Lettre à préparer pour 3 présidents de syndicats (inclure nouveau ...

cscapitale.qc.ca

Lettre à préparer pour 3 présidents de syndicats (inclure nouveau ...

Le 20 septembre 2013La Commission scolaire de la Capitale avait fait ses devoirsAux contribuables de la Commission scolaire de la Capitale,À titre de présidente de la Commission scolaire de la Capitale, je me vois dans l’obligation de rectifier certainsfaits véhiculés récemment dans les médias concernant la taxe scolaire et le travail accompli par les commissionsscolaires. Sachez que je comprends l’insatisfaction qu’a engendrée la décision que nous avons prise de hausserle compte de taxe scolaire. Nous en sommes tout aussi contrariés. Je tiens toutefois à vous démontrer qu’avantd’en arriver à faire le choix difficile de hausser le compte de taxe scolaire, notre organisation a fait ses devoirs.Voici comment.D’importantes réductions de dépenses ont été effectuéesVous devez savoir que toutes les commissions scolaires manoeuvrent depuis quelques années dans un contextebudgétaire très difficile. En effet, afin de retrouver l’équilibre budgétaire du Québec, le gouvernement sollicitedepuis 2010-2011 la contribution des commissions scolaires par différentes mesures de compressionsbudgétaires. Chaque fois que le gouvernement nous a demandé de comprimer nos dépenses, nous l’avons fait defaçon assumée et diligente. Notre organisation a toujours visé l’optimisation de ses actions, notamment au planadministratif, et elle le fera encore à l’avenir. Voici des exemples d'économies réalisées :• Coupure dans le financement de programmes de la formation professionnelle : 1,5 M$ par an• Réduction des dépenses en publicité, en perfectionnement, en déplacement et d’autres fraisadministratifs : 870 000 $ par an• Abolition de 10 postes dans les services administratifs : 560 000 $ d’économie par an à ce jour• Renégociation des contrats de transport scolaire : 400 000 $ d’économie par anDes frais administratifs inférieurs à la moyenneAux compressions des dernières années s’est ajoutée, en avril dernier, l’annonce de l’abolition progressive sur3 ans de la subvention provinciale de péréquation. Celle-ci représente 11 M$ pour notre commission scolaire.Nous avons tenté d’absorber cette nouvelle compression à même nos frais administratifs. Ceux-ci sontactuellement de 9,7 M$ soit l’équivalent de 3,17 % de notre budget. Même en coupant tous les frais administratifs,il aurait fallu retrancher un autre million de dollars dans les établissements, car la fermeture des centresadministratifs et la mise à pied des employés qui y travaillent n’auraient pas suffi.Dans un tel scénario, qui donc aurait alors géré l’organisation scolaire des 26 000 élèves, le transport de plus de11 000 élèves par jour, l’embauche du personnel, le traitement des payes, les conventions collectives, le parcimmobilier de 65 établissements scolaires, les ressources financières et le budget annuel de plus de 304 millionsde dollars? Il est peut-être difficile de croire qu’une centaine de personnes seulement assument toutes cesresponsabilités pour l’ensemble des 4 000 autres emplois occupés à la Commission scolaire de la Capitale, maisc’est effectivement le cas. …2Présidence1900, rue Côté, Québec (Québec) G1N 3Y5TÉLÉPHONE : 418 686-4040TÉLÉCOPIEUR : 418 686-4041


- 2 -Une utilisation maximale des surplus accumulésAfin d’absorber les compressions, l’autre option analysée a été l’utilisation des surplus accumulés de notrecommission scolaire. C’est ce que nous avons fait. Nous avons utilisé le plus possible ce qui était autorisé dansles règles budgétaires du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), ce qui représente un peu plus de2 M$ pour la Commission scolaire de la Capitale.Une hausse du compte de taxe limitée, mais inévitableJe tiens à préciser que dans tout le processus ayant mené à une diminution des dépenses et à une augmentationdu compte de taxe scolaire, la Commission scolaire de la Capitale a pris ses responsabilités à chaque étape avecle souci d’épargner le contribuable. C’est ce qui a permis à notre organisation de limiter l’augmentation du comptede taxe scolaire cette année qui, rappelons-le, est de l’ordre de 61 $ en moyenne pour les propriétaires de la villede Québec qui constituent près de 95 % de nos contribuables. Les membres du conseil des commissaires ont euplusieurs rencontres d’analyse visant la préparation du budget 2013-2014. Il en est ressorti que nous refusionscatégoriquement de pénaliser les élèves, jeunes et adultes, en sabrant dans les services qui leur sont destinés.La Commission scolaire de la Capitale demeure une entité extrêmement fière de la mission qui lui est confiée. Jem’engage personnellement auprès de vous et au nom de mes collègues commissaires à ce que notreorganisation poursuive le travail d’amélioration continue amorcé et la recherche d’avenues de solution encollaboration avec toutes les instances, notamment le gouvernement du Québec .LA PRÉSIDENTE,MURIELLE GINGRAS

More magazines by this user
Similar magazines