Lire le Fenêtres sur cours n°375 (Spécial Université d ... - SNUipp

snuipp.fr

Lire le Fenêtres sur cours n°375 (Spécial Université d ... - SNUipp

« Penser le monde autrement »12 eUNIVERSITÉd’automnedu SNUippQuels sont les enjeux d’unepolitique nationaled’éducation audéveloppement durable ?M. H. Ils sont considérables. Audébut des années 2000, lorsquele ministre Luc Ferry avaitdemandé à l’Inspection généralede faire dresser un bilan de l’éducationà l’environnement et audéveloppement durable, il étaits’est avéré catastrophique. Alorsmême si, une politique de l’éducationà l’environnement avaitété lancée en 1977, elle n’a pas étésuivie ni dans les programmes nidans les grands projets éducatifs,à part par quelques équipes ouprofesseurs passionnés. Alorsque de nombreux pays, au nordde l’Europe notamment, avaientinitié des politiques très avancéeset approfondies touchant lesélèves du primaire au lycée. En2004, une circulaire a été publiéedéveloppant les grands principesde cette éducation, avec deuxvolets principaux. D’une part, inscrirecette éducation dans tousles programmes d’enseignementdu primaire jusqu’au lycée avecune progressivité des apprentissages; d’autre part encourager ledéveloppement de projetsd’école et d’établissement scolaire.Chacun devant reposer surles trois grands paradigmes dudéveloppement durable : la justicesociale, l’équité économiqueet la prise en compte des grandesquestions environnementales.Quelle est la philosophie deces projets d’école ?M. H. Les projets doivent êtreconstruits dans la perspective dudéveloppement durable. Cesquestions ont envahi la scène« On doit pouvoir passerd’un futur pesant à unfutur possible »Michel HagnerelleCo-responsable de l’éducation au développement durable à l’Inspectiongénérale de l’éducation nationale, Michel Hagnerelle est agrégé degéographie, ancien professeur d’école normale et aujourd’huiinspecteur général de l’éducation nationale. Il a été chargé d’unemission ministérielle, de 2002 à 2010, pour la mise en œuvre de lapolitique de généralisation de l’éducation au développement durable.Il a dernièrement préfacé l’ouvrage collectif « Pour une éducation audéveloppement durable et solidaire » paru SCEREN—CNDP-CRDP deBesançon en 2012.médiatique au point de frôler lasurdose. Elles sont l’objet dedébats passionnés, de multiplesrécupérations et de beaucoupd’incompréhension et de confusion.Ce qui trouble beaucoup legrand public, les enseignants maisaussi les élèves qui ont besoin des’y retrouver. Il est devenu indispensablede clarifier le débat.L’éducation au développementdurable n’est pas une mode, c’estune autre manière de lire lemonde, de le penser, de le « raisonner». C’est un grand projet desociétés et d’humanité qui s’interrogentsur leur futur. C’est enfinun grand projet politique puisqu’ilfaut mettre les sociétés et leshommes face à leurs responsabilitésde gestionnaires de la planète.Il s’agit enfin de réfléchir auxmoyens avec lesquels l’humanitéva perdurer, à l’avenir de l’humanitésur une planète viable etvivable, de définir les grands principeset l’esprit sur lesquels doivents’appuyer ces grands projets.Quels en sont les enjeuxpour les élèves et au-delàpour les générationsfutures ?M. H. Ce sont des enjeux éducatifs.On doit lorsqu’on est enseignantse prémunir de toute tendancemilitante dans la classe. Il ne fautpas en rester aux bons sentiments,à l’affectif ni à la culpabilisationou au catastrophisme. Le« beau geste », c’est-à-dire parexemple fermer le robinet d’eaupour éviter la déperdition de ressource,ne suffit pas. Il ne prendune valeur éducative que si onl’explique.« éduquer à la prise deresponsabilité et àl’engagement.»Quels conseilspourriez-vous donner auxenseignants ?M. H. Il s’agit de poser les questionsautrement. Il s’agit aussid’éduquer aux grandes valeursl’équité, la justice, la solidaritéqui sont au cœur des questionsdes développement durable,qu’elles soient locales ou internationales.Mais aussi au choixet à l’argumentation : en matièrede développement durable, il n’ya pas de réponse simple auxquestions que l’on pose. Il fautaussi éduquer à la prise de responsabilitéet à l’engagement.Le développement durable c’estapprendre à s’engager, à se lancerdans une action. La collectivitémais aussi chaque individudoit s’engager également. Enfin,nous éducateurs, sommes directementinterpellés, nous avonsle devoir d’apprendre aux élèvesà se projeter dans le futur. Nousavons un vrai problème de présentismedans notre société. Lefutur est considéré comme trèsinquiétant. Il apparaît commebouché, et noir. À travers lesdémarches d’éducation au développementdurable. Il faut montrerà travers ce type dequestions aux élèves que cefutur n’est pas écrit définitivement,qu’il en reste beaucoup àécrire et que les élèves sont lesacteurs de cette écriture. C’esttrès important d’ouvrir desperspectives aux enfants à traversles questions du développementdurable. On doit pouvoirpasser d’un futur pesant à unfutur possible. Propos recueillis parfabienne berthet43APP-RENTIS-SAGES

More magazines by this user
Similar magazines