FSC 299 - SNUipp

snuipp.fr

FSC 299 - SNUipp

LActuLA FORMATION CONTINUES'APPELLE « MISERE »es années précédentes ont vuimposer, sur l'ensemble desstages, des formations quirelèvent plus de la formation initialeque de la formation continue :formation des directeurs, formationsCapa-sh, formation des T1 et des T2.L'année scolaire 2006-2007 a été cellede l'arrivée des stages filés. Ensupprimant pour les PE2 un des troisstages longs en responsabilité (le R1),ils ont réduit d'un tiers les possibilitésde remplacement de collègues partant en stagede formation, comme dans l'Allier, les Côtesd'Armor,l'Indre...Bien sûr, cet ensemble de situations ne s'est pasdécliné partout de la même manière. Danscertains départements, les formations des T1n'étaient pas du tout assurées, ou alors à distance,voire le mercredi comme en Lozère.... D'autresdépartements, par contre, utilisaient déjà unstage de PE2 pour remplacer les T1. De même,quand le nombre d'école à 4 classes a étéinsuffisant pour nommer les PE2 en stage filé surles décharges de direction, il a fallu leur trouverdes terrains de stages. Ainsi il a été proposé auxenseignants des « stages filés de formationcontinue », en langues vivantes ou eninformatique par exemple, comme en Haute-Vienne.Mais, dans la grande majorité des départements,l'instauration des stages filés a réellementconduit à une diminution du potentiel deformation continue, comme le reconnaissent lesinspecteurs généraux dans un récentrappport*(voir ci-contre).Cette diminution a été aggravée à la fois par labaisse des budgets dans l'Aveyron par exemple etpar l'amputation des effectifs des « brigadesformation continue », voire par leur affectationsur d'autres tâches de remplacement comme dansl'Oise.Et voici que le nouveau cahier des charges desIUFM impose dès la rentrée 2007 quatresemaines de stages pour les T1. Si l'on peut seféliciter de voir prise en compte la nécessitéd'une continuité et d'un retour entre l'année dePE2 et la première affectation, il n'est paspossible que ceci se fasse sans moyenssupplémentaires et ampute à nouveau les moyensde la formation continue des personnels.D'autant plus qu'il est prévu, dans la foulée, unstage de deux semaines pour les T2.Dans les départements, où cela se mettra en placeà la rentrée prochaine, que restera-t-il de laformation continue ?Daniel LabaquèreLe stage en responsabilité dans la formation initiale desprofesseurs, mars 2007http://media.education.gouv.fr/file/26/7/5267.pdfUN BILANDESSTAGESFILES PAR L'INSPECTIONGENERALEPour l'Inspection générale, « le stage filé arépondu à un réel objectif de formation et à uneauthentique attente des PE2. Il a apporté unedimension véritablement nouvelle à la formationdes maîtres. La gestion de la classe tout au longde l'année a permis un regard nouveau sur laprogrammation des activités pédagogiques,l'évaluation des élèves et le traitement del'hétérogénéité, les relations avec les parentsd'élèves et la participation aux instances del'école. » Bien sûr, le stage filé « a occasionnéune fatigue accumulée au fil des semaines »,mais les PE2 interrogés par les IG se sontdéclarés très favorables à son principe. Ilspréconisent, entre autres, une formationpréalable de quinze jours, la mise à l'écart decertaines écoles jugées trop difficiles,l'attribution d'un formateur référent, unecentration du mémoire sur la pratiqueprofessionnelle...Le SNUipp considère que l'alternance dans laformation professionnelle doit être conçuecomme une articulation entre théorie, pratiqueet recherche. En l'occurence les difficultés liéesau stage filé et à sa mise en place doivent êtreprises en compte. Bien sûr il est question dumanque de préparation avant la prise defonction, de la place du mémoire, del'accompagnement des visites de stage, de lavalidation, de la surcharge de travail, maisaussi des conséquences sur l'architectureglobale de la formation et des demandes desstagiaires. La pratique du stage filé ne peutdevenir à elle seule le coeur de la formation !FORMATIONS SPECIALISEESLES MEMES CONSTATS SANS REPONSE12A la rentrée 2006 20% des 37 017 postes de l'ASH étaient occupés par des enseignantsnon formés. Les départs en formation annoncés à la CAPN du 21 mai ne permettront toujourspas de résorber ce déficit. 119 départs en formation de direction spécialiséeDDEEAS (contre 136 en 2006 et 152 en 2005) sont annoncés, alors que les postes vacantss'élèvent à 340. La baisse continue aussi pour les formations de psychologue scolaire(DEPS) avec 151 candidatures retenues (contre 175 en 2006, 210 en 2005). Des secteursseront encore non pourvus alors que les missions des psychologues se sont accrues. Quantà la formation Capa-sh, les départs en A, B et C sont plus stables : 119 pour 2007 (108 en2006 et 125 en 2005). Le ministère a annoncé un total de 1842 départs, toutes optionsconfondues (1764 en 2006, 1961 en 2005), ce qui est loin de correspondre aux besoins desélèves et des écoles. La fermeture de postes G se poursuit de manière insidieuse et lesaides spécialisées tendent à se disperser sur des secteurs élargis. Il est urgent de réaliserun état des lieux des besoins de formation spécialisée afin de concevoir un plan de rattrapage.

More magazines by this user
Similar magazines