FSC 332 p 30 - SNUipp

snuipp.fr

FSC 332 p 30 - SNUipp

RéflexionsLeur avisFrançois FillonPremier ministre« Volontariste et vert ! 2009 avait été lebudget de la relance au prix d’un déficittrès lourd de l’état. 2010 sera le budgetde la reprise ».Loi de financesPar où la sortie de crise?Le projet de loi de finances 2010 table sur unehausse du chômage et une dégradation descomptes sociaux, tout en faisant des cadeauxfiscaux aux entreprises.28Alain BazotUfc Que choisir« L'engagement pris par le Président dela République de reverser aux ménagesl'intégralité des sommes levées par lataxe carbone ne devrait pas être tenu. Eneffet, près de 500 millions d'eurosprélevés sur les particuliers devraientrester dans les caisses de l'Etat ».Bernard ThibautSecrétaire général de la CGT« Les salariés sont les victimes d’unecrise dont ils ne sont en rienresponsables (…) et alors que desmoyens colossaux , des moyens d’état,des moyens publics, sont réunis poursauvegarder des intérêts privés, lessalariés vont être mis à contribution. »Gérard AschiériSecrétaire général de la FSU« Le projet de budget présenté au conseildes ministres est marqué parla persistance de choix qui accroissentles inégalités, dépouillent les servicespublics de leurs moyens de faire faceaux besoins et tournent le dos auxbesoins réels. »Jean-Martin Cohen SolalDirecteur général de laMutualité française« Si nos dépenses augmentent nous nepourrons faire autrement qued'augmenter les cotisations. »141milliards d’euros, tel est lemontant record qu’atteindraen fin d’année 2009 le déficitpublic de la France. C’est ce qu’a annoncéen conseil des ministres Christine Lagarde le30 septembre dernier, à l’occasion de la présentationdu projet de loi de finances 2010.Tablant sur une croissance de + 0,75% l’annéeprochaine contre -2,25 % cette année, legouvernement espère ramener le déficit à115 Md€ fin 2010. Mais malgré ce recul, letaux du déficit dans le PIB sera à la haussepassant de 8,2 % en 2009 à 8,5 % en 2010.A cela une explication simple fournie par legouvernement lui-même: « la poursuite en2010 de la dégradation des comptes sociauxsous l’effet de la diminution de la massesalariale ». Hausse du chômage en vue,donc, et c’est l’état qui montrera l’exempleen ne renouvelant pas un départ à la retraited’un fonctionnaire sur deux, soit la suppressionde 34 000 postes.Avec une économie dont on prévoit qu’elles’enfoncera encore dans la crise au moins aucours des six premiers mois de l’année, on estbien loin des scénarios de sortie de crise quiont alimenté les discussions du G20 à Pittsburghles 24 et 25 septembre derniers. Ce budgetest beaucoup plus loin encore de l’améliorationdu bien être des individus qui, selon lerapport Stiglitz mérite d’être intégré parmi lesindicateurs de la croissance.Sous l’effet du « verdissement » de la fiscalité,les grands perdants du budget seront lesconsommateurs. Ils devront s’acquitter de lataxe carbone fixée à 17 € la tonne par lechef de l’état et, malgré les promesses decompensation, leurs associations ne semontrent pas rassurées. La prime à la cassepour l’achat d’une voiture neuve sera diminuéepar deux, tandis que le système dubonus-malus sera moins avantageux. Demême, le crédit d’impôt sur les intérêtsd’emprunt pour l’achat d’une résidenceprincipale sera moins attractif dès lors qu’ilUn budget triste pour le travail et l'emploi.s’agira d’un logement ne correspondant auxnormes énergétiques ce qui favorisera lesfamilles à plus haut revenu et en capacitéd’acquérir dans le neuf.Perdants aussi, les assurés sociaux: le déficitde la sécurité sociale devrait passer de -24 Md€ en 2009 à au moins -30 Md€ en2010. A la liste des déremboursements viendronts’ajouter la hausse du forfait hospitalierde 16 € à 18 € et sans doute aussi, la fiscalisationdes indemnités journalières desécurité sociale en cas d’accident du travail.En revanche, les entreprises ne se plaindrontpas. Elles vont, une nouvelle fois,bénéficier du crédit impôt recherche avecun remboursement accéléré par l’Etat quigénèrera 2,5 Md€ de trésorerie. Quant à lasuppression de la taxe professionnelle quifait grincer les dents des élus locaux quipourraient être tentés d’en répercuter leseffets sur la fiscalité locale, elle devrait rapporter6 Md€ aux entreprises.Stéphane Davin

More magazines by this user
Similar magazines