> lmique ?<br />

M.-J. P. : Sur un plan communicationnel, l’essai <strong>fi</strong> lmique tel que le conçoit<br />

Van der Keuk<strong>en</strong> consiste à montrer le connu derrière l’inconnu, le familier<br />

dans le différ<strong>en</strong>t, à rapprocher les contraires et à mettre <strong>en</strong> évid<strong>en</strong>ce les<br />

différ<strong>en</strong>ces qui peuv<strong>en</strong>t se cacher sous des appar<strong>en</strong>ces semblables. Dans<br />

Vacances prolongées (1999), il s’attache à montrer les différ<strong>en</strong>tes méthodes<br />

de soins dans différ<strong>en</strong>tes cultures. Il est alors atteint d’un cancer de la<br />

prostate, et il va <strong>fi</strong> lmer ses <strong>en</strong>treti<strong>en</strong>s avec les médecins ainsi que les soins<br />

qui lui sont prodigués <strong>en</strong> Hollande, aux États-Unis, au Tibet, <strong>en</strong> Afrique.<br />

Derrière ces différ<strong>en</strong>tes pratiques, les questions sont id<strong>en</strong>tiques face à la<br />

souffrance, à la maladie, et à la mort. Ces interrogations ne sont jamais<br />

générales, mais sont toujours rapportées à lui-même ou à des individus<br />

singuliers.<br />

CRI : Et sur le plan politique ?<br />

M.-J. P. : De la même manière, Van der Keuk<strong>en</strong> ne <strong>fi</strong> lme pas les foules, les<br />

masses organisées, les classes sociales, mais des individus dont l’énergie est<br />

utilisée pour gagner leur liberté. Le jeune Bolivi<strong>en</strong> suivi dans Amsterdam<br />

global village, qui gagne sa vie comme ag<strong>en</strong>t de nettoyage dans une grande<br />

surface d’Amsterdam, fait égalem<strong>en</strong>t partie d’un groupe de musici<strong>en</strong>s,<br />

et l’arg<strong>en</strong>t récolté dans les concerts sert à acheter des produits de base<br />

qu’il apporte dans son village natal pour lequel il lutte pour déf<strong>en</strong>dre la<br />

culture, la musique et les coutumes. Le s<strong>en</strong>s politique de la lutte pour la<br />

survivance des cultures locales est rapporté à l’action de ce jeune immigré<br />

à Amsterdam.<br />

CRI : Et ce serait au spectateur de construire son propre savoir sur le monde ?<br />

M.-J. P. : Les essais <strong>fi</strong> lmiques de Van der Keuk<strong>en</strong> établiss<strong>en</strong>t un rapport<br />

au savoir <strong>en</strong> train de se constituer tout au long des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>. L’essai ne se<br />

situe pas dans une démarche de transmission de savoir mais plutôt<br />

de questionnem<strong>en</strong>t et d’appropriation. Et c’est bi<strong>en</strong> au spectateur de<br />

construire lui-même son propre savoir à partir des données du <strong>fi</strong> lm qu’il<br />

confronte à sa propre culture. Ce savoir, fondé sur des expéri<strong>en</strong>ces de<br />

r<strong>en</strong>contres effectuées au cours de <strong>fi</strong> lmages, ne propose jamais un savoir<br />

unique : il est toujours montré comme relatif et susceptible d’être remis<br />

<strong>en</strong> cause par le point de vue suivant. La <strong>fi</strong> gure du décadrage est ici<br />

révélatrice de ce positionnem<strong>en</strong>t. Dans L’œil au-dessus du puits (1988),<br />

la réalité d’une rue du Kerala <strong>en</strong> Inde est montrée dans un plan <strong>fi</strong> xe. Un<br />

léger mouvem<strong>en</strong>t de décadrage vi<strong>en</strong>t alors relativiser la réalité représ<strong>en</strong>tée.<br />

La caméra s’attarde sur ce m<strong>en</strong>diant sans jambes gisant dans une rue, elle<br />

peut tout aussi bi<strong>en</strong>, dans le même plan décadré, montrer ces femmes aux<br />

robes aux couleurs superbes qui pass<strong>en</strong>t à côté du m<strong>en</strong>diant, sans même<br />

le remarquer. L’horrible côtoie le sublime et le monde représ<strong>en</strong>té, tout<br />

comme sa représ<strong>en</strong>tation est sans cesse remis <strong>en</strong> cause. L’essai <strong>fi</strong> lmique<br />

pourrait alors être caractérisé comme une forme de la mise <strong>en</strong> doute<br />

<strong>en</strong>g<strong>en</strong>drant le question nem<strong>en</strong>t chez le spectateur. Une nouvelle forme<br />

de représ<strong>en</strong>tation subjective surgit alors, utilisant le cinéma comme un moy<strong>en</strong><br />

de cette mise <strong>en</strong> doute, de ce qui est montré comme de ce qui le montre.<br />

Marie-Jo Pierron, Christine Torelli<br />

Sur Johan Van der Keuk<strong>en</strong><br />

http://cineressources.bi<strong>fi</strong> .fr<br />

Depuis 2005, les Leçons de cinéma ont permis d’accueillir<br />

Frédéric Strauss, Alain Bergala, Serge Tisseron, Gérard Corbiau ou <strong>en</strong>core Jean-Paul Fargier, etc.<br />

Ces r<strong>en</strong>dez-vous propos<strong>en</strong>t une approche complém<strong>en</strong>taire dans le domaine de l’image.<br />

Programme téléchargeable sur www.imagesdelorraine.org ou contact@cri-lorraine.org<br />

Christine Torelli 06 86 69 62 72<br />

PHOTO CRI NANCY LORRAINE


chronique<br />

Durant une semaine <strong>en</strong> février, Vidéo Les Beaux jours, la Sa<strong>fi</strong> re et l’Université<br />

Marc Bloch ont invité le réalisateur Dušan Hanák. Le programme était<br />

riche : projections tous les soirs de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> du réalisateur ou de ses élèves,<br />

journée d’études avec les étudiants du master et, pour clore le tout, une<br />

séance de l’invité à l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>.<br />

Des trésors libérés ?<br />

Je n’avais jamais <strong>en</strong>t<strong>en</strong>du le nom de Dušan Hanák. Je lus dans le<br />

programme : « Réalisateur slovaque né <strong>en</strong> 1938 à Bratislava, Dušan<br />

Hanák a créé une œuvre remarquable mêlant docum<strong>en</strong>taire, <strong>fi</strong> ction et<br />

création photographique… » Puis j’appris que la majorité de ses <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

réalisés avant 1991 fur<strong>en</strong>t, selon ses propres mots, « mis au trésor »,<br />

c’est-à-dire purem<strong>en</strong>t et simplem<strong>en</strong>t c<strong>en</strong>surés et conservés dans un<br />

coffre… Cette c<strong>en</strong>sure m’a habitée durant les projections. Je cherchais<br />

une explication rationnelle avec cette vulgate <strong>en</strong> tête : l’ère soviétique<br />

c<strong>en</strong>surait la diverg<strong>en</strong>ce. En voyant les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> de Dušan Hanák, je compris<br />

que le régime totalitaire ne supprime pas uniquem<strong>en</strong>t la diverg<strong>en</strong>ce, pas<br />

seulem<strong>en</strong>t ce qui ne parle pas de lui correctem<strong>en</strong>t, mais qu’il supprime<br />

tout ce qui ne parle pas de lui.<br />

Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> de Dušan Hanák sont le négatif de l’ère soviétique, son<br />

refoulé, à comm<strong>en</strong>cer par Images du vieux monde de 1973. Ce<br />

monde est celui de vieux slovaques des années 70 : un monde isolé<br />

de l’histoire politique que le dénuem<strong>en</strong>t, l’humanisme et la sagesse<br />

r<strong>en</strong>d<strong>en</strong>t paradoxalem<strong>en</strong>t intemporel. Une séqu<strong>en</strong>ce bouleversante me<br />

reste. Un homme rampe à quatre pattes dans un <strong>en</strong>clos avec, derrière<br />

lui, un son assourdissant (Dušan Hanák expliquera qu’il s’agit de cris<br />

humains retravaillés). Tout ce qui l’<strong>en</strong>toure est adapté à la longueur de<br />

ses bras : la fermeture d’une cage de pigeons, celle d’une barrière de<br />

moutons. L’homme raconte qu’il a perdu l’usage de ses jambes, mais<br />

que seul, il a construit une maison <strong>en</strong>tière : son regard est <strong>fi</strong> xe, sa voix<br />

ferme, sa souffrance palpable derrière une volonté implacable. Dif<strong>fi</strong> cile<br />

de ne pas y voir une superbe allégorie de ce que l’homme peut faire<br />

malgré un contexte épouvantable, une allégorie qui résonne avec son<br />

hors-champ : l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie qui a mis à<br />

g<strong>en</strong>oux les résistants du printemps de Prague.<br />

Old Shatterhand est v<strong>en</strong>u nous voir, court métrage de 1967, campe une<br />

autre forme de résistance : l’insol<strong>en</strong>ce. Son titre est une référ<strong>en</strong>ce au<br />

héros des romans de Karl May, un cow-boy frère de sang d’un Indi<strong>en</strong>.<br />

Le générique du <strong>fi</strong> lm est éloqu<strong>en</strong>t : un ouvrier dort sur une musique<br />

de western, puis une voiture de l’Ouest passe le rideau de fer pour se<br />

r<strong>en</strong>dre à l’Est. Les cow-boys vi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t donc voir les peaux-rouges. Outre<br />

le fait que la communication soit impossible dans les rues de Bratislava<br />

(personne ne parle anglais), les cow-boys r<strong>en</strong>contr<strong>en</strong>t quelques<br />

obstacles à leur circulation : le cinéaste a placé au milieu d’un carrefour<br />

une pierre suf<strong>fi</strong> samm<strong>en</strong>t volumineuse pour perturber le tra<strong>fi</strong> c. Toutes<br />

les voitures tchécoslovaques contourn<strong>en</strong>t l’obstacle, préférant monter<br />

sur le trottoir. Une voiture autrichi<strong>en</strong>ne arrive : le conducteur s’arrête,<br />

sort de son véhicule et déplace la pierre. Dušan Hanák comm<strong>en</strong>ta la<br />

scène <strong>en</strong> parlant de « paresse typique de cette époque »…<br />

Dušan Hanák réalisa Tête de papiers après l’effondrem<strong>en</strong>t du régime.<br />

Le réalisateur voulait rev<strong>en</strong>ir sur le régime totalitaire qu’il avait subi<br />

toute sa vie. Le <strong>fi</strong> lm fut coproduit avec des chaînes de l’Ouest. Au<br />

visionnage, elles lui demandèr<strong>en</strong>t de couper un tiers du <strong>fi</strong> lm – seize<br />

séqu<strong>en</strong>ces exactem<strong>en</strong>t –, selon Dušan Hanák la partie la plus critique<br />

sur le communisme soviétique. Il <strong>en</strong> tomba malade et son médecin<br />

lui conseilla de ne plus réaliser de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, ce qu’il <strong>fi</strong> t. Une explication<br />

rationnelle à ce nouveau « mis au trésor » ?<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

Images du vieux monde<br />

de Dušan Hanák.<br />

25


26<br />

diffusion<br />

Lorsque le milieu audiovisuel se retrouve pour parler de diffusion des œuvres, il est ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t question de télévision et de salle<br />

de cinéma (ou des espaces de même type), mais pratiquem<strong>en</strong>t jamais de médiathèques. Or, à y regarder de plus près, ces lieux sont<br />

dev<strong>en</strong>us incontournables au regard de cet <strong>en</strong>jeu primordial. Certes, il n’<strong>en</strong> a pas toujours été ainsi, le phénomène est réc<strong>en</strong>t et surtout<br />

il est appelé à évoluer.<br />

L’offre image<br />

<strong>en</strong> bibliothèques<br />

publiques<br />

Du livre au son et à l’image<br />

Il y a un mom<strong>en</strong>t que les bibliothèques ont élargi<br />

leur champ initialem<strong>en</strong>t limité au livre. En<br />

effet, c’est au cours des années 80 que l’image<br />

s’y est in<strong>fi</strong> ltrée, à partir des premiers supports<br />

disponibles. La cassette VHS n’existait pas<br />

<strong>en</strong>core ou du moins n’avait pas <strong>en</strong>core connu<br />

la généralisation qui sera la si<strong>en</strong>ne dans les<br />

années 90. Les premiers <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> qui ont été mis à<br />

disposition l’étai<strong>en</strong>t sur support 3/4 pouce Umatic.<br />

Autant dire que cela cantonnait l’accès<br />

à la seule consultation au sein de bibliothèques<br />

équipées des lecteurs adéquats, un équipem<strong>en</strong>t<br />

dont ne pouvai<strong>en</strong>t disposer les particuliers. Et<br />

les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> édités sur ce support étai<strong>en</strong>t pour la<br />

quasi-totalité des docum<strong>en</strong>taires. La source<br />

v<strong>en</strong>ait ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t du service audiovisuel<br />

mis <strong>en</strong> place au sein de la direction du livre et<br />

de la lecture (DLL) du ministère de la Culture.<br />

Sa mission était d’acquérir les droits de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

sélectionnés pour leur intérêt culturel marqué<br />

et de les mettre à disposition de bibliothèques<br />

qui <strong>en</strong> faisai<strong>en</strong>t la demande. Ainsi <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>,<br />

ce fut le cas, par exemple, de la Bibliothèque de<br />

Mulhouse ou de la Bibliothèque du Bas-Rhin.<br />

C’est avec l’essor de la cassette VHS, qui a conduit<br />

au développem<strong>en</strong>t de l’édition grand public,<br />

que les bibliothèques ont proposé de plus <strong>en</strong><br />

plus des fonds vidéo <strong>en</strong> prêt, parallèlem<strong>en</strong>t aux<br />

CD qui ont transformé nombre de bibliothèques<br />

<strong>en</strong> médiathèques. Le passage au DVD a ampli<strong>fi</strong> é<br />

ce phéno mène grâce à une offre <strong>en</strong>core plus<br />

importante. Au point qu’aujourd’hui, il n’est<br />

pratiquem<strong>en</strong>t plus <strong>en</strong>visageable d’ouvrir une<br />

bibliothèque sans que l’offre de prêt pr<strong>en</strong>ne <strong>en</strong><br />

compte tous ces supports, le livre, le CD et le<br />

DVD, mais aussi des accès internet, ainsi que des<br />

espaces de consultation pour la lecture d’ouvrages<br />

et de revues, pour le visionnem<strong>en</strong>t de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, et<br />

<strong>en</strong><strong>fi</strong> n des espaces d’exposition et d’animation.<br />

Quelques rares médiathèques (aucune <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

à notre connaissance) expérim<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t égalem<strong>en</strong>t<br />

une offre VoD, mais il est trop tôt pour savoir si<br />

elle est appelée à se généraliser, tant elle semble<br />

avoir quelque dif<strong>fi</strong> culté à r<strong>en</strong>contrer un intérêt<br />

un peu signi<strong>fi</strong> catif dans ces lieux. Il n’<strong>en</strong> reste<br />

pas moins qu’elles suiv<strong>en</strong>t avec att<strong>en</strong>tion toutes<br />

les formes de diffusion <strong>en</strong> ligne, qui peuv<strong>en</strong>t<br />

transformer de manière plus ou moins radicale<br />

ces structures.<br />

Les sources des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

C’est auprès de distributeurs spécialisés qu’elles s’approvisionn<strong>en</strong>t habituellem<strong>en</strong>t,<br />

dans le cadre de procédures de marché public, compte t<strong>en</strong>u<br />

de budgets d’acquisition souv<strong>en</strong>t importants. Ces distributeurs négoci<strong>en</strong>t<br />

auprès des ayants droit (éditeurs, producteurs, etc.) les droits de prêts et<br />

de consultation attachés aux supports. Ce qui est tout différ<strong>en</strong>t des livres<br />

qui peuv<strong>en</strong>t prov<strong>en</strong>ir des librairies locales. L’ADAV assure la plus grosse<br />

part du marché, tout <strong>en</strong> ayant la particularité d’avoir un statut associatif,<br />

les autres étant des sociétés commerciales. Depuis sa création il y a une<br />

vingtaine d’années, l’ADAV a donné la part belle aux docum<strong>en</strong>taires et plusieurs<br />

producteurs régionaux. Les autres distributeurs sont Colaco, CVS,<br />

VHS, RDM, etc. Il faudrait aussi ajouter à cette liste un autre distributeur<br />

associatif, Heure exquise ! qui travaille sur le domaine plus pointu de l’art<br />

vidéo, mais aussi du docum<strong>en</strong>taire. Et à côté de ces distributeurs privés,<br />

deux autres mèn<strong>en</strong>t un travail important sur le terrain du docum<strong>en</strong>taire<br />

<strong>en</strong> ayant la particularité de relever d’institutions publiques : Images de la<br />

culture, rattaché au CNC, et la BPI, reliée au C<strong>en</strong>tre Pompidou après avoir<br />

été le service audiovisuel de la DLL, évoqué plus haut. Tous deux ont un<br />

catalogue de plusieurs milliers de titres, mis à disposition des structures<br />

cultu relles et éducatives, avec droits de consul tation, de prêt (pas toujours)<br />

et de projection publique à caractère non commercial. En plus de ceux<br />

que nous avons cités, il existe évidemm<strong>en</strong>t <strong>en</strong>core nombre de petits distributeurs,<br />

qu’il est impos sible de dénombrer ici de manière exhaustive.<br />

Au total, ce sont des milliers de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, issus du cinéma, de la télévision<br />

et de la production indép<strong>en</strong>dante qui sont disponibles. Y compris dans<br />

sa dim<strong>en</strong>sion patrimoniale, dans la mesure où l’édition DVD la pr<strong>en</strong>d <strong>en</strong><br />

compte de plus <strong>en</strong> plus, et par une relation quasi mécanique de cause à<br />

effet les médiathèques aussi, qui assur<strong>en</strong>t ainsi une offre <strong>en</strong> matière de<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> tout à fait considérable. Au point d’être sans doute la plus importante<br />

par rapport aux autres, et <strong>en</strong> particulier les cinémas, ne serait-ce qu’au<br />

regard du nombre d’usagers et donc de spectateurs pot<strong>en</strong>tiels ou effectifs.<br />

Elles se distingu<strong>en</strong>t aussi clairem<strong>en</strong>t des vidéoclubs non seulem<strong>en</strong>t par<br />

les modalités de l’accès aux œuvres mais plus <strong>en</strong>core par le choix des<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> proposés, leur dim<strong>en</strong>sion culturelle étant primordiale : ce sont les<br />

bibliothécaires qui constitu<strong>en</strong>t leurs fonds <strong>en</strong> faisant leur choix à partir<br />

d’une offre pléthorique, <strong>en</strong> croisant des critères qui ti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t compte des<br />

demandes des spectateurs et de l’exig<strong>en</strong>ce culturelle qui doit être la leur.<br />

La production régionale<br />

Pour ce qui est de la production locale, l’intérêt est manifeste, mais elle<br />

se heurte à la fois à une méconnaissance concrète et à des obstacles formels.<br />

Quand nous avons <strong>en</strong>gagé des part<strong>en</strong>ariats avec certaines d’<strong>en</strong>tre<br />

elles, nous avons constaté l’abs<strong>en</strong>ce pure et simple de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> réalisés<br />

dans la région : ceux qui ont à constituer les fonds s’appui<strong>en</strong>t sur des catalogues<br />

nationaux qui n’<strong>en</strong> cont<strong>en</strong>ai<strong>en</strong>t pratiquem<strong>en</strong>t aucun et la nécessité<br />

d’établir des contrats de mise à disposition réglant la question des droits<br />

de manière très précise impliquait de s’appuyer sur des organismes assurant<br />

cette dim<strong>en</strong>sion de manière formelle. Il n’empêche que, la prise de<br />

consci<strong>en</strong>ce de l’ampleur, de la diversité, de la qualité, comme de l’intérêt<br />

des lecteurs pour cette production, a conduit nombre de ces responsables<br />

à chercher les moy<strong>en</strong>s de les acquérir et, ces toutes dernières années, de<br />

nombreux <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> ont été acquis au travers de modalités bi<strong>en</strong> dé<strong>fi</strong> nies, avec<br />

l’aide précieuse des annuaires Fi<strong>lms</strong> <strong>Alsace</strong>. Il est à noter que ces <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

sembl<strong>en</strong>t manifestem<strong>en</strong>t intéresser les usagers, à <strong>en</strong> juger au nombre d’emprunts<br />

les concernant. Quant à la prés<strong>en</strong>tation de ces <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> dans les médiathèques,<br />

le fait que leurs auteurs résid<strong>en</strong>t souv<strong>en</strong>t dans la région a facilité<br />

leur prés<strong>en</strong>ce pour des échanges avec les publics.


Mois du docum<strong>en</strong>taire <strong>en</strong> Champagne - Ard<strong>en</strong>ne. PHOTO AUTOUR DE LA TERRE<br />

C’est à l’initiative de l’association nationale Images <strong>en</strong> Bibliothèques<br />

qui réunit de nombreux acteurs de ce réseau qu’a été mis <strong>en</strong> place<br />

il y a maint<strong>en</strong>ant neuf années le Mois du <strong>fi</strong> lm docum<strong>en</strong>taire, une<br />

manifestation destinée à promouvoir ces <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> organisant de<br />

nombreuses projections-r<strong>en</strong>contres chaque année p<strong>en</strong>dant tout le<br />

mois de novembre. Vidéo Les Beaux Jours assure le relais dans la<br />

région de son organi sation, qui mobilise des bibliothèques de plus<br />

<strong>en</strong> plus nombreuses, mais aussi des cinémas, ainsi que des c<strong>en</strong>tres<br />

culturels et socioculturels. Les médiathèques s’inscriv<strong>en</strong>t ainsi dans<br />

des réseaux plus larges de lieux investis dans la diffusion des œuvres<br />

cinématographiques et audiovisuelles. En 2008, l’<strong>en</strong>jeu sera de faire<br />

<strong>en</strong> sorte que le Mois du <strong>fi</strong> lm docum<strong>en</strong>taire soit ainsi prés<strong>en</strong>t sur tout<br />

le territoire régional, réunissant cinémas, médiathèques et c<strong>en</strong>tre<br />

culturels, voire aussi lycées, pour réunir <strong>en</strong> un seul réseau l’<strong>en</strong>semble<br />

des acteurs ainsi mobilisés.<br />

Les bibliothèques, lieux culturels de l’av<strong>en</strong>ir ?<br />

Un des constats assez unanimem<strong>en</strong>t exprimé est que l’évolution des<br />

bibliothèques vers cette diversi<strong>fi</strong> cation des supports a réveillé une<br />

fréqu<strong>en</strong>tation qui t<strong>en</strong>dait à s’essouffl er : des publics jeunes et masculins<br />

ont (re)trouvé le chemin des bibliothèques, attirés par l’offre musicale<br />

et cinématographique. Aujourd’hui, les médiathèques sont dev<strong>en</strong>ues<br />

des lieux culturels incontournables et surtout plus <strong>en</strong> vue. Il n’est<br />

qu’à voir l’investissem<strong>en</strong>t des politiques locales dans ces structures.<br />

Ri<strong>en</strong> que sur le territoire de la communauté urbaine de Strasbourg,<br />

<strong>en</strong>tre 2007 et 2009, plusieurs médiathèques et non des moindres ont<br />

ouvert ou ouvriront : après Illkirch, la grande bibliothèque Malraux<br />

à Strasbourg <strong>en</strong> juin de cette année, puis Holtzheim et Lingolsheim<br />

cet automne, l’an prochain Schiltigheim… Alors, les bibliothèques,<br />

lieux culturels de l’av<strong>en</strong>ir ? Peut-être, sans doute… si elles arriv<strong>en</strong>t<br />

à relever le dé<strong>fi</strong> de ce qu’elles pourrai<strong>en</strong>t représ<strong>en</strong>ter et du moins<br />

offrir : un pot<strong>en</strong>tiel culturel large et mobilisable <strong>en</strong> perman<strong>en</strong>ce, des<br />

espaces d’accueil ouverts <strong>en</strong> journée et aussi <strong>en</strong> soirée, un mélange<br />

de pratiques individualisées et collectives, des animations régulières<br />

autour d’auteurs, de textes, de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, de musiques… Car c’est <strong>en</strong> effet<br />

autour de propositions réunissant des publics multiples et ouvrant sur<br />

de nouveaux horizons de connaissances que peut s’ancrer une fonction<br />

majeure qui <strong>en</strong> légitime la place et dans l’espace social et dans le réseau<br />

culturel de la cité.<br />

Pour ce qui est du cinéma et de l’audiovisuel, nous avons pu avoir<br />

l’occasion de l’approcher et de l’expérim<strong>en</strong>ter de nombreuses fois<br />

aussi bi<strong>en</strong> dans le cadre des formations de bibliothécaires que nous<br />

conduisons depuis près de dix ans et que dans celui de l’organisation de<br />

projections et de r<strong>en</strong>contres de la région. Le cadre des médiathèques est<br />

tout à fait pertin<strong>en</strong>t, mais demande à être <strong>en</strong>core largem<strong>en</strong>t consolidé.<br />

L’inadéquation des espaces d’animation, comme la méconnaissance<br />

des réseaux par les bibliothécaires sont des handicaps qui frein<strong>en</strong>t<br />

les démarches <strong>en</strong>gagées ici et là. Une réfl exion commune, à tous les<br />

niveaux, demanderait à être approfondie pour expliciter les perspectives<br />

qui doiv<strong>en</strong>t être déterminées. Beaucoup de médiathèques se sont déjà<br />

<strong>en</strong>gagées dans des actions qui <strong>en</strong> dessin<strong>en</strong>t déjà les contours. Le rôle<br />

même des bibliothécaires, <strong>en</strong>tre catalogage et “ service public ” (les<br />

tâches de sortie et retour des docum<strong>en</strong>ts), est ainsi interrogé pour qu’ils<br />

soi<strong>en</strong>t <strong>en</strong> mesure de contribuer à faire de ces espaces des lieux d’une<br />

culture vivante, pleinem<strong>en</strong>t inscrits, intégrés dans le réseau culturel<br />

de la cité.<br />

Georges Heck<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sortis de fabrique<br />

Au <strong>fi</strong> l de la Loire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 2 x 52’, 4 x 28’, 2 x 43’<br />

de Corinne Ibram, Jean Will et Nicolas Gruand<br />

(Betacam numérique)<br />

Coproduction Seppia, Zinnober <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> (Allemagne),<br />

Beta prod (France)<br />

Diffusion <strong>fi</strong> n 2007 sur Orléans TV, Angers 7,<br />

Nantes 7, SWR, WDR, ORF, ARTE <strong>en</strong> 2008<br />

La famille Kebab<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Laur<strong>en</strong>t Lutaud et Ulrike Bartels<br />

(Betacam numérique)<br />

Coproduction Seppia, Zinnober <strong>fi</strong> lm, (Aix-la-Chapelle)<br />

Diffusion 13 avril 2008 Planète,<br />

28 avril 2008 France 3 Sud, SWR<br />

Enfants du Laos<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Daniel Coche<br />

(Betacam numérique)<br />

Coproduction Dora <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

La peur<br />

Court métrage <strong>fi</strong> ction de 42’ de Jean Cyrille Muzelet,<br />

adapté de la nouvelle de Stefan Zweig (DV)<br />

Coproduction La Cigogne <strong>en</strong>ragée,<br />

Musica libre/tv campus<br />

Première projection <strong>en</strong> mai 2008<br />

à la Maison de l’image<br />

Papillon<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 38’ de Anne Faisandier (DVCam)<br />

Coproduction Les Fi<strong>lms</strong> de l’avalée (Bourgogne),<br />

Essa(i)mage (Nièvre)<br />

Diffusion janvier 2008,<br />

festival Les Inatt<strong>en</strong>dus (Lyon)<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sortis de fabrique<br />

27


28<br />

retour de…<br />

Bildf<strong>en</strong>ster/F<strong>en</strong>sterbilder [Cadres] de Bert Gottschalk.<br />

Pour un réel sur le parvis<br />

Le festival international de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> docum<strong>en</strong>taires Cinéma du réel souffl ait<br />

cette année ses 30 bougies, l’âge de la nouvelle génération qui veut faire<br />

des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> et qui vi<strong>en</strong>t voir et <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre ce que d’autres ont réalisé. Match<br />

ou marché, 28 <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> compétition internationale et 12 <strong>en</strong> sélection<br />

française. Le festivalier pouvait aussi (re)découvrir des séances spéciales,<br />

de Bertolucci au théâtre du réel, des programmations thématiques :<br />

Americana ou le cinéma de la contre-culture américaine des années 70 ;<br />

Asie du Sud-Est ; Images/prison : visions intérieures ; Figures du tourisme.<br />

Nous avons ret<strong>en</strong>u Americana, dont les newsreels “ bobines d’actualités ”<br />

des mouvem<strong>en</strong>ts sociaux de l’époque <strong>en</strong> cinéma direct : plaisir du vif sans<br />

concession. Portrait Of Jason de Shirley Clarke, <strong>fi</strong> lm d’une nuit de 1967<br />

où Jason met <strong>en</strong> scène son homosexualité, sa prostitution et sa couleur.<br />

Son rire ivre et sa caricature de la bourgeoise blanche font la viol<strong>en</strong>ce du<br />

dispositif. Cette phrase de la cinéaste : « Nous ne sommes plus affamés <strong>en</strong><br />

pain. Mais nous sommes affamés à perte d’âme. Nous sommes <strong>en</strong> train de<br />

perdre nos âmes. » Asie du Sud-Est : l’insol<strong>en</strong>ce et l’humanisme de Amir<br />

Muhammad dans ses <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sur les contrôles aux frontières malaisi<strong>en</strong>nes<br />

ou les communistes malais réfugiés dans un même village <strong>en</strong> Thaïlande.<br />

En compétition, Kred<strong>en</strong>s de Jacob Dammas ou la mise à jour par un jeune<br />

cinéaste de la politique antisémite m<strong>en</strong>ée <strong>en</strong> 68 <strong>en</strong> Pologne au travers de<br />

sa recherche d’un meuble de famille abandonné pour cause d’exil. Kretos<br />

Sala d’Oksana Buraja ou le rêve d’un ailleurs, la Crète, dans le cadre d’un<br />

café, d’un champ recouvert de neige et la réponse à l’impossible voyage :<br />

inv<strong>en</strong>ter la Crète <strong>en</strong> Lituanie. Podul de Flori de Thomas Ciulei : un Begnini<br />

<strong>en</strong> Moldavie, un père réinv<strong>en</strong>tant la vie pour la r<strong>en</strong>dre supportable à ses<br />

<strong>en</strong>fants dont la mère a été contrainte d’immigrer pour payer leurs frais<br />

scolaires.<br />

Ce qui nous a déçus : Les <strong>fi</strong> gures du tourisme, une viol<strong>en</strong>ce étrange se<br />

dégage de ces <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> qui observ<strong>en</strong>t les participants de voyages organisés<br />

tels des animaux d’un zoo. Parce qu’un festival, c’est aussi et d’abord un<br />

lieu de r<strong>en</strong>contres, de débats et de fête, nous avons été déçus de ne pas<br />

trouver cette émulsion <strong>en</strong>tre les g<strong>en</strong>s du métier et le reste du monde. Le<br />

palmarès nous a questionnés, mais peut-être est-ce la présélection, qui<br />

semble favoriser l’essai esthétisant et les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> à sujet social, à condition<br />

bi<strong>en</strong> sûr que cette misère soit loin du festival, du Mexique à l’Afrique, <strong>en</strong><br />

passant par l’Afghanistan.<br />

En cette période de doutes, parce que le cinéma est un creuset où la forme<br />

rejoint le fond, nous souhaiterions que le réel soit sur le parvis, à ciel<br />

ouvert, sans frontières…<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau, Juli<strong>en</strong> Mathis<br />

www.cinereel.org<br />

Clermont-Ferrand<br />

Comme à son habitude, Clermont-Ferrand<br />

accueille des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, des professionnels et des<br />

cinéphiles à l’occasion du festival international<br />

de court-métrage. Et cela fait tr<strong>en</strong>te ans que<br />

ça dure ! Remercions les organisateurs, ceux<br />

qui font des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, et remercions aussi ces<br />

deux impressionnantes pages de part<strong>en</strong>aires<br />

(voir le catalogue du festival). Cet événem<strong>en</strong>t<br />

donne l’occasion, chaque année, aux pôles<br />

régionaux d’éducation artistique à l’image, de<br />

se réunir <strong>en</strong> commission. Cette année l’ordre<br />

du jour est remanié, c’est sur la crise de la<br />

politique culturelle que l’on s’attarde et sur<br />

ses conséqu<strong>en</strong>ces qui sont, ou sinon seront,<br />

aggravantes dans le domaine de l’action cinéma 1 .<br />

Il a été décidé que les pôles apporteront une<br />

contribution à la mobilisation nationale contre<br />

le démantèlem<strong>en</strong>t de la diversité culturelle, <strong>en</strong><br />

y consacrant sa prochaine Lettre 2 . Il sera fait un<br />

état des lieux des conséqu<strong>en</strong>ces de la politique<br />

qui s’abat sur tous ceux qui cré<strong>en</strong>t, fabriqu<strong>en</strong>t,<br />

produis<strong>en</strong>t, diffus<strong>en</strong>t, accompagn<strong>en</strong>t des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

partout <strong>en</strong> France, amèn<strong>en</strong>t des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> dans des<br />

villages, des quartiers, des écoles, des salles, et<br />

aussi des hôpitaux ou des prisons, organis<strong>en</strong>t des<br />

festivals, des ateliers, des r<strong>en</strong>contres <strong>en</strong>tre les<br />

professionnels et le grand public… À suivre…<br />

Charlotte Béfort<br />

1 http://cinema-diversite-culturelle.blogspot.com<br />

2 Prochaine Lettre des pôles, mise <strong>en</strong> ligne prévue <strong>en</strong> juin<br />

sur www.videolesbeauxjours.org<br />

www.clermont-<strong>fi</strong> lmfest.com


Festival de Montréal<br />

Montréal accueillait du 6 au 16 mars 2008 le vingt-sixième festival international<br />

du <strong>fi</strong> lm sur l’art (FIFA) : près de 300 <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> docum<strong>en</strong>taires prés<strong>en</strong>tés dans huit lieux<br />

de projection.<br />

Montréal 12 mars, 15 h (20 h <strong>en</strong> France), nous débarquons à l’aéroport après<br />

2 h 30 de TGV, 3 h d’att<strong>en</strong>te, 7 h de vol et 2 h de retard dans une ville prise sous<br />

des monceaux de neige ; une tempête historique v<strong>en</strong>ait d’y déposer 1 m 50 de<br />

neige fraîche, « du jamais vu depuis 1971 ! » Routes à peine dégagées, trottoirs<br />

impraticables, températures proches du zéro, desc<strong>en</strong>dant à moins 10 la nuit. On<br />

s’était pourtant préparé à retrouver l’hiver, mais pas à ce point… Le temps est<br />

<strong>fi</strong> nalem<strong>en</strong>t idéal pour aller voir des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> et r<strong>en</strong>contrer réalisateurs, producteurs<br />

et diffuseurs. Outre les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> compétition et ceux du panorama international, le<br />

FIFA prés<strong>en</strong>tait cette année un hommage à K<strong>en</strong> Russell, huit sélections consacrées<br />

aux arts médiatiques canadi<strong>en</strong>s, une sélection de docum<strong>en</strong>taires sur le cinéma, ainsi<br />

que cinq rétrospectives dont une consacrée aux productions du musée du Louvre<br />

et une à la collection Architectures d’Arte. Notre <strong>fi</strong> lm Marchand d’art, Ernst Beyeler<br />

était prés<strong>en</strong>té dans le panorama international, rassemblant une cinquantaine de<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> non inédits, principalem<strong>en</strong>t nord-américains et europé<strong>en</strong>s. À noter que notre<br />

coproductrice suisse sur ce <strong>fi</strong> lm avait aussi <strong>en</strong> compétition un autre <strong>fi</strong> lm.<br />

Tandis que les <strong>en</strong>gins de déneigem<strong>en</strong>t font leur travail, nous recouvrons notre<br />

jetlag. Une nouvelle journée va comm<strong>en</strong>cer… Les surprises aussi… Première<br />

surprise, le marché du <strong>fi</strong> lm est presque désert : quelques box de la vidéothèque<br />

sont occupés, des producteurs et réalisateurs, déjà croisés au petit-déjeuner à<br />

l’hôtel, sembl<strong>en</strong>t errer à la recherche des acheteurs. Visiblem<strong>en</strong>t, ce n’est pas la<br />

bonne heure… Pro<strong>fi</strong> tons-<strong>en</strong> pour aller voir des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>. Deuxième surprise, il n’y a<br />

pas de projection <strong>en</strong> journée ; la première séance est à 19 h ! Le week-<strong>en</strong>d, elles<br />

début<strong>en</strong>t à 14 h Faisons un peu de patinage pour nous mettre <strong>en</strong> jambe, et rev<strong>en</strong>ons<br />

plus tard pour… la projection de notre <strong>fi</strong> lm Marchand d’art diffusé au Musée des<br />

beaux-arts. Troisième surprise, bonne cette fois-ci, la salle de 400 places est pleine !<br />

Le public est att<strong>en</strong>tif et réactif. Le débat qui suit la projection est chaleureux,<br />

<strong>en</strong>thousiaste. Philippe Piguet, l’auteur du <strong>fi</strong> lm, raconte, explique et répond aux<br />

questions. On nous demande même de dédicacer la page du catalogue ! Heureux<br />

pays où les producteurs de docum<strong>en</strong>taire sont considérés comme des stars… Une<br />

seconde projection aura lieu au Goethe-Institut (toujours autant d’assiduité des<br />

spectateurs !). Les jours vont se suivre et se ressembler. Salles pleines (tant mieux !),<br />

lieux prestigieux, sans oublier repas conséqu<strong>en</strong>ts, le froid sans doute, pour calmer<br />

nos fringales récurr<strong>en</strong>tes. Nous découvrons aussi des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> le matin aux projections<br />

de presse, et visitons une impressionnante exposition d’art vidéo proposée par une<br />

fondation privée : Nancy Dav<strong>en</strong>port, Stan Douglas, Harun Farocki…<br />

Retour sur la compétition : une étrange cohabitation <strong>en</strong>tre docum<strong>en</strong> taires télé<br />

de 52’ (ou 55’), longs métrages cinéma suisses ou néerlandais, et reportages dont<br />

la pédagogie rivalise avec un académisme <strong>en</strong>nuyeux, où des réalisateurs comme<br />

Albert Maysles ou Alain Fleischer se retrouv<strong>en</strong>t dans la même catégorie que des<br />

équipes de la BBC…<br />

Nous avons tout de même fait des r<strong>en</strong>contres intéressantes, notamm<strong>en</strong>t avec un<br />

producteur de Winnipeg, province du Manitoba, région qui a établi un part<strong>en</strong>ariat<br />

avec le Bas-Rhin. Nous aurions aimé r<strong>en</strong>contrer des diffuseurs canadi<strong>en</strong>s lors des<br />

cocktails ou à la soirée de clôture, ce fut peine perdue. À cette dernière soirée<br />

de remise des prix, les réalisateurs canadi<strong>en</strong>s couronnés étai<strong>en</strong>t prés<strong>en</strong>ts, mais<br />

très peu de réalisateurs d’autres pays, ce qui a un peu transformé la cérémonie <strong>en</strong><br />

“ palmarès des consuls ” ; c’est <strong>en</strong> effet eux qui montai<strong>en</strong>t sur la scène pour récolter<br />

les trophées.<br />

Nous ne pouvons terminer ce petit billet sans dire que ce fût, somme toute, un vrai<br />

plaisir que de découvrir et d’être à Montréal.<br />

Josiane Schauner et Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

www.art<strong>fi</strong> fa.com<br />

Montréal. PHOTOS DR<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sortis de fabrique<br />

Meis<strong>en</strong>thal,<br />

l’épreuve du verre<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’<br />

de Xavier Truti et Jean-Paul Fargier (Betacam)<br />

Coproduction Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, Ere production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Diffusion France 3 Lorraine<br />

Champagne-Ard<strong>en</strong>ne le 19 avril 2008<br />

Édition DVD<br />

Éco-crimes<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 3 x 52’<br />

de Thomas Weid<strong>en</strong>bach et Heinz Greuling (HDCam)<br />

Coproduction Seppia,<br />

Läng<strong>en</strong>grad Filmproduktion (Cologne)<br />

Diffusion WDR, Arte,<br />

Planète, TVR, RTBF, ERT, ORF<br />

Valérie et les pati<strong>en</strong>ts<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Sophie Desgeorge (DV)<br />

Coproduction Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, télé<strong>Alsace</strong><br />

Klaar kimming<br />

[À perte de vue ]<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Samuel Bester (HV)<br />

Les Éditions du réel<br />

Première projection <strong>en</strong> juin 2008<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sortis de fabrique<br />

29


30<br />

brèves<br />

Tournages <strong>en</strong> Franche-Comté<br />

Patrice Leconte a tourné les extérieurs de son prochain <strong>fi</strong> lm<br />

La guerre des Miss du 25 mars au 11 avril <strong>en</strong> Franche-Comté.<br />

Cette comédie avec B<strong>en</strong>oît Poelvoorde et Olivia Bonamy<br />

raconte l’affrontem<strong>en</strong>t de deux villages à travers un concours<br />

de Miss. Éternel perdant des précéd<strong>en</strong>tes confrontations, le<br />

village de Charmoussey fait appel à un coach (B<strong>en</strong>oît<br />

Poelvoorde) pour gagner <strong>en</strong><strong>fi</strong> n ce concours contre son rival<br />

ancestral Super Charmoussey. C’est la première collaboration<br />

<strong>en</strong>tre l’acteur et le réalisateur des Bronzés. Ce <strong>fi</strong> lm, produit<br />

par Gaumont et béné<strong>fi</strong> ciant de l’aide à la production du<br />

Conseil régional de Franche-Comté, devrait sortir sur les<br />

écrans français <strong>en</strong> janvier 2009.<br />

Zabou Breitman sera <strong>en</strong> Franche-Comté du 19 au 23 mai<br />

prochain pour tourner certaines séqu<strong>en</strong>ces de son prochain<br />

<strong>fi</strong> lm Je l’aimais. Ce <strong>fi</strong> lm, tiré du roman éponyme d’Anna<br />

Gavalda, réunira Daniel Auteuil, Marie-Josée Croze et Flor<strong>en</strong>ce<br />

Loiret-Caille. C’est l’histoire d’un homme qui quitte Paris<br />

pour une ferme isolée du Jura pour éloigner sa belle-<strong>fi</strong> lle et<br />

ses deux <strong>en</strong>fants de leur père qui les a abandonnés. Dans ce<br />

chalet, Pierre va partager avec sa belle-<strong>fi</strong> lle, Chloé, le grand<br />

secret qui le hante depuis vingt ans. Ce <strong>fi</strong> lm, produit par Babe<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, béné<strong>fi</strong> cie de l’aide régionale à la production.<br />

Tournages <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Le bureau d’accueil des tournages (BAT) de la Région <strong>Alsace</strong><br />

annonce les prochains tournages :<br />

Le jour vi<strong>en</strong>dra [Es kommt der Tag]<br />

de Suzanne Schneider, production Unlimited,<br />

du 15 avril au 25 mai ;<br />

Dans la tête du tueur<br />

de Jérôme Gluzicki, YN productions,<br />

du 19 au 28 mai, du 2 au 11 juin et du 16 au 25 juin ;<br />

Dans ton sommeil de Caroline et Éric Du Potet,<br />

production Delante <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, du 14 mai au 20 juin ;<br />

Au voleur de Sarah Petit,<br />

production Les Fi<strong>lms</strong> Hatari, du 3 au 19 juillet ;<br />

Les g<strong>en</strong>s ne sav<strong>en</strong>t pas peut-être<br />

de Roland Edzard, production Unlimited,<br />

9 semaines à partir de début octobre.<br />

Les BAT de la Région <strong>Alsace</strong> et de la Communauté urbaine<br />

de Strasbourg seront prés<strong>en</strong>ts au festival de Cannes du 19<br />

au 23 mai 2007. Pas de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> <strong>en</strong> sélection, mais l’occasion de<br />

r<strong>en</strong>contrer les professionnels.<br />

La Cigogne <strong>en</strong>ragée<br />

et les Courts qui déplum<strong>en</strong>t…<br />

Après s’être fait remarquer sur les scènes strasbourgeoises <strong>en</strong> 2007 avec Liette et Méo<br />

(version gay, lesbi<strong>en</strong>ne et franchem<strong>en</strong>t azimutée de Roméo et Juliette) et bi<strong>en</strong>tôt de retour<br />

au théâtre avec Anéantis de Sarah Kane – c’est cette fois les réalisations de ses membres<br />

cinéastes que nous a prés<strong>en</strong>té l’association La Cigogne <strong>en</strong>ragée les 15 et 21 mars derniers.<br />

Cette première édition des Courts qui déplum<strong>en</strong>t, qui <strong>fi</strong> t salle comble à deux reprises,<br />

avait pour but non seulem<strong>en</strong>t de prés<strong>en</strong>ter les travaux de quelques “ cigogneaux ”, mais<br />

se veut égalem<strong>en</strong>t, dès la prochaine édition, un tremplin pour les réalisateurs amateurs de<br />

Strasbourg (et d’ailleurs) ne béné<strong>fi</strong> ciant pas jusque-là d’un espace de diffusion publique.<br />

Contact : lacigogne<strong>en</strong>ragée@yahoo.fr<br />

Festivals <strong>en</strong> Lorraine<br />

Le festival international du <strong>fi</strong> lm docum<strong>en</strong>taire sur<br />

la ruralité Caméras des Champs, a pour objectif de<br />

montrer les mutations des mondes ruraux à travers la<br />

projection de <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> initiant débats avec le public, table<br />

ronde, confér<strong>en</strong>ces et atelier de lecture à l’image.<br />

Du 15 au 18 mai à Ville-sur-Yron<br />

www.villesuryron.com<br />

La cinquième édition de la Nuit vidéo prévoit<br />

un parcours dans les moindres recoins de la MJC<br />

Lillebonne : 10 salles, plusieurs heures de programmes,<br />

de nombreux artistes et de belles découvertes. Une<br />

manifestation proposée par Les Yeux de l’Ouïe et la MJC<br />

Lillebonne, <strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec la galerie Lillebonne, la<br />

MJC Beauregard et le C<strong>en</strong>tre culturel André Malraux.<br />

V<strong>en</strong>dredi 13 juin de 20 h à l’aube,<br />

à la MJC Lillebonne à Nancy<br />

www.lesyeuxdelouie.com<br />

Et aussi :<br />

Aye Aye <strong>fi</strong> lm festival,<br />

du 30 août au 6 septembre à Nancy<br />

Festival du <strong>fi</strong> lm arabe de Fameck,<br />

du 8 au 19 octobre, avec pour pays invité l’Égypte.<br />

Tr<strong>en</strong>te-et-unième édition du festival du <strong>fi</strong> lm itali<strong>en</strong><br />

de Villerupt, du 30 octobre au 16 novembre<br />

Onzième édition du festival vidéo Le Réel <strong>en</strong> vue,<br />

sur le thème société des médias, information<br />

ou utopie, du 17 au 22 novembre<br />

doc & pitch au Sunny Side of the Doc<br />

Appel à <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

La huitième édition<br />

du Festival tourné monté<br />

super 8 de Strasbourg<br />

est of<strong>fi</strong> ciellem<strong>en</strong>t lancée :<br />

la date limite d’inscription<br />

et de réception des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

a été <strong>fi</strong> xée au 30 juin 2008,<br />

et le Festival se ti<strong>en</strong>dra<br />

les 21 et 22 octobre 2008<br />

au Palais des fêtes<br />

de Strasbourg.<br />

Pour sa huitième édition,<br />

le Festival tourné<br />

monté super 8<br />

recherche des réalisateurs,<br />

amateurs ou con<strong>fi</strong> rmés.<br />

Site<br />

festivalsuper8.free.fr<br />

La troisième édition de doc & pitch aura lieu au Sunny Side of the Doc, marché international<br />

du <strong>fi</strong> lm docum<strong>en</strong>taire, à La Rochelle. Elle est organisée par iconoval, <strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec<br />

l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>, l’Association des producteurs audiovisuels d’<strong>Alsace</strong> (APAA),<br />

Arte, Circom régional, l’Association europé<strong>en</strong>ne des télévisions régionales, l’European<br />

Docum<strong>en</strong>tary Network (EDN), Eurimages, le fonds de souti<strong>en</strong> du Conseil de l’Europe au<br />

cinéma europé<strong>en</strong> et la Région <strong>Alsace</strong>. La r<strong>en</strong>contre réunira le mardi 24 juin des producteurs<br />

de <strong>fi</strong> lm docum<strong>en</strong>taire installés <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> et des chargés de programmes TV, principalem<strong>en</strong>t<br />

europé<strong>en</strong>s.<br />

La Rochelle, mardi 24 juin à 15 h 30<br />

www.iconoval.fr<br />

Le R<strong>en</strong>dez-vous<br />

de la coproduction rhénane<br />

Dans le cadre de son mandat visant à développer les relations<br />

<strong>en</strong>tre les professionnels des régions frontalières (<strong>Alsace</strong>,<br />

Lorraine, Franche-Comté, Bade-Wurtemberg, Sarre, Luxembourg<br />

et Suisse), l’Ant<strong>en</strong>ne MEDIA de Strasbourg organise<br />

à nouveau le R<strong>en</strong>dez-vous de la coproduction rhénane. Elle<br />

<strong>en</strong>t<strong>en</strong>d ainsi favoriser les contacts <strong>en</strong>tre part<strong>en</strong>aires régionaux<br />

<strong>en</strong> vue de développer les coproductions, les échanges<br />

transfrontaliers et le dialogue interculturel europé<strong>en</strong>. Cette<br />

manifestation s’adresse à tous les producteurs qui port<strong>en</strong>t des<br />

projets de cinéma et de télévision <strong>en</strong> cours de développem<strong>en</strong>t<br />

et à tous ceux qui sont à même d’<strong>en</strong> dev<strong>en</strong>ir les part<strong>en</strong>aires :<br />

coproducteurs, diffuseurs, <strong>fi</strong> nanceurs privés et institutionnels.<br />

MAMCS, mercredi 2 juillet<br />

www.media-strasbourg.com<br />

Projections privées. PHOTOS ZOÉ CHANTRE ET ALEXANDRA PIANISTE


écrans docum<strong>en</strong>taires<br />

En 2005, la Sa<strong>fi</strong> re Lorraine (association des auteurs-réalisateurs) et Les<br />

Yeux de l’Ouïe (association de diffusion audiovisuelle alternative) décid<strong>en</strong>t<br />

de créer <strong>en</strong>semble un r<strong>en</strong>dez-vous régulier de projections et de r<strong>en</strong>contres<br />

intitulé les Mardis du doc…<br />

Ce cycle, dédié à la diffusion de docum<strong>en</strong>taires de création, propose<br />

des <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> prés<strong>en</strong>tant un point de vue d’auteur fort et une recherche<br />

d’écriture. Les projections ont lieu au rythme de six par saison, et<br />

se déroul<strong>en</strong>t toujours <strong>en</strong> prés<strong>en</strong>ce du réalisateur, ou à défaut, d’une<br />

personne ayant un li<strong>en</strong> direct avec le <strong>fi</strong> lm (monteur, directeur artistique<br />

de festival…). Quand cela est possible, la projection débute par la<br />

diffusion d’une courte bande d’art vidéo. Les Mardis du doc se veul<strong>en</strong>t<br />

conviviaux : la projection du <strong>fi</strong> lm est toujours précédée… et suivie d’un<br />

petit verre qui permet de prolonger les discussions.<br />

Au lancem<strong>en</strong>t des Mardis, le public moy<strong>en</strong> était d’une tr<strong>en</strong>taine de<br />

personnes par séance. Un r<strong>en</strong>forcem<strong>en</strong>t de la communication et une<br />

vraisemblable <strong>fi</strong> délisation permett<strong>en</strong>t d’atteindre 70 à 80 personnes au<br />

bout de deux saisons pleines. Ce public semble se composer d’un tiers<br />

de spectateurs <strong>fi</strong> dèles (professionnels et amateurs d’autres images),<br />

d’un tiers de personnes v<strong>en</strong>ues pour la thématique traitée dans le <strong>fi</strong> lm<br />

et d’un tiers d’étudiants <strong>en</strong> audiovisuel. La richesse et la durée des<br />

débats montr<strong>en</strong>t bi<strong>en</strong> qu’il existe un réel intérêt et une demande forte<br />

de la part du public : les questions fus<strong>en</strong>t sur le fond, la forme, les<br />

moy<strong>en</strong>s, les choix, les motivations, ou même le matériel…<br />

Début 2008, la rigueur des budgets culturels annoncée par l’État a<br />

bi<strong>en</strong> failli faire passer les Mardis du doc à la trappe, mais les dernières<br />

nouvelles permett<strong>en</strong>t d’espérer leur poursuite au moins jusqu’à la <strong>fi</strong> n<br />

de l’année… Ce n’est peut-être pas à nous de le dire, mais il serait<br />

dommage de mettre <strong>fi</strong> n à une expéri<strong>en</strong>ce plutôt rare <strong>en</strong> région Lorraine !<br />

Une expéri<strong>en</strong>ce qui comm<strong>en</strong>ce à trouver son public et qui représ<strong>en</strong>te<br />

un r<strong>en</strong>dez-vous nécessaire et salutaire <strong>en</strong> ces temps où les images de<br />

toutes sortes (mais pourtant toujours les mêmes) nous <strong>en</strong>vahiss<strong>en</strong>t<br />

chaque jour un peu plus.<br />

Prochain r<strong>en</strong>dez-vous : le mardi 20 mai (programmation <strong>en</strong> cours).<br />

La Sa<strong>fi</strong> re Lorraine et Les Yeux de l’Ouïe<br />

La vie, l’automne de Sergueï Loznitsa<br />

Les Mardis du doc reçoiv<strong>en</strong>t le souti<strong>en</strong> de la DRAC, du Conseil régional de Lorraine,<br />

de la Ville de Nancy et de l’Institut europé<strong>en</strong> de l’audiovisuel et du cinéma.<br />

Programmation depuis 2005<br />

Un monde moderne de Sabrina Malek et Arnaud Soulier ; le cinéma docum<strong>en</strong>taire<br />

de Sergueï Loznitsa Sur les c<strong>en</strong>dres du vieux monde de Laur<strong>en</strong>t Hasse Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

de Guy Gilles L’Affaire Valérie de François Caillat Un pont sur la Drina de Xavier<br />

Lukomski et La Hauteur de sil<strong>en</strong>ce de Hervé Nisic Ma vie est mon vidéoclip préféré<br />

de Lee Show Chun ; Histoire d’œufs de Emmanuel Roy Secteur 545 de Pierre Creton<br />

Huis clos pour un quartier et Récit pour s’<strong>en</strong> sortir de Serge Steyer La part du chat<br />

de Jérémy Hamers Dithyrambe pour Dionysos de Béatrice Kordon Hommes sur<br />

le bord de Avner Faingulernt et Macabit Abramson La vie de château de Frédérique<br />

Devillez le formatage des docum<strong>en</strong>taires avec Si toi aussi tu m’abandonnes de<br />

Françoise Romand.<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sortis de fabrique<br />

Les jardins rougis<br />

Clip de 3’15 (MiniDV)<br />

de Simon Gillet,<br />

musique de Dorothée Daniel<br />

Les Fi<strong>lms</strong> de l’avalée (Bourgogne)<br />

Diffusion : bonus du CD<br />

En haut des peupliers,<br />

réseau disquaire<br />

Le village TGV<br />

Docum<strong>en</strong>taire de création 52’ (DV)<br />

de Muriel Beltramo<br />

Coproduction MB <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

Raconte-moi<br />

ta langue<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Mariette Feltin (DVCam)<br />

Coproduction Les <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> du chemin,<br />

Grand Large productions, télé<strong>Alsace</strong>,<br />

Images plus, Mosaïk<br />

Diffusion 24 mars 2008<br />

au cinéma Olympia (Dijon),<br />

2 février France 3 Bourgogne Franche-Comté,<br />

5 avril France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Précaritas,<br />

pour l’amour<br />

de l’art<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 24’<br />

de Anyway <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> (DV)<br />

Anyway Fi<strong>lms</strong><br />

Diffusion du 15 mars au 12 avril 2008<br />

au Syndicat pot<strong>en</strong>tiel à Strasbourg<br />

<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sortis de fabrique<br />

31


32<br />

brèves (suite)<br />

Sa<strong>fi</strong> re<br />

Nouvelle composition du bureau, élu lors du comité<br />

de direction du jeudi 10 avril 2008 : Dami<strong>en</strong> Fritsch est<br />

nommé présid<strong>en</strong>t (et représ<strong>en</strong>tant à <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>),<br />

Luis Miranda vice-présid<strong>en</strong>t (et représ<strong>en</strong>tant à l’ACA et<br />

à <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>), Zouhair Chebbale trésorier et Juli<strong>en</strong><br />

Mathis secrétaire.<br />

Prochaines séances de l’invité<br />

le 17 mai à l’ACA avec Stan Neumann<br />

Stan Neumann, né à Prague <strong>en</strong> 1949, étudie le cinéma de<br />

1969 à 1972 (Idhec), puis travaille comme chef monteur<br />

jusqu’<strong>en</strong> 1984. Il vi<strong>en</strong>t à la réalisation <strong>en</strong> 1989 par le<br />

truchem<strong>en</strong>t de Richard Copans, qui, depuis, a produit<br />

la quasi-totalité de ses <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>. Depuis 1992, il dirige,<br />

égalem<strong>en</strong>t avec Richard Copans, la collection Architectures,<br />

coproduite par Arte et Les Fi<strong>lms</strong> d’ici, consacrée aux réalisations<br />

les plus marquantes de l’architecture moderne.<br />

Dans ce cadre, il a signé près d’une quinzaine de titres,<br />

dont les plus réc<strong>en</strong>ts sont : La maison de verre de Pierre<br />

Charreau (2003), La maison de Nancy de Jean Prouvé<br />

(2004), L’abbatiale Sainte-Foy de Conques (2004), Le<br />

Palais des congrès d’Adalberto Libera (2005).<br />

le 20 septembre avec Marcel Trillat<br />

Marcel Trillat, journaliste, réalisateur est un auteur<br />

<strong>en</strong>gagé. Il a reçu le prix Scam 2007 pour l’<strong>en</strong>semble de<br />

son œuvre. Sa caméra qui voyage dans la profondeur des<br />

régions, raconte l’usine, les hommes et les femmes au<br />

travail – ou sans travail – leur histoire, leurs désespoirs,<br />

leur solidarité… T<strong>en</strong>dre et lucide télévision qui rappelle des<br />

paysages oubliés et pourtant bi<strong>en</strong> vivants.<br />

Contact : Dami<strong>en</strong> Fritsch au 03 88 31 78 03<br />

Vidéo<br />

Les Beaux Jours<br />

Jardins de passage<br />

de Pierre Toussaint<br />

v<strong>en</strong>dredi 16 mai 19 h<br />

au Point d’eau à Illkirch.<br />

Mai 1968 [Zoom]<br />

par André Harris et Alain de Sédouy<br />

mercredi 14 mai 20 h<br />

à la Maison de l’image.<br />

Mai68 <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

samedi 24 mai 16 h<br />

à la médiathèque Neudorf.<br />

Carte blanche<br />

à des jeunes créateurs<br />

Jean-Cyrille Muzelet<br />

mercredi 21 mai 20 h<br />

à la Maison de l’image<br />

Marguerite Bobey et Edwina Hoël<br />

mercredi 28 mai 20 h<br />

à la Maison de l’image<br />

Manfred Sternjacob<br />

mardi 3 juin 20 h au MAMCS<br />

Vivre la ville<br />

Rue des partants<br />

de Gilles Dinnematin<br />

mercredi 11 juin 20 h<br />

à la Maison de l’image.<br />

Carte blanche à Marc Mercier<br />

[Instants vidéo nomades]<br />

mardi 17 juin 20 h<br />

à la Maison de l’image.<br />

Un air louche de Serge Le Péron<br />

mercredi 16 juin 20 h<br />

à la Maison de l’image.<br />

Fi<strong>lms</strong> sonores/31 boulevard Mag<strong>en</strong>ta,<br />

de Patrick Goasduff<br />

mercredi 25 juin 20 h<br />

à la Maison de l’image.<br />

Villa mon rêve de Jean-Louis André<br />

Rue des Mésanges de Philippe Baron<br />

v<strong>en</strong>dredi 27 juin 20 h<br />

au MAMCS.<br />

iconoval<br />

Apaa<br />

L’assemblée générale de l’Association<br />

des producteurs audiovisuels d’<strong>Alsace</strong><br />

s’est t<strong>en</strong>ue le 2 avril 2008,<br />

la composition du bureau est la suivante :<br />

Cédric Bonin (Seppia), présid<strong>en</strong>t ;<br />

Marie Michèle Cattelain (Unlimited)<br />

et Josiane Schauner, Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é (Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>),<br />

vice-présid<strong>en</strong>ts ;<br />

Emmanuel Wolf (East Wise <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>), trésorier ;<br />

Yannis Metzinger (Cerigo <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>), secrétaire ;<br />

Franck Vialle (Le Deuxième Souffl e & associés),<br />

chargé des relations extraterritoriales.<br />

Plus spéci<strong>fi</strong> quem<strong>en</strong>t, la répartition<br />

des tâches a été dé<strong>fi</strong> nie telle que :<br />

Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é (Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>)<br />

et Marie Michèle Cattelain (Unlimited)<br />

sont chargés des relations avec la Région <strong>Alsace</strong><br />

et la Communauté urbaine de Strasbourg ;<br />

Josiane Schauner (Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>)<br />

et Yannis Metzinger (Cerigo <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>)<br />

sont chargés des relations avec <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> ;<br />

Cédric Bonin (Seppia) et Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é (Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>)<br />

sont chargés des relations avec iconoval ;<br />

Franck Vialle (Le Deuxième Souffl e)<br />

et Yannis Metzinger (Cerigo <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>)<br />

sont chargés des relations<br />

avec l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>.<br />

Un bâtim<strong>en</strong>t pour le pôle image<br />

iconoval, l’ag<strong>en</strong>ce régionale de développem<strong>en</strong>t économique dédiée aux technologies de l’image,<br />

s’est installée <strong>en</strong> début d’année à l’Espace europé<strong>en</strong> de l’<strong>en</strong>treprise à Schiltigheim. Le bâtim<strong>en</strong>t<br />

neuf de 3 000 m 2 est <strong>en</strong>tièrem<strong>en</strong>t dédié à l’image ; il regroupe les principaux projets développés<br />

par iconoval et des <strong>en</strong>treprises. On y trouve la plate-forme de simulation et de réalité virtuelle,<br />

opérée par Holo3, ainsi que l’etma (european television managem<strong>en</strong>t academy) qui ouvrira ses<br />

portes à la r<strong>en</strong>trée 2008. Côté société il y a Via Storia, avec un plateau télé de 225 m 2 , télé-<br />

<strong>Alsace</strong>, i-télé, Protozoaire, Youmage et CCR. Une salle de réunion de 30 places ainsi qu’une<br />

cafétéria commune complèt<strong>en</strong>t l’équipem<strong>en</strong>t. Ce bâtim<strong>en</strong>t sera inauguré le 6 mai, <strong>en</strong> prés<strong>en</strong>ce<br />

d’Adri<strong>en</strong> Zeller et de Jacques Bigot.<br />

Pour toutes informations : www.iconoval.fr<br />

iconoval 22 av<strong>en</strong>ue de l’Europe 67300 Schiltigheim téléphone 03 88 37 26 00<br />

Les R<strong>en</strong>contres de l’image ont lieu chaque deuxième mardi du mois à Strasbourg, et une fois<br />

par trimestre à Mulhouse. Elles propos<strong>en</strong>t l’exploration d’un sujet économique, technologique<br />

ou stratégique et permett<strong>en</strong>t des échanges conviviaux. Les prochaines auront lieu dans les<br />

nouveaux locaux au 22 av<strong>en</strong>ue de l’Europe, espace europé<strong>en</strong> de l’<strong>en</strong>treprise à Schiltigheim :<br />

Images, architecture et urbanisme<br />

mardi 13 mai toute la journée, dans la salle de réalité virtuelle Holo 3 ;<br />

Cinéma numérique<br />

mardi 10 juin 18 h 30, dans les locaux d’iconoval.<br />

Programme et inscription indisp<strong>en</strong>sable : www.iconoval.fr<br />

Projections privées. PHOTOS ZOÉ CHANTRE ET ALEXANDRA PIANISTE


<strong>fi</strong> <strong>lms</strong> primés, <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> sélectionnés<br />

Anissoroma mes amis<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Christian von der Heyd<strong>en</strong> (DV)<br />

Coproduction Cagifragilis, Dora <strong>fi</strong> <strong>lms</strong><br />

Sélections :<br />

- Écrans du réel, Le Mans, novembre 2007<br />

Bon-papa,<br />

un homme sous l’Occupation<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 69’ de Leïla Férault<br />

Coproduction Bix <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, Lapsus,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté, télé<strong>Alsace</strong><br />

Sélections :<br />

- Festival international<br />

du <strong>fi</strong> lm d’Aubagne, mars 2008<br />

- Festival URTI, Monte-Carlo, juin 2008<br />

De-boire<br />

Court métrage <strong>fi</strong> ction de 13’ de Jean-Cyrille Muzelet (DV)<br />

Autoproduction<br />

Prix du public au festival<br />

100 scénarios contre l’exclusion,<br />

organisé par le Secours populaire français, 2005<br />

Émile Gallé,<br />

la nature dans l’art<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Dami<strong>en</strong> Fritsch et Marie Frering<br />

Coproduction dora <strong>fi</strong> <strong>lms</strong>, Arte, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Sélections :<br />

- 6e Festival international du <strong>fi</strong> lm<br />

sur l’argile et le verre, avril 2008, Montpellier<br />

Et Dieu… créa le foot<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Albert Knechtel et Alex Bellos (HDcam)<br />

Coproduction Seppia, Rilana <strong>fi</strong> <strong>lms</strong> (May<strong>en</strong>ce)<br />

Sélection :<br />

- Festival de Palermo 2007<br />

Prix Circom 2006<br />

La cigarette.<br />

Faut qu’on <strong>en</strong> parle !<br />

DVD pédagogique de 1 h 45 de Jill Emery (DVD-vidéo)<br />

CRDP de Franche-Comté<br />

Prix du jury au festival du <strong>fi</strong> lm<br />

d’éducation à la santé, Montpellier, janvier 2008<br />

Le Mur des oubliés<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 80’ et 52’<br />

de Joseph Gordillon (Betacam)<br />

Coproduction La Bascule, France 3 LCA, Mosaïk TV<br />

Sélections :<br />

- Figra 2008<br />

- Semaine du <strong>fi</strong> lm espagnol à Nancy et Metz<br />

Les Nomades du cercle polaire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ et 42’ de Andreas Voigt (HDCam)<br />

Coproduction Seppia, Barbara Etz Film Produktion (Berlin)<br />

Sélections :<br />

- Festival TAC 2008 (Eug<strong>en</strong>e, USA)<br />

- 56th Tr<strong>en</strong>to Film Festival 2008 (Italie)<br />

La Paloma,<br />

une chanson nommée désir<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ et 52’ de Sigrid Faltin (HDCam)<br />

Coproduction Seppia, Whitepepper Fi<strong>lms</strong> (Freiburg)<br />

Sélections :<br />

- Semaine internationale<br />

du docum<strong>en</strong>taire de Hambourg 2008<br />

- Festival Des Deutsch<strong>en</strong> Fi<strong>lms</strong> à Mannheim<br />

La tombe 33,<br />

un mystère égypti<strong>en</strong><br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Thomas Weid<strong>en</strong>bach (HDCam)<br />

Coproduction Seppia, Indi<strong>fi</strong> lm (Ludwigsburg)<br />

Sélections :<br />

- Cinarchea 2008 (Kiel)<br />

- Festival du <strong>fi</strong> lm d’archéologie d’Ami<strong>en</strong>s, 2008<br />

- TAC (Eug<strong>en</strong>e, USA, 2007)<br />

Marchand d’art, Ernst Beyeler<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 66’ de Philippe Piguet<br />

et Thomas Isler (Betacam)<br />

Coproduction Bix Fi<strong>lms</strong>, Freihändler,<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>, TSR, SF DRS, ARTE<br />

Sélections :<br />

- Journées cinématographiques<br />

de Soleure, janvier 2008<br />

- Festival international du <strong>fi</strong> lm sur l’art,<br />

Montréal, mars 2008<br />

R<strong>en</strong>dez-vous fatal<br />

Court métrage <strong>fi</strong> ction de 6’<br />

de Pierre Alt et Géni Canzek (35 mm)<br />

Coproduction Aurore productions, Atlantis,<br />

Starlight productions, G. Fritz<strong>en</strong> (Allemagne)<br />

Sélections :<br />

- Max Ophuls Preis Filmfestival,<br />

Saarbrück<strong>en</strong> (Allemagne), 2007<br />

- 11 e R<strong>en</strong>contres du cinema de Gérardmer, 2007<br />

- 3 e festival Faites des courts,<br />

Brie-Comte-Robert, 2007<br />

- 22 e Alpinale Filmfestival, N<strong>en</strong>zing (Autriche), 2007<br />

- 3 e International Short Film Festival,<br />

Detmold (Allemagne), 2007<br />

- 3 e International Filmtage Schwäbisch Hall,<br />

Formula Mundi (Allemagne), 2007<br />

- Court toujours n° 1, Sarreguemines, 2007<br />

- Quinzaine du <strong>fi</strong> lm lorrain, CRI Nancy, 2007<br />

- 9 e Landshuter Kurz<strong>fi</strong> lmfestival (Allemagne), 2008<br />

- 15 e Festival espoir <strong>en</strong> 35 mm, Mulhouse, 2008<br />

Travailler pour<br />

110 euros par mois<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Nora Agapi<br />

et Stéphane Luçon (beta numérique)<br />

Coproduction Seppia, Hi<strong>fi</strong> lm (Bucarest),<br />

Dans le même bateau (Paris) Arte, TVR<br />

Sélections :<br />

- Camera Obscura Festival (Pologne)<br />

- Astra Film Festival Sibiu (Roumanie)<br />

- Ciné Attac (France)<br />

De haut <strong>en</strong> bas :<br />

Émile Gallé<br />

Le Mur des oubliés<br />

Les Nomades du cercle polaire<br />

Anissoroma mes amis<br />

Travailler pour<br />

110 euros par mois<br />

La Paloma<br />

33

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!