FSC 332 p 30 - SNUipp

snuipp.fr

FSC 332 p 30 - SNUipp

ActuDirectionsous pression8En cette rentrée,les directrices etles directeurssont, toujoursplus, pris entredes feuxcontradictoires.Surcharge detravail,injonctionshiérarchiques,manque detemps, lemalaise persiste.«Sous tension ! » C'est l’impression unanimentpartagée par les directrices etles directeurs pour qualifier cette dernièrerentrée. Pour Fabienne Laizet, directriced'une école de 6 classes à Marly en Moselle,elle est même « plus dure que les annéesprécédentes ». Pour quelles raisons ? Ellessont nombreuses. De la surcharge administrativeau manque de reconnaissance, desinjonctions diverses au mécontentementsourd qu'expriment les enseignants, du travailqu'on essaie de faire le mieux possible à toutce qui s'ingénie à mettre des bâtons dans lesroues, l'ambiance dans lesécoles varie d'une résignationmorose à une franche combativité.C'est lourd.« Prend-on les directeurspour des statisticiens » ?Pour Fabienne comme pourCéline Sompayrac, directrice d'une petiteécole de 2 classes à Vers, dans le Lot, lestableaux à remplir sont sans fin et reviennentde semaine en semaine, sous des formes différentes.Il ne s'agit plus d'une charge administrativemais bien d'une surcharge. Le travailde secrétariat, ouvrir le courrier, répondreau téléphone, toutes « les petites tâches » quifont que l'on doit passer dans les classes pourramasser les formulaires, l'argent, distribuerles enveloppes pour les élections, est reléguéen dehors des heures de classe quand on n'apas de décharge comme Christèle Gardaz,directrice d'une école maternelle de 3 classesà Tournus en Saône-et-Loire. Pour ellecomme pour ses collègues directrices etdirecteurs, la première des demandes est celledu temps pour la direction et de l'aide pour le« Cette année, le projetd'école est à refaire.Où trouver le temps ? »travail de secrétariat. Pour tous, le travail decommunication est à faire en dehors dutemps de classe, de même que la gestion desproblèmes matériels. Leur accumulation estlourde à gérer quand il faut à la fois penser àla réparation des vélos, àla fuite d'eau, auxbaguettes qui n'ont pasété posées... A celas'ajoute le travail à lamaison car c'est tous lesjours maintenant qu'ilfaut répondre aux courrielsde la mairie ou de l'administration.« On est écartelé ! », s'écrie Fabienne.C'est une manière brutale d'exprimer lesentiment des directeurs. En effet, s'ils sontpompeusement appelés « mesdames et messieursles chefs d'établissement » par lesreprésentants des collectivités locales parexemple, on leur en prête parfois les pouvoirs.Chez la plupart de leurs interlocuteurs,dont beaucoup de parents d'élèves,prévaut la conviction qu'ils sont les supérieurshiérarchiques des adjoints aussi bienque des employés municipaux et qu'ils possèdentdes pouvoirs décisionnaires, voire desanction. L'administration joue sur plusieurstableaux en en faisant les relais desdécisions académiques et en n'hésitant pas à

More magazines by this user
Similar magazines